Vous êtes sur la page 1sur 270

ECOLE DES MINES DE PARIS

60 boulevard Saint Michel


75006 Paris

Initiation à l’économie

Cours

Pierre-Noël Giraud

Année 2005-2006
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Cerna 2
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Sommaire

Chapitre 1. Qu’est-ce que l’Economie ? ________________________________________________________ 11

Titre 1 : L’entreprise, la finance et les marchés___________________________________________ 37


Chapitre 2. L’entreprise et ses comptes ________________________________________________________ 39

Chapitre 3. L’entreprise et la décision d’investissement ____________________________________________ 53

Chapitre 4. L’entreprise et son financement _____________________________________________________ 59

Chapitre 5. A quoi sert la finance? L’histoire de Zaccaria, négociant génois____________________________ 71

Chapitre 6. La coordination entre acteurs économiques___________________________________________ 109

Chapitre 7 : Les vertus de la concurrence______________________________________________________ 125

Titre II : L’Etat et la politique économique ______________________________________________ 139


Chapitre8. Représentation de l’économie nationale et rôles de l'Etat_________________________________ 141

Chapitre 9. L’Etat et les imperfections de marché________________________________________________ 163

Chapitre10. Monnaie et politique monétaire ____________________________________________________ 173

Chapitre 11. La politique budgétaire __________________________________________________________ 187

Titre III : Les relations économiques internationales _____________________________________ 209


Chapitre 12 : Relations entre territoires et marchés des changes ___________________________________ 211

Chapitre 13. Le système monétaire international ________________________________________________ 231

Chapitre 14 : Commerce international et globalisation ____________________________________________ 243

Cerna 3
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Cerna 4
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Sommaire détaillé

Sommaire ________________________________________________________________________________ 3

Sommaire détaillé __________________________________________________________________________ 5

Chapitre 1. Qu’est-ce que l’Economie ? _________________________________________________ 11


1. De quoi parle l’économie ? ________________________________________________________________ 11

1.1. Définitions _________________________________________________________________11


1.2. Les limites du concept de richesse_______________________________________________12
Richesse et bonheur ___________________________________________________________12
Richesse et répartition _________________________________________________________14
2. Concepts et méthodes de l’économie ________________________________________________________ 15

2.1. Concepts de base ____________________________________________________________15


2.1.1. Objets économiques ______________________________________________________15
2.1.2. Actes économiques_______________________________________________________19
2.1.3. Acteurs économiques _____________________________________________________21
2.2. Les modèles économiques _____________________________________________________23
2.3. Modèles et problèmes ________________________________________________________24
2.4. A quoi servent les modèles économiques ? ________________________________________25
3. L’économie peut-elle être normative ? _______________________________________________________ 26

4. Conditions de possibilité de l’économie ______________________________________________________ 29

5. Modèles économiques et réalité : l’économie est-elle scientifique ?_________________________________ 31

Chapitre 2. L’entreprise et ses comptes_________________________________________________ 39


1. Les comptes de l’entreprise : bilan et comptes de résultats _______________________________________ 39

1.1.Création d’une entreprise et bilan de l’année 0 _____________________________________40


1.2 Le compte de résultats de l’année 1 ______________________________________________41
1.3 Le bilan de fin de l’année 1 ____________________________________________________45
2. Ratios de rendement d’une entreprise _______________________________________________________ 47

2.1. Définitions des deux principaux ratios de rentabilité :________________________________48


2.2. Effet de levier de l’endettement_________________________________________________49
2.3. Coût moyen pondéré du capital et « création de valeur pour l’actionnaire »_______________49
Chapitre 3. L’entreprise et la décision d’investissement ___________________________________ 53
1. La notion d’actualisation __________________________________________________________________ 53

2. La rentabilité d’un investissement ___________________________________________________________ 53

2.1. Définition d’un investissement _________________________________________________53


2.2. VAN et TRI d’un investissement________________________________________________54
3.La notion de risque_______________________________________________________________________ 55

Chapitre 4. L’entreprise et son financement _____________________________________________ 59


1 . Les choix financiers de l’entreprise _________________________________________________________ 59
1.1 Deux types de fonds externes ___________________________________________________59
1.2 Le coût des deux types de fonds _________________________________________________60

Cerna 5
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

1.3 La recherche du coût minimal du financement externe _______________________________61


2.Que demande un investisseur ?_____________________________________________________________ 62

3.Les agences de rating et les analystes financiers _______________________________________________ 64

3.1 Les agences de rating _________________________________________________________64


3.2 Les analystes financiers _______________________________________________________66
Chapitre 5. A quoi sert la finance? L’histoire de Zaccaria, négociant génois__________________ 71
1. Le problème de Zaccaria__________________________________________________________________ 71

1.1 Les fonctions de Zaccaria ______________________________________________________72


1.2 La solution qu’il trouva _______________________________________________________74
2. Les banques ___________________________________________________________________________ 77

2.1 Les banques et la fonction de prêt _______________________________________________77


2.3 Le rôle de l’Etat dans la prévention et le gestion des crises bancaires : __________________79
2.4 Les banques et la fonction de règlement___________________________________________79
3.Les assurances et le risque moral ___________________________________________________________ 81

4.Les marchés obligataires __________________________________________________________________ 82

5. Les marchés d’actions____________________________________________________________________ 87

6. Les marchés dérivés _____________________________________________________________________ 88

6.1 Les contrats à terme __________________________________________________________89


6.2 Les spéculateurs _____________________________________________________________91
6.3 Les options et les swaps _______________________________________________________93
7. Les fonctions de la finance ________________________________________________________________ 97

8. Les systèmes financiers __________________________________________________________________ 98

Chapitre 6. La coordination entre acteurs économiques __________________________________ 109


1. La coordination par le marché_____________________________________________________________ 109

1.1. Fonction de demande et d’offre ________________________________________________109


1.2. Le fonctionnement de la coordination par les prix _________________________________111
1.2.1. Les bourses ____________________________________________________________112
1.2.2. Les marchés de biens manufacturés _________________________________________112
1.3. Rationnement et flexibilité des prix_____________________________________________113
1.4. Plan et marchés ____________________________________________________________114
2. Information et imperfections de marché _____________________________________________________ 115

2.1. Le problème de l’information sur la qualité ______________________________________115


2.2. Incertitude et contrats incomplets ______________________________________________117
3. Les coordinations hiérarchique et contractuelle _______________________________________________ 118

3.1. La coordination hiérarchique __________________________________________________118


3.2. La coordination contractuelle _________________________________________________120
3.3. La firme réseau ____________________________________________________________121
4. Institutions et Conventions _______________________________________________________________ 122

Chapitre 7 : Les vertus de la concurrence ______________________________________________ 125


1. Définitions des structures de marché _______________________________________________________ 125

1.1. Taille optimale des entreprises et structure naturelle de marché. ______________________126

Cerna 6
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

1.2. Barrières à l’entrée dans un marché_____________________________________________127


2. Prix et quantités produites selon les structures de marché_______________________________________ 128

2.1. La courbe de demande et les conditions techniques de production _____________________129


2.2. Marché parfaitement concurrentiel _____________________________________________130
2.3. Monopole_________________________________________________________________131
2.4. Duopole __________________________________________________________________132
3. Conclusions du modèle __________________________________________________________________ 135

Chapitre8. Représentation de l’économie nationale et rôles de l'Etat _______________________ 141


1.La représentation de l’économie nationale____________________________________________________ 141

1.1 Définir des groupes d'acteurs __________________________________________________143


1.2 Définir des variables caractérisant l'état et l'activité des groupes d'acteurs _______________143
1.3.Décrire les relations entre acteurs _______________________________________________144
1.4.Ecrire les identités "comptables" _______________________________________________145
1.5. Le tableau économique d'ensemble (TEE) _______________________________________145
2. Le PIB et sa décomposition_______________________________________________________________ 149

2.1. Le PIB = la production finale _________________________________________________149


2.2. Le PIB : Revenu National ____________________________________________________150
3. Les fonctions de l’Etat ___________________________________________________________________ 152

3 .1. Assurer l'existence et le fonctionnement des marchés ______________________________152


3.1.1 Le contrôle des flux aux frontières __________________________________________152
3.1.2. Contrôler la création monétaire ____________________________________________152
3.1.3. Créer et faire appliquer le droit des interactions marchandes______________________152
3.2. Corriger les imperfections des marchés__________________________________________153
3.2.1. Les imperfections de marchés dans la théorie néoclassique_______________________153
3.3. Modifier la répartition issue du libre fonctionnement des marchés _____________________153
4. Discussion de la légitimité des interventions de l'Etat___________________________________________ 154

4.1. Les effets incitatifs des transferts_______________________________________________156


4.2. Les politiques efficaces en question ____________________________________________157
4.3. Objectif de l'Etat ___________________________________________________________159
5. Conclusions___________________________________________________________________________ 160

Chapitre 9. L’Etat et les imperfections de marché _______________________________________ 163


1. Les biens publics_______________________________________________________________________ 163

2. Les monopoles naturels _________________________________________________________________ 165

3. Les externalités ________________________________________________________________________ 167


3.1 Un exemple d’externalité négative : la pollution ___________________________________167
3.2. Un exemple d’externalité positive : la recherche___________________________________170
4. Imperfections de marché et information imparfaite _____________________________________________ 171

5. Les imperfections de marchés dans les théories keynésiennes ___________________________________ 171

Chapitre10. Monnaie et politique monétaire ____________________________________________ 173


1. Qu’est ce que la monnaie ?_______________________________________________________________ 173

2.La création monétaire____________________________________________________________________ 174

2.1. Les crédits font les dépôts ____________________________________________________174

Cerna 7
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

2.2. Le coût de la création monétaire pour les banques _________________________________176


3.Crédit, croissance et inflation ______________________________________________________________ 178

3 .1 Création monétaire et croissance _______________________________________________178


3.2 Création monétaire et inflation _________________________________________________179
4. La politique monétaire ___________________________________________________________________ 181

4.1. Comment la banque centrale agit sur les taux d’intérêt ______________________________181
4.2. La « transmission » de la politique monétaire _____________________________________182
4.3. Les moyens « chamaniques » : agir sur les anticipations_____________________________184
Chapitre 11. La politique budgétaire___________________________________________________ 187
1. Qu'est-ce qu'un modèle macroéconomique ? _________________________________________________ 187

1.1. Nature et limites de l'architecture descriptive de l'économie __________________________187


1.2. La formulation des hypothèses théoriques d'un modèle macroéconomique ______________188
1.2.1. Séparer les variables explicatives et les variables expliquées (exogènes/endogènes) ___188
1.2.2. Formuler des hypothèses de comportement des acteurs __________________________188
1.2.3. Formuler des hypothèses de fonctionnement des marchés ________________________188
2. L'architecture descriptive de l’économie _____________________________________________________ 190

2.1. Explication des flux _________________________________________________________191


2.2. Le tableau économique d'ensemble (TEE) _______________________________________191
2.3. Les relations d'équilibre du TEE _______________________________________________192
2.4. Les variables de prix et de stock _______________________________________________192
Les variables de prix__________________________________________________________192
Les variables de stock_________________________________________________________193
2.5. Récapitulatif des variables descriptives de l'économie ______________________________193
3. Un modèle classique ____________________________________________________________________ 193

3.1. Partition des variables _______________________________________________________193


3.2. Hypothèses de comportement des acteurs ________________________________________194
3.2.1. Les entreprises _________________________________________________________194
3.2.2. Les ménages ___________________________________________________________194
3.2.3. L'Etat ________________________________________________________________195
3.3. Hypothèses de fonctionnement des marchés et résolution du modèle ___________________195
3.3.1. Le marché du travail_____________________________________________________195
3.3.2. Le marché des titres _____________________________________________________196
3.3.3. Monnaie et niveau général des prix _________________________________________196
3.4. Interprétation du modèle et politique économique _________________________________197
3.4.1. L'inflation et la politique monétaire _________________________________________197
3.4.2. Le chômage ___________________________________________________________197
3.4.3. Politique budgétaire et croissance __________________________________________197
4. Le multiplicateur keynésien _______________________________________________________________ 199
4.1. Les hypothèses théoriques ____________________________________________________199
4.1.1. Partition des variables____________________________________________________199
4.1.2. Hypothèses de comportement______________________________________________199
4.1.3. Hypothèses de comportement des marchés ___________________________________200
4.2. Résolution du modèle _______________________________________________________201
4.3. Interprétation du modèle et politique économique _________________________________202
4.3.1. Le multiplicateur keynésien _______________________________________________202
4.3.2. Interprétation dynamique du multiplicateur ___________________________________202
4.3.3. Interprétation du modèle__________________________________________________203
5. Comparaison des deux modèles___________________________________________________________ 204

6. Le débat keynésiens-monétaristes _________________________________________________________ 205

Cerna 8
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

6.1. La courbe de Philipps _______________________________________________________205


6.2. La critique de Milton Friedman ________________________________________________206
6.3. Les anticipations rationnelles__________________________________________________207
7. L'évolution des politiques macroéconomiques dans les pays développés ___________________________ 207

Chapitre 12 : Relations entre territoires et marchés des changes __________________________ 211


1. Compter les flux entre territoires : la balance des paiements _____________________________________ 211

1.1 L’Equilibre de la balance des paiements _________________________________________213


1.2 Le seigneurage _____________________________________________________________214
1.3 La notion de réserve de la banque centrale et l’équilibre de la balance des paiements_______214
2. PIB et origines de soldes de la BTC________________________________________________________ 216

3. Un territoire peut-il vivre durablement avec un déficit de la BTC ? _________________________________ 218

4. Comment un territoire peut-il réduire et inverser un déficit de la BTC ? _____________________________ 219

4.1. L'ajustement structurel_______________________________________________________219


4.2. La dévaluation _____________________________________________________________220
4.2.1 Les effets d'une variation du taux de change ___________________________________220
4.2.2 Interprétation d'une variation de change ______________________________________222
5. Les marchés des changes _______________________________________________________________ 222

5.1 La détermination des taux de change____________________________________________223


5.2Les facteurs gouvernant le change_______________________________________________225
5.3.Les anticipations auto réalisatrices ______________________________________________226
6. A la recherche du taux de change d’équilibre _________________________________________________ 227

Chapitre 13. Le système monétaire international ________________________________________ 231


1. Les systèmes monétaires internationaux (SMI) _______________________________________________ 231

1.1. Qu’est ce qu’un SMI ? _______________________________________________________231


1.2. Régimes de change : le triangle d’impossibilité de Mundell __________________________231
2.Le SMI actuel __________________________________________________________________________ 233

2.1 Le système de change ________________________________________________________233


2.2 Les liquidité internationales ___________________________________________________234
2.3. Anatomie d’une crise de paiements _____________________________________________234
3. Dissymétrie du SMI actuel________________________________________________________________ 236

Chapitre 14 : Commerce international et globalisation ___________________________________ 243


1. La théorie des avantages absolus (A. Smith) _________________________________________________ 243

2. Le théorème des avantages comparatifs (Ricardo) ____________________________________________ 245

3. Les théories néoclassiques du commerce international _________________________________________ 247

3.1. Représentation graphique du théorème de Ricardo _________________________________247


3.2. Préférences des consommateurs et détermination du prix international _________________248
3.3. Origine des avantages comparatifs : le théorème de Heckscher - Ohlin _________________250
3.4. Egalisation du coût des facteurs (lemme de Stolper-Samuelson) ______________________250
4. Les théories contemporaines du commerce international. _______________________________________ 252
4.1. La différenciation des produits ________________________________________________252
4.2. Les rendements croissants. ___________________________________________________253

Cerna 9
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

4.3. La politique commerciale stratégique ___________________________________________254


4.4. Les externalités ____________________________________________________________255
5. Globalisation et inégalités dans le monde actuel ______________________________________________ 256
5.2. La globalisation ____________________________________________________________256
5.2. Globalisation et dynamique des inégalités _______________________________________257
5.2.1. Inégalités économiques, de quoi parle-t-on ? __________________________________258
5.2.3. Le débat sur les causes des inégalités internes dans les pays riches _________________266
5.2.4. Conclusion ____________________________________________________________267

Cerna 10
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 1. Qu’est-ce que l’Economie ?

1. De quoi parle l’économie ?

1.1. Définitions

Nous adoptons la définition provisoire suivante de l’économie, proche de celle des classiques :

"L’économie analyse les processus de création et de répartition de la richesse évaluable


monétairement", avec la définition suivante de la richesse, empruntée à Adam Smith :
"L’étendue des nécessités, des commodités et des agréments de la vie humaine dont (un
homme) peut jouir" 1.

Le but de ce chapitre est d’expliciter et de préciser cette définition, de définir les méthodes de
l’économie, de discuter son caractère normatif et sa scientificité.

Il existe de très nombreuses autres définitions de l’économie. L’une des plus répandues est :
"L’économie est la science de l’allocation optimale de ressources rares à la satisfaction de
besoins potentiellement infinis". Même si l’on restreint les besoins à ceux qui peuvent être
satisfaits par la richesse et donc les ressources à ce qui contribue à produire cette richesse, cette
définition est beaucoup plus précise que celle que nous avons provisoirement adoptée. En
particulier, elle fait de l’économie une science normative. L’économie se fixe comme objectif
de dire comment on peut, avec des moyens limités, obtenir le maximum (c’est ce que signifie
allocation optimale) de satisfaction des besoins.

Une tendance récente de l’économie consiste à s’intéresser à l’ensemble de besoins humains, et


pas seulement aux besoins matériels et à considérer l’ensemble des ressources pour les
satisfaire, la ressource fondamentale, en effet "rare", étant le temps dont dispose chaque
individu. Cette tendance récente consiste donc à étendre le champ de l’économie à : "la science

1Smith, Adam : Enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations. Traduction Française de

Paulette Taïeb ; Paris, PUF 1996, p. 33.

Cerna 11
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

du comportement rationnel des individus", un comportement rationnel se définissant comme


consistant à chercher à atteindre une fin déterminée avec la plus grande "économie" de moyens.
Cette vision de l’économie la conduit à traiter des questions qui relèvent habituellement de la
sociologie, de la psychologie ou des sciences politiques. Pour notre part, nous ne considérerons
pas que la recherche des moyens de faire un mariage "optimal", l’explication des raisons pour
lesquelles les femmes battues reviennent si souvent vivre avec l’homme qui les ont battues
même après l’avoir dénoncé à la police 2, ou le calcul conduisant au suicide "rationnel", fassent
partie de l’économie. Ce n’est certes pas pour une raison de principe. Que l’économie puisse
progressivement étendre le champ des phénomènes sociaux qu’elle analyse n’a rien de choquant
a priori.

La raison pour laquelle nous avons précisé « richesse évaluable monétairement » est la
suivante. Certaines richesses, selon la définition de Smith, ne le sont pas toujours. Ainsi d’un air
pur, d’un beau paysage, de la compagnie d’amis agréables, ou de l’existence de la baleine bleue,
même si on en a jamais rencontré. Si on ne peut les évaluer monétairement, elles ne peuvent
faire l’objet, en pratique, de choix entre elles et d’autres richesses, faute d’unité commune pour
les évaluer. Or les extensions évoquées ci dessus manipulent fréquemment des « objets » qui ne
sont pas évalués monétairement. Les conclusions auxquelles on aboutit restent alors le plus
souvent vaguement qualitatives et sans grand intérêt. C’est ainsi qu’il n’a été possible, par
exemple, de commencer à faire avec rigueur de « l’économie de l’environnement » que
lorsqu’on a commencé d’évaluer monétairement les « biens environnementaux » (l’air pur, les
paysages, etc.)

Nous bornerons donc l’économie à l’analyse des processus concernant la richesse


évaluable monétairement. Nous verrons ci-dessous à quelles conditions cette analyse est tout
simplement possible.

1.2. Les limites du concept de richesse

Richesse et bonheur

La richesse ne se confond nullement ni avec le bonheur des individus ni avec l’harmonie de la


vie sociale. Toutes choses égales par ailleurs, un accroissement, au sein d’un pays donné, de la
production et de la consommation : 1) de neuroleptiques, 2) de services d’avocats spécialisés
dans le divorce, 3) de services de police destinés à mater les révoltes des banlieues, constitue un

2Cette question fait, par exemple, l’objet d’un article dans une des revues économiques de plus haut

niveau : l’"American Economic Review" de Mai 1996.

Cerna 12
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

accroissement du volume de biens et services à la disposition des habitants de ce pays, donc de


leur richesse moyenne. Nous verrons qu’on appelle cela un accroissement de leur PIB (Produit
Intérieur Brut)/par habitant. Dans le cas des exemples cités, on peut douter que le "bonheur" ou
le "bien-être" collectif aient augmenté.

L’économie étudie la production et la répartition des richesses. Les conséquences de


l’accroissement et de la répartition plus ou moins inégale de la richesse sur le bonheur des
peuples et la stabilité des sociétés sont des questions qui ne relèvent pas de l’économie. Il en
résulte que l’accroissement de la richesse ne peut jamais être considérée comme un objectif
collectif allant de soi et que l’économie n’est certainement pas fondée à prétendre - comme
certains économistes le font - que cet accroissement est toujours souhaitable.

La meilleure illustration de cette limite du PIB/ha pour mesurer le bien être, ou même le degré
de « développement » d’une société, est que les organisations internationales, telles l’ONU ou la
Banque Mondiale utilisent depuis plusieurs années des indicateurs nombreux et variés pour
évaluer le « développement durable » d’un pays.(cf. : www.undp.org/hdr2001/). Ils montrent
que des niveaux de richesse moyens (de PIB/ha) équivalents peuvent s’accompagner de résultats
très différents quant à ces indicateurs. Ainsi le PNUD (Programme des nations Unies pour le
Développement, UNDP en anglais) calcule un « indicateur de développement humain (IDH) »
qui combine espérance de vie, taux d’alphabétisation des adultes, taux de scolarisation et
PIB/ha. Il classe les pays selon cet IDH et compare ce classement avec celui selon le PIB/ha
seul.

Cerna 13
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Pays PIB/HA en § Rang IDH Rang PIB/HA Rang PIB - Rang IDH

Norvège 28 433 1 3 2

Suède 22 636 4 17 13

France 22 897 13 16 3

RFA 23 742 17 14 -3

EU 31 872 6 2 -4

Luxembourg 42 769 12 1 -11

Chine 3 617 87 94 7

Inde 2 248 115 115 0

Kenya 1 022 123 141 18

Guinée 1 934 150 118 -32

Richesse et répartition

Un même niveau de richesse moyenne (PIB/HA) peut s’accompagner de répartitions très


différentes de cette richesse. Dans le tableau ci-dessous, l’indicateur de répartition est le
coefficient de Gini. Il suffit de savoir qu’il est égal à 0 pour une répartition parfaitement
égalitaire : tout le monde dispose de la richesse moyenne, et que la répartition est d’autant plus
inégale qu’il a une valeur élevée (la maximum inatteignable, puisqu’il signifie qu’un seul a tout
et les autres rien, étant de 100) :

Pays PIB/HA en § Indice Gini Pays PIB/HA en § Indice Gini

Suède 22 636 25 Hongrie 11 430 31

Japon 24 898 25 Brésil 7 037 60

France 22 897 33 Chine 3 617 40

EU 31 872 41 Inde 2 248 38

Tout dépend alors, du point de vue de la « satisfaction » des individus, s’ils perçoivent la
richesse selon une mesure absolue ou relative. On peut faire l’hypothèse que, au moins quand
les besoins essentiels sont satisfaits (l’individu est au-delà du niveau de survie), richesse et
pauvreté sont des notions essentiellement relatives, au sein d’un ensemble où les individus se
côtoient et peuvent évaluer leur richesse respective. Si cela est vrai, les pauvres aux Etats-Unis
pourraient se sentir beaucoup plus pauvres que les pauvres en Hongrie, bien que leur richesse
absolue soit plus élevée.

Cerna 14
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

2. Concepts et méthodes de l’économie

Quels que soient sa définition et son champ d’application, l’économie manipule un petit nombre
de concepts et construit des modèles pour analyser son objet.

2.1. Concepts de base

De manière générale, toute théorie économique manipule des concepts de base qui définissent :

− Des objets économiques : les constituants de la richesse matérielle et des moyens de la créer
et de la faire circuler : marchandises, biens, travail, monnaies, titres, informations.
− Des actes économiques : production, échange, consommation, épargne, par lesquels se
créent, circulent et sont détruits les objets économiques.
− Des acteurs économiques, ce sont des sujets, individuels ou collectifs, qui commettent les
actes économiques en manipulant les objets économiques. Les acteurs se caractérisent par
leur comportement à l’égard des objets économiques.
Voyons cela plus en détail.

2.1.1. Objets économiques

Les objets économiques sont les constituants de la richesse dont nous avons emprunté la
définition à Smith : : « l’étendue des nécessités, des commodités et des agréments de la vie
humaine dont un homme peut jouir », ainsi que les moyens de la créer et de la faire circuler.

Les marchandises

Il faut tout d’abord distinguer, parmi les objets économiques, celles qui sont des marchandises
et les autres.

Est une marchandise tout objet économique appropriable, c’est-à-dire sur lequel existe un droit
de propriété privé. Ce droit permet à son détenteur d’interdire à tout autre l’usage de cet objet.
Ce droit est aliénable. Il peut être transféré, en échange d’un droit sur un autre objet, par
exemple. Une marchandise est donc échangeable. Dans une économie monétaire (cf. la
définition de la monnaie ci-dessous) une marchandise est toujours échangeable contre de la
monnaie et a donc un prix.

L’air, les océans, sont des ressources naturelles qui entrent incontestablement dans le processus
de création de certains éléments de la richesse et sont donc des objets économiques, mais ils ne
sont pas appropriés. La protection contre des agressions fait partie des objets économiques.
Quand il s’agit de la défense nationale telle qu’elle est actuellement organisée, elle n’est pas
appropriable et n’est pas une marchandise. La protection spéciale d’un immeuble ou d’un
individu est une marchandise si elle est assurée par une société privée contre de la monnaie, elle

Cerna 15
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

ne l’est pas si elle est assurée par la police nationale. Le stock des connaissances scientifiques
est un incontestable objet économique, mais il n’est pas appropriable, sauf les inventions
protégées par des brevets. L’action des forces armées ou de la police, les connaissances
scientifiques, l’air et les océans, sont des "biens publics", non appropriables. Ils posent des
problèmes particuliers, que nous analyserons dans le chapitre 9.

L’extension de la sphère des marchandises est variable selon les sociétés et dans le temps. Un
individu en tant que tel n’est plus une marchandise, mais l’était dans les sociétés esclavagistes.
Les organes humains (gènes, cellules, embryons, etc. compris) ne sont pas encore des
marchandises, mais commencent pour certains à le devenir. D’une manière très générale, le
développement des sociétés capitalistes engendre une extension de la sphère de la marchandise,
une « marchandisation » du monde, que beaucoup critiquent au nom de ce que « tout n’est pas à
vendre ».

Les biens et les services

Les biens sont les artefacts constituant la richesse et ou permettant de la créer. En pratique, on
utilise souvent la notion : « biens et services ». Mais la notion de service est en réalité très mal
fondée et recouvre des objets économiques très hétérogènes. Simple combinaison d’artefacts
vendus ensemble : un repas au restaurant, une semaine dans un club de vacances ; déplacement
dans l’espace d’artefacts : transport, commerce ; formes particulières d’usage d’une force de
travail (cf. ci-dessous) : consultations diverses, ménage, etc.

Les ressources naturelles

Tout artefact est issu de ressources naturelles qui fournissent matière et énergie. La terre étant
un objet à dimensions limitées, toutes les ressources naturelles sont, d’une façon ou d’une autre
"épuisables". Toute production matérielle dégrade l’énergie qu’elle utilise (second principe de la
thermodynamique) et produit des déchets. La capacité d’absorption de ces déchets par les
écosystèmes doit être considérée comme une ressource naturelle, également limitée. Les
ressources naturelles peuvent être appropriées ou pas. Une terre agricole, un gisement de
pétrole, une source d’eau, peuvent être et sont généralement appropriés. Ce sont alors des
marchandises. Mais un grand nombre de ressources naturelles soit pourraient, techniquement,
être appropriées, mais ne le sont pas, soit ne peuvent pas l’être. Dans les deux cas, elles sont
donc d’accès libre. Ceci peut évidemment poser des problèmes puisqu’elles sont épuisables, et
justifie des interventions spécifiques des Etats.

Les monnaies

Une monnaie est un objet économique dont la forme matérielle peut être diverse : pièces d’or ou
d’argent (frappées par le prince), billets de banque, comptes courants bancaires. Sa définition

Cerna 16
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

est, dans un espace géographique donné, d’être unanimement acceptée en échange de tout autre
objet économique. C’est donc un "équivalent général" de tous les autres objets. Pour qu’elle
puisse remplir son rôle d’équivalent général et être acceptée par tous contre tout objet, il faut
certaines conditions, qui peuvent se résumer en une phrase : les acteurs doivent avoir
"confiance" dans une monnaie. La monnaie est elle-même produite, nous verrons comment, et
comment peut s’entretenir la confiance en elle. Disons simplement ici qu’il n’y a pas de
monnaie sans Etat. Dans le monde, différentes monnaies existent, qui ne sont pas toutes
acceptées dans tous les espaces géographiques. Ces différentes monnaies peuvent s’échanger
entre elles. Le prix d’une monnaie dans une autre est son "taux de change" avec cette monnaie.

Les forces de travail

Il s’agit des capacités, autrement dit des compétences, savoir, savoir-faire, acquises par des
hommes et utilisables par eux pour produire et faire circuler les objets économiques. Dans une
société d’hommes juridiquement libres, la « force de travail » (le terme est de Marx) est
appropriable : chacun est en effet l’unique propriétaire de sa force de travail, ce qui n’était pas le
cas des esclaves, ni même des serfs dans le féodalisme, qui n’étaient que très partiellement
propriétaires de leur force de travail. Elle peut donc être utilisée par chacun pour son propre
compte, mais elle peut aussi être aliénée, c’est-à-dire mise à disposition d’un autre en échange
de monnaie. Dans ce cas, elle devient une marchandise. Mais c’est une marchandise très
particulière : il est essentiel de comprendre que ce qui est ainsi aliéné, par exemple dans le cadre
d’un contrat de travail salarié, est l’usage d’une force de travail et non "du travail". En dehors
du travail salarié classique (CDI entre un individu et une entreprise), il existe une grande variété
de formes contractuelles par lesquelles des individus vendent leur force de travail ou, si l’on
préfère, le droit d’usage de leurs compétences.

Les titres

Défini de manière très générale, un titre est une promesse, faite par V, celui qui vend le titre,
à A, celui qui l’achète avec de la monnaie, de procurer à A de la monnaie dans l’avenir.

La monnaie dont il dispose, A pourrait l’utiliser à acheter immédiatement des biens et services
et à en jouir. S’il y renonce en donnant cette monnaie à V en échange d’un titre, A exigera un
avantage pour compenser cette renonciation à une jouissance immédiate :

− soit le reversement ultérieur, à une échéance fixée, de la somme donnée, mais augmentée
d’un "intérêt". La somme initiale a donc dans ce cas été « prêtée »par A, « empruntée » par
V. Le titre est un titre de dette .

Un exemple de ce type de titre est une obligation. V peut, par exemple, émettre une obligation
de 1 000 F, à dix ans, à taux d’intérêt fixe de 10 %. A achètera cette obligation en versant 1 000

Cerna 17
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

F à V, recevra de V chaque année 100 F pendant 10 ans, et V lui remboursera l’obligation au


bout de 10 ans en lui versant 1 000 F.

Un autre exemple de ce type de titre est une créance bancaire. On nomme ainsi le titre émis à
l’occasion d’un prêt d’une banque à une entreprise ou à un individu. Lorsqu’une banque vous
prête 100 000 F, elle détient sur vous une créance de 100 000 F, que vous lui avez vendue. Vous
rachetez cette créance en remboursant le prêt et ses intérêts, selon des modalités variables.

− soit un flux régulier de revenus, c’est-à-dire des versements réguliers de monnaie, dont la
somme dans le temps lui apparaîtra préférable à la libre disposition immédiate de la quantité
initiale de monnaie dont il disposait.

Un exemple de ce type de titre est les actions émises par les entreprises. Une entreprise, pour se
procurer de la monnaie et augmenter ainsi ses « fonds propres » (nous les définirons au chapitre
suivant), vends des actions à des individus ou à d’autres entreprises. Détenir une action donne
droit à une certaine fraction (déterminée par le nombre d’actions déjà vendues : s’il y a 1 000
actions de l’entreprise en circulation, ce sera 1/1000) des bénéfices que les dirigeants de
l’entreprise voudront bien distribuer à leurs actionnaires. Cette part distribuée des bénéfices
s’appelle les "dividendes" versés aux actionnaires. L’entreprise ne rachète normalement pas les
actions émises, mais celui qui les a achetées peut les revendre à qui il veut sur une bourse.

A tout titre est donc associé un "rendement", qui mesure le rapport entre la quantité de
monnaie récupérée et la quantité de monnaie initialement cédée.

Les marchés où les titres s’échangent contre de la monnaie sont les marchés financiers.

Les informations

Absent des premiers modèles économiques, le concept d’information est omniprésent dans les
modèles contemporains.

Les informations que l’on considère en économie sont celles dont ont besoin les acteurs pour
effectuer des actes économiques (définis ci-dessous) : produire, acheter, vendre, épargner ou se
financer. Il faut en distinguer deux types : l’information codifiable et l’information tacite.

L’information codifiable est portée par des textes, quel que soit leur support : imprimés,
électroniques, etc. Elle circule aujourd’hui non seulement à coût très faible, mais très
rapidement et pratiquement sans obstacle étatique. Des personnes qui, dans leurs rapports de
travail, n’ont qu’à échanger des informations codifiables peuvent donc travailler en réseau,
reliées par leurs ordinateurs, aux quatre coins du monde.

L’information tacite est portée par des hommes, elle contribue à la qualité de leur force de
travail : ce sont les savoir, les savoir-faire, les connaissances qui ne peuvent se transmettre

Cerna 18
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

intégralement par l’écrit, mais par la parole adressée, le dialogue, la démonstration, le travail en
commun. L’information tacite est portée par des individus, mais aussi par des collectifs
d’individus en interaction. L’information tacite représente en réalité une masse essentielle des
informations utilisées dans les processus économiques : une très large part des informations
techniques sur les moyens de produire, et des informations dites commerciales sur les besoins,
les préférences, les intentions des acteurs économiques sont de ce type. Elle ne se diffuse que si
les hommes sont directement en rapport entre eux et le plus souvent présents physiquement les
uns aux autres.

L’information codifiable peut être appropriée, et donc avoir le statut d’une marchandise, ou pas.
Dans ce dernier cas, accessible à tous, elle a le statut d’un bien public : c’est le cas, nous l’avons
dit, de la plupart des informations dites "scientifiques". L’information tacite n’est transférable
qu’à la condition d’obtenir la pleine coopération de ceux, individus ou collectifs, qui la portent,
et même dans ce cas, à condition d’y consacrer le temps nécessaire. Elle est à l’origine d’un
concept important en économie contemporaine : l’asymétrie d’information (cf. chap. 6)

2.1.2. Actes économiques

Nous définissons les actes économiques avant les acteurs économiques, puisque, nous le
verrons, les acteurs se définissent fréquemment par la nature de leurs actes.

Production

La production consiste à transformer des biens en d’autres biens en appliquant aux premiers des
forces de travail. Les premiers sont les intrants du processus productif, les seconds les extrants.

Parmi les intrants, on trouvera, tout à fait en amont du système productif, les ressources
naturelles. Lorsque le processus de production est fragmenté, c’est-à-dire lorsque le processus
de transformation des ressources naturelles en biens finaux ne s’effectue pas en une seule
opération réalisée en un seul lieu, ce qui est le cas très général dans la production moderne, on
distingue les biens "intermédiaires" qui sont "consommés" - on parle ainsi de "consommation
intermédiaire" - dans une phase ultérieure du processus de production et ainsi de suite jusqu’au
bien final. Exemple : l’acier est une consommation intermédiaire entrant dans la composition
d’une automobile, bien final.

Parmi les consommations intermédiaires, on peut faire une distinction, conventionnelle car
dépendant de l’unité de temps que l’on considère. Cette distinction est : consommation
intermédiaire stricto sensu et investissement productif. Soit, dans un processus productif, le
flux intrant de biens pendant une période donnée, l’année par exemple. Sont des consommations
intermédiaires les biens qui ont été entièrement transformés en extrants pendant cette période.
Sont des investissements productifs les biens qui subsisteront en partie à l’issue de la période de

Cerna 19
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

production et qui pourront donc être utilisés dans la période suivante. Exemple : Soit le
processus de production d’automobiles, considéré sur une année. Consommations
intermédiaires : bobines d’acier, peintures, électricité, services de transports, etc.
Investissements productifs : bâtiments, machines-outils, mais aussi logiciels de contrôle des
robots, publicité pour le nouveau modèle.

Echange

Le troc, forme élémentaire de l’échange, consiste en ce qu’un acteur X donne à un acteur Y un


objet économique tandis que simultanément Y donne à X un autre objet. Pour deux acteurs
libres de leurs décisions et propriétaires des objets qu’ils se proposent d’échanger, ceci ne peut
intervenir que si chacun des deux acteurs estime qu’il tirera de la possession de ce qu’il acquiert
une satisfaction supérieure à celle que lui procurait ce qu’il cède. Un échange n’a lieu que s’il
est mutuellement bénéfique. Quand existe une monnaie, qui par définition peut s’échanger
contre tout autre objet économique, les échanges sont en fait scindés en deux. Il y a d’abord une
vente : échange d’un objet contre monnaie. Puis un achat : échange de monnaie contre un autre
objet. L’intérêt de la monnaie est donc de pouvoir dissocier vente et achat dans le temps et de ne
pas être obligé de ne vendre qu’à l’acteur à qui on achète, comme dans le troc.

Consommation

Toute consommation de biens et services est une destruction de ceux-ci. Nous avons déjà
rencontré la consommation "productive" ci-dessus : celle qui transforme - donc détruit en tant
que tels - des biens en autres biens. La consommation "finale" est l’utilisation - destruction de
biens pour satisfaire des "besoins humains".

Comme indiqué plus haut, la destruction finale des biens engendre inévitablement des déchets,
car la matière se conserve et l’énergie se dégrade. Ces déchets sont soit rejetés dans les
écosystèmes, soit recyclés, auquel cas ce ne sont plus des déchets, mais des biens intermédiaires
qui rentrent à nouveau dans les processus productifs.

Lorsque la consommation finale porte sur un bien dont la jouissance s’étendra sur plusieurs
périodes de temps, on peut parler d’investissement, par analogie avec l’investissement
productif. Pour un individu, c’est le cas par exemple pour une automobile, a fortiori pour une
maison. Mais ici encore, cette distinction est conventionnelle car elle dépend du découpage
temporel adopté. Ainsi, dans l’ensemble des biens dit finaux consommés par un individu, on
pourra distinguer :

− les "investissements" : logement,


− les "biens durables" (dont la consommation-destruction s’étale sur plusieurs années) :
automobile,

Cerna 20
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

− les biens et services de "consommation courante" : nourriture, vêtements, santé, loisirs.


Epargne – Financement

Nous avons défini ces actes avec les titres, qui en sont le support.

Epargner, c’est acheter un titre. Se financer, c’est en vendre un.

2.1.3. Acteurs économiques

On considère en économie deux types d’acteurs :

- Les acteurs « privés ».

- Les Etats.

Les acteurs privés se subdivisent en :

− les hommes, ou acteurs individuels,


− des acteurs collectifs.
Ces derniers regroupent deux catégories bien différentes :

− les organisations,
− les agrégats d’acteurs individuels ou d’organisations.
Les organisations sont des regroupements d’individus, liés entre eux par des contrats. Ces
contrats introduisent généralement une hiérarchie. Donc ce cas, une organisation a un chef. Une
organisation essentielle en économie est évidemment l’entreprise. Elle est hiérarchisée. Si bien
que dans un grand nombre de cas on considère que les objectifs et les comportements de
l’entreprise sont ceux de sa direction.

Les agrégats regroupent des individus ou des organisations qui effectuent les mêmes actes
économiques et ont le même type de comportement. C’est ainsi que l’économie classique (cf.
encadré 1.1), jusqu’à Marx, raisonnait avec 3 acteurs collectifs, des classes sociales : les
prolétaires qui n’ont que leur force de travail à vendre ; les capitalistes, qui sont des
entrepreneurs industriels ou agricoles (des fermiers) : ils engagent leur argent dans des
opérations productives et achètent les forces de travail des premiers ; les propriétaires fonciers
qui louent le sol aux capitalistes.

La macroéconomie contemporaine (cf. encadré 1.1) raisonne avec des agrégats différents : les
ménages (un ménage est un ensemble d’individus vivant sous un même toit et supposé
constituer une unité de consommation sous l’autorité du chef de ménage) ; les entreprises, elles-
mêmes divisées en sous-groupes en fonction des actes économiques qui les caractérisent :
entreprises industrielles, banques, entreprises commerciales, etc. ; les administrations publiques,
etc.

Cerna 21
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Le comportement d’un acteur collectif du type agrégat est un concept statistique. On ne peut pas
toujours facilement l’inférer des comportements individuels, mais simplement le constater et le
vérifier statistiquement.

Un acteur économique est toujours une abstraction. Une abstraction d’individus,


d’organisations, ou un agrégat de ces abstractions. Il est défini par ses actes économiques et le
type de rationalité qui commande ces actes, autrement dit sa logique de "comportement
économique".

Différents modèles économiques définissent différentes typologies d’acteurs. Cela dépend du


problème qu’ils veulent formaliser et analyser.

Ainsi un modèle de type "microéconomique" (cf. encadré 1) ne distinguera que deux catégories
d’acteurs : des "producteurs" et des "consommateurs", éventuellement l’Etat. Le "producteur"
de la théorie microéconomique est une abstraction très éloignée de la réalité d’une "entreprise"
concrète. L’entreprise y est réduite à son seul dirigeant qui organise lui-même une certaine
combinaison d’investissements productifs, de consommations intermédiaires, de forces de
travail, qu’il achète, pour produire des biens et services qu’il vend, selon une rationalité simple
qui peut être par exemple de maximiser le profit défini comme : somme des ventes - somme des
paiements.

De même le "consommateur" est un acteur qui se contente de répartir une somme d’argent dont
il dispose dans l’achat de différents biens et services avec pour but de maximiser sa
"satisfaction". Un individu concret est certes un consommateur, mais aussi un vendeur de force
de travail, voire également un producteur individuel, un rentier vivant des revenus de la
monnaie qu’il a épargné, etc. Dans l’acteur "consommateur" la fonction de consommation est
séparée du reste de l’individu concret qui la porte.

Tous les concepts économiques qui précèdent supposent, pour pouvoir simplement être définis,
des hypothèses concernant les rapports sociaux dans la société sur laquelle le discours
économique est censé discourir. Ainsi le concept de "marchandise" suppose l’existence de la
propriété privée. Le concept de "travail" ne sera absolument pas le même dans une société où
domine le salariat et dans une société fondée sur l’esclavage, le concept moderne de "monnaie"
suppose l’existence d’un Etat. Plus même : on ne peut définir des concepts économiques et donc
tenir un discours économique, sur n’importe quel type de société. Nous y reviendrons ci-dessous
en section 3 de ce chapitre. Admettons pour l’instant que ces concepts puissent être définis dans
une société donnée.

Encadré 1 : Classiques, néoclassiques et keynésiens

Les classiques sont les économistes de la fin du 18ème siècle et de la première moitié du 19ème siècle.
Les principaux sont Smith, Ricardo, Malthus, Say, Mill. Smith avec "La Richesse des Nations" (première

Cerna 22
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

édition 1776) peut être considéré comme le fondateur de l’économie, comme discours sur certains aspects
de la vie sociale, nettement séparé d’autres discours. Il a cependant des prédécesseurs, mais qui n’avaient
pas construit de système de l’ampleur du sien : les mercantilistes et les physiocrates.

Marx peut être considéré comme le dernier des grands classiques. Bien qu’il soit en rupture avec eux sur
des points essentiels, il reste dans le cadre de l’analyse classique, qui raisonne de façon "macro-
économique" (à l’échelle d’un pays et des rapports entre pays) et regroupe les acteurs économiques en
classes sociales définies par leurs rapports de propriété aux moyens de production : les ouvriers, les
capitalistes, les propriétaires fonciers. Les classiques, Marx compris, sont essentiellement analytiques. Ils
cherchent à découvrir des « lois » de la croissance et la répartition de la richesse dans les sociétés
"capitalistes".

A la fin du 19ème siècle, et en opposition à Marx, se développe un courant dit "néoclassique" dont les
fondateurs sont Walras, Pareto, Marshall. Il utilise des modèles différents, dont les acteurs sont
individuels : les producteurs, les consommateurs. Cette approche est qualifiée de microéconomie. De
plus, ce courant se veut normatif. Il ne se contente pas d’établir des lois d’évolutions, il définit les critères
qui permettent de juger une situation meilleure qu’une autre et les moyens d’atteindre les situations
optimales.

Keynes, dont l’ouvrage principal "La théorie générale" est publié dans les années 1930, est en rupture
avec les néoclassiques sur certains points. En particulier, il revient à une analyse de type macro-
économique. L’importance de cette rupture a cependant été relativisée dans les dernières décennies.

2.2. Les modèles économiques

Faire de l’économie, cela consiste à construire des modèles économiques.

Construire un modèle économique, c’est :

− Définir un certain nombre d’acteurs, individuels ou collectifs.


− Définir le comportement de ces acteurs quand ils effectuent des actes économiques. Cela
consiste en particulier à définir quels sont leurs objectifs et quels sont les moyens dont ils
disposent pour tenter de les atteindre.
− Définir les interactions entre ces comportements, la manière dont ces comportements
sont, plus ou moins bien, coordonnés. Dans les sociétés capitalistes modernes, les
mécanismes de coordination économiques sont pour l’essentiel, comme on le verra, des
mécanismes dits "de marché". Cela revient dans ce cas à définir comment fonctionnent les
marchés. Ce qu’est un marché et comment il fonctionne sera l’objet du chapitre 6.

Un modèle économique est donc une représentation simplifiée des "dynamiques


économiques", c’est-à-dire des processus de création et de répartition de richesse résultant
des actions d’un ensemble donné d’acteurs coordonnées par des mécanismes de
coordination.

Cerna 23
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

2.3. Modèles et problèmes

Il n’existe pas de modèle économique global, c’est-à-dire décrivant le comportement complet


de la totalité des acteurs et leurs interactions.

Un modèle économique se construit en effet à partir d’une question, d’un problème. Dès
leur origine, avec les mercantilistes, les modèles économiques ont été élaborés pour répondre à
des questions pratiques. Par exemple pour les mercantilistes : "Comment faire pour que l’or
afflue dans le trésor royal ?".

Puisque nous sommes dans le domaine de l’analyse des sociétés humaines et que les hommes
ont une certaine liberté d’influence de leur destin, un modèle économique autorise quelques
conseils, au prince par exemple.

A la fin du 19ème siècle, Max Weber, économiste et sociologue disait : "Nous savons tous que
la science qui est la nôtre (l’économie), de même que - à l’exception peut-être de l’histoire
politique - toutes les sciences qui ont pour objet des institutions et des événements culturels
humains, sont issues historiquement de considérations pratiques. Elaborer des jugements de
valeur sur certaines mesures de politiques économiques, tel fut le but immédiat et, au départ,
unique de notre discipline" 3.

Le problème économique peut être local, c’est-à-dire concerner uniquement certains acteurs
particuliers et leurs interactions, il peut être global et concerner par exemple l’ensemble des
acteurs d’un territoire donné, voire du monde entier, mais dans ce cas, il ne pourra décrire que
certains aspects des dynamiques économiques.

Exemples de problèmes locaux :

« Quelle doit être la stratégie de prix d’une entreprise qui n’a qu’un seul concurrent dans une
activité donnée ? ».

« Combien de contrats différents (par l’étendue de la couverture, le niveau de franchise, le


montant des primes) une compagnie d’assurances doit-elle proposer à ses clients pour
maximiser sa part de marché ? ».

« Comment un gouvernement peut-il obtenir des acteurs économiques la réduction d’un type
donné d’émissions polluantes sur son territoire ? ».

« Faut-il, et si oui, comment, privatiser la SNCF ? ».

3Max Weber"L’objectivité de la Connaissance", in Essais sur la Théorie de la Science. Agora - Presses-

Pocket, p. 121.

Cerna 24
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Exemples de problèmes plus globaux :

« Quelles sont les causes du chômage actuel en Europe continentale et comment y remédier ? ».

« Quels vont être les effets d’une intégration croissante de pays comme la Chine ou l’Inde dans
les échanges internationaux de marchandises et de capitaux ? ».

« Comment s’y prendre pour obtenir, au niveau international, une réduction des émissions des
gaz à effet de serre ? ».

2.4. A quoi servent les modèles économiques ?

Un modèle économique a trois types de fonctions :

Explicative

Un modèle établit des liens de causalités entre d’une part : comportements des acteurs et
fonctionnement des mécanismes de coordination et d’autre part : la croissance de la richesse et
sa répartition.

Par exemple un modèle permet d’affirmer : "Le chômage en Europe est la conséquence de la
troisième révolution industrielle (celle de l’informatique) dans une situation de fortes rigidités
des marchés du travail. La même cause engendre aux Etats-Unis un accroissement des
inégalités de revenus" 4. Dans ce modèle, les comportements d’acteurs sont supposés les mêmes
dans les deux zones. Ce qui diffère et explique les résultats différents quant à la répartition de la
richesse (chômage, revenus), c’est le fonctionnement des marchés du travail.

Prédictive

Si l’on suppose une stabilité du comportement des acteurs dans le futur, un modèle permet de
dire comment les choses vont évoluer "toutes choses égales par ailleurs". Par exemple il
démontre une proposition du type : "Si les gouvernements maintiennent leurs comportements
actuels (c’est-à-dire les politiques économiques actuelles), la globalisation économique, tout en
stimulant la croissance d’ensemble et le rattrapage des pays émergents va cependant conduire,
tant dans les pays riches que dans les pays émergents, à une croissance des inégalités sociales
internes à chacun de ces pays".

4Cette thèse et celles qui suivent ne sont ici données qu’en exemple. Elles ont été formulées par des

économistes. Cela ne veut pas dire que tous les croient justes. Cf. section 4 ci-dessous.

Cerna 25
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Normative

Etre normatif, c’est dire à un acteur : "vous devez faire cela". Les économistes passent leur
temps à formuler des propositions normatives, lorsqu’ils s’adressent, par exemple, à des
entreprises ou à des gouvernements.

3. L’économie peut-elle être normative ?

A quelles conditions les modèles économiques peuvent-ils être normatifs ? Pour répondre à
cette question, il faut distinguer deux types de normativité, donc deux sens de la prescription :
« il faut ». Le premier sera dit instrumental, le second absolu.

La normativité instrumentale

Elle consiste à affirmer, en s’adressant à un acteur économique particulier : « Si vous voulez


obtenir tel résultat, alors il faut faire cela », ou bien : « Pour atteindre tel objectif, vous
n’avez le choix qu’entre deux actions, A et B. Par ailleurs, voici quelles seront les autres
conséquences de chacune de ces deux actions ». Il s’agit donc d’une simple explicitation de
causalités hypothétiques. Ce n’est qu’une forme d’utilisation prédictive des modèles, mais
appliquée aux objectifs propres d’un acteur. Ces objectifs sont pris comme des données.
L’économiste ne porte aucun jugement sur eux.

Ainsi par exemple un modèle économique permettra de dire :

A une entreprise : « Dans votre industrie, compte tenu des comportements de vos concurrents et
de vos clients, si vous voulez maximiser vos profits, vous devez baisser vos prix de 10% ».

A un gouvernement : "Pour réduire le chômage actuel, qui touche particulièrement les non
qualifiés, il n’existe que deux moyens : supprimer le SMIC ou réduire considérablement les
charges sur les bas salaires. Et voici quels seront les effets de chacun de ces moyens sur la
répartition, c’est-à-dire qui y gagnera et qui y perdra". Ou encore : "Pour réduire le niveau de la
pollution due aux émissions de SO2 des usines, il n’existe a priori que quatre moyens : 1)
imposer une taxe de tel niveau aux pollueurs, 2) édicter des normes d’émission maximum, 3)
organiser un marché de droits à émettre, 4) proposer aux entreprises possédant les usines de
passer avec vous un « accord volontaire » stipulant un objectif collectif de dépollution dont elles
se répartiront l’exécution comme elles l’entendent. Voici quel est le coût total de chaque
mesure, comment il sera réparti entre les acteurs, et quels en seront les effets secondaires".

La normativité absolue

Si l’on s’accorde sur un critère qui permet de juger qu’une situation est "meilleure" qu’une
autre, un modèle économique permet de déterminer les moyens, c’est-à-dire les modifications

Cerna 26
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

du comportement de telle ou telle catégorie d’acteur, qui permettent d’atteindre ou de


s’approcher de la situation la meilleure. Une prescription normative forte est du type :
"L’intérêt général commande de faire cela".

Tout le problème est celui de l’existence et de la nature de critères permettant de juger qu’une
situation est meilleure qu’une autre. Raisonnons à propos des actions d’un acteur particulier :
l’Etat.

Nous verrons (chp. 8 et 10) que l’Etat dispose de nombreux moyens d’agir sur les dynamiques
économiques. Ses actions que l’on qualifiera de "politique économique" ont des effets sur la
croissance de la richesse et sa répartition parmi les acteurs présents dans le territoire où l’Etat
exerce sa souveraineté. (Ses actions peuvent aussi avoir des effets à l’extérieur de son territoire,
mais laissons cela pour simplifier).

Existe-t-il des critères permettant de dire que telle politique économique est "bonne" et
doit être pratiquée ?

Un premier critère vient à l’esprit : une politique économique est bonne si elle augmente la
richesse de tous. Sans aller jusque-là, une politique sera bonne si elle améliore la richesse
d’au moins un acteur, sans diminuer celle d’aucun autre. En effet, une telle politique ne peut
que faire l’unanimité : personne n’a de raison de s’y opposer.

Dans le langage de l’économie, une action qui améliore la richesse d’au moins un acteur
sans diminuer celle des autres est dite "Pareto - efficace" du nom de l’économiste et
sociologue Vilfredo Pareto qui à la fin du 19ème siècle a réfléchi sur ces questions.

Une situation sera dite "pareto-optimale" quand aucune action pareto-efficace n’y est plus
possible.

Autrement dit rien ne peut être entrepris qui améliore la situation d’au moins un acteur sans
détériorer celle d’un autre. Nous avons là un critère incontestable, puisqu’il est fondé sur
l’unanimité. Il est évident que toute action, toute politique économique s’il s’agit de l’Etat,
pareto-efficace doit être recommandée. L’économiste peut alors légitimement dire "il faut faire
cela" et être normatif au sens absolu.

Mais ce critère est d’un usage très limité. Que dire en effet d’une politique économique qui
ferait croître la richesse moyenne, mais au prix de pertes de richesse pour certains : par exemple
une politique de relance par l’augmentation de la consommation publique (des dépenses de
l’Etat), qui résorberait le chômage, accélèrerait la croissance et améliorerait les revenus du bas
et du milieu de l’échelle, mais au prix d’une ponction fiscale accrue sur les hauts revenus donc
d’une diminution de ceux-ci ? Cette action n’est pas pareto-efficace et ne fera pas l’unanimité.
On peut alors invoquer le critère de la majorité. Une politique qui améliore la richesse de la

Cerna 27
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

majorité sera dite bonne.

Mais que penser d’une politique qui augmenterait la richesse moyenne de 80% de la population,
au prix de la réduction à la plus noire misère des 20% restants ? Elle serait bonne selon le critère
de la majorité, mais condamnable selon des critères disons "éthiques". On pourra dire qu’une
telle politique n’est pas "juste" : elle piétine les droits de la minorité. Dans un livre qui a eu un
immense succès dans le monde anglo-saxon : "Théorie de la justice ", le philosophe John Rawls
a tenté de déterminer des critères incontestables de "justice" d’une action de politique
économique. Sa principale conclusion est qu’une politique est "juste" lorsqu’elle améliore le
sort de plus défavorisés, quel que soit l’écart qu’elle creuse par ailleurs entre ceux-ci et les plus
favorisés. C’est en effet un critère possible, mais il est fondé sur l’hypothèse que ce qui
intéresse les plus défavorisés est l’amélioration de leur sort dans l’absolu. Que se passe-t-il s’ils
sont avant tout sensibles non pas à leur richesse absolue, mais à leur richesse relative ?
Autrement dit s’ils préfèrent une situation de moindre inégalité, avec une richesse personnelle
plus faible, à une situation de forte inégalité, avec une richesse personnelle plus élevée. Cette
hypothèse est fondée sur la thèse que la notion de richesse est essentiellement relative : on n’est
pauvre que par rapport à des riches. Elle peut parfaitement être soutenue et elle rend inopérant le
principe de Rawls.

Bref, sauf dans le cas très particulier où une action économique est pareto-efficace, il
n’existe pas de critères incontestables pour la juger meilleure qu’une autre.

Il n’existe donc pas, sauf ce cas très particulier, de critère interne à l’économie qui permette à un
économiste d’être normatif au sens absolu du terme. Quand il prétend pouvoir l’être, c’est au
nom de critères politiques (règle de la majorité) ou éthique (comme par exemple le critère de
Rawls) qui sont toujours contestables et qui en tout cas, ne sont pas "économiques".

Retenons donc que, sauf quand il recommande des actions pareto-efficace, l’économiste ne peut
être normatif au sens absolu en tant que tel. S’il l’est, c’est au nom de critères non
économiques.

Il faut toujours demander à un économiste au nom de quoi il prétend pouvoir être


normatif.

L’économiste peut par contre sans contestation être normatif au sens instrumental du terme.
Mais cette normativité résulte entièrement du caractère prédictif de ses modèles.

Les modèles économiques sont donc explicatifs et prédictifs. Ils ne peuvent être normatifs
que dans le cadre très restreint de la mise en évidence d’actions pareto-efficaces.

Cerna 28
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

4. Conditions de possibilité de l’économie 5

Le comportement d’un acteur concernant sa richesse matérielle ou celle de l’entité qu’il dirige
peut se décrire par ses objectifs et les moyens à sa disposition à atteindre ses objectifs. Les
raisons du choix d’un objectif par un acteur n’importent pas à l’économie. Cela peut être son
désir, soit plus sûrement que la compétition lui interdise d’agir autrement, sous peine de changer
de position dans la société dont il fait partie. Ses objectifs peuvent ainsi aller de la maximisation
de la richesse au simple maintien de cette richesse à un niveau suffisant pour ne pas changer de
position. Mais on pourrait aussi faire de l’économie à propos d’acteurs dont l’objectif serait que
leurs revenus ne dépassent en aucun cas le minimum vital et qui chercheraient ainsi à maximiser
leur temps de non-travail, par exemple.

Mais, il est clair qu’on ne peut faire de l’économie, c’est-à-dire construire des modèles qui
formalisent l’interaction des comportements d’individus ou d’ensembles d’individus à la
poursuite d’objectifs de richesse, que si ces comportements sont stables dans le temps.

S’ils variaient en permanence, rien de général ne pourrait être dit des résultats de leur
interaction. En toute rigueur, on peut imaginer des objectifs stables et des comportements
variables. La poursuite d’un objectif consiste en effet en un processus d’essais et d’erreurs qui
peut impliquer une variabilité des comportements. Cependant on peut faire l’hypothèse de
phénomènes d’apprentissage qui, à objectif stable, font converger les comportements vers la
stabilité. Stabilité des objectifs et stabilité des comportements économiques peuvent donc être
considérés comme logiquement équivalents et subsumés sous la catégorie de l’existence d’une
« logique économique » des acteurs.

Quant aux conditions de cette stabilité, donc de l’existence d’une logique économique des
individus, il existe deux attitudes possibles. La première, brillamment défendue par Hayek 6,
consiste à la faire découler de la nature humaine et de poser que, parce qu’ils sont des hommes,
le fellah de la vallée du Nil au troisième millénaire avant Jésus-Christ, Robinson sur son île et
un grand spéculateur contemporain de Singapour se comporteront à l’égard de la richesse
matérielle exactement de la même façon, qui consiste à considérer qu’en la matière mieux vaut
plus que moins et donc à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour en obtenir le maximum.

5Cette section est extraite (avec des modifications) du chapitre 1 de « L’Inégalité du Monde », P.N.

Giraud, Editions Gallimard, Collection Folio Actuel, Paris, 1996.

6Hayek, Friedrich von : "Scientisme et Sciences Sociales" (traduction française par Raymond Barre de :

"Scientism and the Study of Social Sciences", Glenco, Illinois, The Free Press, 1952) Plon, Agora, Paris,
1986, pp. 44-47.

Cerna 29
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

L’autre attitude, qui est celle que nous adoptons, considère que l’on ne peut faire l’hypothèse de
l’existence d’une logique économique des individus que dans des sociétés où les
comportements à l’égard de la richesse matérielle peuvent être considérés comme
indépendants des autres aspects de la vie sociale des individus. S’ils ne l’étaient pas, il
faudrait les analyser dans leurs rapports avec ces autres aspects (politiques, culturels, religieux,
etc.) ce qui engagerait la pensée dans la voie d’une impossible théorie générale de la vie sociale.
Or - c’est évidemment une thèse - l’hypothèse d’indépendance des comportements économiques
ne peut être faite que pour les sociétés où dominent :

- quant au type de propriété des facteurs de production (y compris les forces de travail) et des
marchandises, la propriété privée.
- quant à la production et la répartition des biens et des services qui constituent la richesse
matérielle, des relations marchandes fondées sur la circulation d’un équivalent général
monétaire ;
Ces prémisses désignent des sociétés généralement appelées "capitalistes".

Conséquence : on ne peut faire « l’économie » du socialisme soviétique, par exemple, ni d’une


société dite « primitive » (cf. Encadré 2).

La thèse est donc qu’il n’existe de comportements économiques indépendants et stables


que dans les sociétés capitalistes et qu’il n’y a d’analyse économique possible que de ces
sociétés.

Nous pouvons préciser maintenant notre définition de l’économie :

"L’économie construit des modèles explicatifs et prédictifs des processus de création et de


répartition de la richesse matérielle dans les sociétés capitalistes".

Encadré 2 : Il n’existait pas d’économie socialiste

Dans le socialisme soviétique par exemple, on ne pouvait pas faire l’hypothèse de l’existence de
comportements économiques et il n’existait donc aucune logique économique, sauf très localement,
autour des marchés kolkhoziens, par exemple. Prenons l’unité de base de la production dans le socialisme
soviétique : le "combinat", et son directeur. Connaissant sa production, ses achats et ses employés, le
directeur pouvait parfaitement faire une sorte de "calcul économique", puisque chaque bien avait un prix
(en fait souvent plusieurs, mais laissons cela de côté pour simplifier). Il pouvait par exemple calculer un
profit = valeur des ventes - valeur des achats et des salaires (monétaires et en nature) versés. Mais ce
"profit" n’avait absolument pas la même signification que pour une entreprise capitaliste. Il n’était en
particulier pas un indicateur de "l’efficacité" de l’entreprise dans l’utilisation des ressources productives,
en raison de ce que les prix qui permettaient de le calculer étaient purement conventionnels et fixés par
l’Etat. En aucune façon d’ailleurs, le directeur du combinat n’avait un comportement visant à maximiser

Cerna 30
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

ce profit.

Mais de manière plus générale, le directeur d’un combinat n’avait aucun objectif que l’on pourrait
qualifier d’économique, séparable d’autres objectifs et stable dans le temps. Il ne cherchait pas à
maximiser systématiquement sa production par exemple, ou à minimiser ses consommations de matières
premières. La raison de fond est qu’un combinat socialiste n’avait rien à voir avec une entreprise
capitaliste. C’était en fait un "morceau d’Etat" une unité de base de l’Etat socialiste, assurant certes des
fonctions de production mais aussi des fonctions sociales (logement, loisirs, santé, éducation de ses
"membres") et politiques (contrôle de ses membres et lieu de débat politique). Le combinat était "multi
fonctionnel". Son dirigeant prenait certes des décisions et le faisait de manière cohérente, mais en
combinant de multiples objectifs dont beaucoup n’avaient rien à voir avec la production. On ne pouvait
lui attribuer aucune logique économique. Sa cohérence, bien réelle par ailleurs (le socialisme
"fonctionnait" et fut même capable de développer considérablement la production), n’était pas de nature

économique. Il en résulte qu’une analyse économique du socialisme est impossible 7.

Il en est de même des sociétés dites "primitives". D’ailleurs les tentatives d’analyse économique des
sociétés primitives sont en fait désignées sous le nom "d’anthropologie économique". L’usage du mot
"anthropologie" signifie bien l’impossibilité de séparer, dans ces sociétés, les comportements
économiques des autres dimensions de la vie humaine. C’est de l’anthropologie s’intéressant plus
particulièrement aux processus de production et d’échanges, ce n’est pas de l’économie.

5. Modèles économiques et réalité : l’économie est-elle scientifique ?

Les propositions, explicatives et prédictives, issues d’un modèle économique construit pour
analyser une question sont les propositions du modèle. Or les économistes ont construit, pour
étudier la même question, des modèles très différents. Fondamentalement, ils diffèrent par les
hypothèses de base de tout modèle : le découpage en acteurs, les comportements de ces acteurs,
le fonctionnement des marchés.

Ainsi pour prendre un exemple, à partir de modèles construits pour étudier le phénomène du
chômage dans un territoire donné, (considéré pour simplifier comme fermé c’est-à-dire sans
rapports significatifs avec d’autres territoires), les trois propositions suivantes ont été formulées,
dans les 20 dernières années, à propos d’une politique budgétaire expansionniste (une
augmentation du déficit budgétaire 8) :

7Sur ces questions, voir Ch. von Hirschhausen : "Du Combinat socialiste à l’Entreprise capitaliste : une

analyse des réformes industrielles en Europe de l’Est", Editions L’Harmattan, Paris, 1996.

8Déficit budgétaire = Dépenses - Recettes de l’Etat.

Cerna 31
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

- Elle permet de réduire le taux de chômage au prix d’un peu plus d’inflation (Modèle keynésien
avec relation de Philipps inflation-chômage).
- Elle réduit le chômage, mais uniquement temporairement. Ensuite le taux de chômage revient
à son niveau initial et l’on obtient finalement qu’un surcroît d’inflation (Modèle monétariste
première époque de Milton Friedman).
- Elle n’a aucun effet ni à court terme ni à long terme sur le taux de chômage (Modèle à
anticipations rationnelles).
Nous évoquerons ces modèles au chapitre 11 et les hypothèses qui les conduisent à ces
conclusions divergentes. Mais à ce stade, remarquons que, sans manifester d’impertinence
vulgaire, le profane - et les gouvernements - ont quelque légitimité à se demander qui, et si
même quelqu’un "a raison".

La question de la validité empirique des modèles économiques est très complexe et a fait couler
des flots d’encre. Aussi nous contenterons-nous ici de quelques remarques.

Les modèles économiques prétendent à une validité empirique.

Comme le disait Max Weber :

"Les développements théoriques les plus abstraits de l’économie ne sont justifiés qu’en tant
qu’ils peuvent prétendre améliorer la compréhension du fonctionnement des sociétés
humaines".

Les deux positions épistémologiques extrêmes ne sont pas tenables par l’économie :

L’épistémologie moderne de la physique

La première position prétend que l’économie peut relever de l’épistémologie moderne de la


physique, en particulier telle que formulée par Karl Popper. Selon cette conception, l’économie
serait un discours hypothético-déductif dont le caractère scientifique tiendrait à ce qu’il
émettrait des propositions réfutables. Pour Popper, une théorie doit être tenue pour
scientifique, 1) si elle émet des propositions réfutables (donc des propositions telles qu’on peut
au moins imaginer un test permettent de les réfuter ou de les confirmer provisoirement. (Par
exemple, la proposition "Dieu existe" n’est pas scientifique car non réfutable), 2) tant que les
propositions réfutables qui se déduisent de ses hypothèses parviennent à passer avec succès les
tests susceptibles de les réfuter, ce qui suppose évidemment qu’elles s’y soumettent.
Remarquons que les hypothèses n’ont pas à être directement réfutables, ni même
vraisemblables, il suffit que leurs conséquences soient réfutables.

La difficulté, qui fait que cette position n’est pas tenable pour les modèles économiques, c’est
que les propositions d’un modèle économique ne sont pas réfutables au sens popperien.

D’abord parce que la plupart des tests fournissent des résultats ambigus. Prenons l’exemple
d’une proposition de base des modèles macro-économiques keynésien : la consommation de

Cerna 32
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

l’ensemble des ménages, C, est proportionnelle à leurs revenus, Y, soit : C = cY avec c constant
dans le temps. Rien de plus réfutable en apparence si l’on dispose de séries statistiques sur C et
sur Y. Mais évidemment l’examen de ces séries ne vérifiera jamais C = cY avec le degré de
précision et de constance dans le temps de F = mg ! Donc, à partir de quel degré de divergence
devra-t-on rejeter cette relation ?

Ensuite et plus fondamentalement, lorsqu’il s’agit de tester l’ensemble d’une théorie, en cas de
réfutation d’une proposition, rien ne dit a priori quelle est l’hypothèse qui est fausse. C’est
évidemment vrai en physique également. Mais justement en physique, le rôle de
l’expérimentateur est de multiplier les expériences de manière à isoler les différentes chaînes de
causalité et à tenter ainsi d’identifier quelle est l’hypothèse qui doit être rejetée. Or on ne peut
pas expérimenter en économie. La comparaison de plusieurs situations dans l’espace et dans le
temps ne peut, comme c’est parfois prétendu, tenir lieu d’expérimentation. Dans ces conditions,
il est tentant, et généralement facile, lorsque des observations divergent vraiment trop de ce que
prévoit la théorie, de ne pas toucher aux hypothèses de base, mais de rajouter à la théorie une
hypothèse supplémentaire "ad hoc" qui réduit l’écart avec les observations concrètes révélées
par le test.

C’est ainsi que peuvent coexister plusieurs théories entre lesquelles les tests ne permettent pas
vraiment de trancher.

L’épistémologie aristotélicienne de la géométrie euclidienne

La seconde position, à l’extrême opposé, voudrait que l’économie tire sa validité empirique de
l’évidence des prémisses. C’est de l’épistémologie aristotélicienne. Tout d’abord, remarquons
qu’en économie, ces prémisses "évidentes" ne peuvent concerner des acteurs qui sont des
collectifs, dont le comportement résulte d’une agrégation de comportements individuels. (Il n’y
a rien d’intuitivement évident à C = cY, car ce résultat ne vient absolument pas de ce que c’est
vrai de chaque ménage individuel, alors que c’est assez bien vérifié pour l’ensemble des
ménages). Les seules évidences envisageables sont celles qui concerneraient les comportements
individuels. L’évidence viendrait alors de l’introspection : en tant qu’homme je me comporte
comme cela à l’égard de la richesse et tous les hommes font évidemment pareil, parce que ce
sont des hommes. On retrouve la thèse hayekienne évoquée ci-dessus. On peut ainsi tenir pour
évident qu’un individu, face à deux ensembles de biens est toujours capable de dire celui qu’il
préfère (c’est une des hypothèses de base de la modélisation du comportement du
consommateur en microéconomie). Dans cette conception, une théorie économique est d’autant
plus "valide" qu’elle parvient à expliciter le lien entre ses hypothèses fondamentales et les
comportements économiques individuels (on dira qu’elle est capable d’expliciter ses
fondements microéconomiques).

Cerna 33
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

On a dit que cette conception "naturelle" des raisons du comportement économique des
individus pouvait être contestée. Mais de plus, même si on l’admet, la difficulté est que les
modèles économiques fondés strictement sur la combinaison de comportements individuels sont
assez limités quant au champ de questions qu’ils permettent d’analyser. Un grand nombre de
modèles, en particulier les modèles macro-économiques dont nous verrons des exemples en
deuxième partie, raisonnent à partir d’acteurs collectifs dont les comportements ne peuvent être
strictement dérivés de comportements individuels et ne sont donc pas évidents, mais simplement
plausibles, ou statistiquement à peu près vérifiés dans le passé.

L’économie : une pensée singulière qui doit élaborer ses propres critères de véridicité

En fait, l’économie doit donc en permanence, à la fois :

- veiller au caractère sinon évident, du moins vraisemblable de ses hypothèses,


- accepter de se soumettre au maximum de tests, lesquels ne peuvent être de l’ordre de la
réfutation, mais de l’exemplification (cela marche bien dans tel et tel cas, et si possible dans
de nombreux cas).
En fin de compte le critère à notre avis le plus solide pour juger de la validité d’un modèle
économique, c’est sa qualité prédictive, qui bien sûr ne peut être vérifiée qu’au bout d’un certain
temps. De ce point de vue l’économie ressemble à la médecine (et pas à la biologie, à quoi la
médecine ne se réduit évidemment pas). Ne demande-t-on pas souvent aux économistes de
formuler des "diagnostics" et de proposer des "remèdes"? Ceci l’éloigne sans doute de la pureté
épistémologique tant de la géométrie (évidence des hypothèses, puisque ce sont des axiomes)
que de la physique (réfutabilité des propositions). Mais ceci ne devrait en rien surprendre ceux
qui, au rebours d’une tendance de l’épistémologie moderne personnifiée par Popper, considèrent
qu’il n’existe rien de général qui puisse être qualifié de « science » et se différencier ainsi de
tous les autres discours, mais qu’il existe des "pensées" (il existe la physique, la biologie, les
mathématiques, l’économie…), chacune ayant un rapport singulier à un aspect d’une réalité qui,
fondamentalement, n’est jamais totalement connaissable.

Cerna 34
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 1 : Qu’est-ce que l’économie ?

Concepts à retenir

Richesse

Richesse monétairement évaluable

Droits de propriété, marchandises, biens, services, travail, monnaie, titres, obligation, créance
bancaire, action, dividende, information codifiable et tacite

Echange, production, consommation, épargne, financement

Acteurs économiques individuels et collectifs

Comportement économique

Modèle économique

Normativité, instrumentale et absolue

Transformation pareto-efficace

Situation pareto-optimale

Proposition réfutable

Questions

Pourquoi y a-t-il plusieurs définitions de l’économie ?

Portée et limites d’un modèle économique ?

L’économie peut-elle être normative ?

Peut-on faire l’économie de n’importe quelle société ?

L’Economie est-elle une science ?

Cerna 35
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Cerna 36
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Titre 1 : L’entreprise, la finance et les marchés

Cerna 37
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Cerna 38
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 2. L’entreprise et ses comptes

Dans ce chapitre, nous examinerons comment se quantifie, dans un certain nombre de comptes,
l’activité d’un acteur économique fondamental : l’entreprise.

1. Les comptes de l’entreprise : bilan et comptes de résultats

Quels qu’ils soient, les acteurs économiques :

− mettent en mouvement (par l’achat et la vente) des flux d’objets économiques, et,
− détiennent des stocks de ces objets.
L’activité économique d’un acteur peut donc être quantifiée par deux types de "comptes" :

− Des comptes "d’activité" qui, pour une période donnée - généralement une année -
comptabilisent les flux monétaires engendrés par les flux des autres objets économiques mis
en mouvement par l’acteur.
− Des comptes "patrimoniaux" qui comptabilisent les stocks, évalués en monnaie, d’objets
économiques détenus par l’acteur.
Enfin tout acteur est soumis à une contrainte monétaire qui peut s’exprimer simplement ainsi :
pendant une période donnée, un acteur ne peut dépenser plus qu’il n’a gagné qu’en
puisant dans un stock de monnaie préalablement constitué.

On a en effet : Δ stock de monnaie = Flux monétaire entrant - Flux monétaire sortant.

La contrainte monétaire exprime simplement que le stock de monnaie détenu par un acteur ne
peut être négatif.

Une entreprise dispose de stocks de moyens de production (matériels: bâtiments, machines et


immatériels:brevets, logiciels). Elle transforme (à l ’aide de ce stock et de services de travail
qu ’elle achète ) des « intrants » ( consommations intermédiaires) en biens et services qu ’elle
vend. Elle doit par ailleurs payer les intérêts de sa dette ( l’argent qu’elle a emprunté), payer des
impôts et taxes à l’Etat, verser éventuellement des dividendes à ses actionnaires ( tout ceci est
défini ci dessous). Avec l’argent qui lui reste, et si nécessaire en s’en procurant auprès

Cerna 39
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

d’épargnants qui sont prêts à en mettre à sa disposition, elle décide de faire de nouveaux
investissements, c’est à dire d’acquérir de nouveaux moyens de production.

Son activité et sa situation patrimoniale sont décrits par deux types de comptes articulés:

Des comptes de flux, établis pour une période donnée : ses comptes de résultats

Des comptes de stock, établis à un instant donné : ses bilans

Nous allons suivre l’activité d’une entreprise pendant une année, et examiner en quoi cette
activité modifie son bilan. Nous supposerons qu’il s’agit d’une entreprise nouvelle, qui a été
crée l’année 0 et commence son activité le 1 janvier de l’année 1.

1.1.Création d’une entreprise et bilan de l’année 0

Le compte de patrimoine de l’entreprise, qui comptabilise ses stocks à un instant donné,


s’appelle son "bilan". Un bilan est présenté en deux colonnes :

− L’actif comptabilise ce que l’entreprise "détient" réellement, ses droits de propriété.


− Le passif comptabilise ce que l’entreprise doit à d’autres acteurs, c’est-à-dire, on va le voir,
de quelle manière elle a pu acquérir les éléments de son actif.
Les conventions comptables font qu’un bilan est toujours équilibré, l’actif est égal au passif.
Toute variation d’un poste de l’actif se traduit donc soit par une variation égale et de signe
opposé d’un autre poste de l’actif, soit par une variation égale et de même signe d’un poste du
passif.

Supposons qu’un entrepreneur, sur la base d’un projet d’entreprise, rassemble des capitaux de
deux manières :

− Il émet 100 actions au prix de 10, qu’il vend à des investisseurs, y compris lui-même. Cet
apport initial des actionnaires constitue les fonds propres initiaux de l’entreprise. Ils sont
inscrits au passif, car l’entreprise "les doit" à ses actionnaires.
− Il obtient de sa banque un crédit de 1 000. Celui-ci est également inscrit au passif :
l’entreprise "doit" le montant à sa banque.
Ensuite, il utilise une partie de ces fonds, soit 1 800, pour acheter des bâtiments et des machines,
des logiciels. Ces biens d’investissement qui "immobilisent" l’argent dont disposait
l’entrepreneur sont inscrits à l’actif au poste "immobilisations". L’entreprise en est en effet
propriétaire.
Il garde le reste de la somme initiale en monnaie, soit 200, car il en aura besoin pour payer ses
consommations intermédiaires et ses salariés avant qu’interviennent les premières ventes. C’est
également inscrit à l’actif, puisque l’entreprise est propriétaire de cette monnaie qui constitue sa
« trésorerie ».

Cerna 40
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Son bilan à la fondation est donc le suivant :

Actif Passif

Immobilisations 1 800 Fonds propres (actions émises) 1 000

Trésorerie (monnaie) 200 Emprunt bancaire 1 000

Total 2 000 2 000

Par construction, le total de l’actif est bien égal au total du passif.

1.2 Le compte de résultats de l’année 1

Les comptes de résultats sont des comptes de flux ( annuels ou trimestriels). Ces différents
comptes établissent des « soldes intermédiaires de gestion » qui vont progressivement décrire
les activités de l ’entreprise durant la période considérée.

Les principaux soldes intermédiaires de gestion sont :

- Le chiffre d’affaire

- La valeur ajoutée

- L’excédent brut d’exploitation : EBE

- Le résultat d’exploitation : RE

- Le résultat net : RN, parfois appelé bénéfice net, ou simplement bénéfice

- Le dernier solde intermédiaire important est le « Cash Flow », ou Capacité


d’Autofinancement

Nous allons les définir progressivement ci dessous, en utilisant un exemple numérique décrivant
la première année d’activité de l’entreprise nouvellement crée :

CA :Chiffre d’affaires : 2000

VA :Valeur ajoutée :1600 CI :400

CI : Consommations Intermédiaires

Cerna 41
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Le chiffre d’affaires est le montant des ventes de l’entreprise pendant la première année. La
"valeur ajoutée" par l’entreprise, comme son nom l’indique, est la valeur que l’entreprise, par
son activité de production, a ajouté à celle des consommations intermédiaires, les biens et
services qu’elle a achetés.

CA :Chiffre d’affaires : 2000

CI :Consommations
VA :Valeur ajoutée :1600
intermédiaires :400

Salaires+charges
EBE :710
Taxes : 890

La valeur ajoutée de l’entreprise connaît une première affectation : le paiement des services
directement liés à son activité productive. Il s’agit essentiellement des salaires et charges et des
taxes directement liées à la production, hors impôt sur les bénéfices. Ces paiements sont
automatiques, en ce sens que l’entreprise, quand elle produit, les effectue nécessairement. Ce
n’est pas le cas des dépenses suivantes dont le montant va dépendre de décisions de l’entreprise,
comme on le verra ci-dessous.

Le solde intermédiaire à ce stade est l’excédent brut d’exploitation EBE, appelé EBITDA
en anglais ( Earnings Before Interest, Taxes, Amortization and Depreciation).

Amortissement et résultat d’exploitation

L’EBE (c’est pour cela qu’il s’appelle « brut ») ne tient pas compte du fait que l’entreprise a
utilisé, et donc usé, une partie de son stock de biens d’investissement.

Les amortissements mesurent, de manière comptable et donc conventionnelle, l’usure de ce


stock. Si par exemple le stock de biens d’investissement en début d’exercice était de 1800, et
que ce stock est amorti linéairement de 20% par an, l’amortissement sera de 360.

Cerna 42
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

EB E : Excédent brut d’exploitation ( EB ITDA) : 710

RE :Résultat d’exploitation ( EB IT): AM O :360


350

AM O : Am ortissem ents

Le résultat d’exploitation, RE, est appelé EBIT en anglais ( Earnings Before Interest and
Taxes). Il s’agit d’un résultat que l’on peut qualifier « d’économique ». Il exprime le solde
entre la production de l’entreprise et la rémunération de tous les facteurs de production
qu’elle a utilisés.

Pour calculer l’impôt sur les bénéfices, on passe au :

Résultat courant avant impôt (RCAI) = RE - Intérêts payés = 350 - 50 = 300. On a ici supposé
que l’intérêt moyen sur la dette de 1000 était de 5%.Le RCAI est le « résultat imposable ». Si le
taux de l’impôt est de 33%, l’impôt sur les bénéfices sera de 100.

E B E : E xc éd e n t b ru t d ’e xp lo ita tio n ( E B IT D A ): 7 1 0

R E :R é su lta t d ’e xp lo ita tio n : 3 5 0 A M O :3 6 0

R C A I :R é su lta t c o u ra n t IN T :5 O
a v a n t im p ô t :3 0 0

R N :R ésu lta t IS :1 0 0
net : 200

A M O : A m o r tisse m e n ts IN T : In té rê ts

IS : Im p ô t su r le s so c ié té s

Cerna 43
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

A ce stade, l’entreprise a payé tous ses « partenaires » à l’exception de ses actionnaires. Le


résultat ( ou bénéfice) net peut être en partie versé aux actionnaires sous forme de dividendes.
C’est l’assemblée générale des actionnaires qui, sur proposition de la direction, fixe le Montant
des dividendes. Le reste du bénéfice net est conservé par l’entreprise, sous le nom de Réserves.
On verra pourquoi on appelle cela Réserve à propos de l’analyse du bilan de fin d’année 1.
Supposons que le résultat net de 200 soit partagé en 100 de dividendes et 100 de réserves.

Le résultat net se repartit en dividendes et réserves

Résultat net: 200

Dividendes: 100 Réserves: 100

A l’issue des opérations décrites jusqu’ici, l’entreprise ne doit plus rien à personne. Elle a payé:

–ses fournisseurs,

–ses salariés,

–ses banquiers,

–l ’État

–ses actionnaires

De combien dispose telle exactement pour financer ses projets?

De son « cash flow » :

E B E : E x c é d e n t b r u t d ’ e x p lo it a t io n : 7 1 0

C a sh F lo w ( C a p a c it é D IV : IS : IN T
100 100 :5 0
d ’ a u t o f in a n c e m e n t ) :4 6 0

IN T : In té r ê ts

I S : I m p ô t s u r le s s o c ié t é s

D I V : D iv id e n d e s

Cerna 44
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Les amortissements, en effet, ne sont pas une véritable dépense pour l’entreprise, mais un
moyen comptable de tenir compte de la dépréciation des immobilisations et de calculer le
bénéfice imposable donc l’impôt sur les sociétés.

Le cash flow est donc constitué de :

- les amortissements : 360

- les réserves : 100

Le cash flow est la quantité de monnaie qui reste à l’entreprise une fois qu’elle a payé tout ce
qu’elle doit payer pour assurer son fonctionnement, et qu’elle a versé des dividendes. On
l’appelle aussi pour cette raison : capacité d’autofinancement.

Reste maintenant à examiner comment l’entreprise va financer son développement.

Si l’entreprise décide un montant de nouveaux investissements inférieur à son cash flow, elle
dégage une « capacité de financement ». Elle peut alors se désendetter (remboursement
d’emprunts bancaires ou rachat de titres auparavant émis par elle dans le public) ou placer cet
argent en achetant des titres émis par d’autres acteurs.

Dans le cas contraire, elle a un « besoin de financement » qu’elle va couvrir par l’émission
de nouveaux titres.

Supposons que c’est le cas dans notre exemple. Le chef d’entreprise veut faire de nouveaux
investissements pour un montant de 1000 et ne dispose que d’un cash flow de 460. Il décide
d’emprunter 600 sous forme d’une émission d’obligations. Cela permet de financer
l’investissement de 1000 et laisse une augmentation des liquidités de 60, bienvenue pour faire
face à l’augmentation prévue de son chiffre d’affaire.

1.3 Le bilan de fin de l’année 1

Le bilan de fin de l’année 1 se construit alors ainsi :

A l’actif :

− Les immobilisations initiales, en partie "usées", doivent être diminuées de l’amortissement


de 360.
− On inscrit les nouveaux investissements en immobilisations. Le solde comptabilise les
immobilisations nettes (immobilisations - amortissements).

Cerna 45
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

− Elles sont de : 1 800 - 360 + 1 000 = 2 440.


− Les liquidités ont augmenté de 60.
− Le total de l’actif a donc augmenté de 700.
Au passif :

− On inscrit au poste "dette" les obligations émises : 600.


A ce stade le bilan n’est pas équilibré, car l’augmentation de l’actif est supérieure à celle de
l’actif de 100. Souvenons-nous que l’exercice avait dégagé des réserves : (Réserves Net -
Dividendes) de 100, justement. C’est en effet elles qu’il faut inscrire au passif, au poste "Fonds
propres" pour équilibrer le bilan.

Bilan de fin d’exercice 1

En gras, les postes élémentaires qui ont varié depuis le bilan de fin de l’exercice précédent

Actif Passif

Immobilisations 1800 Fonds propres initiaux 1000

Amortissements -360 Réserves 100

Nouvelles Immobilisations 1000 Sous-total Fonds propres 1100

Sous total Immobilisations 2440 Emprunts bancaires 1000

Liquidités 200+ 60 Obligations émises 600

Sous total liquidités 260 Sous total dette 1500

Total 2700 Total 2700

Variation +700 +700

Quelle est la signification de l’inscription des Réserves au poste fonds propres dans le passif ?
Introduisons pour cela la notion de situation nette de l’entreprise.

Situation nette = Actif - Dettes.

C’est ce que "vaut", à un instant donné, l’entreprise. En effet si on la "liquidait" à cet instant, on
récupérerait l’ensemble de l’actif (en supposant que les biens d’investissements "usés" peuvent
bien être vendus à leur valeur d’acquisition diminuée des amortissements, c’est-à-dire que les
immobilisations nettes représentent correctement la valeur de marché de ces biens au moment
de la liquidation), mais il faudrait payer l’ensemble de ces dettes. Le solde reviendrait aux
actionnaires.

Dans notre exemple, la situation nette de l’entreprise a augmenté de 100, c’est-à-dire de ses

Cerna 46
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

réserves. Il est donc logique que celles-ci soient agrégées aux fonds propres initiaux : elles
reviendraient aux actionnaires en cas de liquidation de l’entreprise.

On peut d’ailleurs en déduire une valeur théorique de l’action de cette entreprise à l’issue de son
premier exercice. C’est la situation nette divisée par le nombre d’actions, soit :

(1 000 + 100) / 100 = 11.

Les 100 de réserves auraient pu être distribuées aux 100 actionnaires. Ils auraient alors reçu
chacun un dividende de 2 par action, au lieu de 1. L’entreprise, après versement des dividendes,
n’aurait rien conservé. Mais dans ce cas l’entreprise aurait dû emprunter 100 de plus pour
financer ses investissements et l’augmentation de sa liquidité. La situation nette n’aurait pas
varié à 1000, et le cours théorique de l’action serait resté son cours d’émission de 10.

Dans notre cas, avec un versement de dividendes de 100, soit 1 par action, le cours théorique de
l’action est passé de 10 à 11. Si le bénéfice avait été entièrement distribué, le cours de l’action
serait resté 10, mais chaque actionnaire aurait reçu un dividende de 2 par action. Les deux
situations sont donc comptablement équivalentes.

Nous avons parlé de valeur théorique de l’action. En effet sa seule valeur "réelle" est celle
auquel un actionnaire peut la revendre à tout instant en bourse. Elle dépend certes de l’évolution
de la situation nette de l’entreprise, mais pas seulement. Elle dépend aussi des perspectives
d’évolution de cette situation aux yeux des acteurs susceptibles d’en vendre ou d’en acheter.
Ces perspectives dépendent elles mêmes de la " qualité " des ressources productives de
l’entreprise, dont il est clair que le bilan ne rend que très imparfaitement compte.

Tels sont donc les comptes qui quantifient l’activité d’une entreprise et la valeur des stocks
d’objets économiques (biens, titres, monnaie) qu’elle détient.

Cette comptabilité est un langage, fondamental dans les rapports entre l’entreprise et ses
actionnaires et banquiers, et entre l’entreprise et l’Etat (des comptes dépendent les impôts).
Mais elle ne donne qu’une vision partielle de l’entreprise : elle enregistre son passé et sa
situation actuelle, mais ne dit pas grand chose de ses perspectives d’évolution.

2. Ratios de rendement d’une entreprise

Rappels :

Une entreprise lève des fonds sous deux formes : des titres de dette D et des fonds propres E
(Equity en anglais).

E+D constitue le passif du bilan.

Cerna 47
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Cette somme est égale à A= ensemble des actifs de l’entreprise .

On a donc E+D=A

Parmi les soldes de ses comptes d’activités, deux vont nous servir dans la suite, rappelons en les
définitions :

Résultat d’exploitation

RE = EBE (Excédent Brut d’exploitation) – AMO (Amortissements)

Il s’agit d’un résultat que l’on peut qualifier « d’économique ». Il exprime le solde entre la
production de l’entreprise et le paiement de tous les facteurs de production qu’elle a utilisés.

Résultat net :

RN=RE-IS-INT

C’est ce qui revient aux actionnaires une fois que l’entreprise a tout payé, y compris les intérêts
de sa dette :INT et ses impôts sur les bénéfices : IS.

Le résultat net se partage ainsi :

RN= DIV (dividendes) + RES (réserves)

2.1. Définitions des deux principaux ratios de rentabilité :

Rentabilité économique :

e = (RE-IS) / A

Il s’agit d’un ratio de rentabilité « économique » de l’entreprise. Il est ici calculé après impôt sur
les bénéfices. On peut aussi calculer un ratio de rentabilité économique avant impôt : RE/A.

Il rapporte le résultat d’exploitation (apres impôt) à la totalité de l’actif de l’entreprise, donc à la


totalité du « capital employé » E+D=A

C’est pourquoi on utilise fréquemment son nom anglais :

e = ROCE : Return On Capital Employed

Rentabilité financière :

f = RN/E

f est un ratio de rentabilité des fonds propres des actionnaires

son nom anglais est :

f = ROE : Return On Equity

Cerna 48
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

2.2. Effet de levier de l’endettement

Calculons la relation entre f et e :

f = RN / E = ((RE-IS) – INT) / E = (e(E+D) – iD) / E

INT, intérêts de la dette est en effet égal à iD, avec i= taux d’intérêt moyen sur la dette

Finalement :

f= e + (e -i) D/E

Quand e>i, f est une fonction croissante du ratio D/E, ratio d’endettement décrivant la structure
du passif. Dans ce cas, l’augmentation de l’endettement améliore le ROE

Mais quand e<i, f est une fonction décroissante de D/E. Dans ce cas un endettement élevé
engendre des ROE faibles, voire négatifs.

C’est ce qu’on appelle « l’effet de levier de l’endettement » sur le ROE

Il vient simplement de ce que les actionnaires sont servis en dernier sur le RE de l’exercice,
après les créanciers.

Si le RE de l’entreprise est incertain et volatile, le risque est non négligeable que e<i et que
donc, si l’endettement est élevé, non seulement f soit faible, voire négatif, mais que le RE ne
permette même pas de payer le service de la dette INT= iD.

On conçoit donc qu’il existe pour l’entreprise un taux d’endettement D/E optimal, qui est
d’autant plus faible que le risque de l’entreprise est élevé.

A la limite, une « start up », toujours très risquée, ne peut se financer que sur fonds propres, et
qui plus est sur fonds propres risqués, procurés par ses fondateurs et des sociétés spécialisées de
« capital risque ».

Par ailleurs, f est plus volatile que e, donc l’investissement en fonds propres est plus risqué
que l’achat de titres de dette d’une entreprise. C’est la raison pour laquelle les
actionnaires sont fondés à demander une rentabilité supérieure à celle des titres de dette.

Nous reviendrons sur tout cela au chapitre 4

2.3. Coût moyen pondéré du capital et « création de valeur pour l’actionnaire »

Définition du CMPC

Supposons que les actionnaires estiment « normal » (c’est-à-dire correspondant au risque de cet
investissement), pour les fonds propres qu’ils ont investi dans une entreprise, un rendement

Cerna 49
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

(ROE) minimum de fm. Supposons le taux d’intérêt moyen sur la dette de cette entreprise soit
i ; alors, le coût moyen pondéré du capital de cette entreprise (CMPC) est défini ainsi :

CMPC= (D i+ E fm) / (E+D)

Le terme anglais pour CMPC est WACC: Weighted Average Capital Cost

Définition de l’EVA :

L’EVA, Economic Value Added, est définie ainsi :

EVA= (ROCE- CMPC) (E+D)

RE-IS = iD+fmE =
iD
ROCE(E+D) CMPC(E+D)

Si EVA > 0
fmE
ROE > fm
EVA

Si une entreprise « crée de la valeur », c’est-à-dire si son EVA est positive, alors le ROE
sera supérieur à fm . Il s’agit donc de création de valeur « pour l’actionnaire ».

Si elle en détruit (EVA négative), elle est incapable de servir à ses actionnaires le
rendement minimal fm qu’ils exigent.

On comprend pourquoi la « création de valeur pour l’actionnaire » est désormais, avec la


montée en puissance des investisseurs institutionnels dans le capital des entreprises cotées en
bourse, l’ultima ratio de la gestion des entreprises.

Quand l’actionnariat était très dispersé, les petits actionnaires n’avaient qu’une issue quand ils
n’étaient pas satisfaits de la rentabilité des actions : les vendre. Les actionnaires institutionnels,
en particulier les fonds de pensions anglo-saxons, ont désormais un poids suffisant dans
l’actionnariat des entreprises (ils détiennent plus de 50 % des actions des entreprises
américaines et près de 40 % des actions des entreprises françaises qui constituent le CAC 40)
pour imposer une gestion pilotée par la création de valeur pour l’actionnaire.

Cerna 50
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 2. L’entreprise et ses comptes

Concepts à retenir :

Comptes de résultats, Chiffre d’affaires, Valeur Ajoutée, EBE, EBITDA, Résultat


d’exploitation, EBIT, Résultat net, Cash Flow

Bilan, actif, passif, fonds propres, dette

Situation nette

ROCE,ROE

Effet de levier

CMPC, WACC, EVA, création de valeur pour l’actionnaire

Questions :

Rapport entre compte d’exploitation pour une période et bilan en fin de période

Qu’est-ce que la situation nette d’une entreprise. En quoi mesure-t-elle réellement sa « valeur »?

Avantages et inconvénients de l’endettement ?

Cerna 51
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Cerna 52
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 3. L’entreprise et la décision d’investissement

1. La notion d’actualisation

L’actualisation est une méthode qui permet de calculer la « valeur actuelle » (en t=0) d’un
somme à recevoir dans l’avenir, en t.

Raisonnons d’abord à l’inverse. Quelle est la valeur en t d’une somme X, disponible en t=0 ? Si
l’acteur économique qui la possède n’en a pas l’usage immédiat, il peut la placer au taux
d’intérêt a et disposera alors en t de :X(1+a)t.

Définition :

La valeur actuelle, au taux d’actualisation a, d’une somme Y à recevoir en t est :

VA(a,Yt)= Yt/(1+a)t

C’est une fonction de deux variables :a et Yt, c’est une fonction décroissante de a.

Par extension, la valeur actuelle au taux a d’un vecteur de revenus futurs, disponibles de t =1 à t
= n (n éventuellement infini) est la somme des VA de ces revenus.

2. La rentabilité d’un investissement

2.1. Définition d’un investissement

Un investissement consiste en une dépense I en t=0, engendrant un flux de revenus Ft dans


l’avenir.

Les flux de revenus futurs Ft, t =1,n, engendrés par un investissement productif d’une entreprise,
par exemple, sont constitués de la série des cash flows futurs engendrés par cet
investissement, calculés comme s’il avait été autofinancé (sans déduction, donc, de frais
financiers). Evaluer ces cash flows suppose d’avoir projeté, pour les années 1 à n, tous les

Cerna 53
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

postes des comptes de production, d’exploitation et d’affectation de l’entreprise, avec et sans


l’investissement I. Cette évaluation est évidemment toujours affectée d’incertitude, nous y
reviendrons.

Ft
0
n

2.2. VAN et TRI d’un investissement

Définitions :

La valeur actuelle nette au taux a d’un investissement I engendrant les flux Ft est :

Ft
VAN(a, I, Ft ) = −I + ∑ (1 + a) t
1

Le taux de rentabilité interne TRI d’un investissement est :

TRI=r tel que VAN (r,I,Ft) = 0

Si les Ft sont positifs, VAN est une fonction strictement décroissante de a et r est unique.

Au lieu de TRI, on emploie souvent le terme de « rendement » d’un investissement.

Signification du TRI

Voyons quel est la signification du TRI d’ un investissement.

Supposons , comme dans le cas du graphique ci dessus, que les Ft sont nuls pour t>n

Supposons qu’il existe un marché des titres de dette, et qu’il existe sur ce marché un titre du
type obligation à taux fixe et à remboursement in fine, qui sert un intérêt r. Au lieu d’investir I,
l’entreprise aurait pu placer la somme I sur ce marché pendant n années. En fin d’année n, elle
aurait à sa disposition la somme : I(1+r)n.

Cerna 54
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

En investissant I, l’entreprise reçoit chaque année, de 1 à n, les cash flows Ft. Supposons qu’elle
les place immédiatement au taux r. A la fin de l’année n, elle aura à sa disposition :
n n
Ft
∑ F (1 + r)
t
n− t
= (1 + r) n
∑ (1 + r) t = I(1 + r) n
1 1

n
Ft
Puisque par définition du TRI : I = ∑ (1 + r) t
1

Dans les deux cas : placement financier de I au taux r et investissement I dont le TRI est r,
l’entreprise se retrouve avec la même somme en fin d’année n : I(1+r)n

Remarquons également que le placement financier a lui-même un TRI égal à r

On obtiendrait le même TRI avec une obligation perpétuelle au taux r, c’est-à-dire une
obligation servant, pour une durée infinie, un « coupon » de rI chaque année. En effet :

rI
I= ∑ (1 + r) t , pour r<1
1

Conclusion :

Un investissement de I dans l’entreprise dont le TRI est égal à r est équivalent, en terme
de rendement, à un placement de I sur le marché de la dette au taux r.

3.La notion de risque

Quel doit être le TRI minimum d’un investissement I, pour qu’une entreprise accepte de
faire cet investissement ?

Il est nécessaire d’introduire la notion de risque d’un investissement pour répondre à cette
question.

En effet, les cash flows futurs qui déterminent r sont incertains . Cette incertitude vient de celle
du volume et du prix des ventes, des coûts et taxes futurs, etc. L’incertitude peut s’évaluer en
posant que les cash flows Ft sont des variables aléatoires dont la distribution de probabilités est
caractérisée par une « moyenne » autrement appelée « espérance » E(Ft) et par une
« variance » : V(Ft).

r est alors lui même une variable aléatoire d’espérance E(r) et de variance V(r). Plus les
variances des cash flows sont élevées, plus V(r), la variance de r, est élevée. V(r) mesure le
risque de l’investissement. Plus V(r) est élevée, plus l’investissement est « risqué » : plus
grande est la probabilité que le r effectivement réalisé à l’issue de l’investissement s’avère
inférieur à, par exemple : ( (E(r) – 10 %).

Cerna 55
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Si l’entreprise constate sur le marché financier l’existence d’un placement plus « sûr » que son
investissement mais de même rendement r, il est rationnel de préférer le premier.

L’entreprise prend donc une « marge de sécurité » pour le TRI minimum qui déclenche la
décision d’investissement. Cette marge dépend du risque de l’investissement, donc de
l’incertitude sur les cash flows futurs.

Soit i le taux d’intérêt « sans risque » constatable sur le marché financier, par exemple le taux
des obligations d’Etats les plus sûrs, l’entreprise ne s’engagera dans un investissement que si :

r> i+p

p étant la « prime de risque » associée à l’investissement.

Quelle doit être l’importance de la prime en fonction du risque ? Là encore les marchés
financiers donnent des indications. L’analyse des rendements de tous les instruments financiers
qui s’échangent sur ces marchés permet en effet de construire une courbe « rendement- risque »
qui a la forme suivante :

Rendement r (ρ)

Taux sans
i
Risque

ρ Risque

Il existe évidemment une autre limite inférieure au TRI admissible pour décider un
investissement, c’est le coût des ressources financières qui permettent de « lever » la somme I,
c’est à dire le CMPC tel que défini ci dessus.

Cerna 56
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 3 : L’entreprise et la décision d’investissement

Concepts à retenir :

Actualisation, Valeur actuelle nette, TRI d’un investissement, Risque d’un investissement

Questions :

A quel achat d’obligations un investissement industriel de TRI = r est il équivalent en termes de


rendement ?

Est il généralement équivalent à l’achat d’obligations en termes de risque ?

Quel doit donc être sont rendement pour qu’il soit décidé par l’entreprise ?

Cerna 57
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Cerna 58
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 4. L’entreprise et son financement

Dans ce chapitre, nous examinerons le choix financier principal de l’entreprise qui est :
comment lever des fonds au moindre coût pour assurer son développement ? Puis nous
nous placerons du coté de l’investisseur, celui qui confie son épargne à l’entreprise, et nous
nous demanderons ce qu’il attend de l’entreprise, ce dont il a besoin pour se décider à lui confier
son bon argent. Enfin nous décrirons l’activité de deux types d’acteurs qui aident les
investisseurs dans leurs choix : les agences de rating et les analystes financiers. Ceci
constituera donc une première introduction à la finance, dont l’un des rôles est d’assurer
le financement externe des entreprises.

1 . Les choix financiers de l’entreprise

1.1 Deux types de fonds externes

Pour financer son développement, l’entreprise dispose d’abord de son cash flow. S’il est
insuffisant pour financer l’ensemble des investissements qu’elle souhaite, y compris
éventuellement l’acquisition d’autres entreprises, elle peut avoir recours à deux types de fonds
externes :

- Les fonds propres

- La dette

Ces deux types de fonds ont des caractéristiques très différentes.

La dette :

- l’apporteur de fonds est un préteur :

- l’entreprise lui vend un titre de dette: une créance bancaire, une obligation, etc…

- L’entreprise s’engage à verser des revenus convenus à l’avance: le remboursement de la


dette augmenté des intérêts

- La dette doit être remboursée et les intérêts doivent être payés en priorité: juste après les

Cerna 59
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

fournisseurs et le personnel et avant l’impôt sur les sociétés et les actionnaires

- L’intérêt est soit fixe soit indexé sur un indice de taux sans risque plus une « prime ». Le
niveau de la prime dépend du « risque de crédit » que représente l’entreprise, c’est à dire du
risque que l’entreprise fasse faillite et ne puisse pas rembourser sa dette.

Les fonds Propres :

- L’apporteur de fonds est un associé :

- l’entreprise lui vend une part du capital social ( des actions).

- Posséder des actions donne le droit de voter à l’assemblée générale qui choisit les dirigeants
( et leur stratégie pour l’entreprise) et décide de la répartition du résultat net

- Les fonds propres n’ont pas à être remboursé

- Aucune garantie de rendement ne leur est donnée

- Les actionnaires qui les ont apportés ( ou laissés dans l’entreprise lors des exercices
précédents) ne sont rémunérés que s’il reste des revenus une fois que l’entreprise a tout
payé.

1.2 Le coût des deux types de fonds

La rémunération des actionnaires est plus risquée que celle des détenteurs de titres de
dette. Elle doit donc être en moyenne supérieure et d’autant plus élevée que les revenus de

l’entreprise sont volatils et incertains.

Mais les risques et donc les coûts des deux types de financement externes dépendent aussi de la
structure du passif de l’entreprise : le rapport dette/ fonds propres, en raison de l’effet de levier
de la dette sur le rendement des fonds propres.

Rappel sur l’effet de levier de l’endettement :

L’effet de levier de l’endettement vient de ce que les titulaires de titres de dette émis par une
entreprise sont servis en priorité sur son résultat d’exploitation RE, par rapport aux actionnaires,
qui sont propriétaires du « résidu » qu’est le résultat net RN:

On a :

f= e+(e-i) D/E

Cerna 60
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

avec f=ROE, e=ROCE, D=dette, E=equity

Si e>i, alors f>e si D≠0: c’est l’effet de levier de la dette

Si e et f sont des variables aléatoires, on vérifiera que:

V(f) = (1+D/E)2 V(e)

En conséquence, si D≠0 f est aussi toujours plus risqué que e. Mais de plus, plus le ratio
D/E est élevé, plus le risque du rendement des fonds propres est élevé, et plus les
actionnaires demanderons un rendement minimum élevé.

La dette est meilleur marché que les fonds propres, cependant, le coût de le dette augmente lui
aussi avec le niveau de l’endettement, car le risque de crédit augmente avec le niveau de
l’endettement, comme l’illustre le graphique suivant :

Cash flow volatile

Accroissement maximum des charges induites par


l’accroissement de la dette

Charges actuelle de la dette

Les détenteurs de titres de dette estiment faible le risque de crédit d’une entreprise lorsque que
les charges du service de la dette ne représentent qu’un partie seulement du cash flow minimum
prévisible. L’entreprise peut alors augmenter son endettement. Cependant le risque de crédit
augmente à mesure que l’entreprise s’approche d’une situation où le cash flow, les années où il
est le plus faible, doit être entièrement consacré au service de la dette. Dans ce cas, le coût de la
dette augmente, car le risque de crédit augmente.

1.3 La recherche du coût minimal du financement externe

Finalement, on a le résultat suivant :

Le coût de la dette étant normalement inférieur à celui des fonds propres, le WACC (CMPC en
français) diminue d’abord lorsque le ratio D/E augmente.

Cependant, à partir d’un certain niveau d’endettement, tant le risque sur la dette que le risque
sur les fonds propres augmentent, et donc le coût de ces deux sources de financement, donc le

Cerna 61
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

WACC. C’est ce qu’illustre le graphique suivant :

Le coût du capital augmente car l’effet


de levier accroît le risque pour W ACC
l’actionnaire

Le ratio dette/FP optimal Le coût de la dette augmente car


est celui qui minimise le un fort taux d’endettement
W ACC accroît le risque d’insolvabilité

Ratio dette/FP

Il existe donc en pratique un niveau d’endettement qui procure le WACC (CMPC)


minimum. C’est ce niveau que doit viser l’entreprise. Il est d’autant plus élevé que les cash
flows de l’entreprise sont plus stables (moins volatils).

2.Que demande un investisseur ?

Lorsque ce sont les banques qui prêtent aux entreprises (c’est à dire qui leur achètent un titre de
dette), elles demandent à un service spécialisé interne à la banque d’évaluer le risque de crédit
de cette entreprise. Si c’est une PME qui demande un crédit standard, de trésorerie ou
d’équipement ou immobilier, par exemple, la banque examine un certain nombre de ratios issus
des comptes de l’entreprise, vérifie qu’elle est capable d’offrir les garanties standardisées pour
ce type de prêt, et répond par oui ou non, le taux d’intérêt étant lui même un taux standardisé
par type de prêt .

Pour de gros clients, les banques construisent une offre de prêt sur mesure, dont le taux va
dépendre d’une analyse approfondie du risque de crédit de leur client. De même quand elles
achètent pour leur propre compte des actions d’entreprises, elles font au préalable une analyse
approfondie du rendement prévisible de ces actions, et une évaluation du risque de ce
placement.

En « finance de marché » ( nous reviendrons sur cette définition au chapitre suivant) les

Cerna 62
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

entreprises offrent directement des titres de dette et des actions à des « investisseurs » qui
souhaitent « placer » leur épargne en achetant des titres financiers. Ces investisseurs peuvent
être des individus, ou des « investisseurs institutionnels » à qui des individus confient leur
épargne pour qu’ils achètent en leur nom un portefeuille de titres et le gèrent au mieux de leur
intérêt.

Les gestionnaires de portefeuille de titres, qu’ils soient des investisseurs individuels ou des
gestionnaires d’investisseurs institutionnels, sont placés devant le même problème que les
banques : il leur faut évaluer le risque et le rendement futurs des titres qu’ils envisagent
d’acheter.

C’est une tache difficile, car un titre financier n’est jamais qu’une simple promesse de
revenu futur. Evaluer son rendement, et le risque que le rendement réel s’éloigne du rendement
prévisible, est un exercice de prévision de l’avenir. Le passé de l’entreprise peut certes
apporter quelques enseignements, mais l’avenir n’est que partiellement la prolongation des
tendances passées. En toute rigueur, il n’est même pas probabilisable, car l’ensemble des états
futurs possibles n’est jamais connu exactement : il se passe toujours de « l’imprévisible ».

Prix
Passé Futur

B ? E(Vt)

0 t temps

On peut ainsi constater l’évolution des prix des deux actions (par exemple) A et B dans le passé.
Leur rendement (qui se mesure par l’évolution du prix Vt, si on suppose qu’il n’y a pas eu de
versement de dividendes dans la période considérée) a été le même dans le passé, tandis que la
volatilité de A a été nettement plus élevée que celle de B. Faut- il acheter B plutôt que A ? Oui,
si l’on fait l’hypothèse que les rendements moyens resteront les mêmes ( E(Vt) identiques pour
les deux titres) et que la volatilité de A restera plus élevée que celle de B.

Mais A peut être sur le point de lancer une innovation dont le succès n’est pas garanti, mais qui,
si elle réussit, fera augmenter très rapidement le prix de son action. Dans ce cas, il vaut mieux

Cerna 63
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

acheter A, du moins si on a le goût du risque...

Gérer au mieux son épargne supposerait donc d’évaluer en permanence les couples
(rendement- risque) de tous les titres que l’on peut acheter et vendre sur les marchés
financiers, c’est à dire des dizaines de milliers de titres, afin d’optimiser en permanence un
portefeuille caractérisé par le niveau moyen de risque qu’on est prêt à assumer.

Autant dire que cela dépasse largement les capacités d’un investisseur individuel, une des
raisons du succès des investisseurs institutionnels. Ils ne font pas forcement beaucoup mieux ,
mais au moins, ils débarrassent l’investisseur individuel de la charge d’angoisse inévitablement
liée à la gestion quotidienne de l’incertitude...

Cependant, même les gestionnaires des fonds communs de placement créés par les
institutionnels éprouvent le besoin d’un recours à des avis indépendants et pertinents : c’est le
rôle des agences de rating et des analystes financiers de leur en fournir.

3.Les agences de rating et les analystes financiers

3.1 Les agences de rating

Les agences de rating sont des prestataires de service indépendants. Les principaux sont les

firmes Moody’s, Standard and Poor’s, Fitch.

Ils notent le risque de crédit d’une entreprise, à sa demande. Ils sont payés par l’entreprise
qui demande sa notation. Ils ne publient la note qu’avec l’accord de l’entreprise.

Ils sont donc particulièrement attentifs à l’évolution prévisible des ratios de solvabilité.

Les principaux ratios analysés par les agences de rating sont les suivants :

Dette nette/ EBITDA ou Free Cash Flow:

Le Free cash Flow se déduit du Cash Flow en retranchant les investissements « courants » de
l’entreprise, ceux qu’elle est obligée de faire pour simplement entretenir son outil de production.
Il mesure donc ce dont l’entreprise peut réellement disposer « librement » ( free). Ces deux
ratios mesurent la rapidité ( en années) avec laquelle l’entreprise pourrait rembourser ses dettes ,
si elle y consacrait intégralement son EBITDA ou son Free Cash Flow.

Intérêts/ (Free Cash Flow + intérêts):

Il mesure la part du (free cash flow + intérêts) qui est consacrée aux paiement des intérêts, et
donc dans quelle mesure celui ci est bien assuré.

Cerna 64
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Naturellement, l’analyse du passé, que mesurent ces ratios (tirés des derniers comptes de
résultats et bilan) est insuffisante, il faut surtout évaluer ce qu’est l’évolution prévisible de ces
ratios. Toujours cette incontournable nécessité de faire des paris sur l’avenir qui caractérise la
finance. Les agences demandent donc aux entreprises de détailler leurs projets, leurs comptes
prévisionnels, et de livrer toutes les informations susceptibles d’aider à prévoir leurs ratios
futurs de solvabilité.

Mais naturellement les entreprises ne disent que ce qu’elle veulent, et elles ont intérêt à être bien
notées, car, comme le montre le graphique suivant, plus la note est bonne, plus le coût de leur
dette est faible. Cette « asymétrie d’information » entre les dirigeants de l’entreprise et les
agences est irréductible.

Rating et coût de la dette

C o û t d e la d e tte ( so u rce : M o o d y's)


Prime de risque en points

30 0
25 0
de base

20 0
15 0
10 0
50
0
1

3
aa

a1

a2

a3

a1
1

aa

aa

aa
A

A
A

B
B

R a tin g

( 100points de base = 1% )

Ainsi, une entreprise dont la dette est notée Aaa ( la meilleure note possible) aura un coût de sa
dette près de 3% inférieur à une entreprise notée Ba1 qui , comme nous allons le voir dans le
graphique suivant, reste cependant une bonne note.

Cerna 65
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Les agences de rating sont elles efficaces ?

Statistiquement , il semble que oui, comme en témoigne le graphique suivant, publié par
Moody’s, qui exprime le taux de défaillance pendant les dix années qui suivent une notation, en
fonction de la notation initiale.

8 0 .0 0%
7 0 .0 0%
6 0 .0 0%
5 0 .0 0%
4 0 .0 0%
3 0 .0 0%
2 0 .0 0%
1 0 .0 0%
0 .0 0%
aa

a2

a1

a3

3
2

1
A

aa

aa

aa
A

B
B

C
On constate d’abord que les entreprises notées en « investment grade » par Moody’s ( notes
allant de Aaa à Ba1) sont toutes très « sûres » et que ceci varie peu de Aaa à Ba1. En revanche,
le risque de défaillance est nettement plus élevé pour les entreprises notées en « spéculative
grade » ( note inférieure à Ba1) et il est fortement croissant avec la note.

Cependant, il faut dire que :

• Les notes d’Enron sont restées excellentes jusqu’à quelques mois avant sa faillite

• Les notes des dettes des pays d’Asie du sud-est étaient excellentes jusqu’à la veille de la
crise asiatique de 1997.

Dans la prédiction de l’avenir, nul n’est infaillible...

3.2 Les analystes financiers

Les analystes financiers se chargent d’évaluer la « valeur » d’une entreprise.

Non pas sa valeur comptable ( qui est sa situation nette), que tout le monde peut lire dans les
bilans. Ni sa valeur de marché à l’instant présent, autrement dit, si l’entreprise est cotée en
bourse : sa capitalisation boursière, que tout le monde peut constater. Mais ce que devrait être
la valeur de marché de l’entreprise, c’est à dire le prix de ses fonds propres, compte tenu
des perspectives d’évolution de ses résultats.

Une telle évaluation est indispensable dans les opérations de fusion- acquisition, pour lancer une

Cerna 66
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

OPA ( Offre publique d’achat : l’entreprise qui lance l’OPA propose aux actionnaires de
l’entreprise cible de leur acheter leurs actions à un prix en général supérieur au cours de bourse
au moment du lancement de l’OPA) ou une OPE ( c’est une OPA où l’entreprise acheteuse paie
les actions de la cible en donnant ses propres actions, il faut donc évaluer les deux entreprises).

Mais plus généralement, une telle évaluation est nécessaire pour optimiser en permanence les
portefeuilles contenant des actions. Si un analyste estime que la valeur réelle d’une entreprise
est supérieure à sa capitalisation boursière, il en conseille l’achat, car s’il a raison , l’ensemble
des investisseurs va finir par se rendre compte que les perspectives de résultats sont meilleures
que ce qui est implicite dans le prix de l’action, et ce prix va monter sous l’effet d’un courant
d’achat.

Il faut donc bien mesurer ce qu’on attend des analystes : prévoir l’évolution du prix des
actions mieux que ne le fait l’ensemble des investisseurs.

Contrairement aux agences de notation qui sont des firmes indépendantes, les analystes
« equity » qui publient leurs analyses sont des employés des courtiers (en général des banques)
qui placent aussi les titres. D’où un risque de « conflit d’intérêt ». Des analystes ont par exemple
été accusés d’avoir jusqu’au dernier moment conseillé l’achat des actions d’Enron, alors qu’ils
pressentaient la faillite imminente, pour laisser à leur banque et à un petit nombre d’initiés le
temps de vendre avant que le cours ne s’effondre.

Comment évaluer une entreprise ?

La méthode fondamentale dont toutes les autres ne sont que des variantes , ne peut être que la
suivante :

• la valeur de l’actif de l’entreprise est calculée par actualisation des cash flow futurs avec
un taux d’actualisation égal au WACC de l’entreprise

• la valeur actuelle nette de ses dettes, au bilan et hors bilan 9, est calculée avec le même
taux

• la valeur de l’entreprise est alors la différence des deux.

Autrement dit c’est un calcul de la « situation nette » ( voir chapitre 2 ) de l’entreprise, mais au

9 Certaines dettes de l’entreprise n’apparaissent pas directement au bilan. Par exemple : si l’entreprise

s’est engagée à acquérir dans les trois ans à venir 100% d’une filiale qu’elle ne possède qu’à 30%, cet
engagement est une dépense future certaine, comme le serait le remboursement d’une dette. Il ne figure
cependant pas au bilan, mais l’entreprise doit le signaler dans les informations fournies avec ses comptes .
On dit que c’est un engagement « hors bilan ».

Cerna 67
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

lieu de prendre la valeur comptable de l’actif, on en fait une évaluation économique sur la base
des cash flows futurs que cet actif est capable de produire , et on retranche les dettes et
engagements en les actualisant. La différence est bien la valeur des fonds propres de
l’entreprise, la valeur de l’entreprise pour l’ensemble de ses actionnaires, et cela devrait être sa
valeur de marché ( sa capitalisation boursière si l’entreprise est cotée) si l’ensemble des
investisseurs partageaient cette évaluation, ce qui bien sûr ne peut être le cas.

Compte tenu de la difficulté de la tache des analystes, il peut paraître peu charitable de ce
demander si, a posteriori, leurs prévisions sont exactes...

Dans le monde impitoyable de la finance, c’est pourtant ce que font régulièrement certains
chercheurs. Voici l’un des résultats récents :

Ce graphique compare de 1986 à 2000, les performances du portefeuille constitué des actions
les plus recommandées à l’achat par les principaux analystes de New York (bleu et première
barre), et du portefeuille constitué des actions les plus recommandées à la vente (rouge et
seconde barre), avec le portefeuille dit « de marché », qui comprend toutes les actions du la
bourse considérée. Ainsi en 1987, le premier portefeuille a un rendement supérieur de 6,3% à
celui du portefeuille de marché et le second de –10,6%. Cette année là, il fallait suivre les
conseils des analystes.

En revanche, en 2000, l’année du krach, il aurait été simplement catastrophique de suivre leurs
conseils...

Cerna 68
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Mais voici les commentaires d’ensemble des auteurs de l’étude :

“On the whole, in spite of the “madness of 2000”, from 1986 till 2000 the investor who
followed the recommendations of the analysts has gained 1% more than the market for
the shares they most strongly recommended “buy”.

When one integrates the transaction costs, the final earning must be insignificant, if it is
still positive.

This will satisfy those who think that the markets are “efficient” , that is to say: nobody,
even the best analyst, can “beat the market”, except by chance.”

Conclusions:

Les entreprises utilisent les marchés financiers de la dette et des fonds propres pour financer
leur croissance.

Ces deux types de fonds ont des caractéristiques différentes en termes de risques pour
l’investisseur qui les met à la disposition de l’entreprise. Ils ont donc pour l’entreprise des coûts
différents.

Ces coûts dépendent aussi du degré d’endettement de l’entreprise. Il en résulte un niveau


d’endettement optimal, qui donne le WACC minimal.

Les investisseurs sont tous confrontés à la tache difficile d’évaluer les couples (rendement –
risques ) des titres qui leurs sont offert. Cette tache consiste en prévoir l’avenir.

Ils sont aidés pour le faire par des agences de notation, pour ce qui est des titres de dette, et par
des analystes financiers « equity » pour ce qui est des actions.

Il n’est pas clairement établi qu’il est préférable de suivre leurs conseils plutôt que d’acheter
« un portefeuille de marché », ce qui rendrait à prouver que les marchés sont efficient au sens
suivant : ils intègrent immédiatement dans le prix des titres toute l’information disponible, si
bien que nul ne peut « battre le marché » ( obtenir un rendement supérieur à celui du portefeuille
de marché) sauf : 1) par chance, 2) s’il dispose d’informations que ne possèdent pas les autres
investisseurs.

Cerna 69
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 4 : L’entreprise et son financement

Concepts à retenir :

Fonds propres , dette et leurs caractéristiques

Effet de levier de l’endettement

WACC(CMPC)

Questions :

Pourquoi les fonds propres sont ils plus coûteux pour l’entreprise que la dette ?

Pourquoi existe il un WACC minimum ?

A quoi servent les agences de rating et les analystes financiers ?

Qu’est ce qu’un marché efficient ?

Pour en savoir plus :

En français, l’ouvrage de référence en finance d’entreprise est le :

Pierre Vernimmen , Finance d’Entreprise, Dalloz

Il est associé à un site qui est une mine de définitions, d’informations, d’exemples et de tests de
connaissance. Visite très fortement recommandée :

http://www.vernimmen.net/index.html

Cerna 70
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 5.
A quoi sert la finance? L’histoire de Zaccaria, négociant génois

Ce chapitre est une version modifiée d’un chapitre introductif de « Le commerce des
Promesses. Petit Traité sur le Finance Moderne » P.N. Giraud, Seuil 2001. Son style de
rédaction, volontairement « grand public », diffère donc de celui des autres chapitres de ce
cours.

1. Le problème de Zaccaria

En 1298, un négociant génois, Benedetto Zaccaria1, identifie une affaire potentiellement

très rentable. Il sait qu’un stock d’alun2 de 20 tonnes est à vendre à Aigues-Mortes et que l’alun
est actuellement très demandé à Bruges, dans les Flandres, où l’industrie textile florissante en
fait grande consommation. Pour simplifier et ne pas, à ce stade, imbriquer les questions
monétaires et financières, supposons qu’une seule et même monnaie constituée de pièces d’or,
les ducats, soit utilisée en Méditerranée et dans les Flandres.

Zaccaria est propriétaire d’un seul bateau et dispose des informations suivantes. Il sait
que 20 tonnes d’alun se vendaient couramment environ 2 000 ducats à Bruges ces derniers
mois. Ayant approché le propriétaire du stock d’alun à Aigues-Mortes, il sait pouvoir l’acquérir
pour 1 000 ducats. L’opération durera trois mois: deux mois de transport maritime, un mois
pour ramener l’or de Bruges à Gênes, par la voie terrestre, beaucoup plus sûre. Se tenant
informé, auprès des autres marchands génois, des fortunes de mer sur la route Méditerranée-
Flandres, il évalue (évaluation nécessairement grossière) que l’effet conjugué des tempêtes et
des pirates provoque une perte moyenne de 10 % des navires. De son côté, la route terrestre
qu’empruntera l’or au retour ne présente un risque de perte (vol par des bandits de grand
chemin) que de 5 %, toujours très approximativement.

S’il parvient effectivement à vendre l’alun à Bruges pour 2 000 ducats, il est en mesure de
calculer ses probabilités de pertes et de gains. Mais rien ne dit qu’au bout de deux mois, durée

Cerna 71
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

du voyage maritime, le prix de la cargaison d’alun à Bruges sera de 2 000 ducats. En fonction
des activités des autres marchands qui font converger l’alun vers Bruges et de la demande
d’alun à Bruges, le prix pourra varier, dans les deux sens. Zaccaria prend donc aussi un risque
de variation du prix de l’alun. Dans ce cas, la variation des prix peut lui être favorable ou
défavorable.

Aussi Zaccaria doit-il compléter son évaluation des risques de transport par celle du
risque de prix. Mais tout cela reste approximatif: Zaccaria ne dispose pas de statistiques très
précises sur les risques de transport, ni sur les prix passés de l’alun à Bruges, ni sur les
événements susceptibles d’affecter ces prix quand il livrera.

Prenant trois risques (de mer, de transport de fonds, de prix), qui sont tous trois élevés et,
de plus, difficiles à évaluer, il ne décidera de se lancer dans cette aventure que si le gain espéré
lui procure une rentabilité de son capital très supérieure à un usage alternatif moins risqué: faire
du commerce de proximité par exemple, ou l’investir dans l’immobilier à Gênes.

1.1 Les fonctions de Zaccaria

S’il décide finalement de risquer cette opération avec son propre bateau et ses propres
capitaux, Zaccaria est en réalité bien plus qu’un négociant :

• C’est un investisseur: il investit son propre or.

• C’est aussi un armateur. En tant que tel, il se livre à une activité «productive», le
transport.

• C’est un convoyeur de fonds (autre activité «productive»).

• Il est également son propre assureur: il assume le risque d’une perte en raison
d’une fortune de mer ou d’un vol.

• Enfin, c’est un spéculateur car il a acheté une marchandise sans connaître le prix
auquel il pourra la revendre. Selon la définition très généralement acceptée, la
spéculation consiste à acheter (respectivement vendre) quelque chose dans le seul
espoir de le revendre (respectivement racheter) plus cher (respectivement moins
cher). Un spéculateur est simplement quelqu’un qui accepte de prendre un
«risque de prix» dans l’espoir d’un gain.

On rétorquera qu’un négociant, défini comme quelqu’un qui achète une marchandise à un
individu pour la revendre plus tard à un autre, généralement dans un autre endroit, à un prix
initialement inconnu, assure nécessairement les fonctions d’investisseur, d’armateur, de

Cerna 72
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

convoyeur, de spéculateur et d’assureur. Mais il n’est d’aucun intérêt, pour l’analyse, d’adopter
une définition si étendue du négociant, car ces fonctions peuvent être remplies par d’autres
acteurs, comme on va le voir. Reste cependant, une fois ces fonctions déduites, la fonction
«pure» du négoce: l’identification d’une offre et d’une demande, généralement distinctes dans
l’espace et dans le temps, dont la mise en rapport engendre un profit commercial. La fonction
spécifique d’un négociant, c’est d’être le premier à rassembler deux informations.
Premièrement, X est prêt à vendre une marchandise à tel endroit à tel prix; deuxièmement, Y est
prêt à l’acheter à tel autre endroit à tel prix. Si X ou Y connaissaient l’information détenue par
l’autre, ils pourraient se passer du négociant, mais auraient toujours besoin de transporteurs, de
banquiers, d’assureurs, etc.

Zaccaria est un excellent négociant. Cela signifie qu’il a un réseau d’information étendu
et qui fonctionne rapidement. A-t-il intérêt à faire lui-même l’ensemble de l’opération telle que
nous l’avons décrite? La société dans son ensemble a-t-elle intérêt à ce qu’il la fasse? La
réponse à ces deux questions passe par l’analyse de l’intérêt, individuel et collectif, de deux
processus: la division sociale du travail et la répartition des risques.

Ainsi Zaccaria lui-même n’a pas nécessairement intérêt à être armateur pour son propre
compte. Il ne possède qu’un seul bateau. Il le rentabilisera mal s’il ne trouve pas de fret pour le
voyage de retour ou s’il reste longtemps au port entre deux voyages. Un armateur disposant
d’une flotte importante résoudra plus facilement les problèmes de taux d’occupation de ses
navires et sera donc à même, s’il existe une concurrence suffisante entre armateurs, de proposer
des services de fret à moindre coût, ce qui est dans l’intérêt de Zaccaria, mais aussi de la
collectivité.

Quant au risque de fortune de mer, il dépend de l’importance de l’opération par rapport à


l’or dont dispose Zaccaria. En effet, si, au retour de chaque opération réussie, Zaccaria remettait
en jeu la totalité de la somme ainsi gagnée, sa probabilité de faillite dans l’année (il organiserait
quatre voyages puisqu’ils durent trois mois) serait de près de 50 %. Certes, si tous les voyages

étaient des succès, il aurait multiplié son capital par près de cinq3. Zaccaria peut ne pas être à ce
point amoureux du risque et ce, pour d’excellentes raisons: il a une vaste famille, il pense à ses
vieux jours. Il peut par exemple, après un premier voyage, mettre ses gains de côté et ne risquer
chaque fois que la même somme de 1 000 ducats, qui représentera donc une part de plus en plus
réduite de sa fortune; il échappera ainsi au risque de faillite totale. Mais alors ses talents de
négociant, qui, rappelons-le, sont exceptionnels, se déploieront à plus petite échelle et la société
y perdra. Un négociant pur, en permettant que se fasse une transaction mutuellement bénéfique
pour le vendeur initial et pour l’acheteur final, qui s’ignoraient et entre lesquels il a joué le rôle
d’intermédiaire, a en effet une utilité sociale incontestable. Dans notre exemple, sans Zaccaria,
le vendeur d’alun d’Aigues-Mortes aurait dû brader sa marchandise à un négociant moins habile

Cerna 73
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

et moins prêt à prendre des risques, qui se serait contenté de chercher à le vendre en
Méditerranée. Toutes choses égales par ailleurs, les acheteurs d’alun à Bruges auraient donc
aussi payé plus cher celui qu’ils ont acheté.

Tant individuellement que socialement, il serait donc bénéfique :

1) que Zaccaria puisse transmettre tout ou partie des risques qu’il prend à d’autres,
si ceux-ci étaient mieux à même de les assumer, qu’il évite ainsi la faillite et qu’il puisse
donc continuer d’exercer ses immenses talents.

2) qu’il excerce ses talent à une échelle digne d’eux, c’est à dire bien au delà de ce
que lui permet sa propre fortune, en faisant « travailler » l’argent des autres.

Tels sont précisement les deux fonctions de la finance : affecter l’épargne aux
entreprises et organiser un marché des risques

1.2 La solution qu’il trouva

À Gênes, en 1298, voici ce qui se passa. Zaccaria rencontra Suppa et Grilli, deux
individus à la fortune imposante, bien supérieure à 1 000 ducats. Ils passèrent l’accord suivant.
Suppa et Grilli prêtent 1 000 ducats à Zaccaria pour qu’il achète l’alun à Aigues-Mortes.
Formellement, puisqu’en 1298 le prêt à intérêt est toujours interdit (ou du moins strictement
contrôlé) par l’Église, ils conviennent de présenter les choses de la manière suivante. Ils
achètent pour 1 000 ducats l’alun que Zaccaria a acquis de son client et confient à Zaccaria la
tâche de le transporter à Bruges. En même temps, Zaccaria signe une promesse de racheter à
Suppa et Grilli l’alun à Bruges pour une somme naturellement bien supérieure à 1 000, mais
ceci uniquement si Zaccaria parvient à transporter l’alun sans encombre jusqu’à Bruges. Si son
navire fait naufrage ou est pris par des pirates, Zaccaria gardera les 1 000 ducats et Suppa et
Grilli en seront pour leurs frais. Zaccaria n’aura perdu que son bateau, et limité par conséquent
sa perte.

L’opération est à la fois une opération de prêt et une opération d’assurance, déguisée en
une simple opération d’assurance. Comment Suppa et Grilli en effet calculent-ils le prix auquel
ils demandent à Zaccaria de leur racheter l’alun à Bruges? Premièrement, ils ont avancé 1 000
ducats et ne recevront le prix du rachat que deux mois après. Si l’intérêt pour un prêt sans risque
est de 2 % sur deux mois, ils exigeront, pour rémunérer cette fonction de prêt, un prix de rachat
de 1 020. Deuxièmement, ils assument le risque de perte de la cargaison. Si, comme Zaccaria,
ils estiment ce risque à 10 %, le prix de rachat qui donne une espérance mathématique de gain

Cerna 74
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

de 1 000 est de 1 2224. Mais naturellement, Suppa et Grilli n’ont aucune raison de prendre ce
risque sans rémunération. S’ils évaluent à 30 % de la somme prêtée la marge supplémentaire qui
justifie cette prise de risque, le prix de rachat sera 1 542 (1 222 + 300 de prime de risque + 20
d’intérêt).

Quant à Zaccaria, il espère vendre l’alun pour 2 000 ducats. S’il y parvient et rapatrie l’or
sans encombre, sa marge brute sera encore de 458 (2 000 - 1 542), ce qui lui paraît suffisant
pour rémunérer l’investissement dans son bateau et couvrir les trois risques qu’il conserve: la
perte du bateau, le risque de variation du prix de l’alun à Bruges, et le risque de se faire voler
l’or au retour.

On peut analyser la proposition de Suppa et Grilli de deux manières. Ils consentent à


Zaccaria un prêt de 1 000 à deux mois au taux d’intérêt de 54,2 % pour deux mois (ils prêtent
1 000 et reçoivent 1 542 deux mois plus tard). Ce taux très élevé s’explique par une prime de
risque de 52,2 % au-delà du taux sans risque de 2 %. En effet, le collatéral, c’est-à-dire la
garantie fournie par Zaccaria en échange du prêt, à savoir la propriété temporaire d’une
cargaison d’alun naviguant entre Aigues-Mortes et Bruges, ne couvre pas avec une sécurité
absolue le montant du prêt, car il existe un risque non négligeable qu’elle disparaisse en mer et
que Zaccaria ne puisse pas rembourser son prêt. Mais on peut aussi analyser l’opération ainsi:
Suppa et Grilli consentent à Zaccaria un prêt à 2 %, c’est-à-dire au taux sans risque, parce que
Zaccaria a assuré sa cargaison pour une valeur de 1 000 auprès d’un assureur tout à fait sûr à
leurs yeux de Suppa et Grilli, car il s’agit d’eux-mêmes. En tant qu’assureurs, ils font payer à
Zaccaria une prime d’assurance de 522 ducats. Il vaut mieux considérer les choses ainsi, car les
fonctions de prêteur et d’assureur méritent d’être distinguées, puisqu’elles peuvent, comme on
va le voir, être remplies par des acteurs différents.

Mais auparavant, remarquons que, dans cette affaire, Suppa et Grilli ont pris un risque
supplémentaire engendré par l’assurance même qu’ils ont consentie: le «risque moral».
Supposons que Zaccaria connaisse, grâce à son vaste réseau européen qui fait de lui un
négociant si remarquable, un négociant peu scrupuleux de Saint-Malo, dénommé Le Dantec,
lui-même très lié à d’intrépides pirates que cette cité maritime peut s’enorgueillir d’avoir
produits en grand nombre. Un discret courrier préviendra Le Dantec à Saint-Malo du passage
du navire de Zaccaria au large de la Bretagne, et du peu d’ardeur que mettra l’équipage (sur
ordre de Zaccaria) à se défendre en cas d’attaque de pirates se signalant par un fanion d’une
couleur particulière (tête de mort jaune sur fond rouge par exemple). Le navire est pris sans
coup férir, le pirate le livre à Le Dantec contre le prix convenu de 200. Le Dantec entrepose
l’alun jusqu’à ce que l’affaire se calme, le revend deux mois plus tard à 1 500 à un négociant
anglais (il vaut plus cher, s’étant rapproché de Bruges) et renvoie son navire correctement
maquillé à Zaccaria, avec la moitié de cette somme, dont une partie servira à acheter le silence

Cerna 75
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

de l’équipage.

Que peuvent faire Suppa et Grilli face à ce «risque moral», défini comme la tendance
pour un assuré à négliger de se protéger contre le risque assuré, voire à le provoquer s’il y a
intérêt? Pas grand-chose, sinon demander que leur neveu, un charmant jeune Génois de 20 ans,
qui brûle d’impatience d’apprendre les métiers de la mer et du commerce lointain et qui leur est
entièrement fidèle, embarque sur le navire de Zaccaria. Mais c’est alors le neveu qui prend un
grand risque: un accident en mer, à l’époque, est si vite arrivé. Heureusement, un assureur
professionnel, nous le verrons, a d’autres moyens de maîtriser le risque moral que de risquer la
vie de son neveu préféré.

Ici s’arrête l’histoire et commence une fiction. Faisons donc le point. Grâce à deux de ses
compatriotes, pour qui risquer 1 000 ducats représentait un enjeu bien moindre que pour lui-
même et qui ont assumé les fonctions de prêteur et d’assureur, fonctions purement financières,
Zaccaria a divisé par trois les pertes potentielles en cas d’occurrence du risque de mer, le risque
majeur de ses opérations, au prix d’une réduction de son espérance de profit. Il continue
cependant à supporter en partie ce risque ainsi que le risque de prix et le risque associé au
transfert à Gênes du produit de sa vente à Bruges. Mais cette maîtrise partielle du risque de
faillite, non seulement a mieux correspondu au degré de risque que Zaccaria souhaitait prendre
personnellement, mais l’a encouragé à élargir le champ de ses opérations, mettant ainsi son
indéniable génie commercial au profit du développement vigoureux des échanges Méditerranée-
Flandres qui allaient être un moteur essentiel de la prospérité générale de l’Europe, jusqu’à
l’effondrement provoqué par la peste en 1350.

Poursuivons en imaginant maintenant ce qui aurait pu se passer d’autre, en matière de


division du travail et de partage des risques, si les activités financières avaient été plus
développées il y a sept siècles, dans le sens qu’elles ont connu ensuite (en réalité elles l’étaient
beaucoup plus que ce que notre anecdote a jusqu’ici décrit, ce qui fit dire à Fernand Braudel que
les Génois ont pratiquement tout inventé de la finance moderne).

L’objectif de cet exercice est de présenter les principales institutions de la finance


moderne: banques, assurances, marchés obligataires, marchés d’actions, marchés dérivés. Ce
faisant, on définira les différentes fonctions de la finance, tout en poursuivant notre réflexion sur
l’avantage qu’elles présentent, tant pour un Zaccaria, qui est avant tout soucieux d’augmenter
ses profits (donc de diminuer ses coûts) et de minimiser ses risques, que pour la collectivité.

Voyons d’abord comment Zaccaria, projeté dans la finance moderne, peut résoudre
autrement son problème de financement et d’assurance contre le risque de mer, son risque
principal. Le problème tourne autour de la prime de risque qu’exigent Suppa et Grilli, dans le
cas précédent. D’une part, celle-ci est négociée de gré à gré et Zaccaria ignore s’il ne pourrait

Cerna 76
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

pas obtenir une prime plus faible en s’adressant ailleurs. D’autre part, mal protégés contre le
risque moral, Suppa et Grilli vont évidemment avoir tendance à exiger une prime élevée.

La première solution consiste, pour Zaccaria, à séparer la fonction financement de


la fonction assurance, et à s’adresser, pour le financement, à un banquier, et pour
l’assurance, à une compagnie spécialisée dont c’est le métier. Présentons donc,
successivement, les banques et les assurances.

2. Les banques

2.1 Les banques et la fonction de prêt

L’interdiction du prêt à intérêt ayant été levée par l’Église, nos compères Suppa et Grilli
se sont officiellement transformés en banquiers. Décrivons leur métier. Rappelons d’abord que
nous sommes dans une économie qui n’utilise qu’une seule forme de monnaie: des pièces d’or
frappées par un Hôtel des Monnaies.

Les banquiers proposent à ceux qui disposent de pièces d’or dont ils ne comptent pas faire
usage dans l’immédiat de les «déposer» chez eux. Ils proposent en fait deux types de dépôts. Le
dépôt à vue: l’or peut être retiré sans préavis à n’importe quel moment. Le dépôt à terme: le
client prête son or à la banque pour trois mois, six mois, un an, etc., et ne peut le retirer qu’à
l’échéance. Le dépôt à terme, qui est un prêt à la banque, est alors rémunéré à un taux d’intérêt
qui est le taux emprunteur de la banque. L’or déposé chez les banquiers est en effet reprêté par
eux.

Le métier fondamental du banquier, dans sa fonction de prêteur, est d’évaluer le risque


des emprunteurs. Nous avons déjà vu cela avec Zaccaria. Plus élevé est le risque que
l’emprunteur soit incapable de rembourser son emprunt, plus le banquier lui prêtera à un taux
d’intérêt élevé. Si un banquier surestime un risque particulier d’emprunteur et demande un taux
excessif, l’emprunteur s’adresse à un concurrent. Si un banquier sous-estime régulièrement les
risques des emprunteurs, par exemple pour gagner de nouveaux clients, il court le risque de faire
faillite. En effet, au cours d’une période donnée, la marge brute bancaire, c’est-à-dire la
différence entre les intérêts reçus par la banque et ceux qu’elle paie sur les dépôts, doit être
supérieure à la somme des prêts non performants (ceux qui ne sont pas remboursés) et des frais
de fonctionnement. La différence est le profit net de la banque. Comme les défaillances des
emprunteurs n’ont aucune raison d’être uniformément réparties dans le temps (elles seront par
exemple plus fréquentes en période de récession économique), un banquier prudent doit

Cerna 77
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

constituer des «réserves». Initialement, ce sera l’apport en or du banquier quand la banque est
fondée. Ensuite, au fur et à mesure que ses activités de prêt se développent, la banque
conservera en réserve une partie de ses profits, pour faire face au caractère aléatoire des prêts
non performants.

2.2 Les crises bancaires

Une banque devient insolvable lorsque le montant de son actif, schématiquement ses
réserves plus ses créances sûres (c’est-à-dire ce que ses emprunteurs lui rembourseront à coup
sûr), devient inférieur au montant de ses dépôts. Dans ce cas, en effet, la banque ne pourrait pas
faire face au retrait des dépôts à vue et au remboursement des dépôts à terme.

Cette incapacité à faire face à un mouvement de retrait de dépôts peut cependant se


produire dans un autre cas que celui de l’insolvabilité, qu’il est essentiel de ne pas confondre
avec lui: l’illiquidité. Une banque peut se trouver dans une situation d’illiquidité, même si tous
ses prêts sont performants (lui laissant ainsi un profit net), si elle a emprunté «court» pour prêter
«long». Les ressources des banques sont les dépôts à vue, que les clients peuvent retirer à tout
instant, et les dépôts à terme. Faiblement rémunérés, ceux-ci sont en général prêtés à la banque à
court terme (trois mois par exemple). Or une banque utilise généralement ces ressources pour
faire des prêts longs: un an ou beaucoup plus. Elle assure ainsi une fonction de «transformation»
d’une épargne qui souhaite être placée à court terme (pour pouvoir en cas de besoin être
dépensée, ou investie différemment) en crédits longs, comme ceux qu’exigent par exemple
l’acquisition de logements par les individus ou les investissements industriels.

Dans ces conditions, il se peut qu’un mouvement de retrait des dépôts à vue et de non-
renouvellement des dépôts à terme épuise les réserves d’une banque. Elle est alors en situation
d’illiquidité. Mais contrairement à l’insolvabilité, cette situation n’est que temporaire, car l’or
qu’elle a prêté «rentrera» et le total de ce qu’elle a prêté augmenté des intérêts qu’elle recevra
excède le total de ses dépôts et des intérêts qu’elle doit. La solution est donc que la banque
illiquide emprunte, par exemple à d’autres banques. Elle le fera en cédant aux banques qui
viennent à son secours une partie des créances qu’elle détient, naturellement les plus sûres.

Illiquidité et insolvabilité sont donc deux situations de «crise» bancaire bien différentes.

L’illiquidité, définie comme une insuffisance temporaire et réversible de réserves, vient


de ce que les banques empruntent généralement plus court qu’elles ne prêtent.

L’insolvabilité d’une banque est provoquée par un volume de prêts non performants qui
excède les réserves accumulées.

Cerna 78
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

L’illiquidité exige simplement un prêt temporaire de liquidité, c’est-à-dire de monnaie,


c’est-à-dire d’or dans notre cas.

L’insolvabilité ne peut se résoudre, schématiquement, que de trois manières.


Premièrement, une liquidation, qui spoliera nécessairement une partie des déposants.
Deuxièmement, une reprise (pour 1 ducat symbolique) de la banque par un investisseur qui la
«recapitalise», c’est-à-dire lui apporte les réserves manquantes. Enfin, troisièmement, la reprise
de la banque par l’État, qui assure tous ses engagements, provisionne les créances douteuses
encore à venir, «restructure et nettoie» son bilan, en puisant dans le budget de l’État (cas du
Crédit Lyonnais en France).

2.3 Le rôle de l’Etat dans la prévention et le gestion des crises bancaires :

Un État soucieux d’éviter les crises bancaires doit donc mettre en place deux types de
dispositifs.

• Premièrement, un dispositif prudentiel destiné à prévenir le risque d’insolvabilité,


par exemple en imposant aux banques des méthodes d’évaluation rigoureuses de
leurs risques de crédit et un montant de réserves en rapport avec les risques
qu’elles prennent. ( C’était le role du ratio « Cooke », en voie de remplacement
par des disposotifsq prudentiels plus élaborés)

• Deuxièmement, un dispositif destiné à fournir en cas de besoin des liquidités (de


la monnaie) si les autres banques ne le font pas spontanément au niveau
nécessaire. Ce dispositif s’appelle le «prêteur en dernier ressort» (PDR) : c’est la
Banque Centrale qui joue ce rôle.

2.4 Les banques et la fonction de règlement

Puisque nous en sommes aux banques, voyons maintenant comment le développement de


la finance va également permettre à Zaccaria de se débarrasser du second des risques de son
opération initiale: celui lié au transport de son or de Bruges à Gênes. Risque réel, mais d’autant
plus absurde qu’il y a de fortes chances que sa cassette pleine d’or croise, quelque part en route,
une cassette faisant le trajet inverse et appartenant à De Jong, un négociant de Bruges, qui
rapatrie ainsi les gains d’une exportation de draps des Flandres en Italie du Nord. Les banques
vont se charger de régler ce problème à un coût minimum, car elles vont pratiquement
supprimer le risque de transport de l’or. Voici comment.

La vente d’alun effectuée, l’homme de confiance de Zaccaria dépose 2 000 ducats d’or, à

Cerna 79
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

vue, chez Van Eck, un banquier de Bruges, contre un certificat de dépôt au nom de Zaccaria. Il
rentre à Gênes avec le certificat, sans désormais craindre les bandits, pour lesquels le certificat
n’a aucune valeur. À Gênes, Zaccaria dépose son certificat de 2 000 ducats chez ses banquiers
Suppa et Grilli, qui l’acceptent et transfèrent 2 000 ducats d’or sur le dépôt à vue de Zaccaria.
Zaccaria est payé sans avoir pris le moindre risque de transport de monnaie. Si Suppa et Grilli
ont accepté cette opération contre une minime commission, c’est que le banquier Van Eck
dispose chez eux d’un dépôt à vue. Ils n’ont fait qu’enregistrer, par un jeu d’écriture, que le
dépôt de Zaccaria avait augmenté de 2 000 ducats, et que celui de Van Eck avait diminué
d’autant. Aussitôt, ils renvoient à Van Eck le certificat de dépôt que leur a cédé Zaccaria et qui
désormais leur appartient. Dès réception, Van Eck transférera 2 000 ducats du dépôt que
l’homme de Zaccaria avait constitué au dépôt dont disposent chez lui ses collègues Suppa et
Grilli, également par un simple jeu d’écriture.

Voici comment s’inscrivent ces opérations au bilan des deux banques :

• Comment deux banques règlent le problème de transport de fonds


de Zaccaria:
Banque Van Eck( Bruges) Banque Suppa (Gênes)

Trésorerie: Dépots Dépots :


-Compte Zaccaria: +100
+100 - Compte Zaccaria:
-Compte B.Suppa: +100 +100
- Compte B.Van Eck:
-100

Pendant ce temps, le négociant De Jong aura fait l’inverse: déposé contre certificat chez
Suppa et Grilli le produit de ses ventes en Italie, rapatrié le certificat à Bruges, présenté le
certificat à Van Eck qui en crédite le compte de De Jong et débite celui de Suppa et Grilli. Et
Van Eck renvoie le certificat passé à son nom chez Suppa et Grilli qui débitent le compte ouvert
par De Jong et créditent celui de Van Eck.

Il ne surgit de difficulté que si les opérations dans un sens, du type Zaccaria, sont
supérieures en valeur à celles dans l’autre sens, du type De Jong. Dans ce cas en effet, le dépôt
de Suppa et Grilli chez Van Eck va augmenter, tandis que celui de Van Eck chez Suppa et Grilli
va s’épuiser. Si cette situation est perçue par les deux banquiers comme temporaire et devant
normalement se renverser, Suppa et Grilli se contenteront de reconstituer le dépôt de Van Eck

Cerna 80
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

en lui prêtant de l’or, naturellement contre intérêt au taux «interbancaire». Si et seulement si


Suppa et Grilli s’inquiètent de cette situation, car ils y voient l’indice d’une possible
insolvabilité à terme de Van Eck, ils retireront leur dépôt chez Van Eck et refuseront de créditer
les comptes de ceux qui leur présenteront des certificats de dépôt de chez Van Eck. Mais même
cela ne se traduira pas nécessairement par des transports lointains et dangereux d’or, car Suppa
et Grilli peuvent très bien déposer chez un autre banquier de Bruges, plus sûr à leurs yeux, leur
or retiré de chez Van Eck.

De l’or ne devra finalement être transporté des Flandres en Italie que si l’ensemble des
marchands d’Italie vendent plus en Flandres que l’ensemble des marchands flamands en Italie.
Les Flandres auront alors un «déficit commercial» avec l’Italie et ce déficit se traduira par un
transport d’or des Flandres en Italie. À moins que l’ensemble des banquiers italiens ne décident
de prêter à l’ensemble des banquiers flamands, parce qu’ils pensent que ce déficit commercial
est temporaire et que son inversion permettra au système bancaire flamand de les rembourser.

Remplaçons «certificat de dépôt» par «chèque» et nous avons la situation


contemporaine dans ses grandes lignes. Ainsi est illustrée une seconde fonction des
banques: organiser les paiements entre agents économiques.

3.Les assurances et le risque moral

Revenons à Zaccaria, qui, rappelons-le, a décidé de séparer le financement de son


opération de négoce et l’assurance du risque de mer que celle-ci implique. Il se présente donc
aux banquiers Suppa et Grilli avec un contrat d’assurance, souscrit auprès d’une compagnie
d’assurance maritime, qui lui garantit le paiement de la valeur de sa cargaison, soit 1 000, si son
navire est perdu en mer. Cette compagnie d’assurance étant solide et de grande réputation (on
verra pourquoi), il obtient ainsi de la banque un prêt au taux minimum, le taux bancaire pour les
prêts à faible risque.

Comment et auprès de qui s’est-il assuré? On peut imaginer qu’il ait demandé à la
compagnie d’assurance maritime de l’assurer lui-même en tant qu’armateur. Mais la compagnie
lui fera remarquer, s’il ne s’en est pas convaincu lui-même, qu’en tant qu’armateur, avec son
unique bateau, Zaccaria n’est qu’un amateur, présentant pour la compagnie d’assurance des
risques plus élevés que les armateurs professionnels de Gênes. Sa prime d’assurance sera donc
plus élevée que celle que paient ces derniers. Zaccaria décide donc d’abandonner le métier
d’armateur, où il n’excelle pas, pour se concentrer sur ce qu’il sait faire mieux que quiconque, le

Cerna 81
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

négoce. Il confie le transport de l’alun à un armateur réputé et c’est ce dernier qui assure sa
cargaison. Double gain: le transport lui reviendra moins cher en raison des économies d’échelle
auxquelles accède l’armateur de grande envergure et la prime de risque sera moins élevée.

Comment fonctionne en effet la compagnie d’assurance? Pour réussir dans ce métier,


dont le principe est la mutualisation des risques, il faut avoir une connaissance statistique très
poussée de l’occurrence et de l’ampleur des sinistres, et trouver des moyens de réduire le risque
moral de la part des armateurs qui s’assurent. Les compagnies d’assurance, au lieu de se
contenter comme Zaccaria de rassembler des informations éparses sur le risque de mer,
investissent dans une collecte systématique d’informations et acquièrent donc une connaissance
beaucoup plus précise du risque.

Quant au risque moral, elles le réduiront, d’une part, par des mesures de surveillance, en
passant du neveu à des employés spécialisés dans cette tâche et a priori plus efficaces et, d’autre
part, en proposant aux armateurs des contrats sophistiqués qui, en leur laissant une partie du
risque, vont les inciter à le réduire d’eux-mêmes, par exemple des contrats avec une franchise en
cas de sinistre et des bonus / malus. Ce faisant, elles acquièrent une connaissance de plus en
plus complète sur les différents armateurs. En outre, en favorisant les plus compétents et les plus
prudents par des primes inférieures, elles les avantagent et contribuent à la sélection des
meilleurs par la compétition, ce qui, en tendance, réduit le nombre des sinistres et permet de
réduire encore les primes.

Notons que le niveau des primes d’assurance, s’il est connu, donne ainsi gratuitement à
tous une mesure du risque réel de mer bien plus précise que celle dont disposait Zaccaria en
collectant des données imparfaites. Ainsi, même pour un négociant qui préférerait auto-assurer
son activité de transport, l’existence de compagnies d’assurance permet de mieux évaluer et
donc de tarifer le risque. La réduction des coûts de transport et des primes d’assurance est, dans
un premier temps, favorable aux marchands qui, tel Zaccaria, adoptent cette formule. Puis, par
la concurrence entre marchands, elle se généralise et conduit à une baisse des prix offerts à
Bruges pour les marchandises venant de Méditerranée. D’où un gain collectif dont l’origine est
un gain de productivité induit par une meilleure organisation des ressources dans le transport et
par la réduction des pertes en mer.

4.Les marchés obligataires

Deuxième solution: Zaccaria décide de ne pas séparer le financement de l’assurance


de son activité de négoce, mais de rechercher, pour le risque qu’elle représente, la prime

Cerna 82
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

globale la plus faible possible.

Au lieu de négocier un crédit (pour une activité non assurée) avec Suppa et Grilli, il leur

demande de placer 100 obligations5 de 10 ducats, émises par lui, auprès du «public», c’est-à-
dire de ceux qui ont de l’or à placer et qui ne sont pas hostiles à l’achat d’obligations «à risque»
plutôt que de prêter leur or à un taux faible aux banquiers. Il faut bien sûr pour cela que Zaccaria
offre ses obligations à un taux d’intérêt bien supérieur à celui d’un dépôt rémunéré dans une
banque solide, dont le risque est très faible. Mais il faut aussi qu’il donne aux acheteurs de ses
obligations des informations fiables sur le risque que représente réellement son activité de
négociant, sinon le public n’acceptera ses obligations qu’à des taux incluant des primes de
risque très élevées.

La notation

Zaccaria demande donc à une agence de notation, bien connue sur la place de Gênes pour
son indépendance et ses techniques éprouvées d’évaluation des risques, de «noter» le sien.
Remarquons que l’agence notera en réalité deux choses: le risque de l’activité de Zaccaria et
celui de Zaccaria par rapport aux autres négociants de la place exerçant la même activité. Pour
évaluer le premier, elle devra, comme la compagnie d’assurance, rassembler des informations
sur le risque de mer et ses notes auront pour effet de les rendre publiques. Quant à l’appréciation
du second, elle suppose un audit particulier des activités de Zaccaria, de son organisation, de sa
capacité à minimiser les risques de sa profession. S’il est mieux noté que la moyenne de sa
profession, Zaccaria pourra placer ses obligations à un taux plus faible.

De manière plus générale, en offrant des obligations au public et en mettant ainsi en


concurrence tous les prêteurs, Zaccaria, si sa note est bonne au sein de sa profession, obtiendra
très probablement un taux inférieur à celui du prêt bancaire qu’il pourrait négocier
bilatéralement avec Suppa et Grilli. Une des raisons en est qu’il s’adresse ainsi directement à
ceux-là mêmes à qui Suppa et Grilli empruntent, pour reprêter aux négociants comme lui. La
différence entre le taux auquel les banquiers empruntent et celui auquel ils prêtent comprend
certes les primes de risque, mais aussi les frais de fonctionnement et les profits bancaires. Ce
sont eux dont Zaccaria fait l’économie. Ses banquiers prennent certes une commission pour
placer des obligations dans le public, mais celle-ci est très inférieure à la différence entre les
taux emprunteur et prêteur des banques, c’est-à-dire au coût de l’intermédiation bancaire. La
question de savoir si Zaccaria obtiendra du public une prime de risque plus faible que de son
banquier est plus ambiguë. Disons que plus le risque que présente Zaccaria est spécifique et
difficile à évaluer par les méthodes standardisées des agences de notation, plus un banquier qui

Cerna 83
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

travaille avec lui depuis longtemps et le connaît bien sera susceptible de lui offrir une prime de
risque inférieure à celle du «marché». Dans le cas contraire d’un risque standardisé et
statistiquement bien évalué, les primes offertes par les banques et le marché seront très proches
et le fait de se passer de l’intermédiation bancaire conduira à un taux plus faible pour Zaccaria.

Marchés secondaires, banques et teneurs de marché

Puisque nous avons introduit la notion de «marché» financier, sur lequel se rencontrent
directement emprunteurs et prêteurs, développons un peu. Remarquons d’abord qu’il est clair
que le public acceptera d’autant plus facilement d’acheter des obligations qu’il existe un marché
secondaire où elles peuvent à tout moment être revendues. C’est pourquoi les banquiers de
Gênes ont eux-mêmes organisé un tel marché. Cela peut sembler paradoxal: organiser la
possibilité pour des emprunteurs d’accéder directement aux prêteurs et de se passer ainsi des
intermédiaires que sont les banques semble aller contre l’intérêt des banques.

Mais il n’en est rien, pour quatre raisons. La première est que la fonction d’intermédiaire
(le banquier tel que nous l’avons jusqu’ici défini en est un, le négociant en est un autre) est par
nature menacée de court-circuit, au fur et à mesure que l’information circule entre acteurs
économiques. Il vaut donc mieux, plutôt que de résister à une tendance irrésistible, chercher à
tirer parti de ce qui se développe. Or, pour les deuxième, troisième et quatrième raisons, les
banquiers sont bien placés pour le faire. D’abord, ils sont bien placés pour émettre eux-mêmes
des obligations et se procurer ainsi de l’or qu’ils reprêteront. Ensuite ils sont bien placés pour
vendre les obligations des autres puisqu’ils connaissent un nombre important de clients qui ont
placé leur or chez eux. Ils le font contre une commission, certes faible, mais qui constitue un
gain sûr. Enfin et surtout, ils sont les mieux placés pour assurer le rôle, fondamental, de
«teneurs de marché» et en tirer des profits substantiels. De quoi s’agit-il?

Imaginons que la rumeur se répande à Gênes que Zaccaria vient de subir la perte en mer
qui menace gravement sa capacité à rembourser à l’échéance les obligations qu’il a émises.
Ceux qui les détiennent, par précaution et sans attendre confirmation de la rumeur, peuvent
préférer les vendre très vite sur le marché secondaire et, s’ils sont les premiers à le faire, subir
ainsi une perte limitée (le courant de vente fait baisser le prix de ces obligations) plutôt que de
risquer une perte totale si Zaccaria fait réellement faillite. Mais ce courant de vente a toutes les
chances de se transformer en torrent. La baisse des cours des obligations de Zaccaria semble
alors confirmer, même aux yeux des sceptiques qui ne se fient généralement pas aux rumeurs,
qu’il y a bien anguille sous roche. Il risque donc de n’y avoir plus personne pour acheter ces
obligations. Le marché devient «illiquide»: même à un prix très bas, personne ne veut acheter.

Cerna 84
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

C’est là qu’interviennent les «teneurs de marché». Même s’ils ne sont pas mieux informés
que le public, ils attendent que le prix des obligations ait suffisamment baissé pour les acheter.
À quel prix commencent-ils à acheter? À un prix tel que le gain, si la rumeur est infondée et que
les obligations remontent donc à leur cours initial, est à leurs yeux suffisamment élevé pour

compenser le risque que la rumeur soit avérée6. Ils le feront d’autant plus, et à des prix d’autant
plus élevés, qu’ils sont mieux informés que la moyenne du public. Pour être un teneur de
marché, il faut donc: premièrement pouvoir disposer rapidement de quantités importantes de
monnaie pour absorber le flux des ventes de panique, deuxièmement avoir un système
d’évaluation des risques meilleur que celui du public, troisièmement avoir un goût du risque
supérieur à celui de la moyenne du public, quatrièmement avoir un capital propre tel qu’une
perte sur un seul pari raté (Zaccaria a effectivement fait faillite) ne mette pas en danger votre
existence même. Les banques réunissent ces conditions.

Remarquons qu’un teneur de marché est un spéculateur et, statistiquement au moins,


gagne beaucoup d’argent à se livrer à cette activité. Il achète en effet quand les prix sont bas
pour revendre à des prix plus élevés. Mais, en même temps, ce rôle est indispensable pour que
les marchés restent liquides, donc pour que les prêteurs adverses aux risques qui veulent s’en
dégager puissent le faire. Il contribue à limiter les pertes de ceux qui cèdent facilement à des
mouvements de panique. Nous rencontrons donc, pour la première mais pas pour la dernière
fois, le rôle très ambigu de la spéculation.

Retenons à ce stade deux choses. :

• La première est qu’un marché financier est une véritable institution qui
exige pour fonctionner au moins deux catégories particulières d’acteurs:

o des agences de notation rendant publiques des informations sur les


risques des emprunteurs,

o des teneurs de marché assurant la liquidité du marché.

• La seconde est que les banques, en tant qu’intermédiaires, et les marchés


financiers doivent être vus comme complémentaires, plutôt qu’en
concurrence.

Cerna 85
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Illustrations :

Le taux d’intérêt servi par une obligation dépend de son risque.

Le risque d’obligations « sans risques », c’est à dire émises par les Etats les plus sûrs,
augmentent cependant avec la maturité, car le risque de se tromper sur l’inflation augmente avec
elle :

Courbe des taux le 05/01/05, France et Etats Unis

0
0 5 10 15 20 25 30 35

France EU

Le taux augmente avec le risque spécifique de l’émetteur, ici noté par Moody’s ( cf chapitre
précédent) :

Coût de la dette ( source: Moody's)


Prime de risque en points

300
250
de base

200
150
100
50
0
a

a1

a2

a3

1
A1

A2

A3
Aa

Aa

Aa

Aa

Ba
Ba

Ba

Ba

Rating

Cerna 86
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

5. Les marchés d’actions

Troisième solution: Zaccaria décide de s’autofinancer et de s’auto-assurer, non pas


avec son seul or, mais aussi avec celui d’individus prêts à s’associer à ses affaires, dont il
garde la direction. Autrement dit, il assume tous les risques, mais en les partageant avec
d’autres individus ayant le goût du risque.

Pratiquement, il transforme son affaire en société par actions et introduit une partie,
minoritaire, de ses actions en Bourse en augmentant son capital. Il vend donc sur un autre
marché financier, le marché – dénommé Bourse – des actions, des droits de propriété sur son
entreprise.

Copropriétaires de l’entreprise Zaccaria, les actionnaires autres que Zaccaria sont


minoritaires. Ils n’ont droit qu’à une chose: une part, proportionnelle à celle du capital qu’ils
détiennent, des bénéfices que Zaccaria décidera chaque année de distribuer aux actionnaires. Il
est donc nécessaire qu’ils puissent «sortir» de cet investissement si les bénéfices distribués ne
leur conviennent pas, donc qu’existe un marché secondaire des actions. C’est encore plus
nécessaire que dans le cas des obligations, car en vendant des actions, Zaccaria ne s’est engagé à
rien en ce qui concerne leur rentabilité.

Se posent ici aussi des problèmes d’information des investisseurs. Tout d’abord, au
moment de l’introduction en Bourse, si Zaccaria prétend «lever» 1 000 en vendant 20 % des
actions de son entreprise, il lui faudra prouver que son entreprise «vaut» 5 000. Elle possède un
bateau, des entrepôts, et surtout un réseau d’information et un savoir-faire. Bateau et entrepôts
ont un prix de marché que les investisseurs connaissent. Reste à évaluer l’actif immatériel, mais
tout à fait essentiel, qu’est le «fonds de commerce» de Zaccaria. Le seul moyen de permettre
cette évaluation est d’ouvrir ses comptes et de donner le maximum d’informations fiables sur le
volume d’affaires et la rentabilité passés mais aussi et même surtout sur les perspectives de
bénéfices futurs.

De nouveau se pose un problème de fiabilité d’information et donc s’impose la nécessité


d’organismes indépendants, cette fois pour «auditer» les comptes de Zaccaria et ses perspectives
de profit. Ce sont les «analystes financiers». Mais le problème d’information persiste ensuite.
Les actionnaires minoritaires veulent être sûrs que Zaccaria ne dissimule pas des bénéfices et
veulent pouvoir suivre en temps réel l’évolution de ceux-ci. Contrairement aux détenteurs
d’obligations, qui connaissent le rendement et n’ont donc qu’à évaluer le risque de défaut de
l’emprunteur, les actionnaires doivent pouvoir en permanence anticiper les bénéfices futurs de
l’entreprise (incluant évidemment ses risques de faillite).

Cerna 87
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Comme le marché obligataire, la Bourse, pour fonctionner correctement, exige donc des
acteurs qui produisent de l’information indépendante sur les sociétés cotées. Elle exige aussi des
teneurs de marché, car évidemment les mouvements de panique sur les obligations de Zaccaria
évoqués dans le cas précédent peuvent aussi se produire sur les actions.

En augmentant son capital par une introduction en Bourse, Zaccaria augmente la taille de
son entreprise et associe à son destin des investisseurs désireux de prendre des risques en
échange d’espoirs de rendements élevés. La fonction d’agrégation des capitaux qu’assure le
marché des actions présente un avantage collectif. Elle permet à Zaccaria d’étendre son activité
au-delà de ce que lui permettait sa fortune personnelle et le réinvestissement systématique de
tous ses gains dans sa propre entreprise. L’entreprise devient ainsi moins sensible au risque
d’une faillite provoquée par l’échec d’une opération particulière, et Zaccaria peut exercer ses
talents à plus grande échelle.

En même temps, le marché des actions permet une diversification des risques. Zaccaria
peut, tout en conservant la direction de son entreprise, la développer et en même temps investir
une partie de ses gains ailleurs. Au public, ce marché offre une opportunité de placer son or
dans des instruments financiers qui, par rapport aux dépôts bancaires ou aux obligations,
présentent des caractéristiques différentes en matière de rendement et de risque. Il permet donc
aux investisseurs une diversification de leurs investissements. Or la diversification est, avec
l’assurance, le second moyen fondamental non seulement de parvenir au couple rendement /
risque que chacun préfère, mais aussi et surtout de le réduire pour un rendement espéré donné.

6. Les marchés dérivés

Reste le troisième risque qu’a assumé Zaccaria: le risque de prix.

Souvenons-nous qu’il a dû prendre une décision sur la base d’informations fragmentaires


sur les prix de l’alun pratiqués récemment à Bruges. Lorsqu’il livrera son alun à Bruges, deux
mois après que la marchandise aura été embarquée à Aigues-Mortes, il n’est pas sûr de pouvoir
le vendre à 2 000 comme il l’espérait. Il peut aussi avoir la bonne surprise de parvenir à vendre
plus cher. Zaccaria a le goût du risque, c’est entendu. Mais il le préférerait calculable. De plus,
si le risque est trop important, non pas en soi mais pour lui, si par exemple il a risqué toute sa
fortune sur une seule opération, il préférerait, quitte à réduire son espérance de gain, réduire
aussi ce risque de prix, comme il a pu le faire des risques de mer et de transport d’or. Or de

Cerna 88
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

nouvelles innovations financières rendent possible la réduction du risque de prix.

La première est simplement qu’il existe à Bruges une Bourse de commerce cotant l’alun.
Sur cette Bourse s’échangent quotidiennement des lots d’alun, standardisés en quantité et en
qualité, et les cours sont publics. La série des cours passés fournit en elle-même des indications
précieuses pour calculer le risque de prix. Elle permet par exemple de calculer la «volatilité»

passée du cours de l’alun7. Mais on peut aussi analyser d’éventuelles corrélations entre le cours
de l’alun et d’autres données économiques qui permettent d’améliorer l’évaluation probabiliste
des cours futurs et donc la mesure du risque de prix. Une fois de plus, nous constatons qu’un
marché organisé produit, par comparaison à un ensemble de transactions bilatérales «secrètes»,
des informations utiles à ceux qui, d’une manière ou d’une autre, sont concernés par les niveaux
et les évolutions des prix considérés.

6.1 Les contrats à terme

Dès qu’une Bourse cote une marchandise de qualité bien définie, il est possible
d’organiser aujourd’hui la confrontation de l’offre et de la demande du lot standardisé de cette
marchandise, non pour livraison immédiate, mais pour une livraison dans un mois, deux mois,
trois mois, etc. La Bourse cote ainsi chaque jour des contrats pour livraison immédiate (dits «au
comptant») mais aussi pour livraison dans le futur. Ces derniers, appelés «contrats à terme»,
stipulent donc que celui qui a vendu le contrat s’engage à livrer, dans un mois par exemple, un
lot de marchandises à celui qui a acheté le contrat, à un prix qui est fixé aujourd’hui.
Naturellement, jusqu’au jour de livraison prévu, tant le vendeur que l’acheteur du contrat
peuvent s’en séparer (le vendeur le racheter, l’acheteur le revendre), car un compartiment de la
Bourse, le marché à terme, assure la cotation de ces contrats jusqu’au jour de l’échéance. Ce
jour-là, les contrats valent évidemment le même prix que les contrats au comptant du jour. Les
contrats à terme sont le premier type d’«instrument dérivé». Le marché à terme, où ils
s’échangent, est dit «marché dérivé».

L’intérêt des contrats à terme est qu’ils permettent de se couvrir contre le risque de
variation des prix. Voyons comment. Le jour où Zaccaria décide son opération, il constate sur
son ordinateur (n’oublions pas que nous l’avons projeté dans la finance moderne) que la Bourse
de l’alun à Bruges donne les cotations suivantes. Le contrat d’alun, qui est de 1 tonne (pour
simplifier), vaut 100 au comptant et 95 à deux mois. Zaccaria interprète, à juste titre, cette
différence comme le fait que les intervenants sur le marché à terme de l’alun anticipent une
baisse de son prix au comptant dans les deux mois qui viennent. Personne ne sait cependant quel

Cerna 89
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

sera le prix de l’alun au comptant dans deux mois. La baisse pourrait être encore plus forte, mais
tout le monde pourrait aussi s’être trompé et l’alun valoir plus de 100.

Zaccaria décide d’être prudent. Il estime qu’au prix de 95 son opération serait encore
rentable, alors qu’elle ne le serait plus si le prix chutait à 80. Il vend donc 20 contrats à deux
mois au prix de 95, soit 20 * 95 = 1 900. Ce faisant, il s’assure une recette certaine de 1 900. En
effet, si, deux mois après, le jour où son alun est livrable dans les entrepôts de la Bourse de
Bruges, le prix au comptant est tombé à 80, il ne trouvera personne pour lui acheter sa cargaison
à plus de 1 600, et c’est le prix qu’il en obtiendra. Mais ce jour-là les contrats qu’il a vendus à
1 900 vaudront aussi 20 *80 = 1 600, il les rachètera donc à ce prix, faisant un gain sur les
contrats de 1 900 - 1 600 = 300. Sa recette totale sera donc bien de 1 900 = 1 600 (vente de sa
marchandise) + 300 (gain de la vente suivie du rachat des contrats).

Par son opération sur le marché des contrats, il s’est couvert contre le risque de baisse des
prix de sa marchandise. Il l’avait achetée à Aigues-Mortes sans l’avoir encore vendue. Dans le
jargon financier, on dit qu’il était «long» sur l’alun physique.

Quand on est long, le risque est la baisse de prix. Pour se couvrir, il suffit de prendre
sur le marché à terme une position «courte» (avoir vendu ce qu’on n’a pas encore acheté)
équivalente. Tel est le principe de la couverture contre le risque de prix: prendre sur des
contrats à terme des positions inverses de celles qu’on a sur le physique.

Évidemment, si, deux mois après, contrairement aux anticipations, l’alun au comptant se
vend à 110, Zaccaria s’est ipso facto privé de ce profit inespéré. Il vendra bien en effet son alun
à 20 ¥ 110 = 2 200, mais devra racheter ses contrats à 2 200, perdant ainsi 300 sur la vente
suivie du rachat des contrats, ce qui ramène comme précédemment sa recette totale à 1 900.

Tous les négociants longs en alun comme Zaccaria qui veulent se couvrir contre le risque
de baisse du prix, vont donc vendre des contrats à terme. Il faut donc se demander qui a intérêt à
les acheter, sinon il n’y aurait pas de marché à terme où un prix non nul puisse se former. La
réponse logique est immédiate: il s’agit de ceux qui veulent se couvrir contre un risque de
hausse des prix. Qui cela peut-il être? Logiquement encore, ceux qui sont courts sur l’alun
physique, c’est-à-dire qui en ont déjà vendu alors qu’ils n’en ont pas encore acheté. Supposons

un industriel qui fabrique des produits contenant de l’alun8. Cet industriel reçoit, de l’un de ses
clients, une demande de prix pour livraison dans trois mois. Si sa proposition de prix est
acceptée, il aura une commande ferme livrable dans trois mois. Il aura donc vendu l’alun
contenu dans son produit. Mais le temps de fabrication de celui-ci n’est que d’un mois. Il peut

Cerna 90
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

acheter l’alun aujourd’hui à 100, le stocker pendant deux mois, puis le mettre en fabrication. Il
fixe alors le prix de vente de son produit sur la base d’un prix de l’alun de 100 augmenté de 5,
qui est le coût physique (location d’entrepôt) et financier (intérêt sur deux mois) de stockage de
l’alun pendant deux mois. Sa marge est ainsi fixée sans aucun risque. S’il se comporte ainsi, il
n’a cependant aucune chance que son prix soit accepté. En effet, un autre industriel va
inévitablement procéder différemment. Observant que le prix du contrat à terme de deux mois
de l’alun est de 95, ce second industriel achète un contrat à deux mois et peut tranquillement

fixer le prix de son produit sur la base d’un prix de l’alun de 95 au lieu de 1059. Il emportera
donc nécessairement le marché sur son concurrent, sans avoir pris non plus le moindre risque
sur sa marge de transformateur. En effet, même si l’alun est à 110 deux mois après, quand il doit
l’acheter et lancer la fabrication pour honorer sa commande, il l’achète à 110, mais revend aussi
ses contrats à 110, réalisant un gain sur les contrats (110 - 95) qui ramène son coût réel
d’approvisionnement à 95.

6.2 Les spéculateurs

Ainsi les individus longs en alun qui veulent se couvrir contre un risque de baisse de prix
en vendant des contrats à terme rencontrent-ils sur les marchés à terme des individus courts en
alun qui veulent se couvrir contre le risque de hausse des prix en achetant des contrats. Ainsi se
forme à chaque instant le prix des contrats à terme, jusqu’à leur échéance où ils valent celui des
contrats au comptant. Il serait cependant bien étonnant que ces deux catégories d’individus
prudents, négociants sérieux et industriels solides, se trouvent ainsi seuls face à face.

Le spéculateur rôde en effet toujours autour des marchés. Imaginons que, contrairement à
l’opinion moyenne des intervenants sur le contrat à deux mois, opinion qui forme un prix de 95,
vous soyez intuitivement persuadé (ou supérieurement informé) que dans deux mois le prix
sera 110. Que faites-vous? Vous achetez des contrats. Si deux mois après le prix est à 110, vous
avez gagné 15 par contrat. S’il est à 85, vous avez perdu 10 par contrat. Il va sans dire que vous
n’êtes ni court ni long en alun. Vous ne savez même pas très exactement comment est produit et
à quoi sert l’alun et vous n’êtes pas le genre d’individu à vous intéresser à ces activités
besogneuses et pénibles que sont le négoce, le transport maritime ou l’industrie. Vous êtes un
«spéculateur pur».

Et vous aimez particulièrement déployer vos talents sur un marché dérivé, tel celui des
contrats à terme car il présente pour vous une caractéristique d’un immense intérêt. Quand vous
achetez un contrat, vous ne payez rien avant l’échéance: l’achat d’un contrat est la promesse

Cerna 91
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

d’acheter dans deux mois à un prix fixé aujourd’hui. Ce n’est que dans deux mois que vous
aurez à honorer cette promesse et à payer. Si dans deux mois cette promesse vaut plus cher,
vous la revendez et payez votre achat simultanément: vous recevez votre gain sans avoir rien eu
à débourser (ou vous payez votre perte…).

Ce n’est pas tout à fait vrai cependant. Car les individus qui organisent les marchés à
terme sont des gens sérieux et veulent limiter le risque que des individus peu scrupuleux
achètent ou vendent des contrats pour disparaître ensuite, si par hasard l’évolution du prix se
traduit pour eux par une perte. Les gestionnaires des marchés dérivés «organisés» vous
demandent donc, lorsque vous achetez ou vendez des contrats, de bloquer chez eux sur un
compte un deposit initial de, par exemple, 5 % de la valeur du contrat.

Ensuite, votre compte est suivi. Si vous avez acheté un contrat à 100 en versant un
deposit de 5 et que son prix baisse à 96, votre perte potentielle, s’il vous fallait le vendre
immédiatement, serait de 4. Les organisateurs du marché, instantanément, vous «appellent à la
marge» de 4, de façon que votre compte couvre en permanence le montant de votre perte
potentielle, augmenté du deposit. Si vous disparaissez à ce moment-là, votre compte est
immédiatement liquidé et le deposit sert à régler la perte. Les appels de marge, qui s’appliquent
à tous les intervenants du marché, assurent donc normalement que ceux qui sont en perte restent
solvables.

Mais un deposit de 5 % permet un «effet de levier» considérable. Vous investissez 5 pour


l’achat d’un contrat à 100. Si vous le vendez à 110 deux mois plus tard (ce genre de hausse de
10 % en deux mois d’une marchandise cotée – ou d’une action – n’a rien d’exceptionnel), le
gain est de 10 pour un investissement de 5: 1 200 % par an de rentabilité. On comprend que les
spéculateurs soient tentés. Sont-ils pour autant (dans ce cas précis) les parasites odieux que le
vulgum pecus voit facilement en eux? La réponse est non.

Revenons au moment où Zaccaria décide de se couvrir contre le risque de baisse du prix


de l’alun. Supposons qu’à ce moment, le prix au comptant étant toujours de 100, les
anticipations des acheteurs potentiels de contrats, les industriels de l’alun, soient que le prix va
baisser encore plus que nous ne l’avons supposé. Dans ces conditions, très peu vont se couvrir
contre la hausse en achetant des contrats. (Notons que ces industriels courts en alun, qui
n’achètent pas de contrats pour se couvrir contre le risque de hausse, spéculent à la baisse.) Au
lieu d’être de 95, le prix à deux mois tombe à 80, un niveau où nous avons supposé que Zaccaria
renoncerait à son opération. Dilemme pour Zaccaria. Se couvrir à ce prix ne présente aucun
intérêt. Il ne lui reste qu’à renoncer ou à prendre le risque de prix malgré tout, s’il pense que les
industriels sont décidément trop pessimistes (du point de vue de Zaccaria, optimistes de leur
point de vue). Supposez alors que de purs spéculateurs ne soient pas de l’avis des industriels et

Cerna 92
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

pensent que ce prix à terme de 80 sous-estime manifestement ce que sera le prix dans deux
mois: ils achètent des contrats. Le prix à terme remonte. S’il remonte assez, il va permettre à
Zaccaria de se couvrir. Les spéculateurs purs «achètent le risque» dont Zaccaria veut se
débarrasser. Zaccaria ne pense certainement pas que ce sont des parasites, mais bien plutôt des
êtres providentiels. En effet, ils corrigent les anticipations déraisonnables de ces spéculateurs
véritables mais dissimulés que sont les industriels qui ne se couvrent pas. En prenant ainsi
délibérément un risque de prix, ces industriels obligent Zaccaria à en faire autant, alors qu’il ne
le souhaite pas. Bref, Zaccaria bénit l’existence des spéculateurs purs, ces bienfaiteurs
méconnus du négoce.

6.3 Les options et les swaps

La fonction d’échange de risque de prix que jouent les marchés dérivés apparaît encore
plus clairement avec leurs deux autres grandes catégories d’instruments dérivés que sont les
options et les swaps.

Il existe deux types principaux d’options: options d’achat (call) et options de vente
(put)10. Acheter aujourd’hui une option d’achat (de vente) de 1 tonne d’alun à échéance de
deux mois et au prix d’exercice de 100, c’est acheter, en payant aujourd’hui le prix de l’option,
par exemple 5, le droit d’acheter (de vendre) dans deux mois 1 tonne d’alun au prix de 100 à
celui qui a vendu l’option. Ainsi, si Zaccaria veut se couvrir contre une baisse du prix de l’alun
qui au comptant vaut 100 aujourd’hui, il achète une option de vente à deux mois au prix
d’exercice de 100. Le prix de l’option est 5, qu’il débourse aujourd’hui. Si, deux mois après, le
prix de l’alun a baissé à 80, il exerce l’option de vente et cède donc son alun à 100 au vendeur
de l’option qui, le revendant à 80, perd 20 moins 5, le produit de la vente de l’option qu’il
conserve. Le prix effectif de vente pour Zaccaria sera 100 - 5 (prix de l’option) = 95.

L’intérêt de l’option pour Zaccaria c’est que si le prix de l’alun a monté à 110, il n’exerce
pas l’option et vend son alun à 110 sur le marché. Son prix effectif de vente sera 110 - 5 (prix de
l’option) = 105. Le vendeur de l’option évidemment gagne 5. Ainsi Zaccaria qui est long en
alun, en achetant une option de vente, achète une protection contre la baisse du prix sans pour
autant se priver d’une possibilité de gain si le prix monte. Un industriel court en alun achètera,
lui, une option d’achat, se protégeant ainsi contre le risque de hausse tout en conservant la
possibilité d’un gain si le prix baisse.

Qui sont les vendeurs d’options? Sur une simple vente d’option, on peut les considérer

Cerna 93
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

comme des spéculateurs. Le vendeur de l’option de vente à Zaccaria spécule que les prix vont
monter, que Zaccaria donc n’exercera pas l’option. Mais on voit très bien qu’un vendeur
d’options peut couvrir ses options par des contrats à terme. Par exemple au moment où il vend
l’option de vente à Zaccaria, prenant le risque que le prix baisse, il se couvre lui-même contre la
baisse en vendant un contrat à terme. Un tel vendeur d’option doit plutôt être considéré comme
un assureur.

Gains d’un Call


Prix d’exercice

0
Prim e Prix du sous jacent à l’échéance

Gains d’un Put


Prix d’exercice

0
Prime Prix du sous jacent à l’échéance

Quant aux swaps, en voici une illustration. Zaccaria, en décidant son opération sur
l’alun, se demande évidemment ce qu’il pourrait bien charger en retour pour que son navire ne
revienne pas à vide en Méditerranée. Il existe une demande régulière de sucre en Méditerranée.
Zaccaria trouve à Gênes un client à qui il vend 20 tonnes de sucre, livrables dans quatre mois à
un prix fixé aujourd’hui. Il a décidé cette vente en même temps que son achat d’alun à Aigues-
Mortes, car il sait que le prix du sucre au comptant à Bruges est de 100 la tonne (le même que
celui de l’alun pour simplifier) et que cela lui offrirait une marge raisonnable, si le prix du sucre
ne montait pas dans les deux mois. On a vu qu’il pouvait se couvrir contre ce risque en achetant
un contrat de sucre à terme, ou une option d’achat de sucre. Étant long en alun et court en sucre
(il l’a vendu sans l’avoir encore acheté), il peut aussi tout simplement faire un swap.
Aujourd’hui, à Bruges, 1 tonne de sucre vaut 1 tonne d’alun à 100. Conclure un swap, c’est

Cerna 94
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

trouver un autre négociant qui accepte d’échanger11 20 tonnes de sucre contre 20 tonnes d’alun
dans deux mois. Mieux encore, c’est trouver quelqu’un (pas forcément un négociant, peut-être
un sinistre spéculateur) qui s’engage à, dans deux mois, «recevoir de Zaccaria le prix de
20 tonnes d’alun et à payer à Zaccaria le prix de 20 tonnes de sucre». Il est clair qu’ainsi
Zaccaria est couvert contre son double risque de baisse du prix de l’alun et de hausse du prix du
sucre. Si l’alun a baissé à 80 et le sucre monté à 110, Zaccaria donne à sa contrepartie dans le
swap 20 ¥ 80 = 1 600, le produit de sa vente d’alun, et en reçoit 20 ¥ 110 = 2 200, ce qui lui
permet d’acheter 20 tonnes de sucre, alors que, en l’absence de swap, il aurait, par rapport à ses
espérances, perdu 400 sur la vente d’alun et 200 sur l’achat de sucre, soit 600. 600, c’est
naturellement exactement la perte de sa contrepartie au swap, qui donne 2 200 et ne reçoit que
1 600. Mais si l’alun monte à 110 et le sucre baisse à 80, c’est Zaccaria qui, à cause du swap,
s’est privé d’un profit supplémentaire, par rapport à ses espérances, de 600, et c’est le gain de sa
contrepartie au swap. On voit donc qu’ici encore, si la contrepartie de Zaccaria est un négociant
qui est, lui, court en alun et long en sucre, il y a échange mutuellement bénéfique de risques
opposés. Si la contrepartie est un pur spéculateur, il y a achat par le spéculateur, dans l’espoir
d’un gain, des risques dont Zaccaria veut se débarrasseR ;

Un exemple plus contemporain de Swap :

Le principe général d’un swap est d’échanger, à des échéances prévues au départ, un prix
fixe, convenu au départ, contre un prix variable, constatable sur un marché (ou
réciproquement).

Exemple: une compagnie aérienne a vendu des vols à un voyagiste à prix fixe pour les deux ans

à venir. Elle veut fixer le prix de son kérosène ( qui représente 20% du coût du billet) pour

deux ans. Elle passe un swap avec une banque:

–elle paye un prix fixe à la banque

–et reçoit d’elle le prix de marché( variable) du kérosène

Elle fixe ainsi le prix de son kérosène

Cerna 95
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Pertes de la banque

Gains de la Banque

0 2 ans
Prix de marché du kérosène
Prix fixe négocié du swap

Les marchés dérivés sont donc des marchés où s’échangent des risques de prix.

Aujourd’hui, ils existent non seulement pour des «commodités», c’est-à-dire des
marchandises standardisées (comme nous avons supposé que c’était le cas de l’alun et du sucre),
par exemple le pétrole et les produits raffinés, les métaux, les produits agricoles, mais aussi pour
des services standardisés comme le fret maritime, enfin et surtout pour la plupart des actifs
financiers: obligations (donc taux d’intérêt), actions, indices d’actions, ainsi que pour les
grandes monnaies convertibles: dollar, euro, yen, etc.

Comme les autres marchés financiers, les marchés dérivés produisent des informations,
en l’occurrence des prix «futurs», très utiles à l’ensemble des acteurs concernés par l’évolution
de ces prix. Comme les autres marchés financiers, ils doivent être organisés par des
institutions12 et ne peuvent fonctionner que s’il existe des «teneurs de marché», qui sont
objectivement des spéculateurs. Une différence avec les marchés d’obligations ou d’actions «au
comptant» est l’importance des effets de levier qu’ils autorisent. Ces derniers y rendent la
spéculation spécialement attrayante, mais aussi dangereuse pour les spéculateurs.

S’y pose donc de manière particulièrement aiguë la question des effets de la spéculation.
On a vu son caractère nécessaire. Sans spéculateurs prêts à «acheter» les risques de prix dont
d’autres veulent se débarrasser, ces marchés ne pourraient pas remplir la fonction d’assurance,
de transfert de risques, pour lesquels ils ont été créés. Cependant, reste entièrement ouverte la
question de savoir si la spéculation ne peut pas, aussi, les «déstabiliser». Par exemple, engendrer
des mouvements de prix qui sans elle n’auraient pas lieu, et qui se révéleraient, selon des
critères de jugement à préciser, «néfastes».

Cerna 96
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

7. Les fonctions de la finance

J’aurais pu raconter le même genre d’histoire en restant à Gênes, avec un Zaccaria


meunier, achetant du blé, le stockant, le transformant en farine et vendant cette dernière. Certes,
les risques «physiques» de cette activité productive auraient été différents: au lieu du risque de
mer, celui que le stock de blé soit détruit par des parasites, par exemple. Toute activité
productive, parce qu’elle se déroule dans le temps, présente des risques de ce type. Quant au
risque de prix, il aurait été également présent: Zaccaria aurait acheté du blé avant d’avoir vendu
de la farine et le prix de celle-ci aurait pu varier pendant le temps de production.

Ce qui a été décrit, ce sont plusieurs processus possibles de division sociale du travail non
exclusifs l’un de l’autre, ou, si l’on objecte que le spéculateur pur ne «travaille» pas, de division
sociale des activités. Mis à part celle de transport et celle que nous avons qualifiée de négoce
pur, toutes ces activités, initialement exercées par le seul Zaccaria, sont des activités financières.
Ce qu’illustre l’histoire, c’est d’abord un mouvement de séparation entre activités financières et
autres activités. C’est ensuite une diversification des activités financières elles-mêmes, résultant
de la séparation de leurs différentes composantes et de la spécialisation d’acteurs particuliers
dans l’exercice d’activités financières précises, ce qui leur permet de les exercer à l’échelle qui
autorise le coût minimum et d’accumuler plus rapidement des savoir-faire spécialisés, source
d’efficacité. Ce qu’elle montre aussi, c’est qu’une telle diversification de l’offre des services
financiers est également source d’efficacité accrue pour d’autres acteurs, à qui elle permet de se
concentrer sur leurs «métiers».

Il est désormais possible de récapituler ce que sont les différentes fonctions de la finance:

• Une fonction d’affectation de l’épargne à l’investissement productif,qui se décline


elle même en deux fonctions, du coté des offreurs de fonds et du coté des demandeurs :

• Une fonction de transfert de la richesse dans le temps. En se privant d’utiliser


une partie de son or à l’achat de biens lui procurant une jouissance
immédiate, un individu, qui devient ainsi un épargnant, peut, grâce à la
finance, placer cet or en instruments financiers: dépôts rémunérés,
obligations, actions, voire instruments dérivés, et le récupérer plus tard
normalement augmenté du rendement de ce placement.

• Une fonction de mise en commun de richesse. Elle permet de financer des


projets dont l’ampleur dépasserait la richesse d’un seul individu. D’autant

Cerna 97
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

qu’un individu, même très riche, préférera, par souci de réduction des risques,
diversifier ses placements.

• Une fonction de gestion des risques.

Il s’agit des risques pris par un acteur individuel dans une opération de transfert de la
richesse dans le temps. La finance permet de réduire les risques individuels en les divisant et de
les transférer à d’autres individus, moins adverses au risque. Soit que le risque en question est
pour eux de moindre importance, soit qu’ils souhaitent en prendre dans l’espoir de profits
élevés. Elle permet ainsi à chacun de choisir le couple rendement / risque qui lui convient.

Contribuant aussi à la réduction des risques, une fonction d’information.Certaines


institutions financières, en particulier les marchés organisés, produisent une information
publique (généralement des prix) utile aux individus pour orienter leurs choix non seulement
financiers, mais productifs au sens strict.

• Une fonction de règlement,

c’est-à-dire d’organisation du système des paiements.

8. Les systèmes financiers

Les fonctions de la finance peuvent être assurées par des instruments et organisées par
des institutions différentes. Rappelons quelques exemples. Pour un épargnant, le transfert de
richesse dans le temps peut passer par un dépôt bancaire rémunéré, l’achat d’obligations ou
d’actions, mais aussi par l’achat de droits de propriété sur des objets tels que les œuvres d’art ou
l’immobilier. Différents instruments permettent de se couvrir contre un risque de prix sur les
marchés dérivés: contrats à terme, options, swaps. L’articulation de plusieurs fonctions au sein
d’une opération financière peut prendre des formes diverses, ainsi qu’on l’a vu de la
combinaison d’une fonction de transfert de richesse dans le temps et d’assurance contre un
risque.

Quant aux institutions qui assurent une ou plusieurs fonctions de la finance dans le monde
contemporain, on distingue tout d’abord les intermédiaires financiers et les marchés. Les
marchés financiers, où, comme leur nom l’indique, sont cotés des instruments financiers, sont
en effet aussi des institutions. Ils sont organisés: des acteurs en fixent les règles de
fonctionnement, qu’elles soient purement privées ou soumises à des contrôles étatiques stricts,

Cerna 98
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

et assurent leur fonctionnement. Ainsi le marché des actions à Paris est organisé par une société
privée, Paris Bourse, et le déroulement des opérations est soumis au contrôle de la AMF, une
institution étatique. De plus on a vu que, pour fonctionner, les marchés financiers exigent que
des acteurs particuliers assurent le rôle de producteur d’information (par exemple, les agences
de notation et les analystes financiers) et que d’autres assurent celui de teneur de marché.

Il existe aujourd’hui quatre grands types de marchés financiers. Les marchés de créances
négociables et de titres de dettes à taux fixe ou variable, les marchés des actions, les marchés
d’instruments dérivés, appelés par contraction marchés dérivés, et les marchés des changes où

s’échangent entre elles les monnaies13.

Parmi les intermédiaires financiers, une distinction fondamentale s’impose entre banques
et institutions non bancaires.

Les banques ont en effet non seulement des fonctions financières, mais aussi, comme on
va le voir au chapitre 10, une fonction monétaire qui en fait des institutions financières très
particulières. De plus elles assurent la fonction essentielle de règlement des transactions.

Les institutions non bancaires sont principalement les sociétés d’assurance et les
«investisseurs institutionnels». Ces derniers sont des gestionnaires d’épargne pour compte de
tiers. Ils collectent de l’épargne et la placent sur divers marchés financiers. On distingue les
fonds de pension qui gèrent l’épargne constituée en vue d’une retraite, les fonds communs de
placement (mutual funds) et les fonds d’arbitrage (hedge funds). La différence entre ces deux
derniers types n’est pas tranchée. Ils gèrent des fonds collectés en général auprès de catégories
aisées de la population. Les hedge funds sont réputés prendre plus de risques, en particulier en
utilisant différents effets de levier.

Il s’agit là d’institutions privées. Certaines banques ou compagnies d’assurance sont à


capitaux publics, mais ne se comportent pas différemment de leurs concurrentes privées. Les
intermédiaires financiers sont cependant plus ou moins contrôlés par les États. On verra que les
banques le sont assez étroitement, et pourquoi il en est ainsi.

Ces institutions privées ne sont pas les seules à assurer des fonctions financières. Deux
autres institutions ont joué dans le passé, et continuent à jouer, un rôle important: la famille et
l’État. Un motif essentiel de transfert de la richesse dans le temps est de subvenir à ses besoins
quand on ne peut plus travailler, soit par accident ou maladie, soit parce qu’on est trop vieux. Il
est clair qu’aujourd’hui encore, pour une très large part de l’humanité, c’est la famille qui assure
cette fonction. Jeune, on fait des enfants et on les élève (une dépense), et l’on compte sur eux
pour vous entretenir quand on est vieux ou malade (une ressource ultérieure).

Dans de nombreux pays riches, c’est l’État directement qui a organisé des systèmes de

Cerna 99
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

retraite par répartition et des systèmes d’assurance maladie. Ces deux dernières fonctions
peuvent, on le sait, parfaitement être assurées par des institutions privées. Quand c’est l’État qui
les assume, il combine généralement aux fonctions purement financières (transfert de richesse
dans le temps et assurance par mutualisation des risques) des fonctions de redistribution au sein
des populations concernées. Ainsi, un système public d’assurance maladie définit les cotisations
(la prime d’assurance) en fonction du revenu mais pas de l’état de santé. Un système
d’assurance privée, à moins qu’il ne soit contrarié par une réglementation, tendra naturellement
à différencier les contrats et les primes selon le risque de l’assuré, c’est-à-dire son état de santé,
comme il le fait pour les autres risques.

Les rôles respectifs de la famille, de l’État et des institutions privées, au sein de


celles-ci le rôle des marchés et des institutions financières stricto sensu, au sein de celles-ci
le rôle et la place des banques, définissent des «systèmes financiers». Leur diversité, au
cours des temps modernes, fut extrême. Elle reste importante au sein du monde
contemporain.

L’évolution des systèmes financiers dans le monde actuel depuis 30 ans peut être
caractérisé par :

Avant les années 70: les systèmes nationaux étaient :

• cloisonnés : l’épargne constituée dans un territoire y était « piégée » par des contrôles
stricts des mouvements de capitaux à travers les frontières, ce qui permet, entre autres
choses de laminer la petite épargne placée à taux fixe par l’inflation, ce qui permit de
pratiquer à grande échelle la recommandation de Keynes d’euthanasier les
rentiers,

• dominés par l’intermédiation bancaire.

Aujourd’hui: un système global caractérisé par:

• libre circulation des capitaux entre pays,

• la finance de marché domine,

• le rôle des banques s’est profondément transformé : près de 80% des profits des grandes
banquent viennent maintenant des activés de marché, contre 80% aux activités de prêts
il y a 30 ans,

• les marchés dérivés se sont énormément développés,

Cerna 100
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

• les investisseurs institutionnels sont montés en puissance et ont transformé les règles du
« gouvernement d’entreprise ».

En finance de marché globale, la volatilité des prix des titres, qui est inévitable, acquiert
une importance macro économique d’ensemble (Cf l’encadré ci après). La conjoncture
économique dépend alors beaucoup, à travers l’influence qu’ils ont sur les cours de bourses,
de ce que Keynes appelait les « esprits animaux des entrepreneurs », et qu’on traduirait en
langage moderne par leurs « anticipations », en ajoutant qu’elles sont le plus souvent auto
réalisatrices. Ainsi, c’est de plus en plus du « moral » de ses acteurs que dépend l’évolution
de l’économie...

Encadré : L’utilité contestée de la finance 10


Pierre-Noël Giraud.
Publié dans : Association d'économie financière, Dr.,
"La finance pour quoi faire ? Les enjeux éthiques",
Rapport moral sur l’argent dans le monde 2003-2004

Historiquement, les activités financières apparaissent en même temps que les activités marchandes.
Commerce de l’argent, production et échanges de marchandises ont de tout temps été intimement liés.
Dès le treizième siècle, alors que s’intensifiaient les échanges entre les Flandres et le nord de l’Italie, les
génois ont pratiquement tout inventé de la finance moderne.

Imagine-t-on, en effet, un monde marchand sans finance ? Chacun en serait contraint à n’investir dans des
projets productifs, qui sont le moteur de la croissance économique, que sa propre épargne, tout en étant
incapable d’ajuster le risque qu’il prend à ses moyens financiers et à son goût du risque. Autant dire que
l’investissement serait extrêmement limité, et la croissance quasi nulle.

Les fonctions principales de la finance sont en effet de rassembler l’épargne dispersée pour l’affecter à
des projets d’investissement dont l’envergure et le risque dépassent ce qui est à la portée de fortunes
individuelles, et d’offrir à cette épargne une grande variété d’instruments différents par leurs couples
rentabilité–risque, donc d’organiser un vaste marché d’échange des risques inhérents à tout
investissement productif.

Le développement, la diversification, la spécialisation des activités financières participent ainsi


pleinement au mouvement général de division sociale du travail, en quoi Adam Smith voyait à juste titre
la source fondamentale de l’accroissement de « la richesse des nations ». La finance est en elle-même le
lieu d’une division sociale du travail et elle la favorise dans les autres sphères. Elle contribue donc
incontestablement à l’accroissement de la richesse.

10 Cet article résume certaines des thèses développées par l’auteur dans : « Le Commerce des Promesses.

Petit Traité sur la Finance Moderne » Paru aux Editions du Seuil en Janvier 2001.

Cerna 101
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

D’où vient alors qu’elle soit si souvent considérée, de même que le négoce pur, comme une activité
parasitaire captant indûment des richesses issues de la seule sphère qui les produirait : la sphère
« productive » stricto sensu, où s’exerce le dur labeur des hommes appliquant un travail transformateur de
matière aux ressources que nous offre parcimonieusement notre mère avare, la nature ? Cette conception
est ancienne. Elle reste très vivante de nos jours. L’œuvre d’un historien contemporain aussi important
que Fernand Braudel en est par exemple imprégnée. Braudel sépare la vie économique en trois niveaux:
civilisation matérielle, économie (c’est-à-dire échanges et négoce) et capitalisme (où se concentrent les
activités financières). Puis il établit une hiérarchie entre les trois, chaque niveau drainant des richesses du
niveau immédiatement inférieur. Le jugement qu’il en déduit est que « le capitalisme (dans sa définition,
c’est-à-dire essentiellement la finance) est parasitaire ». Il n’est pas question d’entreprendre ici l’histoire
du discrédit jeté sur la finance. Mais on peut tenter d’en distinguer de bonnes et de mauvaises raisons.

Quelques mauvaises raisons


Mauvaises sont les raisons qui affirmeraient que, dans un capitalisme, les activités financières ne sont
simplement pas nécessaires au développement des capacités de production de richesses. C’est
évidemment faux. Mauvaises raisons encore, celles qui, variantes atténuées des précédentes,
concentreraient leur critique sur la finance de marché, par opposition à la finance bancaire, autrement dit
« intermédiée ». Parmi elles, par exemple, les nostalgies du « capitalisme rhénan », présenté comme ayant
une finance essentiellement bancaire. Tout d’abord, intermédiation par les banques et finance de marché
ont toujours coexisté, il est vrai dans des proportions variables. Ensuite, si les banques, dans leur fonction
d’intermédiation, peuvent en effet remplir très correctement la première fonction ( bien que souvent,
surtout si elles forment un oligopole, avec des coûts d’intermédiation très importants par rapport à la
finance de marché), il n’en est pas de même de la seconde : l’organisation d’un marché d’échange de
risques. La finance ne peut donc se diviser : banques et marchés y coexistent nécessairement.

Plus recevable a priori est l’argument suivant. Certes nécessaires, les activités financières recevraient une
part excessive de la richesse qu’elles contribuent à produire : elles seraient en position structurellement
dominante. C’est la thèse de Braudel. C’est aussi une thèse largement répandue parmi ceux qui
connaissent intimement le fonctionnement des capitalismes. Qui n’a jamais entendu un patron de P.M.E.,
ne niant aucunement l’utilité de son banquier, de son assureur, et des négociants qui vendent ses produits,
se plaindre néanmoins de ce que, tandis qu’il s’acharne à gagner quelques centimes sur ses coûts de
production, les autres font des profits plus que confortables sans « mouiller leur chemise »? Si c’était vrai,
cela signifierait que les activités financières sont structurellement en situation de monopole, que la
compétition en leur sein y est toujours très modérée. Sinon, cette compétition se chargerait de ramener les
profits moyens (insistons sur « moyens ») de ces activités au niveau de celui des activités industrielles,
par exemple. Or rien ne permet de l’affirmer, ni théoriquement, ni empiriquement. En théorie, les
« barrières à l’entrée », dont la hauteur détermine la possibilité de sur profits de monopole dans une
activité donnée, n’ont pas de raison d’être systématiquement plus élevées dans les activités financières
que dans les activités industrielles et de services. Empiriquement, le taux de profit moyen constaté des
entreprises de la finance n’est pas, dans l’histoire, systématiquement supérieur à celui d’autres
entreprises. Il peut l’être à certaines périodes, comme il peut être inférieur à d’autres. Cela relève
généralement de causes spécifiques aisément explicables.

Notons bien que ceci n’a rien à voir avec une tout autre question, qui est la répartition des richesses
produites entre le capital et le travail, puisqu’il s’agit ici simplement de savoir si le capital financier, ou
commercial, est systématiquement mieux rémunéré que le capital industriel. Cependant, subjectivement,
les deux questions peuvent, au moins dans certaines cultures, être liées. Si le symbole « du » capitaliste
est le financier ou le grand négociant, alors, un sentiment d’injustice à l’égard de la répartition
d’ensemble entre capital et travail se concentrera sur ce symbole et son activité et non sur le
« petit patron » de P.M.E., même si le taux de profit de ce dernier est en réalité plus élevé. Parce que le
petit patron, on le voit passer dans l’atelier, et on sait qu’aussi « dur » soit–il, il fait quelque chose de
concret pour que la « boîte » marche. L’éloignement des activités financières des activités directes de
production serait alors la cause d’une critique qui, moins que la finance en tant que telle, vise en fait le
capitalisme.

Une troisième raison pourrait être la distribution différente, dans les activités financières, des taux de

Cerna 102
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

profit individuels autour du taux de profit moyen. Une plus grande dispersion dans la finance pourrait
conduire au sentiment de profits indus. En effet, on remarque beaucoup plus les réussites (les
enrichissements spectaculaires) que les échecs et personne, hormis les statisticiens, ne s’intéresse aux
valeurs moyennes. Or c’est certainement le cas, au moins pour certaines activités financières. Par
définition une activité plus risquée a une distribution plus large, autour de la moyenne, des gains et des
pertes. Il est donc parfaitement normal, en logique capitaliste s’entend, que les réussites exceptionnelles
dans les activités risquées procurent des gains exceptionnels. Il ne convient pas d’en tirer des conclusions
générales sur le caractère parasitaire de la finance.

Cette explication reste cependant insuffisante, comme l’illustre l’image différente que présentent, aux
yeux du plus grand nombre, un financier comme Georges Soros et un industriel comme Bill Gates, même
après le procès 11 du second. Le fait que Georges Soros (en réalité son fonds d’investissements
« Quantum Fund ») ait gagné en 1992 un milliard de dollars en quelques semaines en spéculant contre la
livre sterling et s’en soit vanté a choqué beaucoup de gens. Or Georges Soros, parti de rien, est entré en
affaires bien avant Bill Gates, également parti de rien. Aujourd’hui Bill Gates est beaucoup plus riche que
Georges Soros. Il s’est donc enrichi en moyenne chaque année beaucoup plus que Georges Soros. La
singularité de Bill Gates, par rapport à la moyenne des capitalistes industriels, est beaucoup plus forte que
celle de Soros par rapport à la moyenne des gestionnaires de fonds. Pourtant Bill Gates est tout au plus
considéré, après la sentence du juge Jackson, comme ayant « abusé d’une position dominante », mais non
comme un « spéculateur » et un « parasite ». Aux yeux de tous, sa société Microsoft a en effet
incontestablement rendu des services à l’ensemble des utilisateurs d’ordinateurs personnels, même si elle
les a fait payer trop cher et a entravé le développement de produits meilleurs que les siens. De toute façon,
si l’on cherche un secteur d’activité où les gains sont encore plus inégalement distribués autour de la
moyenne que dans la finance, on aura aucun mal à en trouver : dans le monde des comédiens ou des
chanteurs par exemple, ou des sportifs professionnels, ce qui choque cependant beaucoup moins, car ici
aussi, la réussite économique est perçue comme étant due à un talent exceptionnel, mais surtout
socialement utile.

On en vient donc à l’hypothèse que le discrédit porté sur les activités financières semble bien lié à leur
nature même, au fait qu’elles ne font que manipuler de l’argent, ce qui aux yeux de beaucoup leur confère
un caractère « immatériel », « virtuel ». Décrypter les raisons de ce discrédit passe alors par la
compréhension de ce qui est réellement visé dans la distinction « sphère réelle – sphère financière ». Je
développerai la thèse que ce qui est visé aujourd’hui, souvent obscurément, ce sont deux caractéristiques
de la finance globale de marché, qui en font un terrain particulièrement propice à la grande spéculation et
qui rendent les krachs à la fois imprévisibles et inévitables.

Deux caractéristiques de la finance moderne


La distinction sphère financière – sphère réelle pointe une véritable différence, mais elle n’est pas de
l’ordre de l’immatériel contre le matériel ou du virtuel contre le réel. La différence fondamentale, c’est
que la finance donne un prix à l’avenir, alors que ce qu’on appelle l’économie dite réelle donne un prix au
présent. Cette distinction est à mes yeux beaucoup plus opératoire et fertile pour comprendre les
phénomènes financiers que la distinction plus intuitive réel / irréel. La finance évalue monétairement et
fait commerce de “ promesses ” de revenus futurs, car tous les actifs financiers ne sont que de simples
promesses, dont seul l’avenir dira si elles seront pleinement tenues. Or si le présent est certain, l’avenir,
lui, n’est nullement irréel, mais tout simplement incertain et même imprévisible. Il est en effet non
seulement incertain au sens mathématique du terme, c’est à dire probabilisable et calculable ( les modèles
de prix des options, par exemple, sont un exemple de calcul du prix d’un actif financier en avenir
probabilisable), il est en réalité imprévisible : il va nécessairement se passer des choses que personne
n’avait prévu donc qui ne peuvent pas entrer dans un calcul ( les attentats du 11 septembre, par exemple).

11 La société Microsoft dirigée par Bill Gates, qui en est aussi le fondateur et l’un des principaux

actionnaires, a été condamnée en première instance pour « abus de position dominante » par le juge
Jackson au printemps 2000.

Cerna 103
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Que l’avenir soit imprévisible non seulement n’empêche pas, mais exige que chacun s’en forme à tout
instant une représentation, sauf à tomber dans une angoisse éprouvante. De plus, quand un acteur sur un
marché financier cherche à construire sa propre vision de l’avenir, qui va par exemple lui permettre de
décider d’acheter ou de vendre, il doit tenir compte de ce que les autres pensent ou déclarent penser ( les
analystes, par exemple), car en finance, comme Keynes l’avait souligné, rien ne sert d’avoir raison contre
tout le monde. Par conséquent, la vision de l’avenir d’un acteur doit tenir compte de ce qu’il pense que les
autres pensent. La polarisation, largement mimétique, des visions de l’avenir sur d’une vision dominante
qui fait un temps consensus, voilà ce qui donne leur prix aux actifs financiers.

Dans ces conditions, leurs prix peuvent connaître de brusques sauts, qui ne font que refléter le
basculement des visions dominantes de l’avenir. Qu’est ce qui provoque ces basculements ? Des
informations nouvelles, qui contredisent la vision consensuelle, mais qui la contredisent de manière bien
particulière. Ce sont en effet des informations qui ne sont pas simplement intégrées par le « modèle
d’interprétation » des faits qui sous tend la vision consensuelle ( auquel cas les marchés manifestent
simplement leur « efficience » en intégrant instantanément dans les prix ces informations nouvelles,
engendrant une volatilité « normale » de ces derniers), mais ce sont des informations qui, de manière
imprévisible, modifient profondément le modèle d’interprétation lui même et provoquent ainsi d’amples
et brusques ( à cause du mimétisme) mouvements de prix.

Ainsi, en été 97, une série d’informations en provenance de Thaïlande fait basculer le consensus sur les «
capitalismes asiatiques ». De champions universellement encensés d’un développement équilibré et
rapide, les voilà qui passent presque instantanément au statut de « crony capitalism », capitalisme de
copains et de coquins, corrompus et inefficaces. Avec les conséquences que l’on sait sur le prix des
monnaies et des actifs, non seulement de la Thaïlande, mais de toute la région, hormis les pays qui avaient
eu la grande sagesse de ne pas ouvrir trop tôt leur compte de capital. Ces pays ont ainsi perdu, au
minimum, deux ans de croissance, alors qu’on peut toujours sérieusement se demander, même avec le
recul, si la crise n’a pas résulté d’une simple modification autoréalisatrice des anticipations de quelques
investisseurs occidentaux...

Ainsi, au printemps 2000, une série d’informations modifie en profondeur le modèle sous jacent à la
vision alors dominante de la « nouvelle économie ». Avec les conséquences que l’on sait sur le
patrimoine des épargnants qui avaient eu la mauvaise idée d’investir au plus haut ainsi que sur la
conjoncture américaine et donc mondiale, en raison de l’ « effet de richesse ».

Bref, en finance de marché, les krachs sont donc imprévisibles. De plus, ils sont inévitables.

Ils sont inévitables en raison de l’asymétrie de la politique monétaire à l’égard de l’évolution du prix des
actifs financiers. A partir du moment où l’on est dans un système de pure monnaie de crédit, la finance
crée non seulement des droits incertains sur la richesse future, mais des droits en excès sur ce que sera
cette richesse future. Voyez comment s’est comporté Alan Greenspan, le président de la FED, lors de la
phase haussière du prix des actions aux Etats Unis. Il a commencé par dire que les marchés financiers
étaient à son avis trop “ exubérants ”, qu’on était en pleine bulle spéculative. On pouvait donc s’attendre à
ce qu’il fasse quelque chose pour « calmer la bourse ». Par exemple, relever les taux d’intérêts. En
d’autres termes, on pouvait s’attendre à ce qu’il assigne à la politique monétaire l’objectif de contrôler
l’inflation non seulement du prix des biens et services, mais aussi des titres. Puis, il a dit que, tout bien
considéré, la FED n’était pas mieux placée que des millions d’investisseurs privés pour affirmer que les
actions étaient surévaluées. Résultat, les responsables de la politique monétaire estiment ne pas devoir
agir lors d’une hausse des marchés financiers qui peut paraître à certains excessive. Mais ce qui est
important, c’est que réciproquement, quand survient un krach boursier, les banques centrales agissent
pour essayer de tempérer les effets en retour de celui-ci sur le reste de l’économie. La politique monétaire
est donc dissymétrique. On refuse de restreindre la création monétaire quand le prix des actifs s’envole,
par contre on ouvre les vannes du crédit quand les cours s’effondrent. C'est pour cette raison que la
finance crée toujours des droits en excès sur la richesse future. Grâce à la création monétaire, il y a
presque toujours trop de droits financiers créés, sans qu’on puisse cependant savoir combien exactement..

Cerna 104
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

On peut donc être certain que, la plupart du temps, circulent des actifs financiers, autrement dit des droits
sur la richesse future, qui ne seront pas honorés à leur valeur actuelle. C’est une sorte de mistigri, un peu
comme la mauvaise carte au jeu, qui circule sans qu’on puisse connaître sa nature exacte ni qui le détient..
Est-ce vous ou moi ? Moi, avec mes actions de la nouvelle économie malgré la chute des cours, ou vous
avec vos obligations du Trésor américain ?

La finance actuelle, qui est une finance de marché globale, a une forte tendance à engendrer de gros
mistigris, parce que la hausse du prix des actifs financiers y est alimentée par la création monétaire de
façon non contrôlable. La finance aspire la monnaie : quand elle se met à créer des droits en excès sur la
richesse future, la création monétaire suit.

La purge périodique des droits en excès, du mistigri, est donc inévitable. En finance de marché globale,
cette purge prend la forme d’effondrements du prix de certains actifs. Il y a trente ans, quand les pays
riches avaient des systèmes financiers nationaux largement cloisonnés et à dominante bancaire, c’était
l’accélération de l’inflation qui se chargeait de purger les droits en excès.

Les raisons du discrédit


En fin de compte, il me semble que ce sont ces deux caractéristiques de la finance de marché
contemporaine qui expliquent son discrédit: 1) les prix des actifs ne reflètent que des anticipations
moyennes et de ce fait subissent de brusques variations de manière imprévisible et 2) cela prend
inévitablement, périodiquement, la forme de krachs qui engendrent de sévères récessions.

La première caractéristique fait en effet de la finance le temple de la spéculation. On peut certes spéculer
sur l’évolution des prix des biens immobiliers et des oeuvres d’art. Mais les coûts de transaction sont
élevés, et il n’est pas possible d’utiliser les effets de levier très puissants qu’autorisent en finance les
marchés dérivés. C’est donc la finance qui permet les enrichissements les plus rapides et les plus
spectaculaires, même si ce ne sont pas toujours les plus durables. Or ceux qui s’enrichissent ainsi ne le
doivent qu’à des talents très particuliers : savoir anticiper de très peu les retournements des « visions
moyennes » de l’avenir, et avoir le goût du risque. Ces deux talents ne sont généralement pas considérées,
contrairement aux talents managériaux, d’acteurs ou de sportifs, comme étant socialement très utiles...

En conséquence, la spéculation, particulièrement financière, fait l’objet d’une condamnation morale sans
appel. Les spécialistes savent bien que les cas extrêmes d’enrichissements par la spéculation ne sont que
l’écume d’un phénomène plus profond et indispensable. La finance organise un marché des risques liés à
l’imprévisibilité de l’avenir : si certains veulent se débarrasser de risques, il faut bien que d’autres les
prennent, et ils ne le font que s’ils sont, statistiquement, suffisamment rémunérés pour cela. Mais rien n’y
fait : il reste qu’aux yeux de la grande majorité des gens, il est à juste titre inadmissible qu’on puisse
gagner des milliards sur un coup de dé, en jouant de plus, la plupart du temps, avec l’argent des autres.
D’autant que les milliards en question, les gens savent bien qu’ils ne tombent pas du ciel.

Et c’est la qu’intervient la seconde caractéristique de la finance qui à mes yeux explique également son
discrédit : les accidents de la finance, tels les krachs boursiers ou les crises de change dans les pays
émergents, ont toujours des effets destructeurs sur le reste de l’économie et engendrent nécessairement
des conflits de répartition qui menacent les revenus du travail. En fait, presque toujours, les krachs
financiers provoquent des transferts de revenus au détriment des revenus du travail . Qu’il s’agisse de
futurs retraités qui voient leur retraite par capitalisation laminée par un krach boursier, ou de simples
salariés coréens ou mexicains qui voient leurs revenus chuter pendant plusieurs années après une crise de
change, ils n’y sont absolument pour rien, et ils attribuent leur sort, non sans raison, à l’instabilité
intrinsèque de la finance de marché. Un pouvoir potentiellement destructeur de richesse et prédateur des

Cerna 105
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

revenus du travail serait alors aussi ce qui, confusément, justifierait pour beaucoup la condamnation de la
finance.

Conclusion

Les experts diront aux gens ordinaires : « Pas de capitalisme sans finance, pas de finance sans finance de
marché, pas de finance de marché sans prises de risques et donc sans spéculation. Alors, voulez vous en
jetant l’eau du bain (la finance), jeter avec le bébé (le capitalisme qui, quoiqu’on dise, est le meilleur
garant de la croissance de la richesse matérielle pour tous) ? »

Et les gens ordinaires répondront : « Vous avez beau dire, il n’est pas normal qu’on puisse gagner des
milliards en quelques jours. Il n’est pas normal que des cyclones financiers nés dans les bureaux feutrés
de Wall Street appauvrissent des gens qui ne vivent, difficilement, que de leur travail à des milliers de
kilomètres de là. »

Alors le réformateur, plein de bénévolence, s’interposera : « Mais il est possible de mieux « réguler » la
finance actuelle, d’en conserver les avantages tout en limitant ses inconvénients ! D’ailleurs, nous y
travaillons.»

Certes, tout en ce bas monde n’est- il pas perfectible ? Mais le réformateur aura beau dire : la finance fera
toujours commerce de promesses, et, l’avenir n’étant pas prévisible, l’instabilité de la finance est
irréductible.

Cerna 106
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 5 : A quoi sert la finance ?

Concepts à retenir:

Crise d’illiquidité et de solvabilité

Teneur de marché

Marché dérivé, contrat à terme, option, swap,

Spéculateur

Finance intermédiée et finance de marché

Questions :

Que doit faire l’Etat pour prévenir et guérir les crises bancaires ?

Comment se couvrir sur un marché à terme ?

A quoi servent les spéculateurs ?

Quels sont les fonctions de la finance ?

Comment a évolué la finance depuis 30 ans ?

La mauvaise réputation de la finance est elle justifiée ?

Cerna 107
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Cerna 108
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 6. La coordination entre acteurs économiques

1. La coordination par le marché

En théorie économique, le marché est un mécanisme de coordination entre acteurs.

La nécessité de la coordination vient de ce que les acteurs prennent en permanence et en toute


indépendance quantité de décisions - de consommation, de production, d’épargne - et que rien
n’assure a priori que, par exemple, tout ce qui a été produit dans une période sera consommé
dans cette période.

Comment se fait-il que l’extrême diversité et le très grand nombre d’acteurs prenant chacun
quantité de décisions indépendantes ne conduisent pas, dans une société capitaliste, à un chaos
total, à l’interruption des flux d’objets économiques, laissant chacun face à la nécessité de
survivre seul dans une autarcie impossible ? La réponse est : la coordination marchande.

Un marché est un mécanisme qui assure la coordination entre acteurs en produisant une
information particulière : un "prix", connu de tous, et qui est un signal suffisamment précis
pour que chacun prenne des décisions qui s’avéreront compatibles avec les décisions prises par
tous les autres.

Par exemple, à ce prix, la somme des quantités d’un bien produites dans une période donnée est
exactement égale (à de petites variations de stocks près) à la somme des quantités consommées
dans la période. Autre exemple : à un certain prix, le nombre d’actions d’Amazon que ceux qui
en détiennent sont prêts à vendre dans la minute qui suit est exactement égal au nombre
d’actions que des investisseurs sont prêts à acheter.

1.1. Fonction de demande et d’offre

Considérons un bien particulier parfaitement spécifié et dont la qualité est parfaitement connue
des acheteurs potentiels. Plaçons-nous du côté des consommateurs potentiels de ce bien. En les
interrogeant tous et en leur demandant : "à tel prix, quelle quantité êtes-vous prêt à acheter de ce
bien ?", et en répétant la question pour une série (idéalement un continuum) de prix, on obtient

Cerna 109
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

la "fonction de demande" de chaque consommateur. On peut agréger ces fonctions. On obtient


ainsi une fonction de demande du bien : Q(p) : quantité demandée en fonction du prix.

Quelle est la forme de cette fonction. Pour la déterminer, il faut faire des hypothèses sur le
comportement de cet acteur économique qu’est le consommateur.

Il existe n biens produits à la disposition des consommateurs. Chaque consommateur individuel


se caractérise par une fonction d’utilité (on dit aussi de « bien être » ou de « satisfaction ») :

Uj=Uj(q1,….,qi,……,qn)

Où les qi sont les quantités du bien i consommées.

On fait les hypothèses suivantes sur ces fonctions :

- H1 : dU/dqk > 0, i =1,….n

- H2 : d2U/d2qi < 0, i =1,….,n, hypothèse qui traduit un phénomène de saturation : la seconde


automobile procure moins d’utilité que la première et plus que la troisième.

On prête au consommateur le comportement suivant :

- Max U

- Sous une contrainte de budget : R= Σ pi.qi, pi étant le prix du bien i, R étant le budget que le
consommateur consacre à sa consommation totale.

La dérivation du lagrangien donne :

- dU/ dqi = λ pi : chaque consommateur compose son panier de bien de manière à ce que
l’utilité marginale de chaque bien soit proportionnelle à son prix.

Il en résulte que si un prix pi baisse, chaque consommateur consommera plus du bien i, jusqu’à
ce que son utilité marginale pour ce bien (décroissante avec la quantité consommée en raison de
l’hypothèse 2 ci-dessus) ai baissé en proportion.

La courbe de demande de chaque consommateur : qj,i (pi) est donc décroissante.

En agrégeant la demande de tous les consommateurs, on obtient la courbe de demande pour le


bien. Elle est décroissante, ce qui est intuitif, du moins pour les biens « ordinaires ».

Cerna 110
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Fonction de demande d'un bien

Réciproquement, on peut interroger les producteurs et leur demander pour chaque prix quelle
quantité ils sont prêts à produire. On obtient la fonction d’offre du bien. On la supposera ici
croissante. Mais elle peut être aussi bien constante, voire décroissante, on verra pourquoi au
plus loin.

P
O

Fonction d'offre du bien Q

1.2. Le fonctionnement de la coordination par les prix

Si un individu, une sorte de "commissaire-priseur" par exemple, peut rassembler toutes ces
informations, il est capable de déterminer le "prix d’équilibre" de ce marché, celui auquel ce que
les producteurs sont prêts à produire égale exactement ce que les consommateurs sont prêts à
consommer.

En affichant ce prix, il peut s’engager à acheter toute la production à ce prix car il sait qu’il
pourra la revendre instantanément à ce prix. L’affichage du prix d’équilibre et la garantie
donnée que toute la production offerte à ce prix sera achetée et toutes les demandes à ce prix
servies est le signal qui provoque des actions compatibles entre la multitude des producteurs et
des consommateurs.

Cerna 111
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

1.2.1. Les bourses

De fait, rares sont les marchés qui fonctionnent réellement comme cela, avec un acteur
particulier qui construit les courbes d’offre et de demande et détermine le prix d’équilibre, mais
ils existent : ce sont les bourses. Par exemple, c’est ainsi que fonctionnent les bourses de
commerce de commodités (marchandises standardisées comme les lingots de cuivre, le blé, etc.)
ou les bourses de valeurs mobilières (actions émises par des entreprises). Dans ce cas, une
institution, souvent appelée "chambre de compensation" joue le rôle de notre individu : elle
propose des prix, compare les offres et demandes à ces prix formulées par un petit nombre de
"brokers" agréés par elle, qui eux-mêmes rassemblent les offres et demandes de leurs nombreux
clients, fixe le prix d’équilibre et réalise alors la totalité des transactions à ce prix en achetant
aux vendeurs et en vendant aux acheteurs. Naturellement elle se fait payer pour ce service et il y
a donc une toute petite différence entre prix vendeur et acheteur.

1.2.2. Les marchés de biens manufacturés

Reste que la plupart des marchés, en particulier les marchés de biens, ne fonctionnent pas du
tout comme cela. Prenons un bien quelconque de consommation finale courante vendu dans les
supermarchés. D’abord il s’agit de biens "différenciés" et non standardisés et de qualité unique.
Chaque "marque" va d’abord tenter de convaincre, par de la publicité, que son produit présente
des qualités supérieures à ceux de ses concurrents, et justifie une différence de prix positive par
rapport à eux. Mais si les produits sont qualitativement très proches, on aura un ensemble de
prix très rapprochés.

Ce sont donc les marques qui fixent leurs prix, en surveillant évidemment ceux de la
concurrence. Supposons qu’à un ensemble de prix fixé, les consommateurs ne sont subitement
plus prêts à acheter tout ce que les différentes marques ont produit et espèrent vendre à ce prix.
Les producteurs ne s’en aperçoivent pas tout de suite et continuent de produire les quantités
habituelles. Les stocks s’accumulent chez les détaillants, qui réduisent leurs commandes et donc
les stocks commencent de s’accumuler chez les producteurs aussi.

Dans ces conditions, au moins un producteur baissera ses prix pour tenter d’écouler ses stocks
au détriment de ses concurrents. Mais naturellement les autres vont être obligés de suivre. Parmi
eux, les moins efficaces (ceux dont les coûts de production sont les plus élevés) trouveront
bientôt que le prix est descendu trop bas pour qu’il soit désormais rentable de continuer à
produire. Ils vont donc cesser de produire ou alors ils réduiront leur production s’ils peuvent
ainsi en abaisser le coût moyen. Dans tous les cas la production va diminuer.

Cependant, la baisse générale des prix peut aussi inciter les consommateurs à acheter plus.
Ainsi, sous l’effet de ce double mouvement, les stocks vont se dégonfler et le "marché" va

Cerna 112
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

retrouver son "équilibre" à un prix inférieur.

Réciproquement, supposons que pour une raison quelconque (effet de mode par exemple,
engendrant des comportements d’achats mimétiques), la consommation à un prix donné
augmente brusquement. Les étagères vont se vider, puis les stocks des distributeurs, puis les
stocks des fabricants. Il se peut que certains consommateurs ne puissent se procurer le bien, et
doivent attendre. En effet les fabricants ne vont pas tarder à réapprovisionner les distributeurs,
mais cela prend un certain temps et de plus, ils vont en profiter pour augmenter leurs prix,
puisque le produit se "vend bien". Ceci incite chacun à augmenter sa production, et
éventuellement de nouveaux producteurs à entrer dans cette industrie. La production augmente,
tandis que la hausse des prix a pu modérer quelque peu la frénésie de consommation. Un nouvel
équilibre entre production et consommation, avec des niveaux de stocks stables, s’établit à un
prix supérieur.

Le processus de coordination marchande est dans ce cas décentralisé, il fonctionne par


tâtonnements successifs, les "signaux" sur lesquels se fondent les acteurs pour modifier leurs
actions (de production ou de consommation) sont non seulement "les" prix, mais aussi les stocks
et/ou les files d’attente.

Mais le principe général reste le même, des variations de prix modifient les décisions de
production et de consommation (ou pour les titres les décisions d’achat et de vente) de
manière à rétablir une égalité entre elles lorsque cette égalité a été rompue pour une
raison quelconque.

1.3. Rationnement et flexibilité des prix

Remarquons cependant que dans cet exemple, il y a en fait deux mécanismes de coordination à
l’œuvre. D’abord des phénomènes de rationnement : une production réalisée n’arrive pas à se
vendre ou des consommateurs n’arrivent pas à trouver un bien qu’ils sont pourtant prêts à
acheter à son prix, puis un ajustement des prix qui rééquilibre production et consommation. On
peut généraliser.

Il existe donc en fait deux manières polaires de réduction des déséquilibres entre offre et
demande sur un marché : la variation des prix, qui modifie les offres et les demandes, et le
rationnement, qui fait qu’une partie des offres (ou demandes) ne sont pas satisfaites, sans pour
autant que les prix aient bougés.

Dans la réalité, c’est rarement tout l’un (mais cela peut se trouver, par exemple les bourses
fonctionnent de façon quasi pure par des variations de prix) ou tout l’autre. On a le plus souvent
affaire à une combinaison des deux, à la fois diachronique (les deux en même temps) et surtout

Cerna 113
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

synchronique : rationnement d’abord, puis au fur et à mesure qu’il y a prise de conscience des
déséquilibres, ajustement des prix. Ceci suppose que les prix soient flexibles, c’est-à-dire qu’ils
puissent varier à la hausse et à la baisse. S’ils ne sont pas flexibles, les situations de
rationnement, en particulier les files d’attente, peuvent être durables.

1.4. Plan et marchés

Dans les années 20 s’est développée une vaste controverse économique sur les mérites
respectifs du plan et des marchés, puisque l’URSS était en train de consolider un système de
coordination de la production différent de celui des économies socialistes de marché. Une autre
manière de coordonner les activités humaines de production et de répartition de richesse est en
effet la planification. Il suffit qu’un organisme, le Plan, rassemble toutes les informations sur les
fonctions d’utilité des consommateurs, les capacités de production et les coûts de toutes les
unités productive, pour pouvoir, après des calculs éventuellement lourds, réaliser la
coordination entre toutes les unités de production sous forme de directives précises adressées à
chacune et satisfaire au mieux les consommateurs en leur livrant directement ce qu’ils
souhaitent.

Dans le débat, les protagonistes (partisans des marchés comme du plan) reconnurent très
facilement qu’une coordination réalisée par une planification parfaite aboutirait exactement au
même résultat que le fonctionnement parfait d’un ensemble de marchés décentralisés. Le débat,
du moins dans sa dimension technique, s’est focalisé sur les propriétés informationnelles des
deux systèmes.

Hayek, en particulier (un économiste libéral de l’Ecole autrichienne) affirma que la supériorité
du marché résidait dans l’extraordinaire économie d’informations qu’il permettait par
rapport à la planification.

Pour lui, un système de marché réussit à coordonner les activités de millions d’acteurs
simplement en produisant des prix de marché, une quantité d’information très inférieure à celle
que la planification devrait produire pour prétendre atteindre la même efficacité.

Néanmoins, dans les systèmes de marchés existants, l’information est loin d’être aussi parfaite
que nous l’avons supposé en en décrivant ci dessus les mécanismes. D’où l’existence d’un
certain nombre « d’imperfections de marché » qui découle de situations d’information
imparfaite ou non partagée.

Cerna 114
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

2. Information et imperfections de marché

2.1. Le problème de l’information sur la qualité

En décrivant le mécanisme de coordination marchand, nous avons fait l’hypothèse que le


consommateur potentiel connaissait parfaitement la qualité de la marchandise qu’il se propose
d’acheter, si bien qu’il n’a besoin que d’une seule information : le prix, pour prendre sa décision
d’achat. Cette hypothèse est indispensable au fonctionnement d’un marché. Or elle est loin
d’être toujours vérifiée dans la réalité.

Dans un article célèbre "The market for lemons" (lemons en argot américain veut dire une
voiture complètement pourrie), Akerlof a montré qu’une information symétrique entre vendeur
et acheteur est nécessaire à l’existence même de transactions marchandes.

Supposons un vendeur de voitures d’occasion, qui connaît parfaitement la qualité des voitures
qu’il a en stock, soit parce qu’il connaît leur histoire, soit parce qu’il les a examinées de manière
approfondie. Il en connaît donc exactement la "valeur", par rapport à un véhicule neuf.

Dans son stock, il dispose de 5 voitures de même marque, modèle et ancienneté, dont les valeurs
sont les suivantes :

− V1 : 1 000
− V2 : 700
− V3 : 500
− V4 : 0
− V5 : - 200
V4 tombera en panne définitive dès la première journée. Elle "vaut" donc 0. V5 est une voiture
dangereuse, susceptible de provoquer un accident, d’où son prix négatif.

Les acheteurs quant à eux, n’ont qu’une idée de la qualité et donc de la valeur moyenne de ce
type de voiture, valeur qui leur est fournie, par exemple, par des publications du type « Argus ».
Dans notre exemple, supposons que cette valeur soit 400, c’est-à-dire la valeur moyenne du
stock que détient le vendeur (2 000/5 = 400).

L’acheteur rationnel, s’il veut un véhicule moyen, est donc prêt à l’acheter 400. Mais si l’on
suppose que le vendeur cherche à maximiser son profit, à un acheteur prêt à payer 400, il ne
vendra que V4 ou V5, c’est-à-dire un véhicule dont la valeur est inférieure à ce prix. Mais
naturellement l’acheteur sait que le vendeur a de bonnes chances de se comporter ainsi et qu’il
sera trompé sur la qualité.

Donc il n’achète pas et le marché ne peut fonctionner.

Cerna 115
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

S’il ne peut fonctionner c’est que l’information sur la qualité des produits est asymétrique entre
vendeur et acheteur. Le vendeur la connaît exactement, l’acheteur n’en a qu’une connaissance
statistique.

On voit bien les moyens de sortir de ce dilemme et de faire fonctionner malgré tout un marché
de voitures d’occasion. Ce sont les suivants :

− La construction d’une réputation des vendeurs par circulation de l’information entre


acheteurs. Vous n’irez que chez un vendeur dont plusieurs acheteurs en qui vous avez
confiance vous ont assurés qu’avec eux, il a été honnête. Mais cela reste encore fragile.
− La construction d’une réputation par un organisme indépendant, techniquement compétent,
et dont l’objectivité ne fait pas de doute. Un organisme public ou privé peut ainsi décerner un
"label" aux vendeurs de qualité. C’est le rôle du guide Michelin pour les restaurants et les
hôtels, car là aussi, il y existe, à l’évidence, un problème d’asymétrie d’information.
− L’achat, avec le produit, de l’information qui vous manque sur sa qualité. C’est le cas quand
vous faites expertiser la voiture par un centre de Contrôle technique avant de l’acheter, ou
quand vous demandez le certificat de conformité au vendeur qui l’aura fait établir et vous le
fera payer. Le mécanisme de garantie est de ce type. En vous donnant une garantie de 6
mois, le vendeur vous vend une information sur la qualité.
Bref, il faut qu’une information sur la qualité du bien ou sur celle du vendeur soit produite
avant l’achat pour tous les biens dont vous ne pouvez évaluer la qualité avant l’achat. Or cela
est extrêmement fréquent dans la réalité.

Voici d’autres exemples d’asymétrie d’information.

Vous allez chez le dentiste pour une dent cariée et vous en ressortez avec une prothèse à 2000 €.
Etait-ce bien nécessaire ? Votre moteur chauffe et le garagiste affirme qu’il faut changer le joint
de culasse. Qu’est-ce qui prouve que cela ne vient pas d’une simple durite ? Vous êtes sensible à
la protection de l’environnement et vous êtes prêt à payer plus cher les produits "verts" et vous
n’achetez que des produits "biologiques". Mais le sont-ils vraiment ? Vous êtes directeur du
personnel d’une grande entreprise et vous engagez un(e) jeune polytechnicien(ne) sur la base de
la réputation de cette Ecole, mais cette réputation n’est-elle pas exagérée et surtout celui (celle)
que vous engagez n’est-il (elle) pas le (la) plus incapable de sa promotion pour les tâches que
vous envisagez de lui confier ?

Tous ces exemples ont ceci de commun. Il manque à l’un des deux acteurs d’une transaction de
l’information soit sur les choses, en particulier sur la qualité des biens, sur la nature exacte
d’une panne, d’une maladie, soit sur les acteurs eux-mêmes : leur capacité réelle, le degré
d’effort qu’ils sont prêts à consentir pour exprimer leurs qualités, etc. Il y a asymétrie
d’information entre les acteurs.

Cette asymétrie permet à l’acteur le mieux informé d’en tirer parti au détriment de l’autre. On
qualifie cette attitude d’opportunisme.

Cerna 116
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

2.2. Incertitude et contrats incomplets

Dans le fonctionnement d’un marché tel qu’il vient d’être décrit, le rapport entre acteurs est une
"transaction" simple, instantanée, éventuellement répétable, mais sans que cela crée le moindre
lien durable entre acheteurs et vendeurs. Acheteurs et vendeurs sont parfaitement indifférents
l’un à l’autre en ce sens que seules les intéressent les spécifications du bien et son prix.

Or dans le monde réel, de nombreuses transactions ont lieu dans le cadre de "contrats" qui
organisent des transactions répétées, éventuellement portant sur des ensembles de biens et de
services associés, pendant une durée plus ou moins longue. Dans le cadre d’un contrat, les
parties prennent des engagements marchands pour l’avenir.

C’est le cas par exemple des contrats de sous-traitance entre deux firmes (un donneur d’ordre et
un sous-traitant), ou des contrats de franchise entre une firme et un réseau de distributeurs
exclusifs.

Les termes du contrat spécifient généralement comment doivent être tranchés des litiges pouvant
survenir à propos d’une transaction dans le cadre du contrat. Mais un contrat ne peut jamais
être « complet », c’est-à-dire prévoir tout ce qui pourrait se passer pendant la durée du
contrat.

En cas d’évènement imprévu, l’une des deux parties peut se trouver en situation d’être
contrainte par l’autre d’accepter une réduction des profits qu’elle espérait du contrat. Par
exemple : un constructeur automobile passe un contrat avec un sous - traitant pour une pièce
spécifique d’un modèle donné. Le contrat suppose évidemment des flexibilités quant aux
quantités qui devront être livrées durant la durée de vie du modèle, car personne ne sait
exactement ce que sera son succès. Supposons qu’un évènement imprévu fait que le modèle se
vend extrêmement mal. Le constructeur est en position de force pour renégocier le contrat, car
le sous traitant, pour fournir la pièce, a du faire des investissements spécifiques qui ne peuvent
généralement pas être utilisés à autre chose. Si le sous-traitant refuse et va en justice, cette
démarche aura également un coût pour lui.

En situation d’incertitude (c’est-à-dire d’information incomplète sur l’avenir), le caractère


nécessairement incomplet des contrats donne donc également la possibilité à l’opportunisme des
acteurs de s’exercer, ce qui a un coût, éventuellement très élevé, pour celui qui le subit.

Retenons de ceci que :

- Les prix fixés par les marchés sont loin d’être la seule information dont ont besoin les
acteurs pour prendre des décisions.
- Le fonctionnement même des marchés exige la production et la circulation
d’informations sur la "qualité" des biens et des acteurs.

Cerna 117
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

- L’usage du marché comme mécanisme de coordination a donc un coût.


- Les coûts engendrés par l’usage des marchés sont appelés : « coûts de transaction »
Ce coût est soit un coût de production et d’acquisition d’information, soit un coût engendré chez
certains acteurs par le fait que leur information étant insuffisante, ils n’ont pas pris la "bonne
décision", celle qu’ils auraient prise en information parfaite, et ont étés ainsi victimes de
l’opportunisme d’autres acteurs.

C’est parce que l’usage du marché comme mécanisme de coordination engendre des coûts,
pouvant être potentiellement si importants que le marché ne peut fonctionner, qu’il existe
dans la réalité d’autres mécanismes de coordination.

La théorie économique explique leur existence par le fait que ce sont des mécanismes de
coordination qui s’avèrent, dans certaines circonstances, moins coûteux que le marché. Il
s’agit, à l’extrême opposé de la coordination marchande, de la coordination hiérarchique qui
caractérise ce qui se passe à l’intérieur des entreprises. Entre pure transaction marchande et pure
hiérarchie, on trouve des mécanismes de coordination de nature intermédiaire : les relations
contractuelles.

3. Les coordinations hiérarchique et contractuelle

3.1. La coordination hiérarchique

A l’intérieur d’une entreprise, il existe aussi une nécessité de coordination des actes
économiques, par exemple entre différentes usines, entre les ateliers d’une même usine, entre
services (production, maintenance, commercial). Dans ce cas règne ce qu’on appelle la
coordination hiérarchique c’est-à-dire la planification centralisée des flux. Un centre
hiérarchique collecte les informations qui lui sont nécessaires pour coordonner les activités et
transmet des plans d’actions impératifs aux différentes entités.

Une question se pose alors. Qu’est-ce qui conduit une entreprise à faire elle-même ce qu’elle
pourrait se procurer sur un marché ? Qu’est-ce qui la conduit à faire elle-même certains
composants de ses produits, au lieu de les faire faire à ses sous-traitants ? Qu’est-ce qui la
conduit à assurer elle-même la distribution de ses produits, au lieu de s’adresser à un
distributeur indépendant ? Qu’est-ce qui la conduit à avoir son propre service juridique, au lieu
d’avoir recours à un cabinet d’avocats ?

Autrement dit, qu’est-ce qui détermine la frontière entre ce qu’une firme fait elle-même et fait
faire ou achète sur un marché. Bref, quels sont les déterminants du périmètre d’une firme?
Comment expliquer son degré d’intégration verticale et d’intégration horizontale ? On

Cerna 118
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

appelle intégration verticale l’étendue de ce qu’une firme réalise elle-même dans la chaîne de
production qui va de la ressource naturelle au bien ou service final. Une firme qui irait de
l’extraction des matières premières à partir de ressources naturelles à la distribution de biens
finaux serait totalement verticalement intégrée. L’intégration horizontale consiste à produire, à
l’intérieur d’une même firme, des produits différents.

Le premier à avoir posé cette question, pourtant importante, est Ronald Coase dans un article de
1930 devenu célèbre : "La nature de la firme". Sa réponse est très simple dans son principe.

Le recours au marché présente un avantage essentiel, celui de mettre les offreurs en compétition.
Mais il a aussi un coût, on l’a vu.

La coordination hiérarchique présente un avantage : le dirigeant d’entreprise passe avec ses


salariés des contrats par nature incomplets : il achète l’usage de leurs compétences, dans
certaines limites, de temps par exemple, mais se réserve le droit d’utiliser ces compétences
comme il l’entend. Il peut par exemple les redéployer en cas d’événement imprévu (un produit
nouveau ne se vend pas aussi bien que prévu, une nouvelle méthode abaissant les coûts a été
trouvée, etc.). Son pouvoir hiérarchique lui permet donc de limiter l’opportunisme de ses
employés, par rapport à ce que serait une pure transaction de marché où il n’achèterait que
l’exécution d’une tache très précisément définie et qui pourrait devenir inutile en cas d’imprévu,
mais que le prestataire serait en droit de se faire payer malgré tout (c’est ce qui se passerait avec
un sous traitant, par exemple). Mais la coordination hiérarchique a également un coût. Très
schématiquement, la coordination hiérarchique a un coût parce qu’elle annule la compétition,
qui fait tout l’intérêt de la coordination marchande. Un dirigeant d’entreprise ne pourra jamais
savoir si telle de ses filiales, ou tel de ses services par exemple un atelier de production, ou tel
individu du service juridique, donne vraiment le maximum de ce qu’il peut donner. La
coordination hiérarchique suppose donc le recueil d’une quantité considérable d’informations,
non seulement sur ce que les subordonnés font effectivement, mais sur l’intensité réelle de
l’effort qu’ils produisent, sur leur efficacité. Collecter cette information et la traiter a un coût.
Alors que s’il achète à l’extérieur le composant produit par son atelier, il mettra en concurrence
plusieurs entreprises et cette concurrence les incitera à donner le maximum, sauf à disparaître.
Le prix le plus bas lui indiquera directement quelle est l’entreprise la plus efficace, à condition
bien sûr qu’il puisse comparer les qualités. Et l’on retrouve donc les coûts du marché.

On devine donc quelle est la réponse de Coase à la question de la taille de la firme.

Selon Coase, une firme choisit de faire elle-même, "d’internaliser" une activité
économique, quand le coût total de la coordination hiérarchique de cette activité avec ses
autres activités est inférieur au coût total de coordination par le marché.

Cerna 119
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

3.2. La coordination contractuelle

Entre les deux formes extrêmes de la coordination que sont le marché et la hiérarchie, existe
pratiquement un continuum de formes intermédiaires que sont les contrats, tels que nous les
avons définis ci dessus.

Les contrats sont donc une autre forme de coordination des actes économiques. Dans une
relation marchande contractuelle, ce qui circule entre acteurs est non seulement l’information
"prix", mais bien d’autres informations en particulier sur les acteurs eux-mêmes, les techniques
dont ils disposent, les compétences des forces de travail qu’ils rassemblent, leurs plans quant au
futur, etc. Les contrats impliquent fréquemment non pas seulement un ensemble de transactions
sur une période future donnée, mais des actions de "coopération" par lesquelles les acteurs, qui
restent distincts, mettent en commun des ressources productives pour atteindre un objectif qu’ils
se sont fixés. Ainsi un producteur assurera la formation technique des employés de ses
distributeurs, ou fera de la recherche en commun avec certains de ses sous-traitants, pour
améliorer la qualité des composants qu’il lui achète. Le contrat est donc une forme de
coordination intermédiaire entre la pure transaction marchande et la pure hiérarchie. Comme le
dit un des économistes qui s’est penché sur la question Richardson : "on se lie pour la durée
d’une danse, et après chacun reprend sa liberté."

Le contrat, d’une part, conserve de la transaction marchande les vertus de la mise en compétition
des candidats au contrat avant que celui-ci soit conclu. Mais d’autre part, pendant le contrat, qui
est de durée déterminée, et qu’on ne renouvelle pas s’il n’a pas donné mutuelle satisfaction, une
circulation intense d’informations et des droits et devoirs réciproques spécifiés au contrat
limitent l’opportunisme dont pourrait faire preuve l’un ou l’autre des acteurs dans une situation
de pure transaction marchande.

Purs marchés où s’effectuent des transactions ponctuelles et anonymes, hiérarchies au sein


d’organisations productives centralisées et toute une gamme de formes contractuelles
intermédiaires, tels sont donc les mécanismes de coordination entre acteurs économiques.

On peut récapituler les caractéristiques des mécanismes de coordination des activités


économiques de la manière suivante :

Cerna 120
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Type de coordination Transaction marchande Contrats Hiérarchie

Durée de la relation instantanée durée déterminée durée déterminée

Information nécessaire qualité du bien qualité du bien, actuelle et Coûts, Quantités


pour que la relation se future donc
Compétences des
noue caractéristiques du
subordonnés
partenaire : compétences,
fiabilité, etc.

Types de coûts Recherche d’information Combinaison des coûts Système interne


engendrés des deux formes polaires : d’information
Opportunisme des autres
marché et hiérarchie
acteurs Faible compétition interne

Principaux avantages Compétition Compétition pour le Limitation de


contrat l’opportunisme

Meilleure information Capacité à redéployer des


réciproque des ressources
contractants

3.3. La firme réseau

L’existence de multiples relations contractuelles entre acteurs économiques fait que leur
ensemble n’est pas un ensemble homogène d’entités indépendantes coordonnées par de pures
relations de marché. Les contrats dessinent des "réseaux" d’acteurs liés entre eux par des
relations plus durables et plus complexes que les simples transactions marchandes.

Encadré 4.1 : Des firmes industrielles sans usines ?

En juillet 2001, une déclaration du PDG d’Alcatel défraie la chronique. Il déclare vouloir faire
de son entreprise une entreprise sans usines, bien que l’essentiel de ses ventes soit constitués de
produits manufacturés. La presse y voit la menace d’une accélération des fermetures d’usines en
France, au moment où, après une embellie de deux ans, le chômage menace d’augmenter à
nouveau et où les annonces de fermeture d’usines ou d’entreprises se sont accélérées : Danone,
Mark and Spencer.

En réalité, il ne faut pas confondre deux phénomènes :

-Un mouvement général de concentration des firmes sur leurs « métiers de base », qui les
conduit à externaliser toutes les activités jugées non stratégiques pour leur compétitivité actuelle
et leur croissance future. Certaines firmes, comme Nike, sont depuis longtemps allé très loin
dans ce sens. Elles se contentent de concevoir les produits et d’en faire la publicité.
Pratiquement tout le reste est externalisé, soit dans le cadre de relations contractuelles durables

Cerna 121
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

de sous-traitance, soit par recours au marché. Ce mouvement, dont le moteur est la réduction des
coûts, s’accélère sous l’effet de la compétition entre firmes globales et s’étend à des firmes
jusqu’ici verticalement plus intégrées. De ce point de vue, il est certain que nombre d’activités
de fabrication standardisées n’ont pas de raisons de rester intégrées à Alcatel.

- L’attractivité du territoire « France » pour la production manufacturière. Car bien


évidemment ce que fabriquait Alcatel, en France et ailleurs, continuera de l’être par d’autres
entreprises. Si Alcatel externalise des fabrications, l’entreprise qui lui fournira les pièces,
composants ou biens finis qu’elle intégrera dans ses produits, a le choix de sa localisation :
France ou un autre pays, par exemple d’Asie du Sud-Est. Ce choix dépendra de l’attractivité du
territoire « France » pour ce type de fabrication. Externalisation par une firme ne signifie pas
nécessairement délocalisation. Il est vrai que cela peut en être une première étape. Mais dans ce
cas, même conservées dans l’entreprise Alcatel, ces activités auraient fini par être délocalisées.

4. Institutions et Conventions

Même un pur mécanisme de marché ne peut fonctionner spontanément, par simple mise en
présence d’acheteurs et de vendeurs. Il y faut toujours un minimum de règles, et par conséquent
aussi d’organismes chargés d’en vérifier l’application et de sanctionner les acteurs qui ne les
respectent pas. Ces organismes sont des institutions, pas nécessairement publiques ; il existe en
effet des institutions privées. Il en est ainsi a fortiori des contrats qui stipulent un ensemble
d’obligations beaucoup plus complexe entre les parties que, par exemple, la simple obligation
d’avoir à livrer la marchandise quand on l’a vendue et qu’on a été payé.

Il ne peut donc exister de mécanismes de coordination économique sans institutions, sans


systèmes de droit et de réglementation et sans pouvoir de type judiciaire pour faire respecter le
droit. L’Etat et le droit sont indispensables au fonctionnement des mécanismes de marché.

Mais cela seul ne suffit encore pas. Les transactions seraient impossibles sans un minimum, par
exemple, de "confiance" entre acteurs, même si elle est extrêmement limitée et ponctuelle. Plus
généralement, la coordination économique est "enchâssée" dans un ensemble de règles, cette
fois non écrites, de "conventions", qui limitent pour les uns l’imprévisibilité a priori absolue des
comportements des autres. Ces conventions peuvent être locales, ou particulièrement fortes dans
un milieu donné, ce qui renforce encore la structuration en réseau ou les singularités locales des
acteurs économiques.

Un courant important et récent de l’économie contemporaine, qualifié de "néo-


institutionnaliste", accorde une grande attention à cette articulation institutions-conventions-
mécanismes de coordination économiques.

Cerna 122
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 6 : La coordination

Concepts à retenir

Marché

Fonction d’offre et de demande

Prix d’équilibre d’un marché

Information asymétrique

Opportunisme

Coordination marchande et hiérarchique

Intégration verticale et horizontale

Transactions

Contrats

Institutions

Réseaux

Questions

Quels sont les mécanismes par lesquels s’équilibre un marché ?

Rôle de l’information dans les transactions marchandes

Conditions de fonctionnement d’un marché

Cerna 123
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Cerna 124
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 7 : Les vertus de la concurrence

Dans ce chapitre, nous allons présenter un modèle simple de détermination du prix et de la


quantité produite d’un seul bien. On appelle ce genre de modèle un modèle d’équilibre partiel,
dans la mesure où il détermine le prix sur un seul marché, toutes choses égales par ailleurs, ce
qui suppose de faire l’hypothèse que ce qui se passe sur ce marché n’influence pas les autres et
réciproquement.

Nous verrons que ce modèle est explicatif : il explique comment se détermine le prix et la
quantité produite en fonction du comportement des acteurs et de leurs interactions. Il est
également normatif : il indique quelle est la situation "optimale" selon un critère que nous
définirons. Cette situation optimale est la "concurrence parfaite" entre producteurs.

Ce modèle illustre donc un des éléments de doctrine les plus fondamentaux de la théorie
économique : "la concurrence est favorable à l’intérêt général".

1. Définitions des structures de marché

Lorsque nous avons décrit le fonctionnement des mécanismes de marché ci-dessus au chapitre 4,
qu’il s’agisse du marché idéal avec un "arbitre" ou un "commissaire-priseur" qui collecte
l’information sur les courbes d’offre et de demande, ou qu’il s’agisse du marché d’un bien de
consommation courante analysé ensuite, qui fonctionne par tâtonnements et ajustements
progressifs, les producteurs étaient considérés comme des "preneurs de prix". Ils constatent le
"prix de marché" et ajustent leurs comportements de production en conséquence. Mais il existe
des situations où un seul producteur fait face à l’ensemble des consommateurs. EDF par
exemple est en France le seul distributeur d’électricité aux ménages et ménages français n’ont
pas le droit d’acheter de l’électricité à l’étranger (les plus grandes entreprises ont le droit de le
faire depuis peu). Mais ce serait aussi le cas d’une entreprise qui aurait inventé un nouveau
produit, du moins avant qu’elle soit imitée. On parle dans ce cas de "monopole".

Le nombre de producteurs d’un bien donné sur un marché donné (un ensemble de
consommateurs) caractérise la « structure d’un marché ».

Cerna 125
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

1.1. Taille optimale des entreprises et structure naturelle de marché.

Le coût de production unitaire d’un bien par une entreprise a généralement la forme suivante :

P
Dem ande du m arché
Coût un itaire d ’une
entreprise

c
m

Q
qm Qm

Taille op timale dÕune entreprise

Il passe par un minimum cm pour une quantité produite qm, puis il augmente légèrement. Cette
forme résulte « d’économies d’échelle » : sur le segment (0,qm) : le coût unitaire diminue quand
« l’échelle » de la production augmente. Ces économies peuvent provenir de diverses fonctions
de l’entreprise . La production : une chaîne de montage automobile de 300 000 véhicules par an
a des coûts unitaires de montage inférieurs à une chaîne de 100 000 véhicules. La recherche : un
laboratoire pharmaceutique dimensionné pour trouver cinq nouvelles molécules par an a des
coûts de découvertes par molécule inférieurs à ceux d’un laboratoire qui en découvre une par
an., etc.

Cela permet de définir une taille optimale de l’entreprise : c’est celle qui permet de
produire au coût minimum, compte tenu des technologies disponibles.

Au-delà, le coût unitaire pourrait rester constant : il suffirait que l’entreprise duplique
l’ensemble des outils de production optimaux pour produire 2qm, 3qm, etc. au même coût cm.
Mais on fait l’hypothèse que le coût augmente légèrement au-delà de la taille optimale, ne serait
ce que parce qu’une entreprise deux fois plus grande a, toutes choses égales par ailleurs, des
coûts de coordination hiérarchiques internes plus élevés (cf. chapitre 4).

A un prix égal au coût minimum cm, le marché est capable d’absorber la quantité Qm.

Cerna 126
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

La structure naturelle du marché est définie par le rapport : Qm/qm.

Si, comme dans la figure ci-dessus, il est égal à 2, cela signifie qu’il n’y a place que pour deux
entreprises au plus sur ce marché. Si elles étaient initialement quatre, les deux premières à
croître plus vite que les deux autres élimineraient ces dernières, car elles auraient des coûts
inférieurs. On dit que la structure naturelle de ce marché est un duopole.

Un marché où Qm/qm est « petit » (de 2 à 6 ou 7, pour fixer les idées) a une structure
naturelle d’oligopole.

Si Qm/qm est très grand, la structure naturelle est concurrentielle : de nombreuses


entreprises peuvent coexister en produisant au coût minimum.

Si Qm/qm est inférieur à 1, on a affaire à un monopole naturel.

1.2. Barrières à l’entrée dans un marché

Supposons que Qm/qm soit égal à 2 . La structure naturelle du marché est donc un duopole.
Mais supposons que, pour des raisons quelconques, il n’y a en réalité qu’une seule firme sur ce
marché. Qu’est ce qui peut empêcher une seconde firme d’entrer sur ce marché ?

La première raison serait que la firme entrante ne puisse pas produire au même coût minimum
cm que la firme en place, mais seulement au coût ce, avec ce>cm.. Ce pourrait être le cas, par
exemple, si la firme en place bénéficie de facteurs de production, tels des ressources naturelles,
à un coût plus bas que la firme candidate à l’entrée, ou si la firme en place a bénéficié d’une
forte réduction des coûts par apprentissage, dont la firme entrante ne pourrait bénéficier qu’
après plusieurs années.

Dans ce cas, la firme en place peut fixer un prix p tel que cm<p<ce. Elle continuerait à faire des
profits positifs, alors que la firme entrante ferait des pertes. Il n’y aurait donc pas entrée, et la
firme en place resterait seule sur le marché, non en situation de monopole naturel, mais en
situation de monopole de fait.

Mais on peut montrer (cf. le modèle du duopole ci-dessous), que tel ne serait pas forcement la
meilleure stratégie pour la firme en place, c’est à dire la stratégie maximisant son profit. Dans
certaines configurations de la courbe de demande et si ce n’est pas très éloigné de cm, la
stratégie qui maximise le profit de la firme en place peut être de laisser se faire l’entrée et de
fixer un prix p>ce>cm.

Il y faut cependant une condition : la firme en place doit réduire sa production pour « faire une
place » à la firme entrante. Il ne faut donc pas que cette réduction de production conduise à une
trop forte augmentation des coûts de la firme en place, qui laminerait son profit. C’est cependant
ce qui se produirait si le coût moyen cm décroissait fortement avec la quantité produite, c’est à

Cerna 127
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

dire si la part des coûts fixes (supportés quels que soit le niveau de production) est importante
dans le coût total.

Au total, on montre 12 qu’il existe des barrières à l’entée si :

- les firmes entrantes n’ont pas accès au même coût de production que la (ou les) firme en
place,

- les firmes en place subiraient des coûts importants si elles réduisaient leur production, c’est-
à-dire si elles sortaient partiellement du marché, pour laisser une place à des firmes
entrantes. C’est le cas si les firmes en place ont fait des investissements engendrant des
coûts fixes importants, investissements qui ne peuvent pas être utilisés à faire autre chose.
Autrement dit si elles ont fait des investissements « spécifiques » à l’industrie considérée.
Ces investissements sont pour elles des « barrières à la sortie », parce qu’ils rendent la sortie
coûteuse.

Cette double condition peut empêcher l’entée : une firme candidate à l’entrée sait qu’elle aura à
subir une guerre des prix, car les firmes en place ne lui laisseront pas « spontanément » une
place (elles n’auront pas intérêt à le faire), et elle sait qu ’elle aborde cette guerre de prix avec
un handicap, parce qu’elle a à priori des coûts supérieurs aux firmes en place : elle renonce donc
à l’entrée.

S’il existe des barrières à l’entée dans une industrie, la structure de marché peut être différente
de la structure naturelle, dans le sens suivant : un marché naturellement concurrentiel peut ne
contenir qu’un petit nombre de firmes et être donc un oligopole de fait, un marché de type
naturellement oligopolistique peut être un monopole de fait.

Dans la suite, nous parlerons des structures effectives de marché, résultant de la combinaison de
la structure naturelle et d’éventuelles barrières à l’entée.

2. Prix et quantités produites selon les structures de marché

Si nous dotons les producteurs d’un comportement simple, en l’occurrence, ils cherchent à
maximiser leur profit, défini par :

Π= pq - C(q)

avec p : prix, q : quantité produite et C(q) : coût total pour produire q

On peut alors montrer que le mécanisme de coordination par le marché entre producteurs et

12 Ceci sera démontré et développé dans le cours d’économie industrielle de seconde année.

Cerna 128
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

consommateurs va conduire à des résultats différents, en termes de quantités, produites et


consommées, et de prix selon la structure du marché.

Nous présenterons ce modèle économique sous forme d’un exemple numérique.

2.1. La courbe de demande et les conditions techniques de production

Le comportement de l’ensemble des consommateurs est résumé par la fonction de demande du


marché :

q = 120 - p avec q : quantité


donc p = 120 - q p : prix

p
120

120 q

La technologie disponible pour produire le bien est résumée par la fonction de coût total C(q),
qui mesure la totalité de ce que les producteurs doivent dépenser pour assurer la production q.
On supposera C(q) = c q= 30q, soit un coût moyen par unité produite constant : c=30.

Cette hypothèse peut paraître excessivement simplificatrice par rapport à la fonction de coût que
nous avons décrite ci-dessus, où le coût moyen est d’abord décroissant jusqu’à un minimum cm,
puis constant ou légèrement croissant. En fait, il suffit de considérer que toutes les firmes en
place dans l’industrie produisent au moins la quantité qm qui assure le coût minimum cm, et que
le coût moyen est constant au-delà de qm.

Cette fonction de coût permet de définir une fonction d’offre. Elle est dans ce cas assez
particulière.

La fonction d’offre q = q (p) est défini ainsi :

− pour p < 30 : q offert = 0 car aucune firme n’accepte de produire à perte.


− pour p = 30 : une ou plusieurs firmes peuvent offrir la quantité demandée par les
consommateurs sans faire de pertes.
− pour p > 30, le profit étant positif, toutes les firmes existantes vont se précipiter pour tenter
de satisfaire toute la demande à ce prix, l’offre est a priori infinie.

Cerna 129
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

La fonction d’offre est donc une droite horizontale p=30

2.2. Marché parfaitement concurrentiel

Un marché est parfaitement concurrentiel s’il comporte un grand nombre de producteurs ou, on
démontre que cela revient au même, s’il n’y a aucune "barrière à l’entrée" sur ce marché.

Dans ce cas, les producteurs présents sur le marché n’ont, on va le voir, aucune possibilité
d’influencer le prix sur ce marché. Ils sont de simples "preneurs de prix" (price takers).

Si le marché est concurrentiel, l’équilibre du marché est le suivant :

P
120

SC

p = 30
c = 30 z
q = 90

• = 0
90 120 q
SC = 4050

En effet, pour p < 30 la production est nulle, pour p > 30 elle excéderait la totalité de ce que les
consommateurs seraient prêts à consommer à ce prix, car un profit alors positif entraînerait
immédiatement soit une augmentation de la production de chaque firme en place, soit l’entrée
de nouvelles firmes sur ce marché (hypothèse de marché concurrentiel), soit les deux.

Pour p = 30, les firmes présentes sur le marché, qu’elles soient nombreuses ou pas, produisent
exactement la quantité demandée à ce prix, soit 90, et leur profit ∏ est nul puisque le prix est
égal au coût moyen : ∏ = 0

Notion de surplus des consommateurs : SC

La courbe de demande peut s’interpréter ainsi. Supposons que chaque consommateur n’achète
qu’une seule unité de bien (par exemple le bien est une machine à laver, et on a besoin que
d’une machine à laver). Si le prix est de 120, personne n’achète de machine à laver. Si le prix
baisse, des consommateurs de plus en plus nombreux achètent des machines. Quand le prix est
30, 90 consommateurs décident d’acheter une machine. Mais dans ce cas, 89 consommateurs

Cerna 130
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

auraient été prêts à acheter la machine à un prix supérieur à 30.

Le surplus de chaque consommateur est défini comme la différence entre le prix qu’il aurait été
prêt à payer la machine moins celui auquel il l’a effectivement payée. Il est positif pour tous les
consommateurs sauf le dernier. Le surplus total, somme des surplus individuels, est donc l’aire
hachurée sur le schéma.

Dans notre exemple on a donc : SC = 4 050.

2.3. Monopole

Il n’existe qu’un seul producteur sur le marché. Il est donc entièrement libre de fixer le prix,
mais naturellement dans ce cas, ce sont les consommateurs qui décident quelle quantité ils vont
acheter à ce prix. Le monopole peut donc choisir parmi des couples (prix, quantités) qui sont
déterminés par le comportement des consommateurs.

Puisqu’il est le seul vendeur, le monopole peut fixer le prix p. La demande est déterminée par la
fonction de demande q = 120-p.

Le problème du monopole est donc : quel est le couple (p, q) qui maximise mon profit ∏.

∏ = pq - C(q)

pq est la recette du monopole. C(q) est son coût total.

dpq dC(q)
∏ est maximum pour : =
dq dq

L’égalité signifie que le monopole maximise son profit en fixant une production q qui
dpq dC(q)
égalise sa recette marginale : et son coût marginal .
dq dq

dC(q)
Avec la fonction de coût que nous avons choisie : C(q) = cq = c = 30
dq
pq = (120-q) q = 120 q – q2

dpq
= 120 - 2q = RM
dq

La recette marginale (RM) du monopole est une droite médiane du triangle formé par les deux
axes et la droite de demande.

Cerna 131
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

P L’équilibre du marché est obtenu pour 120 - 2q


120
= 30. Soit :

q = 45
SC
P = 75 p = 75

P ∏ = 2025

c = 30 SC = 1012,5
D
RM
Surplus total (SC+∏) = 3037,5

0
q = 45 60 90 120 q

Dans ce cas, le surplus des consommateurs est réduit à 1012,5.

Le profit de l’entreprise peut être défini comme le surplus de l’entreprise. En effet celle-ci
pourrait produire 45 au prix de 30, en vendant cette production à 75, elle réalise un profit
exceptionnel qui est son surplus.

Le surplus total dans cette situation est : 2 025 + 1 012,5 = 3 037,5.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il y a un sens à additionner ces deux surplus et à
parler de surplus total. En effet, l’Etat, jugeant "anormal" le profit du monopole pourrait le
prélever intégralement par une taxe sur les bénéfices et le reverser intégralement, sous une
forme quelconque, aux consommateurs.

Le surplus total des consommateurs serait alors de 3 037,5. On voit qu’il serait inférieur au
surplus des consommateurs en situation de concurrence.

C’est là, fondamentalement, ce qui va permettre d’affirmer la supériorité de la concurrence sur


le monopole : en cas de concurrence, le surplus total est supérieur.

Le calcul du surplus total (consommateur + producteur) est donc un critère possible qui permet
de juger qu’une situation est meilleure qu’une autre d’un point de vue d’ensemble.

2.4. Duopole

Dans un oligopole, il existe un petit nombre de producteurs sur le marché. Que veut dire petit ?
Simplement ceci : ils sont assez peu nombreux pour être capables de s’étendre et de se
comporter collectivement en monopole, si tel est leur intérêt. Le cas le plus simple d’oligopole
est le duopole : il n’y a que deux producteurs sur le marché.

Cerna 132
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Duopole coopératif

Si elles décident de coopérer entre elles, elles se comportent conjointement comme le monopole
précédent. Leur production doit donc être de 45 pour maximiser le profit joint. Leur seul
problème est de trouver une règle pour partager cette production, donc le profit.

Puisque dans notre exemple les deux firmes sont en fait identiques (ie : elles ont la même
fonction de coût), on peut admettre que la règle la plus simple est de se partager
"équitablement" le marché, donc par moitié. On aura donc :

p = 75
q1 = q2 = 22,5
∏1 = ∏2 = 1012,5
SC = 1012,5
Surplus total = 3037,5

Duopole concurrentiel

Mais il est également possible d’étudier le cas où elles se font concurrence. Pour cela il faut
définir plus précisément leur comportement, car il y a à l’évidence interaction dite
« stratégique » : ce que va décider chaque firme dépendra évidemment de ce que va décider
l’autre.

Une modélisation classique du duopole concurrentiel est celle de Nash-Cournot. Dans ce


modèle, on considère que chacun des acteurs offre la quantité qui maximise son profit en
prenant comme une donnée la production de l’autre.

On peut donc pour chaque acteur calculer sa courbe de réaction, CR, c’est-à-dire ce qu’il va
offrir pour une production donnée de l’autre.

Soit q1 et q2 les productions respectives des firmes de 1 et 2 qui doivent respecter q1 + q2 = q =


120 - p, soit : p = 120 - (q1 + q2).

CR1 s’obtient en écrivant :

Max ∏ 1, q2 donné

∏ 1 = (p - 30) q1 = (120 - q1 - q2 - 30) q1 = -q12 + q1 (90 - q2)

Maximum pour q1 = (90 - q2)/2 : cette relation est donc la courbe de réaction de 1 : CR1.
De même Max ∏ 2, pour q1 donné, donne la courbe de réaction de 2 : CR2.
q2 = (90 - q1)/2

Cerna 133
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Traçons ces deux courbes sur un graphique q1 - q2.

q2
90
CR1

45

30 •
CR2

30 45 90 q1

Ces deux courbes se croisent au point donné par : q2 = (90 - (90 - q2)/2)/2

A ce point on aura donc :

q1 = q2 = 30
p = 60
∏ 1 = ∏ 2 = 900
SC = 1800
Surplus total = 3600

Ce point est qualifié d’équilibre de Nash-Cournot.

En effet c’est un point d’équilibre par construction. A ce point, aucun des deux acteurs n’a
intérêt à modifier les quantités qu’il produit. De plus c’est une position stable, en ce sens qu’il y
a convergence vers cet équilibre.

Supposons en effet que 1, se croyant seul, se comporte comme dans la situation de monopole ci-
dessus et produise donc q1 = 45, attendant tranquillement par conséquent le prix p = 75 (cf. ci-
dessus). S’il produit 45, compte tenu du marché, ce qui se passe est que 2 sort des ténèbres et
produit 22,5, un niveau de production qui maximise son profit si q1 produit 45 (c’est ce que
donne CR2 : q2 = (90 - q1)/2). Mais si 2 produit 22,5, alors 1 n’a plus intérêt à produire 45,
mais plutôt 33, 75 (d’après CR1). Mais à ce compte là 2 produira 28,125. On voit que cela
converge vers (30,30).

On a là un exemple de la situation évoquée ci dessus, où une firme en place n’a pas forcement
intérêt à empêcher l’entrée d’une nouvelle firme (dans ce cas, la firme entrante a le même coût
que la firme en place, mais on démontre aisément que cela reste vrai si la firme entrante a un
coût supérieur, à condition qu’il ne soit pas « trop » supérieur).

A ce point d’équilibre, le duopole concurrentiel produit donc plus que le monopole (60 au lieu
de 45) et le prix est plus bas (60 au lieu de 75). L’existence de 2 a réduit le profit total de 2025 à
2x900, soit 1800. La situation de concurrence entre les deux firmes réduit leur profit individuel

Cerna 134
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

par rapport à une situation de coopération, de 1012,5 à 900. Ceci, a priori, devrait les pousser à
coopérer. Mais même si elles se font concurrence, on est toujours assez loin de la situation de
marché parfaitement concurrentiel (donc avec libre entrée) où le prix serait de 30, la production
totale de 90, et le profit des firmes, nul.

3. Conclusions du modèle

En résumé, moins le marché est concurrentiel, plus le prix est élevé, plus la quantité
produite et consommée est petite et plus le surplus total est faible.

Ce modèle est très simple. Mais, à peine plus sophistiqué et généralisé à l’ensemble des
marchés, il est le fondement des interventions des Etats, pour introduire le maximum de
concurrence sur tous les marchés.

La conclusion normative de ce modèle est en effet sans appel.

Si on prend comme critère d’optimalité la maximisation du surplus, celui-ci est maximum


en situation de concurrence pure et parfaite, car celle-ci assure que les produits sont vendus
au prix minimum que permettent les conditions techniques. Toute situation de monopole ou
d’oligopole, coopératif ou non, éloigne cet optimum.

L’Etat doit donc :

− soit assurer, par une libre entrée sur tous les marchés, des situations de concurrence pure et
parfaite dans tous les cas où c’est possible,
− soit, si l’oligopole est inévitable (lorsque l’Etat ne peut rien faire pour abaisser les barrières à
l’entrée), s’assurer que c’est un oligopole concurrentiel, ce qui est un moindre mal, ou le
réglementer, en lui prescrivant des prix.
− soit, si c’est le monopole qui est inévitable, en particulier en cas de monopole "naturel", le
réglementer pour le forcer à produire la même quantité et au même prix que ce qui serait
produit en concurrence pure et parfaite ( nous verrons cela au chapitre 9).
Ces conclusions sont nuancées dans les deux encadrés ci-après.

Encadré 1 : L’augmentation du surplus global est-il une opération Pareto efficace ?

Nous avons vu dans ce chapitre que le passage d’une situation de monopole à une situation de
concurrence parfaite augmentait le surplus total. Nous en avons conclu que la situation de concurrence
parfaite est donc « incontestablement » meilleure. Il s’agit là d’un jugement normatif absolu, tel que
défini au chapitre 1. Nous avons vu au chapitre 1 que le seul critère qui permet de porter des jugements
normatifs absolus sans faire appel à des normes de jugement extérieures à l’économie (par exemple des
normes politiques ou éthiques) est le critère d’efficacité parétienne. D’où la question : à quelles
conditions le passage du monopole à la concurrence, qui augmente le surplus global, est-il pareto-
efficace ?

Cerna 135
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Prenons l’exemple de la privatisation de l’électricité en Grande-Bretagne pour discuter cette question.


Faisons l’hypothèse (assez bien vérifiée) que cette privatisation a amélioré le surplus global., en
remplaçant un monopole public unique s’occupant de la production, du transport et de la distribution, par
des compagnies privées dont certaines (les compagnies distributrices) restent en situation de monopole
local et d’autres (les compagnies de production) sont en concurrence.

Que s’est-il passé au départ ? Les prix aux consommateurs ont peu varié, le bénéfice et le prix des actions
des nouvelles compagnies privées ont énormément augmenté, de nombreux employés de l’ancien
monopole public ont été licenciés. Clairement cette transformation n’est pas Pareto-efficace : certains -
les actionnaires - ont beaucoup gagné, d’autres - les employés licenciés - ont beaucoup perdu, d’autres
enfin - les consommateurs - ont vu leur situation inchangée. On peut penser, et c’est vrai, que cela n’est
du qu’à une mauvaise appréciation initiale du réglementeur, qui n’a pas suffisamment forcé les
compagnies de distribution à baisser leurs prix. Il peut donc rectifier (il est en train de le faire) pour
ramener les profits à un niveau normal et faire baisser les prix pour que les consommateurs bénéficient de
surplus. Resteraient alors les employés licenciés. S’ils ont retrouvé un travail équivalent, ils n’ont que peu
perdu. Sinon, on peut imaginer qu’ils soient correctement indemnisés sur une partie des sur profits des
nouvelles entreprises. Dans ce cas, si à la fin, personne n’y perd tandis que les consommateurs y
gagnent, on a bien une transformation Pareto-efficace, ce qui était l’objectif de la réforme. On voit donc
qu’une transformation potentiellement Pareto-efficace, parce qu’elle améliore « l’efficacité » de
l’économie et donc le surplus total, ne l’est effectivement dans la plupart des cas que si des transferts
sont effectués pour indemniser les perdants par une partie des gains des gagnants. Si le surplus total
augmente, c’est toujours en théorie possible et il reste des gagnants nets. Mais il faut :

− Que les transferts eux-mêmes n’engendrent pas d’effets pervers (d’autres perdants ailleurs dans
l’économie). On dit qu’il faut qu’ils soient « neutres ».
− Qu’ils soient effectivement réalisés.
Sinon, on ne peut pas affirmer, de l’intérieur d’un raisonnement purement économique, que cette
transformation doit être effectuée.

Encadré 2 : Innovation et monopole Schumpétérien

La thèse qu’une situation de monopole est toujours une « mauvaise » chose a été vigoureusement
contestée par Schumpeter, en particulier dans son célèbre livre « Capitalisme, Socialisme et
Démocratie ». Schumpeter adopte une vision dynamique de l’économie, où l’innovation (technique, mais
aussi organisationnelle) joue le rôle fondamental dans la création de nouvelles richesses.

L’innovation est le moyen par lequel les firmes cherchent à supplanter leurs concurrentes, en fait à les
faire disparaître. L’innovation est un processus permanent de "destruction (des firmes les moins
innovantes) créatrice (de nouveaux biens, des façons de produire plus efficaces)". Une innovation
crée naturellement, pour la première firme qui la met en œuvre, un monopole de fait, jusqu’à ce qu’elle
soit imitée.

Or l’innovation est surtout le fait de grands firmes, généralement peu nombreuses sur un même marché,

Cerna 136
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

donc hautement soupçonnables d’ententes au détriment des consommateurs. De plus, pour qu’une firme
soit tentée d’engager des dépenses importantes, et aux résultats incertains, dans la recherche
d’innovations, il faut qu’elle puisse en tirer des profits à la hauteur du montant et surtout des risques de
l’investissement, ce qu’elle ne pourra faire que si elle est, grâce à son innovation, en situation de
monopole pendant un temps suffisant.

Il en résulte pour Schumpeter que des politiques concurrentielles très rigoureuses des Etats, comme le
dispositif antitrust aux Etats-Unis, qui visent à casser systématiquement les situations non seulement de
monopole, mais même d’oligopole soupçonné de pouvoir coopérer, et qui interdisent toute entente quelle
qu’elle soit entre firmes en situation de concurrence, peuvent très bien, eu nom de la défense du
consommateur, freiner l’innovation qui bénéficie toujours in fine au dit consommateur.

Plusieurs décennies après le lancement de cette polémique par Schumpeter, le gouvernement américain a
assoupli dans les années 90 sa conception des lois antitrust. Face aux coûts très élevés de la recherche-
développement dans certains domaines, il a autorisé des firmes concurrentes à s’allier pour faire ensemble
de la R&D, quitte à être en monopole à ce stade, à condition qu’elles se fassent à nouveau concurrence
une fois l’innovation commercialisée. Il est vrai que le gouvernement japonais faisait cela depuis des
années, en finançant même sur fonds publics la recherche « pré-compétitive » des firmes privées dont il
favorisait le rapprochement, et que cela avait eu un succès certain dans les années 80.

Cerna 137
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 7 : Les vertus de la concurrence

Concepts à retenir

Structure naturelle de marché

Barrière à l’entrée

Marché concurrentiel

Monopole, oligopole, duopole

Price takers et Price makers

Surplus

Equilibre de Nash

Questions

- Quelles sont les justifications de la supériorité « sociale » de la concurrence par rapport aux
monopoles

- Discutez-les.

Cerna 138
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Titre II : L’Etat et la politique économique

Cerna 139
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Cerna 140
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre8. Représentation de l’économie nationale et rôles de l'Etat

Ce chapitre est consacré à un acteur très particulier : l'Etat. Lorsqu' ils entrent en interaction,
tous les autres acteurs économiques le font dans le cadre d'un consentement mutuel. Nul acteur
ne peut être obligé par un autre d'aliéner ses droits de propriété. L'Etat par contre a le pouvoir de
contraindre les acteurs économiques qui sont sous sa souveraineté.

Nous avons rencontré déjà à plusieurs reprises l'Etat. Au chapitre 6, nous avons vu que son
intervention pouvait être indispensable au simple fait qu'un marché fonctionne, par exemple, en
édictant des normes de qualité ou des règles juridiques. Au chapitre 7, nous avons vu que
l'existence de monopoles requiert son intervention en vue d'augmenter le surplus social, et que
cette intervention peut comprendre des transferts nécessaires à en assurer l'efficacité paretienne.

Dans ce chapitre, nous allons présenter la nature, les objectifs et la légitimité de l'intervention
des Etats sur les dynamiques économiques.

Ces interventions peuvent être classées en trois grandes catégories .

• Assurer l'existence et le fonctionnement des marchés.

• Corriger les imperfections des marchés.

• Modifier la répartition issue du fonctionnement des marchés.


Nous analyserons plus en détail les principales de ces interventions dans les trois chapitres
suivant.

Auparavant, nous présentons un cadre général d’analyse, que l’on appellera


« macroéconomique », d’une économie nationale.

1.La représentation de l’économie nationale

Bien qu'ils n'étaient pas vraiment construits pour cela, les modèles de la micro-économie
néoclassique 13 conduisaient cependant leurs auteurs à formuler quelques thèses sur des

13Cf. chp. 1 : Représentation du système économique en termes d'une multitude de "producteurs" et de

Cerna 141
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

phénomènes comme : les cycles économiques, l'inflation, le chômage, souvent au prix


d'extrapolations hasardeuses du niveau des agents individuels au niveau que l'on appellera
ensuite "macro-économique", c'est-à-dire celui des évolutions économiques d'ensemble d'un
pays.

Or ces thèses ont été contredites par les évolutions réelles de l'entre-deux-guerres, en particulier
par la crise de 1929 et surtout, elles conduisaient à des recommandations de politique
économique que certains, dont Keynes, jugeaient aberrantes car aggravant le mal qu'elles étaient
censé guérir, par exemple le chômage.

On a alors construit des modèles manipulant directement des "agrégats" économiques, i.e. des
grandeurs caractérisant l'état d'acteurs collectifs au sein d'un pays : ensemble des entreprises,
ensemble des ménages, banques, Etat. Par exemple : la production totale effectuée sur le
territoire, le revenu des ménages, la part qui en est consommée et celle qui en est épargnée, les
investissements des entreprises, le niveau général des prix, le chômage, les soldes des échanges
de biens et de titres avec l'extérieur. Ces modèles formalisent les relations entre ces agrégats. Ce
sont les modèles macro-économiques.

Ils seraient restés de pures constructions théoriques si ne s'était développé, en parallèle, le


recueil de données chiffrées et leur organisation en comptabilités nationales. Les théoriciens
disposaient ainsi de séries statistiques pour tester leurs modèles.

Cette section décrit donc la représentation de l'économie d'un territoire soumis à la souveraineté
d'un Etat, ce que nous appellerons un pays. Il constitue ainsi une initiation à la comptabilité
nationale.

On s'intéresse généralement, en macro-économie, à une seule économie nationale, naturellement


ouverte sur un "extérieur", le reste du monde, traité comme une seule entité. Mais on peut
décrire avec les mêmes concepts deux économies nationales, pour étudier plus finement leurs
interactions. Nous nous placerons dans la suite dans le premier cas.

La construction d'une architecture descriptive peut se décomposer en trois étapes :

- Définir des groupes d'acteurs.


- Définir des variables caractérisant l'état et l'activité de ces groupes d'acteurs.
- Ecrire des identités "comptables", qui expriment des relations d'équilibre dans l'économie et
les contraintes monétaires s'exerçant sur les acteurs.

"consommateurs".

Cerna 142
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

1.1 Définir des groupes d'acteurs

Les modèles les plus simples distinguent au moins les groupes d'acteurs suivants :

− Les ménages.
− Les entreprises (non financières, c'est-à-dire non compris les banques).
− Les banques.
− L'Etat où l'on distingue :
- la banque centrale,
- les administrations publiques.
− L'extérieur (groupe qui rassemble la totalité des acteurs non résidents sur le territoire du pays
considéré).

1.2 Définir des variables caractérisant l'état et l'activité des groupes d'acteurs

− Variables de stock définies à un instant t : stocks de monnaie, de titres divers (comprenant


par exemple des titres tels que : obligations, bons du Trésor, actions, des créances bancaires,
etc.), de capital fixe, c'est à dire d'immobilisation matérielle (usines, bâtiments, etc.).
− Variables de flux, mesurées pour une période donnée : production, consommation,
importations, exportations, épargne, revenus (salaires, dividendes, intérêts), impôts et
transferts divers, ainsi que les variations des variables de stock : variation des stocks de
monnaie détenus par les divers acteurs, émission de nouveaux titres et extinction d'anciens,
investissements en capital fixe.
La plupart de ces variables par exemple la "production" ou la "consommation des ménages"
sont des agrégats de choses extrêmement diverses. Pour les agréger, il faut que ces choses aient
un prix. Les agrégats ne peuvent donc s'exprimer autrement qu'en unités monétaires, ce qui les
rend homogènes aux variables qui s'expriment directement ainsi, tels les revenus, les impôts,
etc. Pour ces agrégats macro-économiques on distingue cependant leur prix et leur volume.

Mais contrairement à un bien particulier dont le prix en unité monétaire et le volume (dans une
unité physique quelconque ou en nombre sans dimension) sont directement observables, prix et
volume d'un agrégat sont des constructions. Ainsi, prenons par exemple la consommation des
ménages. On dira que, pour la période t, la consommation des ménages est : pt x Ct : (prix de la
consommation des ménages) x (consommation des ménages en volume). Cette dernière se
calcule ainsi : c'est la consommation des ménages de la période t, c'est-à-dire l'ensemble des
biens et services consommés par les ménages pendant t, agrégés avec les prix d'une période de
référence to. Le volume s'exprime donc en unité monétaire ! Quant au prix pt, c'est donc
nécessairement un nombre pur, un indice, c'est l'indice des prix de la consommation des
ménages, en base to. Ceci permet, dans l'évolution en euros des sommes consacrées par les
ménages à leur consommation, de distinguer l'évolution des prix de celle de la consommation en

Cerna 143
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

volume, ainsi définis (cf. aussi sur ce point le chapitre 11 pour une définition précise des prix et
des volumes).

− Une troisième catégorie de variables intervient donc en macro-économie : les prix, ainsi
définis. Il ne faut donc pas s'étonner de concepts a priori bizarres, comme "le prix du PIB"
(le Produit Intérieur Brut, dont on verra que c'est la "production finale") ou "le prix des
investissements", des exportations, des importations, etc.

1.3.Décrire les relations entre acteurs

Voici une représentation d’une économie nationale où l’on a pas distingué les banques des
entreprises non financières ( les autres) :

ETAT
$
Impots
Transferts Charges
sociales

Biens publics

Titres

Biens et services

ENTREPRISES
MENAGES

Salaires et revenus du capital

Importations Exportations $

ETRANGER Flux de capitaux

Les entreprises :

• Produisent des biens et services qu’elles vendent sur le territoire et à l’étranger, en


important une partie de leurs intrants de l’étranger

• Empruntent auprès des ménages

• Empruntent ou investissent à l’étranger

Cerna 144
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Les ménages :

• Travaillent pour les entreprises et en sont propriétaires

• Consomment des biens produits sur le territoire et à l’étranger

L’État :

• Collecte des impôts et fournit des biens publics

• Collecte des cotisations sociales et fait des transferts aux ménages

• Emprunte à l’étranger

L’étranger :

• Echange des biens et services avec les résidents du territoire

• Achète des titres émis par les résidents du territoire et vend des tires à ces résidents

1.4.Ecrire les identités "comptables"

Les variables ainsi définies ne sont, par construction même, pas toutes indépendantes.

Il en résulte un certain nombre de relations entre elles qui :

− soit sont purement définitionnelles. Ainsi quand on définit l'épargne des ménages comme la
différence entre leur revenu disponible et leur consommation,
− soit dérivent de principes de conservation évidents ou des contraintes monétaires des agents.
Par exemple : tout ce qui a été consommé sur le territoire pendant la période t a été
nécessairement : soit produit sur le territoire pendant t, soit importé, soit déstocké des stocks
constitués par les producteurs avant t ; ou encore : les paiements effectués par les ménages
pendant la période t sont nécessairement égaux à leurs encaissements plus leur déstockage de
monnaie (dé thésaurisation : ils puisent sur les stocks de monnaie antérieurement accumulés)
ou moins leur stockage de monnaie (thésaurisation).
Ces relations entre variables peuvent être qualifiées "d'identités comptables".

1.5. Le tableau économique d'ensemble (TEE)

Les variables de flux mesurent des flux entre groupes d'acteurs. Ils sont tous mesurés en unités
monétaires, comme on l'a vu. On peut distinguer plusieurs types de flux entre groupes
d'acteurs : les flux de biens et services, les flux de services productifs tels que le travail, et les
flux de titres ont des contreparties qui sont des flux monétaires en sens inverse, traduisant les
paiements des achats de biens, services, titres. Mais il y a aussi des flux de monnaie sans

Cerna 145
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

contreparties apparentes tels que les transferts ou les impôts et taxes (en réalité ceux-ci sont les
contreparties de biens et services publics fournis gratuitement par l'Etat, mais comme ceux-ci
sont gratuits, on ne les mesure pas directement, mais justement par les transferts qui les
financent).

Le Tableau Economique d'Ensemble (TEE) est le compte principal de la comptabilité


nationale. Il décrit, dans une période donnée, l'ensemble des flux monétaires entre acteurs.
Ce tableau permet également d'écrire de façon simple les identités comptables évoquées ci-
dessus.

Le TEE est un tableau en deux parties : à droite des colonnes "ressources" pour chaque groupe
d'acteurs, à gauche des colonnes "emplois" pour chaque groupe. Les lignes correspondent à une
catégorie "d'opérations", c'est-à-dire à un type de flux tel que défini ci-dessus.

Voici une représentation graphique des acteurs et des flux monétaires dans une économie
nationale, pendant une période donnée dont nous servirons au chapitre 11 pour construire de
petits modèles macroéconomiques aptes à étudier la politique budgétaire en économie fermée
(contrairement à la représentation ci dessus, il n’y a pas d’échange avec l’extérieur) :

dM
ETAT

T G
I

Dp C
MENAGES
Q

S De ENTREPRISES

Nw + P
N : emploi
dMd w : salaire
P : profits
Dp et De : titres nouveaux émis par l’Etat et les entreprises
Stock de S : épargne des ménages
monnaie C: consommation des ménages
M I : investissement des entreprises
G dépenses publiques
T impôts et taxes
dM : création de monnaie par l’état
dMd : demande de monnaie des ménages
Q=I+G+C=PIB

Cerna 146
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Nous avons trois acteurs comme ci dessus : l'Etat (qui inclut la Banque centrale), les entreprises
et les ménages. Les flèches sont les flux monétaires entre acteurs. Un seul stock est représenté,
le stock de monnaie. Pour simplifier, comme cela sera expliqué au chapitre 11, on considère que
seuls les ménages détiennent de la monnaie.

Le TEE correspondant à cette représentation de l'économie nationale est le suivant :

Emplois (Demandes) Ressources (Offres)

Entreprises Ménages Etat Etat Ménages Entreprises

Inv. des Consom. Dépenses de Biens et services finaux Production finale :


entreprises : I l'Etat Q
des ménages : C
G

Salaires : Nw Revenus des facteurs Salaires : Nw


de production
Profits : P Profits : P
(services productifs du
capital et du travail)

Impôts : T Transferts Impôts : T

(impôts)

Achats de titres : Financier Vente de titres : Vente de titres :


S Dp De
(émission de titres)

Variation du stock Monnaie Création


de monnaie des monétaire : dM
(création monétaire)
ménages : dMd

La première ligne concerne les opérations sur les biens et services finaux, c'est-à-dire les biens
de consommation finale et les biens d'investissement. Les biens qui sont des consommations
intermédiaires des entreprises, qui circulent entre entreprises, ne sont pas comptés puisqu'on n'a
qu'un seul acteur collectif "entreprises". La "production" agrège l'ensemble des biens finaux.
Elle constitue pour les entreprises une ressource puisqu'elles reçoivent le flux monétaire issu
de la vente de ces biens. D'où le terme "offre" entre parenthèse après ressource : une ressource
monétaire résulte de l'offre d'un bien ou service. Ces biens sont achetés par les entreprises :
investissement des entreprises, par les ménages : consommation des ménages (on suppose que
les ménages n'achètent que des biens de consommation finale. En fait ils investissent aussi,
essentiellement en logements), par l'Etat : consommation et investissement de l'Etat. Pour ces
trois groupes d'acteurs, qui achètent, il s'agit d'un emploi de ressources financières qu'ils auront

Cerna 147
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

dû se procurer par ailleurs et ceci correspond à une demande de biens. Ces trois catégories sont
à l'origine du flux monétaire qui aboutit aux entreprises.

La seconde ligne correspond aux opérations de vente de services productifs, et l'on a supposé ici
que les ménages détiennent les actions des entreprises et les titres émis par les entreprises et
l'Etat et naturellement qu'ils sont les offreurs de travail. Ils reçoivent donc (ressource pour eux)
les salaires, profits et intérêts payés par les entreprises (emploi pour elles) et les intérêts payés
par l'Etat sur la dette publique.

La troisième ligne concerne les transferts. Ici, on n'a mentionné que les impôts payés (emploi)
par les ménages (on suppose pour simplifier que seuls les ménages payent des impôts, il suffit
de considérer que les impôts payés par les entreprises dans la réalité sont des profits non
distribués aux actionnaires, les ménages, et donc payés pour leur compte), et ressource pour
l'Etat.

La quatrième concerne les achats et ventes de titres.

La cinquième ligne concerne la monnaie.

Nous avons ici drastiquement simplifié le processus de création monétaire que nous analyserons
au chapitre 10. En effet, nous n'avons pas fait figurer les banques parmi les acteurs. Nous
supposerons donc que seule la banque centrale, c'est à dire l'Etat, crée de la monnaie en faisant
des crédits au trésor public, pour lui permettre de payer une partie des dépenses de l’Etat.
La monnaie crée dM est donc une ressource pour l’Etat

Nous avons également supposé, par souci de simplification graphique, que seuls les ménages
détenaient des stocks de monnaie et demandaient des crédits aux banques. En réalité, les
ménages et les entreprises détiennent de la monnaie et demandent des crédits. C'est une
simplification faite dans le modèle Keynésien que nous étudierons au chapitre suivant. C'est
pourquoi nous l'adoptons ici.

Le TEE décrit ainsi, de manière synthétique, la totalité des flux monétaires dans
l'économie d'un pays.

Les identités comptables s'écrivent alors de manière très simple :

− Rien ne se perd dans les flux ou, autrement dit, les offres égalent les demandes à l'équilibre
pour chaque catégorie d'opérations : Somme des emplois = Somme des ressources, par
ligne.
− Chaque groupe ne peut dépenser que ce qu'il a gagné (contrainte monétaire) : Somme de la
colonne emploi = Somme de la colonne ressource, par groupe d'acteurs.

Cerna 148
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

2. Le PIB et sa décomposition

2.1. Le PIB = la production finale

Jusqu'ici nous avons appelé "production finale (Q)" l'agrégation de l'ensemble des biens et
services finaux produits.

Cet agrégat est le PIB : Produit Intérieur Brut.

Il s'obtient en additionnant la valeur ajoutée de tous les producteurs de biens et services. La


valeur ajoutée est égale aux ventes moins les achats de consommations intermédiaires. La valeur
ajoutée est additive, alors que la production ne l'est pas.

Ainsi soit une chaîne de deux entreprises F1 et F2, la dernière vendant des biens finaux bf2, la
première étant le seul fournisseur de la dernière, ne fournissant qu'elle, et ayant elle-même des
consommations intermédiaires de ci1 : ci1 --> F1 --> ci2 --> F2 --> bf2

on a : va2 = bf2 - ci2, va1 = ci2 - ci1

En agrégeant les deux entreprises, on a bien :

va(1+2)= bf2 - ci1 = (bf2 - ci2) + (ci2 - ci1) = va1 + va2.

La valeur ajoutée est additive. La somme des valeurs ajoutées ne dépend pas de la manière dont
le système productif est découpé en entités juridiquement indépendantes.

La somme des valeurs ajoutées de tous les producteurs de biens et services est égale à la
valeur de la production de biens et services finaux : c’est le PIB, produit intérieur brut.

Dans le TEE simplifié précédent, nous avons supposé que seules les entreprises produisaient des
biens finaux. En réalité l'Etat produit aussi des services finaux (éducation, police, etc.), mais il
ne les vend pas, car ils sont gratuits. On les appelle services non marchands. On calcule
cependant leur valeur ajoutée comme s'il les vendait à prix coûtant, à savoir : coût des achats
(consommation de l'Etat) + coût des salaires des fonctionnaires. Cela revient à dire que la valeur
ajoutée de ces services est égale aux salaires des fonctionnaires.

Le PIB peut donc se décomposer en :

PIB = Investissements des entreprises (I) + Consommation des ménages (C) + Dépenses
Publiques G.

PIB = I + C + G

Pour une économie ouverte sur l'extérieur, les biens et services finaux sont en partie exportés :
X, mais certains de ceux qui sont consommés sont importés : M. On a alors :

Cerna 149
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

PIB + M = I + C + G + X

PIB = I + C + G + (X - M),

avec (X - M) = ( Exportations – importations ) = solde de la balance « commerciale » ( en fait,


on le verra au Chapitre 12, on appelle cela solde de la « balance des opérations courantes » )

Cette identité comptable décrit donc les emplois du PIB : ce qu'on en fait.

2.2. Le PIB : Revenu National

Par ailleurs, le PIB est égal au revenu national, la somme des revenus de chaque groupe
d'acteurs. Voyons pourquoi (cf. schéma ci-dessous).

Le PIB est la somme des valeurs ajoutées. Or, au niveau de chaque entreprise, la valeur
ajoutée se partage intégralement en : salaires qui vont aux ménages, charges qui vont à l’Etat
(en fait le système d’assurances sociales) et Excédent Brut d'Exploitation (EBE). L'EBE est en
effet par définition ce qui reste aux entreprises du produit de leurs ventes quand elles ont payé
l'ensemble des consommations intermédiaires et les salaires. L'EBE est divisé en trois :
dividendes et intérêts des titres émis par l'entreprise qui vont aux ménages (les ménages sont les
actionnaires et acheteurs des titres des entreprises dans nos hypothèses), la seconde part est
retenue par l'entreprise : c'est son cash Flow, la troisième va à l’Etat sous forme d’impôts et
taxes. Le revenu des ménages est ensuite ponctionné par l'Etat sous forme d'impôts. Ceci nous
donne donc les revenus disponibles des 3 catégories d'acteurs : Entreprises, Ménages, Etat, dont
la somme est bien égale au PIB.

PIB= Σ Valeurs Ajoutées

Cash Flow Int. et Div. Imp. Salaires Imp. Charges

Cash Flow Revenu des ménages Rev. Etat

PIB = Σ revenus des acteurs

Cerna 150
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

L'utilisation de ce revenu nous fait retrouver la décomposition du PIB dans ses différents
emplois, après prise en compte :

- des opérations financières où :

o Les ménages achètent des titres (donc prêtent de l'argent) aux entreprises et à
l'Etat lorsque le revenu disponible de l'Etat ne lui permet pas de financer ses
dépenses

o Entreprises et Etat empruntent également à l’étranger : EE ( emprunts à


l’Etranger)

- des transferts de l’ Etat aux ménages (assurances sociales)

EE. Cash Flow Revenu des ménages Transf. Rev. Etat EE.

Investissement Consommation Dépenses publiques

M Production intérieure = PIB X

EE= Emprunts à l’étranger ; M= Importations; X= Exportations


PIB+EE=PIB+M-X

En conclusion on a :

PIB =

Somme des valeurs ajoutés

Somme des revenus disponibles des acteurs

Somme des productions finales

Cerna 151
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

3. Les fonctions de l’Etat

3 .1. Assurer l'existence et le fonctionnement des marchés

3.1.1 Le contrôle des flux aux frontières

Tout Etat est souverain sur un territoire. Un territoire est délimité par des frontières.

Il n'y aurait aucun sens à parler du "marché français" de quoi que ce soit : d'un bien, du crédit,
du travail, s'il existait une circulation parfaitement libre à travers les frontières de la France des
marchandises, des monnaies, des titres, de l'information et des forces de travail. Il n'y aurait
dans ce cas, si toutes les frontières étaient parfaitement perméables à tous les objets
économiques, que des marchés mondiaux.

Ce n'est pas le cas. En entravant les circulations à travers les frontières, soit en les limitant
quantitativement (c'est le cas des hommes donc des forces de travail), soit en les taxant, les Etats
définissent des marchés nationaux. Ils opèrent une distinction entre les acteurs situés sur le
territoire (on dit les acteurs résidents, leur nationalité est généralement secondaire par rapport
au fait qu'ils agissent dans le territoire) et les acteurs "extérieurs". Ces deux catégories d'acteurs
n'ont pas exactement les mêmes possibilités d'action à l'intérieur du territoire.

Ce type d'intervention définit donc des règles de fonctionnement des marchés. C'est pourquoi
nous la classons dans la première catégorie des interventions de l'Etat.

3.1.2. Contrôler la création monétaire

Seul l'Etat peut assurer qu'existe dans un territoire une monnaie, condition indispensable au
fonctionnement de tous les marchés. Cela sera traité au chapitre 10.

Nous verrons qu’on peut distinguer, dans la politique monétaire :

- une dimension fondamentale : faire qu'une monnaie existe et qu'elle soit utilisable par les
acteurs, donc que sa valeur soit relativement stable (inflation limitée)

- une dimension conjoncturelle. Celle-ci consiste à agir sur la quantité de monnaie créée dans
l'économie pour la "stimuler" ou au contraire la "ralentir". Nous verrons ci dessous que cet
usage conjoncturel de la politique monétaire relève en réalité d'une utilisation de la monnaie
par l'Etat pour corriger des imperfections de marché.

3.1.3. Créer et faire appliquer le droit des interactions marchandes

Pas de marchés sans institutions pour les organiser, avons-nous vu au chapitre 6. Un grand
nombre de ces institutions sont de nature étatique, à commencer par celles qui créent et

Cerna 152
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

appliquent le droit des affaires, mais aussi le droit du travail. Même lorsqu'elles sont privées,
comme l'ordre des médecins ou des avocats, les institutions agissent dans un cadre qui est fixé
par l'Etat.

3.2. Corriger les imperfections des marchés

La notion d'imperfection de marché ne peut se définir rigoureusement que par rapport à la


notion d'efficacité parétienne.

Il existe une imperfection de marché lorsque le fonctionnement spontané d'un marché


conduit à une situation qui n'est pas Pareto-optimale.

Autrement dit, à partir de cette situation, une modification du comportement d'au moins un
acteur engendrerait une transformation telle qu'aucun des acteurs n'y perdrait par rapport à la
situation initiale. Dans ces conditions, il est incontestablement légitime que l'Etat intervienne
pour que cette transformation ait effectivement lieu. Cette intervention de l’Etat est Pareto-
efficace (nous dirons simplement "efficace" par la suite).

3.2.1. Les imperfections de marchés dans la théorie néoclassique

Les trois grands types d'imperfections de marchés reconnus par la théorie néoclassique sont les
suivantes :

• l’existence de biens "publics" (depuis A. Smith),

• l’existence de monopoles, incluant l’existence de monopoles naturels (depuis Smith


également),

• l’existence d’externalités (depuis Pigou).

Nous étudierons au chapitre 9 les fonctions étatiques de correction de ces imperfections de


marché. Mais nous verrons aussi dans ce chapitre qu’il peut aussi exister des imperfections de
marchés plus diffuses, affectant l’ensemble des marchés du travail, des biens et services et des
titres, que l’on qualifiera de macroéconomiques. Les politiques conjoncturelles de « relance ou
de refroidissement de l’économie », grâce à la manipulation de la création monétaire et du
budget, peuvent donc être classées dans la rubrique : correction des imperfections de marché.
Elles font l’objet des chapitres 10 et 11.

3.3. Modifier la répartition issue du libre fonctionnement des marchés

Le fonctionnement des marchés - éventuellement amélioré par des interventions étatiques


efficaces – conduit, durant chaque période, à une certaine répartition de la production de cette

Cerna 153
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

période entre tous les acteurs économiques. Si cette répartition est considérée comme
« injuste », ce caractère injuste ne peut être attribué au fonctionnement des marchés. Si ces
derniers ne connaissent pas d’imperfection, leur fonctionnement est en effet efficace au sens
paretien

Le caractère injuste de la répartition ne peut donc être attribué qu’à l’inégalité des "dotations
initiales de facteurs", c’est-à-dire de la distribution initiale du capital fixe (droits de propriété sur
des moyens de production), du capital argent (en fait du volume des titres détenus par les
individus, donc de leur patrimoine financier, car il n’est en général pas intéressant de conserver
son épargne sous forme de monnaie) et enfin du capital humain (acquis par la formation), qui
détermine le prix auquel chacun parvient à vendre ses compétences.

L’Etat est alors fondé à corriger ces injustices par des transferts, dont les modalités principales
sont la fiscalité, lorsqu’elle est progressive, et les systèmes d’assurance sociale. On qualifiera de
« social » ce rôle de l’Etat. Comme il a été souligné à plusieurs reprises, les objectifs d’une
politique sociale ne relèvent pas de l’économie, puisqu’un transfert n’est pas une transformation
Pareto efficace : si ceux qui en bénéficient y gagnent, ceux qui les financent y perdent.

4. Discussion de la légitimité des interventions de l'Etat

Telle est la base de la théorie économique de l’intervention de l’Etat. On voit qu’elle


distingue clairement deux domaines : la politique économique et la politique sociale.

Mais ces deux types de politique ne sont indépendantes que s’il existe ce qu’on appelle des
transferts purs.

On appelle transfert pur un transfert n’introduisant aucun biais dans le fonctionnement


des marchés. Pour qu’ils soient "purs", il faut et il suffit que de tels transferts ne
modifient pas le système des prix qui s’établirait en leur absence.

En théorie, il en existe. Par exemple un prélèvement fiscal sur la transmission du patrimoine par
succession ou un impôt sur le revenu des personnes.

Sous l’hypothèse de l’existence de transferts purs, les politiques économiques et sociales de


l’Etat sont indépendantes, puisque les transferts purs ne modifient pas le système des prix
d’équilibre qui s’établirait sans eux et qui assure l’efficacité économique.

Dans ce cas, l’Etat doit d’abord maximiser la richesse produite en corrigeant éventuellement les
imperfections de marché, c’est sa fonction économique. Il doit ensuite, si cela est jugé
nécessaire, par exemple selon une règle de décision démocratique donc si tel est la volonté de la
majorité, corriger par des transferts purs la répartition résultant du fonctionnement efficace des

Cerna 154
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

marchés sur la base des dotations initiales.

C’est la fameuse métaphore du gâteau : la "bonne" politique économique est celle qui
maximise la taille du gâteau( donc la croissance du PIB), la politique sociale peut modifier
la répartition du gâteau sans en affecter la taille.

L’existence de transferts purs est cruciale dans ce dispositif conceptuel. En effet, il se peut que
des interventions de l’Etat destinées à corriger l’imperfection d’un marché modifient aussi la
répartition au sens où un ensemble de gens verraient leurs revenus baisser par rapport à la
situation initiale, même si la richesse d’ensemble augmente puisque l’intervention de l’Etat a
amélioré l’efficacité. Dans ce cas, il suffit d’opérer un transfert pur correctif vers ceux dont les
revenus ont baissé, de manière à compenser exactement cette perte. Par définition ce transfert
n’affectera pas l’efficacité, donc certains conserveront un gain net grâce à l’amélioration de
l’efficacité.

On voit donc qu’il y a deux corollaires dans cette conception :

− Une politique économique n’est légitime que si elle organise des interventions de l’Etat sur
le fonctionnement des marchés qui sont Pareto-efficaces, c'est-à-dire telles que personne n’y
perd et au moins un y gagne.
− Il n’y a aucune justification économique possible à la politique sociale.
Eux-mêmes admettent deux corollaires :

− Il n’y a aucune raison de débattre de politique économique. Toute politique économique doit
nécessairement faire l’unanimité.
− Le seul débat à avoir dans une société capitaliste porte sur les redistributions pures donc sur
le degré d’inégalité et toute décision prise en la matière (quels que soient les moyens de
parvenir à une décision : dictature, vote, etc.) peut être immédiatement exécutée sans que
cela ait la moindre conséquence sur la richesse totale produite.
Or il est incontestable :

- qu’il existe de vifs débats de politique économique : faut-il supprimer le SMIC, faut-il
réduire le temps de travail, faut-il relancer la demande quitte à risquer l’inflation, faut-il,
jusqu’où et comment, privatiser les monopoles de service public, faut-il stopper le processus
de mondialisation, faut-il taxer les mouvements internationaux de capitaux, etc. ?
- que les questions de redistribution tendent à devenir taboues sous l’effet de raisonnements
précisément économiques : vos revenus sont déterminés par les marchés, vouloir modifier
cela conduirait à de graves perturbations économiques.
Pour sortir d’un tel écart entre la théorie et les faits, il faut lever deux hypothèses, à savoir :

− H1 : il existe des transferts purs,


− H2 : l’Etat peut toujours améliorer l’efficacité des marchés lorsque ceux-ci sont imparfaits.
C’est le relâchement de ces hypothèses, sur la base d’un socle théorique qui reste cependant
celui que nous venons de résumer, qui nourrit le débat théorique contemporain sur la politique

Cerna 155
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

économique. Trois types de phénomènes ont en particulier été pris en compte dans ce débat :

- l’effet des transferts sur l’efficacité

- les conséquences de l’information imparfaite de l’Etat

- les objectifs même des gouvernements en matière de politique économique.

4.1. Les effets incitatifs des transferts

Même en supposant qu’ils ne modifient pas le système de prix (ce qui n’est pas le cas de la
plupart de ceux qui sont effectivement utilisés), les transferts sociaux peuvent avoir un effet sur
l’efficacité de l’économie via les effets incitatifs des revenus.

Par exemple, si les revenus des dirigeants d’entreprises sont fixés par le marché, mais s’ils sont
ensuite sévèrement réduits par des prélèvements fiscaux, certains diront que cela va diminuer
leur motivation à diriger le mieux possible, donc l’efficacité. Plus généralement une hiérarchie
des salaires trop réduite peut ne pas inciter les gens à "investir" dans la formation, soit dans la
formation initiale de leurs enfants, soit dans leur propre formation en cours de vie active, etc.

Mais à l’autre extrémité de l’échelle des revenus, des salaires jugés trop faibles par ceux qui les
reçoivent peuvent soit ne pas inciter certains à entrer sur la marché du travail (ils se contentent
de vivre des minimums sociaux tout en se plongeant plus ou moins dans l’économie informelle,
y compris délinquante), soit inciter ceux qui travaillent à en faire le moins possible.

Il faut bien voir que la prise en compte de ce type de phénomène met l’analyse économique
en grande difficulté. Traditionnellement en effet, que ce soit au niveau d’une firme ou à celui
d’une nation, la théorie économique suppose qu’il existe un stock donné de compétences,
portées par des hommes, et un stock de capital (machines, infrastructures, etc.) donné et que la
combinaison optimale des deux fournit la production maximale à laquelle on peut prétendre
étant donnée les stocks existants. Ceci est formalisé par des fonctions de production, micro ou
macro-économiques, qui lient la production Y, aux stocks de capital K et de travail (de
compétence) : L : Y = f(K,L). Implicitement donc, chaque homme donne exactement le
maximum de ce qu’il peut donner, et ceci n’est déterminé que par sa formation et son
expérience acquise.

Si l’on admet qu’un facteur essentiel dans le niveau de la production est l’intensité avec laquelle
les hommes mobilisent leurs compétences, il faudrait pouvoir isoler les déterminants de ce
facteur, le modéliser, en quantifier les effets par des tests empiriques, etc. Or, on est loin du
compte. Les seules tentatives qui ont été faites concernent le niveau microéconomique avec la
théorie des incitations, qui modélise les incitations (et encore, exclusivement financières) qui
sont optimales pour qu’un agent A obtienne le maximum d’un agent B qu’il souhaite faire

Cerna 156
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

travailler. Mais on n’a rien de tel au niveau de l’ensemble d’une nation.

Lever l’hypothèse de l’existence de transferts purs revient à admettre que tout transfert
opéré par l’Etat a des effets sur l’efficacité, disons sur la croissance de la richesse si on se
place dans une perspective dynamique, et que le sens de cet effet n’est pas a priori déterminé.
Un certain type de réduction volontaire des inégalités de revenu peut stimuler la croissance ou
au contraire l’entraver.

Supposons même qu’une analyse théorique et empirique ait permis de déterminer le sens et
même l’ampleur des effets. Par exemple supposons que l’on puisse établir qu’une taxation des
hauts revenus finançant des transferts vers les bas revenus, ou des minima sociaux, ralentirait la
croissance de tant. A-t-on pour autant les moyens de fonder la légitimité d’une telle politique ?
Oui, mais certainement pas dans le champ de l'économie. Aucun critère économique ne permet
de choisir entre : "une croissance forte mais très inégalitaire" et "une croissance plus faible mais
plus égalitaire" 14. Il s'agit d'un choix politique.

Résumons-nous à ce stade. S’il n’existe pas de possibilité de transferts purs, la dichotomie


classique : la politique économique doit maximiser l’efficacité, donc la croissance, et doit être
jugée à cette aune, la politique sociale peut ensuite indépendamment redistribuer les fruits de la
croissance, n’est plus tenable. Toute politique de redistribution agit conjointement sur la
répartition et sur la croissance.

Il faut donc choisir entre des couples (répartition croissance). Aucun critère économique
ne permet un tel choix. Il en faut d’autres.

4.2. Les politiques efficaces en question

Revenons au monde enchanté des politiques efficaces, enchanté car c’est celui où toute action
de l’Etat ne peut que recueillir une approbation unanime, puisque personne n’y perd.

Remarquons d’abord que ce qui précède en limite déjà la portée, puisque si une intervention
efficace suppose, pour que personne n’y perde, d’être associée à une redistribution partielle des
gains qu’elle entraîne, il faut s’assurer que cette redistribution est "pure" et n’annule pas les
gains initiaux par ses effets éventuellement désincitatifs.

Mais ce n’est pas ici le point. La seconde hypothèse levée par la théorie contemporaine est la
suivante : l’Etat, face à une imperfection de marché, est toujours capable de définir et
d’appliquer une intervention économiquement efficace.

14C'est une autre façon de dire que l'économie ne peut "choisir" entre deux "optimum de Pareto".

Cerna 157
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Il faut pour cela revenir aux raisons de l’imperfection des marchés. Nous verrons que l’on peut
démontrer que toute imperfection de marché a comme origine l’imperfection de l’information,
qui engendre en particulier des coûts de transactions.

Or il est clair que l’Etat lui-même est soumis à l’imperfection de l’information et à


l’existence de coûts de transactions.

En bref, certains marchés sont imparfaits, myopes, etc., mais ces qualificatifs peuvent tout
autant s’appliquer à l’Etat, et rien ne permet donc d’affirmer, en théorie, que l’Etat est capable
de définir et d’appliquer une politique efficace.

En d’autres termes, les marchés sont imparfaits, certes, mais si l’Etat se mêle d’intervenir dans
leur fonctionnement en n’ayant pas plus d’information que les acteurs économiques eux-mêmes
sur les éléments qui sont tels que l’absence d’information, ou des informations non partagées
(asymétrie d’informations) sur ces éléments sont la cause même de l’imperfection du marché,
rien n’assure que l’intervention de l’Etat améliore la situation. Elle peut au contraire aussi bien
la détériorer.

Selon cette analyse, mieux vaut, bien souvent, que l’Etat se contente de créer de nouveaux
marchés, qui obligeront les acteurs à partager l’information cachée, ou à la créer, plutôt que
d’intervenir directement lui même.

Illustrons ceci de deux exemples qui seront développés au chapitre suivant. Si l’Etat ne connaît
pas les coûts de dépollution de chaque usine polluante, plutôt que d’édicter des normes
d’émission de polluants uniformes, mieux vaut que l’Etat :

- fixe le volume total d’émission tolérable,

- distribue des droits à émettre, d’un volume total égal à son objectif d’émission,
proportionnellement aux émissions initiales de chaque usine,

- autorise un marché de droits à émettre, chaque usine devant simplement prouver qu’elle
n’émet pas plus que le volume des droits qu’elle a en main.

Ainsi chaque dirigeant d’usine, seul à savoir ce qu’il lui en coûte de réduire ses émissions,
pourra comparer ce coût avec l’achat de droits à émettre supplémentaires. Le prix des droits sur
le marché le renseignera donc sur ce qu’il en coûte aux autres de dépolluer. Ainsi ce sont ceux
pour qui il est le moins coûteux de dépolluer qui le feront d’abord et le coût total de dépollution
sera réduit par rapport à une politique de normes d’émissions identiques pour tous.

Bien sûr l’Etat atteindrait le même résultat que le marché s’il connaissait les coûts de
dépollution de chaque usine et affectait donc une norme individuelle à chacune, mais justement,
il ne les connaît pas, et les connaître lui coûterait très cher en enquêtes, sans garantie véritable
de résultat.

Cerna 158
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Autre exemple, encore plus succinct. Toujours selon cette analyse, mieux vaudrait donner à
chaque enfant un "chèque éducation", financé par l’impôt, et laisser se développer des écoles
privées, que d’offrir une éducation gratuite, également financée par l’impôt et assurée par des
écoles publiques dont la qualité doit être contrôlée par un corps d’inspecteurs. L’avantage serait
que le marché révélerait ainsi à la fois la somme réelle que les gens sont prêts à dépenser en
éducation et la qualité des écoles (perçue par eux). Naturellement, cette analyse suppose que
l’éducation est un bien privé, et non un bien public en raison des externalités positives qu’elle
engendre. On peut parfaitement soutenir le contraire, au moins de l’éducation de base.

Bref, avant de tenir pour acquis qu’une intervention de l’Etat est légitime face à une
imperfection de marché, la théorie actuelle requiert :

- de prouver qu’elle sera effectivement efficace en situation d’information imparfaite,

- de prouver qu’elle sera plus efficace que la simple amélioration des conditions de
fonctionnement des marchés, y compris par la création de nouveaux marchés.

4.3. Objectif de l'Etat

On peut même aller plus loin.

Pourquoi supposer qu’un gouvernement démocratique a comme objectif de mettre en


œuvre des politiques efficaces ? Pourquoi serait-il soucieux de l’intérêt général ?

La question n’est pas triviale, car les politiques efficaces ont tout de même cette vertu
exceptionnelle de ne mécontenter personne, ce qui est un bon moyen, a priori, d’être réélu,
objectif qu’on peut raisonnablement attribuer à un gouvernement dans un système
démocratique.

Mais si l’information est imparfaite, nul ne peut véritablement observer tous les effets des
interventions gouvernementales et les comparer à ce que serait la situation sans ces
interventions.

Ceci ouvre la voie à la possibilité que le meilleur choix pour un gouvernement qui souhaite être
réélu soit des politiques non pas efficaces, mais clientélistes et ciblées sur des groupes influents
quant aux résultats des élections.

Bref, ce qui est ici mis en cause, dans un mode d’information imparfaite, c’est non seulement la
possibilité pour un Etat de définir et de mettre en œuvre des politiques efficaces, mais sa volonté
même de le faire. Un courant important de l’économie contemporaine, « l’économie politique »
(« Political economy ») travaille avec des modèles où le gouvernement n’a pas comme objectif
la mise en œuvre de politiques efficaces au sens où nous l’avons défini.

Cerna 159
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

5. Conclusions

A l’issue de 30 ans de contre révolution libérale, la dé légitimation de la politique économique


est profonde. La plupart des théoriciens libéraux, même de sensibilité "sociale" affirmée,
considère que le domaine des politiques efficaces , quoique non vide, est limité et que, compte
tenu de la puissance des effets incitatifs négatifs des politiques de redistribution, le meilleur
moyen d’améliorer le sort des plus pauvres est la croissance économique d’ensemble maximale
qui s’obtient avec un minimum d’intervention des Etats sur le fonctionnement des marchés (ce
qui est une version faible du critère de Rawls, cf. chapitre 1).

Les keynésiens, ou plus exactement les interventionnistes, sont aujourd’hui sur la défensive.
C’est à eux désormais que revient la charge de prouver, 1) qu’une politique proposée est
efficace, 2) qu’un transfert proposé n’engendre pas, in fine, des effets opposés à l’objectif visé.

Que la radicalité de certaines assertions libérales concernant la nocivité de toute politique


économique leur donne plus le caractère d’une conviction que d’une proposition scientifique ne
saurait autoriser à conclure qu’il n’y a rien de vrai dans les analyses qui les sous-tendent. Au
contraire elles ont sans conteste renouvelé largement la compréhension, au moins sur le plan
technique, des rapports entre Etats et marchés, et du fonctionnement des marchés.

Qu’en retiendrons-nous ?

- Que toute politique économique agit à la fois sur la croissance et la répartition.

- Que la question des liens croissance répartition est une question empirique au sens où
aucune loi économique générale ne peut être formulée sur cette question. Il faudrait pour
cela intégrer dans les modèles économiques, par exemple, les effets de la répartition des
revenus sur les motivations, dont on voit bien qu’elle dépendront, par exemple, de "valeurs"
propres à un peuple. La difficulté n’est donc pas purement technique. Prétendre modéliser
les rapports croissance répartition engagerait l’économie dans la voie d’une science de la
totalité sociale. C’est d’ailleurs bien l’ambition de certains économistes libéraux. Mais elle
n’est à mon avis pas tenable. Reste que, si c’est une question empirique, on peut en dire
quelque chose dans un pays donné, à une époque donnée. Ce n’est que l’existence de lois
générales qui est ici en cause.

- Qu’il n’y a donc pas de logique purement économique des interventions des Etats sur les
dynamiques économiques, donc de la politique économique. Les gouvernements, en
particulier, choisissent parmi certains couples (croissance répartition).

Cerna 160
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre8 : Représentation de l’économie nationale et rôles de l'Etat.

Concepts à retenir :

- Production en volume

- TEE

- Le PIB et ses emplois

- Le TEE

- Imperfections de marché

- Transferts pur

Questions :

- Existe-t-il des transferts purs ?

- L’Etat est-il le représentant de l’intérêt collectif ?

Cerna 161
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Cerna 162
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 9. L’Etat et les imperfections de marché

Nous avons vu au chapitre précédent qu’il existait trois types d’imperfections de marché
microéconomiques :

• les biens "publics"

• les monopoles naturels

• les externalités

Nous les étudierons d’abord, ainsi que les moyens que peut employer l’état pour les corriger.
Puis nous définirons les imperfections de marchés macroéconomiques, en transition avec les
chapitres suivants.

1. Les biens publics

Un bien public est un bien (ou un service) possédant les caractéristiques suivantes :

- une fois qu'il est produit, tout le monde peut bénéficier. Cette caractéristique se nomme :
non excludabilité. Il est impossible d’exclure quelqu’un de la consommation de ce bien
une fois qu’il est produit.

- la consommation de ce bien par un individu n'empêche pas la consommation par un autre.


Cette caractéristique se nomme : non rivalité.

Si l’on classe les biens économique selon ces deux caractéristiques : rivalité et excludabilité, on
obtient a priori quatre catégories de biens et services :

Cerna 163
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

N o n R iv a l R iv a l

N on B ie n p u b lic B ie n
E x c lu d a b le pur c o lle c tif

E x c lu d a b le B ie n d e c lu b B ie n
m arch an d
pur

Les quatre catégories existent bien dans la réalité

Les biens marchands purs sont rivaux et excludables, c’est le cas de l’ensemble des objets
manufacturés, par exemple.

Un bien rival mais non excludable est par exemple une ressource naturelle épuisable dont
l’accès est libre : ressources halieutiques, pâturages communaux. Son caractère rival fait que
l’exploitation par les uns peu dégrader la qualité de la ressource et donc la consommation par les
autres, voire épuiser la ressource et interdire ainsi son exploitation par les autres. C’est ce qu’on
appelle en économie la « tragédie des communaux ». Ces biens sont appelés « biens
collectifs ». La solution pour éviter la disparition de ce type de bien s’ ils en sont menacés par
une exploitation excessive due au libre accès est d’en réglementer l’accès, soit en permettant
une appropriation privée, soit en édictant des règles qui en réglementent l’usage. Dans les deux
cas on introduit une forme d’excludabilité qui le fait passer dans la catégorie des biens
marchands.

Il existe des biens qui sont excludables et non rivaux, par exemple une autoroute à péage, tant
qu’elle n’est pas saturée ( la saturation instaure une rivalité). Parmi eux ,il existe des biens qui
non seulement ne sont pas rivaux mais au contraire sont tels que plus il existe de
consommateurs de ce bien, plus l’utilité de la consommation s’accroît pour chacun. C’est le cas
d’un réseau téléphonique par exemple. Ces effets de la consommation des uns sur la satisfaction
des autres s’appellent « effets de réseau » et ces biens sont parfois appelés « biens de club ».

Quant aux biens publics purs, il en existe en effet. Exemples classiques : la défense nationale,
un phare, une découverte scientifique dont on ne peut même pas vérifier que quelqu’un l’utilise
à des fins productives.

Dans ces conditions, ce bien ne peut pas être produit par une entreprise privée. Imaginons en

Cerna 164
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

effet que celle-ci lance une souscription pour produire le bien : tout le monde a intérêt à
annoncer qu'il ne souhaite pas sa production et donc qu'il ne cotisera pas, même si c'est faux.
Car si le bien est malgré tout produit, il en bénéficiera gratuitement. Ce comportement est
qualifié en économie de « passager clandestin ». Cela conduira à ce que le bien ne soit pas
produit par une entreprise privée, ou du moins en quantité insuffisante par rapport à ce qu’est
réellement la demande pour ce bien. C'est évidemment une situation non Pareto optimale,
puisque le bien en question est effectivement désiré par des consommateurs qui sont prêts à
payer pour l’obtenir.

Dans ces conditions, le bien ne peut être produit que par un Etat ou une institution qui a le
pouvoir coercitif de lever l'impôt. L'Etat produit lui même ( ou fait produire sous contrat par une
firme privée) le bien public, le finance par l'impôt et le met gratuitement à la disposition de tous.

La difficulté pour l’Etat est évidemment d’évaluer quel est la quantité de bien qu’il faut
produire, compte tenu des préférences réelles de l’ensemble des consommateurs.

Remarquons que les services publics à la française : la fourniture d’électricité et de gaz, de


transport ferroviaire , d’eau et d’assainissement ne sont pas des biens publics purs.

2. Les monopoles naturels

Un monopole de fait ou un oligopole dont les membres s’entendent pour se comporter


collectivement en monopole, on l'a vu au chapitre 7, conduit à une situation non optimale du
point de vue de l'efficacité économique. L'Etat doit donc d’abord veiller, sur tous les marchés, à
l’existence d’un degré de concurrence suffisant entre les firmes présentes sur ce marché. C'est
l'objet du droit de la concurrence, des réglementations "antitrust".

Mais il peut s'avérer que sur un marché donné, la courbe de demande des consommateurs et les
techniques conduisent à ce qu’une seule entreprise soit capable de produire à coût moindre que
plusieurs entreprises en concurrence. C'est le cas lorsque la production en question donne lieu à
des rendements d'échelles croissants.

Par exemple, il est clair qu'une seule entreprise est capable de distribuer de l'électricité à toute
une ville à un coût moindre que deux entreprises qui se partageraient le marché. En effet, les
coûts moyens sont décroissants avec le nombre d'abonnés raccordés au réseau.

Cerna 165
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Monopole naturel

Demande
pm

Coût moyen = C(q)/q

p1
Recette Coût marginal = d C(q)/dq
marginale

qm q1 q

On parle alors de "monopole naturel". Dans ce cas, l'Etat ne doit pas, s'il cherche l'efficacité,
introduire artificiellement de la concurrence. Mais il doit réglementer le monopole, de manière
à ce qu'il produise les mêmes quantités et au même prix que s'il était en concurrence.

Le monopole livré à lui-même maximise son profit, donc égalise coût marginal et recette
marginale. Il produit donc qm qu'il vend à pm (cf. chapitre 7). Ceci n'est pas socialement
optimal. Le monopole pourrait produire sans perte la quantité q1 (croisement de la courbe de
demande et de la courbe de coût moyen). Il la vendrait à son coût moyen p1, sans sur profit. Il
est clair que l'Etat n'a pas de raison d'imposer la présence de deux producteurs qui produiraient
chacun q1/2 à un coût moyen supérieur à p1.

L'Etat maintient donc le monopole naturel, mais le contraint à produire q1 et à vendre au prix p1
(obtenu par l'intersection de la courbe de demande et du coût moyen du monopole). En réalité, il
y a débat, car on peut soutenir aussi que la situation optimale est celle où le monopole vend la
quantité correspondant à l’intersection de son coût marginal (et non moyen) et de la courbe de
demande. Mais dans ce cas le monopole naturel fait des pertes (coût marginal inférieur au coût
moyen) et il faut donc le subventionner. Nous n’entrerons pas ici dans ce débat.

En pratique, il existe deux méthodes principales de régulation du monopole naturel :

- « Price Cap »: le réglementeur fixe un plafond de prix et le fait évoluer, à la baisse, en


fonction des gains de productivité qu’il estime que le monopole est capable de faire.

- « Cost plus »: le réglementeur fixe une marge de profit ( en général assez basse puisque
l’activité de monopole réglementé est une activité à très faible risque ), et fait des audits
réguliers des coûts réels de l’entreprise.

La difficulté pour le réglementeur est de connaître les coûts réels de l’entreprise et leur
évolution potentielle, sachant que l’entreprise, publique comme privée, à intérêt à les dissimuler

Cerna 166
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

pour minimiser ses efforts de productivité.

Ce qui est certain, c’est qu’un monopole naturel doit être réglementé, et ceci, bien
entendu, qu’il soit à capitaux publics ou privés.

3. Les externalités

On dit qu'il y a externalité négative quand un acteur engendre un coût chez un autre
acteur, que ce dernier n'est pas en mesure de faire payer au premier. On dit qu'il y a
externalité positive quand un acteur engendre un gain pour un autre acteur qu'il n'est pas
en mesure de lui faire payer.

On montre que les externalités, tant négatives que positives, engendrent des situations non
Pareto-optimales. Nous l’illustrerons par l’exemple de la pollution.

3.1 Un exemple d’externalité négative : la pollution

Un cas classique d'externalité négative est celui des pollutions. On montre qu'en l'absence
d'intervention de l'Etat, le niveau de pollution n'est pas optimal, au sens où sa réduction
améliorerait le bien-être collectif.

Niveau optimum de pollution.

Il peut paraître curieux de parler de niveau optimal de pollution. C'est pourtant possible et m^me
nécessaire :

La réduction de pollution ayant un coût, le niveau optimal de pollution est atteint quand la
réduction de la pollution d'une unité supplémentaire coûte plus cher au pollueur qu'elle ne
"rapporte" (en termes d'amélioration de bien-être) aux pollués. Autrement dit quand le
coût marginal de dépollution est égal au bénéfice marginal de dépollution

Soit une usine dont les émissions de SO2 polluent une ville et engendrent donc un coût pour ses
habitants (supposons qu'ils puissent l'évaluer). Si l'Etat n'intervient pas du tout, l'usine émet un
niveau X0 de pollution.

Cerna 167
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Couts
et Gains marginaux Coûts marginaux
Gains de la dépollution de la dépollution

te

Xe

X0 Degré de pollution ( décroissant) 0

Le graphique ci-dessus représente :

- le coût marginal pour l'usine de réduction de sa pollution. Il est croissant : cela coûte de plus
en plus cher de dépolluer au fur et à mesure que l'on dépollue.

- le bénéfice marginal pour l'ensemble des habitants de réduction de la pollution. Il est


décroissant : plus l'environnement s'améliore, plus une unité supplémentaire d'amélioration
procure un bénéfice supplémentaire faible.

Au delà du niveau Xo et jusqu’au niveau Xe, toute dépollution d’une unité supplémentaire par
l'usine lui coûte moins cher qu'elle ne bénéficie aux habitants. L'augmentation du niveau de
dépollution est donc Pareto efficace. Il suffit, par exemple, que les habitants payent à l'usine
cette dépollution supplémentaire, il leur restera un bénéfice net.

Le niveau optimal de pollution est donc Xe, qui égalise à te coût marginal et bénéfice
marginal de la dépollution.

Si l'Etat n'intervient pas, l'usine émettra le niveau de pollution X0, qui n'est pas optimal.

L'Etat peut intervenir de trois façons :

− Imposer à l'usine, par voie réglementaire, un niveau de pollution maximum : Xe.


− Imposer à l'usine une taxe d'un montant de te par unité de pollution. Dans ce cas, l'entreprise
réduira spontanément sa pollution à Xe. En effet, pour tout niveau de pollution supérieur
(situé entre X0 et Xe), il lui coûte moins cher de dépolluer (d'émettre moins de polluant) que
de payer la taxe sur les émissions polluantes.
− Donner un droit de propriété sur l'air, soit à l'usine, soit aux habitants et les laisser négocier
entre eux. S’ils connaissent les coûts et les gains de la dépollution, ils arriveront vite à se
mettre d'accord pour atteindre le niveau de pollution Xe. Celui qui n'est pas « propriétaire »
de l’air payant l'autre pour cela.

Cerna 168
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Pour mettre en place les deux premiers types de mesures, il faut que l'Etat soit informé sur les
coûts et les bénéfices de la dépollution. Il faut en fait qu'il connaisse le graphique ci dessus et le
niveau de l’optimum de pollution. Dans le dernier cas, ce sont les acteurs qui doivent être
informés (les habitants des coûts de l'usine, l'usine des dommages subis par les habitants) sinon
ils négocieront à l'aveugle.

Le problème se complique un peu avec plusieurs sources de pollution, lorsque leurs coûts
marginaux de dépollution ne sont pas identiques. Imaginons qu’il existe deux usines, dont le
niveau de pollution initial est de X0/2 , et que l’Etat veuille atteindre l’optimum de pollution que
est de Xe pour l’ensemble des deux usines.

La solution optimale n’est pas d’imposer aux deux usines une normes d’émission uniforme
de Xe/2. Cette solution n’est clairement pas Pareto optimale. En effet l’usine A, si on lui permet
de le faire, aura intérêt à « échanger » avec B, en proposant à B de dépolluer plus à sa place
contre paiement, puisqu’au niveau Xe/2, le coût marginal de dépollution de A est plus élevé que
celui de B. Ce processus, qui abaisse le coût total de dépollution et laisse inchangé la
dépollution totale (donc satisfait l’Etat), va se poursuivre jusqu’à égalisation des coûts
marginaux de dépollution des deux usines.

Lorsque l’Etat organise ce processus, il organise un marché de droits à polluer, on dit aussi un
marché de droits d’émissions. Il n’a besoin de connaître que l’objectif quantitatif de
dépollution qu’il veut atteindre, ici Xe. Il distribue alors des droits d’émissions d’un montant
total de Xe, pour une période donnée, entre les usines ( par exemple au prorata de leurs émissions
passées), il organise un marché de ces droits et exige de chaque entreprise qu’elle présente, pour
la période, autant de droits d’émissions que de quantités effectivement émises. Les usines
échangerons alors ces droits sur le marché jusqu’à ce que le prix du droit soit égal au coût
marginal de dépollution de chacune, et ceci assure que la réduction de pollution à Xe se fera au
coût total minimal (Exercice : le démontrer).

Le même résultat serait atteint par l’Etat en taxant les pollutions des deux usines au niveau te. En
revanche, si l’Etat voulait utiliser des normes d’émissions, il lui faudrait fixer une norme
spécifique à chaque usine : celle qui égalise leurs coûts marginaux de dépollution à te .

Apparaît ainsi une variante de la troisième façon pour l’Etat d’atteindre efficacement l’optimum
de pollution : distribuer un volume total de droits d’émissions égal à cet optimum et organiser
un marché de ces droits.

Si l'information de l'Etat et des acteurs est parfaite, les trois méthodes : les normes d'émission,
une taxe, distribuer des droits de propriété et organiser (ou laisser faire) un marché de droit à
polluer, aboutissent exactement au même résultat : l'optimum de pollution est atteint sans coût
de transactions (il n'en coûte rien de les mettre en œuvre). Elles sont donc parfaitement

Cerna 169
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

équivalentes.

Il n'en est évidemment pas de même quand les coûts d'information et de transactions (y compris
les coûts de négociation) ne sont pas nuls, ce qui est évidemment le cas dans la réalité.

L’Etat en particulier connaît mal l’optimum de pollution, parce que les gains de la dépollution
sont souvent difficiles à évaluer. De plus , si les sources de pollution sont nombreuses ( cas par
exemple des émissions de C02, le principal des gaz à effet de serre), il ne peut connaître le coût
de dépollution de chaque source.

Dans ce cas, imposer des normes uniformes est certes commode, mais inefficace. Mieux vaut
utiliser une taxe ou organiser un marché de droits d’émissions. La différence entre ces deux
méthodes en situation d’information imparfaite est cependant la suivante :

- avec une taxe , on maîtrise le coût marginal de la dépollution imposée aux pollueurs (c’est
le niveau de la taxe), mais on ne maîtrise pas a priori le volume de dépollution. Il faut donc
attendre et voir, et moduler la taxe en fonction des résultats

- avec un système de permis , on maîtrise le volume de réduction mais pas le coût pour les
pollueurs.

Ces trois méthodes effectuent une « internalisation des externalités ». Avant l’intervention
de l’Etat, les externalités sont « hors marché », elles n’ont pas de prix et ne peuvent être prises
en compte par les acteurs dans leurs calculs économiques. L’internalisation consiste à leur
donner un prix et donc à en faire des objets économiques échangeables.

3.2. Un exemple d’externalité positive : la recherche

Un cas classique d'externalité positive est la production et la diffusion des connaissances


scientifiques et techniques. Un résultat de recherche obtenu par une entreprise a intérêt, du point
de vue collectif, à être diffusé à toutes. Mais s'il n'existe pas de système de brevet et de cession
de licence d'exploitation de brevets permettant aux entreprises innovatrices de couvrir avec
profit les coûts de leurs efforts de recherche, plus rares seront celles qui se lanceront dans la
recherche. La possibilité d'être copié réduira l'incitation à la recherche.

Un système de brevet et de licence est une intervention étatique destinée à corriger les effets de
perte d'efficacité due aux externalités positives qu’engendre la diffusion gratuite des
connaissances scientifiques. Elle internalise ces externalités.

Si les inventions ne sont pas brevetables, elles ont le statut de bien public, et doivent être
produites par de la recherche publique financée par l’impôt.

Cerna 170
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

4. Imperfections de marché et information imparfaite

Sur le plan théorique, on peut montrer que tant l'existence de biens publics que celle de
monopoles naturel engendrent des externalités :

- produire un bien public c’est engendrer des externalités positives chez tous ceux qui le
consomment sans l’avoir payé ( et on ne peut les en empêcher, par définition.)

- un monopole naturel non régulé fait payer trop cher les biens qu’il produit , exclut les plus
pauvres de la consommation et engendre donc ainsi des externalités négatives.

Les imperfections de marchés peuvent donc toujours s’analyser en termes d’ externalités.

Or on montre, c’est le second théorème de Ronald Coase, que dans un monde :

- d'informations parfaites accessibles à tous à coût nul, donc un monde sans coûts de
transactions

- où tous les droits de propriété sur tous les objets économiques sont bien définis,

il ne peut y avoir d'externalités, donc d'imperfections de marchés.

C’est ce qu’illustre le cas évoqué ci dessus d’une usine polluant une ville : en information
parfaite et si les droits de propriété sur l’air sont bien définis, usine et habitants négocieront et
arriveront à un échange de droits qui les satisferont : il n’y a pas d’imperfection de marché et
l’Etat n’a aucune raison d’intervenir, sinon pour attribuer les droits initiaux de propriété.

Par conséquent, les imperfections de marchés sont dues au fait que :

- l'information n'est pas parfaite et qu’elle est coûteuse à acquérir,

- certains droits de propriété ne sont pas définis.

La discussion des meilleurs moyens pour l'Etat de corriger ces imperfections doit aussi prendre
comme cadre d'analyse un monde d'information imparfaite et coûteuse. L'Etat en particulier
n'est pas parfaitement informé sur les acteurs dont il veut modifier les comportements.

5. Les imperfections de marchés dans les théories keynésiennes

On peut définir l’essence de la "synthèse néo-keynésienne", élaborée après la guerre à partir de


la pensée de Keynes et qui a inspiré les politiques économiques des années 50 à 70, comme une
extension de la notion d’imperfection aux marchés du travail et des titres, justifiant de nouvelles
formes d'interventions des Etats sur les marchés.

Il est clair que la crise des années 30 manifestait de considérables « imperfections de marché »,

Cerna 171
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

cette fois au sens usuel du terme : les marchés ne fonctionnaient tout simplement pas
correctement , au sens ils n’équilibraient pas l’offre et la demande On avait en effet
simultanément un chômage massif et des équipements inutilisés et le fonctionnement "libre" des
marchés ne parvenait pas à remettre les chômeurs au travail sur les équipements.

Keynes, dans la "Théorie Générale", du moins dans ce qu’on en retient après-guerre, analyse les
causes de ces imperfections à la fois comme des rigidités du marché du travail (le salaire n'est
pas un prix comme les autres qui serait flexible et permettrait d'équilibrer en permanence offre
et demande de travail), et comme une "myopie" de certains acteurs sur le marché des titres (tous
les investissements potentiellement rentables au taux d’intérêt ne sont pas faits).

En termes plus modernes, on analyserait cette imperfection du marché des titres comme une
information imparfaite tant des entrepreneurs, ainsi soumis à des "esprits animaux"
économiquement irrationnels, que des ménages qui, face à l’incertitude quant à l’avenir,
manifestent une excessive préférence pour la liquidité (i.e., conservent de la monnaie oisive au
lieu de la prêter).

L’Etat peut remédier à ces imperfections très générales par certaines politiques monétaires et
budgétaires, que nous analyserons aux chapitres suivants.

Chapitre 9 : L’Etat et les imperfections de marché

Concepts à retenir :

Imperfections de marché, bien public, monopole naturel, externalité

Questions :

- Que signifie internaliser les externalités ?

- Quel est le niveau optimum de pollution ?

- Quels sont les moyens d’une politique de réduction de la pollution ?

- Donner des exemples de biens publics

- Principe de réglementation d’un monopole naturel ?

- D’où viennent les imperfections de marché

Cerna 172
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre10. Monnaie et politique monétaire 15

1. Qu’est ce que la monnaie ?

Tout d'abord qu'est-ce que la monnaie ? La monnaie est le seul objet économique qui puisse être
échangé instantanément contre n'importe quel autre. La monnaie est avant tout un moyen de
paiement. Cette première fonction lui en confère une seconde : celle d'unité de compte. Le
prix d'un objet, sa valeur d'échange pourrait en théorie être exprimé par une interminable liste
des quantités de tous les autres objets contre lesquels il peut être échangé. Il s'exprime tout
simplement en unité monétaire. Pour qu'elle puisse assurer ces deux fonctions, la monnaie doit
en assurer une troisième, c'est d'être une réserve de valeur moins mauvaise que toutes les
autres disponibles.

Le pouvoir d'achat d'une monnaie, pour qu'elle soit utilisée comme moyen de paiement doit
donc être relativement stable dans le temps. Pour accepter de la monnaie en échange d'un bien
dont on se sépare, il faut que, pendant le temps où l’on conserve cette monnaie, par exemple
pour prendre le temps de rechercher et de trouver un objet qu'on désire acquérir, elle n'ait pas
perdu une bonne partie de sa valeur. Sinon on préférerait le troc, malgré son immense
inconvénient qui est de ne pas séparer l'achat de la vente, ce que permet la monnaie si elle est
réserve de valeur.

Une monnaie n'a généralement ces trois fonctions constitutives : moyen de paiement, unité de
compte, réserve de valeur, que dans un espace géographique donné.

Dans les économies modernes, la monnaie au sens strict a deux formes : les billets de
banque et les dépôts bancaires à vue. Les systèmes bancaires y sont des systèmes hiérarchisés
à deux niveaux : la banque centrale et les banques de second rang, dites commerciales. On peut

15 Ce chapitre est une version, réduite, d’un chapitre du livre : « Le commerce des Promesses. Petit Traité

sur la Finance Moderne » P.N. Giraud, Seuil, 2001.

Cerna 173
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

donc distinguer trois formes monétaires : les billets, les dépôts à vue dans la banque centrale, les
dépôts à vue dans les banques commerciales. C’est la banque centrale qui émet les billets. Les
deux premières formes de la monnaie constituent donc la « monnaie centrale », émise par la
banque centrale. La dernière forme, les dépôts bancaires à vue, sont de la monnaie « privée »,
émise, on va le voir par les banques commerciales.

Si vous avez 1000 € sur votre compte courant au Crédit Lyonnais, c'est un « dépôt » : quelqu'un,
vous-même, votre employeur, les a en effet déposé sur votre compte. C’est un dépôt à vue, car
vous pouvez l'utiliser à tout instant en tirant des chèques ou en donnant des ordres de virement
pour régler n'importe quel achat : c'est de la monnaie.

Par contre si vous avez 1000 € dans un compte à terme rémunéré, vous ne pourrez les retirer
avant le terme prévu qu'au prix d'une légère pénalité. Vous avez prêté 1000 € à la banque, vous
lui avez donc acheté une créance, vous pouvez lui revendre, mais à un prix inférieur. Ce n'est
pas de la monnaie au sens strict, même si c'est un actif financier très liquide et donc facile à
transformer en monnaie. Facile signifiant à coût faible.

2.La création monétaire

2.1. Les crédits font les dépôts

Voyons maintenant comment se crée la monnaie. Ce sont les banques commerciales qui ont
l'initiative de la création monétaire et qui en créent l'essentiel.

C'est l'activité de crédit des banques qui crée de la monnaie. Une banque crée de la
monnaie en faisant des prêts.

Selon une célèbre formule : « ce sont les crédits qui font les dépôts » et non l'inverse,
contrairement à ce que laisse penser une conception des banques comme simples
« intermédiaires » qui re prêtent ce qu'on leur a prêté, en particulier la monnaie déposée chez
elles dans les comptes à vue. Les banques ont l'initiative du crédit et ne se contentent pas de re
prêter passivement leurs ressources.

En accordant un crédit de 10 000 € à l'un de ses clients : Monsieur X, une banque A lui achète
une créance de 10 000 € , contre garantie, qui s'inscrit à son actif. Simultanément, elle crée un
dépôt à vue de 10 000 € à la disposition de M. X, qui s'inscrit à son passif. Elle a créé, ex nihilo,
de la monnaie, en fait de « sa » monnaie et grâce à elle a acheté une créance portant intérêt.

Cerna 174
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

A ctif A Passif A
Im m obilisations Fonds Propres
Titres D ette
D ont C om ptes rém unérés

Créances: D épôts
C réance sur X : +10 000 C om pte de X : +10 000
M. X signe un chèque de 10 000 € à Y, un concessionnaire Renault pour acheter une voiture. Si
le concessionnaire Y a son compte dans la même banque A, il y dépose le chèque et la banque
débite le compte de M. X de 10 000 € et crédite celui du concessionnaire de 10 000 €. La
monnaie que la banque A a créée, après avoir circulé entre deux agents économiques, est
revenue en dépôt chez elle. Elle reste à son passif : il n'y a pas eu « fuite » de cette monnaie hors
de sa sphère.

Actif A Passif A
Immobilisations Fonds Propres
Titres Dette
Dont Comptes rémunérés:
Compte de Y: +10 000
Créances: Dépôts
Créance sur X : +10 000 Compte de X : 0

Si le concessionnaire porte son chèque dans une autre banque B, celle-ci le conserve
jusqu'au soir. Chaque soir, toutes les banques se retrouvent dans le cadre d'un organisme de
compensation. Le compte de tous les chèques détenus par une banque sur toutes les autres est
fait, et on effectue la compensation : les chèques de B détenus par A sont échangés contre les
chèques de A détenus par B, franc pour franc. Reste généralement un solde.

Supposons que ce solde soit qu'après compensation, B détienne un chèque de 10 000 €


émis par un client de A. A pourrait proposer à B de la payer dans sa propre monnaie : A
ouvrirait un compte à vue à B où B déposerait ce chèque. Ainsi, comme dans le cas précédent,
la banque A virerait 10 000 € du compte de l'émetteur du chèque au compte de la banque B, et
son passif n'aurait pas varié. Mais cela ne présente aucun intérêt pour B, car ce dépôt à vue n'est
pas rémunéré.

Cerna 175
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

B propose donc à A de lui échanger le chèque contre un titre portant intérêt, un bon du
Trésor par exemple. Cette vente de titre est un emprunt : A emprunte à B la monnaie qu'elle a
créé et qui est sortie de sa sphère. En l'empruntant après l'avoir prêtée, elle la détruit, elle débite
en effet de 10 000 € le compte de son client à l'origine du chèque. Son passif est réduit de 10
000 € et son actif aussi : des 10 000 € du titre avec lequel elle a "racheté" le chèque.

Y a u n e au tre b a n q u e B : il y d ép o se le ch èq u e d e X su r u n co m p te rém u n éré ( en rou g e)


A p rès com p en satio n la b an q u e B d étien t le ch èq u e su r X : elle n ’en veu t p as p a rce q u ’il n e
p o rte p as in térêt.
E lle d em a n d e d on c à la b an q u e A d e lu i rach eter en m on n aie d e B , q u e A d o it d ’ab ord
em p ru n ter à B ( en b leu )*
O u av ec ce ch èq u e elle « a ch ète » u n titre p ortan t in térêt à la b an q u e d e X (en vert)* *
A ctif A P assif A A ctif B P assif B
Im m ob ilisation s F on ds P ropres Im m ob ilisation s F ond s P ro pres

T itres: D ette T itres: D ette


-10 0 00* * + 10 0 00 * + 1 0 000 **
D o nt C om p tes D o nt C om p tes
rém un érés: rém un érés:
Y : + 1 0 000
C réances: D épô ts C réan ces: D épô ts
+ 1 0 00 0 + 1 0 000 *

Mais remarquons que dans ce cas le crédit fait par A, s'il ne "fait" plus de dépôt chez A,
en "fait" un chez B : les dépôts chez B ont augmenté de 10 000 € à son passif et son actif a
augmenté de 10 000 € (le titre qu'elle a acquis). Au niveau de la sphère de l'ensemble des
banques, "les crédits font les dépôts" reste vrai. Le crédit initial a créé de la monnaie qui ne sera
détruite que quand il sera remboursé.

Le marché où les banques se prêtent entre elles en s'achetant des titres est le marché
interbancaire.

2.2. Le coût de la création monétaire pour les banques

Quittons le niveau des opérations élémentaires de crédit pour prendre une vue plus générale du
bilan des banques, de l'origine de leur profit et de leur comportement. L'opération simple de
crédit que nous venons de présenter peut laisser croire que le métier de banquier est assez
agréable. Il consiste en effet à créer sa propre monnaie « ad libitum » et sans coût pour la prêter
avec intérêt. Laissons « ad libitum » de côté pour l'instant et examinons le problème du coût des
ressources bancaires. Si ces ressources sont exclusivement des dépôts à vue créés par elles en
faisant crédit, elles sont effectivement gratuites. Ainsi, si une banque crée un dépôt de 1000 en

Cerna 176
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

faisant un prêt de 1000 à un an à 10% elle fait un bénéfice de 100 dans l'année. Mais nous avons
déjà vu que si une partie de ce dépôt fuit, elle doit se re financer auprès d'autres banques ou de
la banque centrale. Si 100 a fui et qu'elle se re finance à 5%, elle paiera 5 d'intérêt.

Cela augmente le coût de ses ressources, mais c'est encore peu de choses. Plus important est le
fait que l'expansion du crédit ne se traduira pas nécessairement par une demande équivalente de
monnaie au niveau agrégé. Ainsi le concessionnaire qui a reçu10 000 € de Monsieur X et est
comme lui client de la banque A, n'a pas nécessairement besoin de 10 000 € de monnaie. Il
demandera donc à la banque A de placer cet argent sur un compte de dépôt à terme rémunéré à
3%. La banque lui paiera donc 30 d'intérêt en un an, et ce sera le coût effectif de la ressource,
initialement gratuite, qu'elle a créée.

Enfin, pour des raisons que nous verrons ci-dessous, les autorités réglementant les banques
leur imposent des obligations dites « prudentielles » en matière de structure de leur bilan.
En particulier le « ratio Cooke » exige que les banques aient un capital proportionnel à leurs
actifs (dont les crédits), pondérés par leur risque. Augmenter son volume de crédit exige donc
d'augmenter son capital. Celui-ci doit être rémunéré, ceci a donc un coût.

Bref, le coût des ressources des banques n'est pas nul. Il doit bien évidemment être inférieur aux
intérêts reçus des crédits, pour couvrir les frais de fonctionnement bancaire, en particulier la
fonction de règlement (celle-ci est généralement gratuite quand les dépôts à vue ne sont pas
rémunérés, donc en vérité les dépôts à vue sont rémunérés par la gratuité de cette fonction),
ainsi que les pertes des crédits non performants.

La marge brute bancaire est la différence entre le coût des ressources (capital compris) et le
rendement des emplois. On voit donc qu'il y a nécessairement un lien entre le coût des
ressources bancaires et le taux d'intérêt des crédits bancaires. Si le premier augmente, les
banques répercutent cette augmentation sur le second, pour conserver leurs marges. C'est par ce
lien que cherchent à agir les banques centrales. Pourquoi ? Pour réguler l'activité de crédit des
banques. Mais pourquoi celle-ci devrait-elle être régulée ? Parce que spontanément, les banques
n'ont aucune raison de ne pas faire trop ou pas assez de crédits. Que veut dire trop ou pas assez ?
Il faut pour le comprendre faire un peu de macroéconomie et examiner l'effet du crédit sur
l'activité économique.

Cerna 177
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

3.Crédit, croissance et inflation

3 .1 Création monétaire et croissance

Lorsqu'une économie est en sous-emploi de ses moyens de production : chômage et sous -


utilisation des capacités physiques de production, c'est que la demande est insuffisante pour
engendrer une production qui sature les capacités existantes.

Une augmentation de l'activité de crédit des banques, qu'il s'agisse de crédits à la consommation
octroyés à des particuliers ou de crédits consentis à des entreprises pour réaliser des projets
d'augmentation de leur production, crée une demande supplémentaire. Si l'économie est en sous-
emploi, cette demande peut être immédiatement satisfaite par une augmentation de la
production, égale à la demande supplémentaire. L'augmentation de la production engendre une
augmentation équivalente des revenus, en effet les entreprises qui ont augmenté leur production
ont ipso facto distribué sous forme de salaires et de profits la valeur de la production
supplémentaire.

En créant ex nihilo de la monnaie par une augmentation de leurs crédits, les banques
créent des droits supplémentaires sur la production. Mais, lorsque l'économie est en sous-
emploi, ceci a pour effet d'augmenter d’autant la production et les revenus. Ces droits sont
donc immédiatement validés, c'est-à-dire peuvent être satisfaits sans que d'autres droits
déjà créés sur la production aient à être réduits.

C’est ce qu’illustre le graphique suivant :

C réd it In vestissem en t Prod u ction


B an q u e X I Q =I(1+ i)

Profit : iI A chats S alaires

R even u s R even u s R even u s

R even u s= I(1+ i) = D em an de = Q = Prod uction

Cerna 178
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Note : le crédit X finance un investissement productif I=X ; Cet investissement , dont le taux de
rentabilité interne est i engendre une production supplémentaire de Q=(1+i)*I. I a été dépensé
en salaires et achats, qui eux même ont étés produits et donc ont payé des salaires. L’intérêt sur
le prêt, supposé égal pour simplifier au taux de rentabilité de l’investissement, revient à la
banque et donc à ses actionnaires pour qui il est un revenu.

Le fait qu’une augmentation de la production , donc de l’offre sur le marché des biens, de
Q engendre une demande exactement égale à Q est connu sous le nom de « loi de
Say »(Jean Baptiste Say est un des grands économistes classiques- début du 19 ème siècle-
français).

Ce qu’il est ici essentiel de remarquer, c’est que la création monétaire est une condition
nécessaire de l’expansion de la production Q sous l’effet de l’investissement I.

En effet si cet investissement avait été financé par une augmentation de l’épargne des ménages
de I, c’est autant que les ménages n’auraient pas dépensé en consommant, et ce qu’ils auraient
consommé n’aurait pas été produit. L’investissement I ne ferait alors que substituer une
production Q à une autre et il n’y aurait pas d’augmentation nette de la production.

3.2 Création monétaire et inflation

Il n'en serait pas de même si l'économie, très proche de la saturation de ses capacités de
production, ne répondait pas par une augmentation de la production à une augmentation
de la demande engendrée par la création monétaire.

Dans ce cas, les entreprises à qui s'adresse la demande supplémentaire, ne pouvant augmenter
leur production, augmentent leur prix. Par propagation, l'ensemble des prix est modifié, à des
degrés divers. Le niveau général des prix augmente, donc la monnaie se déprécie, tandis que les
prix relatifs se modifient. C'est l'inflation.

Dans ce cas, les droits supplémentaires sur la production créés par la monnaie "injectée" dans
l'économie par les banques, ne peuvent être satisfaits, s'ils le sont, qu'au détriment d'autres droits
puisque la production n'a pas augmenté assez pour valider la création monétaire. C'est l'inflation
qui opère cette redistribution des droits, en modifiant les prix relatifs.

Qui gagne et qui perd dans l'inflation est une question empirique. Cela dépend de la manière
dont les droits des uns et des autres sur la production sont protégés contre l'évolution des prix. Il
est certain par exemple que, si les dépôts à vue ne sont pas rémunérés, tous les détenteurs de
monnaie sont perdants. Si les salaires sont indexés sur le niveau général des prix à la
consommation, mais avec retard, les salariés sont perdants dans une accélération de l'inflation,
mais pas dans un régime d'inflation stabilisée. Tous ceux qui ont emprunté à taux fixe sont

Cerna 179
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

gagnants, puisqu'ils rembourseront dans une monnaie dévaluée.

Encadré : Qu'est-ce que l'inflation ?

Il y a inflation quand l'indice général des prix augmente.

L'indice général des prix se définit ainsi.

Soit dans un territoire donné, n marchandises produites indicées 1 à n. Durant une période
donnée t, les marchandises sont produites en quantités qi,t ; i = 1,...n et ont des prix pi,t ; i =
1,...n

L'indice des prix "en base t" pour une période ultérieure t' est :

∑ qi,t.pi,t'
IP base t, t' = x100
∑ qi,t.pi,t

Il vaut évidemment 100 pour t’=t

Il y a inflation quand cet indice augmente.

Cela signifie non que tous les prix ont augmenté, mais qu'en moyenne, les prix pondérés par les
quantités produites l'année de base ont augmenté, c'est-à-dire que, en pondérant avec ces
quantités, le nombre de prix qui a augmenté est supérieur à celui qui a diminué. C'est
évidemment le cas si tous les prix ont augmenté.

De la même manière, on peut définir un indice de la production en volume Q.

∑ qi,t'.pi,t
IQ base t, t' = = 100
∑ qi,t.pi,t

L'indice de la production en volume a augmenté quand la moyenne, pondérée par les prix en t,
des quantités produites a augmenté.

La production en volume de t', base t est : Q base t, t' = Σ qi, t'. pi,t. Elle s'exprime évidemment
en monnaie.

En réalité les choses ne sont pas aussi tranchées. Même en situation de sous-emploi, la demande
issue de la création monétaire, en se diffusant dans l'économie, rencontre inévitablement des
capacités de production qui sont, localement ou dans un secteur donné, plus "tendues".

La création monétaire se partage donc toujours en "effet volume" : augmentation de la


production et "effet prix" : inflation. Plus on approche d'une situation de plein emploi des
capacités (y compris. de faible chômage), plus l'effet prix a tendance à l'emporter.

Cerna 180
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Deux résultats essentiels sont à retenir :

− La croissance de la masse monétaire est une condition préalable nécessaire à la


croissance de la production.
− Une création monétaire excessive par rapport au potentiel de croissance de l’économie
engendre de l’inflation.
Une question importante est de savoir si les banques elles-mêmes sont pénalisées par l'inflation.
Si elles l'étaient, le processus pourrait être autorégulé. Or elles ne le sont pratiquement pas.
L'inflation tend à augmenter le coût de certaines de leurs ressources (mais pas des dépôts) car
les taux d'intérêt nominaux augmentent. Mais elles peuvent compenser par une augmentation de
leur taux d'intérêt créditeurs, de manière à conserver leurs marques brutes en valeur réelle. Seule
une hyper-inflation entraînant une fuite devant la monnaie bancaire et de graves désordres
économiques pourrait les affecter.

La qualité de la monnaie est sans conteste un bien public. Or la monnaie est créée par des
institutions privées, en concurrence et orientées par la recherche de profit. Ces institutions, les
banques, sont elles-mêmes relativement immunes à une dégradation de la qualité de la monnaie,
du moins à court terme et dans certaines limites.

On se trouve donc dans une situation où l'Etat doit intervenir pour garantir la qualité de la
monnaie. Mais quel est le niveau d'inflation acceptable ? Est-il de 2%, ce qui est le dogme
actuel dans les pays riches, ou peut-il être plus élevé, et surtout plus variable, comme on
semblait s'en accommoder très bien avant les années 80 ? Car l'inflation a des vertus. Elle
permet d'opérer des transferts de droits sur la production progressifs et faiblement conflictuels
car diffus, non annoncés, non négociés, simplement constatables a posteriori.

Admettons que les Etats aient un objectif : maintenir l'inflation en dessous d'un certain chiffre.
Comment peuvent-ils s'y prendre ?

Schématiquement on distingue des moyens directs et indirects, parmi lesquels on peut encore
distinguer les moyens mécaniques et ceux que je qualifierais de chamaniques. Ces moyens
constituent la politique monétaire

4. La politique monétaire

4.1. Comment la banque centrale agit sur les taux d’intérêt

Le moyen direct est l'encadrement du crédit. L'Etat fixe à chaque banque le taux de progression
maximum des crédits qu'elle peut consentir. Ce moyen a de nombreux inconvénients. Il n'est pas

Cerna 181
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

nécessaire de s'y attarder car, au moins dans les pays riches, il est désormais abandonné 16.

Le moyen indirect mécanique est d'agir sur le coût des ressources bancaires en modifiant les
taux d'intérêt à très court terme. Nous avons évoqué l'existence d'un marché interbancaire,
réservé aux banques, où elles se prêtent à très court terme (quelques jours), quand elles ont des
besoins temporaires de financement liés aux fuites de leur propre système.

Ce marché est en fait englobé dans un marché plus vaste qui est le « marché monétaire ». C'est
également un marché de fonds prêtables à très court terme. Y interviennent non seulement les
banques, mais les investisseurs institutionnels (donc les particuliers via les OPCVM monétaires)
et de grandes entreprises, quand elles ont besoin de financement ou de placement très courts.
Les taux sur le marché interbancaire et sur le marché monétaire sont donc nécessairement
très proches.

C'est sur le marché monétaire qu'interviennent les banques centrales. Si elles veulent faire
baisser le taux, elles prêtent (donc elles achètent des titres aux banques, aux entreprises, aux
institutionnels qu'elles payent en créant de la monnaie). Si elles veulent faire monter les taux,
elles empruntent (donc elles vendent des titres, détruisant ainsi de la monnaie). En réalité,
comme une économie en croissance a besoin de toujours plus de monnaie, la banque centrale
emprunte rarement : il lui suffit , pour faire monter les taux, de prêter moins que dans la période
précédente. Cette politique est dite "d'open market".

L'activité de création de monnaie de la banque centrale s'exerce en faisant des crédits par
l'intermédiaire du marché monétaire.

Le taux du marché monétaire est donc le seul taux d'intérêt que la banque centrale puisse
« décider » en fixant son « taux d’intervention » sur ce marché. Tous les autres taux d'intérêt
dans l'économie sont hors du pouvoir direct de la banque centrale. Ils sont déterminés par "les
marchés".

Par exemple les taux à trois mois peuvent déjà être considérés comme des taux de marché sur
lesquels les banques centrales n'interviennent pas directement. Cependant, ils sont normalement
influencés par le taux du marché monétaire en raison des opérations d’arbitrage.

4.2. La « transmission » de la politique monétaire

Tout va donc dépendre des effets induits, par exemple d'une augmentation du taux du marché

16 Il a cependant été très utilisé et même dominant en France jusque dans les années 80.

Cerna 182
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

monétaire par une banque centrale. Ceci va-t-il entraîner un "resserrement du crédit" dans
l'économie, c'est-à-dire un ralentissement de l'activité de création monétaire des banques, ce qui
est l'objectif recherché (inversement pour une baisse du taux monétaire) ? Normalement oui.

Une hausse de taux sur le marché monétaire entraînant une hausse des taux à quelques mois va
en effet augmenter le coût des ressources bancaires. Non seulement le coût du financement sur
le marché monétaire, mais par voie de contagion, le coût des dépôts à terme rémunérés, par
exemple. Les banques doivent donc dans ce cas, pour maintenir leur marge bancaire, augmenter
leur taux créditeurs. Si la demande de crédit bancaire est sensible au coût de ce crédit, elle doit
normalement baisser.

Mais le lien entre crédit bancaire et variation de la monnaie effectivement détenue par les
acteurs économiques, l'usage qu'ils en font, les conséquences sur l'inflation, tout cela n'a rien de
mécanique. Si bien que le terme d'action indirecte mécanique que nous avons utilisé est en fait
exagéré. Rien de commun avec un moteur bien réglé qui réagit à la moindre pression sur la
manette des gaz. La question de la "transmission" de la politique monétaire de modification des
taux courts, c'est-à-dire ses effets sur l'inflation et le niveau d'activité, fait l'objet de vastes
débats et d'une immense littérature théorique et empirique. Ce qu'on peut en retenir, c'est que la
transmission ne se fait pas par une série de bielles bien huilées, mais plutôt par des élastiques de
longueur et de rigidité non seulement différentes mais variables dans le temps. Ces mécanismes
sont résumés ci dessous :

Encadré : La Transmission de la politique monétaire

L’augmentation du taux d’intervention de la Banque centrale provoque :

–Hausse des taux sur le marché monétaire

–Accroissement du coût des ressources des banques

–Augmentation du taux créditeur des banques et des taux de marché par arbitrages

–Baisse de la demande de crédit bancaire pour la consommation et/ou l’ investissement

–Baisse de la demande de biens et services

–Ralentissement de l’inflation et de la croissance

La réduction du taux d’intervention de la Banque centrale provoque:

–Baisse des taux sur le marché » monétaire

–Réduction du coût des ressources des banques

–Réduction du taux créditeur des banques et des taux de marché par arbitrages

Cerna 183
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

–Augmentation de la demande de crédit bancaire pour la consommation et/ou l’ investissement

–Augmentation de la demande de biens et services

–Relance de la croissance ( avec éventuellement un peu plus d’inflation)

4.3. Les moyens « chamaniques » : agir sur les anticipations

Restent heureusement les moyens chamaniques. On ne peut qu'être frappé, même si l'on ne
porte qu'un intérêt lointain à ces questions, de l'importance que semblent avoir actuellement les
déclarations (et non les actes concrets, mais évidemment une déclaration est aussi un acte) des
présidents des banques centrales et en premier lieu de celui de la banque centrale américaine, le
FED (Alan Greenspan au moment où ce texte fût écrit). On peut même avoir l'impression
qu'Alan Greenspan gouverne en quelque sorte, sinon le monde, du moins l'essentiel de
l'économie mondiale par la simple puissance de sa parole.

La raison tient en une formule : anticipation auto réalisatrice. En modifiant des anticipations,
Alan Greenspan agit peut-être bien plus efficacement qu'en modifiant les taux courts aux Etats-
Unis.

Prenons un exemple. Greenspan dit : « les capacités de production sont proches du plein emploi,
le taux de chômage est très bas, une poussée inflationniste ne peut être exclue si l’activité
économique continue à croître au rythme soutenu qui est actuellement le sien ». Implicitement,
mais tout le monde le sait puisque c'est dans ses statuts, il faut entendre aussi : « le FED agira en
conséquence pour que cette poussée inflationniste soit étouffée dans l’œuf ». Mais Greenspan ne
dit pas ce qu'il fera exactement : évidemment augmenter le taux monétaire, mais quand et de
combien, il n’en dit rien .

Si on le croit, un certain nombre de prêteurs vont se montrer plus réticents à acheter des titres à
taux fixe. En effet, ils pensent que, même si le FED agissait à temps et avec détermination, un
début de poussée inflationniste pourrait néanmoins avoir lieu (rappelons-nous que le FED
dispose d'un levier qui n’est relié à la création monétaire et a fortiori à l’inflation que par des
élastiques), ce qui réduirait le rendement des titres à taux fixe. En conséquence, cette réduction
de la demande de titres va faire baisser le prix de ces titres et donc monter les taux d'intérêt à
moyen et long terme (sur ce mécanisme, voir chapitre 3) sur lesquels le FED n'a aucun pouvoir
direct, et ralentir la croissance. Ainsi une simple déclaration : « l’inflation menace » peut, en
modifiant les anticipations, faire monter les taux, ralentir la croissance et écarter la menace.

S'il le juge utile, le FED peut appuyer cette déclaration d'une augmentation symbolique du taux
monétaire, de 0,25 % par exemple. En soi, cette augmentation a des effets mécaniques sans

Cerna 184
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

doute négligeables. Qui peut dire en effet les conséquences d'une augmentation de 0,25 % du
taux d’intervention de la banque centrale sur le volume du crédit bancaire et l’ensemble des
taux ? Par contre cela peut renforcer la crédibilité de la déclaration et sa puissance de
modification des anticipations.

Pour modifier les anticipations, il faut en effet être « crédible ». Autre concept qui acquiert une
place centrale dans l'analyse de la politique monétaire contemporaine. Mais la crédibilité n'est
jamais que le nom de la capacité à modifier les anticipations. C'est donc aussi une anticipation.
Elle est certes fondée sur un jugement concernant les déclarations et les actions passées, mais
elle reste une anticipation puisqu'elle porte sur le futur. On voit bien le jeu de miroir à l'infini
que ceci entraîne.

En matière de politique monétaire, ce que pensent les acteurs dépend de ce qu'ils pensent que les
autres pensent. Ce qu'ils font dépend de ce qu'ils pensent que les autres vont faire. On conçoit le
défi que cela pose aux théoriciens et la complexité des modèles qui prétendent rendre compte de
ce type d'interaction.

Ce qu'on peut en retenir, c'est que la politique monétaire est aujourd'hui, aux dires des meilleurs
experts, plus un art qu'une science. Qu’elle est beaucoup plus pragmatique que lors de la période
d'hégémonie de la théorie monétariste (les années 80) où l'on croyait à des mécanismes rigides
de transmission. Que l'activité déclarative y est essentielle, et que des dons de l'artiste qui est
aux commandes dépend décidément énormément de choses.

Cerna 185
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 10 : Monnaie et politique monétaire

Concepts à retenir :

- Monnaie

- Dépôts

- Marchés interbancaires et monétaires

- refinancement des banques

- Politique d’open market

- Inflation

- Anticipations auto réalisatrices

Questions :

- Expliquer : « les crédits font les dépôts »

- Qu’est-ce qui limite l’activité de création monétaire des banques ?

- Qu’est ce que la loi de Say ?

- Pourquoi une création monétaire excessive engendre-t-elle de l’inflation ?

- Quels sont les effets distributifs de l’inflation ?

Cerna 186
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 11. La politique budgétaire

Dans ce chapitre nous construisons deux modèles macroéconomique, un modèle classique et un


modèle keynésien, tous deux élémentaires, pour analyser les politiques budgétaires

1. Qu'est-ce qu'un modèle macroéconomique ?

C'est sur la base d'une description de l'économie d'un pays que sont construits les modèles
macroéconomiques. Construire un modèle consiste à formuler des hypothèses sur le
comportement des acteurs et le fonctionnement des marchés.

Avant d'examiner de quoi il s'agit, insistons d'abord sur l'importance des choix théoriques
qui ont déjà été faits dès l'étape de construction d'une représentation de l'économie.

1.1. Nature et limites de l'architecture descriptive de l'économie

Tout modèle est évidemment une représentation très simplifiée de la réalité. C'est dès le stade de
la description de l'économie qui va permettre de construire un modèle, que nous avons,
drastiquement, limité le nombre de problèmes que cette description du monde va permettre
d'étudier. Par exemple , dans l’architecture descriptive d’une économie nationale présentée au
Chapitre 8 et que nous allons reprendre pour construire les modèles :

− Avec un seul groupe "Ménages", nous nous interdisons d'étudier la répartition des revenus au
sein des ménages.
− Avec des variables indépendantes de toute référence géographique, nous nous interdisons
d'étudier des phénomènes de développement inégal au sein du territoire de l'économie
nationale.
Nous avons de plus, en définissant un nombre très limité de concepts, drastiquement limité a
priori les déterminations causales des phénomènes que nous souhaitons étudier.

Ainsi par exemple, dans le type d'architecture choisi, n'intervient pas la religion. Or peut-on
affirmer a priori que la religion est sans importance sur le taux de chômage, par exemple ?
L'observation des faits ne le permet certainement pas. Ainsi dans l'OCDE, on constate que le
taux de chômage est en moyenne plus élevé dans les pays catholiques que dans les autres. Cela

Cerna 187
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

ne prouve évidemment rien, mais avec un modèle construit sur l'architecture ci-dessus, on ne
pourra pas étudier cette question.

En réalité, il n'y a pas l'observation des faits sans théorie et la théorie ne peut donc s'induire de
faits qui seraient "bruts". La simple description du monde résulte toujours de décisions
théoriques a priori.

Quoi qu'il en soit, à ce stade, les déterminations causales d'un phénomène restent a priori
nombreuses, chaque variable étant susceptible d'agir sur n'importe quelle autre. Ce sera
précisément l'objet d'une théorie macro-économique de préciser ce qu'il en est, c'est-à-dire de
spécifier des chaînes de causalité.

1.2. La formulation des hypothèses théoriques d'un modèle macroéconomique

On peut en distinguer trois étapes.

1.2.1. Séparer les variables explicatives et les variables expliquées (exogènes/endogènes)

C'est la première opération de construction d'un modèle macroéconomique. Elle consiste à faire
un premier choix dans les relations possibles de causalité en séparant les variables que l'on veut
expliquer (endogènes) des variables explicatives, considérées comme exogènes.

Naturellement il faut que les secondes soient indépendantes des premières. Les variables
exogènes peuvent ne pas être indépendantes entre elles. Il faudra alors veiller à ce que le vecteur
des variables exogènes soit cohérent. Eventuellement, il sera lui-même déterminé par un autre
modèle.

1.2.2. Formuler des hypothèses de comportement des acteurs

Ce sont des relations entre variables (endogènes et exogènes) qui décrivent le comportement
d'une catégorie d'acteurs.

On trouve ainsi, dans tous les modèles macro-économiques des relations décrivant :

− La consommation des ménages, donc en fait le partage consommation/épargne du revenu


disponible des ménages.
− L'investissement des entreprises.
− La demande de monnaie des ménages (et des entreprises).
− Les exportations et les importations, les ventes et achats de titres par "l'extérieur".

1.2.3. Formuler des hypothèses de fonctionnement des marchés

Ces relations sont plus complexes.

Cerna 188
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Elles décrivent comment fonctionnent les marchés, ou comme cela se dit de manière plus
imagée en anglais : "How markets clear". Ce dont il s'agit en effet c'est de la manière dont les
plans a priori divergents des acteurs sont rendus compatibles en se confrontant sur les marchés,
donc comment les marchés réduisent ("clear" est mieux) les écarts entre offres et demandes.

Dans tous les modèles macro-économiques on doit donc formuler des hypothèses sur la manière
dont fonctionnent les marchés suivants :

− marché de biens et services (plusieurs si on a distingué plusieurs types de biens et services),


− marché du travail,
− marché des titres,
− marché de la monnaie.
Puisque le fonctionnement des marchés est en vérité fondé sur des comportements d'acteurs, la
frontière entre hypothèses de comportement et de fonctionnement n'est donc pas vraiment
rigoureuse. Les distinguer est cependant justifié pour deux raisons, liées entre elles.

− Le problème de « l'agrégation ». Nous avons vu au chapitre 1 qu’il était parfois difficile de


passer du comportement d’acteurs individuels à celui d’acteurs collectifs. Le fonctionnement
des marchés résulte d'interactions complexes, éventuellement stratégiques (un acteur prend
en compte la réaction des autres à sa propre action et réciproquement) entre catégories
différentes d'acteurs. De plus, nous avons également vu, au chapitre 6, que les questions
d’information sont cruciales dans l’analyse du fonctionnement des marchés. Il en résulte que,
sur le plan théorique, il est encore plus difficile de passer des comportements individuels aux
comportements collectifs.
− Il est nettement plus facile de vérifier, à partir de séries de données fournies par les
comptabilités nationales, une relation simple de comportement d'un groupe d'acteurs, par
exemple la manière dont les ménages partagent leur revenu disponible entre consommation
et épargne. On a en effet des séries statistiques sur chaque variable. Il est plus difficile de
vérifier de cette manière une hypothèse de fonctionnement d'un marché.
Nous avons vu au chapitre 6 qu’il existe deux modalités polaires de réduction des déséquilibres
ex ante entre offre et demande sur un marché : la variation des prix, qui modifient les offres et
les demandes, et le rationnement, qui fait qu'une partie des offres (ou demandes) ex ante ne sont
pas satisfaites, sans pour autant que les prix aient bougés. Le chômage dit "involontaire" résulte
de ce type de fonctionnement : au prix constaté du travail, il y a des gens qui voudraient
travailler et dont les offres de travail ne rencontrent aucune demande. Dans la réalité, c'est
rarement tout l'un (mais cela existe, comme on l’a vu : les bourses de commerce et les marchés
financiers fonctionnent de façon quasi pure par des variations de prix) ou tout l'autre. On a le
plus souvent affaire à une combinaison des deux, à la fois diachronique (les deux en même
temps) et synchronique : rationnement d'abord, puis au fur et à mesure qu'il y a prise de
conscience des déséquilibres, ajustement des prix. On conçoit la difficulté qu'il y a d'abord à
formaliser ces phénomènes, puis ensuite à trancher entre les hypothèses ainsi formalisées.

Cerna 189
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

En conséquence, c'est sur les hypothèses de fonctionnement des marchés que portent les
principales différences entre modèles macro-économiques. Nous verrons ci dessous que les
modèles macroéconomiques néoclassiques et keynésiens différent justement par ces hypothèses.
Les modèles néoclassiques posent que les prix sont flexibles, au moins à moyen terme, les
modèles keynésiens qu’ils sont rigides à court terme. Dans la réalité, comme cela vient d’être
souligné, certains marchés réagissent d’abord par les quantités, puis par les prix. Il en résulte
que les modèles keynésiens sont plus aptes à analyser des évolutions de court terme, et les
modèles néoclassiques de moyen terme.

Dans la suite de ce chapitre nous allons analyser deux modèles très simples : un modèle
classique et un modèle keynésien, en économie fermée, c'est-à-dire sans rapport avec l'extérieur.
Nous les présenterons construits sur la même architecture, ce qui facilitera les comparaisons.

2. L'architecture descriptive de l’économie

Nous reprenons donc celle introduite au chapitre 8 :

dM
ETAT

T G
I

Dp C
MENAGES
Q
S De
ENTREPRISES

Nw + P
N : emploi
dMd w : salaire
P : profits
Dp et De : titres nouveaux émis par l’Etat et les entreprises
Stock de S : épargne des ménages
monnaie C: consommation des ménages
M I : investissement des entreprises
G dépenses publiques
T impôts et taxes
dM : création de monnaie par l’état
dMd : demande de monnaie des ménages
Q=I+G+C=PIB= Production finale

Cerna 190
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Note : T représente ainsi les impôts, diminués des intérêts que l’Etat verse aux ménages. Nous
parlerons dans la suite des "impôts", pour simplifier. De même, les intérêts de la dette des
entreprises à l’égard des ménages sont été agrégés aux dividendes versées par les entreprises
aux ménages en une variable P, qui est donc les revenus financiers que les ménages tirent des
entreprises. Les entreprises versent donc aux ménages les salaires Nw (produit du salaire
moyen w par le nombre d’emplois N) et ces revenus P, qu’on appellera "profit" pour simplifier.

2.1. Explication des flux

Les entreprises vendent leur production finale Q :

− aux ménages : C = Consommation des Ménages,


− à elles-mêmes : I = Investissement des entreprises,
− à l'Etat : G : Dépenses publiques.
Les ménages sont les actionnaires des entreprises et détiennent les titres vendus par les
entreprises. On suppose que les entreprises leur versent l'intégralité des profits. Donc les
entreprises versent aux ménages, sous forme de salaires (Nw) et de profit (P), la totalité de la
valeur ajoutée, soit Q. Les ménages :

− reçoivent des revenus : Q = Nw + P avec w : salaire moyen nominal, N : emploi P = Profits,


− consomment : C,
− payent des impôts : T,
− épargnent : S. Cette épargne est prêtée à l'Etat : Dp et aux entreprises : De.

2.2. Le tableau économique d'ensemble (TEE)

Rappelons le TEE correspondant à cette description :

Emplois/Demandes Ressources/Offres

Ent. Men. Etat Etat Men. Ent.

I C G Biens et services Q

Q Revenus Q

T Transfert T

S Financier Dp De

dMd Monnaie dM

Cerna 191
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

2.3. Les relations d'équilibre du TEE

Equilibre des marchés (lignes)

Biens et services : Q=I+C+G (1)


Financier : S = Dp + De (2)
Monnaie : dMd = dM (3)

Comptes des agents (colonnes)

Entreprises : Q + De = I + Q
D'où : De = I (4)
L'investissement des entreprises est entièrement financé par vente de titres aux ménages car les
entreprises ne conservent aucun autofinancement.

Ménages : Q = C + T + S + dM (5)
puisque (3) : dMd = dM

Etat : G - T = Dp + dM (6)
avec G - T = déficit budgétaire. Le déficit budgétaire est donc financé par l’émission de titres
publics Dp et/ou la création monétaire dM.

2.4. Les variables de prix et de stock

Six variables viennent compléter l'architecture descriptive : trois variables de prix et deux
variables de stock.

Les variables de prix

Les flux monétaires correspondant aux flux de biens et services : Q, C, I, G sont évidemment
Q Q
des flux en valeur. Autrement dit ils peuvent s'écrire Q = p. avec : production finale en
p p
volume et p indice général des prix.

De la même façon on définit pC, pI, pG, indice des prix de la consommation des ménages, de
l’investissement, des dépenses publiques. Ici, nous ferons une hypothèse : tous ces indices sont
égaux pour la période de références et surtout, au cours de la période décrite par le modèle, ils
évoluent tous de la même façon. Cette hypothèse peut paraître très forte. Elle signifie que s’il y
a inflation, le taux d’inflation est le même pour C, I, G, et donc pour Q = C + I + G. Nous
faisons cette hypothèse parce que cela nous permet de considérer qu’un seul marché des biens.
Sinon il faudrait en considérer trois. Ceci compliquerait inutilement le modèle compte tenu des
problèmes que nous voulons analyser. Pour l’ensemble des biens et services, il n’y a donc
qu’un seul prix : p.

Cerna 192
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

p est donc le premier des prix qui complète le modèle.

i, taux d'intérêt réel des titres, est le second.

w, déjà cité, est le taux de salaire. C'est le troisième prix. Il s'agit du salaire nominal. Le salaire
w
réel, ou pouvoir d'achat du salaire, est donc .
p

Les variables de stock

On désigne par ailleurs par M, la quantité de monnaie détenue par les acteurs économiques,
entreprises et ménages, en supposant qu'il n'y a qu'une seule forme monétaire, la monnaie
centrale émise par l'Etat. C'est donc l'Etat qui détermine le stock de monnaie dans l'économie.

2.5. Récapitulatif des variables descriptives de l'économie

Flux de biens et services : Q, C, I, G, en valeur. On appellera Q*, C*, I*, G* les volumes
Q
correspondants, c'est-à-dire Q* = , etc.
p

Flux de facteur de production : l'emploi N.


Flux de titre : De, Dp.
Transferts : T
Prix : p, i, w.
Stock de monnaie : M.
Stock de capital fixe des entreprises : K, mesuré en volume.

3. Un modèle classique

Rappelons les étapes de construction d'un modèle macroéconomique sur la base d’une
architecture descriptive :

− partition des variables en variables exogènes et variables endogènes,


− formulation d'hypothèses théoriques de comportement des acteurs et de fonctionnement des
marchés.

3.1. Partition des variables

Variables exogènes :

K : on suppose qu'on analyse une période relativement courte ou le stock de capital fixe des
entreprises ne varie pas.
M : stock de monnaie, émise par la banque centrale et détenue par les ménages, dépend de la

Cerna 193
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

politique de celle-ci, qu'on suppose naturellement exogène. Donc dM, création monétaire de
la banque centrale pendant la période est exogène.
T et G : l'Etat détermine le montant des impôts et de ses dépenses.
Toutes les autres variables sont endogènes.

3.2. Hypothèses de comportement des acteurs

3.2.1. Les entreprises

La technologie disponible est décrite par une fonction de production : Q* = f (K, N)

On a supposé K exogène et constant.

f est telle que : f'N >o f"N <o

Cela signifie que le production en volume croît avec la quantité de travail utilisée, mais que la
productivité marginale du travail est décroissante.

Les entreprises maximisent leur profit, qui s'écrit : P = p.Q*(N) - wN

w
maximum pour : Q*' (N) =
p

donc les entreprises emploient la quantité de travail qui égalise la productivité marginale
du travail au salaire réel.

w
Il en résulte une demande de travail par les entreprises : Nd = Nd ( ) avec Nd'<o car Q*' >o
p

Si le salaire réel croît, la demande de travail par les entreprises décroît, car il faut qu'elles
augmentent la productivité marginale du travail et donc en emploient moins.

Inversement, si le salaire réel décroît, la productivité marginale du travail lui devient supérieure
et les entreprises ont intérêt à embaucher, jusqu'à nouvelle égalisation de la productivité
marginale au salaire réel.

Quant au comportement d'investissement des entreprises il est décrit par : I* = I* (i), I*' <o

Le volume d'investissement des entreprises est une fonction décroissante du taux d'intérêt réel.
Plus le taux d'intérêt réel augmente, moins les projets rentables à ce taux sont nombreux, et
moins les entreprises empruntent pour les réaliser en investissant.

3.2.2. Les ménages

w
Les ménages ont une offre de travail : No = No ( ) avec N'o >o
p

Cerna 194
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Si le salaire réel croît, l'offre de travail augmente. Cela suppose que les ménages font un
arbitrage travail/loisir. Si le salaire réel augmente, ils augmentent le nombre d'heures qu'ils
souhaitent travailler, ou encore plus de membres du ménage se porteront sur le marché du
travail .

Les ménages déterminent le montant de leur épargne financière en fonction du taux d'intérêt réel
S = S (i)

avec : S’(i) > 0

Plus le taux est élevé, plus ils épargnent.

La consommation des ménages est alors un solde : c'est leur revenu moins leur épargne,
financière, moins l’augmentation de leur solde de monnaie (qu’on peut qualifier d'épargne
liquide), moins les impôts : C = Q - S - dM - T

3.2.3. L'Etat

L'Etat a comme seul comportement de fixer, dans une période donnée, le montant dM de la
création monétaire, ainsi que T et G. Cela détermine ipso facto son besoin de financement Dp
puisque la contrainte monétaire de l’Etat s’écrit : G - T = Dp + dM.

3.3. Hypothèses de fonctionnement des marchés et résolution du modèle

Dans ce modèle, et c'est en cela qu'il est "classique", tous les prix sont flexibles et les offres
et demandes s'équilibrent sur chaque marché par variation des prix.

3.3.1. Le marché du travail

Le prix qui équilibre offre et demande sur le marché du travail est le salaire réel.

w No
p

we
p

Nd

Ne N

Cerna 195
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

No (w/p) = Nd (w/p)

Avec No : offre de travail par les ménages, croissante avec w /p

Nd : demande de travail par les entreprises, décroissante avec w/p

3.3.2. Le marché des titres

Demande de titres par les ménages S(i) et offre de titres par les entreprises I*(i) et par l'Etat Dp
(exogène) sont équilibrées par la variation du taux d'intérêt réel i.

S(i) = I*(i) + Dp

i S

ie

I *+ Dp

I*

I*e I*e + Dp = Se

Cet équilibre se détermine indépendamment du précédent et fixe donc ie, I*e et Se

3.3.3. Monnaie et niveau général des prix

Le stock de monnaie que les acteurs (les ménages seuls dans notre modèle) ont besoin de détenir
pour réaliser toutes les transactions, pendant la période considérée, est posée comme étant
proportionnelle au PIB en valeur :

p.Q *
M=
k

k est un coefficient fixe appelé vitesse de circulation de la monnaie. Plus elle est grande, moins
le stock de monnaie nécessaire à la réalisation de l'ensemble des transactions conduisant à un
PIB en valeur p.Q* est important.

kM
On a donc p =
Q*

(M + dM)
Q* ayant été déterminé, l’indice général des prix est : p = k
Q*e

Cerna 196
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Toutes les autres variables sont alors parfaitement déterminées, tant en volume qu'en valeur.

3.4. Interprétation du modèle et politique économique

3.4.1. L'inflation et la politique monétaire

Dans ce modèle classique, la monnaie n'est qu'un "voile", car le comportement des acteurs est
déterminé par les grandeurs réelles : les prix réels et les variables en volume et ce sont ces
valeurs réelles qui déterminent le fonctionnement des marchés, en particulier le salaire réel w/p,
la production, l'investissement en volume : Q*, I*.

La politique monétaire, c'est-à-dire la quantité de monnaie créée par l'Etat, n'agit que sur le
niveau général des prix et est sans effet sur les grandeurs réelles.

Quelle doit être la politique monétaire de l'Etat pour qu'il n'y ait pas d'inflation ?

kM dp dM dQ *
En différenciant p = on a : = −
Q* p M Q*

Conclusion : pour éviter l'inflation ou la déflation, l'Etat doit faire croître la masse
monétaire au même taux que la production en volume.

3.4.2. Le chômage

Si le salaire nominal w, donc le salaire réel w/p est flexible, il ne peut y avoir de chômage dans
ce modèle. En effet le salaire réel s'établit toujours au niveau où tous ceux qui acceptent de
travailler pour ce salaire trouvent à s'embaucher.

Le chômage ne peut venir que d'une rigidité du salaire réel : w/p.

Il est alors dit « chômage classique».

Remarquons que si ce qui est rigide est le salaire nominal w, et que celui-ci n'est pas indexé sur
l'inflation, l'Etat a un moyen de réduire le chômage. C'est d'adopter une politique monétaire
inflationniste qui ramène le salaire réel à son niveau d'équilibre.

3.4.3. Politique budgétaire et croissance

Une politique d'augmentation simultanée des dépenses publiques G et des impôts T a l'effet
suivant : la consommation privée des ménages est réduite de l'augmentation de T. Mais en
contrepartie, les ménages bénéficient d'une augmentation équivalente de G. Les dépenses de
l'Etat sont en effet des services qu'il rend directement aux ménages (éducation, santé, etc.) et des
investissements qui ont un effet qu'on discutera ci-dessous. Une augmentation équilibrée du
budget de l'Etat substitue simplement des dépenses publiques à une consommation privée.

Cerna 197
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Une politique de déficit budgétaire financé par emprunt intervient, elle, sur l'équilibre du
marché des titres.

Revenons au graphique de 3.3.2. Si l'Etat décide d'augmenter ses dépenses G, sans augmenter
ses impôts, en émettant un volume Dp de titres.

ie

i1 I*+ Dp

I*

I*e I*1 I*e+ D p

Par rapport à l'équilibre sans émission de titres publics Dp, qui est (i1, I*1 = S1), le financement
du déficit public par émission de Dp :

− augmente le taux d'intérêt de i1 à ie,


− diminue l'investissement des entreprises de I*1 à I*e,
− augmente l'épargne des ménages de S1 à Se.
C'est ce qu'on appelle l'effet d'éviction : le supplément de dépenses publiques financé par Dp
remplace de l'investissement des entreprises et de la consommation des ménages.

Comment juger de l'intérêt d'une telle politique ?

Le modèle ne le permet pas, en effet ni la production Q*, ni le salaire réel, ni l'emploi, par
exemple, n'ont été influencés par cette politique. Mais pour en juger, on peut se placer dans une
perspective dynamique. L'investissement des entreprises I augmente pour les périodes suivantes
le stock de capital fixe des entreprises K. Donc, toutes choses égales par ailleurs, il augmente la
production, donc le revenu des ménages des périodes suivantes.

Les dépenses publiques financées par emprunt viennent se substituer, on l'a dit, à
l'investissement des entreprises et à de la consommation privée des ménages. Ces dépenses
publiques elles-mêmes sont réparties (ce modèle ne dit pas comment) entre investissements
(routes, réseaux, etc.) et biens publics offerts aux ménages. Les investissements publics
augmentent également le stock de capital fixe disponible dans le territoire, donc la production
des périodes suivantes. La consommation des ménages a vu sa structure se modifier : moins de

Cerna 198
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

consommation privée, plus de consommation publique.

On voit que le bilan n'est pas simple à faire. Cela dépend du critère adopté, de l'usage que l'Etat
va faire de la dépense publique supplémentaire.

On conçoit néanmoins quels vont être les critères possibles de jugement :

− L'investissement public est-il au moins aussi efficace que l'investissement privé pour
augmenter la production aux périodes ultérieures ? Si oui, il peut parfaitement se justifier
(éducation, recherche, infrastructures, etc.). Si non, il réduit la croissance, donc les revenus
futurs des ménages.
− Le transfert d'une consommation privée vers une consommation publique est-il réellement
souhaité par les ménages (augmente-t-il leur satisfaction) ?
− Certains biens fournis par l'Etat ne sont pas publics par essence. Si l'Etat les fournit quand
même, le fait-il de façon aussi efficace que les entreprises privées ?
− Le fait-il de façon plus équitable ? Cette équité est-elle souhaitable ?
Ce dernier point montre que la discussion ne peut être strictement économique (cf. chapitre 6).

4. Le multiplicateur keynésien

Il s'agit du plus simple des modèles keynésiens.

4.1. Les hypothèses théoriques

4.1.1. Partition des variables

Exogènes

w
Tous les prix p, w, i donc aussi dont supposés fixes donc exogènes dans la courte période
p
qu'analyse ce modèle. C'est là une hypothèse essentielle sur laquelle nous reviendrons.

− T, G, les variables de commande de l'Etat,


− dM l’est aussi, mais ce n’est pas une variable de commande de l'Etat, comme nous le verrons
ci-dessous,
− I et K : investissement et stock de capital fixe des entreprises.
Endogènes

− Q, C, N, P, S, Dp.

4.1.2. Hypothèses de comportement

Les ménages

C = c (Q - T) (7)

Cerna 199
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Les ménages consomment une fraction fixe c < 1 de leur revenu disponible après impôt.
(Rappelons que Q = Nw + P).

Donc, contrairement au modèle précédent, l'épargne totale des ménages (la somme S + dM de
leur épargne financière et liquide) ne dépend que de leurs revenus disponibles après impôt. De
(5) et (7), on déduit :

S + dM = (1 - c) (Q - T)

Les entreprises

Les entreprises fixent leur niveau d'investissement I. Mais I est exogène au modèle. Dans ce
modèle, on ne se demande pas comment les entreprises déterminent I, on prend I comme une
donnée et on va examiner les conséquences d'un niveau I, exogène, sur les variables endogènes
du modèle.

Par ailleurs, comme dans le modèle précédent, la technologie est représentée par une fonction de
production : Q = f(K, N) ayant les mêmes caractéristiques.

On suppose, comme dans le modèle précédent, que K est fixe. Il s'agit donc aussi d'un modèle
de court terme, qui ne s'intéresse pas aux problèmes de croissance, mais d'équilibre de
l'économie dans une période, courte, donnée.

En conséquence, la production des entreprises dépend de N : Q = f(N) f'>o f"<o

Le salaire w/p étant fixe, à ce niveau de salaire, il existe une quantité No = N(w/p) de travail
offert par les ménages.

Les entreprises ne peuvent embaucher plus. Elles ne le pourraient qu'en suscitant une offre
supplémentaire de travail en augmentant w/p, ce qui n'est pas envisagé par le modèle. Il existe
donc une production maximum : Qo = f(No) qui est la production de plein emploi.

L'Etat

L'Etat détermine le niveau des recettes T et des dépenses G publiques.

Puisqu'on suppose que les prix sont fixes, l'hypothèse implicite est que l'Etat fait ce qu'il
convient de M, donc de dM, pour qu'il en soit ainsi. En fait ce modèle ignore la politique
monétaire de l'Etat. On aurait pu se passer de M, dans la description de l'économie.

4.1.3. Hypothèses de comportement des marchés

Ce modèle est à prix fixe. Ce ne sont donc pas les prix qui vont équilibrer les offres et les
demandes sur les marchés, mais ceci va s'ajuster directement par adaptation des quantités
offertes aux quantités demandées, et donc par des phénomènes de rationnement de l'offre (toute
l'offre ne trouve pas une demande correspondante), si les quantités offertes sont supérieures aux

Cerna 200
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

quantités demandées.

Marché de biens

Les entreprises produisent les quantités demandées qui sont : I + C + G = Qd

Si Qd < Qo, il y a sous-emploi des capacités de production des entreprises, puisque Qo est
leur production maximum possible. Il y a donc un rationnement de l'offre de biens.

Marché du travail
-1
Le travail demandé par les entreprises dépend de la quantité qu'elles produisent Nd = f (Qd).

Si Qd < Qo alors Nd < No, il y a chômage : la quantité de travail offerte par les ménages est en
effet supérieure à celle que demandent les entreprises. Il y a rationnement de l'offre de
travail, file d'attente sur le marché du travail.

On voit bien que ceci résulte, dans ce modèle, d'une insuffisance de la demande de biens
adressée aux entreprises Qd.

4.2. Résolution du modèle

Partons de :

(5) Q = C + T + S + dM

Compte tenu de :

(2) S = Dp + De

(4) De = I

(6) Dp = G - T - dM

et de l’hypothèse de comportement

(7) C = c (Q - T)

On a :

Q = c (Q - T) + T + I + G - T - dM + dM

Soit :

Q = c (Q - T) + I + G

1 c
Q= (I + G) − T
1− c 1− c

Cerna 201
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

En différenciant :

1 c
dQ = ( dI + dG ) − dT
1− c 1−c

qui donne les variations de Q, variable endogène, en fonction des variations des variables
exogènes I, G et T. On en déduit l’emploi N = f-1(Q).

4.3. Interprétation du modèle et politique économique

4.3.1. Le multiplicateur keynésien

Si l'on n’est pas en plein emploi, donc si Q < f (No), on peut augmenter Q et donc l’emploi N :

− par une augmentation des variables exogènes I (Investissement) et G (dépense publique),


− par une diminution des impôts T, également variable exogène.
L'augmentation exogène de I et de G provoque une augmentation de la production et des
1
revenus Q avec un effet multiplicateur > 1 puisque c < 1
1− c
c
L'effet multiplicateur est moindre pour la baisse des impôts :
1− c

4.3.2. Interprétation dynamique du multiplicateur

Soit, par rapport à une situation de sous-emploi, dI > 0 exogène.

Ne nous posons pas pour l'instant la question de savoir comment cet accroissement de
l'investissement des entreprises est financé.

dI augmente la production, donc les revenus distribués, de dI dans un premier temps.

Ce revenu supplémentaire dI revient aux ménages qui :

− consomment plus : dC = c dI,


− épargnent plus : dS = (1 - c) dI.
La consommation supplémentaire cdI entraîne à son tour une augmentation de la production (on
est en sous-emploi c'est-à-dire que les capacités de production ne sont pas saturées) de cdI, qui
revient aux ménages, lesquels :

− consomment c2dI,
− épargnent (1 - c) cd I.
et ainsi de suite. Ces modifications cumulatives de flux sont supposées se produire pendant la
période que nous étudions.

Finalement l'épargne supplémentaire dégagée est :

Cerna 202
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

(1 - c) (1 + c + c2 + ..........) dI = dI

et c'est donc elle qui finance exactement l'investissement.

Même raisonnement pour une augmentation exogène des dépenses publiques dG : ses effets
induits sur l'activité dégagent une épargne supplémentaire des ménages dS = dG qui permet de
la financer.

4.3.3. Interprétation du modèle

Dans ce modèle à prix fixe, c'est Q qui est la variable d'ajustement. Partant d'un équilibre de
sous-emploi, c'est par la variation du niveau général d'activité que se rétablit l'équilibre entre
épargne et investissement s'il est rompu ex ante par une variation de l'investissement des
entreprises (I exogène) ou du solde budgétaire de l'Etat (G et T exogènes).

Les hypothèses fondamentales sont :

- Une propension à consommer des ménages : c, fixe, hypothèse statistiquement assez bien
vérifiée.
- La fixité des prix. Cette hypothèse est très forte. Elle n'est à la rigueur justifiée que si le
modèle ne prétend qu'à décrire des évolutions de court terme : on peut dans ce cas postuler
que les ajustements sur les marchés se font d'abord par les quantités.
Le fait qu'on soit dans une situation initiale de sous-emploi doit aussi être expliqué. Ici encore,
deux hypothèses sont fondamentales :

- la fixité des prix et des salaires,


- le fait que les entrepreneurs ont des comportements trop "prudents", et n'investissent
spontanément pas assez pour assurer le plein emploi.
Autrement dit, le chômage, dans ce modèle, provient de l'insuffisance de la demande, en
l'occurrence de cette composante de la demande qu'est l'investissement des entreprises.
L'Etat peut y remédier en augmentant, "à la place", la demande publique G ou en
diminuant les impôts, ce qui augmente la demande privée C.

Un tel type de chômage par insuffisance de demande est appelé chômage keynésien.

En résumé, les prescriptions de politique économique qui résultent du modèle sont :

En situation de sous-emploi, l'Etat peut et doit :

− augmenter les dépenses publiques ou baisser les impôts


− stimuler l'investissement des entreprises.

Cerna 203
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

5. Comparaison des deux modèles

Comme annoncé ci dessus, on voit que ce qui différencie ces deux modèles ce sont les
hypothèses de fonctionnement des marchés.

On a même là deux cas polaires : prix parfaitement flexibles dans le modèle néoclassique, prix
fixes dans le modèle keynésien.

C'est donc de cela qu'il faut discuter pour juger de la pertinence de ces modèles, ou plus
exactement du type de problèmes qu'ils sont capables de traiter.

On peut penser que sur les marchés, les prix ne réagissent qu'après les quantités. Donc que les
marchés s'ajustent d'abord par des phénomènes de rationnement, puis par des variations de prix.
C'est ce que déjà nous avions indiqué dans le chapitre 6 sur la coordination marchande.

Ainsi, face à une baisse de la demande, les entreprises n'entament pas immédiatement une
guerre des prix qui seraient susceptible, pour chacune de maintenir ses parts de marché, pour
toutes de stimuler la demande. Devant le gonflement de leurs stocks, elles commencent par
réduire la production, supprimant les heures supplémentaires, renvoyant les intérimaires et
licenciant à la fin si elles le peuvent. La représentation keynésienne paraît juste dans le court
terme. Naturellement si cela se prolonge, les prix finiront par baisser.

De même sur le marché du travail : ce n'est pas parce que le chômage augmente que les salaires
réels de ceux qui restent employés baissent immédiatement, du moins à court terme. Par contre,
un chômage massif et prolongé finira par avoir des effets sur le salaire réel. S'il ne peut baisser
(existence d'un SMIC par exemple), du moins risque-t-il d'augmenter moins vite.

Il apparaît donc que le modèle keynésien avec son hypothèse de prix fixes est plus
pertinent pour analyser des évolutions de court terme, conjoncturelles.

Le modèle classique serait plus pertinent pour analyser les évolutions à long terme. Mais celui
que nous avons présenté devrait alors être complété pour lever l'hypothèse, contradictoire avec
une analyse à long terme, d'un stock fixe exogène de capital fixe K. Il faut, tout en conservant
ses hypothèses fondamentales de fonctionnement des marchés, le transformer en un modèle
décrivant la croissance économique, et non plus l'équilibre conjoncturel de court terme, en
endogénéisant K.

Ceci sort du cadre de ce cours.

Quant au modèle keynésien élémentaire, il ne permet pas de traiter de la politique monétaire. Il


faut donc introduire la monnaie et au moins un prix, le taux d'intérêt i. C'est ce qui sera fait dans
le cours de macroéconomie avec le modèle dit « IS/LM ».

Cerna 204
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Enfin ces deux modèles sont en économie fermée. Il est possible de les "ouvrir", mais ceci sort
également du cadre de ce cours.

6. Le débat keynésiens-monétaristes

6.1. La courbe de Philipps

En cas de sous-emploi keynésien (insuffisance de demande), une relance budgétaire ou


monétaire risque de provoquer de l'inflation. En effet, même s'il existe globalement des
possibilités d'accroître la production si la demande croît, dans certains secteurs au moins, il est
possible que les capacités de production soient saturées, et que la demande supplémentaire se
traduise en hausse des prix (cf. chapitre 10). De plus, la relance décidée par le gouvernement
peut être excessive ce qui signifie qu'une fois le plein emploi atteint, elle se traduira en inflation.

Courbe de Philipps

Taux
d’inflation

Effet d’une
politique de relance
p1
keynesienne

p0

N1 N0 Taux de chômage

D'où l'idée qu'il existe une relation entre taux de chômage et taux d'inflation, et qu'une réduction
volontariste du taux de chômage se traduit par un surcroît d'inflation. Cette relation chômage /
inflation a été mise en évidence par des études empiriques effectuées sur la période 50-60 dans
les économies des pays riches par Philipps. Il montre l'existence d'une courbe, dite de Philipps,
qui a la forme suivante.

Les politiques de relance keynésienne sont donc susceptibles de réduire le chômage, mais "au
prix" d'une inflation supérieure. Si l'on considère que l'inflation, tant qu'elle reste dans des
limites raisonnables, est un moindre mal que le chômage involontaire, ces politiques sont donc
justifiées.

Cerna 205
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

6.2. La critique de Milton Friedman

Milton Friedman, chef de file des monétaristes dans les années 60, critique cette analyse avec
les arguments suivants.

Certes, les politiques de relance keynésiennes peuvent réduire le chômage en augmentant


l'inflation pendant un temps. Mais ensuite le chômage revient à son niveau d'origine, qui est
son niveau "naturel" compte tenu des rigidités du marché du travail, et par contre,
l'inflation s'auto entretient. Les politiques de relance keynésiennes, selon lui, sont donc
essentiellement inflationnistes.

L'argument est que ces politiques perturbent les signaux-prix que reçoivent les acteurs
économiques et que c'est cela qui explique leur pouvoir, très transitoire, de réduire le chômage.
Comment ? Une relance par le déficit budgétaire, par exemple, augmente la demande et donc en
w
partie les prix, tandis que les salaires ne réagissent pas tout de suite. Le salaire réel est donc
p
transitoirement réduit. Les entreprises embauchent donc, ce qui amplifie la relance. Mais
rapidement, les salariés s'aperçoivent de leur perte de pouvoir d'achat et obtiennent des
augmentations de salaires. Quand le niveau du salaire réel est revenu à ce qu'il était, les
entreprises n'ont aucune raison d'employer plus de main d’œuvre qu'avant la relance et on
retrouve le niveau de chômage "naturel" de l'économie. Par contre, une spirale inflationniste
hausse des prix - hausse des salaires - hausse des prix, etc. s'est enclenchée. La courbe de
Philipps n'est donc pas stable pour M. Friedman. le processus qu'il décrit se traduit ainsi.

Taux
d’inflation

B C
p1

p0 A

N0 Taux de chômage

La relance fait passer du pont A au point B. Mais ensuite on retrouve, en C, le taux de chômage
naturel N0 avec une inflation supérieure.

Cerna 206
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Les prescriptions de politique économique qui en résultent sont les suivantes :

− Il est néfaste que l'Etat cherche à manipuler la demande en augmentant le déficit budgétaire
ou en abaissant les taux d'intérêt pour stimuler l'investissement des entreprises (cf. annexe
pour plus de précision sur cette dimension des politiques de relance keynésiennes), car cela
ne modifie que temporairement le taux de chômage, mais accroît l'inflation.
− La seule intervention macroéconomique légitime de l'Etat est de contrôler l'évolution de la
masse monétaire pour éviter l'inflation. C'est la politique dite "monétariste".

6.3. Les anticipations rationnelles

Les modéles macroéconomiques à anticipation rationnelle partent de la proposition suivante :


"Ce que sait M. Friedman, l'ensemble des acteurs économiques finiront par le savoir : soit qu'ils
écoutent M Friedman, soit par expérience". Ainsi, si tous les acteurs savent qu'une relance
budgétaire finira par se traduire par de l'inflation, ils vont anticiper ce résultat, et ils ne seront
mêmes plus "trompés", comme dans le modèle de M. Friedman, par des évolutions de prix
transitoires. En conséquence, la relance budgétaire ne se traduira que par de l'inflation et même
pas par une amélioration transitoire de l'emploi. Pour les modèles à anticipation rationnelle, dont
l'un des promoteurs a été G. Lukas, toute politique macroéconomique a des effets néfastes.

7. L'évolution des politiques macroéconomiques dans les pays développés

Les années 50 et 60 ont été l'âge d'or des politiques de régulation conjoncturelle keynésiennes.
Dans les deux sens d'ailleurs, pas seulement les politiques de relance par la demande quand le
taux de croissance fléchissait et que le chômage augmentait, mais aussi les politiques inverses
de "refroidissement" quand, en situation de plein emploi, l'inflation menaçait.

Le ralentissement de la croissance économique dans les pays riches, à partir du milieu des
années 70, a entraîné une hausse régulière du chômage, que ne parvenaient pas à vaincre les
politiques de relance, tandis que l'inflation s'accélérait. Les monétaristes ont alors fini par
convaincre. La "stagflation" : coexistence d'une croissance faible (stagnation) et d'inflation
accélérée, leur donnait, semblait-il, raison. Au début des années 80 aux Etats-Unis, puis très
rapidement en Europe, les politiques macroéconomiques sont devenues monétaristes. L'objectif
premier fut de vaincre l'inflation et ce d'autant plus qu'en situation d'ouverture croissante des
territoires vers l'extérieur, une inflation supérieure à celle des ses partenaires commerciaux
érodait en permanence la compétitivité à l'exportation. En même temps, le chômage fut de plus
en plus considéré comme un chômage "classique", exigeant pour être réduit une fluidification
des marchés du travail. Ainsi s'imposèrent les thèses libérales dont nous avons vu les
fondements théoriques également dans le chapitre 8.

Cerna 207
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Au début des années 2000, l'inflation a été partout vaincue. Les méthodes de relance
keynésiennes ont donc pu revenir en force, en particulier aux Etats Unis, quand il s’est agit de
contrer le retournement de conjoncture amplifié par les conséquences de l’attentat du 11/9
contre le World Trade Center.

Chapitre 11 : Les politiques budgétaires

Concepts à retenir :

Effet d’éviction

Chômage classique

Propension à consommer

Multiplicateur keynésien

Rationnement de l’offre

Chômage keynésien

Courbe de Philipps

Chômage naturel

Anticipations rationnelles

Questions

- Quelles sont les hypothèses qui diffèrent entre le modèle classique et keynésien ?

- Domaine de validité de ces deux modèles ?

- Quelles sont les causes du chômage keynésien ?

- Comment l’Etat peut-il le réduire ?

Cerna 208
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Titre III :
Les relations économiques internationales

Cerna 209
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Cerna 210
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 12 : Relations entre territoires et marchés des changes

1. Compter les flux entre territoires : la balance des paiements

La balance des paiements est un concept territorial. Elle comptabilise tous les flux
monétaires qui traversent les frontières d'un territoire pendant une période donnée, que les
acteurs à l'origine de ces flux sont "nationaux" ou pas. Dans la balance des paiements, une
exportation de Renault ou d'IBM France à partir du territoire français est la même chose. Tous
deux sont des acteurs "résidents" sur le territoire.

Elle se présente sous la forme d'un tableau à trois colonnes :

- Crédit (Entrées de monnaie)

- Débit (Sorties de monnaies)

- Soldes qui calcule des soldes intermédiaires Crédits – Débits

Les flux sont classés dans un certain ordre, selon un degré d'irréversibilité décroissante, et
présentés en « comptes » qui regroupent des opérations d’un même types et qui présentent des
soldes intermédiaires.

Les deux comptes principaux sont le compte des opérations courantes qui regroupe les
opérations sur bien set services , et le compte financier, qui regroupe les opérations sur titres de
propriété et financiers.

Ils présentent chacun des soldes appelés :

- balance des opérations courantes : BTC

- balance des capitaux :BC

Ces balances sont positives, nulles ou négatives selon les périodes. Mais la totalité des entrées
est toujours égale à la totalité des sorties, si bien que la balance des paiements est toujours
équilibrée, son solde est nul. Seuls les soldes intermédiaires peuvent ne pas l'être.

On agrège souvent la balance du compte de capital à celle du compte financier sous le terme
balance des capitaux . Dans ce cas, on a nécessairement :

Cerna 211
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

BTC = - BC

Voici la balance des paiement de la France en 2004, consultable sur :

http://www.finances.gouv.fr/indicateurs/economie_france/balance_des_paiements/

C rédit D ébit Solde

• C om pte des transactions courantes 507 502 5


• B iens 319,5 317 1,5
• Services 88 75 13
• R evenus 78 71 7
• Transferts 21 38 -17
• C om pte de capital 2 9 -7
• A nnulations de dettes
• Investissem ents im m atériels ( brevets)

On remarquera l’énorme importance qu’on pris les échanges de titres financier

• Compte financier 5544 5546 -2


• Investissements directs 71 80 -9
• Investissements de portefeuille 5427 5436 -9
– Avoirs 3603 3733 -130
( rés. sur titres émis par non rés.)
– Engagements 1824 1703 121
(non rés. sur titres émis par rés.)
• Produits financiers dérivés 6 -6
• Autres investissements 46 22 24
• Avoirs de réserves 2 -2
• Erreurs et omissions 4 4
• Total général 6000 6000
Rappel: PIB de la France en 2003: 1600 milliards

(investissements de portefeuille).

Parmi les soldes intermédiaires d’usage courant, en dehors de la balance des transactions
courantes et de la balance des capitaux, on utilise parfois la balance de base BB définie ainsi :

•BB= BTC + investissements directs et de portefeuille + instruments dérivés

•Son complément est la balance des capitaux « monétaires », c’est à dire des capitaux investis
sur des instruments à court terme et qui sont particulièrement mobiles.

Cerna 212
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

1.1 L’Equilibre de la balance des paiements

La balance est équilibrée moyennant une ligne erreur et omissions. Mais en fait la balance est
toujours équilibrée en théorie pour des raisons plus fondamentales.

Pour le comprendre, donnons un exemple. Partons de deux territoires EU et Europe et d'une


situation d’équilibre où : Entrées = Sorties pour les deux territoires.

Etats Unis Europe

Achat d’un bien par la


Firme A firme A à la firme E
Firme E

$ €

Achat d’un titre Banque E


Banque A par la banque E à
la banque A

Supposons qu'un résident américain, la firme A, veuille acheter 100 $ de marchandises


supplémentaires à la firme européenne E et que le $ est accepté par tous en règlement d’une
transaction internationale. E reçoit de A 100 $. La balance des transactions courantes de
l’Europe augmente de 100 $ et celle des Etats Unis diminue de 100 $. E n'a pas l'usage de ces
100 $, il les change auprès de n'importe quelle banque commerciale contre 100€. La banque
commerciale n'a pas intérêt à conserver 100 $ car elle peut les placer pour qu'ils rapportent un
intérêt. Où ? Nécessairement auprès d'une banque américaine. D'où un placement de 100 $
d’une banque européenne auprès d'une banque américaine, donc une sortie de 100 $ qui réduit
la balance des capitaux de l’Europe de 100 $ et ramène à l'équilibre et la balance des
paiements européenne et la balance des paiements américaine.

D'où viennent ces 100 $ qui ont permis à un résident américain d'acheter plus de produits
Européens et qui se sont finalement retrouvés placés dans une banque américaine par la banque
de France ?

Cerna 213
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

1.2 Le seigneurage

Ils viennent évidemment du système bancaire américain : C’est la banque A qui a fait le crédit
en $ nécessaire à son client la firme A pour acheter des produits européens supplémentaires.

Maintenant que se passe-t-il si la firme A demande un crédit à sa banque pour acheter la firme
E ? Il se passe que si la firme E présente une rentabilité pour ses actionnaires supérieure au taux
d’intérêt que paye la firme A à sa banque A, ce qui est fort probable, l’opération laisse un gain
net à la firme A . Mais il y a aussi un gain net pour la territoire A dans son ensemble.

Si le $ est la seule monnaie de règlement internationale, le système bancaire américain crée des

dollars qui permettent aux résidents américains d’acquérir des actifs à l’étranger de rendement r.
Les résidents étrangers ne peuvent que re prêter ces $ à des résidents américains (en particulier
au Trésor américain) au taux i. Si r>i, il existe un avantage pour les résidents américains
qualifié de « seigneurage ».

1.3 La notion de réserve de la banque centrale et l’équilibre de la balance des paiements

Dans notre exemple, une exportation nette supplémentaire de 100 $ du territoire européen s'est
traduite par une augmentation des avoirs en $ (placés aux Etats Unis) du système bancaire
européen. Mais supposons que les banques européennes non plus ne veulent pas garder ces $.
Elles vont les vendre sur le marchés des changes contre des €. Comme nous le verrons ci
dessous, pour que le cours de l’euro contre dollar n’augmente pas, il faut que quelqu’un les
achète. Si personne ne veut le faire et si la Banque Centrale Européenne ne veut pas que le cours
de l’euro monte, c’est elle qui va les acheter, et bien sûr les placer sur des comptes qu’elle
détient auprès du système bancaire américain .

La position extérieure nette de la banque centrale est l'ensemble des comptes en monnaies
étrangères détenues par la banque centrale et placés dans des banques extérieures. En d'autres
termes il s'agit des "réserves" en devises de la banque centrale.

Dans ce cas donc, l’augmentation de 100 $ du solde des transactions courantes européen se sera
traduit par une augmentation de 100 des réserves de la banque centrale.

Si, dans la balance des paiements le solde avant la ligne « Banque centrale » est positif, les
réserves de la banque centrale augmentent, et elle place à l’étranger (sortie) ces réserves, le
solde global, la balance des paiements, étant toujours nul.

Réciproquement pour permettre à ce solde d’être négatif , il faut que la banque centrale
fournisse sur le marché des changes les $ qui leur manquent aux responsables de ce solde
négatif, pour qu’ils puissent le régler ( rappelons que nous avons supposé que les transactions

Cerna 214
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

internationales se règlent en $). Elle « puise » donc dans ses réserves en $, en tirant sur ses
comptes en $ à l’étranger.

Bref, la variation des réserves de la banque centrale est ce qui assure en dernière instance
l’équilibre de la balance des paiements, comme illustré ci dessous.

C rédits ( entrées) D ébits ( sorties)

E xportations Im portations

E ntrées de capitaux: Sorties de capitaux:


investissem ents des investissem ents des
non résidents dans le résidents hors du
territoire territoire

A ugm entation des


réserves

Crédits ( entrées) Débits ( sorties)

Exportations Im portations

Entrées de capitaux:
investissem ents des Sorties de capitaux:
non résidents dans le investissem ents des
territoire résidents hors du
territoire

Dim inution des


réserves

La variation des réserves étant comptabilisé dans le compte financier, c’est donc elle qui assure
en dernière instance qu’on ait toujours :

Balance des transactions courantes = - Balance des capitaux

Autrement dit :

− Les territoires en excédent de BTC exportent des capitaux pour un montant égal à cet
excédent.
− Les territoires en déficit de BTC financent ce déficit par des importations de capitaux
égales à ce déficit.

Cerna 215
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

2. PIB et origines de soldes de la BTC

Relions maintenant les soldes extérieurs d'un territoire à son PIB. Rappelons ( cf chapitre8)
d'abord que le PIB est aussi un concept territorial et un concept de flux, défini pour une période.
C'est la somme des productions de biens finaux réalisés à l'intérieur d'un territoire donné
pendant une période donnée. Biens finaux s'opposent à consommations intermédiaires.

Les biens finaux se décomposent donc en :

C : Consommation Finale des Ménages

G : Consommation Finale de l'Etat

On a donc PIB = C + G + I dans un territoire isolé

Si maintenant certaines entreprises du territoire produisent des biens et services pour les
exporter, tandis que certains acteurs du territoire (entreprises et ménages) achètent des biens et
services à l'étranger, on a :

PIB + M = C + G + I + X

avec X : exportations

M : importations

ou PIB = C + G + I + (X - M) (1)

avec (X - M) = solde de la balance des biens et services donc de la BTC.

(X - M) = PIB - (C + G + I) (1 bis)

Le solde de la BTC est donc égal à la production de biens finaux, moins la "consommation" (au
sens large : consommation "productive" c'est-à-dire I compris) de ces biens finaux sur le
territoire.

Un territoire en excédent de BTC produit plus qu'il ne consomme.

Un territoire en déficit de BTC consomme (toujours au sens large défini ci-dessus) plus
qu'il ne produit.

Le PIB, on l'a vu au chapitre 8, est aussi égal à l'ensemble des revenus distribués aux acteurs
résidant sur un territoire pendant la période considérée. Rappelons pourquoi. Tout ce qui a été
produit sur le territoire l'a été avec du travail et du capital. La totalité de la production finale est
donc, en l'absence de tout prélèvement étatique, égale aux salaires distribués et aux profits. En
fait l'Etat prélève une partie de ces salaires et profits, et les entreprises distribuent une partie des
profits aux ménages détenteurs d'actions des entreprises et gardent le reste sous forme
d'autofinancement.

Cerna 216
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Donc finalement PIB = T + RM + CF

avec T = impôts et taxes perçus par l'Etat

RM = revenu disponible des ménages = salaires + profits distribués aux ménages

CF = autofinancement = part des profits conservés par les entreprises.

Quant aux ménages ils consacrent une partie de leurs revenus RM à leur consommation, déjà
notée C, et épargnent l'autre partie, soit S cette épargne des ménages.

On a donc PIB = T + C + S + CF (2)

En rapprochant (1) de (2) on a :

T + C + S + CF = (FM + G + I + (X - M)

(X - M) = (T - G) + (S + CF - I) (3)

(T - G) est le solde budgétaire : la différence entre recettes T et dépenses G de l'Etat, autrement


dit l'épargne publique, qui est négative s'il y a déficit budgétaire.

(S + CF - I) est l'épargne nette privée, c'est-à-dire l'excédent de l'épargne des ménages et des
entreprises sur leurs dépenses en investissement.

On voit donc que les territoires en excédent de BTC ((X- M) > 0) dégagent une épargne nette
(publique + privée) positive. Ils ont trop d'épargne pour leurs besoins intérieurs et c'est cette
épargne qu'ils exportent vers les territoires qui inversement ont une épargne nette négative et qui
ont besoin d'importer une épargne de l'extérieur pour financer leur consommation et leur
investissement interne.

Cette égalité comptable (3) explique le terme de "double déficit" utilisé à propos du territoire
des Etats-Unis depuis le début des années 80.

On conçoit que si, toutes choses égales par ailleurs, le déficit public augmente - soit que T
diminue soit que G augmente - le déficit de la BTC doit augmenter d'autant. C'est le cas aux
Etats-Unis où, à partir des années 80, on a assisté au creusement parallèle d'un double déficit :
celui du budget fédéral et celui de la BTC.

En 2004, le déficit budgétaire américain est de 422 milliards de $ et le déficit de la BTC de


650 milliards de$.

En conséquence, les Etats-Unis empruntent massivement de l'épargne à l'extérieur, dans les pays
à excédent de BTC, particulièrement les pays asiatiques et en partie l ‘Europe.

Cerna 217
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

3. Un territoire peut-il vivre durablement avec un déficit de la BTC ?

Oui, tant que des acteurs d'autres territoires acceptent de prêter de l'argent à des résidents de ce
territoire ou à l'Etat de ce territoire.

L'endettement international

S'endetter pour financer un déficit des transactions courantes est légitime si cet endettement
permet, au bout d'une certaine période, de dégager un excédent qui permettra de rembourser la
dette.

La condition fondamentale pour pouvoir le faire est que les emprunts soient utilisés de manière
telle qu'ils engendrent, in fine, une augmentation du revenu national (du PIB) supérieure à leur
coût total (principal et intérêts).

Le ratio essentiel, pour juger de l'endettement, est donc le ratio Dette/PIB.

Partons d'un niveau d'endettement donné. Si ce ratio se maintient (taux de croissance de la dette
= taux de croissance du PIB) cela signifie que le pays, quelle que soit la date où les flux
financiers s'inverseront, devra dégager pour rembourser une épargne excédentaire qui sera une
part constante de son PIB. Si le ratio s'améliore (croissance de la dette < croissance du PIB)
parce que la dette engendre une croissance supérieure au taux d'intérêt (expression dynamique
de la condition ci-dessus) il devient de plus en plus facile de rembourser, en ce sens que
l'épargne excédentaire à dégager diminue par rapport au PIB. Par contre si ce ratio augmente,
cela signifie que la part du PIB qu'il faudra épargner au-delà des investissements nationaux,
devra augmenter. Il faudra dégager une épargne forcée ce qui peut entraîner des phénomènes
dépressifs cumulatifs (baisse du PIB).

Ceci ne dit rien du niveau absolu d'endettement tolérable. En fait, il peut être d'autant plus élevé
que les perspectives de croissance de l'économie concernée le sont. La vraie question est celle
de la dynamique de l'endettement. La courbe générale du ratio dette/PIB doit avoir la forme
suivante :

Dette/PIB

temps

Le pays devient
exportateur
de capitaux

Cerna 218
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Restent cependant deux problèmes :

− La dette, empruntée en devises, doit être remboursée en devises. Donc une part du revenu
supplémentaire créé par l'usage des emprunts doit être transformée en devises. Mais ceci ne
soulève aucune difficulté a priori. En effet tant que les pays prêteurs ont une balance
courante excédentaire, ils ont de l'épargne à prêter, et la dette des pays emprunteurs non
seulement peut mais doit augmenter (les dettes antérieures arrivées à échéance peuvent et
doivent être refinancées). Quand les pays prêteurs ont réellement besoin de rapatrier ces
capitaux, c'est qu'ils sont devenus déficitaires en opérations courantes, donc ipso facto, le
marché est créé pour les exportations des pays endettés. Des difficultés peuvent néanmoins
affecter tel ou tel pays endetté, s'il se place moins bien que les autres (mauvaise
spécialisation) sur ce marché mondial qui s'est ouvert pour tous. Mais dans ce cas les pays
dont l'excédent dépasse le service de la dette peuvent à leur tour leur prêter.
− Il faut que le surplus provoqué par l'emprunt soit dégagé au moins en partie avant la
date de remboursement de l'emprunt, sinon il faut le transférer du reste de l'économie, au
sein de laquelle il faut provoquer une épargne forcée qui a coup sûr nuira à sa dynamique
propre. Il faut donc que les investissements à long terme (i.e. qui provoquent des
augmentations de revenus au bout d'un long délai) soient financés par des emprunts à long
terme.
Cela n'a pas été le cas pour l'endettement du Tiers Monde dans les années 70, et c'est une
dimension importante (mais non la seule) du "problème" de la dette de cette zone, qui a éclaté
dans les années 80 et qui n’est toujours pas réglé aujourd’hui pour nombre de pays.

4. Comment un territoire peut-il réduire et inverser un déficit de la BTC ?

Il existe schématiquement deux moyens : l'ajustement structurel et la dévaluation de la monnaie

4.1. L'ajustement structurel

Revenons à l'égalité (3) : (X - M) = (T - G) + (S + CF - I)

Annuler un déficit de BTC (X - M < 0) par l'ajustement structurel consiste à déprimer la


consommation intérieure pour augmenter l'épargne nette du territoire.

De cette manière, les importations M que l'on peut supposer positivement corrélées à la
consommation intérieure vont être réduites, tandis que des capacités productives, initialement
destinées à satisfaire la consommation intérieure, vont être disponibles et pouvoir se réorienter
vers l'exportation. X augmente et M diminue. Comment y parvenir ? Soit en réduisant le déficit
public, soit en réduisant C si cela augmente l'épargne S des ménages, soit en réduisant I, soit
évidemment par une combinaison des trois.

Mais en vérité, ces variables ne sont pas indépendantes. L'analyse de leur interdépendance
relève, on l'a vu en seconde partie, de la macro-économie. Contentons-nous ici d'une simple

Cerna 219
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

illustration. Supposons que pour réduire le déficit budgétaire (T - G) l'Etat augmente les impôts
sur les ménages de ∆ T. Dans ce cas le revenu disponible des ménages RM diminue de ∆ T. Si
les ménages maintiennent leur consommation au niveau antérieur et font porter la réduction de
leur revenu uniquement sur leur épargne, on a une diminution de S de ∆ T, donc une réduction
de l'épargne nette privée exactement égale à l'augmentation de l'épargne nette publique et l'effet
sur l'épargne totale du territoire est nul.

D'autre part réduire la consommation de l'Etat, celle des ménages ou la l’investissement des
entreprises peuvent avoir les mêmes effets de reconstitution de l'épargne intérieure et de
réduction du déficit extérieur à court terme, mais des effets très différents sur la croissance à
plus long terme. Sacrifier de l'investissement est plus grave pour la croissance future que
sacrifier de la consommation finale.

Enfin, ces politiques sont presqu' inévitablement récessionnistes, en ce sens que réduire la
consommation intérieure conduit aussi, au moins dans un premier temps, à une réduction de la
production donc généralement à du chômage car les capacités rendues disponibles ne peuvent
généralement pas être utilisées immédiatement pour l'exportation.

Nous n'entrerons pas ici plus avant dans les mécanismes et les moyens des politiques
d'ajustement. Il nous suffit de retenir que réduire la consommation intérieure pour dégager une
épargne nette positive du territoire et réorienter la production vers les exportations est l'essence
même des politiques imposées dans les années 80 par le système bancaire international avec le
Fonds Monétaire International à sa tête, à certains territoires fortement déficitaires en BTC et
qui ne parvenaient plus à emprunter à l'extérieur pour financer ce déficit.

4.2. La dévaluation

4.2.1 Les effets d'une variation du taux de change

Nous analyserons ci dessous le fonctionnement du marché des changes. Pour ce qui suit il suffit
de savoir que le taux de change d’une monnaie, par rapport à une autre est simplement son prix
dans cette autre monnaie, pris qui se fixe sur le marché des changes.

Soit un pays en déficit des transactions courantes, dans quelles conditions une baisse du taux de
change de sa monnaie par rapport à toutes les autres peut-elle rétablir un équilibre ?

Supposons d'abord que les exportateurs laissent constants leurs prix à l'exportation en monnaie
nationale : ces prix diminuent dans les autres monnaies. Quant aux prix des importations en
monnaie nationale, ils augmentent.

Le premier effet, immédiat, d'une baisse du taux de change est donc de dégrader le solde
courant (Exportations - Importations : X - M) exprimé en monnaie nationale (tandis qu'il reste

Cerna 220
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

constant en devise).

Dans un second temps on peut supposer :

− que les importations diminuent en volume en raison de l'augmentation de leur prix en


monnaie nationale
− que les exportations augmentent en volume en raison d'une meilleure pénétration des
marchés étrangers permise par des prix à l'exportation abaissés en monnaies étrangères.

X-M en monnaie nationale

Temps

X-M avant
dépréciation X-M après
dépréciation

D'où la forme dite "en J" de l'évolution du solde courant :

On montre (condition de Marshall-Lerner) que l'effet à terme est un redressement du solde si la


somme des valeurs absolues des élasticité/prix des importations et des exportations est
supérieure à 1 17.

Mais, si les importations sont très inélastiques au prix (faible valeur absolue de l'élasticité) et
donc ne diminuent pratiquement pas en volume malgré la hausse de leur prix, et si les
exportateurs profitent de la baisse du change pour augmenter leurs marges et ne pas abaisser le
prix des exportations en devise, ou si l'inflation induite par la hausse du prix des importations
les contraint, pour conserver les marges initiales, à relever leur prix, alors, la courbe en J ne se
redressera pas, et le solde ne s'améliorera pas, au contraire. Une nouvelle baisse du change ne
faisant que le dégrader encore.

Une baisse du change ne peut contribuer à rééquilibrer durablement les échanges que si les
entreprises en profitent pour reconquérir en partie leur marché intérieur (réduire les
importations) et abaisser durablement leurs coûts à l'exportation de manière à ce que leurs parts

17L'élasticité au prix, ou élasticité prix des exportations est : (dX/X) / (dp/p), où p est le prix des

exportations, idem pour les importations.

Cerna 221
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

de marchés externes dépendent ensuite de leur compétitivité intrinsèque et non du glissement


permanent de leur monnaie. Autrement dit, elle n'est utile que si le délai qu'elle procure est
utilisé à améliorer la compétitivité tant interne (vis-à-vis des importations) qu'externe.

Quant à une évaluation de la monnaie nationale, elle ne réduit l'excédent extérieur que si les
importations augmentent en volume et les exportations diminuent. Ce ne sera pas le cas si
l'élasticité prix de la demande mondiale pour les exportations du pays est faible (signe d'une
spécialisation où l'on a peu de concurrents ou pour laquelle les effets de marque et de fidélité
sont prépondérants) et si les importations correspondent à des produits qui ne concurrencent pas
la production intérieure : par exemple de matières premières dont la demande est physiquement
limitée à revenu donné.

4.2.2 Interprétation d'une variation de change

Une baisse du taux de change signifie que le travail national s'échange contre moins de travail
étranger. Elle dévalorise le pouvoir d'achat des revenus internes exprimé en marchandises
externes (ceci peut s'illustrer par la séquence suivante : équilibre des opérations courantes au
départ, puis déficit ==> baisse du change ==> X augmente, M diminue ==> équilibre à
nouveau, mais moins de marchandises étrangères M doivent être acquises avec plus
d'exportations X. Inversement une augmentation du taux de change signifie que le travail
national s'échange contre plus de travail étranger.

5. Les marchés des changes

Les marchés des changes sont organisés par les banques. Elles y vendent et achètent des
monnaies les unes contre les autres.

Les monnaies pleinement convertibles sont les monnaies que n'importe qui (résident du pays
où la monnaie a cours comme non résident) peut demander à une banque de convertir dans une
autre monnaie. On appelle souvent devise une monnaie étrangère pleinement convertible.

Les monnaies non pleinement convertibles sont celles dont le droit de les vendre ou de les
acheter est soumis à certaines conditions, généralement liées aux raisons pour lesquelles les
acteurs économiques souhaitent les échanger. On parle dans ce cas de « contrôle des changes ».

Qu'elles soient pleinement ou simplement partiellement convertibles, les monnaies sont


« cotées » sur les marchés des changes et naturellement des marchés dérivés existent sur les
principales monnaies.

Cerna 222
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

5.1 La détermination des taux de change

En aucune façon un gouvernement ne peut « décider » des prix de sa monnaie en monnaies


étrangères, c'est-à-dire de ses taux de change. Ces prix résultent toujours de la confrontation de
l'offre et de la demande sur les marchés des changes. Mais les banques centrales peuvent acheter
ou vendre leur monnaie sur les marchés des changes pour en influencer le prix.

Pour vendre leur propre monnaie, il suffit qu'elles en créent. Elles créent un dépôt en monnaie
centrale (qui s'inscrit à leur passif) au profit de l'acheteur, en échange d'un dépôt en monnaie
étrangère (une devise) dont elles deviennent propriétaire et qui s'inscrit à leur actif, augmentant
ainsi leurs « réserves » en devises. Comme nous l’avons vu, les devises déposées dans une
banque centrale en échange de sa propre monnaie sont immédiatement placées par elle sur des
comptes rémunérés dans des banques du pays d’émission de ces devises. Les réserves de la
banque de France, mis à part son or, ne sont donc pas dans ses coffres, mais sur des comptes en
devises.

Pour acheter sa propre monnaie, en revanche, il faut qu’une banque centrale dispose
préalablement de réserves en devises. Quand elle n'en a plus, elle peut toujours essayer d'en
emprunter, par exemple à d'autres banques centrales.

En vendant et achetant sa monnaie, une banque centrale peut donc influencer son taux de
change. Une banque centrale qui veut "tenir" un certain taux de change de sa monnaie doit donc
pouvoir, s'il a tendance à baisser, se porter acquéreur de l'offre nette de sa monnaie par des
acteurs privés.

Lorsqu'une monnaie est pleinement convertible et que donc n'importe qui a le droit de
l'emprunter massivement pour la vendre aussitôt, on perçoit la difficulté de la tâche. C'est
beaucoup plus facile pour une monnaie partiellement convertible. Dans ce cas, ceux qui en
détiennent et ont légalement le droit de la vendre sont beaucoup moins nombreux et les volumes
nettement plus limités.

De quoi dépend donc le taux de change d'une monnaie ? De l'offre et de la demande de


cette monnaie contre d'autres.

Qui trouve-t-on du côté des vendeurs ? Ceux qui, disposant de la monnaie, veulent acquérir des
biens ou des titres 18 à l'étranger. Du côté des acheteurs, ceux qui, n'en disposant pas, veulent
acquérir des biens et des titres dans le pays :

18 Au sens le plus large : cela comprend les titres de propriété et les titres financiers et parmi ceux ci les

opérations sur dérivés : achats d'options, déposits sur contrats à terme, etc.

Cerna 223
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Achats de la monnaie nationale contre devises:

- X: exportations

- Inr: investissements directs, investissements de portefeuille et autres achats de titres des


non résidents dans le territoire

Ventes de la monnaie nationale contre devises

- M: importations

- Ir investissements directs, investissements de portefeuille et autres achats de titres des


résidents hors du territoire

Le solde achats - ventes d'une monnaie nationale par les acteurs économiques privés est donc :

Sp = (X + Inr) - (M + Ir)

Soit : Sp = (X - M) + (Inr-Ir) = BTC + BCp

Avec BCp la balance des capitaux , mais uniquement privés.

Si Sp est positif, les achats de monnaie nationale par les acteurs économiques privés, sont
supérieurs aux ventes privées. Pour que le taux de change ne varie pas, il faut que la banque
vende sa monnaie afin de faire le bouclage, et ses réserves en devises augmentent. Si la banque
centrale n’intervient pas, la demande de monnaie nationale étant supérieure à l’offre, le taux de
change s’apprécie. En soi, cette appréciation du taux de change a normalement un effet
équilibrant. Elle renchérit le prix, évalué en devises étrangères, des biens et des titres de
propriété du pays. La demande de ces biens et titres doit donc diminuer, donc les achats de
monnaie nationale pour les acquérir, ce qui ramène S à 0 si la hausse du taux de change est
suffisante. L’intervention de la banque centrale peut donc viser non à contrer toute hausse des
taux de change, mais simplement à la modérer.

Réciproquement, si Sp est négatif, les ventes privées de la monnaie nationale sont supérieures
aux achats et la banque centrale doit acheter sa monnaie, ses réserves diminuant d'autant, pour
que le taux de change ne varie pas. Si la banque centrale n’intervient pas, le taux de change se
déprécie. Les biens et titres du pays deviennent meilleurs marché en devises. Leur demande
augmente donc et avec elle la demande de la monnaie nationale, ce qui annule le solde Sp.

Quelle qu’ai été l’intervention de la banque centrale et la variation du taux de change, à l’issue
d’une période quelconque , on a donc :

Sp = Δ R

Cerna 224
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

5.2Les facteurs gouvernant le change

Δ R notant la variation des réserves en devises de la banque centrale.

Ce qui précède donne de premières indications sur les facteurs gouvernant l'évolution du taux de
change d'une monnaie. Si la banque centrale n'intervient pas :

- Font monter le taux de change :

o une amélioration de la balance commerciale,

o un afflux d'investissements directs et financiers dans le territoire

o une réduction des investissements des résidents à l’étranger.

- Font baisser le taux de change :

o une dégradation de la balance commerciale,

o une augmentation des investissements des résidents à l'étranger (auquel on peut


aussi donner le nom de « fuite des capitaux » vers l’étranger)

o un reflux des investissements étrangers sur le territoire.

On peut bien sûr observer des mouvements qui se compensent : une dégradation de la balance
commerciale laissera le taux de change inchangé si, dans la même période, on assiste à un afflux
de capitaux étrangers qui la compense exactement.

Il est utile de hiérarchiser les facteurs d'évolution du taux de change en fonction de leur inertie
temporelle.

- L'évolution de la balance commerciale dépend fondamentalement de la compétitivité


relative des exportateurs du territoire, ainsi que de la conjoncture économique, dans le pays
et à l'étranger. Elle est certes influencée par le taux de change, mais ses évolutions sont
relativement lentes ( cf. ci dessus).

- Il en est de même des investissements directs. Quand un industriel construit une usine ou
quand un investisseur achète des immeubles à l'étranger, ce n'est généralement pas pour les
revendre immédiatement mais en raison du rendement à long terme qu’il en escompte. Ce
rendement, exprimé en devises, est certes influencé par le taux de change. Mais il s’agit du
taux de change qui prévaudra sur la durée de vie de l’investissement, pas du taux de change
des 6 prochains mois. Les flux d’investissements directs sont donc aussi relativement
inertes et dépendent de « l’attractivité » du territoire, que le taux de change de long terme
influence, mais il n’en est pas le seul déterminant.

- Les placements purement financiers sont généralement beaucoup plus mobiles. C’est en

Cerna 225
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

particulier le cas des titres facilement négociables : les titres de dettes et les actions peuvent
être achetés et revendus dans les délais très courts, avec d'autant moins de perte qu'elles sont
liquides.

Ces différences de mobilité font que l'évolution quotidienne du taux de change dépend
essentiellement des mouvements des capitaux financiers mobiles, en tout cas pour les monnaies
pleinement convertibles 19. Ce qui gouverne l'entrée et la sortie de ce type de capitaux est très
simple. C'est l'appréciation par les investisseurs du couple rendement/risque que présentent les
titres du pays par rapport à ceux d'autres pays à monnaie convertible. Or dans un système de
monnaies pleinement convertibles et de libre circulation internationale des capitaux, aux risques
« classiques » que présente un titre s'ajoute évidemment le risque de change. Ceci, notons-le,
aussi bien pour un investisseur étranger que pour un résident du pays, puisque ce dernier n'est
nullement contraint d'investir en titres libellés dans sa monnaie, mais peut en choisir d'autres,
libellés dans une autre monnaie.

5.3.Les anticipations auto réalisatrices

Les anticipations de variation des taux de change jouent donc un rôle crucial dans leur
évolution. Si, toutes choses égales par ailleurs, un certain nombre d'investisseurs, nationaux ou
étrangers, se mettent à redouter qu'une monnaie va baisser, ils vendent leurs titres liquides
libellés en cette monnaie et vendent cette monnaie pour investir dans une autre, quand ils ne
spéculent pas tout simplement en la vendant à découvert (les marchés dérivés on l'a vu
permettent de faire cela avec des effets de levier considérables). Donc la monnaie va baisser.
Nous retrouvons donc, à propos des taux de change, le phénomène « d’anticipations auto
réalisatrices » que nous avons rencontré sur les marchés financiers à propos de la politique
monétaire « chamanique ».

On a vu que si le courant de vente a quelque importance, une banque centrale qui voudrait y
résister en achetant sa monnaie aura tôt fait d'y perdre ses réserves. Le seul moyen de « tenir »
le taux de change de cette monnaie est alors d'augmenter le rendement des titres, puisque le
risque perçu a augmenté.

La banque centrale peut augmenter les taux courts, et espérer que cela aura quelque influence
sur les taux longs. Remarquons que l'augmentation requise des taux peut être considérable.
Imaginons par exemple que des investisseurs soient persuadés qu'avant un mois le rouble se

19 Car ce sont en général justement ces mouvements qu’entrave le contrôle des changes quand la

monnaie n'est que partiellement convertible.

Cerna 226
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

dépréciera de 20% par rapport au dollar. Un titre ou une créance en roubles de maturité d'un
mois ne trouvera preneur auprès de ces investisseurs que si elle offre, au-delà de la rentabilité
qu'ils en attendent quand ils anticipent une stabilité du rouble, une prime de 20% en un mois,
soit 240% en taux annuel.

Quels sont les indicateurs pouvant conduire à une modification des anticipations d'évolution du
taux de change d'une monnaie ? Ils sont évidemment multiples, comme les facteurs influençant
le taux de change. La balance commerciale en est un. L'inflation en est un autre, suivi de
manière particulièrement attentive. En effet une inflation plus forte dans un pays que dans les
autres conduit presque inévitablement à une dépréciation du change. Elle dégrade la
compétitivité des exportateurs nationaux, donc à terme la balance commerciale, elle augmente le
prix des droits de propriété, donc réduit leur demande par l’étranger. L'inflation étant le produit
des politiques économiques, en particulier monétaires, on comprend que les investisseurs
surveillent particulièrement les politiques économiques des Etats. Cela conduit certains à parler
de « dictature des marchés financiers sur les Etats ».

Ce qui peut être retenu à ce stade, c'est que lorsque les capitaux circulent librement, les
politiques monétaires jouent un rôle crucial dans l'évolution du taux de change des
monnaies convertibles. Elles sont, avec les interventions nécessairement limitées des
banques centrales sur les marchés des changes, l'instrument essentiel de défense d'un taux
de change.

6. A la recherche du taux de change d’équilibre

Nous venons de voir que les facteurs influençant le taux de change : balance commerciale,
balance des investissements directs et solde des mouvements de capitaux « mobiles », sont eux-
mêmes influencés par l’évolution du taux de change, quoi qu’à des degrés divers. Il faut donc en
venir à l'épineuse question de l'existence d'un taux de change « d'équilibre ».

La politique monétaire, on l'a dit, agit sur les flux de capitaux les plus mobiles. Elle ne pourrait
tenir durablement un taux de change si, à ce taux, se mettaient en branle des mouvements plus
lents et plus profonds, affectant dans le sens d'une déstabilisation du taux la balance
commerciale et le solde des investissements directs.

A une époque où les flux internationaux de capitaux, qu'il s'agisse des investissements directs
ou des flux financiers, étaient très réduits, on pouvait légitimement estimer que le taux de

Cerna 227
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

change d'équilibre était celui qui équilibrait la balance courante 20. C’était donc le taux de
change qui assurait, pour restreindre l'analyse à deux pays, une compétitivité moyenne
équivalente des exportateurs des deux pays.

Un bon candidat était alors le taux de change dit de « parité des pouvoirs d'achat ». C'est le
taux de change entre l’euro et dollar, par exemple, qui fait que 1000 euros ont le même pouvoir
d'achat en France que, changé en dollars à ce taux, aux Etats-Unis. En d’autres termes plus
concrets, c’est le taux de change qui égalise le niveau moyen des prix dans les deux pays.

Un autre bon candidat serait, pour deux pays de niveaux de développement et donc de
productivité moyenne du travail, équivalents, le taux qui égalise les coûts salariaux dans les
deux pays. Lequel est le meilleur? La théorie peut en discuter et rechercher des vérifications
empiriques, le principe est clair : le taux de change d’équilibre est celui qui, en moyenne
période, équilibre les échanges extérieurs de biens et services.

Mais l'une des grandes vertus de la globalisation financière est justement de permettre à un pays
de vivre durablement, sans que sa monnaie ne s'effondre, avec un déficit commercial. Il suffit
que ce déficit commercial soit en permanence compensé par des entrées de capitaux.
Evidemment cela ne peut durer éternellement. Mais cela peut durer des décennies. C'est ce qui
s'est passé à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle, autre époque de forts
mouvements internationaux de capitaux. L'épargne accumulée dans les pays riches du vieux
continent allait s'investir dans les pays neufs d'Amérique et d’Australasie et stimulait leur
développement. Devenus riches, ces pays pouvaient à leur tour exporter une partie de leur
épargne pour financer les candidats suivants au rattrapage. Aujourd'hui il serait très souhaitable
que l'épargne excédentaire des pays riches, liée en particulier à l'épargne retraite d'une
population vieillissante, aille s'investir dans les pays émergents, autorisant ainsi ces pays à
importer durablement beaucoup plus de biens d'équipement et de technologies qu'ils n'exportent.

Mais quel est alors le taux de change d'équilibre ? On peut considérer que c'est celui qui
équilibre : (balance commerciale + balance des investissements directs), autorisant par exemple
la première à être négative et la seconde positive, ou réciproquement. Mais il existe également
des flux purement financiers qui s'investissent dans une perspective de long terme et non pour
profiter d'une simple amélioration temporaire des couples rendement / risque. Il faudrait alors
considérer que le taux d'équilibre serait celui qui équilibre une balance du type : (balance
commerciale + balance des capitaux « stables »). Les va et vient des capitaux « mobiles », plus
ou moins maîtrisés par la politique monétaire, faisant alors fluctuer le taux de change autour de
ce niveau d'équilibre.

20 C’est-à-dire la rendait nulle : Exportations = Importations en moyenne sur longue période.

Cerna 228
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

On voit bien les difficultés de cette définition. Premièrement, comment faire la part, parmi les
flux financiers, de ceux qui sont stables ? Deuxièmement, même si on ne considérait que les
investissements directs, comment évolue leur balance en fonction du taux de change ? C'est
extrêmement difficile à dire tant en théorie qu'en pratique. On conçoit bien que cela dépend de
"l'attractivité" d'un territoire pour les investissements directs étrangers d'une part et d'autre part
de la manière dont l'épargne constituée dans le territoire se partage entre investissement local et
investissement à l'étranger. Mais qu'est-ce qui fait l'attractivité d'un territoire ? Nous n'entrerons
pas plus avant dans ces débats. Il suffira ici de retenir que nombre d'économistes n'excluent
plus aujourd'hui qu'il puisse y avoir plusieurs taux d'équilibre pour le taux de change.

Cerna 229
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 12 : Les relations entre territoires

Concepts à retenir :

BTC

Balance des capitaux

Réserves

Ajustement structurel

Courbe en J

Conditions de Marshall Lerner

Devise convertible

Contrôle des changes

Marché des changes

Parité de Pouvoir d’Achat

Questions :

- Un pays en excédent de BTC exporte ou importe-t-il de l’épargne ? Pourquoi ?

- Peut on dire comme certains que les Etats Unis vivent « au dessus de leurs moyens »?

- Où sont placées les réserves d’une banque centrale ?

- Un pays peut-il vivre durablement avec une BTC déficitaire ?

- Dans quelles conditions une dépréciation du taux de change améliore-t-elle la BTC ?

- Comment un gouvernement peut-il « tenir » le taux de change de sa monnaie ?

- Peut-il le faire contre toute attaque spéculative ?

- Faites une liste de facteurs influençant le taux de change

Cerna 230
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 13. Le système monétaire international

1. Les systèmes monétaires internationaux (SMI)

1.1. Qu’est ce qu’un SMI ?

Un SMI est un ensemble d’arrangements entre Etats et de pratiques des acteurs économiques
qui rendent possibles et encadrent les relations économiques internationales.

On peut caractériser empiriquement un SMI par :

- Les régimes de change.

- La nature des « liquidités internationales », c’est-à-dire des moyens de paiement qui,


étant acceptés partout dans le monde, ont de ce fait également les fonctions d’unité de
compte : le commerce international est libellé dans ces instruments, et de réserve de
valeur : ce sont eux qui constituent les « réserves » des banques centrales et qui sont
conservés par les agents privés.

- La manière dont sont traitées les situations d'illiquidité d'un pays entier, en particulier :

- Que se passe-t-il lorsque les entrées de devises dans un territoire ne permettent plus aux
résidents (dont l’Etat) de payer leurs dettes en devises, dont la dette publique en devises?

- Existe-t-il un prêteur « en dernier ressort » pour prendre encore le risque de prêter à ce


pays?

1.2. Régimes de change : le triangle d’impossibilité de Mundell

Le régime de change présente deux cas polaires : changes fixes ou flottants. Un régime de
change fixe suppose que les gouvernements qui y participent affichent le taux de change de leur
monnaie contre les autres et le défendent, généralement collectivement 21. En change flexible,

21 Ainsi dans le Système Monétaire Européen qui a précédé l’Euro. La charge de la défense d’une

Cerna 231
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

les gouvernements ne s'engagent à rien. Ceci ne signifie pas qu'ils n'interviennent jamais pour
influencer leur taux de change, mais ils le font à leur gré et pour défendre des objectifs de
change qu'ils décident eux-mêmes, qui ne sont pas déclarés et qui peuvent changer.

Le célèbre « triangle d'impossibilité » de Mundell affirme qu'un SMI ne peut présenter à la fois
les trois caractéristiques suivantes, mais seulement deux d’entre elles :

1- autonomie des politiques monétaires des Etats.

2- changes fixes

3- liberté de circulation internationale des capitaux

Le triangle d’impossibilité de Mundell


Les trois sommets ne peuvent être vérifiés en même temps

1:Autono
mie de la
politique
monétaire

3:Liberté de
2:Changes circulation des
fixes capitaux

Nous avons vu plus haut pourquoi. Si les capitaux circulent librement (3), la politique monétaire
influence le taux de change. Si un gouvernement veut maintenir son taux de change fixe (2), sa
politique monétaire est largement asservie à cet objectif : elle n'est plus autonome (non 1).

Exemple bien connu : lorsqu' avant l'euro, le gouvernement français avait choisi de défendre une
parité fixe entre le franc et le mark, quand la Bundesbank relevait ses taux d'intérêts, la Banque
de France devait en faire autant.

Si les capitaux circulent librement (3) et si les politiques monétaires restent autonomes (1), les

monnaie qui fléchissait ne reposait pas sur la seule Banque Centrale du pays concerné, mais aussi sur
celles des monnaies qui s’appréciaient.

Cerna 232
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

taux de change ne peuvent être fixes (non 2).

On ne peut avoir autonomie des politiques monétaires (1) et fixité des changes (2) que si la
liberté de circulation des capitaux est très entravée (non 3 : contrôle des changes).

Les encadrés ci dessous donnent deux exemples historiques de SMI et de la manière dont était
configuré le triangle de Mundell.

2.Le SMI actuel

2.1 Le système de change

Dans le monde actuel, la situation est la suivante.

Depuis l'abandon officiel en mars 1973 du régime de change de Bretton Woods qui était
caractérisé par (1, 2, non 3) (cf encadré 2), les monnaies des pays les plus riches ont entre elles
des taux de change flexibles. Ainsi du dollar, de l'euro et du yen. Entre ces trois zones le
système est caractérisé par : (1+3, non 2).

Pour les autres pays, la situation est variable. Certains grands pays, tels la Chine, affichent une
politique de change en pratique fixe à l’égard du dollar, mais librement ajustable à leur
initiative. De plus, leur monnaie n’est pas totalement convertible : ils exercent un contrôle des
changes. Ils conservent ainsi une certaine autonomie de politique monétaire. Leur situation se
caractérise donc par (1 + 2, non 3).

La plupart des autres pays ont adopté une politique « d’ancrage », à une des trois devises clefs
ou à un « panier » de celles-ci. Cela signifie qu’ils s’engagent à tout faire pour tenir une parité
fixe, ou ajustable, mais dans des conditions généralement prévues. L’ancrage au dollar est
dominant (Amérique latine, une bonne partie de l’Asie). Le nombre de pays dont la monnaie est
ancrée à l’Euro (antérieurement au Franc : Afrique francophone ou au mark : Europe de l’est et
Balkans) a cru avec l’effondrement du socialisme à l’est de l’Europe. La nature de cet ancrage
(« peg » en anglais) est variable. La forme la plus rigide est le « currency board » (caisse
d’émission). Dans ce cas, le taux de change est fixé « définitivement » et la création monétaire
interne est strictement asservie au volume des réserves en devises. Le gouvernement abandonne
ainsi toute autonomie de politique monétaire : (2+3, non1). D’autres formes sont plus
« souples » et autorisent un « glissement » des taux qui sont défendus par les autorités
monétaires alors que subsistent des formes de contrôle des changes, ce qui procure une
autonomie monétaire minimale. Relativement peu nombreux sont les pays qui ont adopté un
régime de pure flexibilité.

Cerna 233
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

2.2 Les liquidité internationales

Quant aux liquidités internationales, dans le système monétaire international actuel, ce sont des
monnaies nationales. Le dollar est la principale, suivi de l’Euro et du Yen. La livre sterling et le
franc suisse jouent encore ce rôle. La prépondérance du dollar introduit une dissymétrie dans le
système monétaire international sur laquelle nous reviendrons ci dessous.

2.3. Anatomie d’une crise de paiements

La troisième caractéristique d’un SMI est la manière dont sont réglées les situations d'illiquidité
d'un pays. On peut poser le problème par analogie avec une banque ou plus généralement une
entreprise. Raisonnons à partir du cas d'un pays dont la monnaie est convertible, mais n'est
cependant pas acceptée à l'étranger en règlement d'un achat de bien ou en remboursement d'une
créance. Elle ne fait donc pas partie des « liquidités internationales ». Cela nous permettra
ensuite d'aborder une caractéristique du SMI actuel qui est la dissymétrie introduite par le fait
que certaines monnaies nationales soit de fait, des monnaies internationales, c'est-à-dire
acceptées partout.

Prenons par exemple le Brésil, dont le réal est convertible, mais n'est pas une monnaie
internationale. Supposons pour simplifier que la seule monnaie internationale est le dollar. Le
pays « Brésil » c'est, pour notre propos, l'ensemble des acteurs économiques résidant et
travaillant au Brésil, gouvernement compris. Le Brésil peut s'analyser comme une entreprise qui
vend des biens et titres brésiliens à l’étranger, qui lui sont payés en dollars et qui, avec ces
dollars, achète des biens et des titres à l'étranger. A toute période, certains achats à l’étranger
sont obligatoires. Il s’agit du rachat des créances que les acteurs publics et privés ont vendu
dans les périodes antérieures. Autrement il s’agit du remboursement des emprunts en dollars
contractés antérieurement.

Si le comportement spontané des acteurs privés, résidents et étrangers est tel que, pendant une
période donnée, le Brésil achète plus qu'il ne vend, c'est la banque centrale qui doit faire le
bouclage, on l'a vu, en puisant dans des réserves en dollars préalablement constituées, c'est-à-
dire en vendant des titres libellés en dollars qu'elle a antérieurement achetés. Quand elle n'en a
plus, la seule solution, pour le gouvernement brésilien, c'est d'émettre de nouveaux titres de
dette publique en dollars et de tenter de les vendre à l'étranger. Si personne, entendons aucun
acteur privé étranger, ne veut les acheter, c'est la « faillite », en un sens certes très particulier. Le
Brésil est en situation de défaut de paiement. En particulier, il ne peut plus rembourser une
partie des dettes qui arrivent à échéance, c’est-à-dire racheter les créances qu’il avait émises en
s’endettant.

Cerna 234
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Qu'est-il prévu dans l'organisation actuelle du SMI dans ce cas ? Curieusement : rien, ou
plutôt rien d'officiel et de systématique.

Que se passe-t-il alors ?

- Soit le gouvernement décrète unilatéralement un moratoire sur sa propre dette (il en


repousse les échéances) et laisse plonger sa monnaie, qui naturellement s'effondre
puisque les résidents brésiliens soumis à une contrainte de paiement en dollars vendent le
réal en excès par rapport aux quantités demandées. La chute du réal ne fait qu’aggraver la
situation de défaut de paiement. En effet les acteurs résidant au Brésil endettés en dollars
qui devaient par exemple rembourser un million de dollars n’avaient besoin de changer
qu’un million de réal quand le cours était de 1 réal = 1 dollar. Supposons qu’ils en
disposaient et pouvaient donc honorer leur dette. Si le cours s’effondre à 1 réal = 0,5 dollar.
Il leur faut disposer de deux millions de réals pour honorer leur dette. Beaucoup ne pourront
le faire. Les situations de défaut de paiement se multiplient donc. La chute du réal a
cependant normalement une fin. Quand il s’est suffisamment déprécié, les biens et certains
titres brésiliens (comme les droits de propriété) deviennent en effet très bon marché en
dollar. Un courant d’achat de ces biens et titres par des étrangers se reconstitue donc, ce qui
équilibre à nouveau le marché du réal contre dollar. Mais entre-temps de nombreux acteurs
brésiliens endettés en dollars auront fait faillite et leurs créanciers étrangers n’auront pas été
remboursés.

- Soit le gouvernement brésilien se tourne vers le Fonds Monétaire International (FMI),


c'est-à-dire en fait vers les gouvernements des pays riches qui détiennent le pouvoir dans
cette institution internationale. Au FMI, il demande de lui prêter des dollars, c'est-à-dire
d'acheter les titres de dette publique dont personne ne voulait. Il utilise ces dollars à assurer
les échéances de sa propre dette en dollar, éventuellement à prêter à des résidents brésiliens
qui ont aussi des échéances (en particulier des banques qui ont emprunté en dollars), à
reconstituer ses réserves et à les vendre aussitôt pour essayer de limiter la chute du réal. En
pratique, le FMI ne prête pas sans conditions. Il négocie un plan de restructuration de la
dette publique, mais aussi de la dette privée (car le FMI amène avec lui les grandes banques
qui avaient prêté au Brésil, qui donc auraient subi les défauts de paiement, publics ou
privés, et ont par conséquent un intérêt évident à participer à la restructuration, quitte pour
cela à renouveler les crédits arrivés à échéance). Les conditions imposées par le FMI visent
toutes à ce que le Brésil se mette en situation d'acheter moins et de vendre plus à l'étranger,
pour reconstituer ses réserves et tenir sa monnaie.

Cerna 235
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Deux remarques conclusives s'imposent à ce stade.

La première est que la crise que nous venons de décrire peut résulter d’anticipations
autoréalisatrice en raison de l’importance des capitaux mobiles.

Si une majorité d’acteurs, résidents et non résidents, détenant des titres brésiliens anticipent une
baisse du réal, les capitaux mobiles vont « fuir » le Brésil. Le flux d’achats de titres à l’étranger
par les résidents brésiliens augmente rapidement et le flux d’achat par l’étranger de titres
brésiliens devient négatif. Le pays va donc se trouver instantanément dans une situation où il
achète plus qu’il ne vend à l’étranger. Après épuisement rapide des réserves, la monnaie
s’effondre, justifiant les anticipations.

La seconde remarque concerne le rôle du FMI.

Même en supposant qu'il agisse dans l'intérêt général, en supposant donc que ce concept puisse
être défini, le FMI se trouve devant le même type de difficulté qu'une banque centrale voulant
défendre, face à une crise bancaire, ce bien d'intérêt général qu'est la qualité d’une monnaie(cf
Chapitre 5).

La question pour le FMI est : s'agit-il d'une simple crise de liquidité ou d'une crise
d'insolvabilité exigeant des destructions et des transferts importants de droits de propriété ?
Autrement dit, le besoin de liquidité (de dollars) du Brésil est-il temporaire, parce que les
emprunteurs y sont fondamentalement solvables et que l’ensemble des résidents est capable,
structurellement, de vendre autant de biens et titres à l’étranger qu’il n’en achète, ou bien la
crise de liquidité est-elle le signe d’une situation d’insolvabilité telle que, si des mesures
drastiques ne sont pas prises, le Brésil va continuer à vendre à l’étranger moins qu’il n’achète ?

Telle est la question à laquelle le FMI a la lourde responsabilité, quand il est sollicité, de devoir
répondre. Dans les faits, la forte conditionnalité des prêts du FMI (les politiques économiques et
les restructurations qu'il impose) indiquerait qu'il se place toujours dans l'hypothèse d'une crise
d'insolvabilité. Le prêteur en dernier recours, face à une crise d'illiquidité, prête en effet sans
condition, puisque par définition, la crise n'est que temporaire et que le fonctionnement normal
des marchés, après l'injection de monnaie, remettra tout en ordre. Le FMI agit plutôt comme une
banque centrale à l'égard d'une banque particulière au bord de la faillite : elle la prend en tutelle
et la réorganise. Cela fait dire à certains qu'il manque dans le système un véritable prêteur en
dernier recours.

3. Dissymétrie du SMI actuel

Ce qui arrive, périodiquement, au Brésil peut-il arriver aux Etats-Unis ? La description même de
la crise brésilienne donne la réponse : c'est non. En effet si les résidents américains veulent

Cerna 236
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

acheter plus de biens et titres à l'étranger qu'ils n’en vendent, rien n'est plus simple : ils
empruntent à leur système bancaire qui crée des dollars pour cela. Les Etats-Unis, en tant
que pays, n'ont aucune réserve à constituer, puisque leur monnaie est une monnaie de réserve
pour les autres. Ainsi l'excès des achats sur les ventes des résidents américains ne se traduit-il
pas par la baisse des réserves américaines (concept qui n’a aucun sens), mais par l'augmentation
des réserves en dollars des banques centrales des autres pays, ou des dépôts en dollars détenus
par des acteurs privés étrangers. Banques centrales et détenteurs privés ne peuvent les utiliser
que pour acheter des titres aux Etats-Unis. C’est cette vente supplémentaire « contrainte » de
titres américains qui assure le bouclage que le Brésil est obligé, dans la même situation, d'aller
quémander au FMI.

Le SMI actuel est ainsi profondément dissymétrique.

On voit néanmoins où réside l'éventuelle difficulté pour les Etats Unis. Dans le système actuel,
le dollar n'est en effet plus la seule monnaie acceptée internationalement. l’euro et le Yen le sont
aussi, bien qu’à un moindre degré. Ainsi, si les banques centrales et les acteurs privés chez qui
ont fini par se concentrer les dollars dont nous venons de parler souhaitent les changer pour
acheter non des titres en dollars mais des titres en euro, le dollar baissera vis-à-vis de l'euro. Est-
ce grave et surtout pour qui est-ce grave aux Etats-Unis ? Pour peu de gens en vérité si la baisse
est de faible ampleur. Naturellement, il ne faudrait pas que cette baisse du dollar se révèle
cumulative par fuite de capitaux. Eventuellement un léger resserrement de la politique
monétaire stoppera toute velléité de ce genre. Car où iraient se placer les centaines de milliards
de dollars investis aux Etats-Unis par des non-résidents ? En Europe ? Avec l'euro, c'est
désormais tentant.

La compétition entre le dollar et l'euro a donc commencé. La première conséquence en


sera de fortes fluctuations du taux dollar-euro, à moins que les deux zones ne décident de
coordonner systématiquement leurs politiques monétaires.

Les Etats-Unis devraient alors abandonner un peu de ce qu'ils considéraient jusqu'ici comme
une liberté absolue : conduire la politique monétaire américaine en fonction des seuls intérêts
des Etats-Unis. Car de violentes fluctuations dollar-euro ne leur permettait plus de manifester la
plus parfaite indifférence, le fameux « begning neglect », à l'égard de la valeur extérieure de
leur monnaie.

Cerna 237
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Encadré 1 : L'étalon sterling du milieu du 19ème siècle à l'entre-deux-guerres

Dans ce système, la livre sterling mais aussi les principales monnaies européennes sont convertibles en or,
si bien qu'on le qualifie souvent de système de l'étalon or. En vérité en 1913, alors que le statut de la livre
comme monnaie internationale n'est nullement contesté, l'or détenu par la banque d'Angleterre ne
représente que 38% des avoirs liquides 22 en sterling des non-résidents. Alors qu'en 1967 quand se
manifestent les premiers signes de défiance à l'égard de la convertibilité du dollar, les avoirs en or du
F.E.D. 23 représentent encore 95% des liquidités en dollars et qu'à la veille de la suspension de la
convertibilité du dollar en Juillet 1971 ce chiffre est encore de 40%. La confiance dans la livre comme
monnaie internationale jusqu'en 1914 et la stabilité du système d'étalon sterling ont donc d'autres causes
que la convertibilité en or de cette monnaie.
Le principe qui organise le système de l'étalon sterling est la stabilité absolue des changes dont la
convertibilité or n'est qu'une expression. Cette volonté de stabilité, partagée par l'ensemble des
gouvernements participant au système, signifie qu'à l'époque le maintien de la valeur des contrats privés
passe avant les objectifs macro-économiques nationaux qui pourraient éventuellement être atteints par les
manipulations monétaires, et ceci y compris en Grande-Bretagne. Le système se caractérise aussi par une
liberté pratiquement totale de circulation des capitaux.
Dans les pays, et c'est alors le cas des États-Unis, qui ne disposent pas véritablement d'un système
monétaire capable d'une régulation autonome de la monnaie nationale, c'est la livre sterling qui est
acceptée comme réserve monétaire directement par les banques commerciales. Et les actifs en sterling
sont détenus par ces banques sans couverture de change en raison de l'intangibilité des taux de change.
La régulation de la liquidité internationale résulte du maniement par la banque d'Angleterre de son taux
de réescompte(qui détermine les taux d'intérêt à court terme). L'émission de liquidités internationales est
en effet la contrepartie du déficit de la balance de base de la Grande-Bretagne (généralement un excédent
de la balance commerciale plus que compensé par un déficit de la balance des capitaux à long terme).
Lorsque ce déficit devient excessif, menaçant, si cet excès se prolongeait, la convertibilité de la livre, la
banque d'Angleterre relève son taux de réescompte. Cela entraîne une hausse des taux d'intérêt en
Grande-Bretagne qui provoque une récession et donc augmentation de l'excédent commercial en même
temps que cela réduit les sorties de capitaux à long terme. Compte tenu de la complète liberté de
mouvement des capitaux, cette hausse des taux anglais contraint les autres banques centrales à relever
également les taux d'intérêt. Il y a donc transmission internationale de la conjoncture économique qui
limite a priori les déséquilibres des balances commerciales.
Pour les autres pays la politique monétaire se borne à la défense de la parité de leur monnaie. De légères
fluctuations, par rapport au taux anglais, des taux d'intérêt intérieurs suffisent à rétablir les déséquilibres
limités des balances commerciales. L'efficacité des politiques monétaires résultait à l'époque d'une grande
sensibilité des salaires et des prix aux variations des taux d'intérêt.
La destruction du système de l'étalon sterling viendra, entre les deux guerres, de la résurgence des
nationalismes monétaires qui utiliseront les dévaluations comme arme économique. On sait que cela
finira par un fractionnement de l'économie mondiale en zones monétaires autonomes n'ayant plus que peu
de rapports entre elles mais que cela s'accompagnera d'un effondrement du commerce international.

22Les avoirs ou actifs "liquides", ou les "liquidités" sont ceux qui peuvent se transformer instantanément

ou très rapidement en monnaie.

23FED : La banque centrale américaine.

Cerna 238
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Encadré 2 : L'étalon dollar de Bretton Woods à 1971

L'organisation du système

Le système monétaire international institué par la conférence de Bretton Woods en 1944 se fixe les règles
suivantes :

− Les règles de change :


Les autorités monétaires des pays participant à l'accord sont libres de déclarer ou non la convertibilité de
leur monnaie nationale en or. En fait, seul le dollar se déclare convertible en or au cours de 1934 (35$
l'once). Les autres monnaies auraient pu le faire en théorie, mais ne l'ont pas fait.

La règle de change est que tous les gouvernements participant à l'accord doivent maintenir la parité de
leur monnaie vis-à-vis de l'or ou d'une monnaie convertible avec une marge de ± 1 %. Ainsi, compte tenu
de la décision américaine de rendre le dollar convertible :

(i) Toutes les autres gouvernements doivent maintenir leur parité vis-à-vis du dollar (donc entre elles à ±
2 %) en faisant intervenir leur banque centrale sur les marchés des changes. Par exemple si le franc baisse
par rapport au $ en raison d'offres de francs contre $ par les banques privées qui interviennent sur le
marché des changes supérieures aux demandes de francs contre $, la banque de France achète des francs
en vendant des $. Cela suppose qu'elle ait des réserves en $.

(ii) Les États-Unis n'ont pas à intervenir sur les marchés des changes, mais à assurer la convertibilité du
dollar en or.

− L'organisation des ajustements des balances des paiements : le Fonds Monétaire International (F.M.I.)
Sa création affirme une responsabilité collective sur l'organisation du S.M.I.. Les pays membres confient
au Fonds des dépôts. Au départ : 25 % en or, le reste dans leur monnaie (dépôts en or supprimés en 1975
et remplacés par des dépôts en devises). Le principe général est que le F.M.I. prête aux pays qui en ont
besoin pour équilibrer leur balance des paiements. Il prête dans les monnaies que le pays désire acquérir.
Dans l'exemple précédent, si la banque de France n'a plus assez de réserves en $ pour soutenir le franc,
elle demande un prêt en $ au F.M.I., en donnant des francs en garantie. Plus les prêts sont importants, plus
ils sont conditionnels c'est à dire assortis d'engagements de politique économique destinées à rétablir
l'équilibre de la balance de base.

Si le déficit ou l'excédent a des causes structurelles et que donc les prêts du Fonds ne peuvent suffire à le
réduire, le pays est amené à modifier la parité de sa monnaie. Si la variation est inférieure à 10 %, il suffit
de prévenir. Si la variation est supérieure à 10 %, il faut négocier avec le FMI, donc avec les autres
membres. En pratique, il est clair que pour éviter la spéculation, personne n'a jamais prévenu dans le
premier cas.

Cerna 239
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

− Les liquidités internationales


Rien n'est explicitement prévu dans les accords de Bretton Woods concernant l'émission des liquidités
internationales c'est-à-dire des instruments monétaires servant à régler les excédents et les déficits et
détenus en réserves par les banques centrales, mais aussi éventuellement par des agents privés. Keynes,
qui représentait la Grande-Bretagne, avait proposé que le F.M.I. ou une autre instance internationale soit
chargé de l'émission d'une monnaie internationale : le "bancor". Mais cette proposition avait été écartée
par les négociateurs américains. En pratique le dollar fut la principale liquidité internationale.

Le fonctionnement du système de Bretton Woods

Ce système n'a véritablement fonctionné selon ses règles initiales que pendant 13 ans. En effet jusqu'en
1958 les monnaies européennes étaient inconvertibles. Le solde des échanges commerciaux et des
mouvements de capitaux longs en Europe s'effectuait dans le cadre d'un mécanisme de compensation
multilatéral : l'Union Européenne des Paiements, organisée par la BRI (Banque des Règlements
Internationaux, située à Genève). Les États-Unis jouaient globalement le rôle de prêteurs à ce système (en
particulier avec le plan Marshall). Pendant toute cette période une sous-évaluation manifeste des
monnaies européennes stimule la reconstruction.

La plupart des monnaies européennes se déclarent convertibles et fixent leurs parités par rapport au dollar
en 1958. Le système fonctionne alors tel que l'a prévu la conférence de Bretton Woods. Les mouvements
de capitaux monétaires (à court terme) sont très contrôlés et les déséquilibres des balances de base ont
donc comme contrepartie essentielle les règlements officiels (les variations de réserves des banques
centrales).

La contrainte d'ajustement sur les pays en déficit de BOC est exercée par le F.M.I. auprès de qui peuvent
s'endetter temporairement les pays en déficit et avec qui ils doivent négocier des réajustements de parités.
Ce système permet cependant une relative indépendance des politiques économiques et celles-ci,
combinées avec des différences de performances économiques, conduiront à de nombreuses dévaluations.
Ainsi, si le contrôle des mouvements de capitaux monétaires favorisait a priori le maintien des changes
fixes en limitant la spéculation, l'indépendance des politiques, liée en particulier au développement de la
régulation keynésienne à l'intérieur des économies nationales, conduira à des ajustements nombreux tout
particulièrement dans les pays qui pratiqueront assez systématiquement des politiques monétaires et
budgétaires expansionnistes et inflationnistes, tels que la France ou l'Italie.

Cerna 240
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 13 : Le Système Monétaire International

Concepts à retenir :

- Liquidités internationales

- Triangle d’impossibilité de Mundell

Questions :

- Expliquer le triangle d’impossibilité de Mundell

- Le recours au FMI en cas de crise des paiements est il obligatoire ?

- Le FMI est-il un prêteur en dernier recours international ?

- En quoi consiste la spécificité américaine dans le SMI actuel. Va-t-elle durer ?

Cerna 241
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Cerna 242
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 14 : Commerce international et globalisation

Jusqu'à présent nous avons décrit les flux de marchandises entre territoires, et la régulation
assurée par le SMI. Nous n'avons pas analysé les causes des échanges internationaux et
marchandises, et l'intérêt qu'ils présentent pour les acteurs de chacun des territoires entre
lesquels circulent ces marchandises. C'est l'objet des théories du commerce international, qui
sont, avec Smith et Ricardo, aussi anciennes que l'économie, de modéliser ces phénomènes.
Nous les présenterons, y compris dans leurs développements récents.

Pour conclure, nous instruirons le dossier de la globalisation, accusée par certains d’accentuer
les inégalités économiques dans le monde actuel.

1. La théorie des avantages absolus (A. Smith)

Le modèle de A. Smith est le suivant :

− 2 pays : Grande-Bretagne (G.B) et Etats-Unis (E.U)


− 2 biens : textile (T) et blé (B)
Smith adopte la théorie de la valeur travail. Il existe un seul facteur de production, le travail. Le
prix des biens est proportionnel à la quantité de travail direct et indirect contenu, mesuré en
unité de travail u.

Temps de travail - Prix

G.B. E.U.

Textile 5 u —> 1 T 10 u —> 1 T

Blé 10 u —> 1 B 5 u —> 1 B

Dans les deux pays, le travail total fourni est de 15 u pour une consommation de (1 T + 1 B)

Le Textile est moins cher en G.B. (5 u) qu'aux E.U. (10 u).

Le Blé est moins cher aux E.U. (5 u) qu'en G.B. (10 u).

Si chaque pays se spécialise dans la production pour laquelle il a un avantage absolu (il est le

Cerna 243
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

moins cher) et si 1 T s'échange contre 1 B (puisqu'ils demandent chacun 5 unités de travail là où


il est le plus facile de les produire), la spécialisation donne par exemple ceci :

G.B. E.U.

Textile 10 u —> 2 T 0 u —> 0 T

Blé 0 u —> 0 B 10 u —> 2 B

Avec l'échange 1 T <—> 1 B chaque pays retrouve le même niveau de consommation qu'en
autarcie (1 T + 1 B) mais en ayant travaillé 10 au lieu de 15.

Il y a donc gain dans les deux pays, ici exprimé en temps de loisir supplémentaire de 5 u
non travaillées pour le même niveau de vie.

Mais les termes de l'échange (T contre B) n'ont pas de raison d'être égaux à 1.

L'échange reste mutuellement bénéfique tant que les termes de l'échange (Prix du Textile en Blé
dans l'échange), restent compris entre les prix du Textile en Blé dans les deux pays.

Vérifions.

En G.B. le prix du textile en Blé est 0,5.

Supposons ce prix sur le marché international, il faut offrir 2 T pour avoir 1 B

2 T <—> 1 B.

On a la situation suivante :

G.B. E.U.

Textile 15 u —> 3 T 0 u —> 0 T

Blé 0 u —> 0 B 10 u —> 2 B

Les Etats-Unis vendent 1 B pour 2 T.

La Grande-Bretagne consomme 1 T + 1 B et travaille 15 : sa situation est inchangée par rapport


à l'autarcie.

Les Etats-Unis consomment 2 T + 1 B et travaillent 10 : leur situation encore améliorée par


rapport au cas précédent.

Tout l'avantage de l'échange est concentré aux Etats-Unis s'il se fait au prix relatif en vigueur en
G.B.

On vérifiera inversement que si l'échange se fait au prix intérieur aux E.U. : Prix du Textile en
Blé = 2 (soit échange 1 T <—> 2 B), l'avantage est concentré en G.B.Donc on a :

Cerna 244
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

0,5 < Prix international du Textile en Blé < 2

Si l'on exclut les extrêmes, l'échange avec un prix international compris entre les prix
relatifs dans les deux pays est toujours mutuellement bénéfique.

2. Le théorème des avantages comparatifs (Ricardo)

Multiplions par 3 des coûts aux Etats-Unis, les deux productions y sont alors plus chères (en
termes de valeur travail) qu'en GB.

G.B. E.U.

Textile 5 u —> 1 T 30 u —> 1 T

Blé 10 u —> 1 B 15 u —> 1 B

Les prix relatifs au sein de chaque pays restent les mêmes. Ricardo démontre que même
dans ce cas, l'avantage de la spécialisation subsiste.

Pour le démontrer il suffit de remarquer que dans la démonstration précédente tout dépendait
des prix relatifs, qui fixent les limites de l'échange mutuellement bénéfique. (Vérifiez que
l'échange 1T<->1B est bien toujours intéressant.)

Comment cela est-il possible ? Pourquoi l'Angleterre, qui produit à la fois textile et blé plus
efficacement que les Etats-Unis, a-t-elle cependant intérêt à ne plus produire de blé, mais à
produire plus de textile et à l'échanger contre du blé américain ? Examinons les échanges en
termes de travail contenu.

Echanges de travail dans le cas précédent :

Si 1 T <-> 1 B , alors : 1 u <-> 1 u

Maintenant :

Si 1 T <-> 1 B, alors : 1 u <-> 3 u

La plus faible productivité du travail aux EU ( il faut trois fois plus de travail pour
produire la même chose qu’en Grande Bretagne) se traduit par le fait qu'une unité de
travail américain ne s'échange plus que contre 1/3 d'unité de travail anglais.

Autre façon d'envisager la question : introduisons des monnaies et un taux de change.

Posons que le coût du travail est 1 u = 1 £ en GB et 1 u = 1 $ aux EU. On peut alors exprimer
les coûts en monnaie :

Cerna 245
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Coûts en monnaie

GB EU

T 5£ 30 $

B 10 £ 15 $

Si le taux de change est 1 £ = 3 $ et que nous exprimons tous les prix en £

GB EU

T 5£ 10 £

B 10 £ 5£

Dans ces conditions, l'échange international se fera selon : 1 T <-> 1 B puisqu'ils ont le même
prix

De même on aurait pour 1 £ = 6 $ :

GB EU

T 5£ 5£

B 10 £ 2,5 £

L'échange international se fera alors selon : 1 T <-> 2 B

Dans ce cas, aux EU, il est indifférent d'importer ou de produire du textile. Tout l'avantage est
concentré en GB. La GB vend son travail au maximum : 1 u <-> 6 u

pour le taux de change : 1 £ = 1,5 $

GB EU

T 5£ 20 £

B 10 £ 10 £

L'échange international se fera selon : 2 T <-> 1 B

Dans ce cas, en GB, il est indifférent d'importer ou de produire du blé.

Donc le taux de change qui rend les échanges possibles est compris entre : 1,5 < £ en $ < 6.

Conclusion : Quelles que soient les différences de productivité absolue, s'il existe des
différences de productivité relative, il existe un taux de change, reflet des productivités
absolues, qui rend les échanges bénéfiques pour les 2 pays.

Cerna 246
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Remarque : Toutes les spécialisations se valent-elles ?

Le modèle précédent est statique, c'est-à-dire que les techniques de production (la quantité de
travail nécessaire pour produire chaque bien) sont données dans les deux pays. Introduisons le
progrès technique, qui améliore la productivité du travail, donc abaisse dans le temps le contenu
en travail de chaque bien.

Dans ces conditions, le pays qui se spécialise dans les branches qui connaissent les plus forts
gains de productivité a un avantage en dynamique. On le vérifiera en supposant que la GB se
spécialise dans le textile, et qu'au bout de 10 ans, grâce à la productivité, il lui suffit de 2 heures
au lieu de 5 pour produire 1 T, alors que les EU ont toujours besoin de 5 heures pour produire 1
Blé. Que se passe-t-il ?

Le modèle de Ricardo donne l'essence des théories actuelles du commerce international. Il


a cependant donné lieu à des développements ultérieurs par l'école néoclassique qui ont conduit
à:

− Lever les indéterminations sur le prix de l'échange international (lequel est indéterminé dans
la fourchette des prix relatifs internes chez Ricardo) .
− Expliquer les avantages comparatifs.
− Déterminer l'évolution du prix des facteurs de production, qui de plus, ne se limitent plus au
seul travail, comme dans les théories classiques.

3. Les théories néoclassiques du commerce international

3.1. Représentation graphique du théorème de Ricardo

On suppose maintenant que dans chaque pays, appelés A et B, existent plusieurs facteurs de
production. Par exemple du travail, des machines, des terres, chacun dans une quantité donnée,
et que ces facteurs peuvent être combinés pour produire du textile ou du blé.

Les droites pleines du graphique graphiques représentent les frontières de production dans les
deux pays appelés A et B : ce sont les couples des quantités (T, B) que l'on peut produire avec
les facteurs disponibles. Les deux pays se spécialisent d’abord dans la production pour laquelle
ils ont un avantage comparatif, c’est à dire pour laquelle leur prix relatif est le plus faible. Donc
A se spécialise en textile et B en blé . Puis ils échangent .

Cerna 247
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Aux points x et y, les deux pays A et B ont gagné à l’échange international, du moment que les
termes de l’échange ( pente de la droite de l’échange) se situent entre les prix relatifs dans les
deux pays (pentes des droites de production)

Capacité de production par unité de travail


en A et B. Sa pente est le prix intérieur du
Textile blé en textile :2 en A,1/2en B

Echange textile contre blé

y
A
B

Blé

3.2. Préférences des consommateurs et détermination du prix international

Ce modèle ne dit pas combien chaque pays produirait de textile et de blé s'il vivait en autarcie.
Pour lever cette indétermination il faut faire intervenir les goûts des consommateurs

La courbe de préférence des consommateurs représente l'ensemble des couples (x de blé, y de


textile) qui procurent la même "satisfaction" U aux consommateurs du pays. Elle est convexe en
raison d'une hypothèse de satisfaction marginale décroissante. U(x,y) est croissante en x et y,
mais les dérivées secondes sont négatives (phénomène de saturation des besoins).

Cerna 248
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Le point d'équilibre en autarcie est alors donné par la tangence entre frontière de production et
la courbe d'utilité la plus élevée.

Textile

y
B

Blé

En faisant varier le prix de l’échange international ( pente de la courbe en pointillé), on construit


les points qui donnent les quantités offertes par A en fonction du prix international, donc la
courbe d’offre de textile contre blé de A

On peut de la même manière construire une courbe de demande de B ( qui est une offre de blé
contre textile). Au croisement de ces deux courbes on obtient le prix international Pi et les
quantités échangées Qi:

Prix international du textile, lorsque les préférences des


consommateurs sont précisées

Offre de A

Qi

Demande de B

1/2 2
Pi

Cerna 249
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

3.3. Origine des avantages comparatifs : le théorème de Heckscher - Ohlin

Mais d’où viennent les avantages comparatifs ? Pour Ricardo, cela venait des qualités
différentes du facteur de production « terre », et du degré de développement différent de
l’industrie manufacturière qui faisait qu’il était plus facile de produire du blé par rapport à du
textile aux Etats Unis, ou du porto par rapport à du textile au Portugal qu’en Grande Bretagne.
Cela explique mal les spécialisations et le commerce de biens manufacturés.

Le théorème de Heckscher - Ohlin élargit la notion de dotations en facteurs de production


différentes entre les deux pays à tous les facteurs. Un facteur, par exemple le travail est
relativement abondant dans un pays, un autre facteur, par exemple le capital, est relativement
abondant dans le second pays pays. Le second va se spécialiser dans des production intensives
en capital, le premier dans les productions intensives en travail.

Ou encore : le travail qualifié est relativement plus abondant dans un pays et le travail non
qualifié dans un autre : le salaire relatif qualifié/non qualifié est plus faible dans le premier pays
et il va se spécialiser dans les productions intensives en travail qualifié, les avions par exemple,
et le second pays dans les productions intensives en travail peu qualifié, comme le textile.

3.4. Egalisation du coût des facteurs (lemme de Stolper-Samuelson)

Il s'agit d'une extension du théorème de H.O. due à Samuelson et Stolper. Ils démontrent que
l'échange conduit à l'égalisation des coûts absolus et relatifs des facteurs dans les deux
pays.

On peut appliquer le théorème HOS ( pour Heckscher – Ohlin- Samuelson) à la compétition


actuelle entre pays à bas salaires, mais pouvant disposer des mêmes technologies que les pays
riches, par exemple : la Chine ou l’Inde, et pays industrialisés riches.

Les "dotations initiales de facteurs de production" différentes ne concernent pas le capital, car
dans le monde actuel, le capital circule librement et est donc accessible à tous les territoires dans
pratiquement les mêmes conditions. Par contre les dotations en différentes catégories de travail
diffèrent. Le pays technologiquement avancé possède sur son territoire relativement plus
d'ingénieurs que d'ouvriers non qualifiés, lorsqu'on le compare au second, un pays en voie de
développement, où le nombre des ingénieurs par rapport à la population ouvrière est encore
beaucoup plus faible.

Ces pays produisent deux biens et ont à leur disposition les mêmes gammes de techniques
possibles pour produire ces deux biens. Le premier bien, un avion par exemple, requiert pour sa
fabrication relativement plus de travail d'ingénieur que l'autre bien, des chaussures par exemple.
Avant l'ouverture de leurs frontières commerciales, chaque pays produit pour son propre compte

Cerna 250
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

les deux biens. On démontre alors que, si les goûts des consommateurs sont les même dans les
deux pays (ils ont autant envie d'avions et de chaussures dans chaque pays), le ratio : (salaire
des ingénieurs)/(salaire des ouvriers) est inférieur dans le premier pays à ce qu'il est dans le
second, car dans le premier pays les ingénieurs sont, par rapport aux ouvriers, un "facteur de
production relativement plus abondant" que dans le second.

Le théorème de Heckscher-Öhlin démontre que si le commerce s'ouvre entre les deux pays,
chacun va avoir intérêt à se spécialiser dans la production du bien qui utilise relativement plus
du facteur relativement abondant chez lui, et à l'exporter en échange de l'autre, dans lequel se
sera spécialisé l'autre pays. Ainsi le premier pays se spécialisera dans les avions et le second
dans les chaussures. Cette spécialisation n'est d’ailleurs pas complète, chacun continuant à
produire les deux biens, mais dans des proportions différentes de ce qu'elles étaient avant
l'ouverture du commerce.

Le lemme de Samuelson à ce théorème démontre que les prix des facteurs s'égalisent entre les
deux pays, c'est-à-dire qu'une fois l'échange permis, les ingénieurs des deux pays ont des
salaires égaux, et les ouvriers aussi, et que le ratio (salaire d'ingénieur)/(salaire d'ouvriers), qui
est désormais bien sûr le même dans les deux pays, se situe entre les deux ratios antérieurs à
l'échange. Par conséquent, les écarts de revenus entre ingénieurs et ouvriers s’accroissent
dans le premier pays et se réduisent dans le second.

Ceci se démontre mathématiquement, mais il y faut quelques pages, alors que, comme un grand
nombre de "théorèmes" économiques, le résultat est parfaitement intuitif.

Dans les hypothèses du modèle, mettre les deux territoires en communication parfaite
pour les marchandises qu'ils produisent revient à les considérer comme ne constituant
plus qu'un seul territoire réunissant d'un seul coup les populations des deux.

Ces deux pays ne différaient en effet en rien, ni par leur goûts, ni par les techniques à leur
disposition, sinon par leurs ratios : nombre d'ingénieurs/nombre d'ouvriers. Dans le nouveau
territoire unifié par l'échange, le nouveau ratio s’établit donc entre les deux. Il est donc trivial
que le ratio de leurs salaires qui, pour satisfaire les mêmes goûts avec les mêmes techniques, ne
dépend que de leur nombre relatif, s'établisse aussi entre les anciens ratios, avec les effets que
l'on a dit sur les écarts de revenus antérieurs à l'ouverture.

Dans la réalité, il y a de multiples "frottements" et l'égalisation du coût des facteurs ne se


réalise qu'en tendance. Mais en tendance, si le libre-échange accroît le bien-être moyen dans
les deux types de pays considérés ci-dessus, il provoque aussi un accroissement des écarts de
salaires entre travail qualifié et non qualifié dans les pays riches. Ce phénomène est

Cerna 251
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

particulièrement net aux Etats-Unis depuis 20 ans 24.

4. Les théories contemporaines du commerce international.

A partir des années 70 différents auteurs étudient les conséquences d’imperfections de marché
sur le commerce international et les avantages du libre échange. Ils vont en particulier intégrer
dans l’analyse du commerce international:

–La concurrence monopolistique par différenciation produit

–Les rendements croissants

–La politique commerciale « stratégique »

4.1. La différenciation des produits

Les théories classiques ne rendent pas compte de l’importance du commerce intra branche
(produits fortement substituables) dans le commerce international entre pays à niveau de
développement et à dotations de facteurs similaires

Les modèles de concurrence oligopolistiques permettent de le faire. Dans ces modèles, chaque
producteur est en monopole sur un produit au sein d’un ensemble de produits différenciés
horizontalement (produits de qualité équivalente, mais différents par leur design, etc., par
exemple des automobiles d’un même niveau de gamme) et/ou verticalement (gamme de qualités
différentes).

Le commerce intra branche s’explique alors par les différences de goûts des consommateurs, qui
trouvent intérêt à avoir accès à la plus large gamme possible de produits, pour s’approcher le
plus possible du produit pour eux « idéal », qui diffère pour chacun.

On montre alors que le commerce international accroît le bien être des deux pays en augmentant
la diversité des produits à la disposition des consommateurs et donc leur bien être. Et cela
explique le commerce intense qui peut exister entre deux pays, la France et l’Allemagne par
exemple, qui ont des dotations de facteurs très proches. On constate d’ailleurs bien dans la
réalité que le commerce entre ces deux pays est bien plus un commerce intra branche
(l’Allemagne exporte des automobiles en France, mais la France en exporte aussi en Allemagne)
qu’un commerce inter branche ( la France exporte des parfums et l’Allemagne des machines

24Pour une discussion approfondie de cette question, voir P.N. Giraud : "L'Inégalité du Monde" -

Gallimard, Folio Actuel - Chp. 6.

Cerna 252
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

outil)

4.2. Les rendements croissants.

Ces modèles montrent que l’existence de rendements croissants ( le coût unitaire de production
s’abaisse avec les quantités produites, ce qui est très généralement le cas) peuvent expliquer les
avantages comparatifs par l’histoire et justifier la protection des industries naissantes, ce qui
constitue une entorse au dogme des bienfaits du libre échange.

pb
pa
Ca
pma
pmb Da Cb
Db
D mondiale

Dans le pays B le marché intérieur pour le produit que nous considérons est plus petit que le
marché intérieur du pays A. Ce peut être simplement parce que ce produit a été introduit plus
récemment dans le pays B . Cela se traduit par une courbe de demande dans le pays a, Da,
nettement plus à droite que Db.

Cependant le pays A mais a un avantage de coût absolu dans la production du bien : la courbe
Cb du coût unitaire de production est en dessous de Ca.. C’est peut être parce que ce pays a
plus d’ingénieurs et mieux formés que le pays A. Mais peu importe, c’est une hypothèse du
modèle.

La plus grande taille du marché dans le pays A lui permet cependant, en autarcie, de produire
moins cher que B en raison des économies d’échelle : pa < pb

L’ouverture permet à A de l’emporter et de servir le marché mondial au prix pma, alors que
l’optimum serait que B produise tout, car pmb < pma.

Cerna 253
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Deux conclusions peuvent être tirées de ce modèle :

• Les spécialisations internationales peuvent venir de l’histoire: une industrie a


commencé dans un pays et devient irrattrapable en raison des économies d’échelle,
alors qu’elle n’était pas a priori la plus efficace.

• La justification de la protection des industries naissantes: B a raison, pour lui


même et d’un point de vue d’ensemble, de protéger son industrie jusqu’à ce qu’elle
ait la taille suffisante pour battre à l’international celle de A.

Cette thèse fut soutenue par Frédéric List contre David Ricardo dès le 19ème siècle, et qui
inspira le protectionnisme allemand et américain de cette époque.

4.3. La politique commerciale stratégique

On peut penser à la compétition entre Airbus et Boeing, qui depuis le début s’accusent
réciproquement de concurrence déloyale en raison des subventions qu’ils reçoivent.

Le modèle est le suivant : 2 firmes, présentent dans deux pays différents, envisageant de lancer
la fabrication du même produit : un nouvel avion par exemple :

• M est le profit de chaque firme si elle est en monopole

• D est le profit de chacune si elles sont en duopole : D<M

• Lancer le produit a un coût fixe ( recherche, développement et construction de l’usine


de production) de F

La matrice du jeu montre les gains sous la forme ( gains de 1, gains de 2) selon la stratégie
de chacun des deux acteurs : entrer ou na pas entrer sur le nouveau marché, donc produire
ou pas le nouvel avion

1 2 Entre Entre pas

Entre ( D-F,D-F) (M-F,0)

Entre pas (O,M-F) (0,0)

Cerna 254
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Le résultat de ce jeux est le suivant :

Si D-F<0, c’est à dire en fait, s’il n’y a pas place pour deux firmes sur ce marché:

–Soit la seule firme en place est celle qui s’est « lancée la première »

–Soit aucune des deux n’entre dans cette industrie.

Mais dans ce cas une subvention S telle que: D-F+S>0, apportée par le gouvernement du pays 1
à la firme 1, par exemple, transforme ainsi la matrice du jeux :

1 2 Entre Entre pas

Entre ( D-F+S,D-F) (M-F+S,0)

Entre pas (O,M-F) (0,0)

La subvention permet donc à la firme 1 de choisir l’entrée quel que soit le choix de 2, ce
qui dissuade la firme 2 d’entrer.

Si de plus on a M-F>S, la firme 1 peut rembourser la subvention tout en conservant un


profit.

Cette politique est donc, par surcroît, bonne pour le pays qui subventionne : des emplois y sont
créés sans qu’il en coûte rien au contribuable. En toute rigueur ceci doit être comparé à la perte
qui va résulter, pour les consommateurs, du fait que, la firme 1 étant en monopole mondial, elle
va vendre ses avions a un prix de monopole, donc plus cher que s’il était en duopole compétitif.

4.4. Les externalités

Si le production d’un bien engendre dans un territoire des externalité positives ou négatives,
celles ci doivent être prises en compte pour établir l’avantage ou non de l’ouverture

Exemples:

L’agriculture produit des biens alimentaires, mais entretien également les paysages. Cette
production de paysages est une externalité positive, car elle n’est pas rémunérée par ses

Cerna 255
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

« consommateurs ». Avant d’ouvrir les frontières à des importations agricoles moins chères que
les productions nationales, qui conduiront à une disparition de ces dernières ( et de la production
de paysages associée), il faut donc se demander si le gain pour les consommateurs d’aliments
n’est pas inférieur à la perte que subiront les « consommateurs » de paysage.

C’est au nom des externalités positives qu’engendrerait la survie d’une industrie « française »
du cinéma que la France défend à l’OMC la notion d’exception culturelle aux règles générales
du libre échange.

En conclusion, les analyses contemporaines du commerce international :

• rendent mieux compte de la diversité des raisons qui expliquent les échanges quand on
ouvre les frontières,

• mettent en évidence certaines situations où le protectionnisme ainsi que des politiques


commerciales agressives de firmes soutenues par leurs Etat sont favorables à la fois aux
firmes et aux pays qui s’y livrent .

Elles gagnent ainsi en réalisme, car il est incontestable que le protectionnisme et les politiques
commerciales stratégiques ont constitué des éléments importants de la politique de rattrapage de
certains pays :

• des Etats Unis et de l’Allemagne vis à vis de la Grande Bretagne à la fin du 19ème siècle

• du Japon et de la Corée dans les années 50 à 70

Il est tout aussi vrai que les politiques de protection de leur industrie par les pays latino
américains dans les mêmes années n’ont pas vraiment réussi à les faire décoller et à leur donner
une compétitivité mondiale, au contraire.

C’est simplement la preuve que le rattrapage requiert un ensemble de politiques coordonnées,


dont la politique commerciale n’est qu’un aspect.

5. Globalisation et inégalités dans le monde actuel

5.2. La globalisation

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, l’opinion dominante des économistes et des
gouvernements des pays riches est que les avantages du libre échange l’emportent largement à
long terme sur ses inconvénients.

Les gouvernements des pays riches ont donc mis en place des politiques d’abaissement

Cerna 256
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

systématique des obstacles aux échanges de marchandises qui ont pris la forme de négociations
commerciales internationales dans le cadre du GATT( General Agreement on Tarifs and Trade).

La croissance du commerce mondial devient alors deux fois plus rapide que celle du PIB
mondial.

Le mouvement s’accélère dans les années 80, avec l’ouverture des frontières aux mouvements
de capitaux et des progrès techniques qui rendent beaucoup plus faciles la circulation des
marchandises et des informations. Le GATT se transforme en OMC (Organisation Mondiale du
Commerce, WTO, World Trade Organisation, en anglais. Cf Encadré). Apparaît, pour désigner
l’ensemble de ses phénomènes d’ouverture des économies, le nom de « globalisation » .

En fait l’économie mondiale reste une mosaïque d’économies nationales, ne serait ce que parce
que les frontières continue à exister pour les hommes qui ne peuvent aller travailler et vivre
librement où ils le désirent ( ce qu’ils peuvent en revanche faire à l’intérieur de la plupart des
pays) . Mais il est certain que on a désormais une circulation de plus en plus facile ( progrès
technique) et libre (ouverture des frontières) des biens et services, des capitaux, des
informations codifiées.

Ceci a entraîné une croissance rapide des investissements directs à l’étranger, une globalisation
des marchés financiers, enfin une globalisation des firmes qui mettent systématiquement en
compétition tous les territoires pour localiser les différents maillons de la chaîne de valeur de
produits devenus mondiaux .

Cette globalisation, qualifiée de « libérale » par ses critiques, est contestée par une part
significative de la population mondiale au motif qu’elle serait très inégalitaire et destructrice de
l’environnement.

Voyons comment se pose le problème des rapports entre globalisation et inégalités dans le texte
qui suit, que j’ai publié dans la revue « Risques » en 2002 et qui a été repris en 2005 par la
revue « Problème économique ».

5.2. Globalisation et dynamique des inégalités

Le débat sur les inégalités et sur le rapport entre mondialisation et inégalités, encore
confidentiel au milieu des années 90, s’amplifie régulièrement depuis. Qu’entend-on par
inégalités et peut-on les mesurer de manière rigoureuse ? Les inégalités économiques sont-elles
croissantes ? La mondialisation est-elle coupable de l’accroissement de certaines inégalités ?
Lesquelles et par quels mécanismes ? Ou bien sont-ce les technologies de l’information ? Ou
encore les modifications de l’organisation des entreprises et des marchés du travail ? Existe-t-il

Cerna 257
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

un lien entre inégalités et croissance ? L’inégalité, en particulier dans le Tiers Monde, entrave-
t-elle le rattrapage et faut-il donc s’en soucier, ou suffit-il d’y combattre la pauvreté ? Ces
questions font désormais l’objet de nombreuses études, empiriques et théoriques, qui permettent
de clarifier quelque peu les termes d’un débat qui s’amplifie, en particulier avec la montée en
puissance des mouvements « anti-mondialisation libérale »

5.2.1. Inégalités économiques, de quoi parle-t-on ?

On doit considérer trois types d’inégalités économiques : 1) Les inégalités entre pays, mesurées
par les écarts entre indicateurs de niveaux de vie moyens On les appellera inégalités
internationales. Elles différent significativement selon leur mode de calcul : les PIB par habitant
sont-ils calculés aux taux de change de parité de pouvoir d’achat (PPA) ou aux taux de change
courant ? Les données par pays sont elles pondérées ou pas par la population ? 2) Les inégalités
internes à chaque pays. Elles sont généralement mesurées par les coefficient de Gini ou de
Theil 25 de la distribution des revenus des ménages ou par des mesures plus simples telles
l’écart entre les revenus moyens des 10 % les plus riches et des 10 % les plus pauvres dans le
pays. 3) L’inégalité « mondiale », où l’on considère la population mondiale comme un tout, et
que l’on mesure de la même manière que l’inégalité interne à un pays. Ce dernier type
d’inégalité est évidemment la résultante des deux premiers.
5.2.2. Les évolutions des dernières décennies
5.2.2.1 Les inégalités mondiales

Bourguignon et Morrisson (Bourguignon et Morrisson, 2001) se sont livrés à une compilation


des données disponibles pour la période 1820-1992. Les données chiffrées sont résumées par le
graphique 1.

25 Ces deux outils de statistique descriptive mesurent « l’inégalité » d’une distribution, de revenus par

exemple. Ils varient tous deux entre 0 et 100 ( ou entre 0 et 1, selon les présentations). O signifie une
distribution uniforme ( égalité complète) et 100 la plus extrême inégalité.

Cerna 258
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Graphique 1 : Les inégalités depuis 1820 selon Bourguignon et Morrisson

Leur résultat principal est que l’inégalité mondiale est presque exclusivement déterminée par
l’inégalité internationale, période 1910-1950 mise à part. Elle croît rapidement entre 1820 et
1910, stagne entre 1910 et 1950 en raison d’une forte réduction des inégalités internes, reprend
sa progression à partir de 1950, mais à un rythme moindre, car l’inégalité internationale croît
moins vite qu’entre 1820 et 1910. Pour le dernier demi siècle, leur constat est simple à
formuler : les inégalités internationales s’accroissent, les inégalités internes aussi et donc les
inégalités mondiales. Mais ce constat est, d’une part contesté, d’autre part trop général pour
refléter la complexité réelle des évolutions. Les contestations sont fondées sur les difficultés de
mesures, qui tiennent tant à la qualité des données qu’aux méthodes adoptées. On dispose donc
de plusieurs évaluations. Certaines minimisant la croissance des inégalités mondiales, d’autres,
telle celle de Milanovic (Milanovic, 2002) pour la période de 88-93, l’amplifiant. Mais
l’essentiel est que ces évolutions générales résultent de tendances très contrastées, tant au niveau
des inégalités internationales qu’internes.

Cerna 259
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

5.2.2.2 Les inégalités internationales.

Dans une étude sur l’évolution des inégalités internationales depuis les années soixante, réalisée
sur un échantillon de 115 pays en pondérant les revenus par habitant par la population, Arne
Melchior ( Melchior, 2001) trouve que l’inégalité internationale diminue depuis les années 60 si
l’on calcule les revenus en utilisant les taux de change de PPA, mais augmentent avec les taux
de change courant. Cela suppose que les taux de change courant des pays les plus pauvres se
dégradent régulièrement par rapport aux taux PPA, un phénomène dont l’interprétation n’est pas
aisée. Des calculs du CEPII (Bensidoun, Chevallier, Gaulier, 2001), utilisant les mêmes
conventions soulignent que la réduction de l’inégalité internationale résulte largement de la forte
croissance que connaît la Chine. En omettant la Chine, la baisse de l’inégalité internationale
dans les décennies 80 et 90 se transforme en légère hausse.

Un chiffre global en matière d’inégalités internationales est en vérité de peu d’intérêt, car il
dépend très fortement de méthodes de calcul : choix du taux de change et de la pondération.
Selon les cas, les résultats diffèrent significativement, même si les tendances, elles, divergent
moins. Ce qui est en revanche certain, c’est que certaines inégalités internationales
s’accroissent, tandis que d’autres se réduisent. Ainsi le rapport entre le PIB/ha des 20 pays les
plus riches et celui des 20 pays les plus pauvres est passé de 17 en 1960 à 37 en 1996. Mais en
1960, les 20 pays les plus pauvres ne représentaient que 5 % de la population mondiale. En
revanche, durant les décennies 80 et 90, l’Asie est en rattrapage.

Croissance annuelle du PIB/ha Population 1999 en


millions

80/90 90/99

Monde 0,9 0,5 5 975

Pays Riches 2,5 1,9 891

Europe de l’est et Asie centrale 1,5 -2,9 475

Moyen orient et Afrique du nord -1,1 0,8 290

Cerna 260
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Amérique latine -0,3 1,7 509

Afrique sub saharienne -1,2 -0,2 642

Asie de l’est et pacifique 6,4 6,1 1 837

Asie du sud 3,5 3,8 1 329

Source : Banque Mondiale, World Development Report. 200/2001. Calcul à partir des tableaux
3 et 11 de : Selected World Development Indicators.

Il est donc incontestable, même en tenant compte des erreurs éventuelles de mesure, qu’en Asie
un ensemble de pays comprenant 3,2 milliards d’individus, soit plus de la moitié de la
population mondiale, est engagé depuis au moins 20 ans dans un processus de rattrapage des
pays riches, mesuré par une croissance plus rapide de leur revenu par habitant moyen, ce dernier
terme, « moyen », étant évidemment essentiel. En revanche, toujours selon le même critère, des
continents entiers s’enfoncent, ce qui n’exclut pas qu’en leur sein, certains pays fassent mieux
que d’autres. En particulier, la position de l’ensemble des Pays les Moins Avancés (PMA , selon
la définition de la Banque Mondiale : pays à revenus inférieurs à 1000 $ PPA en 1965) s’est
dégradée : leurs revenus par habitant ont cru moins vite que la moyenne mondiale dans les
années 80 et 90. Pour beaucoup, ils ont même diminué, comme si ces pays étaient pris dans une
« trappe de pauvreté. »

Quelle est la responsabilité de la mondialisation dans ces évolutions ? Une étude de la Banque
Mondiale ( Banque mondiale 2001) souligne que 24 pays en développement qui ont renforcé
leur intégration mondiale durant les deux dernières décennies ont connu une croissance plus
vive que les pays moins intégrés. Mais cette corrélation n’est pas confirmée par des études plus
systématiques (Rodriguez et Rodrick, 1999 ; Bensidoun, Gaulier et Unal-Kesenci, 2001) : sur
l’ensemble des pays du Sud, on ne trouve pas de corrélation vraiment significative entre
ouverture commerciale et croissance. La corrélation est en revanche forte entre investissement
direct et croissance, mais quelle est la cause, et quel est l’effet ? Quoiqu’il en soit, l’approche
statistique, qui traite de la même façon l’Ouganda et la Chine, est ici d’un intérêt limité.

Il paraît peu contestable que pour les pays d’Asie en rattrapage, la mondialisation a été un
facteur favorable, même en admettant que les facteurs structurels (taux d’alphabétisation, égalité
initiale, taux d’épargne) et de politique économique interne sont très probablement essentiels.
L’ouverture commerciale tire en effet la croissance et attire les investissements directs, facteurs
essentiels de transferts de technologie et de savoir faire. Les flux financiers ont complété une
épargne nationale déjà élevée.

En revanche, que la mondialisation ait été un obstacle à la croissance d’autres pays du Sud

Cerna 261
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

paraît une thèse plus difficile à argumenter. Certains phénomènes ont cependant pu jouer un rôle
négatif. Une ouverture trop rapide aux flux de capitaux mobiles, engendrant des crises de
change aux effets récessifs profonds ( Amérique latine de façon récurrente, Asie du sud est en
1997). La subvention aux exportations agricoles des pays riches, qui détruisent les agricultures
vivrières. Les accords TRIPS sur la propriété intellectuelle, qui entravent la production de
médicaments génériques. Et surtout, pour la période la plus récente et pour l’avenir, la
suppression, dans le cadre de l’OMC après l’Uruguay round, du « Traitement Spécial et
Différencié » pour les pays en développement, qui leur avait permis dans les années 69 et 70 de
bénéficier de l’ouverture des pays riches tout en conservant certaines possibilités de protection
de leurs industries naissantes. Mais, plutôt que de la mondialisation en soi, il ne s’agit là que de
modalités particulières de la mondialisation actuelle, qui peuvent être modifiées, et qui sont
d’ailleurs pour certaines à l’agenda de l’OMC depuis Doha.

En conclusion, il semble possible d’affirmer que la mondialisation est un facteur favorable au


rattrapage des pays du Sud qui savent en tirer parti. Ceci suppose qu’ils disposent d’un Etat fort
et légitime, qui maîtrise le processus d’ouverture et l’accompagne de politiques internes
adaptées. Faute de quoi, le pays voit se développer une série de cercles vicieux qui l’enferment
dans une trappe de pauvreté. Dans ce cas, non seulement la mondialisation n’engendre aucun
processus automatique de sortie de cet état de crise, mais contribue sans doute à les y maintenir.
D’autre part, il existe à l’évidence un phénomène de file d’attente. L’ouverture et la taille des
marchés des pays riches ainsi que les flux d’investissements directs qui en proviennent ne sont
pas illimités. De plus, ces facteurs de croissance pour les pays émergents n’ont aucune raison
d’être « équitablement » répartis. En témoigne la Chine qui se taille une part de lion dans ces
deux domaines depuis vingt ans. Même avec de « bonnes » politiques nationales, les autres
devront probablement attendre que les premiers pays émergents contribuent à leur tour à tirer
leur propre croissance.

5.2.2.3 Les inégalités internes

De manière générale, tant Bourguignon et Morrisson que Milanovic concluent à un


accroissement d’ensemble des inégalités internes. Selon ce dernier, le coefficient de Theil pour
les inégalités internes augmente de 19.4 à 22.4 entre 1988 et 1993: une croissance tres rapide.
Cependant, ici encore, les évolutions par pays sont contrastées, et l’analyse de ces différences
est indispensable.

L’inégalité interne dans les pays du Sud.

La situation dans ces pays est contrastée. Tout d’abord le degré d’inégalité interne,

Cerna 262
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

généralement supérieur à celui des pays de l’OCDE (mais pas de tous) varie beaucoup d’un
pays à l’autre. Pour ne citer que des pays peuplés :

Indices de Gini (En général pour le milieu des années 90)

Chine 40 Brésil 59

Inde 38 Mexique 55

Indonésie 36 Nigéria 51

Bengladesh 34 Afrique du Sud 59

Source : Banque Mondiale, World Development Report. 2000/2001

A titre de comparaison, la même source donne 33 pour la France et 41 pour les Etats Unis 26.

Ensuite, les tendances de ces dernières années sont différentes. Ainsi, par exemple, deux pays
situés dans le même environnement, le Brésil et le Mexique, ont connu des évolutions opposées.
Le Gini a diminué de 62 ( record pour un grand pays) à 59 entre 1976 et 1996 au Brésil, tandis
qu’il a augmenté au Mexique de 49 à 55 entre 1984 et 1994 ( année de la dernière violente crise
de change du peso).

L’Asie, dont on a vu la contribution décisive à la réduction des inégalités internationales, est


aussi une zone où les inégalités internes se sont accrues dans certains pays. C’est
particulièrement vrai en Chine, comme l’illustrent les mesures de Chen et Wang (Chen et Wang,
2001) : croissance rapide et réduction de la pauvreté absolue sont allées de pair avec la
croissance des inégalités, tant dans les campagnes que dans les villes.

Évolution de la pauvreté et des inégalités de revenus en Chine 1990-1999

1990 1999

Population vivant avec moins


de 1 $ par jour en %

Campagnes 42,5 24,9

Villes 1 0,5

26 Selon le rapport du CAE cité ci après, les chiffres seraient : France : 29, Etats Unis : 45.

Cerna 263
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chine 31,5 17,4

Indice de GINI

Campagnes 30 34

Villes 23 30

Chine 35 42

Source; Chen et Wang, 2001

Dans le cas de la Chine, le rôle de la mondialisation dans la croissance des inégalités internes
paraît aussi peu contestable que son rôle, positif, dans le processus de rattrapage. Les bénéfices
de l’ouverture et des réformes économiques qui vont de pair ont étés inégalitairement répartis
entre provinces chinoises et parmi les Chinois. Mais on peut considérer qu’il s’agit là très
largement d’une question de politique intérieure. Elle résulte en partie de la volonté du
gouvernement de procéder par expériences pilotes géographiquement localisées et par étapes.
Le gouvernement chinois conserve des moyens considérables de contrôler la montée des
inégalités internes et pourrait les employer.

La même chose peut être dite de nombreux autres pays en rattrapage rapide. Spontanément, la
mondialisation, tout en tirant la croissance, engendre des inégalités. Mais il revient au
gouvernement de corriger ces évolutions spontanées. Il a même, à un certain stade, le plus grand
intérêt à la faire s’il veut que la croissance du marché intérieur relaie la croissance tirée par les
exportations. Les exemples de la Corée du Sud, de Taiwan ou de Singapour démontrent que cela
est possible.

Le lien complexe entre inégalité et croissance dans le Tiers Monde suscite d’ailleurs un nombre
croissant de travaux théoriques et empiriques 27 . Pour beaucoup d’entre eux, une trop forte
inégalité interne est susceptible d’entraver la croissance. Les mécanismes envisagés sont divers.
Ils relèvent soit de l’économie politique : dans un système démocratique, une forte inégalité
peut conduire à des transferts publics élevés qui réduiraient l’efficacité économique ; soit des
imperfections des marchés du capital et de l’assurance : une forte inégalité empêche les plus
pauvres d’avoir accès au crédit et à l’assurance et de déployer leur potentiel productif, tandis
qu’elle désincite les plus riches (devenus de purs rentiers) à le faire ; soit de l’économie du
crime et de la corruption, qui analyse leurs liens avec l’inégalité et leur coût social.

Il n’existe cependant pas, pour le moment, de vérification statistique incontestable de ce lien


entre croissance et inégalités. Cependant des indices ( le tableau ci dessus montre que l’Asie,

27 On trouvera une introduction à ces travaux, avec références, dans (Ferreira, 2001 )

Cerna 264
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

qui croit plus vite que l’Amérique latine et l’Afrique, est aussi plus égalitaire) et les modèles
théoriques incitent désormais à s’interroger sur l’objectif officiel actuel de la Banque Mondiale
et de la plupart des agences de développement : réduire la pauvreté absolue. Est ce suffisant,
même d’un strict point de vue économique ?

Les inégalités internes dans les pays riches

Evolutions contrastées au sein de ces pays également. Longtemps, la vision dominante fut que
les mêmes causes produisaient une augmentation des inégalités salariales au sein des pays à
marché du travail flexible (Etats Unis, Grande Bretagne) et du chômage dans les autres (Europe
continentale), et que la cause majeure était un progrès technique biaisé en défaveur du travail
non qualifié. La mondialisation, réduite en l’occurrence à la concurrence commerciale des pays
émergents, n’était créditée que de 10 à 30% du phénomène, selon les études. Depuis, l’évolution
des inégalités a été plus précisément quantifiée 28, et le débat sur les causes s’est enrichi.

Une des études récentes approfondies sur l’ensemble des pays de l’OCDE est celle de Förster et
Pellizzari ( Förster et Pellizzari, 2000). Elle confirme la forte croissance des inégalités aux Etats
Unis, en Grande Bretagne et en Australie à partir de la fin des années 70. Cette tendance touche
la plupart des autres pays à partir de la fin des années 80, à l’exception de la Grèce, du Canada
et de la Finlande. Dans un grand nombre de pays, la croissance de l’inégalité est surtout due à la
croissance plus rapide des hauts revenus ( la tranche des 20% les plus élevés). Mais le résultat le
plus intéressant est sans doute que les inégalités des revenus marchands ont augmenté partout
(sauf en Irlande) et que ce sont donc les transferts qui expliquent les résultats plus contrastés
que l’on constate au niveau des revenus disponibles.

Dans le cas de la France, on dispose d’une synthèse très complète avec le rapport récent du
CAE : « Inégalités Economiques » (CAE, 2001) tant pour ce qui est des évolutions récentes
(rapport Atkinson, Glaude, Olier) que depuis un siècle (rapport Piketty). Ce rapport donne
également quelques éléments de comparaisons internationales, avec les Etats Unis et la Grande
Bretagne en particulier.

Pour ce qui est des évolutions récentes, donc susceptibles d’être liées à la vague contemporaine
de mondialisation, les principaux résultats sont les suivants : 1)L’inégalité des revenus
individuels disponibles (après transferts) est aujourd’hui moindre que ce qu’elle était dans les
années 60, l’essentiel de la réduction datant des années 70. 2) Elle a cependant commencé à
croître dans les années 90. 3) Les transferts continuent à jouer un rôle correctif des évolutions de

28 Pour une analyse des difficultés de mesure des inégalités internes dans les pays de l’OCDE, ainsi que

pour de nombreux résultats et références aux études sur cette zone, voir (Atkinson et Bandolini, 2001).

Cerna 265
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

marché très significatif. 4) Les inégalités de revenu disponible sont un indicateur insuffisant. Si
l’on veut rendre compte de la divergence entre des inégalités de revenus en progression récente
et objectivement faible et le sentiment répandu, dont témoignent des enquêtes, d’une beaucoup
plus forte croissance des inégalités, d’autres facteurs doivent être pris en compte : inégalité
d’accès à l’emploi, précarisation des statuts salariaux, réduction de la mobilité salariale,

5.2.3. Le débat sur les causes des inégalités internes dans les pays riches

Quant au débat sur les causes, qui se concentrait sur le rôle respectif des technologies de
l’information et de la concurrence des pays à bas salaires, il s’est enrichi de la prise en compte
d’autres dimensions de la mondialisation : la compétition entre pays riches et la globalisation
financière, ainsi que de l’évolution de l’organisation des entreprises et de ses conséquences sur
les marchés du travail. L’externalisation massive des activités non stratégiques, et le
regroupement des activités stratégiques en centres de profits mis en concurrence financière
interne, a conduit à des unités de taille plus petite et surtout plus homogènes en termes de
qualification et de compétences (des « appariements sélectifs »), ce qui aurait favorisé les
divergences salariales entre elles.

J’ai pour ma part toujours considéré qu’il s’agissait là d’un ensemble d’explications plus
complémentaires que concurrentes, ou plus exactement de différents aspects d’un même
phénomène. L’évolution technique et organisationnelle n’est nullement indépendante de la mise
en compétition globale des entreprises. C’est même, à mon sens, cette compétition qui en est
l’élément moteur. Donc, c’est la mondialisation, à condition d’en avoir une conception élargie :
la mondialisation, c’est la compétition globale entre firmes et la mise en compétition par les
firmes globales de l’ensemble des territoires, une conception qui inclut donc au premier chef la

concurrence accrue entre pays riches. 29

Le rapport du CAE souligne la persistance, au sein des pays riches, de modèles différents en
matière de transferts et d’organisation des marchés du travail, qui expliquent en grande partie
les évolutions internes contrastées de pays a priori soumis au même processus. Il indique en
particulier que la forte croissance des inégalités de revenus en Grande Bretagne entre 1977 et
1990 ( le coefficient de Gini du revenu disponible passe de 28 à 40) n’est que pour moitié due
aux évolutions de marché et pour l’autre à la baisse des transferts sociaux redistributifs.
Réciproquement le Canada, membre de l’ALENA et dont le marché du travail fonctionne de
manière très proche de celui des Etats Unis, ne connaît pas d’accroissement de l’inégalité des
revenus disponibles, en raison d’une correction des inégalités de marché croissantes par des

29 Sur ces questions voir (Guesnerie, Cohen, Giraud, 1997), (Giraud,1996) et (Giraud, 2001)

Cerna 266
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

transferts.

Quant au fonctionnement des marchés du travail, il est évident que, puisque les productivités
individuelles sont impossibles à mesurer avec précision, il y a place pour des « conventions »
salariales. Dans certaines limites fixées par les marchés, ces conventions reflètent les
préférences collectives pour une plus ou moins grande égalité.

On est donc conduit, s’agissant des pays riches, aux même type de conclusion qu’à propos des
pays du Sud. La mondialisation, saisie dans toutes ses dimensions, engendre certainement des
tendances inégalitaires internes. Mais les Etats disposent toujours de moyens pour les atténuer,
en fonction des préférences nationales, et sans que cela n’implique de choix dramatiques entre
égalité et croissance.

5.2.4. Conclusion

Dans le débat sur les inégalités, certains chiffres, il est vrai très impressionnants, sont volontiers
lancés comme des cris d’alarme. Citons en quelque uns, tirés de la conclusion de l’article de
Milanovic :

« Les 1% les plus riches ont un revenu égal à celui des 57% les plus pauvres. En d’autres
termes, moins de 50 millions de riches reçoivent autant que 2,7 milliards de pauvres. »

« Le rapport entre les revenus moyens des 5% les plus riches et des 5% les plus pauvres a cru de
78 à 114 entre 1988 et 1993. »

Il s’agit de chiffres concernant l’inégalité mondiale. On a compris qu’ils reflètent des évolutions
des inégalités internationales et internes en vérité assez complexes et différenciées. Or sur ces
dernières, il est possible d’agir, si l’on pense que la croissance de certaines inégalité pose
problème, non seulement sur le plan éthique, mais même au plan économique. Beaucoup
commencent à en être convaincus, au lieu de considérer, selon un critère de justice inspiré de
Rawls, que le seul objectif devrait être d’améliorer le sort des plus pauvres, donc de combattre
la pauvreté absolue.

S’agissant des inégalités internes, les politiques étatiques restent primordiales, et il est faux
d’affirmer que la mondialisation a privé les Etats de tout moyen d’action en ce domaine. Les
évolutions contrastées de pays soumis au même environnement extérieur, tant au Nord qu ‘au
Sud, en témoignent.

S’agissant des pays les plus pauvres et qui ne parviennent pas à devenir des pays « émergents »,
c’est à dire engagés dans un rattrapage des pays riches, il est tout aussi clair que des politiques
spécifiques s’imposent aussi au plan international. On devrait tout d’abord cesser de les pousser
à une ouverture trop rapide aux capitaux extérieurs (hors investissements direct et prêts
souverains de longue durée) dont le caractère déstabilisant est démontré. On devrait

Cerna 267
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

réintroduire, dans le cadre de l’OMC, des mécanismes de « Traitement Spécial et Différencié »


qui leur permettraient de bénéficier de l’ouverture des autres pays, tout en maîtrisant la leur. Il
faut enfin accroître considérablement l’aide publique au développement de ces pays, en la
concentrant sur les biens et services essentiels moteurs du développement : éducation, santé et
services publics de base, ainsi que sur la construction d’administrations compétentes et intègres,
car il n’est pas de développement sans interventions étatiques appropriées, soutenues et
légitimes.

Sous ces conditions, la mondialisation, processus inéluctable, pourra être « maîtrisée » et ses
effets inégalitaires significativement réduits.

Bibliographie de l’article:
Atkinson A.B. et Bandolini A., (2001), « Promises and Pitfalls of the Use of « Secondary »
Data-Sets : Income Inequality in OECD Countries as a Case Study », Journal of
Economic Literature, vol XXXIX (September 2001) p. 771-799.
Banque mondiale (2001), « Globalisation, Growth and Poverty : Building an Inclusive World
Economy », Washington DC, 2001.
Bensidoun I., Chevallier A., Gaulier G. (2001), « Repenser l’Ouverture du Sud », La Lettre du
CEPII n° 205, octobre 2001.
Bensidoun I., Gaulier G. et Unal-Kesenci D. (2001), « The Nature of Specialisation Matters for
Growth : an Empirical Investigation », CEPII Working Paper n° 2001-13.
Bourguignon F. et Morrisson C. (2001), « The size distribution of income among world citizens:
1820-1990 », Document de travail du DELTA, ENS, Novembre 2001, n° 2001-18.
CAE, (2001), « Inégalités Economiques », La Documentation Française, Paris, 2001.
Chen S. et Wang Y. (2001), « China’s Growth and Poverty Reduction : Recent Trends Between
1990 and 1999 » World Bank Policy Research Working Paper, juillet 2001, n° 2651.
Ferreira F. H-G.(2001) : « Inequality and economic performance », World Bank:
http://www.worldbank.org/poverty/inequal/index.htm.
Förster M. F. et Pellizzari M., (2000), « Trends and Driving Factors in Income Inequality and
Poverty in OECD Area », OECD Labour Market and Social Policy Occasional Paper
n°42, août 2000.
Giraud P-N., (2001), « Le Commerce des Promesses, Petit Traité sur la Finance Moderne »,
Seuil, Paris, 2001.
Giraud P-N., (1996), « L’Inégalité du Monde », Gallimard, Paris, 1996.
Guesnerie R., Cohen D. et Giraud P-N.(1997) , « D'où vient l'explosion des inégalités dans les
pays riches ? » Sociétal n°13, novembre 1997.
Melchior A. (2001), « Global income inequality : beliefs, facts and unresolved issues » World
Economics, Vol 2, n° 3, juillet septembre 2001, p.87-108.
Milanovic B. (2002) : « True world income distribution, 1988 and 1993 : First calculation based
on household surveys alone », The Economic Journal, 2002.
Rodriguez F., Rodrick D. (1999), « Trade Policy and Economic Growth : A Skeptic’s Guide to
the Cross-National Evidence », NBER Working Paper, avril 1999, n° 7081.

Cerna 268
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Encadré : l’OMC

L’OMC( WTO) succède en 1995 aux « GATT »

L’OMC est une organisation internationale

Y adhérer est accepter les accords en vigueur dans l’organisation ( 148 membres fin 2004)

Ces accords ont pour but:

- d’abaisser les barrières tarifaires et non tarifaires aux échanges de biens et services

- une égalité de traitement entre tous les membres

Les négociations ont lieu par cycles ( Cycle de Doha en cours)

L’OMC est dotée d’un organe de règlement des différends entre pays membres

Les dossiers conflictuels en cours sont:

Agriculture:

– réduction des subventions aux agriculteurs européens et nord américains

Services:

– ouverture des marchés, « exception culturelle »

Droits de propriété intellectuelle:

–médicaments, brevets sur le vivant, etc…

Cerna 269
Initiation à l’Economie - Année 2005-2006 Pierre-Noël Giraud

Chapitre 14 : Commerce international et globalisation

Concepts à retenir :

- Avantages comparatifs

- Dotations de facteurs

- Différenciation produit

- Economies d’échelle

- Globalisation

Questions :

- Y a-t-il intérêt à l’échange entre deux pays dont l’un produit tout moins efficacement (avec
une dépense supérieure de facteurs de production) que l’autre ? Pourquoi ?

- Que faire si le commerce international engendre des inégalités ?

- Dans quelles conditions le protectionnisme est il efficace ?

- Quelles sont les trois formes de l’inégalité économique dans le monde ?

- La mondialisation est elle responsable d’un accroissement des inégalités ?

Cerna 270