Vous êtes sur la page 1sur 24

Rapport de stage

Réalisé par : Fatima-Ezzouhra RAHALI

Période de stage : Du 13 Mai 2019 Au 10 Juin 2019

Encadrant pédagogique : Mme Imane RAHJ  

Encadrant professionnel : Mr Nabil BOUANANE

Année Universitaire : 2018/2019


Remerciements

Je tiens à saluer ici toutes les personnes qui ont rendu ce rapport possible, ainsi que celles qui m’ont apporté,
chacune à leur manière, leur soutien et leur aide au cours de ce travail.

Pour la même occasion, il m’est agréable d’exprimer ma profonde gratitude à MR BOUANANE Nabil directeur

de la division Comptabilité CPM.

Je suis très connaissant à l’ensemble du staff opérant au sein de la banque centrale populaire pour leur

collaboration en particulier :

- Mr KHOLQUI Hicham : chef du département de règlement des dépenses.

- Mme LAMRANI Najia : chef du département de contrôl comptable fonctions centrales BCP.

- Mr BENABDELHAI : chef du département de réconciliation.

- Mme JEDDI Bouchra : chef du département de traitement comptable.

- Mr MAMOUNI Abderrahim : chef de la direction fiscalité.

- Mr EL AKARI : chef de la direction contrôle comptable réseau BCP.

Année Universitaire : 2018/2019


Sommaire

Remerciements

Sommaire

Introduction

Partie 1 : Le secteur bancaire et le groupe banque populaire

Chapitre 1 : Présentation générale

1.1 Présentation du système financier marocain

2.1 Le secteur bancaire marocain

Chapitre 2 : Présentation du groupe banque populaire

1.1 La structure générale


1.2 Gouvernance de l’entreprise

Partie 2 : Déroulement de stage au sein de la direction comptabilité BCP

Chapitre 1 : Présentation générale de la Division Comptabilité & Finances

Chapitre 2 : Représentation des départements de la direction comptabilité

2.1 Département traitement comptables

2.2 Département règlement des dépenses

2.3 Département de la direction fiscale

2.4 Département de la direction contrôle comptable fonctions centrales BCP

2.5 Département de la direction contrôle comptable réseau BCP

Conclusion

Année Universitaire : 2018/2019


Introduction

Vu l’importance des stages dans l’épanouissement et le développement des étudiants, et dans une approche
pédagogique visant la concrétisation des acquis théoriques obtenues au sein de l’école, moi en tant qu’étudiant
en quatrième année à l’ENCG Casablanca ; je suis amenée à effectuer un stage d’observation. Le stage est une
occasion pour les futurs lauréats d'adapter leurs connaissances et de se familiariser avec l'environnement
professionnel.

Afin d’intégrer le marché de travail et d’immerger dans la vie professionnelle, j’ai jugé important d’effectuer
mon stage dans un établissement financier. C’est dans ce sens que j’ai choisi la BANQUE POPLULAIRE et
précisément la BANQUE CENTRALE POPULAIRE pour réaliser mon stage.

Pendant cette durée j’ai touché de près l’importance colossale des stages. Il s’est avéré très bénéfique dans mon
cursus, et fructueux sur plusieurs niveaux. Même si la durée n’a été que quatre semaines mais cette expérience
m’a permis d’avoir une vision globale sur le processus de travail dans une grande firme. De plus connaitre le
comportement qu’un nouveau recrût doit adopter.

La première partie de ce rapport fera l’objet d’une présentation générale du secteur bancaire puis de la Banque
Populaire à travers son historique, son organisation et son fonctionnement.

La deuxième partie sera sous forme d’approche organisationnelle de la Direction Comptabilité Crédit Populaire
du Maroc(CPM), tout en mettant le point sur tous les départements qui en font partie, ceci avant de finir par une
conclusion générale sur cette nouvelle expérience professionnelle.

Année Universitaire : 2018/2019


Partie 1 : Le secteur bancaire et le groupe banque populaire

Chapitre 1 : Présentation Générale

1.1 Présentation du système financier marocain

Le système financier marocain est composé d’un ensemble complexe d’institutions plus ou moins spécialisées,

fruit de son évolution socio-économique propre. Dès les premières années de l’indépendance, le souci d’assurer

le financement de l’économie avait conduit à la création ou à la réorganisation d’établissements financiers

spécialisés, tels que la CDG (Caisse de Dépôt Générale), la BNDE (Banque Nationale de Développement
Economique), la CNSS et la BCP. Chacun de ces établissements s’est vu confier une mission bien précisée dans

la collecte de l’épargne et le financement des investissements ainsi que des diverses activités des secteurs privés

et publics. De même certains organismes bancaires ont été chargés de missions spécifiques. Il est résulté de cette

architecture un système d’intermédiation certes complet, mais compartimenté et où, de surcroît, les règles de

fonctionnement et de gestion étaient administrées par l’Etat, pour donner suite à l’instauration de l’encadrement

du crédit et à l’institution de nombre de coefficients d’emploi obligatoire. En raison des distorsions qu’il avait

engendrées, le système mis en place s’était avéré inapte à mobiliser les ressources financières nécessaires pour

le développement du pays et à leur assurer une allocation rationnelle. Pour surmonter ces handicaps, le secteur

financier s’est engagé à partir des années 1980 dans un processus de modernisation qui a concerné aussi bien les

banques et les ex-Organismes Financiers Spécialisés que le marché des capitaux.

La réforme visait à faire augmenter le système financier marocain d’une économie d’endettement vers une

économie de marchés financiers. Cette réforme a été conduite dans le cadre de la mise en œuvre du programme

d’ajustement structurel de l’économie marocaine. Cette réforme a porté sur la modernisation du


système bancaire

Année Universitaire : 2018/2019


et la rénovation du marché des capitaux, la création du marché de change.

1.2 Le secteur bancaire marocain

Le secteur bancaire occupe une place importante dans le système financier. A cet effet, il est nécessaire de
signaler la structure du son système, le rôle de la banque centrale (l’institution mère) et comment celle-ci
intervient dans la régulation financière. La structure du système bancaire : Les structures du système bancaire
marocain sont organisées autour des autorités de tutelle et de contrôle, des organes de consultation et de
coordination, des banques et des sociétés de financement. A travers les avis du Conseil National de la Monnaie
et de l’Epargne (CNME), du Comité des Etablissements de Crédit (CEC) et/ ou de la Commission de Discipline
des Etablissements de Crédit, le Ministre de Finance exerce une tutelle et un contrôle sur le système bancaire.
Bank Al Maghreb est la deuxième entité de surveillance du système bancaire et financier marocain. Son pouvoir
de contrôle et de dissuasion a été redéfini et élargie avec la loi bancaire de 1993. Les organes de consultation et
de coordination sont : le Conseil National de la Monnaie et de l’Epargne (CNME), le Comité des Etablissements
de Crédit (CEC), la Commission de Discipline des Etablissements de Crédit et les associations professionnelles
dont notamment le Groupement Professionnel des Banques au Maroc (GPBM) et l’Association Professionnelle
des Sociétés de Financement (APSF). Pour exercer leurs activités, les établissements de crédit ainsi que leurs
dirigeants doivent d’un côté satisfaire un certain nombre de conditions et d’exigences nouvelles et respecter un
ensemble de règles, d’un autre, Ces conditions et règles sont :

 L’honorabilité des personnes

 Le non-cumul de fonctions

 L’agrément par le Ministre des Finances

 Le respect normes prudentielles (capital minimum, coefficients de liquidité, de solvabilité, de


division des risques et de tout autre ratio prévu par Bank Al Maghreb)

 Le respect des règles comptables établies par Bank Al Maghreb

 L’adhésion à une organisation professionnelle

Année Universitaire : 2018/2019


Ainsi, au niveau du secteur bancaire, trois axes ont été introduits, en l’occurrence la refonte du cadre législatif
régissant l’activité de ces institutions (principe de banque universelle, protection des déposants, surveillance du
système bancaire), le renforcement de la réglementation prudentielle en conformité aux normes internationales
(solvabilité, liquidité, gestion des risques,) et la déréglementation de l’activité bancaire (libéralisation des taux et
suppression des emplois obligatoires).

Chapitre 2 : Présentation du groupe banque populaire


2.1 La structure générale
Le Groupe Banque Populaire est constitué d’un ensemble d’organes opérant en synergie composé de Banques
Populaires Régionales (BPR) à vocation coopérative, la Banque Centrale Populaire (BCP), organe central du
groupe coté en bourse, des filiales spécialisées, de fondations d’utilité publique et de banques et représentations à
l’étranger. Il tire sa force de ses valeurs de solidarité et de mutualité, et de son organisation unique au Maroc.

2.1.1 Crédit populaire du Maroc (CPM)


Le CPM est un groupement de banques constitué par la Banque Centrale Populaire et les Banques Populaires Régionales.

Il est placé sous la tutelle d’un comité dénommé Comité Directeur du CPM.

Il est concerné particulièrement par la collecte de la petite épargne, propose une gamme élargie des services et produits

financiers adaptés aux différents besoins de sa clientèle.

Le CPM développe ses activités en direction de cinq orientations majeures :

 La Promotion de l’économie sociale :


Elle intervient via :

Année Universitaire : 2018/2019


 Soutien de l’entreprenariat à travers la fondation Banque Populaire pour l’encouragement à la création
d’entreprise.
 Le GBP soutient le secteur artisanal par l’amélioration des moyens de financement et l’instauration
d’un dialogue permanent avec les différents opérateurs de ce secteur.
 Le GBP soutient le secteur artisanal par l’amélioration des moyens de financement et l’instauration
d’un dialogue permanent avec les différents opérateurs de ce secteur
 Développement des produits destinées à la promotion de l’emploi et de la lutte contre la pauvreté,
notamment les microcrédits.

 Une participation intensive au développemen0t économique du pays :

Le GBP se caractérise par une forte infrastructure et dote d’une puissance financière qui lui permet de participer
au développement économique et sociale du Maroc. Il s’est distingué dans le financement des entreprises (La
majorité des PME/PMI sont financées par le GBP).

 Le développement de la bancarisation :

Le GBP se positionne parmi les premiers réseaux bancaires du pays, étant le premier collecteur de l’épargne et la
première banque dans le rapatriement de ce dernier des MRE.

 Le renforcement du caractère universel de ses interventions :

Le GBP suit une stratégie de diversification pour être présent dans tous les secteurs de la finance, notamment le
Capital-risque, la gestion collective de l’épargne ou de l’intermédiation boursière. Cette stratégie vise ainsi
l’international et la bancassurance.

 La contribution au développement régional :

Le GBP est connus comme étant la banque de proximité à excellence, il joue un rôle de premier plan dans le
développement des régions à travers la présence des BPR, qui est l’accompagnateur financier de la région.

2.1.2 Banque Centrale Populaire (BCP)

Année Universitaire : 2018/2019


La BCP est un établissement de crédit, sous forme de société anonyme à conseil d’administration. Elle est cotée en
bourse depuis le 8 Juillet 2004.

Comme son nom l’indique, la banque centrale populaire assure un rôle central au sein du groupe. Elle est investie sur
deux missions principales :

 Etablissement de crédit habilité à réaliser toutes les opérations bancaires


 Organisme central bancaire des Banques Populaires Régionales.

La BCP cordonne la politique financière du Groupe, assure le refinancement des Banques Populaires Régionales et la
gestion de leurs excédents de trésorerie ainsi que les services d’intérêt commun pour le compte de ces organismes.

2.1.3 Banque Populaire Régionale (BPR)

Les BPR sont des Banques de forme coopérative à capital variable, à Directoire et à Conseil de
Surveillance, régies par la loi 12-96, par le Dahir portant loi du 6 juillet 1993 et les textes pris pour son
application ainsi que par les dispositions du statut type approuvé par le Ministre des Finances. Elles sont placées
sous le contrôle de la Banque Centrale Populaire.

La réforme du Crédit Populaire du Maroc a eu pour conséquence une très large autonomie des Banques
populaires régionales, dont le corollaire devrait être le renforcement du dispositif de contrôle.

Elles peuvent recevoir des dépôts de fonds de toutes personnes physiques ou morales.

Les Banques Populaires Régionales ont pour objet essentiel de faire avec leurs sociétaires, commerçants,
artisans, sociétés commerciales ou industrielles ou coopératives toutes les opérations de Banque pouvant
concerner et intéresser lesdites personnes et sociétés en raison de l’exercice de leur profession.

Les BPR ont pour mission de contribuer au développement de leur région par la diversité des produits
qu’elles offrent, le financement de l’investissement et la bancarisation de l’économie.

Etablissements de crédit habilité à effectuer toutes les opérations de banque dans leurs circonscriptions
territoriales respectives, elles constituent le levier du Crédit Populaire du Maroc dans la collecte de l’épargne au
niveau régional, sa mobilisation et son utilisation dans la région où elle est collectée.

Leur mode d’organisation unique au sein du système bancaire leur permet d’approcher différemment leurs
clients, puisque ces derniers se trouvent également être les détenteurs du capital, formant ainsi ce que l’on
appelle « le sociétariat ».

Année Universitaire : 2018/2019


Outre le fait qu’ils bénéficient des différents services bancaires, les clients sociétaires participent également à la
vie sociale de leur banque (Participation aux Assemblées Générales, possibilité de siéger au Conseil de
Surveillance).

Aujourd’hui, il existe 8 BPR qui sont les suivants :

 Centre Sud.
 Fès-Meknès
 Laâyoune.
 Marrakech-Beni Mellal
 Nador-Al Hoceima
 Oujda.
 Tanger-Tétouan.
 Rabat-Kenitra

2.2 Gouvernance de l’entreprise

Le Comité Directeur est l’organe suprême du CPM, il est composé de 5 présidents des Conseils de Surveillance
des BPR élus par leurs pairs, et de 5 représentants du Conseil d’Administration de la BCP.

Le comité directeur a pour mission :

 De définir les orientations stratégiques du Groupe


 D’exercer un contrôle administratif, technique et financier sur l’organisation et la gestion des
organismes du CPM ;
 De définir et contrôler les règles de fonctionnement communes au Groupe ;
 De prendre toutes les mesures nécessaires au bon fonctionnement des organismes du CPM et à la
sauvegarde de leur équilibre financier.

L’organe d’administration est responsable en dernier ressort de la solidarité financière de la banque, il assure
l’orientation stratégique et surveille la gestion des activités de la banque.

Le conseil d’administration de la BCP se réunit trois fois par an : Mars ; Septembre et Décembre.

2.2.1 Organisation du CPM

Année Universitaire : 2018/2019


2.2.2 Fiche signalétique du Banque Centrale Populaire :
Le tableau ci-dessous représente La fiche signalétique de la banque centrale populaire,

il se présente comme suit :

Année Universitaire : 2018/2019


Raison sociale Banque Centrale Populaire
Forme juridique Société anonyme à capital variable côté en
bourse
Action Masi: BCP

Date de création 28 Février 1961


PDG Mr.MOUNIR Mohammed Karim

Siège social 101, Bd Zerktouni –Bp: 10 622-21 100


Casablanca
Activité Finance et assurance
Slogan Faite pour vous

Capital 1 822 546 560 DH


Chiffre d’affaires 10 932 202 DH
Effectif 15 400 employés
Site internet www.gbp.ma
Tableau 1 : Fiche signalétique du Banque Centrale Populaire

Année Universitaire : 2018/2019


Partie 2 : Déroulement de stage au sein de la direction comptabilité BCP

Chapitre 1 : Présentation générale de la Division Comptabilité & Finances

La division comptabilité et finance tient une comptabilité obéissant à toutes les règles et les conditions
fondamentales. Elle est dotée d’une organisation et obéit à des procédures conformes aux lois et aux règles de
tenue de la comptabilité.

D’une manière générale, la comptabilité peut être définie comme étant une technique ayant pour objet de
traduire des faits économiques, financièrs, juridiques et fiscaux, sous une forme normalisée. La comptabilité
des établissements de crédit présente des spécificités découlant d’abord des contraintes liées à la profession
bancaire mais également à la nature des opérations traitées et à la finalité des informations produites.

La Division Comptabilité et finances est une des entités les plus importantes du CPM, dans la mesure où c’est
elle qui est chargé d’établir la comptabilité de cette entité.

La division comptabilité et finance se compose de  :

Année Universitaire : 2018/2019


Année Universitaire : 2018/2019
Chapitre 2 : Représentation des départements de la division comptabilité CPM
2.1 Département traitement comptable
Au sein de ce service, les principales tâches sont celles du contrôle et suivi des opérations effectuées au niveau
des succursales et agences alors le département traitement comptable BCP se manifeste par :
 Le traitement des réclamations
 La centralisation des écritures comptables des agences
 La comptabilisation des avances Comptes courants associés et titres de participation
 Suivi des dépôts à terme et des bons de caisse
 Etablissement de la situation du compte TVA à récupérer
 Comptabilisation de la retenue à la source

Pour avoir un bon traitement comptable on utilise des applications comme :


 Evolan
 Cartago
 Trade Innovation International
 Stechell

Par ailleurs, nous avons également vu les étapes du traitement de la réclamation dès la réception du courrier
jusqu’aux pièces faites envoyées aux agences des clients pour la régularisation de leur situation.
Suivi des DAT et des bons de caisses :
Nous avons pu remarquer les différences entre les DAT et les bons de caisses, les plus importantes étant qu’au
niveau du DAT le souscripteur est obligatoirement un client de la banque tandis que les bons de caisse se
manifestent par des bons où les montants sont pré-imprimés mentionnant les montants. En revanche, au niveau
du bon de caisse, le client a le choix entre les intérêts précomptés et ceux à échéance post comptés alors qu’au
niveau des DAT ils sont toujours post comptés.

2.2 Département de règlement des dépenses


Ce département de la division comptabilité CPM est chargé de régler les différentes dépenses que la banque
centrale et la banque régionale de Casablanca ont engendrées et de régler les fournisseurs ayant effectué une
prestation pour le compte de la BCP et le réseau (Banque populaire Régionale et agences). D’une autre manière
son objectif majeur est la tenue des comptes de produits et de charges. Mais avant de nous initier encore plus sur

Année Universitaire : 2018/2019


les procédures qui régissent ce département, nous devons mettre en évidence la nomenclature des comptes. La
compréhension de cette nomenclature nous permet de distinguer entre les différents comptes d’imputation.
Parmi ses missions on trouve :

A. Règlement des dépenses

 Réaliser les vérifications préalables au règlement des dépenses de fonctionnement et d’investissement


 Prendre en charge l’imputation comptable des dépenses par centre de responsabilité
 Procéder au règlement ou à l’établissement des supports de règlement
 Centraliser les écritures comptables liées au réseau BCP, concernant les dépenses budgétisées
 Règlement des factures en devises et en assurer le suivi

B. Suivi des dépenses réglées ou à régler

 Assurer le rapprochement entre les données comptable et extracomptable


 Tenir un classement individuel par compte de charges et d’immobilisations des dossiers
 Etablir les situations comptables des comptes utilisés
 Analyser les situations dont la gestion incombe à la fonction règlement de dépenses
 Suivi extracomptable de certaines dépenses engagées par centre de responsabilité
 Suivi des réclamations fournisseurs

2.3 Département de fiscalité

Pour aviser sur l’application de la règlementation fiscale, la BCP reconnue par une bonne gestion fiscale,
la direction fiscalité est attribuée à la division comptabilité finance de la production, parmi ses missions
on trouve :

 La réalisation des déclarations fiscales

 L’application des dispositions légales et réglementaires en matière de fiscalité

 L’assistance fiscale de toutes les fonctions de la BCP et des filiales

 L’optimisation de la charge fiscale du CPM

Ce dernier entre dans le cadre de la politique générale de l’institution en matière de rentabilité. Le fait qui se
concrétise à travers ses actions.

 Suivi de la législation fiscale :

Année Universitaire : 2018/2019


Ce suivi permet à la fonction fiscale d’être au diapason des nouveautés affectant la réglementation fiscale en
vigueur, se prémunissant aussi d’entamer tout acte en ignorance de la loi fiscale. De ce fait un fascicule est
élaboré annuellement, coïncidant avec la publication loi de finance, et qui chapote toutes les nouveautés fiscales
que le département se charge de diffuser à toutes les directions de la BCP, BPR et filiales.

 Assistance. fiscale :

Elle constitue le cheval de bataille de la direction fiscalité, pour bien asseoir la pratique fiscale interne au GBP en
parfaite harmonie avec les prescriptions fiscales en vigueur et d’autre part, les intérêts du groupe.
De Plus l’assistance fiscale déborde du cadre strict de l’institution pour faire profiter aussi les filiales.

 La formation :

La formation constitue, pour la direction fiscalité, l’un des supports privilégiés pour diffuser l’information fiscale
au réseau.
Cette institution s’intègre dans le cadre de la politique de régionalisation prêchée par la Présidence Direction
Générale.

 Relation avec l’administration fiscale :

Les relations avec les administrations bénéficient d’une toute particulière attention au niveau de cette direction,
en égard à leur degré élevé de sensibilité, en ce sens qu’elle se traduise par une imposition ou un dégrèvement d’impôt.

 Déclaration fiscale :

Sous l’unicité fiscale 01084612, la BCP assure les déclarations fiscales consolidées au nom du CPM (BCP+BPR),
elle a ainsi désigné le représentant fiscal du CPM depuis sa fiscalisation en 1988 auprès des autorités fiscales
marocaines.
Ces déclarations se résument comme suit :

 Des déclarations retenues à la source pour le compte des clients ;

 Des déclarations pour le compte des fournisseurs locaux et étrangers

 Des déclarations propres à l’activité bancaire

 Gestion du contentieux fiscal (rappels d’impôt).

Le tableau ci-après ressort les déclarations à établir par la DDF avec versement au trésor :

Année Universitaire : 2018/2019


Nature Périodicit Désignati Référence
é on légal
TVA facturée au client au titre de
TVA Mensuelle :
-crédit ; CGI
-commission d’intermédiation ;
-autres produits.
Retenues à la source de 20% et
30% respectivement pour le
PRRF Mensuelle compte des PM, des placements IR et IS CGI
à revenus fixes (DAT, bons de
caisse) et des PP (DAT, bons de
caisse, compte/carnet, compte
revenu).
Revenu à la Les fournisseurs étrangers pour Convention
source sur le de la non
rémunératio compte de la banque et le compte double
n allouées à des relations de la banque. imposition
des Mensuelle avec les
personnes pays étrangers
non
résidentes
IR, Des retenues à la source/ les
IS/Produit Mensuelle produits des actions, parts
s des sociales et revenus assimilés
actions pour le compte des PP et PM
ayant bénéficié des dividendes
CGI
ou des intérêts statutaires.
N.B : La direction des valeurs
mobilières (DVM) qui s’occupe
de cette déclaration et la DDF
s’occupe des versements.
IR/PCVM Mensuelle Versement des retenus à
la
source/la plus-value de cession CGI
des valeurs mobilières.
N.B : La DDF s’occupe
des versements.
Acompte Trimestriel Versement du ¼ de l’IS,
provisionne le déduction
l de l’IS faite de la retenue à la source
opérée par autres organismes
pour le compte de la BQ au titre CGI
des placements à revenus fixes
(Bons de trésor, opérations de
pensions et obligations et ce à
base des attestations

Année Universitaire : 2018/2019


Régularisation Annuelle Reversement du reliquat de l’IS
de L’IS (Avant entre théorique découlant des
de acomptes provisionnels et l’IS CGI
l’année N fin Mars) réel découlant du résultat fiscal
de l’exercice.
Tableau 2: Liste des déclarations avec versement au trésor

Année Universitaire : 2018/2019


Le tableau ci-après ressort les déclarations à établir par la DDF sans versement d’impôt :
Nature Périodicité Désignation Mode
de
déclarati
on
annuelle Déclaration des éléments
TP-TSC ayant un impact en +/- sur
les bases imposables de la Dépô
TP- TSC t
T/TNB Règlement de la taxe due physiq
au trésor ue
Il s’agit de décliner
Déclaration retenue à la l’identité des personnes non
source sur les rémunérations Annuelle résidentes ayant subi des
versées à personnes non RAS sur les rémunérations EDI
résidentes (PM)

Déclarée au pourcentage du
Déclaration prorata Annuelle CA taxable par rapport au EFI
CA total de l’année en
question.
Déclaration RSPPRF (PM) Décliner l’identité des
Annuelle clients des PP et PM ayant
Déclaration RSPPF (PP) subi une retenue à la source EDI
respective de 30% et de
20% sur les intérêts reçus
sur les placements à
revenus fixes (DAT, bon de
caisse,
Compte/carnet « PP »)
-TPA (télé- déclaration Décliner l’identité des
IS/PA) actionnaires PP ou PM
-TPA (télé- déclaration ayant subi une retenue à la
IR/PA) source de 15% sur les
Annuelle dividendes ou sur les
-TRA (télé- déclaration intérêts statutaires.
IR/PCVM) Décliner l’identité des PP EDI
soumises à une retenue à la
source de 15% sur les plus-
values de cession des
actions cotées en bourse ou
de 20% sur les actions non
cotées en bourse ou sur les

Année Universitaire : 2018/2019


OPCVM, OPCR et les
titres
d’investissement…
Tableau 3: Liste des déclarations sans versement d'impôt

On conclut que la fonction fiscale est retenue de :

 Rapprocher les intérêts figurant sur l’état des porteurs de parts avec ceux
figurant sur le tableau de répartition des bénéfices

 Verser au trésor la TPA sur les intérêts des parts sociales

 Etablir un état récupératif de la taxe sur les intérêts des parts sociales
concernant les personnes morales

2.4 Département contrôle comptable fonctions centrales BCP


Le contrôle comptable des fonctions centrales BCP traite les anomalies balance et
quotas.
En ce qui concerne la balance on trouve :
 Détaillée DH
 Devise
 Conversion

Les anomalies balances sont traitées deux fois par mois. Celles-ci reviennent à un solde
anormalement
débiteur ou créditeur ou à un déséquilibre.
Traitement des anomalies :
 Revenir vers l’historique du compte pour vérifier de quelle fonction il s’agit.
 Redresser et relever les anomalies
 Informer la fonction de la déclaration afin de corriger les données au niveau de
l’outil BRS.

Par ailleurs, on s’appuie sur des tableaux de bord anomalies balance pour suivre l’évolution
mensuelle des anomalies.
D’autre part, le département agit en tant qu’interlocuteur des commissaires aux comptes.
Le contrôle et le suivi des anomalies des fonctions opérationnelles sont établies à partir de
l’outil CLICKVIEW ainsi :
 Le suivi des mouvements des titres de participation
 Relever des écarts potentiels entre le solde comptable et extracomptable

Année Universitaire : 2018/2019


 Suivi des dividendes à travers les reportings conventionnels des valeurs
mobilières
 La réception et l’analyse des écarts des reportings de la salle de marché

Contrôle de la situation comptable :


En premier lieu, il y a la réception d’une liste générique (GL : détail des opérations) puis il y a
lieu d’établir un contrôle de forme et ce en vérifiant les signatures et en établissant le
rapprochement de la situation avec le solde balance tout en analysant l’antériorité des
écritures.
Contrôle des titres de participation :
On procède au recalcule des titres de participation et des écarts de conversion puis on les
cadre avec la balance générale.
Comptes suspens centres informatiques :
 Bilan : 46150 / 46250 -> PCI
 Hors bilan : 88003 / 88004 -> PCI=PCEC

Contrôle de la monétique et la plateforme engagement :


 Suivi mensuel des situations comptables
 Vérification de l’ancienneté
 Tableau comparatif de l’ancienneté des suspens

Contrôle TP, OPCVM, dividendes, anomalies balances BCP (DVM), programme de


rachat :
Traitement du programme de rachat :
 Revaloriser le cours en procédant à l’achat et à la vente des actions de la BCP
 Calcul du coût moyen pondéré
 Rapprochement du comptable avec l’extracomptable
 Valorisation : Confrontation du cours de vente avec l’achat pour dégager les +
ou – values

Titres :
 Re performance du calcul du stock en fonction du cours en vigueur
 Rapprochement de la re performance avec la BG
 Analyser les écarts et les déclarer

On conclut qu’une fois les tests réalisés, on se prononce à travers l’un des statuts suivants :
 Reconduction en cas d’anomalies non régularisées
 Aggravation
 Diminution

Année Universitaire : 2018/2019


2.5 Département de la direction contrôle comptable réseau BCP
Les missions du contrôle comptable réseau se résument comme suit :
 Le contrôle de la situation comptable
 Le contrôle des anomalies balances
 Le contrôle des suspens centres informatiques
 Le contrôle des suspens des comptes de liaison
 Le contrôle des comptes financiers
 Un reporting doit être réalisé en cas d’écart afin de signaler les anomalies.

Les anomalies comptables par rapport au PCEC doivent également faire l’objet d’un contrôle.
Opération Compte rendu d’évènements (CRE) Interpréteur Production des
écarts avec le PCEC
On envoie par la suite l’état des anomalies balance envoyer au responsable administratif de
l’agence ainsi que le directeur.
Par ailleurs, le contrôle comptable porte sur le solde du sens des comptes et des conditions de
minimum et de maximum. Il met en relief les écarts par rapport à la réglementation de change
ainsi que les écarts hors bilan de la banque.
Le contrôle est également opéré au niveau des suspens des comptes de liaison ainsi que sur les
suspens centres informatiques.
Contrôle de la situation comptable :
On procède au chargement de l’extraction comptable pour vérification des soldes et de la
balance et puis
on l’envoie aux succursales qui doivent extraire leur situation extracomptable pour confronter
leurs comptes.
Le traitement des anomalies balance se fait sur la base de la matrice P70. En effet, elle
permet la vérification des statuts des comptes débiteurs et créditeurs, les conditions de
minimum et de maximum (CMM) et pour
les comptes Hors Bilan le détail doit être égal au global.
Types de suspens :
Faux suspens  Référence erronée.

Année Universitaire : 2018/2019


Vrais suspens  Ecriture initiées au niveau du département mais pas au niveau de l’agence
ou encore une pièce non aboutie ou égarée, montant erroné, erreur au niveau du sens de
l’opération, code d’agence ou d’opération erronées.

Conclusion

La période de stage passée à la banque centrale Populaire m’a permis non seulement de
mettre en exergue les compétences et qualités développées tout au long de mes études mais
aussi d’avoir une expérience de près les métiers de banque et de formuler une vision futures
claires sur ma carrières professionnelles .

Les tâches qui m’ont été assignés ont été limités et faisant pas parties des responsabilités
mais le passage et pratiques qu’on a visionné et vus avec les chefs de départements et les
différents collaborateurs de la banque centrale n’ont fait que alimenter notre savoir et
curiosité dans pratiquement tous les services de la division comptabilité et finance de la
banque.

Le contact direct et la communication quotidienne avec les responsables m’a permis de tirer
un esprit global de partenariat et d’insertion au milieu professionnel où l’esprit de groupe et
de collaboration est indispensable.

Année Universitaire : 2018/2019

Vous aimerez peut-être aussi