Vous êtes sur la page 1sur 8

THEME : LE MARCHE

I- Définition du marché

Etymologie : du latin mercatus, commerce, marché.

Dans le sens premier, le marché désigne le lieu où des


producteurs (commerçants, artisans, paysans) se rassemblent
pour proposer directement leurs produits aux consommateurs.

En économie, par extension, le marché est un système d'échanges


où se rencontrent l'offre (les vendeurs) et la demande (les
acheteurs). C'est aussi l'ensemble des règles, juridiques ou
informelles, par lesquelles ce type d'opérations économiques peut
se réaliser.

Le marché concerne aussi bien les échanges de biens, de services


que les échanges actifs financiers et immobiliers.

2 cas peuvent se présenter :

 Dans une économie de marché, la production et les prix sont


régulés par la loi de l'offre et de la demande ( libre-échange)
(Economie capitaliste).
 contrairement à l'économie dirigée ou planifiée. Le marché
doit être surveillé et garanti par un tiers (arbitre, société de
Bourse, Etat, etc.) Les contraintes de l'Etat sur les quantités
offertes ou achetées, ou sur le niveau des prix.(Economie
socialiste)

II - Les différents types de marché


Un marché est défini par différents critères.

1 – La nature des biens échangés

 marché des biens et services : prix (fruits)


 marché du travail : salaires
 marché des matières premières : cours (café)
 marché interbancaire : taux d’intérêt (monnaie
banque centrale)
 marché des changes : cours (devises)
 marché financier : cours (actions)
 marché des capitaux : capital (échange de capitaux)

2 – Le lieu

 réel (produits)
 fictif (interbancaire)

3 – Sa périodicité

 marché local : toutes les semaines


 marché interbancaire : tous les jours

III – La concurrence pure et parfaite (C. P. P.)

A – L’équilibre walrasien

Le marché de la concurrence pure et parfaite (CPP) est du


à un libéral français, Léon Walras (1834-1910), qui a
développé sa théorie en 1879. Il a une vision idéale du
marché qui est source d’efficacité. Malgré ses limites et
ses critiques, la CPP tient encore une place importante
dans la pensée économique.

B – Les 5 conditions
Pour qu’une concurrence soit dite pure et parfaite, elle
doit respecter 5 conditions :

atomicité implique la présence d’un grand nombre


d’offreurs et de demandeurs, tous de taille
réduite (atomes) par rapport à celle du
marché, pour ne pas influencer les conditions
du marché et le prix d’équilibre
libre- suppose l’absence de toute entrave à l’accès
entrée  des offreurs ou des demandeurs sur le
marché. (Pas de barrières juridiques, ni de
brevets, ni de barrières financières) 
homogénéi les produits ou les services échangés sur un
té marché donné sont parfaitement homogènes.
leurs utilisateurs considèrent chacune des
unités proposées par les différents offreurs
comme parfaitement interchangeables
(acheteurs indifférents à la marque)
informatio quand tous les offreurs et demandeurs
n parfaite  connaissent en même temps et sans coût
toutes les informations utiles concernant les
échanges sur le marché (transparence du
marché)
parfaite aucun obstacle au déplacement des
mobilité travailleurs et des capitaux entre les
des différents producteurs ou secteurs d’activité
facteurs de
production

Sur un marché de concurrence pure et parfaite, le prix


d’équilibre d’une marchandise est exclusivement
déterminé par l’intersection de la courbe de l’offre et de
celle de la demande.

C- LES LIMITES DU MARCHE DE CONCURRENCE PARFAITE.

La remise en cause de la concurrence pure et parfaite


Le modèle de la concurrence pure et parfaite est très
éloigné des conditions réelles du marché.

1 – Atomicité du produit > Concentration


Les entreprises peuvent se regrouper pour détenir une part
de marché plus importante. La concentration peut aboutir
à la création d’ententes, de monopoles (1 seul offreur et
plusieurs demandeurs), à des oligopoles (quelques offreurs
et plusieurs demandeurs).

2 – Libre entrée sur le marché > Viscosité


Seules les grandes entreprises peuvent se permettre de
réunir des capitaux.

3 – Homogénéité des produits > Différenciation


Il existe une différenciation entre les produits : marque,
couleur, provenance, emballage, odeur…

4 – Transparence du marché > Opacité


Cela suppose la parfaite circulation de l’information or il y
a des informations partielles, des rumeurs…

5 – Mobilité des facteurs de production > Immobilité


Il est difficile de se reconvertir à court terme dans une
autre branche (ex : usine chimique). Le changement de
qualification demande un certain temps.

Conclusion : la concurrence existe mais elle est impure et


imparfaite

IV- Le marché de la concurrence imparfaite


Compte-tenu du nombre d'intervenants sur un marché donné, on peut rencontrer
plusieurs types de marchés.

Les différents types de marché

Demandeurs

\ Un (unique) Quelques-uns Multitude

Offreurs

Monopole Monopsone
Un (unique) Monopsone
bilatéral contrarié

Quelques- Monopole
Oligopole bilatérale Oligopole
uns contrarié

Marché de la concurrence parfaite,


Multitude Monopole Oligopsone
Concurrence

La plupart des secteurs économiques sont concurrentiels puisque


plusieurs firmes produisent des produits semblables.
Il existe deux types de marché très concurrentiels:
* la concurrence parfaite
* la concurrence imparfaite

La concurrence parfaite implique que les consommateurs sont


parfaitement informé des différents produits mis sur le marché ainsi que
leurs prix. Nous tendons de plus en plus vers ce type de marché
notamment grâce à internet qui facilite l'information et la comparaison
des produits/prix.

Un troisième type de marché est le monopole. Une firme


monopolistique ne possède pas de concurrent; cependant, le prix qu'elle
fixe pour ses produits/services dépend de la demande à laquelle elle est
soumise.

En effet, les gens ont dans leur esprit un prix maximal qu'ils sont prêt à
débourser pour un bien donné. Au delà, ils préfèreront ne pas l'acheter à
condition qu'il s'agisse d'un bien secondaire

Un cas intermédiaire entre le marché parfaitement concurrentiel et le


monopole est l'oligopole. Dans ce cas, il existe quelques concurrents
(deux ou trois).

EXEMPLES

 Monopole : Entre les entreprises comme OCP, ONCF


 Monopsone : Marché du tabac (avant la transformation en cigarette)
 Oligopole : Marché de l'automobile
 Oligopsone : producteurs et les centrales d'achats (grandes surfaces)
 Monopole bilatéral : Marché du nucléaire en France (entre la
Framatome et EDF)
 Monopole contrarié : Anciennement la concorde
 Monopsone contrarié : Marché des producteurs d'électricité (avec
comme demandeur EDF entre autre)
 Oligopole bilatérale : Marché de la haute-couture
 Marché de la concurrence parfaite: La bourse

V- LOI DE L’OFFRE ET DE LA DEMANDE


A – Analyse de l’offre
L’offre est la quantité qu’un offreur est disposé à vendre
aux différents prix possibles d’un bien. Plus le prix est
élevé et plus l’offre est importante (vendre plus entraîne
plus de profits). L’offre est une fonction croissante du prix.
Prix et quantité offerte varient dans le même sens.

B – Analyse de la demande
La demande est la quantité qu’un demandeur est disposé à
acheter aux différents prix possibles d’un bien. Plus le prix
est élevé et moins la demande est importante. La
demande est une fonction décroissante du prix. Prix et
quantité demandée ne varient pas dans le même sens.

C – Intersection de l’offre et de la demande


L’intersection de l’offre et de la demande permet
d’établir :

 le prix d’équilibre

 la quantité échangée
Si le prix s’écarte du niveau d’équilibre, il tend à y revenir automatiquement
selon la loi de l’offre et de la demande.