Vous êtes sur la page 1sur 8

La littérature comptable a souvent considéré l’audit légal, c’est-à-dire l’audit externe

d’une entreprise par les commissaires aux comptes, comme un élément essentiel de
l’équilibre contractuel de la firme. En effet, il permet non seulement la résolution des
conflits d’agence mais aussi de faire coïncider les intérêts des différents intervenants
et de limiter les manipulations comptables. (Jensen et Meckling, 1976 ; Dechow et al,
1996 ; Frankel et al, 2002 ; Piot et Janin, 2004)

l’audit étant un moyen de régulation des asymétries d’informations existant entre les
actionnaires et le dirigeant. La théorie d’agence nous renseigne donc sur l’importance
de l’audit en tant que mécanisme de contrôle permettant de résoudre les conflits
d’intérêts entre actionnaires et dirigeants. Les scandales financiers révélés depuis
plus d’une décennie, puis la crise financière évoquée depuis quelques années,
entrainent une certaine pression sur les auditeurs légaux et donc sur leurs pratiques.
Les commissaires aux comptes ont pour objectif la certification d’informations
comptables et financières exactes surtout auprès des investisseurs qui sont un
élément clé de la vie économique. Ainsi leur travail d’audit légal se doit d’être de
qualité.

Les Romains employaient le terme « audit » pour désigner un contrôle au nom de


l’empereur sur la gestion des provinces. Ce terme provient du verbe latin « audire »
qui signifie « écouter ». 
L’audit est un examen critique qui permet de vérifier des informations données par
l’entreprise et d’apprécier les opérations et les systèmes mis en place pour les
traduire
. à l’époq u e de l’a n cie n n e Egypte, des co n trôle u rs v é r ifia ie n t l’ex a c t itu d e
d e s com p te s d e s im p o rta t io n s e t e x p o rta t io n s d e b lé e t le m o n ta n t
d e s ré co lte s , e t d e s im p ô ts  A A th è n e s , e n 3 0 0 a n s a v a n t Jé s u s -C h
r is t , u n co rp s d ’e x p e rts é ta it c h a rg é d e v é r if ie r le s com p te s d e s tré so
re r ie s p u b lic s e t u n a u tre , le s com p te s d e to u te p e rso n n e o c c u p a n t
u n e p o s it io n im p liq u a n t la m a n ip u la t io n d e fo n d s p u b lic s5 Historique
de la fonction Audit  l’intérêt de l’Audit ne commença à être reconnu qu’à partir du
XIIIeme siècle. Pour cette période, on trouve quelques références en divers pays. En
voici quelques exemples :  => La cité de Pise a demandé à un comptable bien connu,
Fibonacci, d’exercer comme auditeur de la municipalité moyennant des honoraires
fixes,  => La cité de Venise, avec davantage d’ingéniosité, a introduit pour ses
auditeurs un système de paiement par résultat. Les honoraires étaient calculés en
fonction du nombre et de l’importance des erreurs et des fraudes découvertes par
l’auditeur,. 6 Historique de la fonction Audit  En France, le traité « La Seneshaucie »
recommandait aux barons de donner annuellement lecture publique des comptes des
domaines devant les auditeurs (acunturs ),  => En Angleterre, par acte du Parlement,
le roi Edouard 1er donnait le droit aux barons de faire nommer des auditors. Il
donnait lui-même l’exemple en faisant vérifier les comptes du testament de feu sa
femme Eléanor. L’approbation de ses auditeurs est attestée dans un document, qui
constitue un des premiers rapports d’audit connu avec l’inscription sur les comptes
du seul mot « probatur ». 7 Historique de la fonction Audit  Si l’on se réfère au
contrôle dans une cité musulmane au XIIème siècle, on retrouve le traité d’Ibn’Abdûn
sur la vie urbaine et les corps de métiers à Séville. En effet, Ibn’Abdûn commence
d’abord par situer la hisba dans son environnement, c’est - à - dire le contexte du
système de contrôle et de gestion de la cité.  Il mentionne aussi biens les
attributions et qualités des différentes magistratures (muhtasib, cadi, hakim . . .), que
les principaux endroits publics faisant l’objet de contrôle spécial, et s’intéresse à un
examen détaillé des corps de métiers, en s’attachant surtout aux moyens
démasquant les fraudes et malfaçons auxquelles se livraient certains artisans et
vendeurs. 8 Historique de la fonction Audit  L e s p r in c ip e s , rè g le s e t p ro cé d
u re s d e la h isb a q u i g a rd e n t p a rfo is to u te la fra îc h e u r d e l’a c tu a lité , n
e co n s t itu e n t r ie n d ’a u tre q u ’u n sy s tèm e d ’in fo rm a t io n , d e com p ta b
ilité e t d e co n trô le in te rn e . 9 Historique de la fonction Audit  les Chinois ont
une longue histoire dans le développement des pratiques de bonne gestion y compris
l’utilisation de l’Audit comme un moyen de contrôle.  En effet, l’un des premiers
textes décrivant les méthodes et pratiques de la bonne gestion économique d’un
pays s’appelle « les rites de la dynastie du Zhon » . . . Tout au moins, les idées de Zhon
ont influencé les chinons pendant plusieurs générations.  En particulier Zeng
Bouquin (XII siècles après JésusChrist) s’est basé là dessus pour décrire le bon
fonctionnement de l’Audit et du contrôle réciproque par la séparation des fonctions
entre par exemple l’auditeur et le trésorerié. En outre, il plaidait pour que l’auditeur
ait un rang et un statut élevé dans la hiérarchie. 10 Historique de la fonction Audit 
Par ailleurs sous la dynastie Tang en l’année 736 de notre ère avait été introduit une
réforme du système de contrôle des finances publiques.  D’une part, était annoncée
une procédure budgétaire basée sur l’identification des recettes et des dépenses de
chaque département de l’administration par l’emploi des lignes budgétaires, d’autre
part la responsabilité pour l’audit public fut transférée du Ministère des finances à un
service indépendant rattaché au Ministère de la justice, un précédant intéressant de
la structure adaptée en France pour les commissaires aux comptes. 11 Historique de
la fonction Audit  le terme d’auditeur apparaît à la fin du XIIIeme siècle en
Angleterre et au début du XIVème siècle, six personnes furent élues à Londres pour
constituer un conseil d’auditeurs.  La révolution industrielle en Angleterre marque,
en fait, la véritable naissance de l’Audit ; les entreprises utilisèrent des employés dans
les services comptables pour vérifier, dans les livres de comptes, la cohérence des
informations et leur exactitude. 12 Historique de la fonction Audit  La pratique de
l’Audit s’implanta aux Etats - Unis durant le XIXéme siècle avec l’introduction des
investissements britanniques : les investisseurs anglais désiraient contrôler par
l’intermédiaire de vérificateurs indépendants la réalité et la profitabilité de leurs
investissements. Les auditeurs anglais implantèrent leurs méthodes et procédures,
que les Américains adaptèrent rapidement à leurs propres besoins. 13 Historique de
la fonction Audit  S’il est vrai donc, comme nous l’avons déjà remarqué, qu’il existait
déjà des auditeurs deux mille ans avant Jésus-Christ, l’intérêt de l’Audit va se
développer considérablement par l’accroissement de l’importance des organisations
professionnelles des auditeurs et des experts comptables.  les auditeurs internes
étendirent progressivement le domaine de leur action, et virent leur statut
s’améliorer, notamment avec la création en 1941 de l’Institut des Auditeurs Internes.
Celui - ci se développa aux Etats - Unis et contribua à fonder dans un grand nombre
de pays des «chapitres» ou sociétés qui lui sont affiliées et qui ont pour vocation de
regrouper des auditeurs, de favoriser la diffusion des connaissances en Audit, et de
promouvoir un code d’éthique. 14 Historique de la fonction Audit  En France,
l’Institut Français des Auditeurs et Contrôleurs Internes (IFACI), crée en 1965,
regroupe plus de 600 membres, publie une revue, organise des groupes de réflexion
sur les techniques et pratiques d’Audit, assure une formation interne, et contribue au
développement de formations externes, notamment à l’université, en étant associé
étroitement à la conception et au fonctionnement des programmes comme celui du
D.E.S.S d’Audit Interne à l’I.A.E d’AIX - en – PROVENCE. 15 Historique de la fonction
Audit  D’autres associations ont vu le jour aussi, il s’agit notamment de la
Confédération Européenne des Instituts d’Audit Interne ( UCIIA ), créée en 1980 sur
l’initiative des Anglais et Français, et aussi de l’Union Francophone de l’Audit Interne (
UFAI).  Cette dernière a été créée sous l’impulsion de Louis VAURS alors président
de l’IFACI, ( Institut Français des Auditeurs Consultants Internes ), en 1988. L’UFAI
constitue un cadre pour les relations bilatérales et multilatérales entre ses membres
qui, à l’occasion de ses conférences, conseils d’administration et autres formes de
contacts, s’efforce de promouvoir le dialogue, l’échange et une certaine communauté
de pensée du monde francophone de l’Audit Interne. 16 Historique de la fonction
Audit  Devenu un phénomène mondial, l’Audit s’est institutionnalisé aussi bien au
niveau des pays développés qu’au niveau des pays sous-développés, le Maroc ne s’en
est pas épargné.  En effet, grâce à une panoplie de réformes, dont la réforme des
procédures budgétaires et du système fiscal, la réforme du marché financier et la
réforme comptable engagée en 1986... etc., l’Audit a trouvé un environnement
juridique et macro-économique encourageant sa diffusion et son développement. 
Mentionnons à ce propos la naissance de l’Association Marocaine des Auditeurs
Consultants Internes ( AMACI ) qui a été créée en 1985. Elle est maintenant affiliée à
l’ I.I.A, et a organisé un colloque national sur l’Audit Interne en décembre 1991 et la
2eme conférence de l’UFAI en 1993. 17 Historique de la fonction Audit  En effet,
l’évolution et la croissance des transactions économiques des entreprises ont
nécessité l’intervention d’un homme indépendant et compétent pour examiner les
représentations comptables et financières pour garantir leur probité et leur
crédibilité.  L’objectif du travail de l’auditeur a pourtant évolué progressivement
d’une recherche spécifique des fraudes et des écritures comptables jusqu’à une
appréciation globale de la fidélité des rapports émis par une entité économique et
une analyse critique de la fiabilité des procédures et des structures de cellesci, ainsi
que de l’efficacité, l’efficience et de la pertinence du système de contrôle interne et
de faire toutes propositions et recommandations pour l’améliorer. 18 Définition de la
fonction Audit  Fondamentalement, l’Audit est un examen critique qui permet de
vérifier les informations  A l’Audit correspond donc un besoin de contrôle que l’on
peut difficilement dissocier de l’activité économique. A partir d’une notion initiale, on
a assisté sur un plan historique à un approfondissement des domaines d’application
données par l’entreprise  - l’Audit en vue de la certification des états financiers  -
l’Audit Interne,  - l’Audit opérationnel ( ou Audit des opérations ). 19 Définition de la
fonction Audit  l’A u d it fin a n c ier  L ’A u d it fin a n c ie r o u ré v is io n com p tab
le , e s t l’e x am e n p a r u n e p e rso n n e com p é te n te d e la te n u e d e la com p
ta b ilité , so it e n v u e d e ré v é ler le ca ra c tè re co rre c t d e l’e n reg is trem e n t
d ’u n e o u d e p lu s ie u rs o p é ra tio n s , so it po u r ex p r im e r u n e op in io n s u
r la rég u lar ité e t la s in cé r ité d e s é ta ts f in a n c ie rs d ’u n e e n trep r ise . 20
Définition de la fonction Audit  A u d i t c o n t r a c t u e l o u A u d i t lé g a l : l’A u d
it e s t co n tra c tu e l s ’il e s t d em a n d é p a r le s d ir ig e a n ts d e la f irm e o u p a
r d e s t ie r s in t é r e s s é s : b a n q u ie r s , c ré a n c ie rs , a cq u é re u rs p o te n t
ie ls d e l’e n tre p r ise . S o n c h am p d ’a p p lica t io n p e u t ê tre lim ité à u n e fo
n c t io n o u à u n a sp e c t , p a r e x em p le , la v é r if ica t io n d u co û t d e re v ie n
t d ’u n e p ro d u c t io n , d ’u n ca lc u l d e ro y a lt ie s o u a v o ir p o u r o b je t la d
é te c t io n d e fra u d e s e t / o u d e d é to u rn em e n ts . D a n s ce s ca s , le s co n
trô le s e ffe c tu é s so n t lo ca lisé s e t e x h a u s t ifs . L a ré v is io n co n tra c tu e
lle e s t g é n é ra le s ’il e s t d em a n d é à l’a u d ite u r d ’a n a ly se r e t d e s u iv re
l’é v o lu t io n d e s com p te s d u ra n t u n e x e rc ice , p u is d e le s com m e n te r d
a n s u n ra p p o rt d é v e lo p p é . 21 Définition de la fonction Audit  L a ré v is io n
lé g a le e s t ce lle co n f ié e p a r le lé g is la te u r a u m a n d a ta ire d e s a c t io n n
a ire s , a p p e l é c o m m i s s a i r e a u x c o m p t e s . E l l e c o n s i s t e p r i n c i p a
l e m e n t , m a i s n o n e x c lu s iv em e n t à ce rt if ie r la s in cé r ité e t la r é g u l a
r i t é d e s é t a t s f i n a n c i e r s d e f i n d ’e x e rc ice , e t à v é r if ie r la s in cé r ité
d e s in fo rm a t io n s fo u rn ie s d a n s le ra p p o rt d u co n se il o u d u d ire c to ire
s u r la s itu a t io n f in a n c iè re d e la so c ié té . 22 Définition de la fonction Audit 
On peut dire que l’Audit financier intéresse les actions ayant une incidence sur la
préservation du patrimoine, les saisies et traitements comptables, l’information
financière publiée par l’entreprise, il ne néglige pas les actions qui ne sont pas
engagées par les comptables eux-mêmes, m a i s n e s ’ y i n t é r e s s e q u ’ e n t a n t
qu’éléments déterminant la fiabilité, la régularité et la sincérité de l’information
comptable et financière, sur laquelle il doit formuler un jugement. 23 Définition de la
fonction Audit  L’Audit Interne  Du simple point de vue du vocabulaire, observons
que le terme Audit Interne trouve sa définition dans les mots :  - Audit qui, fidèle à
sa racine latine (Audio, Audire : écouter ), montre la réelle signification d’écoute de la
fonction. Son caractère générique est naturellement employé pour tout ce qui
constitue une analyse et une opinion sur une situation.  - Interne car l’Audit est
exercé par un personnel de l’entreprise. Il s’oppose ainsi à « externe » relevant
d’intervenants extérieurs. La fonction d’Audit Interne et une fonction relativement
récente puisque son apparition (ou sa réapparition, diraient certains) remonte à la
crise économique de 1929 aux Etats-Unis. 24 Définition de la fonction Audit  L e s e
n trep r ise s s u b is sa ie n t a lo rs d e p le in fo u e t la ré ce s s io n é co n om iq u e e
t l’o rd re d u jo u r é ta it a u x é co n om ie s d e to u te n a tu re . L e s com p te s fu
re n t p a s sé s a u p e ig n e f in e n v u d ’u n e ré d u c t io n d e s m a rg e s . O r le s g
ra n d e s e n tre p r ise s am é r ica in e s u t ilisa ie n t d é jà le s se rv ice s d e ca b in e
ts d ’A u d it E x te rn e , o rg a n ism e s in d é p e n d a n t a ya n t le u r m is s io n la
ce rt if ica t io n d e s com p te s e t d e s b ila n s . 25 Définition de la fonction Audit Là
comme ailleurs, on chercha le moyen de réduire le montant des dépenses et on
s’avisa que pour mener à bien leurs travaux de certification les auditeurs externes
devaient se livrer à des tâches préparatoires : inventaires de toute nature, analyses
des comptes, sondages divers et variés, etc. On vint donc tout naturellement à
suggérer de faire assurer certains de ces travaux préparatoires par du personnel de
l’entreprise. Les cabinets d’Audit Externe donnèrent leur accord sous la condition
d’une certaine supervision. Ainsi apparurent ces « auditeurs » puisqu’ils effectuaient
des travaux d’Audit, au sens où on l’entendait, mais « internes » puisque membres à
part entière des entreprises. Ils participaient aux travaux courants des auditeurs
externes sans toutefois en établir les synthèses et les conclusions 26 Définition de la
fonction Audit  L’Audit Interne est à l’intérieur d’une entreprise ou d’un organisme,
une activité indépendante d’appréciation du contrôle des opérations.  Il est au
service de la direction. C’est dans ce domaine, un contrôle qui a pour fonction
d’estimer et d’évaluer l’efficacité des autres contrôles.  L’objectif de l’Audit Interne
est d’aider les membres de la direction dans l’exercice de leurs responsabilités en leur
fournissant des analyses, des appréciations, des recommandations et des
commentaires pertinents concernant les activités examinées. 27 Définition de la
fonction Audit  Les caractéristiques d’un Audit sont :  - L’examen méthodologique
d’une situation. Cet examen porte toujours sur les états financiers pour un auditeur
légal, mais peut s’élargir sur d’autres domaines pour l’auditeur contractuel ou
l’auditeur interne. Il leur faut à chacun préparer soigneusement la mission afin que
l’examen soit approfondi et méthodologique.  - Par une personne indépendante et
compétente. La compétence de l’auditeur doit toujours être multidimensionnelle :
comptable, juridique, gestion, organisation, sciences humaines et politique générale.
De plus, son indépendance vis à vis de l’activité soumise à son contrôle doit être au-
dessus de tout soupçon. 28 Définition de la fonction Audit  - Qui s’assure de la
validité matérielle des éléments qu’il doit contrôler. L’auditeur ne peut fonder son
examen que sur des faits ou sur des estimations statistiques tirées de son expérience
professionnelle ( et de ses connaissances )...  - Qui vérifie la conformité du
traitement de ces faits avec les règles, normes et les procédures du système de
contrôle interne. L’auditeur ne peut jamais vérifier la totalité de l’information se
rapportant à une situation.  - En vue d’exprimer une opinion motivée sur la
concordance globale de cette situation par rapport aux normes. L’auditeur termine
son travail d’examen de la situation en exprimant son opinion dans un rapport. 29
Définition de la fonction Audit  S e lo n l’IF A C I : « l’A u d it I n te rn e e s t la ré v is
io n p é r io d iq u e d e s in s trum e n ts d o n t d isp o se u n e d ire c t io n p o u r co
n trô le r e t g é re r l’e n trep r ise . C e tte a c t iv ité e s t e x e rcé e p a r u n se rv ice
d é p e n d a n t d e la d ire c t io n d e l’e n tre p r ise e t in d é p e n d a n t d e s a u tre
s se rv ice s . L e s o b je c t ifs p r in c ip a u x d e s a u d ite u rs in te rn e s so n t d o n
c , d a n s le ca d re d e ce tte ré v is io n p é r io d iq u e , d e v é r if ie r s i le s p ro céd
u re s e n p la ce com p o rte n t le s sé c u r ité s s u ff isa n te s , s i le s in fo rm a t io n
s so n t s in cè re s , le s o p é ra t io n s rég u liè re s , le s o rg a n isa t io n s e ff ica ce
s , le s s tru c tu re s c la ire s e t a c tu e lle s » . 30 Définition de la fonction Audit  S e
lo n l’I IA in te rn a t io n a l, l’A u d it In te rn e e s t u n e a c t iv ité in d ép e n d a n te
e t o b je c t iv e q u i d o n n e à u n e o rg a n isa t io n u n e a s s u ra n ce s u r le d eg
ré d e m a îtr ise d e se s o p é ra t io n s , lu i ap p o rte se s co n se ils p o u r le s am é
lio re r , e t co n tr ib u e à cré e r d e la v a le u r a jo u té e . I l a id e ce tte o rg a n isa
t io n à a tte in d re se s o b je c t ifs e n é v a lu a n t , p a r u n e a p p ro c h e sy s tém
a t iq u e e t m é th o d iq u e , se s p ro ce s s u s d e m a n ag em e n t d e s r isq u e s ,
d e co n trô le , e t d e g o u v e rn em e n t d ’e n trep r ise , e t e n fa isa n t d e s p ro
p o s it io n s p o u r re n fo rce r le u r e ff ica c ité . 31 Définition de la fonction Audit 
La sp é c ia lité d e l’a u d ite u r in te rn e c ’e s t l’a rt (m é th o d e ) e t la m a n iè re
(o u t il) d e p ro cé d e r p o u r p o rte r u n ju g em e n t s u r ce t e n sem b le d e d
isp o s it io n s p ré cé d em m e n t é v o q u é e s - e t d e fa ço n in com p lè te - : rè g
le s , p ro céd u re s , o rg a n isa t io n , sy s tèm e d ’in fo rm a t io n e tc . C e t e n
sem b le d e d isp o s it io n s q u e to u t m a n a g e r m e t e n p la ce p o u r fa ire fo
n c t io n n e r so n a c t iv ité , p o rte u n n om d é so rm a is u n a n im em e n t re co
n n u d e s sp é c ia lis te s e t d o n c in co n to u rn a b le . O n l’a p p e lle le C o n trô
le I n te rn e . 32 Le contrôle Interne  Le contrôle interne est un processus mis en
œuvre par le conseil d’administration, les dirigeants et le personnel d’une
organisation, destiné à fournir une assurance raisonnable quant à la réalisation des
objectifs suivants :  La réalisation et l’optimisation des opérations,  La fiabilité des
informations financières,  La conformité aux lois et aux réglementations en vigueur
33 Le contrôle Interne   Cette définition repose sur certains concepts fondamentaux,
à savoir :  Le contrôle interne est un processus. Il constitue un moyen d’arriver à ses
fins et non pas une fin en soi.  Le contrôle interne est mis en œuvre par des
personnes. Ce n’est pas simplement un ensemble de manuels de procédures et de
documents, il est assuré par des personnes à tous les niveaux de la hiérarchie.  Le
management et le conseil d’administration ne peuvent attendre du contrôle interne
qu’une assurance raisonnable, et non une assurance absolue.  Le contrôle interne
est axé sur la réalisation d’objectifs dans un ou plusieurs domaines (ou catégories) qui
sont distincts mais qui se recoupent. 34 Le contrôle Interne   L e co n trô le in te rn e
com p re n d a u s s i b ie n l’o rg a n isa t io n g é n é ra le d e l’e n trep r ise q u e to u
te s le s m é th o d e s e t p ro céd u re s co o rd o n n é e s q u i, d a n s u n e e n tre p r
ise , se rv e n t à p ro tég e r le s b ie n s d e so n p a tr im o in e , à a s s u re r l’e x a c t
itu d e e t la s in cé r ité d e to u s le s e n re g is trem e n ts com p ta b le s o u a u tre s
, e t e n f in , à m a in te n ir e t à am é lio re r le s p o lit iq u e s d e d ire c t io n . 35 Le
contrôle Interne   S e lo n l’o rd re d e s E x p e rts - com p tab le s ( 1 9 7 7 ) : « L e co
n trô le in te rn e e s t l’e n sem b le d e s sé c u r ité s co n tr ib u a n t à la m a îtr ise d
e l’e n trep r ise . I l a p o u r b u t d ’u n cô té d ’a s s u re r la p ro te c t io n , la sa u v e
g a rd e d u p a tr im o in e e t la q u a lité d e l’in fo rm a t io n , d e l’a u tre l’a p p lica
t io n d e s in s tru c t io n s d e la D ire c t io n e t d e fa v o r ise r l’am é lio ra t io n d e
s p e r fo rm a n ce s . I l se m a n ife s te p a r l’o rg a n isa t io n , le s m é th o d e s e t
le s p ro cé d u re s d e c h a c u n e d e s a c t iv ité s d e l’e n tre p r ise , p o u r m a in
te n ir la p é re n n ité d e ce lle - c i » . 36 Le contrôle Interne   Selon L. COLLINS et G.
VALIN, les objectifs du contrôle interne concernent les aspects suivants : - Maîtrise de
l’entreprise : * Maintenir la pérennité de celle-ci. * Diriger les affaires de l’entreprise
de façon ordonnée. * Assurer la réalisation des objectifs et des buts attribués à une
activité ou un programme. 37 Le contrôle Interne   - Sauvegarder les actifs : *
Assurer la protection, la sauvegarde du patrimoine, * Protéger les actifs, * Assurer la
sauvegarde des biens.  - Assurer la qualité de l’information : * Garantir autant que
possible l’exactitude et l’état complet des informations enregistrées, * Contrôler
l’exactitude des informations, * Assurer la fiabilité et l’intégrité de l’information. 38
Le contrôle Interne   - Assurer l’application des instructions de la direction : *
Assurer le respect des politiques de gestion, * Assurer le respect des politiques, plans,
procédures, lois et règlements.  - Assurer l’utilisation économique et efficace des
ressources : * Favoriser l’amélioration des performances, * Diriger les affaires de
façon efficace, * Accroître le rendement. 39 L’audit opérationnel  , L’audit
opérationnel est « une technique pour l’appréciation habituelle et systématique de
l’efficacité d’un élément ou d’une fonction, par des normes industrielles ou sociales,
utilisant ( dans le domaine d’étude ) du personnel non-spécialiste avec l’objectif
d’assurer le management si ses buts ont été atteints ou d’identifier les conditions
susceptibles d’amélioration au moyen d’une observation plus intensive et spécialisée

Vous aimerez peut-être aussi