Vous êtes sur la page 1sur 10

2016/2017 GROUPE FB :FSJES GUELMIM (S1-S6)

Résume de l’économie
monétaire
Chapitre I : Le Système financier : Rôle et Organisation.
Le rôle de tout système financier est de permettre un financement efficace de
l’économie.
Ce financement peut se faire de deux manières différentes:
soit il est indirect et il passe par l’intermédiaire.
soit il est direct et il passe dans ce sens par les marchés des capitaux.
Section I : La notion d’intermédiation financière.(l’apport
théorique de Gurley et show)
1°L’intermédiation s’explique avant tout par la nécessité de permettre aux
agents non financiers un accès
aux moyens de financement. Le principe de l’intermédiation repose sur le fait
que les agents à capacité
de financement déposent leurs avoirs auprès des banques qui à leur tour
offrent des crédits
aux agents à besoin de financement.
2°L’existence des intermédiaires financiers s’explique par l’imperfection des
marchés, qui n’arrivent pas
à une allocation optimale des ressources financières en fonction des besoins
exprimés par les agents non financiers.
3°On retrouve ici la notion d’asymétrie de l’information, c'est-à-dire que
l’information sur les besoins de financement
n’arrive pas rapidement et précisément aux agents à capacité de financement.
Paragraphe 1 : Capacités et Besoin de financement.
Les agents à capacité de financement:(ACF)
C'est-à-dire peuvent avoir plein de liquidité puisque le position nette positive,
ses dépenses < ses Ressource
En généralement on parle sur les Ménages.
Les agents à besoins de financement:(ABF)
Ce sont des agents ayant une position nette négative, ses dépenses > ses
Ressource
On considère généralement les entreprises et l'Etat comme agents à besoin de
financement.
Paragraphe 2 : Finance directe et indirecte.
On parlera de finance directe lorsque le financement d’un agent à besoin
de financement passe par le marché.
Cet agent rencontra un agent à capacité de financement, qui lui avancera
‫طالب كلميمي‬ 1
2016/2017 GROUPE FB :FSJES GUELMIM (S1-S6)

les liquidités dont il a besoin, et ceci en échange de titres représentant sa dette.


La finance indirecte suppose l’existence d’un agent spécialisé dont le rôle
est de faire des opérations financières. Il répond aux besoins des agents à
besoin de financement en leur offrant les crédits dont ils ont besoins et répond
également aux désirs des agents à capacité de financement désirent déposer
ou valoriser leur épargne.
Section II : Les marches composant le système financier:
On s’appuie généralement sur les échéances pour faire une première
distinction entre les différents marchés.
C’est ainsi que l’on parlera des marchés de long terme et des marchés de court
terme.
Paragraphe 1 : Classification des marchés.
I- Le marché financier :
Le marché financier est le marché des actifs financiers négociables et de long
terme.
IL se subdivise en deux compartiments:
- Le marché primaire qui est le marché des émissions des titres nouveaux, on
l'appelle également le marché du neuf
- Le marché secondaire qui le marché de cotation des titres anciennement émis,
on l’appelle également le marché de l'occasion.

II- Le marché monétaire :


Le marché monétaire se définira comme le marché des actifs financiers
négociables et de court terme. Les échéances vont du ォjour au jour サà 7 ans.
IL se subdivise en deux compartiments :
-Le marché interbancaire est le marché de la monnaie centrale, c’est le marché
de refinancement uniquement réservé aux banques, établissements de crédit,
les institutions financières spécialisées
, Trésor, Banque Centrale, Caisse de dépôt et de gestion.
- Le marché monétaire élargi est un marché décloisonné, c'est-à-dire ouvert
à l’ensemble des intervenants qui peuvent y venir pour récolter des fruits en
émettant des titres ou investir sur des échéances courtes.
Sur ce marché, se négocient des titres de créances négociables qui sont en
nombre de quatre :
Les billets de trésorerie, certificats de dépôts, bon de trésor, bons des
institutions et sociétés financières.
Les instruments du marché monétaire:
Les Bons du Trésor Négociable (BTN), titres émis par le trésor
Les Billets de trésorerie, titres émis par les entreprises.
Les Certificats de Dépôts, titres émis par les établissements de crédit.
Les Bons des sociétés de financement émis par les sociétés de financement

‫طالب كلميمي‬ 2
2016/2017 GROUPE FB :FSJES GUELMIM (S1-S6)

Les instruments du marché financier:


Les Obligations : ce sont des valeurs mobilières représentant une créance
envers l’organisme émetteur (Banques, institutions financières, Etat,
entreprises…). Elles peuvent être émises en monnaie domestique
(monnaie locale), ou en monnaie étrangère.
Les Actions : sont émises par les sociétés cotées sur le marché ou qui
désirent entrer dans le marché.
Ces sociétés formulent ici le désir de faire appel à l’épargne publique en
vendant une partie de leur capital.
Emettre des actions, c’est une façon d’accroître sa notoriété mais aussi de
financer son développement.
Le détenteur d’une action dispose d’un certain nombre de droit dont les plus
importants sont le droit de vote et le droit de participer au partage des
bénéfices par l’intermédiaire des dividendes.
Les titres OPCVM sont des titres émis par les organismes de placement
collectifs en valeurs mobilières........

Section III : Classification des acteurs financiers.


I- Les établissements relevant de la loi bancaire.
Parmi les établissements de crédit, la loi bancaire distingue les banques et les
sociétés de financement
Les Banques :
Considère comme établissement de crédit toute entité morale qui est autorisée
à effectuer l’une des opérations suivantes :
Les opérations bancaires (réception des fonds, distribution des crédits,
gestion des moyens de paiement).
Les opérations annexes (conseil, gestion financière…).
Les opérations d’investissement.
Les banques sont les seules habilitées à effectuer toutes les opérations
énumérées ci-dessus et sont seules autorisées à recevoir les dépôts de la
clientèle : dépôts à vue ou à terme.
Les Opérations de crédit sont des opérations qui amènent la banque à
mettre à la disposition de ses clients
, une certaine somme d’argent et ce à titre onéreux. Les clients s’engagent à
payer des intérêts et à rembourser cette somme d’argent à l’échéance.
L’escompte qui est une technique qui permet à un détenteur d’un titre de
créance, de le vendre à une banque et ce avant son échéance. Cela permet de
disposer de liquidité avant la date de remboursement effective.
II- Les institutions ne relevant pas de la loi bancaire.
La loi bancaire s’applique à l’ensemble des organismes financiers sauf au
Trésor, Banque Centrale,
La Caisse de Dépôts et de Gestion(CDG), Caisse Centrale de Garantie (CCG).

‫طالب كلميمي‬ 3
2016/2017 GROUPE FB :FSJES GUELMIM (S1-S6)

A) Le Trésor.
Le trésor est un agent financier, c’est la personnalité financière de l’Etat. Il se
charge de la collecte des ressources pour l’Etat et assure pour lui le paiement
de ses dettes. Il collecte des ressources de toutes nature pour financer
notamment le déficit de l’Etat. Pour cela, il a la possibilité de faire appel à
l’épargne publique sous forme d’émission de titres sur les marchés ou de faire
appel autres institutions financières par l’intermédiaire du marché monétaire.
Il peut également compter
B) La caisse de dépôts et de gestion.
La CDG est structurée en quatre pôles d’activité : Participations et placements,
immobilier, promotion de l’épargne
, marchés des capitaux. Il s’agit d’un acteur financier de tout premier plan. Sa
vocation première, c’est la gestion
des capitaux qui lui proviennent de la CNSS, de CNRA,RCAR, l’épargne collectée
par la CEN, les fonds de travail,
les fonds versés par les secrétaires greffiers et les notaires et divers autres
déposants.sur les avances que lui fait
la banque centrale et les aides ou emprunts venant de l’étranger.
C) La Caisse Centrale de Garantie.
La CCG est un organisme public chargé de garantir les remboursements des
prêts consentis par les établissements bancaires en faveur des entreprises et
organismes publics ou privés ayant une vocation à s’intéresser au
développement socio-économique.
D) La Banque Centrale.
La banque centrale émet deux sortes de monnaie : les billets de banque et la
monnaie scripturale qui circule entre les établissements de crédit et que l’on
appelle monnaie de banque centrale. Toutes les banques et le trésor
détiennent un compte à la banque centrale par lequel transite l’ensemble des
opérations que ces organismes effectuent entre eux. C’est ce que l’on appelle
mécanisme de compensation*.
De plus, la Banque Centrale gère l’ensemble des réserves de change du pays.
La Banque Centrale a aussi pour rôle d’assurer la transparence du système
bancaire en vue d’en assurer la sécurité et la viabilité.
Dans ce cadre, elle pose toutes conditions utiles pour autoriser l’exercice de la
profession bancaire. Elle édicte un certain nombre de règles
à suivre par les établissements bancaires pour assurer la sécurité des déposants
contre tous risques de défaillance. Ces règles sont rangées sous le terme de
réglementation prudentielle, qui impose par exemple aux banques de détenir
un minimum de fonds propres en garantie.
*Mécanisme de Compensation : désigne alors la Rencontre quotidien (qui a lieu à
la

‫طالب كلميمي‬ 4
2016/2017 GROUPE FB :FSJES GUELMIM (S1-S6)

bq Centrale) entre toutes les Bqs pour solder leurs offres et Demandes de
Monnaie.

Chapitre II :Le Rôle DE LA MONNAIE DANS LA SPHERE


ECONOMIQUE
La monnaie
? Les économistes définissent la monnaie à partir de ses trois fonctions et qui
sont :
Moyen de paiement, réserve de la valeur et unité de compte.
? La monnaie peut se définir comme un bien spécifique permettant à toute
personne qui en est titulaire :
_ D’acquérir à tout moment n’importe quel bien ou service ;
_ De rembourser ses dettes ;
_ Elle peut aussi être conservée (épargne)
les fonctions de la monnaie?
- Moyen de paiement : la monnaie est un instrument d’échange.
- Réserve de la valeur : la monnaie est un instrument de réserve de pouvoir
d’achat immédiat.
- Unité de compte : la monnaie est une unité de référence conventionnelle.
les types de la monnaie:
Il existe 3 formes de la monnaie :
- La monnaie divisionnaire : pièces de monnaie
- La monnaie fiduciaire : billets de banque ou papier-monnaie
- La monnaie scripturale : dépôts bancaires sur lesquels des chèques
peuvent être tirés sans préavis
les Agrégats monétaires et ceux de placements?
Agrégats monétaires :
- L’agrégat M1 comprend les billets et monnaies en circulation et les
comptes créditeurs à vue auprès des établissements bancaires, du
Trésor et du Service des
Chèques Postaux.
- L’Agrégat M2 englobe, outre M1, les avoirs en comptes sur carnets
auprès des banques et sur livrets chez la Caisse d’Epargne Nationale.
- L’Agrégat M3 est composé de M2 auquel s’ajoutent des placements,
auprès des banques : Compte à terme, bons à échéance fixe et certificats de dépôt.
Les agrégats de placement liquides :
-L’agrégat PL1 composé à la fois des bons du Trésor à six mois émis dans
le public
et des titres de créances négociables autres que ceux émis par les
banques et détenus par les particuliers et les entreprises non
financières.
‫طالب كلميمي‬ 5
2016/2017 GROUPE FB :FSJES GUELMIM (S1-S6)

- Les agrégats PL2 et PL3 rassemblent les titres émis depuis 1995
respectivement par les OPCVM obligations et les OPCVM actions et
diversifiés acquis par les particuliers et les entreprises non financières.Paragraphe I Création
monétaire par le système bancaire.
Paragraphe I : Création monétaire par le système bancaire. On part de la fameuse
expression, les crédits font les dépôts, on peut dire que la banque accorde des crédits et c’est
cette opération d’octroi des crédits qui aboutit à l’augmentation des dépôts. Lorsque la
banque accorde un prêt de 1000dh à un client, cette opération sera soldée avec une création
monétaire de 1000dh. Lorsque le ménage rembourse par exemple la somme de 400dh, on
dira qu’il y a destruction de la monnaie du fait que son endettement se diminuera auprès de
la banque. On dira donc que la masse monétaire augmente lorsque le montant des crédits
distribués aux agents non financiers excède celui des remboursements. La question qui se
pose ici est de savoir s’il y a de limite à cette création monétaire, puisqu’il s’agit d’un simple
jeu d’écritures sur des comptes clients. En effet, lorsque la banque crédite le compte dépôt
de son client du montent de prêt consenti, elle s’engage à lui assurer la conversion de cette
monnaie scripturale en liquidité (monnaie fiduciaire) que la banque est appelée à la
rechercher auprès de la banque centrale : opération de refinancement. Il s’agit ici d’une
limite à la création monétaire par les banques commerciales.

Paragraphe II : Création monétaire du fait des relations avec l’extérieur.


Les relations avec l’extérieur peuvent être à l’origine d’une création monétaire. Supposons
qu’un exportateur marocain reçoit de ses clients européens des devises pour un équivalent
de 2.000.000 dh. Cet exportateur va s’adresser à sa banque pour lui vendre cette somme de
devises. La banque crédite donc son compte du montant équivalent 2.000.000dh.
L’opération de conversion des devises en monnaie nationale accroit le stock de monnaie
disponible pour les agents non financiers. Sur le plan national, on dira qu’il y a création
monétaire, si le montant des devises qui entre dans le pays est supérieur au montant des
capitaux qui en sortent, la Nation aura donc des créances sur le reste du monde.

Paragraphe III : Création monétaire du fait de trésor


Le trésor est un agent particulier et son rôle dans la création monétaire est difficile à cerner.
On a toujours rappelé que les agrégats de monnaies enregistraient les avoirs détenus par les
agents non financiers. Si on considère le trésor comme agent non financier, la monnaie qu’il
détient doit figurer dans l’agrégat monétaire. Or ce n’est pas le cas. On peut alors le
considérer comme agent financier, or la loi précise bien que c’est un agent bien spécifique
non classé par les institutions financières. Dès lors comment mesurer l’impact des actions du
trésor sur la masse monétaire ? Pour cela on va s’intéresser aux impacts d’actions du trésor
sur les moyens de paiements des agents non financiers. La création monétaire directe du
trésor. Le trésor peut gérer les comptes ouverts auprès de lui par les particuliers (chacun
peut ouvrir un compte auprès le trésor comme les comptes chez les banques). Mais les
‫طالب كلميمي‬ 6
2016/2017 GROUPE FB :FSJES GUELMIM (S1-S6)

particuliers ne représentent qu’une partie infime des déposants. En effet, les gros déposants
étant ceux qui sont obligés de déposer leurs avoirs auprès le trésor :

les administrations tel que la CDG, les Comptes Courants Postaux (CCP), l’excédent des
liquidités de ces deux organismes alimente directement la liquidité du trésor. La création
monétaire se fait au moment où le trésor règle les dettes de l’Etat envers les détenteurs des
comptes CCP (Donc chaque fois que l’Etat verse de salaires aux fonctionnaires ayant un
compte CCP, il y a création monétaire. Le trésor devrait participer comme une banque
commerciale à la création monétaire en créditant tout compte de ses clients lors d’opération
d’octroi de prêts. Mais, en réalité ces opérations sont quasi marginales. Il est à noter qu’une
grande partie du montant de monnaie créée ne reste pas dans le circuit du trésor, il est donc
confronté au phénomène de fuite, ce qui l’oblige à se refinancer, c'est-à-dire à se procurer de
la monnaie centrale auprès la banque centrale. Création monétaire par les banques pour le
compte du trésor. Le trésor étant la personnalité financière de l’Etat, c'est-à lui que revient le
rôle de trouver des fonds lorsque l’Etat à besoin de financement (Cas de déficit budgétaire).
Le trésor peut émettre des titres à court terme (ex : B.T.N) ou à long terme (O.A.T). Une
partie de ces titres sont achetés par des institutions financières qui détiennent alors des
créances sur le trésor. Cette opération se traduit par une augmentation de l’endettement du
trésor et une hausse de ses avoirs en monnaie centrale. Quels sont les effets sur la création
de ces mouvements ? Les opérations d’acquisition des titres émis par le trésor ne constitue
pas une création monétaire, mais ont une incidence sur celle-ci. L’augmentation de la
monnaie centrale au profit du trésor réduit d’autant la liquidité disponible pour le système
financier qui peut diminuer ainsi les montants des crédits offerts aux clients La création
monétaire aura lieu, si le trésor utilise les fonds récoltés auprès des banques au profit des
agents non financiers. Lorsque les banques placent les titres acquis auprès de la clientèle, il y
a une modification de la structure de la masse monétaire : il y a accroissement de la part des
titres du trésor, tandis que M1 se réduit puisque les gents non financiers puisent dans leurs
disponibilités pour acheter ces titres auprès des banques.

En résumé: Création monétaire quand le trésor utilise les fonds obtenus (Par émission des
titres) pour faire des paiements auprès des agents non financiers. Destruction de la
monnaie lorsque les banques placent les titres auprès de leurs clients.

Paragraphe VI : Création monétaire par la banque centrale


La banque centrale peut être aussi, à l’origine de la création monétaire et la manière dont
celle-ci la crée est identique à ce que ce passe pour une banque commerciale. Ainsi la
banque centrale créée de la monnaie lorsqu’elle achète des actifs qui ne sont pas monétaire
et quelle finance avec des créances émises sur elle-même. En clair, la banque centrale émet
de la monnaie en échange d’actifs non monétaires qui sont des créances : trois types de
créances :

‫طالب كلميمي‬ 7
2016/2017 GROUPE FB :FSJES GUELMIM (S1-S6)

Créances sur l’ étranger. Créances sur le Trésor. Créances sur l’économie. Créances sur
l’étranger : Dans économies ouvertes, les échanges entre les différents pays donnent lieu à
des échanges de flux monétaires. Ces flux se font sous forme d’entrées et de sorties de
devises. Un solde positif représente un pouvoir d’achat en devises qui seront vendus aux
banques, qui elles-mêmes vont les vendre à la banque centrale. Par cette opération d’achat
de devises, la banque centrale monétise les devises (qui sont des créances sur l’étranger)
auprès des banques commerciales. Toute entrée de devises sur le territoire national peut
être une source de création monétaire.

Créances sur le trésor : les créances de la banque centrale sur le trésor sont en fait des
concours de la banque centrale. Procédé par lequel la banque centrale prête des
disponibilités au trésor, suite à un déficit budgétaire par exemple. La banque centrale peut
aussi acheter des titres émis par le trésor lors d’opérations d’emprunt. Toutes ces opérations
se soldent par un accroissement des créances de la banque centrale sur le trésor.

Créances sur l’économie : les créances sur l’économie de la banque centrale, c'est-à-dire les
crédits accordés aux agents non financiers s’analysent différemment, puisque la banque
centrale n’accorde pas de crédits aux particuliers. Par contre, elle achète des titres aux
banques qui représentent des crédits que ces dernières ont accordés aux agents non
financiers. Se sont donc les avances faites aux banques qui représentent de fait, les créances
à l’économie.

Paragraphe V : Multiplicateur de crédit. Formule simplifiée du multiplicateur. On


part de l’hypothèse de base que les agents non financiers transforment une partie de lors
avoirs en billets (25 %) et garde les 75 % restant sous forme de monnaie scripturale.

La question qui se pose est de savoir quel est le montant de crédit distribue dans l’économie
grâce à l’excédent initial (dans notre exemple 10.000dh) et surtout quel est le montant de
monnaie créée dans l’économie.

Comment déterminer le montant des prêts accordés à la clientèle ? Si on note P ce montant


alors on a

: P = 10.000+7500+5625+……

P= 10.000+(10.000*0.75)+(10.000*0.75*0.75)+…

C’est une suite géométrique avec : Premier terme 10.000 Raison :

0.75 Dans cette suite la somme P des termes est égale à : P = C1 * 1/( 1- r)

Avec C1 premier terme et r = raison

Donc P = 10.000* 1/ (1-0.75) = 40.000.

‫طالب كلميمي‬ 8
2016/2017 GROUPE FB :FSJES GUELMIM (S1-S6)

On peut donc en conclure que le montant initial de l’excédent bancaire permet d’accorder
des crédits pour un montant total de 40.000dhs, donc une création monétaire de 40.000dhs.
C’est Quatre fois plus élevé que le montant initial. Ce nombre de 4 représente notre
coefficient multiplicateur du crédit. K = 1/( 1- s) = 1 /b

Avec s = Coefficient part de la monnaie scripturale dans la masse monétaire.

b = Part des billets dans la masse monétaire.

K = est l’inverse du pourcentage des billets dans la masse monétaire.

On voit bien que K fait lien entre la liquidité dont dispose la banque et la monnaie qui circule
dans l’économie Que se passe-t-il si la part des billets augmente dans l’économie ?

Tout d’abord le coefficient multiplicateur du crédit diminue et il s’en suit donc une baisse du
montant de monnaie créé. Ceci est une limite du pouvoir de création monétaire par les
banques.

L’augmentation de la part de billets n’est autre qu’une fuite hors du circuit monétaire de la
banque. Cela est parfaitement compréhensible, si l’on considère que si les ménages décident
d’augmenter leur détention d’encaisses liquides « billets » après avoir obtenu un crédit à la
banque, l’effet retour sous forme de dépôt (monnaie scripturale) est limité : les banques
disposent d’un excédent moindre, le montant des crédits nouvellement consenti sera
moindre.

Cette première limite à la création monétaire par les banques du fait des fuites est doublée
d’une autre limite qui est caractérisée par le fait que les banques doivent répondre à leurs
obligations de constituer des réserves obligatoires à la banque centrale.

On a toujours considéré, et c’est dans la logique de la gestion financière du bilan d’une


banque, que tout excédent de liquidité alimente l’activité d’octroi des prêts des banques.
(C’est une manière de faire travailler ces excédents pour qu’ils apportent un revenu).

Dans cette logique, la banque ne peut accorder un prêt pour un montant équivalent à ses
excédents, que dans la mesure ou tout d’abord la stabilité de la structure de la masse
monétaire est respectée (en effet, la banque ne pourrait pas répondre à une augmentation
généralisée de la demande de billets puisqu’elle aura prêtée toute sa liquidité).

Ensuite que la banque centrale n’oblige pas les banques à constituer des réserves
obligatoires. Dans la réalité, même si la première condition (stabilité de la structure de la
masse monétaire) est respectée, elle n’en va de même pour la seconde. En effet, la banque
centrale oblige les banques à constituer des réserves obligatoires.

‫طالب كلميمي‬ 9
2016/2017 GROUPE FB :FSJES GUELMIM (S1-S6)

Quel est l’impact sur le multiplicateur de crédit et donc sur la création monétaire ? Le
multiplicateur doit prendre en compte l’effet du coefficient des réserves obligatoires.

Toujours dans notre exemple, si on considère un coefficient de réserve obligatoire de 5%.


Crédits accordé : 10.000 Demande de billets (25%) :

2500 Dépôts (75%) : 7500 Réserves Obligatoires : 375 (5 % * 7500 = 375)

Réserves Excédentaires : 7125 (95 % * 7500 = 7125).

Après un crédit accordé de 10.000, la banque reçoit sous forme de dépôt 7500 mais elle ne
pourra plus prêter de manière intégrale cette somme, elle prêtera 7125.

Quel est le montant des prêts accordé à la clientèle ?

P = 10000+ 7125…..

P= 10000+ ( ( 10000*0.75) (10000*0.75*0.05))+……

P= 10000+ 10000(0.75-(0.75*0.05)) +………

P= 10000 + 10000 (0.7125)

P= 10000(1+0.7125) C’est une suite géométrique avec C1 = 10000 et r = 0.7125

Donc P = 10000 * 1/ (1-0.7125) = 10000* 1/0.2875 = 34782.6

Donc k = 3.47826

Formule générale : P = 10000 + 10000 * ((10000*(1-0.25)- ((1-0.25)-(1 -0.25) * 0.05)) +……

r = (1- b) – (1-b) * R

avec R = Coefficient R.O.

b = Coefficient billet.

K = 1 / (1-r) = 1 / (b + R – bR).

D’après cette nouvelle formule du coefficient du multiplicateur, on voit que si la banque


centrale décide d’augmenter le coefficient de réserve obligatoire R, le multiplicateur diminue
et donc le pouvoir de création monétaire de la banque lui aussi diminue.

‫طالب كلميمي‬ 10