Vous êtes sur la page 1sur 52

UNIVERSITÉ SIDI MOHAMED BEN ABDELLAH

ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION


FES

Dossier d’entreprise

Effectué au sein de la société :

MARJANE

Aya El Hadri
Réalisé par :
Imane El hamdi
Encadrant pédagogique : Pr Eddakir Abdellatif
Niveau d’études : 3ème année (S6)

I
Plan :
Remerciements

Introduction

PRESENTATION GENERALE :

I-LE SECTEUR DE LA GRANDE DISTRIBUTION :

1-APERÇU SUR LA GRANDE DISTRIBUTION

1-1-EVOLUTION DE LA DISTRIBUTION AU MAROC

1-2CARACTERISTIQUES DES ENTREPRISES DE DISTRIBUTION AU


MAROC

2- LA GRANDE DISTRIBUTION AU MAROC :

2-1 LES RESEAUX DANS LES SOCIETES DE DISTRIBUTION :

2-2 LES METIERS DE LA GRANDE DISTRIBUTION :

II-PRESENTATION DE Marjane

A- Historique

B– PRESENTATION SIEGE

1-1 fiche technique :

1.1.1 Fiche juridique


1.1.2 Fiche commerciale
1.1.3 Fiche technique
2
2- Les actionnaires 

3- Organigramme

3-1 Organigramme Marjane Holding

C- PRESENTATION MAGASIN

1- Organigramme magasin

L’environnement de l’entreprise :

A- Macro-environnement (analyse PESTEL)
B- Microenvironnement (analyse SWOT)

Présentation des fonctions de gestion :

a- Fonction comptabilité :
b- Fonction Production Marketing :
c- Fonction administration
d- Fonction logistique
e- Fonction GRH :
e-1  Effectif
e-2 mode de recrutement
e-3 Prestataires externes
e-4 Système d’information RH
e-5 défis majeurs du fonction RH
e-6 Forces de la fonction RH
e-7 Faiblesses de la fonction RH

Points à améliorer dans le fonctionnement de l’entreprise

3
Conclusion

Références bibliographiques

4
Remerciements :
La première personne que nous tenons à remercier est
notre encadrant Mr.Eddakir abdellatif pour l’orientation,
la confiance, la patience qui ont constitué un apport
considérable sans lequel ce travail n’aurait pas pu être
mené au bon port. Qu’il trouve dans ce travail un
hommage vivant à sa haute personnalité.
Nos remerciements s’étendent également à Mme. Rana
Saad directrice des ressources humaines de l’entreprise
Marjane holding pour sa patience, ses bonnes
explications qui nous ont éclairé le chemin de la
recherche et sa collaboration avec nous dans
l’accomplissement de ce modeste travail.
Nous tenons à exprimer nos sincères remerciements à
tous les professeurs qui nous ont enseigné et qui par
leurs compétences nous ont soutenu dans la poursuite de
nos études.
Enfin, on remercie tous ceux qui, de près ou de loin, ont
contribué à la réalisation de ce travail.

5
Introduction :
Le secteur de la distribution a connu une étonnante révolution
et ne cesse de connaître une importante expansion. Avant
le XIX ème siècle, la plupart des producteurs assuraient eux
même la distribution de leurs produits et avaient donc un
contact direct avec le consommateur. Les quelques exceptions
considéraient le distributeur comme un simple intermédiaire
diminuant la tâche et sensé suivre toutes recommandations.
Cet état de fait ne durera pas longtemps. La création des
supers et hypermarchés révolutionnera la fonction du
distributeur. En effet, le rôle du distributeur est de moins en
moins celui d’un intermédiaire neutre, mais, de plus en plus
celui d’un agent actif capable de sonder, stimuler, et orienter
la demande.
 Le poids du distributeur deviendra ainsi croissant au point de
devenir incontournable et même de dicter sa volonté au
producteur, qui est souvent contraint de la respecter .Après un
siècle de retard, le concept de la grande distribution sera
finalement introduit au Maroc vers la fin des années 80. Mais
ce n’est qu’en 1990 que le premier hypermarché est ouvert à
Rabat sous l’enseigne de Marjane . Par la suite va suivre
l’ouverture de plusieurs autres hypermarchés appartenant au
même groupe. Celui-ci a pu acquérir une bonne image
démarque dans ce domaine pas encore développé au Maroc.

6
Maîtriser un marché c’est pas une tâche facile; c’est avant tout
contrôler et surveiller tous les acteurs qui y opèrent, en
l’occurrence : le client. 
La satisfaction de ce dernier est la vocation principale à la fois
des producteurs et des distributeurs. La raison pour laquelle,
l’analyse et l’étude des comportements et des exigences
des consommateurs constituent l’axe majeur sur lequel se
basent les décideurs marketing pour mettre en place leurs
stratégies. Dans le domaine de la grande distribution, le
comportement des clients est difficilement cernable dans la
mesure où ils restent toujours sensibles face aux fluctuations
des prix de vente. C’est la principale variable sur laquelle on
agit afin de stimuler la demande, et ce à travers la mise en
œuvre des actions promotionnelles en négociant avec les
fournisseurs et producteurs. Actuellement, la société
MARJANE HOLDING est le leader en matière de grande
distribution alimentaire et non alimentaire au niveau national.
Ceci étant le résultat d’une vision future, de la compétence de
ses cadres et de la qualité de son management.
Cependant, l’environnement compétitif, concurrentiel
et dynamique impose une nouvelle adaptation, une nouvelle
politique et une grande réactivité face à une clientèle en phase
de transition et de changement d’habitudes de consommation.
En effet, dans le cadre d’une vision stratégique qui cible
l’amélioration des compétences existants, l’intégration de
jeunes diplômés s’intéressant à l’avenir passionnant de la
grande distribution et la mise en place de la politique de
discount, MARJANE HOLDING se semble rassurée et se
7
prépare pour forger une grande notoriété de la société et
pour populariser la grande distribution au MAROC.

8
PRESENTATION GENERALE :

I-LE SECTEUR DE LA GRANDE DISTRIBUTION  :

1-APERÇU SUR LA GRANDE DISTRIBUTION


La distribution plus encore que d'autres secteurs
économiques, est en effet soumise aux aléas de la
conjoncture économique, aux soubresauts du niveau de vie
des consommateurs et aux évolutions de la réglementation.
D'ou l'intérêt de présenter dans un premier point ces aléas et
leur influence sur la configuration de la distribution au Maroc,
avant de traiter dans un second point des principaux
déterminants de la grande distribution.

1-1-EVOLUTION DE LA DISTRIBUTION AU MAROC


a- Historique :
Si le commerce de détail au Maroc est resté pendant
longtemps traditionnel et statique, on assiste ces dernières
années à un changement de son visage, du fait de
l'introduction de nouvelles formes de distribution de masse
et l'implantation à un rythme croissant des grandes surfaces.
9
Cette évolution varie considérablement selon les types de
magasins et les catégories de produits commercialisés,
néanmoins, on peut la schématiser en quatre grandes
périodes :
- Les années soixante : Durant cette période, le secteur du
commerce était confronté à une double alternative, il fallait
d'une part, maintenir les formes de distribution traditionnelle
sur lesquelles reposait l'économie du pays, et d'autre part
encourager l'établissement des structures de distribution
moderne introduites avant l'indépendance et qui se sont
avérées indispensables notamment, dans les villes et pour le
commerce des produits manufacturés. C'est ainsi que durant
cette période les deux formes de commerce coexistaient, et
se complétaient, puisqu'à côté du commerce traditionnel
existait déjà à Rabat et à Casablanca, ce qui est convenu
d'appeler les magasins populaires Monoprix et qui
connaissaient un véritable succès .
- Les années soixante dix : Cette décennie a été marquée par
la promulgation de plusieurs textes qui réglementaient le
commerce notamment, la loi N°008/71 du 12/10/1971 sur la
réglementation et le contrôle des prix et des conditions de
détention et de vente des produits, suivie par la loi N° 009/71
relative aux stocks de sécurité. Cette législation s'est
intéressée particulièrement à la protection du
consommateur, en mettant en place les bases d'une
réglementation des pratiques anticoncurrentielles : refus de
vente, les ventes discriminatoires, les ventes avec primes, etc.
10
Par ailleurs, la loi N° 1-73-210 du 2/02/1973 et le décret du
8/03/1973 sur la "Marocanisation", qui avaient pour objectif
de faire participer les marocains à la gestion de certaines
activités se sont traduits, à contrario, par la fermeture des
grandes surfaces dont le capital était détenu par des
étrangers.
- Les années quatre vingt : Après une décennie très marquée
par l'intervention des pouvoirs publics, dans ce qui est
convenu d'appeler "l'assainissement des circuits de
distribution" et plus particulièrement ceux de la grande
consommation, la décennie quatre vingt a connu un
désengagement progressif de l'administration et une certaine
libéralisation des systèmes de prix ainsi que des circuits de
distribution. De ce fait on a assisté à un développement
timide du commerce en libre service, principalement dans les
grandes villes du royaume : Casablanca, Rabat, Fès,
Marrakech et Agadir.
- Les années Quatre vingt dix à deux milles : Il a fallut
attendre le début de la décennie en cours, avant que le
phénomène des grandes surfaces ne débute effectivement.
En effet, progressivement des commerces de détail se sont
développés et transformés en petites et moyennes surfaces
de libre service. De plus, avec le large programme
d'implantation des enseignes Makro, Marjane, Aswak
Assalam, Acima et Label vie l'image de la distribution a
complètement changé entraînant ainsi, un remodelage des

11
habitudes de consommation aussi bien que ceux
d'approvisionnement.

b- Les causes de l'évolution :


L'émergence et l'essor d'un commerce moderne au Maroc a
été rendu possible par la combinaison d'un certain nombre
de facteurs : La croissance démographique, l'urbanisation
croissante et l'amélioration du niveau de vie. Outre ces
facteurs, d'autres qui ne manquent pas d'importance sont à
rechercher dans l'ouverture de l'économie et la
mondialisation des entreprises de distribution. Le Maroc fait
partie des pays qui connaissent un fort taux de croissance
(2,6 % par an), et sa population est en majorité jeune (70% de
la population a moins de 30 ans). Par ailleurs, cette
population a connu ces dernières années une forte
redistribution géographique. En effet, alors qu'on comptait
35% seulement de la population urbaine en 1971, ce taux est
passé à 42,7% en 1982 et à 51,4% en 1994, et à 56.1 % en
2004.
Ce mouvement de la population conduit à un changement du
mode de vie de la population conjugué par un changement
de son modèle de consommation qui devient de plus en plus
réceptif au mode de consommation européen. Par ailleurs,
avec son vaste programme de libéralisation de l'économie et
d'ouverture des frontières lancé au début de la décennie, le
Maroc a réussi à attirer plusieurs investisseurs étrangers, c'est

12
notamment le cas de la société Hollondaise SHV, qui s'est
implanté au Maroc avec ses magasins de distribution Makro.
Et Auchan le groupe français dans les magasins Marjane. Et le
groupe Casino avec Aswak Assalam.

1.2- CARACTERISTIQUES DES ENTREPRISES DE


DISTRIBUTION AU MAROC :
Pour caractériser les entreprises de distribution au Maroc,
nous allons recourir une identification qui se base sur les
critères suivants :
a- Les critères d'identification
La typologie des formes de distribution se base sur trois
principaux critères :
· La technologie de vente
· la forme économique
· la forme juridique
Technologie de vente :
On entend par technologie de vente les caractéristiques
techniques de la relation entre le détaillant et l'acheteur final.
Dans le but d'établir une nomenclature des formes de vente
au détail fondée sur leur spécificité, de nombreux critères ont
été proposés dont :

13
• L'existence ou non de point de vente c'est notamment le
cas de la vente à domicile, de la vente par correspondance et
de la vente électronique.
• La présence ou non de vendeurs : on distingue ainsi, les
magasins traditionnels par rapport aux magasins de libre
service.
• L'étendue de l'assortiment : ce critère oppose ainsi, les
magasins spécialisés aux distributeurs de masse.
• La distance entre le point de vente et le consommateur
• Et enfin, le niveau de prix et des marges pratiquées.
La forme économique :
Selon ce critère on distingue :
• Le commerce indépendant : traite de la part la plus
importante du commerce de détail au Maroc. On compte
environ 502 754 commerces indépendants, dont 9061
commerces de gros. Ce type de commerce regroupe
l'ensemble des magasins de détail pratiquant la méthode de
vente traditionnelle caractérisée par : un assortiment étroit,
un rôle important du vendeur, des petites surfaces, la
pratique du marchandage et l'absence d'affichage des prix.
• Le commerce intégré : C'est le type de commerce qui
intègre toutes les fonctions de distribution, depuis l'achat
jusqu'à la vente au consommateur final. C'est le cas des

14
grandes surfaces disposant généralement de leurs propres
services d'achat, d'exploitation et d'entreposage.
• Le commerce associé : Il s'agit d'entreprises de commerce
de détail qui, tout en conservant leur indépendance juridique,
s'unissent pour réaliser des économies d'échelle sur une
partie de leur activité.
La nature juridique :
Du point de vue juridique, on peut distinguer principalement :
· les succursalistes,
· les coopératives,
· les concessionnaires
· les franchisés.
La forme juridique la plus répandue au niveau de la grande
distribution au Maroc, est celle de succursalistes, c'est
notamment le cas de Makro et de Marjane.

b- Typologie des grandes surfaces :


La grande distribution au Maroc se heurte à l'inexistence,
jusqu'à présent, de loi qui en définit le contenu. Cependant,
dans les études faites par le ministère du commerce
extérieur, les grandes surfaces seraient les établissements
commerciaux pratiquant :
· Le libre service ;
· L'étalage des marchandises par groupes de produits ;

15
· Le paiement aux caisses de sortie ;
· Et l'étiquetage sur les produits.

Il ressort ainsi de ces études l'existence de quatre principaux


types de commerce au Maroc :
• Les petits libres services : Ils désignent les magasins qui
vendent en libre service sur une surface ne dépassant pas 120
m2, un assortiment quasi alimentaire comprenant environ
1000 références. Ce format de magasins représente la part la
plus importante des grandes surfaces au Maroc soit 42,7 %.
• Les supérettes : La supérette est un magasin d'une surface
de vente comprise entre 120 et 400 m2, vendant en libre
service des produits à forte prédominance alimentaire et
comptant entre 1300 et 1800 références. Dans ce type de
points de vente, le consommateur peut trouver la majorité
des produits alimentaires connus, alors que les produits non
alimentaires sont en nombre très restreint. Les supérettes
présentent plusieurs avantages. De par leur proximité et de
leur dimension réduite, elles attirent la clientèle qui pour,
diverses raisons (par manque temps, de moyens de
motorisation, ou tout simplement le désir d'un service
personnalisé...), ne peut ou ne désire pas fréquenter, tout au
moins d'une manière habituelle, les supermarchés. De même,
la gestion des supérettes paraît plus souple. Leur succès
repose en effet, sur la rapidité de la rotation des stocks, ce

16
qui conduit à proposer uniquement des produits d'achat
courant et de marques bien connues par les consommateurs.
• Les supermarchés : ce sont des magasins de détail qui
vendent en libre service et dont la surface de vente est
comprise entre 400 et 2500 m2. Les supermarchés offrent
l'ensemble des produits alimentaires 2000 à 4000 références,
ainsi qu'une part qui peut aller de 10 à 15 % du chiffre
d'affaires total de produits non alimentaires. Le supermarché
a une double vocation. Il est à la fois considéré comme un
magasin de proximité vu sa localisation dans les centres
urbains, et comme un magasin d'achat occasionnel vu sa
politique de prix plus avantageux, ainsi que l'étendue du
choix proposé. Les supermarchés représentent presque 18%
de l'ensemble des grandes surfaces.
• Les hypermarchés : Ce sont de grandes unités de vente qui
présentent un large assortiment en alimentation comme en
marchandise générale. La surface de vente minimale est de
2500 m2 . Pour le consommateur, le pouvoir d'attraction de
l'hypermarché est basé sur la variété de l'assortiment
présenté tant en profondeur (nombre de marques présentées
dans une même gamme de produits) qu'en étendue (variété
d'articles allant de l'alimentaire jusqu'au mobilier).
L'hypermarché est généralement implanté dans les
périphéries en raison de leur superficie importante. De ce
fait, ils sont fréquentés principalement par une clientèle
motorisée.

17
2- La grande distribution au Maroc :

2-1 LES RESEAUX DANS LES SOCIETES DE DISTRIBUTION :

a-Les réseaux de distribution au Maroc :

Les cinq grands de la distribution au Maroc :

18
- Cofarma (enseigne Marjane) : Cette société, filiale commune
de l'ONA et d'Auchan (depuis janvier 2001), une présentation
détaillé sera l’objet de la deuxième partie par la suite a été la
première à ouvrir un hypermarché à Rabat, en 1991. Le
groupe possède neuf hypermarchés, dont deux à Casablanca
et à Rabat, et un à Marrakech, à Tanger, à Fès, à Agadir et à
Mohammedia. Cofarma a réalisé en 2002 un chiffre d'affaires
de 260 millions d'euros.
- Metro (ex Makro) : Makro Présente au Maroc depuis 1991
dans le domaine du cash & carry, a été rachetée en 1997 par
le groupe allemand Metro. Elle dispose à ce jour de six
établissements situés à Casablanca, Salé, Fès, Agadir et
Marrakech. Le chiffre d'affaires du groupe était de 300
millions d'euros environ en 2002. Metro a entamé, la même
année, une modernisation de l'ensemble de ses unités et leur
passage sous enseigne Metro.
- Acima : Acima, créée au début de l'année 2002, résulte
également du partenariat entre l'ONA et Auchan. Acima a
ouvert onze supermarchés en un peu plus de deux ans, son
rythme de croissance moyen étant fixé à six grandes surfaces
par an, situées plutôt en centre-ville.
- Aswak Assalam : Cette enseigne du groupe Chaâbi compte
actuellement trois magasins situés à Rabat, Marrakech et
Kenitra. Elle cherche à se différencier en affirmant une forte «
marocanité ». Aswak Assalam a conclu en février 2004 un
accord de franchise avec le groupe Casino.

19
- Hyper SA (enseigne Label Vie) Cette enseigne marocaine
compte six supermarchés, dont quatre à Rabat. Elle dispose
d'une plate-forme d'approvisionnement moderne et a
remodelé l'intérieur de ses établissements à l'automne 2001.
Son plan de développement prévoit l'ouverture de seize
unités sur cinq ans. La société a racheté pendant l'été 2002
les deux magasins Supersol de Casablanca et de Rabat
détenus auparavant par Ahold Superdiplo Maroc.

2-2 Les métiers de la grande distribution :

· L’ACHETEUR : L'acheteur recherche, choisit, négocie les


produits selon des critères définis en collaboration avec le
service vente ou le service production : qualité, coût, marge,
délai de livraison. Il sélectionne les meilleurs fournisseurs et
négocie les conditions d'achat et d'approvisionnement en
liaison avec les services logistiques. Il doit donc avoir une
bonne connaissance du produit et des marchés. Il sélectionne
des marchandises auprès des fournisseurs ou des
producteurs, négocie les conditions (prix, délais, ristournes),
gère les budgets achats.
· CHEF DE DEPARTEMENT : Les hypermarchés ont un cadre
chargé d'étudier les performances par rapport à la
concurrence, de monter des opérations d'envergure,
d'optimiser la part de marché de son département. il est

20
responsable de plusieurs rayons représentants un secteur
d’activité : textile, bazar, produits frais…etc Ce "Manager", il
travaille en étroite collaboration avec les services Achat et
Force de Vente. Ce poste est souvent créé pour les magasins
de taille importante. Les produits sont souvent différents d’un
magasin à un autre (même pour une enseigne identique) ;
c’est le chef de département, en relation avec les acheteurs
et les chefs de rayon, qui oriente les gammes de produits.
Dans les grandes surfaces, un responsable est chargé de
mettre en place les actions saisonnières, il est en relation
avec les fournisseurs et les chefs de rayon. il décide de
diminuer ou d’augmenter la taille du des rayons. Le chef de
département joue plusieurs rôles : - l’animation de son
équipe (les chefs de rayon) - appliquer et suivre la politique
commerciale de l'entreprise (plans stratégiques, chiffres
d'affaires et marges …), - participer au recrutement et à la
formation des membres de l'équipe.
· CHEF DE RAYON : Le chef de rayon encadre une équipe de
vente (vendeurs et employés libre-service), et anime
l'approvisionnement et la présentation des rayons. Il veille
donc à la bonne tenue de son rayon, les produits, les
étiquettes, les fiches conseils…C'est lui qui supervise la
gestion des réserves afin d'éviter les surplus et les ruptures
de stocks. Le chef de rayon agit en permanence sur le terrain.
Son rôle consiste à :
- assurer la gestion administrative et financière de son
rayon,
21
- gérer l'approvisionnement des marchandises,
- appliquer la politique commerciale de l'entreprise
(plans promotionnels, chiffres d'affaires),
- garantir l'implantation et la tenue du rayon,
- faire respecter la réglementation sur les produits
(qualité, fraîcheur),
- organiser et répartir le travail de l'équipe, Son
temps de travail comporte de nombreuses
contraintes horaires : il doit débuter très tôt pour
superviser les livraisons et mettre en place le " Facing
" (Place alloué à un produit dans le rayon en fonction
de l’écoulement de ce produit).
· VENDEUR : Le vendeur exerce son métier, soit dans un
commerce de détail spécialisé ou non, soit dans la grande
distribution. Il peut être spécialisé(e) dans un secteur comme
l'alimentation, l'habillement, les produits d'équipement
courants … Il est chargé d'accueillir la clientèle, de la
conseiller, et de conclure la vente. Pour cela, il doit bien
connaître les produits qu'il vend afin de satisfaire son client. Il
contribue à la réception, à l'approvisionnement et au
réassortiment des marchandises, à la mise en place et à la
présentation des produits, à l'animation du point de vente, à
l'enregistrement des ventes et au service après-vente.
· EMPLOYE LIBRE SERVICE : L'employé commercial exerce son
métier dans une petite, moyenne ou grande surface,
spécialisée ou non. Il est chargé du rechargement des rayons
avant l’ouverture du magasin au public, dans le respect des
22
plans de rangement et de merchandising définis. Le
rangement de la réserve lui incombe. Il contribue à la gestion
des stocks. Il est souvent sollicité par les clients pour un
renseignement ou un conseil. Aussi Il peut être attaché à un
rayon en particulier et est responsable, face au chef de rayon,
de l’approvisionnement des linéaires. Il est parfois sollicité
pour aider une autre équipe ou pour participer aux
inventaires. Idéal pour un débutant ne possédant pas de
qualification particulière, ce poste peut permettre d’acquérir
une expérience professionnelle et d’évoluer vers un poste de
vendeur-conseil.
· CAISSIER : Le caissier ou la caissière prépare la caisse,
enregistre les marchandises à l'aide d'un lecteur optique ou
sur une caisse enregistreuse. Il encaisse le montant des
achats effectués (par carte bancaire, chèque ou espèces) et
rend la monnaie si nécessaire. Il établit en fin de journée une
situation de caisse. Il travaille le plus souvent en position
assise et dans un périmètre restreint. Ce métier peut
s'exercer en grande surface, dans le petit commerce.

II-PRESENTATION DE Marjane
Leader de la Distribution Moderne au Maroc, Marjane
Group est présent dans 27 villes à travers le Royaume avec
85 points de vente.

23
Marjane Group est structuré selon 2 pô les : le Pô le
Distribution et le Pô le Immobilier.
Le Pô le Distribution comprend les enseignes Marjane avec
37 hypermarchés, Acima avec 36 supermarchés et
Electroplanet avec 12 magasins. 
A travers la diversité de ses produits et ses prix maîtrisés,
Marjane Group ambitionne de contribuer à l’amélioration
du pouvoir d’achat de l’ensemble des marocains.
Le Pô le Immobilier gère et développe le patrimoine
commercial comprenant des Galeries Marchandes, des
Parcs d’Activités et Shopping Malls de dernière génération.
Ensemble, ces deux Pô les constituent de véritables lieux de
vie, conjuguant shopping, restauration, services et loisirs.

A-HISTORIQUE
Ce qui est exemplaire dans l'histoire de Marjane, c'est
que c'est un indépendant, Monsieur Bahraoui, qui a créé
l'entreprise en 1990. De plus, il a eu l'idée d'installer une
boulangerie traditionnelle, à l'intérieur de son
hypermarché.

24
A cette époque, il a pris des conseils techniques auprès
de Prisunic, et s'est également entouré d'un architecte,
spécialisé dans l'aménagement de grandes surfaces.

Une triple évolution est à l’origine du concept


d’hypermarché de cet enseigne pionnière de la grande
distribution au Maroc :

 Repositionnement de l'offre des enseignes


préexistantes ;
 Large diffusion du principe de libre service ;
  Baisse des prix proposés aux consommateurs.

On cite quelques dates clés :

 1990 : ouverture du premier hypermarché Marjane, à


Bouregreg Rabat ;

 1991 : création du groupe ONA du holding COFARMA


en vue de gérer et de développer le métier de la
grande distribution au Maroc ;

 1993 : ouverture du second hypermarché Marjane, à


Casablance Californie ;

25
 1994 : signature d'un accord de franchise avec
Promodés, l'un des leaders européens de la grande
distribution ;

 1998 : ouverture au Casablanca Twin center d'un


nouveau Marjane, sur le concept innovation du mini
hyper marché du centre ville ;

 1999 : ouverture d'un hypermarché Marjane à


Marakech Menara ;

 2000 : renforcement du leadership de Marjane sur


l'axe Casablance*a Rabat, avec l'ouverture en Octobre
d'un hypermarché à Casablanca Ain sebaa et d'un
deuxième, en Novembre, Rabat hay riad ;

 2001 : signature d'un accord de partenariat avec les


groupes ONA et AUCHAN visant l'accélération dy
développement de Marjane Maroc. Ouverture en Mars
d'un hypermarché Marjane a Agadir Founty ;

 2002 : En Janvier, Marjane Twin Center est cédé par


COFARMA à ACIMA, holding du groupe ONA en charge
de développer une chaîne de supermarché s.
Ouverture en Mars de Marjane Tanger médina, et en
26
décembre de Marjane Fés en charge de développer
une chaîne de supermarché s ;

 2004 : ouverture de Marjane Mohamedia ;

 2005 : ouverture a Tétouan et Meknés.

Par la suite la société Marjane est devenue une priorité


au nom du Roi MOHAMMED 6.

B– PRESENTATION SIEGE

1-1 fiche technique :


1.1.4 Fiche juridique
Raison sociale : Holding Marjane (COFARMA)
Siège : chemin tertiaire 1029 commune Ain chok
Casablanca.
Forme juridique : SA
Capital : 1 152 258 333
Actionnaire : - ONA : 51 %
- AUCHAN : 49%
P directoire : PHILIPPE LE GRIGNOU
1.1.5 Fiche commerciale
Chiffre d’affaire global (2004) : 3 414 969 941 DH
27
Part de marché : 7% du marché de la distribution
Nombre des magasins : 11 magasins (MAI 2005)
Nombre de clients : 15 millions
Caddy moyen : 252 dh
1.1.6 Fiche technique
Effectif global : 4200
Tel : 022 50 00 00 / 50 18 34 à 39
Fax : 022 50 18 61/ 62
Site web : www.ona.ma
2- Les actionnaires :
2.1- ONA :
Fondé en 1919, ONA est le premier groupe privé industriel et
financier marocain et la première capitalisation à la bourse de
Casablanca. Il opère dans cinq métiers stratégiques, où il a
noué des partenariats avec de grands opérateurs
internationaux, contribuant ainsi à l'ouverture de l'économie
marocaine. ONA est ainsi présent dans les secteurs des mines
et des matériaux de construction, dans l'agro-alimentaire et
les boissons, le tourisme et l'aménagement, la distribution et
les activités financières. Dans le secteur de la distribution,
ONA exerce plusieurs métiers :
- A travers sa filiale Optorg, il est le distributeur au Maroc et
en Afrique Subsaharienne des engins Caterpillar,
28
- ONA est également représentant exclusif de Peugeot et
Citroën au Maroc,
- Dans le secteur de la grande distribution, ONA a lancé en
1990 Marjane, la première chaîne d'hypermarchés nationale.
A travers ce partenariat, ONA permet à Auchan de prendre
position sur un marché à fort potentiel, à travers notamment
ses 10 hypermarchés. La connaissance du marché et
l'enracinement d'ONA dans le tissu économique local sont
également des apports essentiels pour la réussite de ce
partenariat. L'alliance conclue entre ONA et Auchan procède
de la volonté conjointe des deux groupes de développer au
Maroc une activité de grande distribution avec des moyens
renforcés et adaptés. Ce développement implique pour les
deux groupes un effort en terme d'investissements. Il
comprend notamment pour ONA un engagement
complémentaire avec le groupe Auchan dans la création
d'une chaîne de supermarchés. ONA et Auchan sont
également en plein accord pour poursuivre activement
l'implantation des nouveaux hypermarchés sous l'enseigne
Marjane dans tout le Maroc, avec une vision à long terme des
potentialités de croissance. C'est dans le même esprit que les
deux groupes sont convenus de développer des
supermarchés avec une enseigne nouvelle créée pour le
Maroc. Il s'agira aussi d'accomplir des recrutements
importants de personnel qualifié ou à qualifier (plus de 450
personnes en 2004).

29
Cette démarche conjointe va permettre de proposer aux
consommateurs marocains un large choix de produits de
qualité à des prix étudiés .

2.2 - AUCHAN :

Deuxième groupe de distribution intégré de France et 24ème


mondial, le groupe Auchan a été créé à Roubaix (nord de la
France) en 1961 par Gérard Mulliez, son actuel président du
conseil de surveillance. 17ème groupe de distribution dans le
Monde, il a réalisé en 2002, un chiffre d’affaires de 27,6
Milliards d’euros, un résultat net consolidé part du Groupe de
292 millions d’euros avec 895 millions de clients. Plus de 160
000 employés dans treize pays, ce géant de la grande surface
continue son épopée mondiale en flirtant avec l’Afrique par le
biais du Maroc.

Ce dernier étant en effet considéré par les conseillers de


Gérard Mulliez comme étant la plate- forme adéquate dans
³sa campagne G¶Afrique´.

Pour les responsables de l’ONA, sa philosophie d’entreprise


en fait « un partenaire particulièrement désigné « pour
accompagner le groupe dans le développement de la grande
30
distribution dans le Royaume. Ils estiment en outre que cette
démarche, qui témoigne de la confiance dans le
développement économique du pays, est à même d’ouvrir
des perspectives supplémentaires pour l’exportation de
produits marocains. Le groupe Auchan, qui développe trois
formats de commerce (hyper, super et cyber), s’appuie en
guise de nerf de guerre sur ses deux activités supports que
sont la banque Accord et la centrale immobilière Immochan.
Groupe familiale détenue à 83,8 % par l’Association Familiale
Mulliez (350 actionnaires), les 16,2 % restants revenant à un
actionnariat salarial dans le cadre d’un intéressement du
personnel, Auchan a entamé son aventure internationale en
1981 en traversant les Pyrénées. C’est en effet le succès de sa
filiale espagnole Alcampo qui lui dictera d’investir le champ
de la grande distribution latino-américaine et asiatique. Une
expansion qui lui donnera les moyens de réussir son OPA (19
milliards) sur Docks de France, lui permettant ainsi de franchir
en 1996 le cap des 100 milliards de francs de chiffre
d’affaires. Une autre opération d’envergure, celle de la
cession en avril 2000 au groupe Casino de 407 fonds de
commerce de supérettes réalisant plus de 1.700 milliards de

31
francs, lui ouvre, à l’instar de ses concurrents, la voie des
services financiers en lui permettant de racheter la banque
Accord, spécialisée dans la monétique et les cartes privatives.
Last but not least, l’appel de la toile étant irrésistible, le
groupe de Mulliez n’a pu s’empêcher de signer en août 2000,
pour 1,5 milliard de francs, un accord exclusif avec AOL
(America On Line) pour l’installation sur Intranet de son
rayon. Lequel devrait lui rapporter 5 % de son chiffre
d’affaires.

3- Organigramme :

32
C- PRESENTATION MAGASIN

2- Organigramme magasin

33
L’environnement de l’entreprise :

A- Macro-environnement : L’analyse PESTEL


de Marjane Holding :
Le but d'une analyse PESTEL est de pouvoir identifier
les influences que les facteurs macro-environnementaux
peuvent exercer sur une entreprise. Que ce soit des
influences positives ou des influences négatives, il est
important de mettre en place un modèle PESTEL afin de
les connaître et, par conséquent, mieux faire avancer
l'entreprise.
Pour le cas de l’entreprise Marjane :
Politique :
-Stabilité politique au Maroc
-La rentabilité de l’entreprise n’est pas influencée par
des décisions politiques du Maroc
Economique :
-Le contexte économique permet de soutenir les
activités de l’entreprise (le pouvoir d’achat des clients et
l’inflation des prix)
Social :
-Fidélisation de certains clients
Technologique :

34
- Produits et services qui tirent partie de l’évolution
technologique (réseaux de recherche et d’innovation)
-Montée du commerce électronique et commerce via
les applications mobiles
Ecologique :
- De plus en plus de demandes de produits bio
- De plus en plus de demandes de produits issus du
commerce équitable
- Réglementation en faveur de la protection de
l’environnement
Légal :
- Réglementation entre fournisseurs et distributeurs
B- Microenvironnement : Analyse Swot de Marjane
Holding :

Rapide et simple à utiliser, l’analyse swot est outil


d’analyse stratégique qui permet de présenter les forces
et faiblesses de l’entreprise ou de son offre, ainsi que les
opportunités et menaces extérieures. Il apporte une
meilleure visibilité sur la mise en place du projet et aide
à prendre des décisions pertinentes.
Pour le cas de l’entreprise Marjane :
Forces :

35
- Changement des techniques et méthodes de travail ,
donc la présence d’innovation , la créativité et le
développement des techniques de travail.

- Les produits répondent aux besoins des clients et


permettent leurs satisfaction .

-Intensité de Concurrence réduite en raison de la bonne


part de marché .
- Forte notoriété de l’enseigne
-Une bonne relation des employés avec leurs
supérieurs :
Pour 4 salariés sur 5, une bonne ambiance de travail
est indispensable au bien-être au travail et plusieurs
études indiquent clairement que, dans l’ensemble,
l’ambiance prime même sur le salaire et les
avantages ! Retour sur un élément indispensable de
la performance d’une entreprise : la bonne relation
entre employé- employeur.
-Différenciation sur le marché grâce à :
 l’offre des MDD , c’est un marque spéciale à
Marjane tel que Casino : Les M.D.D. sont la
propriété des distributeurs et leur permettent de
proposer, à leurs clients, des produits concurrents
des marques de producteurs, à des prix souvent

36
inférieurs. La valorisation de la MDD face aux
marques nationales réside en effet dans le rôle
discriminant joué par celle-ci dans l'assortiment,
puisqu'elle se doit de représenter un vecteur de
singularisation face à la concurrence reflétant la
culture et la promesse de l'enseigne.
 Marjane est le leader dans le marché.
 le développement pour ouverture de plusieurs
magasins au Maroc et même à l’international.

Faiblesses :
- Un mode de recrutement interne : Un recrutement
effectué au sein d’une entreprise est un aussi un moyen
de valorisation du potentiel humain, donc un moyen de
motivation par le biais de cette promotion qu’il offre. Le
salarié ainsi promu fait face à ses nouvelles
responsabilités avec un sentiment d’appartenance, de
reconnaissance, donc décide d’adopter de nouvelles
attitudes positives et de développer de nouvelles
aptitudes en vue d’une d’être à la hauteur des attentes.
Le recrutement, lorsqu’il est mené en interne, donne
également l’occasion de supprimer les coûts notamment
ceux liés aux honoraires des cabinets de recrutement, au
coaching, et aux erreurs des premiers qui sont
inévitables pour les nouveaux entrants. Toutefois, le

37
recrutement interne présente une faiblesse pour
l’entreprise : Lorsque les précautions de transparence et
d’objectivité ne sont pas observées dans la promotion
des compétences, le recrutement interne devient une
source de conflit donc de démotivation.

Opportunités :
  Une entreprise comme Marjane n’est pas dans
l’obligation de combattre contre les autres
enseignes car elle est leader du marché ,
 Proposition de l’offre la plus large par rapport à
ses concurrents
Menaces :
- Risque de lassitude chez les consommateurs
-Risque de boycotter les produits de Marjane par les
clients pour avoir une réduction des prix.

38
Présentation des fonctions de gestion :

Elles sont au nombre de 5 :


- la fonction comptabilité
- la fonction production marketing
- la fonction administration
- la fonction logistique
- la fonction ressources humaines

a-Fonction comptabilité :
Missions de comptabilité opérationnelle :
- Produire les résultats légaux, fiscaux et
réglementaires périodiques
- Produire les rapports de gestion interne pour la
direction générale
- Etre responsable du système de contrôle interne de
l’établissement
Mission concernant le système d’information comptable :
- Assurer la maitrise d’ouvrage relative au système
d’information vis-à-vis du service informatique
prestataire

39
Les processus / activités de la fonction comptable
appartenant aux services comptables :
- Organisation/ méthodes / système d’information
comptable
- Production des états réglementaire
- Comptabilité des intermédiaires
- Placements financiers et participations
- Moyens généraux et logistique
- Trésorerie
Les processus / activités de la fonction comptable hors
services comptables :
- Gestion technique- primes / encaissements
- Gestion technique- sinistres / décaissements
- Frais de personnel
- Inventaire technique
Les processus / activités de la fonction comptable non
applicables :
- Réassurance et co-assurance
- Placements immobiliers et gestion locative
b-Fonction Production Marketing :

Ceux qui peuvent intervenir au niveau du marketing


stratégiques :

• Diagnostic stratégique :

– Direction générale

– Direction commerciale (sous réserve de validation


stratégique)
40
– Consultant marketing

• Plan marketing et Mix marketing :

– Direction générale

– Direction commerciale (sous réserve de validation


stratégique)

– Stagiaire ou consultant marketing

• Animation marketing :

– Direction générale ou commerciale

• Suivi des indicateurs et Reporting :

– Direction commerciale

– Assistant(e) commercial(e)

– Responsable qualité

– Directeur administratif

Ceux qui peuvent intervenir au niveau du marketing des


produits :

• Spécification produits :

– Direction générale

– Direction commerciale

– Stagiaire ou consultant marketing

• Argumentaires de vente :
41
– Direction générale

– Direction commerciale

– Stagiaire ou consultant marketing

• Tests du marché et benchmarking :

– Direction générale ou commerciale

– Commerciaux

– Assistant(e) commercial(e)

– Responsable qualité / exploitation

La répartition des budgets entre les différents médias :

-Radio : 10 %

- Panneaux publicitaires : 10%

-Journaux : 70%

-TV :10%

Les mécanismes de communication :

- Dépliants
- Habillage publicitaire dans le magasin
- Spot tv
- Pancarte (panneaux publicitaires)

c-Fonction Administration :

Le dirigent de l’entreprise :

42
Président du holding
-L’organisation et l’optimisation des processus
administratifs :
Les missions de l’organisateur consistent à :
 effectuer un audit d’organisation (recueillir
l’expression des besoins, identifier les
dysfonctionnements, ...),
 définir et planifier les processus administratifs en
relation avec le système d’information de l’entreprise.
- La prise en charge du secrétariat au quotidien :

 traiter le courrier, gérer le ou les agenda(s) et


qualifier les appels (filtrage, etc.),
 archiver et classer les documents, les dossiers…

 rédiger les notes, les rapports, compte-rendu de


réunions…

d-Fonction logistique :

Son rôle :

-Faciliter la circulation des flux

-Réception marchandises

-émission et/ou traitement des commandes relatives aux


besoins en ressources logistiques ;

43
-gestion des livraisons dont les activités d’emballage,
manutention et transport ;

-gestion de ressources physiques (parc automobile,


magasins, plates-formes d’éclatement…) ;

-gestion des mouvements des personnes (plannings de


rotation, plannings d’activité…)

Caractéristiques :

-Déléguée à des prestataires de service logistique

-Politique de la gestion des stocks de sécurité

 La logistique des biens et services 

La logistique des biens et services se répartie en logistique


d’approvisionnement ; logistique des systèmes de
fabrication ; logistique de distribution.
  

- La logistique d’approvisionnement 

L’approvisionnement regroupe l’ensemble des activités qui


contribuent à l’acquisition des matières ou des services dont
a besoin l’entreprise pour son fonctionnement. La logistique
dans ce contexte intègre la détermination des quantités de
commande, la recherche des sources d’approvisionnement
(fabricants, fournisseurs), les achats (passation des
commandes), la gestion de la base de donnée « articles »,

44
la gestion des magasins et des stocks de matières. 
  

- La logistique des chaînes de fabrication 

La chaîne de fabrication est des ressources matérielles


(machines/équipements) et technologiques (Le système
MRP)  utilisés pour la transformation des matières en
produits semi-finis ou finis. La logistique des chaines de
fabrication consiste donc à mettre en œuvre les activités de
planification des besoins en composants ; gestion des
stocks des encours de production et de produits semi-finis ;
gestion des données techniques de la production ;
ordonnancement et planification de la production ;
manutentions entre unités de fabrication. 
  

- La logistique de distribution 

La distribution consiste à écouler les produits finis vers les


marchés de consommateurs. Par déduction, la logistique de
distribution rassemble les activités mises en œuvre pour
ravitailler les consommateurs en produits finis. Elle intègre
donc : l’administration des ventes (réception des commandes
client, engagement sur les délais et planification des
livraisons) ; la tenue des stocks et des magasins de produits
finis ; la préparation des
commandes (prélèvement, conditionnement et emballage,
suremballage) ; l’expédition et enfin la gestion des réseaux de
distribution (plates-formes de groupage et de dégroupage). 

e-Fonction ressources humaines :


e-1  Effectif :
45
L’existence d’un département dédié à la gestion des
ressources humaines composé de 4 personnes.

e-2 mode de recrutement :


Le recrutement constitue une des missions
fondamentales de la fonction Ressources humaines,
pour accomplir cette mission , l’entreprise Marjane
opte pour le recrutement interne comme mode de
recrutement.
e-3 Prestataires externes :
L’entreprise Marjane ne dispose pas de prestataires
externes en matière de : Formation et
développement, la paye, la gestion des retraites , les
avantages liés à la rémunération , l’outplacement et
réduction du personnel , le système d’information
RH , le recrutement , et la sélection et la gestion des
demandes courantes des managers et employés par
rapport à la GRH.
e-4 Système d’information RH :

-L’entreprise Marjane dispose d’un système


d’information RH à savoir HR ACCESS :
L’utilisation d’un système d’information unique et
indépendant pour la GRH , qui répond à un besoin
de traitement individuel du personnel. Ainsi grâce à
cette application ERP, les ressources Humaines sont
46
capables de gérer des dossiers individuellement :
gestion administrative et financière, informations,
évaluation de compétences, valorisation des acquis,
paie. C’est une base de données disposant de
fonctions relatives à l'organisation des moyens et
compétences pour gérer les structures
administratives, gérer les postes et les données les
concernant (fiches de postes, fiches de fonctions,
activités) , répartir de manière optimale les
ressources humaines.

e-5 défis majeurs du fonction RH :


L’entreprise Marjane espère :
-Assurer un bon ratio frais de personnel par
-Avoir un atmosphère social sain
-Etre dans la mesure de toujours garantir les bons
conditions de travail.

e-6 Forces de la fonction RH :


Les points forts de la fonction RH sont :
-Communication positive
-Ecoute active
-Flexibilité dans la mesure du possible
-Un intermédiaire fort entre les communautés
sociales
-Etre l’ame supreme de l’organisation
47
e-7 Faiblesses de la fonction RH :
Les faiblesses de la fonction RH sont :
- Epuisement émotionnel
-Energie négative 
-Cas de burn out 

Points à améliorer dans le fonctionnement de


l’entreprise
- Mode de recrutement : Opter pour le recrutement
interne, externe et l’E-recrutement
Avantage du recrutement externe  : occasion de
communication de l’entreprise avec son environnement.
C’est une opportunité de montrer les performances de
l’entreprise et ses objectifs. Il est aussi une source pour
l’entreprise d’avoir un effectif jeune, capable d’épouser
la culture de l’entreprise avec fidélité. Il est aussi
l’occasion pour l’entreprise de définir toutes ses
exigences aussi bien en termes de savoir-faire mais
surtout de savoir-être. Donner de multiples chances
48
d’effectuer un recrutement alliant motivation, capacité
d’intégration et flexibilité de carrière.
E-recrutement :
L'e-recrutement est le terme consacré tant par les
universitaires que par les professionnels des RH pour
définir les processus de recrutement sur internet. Il
recoupe tant les processus de publication d'offres
d'emploi sur les plateformes internet de petites annonces
typées emploi que la gestion informatique et logicielle
des étapes du recrutement. Il permet de :

· Diminuer la masse de papier et les coûts du


recrutement
· Diffuser rapidement des offres accessibles
24h/24h et 7jrs/7
· Simplifier la mise à jour
· Afficher avec transparence la politique de
l'emploi de l'entreprise
-Absence de prestataires externes : Recourir à
l’outsourcing
L’avantage de l’outsourcing : Pour la formation et
développement, la paye, la gestion des retraites , les
avantages liés à la rémunération , l’outplacement et
réduction du personnel , le système d’information RH ,

49
le recrutement , la sélection et la gestion des demandes
courantes des managers et employés par rapport à la
GRH : Ca développe l’activité, par exemple en terme de
formation , le recourt à des organismes de formations
externes permet d’améliorer la concentration sur le
cœur de métier dans une logique de spécialisation.
-Amélioration des faiblesses dont l’entreprise souffre :
Gestion des risques psychosociaux
Cas de burn out :
Le burn out est un syndrome qui a des
conséquences mentales et physiques sur
l’employé . Pour le remédier , l’entreprise Marjane
peut suivre un programme de gestion des risques
psychosociaux pour développer la motivation du
personnel à ce niveau en essayant de recruter un
coach professionnel pour gérer le volet mental du
syndrome ou en collaborer avec.
-Collaboration :
L’entreprise MARJANE peut collaborer avec des
pays en plein développement comme la Chine
puisqu’ils offrent des opportunités pour la
fabrication des produits à bas cout.

50
Conclusion :
 Tout au long de ce dossier d'entreprise ,  nous avons
appris des différentes choses à propos de Marjane et de
son fonctionnement: de  l'historique du l'entreprise  , son
environnement , ainsi que ses différentes fonctions et
précisément celle de ressources humaines  , nous avons
appris que tout le Holding respectait une logique dont le
seul de but et de répondre aux besoins du client et de le
faire le plus rapidement possible et pour cela
d'importants dispositifs sont mis en place. Il est
incontournable  de  faire mieux  que la concurrence de
manière  perpétuelle  et de développer son réseau de
points de vente afin d'occuper une place grandissante
sur le marché de la grande distribution qui est un
marché à fort potentiel au Maroc.

51
Références bibliographiques :
-Réponses à notre questionnaire (remplis par les
responsables de Marjane Fès) et les sites suivants :
https://groupe.marjane.ma/
https://d1n7iqsz6ob2ad.cloudfront.net/document/p
df/5385c0c44b726.pdf

52