Vous êtes sur la page 1sur 14

CONCOURS NATIONAL D’ACCÈS AUX ÉCOLES DE MANAGEMENT (CNAEM)

(ENCG / ESI)

FILIERE ECONOMIQUE ET COMMERCIALE


OPTION  SCIENTIFIQUE

EPREUVE : L’ENTREPRISE ET SON ENVIRONNEMENT

Lundi 27 mai 2013 - de 8 h à 12 h


_______________

L'épreuve « L’entreprise et son environnement» comprend 11 pages. L’épreuve est structurée en une
partie « Management et gestion » et une partie « Economie-Droit ».

Matériels et documents autorisés :


- La liste des comptes du plan comptable marocain
- Une calculatrice de poche pouvant être programmable et alphanumérique, à fonctionnement
autonome, sans imprimante, sans document d’accompagnement et de format maximum 21
cm de long sur 15 cm de large.
…………………………………………………………………………………………………………..

Partie 1 : MANAGEMENT ET GESTION


Présentation de l’entreprise
Créée en 1976, la société thérapeutique marocaine (SOTHEMA) est un
laboratoire pharmaceutique dont le capital est détenu à 100 % par des
actionnaires marocains. L’entreprise est spécialisée dans la fabrication et la
commercialisation des médicaments ; elle représente 33 laboratoires
commettants internationaux parmi les leaders au monde dans la Recherche &
Développement.
Les médicaments fabriqués et commercialisés par SOTHEMA sont des marques
phares dans les officines du Maroc. Ce sont aussi des marques connues au
niveau de plusieurs marchés internationaux tels que le Maghreb, l’Afrique
subsaharienne et l’Afrique de l’ouest, le Golf persique ainsi que dans certains
pays européens.
La politique d’internationalisation de SOTHEMA concerne aussi bien la mise en
place de filiales sous forme d’usines de production de médicaments dans les
pays d’accueil que l’ouverture de bureaux de représentation.
SOTHEMA noue également plusieurs partenariats dans le cadre de la sous-
traitance industrielle. Sa maîtrise des technologies industrielles les plus
récentes, son site industriel performant, sa grande capacité de production ainsi

Page 1 sur 14
que les compétences de son personnel lui permettent d’offrir une prestation de
façonnage de haut niveau à des tarifs extrêmement compétitifs.
Au-delà de ses relations purement commerciales avec ses partenaires,
SOTHEMA participe à la mise à niveau du secteur de la santé au Maroc à travers
des formations scientifiques dispensées au profit du corps médical du royaume.
Grâce à son site industriel de 65.000 M 2 couverts, conçu de manière propice aux
extensions, SOTHEMA est très réactive à toutes les adaptations aux nouvelles
normes de qualité et de sécurité industrielle. Les investissements concernent
aussi bien les constructions de nouvelles unités que l’acquisition d’un matériel
de production de dernière génération.
Sur le plan du savoir-faire, SOTHEMA investit massivement dans la formation
continue afin d’actualiser les compétences de son personnel dans tous les
domaines industriels, techniques, managériaux et scientifiques.
Par ailleurs, SOTHEMA est cotée en bourse depuis février 2005 ; 15% de son
capital y est ouvert.
Malgré le contexte économique, social et politique difficile, SOTHEMA compte
poursuivre son développement au Maroc et à l’international.

DOSSIER 1 : CADRE STRATEGIQUE DE L’ENTREPRISE SOTHEMA


Après avoir pris connaissance de la présentation générale de l’entreprise et des
annexes 1 à 5, vous répondez aux questions suivantes :
1. Analysez l’environnement de l’entreprise SOTHEMA en identifiant les
opportunités et les menaces.
2. Caractérisez les choix stratégiques de SOTHEMA et montrez en quoi ils
représentent des réponses appropriées aux caractéristiques de son
environnement.

DOSSIER 2 : CALCUL DE COUTS ET FIXATION DE PRIX


SOTHEMA envisage d’introduire un nouveau médicament spécialisé dans le
traitement de certaines affections cardiaques dont la production serait d’abord
destinée au marché national.
La fabrication de ce nouveau médicament nécessite la mise en place d’une
nouvelle ligne de production, la formation du personnel et l’obtention de
l’autorisation de mise sur le marché.

A partir des données en annexe 6, vous répondez aux questions


suivantes :

1. Calculez le prix de vente aux grossistes HT découlant de l’application de la


méthode de fixation de prix du ministère de la santé en retenant un taux de
change de 1€ = 11 DH
2. Calculez le prix public Maroc TTC en retenant un prix de vente aux
grossistes de 100 DH la boite.

Page 2 sur 14
3. Calculez le coût de revient et le résultat analytique correspondant à une
production annuelle de 180 000 boites.
4. Quel doit être le niveau de production minimale pour que l’exploitation du
nouveau médicament soit rentable ?

Dossier 3 : ENREGISTREMENT COMPTABLE


Dans le cadre de la réalisation du projet d’investissement sus mentionné,
l’entreprise a effectué un certain nombre d’opérations comptables qu’on vous
demande d’enregistrer.
A partir des données en annexe 7; vous répondez aux questions suivantes :
1. Déterminez la valeur de la machine
2. Présentez le tableau d’amortissement de la machine
3. Passez les écritures comptables relatives à :
- L’acquisition de la machine
- La première dotation aux amortissements de la machine

*****************************************************************************
****

ANNEXE 1 : Missions, produits et marchés de SOTHEMA


Missions :
Dans sa signature « Des énergies unies pour la vie », SOTHEMA exprime son
projet d’entreprise qui vise à privilégier la vie de l’homme sur la terre. Depuis sa
création, SOTHEMA s’est assignée comme mission de permettre au Maroc ainsi
qu’aux pays de l’Afrique subsaharienne d’être autonomes en matière de
fabrication des médicaments. Il s’agit pour SOTHEMA d’aider les populations à
accéder plus facilement aux soins nécessaires.
Produits :
SOTHEMA fabrique, importe et commercialise un portefeuille diversifié de
produits pharmaceutiques. Les médicaments de SOTHEMA couvrent la presque
totalité des familles thérapeutiques existant au Maroc. Ils sont présentés selon
différentes formes galéniques : formes sèches, formes liquides, formes
pâteuses, formes injectables, collyres et seringues pré remplies …
Malgré sa diversification, SOTHEMA se veut spécialiste dans certains domaines
thérapeutiques et dans certaines formes galéniques. Par exemple, SOTHEMA
est, depuis 30 ans, le seul laboratoire fabricant l’insuline. SOTHEMA est le
premier laboratoire marocain ayant introduit la fabrication des sérums en poche
souple au Maroc. Elle est aussi l’unique fabricant des collyres et le premier
fabricant des céphalosporines. Pour les injectables, SOTHEMA possède une
grande expérience et un savoir-faire reconnu internationalement.
Marchés :

Page 3 sur 14
SOTHEMA possède un portefeuille clientèle varié. Sa production est destinée
aussi bien aux marchés publics que privés. Elle exporte également une partie à
l’étranger. Les médicaments de SOTHEMA sont distribués aux hôpitaux civils et
militaires, aux polycliniques, aux communes, aux cliniques privées et
mutualistes, aux grossistes ainsi qu’à toutes les pharmacies du Maroc.
L’un des points forts de SOTHEMA est la disponibilité permanente de ses
médicaments dans les centres de traitement, les grossistes et les officines. Les
représentants pharmaceutiques et les délégués médicaux de SOTHEMA
sillonnent toutes les régions du Maroc.
SOTHEMA capitalise également sur son partenariat durable avec le ministère de
la santé, principal partenaire de l’entreprise. Que ce soit dans le cadre d’appels
d’offres ou de marchés par entente directe, les relations de SOTHEMA avec le
ministère de la santé sont synonymes d’échanges permanents et fructueux au
service de la médecine marocaine.
CONSEIL DE LA CONCURRENCE 2011
ANNEXE 2 :   PANORAMA DE L’INDUCTRIE PHARMACEUTIQUE AU
MAROC 
Le princeps est le médicament original issu de recherches pharmaceutiques.
Celui-ci bénéficie toujours d’une période de protection par brevet qui lui accorde
le monopole mondial, sur le marché pendant une durée de 8 à 12 ans en
moyenne après sa commercialisation dans son pays d’origine.
Une fois le brevet échu, d’autres laboratoires ont le droit de commercialiser des
copies conformes de ces princeps. La spécialité générique d'une spécialité de
référence est considérée comme ayant la même composition qualitative et
quantitative en principe(s) actif(s) et la même forme pharmaceutique que la
spécialité de référence.
Poids de la réglementation :
Le secteur pharmaceutique est fortement réglementé dans tous ses aspects
notamment, la création, le fonctionnement et le contrôle des établissements
pharmaceutiques industriels, les mises sur le marché et les prix des
médicaments.
Structure de l’offre :
En 2010, le chiffre d’affaires réalisé par l’industrie pharmaceutique au niveau
national est de
7,9 milliards de dirhams pour la partie privée (médicaments vendus en
pharmacies). L’évolution par rapport à 2009 a été de +1% en volume et de +2%
en valeur.
L’industrie pharmaceutique Marocaine est une industrie, principalement
focalisée sur la production mais la part des médicaments importés est en
croissance régulière. L’industrie pharmaceutique nationale est caractérisée par
un faible volume de production et des difficultés à réaliser des économies
d’échelle, du fait de l’étroitesse du marché local.
Dans la sphère des industriels du secteur pharmaceutique, trois opérateurs
sortent du lot et constituent les leaders du marché pharmaceutique Marocain
privé (hors secteur hospitalier).

Page 4 sur 14
(…) Les médicaments au Maroc sont distribués à travers 2 circuits principaux :
Un circuit direct, et un circuit indirect.
Le circuit direct consiste en marchés passés directement entre, d’une part, les
laboratoires et d’autres parts, les pharmacies, le ministère de la santé, la santé
militaire, les organismes ou les cliniques.
Le circuit indirect consiste à passer à travers les grossistes répartiteurs pour
approvisionner les pharmacies et tout autre organisme. Ce dernier circuit
domine le marché et représente près de 80%
(…) L’importation des médicaments est strictement réglementée et encadrée
par l’administration compétente. En effet, toute importation de médicament est
soumise à l’autorisation préalable du ministère de la santé.
La demande :
La consommation pharmaceutique privée (médicaments achetés en pharmacie,
à l’exclusion de la consommation hospitalière) annuelle, par habitant, au Maroc
était en 2009, en valeur de 372 DH (soit moins de 46 USD, alors que l’Américain
consomme 770 USD / an, le Japonais 506 USD et l’Européen 380 USD).
L’évolution cumulée de la consommation en termes de valeur, sur la période
1991-2005, était de +104% soit une moyenne annuelle de +7,5%. Cette
évolution passe à +44% sur la période 2005-2009 soit une moyenne annuelle
de +11%. Ceci s’explique en bonne partie par l’impact de la mise en place de
l’AMO sur la consommation des médicaments.
L’industrie pharmaceutique Marocaine est réputée être aux normes
internationales et les produits pharmaceutiques nationaux s’exportent vers un
grand nombre de pays européens, notamment, la France, l’Allemagne mais
aussi aux pays d’Amérique du Nord sans oublier l’Afrique, l’Asie et le monde
Arabe. Ce positionnement à l’international, fait que le secteur pharmaceutique
Marocain occupe aujourd’hui la seconde place en Afrique après la République
Sud Africaine.
Les exportations en médicaments concernent aussi bien les médicaments
génériques Marocains que des séries industrielles européennes délocalisées par
certains groupes étrangers, qu’ils soient princeps ou génériques.
CONSEIL DE LA CONCURRENCE 2011

ANNEXE 3 : MÉDICAMENTS: LES INDUSTRIELS DÉTAILLENT LA BAISSE


DES PRIX
- L’Economiste: En quoi consistent et quels sont les avantages de l’accord signé
le 11 juillet 2012 entre la direction du médicament et de la pharmacie et les
industriels pharmaceutiques?
- Abdelghani El Guermaï: C’est la première fois que nous allons disposer d’un
cadre réglementaire pratique pour déterminer les prix des médicaments. Voilà
au moins cinq ans que nous discutons cette question avec le ministère de la
Santé et nous nous félicitons d’avoir enfin abouti à cet accord avec l’actuel
ministre, le Pr Louardi, même si les laboratoires ne sont pas tous satisfaits.
Concrètement, cet accord a été déterminé sur la base de la moyenne des prix
utilisés pour chaque produit dans les pays comparables au Maroc en ce qui
Page 5 sur 14
concerne la réglementation, le circuit du médicament, etc. Soit: le pays
d’origine, le Maroc, la France, la Belgique, l’Espagne, le Portugal, la Turquie et
l’Arabie Saoudite. Ceci pour les princeps.
Quant aux génériques, leurs prix seront réexaminés selon un tableau de
décrochage par rapport au prix du princeps de même «principe actif ou DCI».
De plus, un autre avantage a été concédé sur le plan des génériques:
désormais, chaque laboratoires fabricant autorisé peut disposer d’un et
seulement d’un générique par DCI.
L’ECONOMISTE N° 3837 DU 2012/07/31

ANNEXE 4 : SOTHEMA BAISSE LE PRIX DE SON INSULET


SOTHEMA baisse le prix de l’un de ses médicaments les plus stratégiques, en
l’occurrence l’insuline. L’annonce a été faite par la directrice générale du
laboratoire pharmaceutique lors d’un point de presse organisé lundi dernier à
Casablanca. Affichant un sourire de satisfaction, Lamia TAZI parle d’une baise
substantielle de 35% du prix public Maroc (PPM) de ce produit vital pour les
diabétiques. Ainsi, le prix de vente de l’insuline en pharmacie passera de 134
DH à 85 DH.
La jeune directrice du laboratoire national a annoncé également que d’autres
baisses sont prévues pour d’autres médicaments. Une décision qui suscite
moult interrogations. Serait-ce une réponse au rapport parlementaire sur le prix
du médicament au Maroc, jugé trop élevé par ses auteurs ? «Non», se défend la
directrice du laboratoire. Et de poursuivre : «les conclusions de cette étude sont
biaisais. L’étude n’a pas pris en considération tous les médicaments sur le
marché, ce qui fausse l’analyse. C’est pourquoi, l’AMIP ? Association marocaine
de l’industrie pharmaceutique, a lancé récemment une étude sur le prix du
médicament dont les résultats seront publiés prochainement.
LA VIE ECONOMIQUE – 01 MARS 2010

ANNEXE 5 : LE PHARMACIEN MAROCAIN SOTHEMA SOIGNE SON


DEVELOPPEMENT A L'INTERNATIONAL
L'inauguration d'une usine au Sénégal et la signature d'une joint-venture avec
un industriel algérien sont les derniers faits d'armes de SOTHEMA.
(…) Devant l'étroitesse du marché local marocain du médicament, SOTHEMA
cible de plus en plus le marché international. Cette situation s'explique entre
autre par une faible consommation de médicaments et une baisse des prix des
génériques qu'il faut compenser à travers notamment les activités
d'exportation.
Tournée vers la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) à travers
l’Algérie, la Libye, la Mauritanie ou les pays du golfe, l’entreprise est déjà
présente dans une douzaine de pays d'Afrique francophone.

Page 6 sur 14
Durant les 6 dernières années, SOTHEMA a adopté une politique de filialisation
marquée par la création de trois filiales respectivement au Sénégal, en Algérie
et en Arabie Saoudite.
En Algérie, elle vient de créer une joint-venture avec un industriel algérien pour
la construction d'une unité de production pour l'essentiel de solutions
injectables. Le montant de l'investissement total est de 200 millions de dirhams
(18,06 millions d'euros).
L'intérêt de SOTHEMA pour l'Algérie s'explique entre autres par la
consommation nationale du médicament par habitant qui est de 5 fois celle du
Maroc pour une population à peine supérieure de 16% selon les recensements
de 2008 tout en ayant un taux de croissance démographique plus élevé.
Au Sénégal, malgré une inauguration officielle tardive le 18 mars dernier
coïncidant avec la visite du roi Mohamed VI dans le pays, l'usine de Dakar
dénommée West Afric Pharma (WAPH), a démarré sa production depuis une
bonne année déjà.
Spécialisée dans la fabrication de génériques, cette filiale sénégalaise se
destine au traitement des pathologies les plus fréquentes de la région, comme
le paludisme, le choléra ou les diarrhées …
USINENOUVELLE.COM- 10 Avril 2013

ANNEXE 6 : prix et coûts


- Le prix grossiste hors taxes :
Pour les médicaments princeps, le prix de vente hors taxes pratiqué par les
laboratoires pharmaceutiques aux grossistes est déterminé sur la base de la
moyenne des prix utilisés par les pays comparables au Maroc : le pays
d’origine, la France, la Belgique, l’Espagne, le Portugal, la Turquie et l’Arabie
Saoudite.
Le médicament que SOTHEMA envisage d’introduire au Maroc est une
spécialité princeps destinée au traitement de certaines maladies cardiaques.
Son brevet est détenu par un laboratoire suisse. Le prix grossiste HT dans ces
pays ainsi que les coefficients de pondération retenus pour chacun d’eux sont
présentés dans le tableau suivant :
Suisse France Belgiqu Espagn Portugal Turquie Arabie
e e Saoudite
Prix grossiste HT 12 10 11 9 ,5 9 8,5 13
en €
Coefficient de 0 ,15 0,20 0 ,15 0 ,15 0 ,15 0,10 0,10
pondération (fi)

NB : Moyenne pondérée des Xi = ∑xi fi

-Le prix public Maroc TTC :

Page 7 sur 14
Le système de fixation des prix actuellement en vigueur prévoit une marge au profit
du grossiste et une autres au profit de l’officine égales à 5% et 30% de leurs prix de
vente respectifs.
La TVA applicable à ce type de médicament est de 7%.
-Éléments du coût de revient du médicament :
- Charges variables par boite produite : 35 DH
- charges fixes annuelles : 8 000 000 DH

ANNEXE 7 : OPERATIONS COMPTABLES


- Le 15/ 03/2012 : SOTHEMA passe une commande concernant une machine de
séchage et stérilisation GMS 400-5. Un acompte de 200 000 DH a été versé le
même jour
- Le 01/05/2012 : elle reçoit la machine accompagnée d’une facture dont les
éléments sont les suivants :
Montant brut HT: 5 000 000 DH, remise 10%, escompte de 2%, transport HT : 12
000 DH, montage HT : 28 000 DH, TVA à 20%. Règlement au comptant par
chèque bancaire compte tenu de l’acompte du 15/03/2012
- L’entreprise compte utiliser cette machine pendant 5 ans ; elle décide de
l’amortir selon le mode linéaire.

************************************************************************************

Partie 2 : Economie-Droit

Dossier 1 : Droit


Après avoir pris connaissance des extraits du contrat ci-dessous, vous
répondrez aux questions suivantes :

1. Qualifiez le contrat
2. Identifiez les parties au contrat
3. Caractérisez le contrat
4. Que peut faire IAM contre son client s’il cesse de payer le montant
de l’abonnement téléphonique ?
5. Précisez, en justifiant votre réponse, si les situations suivantes
représentent des motifs légaux pour la résiliation du contrat
d’abonnement sur demande du client ?
- Le licenciement du client par son employeur ;
- Le vol du téléphone ;
- La diminution du salaire de l’abonné ;
- Un déplacement de trois mois à l’étranger ;
6. a- Qu’est ce qu’une clause abusive ?
b- les conditions fixées pare IAM pour la résiliation du contrat sur
demande du client correspondent-elles à une clause abusive ?
Justifiez votre réponse

Page 8 sur 14
Extraits des Conditions générales d’abonnement au service de la
téléphonie mobile post payée
ARTICLE 1 : OBJET ET DOCUMENTS CONTRATUELS
Les présentes ont pour objet de définir les conditions et modalités d'abonnement
au service de la Téléphonie Mobile Post payée (Service) fourni par Itissalat Al
Maghrib (ci-après dénommée «  IAM ») (…)
ARTICLE 2: DURÉE ET DATE D'EFFET
Le contrat d'abonnement au Service de la Téléphonie Mobile Post payée est
conclu pour la durée minimale (12 ou 24 mois) fixée dans le formulaire de
demande d'abonnement (…) et prend effet à compter de la date de signature
(…) par le Client et IAM.
A l'expiration de sa durée minimale, le contrat est renouvelable par tacite
reconduction de mois en mois, sauf résiliation dans les conditions prévues à
l’article 19 ci-dessous.
ARTICLE 11 : OBLIGATIONS DU CLIENT
Le Client s'engage à :
- Utiliser les services auxquels il a souscrit, dans le cadre des présentes,
conformément à l'usage pour lequel ils ont été conçus et pour lequel ils sont
commercialisés. (…)
- S'interdire de stocker, télécharger ou envoyer toute donnée prohibée,
illicite, illégale, contraire aux bonnes mœurs ou à l'ordre public, ou portant
atteinte aux droits des tiers et notamment aux droits de propriété intellectuelle.
- Adopter un comportement non abusif, tel que spécifié dans le Catalogue
lors de l'utilisation du service Internet IAM se réserve le droit de suspendre ou
interrompre l'accès en cas du non respect par le Client de cet engagement.
- Utiliser le Service souscrit et le terminal fourni, dans le cadre des offres
GSM et/ou haut débit mobile 3G+, conformément aux présentes et à la
réglementation en vigueur ;
- Régler les factures correspondant au Service dans les délais fixés par IAM;
- Informer IAM sans délai de toute modification des informations
d'identification le concernant ;
- S'interdire de céder, louer, revendre le Service ou partie du Service,
détruire ou dégrader de quelque manière que ce soit, ni de procéder à toute
duplication de la carte SIM ou USIM fournie par IAM

Page 9 sur 14
ARTICLE 12 : OBLIGATION D'IAM
IAM s'engage à :
- Mettre en œuvre les moyens nécessaires pour garantir la qualité de service;
- Assurer la maintenance du Service (…)
- Procéder à la relève des dysfonctionnements du Service dans un délai
maximum de 48 heures à compter de la date de signalisation par le Client à
IAM desdits dysfonctionnements.

ARTICLE 19 : RESILIATION DU CONTRAT


19.1 Résiliation sur demande du Client
19.1.1 Après l'expiration de la durée minimale visée à l'article 2 ci-dessus, le
Client peut à tout moment résilier le contrat sous réserve d'un préavis de trente
(30) jours adressé à IAM par lettre recommandée avec accusé de réception et du
paiement des sommes dues à IAM. (…)
19.13 Le Client peut demander la résiliation de son contrat avant l'expiration de
la durée minimale, sans paiement de frais autres que l'apurement des factures
échues, en cas de :
- Défaut de couverture de réseau dûment constaté par IAM, privant le Client
d'une utilisation régulière et permanente du Service ;
- Motif légitime dûment justifié. A titre indicatif, les cas susceptibles d'ouvrir
droit à une résiliation du contrat pour motif légitime sont : le décès, la surdité
subite, le déménagement à l'étranger ou la perte d'emploi. Dans tous les cas, le
Client devra fournir à IAM les justificatifs adéquats du motif légitime invoqué.
19.14 Sous réserve du 19.13, en cas de demande de résiliation avant terme du
contrat, y compris dans le cadre d'une faculté de portabilité, le Client demeure
redevable des sommes suivantes :
- Pour une durée minimale de 12 mois ; les frais d'abonnement pour la
période restant à courir au titre de cette durée minimale,
- Pour une durée minimale de 24 mois :
• Si la résiliation intervient après le 12ème mois :
- En cas d'acquisition d'un terminal (téléphone) : au plus, de la différence
du prix d'acquisition du terminal pour une souscription à une durée de 24 mois
et celle de 12 mois ;
- En cas d'un avantage consenti au Client, de la valeur du dit avantage

Page 10 sur 14
• Si la résiliation intervient avant le 12ème mois de souscription, le
Client est redevable de :
- En cas d'acquisition d'un terminal : au plus, des frais d'abonnement pour la
période restante à courir jusqu'à le 12ème mois augmentés de la différence du
prix d'acquisition du terminal pour une souscription à une durée de 24 mois et
celle de 12 mois ;
- En cas d'un avantage consenti au client : des frais d'abonnement pour la
période restante à courir jusqu'à le 12ème mois, augmentés de la valeur du dit
avantage.
Les mesures ci-avant mentionnées au titre de la clause 19.14 constituent
l'intégralité des pénalités applicables au Client en cas de non respect de la durée
minimale souscrite.

Signature du client  Itissalat Al


Maghrib (IAM)
Shkoundi Rabiê Signature du
responsable commercial
Agence
Salé hay Karima
Fait à Salé le 01/01/2013

Dossier 2 : Economie

A partir des documents 1 et 2 et vos connaissances vous répondrez aux


questions suivantes :
1. L’attraction des IDE est un objectif majeur de la politique économique du
Maroc, quel sont les effets attendus de ces investissements ?
2. Dégagez les indicateurs des difficultés actuelles de l’économie marocaine
3. Quels sont les principaux atouts et limites du modèle économique
marocain ?

Document 1 : Quel Modèle Economique pour le Maroc ?


L’état marocain est resté longtemps en panne de projet économique pour le
pays. Pendant presque deux décennies, il s’est limité à gérer les affaires
courantes et à suivre les recommandations des bailleurs, en attendant d’y voir
plus clair. Cette défaillance a fini par anesthésier le débat économique dans ce
pays. A mes yeux, la situation a changé avec le nouveau règne. L’Etat a adopté
un modèle économique et social de référence, que je qualifierai de modèle-IDE
ou modèle-plate-forme, par référence au rôle central attribué à aux
Investissements directs étrangers.

Page 11 sur 14
Ce modèle mise, au niveau économique, sur l’investissement des grands
groupes étrangers pour alimenter la croissance dans une économie ouverte,
comme base de génération de revenus ‘’primaires’’, dont la dépense exerce des
effets multiplicateurs bénéficiant au reste de l’économie, notamment à celle des
services de proximité. Cette position, défendue par certains experts qui avaient
parlé d’une politique destinée à offrir ‘’une plate-forme de production et (ou) de
distribution pour le marché européen ’’ à l’occasion des réflexions sur la mise à
niveau, a été adoptée et élargie au marché global. Convaincus de la justesse de
ce choix, les responsables ne doutent plus, avant d’engager le pays dans des
voies jugées auparavant hasardeuses, pour autant qu’elles améliorent la
fameuse attractivité. La politique d’attraction des IDE se retrouve dans les
projets ‘’phares’’ de l’équipe économique, qui met en œuvre ce modèle, que ce
soit le Plan Azur, le projet de cession de terres agricoles, le plan Emergence ou
les méga projets d’infrastructure.
Au plan social, le nouveau modèle se donne comme priorité l’accompagnement
des reconversions que l’attraction des IDE va entraîner directement ou
indirectement. En ce sens, il ne s’agit plus de  faire du social pour conserver aux
gens leurs moyens d’existence traditionnels, comme cela a été le cas
auparavant, mais du social pour apporter de nouveaux moyens d’existence.
D’où l’insistance sur la politique de proximité, sur les activités génératrices de
revenus et le recours à la mobilisation sociale en vue de lutter contre la
pauvreté, en particulier en milieu urbain.
Source : Economia, Février 2008

Document 2 : Est-ce la fin du modèle économique marocain ?


Avant la crise financière de 2008, le Maroc faisait figure de bon élève, avec un
endettement maîtrisé, un faible déficit budgétaire et un équilibre de sa balance
courante. Ce n'est plus le cas. Aujourd'hui, le prix du baril plombe la balance
commerciale, les recettes touristiques s'érodent, les réserves de change
s'amenuisent, la dette publique augmente, les déficits courants et budgétaires
se creusent(…).
Le premier défi, c'est de garantir la stabilité macroéconomique en modérant les
dépenses.
Revue à la baisse, la croissance ne devrait pas dépasser les 2,4 % (au lieu des
3,4 % annoncés fin mai et des 4,2 % de la loi de finances, en mars) contre une
moyenne de 5 % ces dix dernières années. Elle est essentiellement dopée par
les investissements publics, les aides étrangères (Union européenne et pays du
Golfe) et la consommation intérieure, avec une forte politique d'incitation au
crédit... Un modèle qui a fonctionné avec un prix du baril à 40 dollars alors que
ce dernier tourne, en moyenne, autour des 80 dollars depuis trois ans. 
Le pays va donc être obligé d'engager des réformes audacieuses et de se serrer
la ceinture. Déjà, la Banque centrale marocaine intervient pour refinancer les
établissements bancaires privés. Le royaume pourrait également emprunter
auprès des bailleurs de fonds ou sur le marché international afin de faire face
aux dépenses urgentes. (…)

Page 12 sur 14
À court terme, le défi est de garantir la stabilité macroéconomique en modérant
les dépenses et en imposant la rigueur. Pour l'instant, les autorités ne veulent
pas prononcer le mot « austérité » et ont tendance à minimiser, voire à nier, les
réelles difficultés du pays. Beaucoup craignent un retour forcé au plan
d'ajustement structurel (PAS) des années 1980, une période douloureuse.

Le Maroc avait lancé de grands chantiers dans les infrastructures, le tourisme,


l'industrie, l'immobilier, les banques et les services. Une politique dépensière
mais qui a donné des résultats. En dix ans, le pouvoir d'achat des Marocains a
doublé. Le pays a fait une entrée de plain-pied dans le monde de la
consommation, dont les grandes enseignes (McDonald's, Carrefour, Metro) sont
les vitrines. 
Aujourd'hui, ce modèle, calqué sur celui de l'Espagne, s'essouffle. « Il faut
réorienter la politique économique vers l'industrie, un secteur à forte valeur
ajoutée qui, au Maroc, ne pèse que 15 % du PIB, contre plus de 22 % en
moyenne dans les pays émergents », précise un industriel français. Il s'agit donc
d'attirer de grands groupes, comme Renault à Tanger, Safran, Bombardier ou
Airbus à Casa, qui créent dans leur sillage une multitude d'opportunités pour
des sous-traitants. Mais pour être vraiment attrayant, il faudra que le royaume
gagne en compétitivité. Le coût du travail et les charges sociales sont élevés
pour un pays émergent, l'acquisition de foncier est compliquée et onéreuse.
Pour trouver un nouveau souffle, nombreux sont ceux qui appellent aussi à
accélérer la réforme agricole, avec la mise en place de pôles agro-industriels, et
à poursuivre les politiques de diversification des partenariats économiques vers
l'Afrique subsaharienne et les pays du Golfe. La crise européenne doit être
l'occasion de chercher de nouveaux débouchés. En une décennie, les échanges
avec le Vieux Continent ont baissé de dix points.
« On doit tenir aux Marocains un discours de vérité, recommande Ahmed
Lahlimi Alami, le haut-commissaire au Plan (HCP). Les réformes seront difficiles
à faire passer et nécessitent un consensus national de tous les
acteurs (politiques, syndicats, société civile). » Les autorités n'ont pas d'autre
choix que de réussir. Depuis deux ans, les grèves sont quasi-hebdomadaires et
la jeunesse se cherche un avenir. La moitié des 15-30 ans, qui représentent

Page 13 sur 14
30 % de la population et 44 % de celle en âge de travailler, n'a ni emploi ni
cursus scolaire en cours.
Source : Jeune Afrique, 24 Juillet 2012

Page 14 sur 14