Vous êtes sur la page 1sur 3

SAOUD Kamal

I)  Généralités sur les polyéthylènes :


Les polyéthylènes sont des polymères (macromolécules) qui font partie de la famille des polyoléfines. Ils
sont issus de la polymérisation de l'éthylène gazeux :
Les PE (polyéthylènes) font partie des thermoplastiques parmi toutes les matières plastiques. C'est-à-dire
qu'ils ont des propriétés qui leur confèrent une malléabilité à chaud et une thermoplasticité réversible.
Mais ils sont de natures différentes selon les modes de polymérisation :
 À partir d'une méthode à haute pression, on obtient un polymère très ramifié (voir schéma
plus loin) appelé le polyéthylène basse-densité Pebd.
 À l'inverse on utilise un procédé à basse pression pour obtenir le polyéthylène haute densité
PEhd (linéaire donc plus compact que le précédent d'où son nom).
Il existe par ailleurs un autre type de PE, le PEmd (moyenne densité), mais c'est en réalité un intermédiaire
:entre les 2 formes et n'a pas de caractéristique particulière ou intéressante qui mérite d'être développée. Il
semble juste convenable de voir la répartition entre ces différentes formes sur le document suivant

D'un point de vue industriel, les PE utilisés sont surtout des homopolymères de l'éthylène (avec un seul
motif unitaire). (3)

I)-1. Historique :
I)-1-1 : Polyéthylène basse densité radicalaire (PE-BD)  :
Polyéthylène basse densité radicalaire (PE-BD) fut découvert en Grande-Bretagne par la firme ICI juste
avant la Seconde Guerre mondiale. Il fut d’abordutilisé pour l’isolation de câbles de radars. Vers 1950
commença le développement à grande échelle du polyéthylène basse densité. Ces polyéthylènes ont une
masse volumique comprise entre 0,915 et 0,935 g/cm3 et sont fabriqués par des procédés polymérisant
l’éthylène à haute pression. La polymérisation de l’éthylène suit alors les mécanismes de la chimie
radicalaire. Ces polyéthylènes basse densité (PE-BD) sont dès lors parfois aussi appelés PE radicalaires ou
PE haute pression.
À la fin des années soixante-dix, Union Carbide mit au point le polyéthylène basse densité linéaire (PE-
BDL) obtenu par un procédé à basse pression avec des catalyseurs dits de type Ziegler-Natta. Les centres
de production correspondants donnent une plus large gamme de produits que les unités travaillant à haute
pression et permettent de produire des polyéthylènes de haute densité (PE-HD) (densité de 0,935 à 0,970),
des PE-BDL (densité de 0,915 à 0,935) et voir même des polyéthylènes de très basse densité, les PE-tBDL.
Enfin, en 1993-1994, sont apparus sur le marché des PE-BDL fabriqués par ces procédés à basse pression,
mais, à l’aide de nouveaux catalyseurs de type métallocène.

I)-1-2 : Polyéthylène basse densité radicalaire (PE-BD)  :


Les premières unités de production datent du milieu des années cinquante. En 1955, la société Hoechst
démarra la première unité basée sur la catalyse Ziegler Natta suivie, en 1956, par la société Phillips
Petroleum et son réacteur industriel employant un catalyseur au chrome. Dans les années soixante, des
améliorations furent apportées au procédé Ziegler par l’utilisation de catalyseurs superactifs permettant de
supprimer la coûteuse opération d’élimination des résidus catalytiques. Par la suite, de nouveaux procédés
furent développés, comme par exemple la polymérisation en phase gazeuse ou les procédés de type
particle-form. Dans les années 1990, l’emploi de réacteurs de polymérisation en série a permis la synthèse
de PE-HD bimodaux permettant d’allier bonnes propriétés mécaniques et facilité de transformation de la
résine. Enfin, depuis le début des années 2000, un grand nombre de PE-HD sont synthétisés par catalyse
métallocène.
II)  Procédés de fabrication :
II)-1 : Polyéthylène basse densité radicalaire (PE-BD) et haute densité PE-HD)  :
Les différents procédés de fabrication des polyéthylènes basse densité PE- ainsi que
des copolymères obtenus à partir de différents comonomères.
La polymérisation de l’éthylène est très exothermique, l’enthalpie de polymérisation étant de l’ordre de
3,6 MJ par kilogramme de polymère formé. L’élimination des calories et le contrôle de la réaction sont les
points critiques de la conception des différents procédés de fabrication de polyéthylène.
II)-1-1 : Polyéthylène basse densité radicalaire  :
Le PE-BD est polymérisé en continu sous haute pression, à des températures allant de 150 à 300 °C, en
présence d’un générateur de radicaux libres (initiateur). La polymérisation se fait par réaction radicalaire
en chaîne. Le temps de séjour dans le réacteur est très court (environ 30 s). La proportion d’éthylène
polymérisée est de 25 à 33 % lors d’un seul passage dans le réacteur. Le recyclage de l’éthylène vers
l’alimentation du réacteur est donc aussi une partie très importante de ces procédés.
II)-1-1 : Polyéthylène haute densité PE-HD) :
Le polyéthylène haute densité est obtenu par des procédés de polymérisation de l’éthylène à basse
pression, seul ou avec des comonomères. (2)
III)  Les inconvinions et aventages :
Concernant polyéthylène en générale possède des avantage et inconvénient.
I)-1. Inconvénients :
- perte du caractère perméable des PE que ce soit à l'eau, mais aussi à l'air et aux hydrocarbures.
- sensibilité aux UV en présence d'oxygène
- sensibilité à la fissure sous contrainte
- mauvaise tenue à la chaleur
- Collage difficile
- Retrait important
I)-2. Aventages :
- mise en œuvre aisée
- excellentes propriétés d'isolation électrique
- résistance aux chocs
- Grande inertie chimique
- Qualité alimentaire (3)
IV)  Propriétés :
Le polyéthylène est translucide, inerte, facile à manier et résistant au froid. Le polyéthylène est
thermoplastique. Voici la comparaison des différentes proprietes entre Pebd et PEhd
Différentes propriétés PEbd PEhd
Physiques et chimiques
Masse volumique 0.915-0.935 0.945-0.960
Taux de cristallinité 65-70% 65-80%
Masse molaire moyenne 10 000 g/mol Jusqu’à 8 millions de g/mol
Indice de polymolécularité Faible Faible
Mécaniques
Structure Branchée Linéaire
Caractéristiques principales Souplesse Rigidité
Tranparence Résistance mécanique
Soudabilité Résistance chimique
Contrainte au seuil (rupture) 10-13 MPa 24-30 MPa
Module de traction 200-300 MPa 800-1200 MPa
Module de flexion 60-400 MPa 1150-1500 MPa
Thermiques
Température de fusion 110-120°C 128-135°C
Transition vitreuse Environ -110°C Environ -110°C
Plage de t° de résistance De -70 à +60°C De -70 à +90°C
Retrait au moulage 1.5/3.5% 1.3/3%
Conductivité thermique Faible Faible
(Remarque : ils ont une grande résistivité électrique) (3)
V)  Utilisation :
Le polyéthylène est le plastique le plus employé. Il compose notamment la moitié des emballages
plastiques.
L'utilisation la plus visible du polyéthylène, abrégé PE, sont les sacs plastiques. Lorsque le sac se froisse
facilement sous la main, avec un bruit craquant, un touché « mécanique » et revient plus ou moins
spontanément à sa forme d'origine, c'est du PEHD. Lorsque le touché est plus « gras », que le plastique se
froisse sans bruit, se perce facilement avec le doigt, c'est du PEBD.

Les principales applications du PEBD sont des produits souples : sacs, films, sachets,
sacs poubelle, récipients souples (ketchup, crèmes hydratantes...).
 Les principales applications du PEHD sont des produits rigides : flacons (détergents,
VI) cosmétiques...),
Conclusion bouteilles, tupperwares,
: les polyéthylènes dansjerricans...
le monde :
Les PE, toutes densités confondues, sont les plus usités des
thermoplastiques à l'échelle mondiale (près de 45%), En tenant compte du
rendement, de l'utilisation d'additifs ou de catalyseurs, mais aussi des frais
logistiques, on peut estimer le prix de revient d'une tonne d'éthylène à
4000 francs.
De plus, la capacité des plus grands producteurs de PE est en pleine
croissance. Si l'on regroupe les 10 premiers leaders sur le marché de
la production des PE, on atteint quasiment les 30 000 kt/an ! (3)
VI) Réfirence :
(1) - W. A. Zisman, Ind. Engng Chem. 55, 19 (1901).
(2) -5. A. Muratov, S. G. Yul'chibaev et S. N. Usmanov, Tashk. Gos. Unit, Lenina 679, 58 (1982) ;
Chem. Abstr. 98, 198827 (1983).
(3) -M. K. Asamov. S. M. Mus : Lkhattox:|, : \. A. ~. Tll’cllib~lCv et Kh. U. [l~ ; lll : lllOV. l)okl. -Ika, /.\, n~k
NSR 9, 45 (2004): ('hem..-ll,stt. 95. Sl ;'~ ~lOSl.

Vous aimerez peut-être aussi