Vous êtes sur la page 1sur 2

GlobStrat Business Plan - v3.

A) Section «gestionnaires» - Oumar DIA


1) Que pensez-vous de la façon dont votre entreprise a fonctionné?
Je pense que notre équipe a fonctionné avec une bonne dynamique. Nous avons des membres qui
ont des profils assez scientifiques et cela explique quelque peu l'aversion au risque qui s'est traduite par
une réticence à sortir du segment PME Amérique au début et qui a eu des effets assez importants. Notre
entreprise a principalement fonctionné avec beaucoup de discussion et consensus centrés autour du
principal objectif , la quête du monopole du marché PME en Amérique. Nous avions décidé de diviser les
tâches mais de garder un droit de regard sur toutes les décisions, ce qui signifiait que l'on était tous
Directeur Général. Nous avions souvent les premières propositions qui provenaient de la vice-présidente
de Finances et ensuite les autres vice-présidents s'y mettaient en expliquant leur point de vue. Le choix
intuitif d'aller avec le Couple Produit-Marché(CPM) PME nous a donné un avantage en part de marché
pendant les deux premières années. Ce segment étant naturellement placé entre les Entreprise et les
Particuliers pour des éléments comme les prix ou la qualité attire peu d'intérêt. Notre bon fonctionnement
je pense nous a aidé à trouver une bonne niche mais notre avantage concurrentiel a été rapidement érodé
par l'arrivée de nouveaux joueurs.
Nous avions, chaque année discuté du processus même de prise de décision avant que les décisions
ne soient prises. Notre processus de prise de décision était très structurée. Je pense cependant que nous
avons été lent dans notre stratégie à nous exporter et avons toujours estimé que nos compétiteurs seraient
comme nous, donc réticents à aller à l'international. Après avoir vu les conséquences de nos hésitations,
nous avons appris de nos compétiteurs et sommes allés à l'international mais nous étions déjà en retard et
étions maintenant menacés sur notre marché. Nous nous sommes alors recentrés sur le segment PME
Amérique et avons mis en attente nos ambitions d'expansion. Cela va sans dire que cette dernière décision
a été à mon avis la plus essentielle car nos habilités ont été poussées à l'extrême et nous avons eu à nous
dépasser en faisant appel à notre imagination. En ce moment nous avons vécu un changement de
dynamique important dans nos façons de prendre nos décisions et notre tolérance au risque a grandi tout
en respectant les règles et cette étique a toujours prévalu dans notre équipe.
Je pense que la preuve d'une bonne équipe se trouve dans ce qui a été accompli à la fin: malgré une
décroissance entre la 3ième et la 5ième année, nous avons pu redresser la situation à la fin de l'année 6.
Cela a été accompli avec succès, l'action a remonté lors de la dernière session. Une des choses qui ont
aidé à garder notre cohésion a été le fonctionnement du Comité de gestion.

2) Quelle évaluation faites-vous de votre contribution et de votre performance de gestionnaire dans votre
entreprise?

Tout au long de l'exercice, j'ai voulu aider à garder l'équilibre de l'entreprise. En effet j'ai toujours
pensé important que l'ensemble des décisions prises ne nous placent pas dans une position qui peut être

Copyright 2011 Daniel Paul - www.ceo-academy.biz 1


GlobStrat Business Plan - v3.0

dangereuse et en cas de mauvais calcul nous placer dans une situation irréversible. Cette attitude, présente
aussi chez les autres vice-présidents, a contribué, lorsqu'il a fallu redresser la barre lors de la journée six
par exemple à rendre notre mission possible. J'ai aussi tenu à ce que l'on reste dans le sens décidé par le
Comité de direction, à garder notre focus sur le monopole du segment PME, malgré les résultats assez
attirants constatés dans les segments l'entourant. Je pense avoir aussi œuvré pour donner une certaine
image et personnalité à l'entreprise en encourageant la genèse d'idées et une attitude proche du
brainstorming. Cela a eu pour effet, avec la contribution de mes pairs, de donner à l'équipe une
dynamique de travail basé sur un échange perpétuel, la prise en charge des idées des autres pour les faire
nôtres et de donner aux décisions un coté d'unanimité.
Ainsi ma contribution s'est voulu déterminante quant à la finalité organisationnelle à travers un
esprit de support des idées des autres, mais aussi d'apports d'idées et d'éléments nouveaux. Cette
contribution a un coté critique et analytique basé sur notre situation dans le marché et les outils
disponibles pour la changer, deux points importants que je ne me suis jamais lassé de rappeler lors des
décisions dans les différentes fonctions.

3) Quelles qualités et quelles faiblesses de gestionnaire vous attribuez-vous suite à cette semaine de
formation avec Globstrat; qu'entendez-vous faire dans la poursuite de votre M.B.A. pour pallier à ces
faiblesses?

J'ai toujours eu une tendance à favoriser le langage du dialogue et cette qualité dans notre équipe est
assez répandue. Avec mon expérience de gestionnaire, je reste convaincu de la valeur d'un travail dans la
discipline et une bonne dose d'audace. Cette qualité que peut être l'audace, exercée avec le bon jugement
encourage la créativité, donc des stratégies nouvelles. A cela s'ajoute une écoute active, issue aussi de
mon expérience antérieure de Service à la Clientèle, qui précède un effort de convergence des idées, de
mise à terre des forteresses. Cela aide aussi l'obtention de la collaboration des autre vice-présidents du
Comité de gestion. Mes capacités d'intégration ont aussi bien été utiles car j'avais besoin de développer un
niveau d'aisance avec le Comité de gestion pour m'opposer à certaines idées sans provoquer de
confrontation et avoir aussi les membres du Comité se retourner vers moi pour enquérir de mon opinion
car j'étais reconnu comme partie de l'équipe.
J'estime que ma faiblesse sur les techniques financières a eu l'effet de me rendre un peu timide pour
pousser certaines de mes idées, jusqu'à ce que l'on soit au pied du mur la dernière année. La relative
complexité de la comptabilité a eu raison de certaines de mes idées que j'ai eu du mal à défendre lors des
5 premières sessions et la faute me revient entièrement. Cette faiblesse se situe principalement dans mes
compétences d'affaires, au niveau des connaissances techniques et ceci sera sans doute une des portions
que je m'évertuerai à développer au cours de mon MBA afin de pouvoir discuter avec une aisance de
toutes les fonctions de l'entreprise.

Copyright 2011 Daniel Paul - www.ceo-academy.biz 2