Vous êtes sur la page 1sur 3

41

Disponible en ligne sur


FMC www.smr.ma

Syndrome de Bertolotti
Bertolotti’s syndrome

Hicham Hachimi, Latifa Tahiri, Fatima Zahra Abourazzak, Taoufik Harzy


Service de rhumatologie, CHU Hassan II , Université Sidi Mohammed Ben Abdellah, Fés - Maroc

Rev Mar Rhum 2012; 21: 41-3

Résumé Abstract
Le syndrome de Bertolotti est défini par la Bertolotti’s syndrome is defined by the
présence d´une méga-apophyse transverse de presence of a mega-transverse process of the
la dernière vertèbre lombaire qui s´articule avec last lumbar vertebra which articulates with the
le sacrum et/ou l´aile iliaque associée à une sacrum and / or the iliac wing associated with
douleur lombaire ou fessière. Il est de diagnostic back pain or buttock pain. It is easily diagnosed
facile, basé sur les radiographies standards, based on standard radiographs, but rises
mais il pose un problème thérapeutique vu la therapeutic issues because of the possibility
possibilité de récidive des douleurs même avec of recurrence of pain even after a well-adapted
un traitement bien adapté par les infiltrations treatment by infiltration or surgical resection
ou une exérèse chirurgicale et/ou arthrodèse. and / or arthrodesis.

Mots clés : méga-apophyse transverse; lom Key words : Mega-transverse process;low


balgie;féssalgie;Radiographie standard;infiltrat back pain;buttock pain;standard radiographs; inf
ions;exérèse;arthrodèse. iltration;excision;arthrodesis.

Le syndrome de Bertolloti , décrit en 1917, est caractérisé de cette hypothèse, notamment, celles mises en évidence
par la survenue de douleurs lombaires ou fessières induites par le SPECT-CT chez les patients symptomatiques [4,5].
par la présence d´une méga-apophyse transverse de la - Un mécanisme indirect : par usure prématurée du
dernière vertèbre mobile qui vient au contact du sacrum disque immédiatement sus-jacent [6,7] du fait soit
et/ou de l´aile iliaque en y formant parfois un équivalent
d’un jeu asymétrique de celui-ci [8], soit d’un mauvais
d´interligne articulaire (troisième sacro-iliaque) [1].
verrouillage par les ligaments iliolombaires. Dans
La présence de méga-apophyses transverses de L5 est l’étude d’Aihara et al. concernant 70 cadavres porteurs
assez fréquente (20% de la population) [2]. Mais un d’une telle néoarticulation, le ligament iliolombaire était
contact entre ces méga-apophyses avec le sacrum ou effectivement bien plus fin et plus faible du côté de la
l´ilion réalisant une articulation accessoire est un peu plus malformation [9].
rare, touchant de 5 à 7% de la population. Ce contact
peut être symptomatique chez certains patients réalisant Comment se manifeste ce syndrome ?
le syndrome de Bertolotti [3]. Sur le plan clinique, le syndrome de Bertolotti se manifeste
soit par des douleurs lombaires ou fessières. Ces douleurs
Quels seraient les mécanismes
peuvent irradier selon un trajet sciatique [10] (figure 1).
physiopathogéniques ?
Dans les 12 cas de syndrome de Bertolotti rapportés par
Les auteurs ont proposés deux mécanismes pour expliquer Avimadie, les douleurs lombaires ont été retrouvées chez
les douleurs : 50% des cas, et les douleurs fessières dans 50% [3]. Le
- Un mécanisme direct : en rapport avec une souffrance signe concernant la topographie de la douleur offrant un
de la néoarticulation. Les fixations détectées en assez bon compromis de sensibilité et de spécificité (une
scintigraphie en regard de ces néoarticulations dans sensibilité de 71% et une spécificité de 47%) est le «finger
80% des cas, pourraient être des arguments en faveur test» qui consiste à demander au patient de désigner avec

Correspondance à adresser à : Dr. H. Hachimi


Email: requelme_aimar@hotmail.com
42
H. Hachimi et al.

un seul doigt le site de sa douleur maximale, qui serait améliorés avec des blocs anesthésiques, offrent un
plus informatif que les irradiations. Ce signe est considéré soulagement significatif et aide à établir un programme
comme positif lorsque le patient place son doigt à moins de réhabilitation physique [13].
d´un centimètre en dessous et en dedans de l´épine iliaque
2- Traitement chirurgical
postéro-supérieure (figure 2) [11].
Dans les cas rebelles, pour lesquels la conviction que la
Comment retenir le diagnostic ? douleur part bien de la néoarticulation, des excisions de
la méga-apophyse se sont avérées efficaces voir même
1- Radiographie standard
très efficaces dans certains cas isolés [15,16].
L’imagerie diagnostique de la douleur comprend
Dans les cas ou une hypermobilité du disque sus-jacent est
habituellement la radiographie standard qui permet
supposée rendre compte des symptômes, les arthrodèses
de mettre en évidence l´anomalie transitionnelle [13].
peuvent être proposées. La plus grande série publiée a porté
La radiographie du bassin de face permet de poser le
sur 16 cas, dont huit traités par arthrodèse postéro-latérale
diagnostic en objectivant une vertèbre transitionnelle
entre la transverse et le sacrum, et huit par résection de la
lombo-sacrée avec une très grande apophyse transverse
méga-apophyse. Un bon résultat a été obtenu dans dix des
de la cinquième vertèbre lombaire, s’articulant avec l’aile
16 cas, sans différences entre les sous-groupes arthrodèse ou
du sacrum ou iliaque (Fig.3 et 4).
exérèse [17]. Les résultats n´étaient pas parfaits en général,
2- Scanner car 11 des 13 patients revus à distance de la chirurgie
Le scanner garde sa place dans l’évaluation de la souffraient encore de sciatalgies intermittentes [17].
transition vertébrale. Il permet l’identification de sténose,
d´ostéophytes, d´hernie discale et de la sclérose au
Conclusion
contact de la méga-apophyse de l’os iliaque ou sacrée Le syndrome de Bertolotti est de diagnostic facile basé
qui peuvent être associés. Il permet aussi de guider les sur la présence d´une méga-apophyse transverse de la
infiltrations locales [13]. dernière vertèbre lombaire qui s´articule avec le sacrum
et/ou l´aile iliaque, et qui est source de douleur, mais
3- Scintigraphie osseuse pose un problème thérapeutique vu la possibilité de
La scintigraphie osseuse peut révéler une souffrance dans récidive des douleurs. Il est nécessaire de réaliser des
les facettes articulaires, en particulier au niveau de la études contrôlées randomisées à large échelle pour établir
méga-apophyse, bien que certains auteurs croient que la un protocole thérapeutique efficace.
souffrance n’est pas la cause directe de la douleur chez
tous les patients [14]. Déclaration d’intérêt
Les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêt.
Quelles sont les options
thérapeutiques de ce syndrome ? Références
1- Traitement médical 1. Bertolotti M. Contributo alla conoscenza dei vizi differenzazione

- Le traitement des douleurs du syndrome de Bertollotti passe regionale del rachide con speciale riguardo all assimilazione

d´abord par les AINS et les séances de réadaptation sacrale della V. lombare. Radiol Med. 1917; 4:113-144.

physique. 2. Prassopoulos PK, Faflia CP, Voloudaki AE, Gourtsoyiannis NC.

- Les infiltrations de corticoïdes retard sous scopie ou Sacroiliac joint : anatomical variant on CT. J Comput Assist Tomogr.

scanno-guidées peuvent être indiquées. Elles induisent 1999; 23(2):323-27.

un soulagement à court terme, dans dix des 12 cas du 3. Avimadie M, Goupille P, Jeannou J, et al. Can an anomalous
syndrome de Bertolotti rapportés par Avimadie. Neuf lumbo-sacral or lumbo-iliac articulation cause low back pain? A
patients ont été soulagés de plus de 50% à un mois, et retrospective study of 12 cases. Rev Rhum Engl Ed. 1999; 66:35–9.
sept après plus de six mois [3]. 4. Pekindil G, Sarikaya A, PekindilY, et al. Lumbosacral transitional
- Les blocs anesthésiques au niveau de l’articulation entre la vertebral articulation: evaluation by planar and SPECT bone
méga-apophyse et le sacrum ou l’os iliaque peuvent être scintigraphy. Nucl Med Commun. 2004; 25:29–37.
efficaces avec soulagement temporaire des douleurs [13]. 5. Connoly LP, d’Hemecourt PA, Connolly SA, et al. Skeletal scintigraphy
- La neurolyse par radiofréquence conventionnelle, of young patients with low-back pain and a lumbosacral transitional
méthode non invasive, pour les cas qui étaient vertebra. J Nucl Med. 2003; 44:909–14.

Revue Marocaine de Rhumatologie


43
Syndrome de Bertolotti

6. Luoma K, Vehmas T, Raininko R, et al. Lumbosacral transitional 12. Berthelot JM, Laslett M. Par quels signes cliniques s´assurer au
vertebra: relation to disc degeneration and low back pain. Spine. mieux qu´une douleur est bien d´origine sacro-iliaque. Revue du
2004; 29: 20005 rhumatisme 2009; 741–49.

7. Bron JL, van Roven BJ, Wuisman PI. The clinical significance of 13. De Almeida DB, Mattei TA and al. Diagnostic pitfalls and
lumbosacral transitional anomalies. Acta Orthop Belg. 2007; management of Bertolotti’s syndrome. Arq Neuropsiquiatr. 2009;
73:687–95. 67(2-A): 268–72.

8. Elster AD. Bertolotti’s syndrome revisited. Transitional vertebrae of 14. Connolly LP, d’Hemecourt PA, Connolly SA, et al. Skeletal scintigraphy
the lumbar spine. Spine. 1989; 14:1373–77. of young patients with low back pain and a lum¬bosacral transitional
vertebra. J Nucl Med. 2003; 44: 909–14.
9. Aihara T, Takahashi K, Ogasawara A. Intervertebral disc
degeneration associated with lumbosacral transitional vertebrae: 15. Ugokwe KT, Chen TL, Klineberg E et al. Minimally invasive surgical
a clinical and anatomical study. J Bone Joint Surg Br. 2005; treatment of Bertolotti’s syndrome: case report. Neurosurgery. 2008;
87:687–91. 62(5 Suppl 2): 454–55.

10. Slipman CW, Sterebfeld EB, Chou LH. The predictive value of 16. Brault JS, Smith J, Currier BL. Partial lumbosacral transitional
provocative sacro-iliac joint stress maneuvers in the diagnosis of sacro- vertebra resection for contralateral facetogenic pain. Spine. 2001;
iliac joint syndrome. Arch Phys Med Rehabil. 1989; 11: 341-45. 26: 226–29.

11. Fortin JD, Falco FJ. The Fortin finger test: an indicator of sacroiliac 17. Santavirta S, Tallroth K, Ylinen P, et al. Surgical treatment of
pain. Am J Orthop 1997; 26: 477–80. Bertolotti’s syndrome. Follow-up of 16 patients. Arch Orthop Trauma
Surg. 1993; 112:82–7.

Revue Marocaine de Rhumatologie