Vous êtes sur la page 1sur 9

STREPTOCOQUES

&
ENTEROCOQUES
DR. A. BENBOUZA

INTRODUCTION
La famille des Streptococaccae regroupe un ensemble hétérogène de bactéries englobant plus de 84
espèces et sous espèces. Classées en 7 genres :

Streptococcus – Leuconostoc – Enterococcus – Pediococcus – Aerococcus – Lactococcus - Gémella

TAXONOMIE
La classification des Streptococaccae se fond sur des critères qui ont évolué avec le temps et qui
comprennent : le type d’hémolyse; la structure antigénique pariétale, les caractères biochimiques et
génétiques. On a deux genres regroupent la plupart des espèces responsables d’infections humaines:

1- Le genre Streptococcus

2- Le genre Enterococcus (ex groupe D).

A/ LE GENRE STREPTOCOCCUS
Définition : Cocci à Gram + qui se dispose en chainettes, immobiles, ne
possèdent pas de Catalse (contrairement au Staphylocoque Aureus) ni
d’oxydase. Se sont des Aéro-anaerobies qui utilisent le métabolisme
fermentatif.

I- Classification :

1: Aspects de l’hémolyse sur gélose au sang :

Beta (Complete) Alpha (Incomplète) *Pas d’hémolyse : Gamma


2: Sérogroupes de Lancefield :

Selon les propriétés antigéniques du


polysaccharide C ou polyoside C (Immuno-
précipitation ou agglutination)

18 groupes sérotypiques: de A à H et de K à T.

Si le Streptocoque est dépourvu de


polysaccharide C , il est ingroupable

3: SÉQUENÇAGE DE L’ARN 16S :

1 -Les Streptocoques bêta hémolytiques :

Zone claire d’hémolyse totale (les hématies sont complètement lysée) 3-4mm de diamètre autour de
la colonie; observée chez les streptocoques dits pyogènes

a) Les Groupes A,C et G: divisé en 2 sous groupes :


-Colonies Larges (>0,5mm de diamètre), c’est le groupe des pyogènes.
-Petites Colonies (< 0,5 mm de diamètre) ils sont génétiquement différents, ce sont les espèces
du groupe anginosusou « Streptococcus milleri»

b) Streptococcus Agalactiae: ou streptocoque du groupe B est la seule espèce dans ce groupe.

2-Les Streptocoques non bêta hémolytiques : dans ce groupe on distingue :

- Les alpha hémolytiques subdivisés :


1- S.Pneumoniae: qui se distingue par sa sensibilité à l’optochine et la lyse par la bile.
2- Le groupe S.Oralis (ex Viridans) qui comporte plusieurs espèces.
-Les non hémolytiques du groupe D comprennent des espèces de Streptococcus Bovis.
QUELQUES ESPÈCES DE STREPTOCOQUES TROUVÉES CHEZ L’HOMME

B/ STREPTOCOQUE B-HÉMOLYTIQUE du groupe A (ou Streptococcus Pyogène)


I- Caractères Bactériologiques :
A -Caractères Culturaux : B -Antigènes de Paroi :
• larges colonies (>0,5 mm) • polysaccharide C : Le même pour tous, pas
• fragile, sensible au froid d’anticorps protecteurs.
• hémolyse B sur gélose au sang • protéine M : 60 types, rôle dans la virulence

C -Substances Elaborées :

Streptolysine O Hémolysine toxique et antigénique (ASLO)


Toxines

Streptolysine S Toxique, non antigénique


Nucléase

Streptodornases DNAse B antigénique agit sur l’ADN cellulaire


A, B , C , D

Streptokinase ou Antigénique : rôle méconnu


Enzymes

Fibrinolysine
Hyaluronidase Antigénique, facilite sa diffusion tissuaire

II –Habitat :
Strictement adapté à l’homme :
• Commensal de l’oropharynx (également: périnée, anus, flore vaginale)
• Fragile : dessiccation, froid.
• Transmission interhumaine : Streptococcies cutanées.
• Rares épidémies manuportées ou véhiculées par des aliments.
III -Pouvoir Pathogène :
Infections aigües suppuratives :

- ORL : Angine érythémateuse ou érythémato-pultacée +++,


Pharyngite, Amygdalite, Otite

-Scarlatine

Streptococcies Cutanées :

- Impétigo

- Erysipèle : Couche dermique

- Cellulite Gravissime : Tissus sous-cutanés

- Surinfection de Brûlures

Septicémie :

- Fièvre Puerpérale

Maladies Post-Streptococciques :

- 1 à 4 semaines plus tard

IV -Diagnostic Biologique :
DIRECT : -Prélèvement (pus, sérosité Hémocultures)
-Isolement : Colonies b-hémolytiques
-Galerie biochimique (API strepto)
-Sérogroupage

INDIRECT : - Antistreptolysine O (ASLO) : > 200 UI/ml


- Antistreptodornase B : lésions cutanées
- Antistreptokinase

Test de Dépistage Rapide (TDR) SBA

Autres : Recherche d’Ag spécifique par immuno-chromatographie


Intérêt des TDR :

- Permet un diagnostic rapide


- Spécifique et sensible
- Réduit l’utilisation des antibiotiques
- Les négatifs (5%) subiront une culture

V -Sensibilité aux Antibiotiques :


- Sensibilité constante à la pénicilline G, V ou A (CMI = 0,001 mg/l)
- Céphalosporines < amoxicilline
- Erythromycine en cas d’allergie
- Aminosides inactifs seuls, synergie avec pénicilline
« Mêmes propriétés pour Streptocoques C et G, mais complications post-streptococciques plus rares »

C/ STREPTOCOQUE du groupe B (Streptococcus Agalactiae)


I-Caractères bactériologiques & Habitat :
• Caractères des streptocoques B-hémolytiques.
• S. Agalactiae: mammite des bovidés
• Présence dans la flore vaginale normale (25 % des femmes)
• Commensal des voies aériennes supérieures

II- Pouvoir Pathogène :


Infections graves du nouveau-né: soit des formes précoces à partir du 5éme jour de vie donnant une
septicémie soit des formes retard (7 j-1mois) donnant une méningite.

C’est l’infection bactérienne néo natale la plus fréquente avec un taux de mortalité élevée, la
contamination se fait avant ou pendant l’accouchement.

Infections chez l’adulte: infection rare, terrain particulier: infection urinaire, ostéo articulaire, tissu
cutané.

Contamination du nouveau-né à la naissance : 5 premiers jours : Septicémie avec troubles


respiratoires. Après le 10èmejour : Méningite purulente
IV –Diagnostic :
• Urgence

• Examen bactériologique du liquide amniotique

• Liquide gastrique du NN

• Hémocultures.

• LCR du nouveau-né : Recherche de l’Ag soluble dans le LCR ou urine par


des particules de latex sensibilisées.

• Détection du portage vaginal en fin de grossesse.

V –Sensibilité Aux Antibiotiques :


- Sensible à la pénicilline et à l’amoxicilline
- Sensible aux C III G
- Sensible à la clarithromycine

VI -Antibioprophylaxie Streptocoque B :
Par Pénicilline intra-Partum si existence d’un ou plusieurs facteurs de risque :

• Enfant antérieur avec infection invasive à streptocoque du groupe B


• Bactériurie à streptocoque de groupe B durant la grossesse
• Accouchement < 37 semaines de gestation
• Rupture des membranes : 18 heures
• Température intra-Partum : 38°C

S. Pneumoniae :
Streptococcus Pneumniae occupe une place majeure dans les infections communautaires. Isolée
pour la première fois par Pasteur en 1881.
Cocci à Gram+ en diplocoque, aspect en flamme de bougie (en 8), alpha hémolytique, fragile.
Responsable de fréquentes et sévères infections chez l’enfant et l’adulte.
Virulence liée à la présence de capsule, vaccin efficace disponible, préconisé chez les sujets fragiles.

Habitat & Pouvoir Pathogène :

Commensal des voies aériennes supérieures et rhinopharynx de l’homme, 40% de portage chez les
enfants en crèche.
Transmission inter humaine par voie aérienne, à l’occasion d’une diminution de l’immunité générale
il va induire :
Des affections locorégionales: bronchite, sinusite otite, conjonctivite, pleurésie, une PFLA
(pneumococcie classique). Il est responsable 60-80% des pneumonies bactériennes.
Des affections à distance: péricardite, méningite, péritonite, arthrite.
Diagnostic Bactériologique :

Mise en évidence directe du germe dans les lésions.


Prélèvements : avant toute antibiothérapie. (LCR, liquide pleural, sang: diagnostic aisé.)
Crachats ou secrétions bronchiques: diagnostic moins aisé car le pneumo fait partie de la flore
normale du rhinopharynx.
Examen Microscopique : évocateur du diagnostic: diplocoque
Gram+ capsulés en forme de flamme de bougie ou en 8 plus de
nombreux polynucléaires altérés ou courte chainettes.
Culture : gélose au sang: incubation sous 5% de CO2: colonies
lisses, transparentes, ombiliquées petites entourées d’une zone
d’hémolyse alpha.
Identification : catalase -, oxydase -, sensible à l’optochine, lyse
par les sels biliaires.
Ag solubles : (Ag capsulaire) dans le LCR, sérum, urine surtout en
cas d’infection décapitée.

Histoire du Pneumocoque : expérience de Griffith, 1928

Sensibilité aux Antibiotiques :

Les pneumocoques ont développé une résistance par synthèse de PLP nouvelles dont l’affinité est
diminuée pour ces molécules. Depuis 1977 apparition de souches de sensibilité diminuée à la
Pénicilline, ce phénomène tend à se répandre dans le monde et qui est dû à une modification des
PLP. Les PLP étaient modifiée suite à l’acquisition de segments d’ADN, provenant des oraux résistants
à la pénicilline, par le mécanisme de transformation. Cette résistance est croisée entre les
B-Lactamines à des degrés variables
Streptocoque du Groupe D
Il faut d’abord remarquer que l’Ag D est présent chez les entérocoques mais des études génétiques
ont conduit à séparer le genre Enterococcus des streptocoques. Se sont des commensaux du tube
digestif de l’homme et des animaux surtout le streptocoque Bovis qui donne des infections
localisées, des septicémies et endocardites (rechercher toujours une porte d’entrée colique)
« S. équinus est non impliqué en pathologies humaines »
Caractères Culturaux : Culture sur milieu ordinaire (gélose nutritive)
Caractères Biochimiques : Culture sur milieu hostile (bile), croissance à 45°C.
Sur GSC : Donne des petites colonies souvent non hémolytiques
Catalase-, esculine+

D/ STREPTOCOQUES NON GROUPABLES


I –Classification :
Basée sur les caractères biochimiques (S. salivarius, S. sanguis, S. mitis, S. mutans). Principalement
S. mutans agent de caries dentaires, ils induisent également des endocardites infectieuses et sont
rarement responsables de méningites.
Leur Habitat est la Salive + Tube Digestif.

II -Pouvoir Pathogène :
Endocardites: -Prophylaxie lors des risques de bactériémie (Soins dentaires ex: détartrage
Gynécologie ex: stérilet ; Urologie ex: sondage)

-Hémocultures

Infections Dentaires: (S.mutans) plaque dentaire cariogène.

III –Traitement :
- Endocardite : Pénicilline + aminoside, éventuellement vancomycine.

- Prophylaxie : Amoxicilline.

E/ GENRE ENTEROCOCCUS (ex streptocoque groupe D)


I -Caractères Bactériologiques :
Cocci Gram +, ovoïde, courte chaînette, Culture en milieu hostile (bile,
esculine, NaCl à 6,5 %).
4 espèces principales : E. faecalis (> 80 % des isolements) - E. faecium
(Résistance aux antibiotiques +++) E. Durans & E. Avium.
II –Habitat :
Sont des saprophytes de l’environnement. Ils se retrouvent également chez l’homme et l’animal
comme commensaux de l’appareil gastro-intestinal et des voies urogénitales.
La prévalence des différentes espèces dépend de l’hôte, elle est influencée par l’âge, l ‘alimentation…
avec une nette prédominance d’E. faecalis qui représente 90% des entérocoques humains. Les autres
espèces sont rarement isolées.

III –Pouvoir Pathogène :


• Infections urinaires
• Infections abdominales : Biliaire, péritonite, association avec anaérobies
• Bactériémie
•Endocardite si S. bovis rechercher un cancer du T.D.
•Infection favorisée par l’immuno -dépression : onco-hématologie

Les entérocoques sont, seuls ou en association, au troisième rang des agents responsables
d'infections nosocomiales

IV -Sensibilité aux Antibiotiques :


• Amoxicilline et Pénicilline G sont bactériostatiques,
« la bactéricidie est obtenue par pénicilline + aminoside »
•E. Faecium: PLP naturellement insensible, CMI pénicilline > 8 mg/l
• Résistants : - C III G
- Aminosides (Associations possibles)
- Quinolones
- Macrolides
• Sensible : Glycopeptides & Souches hospitalières de VANCO R (VRE)

Vous aimerez peut-être aussi