Vous êtes sur la page 1sur 8

Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l’Ingénieur JNGG2012–Bordeaux 4-6 juillet 2012 

CARACTERISATION DES FACTEURS D’HETEROGENEITE DU


SOUS-SOL DE PESSAC (GIRONDE, FRANCE) : ASPECTS
GEOLOGIQUES ET GEOTECHNIQUES.

CHARACTERISATION OF THE HETEROGENEOUS FACTORS OF PESSAC


DISTRICT SOILS (GIRONDE, FRANCE): GEOLOGICAL AND GEOTECHNICAL
ASPECTS.

Richard FABRE1, Marie CHRETIEN2, Céline ANDRIEUX 3,1, Alain DENIS1,

1 Université BORDEAUX 1 – Laboratoire I2M-GCE, Talence, France


2 GTS (groupe NGE), Saint-Priest, France
3 AIS Groupe – Mérignac, France

RÉSUMÉ — L’étude permet de caractériser l’hétérogénéité d’échelle métrique à


décamétrique de la lithologie des sols de la commune de Pessac et plus
particulièrement des terrasses alluviales du Quaternaire et des formations
pléistocènes du complexe landais correspondant à la Formation de Brach. De même
l’étude lithologique d’affleurements du substratum miocène montre le rôle majeur
d’autres types d’hétérogénéités d’échelle hectométrique qui sont à mettre en relation
avec l’altération ou la néotectonique.

ABSTRACT — The study allows to characterized the lithological heterogeneity of


Pessac district soil using metric or hectometric scales, respectively in the quaternary
(alluvial deposits) and pleistocene terranes such as the “Brach formation”. In the
same way the lithological study of the regional miocene bedrock shows the major
function of the other kinds of hectometric heterogeneity scale in relation with the
weathering and the neotectonic.

1. Introduction
L’origine des dépôts sédimentaires de la région Aquitaine depuis le Tertiaire, et les
événements géologiques qui les ont accompagnés ont joué un rôle majeur dans la
complexité de leur agencement spatial actuel. Ces dépôts sont marqués, par de
brusques variations latérales de faciès et d’épaisseur, par d’importantes variations
dans les proportions de particules fines (argiles) au sein des alluvions et des dépôts
continentaux, ou encore par des modifications dans la nature et l’épaisseur des
couches géologiques en liaison avec un réseau de failles anciennes ou d’anciens
niveaux d’altération. Toutes ces hétérogénéités ont été reconnues dans les
formations géologiques régionales (Laroussi, 1969 ; Dubreuilh et al., 1995 ; Platel et
al., 2004), que ce soit dans les terrasses alluviales de la Garonne ou dans les
formations continentales pléistocènes du complexe landais (formations de Belin et de
Brach ; Figure 1), mais surtout à l’échelle de la carte géologique de Pessac (Carte N°
827 à 1/50 000ème du BRGM). Une base de données de sondages utilisée dans le

‐ 59 ‐ 
 
Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l’Ingénieur JNGG2012–Bordeaux 4-6 juillet 2012 
 

cadre du projet RIVIERA « Risques en Villes: Equipement, Réseaux, Archéologie »


(2003-2006) a permis également de caractériser la forte hétérogénéité du sous-sol
de la commune de Pessac.
Dans ce travail, des observations complémentaires sur la géologie des formations de
la commune de Pessac viennent conforter et appuyer les données précédentes par
leur aspect lithologique, géologique, de faciès d’altération et de l’existence d’une
néotectonique. L’étude présentée ici cherche à qualifier les différents types
d’hétérogénéité des formations géologiques en s’appuyant sur une reconstitution de
coupes géologiques établies à partir de données de sondages provenant des travaux
du projet RIVIERA, de rapports internes, de travaux de thèses ou d’observations de
terrain.

Figure 1 . Coupe géologique au travers du Médoc de Dubreuilh et al (1995), Platel et


al (2004), montrant la position de la commune de Pessac entre les terrasses
alluviales quaternaires de la Garonne et le complexe landais du Pléistocène:
formation de Belin et formation de Brach

2. Contexte géologique de l’étude.


2.1. Caractérisation géologique de la commune

La commune de Pessac est géologiquement marquée par un substratum tertiaire


subhorizontal essentiellement oligocène à miocène, recouvert par cinq à vingt mètres
de formations du Quaternaire ou du Pléistocène (Figures 1 et 2). Ces deux types de
formations correspondent respectivement :

 aux anciennes terrasses alluviales quaternaires de la Garonne (Fxb1, Fxb2, Fxa-


b ; Figure 2), situées entre 15 et 45 m d’altitude, dans la partie est de la ville,
 aux dépôts fluviatiles continentaux du système landais du Pléistocène (Platel et
al, 2004 ; Thierry et al, 2006) dans la partie ouest de la ville (Formations de Belin
et de Brach).

2.2. Le substratum

Au droit de Pessac les données de sondages et la carte géologique à 1/50 000ème


indiquent que le substratum tertiaire est composé, de la base au sommet :

‐ 60 ‐ 
 
Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l’Ingénieur JNGG2012–Bordeaux 4-6 juillet 2012 
 

 de calcaires à astéries de l’Oligocène (Rupélien) recouverts par des argiles


carbonatées vertes et brunes du Chattien d’une épaisseur de 20 m environ,
 de sables coquillers jaune à faluns qui débutent le Miocène (Aquitanien) avec une
épaisseur de 6 à 10 mètres, recouverts par des sables plus clairs du Burdigalien
de 20 mètres d’épaisseur. Il s’agit du Miocène visible sur la carte géologique de la
figure 2 et celui qui sera le plus fréquemment rencontré dans ce travail.

Figure 2 . Carte géologique simplifiée de Pessac montrant les limites de la commune


de Pessac sur les différentes formations géologiques (Thierry et al. 2006) et la
position des différentes coupes présentées dans ce travail ; figures : 3, 4, 5, 6,
notées respectivement 3-3, 4-4, 5-5, 6-6, avec localisation de la photo 1 notée Ph 1
sur la figure

2.3. Le Pléistocène : complexe continental landais

Il est représenté par des dépôts détritiques deltaïques provenant de produits


d’érosion continentale, dit « complexe landais » et décrits par Dubreuil et al (1995),
Platel et al (2004). Il est constitué d’une alternance de graviers, sables, argiles et
lignites suivant trois formations du Pléistocène moyen et supérieur. Dans le secteur
d’étude, ce sont, de la base au sommet : la formation de Belin essentiellement sablo-
graveleuse, au-dessus la formation de Brach à dominante argileuse et au sommet la
formation de Castet constituée de sables blancs (Figure 2). La formation de Brach
affleurante sur Pessac est détaillée dans ce travail. Elle est constituée d’argiles
plastiques à très plastiques responsables de nombreux sinistres de maisons
individuelles (Chrétien et Fabre, 2009 ; Chrétien, 2010 ; Andrieux et al, 2011).

‐ 61 ‐ 
 
Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l’Ingénieur JNGG2012–Bordeaux 4-6 juillet 2012 
 

2.4. Le Quaternaire alluvionnaire de la Garonne

Il recouvre la presque totalité du secteur d’étude et masque le substratum situé 5 à


20 mètres au-dessous. Dans le secteur de Pessac le Quaternaire alluvionnaire forme
trois terrasses alluviales étagées qui forment des marches d’escalier d’est en ouest
(Figure 3). Les trois terrasses alluviales sont composées d'argile, de sable et de
gravier (Fxa-b et Fxb1, Fxb2), séparées et recouvertes pas des produits de
démantèlement dits « colluvions de pentes » (Figures 2 et 3). A l’intérieur de chacune
des terrasses souvent sablo-graveleuses au niveau des grands Châteaux (Pape
Clément ; Haut-Brion), on trouve de nombreuses lentilles argileuses ou tourbeuses.

Figure 3 . Coupe synthétique au droit de Pessac montrant les différentes terrasses


alluviales étagées de la Garonne (Fxa-b ; Fxb1 ; Fxb2) et la position de leurs produits
de démantèlement (colluvions).

Figure 4 . Coupe géologique synthétique WSW- ENE au droit de Pessac centre


montrant les hétérogénéités lithologiques d’échelle hectométrique de la terrasse
alluviale Fxb1 (figure 2). Légende : alluvions à dominantes argileuses (jaune), sablo-
silteuses (pointillés fins), graveleuses (points grossiers) ; noir : sols d’altération et
remblais indifférenciés

‐ 62 ‐ 
 
Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l’Ingénieur JNGG2012–Bordeaux 4-6 juillet 2012 
 

3. Etude des hétérogénéités du sous-sol de Pessac.


L’étude lithologique de l’ensemble des formations quaternaires, pléistocènes et
miocènes du sous-sol de Pessac permet d’observer quatre types d’hétérogénéités à
partir de coupes localisées figure 2, ce sont :
— des variations latérales de lithologie dans les terrasses alluviales quaternaires
avec des litages entrecroisés et des lentilles sableuses ou graveleuses métriques au
sein de niveaux plus argileux. Par ailleurs de véritable zone à dominante argileuse,
sableuse à graveleuse d’échelle hectométrique sont observées comme le montre la
coupe de synthèse au droit de Pessac-centre entre l’église St Martin à l’Est et la Rue
St Jacques à l’ouest (Figure 4, terrasse alluviales Fx1b ; voir figure 3). Ces
hétérogénéités proviennent du mode de dépôts des terrasses alluviales avec des
sédiments grossiers vers l’axe central du chenal de l’ancien lit de la Garonne
(graves, sables) et des dépôts plus fins lorsqu’on s’éloigne de cet axe (argiles et silts
de débordement). Ce scénario se répète pour toutes les terrasses alluviales vues ici
(Fxa-b ; Fxb1 ; Fxb2).

Figure 5 : Coupe lithologique dans le Pléistocène de la formation de Brach dans le


secteur de Haut-Bacalan (Sud de Pessac) montrant les variations latérales de faciès.
Complément de légende : la coupe A provient d’une fosse creusée à la pelle
mécanique visible en B (Chrétien, 2010)

— des variations latérales de lithologie dans la formation de Brach (Pléistocène


supérieur) à dominante argileuse (Figure 5, Chrétien, 2010). Cette formation montre
des changements lithologiques fréquents correspondant à des dépôts continentaux
deltaïques avec alternance d’argiles sableuses, d’argiles gris-bleu, ocre ou noires et
de lentilles sableuses, ainsi que d’anciens niveaux d’oxydation (grès ferrugineux ou
alios) dus à une ancienne nappe phréatique du Plio-Quaternaire (Figure 5).

‐ 63 ‐ 
 
Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l’Ingénieur JNGG2012–Bordeaux 4-6 juillet 2012 
 

Dans le secteur de Haut-Bacalan, au sud de Pessac, une coupe d’échelle


hectométrique met en évidence d’autres changements lithologiques liés d’une part à
l’existence d’une probable faille normale et, d’autre part, à des faciès d’altération au
sein de la formation de Brach (Figure 6, Chrétien, 2010). Ces faciès d’altération sont
liés à une oxydation météorique ancienne (Plio-Quaternaire). Les changements de
faciès lithologiques correspondent au passage progressif d’une argile noire (A/N) non
altérée en profondeur, à une argile gris-bleu à bleue peu altérée (A/B), puis à une
argile ocre bariolée en surface (A/BO). Ce dernier faciès (A/B0) provient d’une
oxydation optimale de couleur ocre à ocre rouille (A/BOR) ; (Figure 6). Les variations
lithologiques d’échelle hectométrique reconnues figure 6, montrent, si l’on passe à
une échelle plus petite, l’existence d’une variation d’épaisseur considérable du
Pléistocène et du Plio-Quaternaire, là encore à mettre en relation avec l’existence
d’un réseau de failles normales (El Oïfi et Fabre, 2012). Ces réseaux de failles
normales affectent non seulement le substratum miocène, mais aussi la terrasse
alluviale Fx1b au niveau du Château Pape-Clément (Photo 1). Cela indique un
fonctionnement de failles normales N 110° au Quaternaire (néotectonique
pyrénéenne).

Figure 6 . Coupe lithologique interprétative dans le Pléistocène de la formation de


Brach dans le secteur de Haut-Bacalan (Sud de Pessac) montrant les variations
latérales de faciès d’échelle hectométrique (Chrétien, 2010). L’hypothèse de faille
normale est avérée à l’échelle kilométrique (El Oïfi et Fabre, JNGG 2012 Tome 2)

— Les variations des caractéristiques minéralogiques et géotechniques des


argiles de la formation de Brach suivant leurs différents faciès lithologiques: ocre,
gris, bleu, noir. Ces derniers sont à mettre en relation avec d’anciens niveaux
d’altération dus aux circulations d’eau et au climat changeant et oxydant au cours du
Plio-Quaternaire (Figure 7),
— Des variations importantes de la surface d’érosion et d’altération du
substratum miocène, avec la présence de puits de dissolution karstique à
remplissage d’argile de décalcification riche en oxyde de fer au toit du Miocène (El
Oïfi et Fabre, JNGG 2012 Tome 2).

‐ 64 ‐ 
 
Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l’Ingénieur JNGG2012–Bordeaux 4-6 juillet 2012 
 

Photo 1 . Observation de failles N 110° subverticales affectant la terrasse alluviale


Fx1b au niveau du Château Pape Clément, souligné par le niveau de tourbe noire.
Les trois failles induisent un rejet global d’un mètre du niveau de tourbe noire

Figure 7 . Hétérogénéité minéralogique et géotechnique des différents faciès argileux


de la formation de Brach (Pléistocène supérieur) à Pessac (Chrétien, 2010) (Voir la
coupe de la figure 6 pour la disposition des différents faciès argileux en fonction de la
profondeur, ou faciès d’altération)

‐ 65 ‐ 
 
Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l’Ingénieur JNGG2012–Bordeaux 4-6 juillet 2012 
 

4. Conclusion
L’étude des formations géologiques du secteur de Pessac montre l’importance des
variations lithologiques d’échelle métrique à kilométrique dans les formations du
Quaternaire, du Plio-Quaternaire et du Pléistocène de Pessac, y compris pour le toit
du substratum Miocène (surface d’érosion et d’altération). Ces hétérogénéités
lithologiques induisent des variations importantes dans les paramètres
géotechniques et sont la conséquence d’une histoire géologique complexe dans un
contexte deltaïque et fluviatile, avec des profondeurs d’altération et d’érosion
variables qui accentuent ces hétérogénéités (karstification). L’ensemble de ces
hétérogénéités est à l’origine de tassements différentiels responsables de nombreux
sinistres de maisons individuelles sur la commune de Pessac. C’est une
problématique propre à toutes les villes reposant sur ce type de formations
hétérogènes.

Références bibliographiques
Andrieux C., Chrétien M., Denis A., Fabre R., J. F. Lataste (2011). Shrinkage and swelling of clay soil. 
Comparison  between  laboratory  and  in  situ  measurements.  European  Journal  of  Environmental 
and Civil Engineering, vol 15, n° 5, 819‐838. 
Breysse  D.,  Piette  C.,  Marache  A.,  Fabre  R.  (2009).  Data  analysis  and  geotechnical  properties 
modelling of urban soils: case of Pessac, Gironde. In: CULSHAW, M. G., REEVES, H. J., JEFFERSON, 
I.  &  SPINK,  T.  W.  (eds)  Engineering  Geology  for  Tomorrow’s  Cities.  Geological  Society,  London, 
Engineering Geology Special Publications, 22. 
Chrétien  M.  (2010).  Compréhension  des  mécanismes  de  retrait‐gonflement  des  sols  argileux : 
approche  sur  site  expérimental  et  analyse  des  sinistres  sur  constructions  individuelles.  Thèse 
Université Bordeaux 1, pp. 315.  
Chrétien  M.,  Fabre    R.  (2009).  An  in‐situ  investigation  on  the  swell‐shrinkage  behavior  of  natural 
clayey soils in suburbs of Bordeaux (Gironde, France). 4th Asia‐Pacific International Conference on 
Unsatured Soils (23/25 November 2009) and Extended abstract In Unsatured Soils. Editor(s):  Buzzi 
O., Fityus  S.,  and  Sheng  D.  University  of  Newcastle,  Callaghan,  Australia  2009.  ISBN 
10:  0415804809, 942 p, 289‐294. 
Dubreuilh  J.P.,  Capdevielle  J.P.,  Farjanel  G.,  Karnay  G.,  Platel    J.P.,  Simoncoincon  R.  (1995). 
Dynamique  d’un  comblement  continental  néogène  et  quaternaire:  l’exemple  du  bassin 
d’Aquitaine, Géologie de la France, n°4, 3‐26. 
El  Oifi  B.,  Fabre  R.  (2012).  Géomorphologie  du  substratum    tertiaire  dans  le  secteur  urbanisé  de 
Pessac centre (Gironde, France) : conséquences hydrogéologiques. JNGG 2012, 8 p. 
Laroussi  T. (1969). Etude géologique et hydrogéologique de la région Sud et Sud‐Ouest de Bordeaux, 
Thèse de doctorat à l’Université de bordeaux 1, pp. 207. 
Platel  J.P.,  Esteve  A.,  Tomera  L.  (2004).  Cartographie  de  l’aléa  retrait‐gonflement  des  argiles  du 
département de la Gironde, Rapport BRGM/RP‐53382, pp. 223. 
Thierry,  P.,  Breysse,  D.,  Vanoudheusden,  E.,  Marache,  A.,  Dominique,  S.,  Rodière,  B.,  Bourgine,  B., 
Régaldo‐Saint Blancard, P., Piette, C. Rivet, F., Fabre R., (2006). Le Projet RIVIERA : Risques en Ville 
: Equipements, Réseaux, Archéologie. 510 Final report, BRGM Report RP‐55085‐FR, pp. 247. 

‐ 66 ‐ 
 

Vous aimerez peut-être aussi