Vous êtes sur la page 1sur 55

UNIVERSITE KASDI MERBAH, OUARGLA

Faculté des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication

Département d’Electronique et des Télécommunications

Matière : Mesure 2
Capteurs et Principes de Mesure

Réalisé par :

Dr. Mohammed BOULESBAA

Ce cours présente les différents principes de mesure faite en milieu industriel en particulier
l’instrumentation pétrolière. Le premier chapitre est consacré à la présentation de la chaine de
mesure. Ensuite, on traite dans les chapitres 2, 3, 4 et 5 la mesure de température, de pression, de
niveau et de débit, respectivement. Il est à noter que ce document représente seulement l’essentiel
des choses, pour plus de détail, l’étudiant doit consulter les références à la fin de ce support.

Année Universitaire 2015/2016


Sommaire
Chapitre I :
Généralités sur la chaine
de mesure
1. Définitions..………………………………………………………………………………………………………………..... 1
2. Capteurs ……………………………………………………………………………………………………………………... 2
2.1. Définition …………………………………………………………………………………………………………….. 2
2.2. Constitution interne d’un capteur………………………………………………………………………...... 2
3. Classification des capteurs …………………………………………………………………………………………… 3
3.1. Capteurs passifs …………………………………………………………………………………………………… 3
3.2. Capteurs actifs ……………………………………………………………………………………………………... 3
4. Caractéristiques métrologiques des capteurs ……………………………………………………………….. 3
4.1. Etendue de mesure (EM) ……………………………………………………………………………………… 3
4.2. Sensibilité (S) ………………………………………………………………………………………………………. 4
4.3. Expression de l’imprécision …………………………………………………………………………………. 5
4.4. Résolution.……………………………………………………………………………………................................. 5
4.5. Hystérésis..……………………………………………………………………………….………………………….. 5
4.6. Temps de réponse ………………………………………………………………………………………………... 6
5. Caractéristiques statiques des capteurs ………………………………..……………………………………… 6
8.1. Fidélité ……………………………………………………………………………………………………………….. 6
8.2. Justesse ………………………………………………………………………………………………………………. 6
8.3. Précision ………………………………………………..…………………………………………………………… 7
6. Grandeurs d’influences …………………………………………………….………………………........................... 7
7. Conditionneur du capteur...……………………………………………………….................................................. 7
7.1. Montage potentiométrique…………………………………………………………………………………… 7
7.2. Montage en pont…………………………………………………………………………………………………… 9
7.3. Linéarisation……………………………………………………………………………………………………….. 11
8. Conclusion…………………………………………………………………………………………………………………… 11

Chapitre II :
Mesure des températures
1. Définition..…………………………………………………………………………………………………………………... 13
2. Echelles de la température…………………………………………………………………………………………… 13
2.1. Echelle Celsius……………………………………………………………………………………………………… 13
2.2. Echelle Kelvin…………………………………………………………………………………………………......... 13
2.3. Echelle Fahrenheit………………………………………………………………………………………………... 13
2.4. Echelle Rankine……………………………………………………………………………………………………. 13
3. Méthode de la mesure de température………………………………………………………………………….. 14
3.1. Méthodes mécanique……………………………………………………………………………………………. 14
3.2. Méthodes électrique……………………………………………………………………………………………... 14
3.3. Méthodes optique…………………………………………………………………………………………………. 14
4. Etendue de mesure de quelques thermomètres…………………………………………………………….. 14
5. Thermomètre à dilatation…………………………………………………………………………………………….. 14
5.1. Thermomètre à dilatation de liquide……………………………………………………………………… 14
5.2. Thermomètre à dilatation de solide……………………………………………………………………….. 15
5.3. Thermomètre à dilatation de gaz…………………………………………………………………………… 15
6. Thermomètres électriques…………………………………………………………………………………………… 16
6.1. Thermomètre à résistance métallique……………………………………………………………………. 16
6.2. Montages de mesure …………………………………………………………………………………………….. 17
6.3. Thermomètre à thermistance ………………………………………………………………………………. 19
7. Thermocouple…………………………………………………………………………………………………….............. 20
7.1. Principe de fonctionnement………………………………………………………………………………….. 20
7.2. Principe de mesure……………………………………………………………………………………………….. 20
7.3. Principales types des thermocouples…………………………………………………………………….. 21
8. Pyromètres optiques…………………………………………………………………………………………………… 22
8.1. Principes physiques……………………………………………………………………………………………… 22
8.2. Lois du rayonnement thermique du corps noir………………………………………………………. 23

Chapitre III :
Mesure des Pressions
1. Introduction ………………………………………………………………………………………………………………. 25
2. Définition..…………………………………………………………………………………………………………………... 25
3. Unités……………………………..…………………………………………………………………………………………… 25
4. pressions pour les fluides ….………………………………………………………………………………………… 25
4.1. Pression hydrostatique …………………………………………………………………………………........... 26
4.2. Pression hydrodynamique ………………………………………………………………………………….... 26
4.3. Pression totale...……………………………………………………………………………………………………. 26
5. Différents types des pressions……….. ……………………………………………………………………..…….. 27
6. Manomètre hydrostatique.…………………………………………………………………………………………… 27
6.1. Manomètre à section uniforme……………………………………………………………………………… 27
6.2. Manomètre à sections intégrales ou à réservoir……………………………………………………... 28
6.3. Manomètre à tube incliné……………………………………………………………………………………… 28
7. Manomètre à déformation de solide …………………………………………………………………………….. 29
7.1. Tube de Boudon …………………………………………………………………………………………………... 30
7.2. Membrane …………………………………………………………………………………………………………… 30
7.3. Capsule……………….……………………………………………………………………………………….............. 31
7.4. Soufflet……………….. ……………………………………………………………………………….……………… 32
8. Transducteurs des pressions ………………………….……………………………………………………………. 32

Chapitre IV :
Mesure des Niveaux
1. Introduction………………………………………………………………………………………………………………… 36
2. Choix d’un capteur de niveau….…………..………………………………………………………………………... 36
3. Définition………………………………….…………………………………………………………………………………. 36
4. Unités ……………………………………………………………….………………………..……………………………….. 37
5. Mesure de niveau par méthode hydrostatique…..…………………………….…………………………….. 37
5.1. Mesure de niveau par le flotteur…………………………………………………………………………… 37
5.2. Mesure de niveau par le plongeur.………………………………………………………………………… 38
5.3. Mesure de niveau par capteur de pression hydrostatique….……………….............................. 38
6. Mesure de niveau à bulles…………………………………………………………………………………………….. 39
7. Mesure de niveau en réservoir fermée……..…………………………………………………………………… 39
7.1. Canalisation sèche………………………………………………………………………………………………… 39
7.2. Canalisation humide……………………………………………………………………………………………... 40
8. Capteur de niveau à ultrasons ……………………………………………………………………………………... 40
9. Méthodes électriques…………………………….. ……………………………………………………………………. 41
9.1. Capteurs conductimétriques..………..………………..……………………………………………………... 41
9.2. Capteurs capacitifs……………………………………………..…………………………………………………. 41

Chapitre V :
Mesure des Débits
1. Choix d’un capteur de débit………………………………………………………………………………………….. 44
2. Définitions…………………………………………………………………………………………………………………... 44
3. Caractéristiques d’un écoulement...………………………………………………………………………………. 44
3.1. Nombre de Reynolds ……….……………………………………………………………..………………......... 44
3.2. Ecoulement laminaire ………………………………………………………………………………………….. 45
3.3. Ecoulement turbulent………………………………………………………………………………………...... 45
3.4. Influence de la viscosité ……………………………………………………………………………………….. 45
4. Débitmètre à sonde (tube de Pitot)…………………….. ……………………………………………………….. 46
5. Débitmètre à organe déprimogène……………………………………………………………………………….. 46
6. Débitmètre à section variable (Rotamètre)…………………………………………………………………… 48
7. Débitmètre à ultrason…………..………………………………………………………………………………………. 49
8. Débitmètre à effet vortex ……………….….………………………………………………………………………… 49
Chapitre I Généralités sur la chaine de mesure

Chapitre I : Généralités sur la chaine


de mesure

1. Définitions :

1.1. Mesure :

Le terme mesure est utilisé pour désigner le résultat de l’action mesurage, soit la valeur
de la grandeur mesurée. Notons que l’unité (symbole) exprime la nature de la grandeur
mesurée.

Exemple : 30 m3/h : 30 est la valeur du débit mesurée en m3/h, c’est le symbole m3/h qui
indique qu’il s’agit d’un débit.

1.2. Mesurage :

C’est l’ensemble d’opération ayant pour but d’évaluer la valeur d’une grandeur.

1.3. Grandeur :

Chaque phénomène quantifiable d’une façon suffisamment précise est considéré comme
une grandeur. Elle peut être une propriété physique, un état ou une composition chimique.

Exemple : température, pression, débit, niveau,…etc.

1.4. Mesurande :

C’est le terme international utilisé pour désigner la grandeur physique qui fait l’objet
d’une mesure.

1.5. Chaine de mesure :

La chaine de mesure est l’ensemble des éléments nécessaire pour connaitre la valeur
d’une grandeur physique. La structure de base d’une chaine de mesure comprend au minimum
trois éléments :

A. Capteur : Délivré un signal de sortie qui varie en fonction de la variation du mesurande.

B. Conditionneur du signal : Son rôle est la mise en forme du signal de sortie du capteur
pour lui donner un niveau compatible avec l’unité d’utilisation.

C. Unité d’utilisation et/ou de visualisation : Permet de lire la valeur de la grandeur physique


et/ou de l’exploiter comme dans le cas d’une régulation.

1
Chapitre I Généralités sur la chaine de mesure

2. Capteurs :

2.1. Définition :

C’est un dispositif qui transforme une grandeur physique en une grandeur exploitable,
souvent de nature électrique (résistance, courant, tension,…).

Exemple : capteur de température à thermocouple (mesurande : température, réponse :


tension).

Grandeur physique Capteur Grandeur électrique

Fig. I.1 : Grandeurs entré / sorite d’un capteur.

2.2. Constitution interne d’un capteur : La figure (I.2) représente la constitution interne
d’un capteur.

Fig. I.2 : Constitution interne d’un capteur.

A. Corps d’épreuve : Elément mécanique qui transforme le mesurande en une autre grandeur
physique non électrique dite : mesurande secondaire.
Exemple : mesure d’un niveau à partir d’un capteur de position.
- Corps d’épreuve : flotteur.
- Niveau : mesurande primaire.
- Position : mesurande secondaire.

Fig. I.3 : Exemple d’un corps d’épreuve.

2
Chapitre I Généralités sur la chaine de mesure

B. Transducteur : Il traduit les réactions du corps d’épreuve en une grandeur électrique


constituons le signal de sortie.
3. Classification des capteurs :
On classifie les capteurs en deux grandes familles en fonction de la caractéristique
électrique de la grandeur de sortie.
3.1. Capteurs passifs : Le capteur se comporte comme un dipôle passif peut être résistif,
capacitif ou inductif. Le tableau ci-dessous résume, en fonction du mesurande, les effets
utilisés, pour réaliser la mesure.
Mesurande Effet utilisé (grandeur de sortie) Matériaux

Température Résistivité Platine, nickel, cuivre,…


Très basse T Constante diélectrique Verre
Flux optique Résistivité Semi-conducteurs
Résistivité Alliages nickel
Déformation
Perméabilité Alliages ferromagnétique
Résistivité Magnétorésistance
Position
Bismuth
Humidité Résistivité Chlorure de lithium
3.2. Capteurs actifs : Dans ce cas, la sortie du capteur est équivalente à un générateur. C’est
un dipôle actif qui peut être du type courant, tension ou charge. Les principes physiques mis
en jeu sont présentés dans le tableau ci-dessous :
Mesurande Effet utilisé Grandeur de sortie

Température Thermoélectricité Tension


(thermocouple)
Flux optique Photoémission Tension
Pyroélectricité
Force, pression, Piézoélectricité Tension
accélération
Position Effet Hall Tension
Vitesse Induction Tension

4. Caractéristiques métrologiques des capteurs :


4.1. Etendue de mesure (EM):
L’étendue de mesure correspond à l’intervalle compris entre les deux valeurs extrêmes
de la grandeur mesurée par le capteur. EM = de mmin à mmax

3
Chapitre I Généralités sur la chaine de mesure

Fig. I.4 : Etendue de mesure.

L’unité de l’EM est généralement l’unité de mesurande.


- La différence algébrique entre la valeur de la portée maximale et celle de la portée
minimale de l’étendue de mesure est appelée Etendue d’Echelle (Span).
Exemple :
Etendue de mesure : 0 à 80 m3/h, -10 à 60°C, -40 à 10kPa. Ou tout simplement un
pourcentage : 0 à 100%.
Etendue d’échelle : 80m3/h, 70°C, 30kPa.
4.2. Sensibilité (S) :
La sensibilité est le rapport entre la variation du signal de sortie, ds, et la variation

d’entrée, de, correspondant :

Fig. I.5 : Variation du single de sortie par rapport le single d’entre.

é
é é
L’unité de la sensibilité (S)=

Exemple : Si un thermocouple engendre une augmentation de tension de 1.1 mV pour


une variation de température de 20°C sa sensibilité est de :

S=1.1 mV/20°C=0.05mV/1°C.

4
Chapitre I Généralités sur la chaine de mesure

La sensibilité correspond donc à la variation de la grandeur observée par unité du


variable mesurée.

Si la sensibilité est constante sur toute l’étendue de mesure, on dit que le capteur est
linéaire. Sinon, le capteur est non linéaire.

Remarque : on dit que le capteur A est plus sensible que le capteur B, lorsque la
sensibilité de A est plus élevée que celle de B pour la même variation de la grandeur mesurée.

4.3. Expression de l’imprécision :

L’imprécision est une incertitude. C’est la limite maximale de l’erreur ou de la


déviation si la valeur observée est M par exemple, l’incertitude est ± ∆M donc, M –∆M ≤ M ≤
M + ∆M.

Exemple : Imprécision en pourcentage de l’étendue d’échelle. On considère un thermomètre


dont l’étendue de mesure est définie par les portées -10 et 115,0°C.

A/ imprécision absolue : Dans un premier temps, nous calculons les imprécisions en valeurs
absolues pour les deux lecteurs de 15.0 et 95.0°C.

Supposant qu’elle est de ± 0.3% de l’EM. L’étendue de l’échelle est :

115 - (-10) = 125°C.

Donc, l’imprécision pour les deux températures : ± 0.3×125°C/100 = ± 0.37. Donc, les
valeurs vraies se trouvent entre : 15.0 - 0.37°C et 15.0 + 0.37°C. et 94.63°C et 95.37°C.

B/ Imprécision relative : En générale l’imprécision relative est exprimée en pourcentage :


× 100

Pour les deux cas de l’exemple ci-dessus, l’imprécision relative est donnée par :
× 100 2.5% × 100 0.4%
. .
et

4.4. Résolution :

Elle correspond à la plus petite variation de mesurande que le capteur est capable de
détecter. Unité : celle de mesurande.

4.5. Hystérésis :

Certains capteurs ne retournent pas la même valeur de sortie, pour une même valeur du
mesurande, selon la façon ou cette valeur est obtenue (cycle croissant ou décroissant).

5
Chapitre I Généralités sur la chaine de mesure

Fig. I.6 : Hystérésis.


L’hystérésis est la différence maximale entre ces deux valeurs de sortie.

4.6. Temps de réponse : C’est le temps qui s’écoule entre le moment où apparait une
variation de la grandeur physique et le moment où le capteur enregistre cette variation. Le
défaut correspondant est le retard.

5. Caractéristiques statiques d’un capteur :

La présence de fluctuation statiques nécessitent de répéter la mesure un certain nombre


de fois :

Rappel : Soit n mesures effectuées sur un mesurande, on définit à partir de ces n


mesures : {m1, m2,……..mn}.

- La valeur moyenne :


〈 〉
#
(I.1)

- L’écart type (dispersions des résultats autour de la valeur moyenne) :

∑& ' 〈 〉()


$ %
#'1
(I.2)

5.1. Fidélité : Elle définit la qualité d’un capteur à délivrer une mesure répétitive sans erreur.
L’erreur de fidélité correspond à l’écart type obtenu sur une série de mesures correspondant à
un mesurande constant.

5.2. Justesse : C’est l’aptitude d’un capteur à délivrer une réponse proche de la valeur vraie.
Elle est liée à la valeur moyenne obtenue sur un grand nombre de mesures par rapport à la
valeur réelle.

6
Chapitre I Généralités sur la chaine de mesure

J = Valeur moyenne - Valeur vraie.

5.3. Précision : Elle définit l’écart en % que l’on peut obtenir entre la valeur réelle et la
valeur obtenue en sortie du capteur. Ainsi, un capteur précis aura à la fois une bonne fidélité
et une bonne justesse. P = J + F

La précision est également appelée fidélité.

Fig. I.7 : Caractéristique statique d’un capteur.

6. Grandeurs d’influences :

Grandeurs physiques ou chimiques « Parasite » auxquelles peut être sensible la réponse


du capteur. Donc, Grandeur d’influences = Perturbation venant de l’extérieur.

Exemple : températures, chocs, perturbations électromagnétiques, Humidité, Vibrations,


Corrosion, Rayonnements, Alimentation de l'instrument, Temps (vieillissement), …etc.

7. Conditionneur du capteur :

Le conditionnement de la mesure consiste à rendre exploitable de la mesure issue du


capteur. On effectue une adaptation de la source du signal (capteur) à la chaine de mesure
complète.

7.1. Montage potentiométrique : On utilise un simple pont diviseur alimenté par une source
détensions continue (Ve). Le capteur est représenté par la résistance Rc. On cherche
l’expression de Vm en fonction de Rc.

7
Chapitre I Généralités sur la chaine de mesure

*+ =, × - . *
Fig.I.8 : Montage potentiométrique simple pont.
(I.3)

*+ =, × - . ,/ × - - 2
01
3 425
(I.4)

Donc :

* , 62 7 * . *8 *8 61 ' 2 7*
23
3 425 3 425
(I.5)

On trouve :

,/
*8 9 :*
, . ,/
(I.6)

La relation qui liée la tension de sortie (Vm) au mesurande (Rc) n’est pas linéaire. Donc,
la sensibilité n’est pas constante. On suppose que le mesurande évolue auteur d’une valeur
Rc0 :

,; ,; . ∆,; , *8 *8 . ∆*8 , on considère : ∆,; ≪= ,; . , (I.7)

Donc :

,/ . ∆,/ ,/
∆*8 *8 ' *8 * ' *
, . ,/ . ∆,/ ,/ . ,
(I.8)

&,/ . ∆,/ (&,/ . , ( ' &, . ,/ . ∆,/ (,/


∆*8 *
&, . ,/ . ∆,/ (&,/ . , (
(I.9)

,/) . ,/ ∆,/ . ,/ , . , ∆,/ ' , ,/ ' ,/) ' ,/ ∆,/


∆*8 *
&, . ,/ . ∆,/ (&,/ . , (
(I.10)

8
Chapitre I Généralités sur la chaine de mesure

, *
∆*8 ∆,
&,/ . , (² /
(I.11)

C’est une relation linéaire.

7.2. Montage en pont :

A. Montage ¼ de pont : Calcul des potentiels :

Fig. I.9 : Montage en pont.


En A :

,/
*? +
, . ,/
(I.12)

En B :

,A
*@ +
, . ,A
(I.13)

La tension de mesure Vm est donnée par :

,/ , ' , ,A
*8 *? ' *@ +
&, . ,/ (&, . ,A (
(I.14)

La condition d’équilibre du pont Vm=0, est donnée par : ,/ , , ,A

Cas : ,/ , ,) , ,

On suppose que le mesurande évolue auteur d’une voleur Rc0 :

Donc :

,/ ,/ . ∆,/ (I.15)

9
Chapitre I Généralités sur la chaine de mesure

R2=R3=R4=Rc0

,/ ,/ ' ,/ ,/ ,/ . ∆,/ ' ,/


*8 + +
&2,/ . ∆,/ (&2,/ ( 4,/ . 2∆,/
(I.16)

∆E5

*8 C G = & (
B ∆25 B E5D
A 25D 4
∆E5
A 3 ∆E
4 5
(I.17)
F F E5D

Si ∆,/ <<< 2,/ (cas de très faibles variations de ,H)

On trouve :

*8 B ∆25
A 25D
(I.18)

B. Montage push pull (1/2 pont) : Le pont est maintenant constitué de deux résistance fixes
R3=R4=Rc0 et de deux résistance variables R1 et R2 de deux capteurs auxquels le mesurande
impose des variations égales et opposées.

R) R J . ∆R et R R J ' ∆R
Fig. I.10 : Montage push pull.
(I.19)

*8 + +
2F 25D K25D 23 &25D 4∆N(25D K25D &25D K∆2(
&23 42F (&2L 42M ( &25D K∆2425D 4∆2(&)25D (
=

*8 + *8 +
)∆2 ∆2
A25D )25D (I.20)

* est linéaire et on gagne un facteur 2 sur les sensibilités par rapport au montage ¼
pont.

10
Chapitre I Généralités sur la chaine de mesure

7.3. Linéarisation : On a vu que certaines méthodes -push – pull- et choix du rapport


potentiométrique – rendaient la linéarisation possible A ces méthodes, on peut ajouter un
autre montage dans lequel le conditionneur a associé un amplificateur opérationnel.

Fig. I.11 : Linéarisation.


Le capteur Rc est placé dans la boucle de réaction de l’amplificateur.

A l’équilibre s’écrit R1=R3=R4=Rc0 avec ,/ ,/ . ∆,/ , la tension de déséquilibre s’écrit


* = VA-VB où :

+
*@
2
O ,/ ,/
*? + 9 : . *8 9 :
(I.21)
,/ . ,/ ,/ . ,/

L’amplificateur est supposé idéal donc VA=VB ;

Ce qui permet d’écrire :

+ ∆,/
*8 '
2 ,/
(I.22)

Dans ce montage, le capteur doit être isolé de la masse.

8. Conclusion :

Dans l’industrie, le choix d’un capteur repose sur l’élaboration d’un cahier des charges
où on spécifié les critères suivants :

1. Le type du matériel : cela consiste à définir :

- La nature et le type de grandeur physique : il existe généralement plusieurs types de


solutions
11
Chapitre I Généralités sur la chaine de mesure

- Le type de capteur recherché : analogique, numérique ou logique.

- Le type de signal électrique de sortie.

2. Les caractéristiques essentielles :

Caractéristiques métrologiques :

- L’étendue de mesure :

Si le signal de sortie analogique : les deux extrêmes ;

Si le signal de sortie logique : plage de réglage du seuil.

- La précision.

- Le temps de réponse.

Conditions d’utilisation :

- Gamme de température admissible : identifiée par les deux extrêmes.

- Surcharges admissibles : nombre de fois de l’étendue de mesure.

- Durée de vie.

Spécifications économiques :

- Prix et délais de livraison.

Autres caractéristiques :

- Conditions d’alimentation ;

- Consommation.

12
Chapitre II Mesure des Températures

Chapitre II : Mesure des Températures

1. Définition :

La température d’un corps correspond au niveau de son énergie calorifique, c’est-à-dire


la quantité de chaleur qu’il contient.

2. Echelles de température :

2.1. Echelle Celsius (1742) : il est appelé aussi échelle centésimale. Les températures de
références sont :

- La température de fusion de la glace à 0°C, sous la pression atmosphérique normale.

- La température d’ébullition de l’eau distillée à 100°C, sous la pression atmosphérique


normale.

2.2. Echelle Kelvin (1848) : C’est l’unité internationale de la température. Les références
sont :

- Le zéro thermodynamiques, (0 K) : Correspond à l’absence de tout mouvement moléculaire.

- La température du point triple (0.01°C) de l’eau, c’est-à-dire quand les trois phases : solide,
liquide et gazeuse de l’eau coexistant). 273.16 K=0.01°C.

T(°C) = T(K) - 273.15 (II.1)

2.3. Echelle Fahrenheit (1707) :

T(°F) = 9/5 T(°C) + 32 et T(°C) = 5/9 (T(°F) - 32) (II.2)

2.4. Echelle Rankine :

T(°R) = T(°F) + 459.67 (II.3)

K °C °F

0 273.15 - 459.67

273.15 0 32

373.15 100 212

13
Chapitre II Mesure des Températures

3. Méthode de la mesure de température :

Les méthodes de mesure de la température sont variées, parmi lesquelles on peut citer :

3.1. Méthodes mécanique : Elles sont basées sur la dilatation d’un solide, d’un gaz ou d’un
liquide.

3.2. Méthodes électrique : Elles reposent sur l’effet thermoélectrique (thermistance,


thermocouple,…).

3.3. Méthodes optique : Elles se basées sur une relation entre la température et le
rayonnement émit par un corps (pyromètre optique).

4. Etendue de mesure de quelques thermomètres :

Thermomètres EM (°C)

Thermocouple -270 à 2700

Résistance métallique -200 à 1400

Thermistance -100 à 1400

Pyromètre optique 300 à 3000

Thermomètre à dilatation du gaz -100 à 600

Thermomètre à dilatation liquide -55 à 600

5. Thermomètre à dilatation :

La variation de la température d’une masse donnée de solide, de liquide ou de gaz


provoque une variation de volume ou de masse.

5.1. Thermomètre à dilatation de liquide :

Fig. II.1 : Thermomètre à dilatation de liquide.

14
Chapitre II Mesure des Températures

La loi de variation est donnée par :

1 (II.4)

T : température en °C.
V0 : volume en 0°C.

α: Coefficient dilatation du liquide. Mercure : α = 0.15× 10-3 °C-1.

5.2. Thermomètre à dilatation de solide : Lorsqu’une tige métallique est portée à la


température T sa longueur varie.

Loi de variation est donnée par :

1 (II.5)

L : longueur de la tige à T.

L0 : Longueur de la tige à °C.

λ: Coefficient dilatation linaire du métal. Zinc : λ = 30×10-6 °C-1.

5.3. Thermomètre à dilatation de gaz : L’équation d’un gaz parfait est :

PV = nRT (II.6)

n: nombre de moles.

R = 8.31 J. mol-1. K-1.

T : température en K.

V : volume En m3. P : Pression en Pa

Fig. II.2 : Thermomètre à dilatation de gaz.

Si l’on enferme une certaine quantité de gaz dans une enveloppe de volume V constant :

15
Chapitre II Mesure des Températures

(II.7)

Avec : constante.

6. Thermomètres électriques :

6.1. Thermomètre à résistance métallique : La résistance d’un conducteur électrique croit


avec la température. Cette relation est parfaitement réversible. On peut donc établir R = f(T)
entre la résistance R et la température T :

1 (II.8)

Avec : T la température en °C.

R0 : la résistance à 0°C.

a, b et c sont des coefficients positifs, spécifique au métal, déterminés par l’étalonnage.

Quelques métaux utilisés : Cuivre, Nickel et Platine.

Platine : précis, stable, couteux. EM : -200 à 650°C peut aller jusqu’à 1400°C.

Nickel : grande sensibilité thermique, mauvaise linéarité, peu stable. EM :-60°C à 180°C.

Cuivre : très grande linéarité, peu stable. EM :-190°C à 150°C.

C’est le platine qui est le matériau le plus utilisé.

Exemple : La sonde PT100 est une sonde platine qui à une résistance de 100 Ohms pour une
température de 0°C (138.5 Ohms pour 100°C).

Pour les sondes industrielles, la valeur des coefficients est : A = 3,90802 ×10−3 °C−1; B =
−5,80195 ×10−7 ◦C−2 ; C = −4,27350 ×10−12 °C−4.

Exemple de calcul :

La résistance d’une sonde de platine PT100 est donnée par la formule suivante :

[1 − ] (II.9)

Cet exemple montre comment utilisé cette formule pour calculer la résistance à 35°C
avec le coefficient de température égale à 0.00392.

100Ω[1 0.00392 35℃ − 0℃ ]

100Ω[1 0.1372]
16
Chapitre II Mesure des Températures

100Ω[1.1372]

113.72Ω

6.2. Montages de mesure : La mesure de la température se ramène donc à une mesure de


résistance.

A) Montage à deux fils : La méthode la plus simple (figure ci-dessous), consiste à alimenter
la résistance avec un courant I et de mesurer la tension aux bornes de la résistance (on
rappelle : U = R * I).

Fig. II.3 : Montage de mesure à deux fils.

B) Montage à quatre fils : Dans le montage à deux fils, la tension V dépend aussi des
résistances de ligne r. Pour éviter cela, on ajoute deux fils aux bornes de la résistance, on
utilise alors une résistance avec quatre fils (figure ci-dessous).

Fig. II.4 : Montage de mesure à quatre fils.

C) Montage en pont : Les deux montages ci-dessus ne permettent pas de supprimer


simplement la composante continue R(0°C) de la résistance de mesure R. On préfère
généralement utiliser un montage utilisant un pont de Weatstone (figure II.5).

17
Chapitre II Mesure des Températures

Fig. II.5 : Montage de mesure en pont à deux fils.

Dans la condition d’équilibre du pont ou Vs = 0.

On trouve : R1×R3= R2×(Rt + r1 + r2)

On suppose que R1=R2 et r1 = r2 = r

R3 = Rt +r1 +r2 = Rt + 2×r

Rt = R3 – 2×r

On remarque que ce montage introduit une erreur sur la valeur de la résistance mesurée
qui est la somme (Rt + r1 +r2), il est donc déconseillé si la distance entre la thrermosonde et
l’appareil de mesure est importante.

Pour diminuer l'influence des résistances de ligne, on utilise un montage trois fils
(figure 3 fils), ou mieux un montage quatre fils (figure 4 fils).

Fig. II.6 : Montage de mesure en pont à trois fils.

Dans la condition d’équilibre du pont ou Vs = 0.

On trouve : R1×(R3+r2)= R2×(Rt + r1)

18
Chapitre II Mesure des Températures

On suppose que R1=R2 et r1 = r2 = r

R3 + r= Rt + r. Donc, Rt = R3

Remarque 1: donc la valeur de résistance mesurée est égale à la valeur de résistance variable.
Ainsi ce montage permet la mesure à distance, sans introduire d’erreur importante.

Remarque 2: la mesure des très basses de températures ne se fera pas à l’aide d’un
thermomètre à résistance ou à thermistance.

6.3. Thermomètre à thermistance :

Une thermistance est un agglomérat d’oxydes métalliques frittés, c’est-à-dire rendus


compacts par haute pression exercée à température élevée, de l’ordre de 150 bars à 1000°C.
La composition d'une thermistance peut-être, par exemple :

• Fe2O3 (oxyde ferrique),

• MgAl2O4 (aluminate de magnésium),

• Zn2TiO4 (titane de zinc).

Il existe deux types de thermistance CTN et CTP.

La résistance électrique d’une thermistance est très sensible à la température. La relation


résistance-température d’un CTN est de la forme :

- -
+, . 0 (II.10)
* /

T température en Kelvin.

B est compris entre 3000 K et 5000 K.

La sensibilité thermique d’une thermistance est donnée par la formule suivante :

1 1 2 (II.11)

1

- Avantages :

1) Sensibilité thermique élevée (de l’ordre de 10 fois supérieure à celle de la résistance


métallique).

2) Valeur élevée de la résistance (˃ 1000°C). Donc, l’effet de la résistance des fils de


connexion devient négligeable.

19
Chapitre II Mesure des Températures

3) Temps de réponse très court.

- Inconvénients :

1) Caractéristique non linaire.

2) Sensible à l’auto-échauffement.

3) dérive des caractéristiques au cours du temps.

7. Thermocouple :

7.1. Principe de fonctionnement :

Un thermocouple est un circuit électrique fermé, constitué par deux métaux différents A
et B, dont les jonctions sont soumises à un gradient de température. La conversion d’énergie
thermique crée un déplacement d’électrons et génère une force électromotrice (f.é.m.) de
Seebeck, qui dépend de la nature des deux métaux et de la différence des températures au
niveau des jonctions.

Fig. II.8 : Principe de fonctionnement du thermocouple.

Dans la désignation d’un thermocouple A/B, le métal A est le conducteur positif et le


métal B le négatif. La jonction de mesure est soumise à la température Tc à mesurer, et la
jonction de référence, reliant les bornes de l’instrument de mesure, est à une température Tf
connue. La f.é.m. de Seebeck, notée ETc ,Tf
A/B, est positive lorsque la température Tc est
supérieure à la température Tf. Elle est négative dans le cas inverse, et nulle si les
températures Tc et Tf sont égales.

7.2. Principe de mesure :

Un thermocouple est constitué de deux métaux de nature chimique différente (A, B)


réunis à leurs extrémités par une soudure que l’on appelle « Soudure Chaude SC ». Cette
soudure est le siège d’une force électromotrice (tension très faible de l’ordre de millivolt).

Cette force électromotrice dépond de la température de la soudure chaude mais aussi des
matériaux mis en contact.

20
Chapitre II Mesure des Températures

Fig. II.9 : Principe de mesure du thermocouple.

- Mesure d’une température :

Quand on mesure cette force électromotrice avec, un appareil de mesure, on crée deux
nouvelles soudures entre les matériaux de l’appareil de mesure et ceux du thermocouple. On
simplifie le raisonnement en parlant d’une seule soudure appelée « Soudure Froide SF ».
Cette soudure froide est aussi le siège d’une force électromotrice EF.

Fig. II.10 : Mesure d’une température.

Donc :

34 35 − 36 (II.12)

Des tableaux donnent la relation entre température et force électromotrice. Ces tableaux
sont donnés pour TF = 0°C. On dit : température de référence à 0°C.

Donc, EF est lu sur les tableaux à partir de la connaissance de TF. TC est lu sur les
tableaux à partir du calcul de EC.

7.3. Principales types des thermocouples :

Le tableau suivant donne les caractéristiques essentielles de thermocouple les plus


courants. Les matériaux utilisés sont des métaux comme le cuivre (Cu), le platine (PT), le fer
(Fe), ou des alliages comme le cuivre nickel (Cu-Ni : constantan), le nickel-chrome (cromel),
le nickel-aluminium (Ni-Al : alumel), le platine-rhodium (Pt-Rh : platine rhodié).

Symbole E J T K
Matériaux Nickel-Crome Fer/constantan Cuivre/ Cromel/Alumel
utilisés /cuivre-nickel constantan
Sensibilité 0.03 à 0.08 0.03 à 0.06 0.016 à 0.06 0.018 à 0.04
mv/°C
EM (°C) -200 à 1000 -160 à 900 -150 à 400 -160 à 140
Distingué par Meilleure Meilleure Résistance à Meilleure

21
Chapitre II Mesure des Températures

sensibilité marché l’humidité linéarité


- Avantages :

1) Imprécision de l’ordre de ±0.2 % de l’étendue d’échelle.

2) Large étendue de mesure, peut aller jusqu’à 2700°C.

3) Utilisation à certaines distances sans besoin d’énergie extérieure.

4) Leur robustesse.

- Inconvénients :

1) La complexité de compensation.

2) L’impossibilité d’utilisation sans gaine dans les liquides conducteurs.

3) Faible force électromotrice (f.é.m.) développée.

8. Pyromètres optiques :

Le pyromètre optique est une méthode de mesure de la température basée sur la relation
entre la température d’un corps et le rayonnement optique (infrarouge ou visible) que ce corps
émet. Les capteurs utilisés sont donc des capteurs optiques, photo-électriques ou thermiques.
L’intérêt du pyromètre optique est de permettre la détermination d’une température sans
contact avec l’objet ; c’est de capteurs thermométriques classiques :

- Température très élevée (supérieure à 200°C) ;

- Mesure à grande distance ;

- Environnement très agressif ;

- Pièce en mouvement ;

- Localisation des points chauds.

8.1. Principes physiques :

Tout corps émet spontanément et en permanence un rayonnement électromagnétique


dont le spectre continu a une répartition énergétique fonction de la température : c’est le
rayonnement thermique. Les lois de cette émission sont d’abord établies pour un corps idéal,
le corps noir, caractérisé par une absorption totale de tout rayonnement incident ; le
rayonnement thermique d’un corps réel, selon son pouvoir absorbant, se rapproche plus ou
moins de celui du corps noir.

22
Chapitre II Mesure des Températures

8.2. Lois du rayonnement thermique du corps noir :

On définit :

- L’émittance En : C’est la puissance totale rayonnée dans un hémisphère, par unité de


surface de l’émetteur.

- L’émittance spectrale Eλ, n ; C’est la densité spectrale de puissance rayonnée dans un


hémisphère, par unité de surface de l’émetteur, à une longueur d’onde λ ;

La loi, de Planck est la loi fondamentale de l’émission thermique ; elle donne


l’émittance spectrale d’une source (en W.m-3. Sr-1) qui est un corps noir en fonction de la
longueur d’onde et de la température absolue 7 de cette source.

- 9: ;<=
Eλ n 7 = >? (II.13)
8 @A .-

Avec :
F5
- B- = 2 C ℎ ²= 3,74 10-16 Wm² et B = = 14,4 10-3 mk ;
G

- ℎ: Constante de Planck = 6,6256 10-34 J.s ;

- c : Vitesse de la lumière = 2,998 108 m/s ;

- k : Constante de Boltzmann =1,381 10-23 J/k.

Fig.II. 11: Emittance spectrale en fonction de la longueur d’onde pour diverses


températures.

23
Chapitre II Mesure des Températures

Sur la figure (II.11), on remarque l’augmentation rapide de l’émittance avec la


température et le déplacement du spectre de l’infrarouge vers le visible (de 0,4 à 0,8 µm) au
fur et à mesure que la température augmente.

8. Exercices :

8.1. Exercice 1 :

Une thermistance CTN est parcourue par un courant constant, suffisamment faible pour
que son échauffement soit négligeable. Quand la température ambiante est de 25 °C, la
tension à ses bornes est 492 mV. A 50 °C, cette tension vaut 385 mV. Calculer la sensibilité
thermique de cette thermistance à 25 °C.

8.2. Exercice 2 :

Soit un thermocouple de type J, c’est la tension mesurée est de 17 mV, et que la


température de référence est de 90°F. Quelle est la température à la jonction chaude du
thermocouple.

24
Chapitre IV Mesure des pressions

Chapitre III : Mesure des pressions

1. Introduction :

Les mesures de pression sont peut être les plus importantes de toutes les mesures
industrielles. Elles interviennent dans la détermination de nombreux paramètres tels que le
niveau, le débit ou la température ainsi que dans le contrôle et la surveillance de différents
procédés industriels.

Les instruments utilisés pour mesurer des pressions sont appelés des manomètres. On
réserve le terme baromètre aux appareils mesurant la pression atmosphérique.

2. Définition :

La pression d’un fluide est la force qu’il exerce par unité de surface,
perpendiculairement à la surface considérée.

(III.1)
=

P : Pression en N/m2.

F : Force en Newton.

S : surface en m2.

3. Unités :

L’unité internationale de pression est le pascal (1 Pa = 1 N/m2). D’autres unités sont


couramment utilisées :

a) Le bar : 1 bar = 105 Pascal.


b) L’atmosphère : 1 atm = 101325 Pa.
c) Le torr ou millimètre de mercure : 1mm de Hg = 133 Pa.
d) La livre par pouce carré ou psi : 1 psi = 6894.7 Pa.

4. Pressions pour les fluides :

Tous les fluides exercent une pression qu’il que soient au repos ou en écoulement. Cette
pression est constituée en deux composantes :

25
Chapitre IV Mesure des pressions

4.1. Pression hydrostatique :

A l’intérieur d’une colonne de fluide se crée une pression due au poids de la masse de
fluide sur la surface considérée. Cette pression est :

= (III.2)

Avec ρ est la masse volumique du fluide.

Fig. III.1 : Pression hydrostatique.


= = = . . (III.3)

4.2. Pression hydrodynamique :

Elle résulte de la vitesse du fluide en mouvement. Un fluide se déplaçant crée une


pression supplémentaire :

1 (III.4)
=
2

4.3. Pression totale :

La pression totale est la somme de la pression hydrostatique et de la pression


hydrodynamique.

= (III.5)

Fig. III.2 : Pression totale.


Celle-ci à la même valeur en tous points pour un fluide en mouvement horizontal, c’est
le théorème de Bernoulli.

26
Chapitre IV Mesure des pressions

5. Différents types des pressions :

5.1. Pression atmosphérique : La pression atmosphérique moyenne au niveau de la mer, à


15 °C, est de 1013 mbar. Elle peut varier, de 25 mbar, avec la pluie ou le beau temps. Elle est
fonction de l’altitude.

5.2. Pression absolue : C’est la pression réelle, dont on tient compte dans les calculs sur les
gaz.

5.3. Pression relative : C’est la différence de pression par rapport à la pression


atmosphérique. C’est la plus souvent utilisé, car la plupart des capteurs, soumis à la pression
atmosphérique, mesurent en relatif :

= é !

5.4. Pression différentielle : Elle est égale à la différence entre deux pressions quelconques.

6. Manomètre hydrostatique :

Ce type de capteurs repose sur le principe fondamental selon lequel, dans un fluide en
équilibre, la pression est la même en tous les points d’un même plan horizontale.

6.1. Manomètre à section uniforme :

Ces appareils sont constitués d’un tube en forme U, contenant une certain quantité de
liquide manométrique ou de remplissage (mercure, eau,…).

Fig. III.3 : Manomètre à section uniforme.


La dénivellation du liquide est représentée par la colonne h qui représente une
pression :

= (III.6)

27
Chapitre IV Mesure des pressions

h : dénivellation.

ρ: la masse volumique en kg/m3

g : Accélération de la pesanteur de la terre.

p: pression en pascal.

" =

Donc : " =

6.2. Manomètre à sections inégales ou à réservoir :

On peut augmenter la sensibilité en utilisant un tube en U de sections inégales. Quand la


pression est appliquée, le liquide descend d’une hauteur h1 dans le réservoir, et monte d’une
hauteur de h2 dans la branche de droite. La pression correspondante est :

= # $ (III.7)

Sachant que h1S1=h2S2, on aura donc :

= #1 %$ (III.8)

Où : α=S2/S1

Fig. III.4 : Manomètre à sections inégales ou à réservoir.


6.3. Manomètre à tube incliné :

Ce type montre un manomètre en forme U dont la banche droite est inclinée par un
angle α, utilisé pour mesurer les faibles pressions. Dans ce cas, on mesure la distance H1.
Cette dernière est d’autant plus grande que l’angle α est plus petit puisque :
28
Chapitre IV Mesure des pressions

Fig. III.5 : Manomètre à tube incliné.


& = & sin #%$

&
& =
sin #%$

= ρgH sin#α$ (III.9)

Le plus souvent, on prend α=30°.

- Avantages et inconvénients des manomètres à tubes :

Les manomètres à colonne de liquide couvrent un domaine de 0 à 5 bars pour la mesure


de pression de gaz uniquement.

A. Avantages :

- Bonne précision, on peut dépasser 0,11% ;


- Bonne sensibilité ;
- Construction simple et peu coûteuse.

B. Inconvénients :

- Encombrant et fragile ;
- Ils sont sensibles à la température et aux vibrations ;
- Les tubes doivent être parfaitement calibrés ;
- Les liquides visqueux, malpropres, les tubes gars, sont des causes d’erreurs ;
- Ces appareils ne traduisent pas la pression mesurée en un signal analogique
exploitable en régulation industrielle.

7. Manomètre à déformation de solide :

Le principe des capteurs de pression à déformation de solide, est que sous l’effet de la
pression, un déplacement est produit, et ce déplacement est ensuite mesuré. Parmi les corps
d’épreuve usuels, on trouve : Tube de Bourdon, Membrane, Capsule et Soufflet.

7.1. Tube de Boudon :


29
Chapitre IV Mesure des pressions

Le corps d’épreuve est souvent un tube de section elliptique en forme de C ou d’une


spirale, encastré à une des extrémités. Sous l’effet de la pression, la section s’arrondit et le
tube tend à se redresser. Le déplacement de l’extrémité du tube est proportionnel à la pression
appliquée. Le tube peut être équipé de jauges de contrainte mesurant sa déformation, comme
son extrémité libre entrainer un capteur de position.

1. Organe moteur tube de Bourdon ; 2. Support de tube ; 3. Capuchon du tube ; 4. Secteur denté ; 5. Biellette ;
6. Engrenage ; 7. Aiguille ; 8. Cadran.

Fig. III.6 : Manomètre tube de Bourdon.


Les manomètres à tube de Bourdon sont précis, et ont un domaine d’emploi étendu,
mais ils sont couteux et de construction un peu complexe.

7.2. Membrane :

- L’élément sensible est une membrane circulaire élastique comportant ou non des
ondulations concentriques.

- La périphérie de la membrane est encastrée dans l’enceinte ou chambre qui reçoit la


pression à mesurer. Le déplacement du centre de la membrane (ou flèche) est proportionnel à
la pression appliquée.

- La membrane peut être équipée par des jauges de contrainte mesurant sa déformation,
comme elle peut entrainer un capteur de position.

- La membrane peut être en acier inoxydable, en argent ou en bronze. Lorsqu’il s’agit de


mesure de faibles pressions, on utilise des membranes non métalliques en tissu caoutchouté
ou en cuir par exemple.

30
Chapitre IV Mesure des pressions

Les manomètres à membrane ont une grande sensibilité et sont recommandés pour
mesurer les pressions de fluides corrosifs, visqueux ou pâteux.

1. Bride inférieure ; 2. Chambre de pression ; 3. Bride supérieure ; 4. Membrane ; 5. Vis ; 6. Engrenage ;


7. Aiguille ; 8. Cadran.

Fig. III.7 : Manomètre à membrane.


7.3. Capsule :

Une capsule est constituée par deux membranes métalliques à parois ondulées
assemblés par soudure. La pression à mesurer déforme la capsule, le déplacement du centre de
la capsule est proportionnel à la pression à mesurer.

1. Support de l’organe moteur ; 2. Organe moteur, la capsule ; 3. Biellette ; 4. Mouvement ; 5. Aiguille ; 6.


Cadran.

Fig. III.8 : Membrane à capsule.


Les manomètres à capsules sont utilisés notamment pour mesurer la pression de l’air ou
de gaz non corrosif pour les faibles pressions ou dépressions et pour les pressions
différentielles.

31
Chapitre IV Mesure des pressions

7.4. Soufflet :

Le soufflet est un cylindre dont la paroi latérale est ondulée. Ces ondulations permettent
une déformation par allongement ou par écrasement selon l’axe de soufflet, sous l’action de la
force de pression. La pression à mesurer peut être appliquée à l’extérieur ou à l’intérieur du
soufflet ; dans les deux cas, un ressort antagoniste, contre lequel réagit la pression, équilibre la
force produite par la base rigide du soufflet. Le déplacement de l’extrémité libre du soufflet
est proportionnel à la pression mesurée. L’imprécision des ces manomètres est inférieure à
0.5%.

Fig. III.9 : Membrane à soufflet.


7.2. Transducteurs des pressions :

Dans les capteurs électriques de pression, la déformation du corps d’épreuve (élément


sensible) est transformée en un signal électrique grâce à un capteur de déplacement ou un
capteur de force. Les valeurs des signaux électriques de sortie observés sont proportionnelles
aux pressions mesurées. Parmi les transducteurs utilisés sont les suivants :

7.2.1. Potentiomètre résistif :

La figure ci-dessous présente la conversion en signal électrique du déplacement de


l’élément sensible à la pression (soufflet, tube de Bourdon) en utilisant un potentiomètre
linéaire. Ce type de conversion est caractérisé par :

- Signal de sortie élevé, peut être utilisée sans conditionneur.

32
Chapitre IV Mesure des pressions

- Etendue de mesure entre 35 kPa et 70 MPa.

- Précision entre 0.5% et 1% de EM.

Fig. III.10 : Conversion par potentiomètre résistif.


7.2.2. Jauges des contraintes :

Des jauges de contrainte sont collées sur le corps d’épreuve. La pression appliquée sur
ce dernier, crée des micro-déformations qui se traduisent par un changement de résistance des
jauges de contrainte. Deux ou quatre jauges sont normalement utilisés et associées en à pont
de Wheatstone ; soit en demi pont ou en pont complet.

Ce type de conversion est caractérisée par :

- Etendue de mesure jusqu’à 1400 MPa.

- Imprécision inférieure à 0.25% de l’EM.

- sensibilité à la température.

- Faiblesse du signal de sortie.

Fig. III.11 : Conversion par jauges des contraintes.


7.2.3. Conversion par variation de capacité :
Afin de transformer la déformation d’une membrane en variation de capacité, il suffit de
placer l’une des armatures d’un condensateur sur la membrane qui se déforme et l’autre sur

33
Chapitre IV Mesure des pressions

une pièce solidaire du boitier du capteur mais non soumise à la déformation. La différence de
pression entraine la variation de la distance entre les deux armatures, d’où une variation de la
capacité en relation directe avec la pression appliquée. On peut avoir une variation
différentielle de capacité en plaçant une membrane conductrice entre deux armatures fixes.

Fig. III.12 : Conversion par variation de capacité.


2
/ = 001 (III.10)
3

C : capacité en farads.

A : superficie commune armatures en m2.

d: distance séparant les plaques parallèles, en mètres.

ε0 : permittivité de l’air (ou du vide) 8.8 × 10-12.

ε: constante diélectrique du milieu entre les plaques, ou permittivité relative. Ainsi, pour
l’eau ε = 80 par rapport au vide ou à l’air pris comme référence (ε=1).

Ce type de transduction est caractérisé par :

- Gamme de mesure de 0 à 70 MPa.

- Précision peut atteindre de 0.01% de l’EM.

- Très grande sensibilité possible.

- Très bonne stabilité, faible hystérésis.

- Construction couteuse.

7.2.4. Conversion par effet piézoélectrique :

On peut mesurer la déformation d’un corps d’épreuve par la charge générée par un
cristal piézoélectrique. La figure ci-contre illustre l’utilisation d’un élément piézoélectrique
pour convertir une pression en une charge électrique.

34
Chapitre IV Mesure des pressions

La conversion par éléments piézoélectrique par :

- Mesure en relative : par rapport au condition initiale du cristal ;


- Excellente réponse en fréquence ;
- Mesure statique impossible ;
- Sensibilité à la température ;
- Nécessite un circuit de conditionnement ;
- Nécessite un câble de liaison de faible bruit.

Fig. III.13 : Conversion par effet piézoélectrique.

35
Chapitre IV Mesure des niveaux

Chapitre IV : Mesure des niveaux

1. Introduction :

La mesure généralement faite en milieu industriel est la mesure de niveau de liquides.


Dans ce chapitre, on présente les divers principes de mesure utilisés pour mesurer ou détecter
le niveau ainsi que les calculs nécessaires pour choisir le bon capteur. Lorsqu'un capteur de
niveau doit être choisi, on doit prendre en compte plusieurs critères.

2. Choix d’un capteur de niveau :

Le choix d’un capteur de niveaux dépend de trois critères :

2.1. Types d’installation : Cuve, Réservoir, Extérieur.

2.2. Nature du produit : Fluide, Solide.

2.3. Mode de liaison avec le liquide : avec ou sans contact.

3. Définition :

Le niveau est la hauteur entre la surface libre du liquide contenu dans une capacité, et
un point pris comme référence (niveau à simple liquide).

Fig. IV.1 : Mesure de niveau.

Aussi le niveau peut être défini comme la surface de séparation de deux liquides de
densités différentes et un point pris comme référence.

36
Chapitre V Mesure des niveaux

Fig. IV.2 : Mesure de niveau de deux liquides de densités différentes.


4. Unités : Les unités de mesure des niveaux sont les unités de longueur.

5. Mesure de niveau par méthodes hydrostatiques :

L’indication de niveau est fournie par les dispositifs utilisées une fonction continue de
la hauteur de liquide. Elle est indépendante de ses propriétés électriques mais dépend, sauf
pour le flotteur, de la masse volumique du liquide.

On distingue trois principes de mesures par les méthodes hydrostatiques :

5.1. Mesure de niveau par le flotteur :

Qui se maintient à la surface du liquide, est rendu solidaire d’un capteur de position
analogique (ex : potentiomètre linéaire) qui délivre le signal électrique correspondant au
niveau. Le flotteur est un corps sphérique ou cylindrique dont la masse volumique est
inférieure à celle du liquide.

Fig. IV.3 : Mesure de niveau par le flotteur.

37
Chapitre V Mesure des niveaux

5.2. Mesure de niveau par le plongeur :

Le plongeur est un cylindre immergé dont la hauteur est au moins égale à la hauteur
maximale du liquide dans le réservoir. Le plongeur est suspendu à un capteur de force qui se
trouve soumis à une force F (le poids apparent), fonction de la hauteur h du liquide :

(IV.1)

Où Pd est le poids du plongeur, S est l’aire de sa section, et ρghS est la poussée


d’Archimède s’exerçant sur le volume immergé du plongeur (ρ : masse volumique du liquide,
g : accélération de la pesanteur).

Fig. IV.4 : Mesure de niveau par le plongeur.


5.3. Mesure de niveau par capteur de pression hydrostatique :

Ce capteur mesure la pression relative au fond du réservoir. Cette pression est l’image
du niveau h du liquide.

Fig. IV.5 : Mesure de niveau par capteur de pression hydrostatique.


(IV.2)

38
Chapitre V Mesure des niveaux

6. Mesure de niveau à bulles :

Le système comporte : canne d’injection, un manomètre mesurant la pression d’air de


bullage, un contrôleur de débit visuel (dit bulleur), un régulateur de débit.

Principe : On injecte un gaz inerte dans un tube. La pression nécessaire pour faire sortir
le gaz du tube est proportionnel à la hauteur du liquide.

(IV.3)

Fig. IV.6 : Mesure de niveau par capteur à bulles.

7. Mesure en réservoir fermé :

Si le réservoir est fermé, on utilise un capteur de pression différentielle. Il existe alors


deux montages différents. Si l’atmosphère est avec condensation, le montage utilisera une
canalisation humide. Si l’atmosphère est sans condensation, on utilisera un montage avec une
canalisation sèche.

7.1. Canalisation sèche :

La pression différentielle est donnée par la formule : Δ

! " #
Avec : Donc : Δ ! " # " #
" #

On trouve :

Δ
(IV.4)

39
Chapitre V Mesure des niveaux

7.2. Canalisation humide :

! "
Donc : Δ ! !
! "
" "

On trouve :

∆ ∆
(IV.5)

Réservoir avec condensation Réservoir sans condensation

Fig. IV.7 : Mesure de niveau en réservoir fermé.


8. Capteur de niveau à ultrason :

En mesure continue, on utilise un transducteur fonctionnant successivement en émetteur


et en récepteur. Ce transducteur placé au soumet du réservoir émet, dans un cône de faible
ouverture, des trains d’ondes acoustiques qui, après réflexion sur la surface du liquide
retournent vers le transducteur qui les convertit en signal électrique.

Fig. IV.8 : Mesure de niveau par capteur à ultrason.

40
Chapitre V Mesure des niveaux

2 &. ( et L = D - h
1 (IV.6)
&. (
2
L’intervalle de temps ht séparant l’émission et la réception du train d’ondes réfléchi est
proportionnel à la distance du transducteur à la surface du liquide : il est donc fonction du
niveau ; ht est inversement proportionnel à la célérité du son.

9. Méthodes électriques :

Ce sont des méthodes employant des capteurs spécifiques, c’est à dire traduisant
directement le niveau en signal électrique. Leur intérêt réside dans la simplicité des dispositifs
et la facilité de leur mise en œuvre.

9.1. Capteurs conductimétriques :

La sonde est formée de deux électrodes cylindriques, le rôle de l’une d’elles pouvant
être assuré par le réservoir lorsqu’il est métallique.

Fig. IV.9 : Mesure de niveau par capteurs conductimétriques.


La sonde est alimentée par une faible tension (10 V) alternative afin d’´éviter la
polarisation des électrodes. En mesure continue, la sonde est placée verticalement et sa
longueur s’étend sur toute la plage de variation de niveau. Le courant électrique qui circule est
d’amplitude proportionnelle à la longueur d’électrode immergée, mais sa valeur dépend de la
conductivité du liquide.

9.2. Capteurs capacitifs :

Lorsque le liquide est isolant, un condensateur est réalisé soit par deux électrodes
cylindriques, soit par une électrode et la paroi du réservoir si celle-ci est métallique. Le
diélectrique est le niveau dans la partie immergée, l’air en dehors.

La mesure ou la détection de niveau se ramène à la mise en variation de capacité qui est


d’autant plus importante que la constante diélectrique du liquide est supérieure à celle de l’air.
41
Chapitre V Mesure des niveaux

On prend généralement comme condition d’emploi de la méthode εr>2. Dans le cas d’un
liquide conducteur, on utilise une seule électrode recouverte d’un isolant qui constitue le
diélectrique du condensateur dont l’autre est formée par le contact du liquide conducteur.

Fig. IV.10 : Mesure de niveau d'un liquide isolant avec une sonde capacitive cylindrique.
D’après la figure (IV.10), On remarque que le système est composé de deux
condensateurs en parallèle. La capacité totale est donnée par la formule suivante :

2-./ . + + 2-./ . , ,
* *+ ! *, !
3 3 (IV.7)
01 2 4 01 2 4

.+ 1 ! ., 2
* 2-5/ (IV.8)
3
ln

.+ et ., : constants diélectriques relatifs ;

./ : C’est le constant diélectrique relatif d’air ( ./ 8,854 × 10>+, F/m) ;

La longueur totale de l’électrode est 0 1 ! 2 ;

D : le diamètre de l’électrode extérieure ;

d : le diamètre de l’électrode intérieure.

A/ Si le liquide est à son plus haut niveau : Donc, h1 = 0 m


?@ A,
L’équation (IV.8) réécrire comme suit :* 2-5/ D . Dans ce cas, la capacité est
BC
E

maximale.

B/ Si le liquide est vide : Donc, h2 = 0 m

42
Chapitre V Mesure des niveaux

?F A+
L’équation (IV.8) réécrire comme suit : * 2-5/ D Dans ce cas, la capacité est
BC
E

minimale.

Exercice :
Un capteur de niveau pour une cuve à huile est réalisé à l’aide d’un condensateur
cylindrique. Celui-ci est constitué d’un tube dont la face interne réalise l’armature extérieure
du condensateur, de rayon Rext = 10-2 m, entourant une barre réalisant l’armature intérieure du
condensateur, de rayon Rint = 5. 10-3 m. La hauteur totale du système est h = 1 m.

Le capteur est positionné verticalement le long de la cuve de sorte qu’il plonge dans
l’huile. La hauteur d’huile dans la cuve correspond à la partie immergée du capteur, soit x.

La capacité d’un condensateur cylindrique de longueur L est donnée par : G


HIJK JL M
où ε0 est la permittivité diélectrique de l’air, εr la permittivité relative du
NO PQRS ⁄PTOS

diélectrique (huile ou air selon le cas).

Avec : ε0 = 8.85 10-12 F.m-1 ; εr = 1 pour l’air, εr = 4 pour l’huile.

1. Calculer numériquement la capacité du capteur quand la cuve est vide.

2. Calculer numériquement la capacité du capteur quand la cuve est pleine.

3. Déterminer C(x) l’expression de la capacité totale du capteur en fonction de x (où x


est la hauteur d’huile dans la cuve).

4. Donner l’expression de la sensibilité de ce capteur.

5. Pour mesurer la capacité, on monte le capteur sur un pont. Que vaut la capacité Cv
qui assure l’équilibre du pont (Vmes=0) quand le niveau de l’huile est à zéro ?

6. Déterminer l’expression de la tension de mesure Vmes en fonction de la hauteur x.

43
Chapitre V Mesure des débits

Chapitre V : Mesure des débits

1. Choix d’un capteur de débit :

Le choix d’un capteur de débit repose sur trois critères :

- Nature de fluide transporté : liquide ou gaz.

- Type de signal de mesure : Analogique, numérique ou logique.

- La grandeur directement mesurée : Vitesse, masse ou volume.

2. Définitions :

- Débit : Quantité de fluide qui s’ecoule ou qui est fournie par unité de temps. On définit deux
types de débits, le débit massique et le débit volumique.

Notation : Q (Flow en anglais). La débit massique (Qm) et le débit volumique (Q) sont
liées par la relation : Qm = Q.ρ.

Débit volumique : Q = v.A

Unités : m3/s, GPM,…

Débit massique : Qm = ρ.v.A

Unités : Kg/s,…

ρ : masse volumique du fluide.

v : vitesse moyenne d’écoulement.

- Viscosité : Résistance d’un fluide à l’écoulement uniforme et sans turbulence.

- Fluide parfait : Est un fluide qui ne présente pas de résistance à l’écoulement.

- Fluide réel : Est un fluide visqueux qui présente une certaine résistance à l’écoulement due
aux frottements entre les particules du fluide et la paroi d’une part et entre les particules elles-
mêmes d’autres part.

3. Caractéristiques d’un écoulement :

3.1. Nombre de Reynolds :

Le nombre de Reynolds suffit pour caractériser la nature de l’écoulement :

44
Chapitre VI Mesure des débits

=
. .
(V.1)

v: vitesse moyenne de l’écoulement en m/s.

ρ : masse volumique en Kg/m3

d : diamètre de la conduite de forme cylindrique.

µ: viscosité dynamique du fluide en pa.s.

3.2. Ecoulement laminaire (Re < 2100) :

Le régime laminaire d’un fluide s’effectue par glissement des couches de fluide les unes
sur les autres sans échange de particules entre elles. Le diagramme de vitesse est de forme
parabolique.

Fig. V.1 : Ecoulement laminaire.


3.3. Ecoulement turbulent (Re ˃ 4000) :

L’écoulement s’effectue en tourbillons et le diagramme de vitesse n’est plus de forme


parabolique.

Fig. V.2 : Ecoulement turbulent.


Pour 2100 < Re < 4000 c’est un régime transitoire.

3.4. Influence de la viscosité :

La viscosité s’exprime en Poises ou en Pa.s ; 1 Poise = 0.1 Pa.s. En fonction de la


viscosité du fluide, la répartition de la vitesse du fluide n’est pas la même sur toute la surface.

45
Chapitre VI Mesure des débits

4. Débitmètre à sonde (tube de Pitot) :

Repose sur l’équation de Bernoulli. Le point B subit la pression totale et le point A subi
la pression statique. Le tube de Pitot permet de mesurer la vitesse ponctuelle ou locale des
fluides (gaz ou fluide).

Fig. V.3 : Débitmètre à sonde (tube de Pitot).

1
= + ; ∆ = − = =
2 (V.2)

2∆
= (V.3)

v: vitesse d’écoulement ponctuelle.

Q = A.vmoy. La vitesse moyenne est fonction de v et du régime d’écoulement.

- Ecoulement laminaire : vmoy =

,
- Ecoulement turbulent : vmoy =

5. Débitmètre à organe déprimogène :

Un resserrement de la conduite ou un changement de direction créent entre amont et


aval une différence de pression p liée au débit par la relation :

=

(V.4)

ρ : masse volumique du liquide.

k: constante réel.

46
Chapitre VI Mesure des débits

Les principaux organes déprimogènes sont : tube de venturi, diaphragme, tuyère.

Remarque : le diaphragme est l’organe déprimogène le plus utilisé.

- Caractéristiques métrologiques : ces dispositifs permettent des mesures dans une très large
gamme de mesure ; d’une fraction de m3/h à quelques 105 m3/h. les mesures sont
approximativement de classe 1. Ces dispositifs entraient des pertes de charges non
négligeables.

- Tube de venturi : On crée un étranglement dans la canalisation et on mesure les deux


pressions statiques. On en déduit alors la mesure de la vitesse et le débit.

Fig. V.4 : Débitmètre à tube de venturi.

= = (V.5)

= , =
! "
(V.6)

1 1
= + = +
2 2
(V.7)

Après simplification, on trouve :

1 1
− = # − $= # − $
2 2 % %
(V.8)

2# − ($
= %&
&
' %
#1 − & $
%(
(V.9)

47
Chapitre VI Mesure des débits

6. Débitmètre à section variable (Rotamètre) :

Un rotamètre est constitué d’un petit flotteur placé dans un conduit vertical conique.

Fig. V.5 : Débitmètre à section variable (Rotamètre).


Quand le flotteur est en équilibre, on peut écrire :

.+
)*+ + ,- = + )*+
2
(V.10)

Avec : V0 : volume du flotteur ; Cx : coefficient de la force de trainée ; ρ : masse

volumique du fluide ; V : vitesse de fluide ; ρ0 : masse volumique du flotteur ; .+ =


/ 0"
1
:

surface de la section maximale du flotteur.

Le flotteur se déplace en une position où la vitesse vérifie :

2)*+
= # − 1$
+
,- .+
(V.11)

Le diamètre du conduit variant linéairement en fonction de z : d = d0 + a×z. Le débit Q


vérifie :

2 2
= . ; . = #4+ + 56$ − 4+
4 4
(V.12)

A : section annulaire de passage du fluide.

48
Chapitre VI Mesure des débits

7. Débitmètre à ultrasons :

Le principe fondamental de fonctionnement de ce type de débitmètres repose


essentiellement sur l’exploitation des effets de propagation du son dans un fluide s’écoulant
dans une conduite.

Un émetteur et un récepteur sont montés en opposition de manière à ce que les ondes


acoustiques allant de l’un à l’autre soient à 45 ° par rapport au sens d’écoulement dans la
conduite. La vitesse du son allant de l’émetteur au récepteur constitue la vitesse intrinsèque
du son, plus un apport dû à la vitesse du fluide. La mesure du temps t mis par le signal pour
parcourir la distance L permet de connaître la vitesse du fluide et d’en déduire le débit.

8
Fig. V.6 : Débitmètre à ultrasons.

7=
, + *. 9: #;$
(V.13)

distance entre émetteur et récepteur. ; : angle entre V et la direction définie par le couple
Avec : C : vitesse de propagation du son dans le fluide. V : vitesse du fluide. L :

émetteur/récepteur.

8. Débitmètre à effet Vortex :

Son principe de fonctionnement est basé sur l’effet de génération de tourbillons au sein
d’un fluide en plaçant un obstacle perpendiculairement à l’écoulement (voir figure. V.7).

Fig. V.7 : Tourbillons à Vortex.


49
Chapitre VI Mesure des débits

Des capteurs appropriés servent à détecter ces tourbillons dont la fréquence de


détachement, f, est linéairement proportionnelle à la vitesse d’écoulement, V, donc au débit
volumique .

Exercice :

Un capteur de débit à ultrasons est donné par la figure ci-dessous :

1. Déterminer l’expression du temps de transmission tab en fonction de U, α et c (U :


vitesse du fluide, c : célérité des ultrasons dans le fluide).

2. Calculer ce temps si c= 1000 m/s et U= 10 m/s. Si c varie de 4% autour de 1000 m/s,


déduire l’erreur relative sur le temps en %.

3. Pour résoudre le problème posé par la variation de c, une autre paire de transducteurs
à ultrasons est utilisée dont l’émission est opposée à la première. Exprimer la différence des
deux temps tab et ta’b’ soit : ∆t = tab et ta’b’.

50
Références

[1] A. BASTA, "Instrumentation et automation dans le contrôle des procédés", 2 édition,


les Editions le Griffon d’argile 7649, boulevard Hamel, Sainte-Foy (Québec) ;
Canada. 1994.

[2] G. ASCH et COLL, "Les capteurs en Instrumentation Industrielle", 7 édition,


Dunod, Paris, 2010.

[3] P. Prouvost, "Instrumentation et régulation" en 30 Fiches, Dunod, Paris, 2010.

[4] T. R. Kuphaldt, “Lessons In Industrial Instrumentation”, San Francisco, California,


94105, USA. Version 1.37, November 2013.

[5] Chap. IV : "Capteurs de niveau", Cours, Instrumentation CIRA, France., 2006-2007.

[6] "Mesures de températures", Cours, Instrumentation CIRA, France, 2006-2007.

[7] M. GROUT et P. SALAUN, "INSTRUMENTATION INDUSTRIELLE, Spécification


et installation des capteurs et vannes de régulation", 4 édition, Dunod, Paris, 2015.

[8] J. G. Webster, “Measurement, Instrumentation, and Sensors Handbook”, CRC Press


LLC, 2000, US.