Vous êtes sur la page 1sur 17

Prof : Zegtaoui khalid cours de soutien

0699024385
érie
S o

N 1 Mécanique Quantique I
SMP-SMC --
: S4

:
 
Exercice  1 :  Une  cellule  photoélectrique  ayant  un  potentiel  d’extraction  W  =  1.2  eV  est 
éclairée avec une radiation    5000 A . 
1. Déterminer le seuil photoélectrique. 
  2. Calculer l’énergie cinétique et la vitesse des électrons arrachés.   
Exercice 2 :  
Une particule de masse m est confinée dans le puits infini   V(x)
∞ ∞
décrit sur la figure ci‐contre. 
1. Ecrire l’équation de Schrödinger dans les différentes régions 
De l’espace. 
2. Déterminer les expressions de l’énergie et de la fonction d’onde    0 2b x
correspondant à chaque état. 
   
 Exercice  1 :  Une  cellule  photoélectrique  ayant  un  potentiel  d’extraction  W  =  1.5  eV  est 
éclairée avec une radiation de longueur d’onde   . Le potentiel d’arrêt capable d’arrêter 
les électrons arrachés vaut 1.1 Volts.  
1. Déterminer l’énergie cinétique et la vitesse des électrons arrachés. 
2. Calculer la longueur d’onde de la radiation excitatrice. 
Exercice 3 :   V(x)
On considère le potentiel décrit par :  V ( x )   ( x  a ) .  
α et a sont des constantes positives.  a
1. Ecrire l’équation de Schrödinger dans les différentes régions   x
de l’espace. 
2.  En considérant le cas des états liés (E < 0), donner la forme des 
fonctions d’onde. Etablir les conditions de continuité de la fonction 
d’onde. 
                                 
Exercice4  

1. On rappelle que  Pz  i . Etablir l’expression des commutateurs   X , Pz  ,  Y , Pz  , 
z
 Pz , Z  , en calculant leurs actions sur un ket quelconque 
:  . 
2. Vérifier si l’opérateur suivant :  A ( x )  sin  ( x )   est linéaire. 
2 0 0 
 0 1  i   ; Dire si B est hermitique, Justifier. Ecrire la matrice représentant 
3.  B   0
 0 1 i 1 
 
B†. Calculer les valeurs propres de B. 

Exercice5
 
1.  On  rappelle  que  Px  i   et  Py  i .  Etablir  l’expression  des  commutateurs 
x y
 X , Px  ,  Y , Px  ,   Px , Py  , en calculant leurs actions sur un ket quelconque   . 
d 2 ( x)
2. Vérifier si l’opérateur suivant :  A ( x)   est linéaire. 
dx 2
2 0 0 

3.  B  i 0 1  i   ; Dire si B est hermitique, Justifier. Ecrire la matrice représentant 

 1 1 i 1 
 
B†. Calculer les valeurs propres de B. 
 
Exercice6
1) Calculer le commutateur   X , Px   dans la représentation   P   sachant que l’action de 

l’opérateur X dans cette représentation s’écrit :  X  ih . 
px
 cos  sin  
2) Montrer que l’opérateur définit par :  T     est unitaire. 
 sin  cos 
m 1
3)  Sachant  que pour  l’oscillateur  harmonique  :  X  x  ;  Px  px   et  que 
 m
1  1 
a X  iP   ;  a  X - iP  , calculer   X , Px   et   a , a   . 
2 2
 
Exercice 7  :  Soient  1   et   2   deux  états  orthogonaux  et  normalisés  d’un 
système physique. Soit A une observable du système et considérons une valeur propre 
non dégénérée de A notée   n , associée à l’état normée  n . On définit : 
2 2
  P1  n    n  1  et  P2  n    n  2 . 
1. Donner l’interprétation de  P1  n   et  P2  n   
2. Une particule se trouve dans l’état    3  1  4i  2 .  
a) Vérifier si l’état    est normé. 
b) Quelle est la probabilité de trouver   n  lors de la mesure de A. 
 
Exercice  8   : On considère deux kets    et   '  tels que :   '  e i  , où    est 
réel. 
1. Montrer que si    est normé, alors   '  est aussi normé. 
2. Montrer  que  la  probabilité  de  prédire  une  mesure  arbitraire  est  la  même  pour 
  et   ' . 
 
Exercice 9   : Une particule est décrite par la fonction d’onde normée suivante : 
1/4
 
  x    e x
2
/2
 ; α est une constante positive. 
  :

1 

2  ax2
Calculer  x  sachant que :  x e dx  . 
0
4a a
Exercice 
  10     
 
Considérons la marche de potentiel décrite dans la 
figure ci‐contre.  V(x)
V x  0
V ( x)   0  
0 x  0 V0
Considérons un courant de particules d’énergie  E  V0   I II
arrivant de  x     et se déplaçant vers la droite  x
(comme indiqué sur la figure). 
  - Ecrire l’équation de Schrödinger à une 
dimension pour les deux régions de l’espace. 
- Utiliser les conditions de continuité ainsi que le fait qu’il ne peut y avoir de 
particule venant de  x    pour exprimer les amplitudes des ondes transmise et 
réfléchie en fonction de celle de l’onde incidente. 
- En déduire les coefficients de transmission et de réflexion. 
 
Exercice 11
     
Considérons un système physique dans un espace à trois dimensions. Son Hamiltonien 
est représenté, dans une base orthonormée   1 , 2 , 3  , par : 
 
 2 1 0
 
H    1 2 0   
 0 0 3
 
1 – Est‐ce que H est hermitique ? Justifier. 
2 – Quelles sont les valeurs possibles de l’énergie du système ?   i 
1  
3 – Une particule se trouve dans l’état   , représentée dans cette base par :  i . 
3  
Déterminer  H ,  H 2  et  H .   i 
 
Exercice 12
   
 
1) Calculer le commutateur   X , Px   dans la représentation   P   sachant que l’action de 

l’opérateur X dans cette représentation s’écrit :  X  ih . 
  px
        
Exercice13
Soit un système physique dans l’espace des états à trois dimensions. On choisit dans cet 
espace  une  base  orthonormée  de  3  kets  notés :  1 ,  2 ,  3 .  Ces  kets  sont  les  vecteurs 
propres de deux opérateurs indépendants du temps A et B. L’action de A et de B sur ces 
kets est la suivante : 
 
A 1  a 1  ;    B 1  b 1   A 2  a 2  ;  B 2   b 2   A 3  0  ;       B 3   b 3  
 
a et b étant des constantes réelles non nulles. 
Le hamiltonien H du système (également indépendant du temps) est tel que : 
 
    H 1 E1 E 3 2   H 2 E 31 E 2   H 3 E 3  
 
   
1) Ecrire les matrices représentant les deux opérateurs A et B. 
2) A et B forment‐elles un ECOC dans l’espace des états ? 
3) A l’instant t = 0, l’état quantique du système est décrit par le ket : 
    
 0   1  i 2 2  3  
a) Normer ce vecteur. 
b)  A  l’instant  t  =  0,  on  mesure  A.  Quels  résultats  peut‐on  obtenir  et  avec  quelles 
probabilités ? Préciser l’état du système immédiatement après ces mesures. 
c)  Immédiatement  après  la  mesure  de  A,  on  mesure  B.  Mêmes  questions  que 
précédemment.  
d) Mêmes questions si on inverse l’ordre de mesure des observables. 
4) Ecrire la matrice représentative du hamiltonien H dans la base  1 ,  2 ,  3 . 
5) A et B sont‐elles des constantes du mouvement ? 
6) Quelles sont les valeurs possibles de l’énergie ? 
 
  Exercice14
On considère le potentiel définit par : 
 
0 x  

V ( x)  V0  0 0  x  a  
0 x  a
  
1. Représenter ce potentiel. 
2. En supposant des particules d’énergie  E  V 0 , arrivant de ‐   sur le potentiel décrit 
plus haut, déterminer les coefficients de réflexion et de transmission. 
 
Exercice 15
   :  
On considère le potentiel carré définit par : 
 
   x  

V ( x)  V0 0 xa  
 ax
  0
1) Représenter ce potentiel. 
2) Ecrire l’équation de Schrödinger dans les différentes régions de l’espace. 
3) Ecrire les solutions de ces équations. 
4)  À  partir  des  équations  de  continuité,  déterminer  l’équation  permettant  de  calculer 
graphiquement les énergies des différents états liés. 
5) Résoudre graphiquement. 
 Exercice 16     : 
On  considère  un  système  physique  décrit  par  le  hamiltonien  suivant dans  la  base 
 1 , 2 , 3  : 
1 0 0
 
H  :  0 2 0   
 0 0 3
 
1) Est‐ce que H est hermitique ? Justifier. 
2) lors de la mesure de l’énergie du système, quels résultats peut‐on obtenir ? 
3) supposons que le système est décrit par le ket :    1  2  i 3 . 
a) Normer ce vecteur. 
b) Calculer la probabilité de trouver chaque valeur de l’énergie. 
c) Calculer  H  . 

0 1 0 
 
4) Soit l’opérateur :  A   0 0 2  .  a) Est‐ce‐que A est hermitique ? 
0 0 0  b) Est‐ce‐que A est une constante du mouvement ? 
   
Exercice 17
   :  
On considère le potentiel carré définit par : 
 
   x  

V ( x)  V0 0 xa  
 ax
  0
1) Représenter ce potentiel. 
2) Ecrire l’équation de Schrödinger dans les différentes régions de l’espace. 
3) Ecrire les solutions de ces équations. 
4) À partir des équations de continuité, déterminer les relations permettant de calculer 
graphiquement les énergies des différents états liés. (Ne pas résoudre ces équations). 
 
Exercice18
On considère le potentiel définit par : 
 

 V 0 x a
V ( x)   0  
0 ailleurs
 
‐ Représenter ce potentiel. 
‐ Résoudre  l’équation  de  Schrödinger  pour  les  états  liés  (E    0).  Sachant  que  les 
fonctions  d’ondes,  solutions  de  l’équation  de  Schrödinger  sont  soit  paires,  soit 
  impaires, résoudre dans le cas des fonctions d’onde paires uniquement. 
Exercice 19
     : On considère deux kets    et   '  tels que :   '  e i  , où    est 
réel. 
 
3. Montrer que si    est normé, alors   '  est aussi normé. 
4. Montrer  que  la  probabilité  de  prédire  une  mesure  arbitraire  est  la  même  pour 
  et   ' . 
 
Exercice 20
   :  
Une cellule photoélectrique ayant un potentiel d’extraction W = 1.5 eV est éclairée avec 
une  radiation   .  Le  potentiel  d’arrêt  capable  d’arrêter  les  électrons  arrachés  vaut  1.1 
Volts.  
3. Déterminer l’énergie cinétique et la vitesse des électrons arrachés. 
4. Calculer la longueur d’onde de la radiation excitatrice.   
 
Exercice  21
     : 
 Un électron se trouve dans un potentiel carré infini de largeur L. Son état quantique est 
décrit par la combinaison linéaire de l’état fondamental et du premier excité, tel que : 
  :
0  L / 2  x  L / 2
V ( x)    
 ailleurs
   2 
 (x)   1(x)  2 (x) , où :  1( x) 
1 2 2
cos  x   et  2 ( x)  sin  x  . 
2 L L  L  L 
  1. Représenter le potentiel. 
2. Résoudre  l’équation  de  Schrödinger  indépendante  du  temps  et  trouver  les 
expressions de l’énergie et des fonctions d’onde paires et impaires. 
3. Ecrire l’expression de la densité de probabilité de présence de l’électron. 
 
Exercice 22
     :  
 n    n 
1) Calculer les commutateurs suivants :   ,  ,   , x  . 
 x xn   x 
m 1
2) Sachant que pour l’oscillateur harmonique :  X  x  ;  Px  px  et que 
 m
1 1
a  X  iPx   ;  a   X - iPx  , calculer   X ,Px   et   a , a   . 
2 2
 
x et px sont les opérateurs position et quantité de mouvement, respectivement. 
 Exercice23
Une  particule  quantique  de  masse  m  se  trouve  enfermée  à  l’intérieur  du  puits  de 
0 0  x  a
potentiel de largeur a et de murs infinis :  V (r )     
 ailleurs
A l’instant t = 0, la particule occupe l’état décrit par la fonction d’onde :  
x 
  x, t   C sin3    
 a 
1.  Déterminer  les  états  stationnaires  et  le  spectre  des  énergies  de  la  particule  dans  le 
puits donné plus haut. 
2. Calculer la constante de normalisation C en utilisant les résultats de 1). on utilisera la 
transformation : 
sin(3 )  3 sin   4 sin 3   
3.  Développer    x ,0    sur  la  base  des  fonctions  d’onde  stationnaires   n(x)   de  la 
particule. 
4.  En  déduire  la  fonction  d’onde    x , t    à  un  instant  quelconque  décrivant  son 
évolution temporelle. 
5. Calculer la densité de probabilité de présence    x , t   de la particule. 
 6. Montrer que    x , t   est une fonction périodique en t dont on déterminera la période. 
Exercice24
       :  
On considère la fonction d’onde suivante :   x , t    Ae ipx /   e  ip t / 2 m  . 
2

 
Déterminer le courant de probabilité correspondant à cette fonction d’onde. On rappelle 
  *   * 
que :  J (x, t)     . 
2mi  x x 
Exercice 25
    :  
Soit un système physique dans l’espace des états à trois dimensions. On choisit dans cet 
espace  une  base  orthonormée  de  3  kets  :notés :  1 ,  2 ,  3 .  Ces  kets  sont  les  vecteurs 
propres de deux opérateurs indépendants du temps A et B. L’action de A et de B sur ces 
kets est la suivante : 
A 1  a 1  ;    B 1  2 b 1  
A 2  a 2  ;   B 2   b 2  
A 3  a 3  ;       B 3   b 3  
a et b étant des constantes réelles non nulles. 
1) A et B forment‐elles un ECOC dans l’espace des états ? 
2) A l’instant t = 0, l’état quantique du système est décrit par le ket : 
 
 0  1  2  i 3  
a) Normer ce vecteur. 
b)  A  l’instant  t  =  0,  on  mesure  A.  Quels  résultats  peut‐on  obtenir  et  avec  quelle 
probabilités ? Préciser l’état du système immédiatement après ces mesures. 
c)  Immédiatement  après  la  mesure  de  A,  on  mesure  B.  Mêmes  questions  que 
précédemment.  
3) Calculer la valeur moyenne  A , le système étant dans l’état    0  . 
 
 
Exercice 26
    :  
0 x  

On considère le potentiel définit par :  V ( x)  V0  0 0  x  a  
0 x  a

1. Représenter ce potentiel. 
2.  En  supposant  des  particules  d’énergie    E  V0 ,  arrivant  de  ‐    sur  le  potentiel 
décrit plus haut, écrire l’équation de Schrödinger dans les différentes régions ainsi que 
 les conditions de continuité. 
 
EXERC CICE27        
On définit, dans u orthonorméée  | 1 , | 2  , | 3    , les o
une base o opérateurs A et B par leurs 
1 0 0  2 0 0 
   
matricees : A =  0 1 0  , B   0 0 2i 
 0 0 1  
     0 2i 0   
 
1. A et B sont‐ills hermétiq
ques. 
2. Montrer quee A et B com
mmutent.
3. Trrouver les v
valeurs pro
opres de A
A et B. 
4. Trrouver un eensemble d
de vecteurss propres C
Commun à
à A et B. 
5. L’eensemble  A , B  con
nstitue un E
E.C.O.C. ?
6. On
n suppose que la messure de A d
donne la v
valeur 1. Im
mmédiatem
ment après,, on 
meesure B. Qu
uels sont lees résultats possibless et avec qu
uelles prob
babilités ? 
     Exercice28
0 x  

On considère le potentiel définit par :  V ( x)  V0  0 0  x  a  
0 x  a
: 
1) Représenter ce potentiel. 
2) En supposant des particules d’énergie  E  V 0 , arrivant de ‐   sur le potentiel décrit 
plus  haut,  Ecrire  les  états  stationnaires  décrivant  ces  particules  et  déterminer  les 
coefficients de transmission et de réflexion. 
   
Exercice     
29  : 
On  considère  un  système  physique  décrit  par  le  hamiltonien  suivant dans  la  base 
 1 , 2 , 3  : 
1 0 0
 
H    0 2 0   
 0 0 3
 
1) Est‐ce que H est hermitique ? Justifier. 
2) lors de la mesure de l’énergie du système, quels résultats peut‐on obtenir ? 
3) supposons que le système est décrit par le ket :    1  2  i 3 . 
a) Normer ce vecteur. 
b) Calculer la probabilité de trouver chaque valeur de l’énergie. 
c) Calculer  H  . 
0 1 0 
 
4) Soit l’opérateur :  A   0 0 2  . 
0 0 0 

a) Est‐ce que A est hermitique ?  b) Est‐ce que A est une constante du mouvement ? 
   
Exercice 30
   :  
 
On considère le potentiel carré définit par : 
 
   x  

V ( x)   V0 0 xa  
 ax
  0
1) Représenter ce potentiel. 
2) Ecrire l’équation de Schrödinger dans les différentes régions de l’espace. 
3) Ecrire les solutions de ces équations. 
4) À partir des équations de continuité, déterminer les relations permettant de calculer 
graphiquement les énergies des différents états liés. (Ne pas résoudre ces équations). 
 
Exercice31
 
Q1. On considère une particule libre dans un espace à une dimension et décrite par la 
fonction d’onde : 
 ( x )  Ae ikx  Be  ikx  
Quelle est l’expression de l’énergie de cette particule. 
 
Q2.  On  considère  une  particule  confinée  dans  le  potentiel  infini : 
0         0  x  L
V (x)   . 
        ailleurs
a‐ Montrer que la fonction  ( x )  A x  B , où A et B sont des constantes arbitraires, 
est une solution mathématique possible décrivant la particule. 
b‐ Vérifier si la fonction d’onde  ( x )  A x  B  peut constituer une solution 
physique à l’équation de Schrödinger 
  0      0  x  L
Q3. Soit le potentiel carré à une dimension :  V (x)    
U0    ailleurs
On s’intéresse au cas des états liés  0  E  U 0 . 
‐ Représenter ce potentiel. 
 
‐ Ecrire l’équation de Schrödinger à l’intérieur et à l’extérieur du puits. 
‐ Ecrire les solutions mathématiques à l’intérieur et à l’extérieur du puits. 
‐ Ecrire les conditions aux limites. 
‐ Ecrire les conditions de continuité.  
 
Q4.On considère les deux opérateurs définis par leurs actions respectives : 
d
A1 ( x)  x3 ( x) et  A2 ( x )  x . Calculer   A1 , A2  . 
dx
 
 5 0 0
 
Q5.  Soit  A  l’opérateur  suivant :  A   0 2 i    écrit  dans  une  base  orthonormée  et 
 0 i 2 
 
1
1  
complète  e1 , e 2 , e 3   et soit    1 l’état du système quantique à l’instant t. 
2    
0
‐ Est‐ce‐que A est hermitique ?    
‐ Quelles sont les valeurs possibles lors de la mesure de A ? 
‐ Calculer la probabilité d’obtenir chacune des mesures à l’instant t. 
   
  32
Exercice        : 
d
On considère les deux opérateurs suivants : A  ; B  x 2 . 
dx
1) a‐ L’opérateur  A  est‐il linéaire ? 

b‐ L’opérateur  B  est‐il hermitique (ou hermitien) ? 

2) Calculer le commutateur  A, B . 

d
3)  Trouver le carré de l’opérateur : C   x 2 . 
  dx
Exercice 33   
Afin de simuler le potentiel ressenti par un électron dans un molécule d’hydrogène, on 
considère le modèle du double puits de potentiel suivant :  
            x   a
0              a  x  d

V ( x)  V0           d  x  d         (V0  0) . 
0            d  x  a

           x  a
 
1) Représenter ce potentiel. 
2) Ecrire  l’équation  de  Schrödinger  ainsi  que  sa  solution  mathématique  dans 
chaque région de l’espace. On considèrera le cas  E  V 0 . 
3) En  utilisant  les  conditions  de  continuité,  déduire  les  équations  transcendantes 
  donnant la quantification de l’énergie. 
Exercice 34
    
  n 
1. Calculer le commutateur suivant :   , n  . 
 x x 
  n   n
2. Calculer sous forme d’opérateurs, le produit    .x . Calculer le commutateur :    x , x  . 

 x
Exercicce 35     : 
On con
 
nsidère l’op 
pérateur A défini sur la base  e1 , e2 , e3   par sa m
matrice : 

2 0 0 
 
Ai 0 1  i    
 1 1 i 1 
 
 
1) Est‐‐ce que A eest hermitiq que ? Justiifier. 
2) Détterminer lees valeurs p propres dee A. 
l norme  de     ett 
3) On  considèree  le  ket  dééfinit  par :    e1  e3 .  Dééterminer  la 
calcculer   A  . 
4) Est‐‐ce‐que A fforme un E
ECOC à luii tout seul. 
  
 
Exercicce 36     : 
Soit A eet B deux o
opérateurs hermétiqu
ues, et C un
n troisièmee opérateu
ur tel que :  
 A, B  iC  ; i estt le nombree imaginaiire pur. 
a) Montrer qu
M ue C est heermitique.
b) Soit 
S    les vecteuurs proprees de A et  an  les valeeurs proprres corresppondantes.. 
en
Exprimer l
E les élémen
nts de matrrices de B sur la base propre d
de A en fon
nction dess 
an  et des ééléments d
de matrice d
de C. 
 
;Exercice 37
1) Une cellule photoélectrique reçoit un rayonnement lumineux de longueur d’onde
=0,310 m et on mesure un potentiel d’arrêt IV0I = 2,5 V.
a) Calculer, en eV, le travail de sortie de la cellule.
b) La lumière du visible (0,4 - 0,75m) peut-elle produire des photoélectrons ?

c) Quelle serait le potentiel d’arrêt IV0 I si on éclaire la cellule par une lumière de
longueur d’onde = 0,250 m. Rappel : E(eV) . (Å) = 12400 (=hc)
2) Calculer la longueur d'onde de de Broglie pour :
a) Un neutron thermique d’énergie cinétique Ec= 0,05 eV.
b) Un projectile de masse M = 100 g se déplaçant avec une vitesse v = 900 m/s.
c) Lequel des 2 cas précédents a une nature ondulatoire observable?
27
Données : Pour neutron : m=1,675.10 kg ou mc2=940 MeV. hc = 12400 eV.Å ; h=6,626.1034 J.s
;Exercice 38 Questions de Cours
1) Lors d’une expérience photoélectrique menée sur une substance métallique avec une
radiation de longueur d’onde 1, le potentiel d’arrêt mesuré est : .
Quand on éclaire la même substance avec une radiation 2 = 21, le potentiel d’arrêt chute à une
valeur . A partir de ces résultats, calculer :
a) La longueur d’onde 1.
b) Le travail de sortie du métal.
  c) La fréquence seuil du métal. La lumière visible (0.4 - 0.75 m) peut elle produire un
effet photoélectrique ?
Donnée : hc = 12400 eV.Å

2) a) Justifier pourquoi une fonction d’onde du type : Cei( kx  t ) (onde plane) ne peut pas être
associée à une particule matérielle.
b) Montrer que la superposition de deux ondes planes de même amplitude et de vecteurs
d’onde voisins k1 et k2 ne peut pas être aussi associée à une telle particule. Considérer l’instant
k k
t=0 dans cette démonstration et poser : k 0  1 2 et k= k2k1.
2
c) Quelle est la solution acceptable physiquement pour disposer d’une onde associée à la
particule matérielle.
d) Que signifie la vitesse de groupe ?
Exercice 39
Une particule de masse m est restreinte à se déplacer dans le potentiel U(x) défini par :

où U0 est une constante positive

U(x)

Région I Région II

x
-a O a
 
1) Ecrire l’équation de Schrödinger. On notera par (x) la fonction d’onde associée à l’énergie
E de la particule.

2) Donner l’expression générale de la fonction d’onde (x) pour x  0. On posera : .

3) Montrer que les fonctions d’onde I(x) et II(x) relatives aux deux régions peuvent
s’écrire : I(x) = CI sink(x+a) et II(x) = CII sink(xa)
On précisera les expressions de CI et CII en fonction de a, k et une constante arbitraire.
4) Pour un tel potentiel, on sait qu’au point x=0, la dérivée première de la fonction d’onde
subit la discontinuité :   
En utilisant cette condition et la continuité de la fonction d’onde, montrer qu’on a une
relation de la forme : .
On explicitera y et  en fonction des données du problème.
5) Pour <<1, on a : avec n un entier. Trouver l’énergie de l’état fondamental
er
et celle du 1 état excité associées aux fonctions d’ondes ci-dessus.
;Exercice 40 Questions de Cours
1) a) Définir l’effet photoélectrique et expliquer brièvement pourquoi il pose un problème
dans le cadre de la physique classique.
b) On éclaire deux cellules photoélectriques par une lumière de longueur d’onde = 4500 Å.
La longueur d’onde maximale pour extraire des électrons de la première cellule est 6000 Å et
  l’énergie d’extraction de la seconde est le double de celle de la première.
Trouver le potentiel d’arrêt de chacune des cellules pour la lumière incidente utilisée.
On donne : hc =12400 eV. Å
2) Louis de Broglie a postulé d’associer une onde à une particule matérielle.
a) Pourquoi les ondes de Louis de Broglie (ondes de matière) ne sont pas détectables pour
les systèmes macroscopiques ?
b) Citer des différences entre les ondes de matière et les ondes de lumière.
;Exercice 41 Questions de Cours
1) a) Expliquer brièvement pourquoi le rayonnement du corps noir ne peut pas être traité
dans le cadre de la physique classique.
b) Même question pour ce que l’on convient d’appeler l’effet Compton.
2) Une cellule photoélectrique est éclairée successivement par trois radiations de longueurs
d’onde : = 0,55 m ;  = 0,66m ;  = 0,73m.
a) Sachant que le travail de sortie de la cellule est Ws = 2 eV, laquelle des radiations
utilisées donnerait un effet ? Justifier votre réponse.
b) Calculer le potentiel d’arrêt et en déduire la vitesse maximale des photoélectrons.

3) Louis de Broglie a postulé d’associer une onde à une particule matérielle.


a) Calculer la différence de potentiel accélératrice nécessaire pour que l’onde associée à
un électron ait une longueur d’onde de 1Å.

b) Justifier pourquoi une fonction d’onde du type Cei(kx  t ) (onde plane) ne peut pas
être associée à une particule matérielle.

31
Données : hc = 12400 eV.Å ; me=9,1.10 kg ; e=1,6.1019C ; h=6,62.1034 J.s
 
Exercice 42 : Paquet d’ondes gaussien
On considère une particule libre de masse m que l’on décrit par un paquet d’ondes (à une
dimension) défini, à l’instant t=0, par :
1 
 ( x , t  0) 
2

g( k ) e ik .x dk

On suppose que g(k) est une gaussienne centrée à l’origine, soit :


2
g(k) = exp[a2k ] avec a homogène à une distance.
1) Montrer que (x, t=0) est aussi une gaussienne de la forme :
 x2   
On donne :  e u du 
1 2
 ( x , t  0)  exp   2 
a 2  4a 
 
2) Déterminer les largeurs à mi-hauteur k et x des fonctions g(k) et (x,0)
respectivement. En déduire que le produit x.k = 8.ln2.
3) Réécrire ce produit en utilisant la relation de Louis de Broglie. Commenter.
Exercice 43 P articule dans un puits semi-infini
Une particule de masse m et d’énergie E est soumise à un potentiel U(x) semi-infini tel
que :
U(x) = +  pour x < 0
U(x) = 0 si 0≤ x ≤ a : Région 1
U(x) = U0 si x> a : Région 2
 
1) a) Tracer l’allure de U(x) ; U0 étant positif.

b) Ecrire l’équation de Schrödinger indépendante du temps dans chacune des régions.


On désigne par i(x) la fonction d’onde dans la région i ; (i=1,2).

2) Dans la suite, on considère le cas où 0<E< U0.

a) Donner la solution générale de (x) et montrer qu’elle peut s’écrire :


(x) = A sin k1.x. On précisera l’expression du vecteur d’onde k1. A étant une constante.

b) Justifier que dans la région 2, (x) décrit une "onde" évanescente de la forme :
B exp(k2.x). Préciser l’expression de k2. B étant une constante.

c) Utiliser les conditions de continuité au point x=a et donner la relation liant k1 et k2.

3) a) Quelle est la densité de probabilité (x) de trouver la particule dans la région 2.

b) Déterminer la profondeur de pénétration x0 de la particule dans cette région. x0 est


telle que (x) est réduite d’un facteur e (base logarithmique) par rapport à sa valeur au
point a.
4) On fait tendre maintenant U0 vers l’infini.
a) Que deviennent (x) et la profondeur x0.
b) Montrer que l’énergie de la particule est quantifiée.
 
Exercice 44 : ( Particule confinée dans une boite ou un puits)

Considérons une particule de masse m, d’énergie E > 0, V(x)


soumise au potentiel suivant:

V(x) = 0, si 0 < x < a


V(x) = ∞, si : x  0 et x  a
1. Tracer la figure de V(x).
2. Écrire l’équation de Schrödinger dans l'intervalle ]0, a[. 0 a x
3. Donner la fonction d'onde  (x) à l'intérieur et à l'extérieur du puits de potentiel.
4. Donner l'expression des niveaux d'énergie En. de la particule confinée dans une boite à murs rigides.
5. En déduire les 3 premiers niveaux d'énergies (fondamental E1 et excités E2, E3) si la particule est:
a) Un électron enfermé dans une boite de taille a= 10-10 m.
b) Une sphère métallique de masse 1 g en mouvement dans une boite de taille a = 10 cm.
6. Discuter l'importance des effets quantiques pour ces deux systèmes (l'électron et la sphère
métallique).
(Données : h= 6.63 10-34 J.s 1eV=1.6 10-19 J m(e-)=9.1 10-31 kg )

Exercice 45 Questions de cours : Effet photoélectrique


1) Qu’est ce que c’est l’effet photoélectrique ?
2) Répondre par vrai ou faux en justifiant votre réponse :
a) Plus une source émet de photons, plus l’énergie de ces photons est importante.
b) Il suffit de rapprocher suffisamment une source lumineuse d’un métal pour que
l’énergie rayonnée devienne assez grande pour extraire les électrons.
  3) Vrai ou faux ? Dans l’effet photoélectrique, le nombre photons qui frappent la plaque
métallique est supérieur au nombre des électrons émis.
4) Expliquer comment faut-il agir pour que l’intensité de courant dans une cellule photoélectrique
fonctionnant dans le domaine de la saturation augmente.
5) Expliquer comment faut-il agir pour que l’intensité de courant dans une cellule photoélectrique
s’annule.

Exercice 46 : Equation de Schrödinger


On considère une particule de masse m soumise à un potentiel décrit par le schéma ci-dessous. On suppose que
cette particule vient du coté gauche avec une énergie inférieure à la barrière du potentiel V1 (V2<E<V1).
V(x)
V1
E

V2

0 a x

1- Donner les prédictions de la mécanique classique sur le mouvement de la particule dans un tel potentiel ?
2- Ecrire l’équation de Schrödinger stationnaire dans la région 1 (x<0), dans la région 2 (0<x<a) et dans la
région 3 (x>a). Exprimer les vecteurs d’onde k1, k2 et k3 en fonction de l’énergie E, de la masse m et de la
valeur du potentiel V(x).
3- Dans les régions 1 et 3, on s’intéresse aux solutions de la forme :

 1 ( x)  e ik x  A e ik x
1 1
si x<0
 3 ( x)  D eik x 3
si x>a
Le coefficient de l’onde incidente dans la région 1 a été fixé (conventionnellement) à l’unité.
a) interpréter les différents termes des fonctions d’onde 1(x) et 3(x).
k3
b) Que représentent les termes |A|2 et |D|2 ?
k1
c) Quelle est la forme de 2(x) dans la région 2 ( 0<x<a) ?
4- Ecrire les conditions de continuité de la fonction d’onde et de sa dérivée première aux points de
discontinuités de V(x). Exprimer la constante D en fonction des données du problème.
5- Donner l’expression du coefficient de transmission T, et montrer qu’il peut s’écrire sous la
forme suivante :
4 k 3 k1 2m
T  2  (V1  E )
k k  2
(1  3 ) 2 ch 2 ( a )  ( 3  ) 2 sh 2 ( a )
k1  k1

Trouver l’expression de T si a >>1, donner sa limite. e x  ex e x  ex


On donne : sh( x)  ch ( x) 
2 2
Exercice 47
!"# $%"&!"'#!()*+,-.01/!23!435
8
=N 1
./ ; D 9
> M 1:? 23<1<43
6%!!!%!7B @E3 A
=
CN./1;F 3GHHIJKL
1/O%!#"!!# "!D5
3/P()*((QR,-S,-N./ 1ET!1!%!# "UV1W#XY!5
Z[-\Q,((,-,]^-(*-_R`a*ab(b^c-S,-^R`Qd,R-(*-_*R^beQ(,-S*f]-()bf^,Rd*((,-h 3g43i(`R]-S)Qf,-n,]QR,-"!5
 
2
j
l E Ekm
o5/O(),+_R,]]b̀f-S,-()p*nb(^`fb,f-q %W"!""'5
o5'/reRbR,-()csQ*^b̀f-*Q+-d*(,QR]-_R`_R,]-S,-q %!!t1u!%!#()cf,Rvb,-"!"5
w5/x%"y"#z {1E {1E N./ 15
w5'/|!}"y"#z{1 !""N./ 15
~/ ""V{15V1##!"%"!!5
Exercice 48 L’effet Compton
1) a- Interpréter la relation qui régit l’effet Compton : h
λ  λ0  (1  cosθ)
mc
b- Montrer que la relation entre l’angle de diffusion du photon et l’angle de diffusion de
 hν 
l’électron est telle que : cotg   1  0  tg θ
 mc2  2
max hν 0
c- Montrer que l’énergie cinétique maximale transférée à l’électron après diffusion est : E c  2
1  mc
2hν 0
2) a- Un rayon X de longueur d’onde 0.300Å subit une diffusion Compton à 60°. Quelles
sont, après diffusion, la longueur d’onde du photon et l’énergie cinétique de l’électron.
b- Un électron frappé par un Rayon X de 0,5 MeV acquiert une énergie de 0.1 MeV.
i) Calculer la longueur d’onde du photon diffusé sachant que l’électron était initialement au repos.
ii) Calculer l’angle que fait le photon diffusé avec le photon incident.
On donne : h/mc=0,024Å (=C dite longueur d’onde de Compton).