Vous êtes sur la page 1sur 118

PAPETERIES DE CLAIREFONTAINE

TERRALYS
Centre de Rambervillers
55, rue Carnot - BP 41
88700 Rambervillers
Tél : 03 29 65 08 97

Etude préalable au recyclage agricole des


boues papetières et des résidus de fabrication
des carbonates issus des papeteries de
Clairefontaine

Rédacteur : Audrey ESVAN Date de rédaction : 10/03/16


Vérificateur : Sophie MIRSKI Date de vérification : 19/04/16
Référence : PE/E6771/1A59/16/16 Version : 1

C onception, étude, mise en °XYUH exploitation


de solutions de valorisation de sous-produits
organiques et minéraux.
Production et valorisation énergétique de
matières organiques.
Fabrication et vente G¶HQJUDLV et G¶DPHQGHPHQWV
normalisés.
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

SOMMAIRE

RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS ................................................................ 6


I - Intitulé de la demande ................................................................................................... 6
II - Identité du demandeur ................................................................................................. 6
GLOSSAIRE .................................................................................................. 7
RESUME NON TECHNIQUE............................................................................... 8
I - Présentation des Papeteries de Clairefontaine ............................................................. 8
I.1 - ODVWDWLRQG¶pSXUDWLRQ.................................................................................................... 8
I.2 - les lagunes ................................................................................................................... 9
II - 3UpVHQWDWLRQGXSODQG¶pSDQGDJH ................................................................................. 9
II.1 - Réglementairement .................................................................................................... 9
II.2 - Les matières à épandre .............................................................................................. 9
II.3 - Contexte agricole du parcellaire concerné par la présente demande ...................... 10
II.4 - Organisation de la valorisation ................................................................................. 14

ETUDE PREALABLE AU RECYCLAGE AGRICOLE ............................................... 16


I - Introduction ................................................................................................................. 16
II - Cadre réglementaire de la valorisation agricole des boues et des résidus de fabrication
des carbonates ............................................................................................................... 17
III - Présentation des Papeteries de Clairefontaine.......................................................... 18
III.1 - Localisation .............................................................................................................. 18
III.2 - 3UpVHQWDWLRQGHVDFWLYLWpVGHO¶XVLQH ....................................................................... 19
IV - Les matières à épandre ............................................................................................ 23
IV.1 - Quantités annuelles................................................................................................. 23
IV.2 - Propriétés agronomiques ........................................................................................ 23
IV.3 - Innocuité .................................................................................................................. 25
IV.4 - 'RVHVG¶DSSRUWVHWIOX[UpVXOWDQWV ........................................................................... 28
IV.5 - 6XUIDFHVG¶pSDQGDJHVQpFHVVDLUHV ........................................................................ 36
IV.6 - Conclusion ............................................................................................................... 37
V - Contexte environnemental du secteur ....................................................................... 38
V.1 - 'pOLPLWDWLRQGXVHFWHXUG¶pWXGH ................................................................................ 38
V.2 - Facteurs géographiques .......................................................................................... 41
V.3 - Contexte géologique et pédologique........................................................................ 42
V.4 - Ressources en eau .................................................................................................. 50
V.5 - Proximité des parcelles avec les activités humaines ............................................... 57
V.6 - Zones naturelles ....................................................................................................... 58
V.7 - &RPSDWLELOLWpGXSODQG¶pSDQGDJHDYHFOH6'$*(5KLQ0HXVHHWOHV6DJH .......... 62
V.8 - Facteurs climatiques ................................................................................................ 65
V.9 - Conclusions .............................................................................................................. 67
VI - Environnement agricole ............................................................................................ 68
VI.1 - Cadre général .......................................................................................................... 68
VI.2 - Présentation des exploitations agricoles ................................................................. 69
VI.3 - Surfaces mises à disposition par les exploitations .................................................. 71
VI.4 - Surfaces Agricoles Utiles des exploitations ............................................................ 72
VI.5 - Pratiques agronomiques ......................................................................................... 72
VI.6 - *HVWLRQGHVHIIOXHQWVG¶pOHYDJHVXUOHVH[SORLWDWLRQV ............................................. 73
VI.7 - Caractérisation des parcelles mises à disposition .................................................. 75
VI.8 - Résultats des analyses de sols ............................................................................... 76
VII - Organisation de la valorisation agricole ................................................................... 78
VII.1 - Organisation proposée ........................................................................................... 78
VII.2 - Délais réglementaires après épandages sur prairies permanentes ...................... 79
VII.3 - Périodes d'épandage ............................................................................................. 79
VII.4 - Stockages ............................................................................................................... 81
VII.5 - Reprise et transport ................................................................................................ 83
VII.6 - Epandage ............................................................................................................... 84

2
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

VII.7 - Fréquence de retour sur les parcelles.................................................................... 85


VII.8 - Gestion du dispositif ............................................................................................... 86
VIII - Suivi agronomique et technique .............................................................................. 87
VIII.1 - Analyses des matières à épandre ......................................................................... 87
VIII.2 - Suivi des parcelles, des sols et des cultures ........................................................ 88
VIII.3 - &DKLHUG¶pSDQGDJH ................................................................................................ 88
VIII.4 - Prévisionnel et bilan annuel .................................................................................. 89
VIII.5 - Information des agriculteurs .................................................................................. 89
IX - Filières alternatives ................................................................................................... 90
IX.1 - Compostage ............................................................................................................ 90
IX.2 - Incinération et co-incinération ................................................................................. 90
IX.3 - Centres de stockage de dechets ultimes ................................................................ 90
IX.4 - valorisation en briqueterie et cimenterie ................................................................. 91
IX.5 - Méthanisation .......................................................................................................... 91

ETUDE D¶IMPACT ......................................................................................... 92


I - $QDO\VHGHO¶pWDWLQLWLDOGXVHFWHXUG¶pSDQGDJH ............................................................ 92
I.1 - 'HVFULSWLRQGXSURMHWG¶pSDQGDJH .............................................................................. 92
I.2 - Contexte géologique .................................................................................................. 92
I.3 - Contexte pedologique ................................................................................................ 93
I.4 - Réseau hydrographique ............................................................................................ 94
I.5 - Hydrogéologie ............................................................................................................ 94
I.6 - Les zones naturelles .................................................................................................. 95
I.7 - Caractérisation des exploitations agricoles ............................................................... 96
I.8 - 5DSSHOGHO¶RUJDQLVDWLRQSURSRVpHSRXUODYDORULVDWLRQDJULcole des matières à
épandre ............................................................................................................................. 97
II - Impacts des dépôts et des épandages ....................................................................... 98
II.1 - Impact sur la qualité des eaux .................................................................................. 98
II.2 - Incidence des épandages ......................................................................................... 99
II.3 - Impact des dépôts .................................................................................................. 100
II.4 - Impacts sur les zones naturelles ............................................................................ 100
II.5 - Impacts sur le voisinage ......................................................................................... 102
II.6 - Saturation des exploitations en matière organique ................................................ 103
II.7 - Impacts agronomiques des épandages.................................................................. 103
III - Impact sur la santé des populations et du personnel : évaluation des risques sanitaires
...................................................................................................................................... 107
III.1 - Identification des dangers ...................................................................................... 107
III.2 - Evaluation des relations dose-réponse ................................................................. 111
III.3 - /HVYRLHVG¶H[SRVLWLRQSRVVLEOHV ........................................................................... 111
III.4 - Devenir dans les sols............................................................................................. 112
III.5 - Exposition des populations « cibles ».................................................................... 115
III.6 - Agents pathogènes ................................................................................................ 115

ETUDE DES DANGERS ................................................................................ 116


I - 5LVTXHVG¶LQFHQGLHHWG¶H[SORVLRQ ............................................................................. 116
II - 5LVTXHVG¶DFFLGHQWV ................................................................................................. 116
NOTICE D¶HYGIENE ET SECURITE ................................................................. 117
I - Hygiène..................................................................................................................... 117
II - Sécurité.................................................................................................................... 117
ANNEXES ................................................................................................. 118

3
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Index des tableaux


Tableau 1 : Apports en éléments fertilisants majeurs et secondaires ......................................... 10
Tableau 2 : Surfaces agricoles nécessaires ............................................................................... 10
Tableau 3 : Distances de sécurité vis-à-vis des activités humaines ............................................ 12
Tableau 4 : Fréquence analytique des boues brutes / an ........................................................... 14
Tableau 5 : Composition agronomique moyenne des différents effluents ................................... 23
Tableau 6 &RHIILFLHQWV.HTGHO¶D]RWHSRXUOHVFXOWXUHV± travaux du GREN ............................ 24
Tableau 7 : Eléments traces métalliques .................................................................................... 26
Tableau 8 : Composés organiques traces .................................................................................. 27
Tableau 9 : Besoins et exports en éléments fertilisants majeurs (N, P, K) des principales cultures
................................................................................................................................................... 33
Tableau 10 : Apports en éléments fertilisants majeurs et secondaires ....................................... 34
Tableau 11 : Flux en éléments traces métalliques et composés organiques traces apportés par
les matières à épandre sur 10 ans ............................................................................................. 35
Tableau 12 : Surfaces agricoles nécessaires ............................................................................. 36
Tableau 13 /LVWHGHFRPPXQHVGXVHFWHXUG¶pWXGH ................................................................. 40
Tableau 14 : Listes des communes distantes de moins de 100 m des parcelles concernées par
les épandages ............................................................................................................................ 41
Tableau 15 : Classe d'aptitude des sols observés sur le terrain ................................................. 49
Tableau 16 : Zones inondées et parcelles concernées ............................................................... 51
Tableau 17 : Liste des périmètres de prRWHFWLRQ pORLJQp GH FDSWDJH G¶HDX SRWDEOH GX VHFWHXU
G¶pWXGH ....................................................................................................................................... 53
Tableau 18 : Liste des communes et parcelles situées en zone vulnérable ................................ 57
Tableau 19 : Distances de sécurité vis-à-vis des activités humaines .......................................... 57
7DEOHDX&RPPXQHVGXVHFWHXUG¶pWXGHVLWXpHVHQ]RQH1DWXUD ................................ 58
Tableau 21 : Parcelles situées en zone Natura 2000 ZSC ......................................................... 58
Tableau 22 : ZNIEFF de type I et communes concernées .......................................................... 61
7DEOHDX/LVWHGHVDJULFXOWHXUVLQWpUHVVpVjLQWpJUHUGHVSDUFHOOHVDXSODQG¶pSDQGDJH ...... 70
Tableau 24 : Liste des surfaces mises à disposition par exploitation agricole ............................. 71
Tableau 25 : Surfaces nécessaires aux épandages des effluents des exploitations et surfaces
maximales restantes pour les boues et carbonates .................................................................... 74
Tableau 26 : Récapitulatif des aptitudes pédologiques des sols par exploitation ........................ 76
Tableau 27 : Analyses de sols, moyennes, minimums et maximums (mg/kg MS) ...................... 77
Tableau 28 : Délais de sécurité après épandages sur prairies ................................................... 79
Tableau 29 3pULRGHVG¶LQWHUGLFWLRQGHVpSDQGDJHV .................................................................. 80
Tableau 30 : Fréquence analytique des boues brutes / an ......................................................... 87
7DEOHDX/LVWHGHVFRPPXQHVGXVHFWHXUG¶pWXGHVLWXpHVHQ]RQH1DWXUD .................. 95
Tableau 32 : Liste des parcelles situées en zone Natura 2000 ZSC ........................................... 95
Tableau 33 : Apports moyens HQpOpPHQWVIHUWLOLVDQWVSRXUOHVGRVHVG¶pSDQGDJHenvisagées . 99
Tableau 34 : Flux en éléments traces métalliques et composés organiques traces apportés par
les matières à épandre sur 10 ans ........................................................................................... 106

4
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Index des figures


Figure 1 : Assolement moyen des exploitations intéressées en % de la SAU ............................. 11
Figure 2 : Carte des communes du secteur d'étude (en vert clair, communes pour lesquelles une
SDUFHOOHHVWjPRLQVGHPHQURXJHVLqJHGHO¶XVLQH ........................................................ 12
)LJXUH/RFDOLVDWLRQGHO¶XVLQHGHV3DSHWHULHVGH&ODLUHIRQWDLQH ............................................ 18
)LJXUH3ULQFLSHGHIRQFWLRQQHPHQWGHODVWDWLRQG¶pSXUDWLRQ .................................................. 21
Figure 5 : Innocuité vis-à-vis des éléments traces métalliques ................................................... 27
Figure 6 : Innocuité vis-à-vis des composés organiques traces .................................................. 28
Figure 7 : Cycle simplifié de la matière organique ...................................................................... 30
Figure 8 3ULQFLSHGXIUDFWLRQQHPHQWGHVDSSRUWVG¶D]RWHVXUFpUpDOHjSDLOOH .......................... 30
Figure 9 : Principe de la méthode du bilan de la fertilisation ....................................................... 32
Figure 10 : Carte des communes du secteur d'étude (en vert clair, communes pour lesquelles
XQHSDUFHOOHHVWjPRLQVGHPHQURXJHVLqJHGHO¶XVLQH ................................................. 39
Figure 11 : Carte géologique générale (échelle : 1/500 000ème) .............................................. 42
Figure 12 : Réseau hydrographique du secteur .......................................................................... 50
Figure 13 : Localisation des périmètres de protection de captage .............................................. 54
Figure 14 : Références cadastrales incluses dans le périmètre rapproché de la source Bacher . 55
Figure 15 : Plan de la parcelle QUJ-31 en rouge et surface exclue en bleu (périmètre de captage
en bleu hachuré) ........................................................................................................................ 56
Figure 16 : Carte des habitaWVG¶LQWpUrWFRPPXQDXWDLUHGHOD1DWXUD)5 ............. 59
Figure 17 : Rose des vents aéroport Metz-Nancy-Lorraine ........................................................ 65
Figure 18 : Précipitations et évaporations moyennes (mm) ........................................................ 66
Figure 19 : Assolement moyen des exploitations intéressées en % de la SAU ........................... 72
Figure 20 : Localisation du lieu de stockage des boues ............................................................. 82
Figure 21 : Localisation des lagunes de stockage des résidus de fabrication des carbonates
solides et liquides ....................................................................................................................... 83
)LJXUH3KRWRJUDSKLHVGHVpTXLSHPHQWVG¶pSDQGDJHGHVERXHVHWGHVUpVLGXVGHFDUERQDWHV
solides ........................................................................................................................................ 84
)LJXUH   3KRWRJUDSKLHV GHV pTXLSHPHQWV G¶pSandage des résidus de carbonates liquides ±
tonnes à lisier ............................................................................................................................. 85
Figure 24 : Localisation des éléments traces métalliques dans les sols ................................... 104

5
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS

I - INTITULE DE LA DEMANDE
'HPDQGH G¶DXWRULVDWLRQ G¶pSDQGDJH GHV boues GH OD VWDWLRQ G¶pSXUDWLRQ et des résidus de la
fabrication des carbonates issus des Papeteries de Clairefontaine.

II - IDENTITE DU DEMANDEUR

Demandeur PAPETERIES DE CLAIREFONTAINE

19, Rue GHO¶abbaye


Coordonnées du demandeur 88480 ETIVAL CLAIREFONTAINE
(siège social) Tél. : 03 29 42 42 42
Fax : 03 29 42 42 11

Forme juridique SAS

Signataire de la demande Monsieur Frédéric NUSSE

Qualité du signataire Président

Numéro de SIRET 40296529700011

Code activité (APE) Fabrication de papier et de carton (1712Z)

6
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

GLOSSAIRE
AEP : alimentation en eau potable
AP : arrêté préfectoral
APB : arrêté de protection de biotope
ARS : Agence Régionale de Santé (ex DDASS)
B: bore
BAF : benzo(a)pyrène
BBF : benzo(b)fluoranthène
Ca, CaO : calcium sous différentes formes
CC : communauté de communes
Cd : cadmium,
CIPAN : culture intermédiaire piège à nitrates
Cr : chrome
CTO : composés organiques traces
Cu : cuivre
DOCOB : GRFXPHQWG¶REMHFWLIV
DUP : GpFODUDWLRQG¶XWLOLWpSXEOLTXH
ETM : éléments traces métalliques
Fluor : Fluoranthène
GREN : *URXSH5pJLRQDOG¶Expertise Nitrates
Ha : hectare
HAP : hydrocarbures aromatiques polycycliques
Hg : mercure
ICPE : ,QVWDOODWLRQ&ODVVpHSRXUOD3URWHFWLRQGHO¶(QYLURQQHPHQW
K, K2O : potasse sous différentes formes
Mg, MgO : magnésium sous différentes formes
MO : matière organique
MS : matière sèche
N, NTK : azote sous différentes formes
Neff : azote efficace
Ni : nickel
P, P2O5 : phosphore sous différentes formes
PAC : Politique Agricole Commune
Pb : plomb
PCB : PolyChloroBiphényl
Q, Qté: quantité
S, Surf. : surface
SDAGE : 6FKpPD'LUHFWHXUG¶$PpQDJHPHQWHWGH*HVWLRQGHV(DX[
SAGE : Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux
SAU : surface agricole utile
Se : sélénium
SPE : surface potentiellement épandable
T: tonne
UGBN : Unité Gros Bovin Normalisé
VA : valeur agronomique
ZI : zone inondable
ZICO : zones importantes pour la conservation des oiseaux
Zn : zinc
ZNIEFF : ]RQHV1DWXUHOOHVG¶,QWpUrW(FRORJLTXH)DXQLVWLTXHHW)ORULVWLTXH
ZV : zone vulnérable

7
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

RESUME NON TECHNIQUE


I - PRESENTATION DES PAPETERIES DE CLAIREFONTAINE
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE situées sur la cRPPXQH G¶(7,9$/ &/$,5()217$,1(
produisent des papiers classés dans la catégorie impression écriture (papier reprographie,
enveloppes, offset, écoliers.....).
Cette activité, implantée depuis 1858, génère actuellement 165 000 tonnes de papier par an.

L'usine est équipée d'une station d'épuration physico-biologique TXL VH FRPSRVH G¶XQH
décantation primaire des matières en suspension (principalement des fibres de cellulose et des
FKDUJHV PLQpUDOHV GRQW GHV FDUERQDWHV GH FDOFLXP  VXLYLH G¶XQH GpJUDGDWLRQ GHV matières
GLVVRXWHVSDUODIORUHEDFWpULHQQHSUpVHQWHDXQLYHDXGXEDVVLQG¶DpUDWLRQ

/D SURGXFWLRQ DQQXHOOH GH ERXHV HVW GH O¶RUGUH GH   WRQQHV GH ERXHV j  GH VLFFLWp
(moyenne de 2011 à 2015).

En 1999, les Papeteries de Clairefontaine ont mis en place une plate-forme pour le compostage
des boues OHV FRPSRVWV SURGXLWV pWDQW YDORULVpV VXU XQ SODQ G¶pSDQGDJH DVVRFLp j OD SODWH-
forme (AP n°969/2001).
En  RQW pWp DGPLV VXU OH SODQ G¶pSDQGDJH GHV FRPSRVWV OHV UpVLGXV GH IDEULFDWLRQ GHV
carbonates (AP n°1379/2005 du 2 aout 2005).

Courant 2012-2013, les Papeteries de Clairefontaine ont cessé la mise en exploitation du site de
compostage afin de gérer les boues en un produit multi-filières.

Les Papeteries de Clairefontaine souhaitent désormais reYRLUOHSODQG¶pSDQGDJHDILQG¶pSDQGUH


les boues brutes ainsi que les résidus de fabrication des carbonates liquides et solides en lieu et
place des composts.

I.1 - LA STATION D¶EPURATION

/D VWDWLRQ G¶pSXUDWLRQ FRQVWUXLWH HQ  FROOHFWH XQLTXHPHQW OHV HDX[ industrielles des
papeteries. Le papier des Papeteries de Clairefontaine est fabriqué à partir de pâte vierge dont la
matière première est le bois.
La station G¶pSXUDWLRQ est de type physico-biologique ; elle est constituée :
- G¶XQ EDVVLQ WDPSRQ de 3000 m3 TXL SHUPHW GH UpJXOHU HW G¶KRPRJpQpLVHU OD FKDUJH
polluante injectée au niveau du décanteur;
- G¶XQGpFDQWHXUSULPDLUH ;
- G¶XQEDVVLQG¶DpUDWLRQG¶XQYROXPHGHP3 ;
- G¶XQGpFDQWHXUVHFRQGDLUH ;
- G¶XQpSDLVVLVVHXU

/HSURFpGpG¶pSXUDWLRQUHSRVHVXUXQHGécantation des matières en suspension (principalement


les fibres et le carbonate de calcium) puis une dégradation des matières dissoutes par la flore
EDFWpULHQQHSUpVHQWHDXQLYHDXGXEDVVLQG¶DpUDWLRQDes nutriments sont ajoutés au niveau du
EDVVLQ G¶DpUation afin de permettre la dégradation des matières dissoutes par les micro-
organismes.

Les eaux épurées sont rejetées dans le canal usinier puis dans la Meurthe.
/D SURGXFWLRQ DQQXHOOH GH ERXHV HVW GH O¶RUGUH GH   WRQQHV GH ERXHV j  GH VLFFLWp
(moyenne de 2011 à 2015).

8
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

I.2 - LES LAGUNES


Les carbonates de calcium sont utilisés dans le procédé papetier pour améliorer la blancheur et
O¶RSDFLWpGXSDSLHU
/HVFDUERQDWHVGHFDOFLXPVRQWIDEULTXpVVXUOHVLWHGHO¶XVLQHjSDUWLUGHFKDX[YLYH
La transformation de la chaux vive en carbonates de calcium est réalisée par la société OMYA,
conformément à la déclaration au titre de la législation sur les installations classées, référencée
Pne20030319E du 19 mars 2003.

La société OMYA possède le matériel de transformation. Seuls les locaux appartiennent aux
Papeteries de Clairefontaine.

Les résidus de fabrication des carbonates sont ensuite traités,


Î VXUODVWDWLRQG¶pSXUDWLRQ :
¾ les résidus du lavage des équipements de préparation, dès lors que le pH de
ceux-ci n¶HVWSDVWURSpOHYp
¾ la partie surnageante des résidus du tamisage du carbonate de calcium, le
WDPLVDJHpWDQWUpDOLVpDYHFDGMRQFWLRQG¶HDX ;
Î par stockage dans une lagune dite de « résidus liquides » :
¾ les résidus du lavage des équipements de préparation, dès que leur pH devient
WURS pOHYp HW ULVTXH GH SURYRTXHU OH G\VIRQFWLRQQHPHQW GH OD VWDWLRQ G¶pSXUDWLRQ
des Papeteries de Clairefontaine qui fonctionne sur un mode biologique ;
Î par stockage dans une lagune dite de « résidus solides » :
¾ les refus de tamisage grossiers.

Ainsi les résidus de la préparation des carbonates de calcium sont partiellement pris en charge
SDU OD VWDWLRQ G¶pSXUDWLRQ HW VH UHWURXYHQW SDU FRQVpTXHQW GDQV OHV ERXHV SURGXLWHV SDU OHV
Papeteries de Clairefontaine.

II - PRESENTATION DU PLAN D¶EPANDAGE


II.1 - REGLEMENTAIREMENT

/D YDORULVDWLRQ DJULFROH GHV ERXHV GH VWDWLRQ G¶pSXUDWLRQ LVVXH GH O¶LQGXVWULH SDSHWLqUH HVW
VRXPLVHjO¶DUWLFOH± (SDQGDJHGHO¶DUUrWpGXDYULO

II.2 - LES MATIERES A EPANDRE


La mise en place de la filière agricole est dimensionnée de manière à permettre la valorisation de
GHO¶HQVHPEOHGHODSURGXFWLRQGHERXHVFDUERQDWHVOLTXLGHVHWFDUERQDWHVVROLGHV

3UpFLVRQV TXH G¶XQH DQQpH j O¶DXWUH OHV TXDQWLWpV GH matières à épandre valorisées par type
pourront varier.

La présente dePDQGHSRUWHVXUO¶pSDQGDJH annuel G¶XQPD[LPXPde 2 600 tonnes de MS.

Du point de vue agronomique, les tableaux suivants reprennent les valeurs agronomiques de
O¶HQVHPEOH GHV matières à épandre prévues j O¶pSDQGDJH DLQVL TXH OHV VXUIDFHV DJULFRles
nécessaires à leur gestion.

9
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Tableau 1 : Apports en éléments fertilisants majeurs et secondaires


Carbonates Carbonates
Unité Boues brutes
liquides solides
'RVHG¶DSSRUW m3 ou t / ha 40 18 10
MS Kg MS /t 272 341 710
Matière Organique 7184 52 78
Azote total 173 2 3
dont 10% disponible 17 0 0
P2O5 70 6 5
sont 85% utilisable
Kg / ha 59 5 4
K2O 18 3 21
CaO 1924 3471 4061
dont 17,5% (boues) et 50%
(carbonates) efficace
337 1736 2031
MgO 18 51 46

'¶XQ SRLQW GH YXH DJURQRPLTXH OHV GRVHV G¶pSDQGDJH VRQW OLPLWpHV SDU O¶DSSRUW HQ PDWLqUH
RUJDQLTXHHWD]RWHRUJDQLTXHSRXUOHVERXHVHWO¶DSSRUWHQFKDX[SRXUOHVFDUERQDWHV

Les analyses des micro-polluants montrent que les boues et les résidus de carbonates issus des
Papeteries de Clairefontaine ont une composition en éléments traces métalliques et composés
organiques traces compatible avec la valorisation agricole. Les apports sont limités dans le
temps par le cumul des apports en matière sèche.

Une dérogation est demandée pour étendre augmenter le tonnage de matière sèche de boues
limite sur 10 ans de 30 à 60 tonnes/ha car :
F lDSUDWLTXHG¶pSDQGDJHGHVboues des papeteries de Clairefontaine à la dose moyenne de 40
tonnes brutes / ha avec un retour tous les 3 ans répond aux besoins en amendements
organiques et calciques des sols.
F dDQV FHV FRQGLWLRQV OHV IOX[ G¶pOpPHQWV-traces métalliques et de composés-traces
organiques sont très nettement inférieurs aux flux maximums autorisés.

Tableau 2 : Surfaces agricoles nécessaires


Boues Carbonates Carbonate
Unités Total
brutes liquides s solides
t MS /
Quantités de MS 2180 205 215 2 600
an
Siccité kg MS /t 272 341 710
'RVHPR\HQQHG¶DSSRUW t / ha 40 18 10
Surfaces annuelles d'épandage ha 200 33 30 263
Fréquence de retour ans 3 3 3
Surface totale ha 600 100 90 790
Y compris un coefficient de sécurité
ha 780 130 117 1027
de 30%

II.3 - CONTEXTE AGRICOLE DU PARCELLAIRE CONCERNE PAR LA


PRESENTE DEMANDE
23 exploitants agricoles sont intéressés à intégrer la filière de valorisation agricole des matières à
épandre issues des Papeteries de &ODLUHIRQWDLQHVXUOHVSDUFHOOHVTX¶LOVH[SORLWHQW
Les exploitations agricoles sont de type polyculture-élevage.
Ces exploitations mettent à disposition un total de 1532,15 ha.

10
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

II.3.1 - Caractéristiques des exploitations


La Surface Agricole Utile (SAU) des exploitations intéressées à leur intégration dans le plan
G¶pSDQGDJHUHSUpVHQWH hectares et se répartie de la manière suivante :
Figure 1 : Assolement moyen des exploitations intéressées en % de la SAU

Tournesol
Maïs ensilage 1% Pois Prairie
et grains 1% Jachère permanente
13% 0% 39%
Colza
9%

Orge Hiver
5%

Blé Prairie
20% temporaire
12%

La rotation culturale est globalement de 2 types : Colza / Blé / Orge et Maïs / Blé / Orge.

Les labours ont lieu :


- HQpWpDSUqVOHVPRLVVRQVSRXUOHVFXOWXUHVG¶DXWRPQH ;
- GDQVOHFRXUDQWGHO¶DXWRPQHHWGHO¶KLYHUHQSUpSDUDWLRQGHVFXOWXUHVGHSULQWHPSV ;
- avant semis des cultures de printemps en terres plus légères.

/¶pWXGHGHODJHVWLRQGHODIXPXUHGHVH[SORLWDWLRQVSUHQDQWHQFRPSWHOHVHIIOXHQWVSURGXLWVSDU
le bétaLO DLQVL TXH O¶XWLOLVDWLRQ GH ERXHV GH VWDWLRQV G¶pSXUDWLRQ VXU O¶H[SORLWDWLRQ SDUFHOOHV
distinctes, le principe « 1 parcelle - 1 déchet est respecté » afin de garantir la traçabilité des
opérations) indique que les risques de saturation en matière organique et en azote sont faibles.

11
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

II.3.2 - &DUDFWpULVWLTXHVGHVVXUIDFHVG¶pSDQGDJHV
/DSpGRORJLHHWO¶pWXGHHQYLURQQHPHQWDOHUpDOLVpHVXUOHVSDUFHOOHVDSHUPLVGHOHXUGRQQHUXQH
QRWHG¶DSWLWXGHjO¶pSDQGDJHHWGHSURFpGHUDX[H[FOXVLRQVUpJOHPHQWDLUHV :
Tableau 3 : Distances de sécurité vis-à-vis des activités humaines
Nature des activités 'LVWDQFHPLQLPDOHG¶LVROHPHQW
Immeubles, maisons, zones de loisirs ou 50 m pour les résidus de carbonates
établissement recevant du public 100 m pour les boues
pente 7 % : 35 m
pente 7 % : 200 m résidus de carbonates liquides
&RXUVG¶HDXHWSODQVG¶HDX
pente 7 % : 100 m pour les boues et les
carbonates solides
pente 7 % : 35 m
Puits, forages, sources
pente 7 % : 100 m
Lieux de baignades 200 m
Zones piscicoles et conchylicoles 500 m

Des analyses de sol ont été réalisées sur les parcelles de référence. Une analyse a été réalisée
en moyenne pour 60 ha.
Ces analyses de sol permettent de valider la conformité des sols aux épandages.

Après élimination des parcelles inaptes à l'épandage toute l'année, la surface épandable
totale disponible pour les boues et les carbonates solides est de 1122,82 hectares et de
185,89 hectares pour les résidus de fabrication des carbonates liquides.

Les parcelles pressenties pour épandage concernent le territoire de :


- Vosges : 733,41 ha 23 communes
- Meurthe et Moselle : 505,99 ha 27 communes
- Moselle : 69,31 ha 2 communes
TOTAL 1308,71 ha 52 communes

Parmi ces communes, 4 sont situées en zone vulnérable à la pollution par OHVQLWUDWHVG¶RULJLQH
agricole, correspondant à une surface mise à disposition de 47,51 hectares.

$FHVFRPPXQHVV¶DMRXWHQWFRPPXQHVGHV9RVJHVFRPPXQHVGH0HXUWKH-et-Moselle et 3
de Moselle, enquêtées car au moins une parcelle se situe à moins de 100 m de la limite
communale.

Figure 2 : Carte des communes du secteur d'étude (en vert clair, communes pour lesquelles une
parcelle est à moins de 100 mHQURXJHVLqJHGHO¶XVLQH

12
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

13
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

II.4 - ORGANISATION DE LA VALORISATION


Pour permettre un recyclage optimisé le principe est : RENDU RACINES GRATUIT.
UQ FHUWDLQ QRPEUH GH WkFKHV G¶RUJDQLVDWLRQ HW GH VXLYL WHFKQLTXH VHURQW PLV HQ °XYUH DILQ GH
JDUDQWLUODWUDoDELOLWpGHSXLVOHVWRFNDJHMXVTX¶jODSDUFHOOH agricole.

L'organisation de la valorisation agricole suit le schéma suivant :

x Stockage des boues et des résidus de carbonates solides et liquides au fur et à


mesure de leur production
- Les résidus de carbonates solides et liquides sont stockés sur le site GH O¶XVLQH GHV
Papeteries de Clairefontaine dans deux lagunes distinctes de 2500 m3 chacune.
- Les boues sont stockéHV VXU O¶DQFLHQQH SODWH-IRUPH GH FRPSRVWDJH GH O¶XVLQH GHV
Papeteries de Clairefontaine ou déposées en bout de champs.

x Suivi analytique des matières à épandre


Tableau 4 : Fréquence analytique des boues brutes / an
Tonnes de MS épandues par an - Sur stockage Bout de champs
< 5000 tonnes / an
Valeur agronomique 4 1 analyse pour 600 tonnes
Echantillon brutes livrées environ
représentatif de 3 mois Sur lots livrés bout de champs
Eléments traces métalliques + Se 4
Echantillon représentatif de 3 mois
Composés organiques traces 4
Echantillon représentatif de 3 mois

La fréquence des analyses des résidus de fabrication des carbonates solides et liquides
proposée en sus des analyses de boues est la suivante : une analyse est réalisée avant
chaque reprise pour épandage. Les résultats devront être connus suffisamment tôt pour
DGDSWHUODGRVHG¶DSSRUW

x Organisation des épandages sur parcelles


Ö pODERUDWLRQDQQXHOOHG¶XQSODQQLQJG¶pSDQGDJH ;
Ö UpDOLVDWLRQG¶DQDO\VHVGHODYDOHXUDJURQRPLTXHGHVVROV ;
Ö relations avec les agriculteurs et les prestataires chargés du transport et des
épandages ;
Ö contrôle de la qualité des épandages et respect de la réglementation en vigueur ;
Ö WHQXHjMRXUG¶XQFDKLHUG¶pSDQGDJH

x 3pULRGHVG¶pSDQGDJH
En été, début automne
- après moisson de colza, ou de céréales à pailles et avant implaQWDWLRQ G¶XQH FXOWXUH
G¶DXWRPQH ;
- après moisson de colza, ou de céUpDOHV j SDLOOHV HW DYDQW LPSODQWDWLRQ G¶XQH FXOWXUH GH
printemps, avec implDQWDWLRQSUpDODEOHG¶XQH&,3$1HQ]RQHYXOQpUDEOH ;
- après la 1ère ou la 2ème coupe sur prairie de fauche.

En automne
- en automne après le départ des bêtes pour les prairies de fauche ou de pâture.

Au printemps

14
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

- avant labours ou avant semis des cultures de printemps quand les conditions climatiques
sont favorables et que les sols sont portants ;
- à la reprise de végétation sur prairie et 6 semaines avant la mise en pâture.

x Transport, épandage
&HVSUHVWDWLRQVVRQWUpDOLVpHVVRLWSDUO¶DJULFXOWHXUV¶LO OHVRXKDLWH HWV¶LO HVWpTXLSpGXPDWpULHO
adéquat, soit par un prestataire de service.

/¶pSDQGDJH UHVSHFWH OHV GLVWDQFHV G¶LVROHPHQW YLV-à-YLV GHV FRXUV G¶HDX  P  HW GHV
habitations (50 m pour les résidus de carbonates solides et liquides et 100 m pour les boues).

x Suivi agronomique
Mise en place d'un suivi agronomique facilitant la prise en compte des éléments minéraux
apportés par les différentes matières à épandre, dans le raisonnement général de la fertilisation
des cultures. &H VXLYL DJURQRPLTXH VH FRPSRVH G¶XQ SURJUDPPH SUpYLVLRQQHO GHV pSDQGDJHV
réalisé au moins 1 mois avant les premiers épandages et tenu à la disposition de l'inspection des
installations classées, ainsi que d¶XQELODQDJURQRPLTXHGRQWXQHFRSLHHVWDGUHVVpHDXSUpIHWHW
aux agriculteurs concernés.

15
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

ETUDE PREALABLE AU RECYCLAGE


AGRICOLE
I - INTRODUCTION
/HV 3DSHWHULHV GH &/$,5()217$,1( VLWXpHV VXU OD FRPPXQH G¶(7,9$/ &/$,5()217$,1(
produisent des papiers classés dans la catégorie impression écriture (papier reprographie,
enveloppes, offset, écoliers.....).

Cette activité, implantée depuis 1858, génère actuellement 165 000 tonnes de papier par an.

/D SURGXFWLRQ DQQXHOOH GH ERXHV HVW GH O¶RUGUH GH   WRQQHV GH Eoues à 27% de siccité
(moyenne de 2011 à 2015).

En 1999, les Papeteries de Clairefontaine ont mis en place une plate-forme pour le compostage
GHV ERXHV OHV FRPSRVWV SURGXLWV pWDQW YDORULVpV VXU XQ SODQ G¶pSDQGDJH DVVRFLp j OD SODWH-
forme (AP n°969/2001).
(Q  RQW pWp DGPLV VXU OH SODQ G¶pSDQGDJH GHV FRPSRVWV OHV UpVLGXV GH IDEULFDWLRQ GHV
carbonates (AP n°1379/2005 du 2 aout 2005).

Courant 2012-2013, les Papeteries de Clairefontaine ont cessé la mise en exploitation du site de
compostage afin de gérer les boues en un produit multi-filières.

Les Papeteries de Clairefontaine souhaitent désormais revoir OHSODQG¶pSDQGDJHDILQG¶pSDQGUH


les boues brutes ainsi que les résidus de fabrication des carbonates liquides et solides en lieu et
place des composts.

/DILOLqUHDJULFROHSDVVHSDUODFRQVWLWXWLRQSUpDODEOHG¶XQHGHPDQGHG¶DXWRULVDWLRQG¶pSDQGDJH
objet du présent document.

Cette demande comporte :


- un rappel du contexte réglementaire des épandages sur terres agricoles ;
- une étude sur la qualité attendue des différentes matières à épandre épandues ;
- une étude du contexte environnemental du secteur ;
- une pWXGH GHV H[SORLWDWLRQV HW GHV SDUFHOOHV SUHVVHQWLHV SRXU O¶LQWpJUDWLRQ DX SODQ
G¶pSDQGDJH ;
- un descriptif de O¶RUJDQLVDWLRQ GH OD YDORrisation agricole des différentes matières à
épandre,
- XQHpWXGHGHVLPSDFWVVXUO¶HQYLURQQHPHQW.

16
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

II - CADRE
REGLEMENTAIRE DE LA VALORISATION AGRICOLE
DES BOUES ET DES RESIDUS DE FABRICATION DES
CARBONATES
L'utilisation agricole des matières à épandre s'inscrit dans un cadre réglementaire dont les
documents de planification à prendre en compte sont notamment :

Au plan communautaire
x La directive européenne 91/676/CEE du 12 décembre 1991, relative à la réduction de la
pollution par les nitrates.

Au plan national
x /¶DUUrWp Gu 3 avril 2000 fixant les règles techniques auxquelles doivent satisfaire les
industries papetières ;
x /¶DUUrWp GX 22 novembre 1993, définissant un Code des Bonnes Pratiques Agricoles,
UHFXHLOGHGLVSRVLWLRQVGRQWO¶DSSOLFDWLRQHVWREOLJDWRLUHHQ]RQHVYXOQérables et volontaire en
dehors de ces zones ;
x /¶DUUrWpGXPDUV UHODWLIDX[SURJUDPPHVG¶DFWLRQjPHWWUHHQ°XYUHGDQVOHV]RQHV
vulnérables ;
x /¶DUUrWpGXGpFHPEUHUHODWLIDXSURJUDPPHG¶DFWLRQVQDWLRQDOjPHWWUHHQ°XYUH
dans les zones vulnérables ;
x /¶DUUrWpGXRFWREUHUHODWLIDXSURJUDPPHG¶DFWLRQVUpJLRQDOHQYXHGHODSURWHFWLRQ
GHV HDX[ FRQWUH OD SROOXWLRQ SDU OHV QLWUDWHV G¶RULJLQH DJULFROH PRGLILDQW O¶DUUrWp GX 
décembre 2011 ;
x Les conditionnalités des aides de la Politique Agricole Commune (PAC).

Au plan local
x /¶Drrêté SGAR n°2014-165 du 5 juin 2014 UHODWLIDXSURJUDPPHG¶DFWLRQVUpJLRQDOHQYXH
GHODSURWHFWLRQGHVHDX[FRQWUHODSROOXWLRQSDUOHVQLWUDWHVG¶RULJLQHDJULFROHSRXUODUpJLRQ
Lorraine ;
x /¶DUUrWp6*$5Qƒ2014-26 du 4 février 2014, définissant le référentiel régional de mise en
°XYUH GH O¶pTXLOLEUH GH OD IHUWLOLVDWLRQ D]RWpH SRXU OD 5pJLRQ /RUUDLQH pODERUp VXLWH DX[
UHFRPPDQGDWLRQVGX*5(1 *URXSH5pJLRQDOG¶([SHUWLVH Nitrates).
x /¶DUUrWp 6*$5 Qƒ Qƒ-266 du 8 octobre 2015, portant désignation des zones
vulnérables sur le bassin Rhin-0HXVHPRGLILDQWO¶DUUrWp6*$5-272 du 23 juillet 2007
modifié.
x LHVSpULPqWUHVGHSURWHFWLRQGHFDSWDJHVG¶HDXSRWDEOH (DpFODUDWLRQG¶8WLOLWp3XEOLTXH 

Les textes directement applicables sont reproduits en annexe 1.

Il résulte de ces différents textes que les matières à épandre produites par le site ne peuvent être
valoriséeVVXUVROVDJULFROHVDYHFSODQG¶pSDQGDJHTX¶DSUqV :
- vérification que les matières à épandre présentent des teneurs en éléments traces
métalliques et en composés traces organiques inférieures aux valeurs limites réglementaires
;
- vérification que les parcelles pressenties pour épandages sont compatibles avec les
différentes contraintes liées au milieu naturel et certains de ses usages sensibles ainsi
TX¶DYHFOHVDFWLYLWpVKXPDLQHV ;
- vérification que les sols des parcelles sont compatibles avec les épandages.

17
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

III - PRESENTATION DES PAPETERIES DE CLAIREFONTAINE


III.1 - LOCALISATION

Les Papeteries de Clairefontaine sont situées dans le massif vosgien sur la commune G¶(tival
Clairefontaine, à une dizaine de kilomètre de Saint-Dié-des-Vosges.

Les plans présentés ci-après donnent à différentes échelles, la localisation GHO¶XVLQH


Figure 3 : Localisation de O¶XVLQHGHV3DSHWHULHVGH&ODLUHIRQWDLQH

Support : Carte Michelin


Echelle : 1/100 000

Support : Carte IGN


Echelle : 1/20 000

18
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

III.2 - PRESENTATION DES ACTIVITES DE L¶USINE


III.2.1 - Historique des papeteries
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE sont situées dans le massif vosgien sur la commune d¶Etival-
Clairefontaine à une dizaine de kilomètres de Saint-Dié-des-Vosges. Les papeteries emploient
actuellement 600 personnes et fabriquent des papiers de haute qualité à partir exclusivement de
pâte à papier.

1858 : Jean-Baptiste BICHELBERGER, fondateur des Papeteries de CLAIREFONTAINE, implante


O¶XVLQHGDQVOHV9RVJHVj(WLYDO
1877 : Paul BICHELBERGER et Emile Champon introduisent l'utilisation du bois comme matière
première. Ensemble ils lancent la fabrication des enveloppes et des cahiers.
1904 : Étienne BodHWHW/RXLV1866(GLULJHQWHQVHPEOHO¶HQWUHSULVHGRQWOHVHIIHFWLIVDWWHLJQHQW
plus de 1100 personnes.
1919 : 5HFRQVWUXFWLRQGHO¶XVLQHDSUqVODère JXHUUHPRQGLDOHVXUO¶LQLWLDWLYHGH/pRQ'$5,'$1
1928 : Charles NUSSE crée un atelier de fabrication de registres de comptabilité, et un autre
G¶DJHQGDVVRXVODPDUTXH([DFRPSWD
1950 à 1971 : Charles NUSSE prend la responsabilité des Papeteries de CLAIREFONTAINE.
Développement considérable des papeteries, notamment grâce à l'installation de machines à
papier modernes.
1971 : Jean-Marie NUSSE prend la succession de Charles NUSSE.
1996 : la société cotée en bourse devient Exacompta Clairefontaine qui rassemblent une
cinquantaine de sociétés, et emploient plus de 3 300 personnes :
x Papeteries de Clairefontaine et ses filiales (Mandeure, Everbal, Schut) fabriquent plus
de 230 WRQQHVGHSDSLHUVSRXUODEXUHDXWLTXHO¶pFULWXUHO¶RIIVHWHWOHFODVVHPHQW
Frédéric NUSSE, neveu de Jean-Marie, en prend la tête en 2009.
x Clairefontaine-Rhodia avec ses filiales (CFR, Décopatch, Makane Bouskoura) et
participations (Sill). Depuis 1998, Guillaume NUSSE, fils de Jean-Marie, dirige ce
département. Les gammes proposées se diversifient : nouvelles collections et
couvertures, blocs orange ou noir, enveloppes de couleurs, papiers de FUpDWLRQ«

Les Papeteries de CLAIREFONTAINE à Etival-Clairefontaine produisent des papiers classés dans


la catégorie impression écriture (papier reprographie, enveloppes, offset, cahiers.....). Son
activité est continue et constante au long de l¶DQQpH VD SURGXFWLRQ DQQXHOOH HVW GH 165 000
tonnes.

III.2.2 - Procédé général de fabrication du papier


Le papier des Papeteries de Clairefontaine est fabriqué à partir de pâte vierge dont la matière
première est le bois.

La production de papier comprend 2 étapes :


x La préparation de la pâte
x La fabrication du papier

III-2.2.a) Préparation de la pâte


La pâte vierge est constituée de fibres cellulosiques provenant du bois. Les fibres cellulosiques
sont mises en suspension à GDQVO¶HDXO¶LQWpULHXUGHSXOSHXUV

A la pâte sont ajoutés des additifs : des charges minérales, carbonates de calcium, amidon,
pigments, agents de collage et des agents de rétention. Les carbonates de calcium sont utilisés
GDQVOHSURFpGpSDSHWLHUSRXUDPpOLRUHUODEODQFKHXUHWO¶RSDFLWpGXSDSLHU

19
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Les impuretés de poids et de formes différentes de la fibre sont ensuite séparées par un
WUDLWHPHQWSK\VLTXH pSXUDWLRQ DYDQWG¶rWUHUHMHWpHVjODVWDWLRQG¶pSXUDWLRQ&HVLPSXUHWpVVRQW
constituées essentiellement de sables et de charges agglomérées. Une partiH GH O¶HDX HVW
également recyclée au niveau des pulpeurs.

La pâte est ensuite homogénéisée avant son envoi sur la machine à pâte à papier, dans un
cuvier où sont ajoutés également les additifs.

Le carbonate de calcium, intérêt agronomique principal des boues, est utilisé dans le process du
papier pour lui donner une couleur blanche et une plus grande opacité.

III-2.2.b) La fabrication du papier


Pour transformer la pâte, les Papeteries de CLAIREFONTAINE disposent de deux machines à
papier.
A son arrivée dans la macKLQHODSkWHFRQWLHQWG¶HDX(OOHHVWSURMHWpHVRXVODIRUPHG¶XQ
MHWSDUIDLWHPHQWSODWHWpJDOVXUWRXWHODODUJHXUG¶XQHWRLOHHQPRXYHPHQW
/D VXVSHQVLRQ ILEUHXVH REWHQXH YLHQW V¶pJRXWWHU SDU DVSLUDWLRQ j WUDYHUV GHX[ WRLOHV &HWWH
opération a poXUEXWG¶REWHQLUXQHSDUIDLWHV\PpWULHHWXQHWHLQWHLGHQWLTXHVXUOHVGHX[IDFHVGH
ODIHXLOOHSURSULpWpHVVHQWLHOOHSRXUO¶LPSUHVVLRQUHFWRYHUVRGHVSDSLHUV&ODLUHIRQWDLQH

7RXWO¶DUWGXSUHVVDJHFRQVLVWHJUkFHDXSDVVDJHGHODIHXLOOHHQWUHGHVSUHVses et des feutres


DEVRUEDQWVjH[WUDLUHXQPD[LPXPG¶HDXHQOLPLWDQWODGLPLQXWLRQG¶pSDLVVHXUGXSDSLHU$O
LVVX
du pressage, le séchage est effectué au contact de dizaines de cylindres chauffés à la vapeur.

/D IHXLOOH HVW LPSUpJQpH G¶DPLGRQ DILQ G¶Dméliorer l'imprimabilité, tout en maintenant un profil
G¶KXPLGLWpUpJXOLHU
En sortie de machine, le papier est lissé, pour obtenir un état de surface qui corresponde à son
utilisation.

III-2.2.c) Les produits sortants


Le papier ainsi fabriqué est bobiné sur un mandrin, formant ainsi les "bobines mères".
Les "bobines mères" sont ensuite découpées en "bobines filles" de différentes largeurs, suivant
les besoins des ateliers auxquels elles sont destinées.

III-2.2.d) La réutilisation des eaux de process


Les eaux extraites au cours GHODIDEULFDWLRQ HVVHQWLHOOHPHQWORUVGHO¶pJRXWWDJHHWGXSUHVVDJH 
sont récupérées et renvoyées vers un filtre, celui-ci séparant les fibrilles en suspension des eaux
clarifiées.
Les premières sont renvoyées vers le stockage de pâte, tandis que les secondes sont renvoyées
vers le stockage des eaux clarifiées.
&HVGHUQLqUHVVRQWUHF\FOpHVGDQVOHSURFHVV O¶DOLPHQWDWLRQHQHDXGHVSXOSHXUVOHULQoDJHGHV
pulpeurs et des cuviers, la régulation de la concentration de la pâte, le fonctionnement des
pompeVjYLGHV« 
/HVHDX[FODULILpHVHQH[FqVVRQWpYDFXpHVYHUVODVWDWLRQG¶pSXUDWLRQ

III.2.3 - /DVWDWLRQG¶pSXUDWLRQ
L'usine est équipée d'une station d'épuration physico-biologique pour le traitement de ses eaux
résiduaires. La production annuelle de boues est de O¶RUGUHGHWRQQHVGHERXHVj23%
de siccité en moyenne en (moyenne 2011-2015).

20
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

III-2.3.a) Epuration des eaux de process


/D VWDWLRQ G¶pSXUDWLRQ FRQVWUXLWH HQ  FROOHFWH XQLTXHPHQW OHV HDX[ LQGXVWULHOOHV GHV
papeteries. Cette station est de type physico-biologique ; elle est constituée :
- G¶XQ EDVVLQ WDPSRQ de 3000 m3 TXL SHUPHW GH UpJXOHU HW G¶KRPRJpQpLVHU OD FKDUJH
polluante injectée au niveau du décanteur;
- G¶XQGpFDQWHXUSULPDLUH ;
- G¶XQEDVVLQG¶DpUDWLRQG¶XQYROXPHGHP3 ;
- G¶XQGpFDQWHXUVHFRQGDLUe ;
- G¶XQpSDLVVLVVHXU

/HSURFpGpG¶pSXUDWLRQUHSRVHVXUXQHGpFDQWDWLRQGHVPDWLqUHVHQVXVSHQVLRQ SULQFLSDOHPHQW
les fibres et le carbonate de calcium) puis une dégradation des matières dissoutes par la flore
EDFWpULHQQH SUpVHQWH DX QLYHDX GX EDVVLQ G¶aération. De nutriments sont ajoutés au niveau du
EDVVLQ G¶DpUDWLRQ DILQ G¶DSSRUWHU VXIILVDPPHQW GH QXWULPHQWV DX[ PLFUR-organismes pour
permettre la dégradation des matières dissoutes.

Les eaux épurées sont rejetées dans le canal usinier puis dans la Meurthe.

/HVFKpPDGHIRQFWLRQQHPHQWGHODVWDWLRQG¶pSXUDWLRQHVWSUpVHQWpGDQVODILJXUHVXLYDQWH :
Figure 4 3ULQFLSHGHIRQFWLRQQHPHQWGHODVWDWLRQG¶pSXUDWLRQ
Réception des effluents

Bassin tampon : 3000 m3


Surverse

Décantation primaire Boues primaires :


fibres et CaCO3

%DVVLQG¶DpUDWLRQP3

Clarificateur : décantation Boues secondaires :


secondaire biologiques

5HMHWGHO¶HIIOXHQWpSXUp Epaississeur
au canal usinier
puis à la Meurthe
Déshydratation des boues par
presse rotative

Valorisation multi-filière

III-2.3.b) Traitement des boues


En sortie du décDQWHXUSULPDLUHOHVERXHVVRQWGLUHFWHPHQWGLULJpHVYHUVO¶pSDLVVLVVHXU
/HVERXHVLVVXHVGXEDVVLQG¶DpUDWLRQVRQWGpFDQWpHVGDQVOHFODULILFDWHXU
Les boues issues du décanteur primaire et celles extraites du clarificateur sédimentent dans
O¶pSDLVVLVVHur.

21
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

(Q VRUWLH G¶pSDLVVLVVHXU OHV ERXHV VRQW HQvoyées après ajout de floculant dans une presse
rotative.
En sortie de presse, les boues déshydratées à environ 25-30% de siccité sont acheminées par
XQH EDQGH WUDQVSRUWHXVH YHUV XQH EHQQH UpFHSWULFH DYDQW G¶être évacuées vers différentes
filières de valorisation.

III.2.4 - Lagunes des résidus de fabrication des carbonates


III-2.4.a) La fabrication des carbonates de calcium
Les carbonates de calcium sont utilisés dans le procédé papetier pour améliorer la blancheur et
O¶RSDFLWpGu papier.
/HVFDUERQDWHVGHFDOFLXPVRQWIDEULTXpVVXUOHVLWHGHO¶XVLQHjSDUWLUGHFKDX[YLYH
La transformation de la chaux vive en carbonates de calcium est réalisée par la société OMYA,
conformément à la déclaration au titre de la législation sur les installations classées, référencée
Pne20030319E du 19 mars 2003.
La société OMYA possède le matériel de transformation. Seuls les locaux appartiennent aux
Papeteries de Clairefontaine.

III-2.4.b) Les sous-produits


La préparation des carbonates de calcium engendre la production de résidus, issus :
) du lavage des équipements de production,
) des refus de tamisage des carbonates de calcium produits,
TXLVRQWpYDFXpVYHUVODVWDWLRQG¶pSXUDWLRQGHVSDSHWHULHVHWRXYHUVGHVODJXQHVGHVWRFNDJH :
une lagune de résidus liquides et une lagune de résidus solides.

Sont ensuite traités,


Î VXUODVWDWLRQG¶pSXUDWLRQ :
¾ les résidus du lavage des équipements de préparation, dès lors que le pH de
ceux-FLQ¶HVWSDVWURSpOHYp
¾ la partie surnageante des résidus du tamisage du carbonate de calcium, le
WDPLVDJHpWDQWUpDOLVpDYHFDGMRQFWLRQG¶HDX ;
Î par stockage dans une lagune dite de « résidus liquides » :
¾ les résidus du lavage des équipements de préparation, dès que leur pH devient
trop élevé et risque de provoquer le dysfonctionnement de OD VWDWLRQ G¶pSXUDWLRQ
des Papeteries de Clairefontaine qui fonctionne sur un mode biologique ;
Î par stockage dans une lagune dite de « résidus solides » :
¾ les refus de tamisage grossiers.

Ainsi les résidus de la préparation des carbonates de calcium sont partiellement pris en charge
SDU OD VWDWLRQ G¶pSXUDWLRQ HW VH UHWURXYHQW SDU FRQVpTXHQW GDQV OHV ERXHV SURGXLWHV SDU OHV
Papeteries de Clairefontaine.

22
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

IV - LES MATIERES A EPANDRE


IV.1 - QUANTITES ANNUELLES

La mise en place de la filière agricole est dimensionnée de manière à permettre la valorisation de


GHO¶HQVHPEOHGHODSURGXFWLRQGHERXHVFDUERQDWHVOLTXLGHVHWFDUERQDWHVVROLGHV

3UpFLVRQV TXH G¶XQH DQQpH j O¶DXWUH OHV TXDQWLWpV GH matières à épandre valorisées par type
pourront varier.

La présente demaQGHSRUWHVXUO¶pSDQGDJH annuel G¶XQPD[LPXPGHWRQQHVGH06.

IV.2 - PROPRIETES AGRONOMIQUES

Le détail des analyses considérées pour le calcul des valeurs moyennes indiquées en suivant est
indiqué en annexe 2.

Le tableau suivant présente les résultats d¶DQDO\VHVHIIHFWXpHVVXU les boues et les résidus de
fabrication des carbonates liquides et solides GHO¶XVLQH.
Les résultats obtenus sont ceux réalisés sur la période de 2011 à 2015 (années civiles
complètes), pour les boues brutes, de 2012 à 2015 pour les carbonates liquides et 2007 pour les
carbonates solides, périodes pour lesquelles des carbonates ont été épandus sur O¶DQFLHQ SODQ
G¶pSDQGDJH$3-505 en date du 8 octobre 2007.
Tableau 5 : Composition agronomique moyenne des différents effluents
MS pH C/N MO NTot NH4 N dispo P2O5 tot K2O MgO CaO
%
Unités Kg / t brut
Brut
Boues
27,23 7,3 27,0 180 4,32 0,27 0,43 1,75 0,45 0,45 48,09
brutes
Carbonates Moyen-
34,07 12,5 20,5 3 0,10 0,04 0,01 0,34 0,16 2,83 192,83
liquides ne
Carbonates
71,00 12,0 25,5 8 0,28 0,00 0,03 0,50 2,06 4,62 406,12
solides

Coefficients d¶HIILFDFLWpde O¶D]RWHHQ]RQHYXOQpUDEOH


L¶HIILFDFLWpGHO¶D]RWHHVWIRQFWLRQGHODFXOWXUHLPSODQWpH HWGHODSpULRGHG¶pSDQGDJH.
Le Keq est le coefficieQWG¶pTXLYDOHQFHHQJUDLVPLQpUDOHIILFDFH

Les données sont celles issues des travaux du Groupe Régional Experts Nitrates (GREN), repris
SDUO¶DUUrWpGX3UpIHWGH5pJLRQQƒ-26 du 4 février 2014.

23
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Tableau 6 : Coefficients Keq GHO¶D]RWHSRXUOHVFXOWXUHV± travaux du GREN


Coefficient Keq
Culture réceptrice Date d'apport
Boues de papeteries
Eté-automne 0,1
Colza
Hiver-printemps 0
Eté-automne 0,05
&pUpDOHVG¶KLYHU
Hiver-printemps 0
Eté-automne 0,05
Maïs
Hiver-printemps 0,05
Céréales de Eté-automne 0,05
printemps Hiver-printemps 0
Eté-automne 0,1
Prairies
Hiver-printemps 0,1

IV.2.1 - Les boues brutes


@ Le C/N des boues, de 27 en moyenne, est élevé mais à cette valeur Q¶HQJHQGUHSDVGH
SKpQRPqQH GH IDLP G¶D]RWH DSUqV OHV épandages. Les boues sont classées dans la
catégorie des fertilisants de type I.

@ La teneur en matière organique des boues est élevée. Elle permet de stimuler l'activité
biologique du sol. Les apports de matière organique représentent un réel atout pour les
agriculteurs céréaliers, sur les terres desquels les apports organiques sont déficitaires. La
matière organique renforce le complexe argilo-humique du sol, améliorant ainsi la
structure et la portance du sol ainsi que sa capacité à valoriser les apports minéraux des
HQJUDLV &HWWH GHUQLqUH UHPDUTXH V¶DSSOLTXH SDUWLFXOLqUHPHQW DX[ VROV ILOWUDQWV GH W\SH
sableux.

@ /¶D]RWH HVW IRXUQL HQ TXDQWLWp OLPLWpH DX FRXUV GH O¶DQQpH VXLYDQW O¶pSDQGDJH GH IDoRQ
SURJUHVVLYH /D IUDFWLRQ G¶D]RWH GLVSRQLEOH GDQV OHV ERXHs a été évaluée à 10 % de
O¶D]RWH WRWDO OD SUHPLqUH DQQpH1 HW LO V¶HQVXLW XQH OLEpUDWLRQ © G¶DUULqUHV-effets » de la
même importance, au cours des années suivant les épandages.

@ Les pertes en calcium par lessivage diffèrent suivant le type de sol et le climat et sont de
O¶RUGUHGH400 à 800 kg de CaO par hectare et par an, ou unités équivalentes CaO (valeur
neutralisante).
Le calcium des boues provient des charges minérales du procédé de fabrication des
pâtes à papiers ou de celles utilisées dans les procédés de fabrication des papiers. Toute
ODFKDX[Q¶HVWSDUFRQVpTXHQWSDVGLVSRQLEOHSRXUOHVFXOWXUHV
Afin de mieux cerner cet effet calcaire, une mesure de la « valeur neutralisante » a été
UpDOLVpH(OOHFRUUHVSRQGjODTXDQWLWpG¶R[\GHGHFDOFLXP &D2 ayant la même capacité
de neutralisation que 100 kg du produit en question. La valeur neutralisante obtenue pour
les boues de papeteries de Clairefontaine est de 17,5.
Une autre mesure consiste à déterminer la solubilité carbonique. Dans certains cas et
pour des boues de papeteries, la valeur obtenue V¶pOqYH MXVTX¶j   HQ OLHQ DYHF la
présence de carbonates de calcium appliqués sur le papier. (Q G¶DXWUH WHUPH OD YDOHXU

1
: JoXUQpHV G¶pFKDQJHV 05$' /255$,1( (7 %85($8; '¶(78'(6 %28(6 © 5HF\FOHU OHV
ERXHV HQ DJULFXOWXUH VXU XQH  PDL   -RXUQpHV (FKDQJH  &KDPEUHV G¶$JULFXOWXUH
/RUUDLQH $XURUH 5DYHQHDX © 5HF\FOHU OHV ERXHV HQ DJULFXOWXUH VXU XQH EDVH DJURQRPLTXH«
poursuivre la réflexion » - 27 mai 2010

24
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

neutralisante et la solubilité carbonique traduisent la valeur calcique du calcium en tant


TX¶DPHQGHPHQW FDOFDLUH 8QH YDOHXU QHXWUDOLVDQWH SURFKH GH  HQ O¶RFFXUUHQFH IDLEOH
VLJQLILH TXH OH FDOFLXP Q¶DXUD TX¶XQH IDLEOH DFWLRQ VXU O¶DXJPHQWDWLRQ GX S+ GX VRO 3DU
contre la solubilité carbonique indique que le calcium apporté aura une action positive sur
la réserve calcique du sol (calcaire total).

@ Compte tenu de la présence importante de calcium dans les boues, la disponibilité du


phosphore est évaluée à 85GHFHOOHG¶XQSKRVSKDWHPRQRFDOFLTXH(QHIIHWOHVpWXGHV
PRQWUHQWTX¶DVVRFLp au calcium, le phosphore est rétrogradé sous forme de phosphates
de calcium de type apatite, par nature peu disponible.

@ Le magnésium, vraisemblablement sous forme de silicate de magnésium hydraté est très


peu soluble dans l'eau et d'une densité voisine de 2,7. Sous cette forme, il aura peu de
chance d'être lessivé en quantité importante lors d'excédent hydrique.

@ Le potassium est peu représenté par rapport aux besoins des sols et des cultures.

@ Le pH est stable HWHQPR\HQQHGHO¶RUGUHGH.

Les boues brutes justifient leur intérêt en agriculture par leurs teneurs en matière
organique, et calcium, et dans une seconde mesure par leur teneur en azote.

IV.2.2 - Les résidus de fabrication des carbonates « liquides » et


« solides »
Les résidus de fabrication des carbonates liquides et solides sont composés presque
XQLTXHPHQW GH PDWLqUH PLQpUDOH /HV WHQHXUV HQ pOpPHQWV IHUWLOLVDQWV WHOV TXH O¶D]RWH OH
phosphore ou le potassium sont très peu ou pas représentées.

Pour les résidus liquides, le C/N est inférieur à 8 classant cette matière à épandre dans la
catégorie des fertilisants de type II.

Pour les résidus solides, le C/N est supérieur à 8 classant cette matière à épandre dans la
catégorie de type I.

Les teneurs en chaux et en magnésie sont importantes et SHUPHWWHQWGHFRPSHQVHUO¶H[SRUWGH


calcium et de magnésium par les cultures.

La valeur neutralisante estimée pour les carbonates solides et liquides est de 50 (valeur similaire
à celle de la chaux éteinte).

Les résidus de fabrication des carbonates liquides et solides justifient leur intérêt en
agriculture par leurs teneurs en calcium et magnésium. Ils sont assimilables à un
amendement calcique.

IV.3 - INNOCUITE

25
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

/¶DUUrWpGX3 avril 2000 relatif jO¶DFWLYLWpSDSHWLqUH définit les teneurs limites en :


- éléments traces métalliques ; iO V¶DJLW GH VHSW pOpPHQWV : cadmium (Cd), chrome (Cr),
FXLYUH &X  PHUFXUH +J  QLFNHO 1L  SORPE 3E  HW ]LQF =Q  (Q FDV G¶pSDQGDJH VXU
prairies, la teneur en sélénium (Se) est également suivie.
- composés organiques traces : LO V¶DJLW GH la somme des 7 congénères
PolyChloroBiphényl (PCB), du Fluoranthène (Fluor), du benzo(b)fluoranthène (BBF) et du
benzo(a)pyrène (BAP).

De plus, cet DUUrWpGpILQLWOHVYDOHXUVOLPLWHVGHIOX[PD[LPXPVG¶DSSRUWSRXUDQVGHFKDTXH


élément.

Au-GHOjGHVWHQHXUVHWGHVIOX[OLPLWHVO¶pSDQGDJHHVWLQWHUGLW

Le détail des analyses considérées pour le calcul des valeurs moyennes indiquées en suivant est
indiqué en annexe 2.

IV.3.1 - Eléments traces métalliques


Les résultats moyens des analyses en éléments traces métalliques obtenus sur les différents
déchets, sont indiqués dans le tableau suivant :
Tableau 7 : Eléments traces métalliques
Cr+Cu+
Unité Cd Cr Cu Hg Ni Pb Zn
Ni+Zn
Boues brutes 0,16 22,27 36,98 0,25 5,37 2,92 27,51 90,45
Moyen-
Carbonates liquides 0,26 12,69 5,19 0,16 7,25 2,67 28,68 53,70
nes
Carbonates solides mg /kg 0,20 12,70 4,30 0,12 11,50 4,20 36,40 64,90
Boues brutes MS 0,36 65,50 211,00 2,20 20,40 16,70 151,00 290,00
Maxi-
Carbonates liquides 0,35 45,90 14,90 0,20 24,10 4,21 36,90 121,80
mums
Carbonates solides 0,20 12,70 4,30 0,12 11,50 4,20 36,40 64,90
Valeurs Limites réglementaires 10 1000 10 1000 1000 10 200 800
Boues brutes 2 2 4 2 3 0 1 2
% limite
Carbonates liquides 3 1 1 2 4 0 1 1
- MOY
Carbonates solides 2 1 0 1 6 1 1 2
%
Boues brutes 4 7 21 22 10 2 5 7
% limite
Carbonates liquides 4 5 1 2 12 1 1 3
- MAX
Carbonates solides 2 1 0 1 6 1 1 2

/HV\PEROHVLJQLILHTXHODTXDQWLWpGRVpHSDUO¶DSSDUHLOODJHGHPHVXUHHVWWUop faible pour être


établie de manière certaine (les pics de concentrations sont inclus dans le « bruit de fond »).

/H VpOpQLXP Q¶HVW j O¶KHXUH DFWXHOOH SDV DQDO\Vp FDU OHV DQDO\VHV GHV ERXHV VRQW UpDOLVpHV HQ
HQWUpHGHFRPSRVWDJHHWFHSDUDPqWUHQ¶HVWSDs obligatoire.
/HV FDUERQDWHV VROLGHV RQW pWp MXVTX¶j SUpVHQW XQLTXHPHQW pSDQGXV VXU ODERXUV /D YDOHXU
moyenne mesurée sur les carbonates liquides est < 1,5 mg/kg de MS.

La figure suivante présente les valeurs moyennes en éléments traces métalliques mesurées
dans les boues, les résidus de fabrication des carbonates liquides et solides exprimées en
pourcentage des valeurs limites réglementaires.

26
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Figure 5 : Innocuité vis-à-vis des éléments traces métalliques

Les teneurs en éléments traces métalliques des boues, des résidus de fabrication des
carbonates liquides et solides sont conformes à la réglementation.
Les valeurs maximales représentent au plus 22% de la valeur limite réglementaire pour O¶pOpPHQt
mercure dans les boues (une analyse de 2011).

IV.3.2 - Composés traces organiques


Les résultats moyens en composés organiques traces obtenus sur les différents déchets sont
indiqués dans le tableau suivant :
Tableau 8 : Composés organiques traces
Digestats Unité S 7 PCB FLUOR BBF BAP
Boues brutes 0,129 0,113 0,098 0,098
Carbonates liquides Moyennes 0,088 0,053 0,053 0,053
Carbonates solides mg /kg 0,140 0,118 0,118 0,118
Boues brutes MS 0,560 0,500 0,400 0,400
Carbonates liquides Maximums 0,140 0,100 0,100 0,100
Carbonates solides 0,140 0,118 0,118 0,118
Valeurs Limites réglementaires 0,8 5 0,8 5
Boues brutes 16 2 4 5
Carbonates liquides % limite - MOY 11 1 2 3
Carbonates solides 18 2 5 6
%
Boues brutes 70 10 16 20
Carbonates liquides % limite - MAX 18 2 4 5
Carbonates solides 18 2 5 6

La figure suivante présente les valeurs moyennes en composés organiques traces mesurées
dans les boues, les résidus de fabrication des carbonates liquides et solides exprimées en
pourcentage des valeurs limites réglementaires.

27
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Figure 6 : Innocuité vis-à-vis des composés organiques traces

Les teneurs en composés organiques traces des boues, des résidus de fabrication des
carbonates liquides et solides sont conformes à la réglementation.
Les valeurs maximales représentent au plus 70% de la valeur limite réglementaire pour la
somme des 7 PCB dans les boues (analyse de 2015).

Les trois catégories de matières à épandre sont conformes à la valorisation agricole.

IV.4 - DOSES D¶APPORTS ET FLUX RESULTANTS


IV.4.1 - Facteurs réglementaires
IV-4.1.a) ICPE : Industrie papetière
/¶DUUrWpdu 3 avril 2000 précise que la dose d'apport est déterminée en fonction :
) du type de culture et de l'objectif réaliste de rendement ;
) des besoins des cultures en éléments fertilisants disponibles majeurs, secondaires et oligo-
éléments, tous apports confondus ;
) des teneurs en éléments fertilisants dans le sol et dans le déchet ou l'effluent et dans les
autres apports ;
) des teneurs en éléments ou substances indésirables des déchets ou effluents à épandre ;
) de l'état hydrique du sol ;
) de la fréquence des apports sur une même année ou à l'échelle d'une succession de cultures
sur plusieurs années.
) au plus égale à 60 tonnes de matière sèche hors chaux par hectare sur 10 ans, pour les
déchets solides ou pâteux.

La dose retenue doit tenir compte des besoins des cultures ; ni trop peu pour être
suffisamment importante pour que les apports soient pris en considération par
O¶XWLOLVDteur ; ni trop élevée afin de ne SDVJpQpUHUG¶H[FpGHQWV

28
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Pour l'azote, les apports (exprimés en N global), ne dépassent pas les valeurs suivantes :
- sur prairies naturelles, ou sur prairies artificielles en place toute l'année et en pleine
production : 350 kg/ha/an ;
- sur les autres cultures (sauf légumineuses) : 200 kg/ha/an ;
- sur les cultures de légumineuses : aucun apport azoté.

IV-4.1.b) Zones vulnérables


La dose est par ailleurs compatible avec les mesures prises au titre des articles R 211-75 à R
211-93 du Code GHO¶(QYLURQQHPHQW ]RQHVYXOQpUDEOHVDX[SROOXWLRQVSDUOHVQLWUDWHV

Au niveau national, ces mesures sont déclinées par :


) /¶DUUrWpPLQLVWpULHOGXGpFHPEUHUHODWLIDXSURJUDPPHG¶DFWLRQVQDWLRQDOjPHWWUHHQ
°XYUHGDQVOHV]RQHVYXOQpUDEOHV ;
) L¶DUUrWpPLQLVWpULHOGXRFWREUHUHODWLIDXSURJUDPPHG¶DFWLRQVUpJLRQDOHQYXHGHOD
SURWHFWLRQGHVHDX[FRQWUHODSROOXWLRQSDUOHVQLWUDWHVG¶RULJLQHDJULFROHPRGLILDQWO¶DUUrWpGX
19 décembre 2011 ;

Au niveau régional, ces mesures sont déclinées par :


) /¶DUUrWp 6*$5 Qƒ-26 du 4 février 2014, définissant le référentiel régional de mise en
°XYUH GH O¶pTXLOLEUH GH OD IHUWLOLVDWLRQ D]RWpH SRXU OD 5pJLRQ /RUUDLQH pODERUp VXLWH DX[
UHFRPPDQGDWLRQVGX*5(1 *URXSH5pJLRQDOG¶([SHUWLVH1LWUDWHV ;
) /¶DUUrWp6*$5Qƒ-GXMXLQUHODWLIDXSURJUDPPHG¶DFWLRQVUpJLRQDOHQYXHGH
OD SURWHFWLRQ GHV HDX[ FRQWUH OD SROOXWLRQ SDU OHV QLWUDWHV G¶RULJLQH DJULFROH SRXU OD UpJLRQ
Lorraine, dit « 5ème programme » ;

F Le total des apports de fertilisants de type I ou II avant et sur CIPAN ou la culture


dérobée est limité à 40 kg d'azote efficace/ha. /¶pSDQGDJHHVWDXWRULVpGH 15 jours avant
O¶LPSODQWDWLRQGHOD&,3$1RXGHODGpUREpHMXVTX¶jMRXUVDYDQWODGHVWUXFWLRQKXPDLQH
de la CIPAN.

IV.4.2 - Facteurs DJURQRPLTXHVGHVGRVHVG¶pSDQGDJH


IV-4.2.a) Eléments fertilisants, généralités
3RXUVHGpYHORSSHUOHVSODQWHVXWLOLVHQWGHO¶HDXGHODOXPLqUHGXFDUERQHGHO¶R[\JqQHHWGHV
éléments minéraux.
/¶DLUIRXUQLWOHFDUERQH VRXVIRUPHGH&22 HWO¶R[\JqQHTXLVRQWIL[és grâce à la photosynthèse.
/HVpOpPHQWVPLQpUDX[HWO¶HDXVRQWIRXUQLVSDUOHVRO
Les principaux éléments minéraux sont O¶D]RWH OH SKRVSKRUH OH SRWDVVLXP, le magnésium, le
calcium et le soufre.
Des éléments mineurs dits oligo-éléments sont également nécessaires en quantité moindre : le
fer, le PDQJDQqVHOH]LQFOHFXLYUHOHERUHOHPRO\EGqQH«

La matière organique - MO
La matière organique favorise la vie des organismes du sol car les fumures organiques servent
de nourriture aux organismes animaux du sol. Ceux-ci contribuent ensuite au maintien des
chaînes alimentaires complexes dans le sol.
La matière organique maintient ou améliore les qualités physiques du sol : un bon sol doit
FRQWHQLUGHO¶KXPXV/¶KXPXVOXLSHUPHWGHGHPHXUHUIULDEOHDpUpGHUHWHQLUHIILFDFHPHQWO¶HDX
entre les pluies (et donc de retenir aussi les sels minéraux).
Enfin, elle apporte au sol des nutriments. La décomposition de la matière organique fournit des
éléments nutritifs aux plantes. Ces éléments sont libérés progressivement au fur et à mesure que
la matière se décompose.

29
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Figure 7 : Cycle simplifié de la


matière organique

L'azote - N
L'azote est le constituant des protéines, composants essentiels de la matière vivante. Il s'agit
donc d'un facteur de croissance, mais aussi de qualité (teneur en protéines des céréales par
exemple).
Les plantes, à l'exception des légumineuses ne peuvent pas absorber l'azote sous sa forme
gazeuse.
Dans le sol, l'azote se trouve sous forme organique (humus) et minérale (ammonium NH4+,
nitrate NO3-).
L'azote organique provient des résidus des récoltes précédentes, des engrais organiques, et doit
être transformé par les bactéries présentes dans le sol en nitrates ou ammonium pour être
utilisable par les plantes ; c'est ce qu'on appelle la minéralisation.
L'azote sous forme d'ions nitrate et ammonium, est un élément très soluble.
Les excédents sont lessivés (emporté par l'eau circulant dans le sol). L'azote doit donc être
apporté, autant que possible, juste avant son absorption par la plante.
&HVSDUWLFXODULWpVH[SOLTXHQWTXHOHVDSSRUWVG¶D]RWHPLQpUDOVRQWJpQpUDOHPHQWIUDFWLRQQpV en 2,
voire 3 apports.

Figure 8: Principe du
fractionnement des apports
G¶D]RWHVXUFpUpDOHà paille

30
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Le phosphore - P
Le phosphore intervient dans les transferts énergétiques (ATP), dans la transmission des
caractères héréditaires (acides nucléiques), la photosynthèse et la dégradation des glucides. Cet
élément est essentiel pour la floraison, la nouaison, la précocité, le grossissement des fruits et la
maturation des graines.
Il se trouve dans le sol sous trois formes :
x une forme accessible, liée au complexe argilo-humique par le calcium et le magnésium ;
x une forme combinée : il est immobilisé, en partie, par les hydroxydes d'aluminium et de
fer dans les sols acides (dans ce cas, il est nécessaire de chauler le sol pour le libérer) ;
x une forme insoluble : en sol calcaire, le phosphore peut être sous forme de phosphates
de calcium, dont certains sont insolubles.
Seul le phosphore du complexe argilo-humique est rapidement disponible. C'est donc un
élément peu mobile dans le sol. Pour cette raison, il est préférable de le placer précisément là où
les racines le prélèvent. Les risques de drainage sont très limités.
Les plantes très exigeantes en phosphore sont la betterave, la pomme de terre, le colza, la
luzerne.
Les plantes peu exigeantes sont le blé tendre, le maïs grain, le soja, le tournesol, l'avoine, le
seigle.
Certains stades sont plus sensibles au manque de phosphore que d'autres : le stade de tallage
pour les céréales, le stade de 4 à 10 feuilles pour le maïs par exemple.

Le potassium - K
Le potassium joue un rôle primordial dans l'absorption des cations, dans l'accumulation des
hydrates des protéines, le maintien de la turgescence de la cellule et la régulation de l'économie
en eau de la plante FRQWU{OH GH O¶RXYHUWXUH HW GH OD IHUPHWXUH GHV VWRPDWHV . C'est aussi un
élément de résistance des plantes au gel, à la sécheresse et aux maladies.
Il est essentiel pour le transfert des assimilats vers les organes de réserve (grains, fruits, bulbes
et tubercules). Pour ces raisons, il est particulièrement important pour les cultures de type
pomme de terre, betteraves
Le potassium dans le sol se trouve uniquement sous forme minérale. Il provient soit de la
décomposition de la matière organique et des minéraux du sol, soit des engrais. Le potassium
est essentiellement retenu par l'humus ou l'argile (dans certains sols, il pourra donc être perdu
en quantité importante par drainage).
Le potassium est souvent apporté en une seule fois, de façon irrégulière, en grande quantité, car
il est stocké par le sol et libéré progressivement.
Les plantes très exigeantes en potassium sont la betterave ou la pomme de terre, alors que des
plantes peu exigeantes sont le blé tendre, le blé dur, l'orge.

Le calcium (Ca)
Le calcium est un élément nutritif indispensable aux végétaux. Généralement abondant dans le
sol, il est prélevé sous forme du cation Ca++ par les racines. Ses fonctions principales sont
de participer à la constitution des parois cellulaires des plantes en les rigidifiant, activer
différentes enzymes dont la nitrate réductase assurant la réduction du nitrate en ammonium dans
les feuilles, favoriser la croissance des jeunes racines en synergie avec les autres éléments.
Le calcium est peu mobile dans la plante. Son transfert à des organes de réserve ou des zones
de croissance peut être trop lent et induire des symptômes de carence localisés. Pour pallier ce
problème nutritionnel, une fertilisation foliaire est parfois nécessaire.

Le magnésium ± Mg
Le magnésium est, avec l'azote, le composant essentiel du noyau de la chlorophylle, une
protéine complexe. Le magnésium agit également au niveau de l'activation de nombreuses
enzymes, de la synthèse des protéines et des sucres et leur chargement dans le phloème, du
métabolisme du phosphore, de la pression osmotique intracellulaire avec le potassium et la
rigidité des parois cellulaires avec le calcium qui maintiennent le port de la plante.
Le magnésium est absorbé par les racines sous forme du cation Mg++.

31
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

La quantité de magnésium absorbée est 4 à 5 fois moins importante que celle du potassium. Il
est par ailleurs moins facilement absorbé par les racines que le potassium.
La concurrence entre Mg++ et K+ s'exprime aussi dans les transferts au sein de la plante. La
teneur des feuilles en Mg++ diminue quand l'absorption de potassium augmente.
C'est pourquoi il est nécessaire de considérer ensemble ces deux éléments en exprimant le ratio
K / Mg pour l'interprétation des analyses de plantes.

IV-4.2.b) Besoins/exports des principales cultures présentes sur le périmètre


Les quantitéV G¶pOpPHQWV présentent dans le sol doivent être supérieures à la quantité
nécessaire ; en effet ils peuvent être présents dans le sol, mais non disponibles pour autant pour
la plante, car retenus dans la matière organique par exemple. ,OV¶DJLWGHVEHVRLQVGHVSODQWHV
(QILQ ORUV GH OD UpFROWH GHV FXOWXUHV OHV TXDQWLWpV G¶pOpPHQWV XWLOLVpHV SDU OHV plantes pour
produire la matière végétale ; le grain et/ou les pailles ; et donc retirées de la parcelle sont les
exports.

LHUDLVRQQHPHQWGHODGRVHG¶DSSRUWprend en compte
G¶XQF{Wp :
- les besoins de la plante ; le calcul suivant est réalisé: export par la plante (par unité de
production) x de rendement de production attendu,
GHO¶DXWUHF{Wp :
- les reliquats restants de la culture précédente,
- les fournitures :
o par le sol : minéralisation d'une partie de la matière organique du sol et des
résidus végétaux de la culture principale ou intermédiaire précédente
o par les apports de fertilisants organiques (engrais, amendements et autres
produits résiduaires organiques, dont les matières à épandre)
o par la fertilisation minérale complémentaire.

BESOINS FOURNITURES

Figure 9 : Principe de la méthode du bilan de


la fertilisation

Les besoins en éléments nutritifs majeurs (azote, phosphore, potassium) des principales cultures
du périmètre sont donnés dans le tableau suivant :

32
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Tableau 9 : Besoins et exports en éléments fertilisants majeurs (N, P, K) des principales cultures
&RHIILFLHQWVG¶H[SRUWHWGH Exportations et besoins en
besoins en fertilisants des Unité de Rende- fertilisants des cultures
Culture
cultures, par unité de production ments1 (quantités annuelles en kg /
production ha)

Export N P K N P K
Blé, pailles enfouies 1,55 0,9 0,7 kg / quintal 81 125 73 56
Blé, pailles exportées 2,15 1,1 1,7 81 173 89 137
2UJHG¶KLYHUSDLOOHVHQIRXLHV 1,5 0,8 0,7 kg / quintal 78 116 62 54
2UJHG¶KLYHUSDLOOHVH[SRUWpHV 2,1 1 1,7 78 163 78 132
Orge de printemps 1,3 0,8 0,7 kg / quintal 65 85 52 46
Colza 3,5 1,4 1 kg / quintal 39 136 54 39
Maïs grain 1,7 0,7 0,5 kg / quintal 89 152 63 45
Maïs ensilage 12,5 5,5 12,5 kg / t MS 15 186 82 186
Prairies 12,5 7,1 25,9 kg / t MS 8 100 57 207

Besoins N P K N P K
Blé tendre 3 1,1 1,7 kg / quintal 81 242 89 137
2UJHG¶KLYHU 2,4 1,1 2,1 kg / quintal 78 186 85 163
Orge de printemps 2,2 0,9 2,2 kg / quintal 65 143 59 143
Colza 6,5 2,5 2,5 kg / quintal 39 252 97 97
Maïs grain 2,3 1 2,3 kg / quintal 89 206 89 206
Maïs ensilage 14 5,5 15 kg / t MS 15 208 82 223
Prairies 30 7,5 36,5 kg / t MS 8 240 60 292

Les calculs seront à ajuster en fonction des rendements attendus sur chacune des exploitations.

,O HVW SDU DLOOHXUV UHFRPPDQGp GH QH SDV GpSDVVHU  GHV EHVRLQV G¶D]RWH GHV FXOWXUHV GH
céréales à paille par les effluents organiques (risque de verse accru sinon).

Le calcul des fournitures est harmonisé au sein des zones vulnérables par la considération des
WH[WHV HW QRWDPPHQW GH O¶DUUrWp 6*$5 Qƒ-165 du 5 juin 2014 qui explicite les différents
facteurs concourant au calcul des fournitures en azote.

1
: les valeurs correspondent à la moyenne des objectifs de rendements par type de sol de
O¶DUUrWpSGAR n°2014-26 du 4 février 2014

33
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

IV-4.2.c) Doses préconisées et apports en éléments fertilisants


Aux doses préconisées, les apports en éléments fertilisants sont les suivants :
Tableau 10 : Apports en éléments fertilisants majeurs et secondaires
Carbonates Carbonates
Unité Boues brutes
liquides solides
'RVHG¶DSSRUW m3 ou t / ha 40 18 10
MS Kg MS /t 272 341 710
Matière Organique 7184 52 78
Azote total 173 2 3
dont 10% disponible 17 0 0
P2O5 70 6 5
sont 85% utilisable
Kg / ha 59 5 4
K2O 18 3 21
CaO 1924 3471 4061
dont 17,5% (boues) et 50%
(carbonates) efficace
337 1736 2031
MgO 18 51 46

/HVDSSRUWVGHERXHVSHUPHWWHQWXQDSSRUWFRQVpTXHQWHQPDWLqUHRUJDQLTXHDLQVLTXHO¶DSSRUW
GHODIRXUQLWXUHHQSKRVSKRUHHWpTXLYDOHQW&D2SRXUO¶DQQpHTXLVXLWOHVpSDQGDJHV
Les apports en azote sont intéressants mais du fait du faible taux de disponibilité, ils ne seront
SDVYLVLEOHVjO¶pFKHOOHG¶XQHDQQpHPDLVSOXW{WGDQVODGXUpH

Les apports en carbonates permettent essentiellement un apport en équivalent CaO et en MgO.


Ces apports permettront le relèvement du pH des sols amendés.

/¶DUUrWp GX  DYULO  UHODWLI j O


LQGXVWULH SDSHWLqUH SUpYRLW en effet une limite concernant les
apports en azote qui ne doivent pas dépasser :
ƒ 350 unités / ha / an sur prairie,
ƒ 200 unités / ha / an sur les auWUHV FXOWXUHV j O¶H[FHSWLRQ GHV OpJXPLQHXVHV R LOV
doivent être nuls.

'¶XQ SRLQW GH YXH DJURQRPLTXH OHs doses G¶pSDQGDJH sont limitées SDU O¶DSSRUW en
matière organique et azote organique pour les boues HW O¶DSSRUW HQ FKDX[ SRXU OHV
carbonates.

IV.4.3 - Flux en micro-polluants résultants des apports


Le flux correspond à la quantité d'éléments apportés par hectare et pour 10 ans. Il s'exprime en g
G¶DSSOLFDWLRQP2 GDQVOHFDVGHVpOpPHQWVWUDFHVPpWDOOLTXHVHWHQPJG¶DSSOLFDWLRQP2 dans le
cas des composés organiques traces.

34
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Tableau 11 : Flux en éléments traces métalliques et composés organiques traces apportés par les matières à épandre sur 10 ans
Temp
Cr+Cu+
s de MS Cd Cr Cu Hg Ni Pb Zn S 7PCB Fluo BbF BaP
retour Ni+Zn
Unités an t g / m2 mg / m2
Boues brutes 3 36,31 0,00059 0,08086 0,13428 0,00090 0,01949 0,01061 0,09990 0,32840 0,46791 0,40975 0,35659 0,35659
Carbonates liquides Moyenne 3 20,44 0,00054 0,02593 0,01060 0,00033 0,01482 0,00545 0,05862 0,10976 0,17885 0,10731 0,10731 0,10731
Carbonates solides 3 23,67 0,00047 0,03006 0,01018 0,00028 0,02722 0,00994 0,08615 0,15360 0,33133 0,27927 0,27927 0,27927

Unités % de la limite réglementaire - Sur labours et pH > 6


60 /
Valeur limite sur 10 ans 0,015 1,50 1,50 0,015 0,30 1,50 4,50 6,00 1,20 7,50 4,00 3,00
301
Boues brutes % Valeur 3 61 4 5 9 6 6 1 2 5 39 5 9 12
Carbonates liquides Limite - 3 68 4 2 1 2 5 0 1 2 15 1 3 4
Carbonates solides MAX 3 79 3 2 1 2 9 1 2 3 28 4 7 9

Unités % de la limite réglementaire - Sur prairies ou pH < 6


Valeur limite sur 10 ans 60 / 30 0,015 1,20 1,20 0,015 0,30 0,90 3,00 4,00 1,20 6,00 4,00 2,00
Boues brutes % Valeur 3 61 4 7 11 6 6 1 3 8 39 7 9 18
Carbonates liquides Limite - 3 68 4 2 1 2 5 1 2 3 15 2 3 5
Carbonates solides MAX 3 79 3 3 1 2 9 1 3 4 28 5 7 14

Au regard des résultats d’analyses, les quantités maximales de boues, de résidus de fabrication des carbonates solides et liquides apportées ne
sont limitées ni par les éléments traces métalliques ni par les composés organiques traces, mais par le cumul des apports en matière sèche
pour les boues brutes.

Les boues et les résidus de carbonates issus des Papeteries de Clairefontaine ont une composition en éléments traces métalliques et
composés organiques traces compatible avec la valorisation agricole.

1
: 30 t de MS/ha tous les 10 ans, pour les carbonates / 60 t de MS/ha tous les 10 ans, pour les boues avec dérogation

35
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

IV.4.4 - Demande de dérogation relative au flux cumulé de matière


sèche épandue sur 10 ans
/¶DUUrWp PLQLVWpULHO GX  DYULO  DUWLFOH  DOLQpD   DXWRULVH SDU GpURJDWLRQ XQ DSport
PD[LPDOGHWRQQHVGH06KDVXUDQVVXUODEDVHG¶DUJXPHQWVDJURQRPLTXHVIRQGpV

/HV SDSHWHULHV GH &ODLUHIRQWDLQH VRXKDLWHQW DYRLU OD GpURJDWLRQ SRXU O¶DXJPHQWDWLRQ GX
tonnage de matière sèche de boues limite sur 10 ans de 30 à 60 tonnes/ha car :

F lDSUDWLTXHG¶pSDQGDJHGHVboues des papeteries de Clairefontaine à la dose moyenne de 40


tonnes brutes / ha avec un retour tous les 3 ans répond aux besoins en amendements
organiques et calciques des sols.

F dDQV FHV FRQGLWLRQV OHV IOX[ G¶pOpments-traces métalliques et de composés-traces


organiques sont très nettement inférieurs aux flux maximums autorisés, comme indiqués dans le
paragraphe précédent.

IV.5 - SURFACES D¶EPANDAGES NECESSAIRES


Tableau 12 : Surfaces agricoles nécessaires
Boues Carbonates Carbonate
Unités Total
brutes liquides s solides
Quantités de MS t MS / an 2180 205 215 2 600
Siccité kg MS /t 273 341 710
'RVHPR\HQQHG¶DSSRUW t / ha 40 18 10
Surfaces annuelles d'épandage ha 200 33 30 263
Fréquence de retour ans 3 3 3
Surface totale ha 600 100 90 790
Y compris un coefficient de sécurité
ha 780 130 117 1027
de 30%

La surface nécessaire pour la gestion des produits valorisés sur le site HQSODQG¶pSDQGDJHHVW
de 263 ha par an. En tenant compte de lDSpULRGLFLWpGHVUHWRXUVG¶pSDQGDJHHWGHODSULVHHQ
FRPSWH G¶XQ FRHIILFLHQWGH VpFXULWp GH  SHUPHWWDQW GH SDOOLHU OD QRQ-utilisation de certaines
SDUFHOOHVOHGpVHQJDJHPHQWG¶H[SORLWDQWVODVXUIace agricole nécessaire est de 1027 ha.

36
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

IV.6 - CONCLUSION

Les Papeteries de Clairefontaine VLWXpHV VXU OD FRPPXQH G¶(7,9$/ &/$,5()217$,1(


produisent des papiers classés dans la catégorie impression écriture (papier reprographie,
enveloppes, offset, écoliers.....).

Les Papeteries de Clairefontaine souhaitent valoriser les différentes productions du site, soit les
boues, les carbonates liquides et les carbonates solides.

3UpFLVRQV TXH G¶XQH DQQpH j O¶DXWUH OHV TXDQWLWpV GH résidus liquides et solides de fabrication
des carbonates peuvent varier. En effet les quantités de ces deux résidus de carbonates sont
dépendantes des quantités transférées jODVWDWLRQG¶pSXUDWLRQ

/DSUpVHQWHGHPDQGHSRUWHVXUO¶pSDQGDJHWRWDODQQXHOG¶XQPD[LPXPGH 2 600 tonnes de


MS par an.

Les résultats des analyses G¶RUHV-et-déjà réalisées sur les différents produits valorisés sur le site
montrent que :
- les teneurs en éléments traces métalliques et composés organiques traces sont
FRPSDWLEOHVjXQHYDORULVDWLRQDJULFROHUHVSHFWXHXVHGHO¶HQYLURQQHPHQW,
- les teneurs en éléments fertilisants secondaires tel que le calcium les rendent
assimilables à un amendement calcique.

Les facteurs limitants OD GRVH G¶DSSRUW GHs différentes matières à épandre sont les apports
cumulés de matière sèche sur 10 ans, les quantités G¶D]RWH total et de calcium apportées.

37
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

V - CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL DU SECTEUR


V.1 - DELIMITATION DU SECTEUR D¶ETUDE

Le secteur de prospection a été défini de la façon suivante :


- Identification de zones agricoles proches de O¶XVLQH GDQV OH EXW GH OLPLWHU O¶LPSDFW GHV
transports et favoriser la valorisation de proximité ;
- Identification des agriculteurs déjà utilisateur du compost et des résidus de carbonates de
O¶XVLQH ;
- ,GHQWLILFDWLRQ G¶H[SORLWDWLRQV GH WDLOOH VXIILVDPPHQW LPSRUWDQWH SRXU DVVXUHU XQH XWLOLVDWLRQ
régulière des matières à épandre et non saturées par leurs propres effluents organiques,
dont le recyclage est logiquement prioritaire ;
- Identification des zones en dehors des périmètres de protection rapprochés des champs
de captage, des zones inondables, des zones classées Natura 2000 etc ;

Les communes pressenties pour épandage sont situées dans les départements suivant :
- Vosges : 733,41 ha
- Meurthe et Moselle : 505,99 ha
- Moselle : 69,31 ha

/DFDUWHVXLYDQWHORFDOLVHOHVHFWHXUG¶pWXGH

38
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Figure 10 : Carte des


communes du
secteur d'étude (en
vert clair, communes
pour lesquelles une
parcelle est à moins
de 100 m, en rouge,
siège de l’usine)

39
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

La présente demande concerne 52 communes réparties sur les trois départements.


Tableau 13 /LVWHGHFRPPXQHVGXVHFWHXUG¶pWXGH
Surfaces Surfaces % des
Code postal Commune épandables épandables surfaces
boues carbonates inscrites
1 57670 ALBESTROFF 14,13 1,1
2 54450 ANCERVILLER 18,79 1,4
3 54122 AZERAILLES 2,50 0,2
4 88210 BAN DE SAPT 7,99 0,6
5 54370 BATHELEMONT 17,26 1,3
6 57260 BIDESTROFF 55,18 4,2
7 54120 BROUVILLE 5,02 0,4
8 88700 BRU 52,19 4,0
9 88700 BULT 9,09 0,7
10 54122 CHENEVIERES 1,17 0,1
11 88390 DARNIEULLES 50,96 3,9
12 88600 DOMPIERRE 0,73 0,1
13 88700 DOMPTAIL 6,77 0,5
14 88480 ETIVAL CLAIREFONTAINE 2,63 77,53 6,1
15 54122 FLIN 44,31 3,4
16 88600 FONTENAY 53,23 4,1
17 54120 GELACOURT 25,70 2,0
18 88600 GIRECOURT SUR DURBION 132,59 10,1
19 54122 GLONVILLE 6,68 0,5
20 88210 GRANDRUPT 7,24 0,6
21 88600 GUGNECOURT 6,70 0,5
22 54120 HABLAINVILLE 17,40 1,3
23 54450 HALLOVILLE 13,03 1,0
24 88470 LA BOURGONCE 4,51 0,3
25 54950 LARONXE 2,03 0,2
26 88470 LA VOIVRE 7,78 0,6
27 54540 MIGNEVILLE 73,55 5,6
28 54540 MONTIGNY 29,55 2,3
29 54450 MONTREUX 2,51 0,2
30 54118 MOYEN 2,70 0,2
31 54540 NEUFMAISONS 54,44 4,2
32 88470 NOMPATELIZE 7,88 70,02 6,0
33 54450 NONHIGNY 45,76 3,5
34 88700 PADOUX 4,10 0,3
35 54480 PARUX 12,87 1,0
36 54480 PETITMONT 34,54 2,6
37 88700 SAINT BENOIT LA CHIPOTTE 108,86 8,3
38 54950 SAINT CLEMENT 0,00 0,0
39 88700 SAINT GORGON 0,46 0,0
40 54540 SAINT MAURICE AUX FORGES 9,85 0,8
41 88470 SAINT MICHEL SUR MEURTHE 15,10 25,52 3,1
42 88700 SAINT PIERREMONT 13,58 1,0
43 88480 SAINT REMY 32,43 0,53 2,5
44 88700 SAINTE HELENE 11,28 0,9
45 54540 SAINTE POLE 19,92 1,5
46 54370 SERRES 4,00 0,3
47 54540 VACQUEVILLE 12,97 1,0
48 54122 VATHIMENIL 29,03 2,2
49 54540 VENEY 16,26 1,2
50 88700 VOMECOURT 22,13 1,7
51 88700 XAFFEVILLERS 1,58 0,1
52 54370 XURES 4,15 0,3
Sous-total 88 547,52 185,89 56,0
Sous-total 54 505,99 0,00 38,7
Sous-total 57 69,31 0,00 5,3
TOTAL 1122,82 185,89 100
1308,71

40
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Tableau 14 : Listes des communes distantes de moins de 100 m des parcelles concernées par
les épandages
CP Communes

Meurthe et Moselle
1 54370 ARRACOURT
2 54120 BACCARAT
3 54450 DOMEVRE SUR VEZOUZE
4 54300 FRAIMBOIS
5 54450 HERBEVILLER
6 54120 MERVILLER
7 54120 REHERREY
8 54120 VAXAINVILLE

Moselle
9 57260 BASSING
10 57260 CUTTING
11 57260 ZOMMANGE

Vosges
12 88600 AYDOILLES
13 88700 JEANMENIL

Ainsi, 52 communes concernées par les épandages ainsi que 13 communes pour lesquelles une
parcelle se situe à moins de 100 m de la limite communale, soit un total de 65 communes
doivent être enquêtées.

V.2 - FACTEURS GEOGRAPHIQUES

La ]RQH G¶pWXGH concerne GHV VHFWHXUV R O¶XUEDQLVDWLRQ HVW SHX dense, concentrée au niveau
des villages qui laisse un large espace agricole et forestier.

/¶pWXGHDSULVHQFRPSWHOHVFRQWUDLQWHVOLpHVjODWRSRJUDSKLHDXUpVHDXK\GURJUDSKLTXHHWDX[
GRQQpHV GH O¶XUEDQLVPH &HFL D SHUPLV G¶pOLPLQHU GX SpULPqWUH G¶pSDQGDJH OHV ]RQHV GLfficiles
G¶DFFqVet présentant de forte pente, les zones inondables et les abords des habitations.

/¶pWXGHGXFRQWH[WHHQYLURQQHPHQWDODSHUPLVGH
- délimiter précisément les secteurs sensibles sur lesquels l'épandage n'est pas
souhaitable ou interdit, ou HQFRUH SRVVLEOH PDLV DYHF PLVH HQ °XYre de mesures
d'accompagnement ;
- évaluer l'impact des épandages sur le milieu naturel.

41
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

V.3 - CONTEXTE GEOLOGIQUE ET PEDOLOGIQUE

V.3.1 - Historique géologique


Sur les roches cristallines initiales a eu lieu un premier cycle érosif et sédimentaire (Permien puis
ère Trias) aboutissant à la formation des couches géologiques Muschelkalk, Keuper, puis
Rhétien. Suit un deuxième cycle (ère Jurassique) aboutissant à la formation des couches Lias,
Dogger puis Malm. Enfin un troisième cycle plus érosif que sédimentaire (ère Crétacé) voit par
ailleurVOHUHOqYHPHQWGHV9RVJHVjO¶(st (remontées des roches cristallines initiales) qui incline
O¶HQVHPEOH des formations en direction du Nord-Ouest. Le socle ancien est mis à jour dans les
Vosges GX6XGWDQGLVTX¶DLOOHXUVOHVWHUUDLQVVpGLPHQWDLUHVVXFFHVVLIVVRXYHQWFRQVWLWXpVG¶XQH
DOWHUQDQFHGHURFKHVWHQGUHVHWGHURFKHVGXUHVVXELVVHQWXQHpURVLRQGLIIpUHQWLHOOHVRXVO¶DFWLRQ
GHVHDX[GHUXLVVHOOHPHQW&HWWHpURVLRQGLIIpUHQWLHOOHV¶LQVWDOOH DXTXDWHUQDLUHVRXVO¶DFWLRQGHV
ULYLqUHVPHWWDQWHQUHOLHIOHVDIIOHXUHPHQWVOHVSOXVUpVLVWDQWVjO¶pURVLRQWDQGLVTXHOHVURFKHV
tendres sont évidées.
Puis certaines formations superficielles peuvent recouvrir ces formations géologiques  O°VV
lehm HWDXWUHVOLPRQVGpSRVpVSDUOHVYHQWVDOOXYLRQVGpSRVpVSDUOHVFRXUVG¶HDX[

Le territoire étudié est essentiellement constitué par des formations du TRIAS.


Figure 11 : Carte géologique générale (échelle : 1/500 000ème)

j1 : Jurassique inférieur (Lias)


t1 : trias inférieur
t2 : trias moyen (Muschelkalk moyen et supérieur)
t3 : trias supérieur (Keuper et Rhétien)
q2 : pléistocène moyen et supérieur
r : permien

/HV DIIOHXUHPHQWV REVHUYpV VXU OH VHFWHXU G¶pWXGH VRQW FHX[ GH GHXx ensembles géologiques
GRQWYRQWGpSHQGUHOHVSURSULpWpVGHVVROVTXLV¶\VRQWGpYHORSSpV,OVVHGpILQLVVHQWFRPPHVXLW
G¶HVWHQRXHVW : les collines sous vosgiennes et le plateau lorrain.

42
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

V-3.1.a) Les collines sous vosgiennes


&¶HVW OH VHFWHXU R SODWHDX HW PRQWDJQH VRQW OH SOXV UDSSURFKpV O¶XQ GH O¶DXWUH HW OHV SOXV
imbriqués. Ce secteur est caractérisé par un champ de fractures important.
$FHWWHFRPSOH[LWpG¶RULJLQHVWUXFWXUDOHV¶DMRXWHO¶LQIOXHQFHLQpJDOHG¶DFWLYLWpYROFDQLTXHDFLGHHW
basique dont la répartition est inégale.

Ce socle comprend un massif volcano-VpGLPHQWDLUH G¶kJH DEVONIEN, accompagné de ROCHES


CRISTALLINES :
- les diorites à grains fins et faciès hétérogènes de couleur vert sombre à deux amphiboles,
parfois très grossière affleure ça et là au sXGG¶(WLYDO 'H\IRVVHj6DLQW-Rémy)
- vers le nord, celles-ci sont pénétrés par des filonnets et nuages quartzo-feldspathiques et
passe ainsi à une granidoriorite à enclaves de diorite (Saint-Michel-sur-Meurthe,
Nompatelize et Etival-Clairefontaine)

Ce massif est bordé au sXG SDU G¶LPSRUWDQWHV YHQXHV YROFDQLTXHV DFLGHV DWWULEXpHV DX
PERMIEN : les ignimbrites rhiolitiques, de couleur gris rougeâtre à violette avec des phénocristaux
de quartz et de feldspath visible suUO¶pFKDQWLOORQDIIOHXUHQWGH/a Salle à Bréhimont en passant
par Nompatelize.
/HV IRUPDWLRQV SHUPLHQQHV DIIOHXUHQW VXU XQH IDLEOH VXUIDFH /D %RXUJRQFH  ,O V¶DJLW GH JUqV
grossier, très feldspathique (arkose), poreux, de couleur rouge à rose (La Bourgonce)

Viennent ensuite les formations du TRIAS avec le Grès Vosgien. Sa puissance atteint 80 à 100
P &¶HVW XQ JUqVIHOGVSDWKLTXHJURVVLHU j FLPHQW VLOLFHX[ 'DQV O¶HQVHPEOH LO HVW URVH j URXJH
mais localement il peut être blanc.

Ces formations sont essentiellement acides et génèrent des sols sableux pauvres et relativement
secs sur les grès et granites ; les sols alluviaux sont sensiblement moins pauvres.

V-3.1.b) Le plateau lorrain

Le plateau lorrain est vaste et géologiquement très varié. Le secteur d¶pWXGH V¶pWHQG GH OD
FRPPXQHG¶$OEHVWURIIen Moselle au nord à la commune de Darnieulles au sud-ouest dans les
Vosges $ O¶HVW LO V¶pWHQG MXVTX¶DX SD\V GH 6DUUHERurg au niveau de Petitmont. Le territoire
étudié est essentiellement constitué par des formations du TRIAS.

Les formations débutent au Buntsandstein supérieur (t2b). Cet ensemble gréseux affleure sur les
secteurs de Vacqueville, Glonville et Neufmaisons (54). Ces dépôts se terminent par les Grès à
Voltzia DYHFOHVTXHOVFRPPHQFHjVHIDLUHVHQWLUO¶LQIOXHQFHPDULQHTXLVHGpYHORSSHHQVXLWHDX
Muschelkalk.

Base conventionnelle du Muschelkalk, le Grès Coquilliers (t3 de la carte géologique) est


relativement bien développé dans les secteurs de Vacqueville, Neufmaisons, Parux, Nonhigny,
Montreux et Petitmont. Ce faciès représente le stade ultime de la sédimentation sableuse, où les
dépôts antérieurs sont remodelés par les vagues, et où les argiles apportées par les estuaires
sont distribuées au gré des courants marins sur de grandes vasières littorales.
La transgression marine continue et la sédimentation se poursuit par le Muschelkalk moyen (t4)
qui est essentiellement marneux et argileux. Cette formation est observée localement dans les
secteurs de Halloville, Saint-Maurice-aux-Forges, Saint-Pierremont et Brouville.

43
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Le Muschelkalk supérieur (t5) est composé de trois faciès essentiellement calcaire :


- le calcaire à Entroques (t5a) : calcaires en gros bancs compacts, gris ou beige ;
- les couches à Cératites (t5b) : elles se distinguent des calcaires à entroques par un
plus grand développement des bancs marneux ;
- les calcaires à Térébratules est peu argileux, massif et gris.
Ces trois faciès affleurent largement entre Charmes et Rambervillers (88) et dans le secteur de
Mignéville, Flin et Vathiménil (54).

La période suivante correspond à la Lettenkohle (t6) et comprend trois termes nettement


différenciés :
- la Dolomie inférieure ou encore la dolomie coquillière et oolothique jaunâtre ou
blanche, farineuse affleure dans les secteurs de Sercoeur ;
- OHV KRUL]RQV G¶DUJLOHV PR\HQQHV GH OD Lettenkohle moyenne et les horizons
carbonatés intercalés de minces lits argileux du Lettenkohle supérieure sont
observées entre Epinal et Rambervillers ;

Les formations du Trias se terminent par le Keuper (t7).


Le Keuper inférieur (t7a) affleure largement notre secteuUG¶pWXGHjO¶RXHVWGH5DPEHUYLOOHUV (88),
mais également de Hablainville(54) à Albestroff (57): il se caractérise par la présence sur plus
G¶XQH FHQWDLQH GH PqWUH G¶pSDLVVHXU GH PDUQHV YHUVLFRORUHV HW G¶DUJLOHV URXJHV FKDUJpHV GH
gypse et sel gemme et de dépôts dolomitiques.
Sur ces matériaux très variés se sont déposés au quaternaire des formations superficielles :
- des limons,
- des colluvions,
- des alluvions.

V.3.2 - Types de sols


Sur le Muschelkalk supérieur calcaire se développent des sols du type brun calcaire et calcique,
FDLOORXWHX[ TXHOTXHIRLV FDOFLPDJQpVLTXHV  QH SRVDQW TXH ORFDOHPHQW GHV SUREOqPHV G¶H[FqV
G¶HDXHWSRXYDQWrWUHVRXPLVjG¶LPSRUWDQWVGpILFLWVK\GULTXHVHQDQQpHVVqFKHV

Sur le Muschelkalk moyen, plus marneux, visibles que dans les pentes, les sols bruns calcaires
et calciques sont dominants. Ils rappellent les sols argileux calcimagnésiques du Keuper.

Sur le Muschelkalk inférieur constitué de grès coquilliers, dolomitiques et argileux se développent


des sols variés mais de texture le plus souvent grossière (sols bruns marmorisés limono-
sableux).
Les Muschelkalk moyen et inférieur sont marqués par des placages limoneux : les sols bruns
plus ou moins lessivés et hydromorphes sont alors dominants.

(QDOODQWXQSHXSOXVjO¶2uest, se situent les terrains géologiques de la Lettenkohle. Ceux-ci ne


UHSUpVHQWHQW TXH GH IDLEOHV VXUIDFHV j O¶DIIOHXUHPHQW PDLV OHV VROV \ VRQW SHX pSDLV SHX
évolués, argileux, gris foncé, reposant sur une marne argileuse, calcimagnésique très plastique
(pélosols). &HVFRXFKHVJpRORJLTXHVVHVLWXHQWjO¶DIIOHXUHPHQWHQVLWXDWLRQGHSHQWH

Les marnes du Keuper sont molles et ondulées et le sommet des mamelons est souvent
couronné par des niveaux dolomitiques, tandis que les sols bruns et calcimagnésiques argileux
(tendance pélosol brunifié des « terres grises et rouges ») occupent les pentes.
Les vallons séparant ces collines sont très humides : on y rencontre des sols à gley souvent
humifères supportant des prairies à flore hygrophile (roseaux, joncs) ;

44
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Dans cette zone, les placages limoneux sont moins IUpTXHQWV TXH VXU G¶DXWUHV IRUPDWLRQV
marneuses lorraines (moins de 10% de sols bruns lessivés hydromorphes). Les mouillères de
SHQWHVVRQWpJDOHPHQWPRLQVDERQGDQWHVTXHVXUG¶DXWUHVDVVLVVHVJpRORJLTXHV
Les différenWHV EXWWHV GpWHUPLQHQW HQWUH HOOHV GHV WKDOZHJV UHFXHLOODQW O¶HDX GHV VXUIDFHV
adjacentes. Dans les bas-fonds est présent un réseau de fossés bien entretenu et plutôt dense.

V.3.3 - Pédologie et VROVREVHUYpVVXUOHVHFWHXUG¶pWXGH


Les principales réactions du sol, consécutives à un épandage de boues de papeteries ou de
résidus de fabrication des carbonates sont les suivantes :
- filtration OHVPDWLqUHVHQVXVSHQVLRQVRQWUHWHQXHVHQVXUIDFHWDQGLVTXHO¶HDXSpQqWUH
plus profondément (cas des résidus de fabrication des carbonates) ;
- VWRFNDJH WUDQVLWRLUH GH O¶HDX HW GHV VHOV PLQpUDX[ GLVVRXV SXLV pYDSRUDWLRQ
ruissellement ou lessivage, avec échanges d'ions ;
- précipitation, complexation.

Les sols les plus appropriés à la valorisation des boues papetières et des résidus de fabrication
des carbonates sont ceux qui présentent :
- une perméabilité moyenne : ni trop forte qui favorise les percolations avant la
consommation par les plantes, ni trop faible qui favorise le lessivage ;
- une bonne activité microbienne car elle assure la minéralisation. Elle est favorisée par
une forte teneur en matière organique active, une bonne aération et un pH proche de 7 ;
- de fortes possibilités de stockage de l'eau (forte réserve utile) et des "bases" (forte
capacité d'échange cationique) retenant les éléments solubles ;
- une forte productivité de la culture, puisque à terme, l'épuration finale est assurée par la
consommation des plantes et la récolte qui en découle.

Remarque O¶DSSRUWG¶XQH quantité raisonnée de boues et de résidus de carbonates sur les sols
permet une épuration optimale.

La pédologie réalisée sur les parcelles pressenties pour O¶épandage permet dans un premier
temps de classifier les sols et ainsi de déterminer leur sensibilité aux apports de différents
produits à épandre.

Une reconnaissance des sols a été menée à la tarière à main et cela MXVTX¶jFP dès lors
TXHOHVpOpPHQWVJURVVLHUVQ¶RQWSDVHQWUDYpODSpQpWUDWLRQGHODWDULqUH

&HV VRQGDJHV SHUPHWWHQW G¶DSSUpKHQGHU OHV FDUDFWpULVWLTXHV GH VROV TXL VRQW j SUHQGre en
FRPSWHGDQVO¶pODERUDWLRQGHODFDUWHGHVDSWLWXGHVGHVVROVjO¶pSDQGDJH :
- profondeur,
- texture,
- hydromorphie,
- nature du substrat géologique si celui-ci est atteint avant 120 cm.

Une aptitude à l'épandage est attribuée à partir de trois types de critères :


- critères de sols (observations pédologiques) qui sont le résultat GH O¶REVHUYDWLRQ de
sondages à la tarière réalisés sur les parcelles pressenties pour épandage
- position géomorphologique (pente)
- proximité des zones sensibles (habitations, cours d'eau).

Chaque parcelle est ainsi affectée d'une ou plusieurs notes d'aptitude parmi les suivantes :

45
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

- 0 : sols à proximité de zones sensibles (habitations, périmètres de protection


rapprochée de captages AEP, sources, FRXUVG¶HDXetc).
L'épandage est interdit.
- 1B : sols à tendance hydromorphes (signes avant 60 cm de profondeur).
L'épandage est interdit durant la totalité de la période d'excédent hydrique.
Epandage à privilégier sur la période de juillet à mi-septembre.
- 1A : sols filtrants (peu profonds, sableux ou très caillouteux), ou sols à tendance
hydromorphes (signes après 60 cm de profondeur).
/
pSDQGDJHHVWGpFRQVHLOOpVXUOHVVROVUHVWDQWQXVHQKLYHU(QSpULRGHG¶H[FpGHQW
K\GULTXHODGRVHG¶DSSRUWGHmatières à épandre, surtout des liquides est diminuée.
EpandDJHjSULYLOpJLHUVXUODSpULRGHG¶Dvril à mi-octobre.
- 2 : sols profonds, sains.
L'épandage peut être effectué dans la mesure ou l'accès aux parcelles ne pose pas
de problèmes de portance ou de dégradation de la structure des sols.

V.3.4 - Définition des grands types de sols


Les données fournies dans ce paragraphe sont le résultat des observations de terrain suite à des
sondages à la tarière.
Les caractéristiques pédologiques des parcelles sont indiquées dans le tableau récapitulatif des
parcelles en annexe 9.

/HVVROVUHQFRQWUpVVXUOHVHFWHXUG¶étude sont présentés à la suite :

V-3.4.a) Sols alluviaux ou sols peu évolués


/HV VROV DOOXYLDX[ HW FROOXYLDX[ TXL UpVXOWHQWG¶XQ WUDQVSRUWPpFDQLTXH SDU pURVLRQ OH ORQJ GHV
pentes) concernent surtout les fonds de vallées et les bas de pentes où des apports de
PDWpULDX[ G¶RULJLQHs alluviale et/ou colluviale assurent un rajeunissement des profils. Les
FDUDFWpULVWLTXHV GH FHV VROV VRQW YDULDEOHV VHORQ O¶LPSRUWDQFH GX EDVVLQ K\GURJUDSKLTXH HW la
nature des terrains traversés en amont.

Les sols alluviaux sont en général sains, le drainage de surface étant assuré par la bonne
SHUPpDELOLWp GH O¶KRUL]RQ VRXV-jacent. Ces sols sont donc généralement profonds et ne
SUpVHQWHQWSDVG¶K\GURPRUSKLH
DanVOHVHFWHXUG¶pWXGHVHUHQFRQWUHQWOHVDOOXYLRQVde la Meurthe.

Les sols colluviaux ont subi un grano-classement le long de la pente avec :


- des sols peu épais, souvent caillouteux et à texture grossière en position haute ;
- des sols plus épais à texture plus fine en position basse. Ces derniers sols peuvent
SUpVHQWHUGHVSUREOqPHVG¶K\GURPRUSKLH

V-3.4.b) Sols calcimagnésiques


&HVRQWGHVVROVTXLVHVRQWGpYHORSSpVjSDUWLUG¶XQHURFKHPqUHFRQWHQDQWGXFDOFDLUHRXGX
calcaire dolomitique, pouvant être en alternance avec des bancs de marnes bariolées. Ils
peuvent être subdivisés en sous-groupes en fonction de la profondeur du profil et de son degré
G¶pYROXWLRQ
- les sols bruns calcaires (calcosols), plus profonds, moins calcaires et moins caillouteux
;
Epaisseur variable : horizon argilo-limoneux de couleur brun clair, de structure
JUXPHOHXVH /D WHUUH ILQH UpDJLW SRVLWLYHPHQW j O¶DFLGH FKORUK\GULTXH &HUWDLQHV

46
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

SDUFHOOHV SHXYHQW SUpVHQWHU MXVTX¶j   GH FDLOORX[ GH SHWLWHV GLPHQVLRQV HQ
surface.
Profondeur variable (40-80 cm) : butée de roche calcaire.
- les sols bruns calciques FDOFLVROV  TXL UpVXOWHQW G¶XQH pYROXWLRQ GHV VROV EUXQV
calcaires, par dissolution et entraînement des carbonates en profondeur, sont dépourvus
de calcaire dans les horizons superficiels et moyens ;
Epaisseur variable : horizon limono-argileux à argilo-OLPRQHX[ /D UpDFWLRQ j O¶DFLGH
FKORUK\GULTXH HVW QpJDWLYH &HUWDLQHV SDUFHOOHV SHXYHQW SUpVHQWHU MXVTX¶j  GH
cailloux en surface, ces cailloux étant remontés lors des labours.
Epaisseur variable (50-90 cm) : KRUL]RQ G¶DUJLOH HQ PpODQJH DYHF GHV JUDYLHUV
FDOFDLUHV LVVXV GH O¶DOWpUDWLRQ GH OD URFKHPqUHVRXV-jacente). La terre fine ne réagit
TXHIDLEOHPHQWjO¶DFLGHFKORUK\GULTXH
Profondeur variable (60-120 cm) : butée de roche calcaire.

V-3.4.c) Sols brunifiés


&HV VROV VRQW FDUDFWpULVpV SDU O¶DEVHQFH GH FDOFDLUH DFWLI GDQV OH SURILO /D UpDFWLRQ j O¶DFLGH
chlorhydrique est nulle. Le complexe argilo-humique est surtout floculé par le fer ferrique qui
constitue le ciment des agrégats et confère au sol une couleur brunâtre. Les sols bruns se
UHQFRQWUHQW VXU O¶HQVHPEOH GX VHFWHXU G¶pWXGH  OHXU pYROXWLRQ SHXW VH SRXUVXLYUH SDU XQ
entraînement des argiles en profondeur et une acidification des profils.

2QSDVVHSURJUHVVLYHPHQWG¶XQVROEUXQFDOFLTXHDyant un horizon sous-jacent carbonaté à un


VROGpFDUERQDWpVXUO¶HQVHPEOHGXSURILO

Ces sols ont des caractéristiques similaires aux sols bruns calciques à la différence près que les
horizons de surface sont nettement plus limoneux du fait du lessivage des particules les plus
fines en profondeur et ces sols sont en général plus épais (> 120 cm).
La texture de surface est limono-argileuse à argilo-OLPRQHXVH /¶KRUL]RQ VXLYDQW HVW HQ JpQpUDO
SOXVFODLU6RXVXQSUHPLHUKRUL]RQGHOHVVLYDJHVHWURXYHO¶KRUL]RQG¶DFFXPXODWLRQGHVDUJLOHV
peu perméable.

- les sols bruns acides à tendance sableuse très présents sur le secteur des collines sous
vosgiennes, se caractérisent en surface par une granulométrie relativement fine, ne
laissant pas apparaître de mottes de terre, la teneur en argile est faible.
/DWH[WXUHHWODGHVFULSWLRQVRQWDVVH]KRPRJqQHVVXUO¶HQVHPEOHGXSURILO Plus sensibles
au risque de lessivage, ces sols nécessitent cependant des apports importants en chaux
compte tenu de leur pH relativement bas.
Hauteur variable : butée gréseuse ou sableuse.
- les sols bruns peu lessivés (néoluvisols). Le lessivage des éléments fins se surimpose
à une discontinuité initiale liée à une origine différente des matériaux : limons sur argiles
de décarbonatation des plateaux calcaires essentiellement. Le calcaire fissuré sous-
jacent joue alors le rôle de drain naturel et les sols sains et profonds correspondent à des
sols à fortes potentialités.
- les sols bruns lessivés (luvisols) se trouvent généralement sur les plateaux en position
plane, là où subsistent des placages limoneux et alluvionnaires importants. Le lessivage
des éléments fins se surimpose à une discontinuité initiale liée à une origine différente
des matériaux : limon sur argile de décarbonatation des plateaux calcaires, limons sur
PDUQHV RX DUJLOHV GHV SODLQHV HW SODWHDX[ SHX SHUPpDEOHV 'X IDLW GH O¶LPSHUPpDELOLWp
des couches plus profondes un colmatage progressif de la base du profil entraîne
O¶LQVWDOODWLRQ G¶XQH QDSSH SHUFKpH WHPSRUDLUH DYHF apparition de phénomènes
G¶K\GURPRUSKLH
- les limons profonds sont rencontrés sur les plateaux ,O V¶DJLW SRXU O¶HVVHQWLHO GH
formations de décalcification.

47
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

0 ± 30 cm : horizon limoneux de couleur brun clair.


30 - 40 cm : horizon limoneux de couleur brun clair avec SUpVHQFH G¶XQH IDLEOH
hydromorphie (quelques tâches).
> 40 cm  KRUL]RQ OLPRQHX[ GH FRXOHXU EUXQ FODLU DYHF SUpVHQFH G¶XQH K\GURPRUSKLH
marquée (plus ou moins de tâches).

V-3.4.d) Caractéristiques hydromorphes


Tous les sols précédents peuvent présenter des caractpULVWLTXHVG¶K\GURPRUSKLH :
- les sols à gley (réductisols), formés soit sur les alluvions récentes très argileuses des
ruisseaux et rivières, soit sur colluvions argilo-marneuses du substrat environnant.
Quelques sols salins à nappe se rencontrent sporadiquement dans certaines vallées
humides du Saulnois ;
- les sols à pseudogley UpGR[LVROV  GRQW O¶pYROXWLRQ HVW FRQGLWLRQQpH SDU OD SUpVHQFH
G¶XQHQDSSHSHUFKpHWHPSRUDLUH/¶K\GURPRUSKLHHVWVRXYHQWHQJHQGUpHSDUO¶H[LVWHQFH
de discontinuités dans les profils, TXH FHV GLVFRQWLQXLWpV VRLHQW G¶RULJLQH JpRORJLTXH RX
pédologique. Ces types de sols sont très répandus en position plane sur placages
limoneux et alluvionnaires quand le substrat est peu perméable.

(QIRQFWLRQGHODSURIRQGHXUG¶DSSDULWLRQGHVVLJQHVG¶K\GURPRUSKLHFODVVHVG¶K\GURPRUSKLH
sont définies :
- sols non hydromorphes ou sain : absence de tâches,
- sols peu hydromorphes : tâches entre 60 et 120 cm,
- sols moyennement hydromorphes : tâches entre 30 et 60 cm,
- sols fortement hydromorphes : tâches avant 30 cm.
Les sols observés sur le terrain et classes d'aptitude à l'épandage sont récapitulés dans le
tableau suivant :

48
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Tableau 15 : Classe d'aptitude des sols observés sur le terrain


Nom
du Texture Texture de
Fond de tarière Contrainte Aptitude
sol de surface profondeur
LA à AL Peu épais (40 à 50 cm)
Calcaire 1A
HCl + - rendzines
LA à AL AL
calcaires Calcaire 2
HCl + HCl +
Sols calci-
LA à AL A
magné- Calcaire Hydromorphie 1B
HCl + HCl +
siques
LA à AL AL
Calcaire 2
HCl - HCl +
calciques
LA à AL A
Calcaire Hydromorphie 1B
HCl - HCl +
peu LA à AL AL Marnes, grès,
2
lessivés HCl - HCl - argiles
Calcaires, marnes,
Limons L LA grès, argiles non
Hydromorphie 1B
profonds HCl - HCl - atteints en fond de
Sols tarière
brunifiés LA à AL AL à A Marnes, grès,
Hydromorphie > 60 cm 2
HCl - HCl - argiles
lessivés
LA à AL AL à A Marnes, grès,
Hydromorphie < 60 cm 1B
HCl - HCl - argiles
Brun SL à SA SL à LS
Grès et sables Hydromorphie 1B
acide HCL - HCL -
Sols Zones inondables ou
SLA SLA Graviers et sables 1B
alluviaux périmètre de captage
L : limon / A : argile / S : sable
HCl + UpDFWLRQSRVLWLYHGHODWHUUHILQHjO¶DFLGHFKORUK\GULTXHGLOXWLRQ
HCl - SDVGHUpDFWLRQGHODWHUUHILQHjO¶DFLGHFKORUK\GULTXH dilution 1/10.

49
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

V.4 - RESSOURCES EN EAU


V.4.1 - Eaux superficielles

Zone
G¶pWXGH

Figure 12 : Réseau hydrographique du secteur


/HVHFWHXUG¶pWXGHFRQFHUQHOHs bassins versants de la Meurthe et de la Seille.

A un niveau plus précis, le secteXUG¶pWXde concerne : La Mortagne, la Meurthe, la Vezouze, la


Seille via le Verbach et O¶$OEHYLDla Rose.

V.4.2 - Zones inondables


La cartographie de la zone inondable de la vallée de la Moselle est disponible en consultation
libre sur le site georisque.gouv.fr.

La cartographie de cette zone est reprise en annexe 3.

Les parcelles suivante GH OD SUpVHQWH pWXGH VH VLWXHQW GDQV RX j SUR[LPLWp G¶XQH zone
inondable :

50
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Tableau 16 : Zones inondées et parcelles concernées


Référence Commentaires
Date
Document Communes des
approbation
parcelles
GEL-07 Zone B
Plan des Surfaces
Azerailles GEL-12 Zone A, portion exclue car
Submersibles (PSS) de
10/09/1956 Chenevières SUR[LPLWpFRXUVG¶Hau
la Meurthe, secteur
Laronxe (54) GEL-23 Zone A / Zone B
Baccarat à St Dié4
GEL-23B Zone B
Atlas de la zone
inondée de la Seille et 01/01/1995 Bidestroff (57) BOF-01 Aléa moyen
Verbach
Atlas des zones
BOF-51 Aléa faible
inondées de l¶$OEHHW 01/01/1995 Albestroff (57)
BOF-52 Aléa faible
de la Rose

L¶pSDQGDJHGHERXHs dans les zones inondables à risque de crues annuel et répertorié comme
tel Q¶HVWSDVHQYLVDJp. ,OV¶DJLWGHV]RQHVjDOpDIRUW

Pour les zones inondables à risque de crues décennal, l¶pSDQGDJH QH VH IHUD TX¶HQ SpULRGH
sèche avec une façon culturale dans les 48 heures. Le stockage sur ces parcelles est quant à lui
interdit. ,OV¶DJLWGHV]RQHVjDOpDmoyen.

Les zones inondables à risque de crues centennal ne relèvent pas de contraintes particulières. Il
V¶DJLWGHV]RQHVjDOpDIDLEOH

/H366IDLVDQWO¶Rbjet du décret n° 56-910 du 10 septembre 1956, définit une zone A et une zone
B.
&HV ]RQHV RQW pWp pWDEOLHV VXLWH j O¶LQRQGDWLRQ GH  HW RQW SRXU REMHW G¶HQFDGUHU OHV
constructions, clôtures et plantations qui sont susceptibles de faire obstacle à l'écoulement des
eaux ou de restreindre d'une manière nuisible le champ des inondations.
En zone A, OHVFO{WXUHVRQWILOVPD[LPXPHWOHVSLTXHWVVRQWHVSDFpVG¶DXPRLQVPqWUHVles
SODQWDWLRQVG¶DUEUHVRQWDXWRULVpHVVRXVFRQGLWLRQVSUpDODEOH

Aucune parcelle ne se situe en situation de crue annuelle.

V.4.3 - Nappes phréatiques


Les formations susceptibles de donner naissance à des sources ou de renfermer des nappes
aquifères, libres ou captives (artésiennes), lorsqu'elles satisfont aux conditions structurales et
d'altération requises sont les suivantes, de haut en bas :
1°) Le calcaire à Gryphées (notamment les bancs inférieurs) ;
2°) Les grès infraliasiques du Rhétien ;
3°) La "Dolomie en dalles" du Keuper moyen ;
4°) Le "Grès à Roseaux" du Keuper moyen ;
5°) Les dolomies limite et inférieure de la Lettenkohle ;
6°) Les couches à Cératites et les calcaires à entroques du Muschelkalk supérieur ;
7°) les couches blanches du Muschelkalk moyen ;

4
: La zone A ou de grand débit = zones où passent 95% du débit de crue, avec des vitesses
G¶pFRXOHPHQWpOHYpHV
La zone B ou complémentaire = zones où passent 5% du débit de crue, avec des vitesses
G¶pFRXOHPHQWSOXW{WIDLEOHV

51
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

8°) les Grès Coquilliers du Muschelkalk inférieur ;


9°) les Grès Vosgien.

Le "Calcaire à Gryphées" fournit des niveaux aquifères souvent suspects du point de vue
bactériologique et en tout cas d'un débit saisonnièrement variable.

La "Dolomie en dalles" révèle selon les endroits des débits et des minéralisations fortement
différentes, souvent chargées. Son exploitation en forage peut être parfois couplée avec celle du
"Grès à Roseaux'' situé peu en-dessous.

Les niveaux dolomitiques de la Lettenkohle (dolomie limite et dolomie inférieure), donnent


fréquemment naissance à des sources dont les eaux, quoique souvent assez dures, peuvent
être utilisées pour l'alimentation. Leur débit, par contre, est relativement faible.

Les formations aquifères du Muschelkalk sont peu importantes. Elles donnent naissance à des
sources qui sont généralement d'un intérêt médiocre. Ce sont :
ƒ des sources à différents niveaux dans les Couches à Cératites (localement au Nord de
Saint-Maurice-aux-Forges, Ancerviller) : le débit est très variable et les eaux, sujettes à
résurgences sont d'une qualité parfois douteuse.
ƒ des sources à la base du Calcaire à entroques, et dans les couches calcaro-dolomitiques
du sommet du Muschelkalk moyen : les sources sont nombreuses, mais de débit assez
faible et parfois très minéralisées par suite de la présence de lentilles de gypse
irrégulièrement intercalées dans les Couches grises.
ƒ des émergences généralement diffuses dans le Grès coquillier, mais de faible débit et
avec des eaux souvent ferrugineuses.

Dans l'ensemble, ces eaux sont souvent très dures et parfois impropres à la consommation.

Le Trias inférieur (Grès bigarré et Grès Vosgien) renferme une nappe artésienne peu
minéralisée. Cette nappe est exploitée par de nombreux forages dans la zone d'affleurement,
mais également en profondeur, sous recouvrement de Muschelkalk ou de Keuper. Les forages
sont relativement profonds, de 500 à 600 m.
Lors du captage sous couverture, doivent être éliminées les eaux des différents réservoirs des
couches traversées au risque de contamination ferrugineuses (par les Grès Coquilliers et Grès à
Voltzia par ailleurs à faible rendement), séléniteuses (contenant beaucoup de sulfate de calcium)
et parfois salées du Muschelkalk moyen et supérieur.
Pour ce qui est du fer (présent à l'état de bicarbonate), il n'est pas impossible non plus que
certains niveaux dolomitiques du Grès Vosgien, puissent en contenir originellement.

Le rendement des forages dans les Grès Vosgiens est souvent excellent. Néanmoins, on
constate d'importantes variations de la perméabilité, en liaison avec le degré de fissuration des
grès.

52
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

V.4.4 - Périmètres de protection GHV FDSWDJHV G¶DOLPHQWDWLRQ HQ HDX


potable
Les périmètres de protection de captages en eau potable sont disponibles au service
enviURQQHPHQWHWVDQWpGHO¶$JHQFH5égionale de Santé (ARS) et sont repris dans les cartes en
annexe 2.
3pULPqWUHVGHSURWHFWLRQGHFDSWDJHD\DQWIDLWO¶REMHWG¶XQHGpFODUDWLRQG¶XWLOLWpSXEOLTXH :
l'épandage des matières à épandre est interdit sur les périmètres immédiats et
rapprochés des captages d'eau pour l'alimentation en eau potable. Les épandages dans
OHV SpULPqWUHV pORLJQpV VRQW UpJOHPHQWpV DX FDV SDU FDV '¶XQH PDQLqUH JpQpUDOH OHV
SpULPqWUHVGHVIRUDJHVGDQVOHVJUqV9RVJLHQVQ¶LQWHUGLVHQWSDVOHVpSDQGDJHVGDQVOHV
périmètres éloignés.
Périmètres de protection de captage ayanWIDLWO¶REMHWG¶XQHpWXGHK\GURJpRORJLTXHPDLV
QRQ HQFRUH GpFODUpV G¶XWLOLWp SXEOLTXH : les périmètres de protection définis par
O¶K\GURJpRORJXHDJUppVRQWFRQVLGpUpVGHODPrPHPDQLqUHTXHSUpFpGHPPHQW
&DSWDJHVQ¶D\DQWSDVHQFRUHIDLWO¶REMHWG¶XQHGpPDrche de protection : une distance de
sécurité de 35 m VHUD PDLQWHQXH HQWUH OH FDSWDJH HW OD OLPLWH GH OD ]RQH G¶pSDQGDJH
Cette distance est étendue à 100 m lorsque la pente du terrain est supérieure à 7%.

Aucune des parcelles pressenties pour épandage ne se situe dans un périmètre de


SURWHFWLRQUDSSURFKpGHFDSWDJHG¶HDXSRWDEOH jO¶H[FHSWLRQG¶XQHSRUWLRQGHODSDUFHOOH
QUJ-31.

/HVSpULPqWUHVpORLJQpVGHVSpULPqWUHVGHSURWHFWLRQGHFDSWDJHVG¶HDXLPSDFWDQWOHVSDUFHOOHV
SUHVVHQWLHVjO¶pSDQGDJHVRQWprésentés dans le tableau suivant :
Tableau 17 : Liste des périmètres de protection pORLJQp GH FDSWDJH G¶HDX SRWDEOH GX VHFWHXU
G¶pWXGH
Code Parcelles
Nom Statut Arrêté Type de périmètre Prescriptions
périmètre concernées
Pas de périmètres
Forage de AP du
02697X0035 DUP rapproché et
Gélacourt 30/09/2013
éloigné définis
Pas de
prescription sur
Forage de AP du GRB-34
02697X0003 DUP ELOIGNE les épandages,
Glonville 25/10/2005 GRB-50
prescription sur
les dépôts
FRG-09
Pas de FRG-11
Forage AP du
02693X0002 DUP ELOIGNE prescription sur LED-24
d'Hablainville 17/10/2006
les épandages LED-25
LED-28
Forage de
Projet ELOIGNE GAM-28
Vacqueville
Pas de
Forage de AP du
03053X0023 DUP ELOIGNE prescription sur GEL-33
Rambervillers 14/03/2008
les épandages
Source DUP 28-10- Epandage
03063X0052 DUP RAPPROCHE QUJ-31
Bacher 2010 interdit

53
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Aucun dépôt ne sera réalisé sur les parcelles GRB-34 et GRB-50.


Les arrêtés préfectoraux de DUP ont été consultés et ceux concernés par une parcelle
pressentie pour épandage sont copiés en annexe 3.

&RQFHUQDQWOHSURMHWGHSpULPqWUHGHFDSWDJHGHODFRPPXQHGH9DFTXHYLOOHO¶$56de Meurthe-
et-0RVHOOHDpWpFRQVXOWp'DQVODPHVXUHRDXFXQHSUHVFULSWLRQQ¶HVWSRXUO¶LQVWDQWpWDEOLHHW
que l¶DFWLYLWp G¶pSDQGage de matières à épandre V¶LQVFULW GDQV OH FDGUH G¶XQH DFWLYLWp DJULFROH
G¶pOHYDJH. Nous proposons, en attendant ODSDUXWLRQGHO¶DUUrWpSUpIHFWRUDOGH'83, G¶HQYLVDJHU
O¶pSDQGDJHGHla parcelle concernée.

La carte suivante positionne les différents pérLPqWUHVGHFDSWDJH$(3GXSpULPqWUHG¶pWXGH

Figure 13 : Localisation des périmètres de protection de captage


Captages avec DUP

Périmètre rapproché
Périmètre éloigné

Captages en projet

Périmètre rapproché
Périmètre éloigné

)RUDJH G¶+DEODLQYLOOH HW GH


Gélacourt

Forage de
Forage de Vacqueville
Glonville

Forage de
Rambervillers
Source
Bacher

54
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

V-4.4.a) Cas particulier parcelle QUJ-31


La parcelle QUJ-31 située sur la commune de Ban-de-Sapt, appartient partiellement au
périmètre rapproché de la source Bacher (AP n°2670/2010).
Les références cadastrales incluses dans le périmètre sont A741 et A742 représentées en jaune
sur la figure ci-dessous.
Ces parcelles cadastrales sont par ailleurs H[FOXHV VXLWH j OD PLVH HQ °XYUH GH OD GLVWDQFH
G¶H[FOXVLRQYLV-à-YLVGXFRXUVG¶HDX/DSRUWLRQFRQFHUQpHHVWFODVVpHHQDSWLWXGH
La surface exclue (figure 14) correspond à 0,75 hectares.

Figure 14 : Références cadastrales incluses dans le périmètre rapproché de la source Bacher

55
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Figure 15 : Plan de la parcelle QUJ-31 en rouge et surface exclue en bleu (périmètre de captage
en bleu hachuré)

V.4.5 - 3UpYHQWLRQGHODSROOXWLRQSDUOHVQLWUDWHVG¶RULJLQHDJricole
/¶aUUrWpGXGpFHPEUHPRGLILpSDUO¶arrêté du 23 octobre 2013, défini au niveau national
OHSURJUDPPHG¶DFWLRQVjPHWWUHHQ°XYUHGDQVOHV]RQHVYXOQpUDEOHVDILQGHUpGXLUHODSROOXWLRQ
GHV HDX[ SDU OHV QLWUDWHV G¶RULJLQH Dgricole auquel est annexé le Code des Bonnes Pratiques
$JULFROHVTXLGpILQLWOHVGLYHUVDVSHFWVGHODPDvWULVHGHODIHUWLOLVDWLRQD]RWpHjPHWWUHHQ°XYUH
dans les zones vulnérables.

Au niveau régional, 3 arrêtés viennent compléter ces textes :


ƒ arrêté SGAR n°2014-24 en date du 4 février 2014 établissant le référentiel régional de
O¶pTXLOLEUHGHODIHUWLOLVDWLRQD]RWpHHQ/RUUDLQH
ƒ arrêté SGAR n°2014-165 en date du 5 juin 2014 pour la protection des eaux contre la
SROOXWLRQSDUOHVQLWUDWHVG¶RULJLQHDJULFROHGDQVODUpJLRQ Lorraine.
ƒ arrêté SGAR n°2015-266 en date du 8 octobre 2015 portant désignation des zones
vulnérables sur le bassin Rhin-0HXVHPRGLILDQWO¶DUUrWp6*$5-272 du 23 juillet 2007
modifié.

Dans les zones non vulnérables doit être appliqué strictement le Code des Bonnes Pratiques
Agricoles qui définit les divers aspects de la maîtrise de la fertilisation azotée.

Les communes classées en zone vulnérable sont :


Meurthe-et-Moselle : Chenevières, Flin, Laronxe, Saint-Clément.

Les surfaces épandables situées en zone vulnérable sont de 47,51 ha.

56
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Les parcelles concernées sont répertoriées en suivant :


Tableau 18 : Liste des communes et parcelles situées en zone vulnérable
Date arrêté Communes Parcelles
CHENEVIERES GEL-12
GEL-13, GEL-14, GEL-15, GEL-16, GEL-17, GEL-18,
GEL-19, GEL-20, GEL-21, GEL-24, GEL-25, GEL-26,
N°2015-266 FLIN
GEL-27, GEL-28, GEL-29, GEL-30, GEL-31, GEL-32,
08/10/2015
FRG-38
LARONXE GEL-23, GEL-23B
SAINT-CLEMENT GEL-02

Les principales obligations en lien avec la valorisation des boues et des carbonates induites par
le classement en zone vulnérable sont détaillées ci-après.

1. 3ODQGHIXPXUHHWFDKLHUG¶pSDQGDJHGHVIHUWLOLVDQWVD]RWpV
'DQVOHV]RQHVYXOQpUDEOHVLO\DREOLJDWLRQG¶pWDEOLUXQSODQGHIXPXUHSUévisionnel (au plus tard
OHIpYULHU HWGHUHPSOLUXQFDKLHUG¶pSDQGDJHGHVIHUWLOLVDQWVD]RWpVRUJDQLTXHVHWPLQpUDX[
Devront y être annexés les bordereaux de livraison comprenant les nom et adresse du
producteur, la nature du produit et la date de livraison, ainsi que les analyses physico-chimiques
garantissant la conformité du produit.

2. /HV SpULRGHV G¶LQWHUGLFWLRQ G¶pSDQGDJH GHV IHUWLOLVDQWV D]RWpV (zone vulnérable et


non vulnérable)
Au regard de la valeur mesurée du C/N, les fertilisants sont classés : de type I lorsque le C/N est
supérieur à 8 et de type II lorsque le C/N est inférieur à 8.

V.5 - PROXIMITE DES PARCELLES AVEC LES ACTIVITES HUMAINES

Les distances de sécurité suivantes doivent être respectées vis-à-vis des activités humaines :
Tableau 19 : Distances de sécurité vis-à-vis des activités humaines
Nature des activités 'LVWDQFHPLQLPDOHG¶LVROHPHQW
Immeubles, maisons, zones de loisirs ou 50 m pour les résidus de carbonates
établissement recevant du public 100 m pour les boues
pente < 7 % : 35 m
pente > 7 % : 200 m résidus de carbonates liquides
&RXUVG¶HDXHWSODQVG¶HDX
pente > 7 % : 100 m pour les boues et les
carbonates solides
pente < 7 % : 35 m
Puits, forages, sources
pente > 7 % : 100 m
Lieux de baignades 200 m
Zones piscicoles et conchylicoles 500 m

Le caractère odorant HWO¶LPSDFWROIDFWLI des boues à épandre lors des épandages augmentent les
GLVWDQFHVG¶LVROHPHQWYLV-à-vis des tiers.
Pour la constitution GXSODQG¶pSDQGDJHla distaQFHG¶H[FOXVLRQUHWHQXH est de 100 mètres pour
les boues.

'DQVOHFDGUHGXVXLYLDJURQRPLTXHWRXWUHOHYpG¶XQHQRXYHOOHKDELWDWLRQIHUDO¶REMHWG¶XQUHSRUW
sur carte et du calcul de la surface exclue qui en résulte. Nous ne pouvons en effet pas préjuger
GHO¶HPSODFHPHQWGHVIutures habitations.

57
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

V.6 - ZONES NATURELLES

V.6.1 - Natura 2000 : Directives oiseaux et habitats


Les données relatives aux zones Natura 2000 sont issues des informations transmises par la
'5($/HWO¶,131 ,QYHQWDLUH1DWLRQDOGX3DWULPRLQH1DWXUHO GLVSRQLEOHVXUOHXUsite internet.

Le réseau Natura 2000 est un réseau européen de sites naturels protégés. Il a pour objectif de
préserver la biodiversité, notamment dans l'espace rural et forestier. Il est composé des sites
relevant des directives "Oiseaux" (1979) et "Habitats" (1992).

Le réseau Natura 2000 vise à assurer la protection de sites européens, sans pour autant bannir
toute activité humaine, ni même la chasse. L'objectif est de promouvoir une gestion adaptée des
habitats naturels et des habitats de la faune et de la flore sauvages, tout en respectant les
exigences économiques, sociales et culturelles ainsi que les particularités régionales et locales
de chaque Etat membre.

1RWRQV TXH OH UpVHDX 1DWXUD  UHJURXSH O¶HQVHPEOH GHV =6& HW GHV =36 VXU OH WHUULWRLUe
européen.
Les ZSC (Zones Spéciales de Conservation) sont des « sites d'importance communautaire
désignés par les Etats Membres par un acte réglementaire, administratif et/ou contractuel où
sont appliqués les mesures de conservation nécessaires au maintien ou rétablissement, dans un
état de conservation favorable, des habitats naturels et/ou des populations des espèces pour
lesquels le site est désigné » (Directive 92/43/CEE du Conseil, du 21 mai 1992, concernant la
conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages).

Tableau 20 : CRPPXQHVGXVHFWHXUG¶pWXGHVLWXpHVHQ]RQH1DWXUD
Code
Nom de la zone Statut date Communes G¶HPSULVH
périmètre
Vallée de la Meurthe, de la Azerailles, Baccarat, Chenevières,
Voivre à Saint Clément et Flin, Gélacourt, Glonville, Saint-
FR4100238 ZSC 23/04/2010
tourbière de la basse Saint Clément, Vathiménil, Étival-
Jean Clairefontaine, La Voivre
Forêt et étang de Parroy,
vallée de la Vezouze et fort FR4100192 ZSC 17/03/2008 Domèvre-sur-Vezouze, Herbéviller
de Manonviller
Ban-de-Sapt, La Bourgonce, Étival-
Clairefontaine, Jeanménil, Saint-
Massif vosgien FR4112003 ZPS 30/07/2004
Benoît-la-Chipotte, Saint-Michel-
sur-Meurthe, Saint-Remy

Aucune parcelle ne se situe dans une ZPS.

Les parcelles situées sur une ZSC sont indiquées dans le tableau suivant :
Tableau 21 : Parcelles situées en zone Natura 2000 ZSC
Nom de la zone Numéro Communes Parcelles
Vallée de la Meurthe, de la Voivre Azerailles GEL-07
à Saint Clément et tourbière de la FR4100238 Chenevières GEL-12
basse Saint Jean Saint-Clément GEL-02

Trois parcelles sont concernées, représentant une surface mise à disposition de 7,29 ha.

58
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Vulnérabilité

Extrait de la fiche « FR4100238 ± Vallée de la Meurthe, de la Voivre à Saint-Clément et


tourbière de la basse Saint-Jean »
[Présence de gisements de graviers non encore exploités. Disparition des prairies par mise en
culture. Installation d'espèces invasives sur le site.]

Les fiches Natura 2000 figurent à O¶annexe 4.

Le DOCOB GRFXPHQWG¶REMHFWLI de cette zone a été consulté et figure à O¶DQQH[H. La figure
suivante présente la disposition des parcelles incluses dans cette Natura 2000.

Figure 16 : Carte des habiWDWVG¶LQWpUrWFRPPXQDXWDLUHGHOD1DWXUD)5

/¶DFWLYLWp G¶pSDQGDJH des matières à épandre V¶LQVFULW GDQV OH FDGUH G¶XQH DFWLYLWp DJULFROH
G¶pOHYDJH
/¶LQWpJUDWLRQ GH FHUWDLQHV SDUFHOOHV GDQV XQH zone Natura 2000, sans toutefois être incluses
dDQV XQH ]RQH G¶LQWpUrW FRPPXQDXWDLUH ou un habitat, Q¶HQWUDLQHUD SDV G¶LPSDFWV VXU OHV
écosystèmes présents dans ces zones naturelles protégées. &¶HVWOHFDVGHVSDUFHOOHVGEL-07
et GEL-12.

Seule la parcelle GEL-HVWFRQFHUQpHSDUXQH]RQHG¶LQWpUrWFRPmunautaire (prairie de fauche


PpVRSKLOH j FROFKLTXHV  &HWWH SDUFHOOH HVW GRQF H[FOXH GX SODQ G¶pSDQGDJH UHSUpVHQWDQW XQH
surface mise à disposition de 1,76 ha.

59
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

V.6.2 - ZICO (Zones Importantes pour la Conservation des Oiseaux)


Celles-ci sont des surfaces qui abritent des effectifs significatifs d'oiseaux, qu'il s'agisse
d'espèces de passage en halte migratoire, d'hivernants ou de nicheurs, atteignant les seuils
numériques fixés par au moins un des trois types de critères :
- A : importance mondiale
- B : importance européenne
- C : importance au niveau de l'Union Européenne

Aucune ZICO Q¶est pUpVHQWHVXUOHVHFWHXUG¶pWXGH

V.6.3 - ZNIEFF (Zones Naturelles G¶,QWpUrW (FRORJLTXH )DXQLVWLTXH HW


Floristique)
Il existe deux catégories de ZNIEFF :
x les ZNIEFF de type I qui sont GHV VHFWHXUV G¶XQH VXSHUILFLH VRXYHQW IDLEOH FDUDFWpULVpV
SDUODSUpVHQFHG¶HVSqFHVG¶DVVRFLDWLRQG¶HVSqFHVRXGHPLOLHX[UDUHVUHPDUTXDEOHVRX
caractéristiques
x les ZNIEFF de type II qui sont de grands ensembles naturels (massif forestier, vallée,
estuaire, etc.) soit riches et peu modifiés, soit offrant des potentialités biologiques
importantes.

Les ZNIEFF I présentes VXU OH VHFWHXU G¶pWXGHV et à proximité de parcelles pressenties pour
épandage sont répertoriées dans le tableau suivant.

60
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Tableau 22 : ZNIEFF de type I et communes concernées


Type de Numéro
Nom de la zone inventoriée Communes
ZNIEFF de zone
Forêt de Rambervillers 410015832 Bult, Padoux, Vomécourt
Bois du Feing à Magnières 410015842 Saint-Pierremont
Azerailles, Baccarat, Chenevières,
Vallée de la Meurthe sauvage de
410007511 Flin, Fraimbois, Gélacourt, Glonville,
Bertrichamps à Saint-Clément
Saint-Clément, Vathiménil
Gîtes à chiroptères de Baccarat 410030166 Gélacourt, Merviller, Brouville
Rivière la Blette de Badonviller à Saint-Maurice-aux-Forges, Sainte-
ZNIEFF 410030393
Sainte-Pôle Pôle
type I
Ruisseau Vacon et affluents des
Domèvre-sur-Vezouse, Halloville,
sources à la confluence avec la 410030178
Montreux, Nonhigny, Parux, Petitmont
Vezouze
Prairies de la Meurthe à Saint- Nompatelize, Saint-Michel-sur-
410030103
Michel-sur-Meurthe Meurthe, La Voivre
Forêt de Bézange-la-Grande 410008841 Arracourt, Serres
Gîte à chiroptères de Benestroff 410002403 Bénestroff
Vallée de la rose de Vibersviller à
410000501 Albestroff
Insviller
Ancerviller, Domèvre-sur-Vezouse,
Halloville, Merviller, Montreux,
Vosges moyennes 410010389 Neufmaisons, Nonhigny, Parux,
Petitmont, Saint-Maurice-aux-Forges,
Sainte-Pôle, Vacqueville, Veney
ZNIEFF Azerailles, Chenevières, Flin,
type II Vallée de la Meurthe de la source Gélacourt, Glonville, Laronxe, Saint-
410030461
à Nancy Clément, Vathiménil, Etival-
Clairefontaine, Nompatelize, Saint-
Michel-sur-Meurthe, La Voivre
Massif vosgien 410010387 Etival-Clairefontaine
Forêts de Rambervillers, de
410030446 Bult, Padoux, Vomécourt
Charmes et de Fraize
Pays des étangs 410010373 Albestroff

Une carte situant OHV=1,())GXVHFWHXUG¶pWXGHVILJXUHà O¶annexe 4.

Ces différents milieux naturels ne présentent pas de contraintes liées aux épandages de
matières à épandre.
Par ailleurs, ces zones correspondent le plus souvent à des prairies naturelles, des zones
forestières ou des étangs.

La réglementation sur le recyclage agricole est conçue pour apporter les garanties nécessaires à
ODSURWHFWLRQGHO¶HQYLURQQHPHQWHWGHODVDQWp
Le recyclage agricole s'inscrit parfaitement dans le cadre des pratiques agricoles normales,
activité humaine traditionnelle du secteur concerné et recensé comme telle sur certaines des
fiches ZNIEFF.

V.6.4 - APB (Arrêté de Protection de Biotope)


L'arrêté de protection de biotope vise la conservation de l'habitat (entendu au sens écologique)
d'espèces protégées.

61
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Un arrêté de protection de biotope s'applique à la protection de milieux peu exploités par


l'homme et abritant des espèces animales et/ou végétales sauvages protégées. Il permet au
préfet de fixer par arrêté les mesures pour favoriser la survie d'espèces protégées.
L'arrêté fixe les mesures qui doivent permettre la conservation des biotopes.

Aucun arrêté de protection de biotope QHVHVLWXHGDQVOHVHFWHXUG¶pWXGHV

V.7 - COMPATIBILITE DU PLAN D¶EPANDAGE AVEC LE SDAGE RHIN


MEUSE ET LES SAGE
V.7.1 - SDAGE Rhin Meuse
&UppSDUODORLVXUO¶HDXGHOH6'$*( 6FKpPD'LUHFWHXUG¶$PpQDJHPHQWHWGH*HVWLRQ
des Eaux) fixe pour chaque bassin hydrographique métropolitain les orientations fondamentales
d'une gestion équilibrée de la ressource en eau dans l'intérêt général et dans le respect des
principes de la loi sur l'eau.
/DQRXYHOOH'LUHFWLYH&DGUHVXUO¶HDXGHLPSRVHODUpYLVLRQGX6'$*(DILQG¶LQWpJUHUOHV
QRXYHOOHVH[LJHQFHVDLQVLTXHOHVQRXYHDX[REMHFWLIVGHERQpWDWSRXUWRXWHVOHVHDX[jO¶KRUL]RQ
2015.

Le SDAGE Rhin-Meuse a été révisé pour la période 2016-2021.


6 thèmes sont développés dans le SDAGE Rhin-Meuse :

Thème 1 - Eau et santé - améliorer la qualité sanitaire des eaux destinées à la


consommation humaine et à la baignade ;
Thème 2 - Eau et pollution - garantir la bonne qualité de toutes les eaux, tant
superficielles que souterraines ;
Thème 3 - Eau, nature et biodiversité - retrouver les équilibres écologiques fondamentaux
des milieux aquatiques ;
Thème 4 - Eau et rareté - encourager une utilisation raisonnable de la ressource en eau
VXUO¶HQVHPEOHGHVEDVVLQVGX5KLQHWGHOD0HXVH ;
Thème 5 - Eau et aménagement du territoire - intégrer les principes de gestion équilibrée
GHODUHVVRXUFHHQHDXGDQVOHGpYHORSSHPHQWHWO¶DPpQDJHPHQWGHVWHUULWRLUHV ;
Thème 6 - Eau et gouvernance - GpYHORSSHUGDQVXQHGpPDUFKHLQWpJUpHjO¶pFKHOOHGHV
bassins versantVGX5KLQHWGHOD0HXVHXQHJHVWLRQGHO¶HDXSDUWLFLSDWLYHVROLGDLUHHW
transfrontalière.

/¶pSDQGDJH GH ERXHV HVW FRQFHUQp SDU OHV RULHQWDWLRQV IRQGDPHQWDOHV définies par le SDAGE
Rhin Meuse dans le thème 2, suivantes :

Orientation T2 - O1 Réduire les pollutions responsables de la non atteinte du bon état des
eaux
Orientation T2 - 2 /LPLWHU OHV GpJUDGDWLRQV GHV PDVVHV G¶HDX SDU OHV SROOXWLRQV
intermittentes* et accidentelles
™ T2 - O1.2 - D1 (modifiée) Toute demande relative à une opération soumise à autorisation
DX WLWUH GHV ,QVWDOODWLRQV FODVVpHV SRXU OD SURWHFWLRQ GH O¶HQYLURQQHPHQW ,&3(  HW WRXWH
demande relative à une opération soumise à autorisation ou déclaration au titre de la Loi
VXU O¶HDX ,QVWDOODWLRQV RXYUDJHV WUDYDX[ HW DFWLYLWpV ,27$)) (opération nouvelle ou
PRGLILFDWLRQQRWDEOHG¶XQHLQVWDOODWLRQH[LVWDQWH GHYUDrWUHFRPSDWLEOHDYHFOHVREMHFWLIV
de qualité des eaux fixés par le SDAGE.

62
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Orientation T2 - O2 Connaître et réduire les émissions de substances toxiques

Des analyses sur les éléments traces métalliques et les composés organiques traces sont
UpDOLVpHV VXU OHV ERXHV GHSXLV OD PLVH HQ VHUYLFH GH OD VWDWLRQ /HV UpVXOWDWV G¶DQDO\VHV
présentent des teneurs très largement inférieures aux valeurs limites fixées par la
réglementation.
/¶pWXGH SUpDODEOH j O¶pSDQGDJH DJULFROH SUpYRLW XQ SURJUDPPH DQDO\WLTXH UpDOLVp DYDQW OHV
épandages sur les paramètres éléments traces métalliques et composés organiques traces et
UpSDUWLWRXWDXORQJGHO¶DQQpH

Orientation T2 - O3 (modifiée) VeillHUjXQHERQQHJHVWLRQGHVV\VWqPHVG¶DVVDLQLVVHPHQW


SXEOLFVHWSULYpVHWGHVERXHVG¶pSXUDWLRQ

Orientation T2 - O3.1 (modifiée)


*DUDQWLUXQHERQQHJHVWLRQGHVERXHVG¶pSXUDWLRQGDQVXQVRXFLGHWUDQVSDUHQFHYLV-à-vis des
utilisateurs et des consommateurs finaux et ce dans le cadre du développement durable (étude
sol, air, eau) et du respect des normes spécifiques.
8QHGXUpHGHVWRFNDJHDGDSWpHjODILOLqUHG¶pOLPLQDWLRQGHVERXHVHWXQHWUDoDELOLWpGHVVRXV-
SURGXLWV GpSRWpV GDQV OD VWDWLRQ G¶pSXUDWLRQ RX OH UpVHDX G¶DVVDLQLVVHPHQW  VRQW QpFHVVDLUHV
pour cela.

™ T2 - O3.1 - D1 (nouvelle) Les décisions administratives relatives au traitement et au


UHF\FODJHGHVERXHVGHVWDWLRQVG¶pSXUDWLRQXUEDLQHVHWLQGXVWULHOOHVGRLYHQWYHLOOHUj
o Dimensionner largement le (ou les) ouvrage(s) de stockage afin de faire face aux
SpULRGHV G¶LQWHUGLFWLRQ G¶pSDQGDJH  RX SRXYDQW VXUYHQLU GX IDLW GH FRQGLWLRQV
climatiques défavorables, à défaut prévoir une solution alternative rapidement
opérationnelle ;
o Favoriser les épandages de proximité (dans un rayon proche de la station
G¶pSXUDWLRQ 
o 3UpYRLU XQH ILOLqUH G¶pYDFXDWLRQ GH VHFRXUV DOWHUQDWLYH YLDEOH j OD ILOLqUH GH
YDORULVDWLRQ DJULFROH HQ DSSOLFDWLRQ GH O¶DUWLFOH 5-33 du Code de
O¶HQYLURQQHPHQW
o Traiter dans une fLOLqUH DGDSWpH UHVSHFWXHXVH GH O¶HQYLURQQHPHQW OHV ERXHV QRQ
épandables* de toutes origines, respecter les dispositions des plans en vigueur
concernant la gestion des déchets.

™ T2 - O3.1 - D2 (nouvelle) 9HLOOHUjDPpOLRUHUODFRQQDLVVDQFHGHO¶LPSDFWVXUOe milieu des


substances toxiques contenues dans les matières résiduaires organiques ou minérales
G¶RULJLQH QRQ DJULFROH pSDQGXHV 1RWDPPHQW VL O¶pWDW G¶XQH PDVVH G¶HDX HVW GpJUDGp j
cause de substances toxiques, mettre éventuellement en place un suivi de ces
VXEVWDQFHVGDQVFHVPDWLqUHVpSDQGXHVHWWHQWHUGHPHVXUHUO¶LPSDFWVXUOHPLOLHXGHFHW
épandage.
Orientation T2 - O4 Réduire la pollution par les nitrates et les produits phytosanitaires
G¶RULJLQHDJULFROH

Orientation T2 - O4.2 Promouvoir des pratiques agronomiques visant à réduire la


pollution des eaux.
™ Orientation T2 - O4.2.1 'pYHORSSHUODPLVHHQ°XYUHGHSUDWLTXHVSHUPHWWDQWGHUpGXLUH
la pollution des eaux par les nitrates et les produits phytosanitaires, notamment en
réduisant les apports, et prévoir des actions spécifiques dans les secteurs où une
tendance à la hausse significative et durable au sens de la DCE est constatée.

™ Orientation T2 - O4.2.3 /LPLWHU OHV TXDQWLWpV G¶D]RWH RX GH PDWLqUHV DFWLYHV GH
phytosanitaires introduites20 et réduire les risques de transferts vers les eaux dans les

63
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

EDVVLQV YHUVDQWV j HQMHX VRLW SRXU O¶DOLPHQWDWLRQ HQ HDX SRWDEOH VRLW SRXU O¶DWWHLQWH GX
bon état.

Orientation T2 - O4.3 Prévoir une adaptation des pratiques agronomiques dans les
SURJUDPPHV G¶DFWLRQV HQ ]RQH YXOQpUDEOH pODERUpV HQ DSSOLFDWLRQ GH O¶DUWLFOH 5-
GX&RGHGHO¶HQYLURQQHPHQWSRXUWHQLUFRPSWHGHVREMHFWLIVIL[pVSDUOH6'$*(-
tomes 2 et 3.

Les épandages de boues seront réalisés en respectant le Code des Bonnes Pratiques Agricoles
car le SpULPqWUHQHVHVLWXHSDVHQ]RQHYXOQpUDEOH/DGRVHG¶DSSRUWVHUDDMXVWpHDX[EHVRLQV
GHVSODQWHVDXW\SHGHVROHWODSpULRGHG¶DSSRUW/HVTXDQWLWpVG¶pOpPHQWVIHUWLOLVDQWVDSSRUWpHV
et des conseils à la fertilisation seront transmis aux agriculteurs XWLOLVDWHXUV DILQ TX¶LOV SXLVVHQW
ajuster leur fertilisation complémentaire.
&HV DFWLRQV V¶LQVFULYHQW GDQV XQH GpPDUFKH JOREDOH GH O¶XWLOLVDWLRQ UDLVRQQpH GHV pOpPHQWV
fertilisants apportés par les boues et ceux apportés par les engrais minéraux sur les cultures
réceptrices.

LDUpJOHPHQWDWLRQGXMDQYLHUHQFDGUHVWULFWHPHQWO¶pSDQGDJHDJULFROH

3RXUpYLWHUO¶HQWUDvQHPHQWGHVERXHVYHUVOHPLOLHXDTXDWLTXHOHVPHVXUHVVXLYDQWHVVRQWPLVHV
HQ°XYUH
- LOQ¶\DSDVG¶pSDQGDJHjPRLQVGHPqWUHVGHV FRXUVG¶HDX&HWWHGLVWDQFHSHXWrWUH
DPHQpH j  P GDQV OH FDV G¶pSDQGDJH GH ERXHV OLTXLGHV VXU GHV WHUUDLQV j SHQWH
supérieure à 7% ;
- ODGRVHG¶DSSRUWHVWDGDSWpHSRXUpYLWHUWRXWUXLVVHOOHPHQW ;
- XQH QRWH G¶DSWLWXGH HVW DOORXpH j FKDTXH SDUFHOOH GpILQLVVDQW OHV SpULRGHV G¶DSSRUW
adéquates en fonction du type de sol.

/H UHVSHFW GH FHV GLVSRVLWLRQV HVW YpULILp SDU OD PLVH HQ SODFH G¶XQ VXLYL DJURQRPLTXH GHV
épandages de boues incluant un suivi de terrain (validation et/ou matérialisation des distances
d¶pORLJQHPHQWORUVGHVépandages).

Orientation T2 - 2 5pGXLUH OD SROOXWLRQ GH OD UHVVRXUFH HQ HDX DILQ G¶DVVXUHU j OD
SRSXODWLRQODGLVWULEXWLRQG¶XQHHDXGHTXDOLWp

Orientation T2 - O6.2 Reconquérir et préserver la qualité de la ressource en eau utilisée


SRXUO¶DOLPHQWDWLRQHQHDXSRWDEOH
Ce point porte sur les captages classés prioritaires car identifiés comme dégradés.
/HFDSWDJHGH*ORQYLOOHQ¶HVWSDVFRQVLGpUpFRPPHGpJUDGp

Les données relatives au périmètre de protection de captages des eaux potables fournies par
O¶$JHQFH5pJLRQDOHGHOD6DQWpRQWpWpFRQVXOWpHV/HVDUUrWpVGHGpFODUDWLRQG¶XWLOLWpSXEOLTXH
DLQVL TXH FHX[ HQ SURMHW D\DQW IDLW O¶REMHW G¶XQ DYLV G¶K\GURJpRORJXH DJUpp RQW pWp FRQVXOWpV
Leurs recommandations ont été prises en compte.
Aucune parcelle située dans un périmètre de protection de captage immédiat et rapproché ne
sera épandue. Concernant les périmètres de protection de captage éloigné, les prescriptions
LQVFULWHVGDQVOHVDUUrWpVGH'83HW$YLVG¶K\GURJpRORJXHVDJUppVVHURnt respectées.

Les épandages des boues sont compatibles avec le SDAGE du Bassin Rhin-Meuse.

V.7.2 - SAGE
/HVHFWHXUQ¶HVWFRQFHUQpSDUDXFXQ6$*( 6FKpPDG¶$Ppnagement et de Gestion des Eaux).

64
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

V.8 - FACTEURS CLIMATIQUES

L'étude des contraintes pédo-climatiques permet de définir les périodes qui paraissent être les
mieux adaptées à la mise en place de chantiers d'épandage afin :
- G¶pYDOXHU OHV risques de lessivage des éléments solubles (nitrates) et les risques de
ruissellement des particules en surface ;
- G¶pYDOXHU Oes possibilités d'accès dans les parcelles avec différents matériels
d'épandage.

Le secteur est soumis à la fois à des influences océaniques et continentales, et est caractérisé
par un climat de transition de type océanique dégradé / subcontinental.

V.8.1 - Vents
/¶H[DPHQGHODURVHGHVYHQWVjO¶DpURSRUW0HW]-Nancy-/RUUDLQHLQGLTXHTXHOHVYHQWVV¶RULHQWHQW
majoritairement Sud-Ouest et Nord-Est.

Figure 17 : Rose des vents aéroport Metz-Nancy-Lorraine

V.8.2 - Pluviométrie
La pluviRPpWULH DQQXHOOH REVHUYpH VXU OH SpULPqWUH G¶pSDQGDJH HVW SUpVHQWpH FL-dessous sur
différents points de mesure :
HAUTEURS MOYENNES DES PRECIPITATIONS ANNUELLES :

- ROVILLE AUX CHENES (88) : ....................................... 929 mm


- GOLBEY- EPINAL (88) :................................................. 1076 mm
- NANCY (54) : ................................................................. 717 mm
- METZ (57) : .................................................................... 766 mm

Des écarts relativement importants de hauteur de précipitation entre les communes des Vosges
et les communes de Meurthe-et-Moselle et Moselle sont observés.
Les précipitations sont par ailleurs assez bien réparties tout au long de l'année avec une
moyenne de 70 mm par mois, avec trois mois moins arrosés que les autres : janvier, février et
avril.
Les précipitations se manifestent surtout sous forme de pluies fines, plutôt que sous forme
G¶DYHUVHVRUDJHXVHVLes risques de ruissellement sont par conséquent faibles.

65
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Le tableau suivant présente la moyenne des précipitations ainsi que les écarts-types des
PHVXUHVPHQVXHOOHVGHVSUpFLSLWDWLRQVHWGHO¶pYDSRWUDQVSLUDWLRQUpDOLVpHVj*ROEH\5RYLOOHDX[
Chênes, Nancy et Metz.

L'étude du bilan hydrique présentée à la suite laisse apparaître un excédent hydrique cumulé de
323 mm entre le mois de septembre et le mois de mars et un déficit hydrique de 172,4 mm entre
OHPRLVG¶DYULOHWOHPRLVG¶DR€W
160 Moyenne des précipitations
Moyenne de l'évapotranspiration
140

120

100

80

60

40

20

0
J F M A M J J A S O N D

Figure 18 : Précipitations et évaporations moyennes (mm)

V.8.3 - Températures
/DWHPSpUDWXUHPR\HQQHVXUO
DQQpHHVWGHƒ&VXUO¶HQVHPEOHGXVHFWHXUG¶pWXGH
Les températures sont relativement froides durant la période hivernale : une moyenne de 1 à 3°C
entre décembre et février.
&HSHQGDQWOHVWHPSpUDWXUHVSHXYHQWrWUHQpJDWLYHVVXUSOXVLHXUVMRXUV6XUOHVHFWHXUG¶(SLQDO
98 jours de gelées par an ont été observés.

/HV WHPSpUDWXUHV KLYHUQDOHV VRQWWHOOHV TXH OHVSUREDELOLWpV TX¶LO \ DLW XQ DUUrW GH OD YpJpWDWLRQ
durant les mois de décembre à mars sont fortes avec pour conséquences :
- O¶DEVHQFH GH FRQVRPPDWLRQ SDU OHV SODQWHV GHV pOpPHQWV VROXEOHV SUpVHQWV GDQV OH VRO
avant l'hiver ;
- O¶DEVHQFH GH PLQpUDOLVDWLRQ GHV FRPSRVpV RUJDQLTXHV FH TXL LPSOLTXH OD QRQ-libération
des éléments nutritifs intimement liés à cette matière organique.

66
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

V.9 - CONCLUSIONS

/H VHFWHXU G¶pWXGH VH VLWXH DX VHLQ de deux ensembles géologiques : les collines sous
YRVJLHQQHVjO¶est et le plateau lorrain à O¶ouest. Le territoire étudié est essentiellement constitué
par des formations du TRIAS.

Les sols sont globalement de type sols bruns, plus ou moins évolués. De nombreux dépôts
OLPRQHX[VRQWSUpVHQWV/RUVTXHOHVFLUFXODWLRQVG¶HDXYHUVODSURIRQGHXUVRQW entravées par des
couches géologiques imperméables, apparaissent des sols hydromorphes.

/¶HQVHPEOH GHV SpULPqWUHV GH FDSWDJH G¶HDX SRWDEOH IRXUQLV SDUOHV VHUYLFHV GH O¶$56 RQW pWp
pris en compte. Aucune parcelle Q¶HVW incluse dans un périmètre immédiat. Une portion de
parcelle est située dans un périmètre de protection rapproché, cette surface correspondant à
 KHFWDUHV D pWp H[FOXH GX SpULPqWUH G¶pSDQGDJH. Pour les parcelles situées dans un
périmètre de protection éloigné, les prescriptions des arrêtés de DUP et des avis
G¶K\GURJpRORJXHRQWpWpFRQVultés HWDXFXQHSUHVFULSWLRQSDUWLFXOLqUHQ¶HVWDSSRUWpHYLV-à-vis des
épandages. Aucun dépôt ne sera réalisé sur les parcelles GRB-34 et GRB-50.
Toutes les parcelles concernées sont classées en aptitude 1B.

Les données concernant les sites naturels mettent en lumière des sites Natura 2000 pouvant
impacter les épandages. Les parcelles situées sur une zone classée Natura 2000 sont
maintenues au plan et classées en aptitude 1B. Les épandages pourront avoir lieu dans cette
zone naturelle sans conséquence pour les milieux.
8QHSDUFHOOHHVWFRQFHUQpHSDUXQH]RQHG¶LQWpUrWFRPPXQDXWDLUH SUDLULHGHIDXFKHPpVRSKLOHj
FROFKLTXHV &HWWHSDUFHOOHHVWH[FOXHGXSODQG¶pSDQGDJH
(QILQ O¶LQWHUSUpWDWLRQ GHV GRQQpHV FOLPDWLTXHV LQGLTXH XQH SOXYLRVLWp PR\HQQH PDLV FRQstante
tout au long de l'année/HVSpULRGHVG¶H[FpGHQWK\GULTXHVHGpURXOHQWHQWUHOHPRLVG¶octobre et
mars.

67
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

VI - ENVIRONNEMENT AGRICOLE
/¶pWXGH GX FRQWH[WH DJULFROH SHUPHW G¶pYDOXHU OHV SRWHQWLDOLWpV GH UHF\FODJH DJULFROH GHV
matières à épandre au sein du périmètre des parcelles mises à disposition par les agriculteurs.
/¶REMHFWLI HVW G
LQWpJUHU UDWLRQQHOOHPHQW OH UHF\FODJH de ces différentes matières à épandre aux
pratiques agricoles et aux contraintes environnementales.

Les conditions proposées aux agriculteurs sont les suivantes :


- le transport HW O¶pSDQGDJH VRQW à la charge du producteur des différentes matières à
épandre. &HV SUHVWDWLRQV VRQW UpDOLVpHV VRLW SDU O¶DJULFXOWHXU V¶LO OH VRXKDLWH VRLW SDU XQ
prestataire de service ;
- les épandages sont effectués lorsque les conditions climatiques permettent de garantir le
UHVSHFWGHODVWUXFWXUHGHVVROVVRLWHQILQG¶KLYHUsur cultures en place, avant semis de
céréales de printemps, soit en été-automne après les moissons et avant semis de colza
et des céréalHVG¶DXWRPQH ;
- la mLVHHQSODFHG¶XQVXLYLDJURQRPLTXHLQFluant des analyses régulières des matières à
épandre, GHVROVODUpGDFWLRQG¶XQSURJUDPPHSUpYLVLRQQHODYDQWOHVpSDQGDJHVHWG¶XQ
bilan agronomique après ;
- l¶Lnformation des agriculteurs par la foXUQLWXUHGHVDQDO\VHVHWG¶XQFRQVHLOHQIHUWLOLVDWLRQ

VI.1 - CADRE GENERAL


/
HQTXrWH DJULFROH D SHUPLV G¶DERUGHU DYHF OHV DJULFXOWHXUV UHQFRQWUpV XQ FHUWDLQ QRPEUH GH
thèmes permettant de cerner les potentialités et les possibilLWpV G¶XWLOLVDWLRQ GHV GLIIpUHQWes
matières à épandre sur le site en fonction des caractéristiques des exploitations et de
O¶DVVROHPHQW

3RXUFKDFXQHGHFHVH[SORLWDWLRQVDJULFROHVXQTXHVWLRQQDLUHG¶HQTXrWHDpWpUHPSOL : différents
points ont été abordés au cours de l'entretien et notamment :
- ODFRQFXUUHQFHDYHFG¶DXWUHVDPHQGHPHQWVRUJDQLTXHVWHOVTXHOHVHIIOXHQWVG¶pOHYDJHV
GHO¶H[SORLWDWLRQOHVDXWUHVW\SHVGHVRXV-produits organiques qui peuvent conduire à une
saturation azotée de l'exploitation ;
- O¶RFFXSDWLRQ GHV VROV : les cultures pratiquées doivent être compatibles avec la
composition des matières à épandre et doivent permettre la libération des terres à un
PRPHQWGHO¶DQQpHDGDSWpà la valorisation des différentes matières à épandre ;
- la présentation des modalitpVG¶XWLOLVation des matières à épandre ;
- OHV FRQWUDLQWHV VSpFLILTXHV  SpULRGHV G¶pSDQGDJH SRVVLELOLWés d'entreposage,
organisation ;
- OD ORFDOLVDWLRQ GHV SDUFHOOHV SUHVVHQWLHV SRXU O¶pSDQGDJH : référencement cadastral,
FRPPXQHG¶DSSDUWHQDQFH

La prise en compte des caractéristiques de chaque exploitation (rotations, assolements,


fertilisations, pratiques culturales) permet de définir le potentiel GHO¶H[SORLWDWLRQjLQWpJUHUOHs
différentes matières à épandre.
/HV TXHVWLRQV UHODWLYHV j O¶RUJDQLVDWLRn de la filière ont également été abordées de manière à
assurer la pérennité du projet.

68
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

VI.2 - PRESENTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES

23 exploitants agricoles sont intéressés à intégrer la filière de valorisation agricole des matières à
épandre issues des PapHWHULHV&ODLUHIRQWDLQHVXUOHVSDUFHOOHVTX¶LOVH[SORLWHQW
Les exploitations agricoles sont de type polyculture-élevage.

&KDTXH  DJULFXOWHXU  D  VLJQp XQH OHWWUH G¶LQWHQWLRQ GH PLVH j GLVSRVLWLRQ GHV SDUFHOOHV SRXU
O¶pSDQGDJHDJULFROHGHERXHVGHSDSHWHries, de résidus de fabrication des carbonates.
/HVOHWWUHVG¶LQWHQWLRQfigurent à O¶annexe 5.
Une fois les parcelles autorisées administrativement, une convention entre le producteur et
O¶DJULFXOWHXUEpQpILFLDLUHVHUDVLJQpH8QSURMHWGHFRQYHQWLRQHVW joint en annexe 5.

Les exploitations agricoles intéressées par la valorisation des différentes matières valorisées sur
le site sur leurs parcelles sont indiquées dans le tableau suivant :

69
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Tableau 23 : Liste des agriculteurs intéressés à intégrer des parcelles au plan d’épandage

Code Code
Nom Prénom Raison sociale Adresse Commune
agriculteur postal
ALP ALEKSANDROWICZ Philippe 59, impasse des tulipes 88390 DARNIEULLES
CLC CLAUDE Cyril 65 bis rue de Brehimont 88470 SAINT MICHEL SUR MEURTHE
BAP BADEROT Philippe 1840 Voie romaine 88470 SAINT MICHEL SUR MEURTHE
BOA GAEC SAINT BENOIT Alexis et Franck 2, grande Rue 88700 SAINT BENOIT LA CHIPOTTE
BOF BOURCY Fernandd 1, rue de l'église 57260 BIDESTROFF
FRG FRANCOIS Gérald SCEA du Haut des Roses 4, Grande rue 54120 HABLAINVILLE
FUD FUCHS Dominique 14, rue de Saint Rémy 88480 ETIVAL CLAIREFONTAINE
GAM GARNIER Michel EARL de la Résistance Ferme de Viombois 54540 NEUFMAISONS
GED GERARDIN Dominique 843 route d'Etival 88470 NOMPATELIZE
GEL GEORGEL Luc 23 Bis rue du maréchal Leclerc 54122 FLIN
GRB GRIDEL Bernard GAEC de Liéval 4, rue du haut de Fol 54122 GLONVILLE
HAM HARMEL Marc Ferme des Zières 88210 GRANDRUPT
LED LEDOUX Nicolas EARL de la Frainvalle 6, route de Baccarat 54540 MONTIGNY
LEN LECOMTE Nicolas 14, route de Padoux 88600 GIRECOURT SUR DURBION
MAF MARCHAL François EARL de la Croix de pierre 14, rue du vivier 88480 ETIVAL CLAIREFONTAINE
MEE MENUISIER Emeric EARL de Montjoie 2, rue de Lorraine 54370 BATHELEMONT
OXC OXORAN Christophe GAEC de la Truche 1A, la Truche 88520 BAN DE LAVELINE
QUJ QUIRIN Jean Louis 5, le Rouaux 88210 BAN DE SAPT
RET RENAUX Thomas SCEA des Sources 1, chemin de Domèvre 54540 MIGNEVILLE
SAT SAUNIER Thomas GAEC du Gué 37, rue de Harbouey 54450 NONHIGNY
THJ BACCUS Marc SCEA du Haut de la Vigne 54540 MIGNEVILLE
TOW TOUSSAINT et WELSCH GAEC des Jumeaux 347 Chemin des fermes 88470 NOMPATELIZE
VIS VIRIAT Sylvain 4, Grande rue 88700 SAINT PIERREMONT

Remarque : la codification utilisée pour identifier les agriculteurs reprend successivement les deux premières lettres de leur nom et la première
lettre de leur prénom.

70
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

VI.3 - SURFACES MISES A DISPOSITION PAR LES EXPLOITATIONS

Le tableau suivant récapitule les surfaces mises à disposition par exploitation agricole :

Tableau 24 : Liste des surfaces mises à disposition par exploitation agricole


Surface Surface
Code Surface mise à
Nom Prénom Raison sociale épandable épandable
agriculteur disposition
boues carbonates
ALP ALEKSANDROWICZ Philippe 50,96 50,96
CLC CLAUDE Cyril 21,06 17,85
BAP BADEROT Philippe 32,53 26,59
BOA GAEC SAINT BENOIT Alexis et Franck 282,87 210,54
BOF BOURCY Fernandd 109,88 103,85
FRG FRANCOIS Gérald SCEA du Haut des Roses 25,66 23,19
FUD FUCHS Dominique 50,21 43,43
GAM GARNIER Michel EARL de la Résistance 88,08 83,67
GED GERARDIN Dominique 47,03 45,85
GEL GEORGEL Luc 97,53 83,35
GRB GRIDEL Bernard GAEC de Liéval 7,00 6,68
HAM HARMEL Marc 9,03 7,24
LED LEDOUX Nicolas EARL de la Frainvalle 96,06 82,75
LEN LECOMTE Nicolas 237,27 195,68
MAF MARCHAL François EARL de la Croix de pierre 35,41 32,41
MEE MENUISIER Emeric EARL de Montjoie 30,17 25,41
OXC OXORAN Christophe GAEC de la Truche 28,24 23,58
QUJ QUIRIN Jean Louis 13,73 7,99
RET RENAUX Thomas SCEA des Sources 30,05 22,80
SAT SAUNIER Thomas GAEC du Gué 83,50 74,17
THJ BACCUS Marc SCEA du Haut de la Vigne 80,58 76,83
TOW TOUSSAINT et WELSCH GAEC des Jumeaux 49,47 46,35
VIS VIRIAT Sylvain 25,83 17,54

TOTAL 1532,15 1122,82 185,89

/HVDJULFXOWHXUVQ¶LQVFULYHQWSDVla totalité de leur parcellaire car :


- certaines exploitations préservent des parcelles pour les épandages des effluents
G¶pOHYage issus de leur exploitation
- FHUWDLQHV SDUFHOOHV VRQW GpMj HQJDJpHV GDQV XQ SODQ G¶pSDQGDJH GH VRXV-produit
organique.

71
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

VI.4 - SURFACES AGRICOLES UTILES DES EXPLOITATIONS

La Surface Agricole Utile (SAU) des exploitations intéressées à leur intégration dans le plan
G¶pSDQGDJHUHSUpVHQWH3 074 hectares et se répartie de la manière suivante :
Figure 19 : Assolement moyen des exploitations intéressées en % de la SAU

Tournesol
Maïs ensilage 1% Pois Prairie
et grains 1% Jachère permanente
13% 0% 39%
Colza
9%

Orge Hiver
5%

Blé Prairie
20% temporaire
12%

Les surfaces des exploitations agricoles sont principalement occupées par des prairies, des
cultures de EOpGHFRO]DG¶RUJHG¶KLYHUHWGHPDwV.
$FHVFXOWXUHVPDMRULWDLUHVV¶DMRXWHQWdes cultures plus anecdotiques : le tournesol et le pois.

VI.5 - PRATIQUES AGRONOMIQUES

/HV FXOWXUHV SUDWLTXpHV O¶DVVROHPHQW OHV URWDWLRQV GpWHUPLQHQW OHV SpULRGHV SRVVLEOHV
G¶pSDQGDJH
La rotation culturale est spécifique à chaque exploitation mais elle est globalement de 2 types :
Colza / Blé / Orge et Maïs / Blé / Orge.

Les labours ont lieu :


- en été-automne après les moissoQVSRXUOHVFXOWXUHVG¶DXWRPQH ;
- GDQVOHFRXUDQWGHO¶DXWRPQHHWGHO¶KLYHUHQSUpSDUDtion des cultures de printemps ;
- avant semis des cultures de printemps en terres plus légères ;
- HQVRUWLHG¶KLYHUHQPDL-juin ou en automne-hiver sur les prairies en place.

/¶DVVROHPHQW GHV SDUFHOOHV PLVHV j GLVSRVLWLRQ LQGLTXH TXH OD FDPSDJQH G¶pSDQGDJH V¶pWDOHUD
sur les trois périodes suivantes :
- HQ ILQ G¶KLYHU  début de printemps avant cultures de printemps, selon les conditions
météorologiques et la portance des sols, les surfaces des cultures de printemps
représentent 14 % du total des terres labourables et les prairies représentant 50 % de la
surface totale mise à disposition ;
- en fin de printemps / été sur prairies, après la 1ère ou la 2ème coupe représentant 50 % de la
surface totale ;
- en période estivale après moisson des colza et des céréales à paille, HWMXVTX¶à la mi-octobre
avant préparation des sols pour implantation des culWXUHV G¶KLYHU RX GH SULQWHPSV Fes
surfaces représentent 34 % de la surface disponible.

72
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

VI.6 - GESTION DES EFFLUENTS D¶ELEVAGE SUR LES EXPLOITATIONS

Les exploitations souhaitant valoriser les différentes matières à épandre possèdent pour la
plupart un élevage.

/HV ELODQV &253(1 RQW pWp UpDOLVpV DYHF O¶8QLWp *URV Bovin Normalisé (UGBN) à 85 unités
G¶D]RWH

Les apports de sous-produits H[WpULHXUV j O¶H[SORLWDWLRQ GpFODUpV SDU OHV H[SORLWDQWV UHQFRQWUpV
tels que :
x les boues de stations G¶pSXUDWLRQ
x les composts,
x les boues de papeteries :
x OHVHIIOXHQWVG¶pOHYDJHVSURYHQDQWG¶DXWUHVH[SORLWDWLRQVDJULFROHV IXPLHUOLVLHU, fientes),
x les intrants agricoles in-organiques : cendres,
ont été intégrés dans les calculs.
/¶LQVFULSWLRQGHVSDUFHOOHVPLVHVjGLVSRVLWLRQjG¶DXWUHVSODQVG¶pSDQGDJHDpWpYpULILpHDXSUqV
des Organismes Indépendants.

Les exploitations sont de type polyculture-élevage (lait ou viande) et céréalière, le calcul de la


TXDQWLWp G¶D]RWH RUJDQLTXH G¶RULJLQH Dnimale est un bon indicateur de la capacité des
exploitations à intégrer les différentes matières à épandre du site.
Le bilan de fertilisation confirme que les exploitations sont déficitaires en azote et en phosphore
HWSHXYHQWDSSRUWHUGHO¶D]RWHHWSKRVSKRUHRUJDQLTXHG¶RULJLQHH[RJqQHVXUOHXUSDUFHOODLUH

La valorisation des matières à épandre est compatible avec le systqPH G¶H[SORLWDWLRQGH


O¶HQVHPEOH GHVH[SORLWDWLRQVDJULFROHVSUHVVHQWLHVSRXULQWpJUHUOHSODQG¶pSDQGDJH

Le détail par exploitation figure en annexe 6 de ce présent rapport et les données sont
synthétisées dans le tableau suivant.

Ce tableau indique également la fréquence des épandages envisageables sur les parcelles
mises à disposition, sans pénaliser la gestion des effluents des exploitations agricoles.
$O¶H[FHSWLRQG¶une exploitation, la fréquence de retour des épandages sur les parcelles agricoles
mises à disposition pourrait être de 1 an.
La fréquence de retour des épandages sur les parcelles exploitées par M. BADEROT devra
respecter un délai retour de 3,5 ans.

La gestion des matières à épandre et des effluents gérés par les exploitations agricoles et tout à
fait envisageable dans le respect des sols et des cultures.

73
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Tableau 25 : Surfaces nécessaires aux épandages des effluents des exploitations et surfaces maximales restantes pour les boues et carbonates
Azote (kg/an) ha/an

Surface
SAU Production Apports par Besoin Déficit en N de S. S. Fréquence de
Code UGBN SPE max/an par S. mises à
Exploitations Elevage totale par les autres des l'exploitation, nécessaire disponibles retour d'épandage
Agriculteur maîtrisables (ha) rapport à disposition
(ha) animaux amendements cultures kg/ha de SPE aux effluents restantes envisageable (an)
l'azote (ha/an)
ALP ALEKSANDROWICZ VL 33 54 54 0 326 7510 54 133 0 54 51 1,00
BAP BADEROT VA 14 40 33 4704 0 5658 8 26 12 4 27 3,45
BOA GAEC SAINT BENOIT 0 302 226 20193 0 35290 136 67 54 91 212 1,55
BOF BOURCY VA 61 260 246 5694 0 37336 246 129 15 209 104 1,00
CLC CLAUDE VL 50 42 3806 0 6776 27 70 10 17 18 1,00
FRG SCEA DU HAUT DES ROSES 0 381 344 19026 600 49715 272 87 47 227 23 1,00
FUD FUCHS VA 40 110 95 5043 0 16111 95 116 15 57 43 1,00
GAM EARL DE LA RESISTANCE VA 47 150 142 1462 449 21641 142 138 4 132 84 1,00
GED GAEC DE LA MOLIERE 0 154 150 8700 0 24559 143 106 21 97 46 1,00
GEL GEORGEL VL 44 150 128 0 0 14866 128 116 0 128 83 1,00
GRB GAEC DE LIEVAL 124 119 9566 102 18299 78 73 23 60 7 1,00
HAM HARMEL 15 12 1202 0 1817 6 51 3 5 7 1,30
LED EARL DE LA FRAINVALLE VL 82 103 89 6824 0 13701 62 78 17 47 83 1,33
LEN LECOMTE 246 203 4958 0 29934 203 123 16 162 196 1,00
MAF EARL DE LA CROIX DE PIERRE 136 124 7045 0 18206 101 90 17 81 32 1,00
MEE EARL DE MONTJOIE 220 185 2865 1000 25852 185 119 7 168 25 1,00
OXC GAEC DE LA TRUCHE VA 18 140 117 9165 2400 18196 60 57 22 61 24 1,00
QUJ QUIRIN VA 33 70 41 3534 912 6156 15 42 9 19 8 1,00
RET SCEA DES SOURCES VA 27 36 27 1000 0 3816 25 105 2 21 23 1,00
SAT GAEC DU GUE 165 147 10963 1500 23852 103 78 29 74 74 1,00
THJ SCEA DU HAUT DE LA VIGNE 80 76 0 0 12114 76 159 0 76 77 1,01
TOW GAEC DES JUMEAUX 165 155 12262 0 24800 113 81 34 70 46 1,00
VIS VIRIAT 60 41 5208 0 6622 13 35 13 9 18 1,37
TOTAL 398 3210 2795 143219 7289 422827 2292 371 1868 1310 1,17

74
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

VI.7 - CARACTERISATION DES PARCELLES MISES A DISPOSITION

VI.7.1 - $SWLWXGHSpGRORJLTXHGHVVROVjO¶pSDQGDJH
L'étude des parcelles et du milieu environnant (voir cartes au 1/15 000ème en annexe 8), pour
l'ensemble des parcelles mises à disposition a permis de donner à chacune d'entre elles une
note d'aptitude à l'épandage (0, 1A, 1B, 2, telles que définies en page 46 /RUVTX¶XQHSDUFHOOH
présentait deux notes différentes, seule la plus restrictive a été conservée. Quand une partie de
la parcelle HVW LQDSWH j O¶pSDQGDJH OD ]RQH FRUUHVSRQGDQWH HVW FRORULpH HQ URXJH /D VXUIDFH
restante est conservée.

- Les surfaces rHWUDQFKpHV GX SODQ G¶pSDQGDJH DSWLWXGH   VRQW OHV VXUIDFHV VLWXpHV j
proximité des KDELWDWLRQVGHVFRXUVG¶HDXG¶XQHSLVFLFXOWXUH. Ce sont aussi des parcelles
déjà inscriteV GDQV XQ DXWUH SODQ G¶pSDQGDJH Ces surfaces représentent 15 % des
surfaces mises à disposition.

- 7% des parcelles ont une aptitude 1A. Ce sont soit :


¾ des sols peu profonds et filtrants,
¾ des sols profonds mais présentant une hydromorphie à plus de 60 cm de profondeur,
¾ le profil de la parcelle présente une forte pente.

- 38 % des parcelles ont une aptitude 1B. Ce sont soit :


¾ GHVVROVSURIRQGVPDLVSUpVHQWDQWGHVSUREOqPHVG¶K\GURPRUSKLH
¾ des parcelles situées en zones inondables.

- 40 % des parcelles présentent une aptitude 2. Ce sont essentiellement des sols épais
limoneux à limono-argileux, voire argileux mais sur des parcelles drainées.

Après élimination des parcelles inaptes à l'épandage toute l'année, la surface épandable
totale disponible pour les matières à épandre est G¶XQWRWDOGH1308,71 hectares.

Le récapitulatif des parcelles mises à disposition par les agriculteurs ainsi que les contraintes qui
V¶\ UDSSRUWHQW VRQW détaillées en annexe 7, tandis que la synthèse de ces informations figure
dans le tableau ci-après.

75
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Tableau 26 : Récapitulatif des aptitudes pédologiques des sols par exploitation


Code mises à épandables
Raison Sociale Nom Prénom 1A 1B 2 0
Agriculteur disposition boues
ALP ALEKSANDROWICZ Philippe 50,96 0 0 50,96 0,00 50,96
BAP BADEROT Philippe 32,53 26,59 0 0 5,94 26,59
BOA GAEC SAINT BENOIT Alexis et Franck 282,87 0 183,48 27,06 72,33 210,54
BOF BOURCY Fernand 109,88 0 59,95 43,9 6,03 103,85
CLC CLAUDE Cyril 21,06 1,03 4,4 12,42 3,21 17,85
FRG SCEA DU HAUT DES ROSES FRANCOIS Gérald 25,66 0 17,4 5,79 2,47 23,19
FUD FUCHS Dominique 50,21 22,79 20,64 0 6,78 43,43
GAM EARL DE LA RESISTANCE GARNIER Michel 88,08 0 66,7 16,97 4,41 83,67
GED GERARDIN Dominique 47,03 7,61 0 38,24 1,18 45,85
GEL GEORGEL Luc 97,53 0 31,32 52,03 14,18 83,35
GRB GAEC DE LIEVAL GRIDEL Bernard 7,00 2,37 4,31 0 0,32 6,68
HAM HARMEL Marc 9,03 7,24 0 0 1,79 7,24
LED EARL DE LA FRAINVALLE LEDOUX Nicolas 96,06 0 72,67 10,08 13,31 82,75
LEN LECOMTE Nicolas 237,27 0 55,95 139,73 41,59 195,68
MAF EARL DE LA CROIX DE PIERRE MARCHAL François 35,41 25,74 6,67 0 3 32,41
MEE EARL DE MONTJOIE MENUISIER Emeric 30,17 0 4,15 21,26 4,76 25,41
OXC GAEC DE LA TRUCHE OXORAN Christophe 28,24 0 0 23,58 4,66 23,58
QUJ QUIRIN Jean Louis 13,73 7,99 0 0 5,74 7,99
RET SCEA DES SOURCES RENAUX Thomas 30,05 0 0 22,80 7,25 22,80
SAT GAEC DU GUE SAUNIER Thomas 83,50 0 19,52 54,65 9,33 74,17
THJ SCEA DU HAUT DE LA VIGNE BACCUS Marc 80,58 0 16,05 60,78 3,75 76,83
TOW GAEC DES JUMEAUX TOUSSAINT et WELSCH 49,47 7,86 4,8 33,69 3,12 46,35
VIS VIRIAT Sylvain 25,83 0 15,16 2,38 8,29 17,54
TOTAL 1532,15 109,22 583,17 616,32 223,44 1308,71

VI.8 - RESULTATS DES ANALYSES DE SOLS

Des analyses de sols ont été réalisées SRXU GHV ]RQHV KRPRJqQHV G¶XQ PD[LPXP GH  KD
épandable.
Ainsi, 35 analyses de sols ont été réalisées.

Une copie des bulletins figure en annexe 9 WDQGLV TX¶XQ tableau synthétique est repris en
suivant :

76
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE

PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Tableau 27 : Analyses de sols, moyennes, minimums et maximums (mg/kg MS)

Coordonnées
N°parcelle Année Texture Cd Cr Cu Hg Ni Pb Zn
Lambert 93

ALP-03 2016 947297 6793554 LA 0,37 33,17 26,22 0,02 32,55 22,68 52,56
BOA-01 2016 973792 6812723 SL 0,19 17,02 14,81 0,03 7,89 15,00 28,37
BOA-03 2016 975257 6811812 SL 0,38 21,25 14,62 0,05 9,52 16,25 41,25
BOA-14 2016 975670 6813328 SL 0,18 18,27 30,45 0,09 9,64 15,63 29,55
BOA-79 2016 969493 6807299 LSA 0,34 45,80 22,27 0,05 29,09 27,84 43,97
BOF-01 2016 978834 6866872 L 0,22 26,22 8,55 0,04 15,23 19,22 43,67
BOF-05 2016 990609 6835262 LSA 0,21 26,80 17,66 0,03 18,83 41,49 53,40
FRG-11 2016 974821 6829431 L 0,33 43,56 23,89 0,04 28,22 44,78 66,78
FRG-38 2016 970444 6829128 SL 0,19 17,35 7,35 0,02 8,62 14,32 30,39
FUD-02 2016 985687 6812515 S 0,17 13,73 5,76 0,03 6,87 8,22 30,17
GAM-02 2016 983346 6826154 LSA 0,33 41,30 14,46 0,02 17,94 35,98 45,32
GAM-05 2016 984281 6825350 LS 0,27 21,58 13,86 0,03 11,93 37,90 46,05
GEL-09 2016 968361 6828794 LS 0,26 24,21 7,37 0,02 9,30 15,35 34,39
GEL-29 2016 970789 6827261 ALS 0,48 59,87 34,52 0,03 47,44 30,49 64,51
GRB-50 2016 973148 6824498 LS 0,21 23,51 9,46 0,02 12,23 21,17 43,30
LED-04 2016 983646 6828731 L 0,32 32,44 10,64 0,03 18,94 21,39 59,58
LED-25 2016 975806 6827329 LSA 0,43 42,44 27,44 0,03 37,23 21,59 73,93
LED-26 2016 976446 6824983 SL 0,19 17,41 8,33 0,02 9,17 14,72 32,59
LEN-01 2016 967690 6801047 L 0,30 28,60 15,40 0,02 19,40 24,50 48,50
LEN-03 2016 966406 6799849 LSA 0,28 33,46 15,29 0,03 16,54 24,33 48,07
LEN-06 2016 966649 6801421 LAS 0,34 45,82 27,33 0,03 39,18 29,88 56,05
LEN-24 2016 966136 6798433 LAS 0,23 43,49 27,21 0,02 27,10 32,33 67,56
MAF-07 2016 985195 6814250 SL 0,23 26,48 9,32 0,03 9,32 20,11 36,47
MEE-09 2016 959262 6849565 LAS 0,45 42,38 23,53 0,04 28,75 20,68 86,36
OXC-28 2016 984501 6812089 LSA 0,33 36,23 10,45 0,04 11,78 29,77 73,55
QUJ-31 2016 998138 6814205 S 0,30 59,20 14,40 0,07 36,60 25,90 98,60
RET-08 2016 981558 6832162 LAS 0,33 41,44 33,33 0,03 43,56 17,66 44,56
SAT-12 2016 985672 6835546 LSA 0,24 41,51 16,51 0,03 21,62 29,88 61,51
SAT-41 2016 987378 6835039 LSA 0,22 38,55 21,55 0,05 26,33 27,33 64,78
THJ-03 2016 979372 6833045 LAS 0,44 44,24 21,30 0,02 35,43 41,09 58,80
THJ-09 2016 978598 6831823 LSA 0,37 36,47 14,76 0,03 23,54 37,20 44,64
TOW-01 2016 984886 6811079 SL 0,33 22,60 22,06 0,04 9,45 23,92 104,45
TOW-44 2016 986872 6810256 S 0,20 19,20 7,50 0,03 10,70 12,10 31,40
VIS-12 2016 964744 6820663 SL 0,16 17,91 12,00 0,03 8,91 12,17 32,16

MOYENNE 0,29 32,46 17,34 0,03 20,55 24,50 52,27


MIN 0,16 13,73 5,76 0,02 6,87 8,22 28,37
MAX 0,48 59,87 34,52 0,09 47,44 44,78 104,45

Les analyses précisent les caractéristiques physico-chimiques des sols rencontrés.


L'analyse des éléments traces métalliques servira de point zéro pour le suivi ultérieur de
l’évolution des teneurs en éléments traces métalliques des sols.

77
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

VII - ORGANISATION DE LA VALORISATION AGRICOLE


Pour permettre un recyclage optimisé des différentes matières à épandre produites sur le site, un
FHUWDLQ QRPEUH GH WkFKHV G¶RUJDQLVDWLRQ HW GH VXLYL WHFKQLTXH VRQW j PHWWUH HQ °XYUH ,O VHUD
DORUV SRVVLEOH GH JDUDQWLU HW VpFXULVHU OD ILOLqUH GHSXLV OH VWRFNDJH VXU VLWH MXVTX¶j OD SDUFHOOH
agricole.

Le présent chapitre rassemble les précoQLVDWLRQVJpQpUDOHVG¶HPSORLdes différentes matières à


épandre. Il tient compte des obligations réglementaires et des données relatives au contexte
environnemental et agricole.

En particulier :
Le suivi de la qualité des matières à épandre ;
/¶pODERUDWLRQG¶XQSURJUDPPHSUpYLVLRQQHOG¶pSDQGDJH ;
Les résidus de fabrication des carbonates liquides et solides sont stockés sur le site des
Papeteries de Clairefontaine dans deux lagunes;
Les boues sont stockés en bout de champs et suUO¶DQFLHQQHSODWH-forme de compostage
du site des Papeteries de Clairefontaine ;
/¶pSDQGDJHHVWgratuit avec du matériel adapté : rendu racine gratuit ;
La tHQXHjMRXUG¶XQFDKLHUG¶pSDQGDJH
La mise en place d'un suivi agronomique facilitant la prise en compte des éléments
minéraux apportés par les boues, les résidus de fabrication des carbonates solide et
liquide, dans le raisonnement général de la fertilisation des cultures ;
La communication des différentes informations aux administrations de tutelle.

VII.1 - ORGANISATION PROPOSEE

L'organisation de la valorisation agricole proposée à l'ensemble des agriculteurs rencontrés, est


la suivante :
Les boues seront déposées en bout de champs ou stockées sur O¶DQFLHQQH SODWH-forme
de compostage du site des Papeteries de Clairefontaine au fur et à mesure de leur
production.
Les résidus de fabrication des carbonates solide et liquide sont stockés dans deux
lagunes sur le site des Papeteries de Clairefontaine.
Les boues ainsi que les résidus de fabrication des carbonates solides et liquides sont
livrés et épandus gratuitement sur les parcelles des agriculteurs : rendu racine gratuit.
L¶pSDQGDJH est réalisé par un prestataire VSpFLDOLVp RX SDU O¶DJULFXOWHXU OXL-même. Le
GpS{WHQERXWGHSDUFHOOHQ¶H[FqGHSDVDQ
Une façon culturale est réalisée SDUO¶DJULFXOWHXUXWLOLVDWHXUdans les meilleurs délais après
O¶pSDQGDJH
Un suivi agronomique (accompagnement et conseils de fertilisation) est mis en place afin
de faciliter la prise en compte des éléments minéraux apportés par les différentes
matières épandues, dans le raisonnement général de la fertilisation des cultures
appliquée par chaque agriculteur.

78
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

VII.2 - DELAIS REGLEMENTAIRES APRES EPANDAGES SUR PRAIRIES


PERMANENTES

'HVGpODLVPLQLPXPVGHUHPLVHjO¶KHUEHGXFKHSWHORXG¶H[SORLWDWLRQGHVSUDLULHVSHUPDQHQWHV
doivent être respectés après les épandages et sont reportés dans le tableau suivant :
Tableau 28 : Délais de sécurité après épandages sur prairies
DELAI MINIMUM
Cultures fourragères 6 semaines avant récolte fourragère
Sur herbe rase, après ensilage, coupe ou
pâturage
Herbages VHPDLQHVDYDQWUHPLVHjO¶KHUEHGHVDQLPDX[
Après départ des animaux, en fin de végétation

VII.3 - PERIODES D'EPANDAGE

/HVSpULRGHVG¶pSDQGDJHVRQWGpILQLHV en tenant en compte :


- des disponibilités des parcelles agricoles et de O¶DVVROHPHQWGHO¶H[SORLWDWLRQ ;
- des recommandations définies SDU O¶DUUrWp GX 22 novembre 1993 relatif au Code des
Bonnes Pratiques Agricoles ;
- GHO¶arrêté 19 décembre 2011 modifié par O¶arrêté 23 octobre 2013 : textes nationaux ;
- des prescripWLRQV GpILQLHV SDU O¶DUUrWp GX  jXLQ  UHODWLI DX[ SURJUDPPHV G¶DFWLRQV
régionales de Lorraine pour la protection des eaux contre les nitrates, pour les parcelles
situées en zone vulnérable : 5ème programme régional.

Le tableau suivant dresse un récapitulatif des contraintes relatives aux SpULRGHVG¶pSDQGDJH

79
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Tableau 29 3pULRGHVG¶LQWHUGLFWLRQGHVpSDQGDJHV
ZONES NON
ZONES VULNERABLES VULNERABLES
OCCUPATION DU SOL
ARRETES National et régional CODE DES BONNES
pendant ou suivant
PRATIQUES AGRICOLES
l'épandage (culture
TYPE I ± C/N>8 (C/N
principale)
TYPE II ± C/N<8 > 25)
Type I Type II
Carbonates liquides Boues brutes et
carbonates solides
Sols non cultivés Toute l'année
Cultures implantées à
Du 01 octobre au 31
l'automne ou en fin d'été du 01
janvier Du 15 novembre au
(autres que colza) - novembre
15 janvier
Colza implanté à Du 15 octobre au 31 au 15 janvier
l'automne janvier
Cultures implantées au
printemps non précédées Du 01 juillet au 31
Du 01 juillet au 31 janvier
par une CIPAN ou une août et du 15
culture dérobée novembre au 15
0DwVQRQSUpFpGpG¶XQH Du 01 juillet au 15 février janvier
CIPAN (1)
Du 01 juillet à 15 jours
DYDQWO¶LPSODQWDWLRQGHOD
Cultures implantées au Du 1er juillet Du 01 juillet
CIPAN ou de la dérobée et De 20 jours avant la
printemps précédées par au 31 août au 15 janvier
de 20 jours avant la destruction de la
une CIPAN ou une
destruction de la CIPAN ou CIPAN ou la récolte
culture dérobée
la récolte de la dérobée et de la dérobée et
MXVTX¶DXMDQYLHU MXVTX¶DX5 janvier
0DwVSUpFpGpG¶XQH Idem mais jXVTX¶DX
CIPAN février (1)
Le total des apports avant et sur la CIPAN ou la
dérobée est limité à 40 kg d'azote efficace/ha (1)
Prairies implantées
Du 15
depuis plus de six mois Du 15 novembre au 31 Du 15 décembre au
- novembre
dont prairies janvier (1) 15 janvier
au 15 janvier
permanentes, luzerne
(1) : 6SpFLILFLWpGHO¶Drrêté SGAR n°2014-165 du 5 juin 2014

En été, début automne


- après moisson de colza, ou de céréales à pailles et avant implaQWDWLRQ G¶XQH FXOWXUH
G¶DXWRPQH ;
- DSUqV PRLVVRQ GH FRO]D RX GH FpUpDOHV j SDLOOHV HW DYDQW LPSODQWDWLRQ G¶XQH FXOWXUH GH
printemps, avec implantation préalable G¶XQH&,3$1 en zone vulnérable ;
- après la 1ère ou la 2ème coupe sur prairie de fauche.

En automne
- en automne après le départ des bêtes pour les prairies de fauche ou de pâture.

Au printemps
- avant labours ou avant semis des cultures de printemps quand les conditions climatiques
sont favorables et que les sols sont portants ;
- à la reprise de végétation sur prairie et 6 semaines avant la mise en pâture.

80
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Par ailleurs, les épandages sont déconseillés sur sols pris en masse par le gel, inondés,
détrempés ou enneigés.

VII.4 - STOCKAGES
VII.4.1 - Boues
VII-4.1.a) Stockages en bout de champs
Les boues des Papeteries de Clairefontaine sont des déchets solides et peu fermentescibles.
Les dépôts temporaires situés en bout de champs sont localisés afin à ne pas occasionner de
gênes aux habitations les plus proches. Ils respectent les règles suivantes :
- toutes les précautions sont prises pour éviter les ruissellements sur et en dehors des
parcelles agricoles ainsi que les percolations rapides vers les nappes superficielles ou
souterraines ;
- lHVGLVWDQFHVPLQLPDOHVG¶isolement vis-à-vis des activités humaines sont respectées (100 m
pour les boues) ;
- une GLVWDQFHG¶DXPRLQVPGHVURXWHVHWGHVIRVVpV est respectée ;
- le volume est adapté à la fertilisation raisonnée des parcelles réceptrices pour la période
G¶pSDQGDJHconsidérée ;
- les dépôts en zone inondable à risque décennal ou dans les périmètres éloignés de captage
sont limités à 48 h ;
- le délai de retour sur un même dépôt est au moins égal à 3 ans ;
- la durée maximale de stockage ne doit pas dépasser 1 an.

'¶DXWUHV sites de stockage pourraient être aménagés dans le futur chez des agriculteurs
utilisateurs selon les évolutions de la filière. ,OVIHURQWO¶REMHWG¶XQGRVVLHUGHGpFODUDWLRQGDQVOH
cadre des ICPE. Toutes les dispositions seront prises afin de ne pas impDFWHUO¶HQYLURQQHPHQW

VII-4.1.b) Ancienne plate-forme de compostage


LHV 3DSHWHULHV GH &ODLUHIRQWDLQH SUpYRLHQW GH VWRFNHU OHV ERXHV VXU O¶DQFLHQQH SODWH-forme de
FRPSRVWDJHGHO¶XVLQHSRXUSDOOLHUOHVSpULRGHVG¶LPSRVVLELOLWpGHPLVH HQ°XYUHGHVpSDQGDJHV
ainsi que GDQVOHVFDVG¶LQFDSDFLWpGHVWRFNDJHHQERXWGHFKDPS.
L¶DQFLHQQHSODWH-forme de compostage se situe VXUODFRPPXQHG¶(WLYDO-Clairefontaine, en limite
de la commune de Moyenmoutier, au lieu-dit « Aux Equevons ».
La capacité de stockage est de 6 mois.

Le plan présenté ci-après donne la localisation de la plate-forme de compostage (en rouge) par
UDSSRUWjODVWDWLRQG¶pSXUDWLRQ HQEOHXOLHXGHSURGXFWLRQGHVERXHVEUXWHV 

81
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Figure 20 : Localisation du lieu de stockage des boues

Ancienne plate-
forme de
compostage : lieu
de stockage des
boues
6WDWLRQG¶pSXUDWLRQ
lieu de production
des boues

VII.4.2 - Résidus de fabrication des carbonates solides et liquides


Les résidus de fabrication des carbonates solides et liquides sont stockés dans deux lagunes
G¶XQHFDSDFLWpJOREDOHGH2500 m3 chacune sur le site des Papeteries de Clairefontaine.
Ces bassins permettent la gestion de plusieurs années de production.

La figure suivante localise les lagunes de stockage des carbonates sur le site des Papeteries de
Clairefontaine.

82
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Figure 21 : Localisation des lagunes de stockage des résidus de fabrication des carbonates
solides et liquides

6WDWLRQ G¶pSXUDWLRQ :
lieu de production
des boues

Lagune des résidus


de fabrication des
carbonates

VII.5 - REPRISE ET TRANSPORT


VII.5.1 - Boues
La reprise des boues pour épandage sera effectuée à l'aide d'un chargeur.

Le transport des boues depuis la plate-forme de compostage sera assuré par tracteur et benne
agricole (15 m3 soit 12 tonnes de charge utile) pour les parcelles situées à proximité des
papeteries ou par des camions semi-remorques de 25 tonnes de charge utile pour les parcelles
OHVSOXVpORLJQpHV/RUVTXHO¶DFFqVDX[SDUFHOOHVHVWGifficile, le transport est réalisé par camions
multi-bennes de 8 à 10 tonnes de charge utile par remorque.

83
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

VII.5.2 - Résidus de fabrication des carbonates solides et liquides


Les résidus de fabrication des carbonates seront repris des stockages :
F pour les résidus « liquides ª SDU PLVH HQ VXVSHQVLRQ DX PR\HQ G¶XQH KpOLFH GH
brassage, puis pompage à la tonne à lisier,
F pour les résidus « solides », par reprise des résidus de fabrication des carbonates au
PR\HQG¶XQHSHOOHPpFDQLTXH

Les résidus ainsi repris sonWWUDQVSRUWpVMXVTX¶DXx parcelles :


F pour les résidus « liquides », DXPR\HQG¶XQHWRQQHjOLVLHU
F pour les résidus « solides », au moyen de bennes de type agricole ou de camions.

VII.6 - EPANDAGE

/¶pSDQGDJH HVW UpDOLVp SDU O¶DJULFXOWHXU XWLOLVDWHXU 6¶,/ ',6POSE DU MATERIEL ou par un
SUHVWDWDLUHGHVHUYLFHPLVVLRQQpSDUO¶DJULFXOWHXU

/¶pSDQGDJHUHVSHFWHOHVGLVWDQFHVG¶LVROHPHQWYLV-à-YLVGHVFRXUVG¶HDX PRX00 m en cas


de pente > 7% pour les boues et carbonates solides et, 35 m ou 200 m pour en cas de pente >
7% pour les carbonates liquides) et des habitations (50 m pour les résidus de carbonates, et 100
m dans le cas des boues).

VII.6.1 - Epandage des boues et des carbonates solides


Les boues et les résidus de fabrication des carbonates solides seront repris du stockage en bout
GHFKDPSVDXPR\HQG¶XQPDWpULHODGDSWpHWUHFKDUJpVGDQVXQpSDQGHXUjIXPLHUFODVVLTXHj
hérisson verticaux avec de préférence une table G¶pSDQGDJH
Figure 22 3KRWRJUDSKLHVGHVpTXLSHPHQWVG¶pSDQGDJHGHVERXes et des résidus de carbonates
solides

8QHIDoRQFXOWXUDOHHVWPLVHHQ°XYUHGDQVOHVSOXVEUHIVGpODLVVXLYDQWOHVpSDQGDJHV
/HGpODLGHPLVHHQ°XYUHQHGpSDVVHSDVOHVKGDQVOHVSpULPqWUHVGHFDSWDJHpORLJQpHW
dans les zones inondables à risque décennal.

84
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

VII.6.2 - Epandage carbonates liquides


Les résidus de fabrication des carbonates liquides seront transférés directement depuis la lagune
des résidus « liquides » DYHFOHPDWpULHOG¶pSDQGDJH
Figure 23 : PhotographLHV GHV pTXLSHPHQWV G¶pSDQGDJH GHV UpVLGXV GH FDUERQDWHV OLTXLGHV ±
tonnes à lisier

8QHIDoRQFXOWXUDOHHVWPLVHHQ°XYUHGDQVOHVSOXVEUHIVGpODLVVXLYDQWOHVpSDQGDJHV
/HGpODLGHPLVHHQ°XYUHQHGpSDVVHSDVOHVKGDQVOHVSpULPqWUHVGHFDSWDJe éloigné et
dans les zones inondables à risque décennal.

VII.7 - FREQUENCE DE RETOUR SUR LES PARCELLES

/HUHWRXUG¶pSDQGDJHVXUXQHPrPHSDUFHOOHVHUDWULEXWDLUH :
- de la rotation culturale ;
- du type de produit épandu ;
- du cumul des flux en matière sèche (6 kg de matière sèche / m2 sur 10 ans) et en
micropolluants ;
- GHODFKDUJHRUJDQLTXHGHO¶H[SORLWDWLRQDJULFROH

&HWWHIUpTXHQFHGHUHWRXUG¶pSDQGDJHVHUDGRQFDGDSWpHjFKDTXHSDUFHOOHHWjO¶KLVWRULTXHGHV
épandages sur celle-ci.
Cette fréquence pourrait êWUHHQPR\HQQHG¶XQpSDQGDJHWRXVOHVDQV
La fréquence sur les parcelles exploitées par M. BADEROT sera SOXW{WGHDQVWDQWTX¶LOQ¶\D
pas de modification dans les productions GHO¶H[SORLWDWLRQ.

1RXVYHLOOHURQVSDUWLFXOLqUHPHQWjO¶pYROXWLRQGHOD valeur du pH du sol.

85
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

VII.8 - GESTION DU DISPOSITIF


Pour permettre un recyclage rationnel et optimisé des différents produits valorisés sur le site, un
certain nombre de tâches d'organisation et de suivi technique sont nécessaires.

Ces interventions doivent permettre :


- Aux Papeteries de Clairefontaine d'avoir l'assurance de débouchés pour ses produits dans
des conditions conformes à la réglementation en vigueur, aux recommandations du plan
d'épandage et respectueuses des riverains ;
- aux agriculteurs de connaître la qualité et les quantités de produits épandus sur leur
parcellaire ;
- aux administrations de tutelles de disposer des éléments nécessaires à l'appréciation du
dispositif de recyclage en agriculture.

Pour réaliser ces objectifs, les interventions suivantes sont nécessaires :

™ Organisation de l'évacuation des boues sur le stockage :


- communication du plan de circulation sur le site de la plate-forme de stockage ;
- pWDEOLVVHPHQW G¶XQ pODQQLQJ G¶HQWUHWLHQ GX PDWpULHO DVVXUDQW OD VpFXULWp GH O¶XWLOLVDWHXU HW
répRQGDQWjO¶REMHFWLIG¶pYDFXDWLRQGes boues et des résidus de fabrication des carbonates ;
- organisation et contrôle des sites de stockage, allotissement ;
- contrôle des quantités de boues et résidus de fabrication des carbonates évacuées.

™ Organisation des épandages sur parcelles :

- élaboration annXHOOHG¶XQSODQQLQJG¶pSDQGDJH ;
- assurer les relations avec les agriculteurs et les prestataires chargés du transport et des
épandages ;
- contrôle de la qualité des épandages et respect de la réglementation en vigueur, mise à jour
des contraintes environnementales si nécessaire ;
- tHQXHjMRXUG¶XQFDKLHUG¶pSDQGDJH

Il est à noter que certaines interventions de gestion du dispositif sont réalisées conjointement
avec certaines interventions du suivi technique et agronomique.

86
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

VIII - SUIVI AGRONOMIQUE ET TECHNIQUE


L'objectif premier du suivi agronomique et technique est de valider le cadre technique du
recyclage agricole des différentes matières à épandre au travers d'un programme d'analyses
(produits épandus et sols), et d'observation de la végétation.

La réalisation de ce suivi est également l'occasion de communiquer aux agriculteurs les conseils
techniques nécessaires à la prise en compte des apports des différentes matières à épandre
dans les plans de fumure et plus particuliqUHPHQW GDQV OD JHVWLRQ GHV DSSRUWV G¶HQJUDLV GH
synthèse.

VIII.1 - ANALYSES DES MATIERES A EPANDRE

La fréquence des analyses doit permettre de vérifier régulièrement la qualité des boues et des
résidus de carbonates.
L¶DQDO\VH des paramètres de la valeur agronomique revêt une importance particulière pour
DMXVWHU OD GRVH G¶DSSRUW et affiner les conseils de fertilisation aux exploitants agricoles en vue
G¶XQHVXEVWLWXWLRQGHVHQJUDLVPLQpUDX[

La valeur fertilisante (VA) comporte les éléments suivants : matière sèche, pH, matière
organique, carbone organique, azote total Kjeldahl (NTK), azote ammoniacal (NH4+), phosphore,
calcium, magnésium, potassium.

Les analyses des éléments traces métalliques (ETM) portent sur les paramètres réglementaires :
bore, cadmium, chrome, cuivre, mercure, nickel, plomb, zinc. Le sélénium est réalisé en sus lors
des épandages sur prairies.

Les analyses des composés traces organiques (CTO) portent sur les paramètres
réglementaires : somme des 7 PCB, fluoranthène, benzo(a)pyrène et benzo(b)fluoranthène.

La fréquence analytique proposée est :


Tableau 30 : Fréquence analytique des boues brutes / an
Tonnes de MS épandues par an - Sur stockage Bout de champs
< 5000 tonnes / an
Valeur agronomique 4 1 analyse pour 600 tonnes
Echantillon brutes livrées environ
représentatif de 3 mois Sur lots livrés bout de champs
Eléments traces métalliques + Se 4
Echantillon représentatif de 3 mois
Composés organiques traces 4
Echantillon représentatif de 3 mois

Chaque prélèvement de boues FRUUHVSRQGjXQORWTXLUHVWHLQGLYLGXDOLVpVXUOHVWRFNDJHMXVTX¶j


réception des résultats.
Une fois, la qualité du lot de boues vérifiée, celui-ci peut être valorisé en agriculture. Des
analyses seront également réalisées en bout de champs.

La fréquence des analyses des résidus de fabrication des carbonates solides et liquides
proposée en sus des analyses de boues est la suivante :
- une analyse est réalisée avant chaque reprise pour épandage. Les résultats
devront être connus suffisamment t{WSRXUDGDSWHUODGRVHG¶DSSRUW

87
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Les résultats d'analyses sont transmis aux exploitants agricoles, pour une bonne intégration de
la valeur fertilisante de la matière à épandre.

VIII.2 - SUIVI DES PARCELLES, DES SOLS ET DES CULTURES


VIII.2.1 - Parcelles de référence
Les parcelles de références définies dans le cadre de la présente étude sont représentatives
G¶XQ SRLQW GH YXH SpGRORJLTXH HW RQW IDLW O¶REMHW HQ GHV SRLQWV UHSpUpV SDU OHXUV FRRUGRQQpHV
/DPEHUWG¶DQDO\VHVSRUWDQWVXUOHVSDUDPqWUHVVXLYDQWV :
- les paramètres agronomiques : pH, texture, matière organique, carbone organique, azote
total, capacité d'échange cationique, phosphore assimilable, calcium, magnésium,
potassium ;
- la granulométrie ;
- les éléments traces métalliques : cadmium, chrome, cuivre, mercure, nickel, plomb, zinc.

Les teneurs en éléments traces métalliques des sols des parcelles inscrites dans le plan
G¶pSDQGDJHGRLYHQWIDLUHO¶REMHWG¶XQFRQWU{OHDX[PrPHVSRLQWVGHSUpOqYHPHQWHQWUHSULV :
- au minimum tous les dix ans ;
- RX DSUqV O¶XOWLPH pSDQGDJH VXU OD SDUFHOOH GH UpIpUHQFH HQ FDV G¶H[FOXVLRQ GH FHOOH- ci du
SpULPqWUHG¶pSDQGDJH

VIII.2.2 - Valeurs agronomiques


Chaque année, préalablement aux épandages, sera réalisée une analyse de la valeur
agronomique des sols par tranche de 60 ha à épandre et au minimum une par agriculteur. Cela
SHUPHWWUD GH GpWHUPLQHU O¶LPSDFW GX SUpFpGHQW DSSRUW GHs différentes matières épandues et
pJDOHPHQWG¶DMXVWHUODGRVHG¶DSSRUWSRXUODFDPSDJQHG¶pSDQGDJHHQFRXUV Cette analyse sera
pJDOHPHQWO¶RFFDVLRQGHUpDOLVHUXQVXLYLGHO¶pYROXWLRQGXS+GHVVROV

VIII.3 - CAHIER D¶EPANDAGE

Est tenu en permanence un FDKLHU G¶pSDQGDJH reprenant toutes les indications sur les
évacuations depuis O¶XVLQHGHs Papeteries de Clairefontaine (quantités, destination, date) :
- la quantité de matière à épandre et la surface épandue par unité culturale,
- les dates d'épandage,
- les parcelles réceptrices et leur surface,
- les cultures pratiquées,
- le contexte météorologique lors de chaque épandage,
- l'ensemble des résultats d'analyses pratiquées sur les sols et sur les matières à épandre
épandues, avec les dates de prélèvements et de mesures et leur localisation,
- l'identification des personnes physiques ou morales chargées des opérations d'épandage et
des analyses.

Ce FDKLHU G¶pSDQGDJH reprend également les quantités de matières épandues, ainsi que les
éventuels dysfonctionnements des différents matériels de traitement qui peuvent influer sur la
qualité des différentes matières à épandre.
Ce registre de sortie est archivé pendant une durée minimale de 10 ans et tenu à la disposition
de l'inspection des installations classées et, le cas échéant, des autorités de contrôle.

88
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

VIII.4 - PREVISIONNEL ET BILAN ANNUEL

Chaque année les Papeteries de Clairefontaine réalisent un pUpYLVLRQQHO G¶pSDQGDJH au moins


un mois avant les épandages et tiennenW FH SUpYLVLRQQHO j OD GLVSRVLWLRQ GH O¶LQVSHFWHXU GHV
installations classées.
Pour les parcelles en zone vulnérable, ce prévisionnel doit être établi par les exploitants avant le
15 février.
Ce prévisionnel réalisé en concertation avec les agriculteurs permet en outre O¶pODERUDWLRQ G¶XQ
calendrier de livraison.

Ce programme comprend la liste des parcelles concernées par la campagne ainsi que la
caractérisation des cultures (cultures en place, successions à venir). Dans ce programme figure
également les analyses de sols et les analyses de matières à épandre réalisées depuis le début
GHODSpULRGHDLQVLTXHODGRVHG¶pSDQGDJHSUpFRQLVpH

(QFRXUVGHFDPSDJQHXQFHUWDLQQRPEUHGHWkFKHVG¶RUJDQLVDWLRQHWGHVXLYLVWHFKQLTXHVVRQW
nécessaires :
- organisation des livraisons (transport et stockage),
- organisation des épandages,
- apport de conseils techniques aux agriculteurs,
- prélèvements de matières à épandre pour analyses,
- prélèvements de sols pour analyses.

(QILQGHFDPSDJQHG¶pSDQGDJHXQEilan annuel est réalisé et transmis aux administrations de


tutelle et aux agriculteurs concernés. Ce bilan UHSUHQG O¶HQVHPEOH GHV pOpPHQWV WHFKQLTXHV
G¶pYDOXDWLRQGHODFDPSDJQHG¶pSDQGDJHVRLW
- un bilan qualitatif et quantitatif du/des matières à épandre épandues,
- le récapitulatif des apports par parcelle,
- l¶H[SORLWDWLRQ GX FDKLHU G¶pSDQGDJH LQGLTXDQW OHV TXDQWLWpV G¶pOpPHQWV IHUWLOLVDQW éléments
traces métalliques et composés organiques traces apportés sur les parcelles réceptrices,
- les résultats des analyses de sols,
- les bilans de fumure réalisés sur des parcelles de référence représentatives de chaque type
de sols et de systèmes de culture, ainsi que les conseils de fertilisation complémentaire qui
en découlent.

VIII.5 - INFORMATION DES AGRICULTEURS

Pour chaque exploitant, est tenu à jour un carnet de cession qui lui est transmis et qui comporte :
- les bulletins G¶DQDO\VHVGHVORWVYDORULVpVVXUO¶H[SORLWDWLRQ ;
- les tonnages ;
- OHVGDWHVG¶pSDQGDJH ;
- les parcelles et portion de parcelle épandues ;
- les bons de livraisons signés des deux parties en zone vulnérable ;
- le bilan agronomique des apports ;
- un conseil de fertilisation complémentaire ;
- le résultat des analyses de sol.

89
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

IX - FILIERES ALTERNATIVES
/¶DUUrWpGXDYULOUHODWLIjO¶LQGXVWULHSDSHWLqUH impose GHGLVSRVHUG¶XQHILOLqUHGHVHFRXUV
HQ FDV G¶LPSRVVLELOLWp WHPSRUDLUH SROOXWLRQ SRQFWXHOOH HQ SDUWLFXOLHU  RX SHUPDQHQWH SROOXWLRQ
remettant en cause de la filière agricole) de valoriser les boues en agriculture.

Les Papeteries de Clairefontaine pourront PHWWUH HQ °XYUH OHV ILOLqUHV DOWHUQDWLYHV SHUPHWWDQW
O¶pYDFXDWLRQ HW OH WUDLWHPHQW des éventuels lots de boues et de résidus de fabrication des
carbonates liquides et solides non conformes ou excédentaires qui sont :

IX.1 - COMPOSTAGE
Les boues et résidus de carbonates liquides et solides pouvant être traités sur les sites de
compostage doivent être conformes à une valorisation directe en agriculture (éléments traces
métalliques et composés traces organiques).
Afin GHV¶DVVXUHUTXHFHODHVWOHFDVGHVDQDlyses doivent être réalisées avant admission des
boues et des résidus de carbonates sur les plates-formes.

IX.2 - INCINERATION ET CO-INCINERATION


/¶LQFLQpUDWLRQ OD FR-LQFLQpUDWLRQ VRQW UpJLHV SDU O¶DUUrWp GX  VHSWHPEUH  UHODWLI DX[
LQVWDOODWLRQVG¶LQFLQpUation et de co-incinération de déchets non dangereux.
&HWH[WHH[SOLFLWHGHVWHQHXUVHQPLFURSROOXDQWVGHVUHMHWVJD]HX[HWGHVUHMHWVGDQVO¶HDX/HV
FDUDFWpULVWLTXHVGHVGpFKHWVHQWUDQWVVRQWGpILQLHVDXFDVSDUFDVSDUOHVDUUrWpVG¶DXWRULVDWLRQ
G¶H[SOoiter des installations.

Un co-LQFLQpUDWHXU HVW DX VHQV GH OD UpJOHPHQWDWLRQ XQ pTXLSHPHQW VSpFLILTXH GRQW O¶REMHFWLI
HVVHQWLHOHVWGHSURGXLUHGHO¶pQHUJLHRXGHVSURGXLWVPDWpULHOVHWTXLXWLOLVHGHVGpFKHWVFRPPH
FRPEXVWLEOHKDELWXHORXG¶DSSRLQW

IX.3 - CENTRES DE STOCKAGE DE DECHETS ULTIMES


Remarque : la loi du 15 juillet 1975, modifiée et actualisée par la loi n° 92-646 du 13 juillet 1992,
interdit à compter du 1er MXLOOHWO¶DFFqVGHVGpFKDUJHVDX[GpFKHWVQRQXOWLPHV6HXOVVRQW
admis les déchets ultimes « TXL QH VRQW SOXV VXVFHSWLEOHV G¶rWUH WUDLWpV GDQV OHV FRQGLWLRQV
techniques et économiques du moment, notamment par extraction de la part valorisable ou par
réduction de leur caractère polluant ou dangereux ».
Seuls des déchets pollués peuvent être dirigés vers un Centre de Stockage de Déchets
Ultimes.

Les matières à épandre TXL SHXYHQW DORUV \ rWUH DGPLV GRLYHQW SUpVHQWHU XQH VLFFLWp G¶XQ
minimum de 30%, être pelletables et répondre à certaines qualités analytiques  O¶DQDO\VH GHV
lixiviats doit notamment présenter un COT (Carbone Organique Total) inférieur à 700 mg/kg et
une DCO inférieure à 2000 mg/kg.
6L OHV WHVWV VXU OL[LYLDWV V¶DYqUHQW QpJDWLIV OH &HQWUH GH 6WRFNDJH GH 'pFKHWV 8OWLPHV SRVVqGH
les moyens de stabiliser les résidus de carbonates liquides sur le site, moyennant un coût de
traitement plus élevé.

90
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

IX.4 - VALORISATION EN BRIQUETERIE ET CIMENTERIE


L'intérêt majeur des boues dans les procédés de fabrication de briques, réside dans
l'amélioration de la porosité apportée par les fibres de cellulose qui se consument vers 950 °C. Il
en résulte des qualités d'isolation phonique et thermique du matériau produit.

Les boues de papeterie présentent également un intérêt pour le cimentier en raison de la teneur
importante des boues en alumines et carbonates. Cependant, elles ne peuvent représenter que
2 à 5 % en masse des matières premières utilisées. Le cimentier doit disposer d'un arrêté
SUpIHFWRUDOO¶DXWRULVDQWjLQFRUSRUHUGHVGpFKHWVGDQVVRQSURFHVV

IX.5 - METHANISATION
La valorisation des boues de papeterie par la production de biogaz, bien que marginale en
FRPSDUDLVRQ j O¶LQFLQpUDWLRQ D pWp GpYHORSSpH SDU FHUWDLQHV XVLQHV HW FRPSRUWH FHUWDLQV
avantages. Le biogaz issu de la digestion des boues de papeterie est composé à 64 % de
méthane, 33% de CO2 et G¶+2S. Son PCI (pouvoir calorifique inférieur) est de 5 à 7 kWh.m-
3. Il peut se valoriser thermiquement ou électriquement.

Valorisation thermique : c¶HVW OD YRLH OD SOXV DGDSWpH FDU OH SURFpGp HVW VLPSOH
O¶LQYHVWLVVHPHQWUpGXLWHWOHWHPSVGHUHWRXUsouvent intéressant (2 ans). La chaleur dégagée lors
GHODFRPEXVWLRQSHXWVHUYLUSRXUODSURGXFWLRQG¶HDXFKDXGHGHYDSHXURXGDQVGHVIRXUVGH
procédés.
Valorisation électrique : la production d'électricité, avec autoconsommation locale ou
revente partielle du surplus à EDF est envisageable. Le temps de retour sur investissement est
plus long (7 ans).

91
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

ETUDE '¶,03$&7
I - ANALYSE DE L¶ETAT INITIAL DU SECTEUR D¶EPANDAGE
Remarque préliminaire  OHV FKDSLWUHV G¶DQDO\VH GH O¶pWDW LQLWLDO GX SpULPqWUH G¶pWXGH ont
IDLWO¶REMHWG¶XQHpWXGHH[KDXVWLYHGDQVOHGRVVLHUG¶pWXGHGXSODQG¶pSDQGDJH$XVVLSRXU
ces chapitres, nous nous limitons à rappeler les principaux points. Pour les détails, nous
YRXVUHQYR\RQVjO¶pWXGHGHSODQG¶pSDQGDJH

I.1 - DESCRIPTION DU PROJET D¶EPANDAGE


/HVHFWHXUG¶pSDQGDJH concerne 52 communes réparties dans les départements suivant :
- Vosges : 733,41 ha
- Meurthe et Moselle : 505,99 ha
- Moselle : 69,31 ha

Les Papeteries de Clairefontaine souhaitent mettre en place une filière de recyclage agricole
pour valoriser O¶HQVHPEOH GHV PDWLqUHV SURGXLWHV VXU OH VLWH VRLW GHV ERXHV GHV FDUERQDWHV
liquides et des carbonates solides.

La présente demande porte sur O¶pSDQGDJHWRWDODQQXHOG¶XQPD[LPXPGH2 600 tonnes de


MS par an.

Les épandages auront lieu à partir de la fin de l¶KLYHU MXVTX


j O¶DXWRPQH /Hs boues seront
stockées VXUO¶DQFLHQQHSODWH-IRUPHGHFRPSRVWDJHGHO¶XVLQH et en bout de champs. Les résidus
de fabrication des carbonates solides et liquides sont stockés dans deux lagunes sur le site de
O¶XVLQH.

I.2 - CONTEXTE GEOLOGIQUE

/HV DIIOHXUHPHQWV REVHUYpV VXU OH VHFWHXU G¶pWXGH VRQW FHX[ GH GHX[ HQVHPEOHV JpRORJLTXHV
G¶HVWHQRXHVW : les collines sous vosgiennes et le plateau lorrain.
Le territoire étudié est essentiellement constitué par des formations du TRIAS.

&HFRQWH[WHJpRORJLTXHV¶H[SOLTXHSDUO¶DUWLFXODWLRQGHF\FOHVpURVLIVHWVpGLPHQWDLUHV :
- O¶qUH7ULDVDERXWLVVDQWjODIRUPDWLRQGHVFRXFhes Muschelkalk, Keuper, Rhétien ;
- O¶qUH-XUDVVLTXHDERXWLVVDQWjODIRUPDWLRQGHVFRXFKHVLias, Dogger puis Malm ;
- O¶qUH&UpWDFpDERXWLVVDQW ;
- les formations superficielles loess, lehm, limons éoliens et alluvions.

92
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

I.3 - CONTEXTE PEDOLOGIQUE


Les 7 W\SHVGHVROUHQFRQWUpVGDQVOHVHFWHXUG¶pWXGHVRQWOHVVXLYDQWV :
- les sols bruns calcaires (calcosols), plus profonds, moins calcaires et moins caillouteux
;
Epaisseur variable : horizon argilo-limoneux de couleur brun clair, de structure
JUXPHOHXVH /D WHUUH ILQH UpDJLW SRVLWLYHPHQW j O¶DFLGH FKORUK\GULTXH &HUWDLQHV
SDUFHOOHV SHXYHQW SUpVHQWHU MXVTX¶j   GH Failloux, de petites dimensions en
surface.
Profondeur variable (40-80 cm) : butée de roche calcaire.
- les sols bruns calciques FDOFLVROV TXLUpVXOWHQWG¶XQHpYROXWLRQGHVVROVEUXQVFDOFDLUHV
par dissolution et entraînement des carbonates en profondeur, sont dépourvus de
calcaire dans les horizons superficiels et moyens ;
Epaisseur variable : horizon limono-argileux à argilo-OLPRQHX[ /D UpDFWLRQ j O¶DFLGH
FKORUK\GULTXH HVW QpJDWLYH &HUWDLQHV SDUFHOOHV SHXYHQW SUpVHQWHU MXVTX¶j  GH
cailloux en surface, ces cailloux étant remontés lors des labours.
Epaisseur variable (50-90 cm) : KRUL]RQ G¶DUJLOH HQ PpODQJH DYHF GHV JUDYLHUV
FDOFDLUHV LVVXV GH O¶DOWpUDWLRQ GH OD URFKHPqUHVRXV-jacente). La terre fine ne réagit
TXHIDLEOHPHQWjO¶DFLGHFKORUK\GULTXH
Profondeur variable (60-120 cm) : butée de roche calcaire.

- les sols bruns acides à tendance sableuse très présents sur le secteur des collines sous
vosgiennes, se caractérisent en surface par une granulométrie relativement fine, ne
laissant pas apparaître de mottes de terre, la teneur en argile est faible.
/DWH[WXUHHWODGHVFULSWLRQVRQWDVVH]KRPRJqQHVVXUO¶HQVHPEOHGXSURILO3OXVVHQVLEOHV
au risque de lessivage, ces sols nécessitent cependant des apports importants en chaux
compte tenu de leur pH relativement bas.
Hauteur variable : butée gréseuse ou sableuse.
- les sols bruns peu lessivés (néoluvisols). Le lessivage des éléments fins se surimpose à
une discontinuité initiale liée à une origine différente des matériaux : limons sur argiles de
décarbonatation des plateaux calcaires essentiellement. Le calcaire fissuré sous-jacent
joue alors le rôle de drain naturel et les sols sains et profonds correspondent à des sols à
fortes potentialités.
- les sols bruns lessivés (luvisols) se trouvent généralement sur les plateaux en position
plane, là où subsistent des placages limoneux et alluvionnaires importants. Le lessivage
des éléments fins se surimpose à une discontinuité initiale liée à une origine différente
des matériaux : limon sur argile de décarbonatation des plateaux calcaires, limons sur
PDUQHV RX DUJLOHV GHV SODLQHV HW SODWHDX[ SHX SHUPpDEOHV 'X IDLW GH O¶LPSHUPpDELOLWp
des couches plus profondes un colmatage progressif de la base du profil entraîne
O¶LQVWDOODWLRQ G¶XQH QDSSH SHUFKpH WHPSRUDLUH DYHF apparition de phénomènes
G¶K\GURPRUSKLH
- les limons profonds sont rencontrés sur les plateaux ,O V¶DJLW SRXU O¶HVVHQWLHO GH
formations de décalcification.
0 ± 30 cm : horizon limoneux de couleur brun clair.
30 - 40 cm : horizon limoneux de couleur brun cODLU DYHF SUpVHQFH G¶XQH IDLEOH
hydromorphie (quelques tâches).
> 40 cm  KRUL]RQ OLPRQHX[ GH FRXOHXU EUXQ FODLU DYHF SUpVHQFH G¶XQH K\GURPRUSKLH
marquée (plus ou moins de tâches).

- Les sols alluviaux et colluviaux ou sols peu évolués TXL UpVXOWHQW G¶XQ transport
mécanique par érosion le long des pentes) concernent surtout les fonds de vallées et les
EDVGHSHQWHVRGHVDSSRUWVGHPDWpULDX[G¶RULJLQHVDOOXYLDOHHWRXFROOXYLDOHDVVXUHQW

93
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

un rajeunissement des profils. Les caractéristiques de ces sols sont variables selon
O¶LPSRUWDQFHGXEDVVLQK\GURJUDSKLTXHHWODQDWXUHGHVWHUUDLQVWUDYHUVpVHQDPRQW

Les sols alluviaux sont en général sains, le drainage de surface étant assuré par la bonne
SHUPpDELOLWp GH O¶KRUL]RQ VRXV-jacent. Ces sols sont donc généralement profonds et ne
SUpVHQWHQWSDVG¶K\GURPRUSKLH
'DQVOHVHFWHXUG¶pWXGHVHUHQFRQWUHQWOHVDOOXYLRQVGHla Meurthe.

Les sols colluviaux ont subi un grano-classement le long de la pente avec :


- des sols peu épais, souvent caillouteux et à texture grossière en position haute ;
- des sols plus épais à texture plus fine en position basse. Ces derniers sols peuvent
SUpVHQWHUGHVSUREOqPHVG¶K\GURPRUSKLH

I.4 - RESEAU HYDROGRAPHIQUE


/HVHFWHXUG¶pWXGHFRQFHUQHOHs bassins versants de la Meurthe et de la Seille.
$XQQLYHDXSOXVSUpFLVOHVHFWHXUG¶pWXGHFRQFHUQH : La Mortagne, la Meurthe, la Vezouze, la
6HLOOHYLDOH9HUEDFKHWO¶$OEHYLDOD5RVH.
/DFDUWRJUDSKLHGHV]RQHVjULVTXHG¶LQRQGDWLRQRQWpWpUpSHUWRULpH
Certaines parcelles se situent dans des zones à risque modéré. Elles sont donc maintenues
PDLVOHVVWRFNDJHVERXWGHFKDPSVG¶DXURQWSDVXQHGXUpHVXSpULHXUHjK
8QHIDoRQFXOWXUDOHDSSURSULpHVHUDPLVHHQ°XYUHGDQVOHVKTXLVXLYHQWOHVpSDQGDJHV

I.5 - HYDROGEOLOGIE
™ Les nappes phréatiques
Les formations susceptibles de donner naissance à des sources ou de renfermer des nappes
aquifères, libres ou captives (artésiennes), lorsqu'elles satisfont aux conditions structurales et
d'altération requises sont les suivantes, de haut en bas :

1°) Le calcaire à Gryphées (notamment les bancs inférieurs) ;


2°) Les grès infraliasiques du Rhétien ;
3°) La "Dolomie en dalles" du Keuper moyen ;
4°) Le "Grès à Roseaux" du Keuper moyen ;
5°) Les dolomies limite et inférieure de la Lettenkohle ;
6°) Les couches à Cératites et les calcaires à entroques du Muschelkalk supérieur ;
7°) les couches blanches du Muschelkalk moyen ;
8°) les Grès Coquilliers du Muschelkalk inférieur ;
9°) les Grès Vosgien.

™ /HVFDSWDJHVG¶HDXSRWDEOH
/¶HQVHPEOH GHV SpULPqWUHV GH FDSWDJH G¶HDX SRWDEOH IRXUQLV SDUOHV VHUYLFHV GH O¶$56 RQW pWp
pris en compte. $XFXQH SDUFHOOH Q¶HVW LQFOXse dans un périmètre immédiat. Une portion de
parcelle est située dans un périmètre de protection rapproché, cette surface correspondant à
0,75 hectares a été excluH GX SpULPqWUH G¶pSDQGDJH Pour les parcelles situées dans un
périmètre de protection éloigné, les prescriptions des arrêtés de DUP et des avis
G¶K\GURJpRORJXH RQW pWp FRQVXOWpV OHV pSDQGDJHV auront lieu conformément au Code des
Bonnes Pratiques Agricoles. Toutes les parcelles concernées sont classées en aptitude 1B.

94
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

I.6 - LES ZONES NATURELLES


I.6.1 - Natura 2000
Le réseau Natura 2000 est un réseau européen de sites naturels protégés. Il a pour objectif de
préserver la biodiversité, notamment dans l'espace rural et forestier. Il est composé des sites
relevant des directives "Oiseaux" (1979) et "Habitats" (1992).

Natura 2000 vise à assurer la protection de sites européens, sans pour autant bannir toute
activité humaine, ni même la chasse. L'objectif est de promouvoir une gestion adaptée des
habitats naturels et des habitats de la faune et de la flore sauvages, tout en respectant les
exigences économiques, sociales et culturelles ainsi que les particularités régionales et locales
de chaque Etat membre.

Les épandages sur le périmètre des Natura 2000 impliquent une étude spécifique des impacts
sur la faune et la flore.

Tableau 31 /LVWHGHVFRPPXQHVGXVHFWHXUG¶pWXGHVLWXpHVHQ]RQH1DWXUD
Code
Nom de la zone Statut date ComPXQHVG¶HPSULVH
périmètre
Azerailles, Baccarat,
Vallée de la Meurthe, de la
Chenevières, Flin, Gélacourt,
Voivre à Saint Clément et
FR4100238 ZSC 23/04/2010 Glonville, Saint-Clément,
tourbière de la basse Saint
Vathiménil, Étival-Clairefontaine,
Jean
La Voivre
Forêt et étang de Parroy, vallée
Domèvre-sur-Vezouze,
de la Vezouze et fort de FR4100192 ZSC 17/03/2008
Herbéviller
Manonviller
Ban-de-Sapt, La Bourgonce,
Étival-Clairefontaine, Jeanménil,
Massif vosgien FR4112003 ZPS 30/07/2004
Saint-Benoît-la-Chipotte, Saint-
Michel-sur-Meurthe, Saint-Remy

Aucune parcelle ne se situe dans une ZPS.

Les parcelles situées sur une ZSC sont indiquées dans le tableau suivant :
Tableau 32 : Liste des parcelles situées en zone Natura 2000 ZSC
Nom de la zone Numéro Communes Parcelles
Vallée de la Meurthe, de la Azerailles GEL-07
Voivre à Saint Clément et
FR4100238 Chenevières GEL-12
tourbière de la basse Saint
Jean Saint-Clément GEL-02

Trois parcelles sont concernées, représentant une surface mise à disposition de 7,29 ha.

Après consultation des cartes du DOCOB, seule la parcelle GEL-02 est concernée par une zone
G¶LQWpUrW FRPPXQDXWDLUH SUDLULH GH IDXFKH PpVRSKLOH j FROFKLTXHV  Cette parcelle est donc
H[FOXHGXSODQG¶pSDQGDJHUHSUpVHQWDQWXQH surface mise à disposition de 1,76 ha.

95
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

I.6.2 - Les ZICO (Zones Importantes pour la Conservation des Oiseaux)


Celles-ci sont des surfaces qui abritent des effectifs significatifs d'oiseaux, qu'il s'agisse
d'espèces de passage en halte migratoire, d'hivernants ou de nicheurs, atteignant les seuils
numériques fixés par au moins un des trois types de critères :
- A : importance mondiale
- B : importance européenne
- C : importance au niveau de l'Union Européenne

/¶DFWLYLWpG¶pSDQGDJHVGHboues et de résidus de fabrication des carbonates solides et liquides


V¶LQVFULWGDQVOHVSUDWLTXHVDJULFROHVG¶XQHH[SORLWDWLRQDJULFROH
$XFXQH=,&2Q¶HVWSUpVHQWHVXUOHVHFWHXUG¶pWXGHV

I.6.3 - Les APB (Arrêtés de protection de biotope)


L'arrêté de protection de biotope, plus connu sous le terme simplifié "d'arrêté de biotope" vise la
conservation de l'habitat (entendu au sens écologique) d'espèces protégées.
Un arrêté de protection de biotope s'applique à la protection de milieux peu exploités par
l'homme et abritant des espèces animales et/ou végétales sauvages protégées. Il permet au
préfet de fixer par arrêté les mesures pour favoriser la survie d'espèces protégées.
L'arrêté fixe les mesures qui doivent permettre la conservation des biotopes.

Aucune parcelle ne se trouve dans le périmètre visé par un arrêté de protection de biotope.

I.6.4 - /HV =1,()) =RQHV 1DWXUHOOHV G¶,QWpUrW (FRORJLTXH )DXQLVWLTXH


et Floristique)
Celles-ci se divisent en deux catégories, les ZNIEFF de type I TXL VRQW GHV VHFWHXUV G¶XQH
superficie souvent faible caractérisés pDUODSUpVHQFHG¶HVSqFHVG¶DVVRFLDWLRQG¶HVSqFHVRXGH
milieux rares, remarquables ou caractéristiques et les ZNIEFF de type II qui sont de grands
ensembles naturels (massif forestier, vallée, estuaire, etc.) soit riches et peu modifiés, soit offrant
des potentialités biologiques importantes.
Ces différents milieux naturels ne présentent pas de contraintes liées aux épandages des
différentes matières à épandre produites sur le site. Par ailleurs, ces zones correspondent le plus
souvent à des prairies naturelles, des zones forestières ou des étangs.

I.7 - CARACTERISATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES

/HVH[SORLWDWLRQVGXVHFWHXUG¶pWXGHVRQWGHW\SHSRO\FXOWXUH-élevage bovins et céréalière.

La rotation culturale est spécifique à chaque exploitation mais elle est globalement de 2 types :
Colza / Blé / Orge et Maïs / Blé / Orge.

Les surfaces des exploitations agricoles sont principalement occupées par des cultures de blé,
GHFRO]DG¶RUJHG¶KLYHUGHPDwVHWGHVSUDLULHV
$ FHV FXOWXUHV PDMRULWDLUHV V¶DMRXWHQW GHs cultures plus anecdotiques : O¶RUJH GH SULQWHPSV OH
tournesol, le pois et la féverole.

/HV FXOWXUHV SUDWLTXpHV O¶DVVROHPHQW OHV URWDWLRQV GpWHUPLQHQW OHV SpULRGHV SRVVLEOHV
G¶pSDQGDJH

96
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Les labours ont lieu :


- en été après les moissons pour les culturHVG¶DXWRPQH ;
- GDQVOHFRXUDQWGHO¶DXWRPQHHWGHO¶KLYHUHQSUpSDUDWLRQGHVFXOWXUHVGHSULQWHPSV ;
- avant semis des cultures de printemps en terres plus légères.

/¶DVVROHPHQW GHV SDUFHOOHV PLVHV j GLVSRVLWLRQ LQGLTXH TXH OD FDPSDJQH G¶pSDQGDJH V¶pWDOHUD
sur les trois périodes suivantes :

- HQ ILQ G¶KLYHU  GpEXW GH printemps avant cultures de printemps, selon les conditions
météorologiques et la portance des sols, les surfaces des cultures de printemps
représentent 14 % du total des terres labourables et les prairies représentant 50 % de la
surface totale mise à disposition ;

- en fin de printemps / été sur prairies, après la 1ère ou la 2ème coupe représentant 50 % de
la surface totale ;

- en période estivale après moisson des colza et des céréales à paille, à la mi-octobre
avant préparation des sols pour implantation des culWXUHV G¶KLYHU RX GH SULQWHPSV Fes
surfaces représentent 34 % de la surface disponible.

- en automne sur prairies après le départ des animaux.

Les bilans CORPEN RQWpWpUpDOLVpVSRXUO¶HQVHPEOHGHVH[SORLWDWLRQVDJULFROHVDILQG¶DQDO\VHU


la capacité des exploitations à valoriser les boues et les résidus de carbonates.
AXFXQHH[SORLWDWLRQQ¶HVWVDWXUpHHQHIIOXHQWVG¶pOHYDJHV
6HXOHO¶H[SORLWDWLRQGH0%$'(527HQO¶pWDWQpFHVVLWHXQUHWRXr sur parcelle tous les 3,5 ans.

I.8 - RAPPEL DE L¶ORGANISATION PROPOSEE POUR LA VALORISATION


AGRICOLE DES MATIERES A EPANDRE

Les boues sont stockées sur le site GHO¶DQFLHQQHSODWH-forme de compostage des Papeteries de
Clairefontaine ou peuvent également être stockés en bout de parcelles GDQVXQHOLPLWHG¶XQDQ
conformément à la réglementation. Les résidus de fabrication des carbonates liquides et solides
sont stockés sur le site dans deux lagunes.
Les dépôts en bout de champs dans le périmètre éloigné des FDSWDJHVG¶HDX et les zones
inondables de manière décennal ne dépassent pas 48 h.

Les boues et les résidus de fabrication des carbonates solides seront repris du stockage en bout
GHFKDPSVDXPR\HQG¶XQPDWpULHODGDSWpHWUHFKDUJpVGDQVXQpSDQGHXUjIXPier classique à
hérisson verticaux avec de préférence une table G¶pSDQGDJH
Les résidus de fabrication des carbonates liquides seront transférés depuis la lagune des résidus
« liquides », par mise en suspension des résidus de fabrication des carbonates au PR\HQG¶XQH
hélice de brassage, puis pompage à la tonne à lisier, aux parcelles des agriculteurs utilisateurs
DXPR\HQG¶XQHWRQQHjOLVLHU
Les boues ainsi que les résidus de fabrication des carbonates solides et liquides sont livrés et
épandus gratuitement sur les parcelles des agriculteurs : rendu racine gratuit.

De manière à ce que tous ces points soient respectés, un programme prévisionnel des
pSDQGDJHVSRXUOHVSDUFHOOHVSUpYXHVGDQVO¶DQQpHHVWUpDOLVpDYDQWOHGpEXWGHODFDPSDJQHHQ
concertation avec les agriculteurs et après validation avec les industriels pour les parcelles en
superposition.

97
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Un suivi agronomique (accompagnement et conseils de fertilisation) est mis en place afin de


faciliter la prise en compte des éléments minéraux apportés par les différentes matières à
épandre, dans le raisonnement général de la fertilisation des cultures appliquée par chaque
agriculteur.

II - IMPACTS DES DEPOTS ET DES EPANDAGES

II.1 - IMPACT SUR LA QUALITE DES EAUX


II.1.1 - Incidence sur les eaux souterraines
La contamination des eaux sous-MDFHQWHV VXLWH DX VWRFNDJH RX j O¶pSDQGDJH GH SURGXLWV
organiques sur le sol résulte des phénomènes de percolation ou de lessivage qui interviennent
dans le sol ; le risque est donc SULQFLSDOHPHQWOLpjODFLUFXODWLRQG¶HDX[DSUqVVROXELOLVDWLon des
éléments constitutifs du produit considéré.

II.1.2 - Proximité des captages


/HV SpULPqWUHV GH SURWHFWLRQ GH FDSWDJHV G¶DOLPHQWDWLRQ HQ HDX SRWDEOH GpFODUpV HW QRQ
GpFODUpV G¶XWLOLWp publique) ont été répertoriés. $XFXQH SDUFHOOH Q¶HVW VLWXpH GDQV XQ SpULPqtre
immédiat.

'¶XQHPDQLqUHJpQpUDOHOHVpSDQGDJHVVRQWLQWHUGLWVjPRLQVGHPqWUHVGHVSXLWVIRUDJHV
sources et aqueducs transitant des eaux destinées à la consommation humaine.

II.1.3 - Incidence sur le réseau hydrique superficiel


Les risques de contaminDWLRQ GHV HDX[ GH VXUIDFH SDU SHUFRODWLRQ RX OL[LYLDWLRQ G¶pOpPents
contenus dans les différentes matières à épandre sont identiques aux risques de contamination
GHVHDX[VRXWHUUDLQHV/HVSUHVFULSWLRQVG¶XWLOLVDWLRQSHUPHWWHQWGHPLQLPLVHUFHVULVTXHV

Les risques de ruissellement des boues et des résidus de carbonates solides et liquides, lors de
leur dépôt temporaire sur les parcelles ou après épandage sont nuls en période de déficit
K\GULTXH3RXUGHVUDLVRQVDJURQRPLTXHVHWG¶DFFHVVLELOLWpDX[SDUFHOOes, les épandages seront
UpDOLVpVKRUVGHVSpULRGHVGHGUDLQDJHHVVHQWLHOOHPHQWjODILQGHO¶pWpHWjO¶DXWRPQH

LDGLVWDQFHG¶pSDQGDJHYLV-à-YLVGHODEHUJHGHVFRXUVG¶HDXHVWGHP
Cette distance est élargie à 100 m (dans le cas de boues et de résidus de carbonates solides) et
à 200 m (dans le cas des résidus de carbonates liquides) dès lors que la pente du terrain est
supérieure à 7 %.

&RPSWH WHQX GHV ULVTXHV OLPLWpV HW GHV PHVXUHV G¶DFFRPSDJQHPHQW GHV pSDQGDJHV O¶LPSDFW
VXU O¶HDX UHVWH QpJOLJHDEOH HW SHXW PrPH VH UpYpOHU SRVLWLI HQ FRPSDUDLVRQ G¶XQH XWLOLVDWLRQ
moins encadrée des engrais chimiques.

98
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

II.2 - INCIDENCE DES EPANDAGES

/HV SUHVFULSWLRQV G¶XWLOLVDWLRQ GHV Gifférentes matières à épandre sont définies pour chaque
SDUFHOOHG¶DSUqVODFODVVHG¶aptitude pédo-FOLPDWLTXHjO¶pSDQGDJHTXLOXLHVWDWWULEXpH

Ces prescriptions générales sont établies à partir des textes réglementaires :


- arrêté du 3 avril 2000 UHODWLIjO¶LQGXVWULHSDSHWLqUH ;
- arrêté SGAR n°2014-165 du 5 juin 2014 relatif au programme G¶DFWLRQVUpJLRQDOHQYXH
GH OD SURWHFWLRQ GHV HDX[ FRQWUH OD SROOXWLRQ SDU OHV QLWUDWHV G¶RULJLQH DJULFROH SRXU OD
région Lorraine ;
- DUUrWpSUpIHFWRUDOGXGpFHPEUHUHODWLIDXSURJUDPPHG¶DFWLRQVQDWLRQDOjPHWWUH
en °XYUHdans les zones vulnérables afin de réduire la pollution des eaux par les nitrates
G¶RULJLQH agricole ;
- arrêté du 22 novembre 1993 relatif au Code des Bonnes Pratiques Agricoles, recueil de
dispositions.

/HVSUHVFULSWLRQVG¶pSDQGDJH SDUFHOOHVLQWHUGLWHVGRVHVG¶DSSRUWSpULRGHV G¶pSDQGDJH« VRQW


élaborées dans le but de résorber les risques de transfert des éléments solubles (nitrates en
particulier) dans les nappes ainsi que dans les eaux superficielles.

Les matières organiques jouent un rôle important dans le fonctionnement global du sol au travers
de ses composantes physiques, biologiques et chimiques, qui ont des conséquences majeures
pour la fertilité des sols.

Les apports moyens en éléments fertilisants pour les doses envisagées seront les suivants :
Tableau 33 : Apports moyens HQpOpPHQWVIHUWLOLVDQWVSRXUOHVGRVHVG¶pSDQGDJHHQYLVDJpHV
Carbonates Carbonates
Unité Boues brutes
liquides solides
'RVHG¶DSSRUW m3 ou t / ha 40 18 10
MS Kg MS /t 272 341 710
Matière Organique 7184 52 78
Azote total 173 2 3
dont 10% disponible 17 0 0
P2O5 70 6 5
sont 85% utilisable
Kg / ha 59 5 4
K2O 18 3 21
CaO 1924 3471 4061
dont 17,5% (boues) et 50%
(carbonates) efficace
337 1736 2031
MgO 18 51 46

II.2.1 - Risque vis-à-YLVG¶XQHFRQWDPLQDWLRQ par les nitrates


/¶LPSDFWGHVpSDQGDJHVVXUODTXDOLWpGHVHDX[VRXWHUUDLQHVVHUDLQVLJQLILDQWGDQVODPHVXUHR
sont respectées les règles fondamentales qui reposent essentiellement sur les pratiques
G¶pSDQGDJH FRPPXQHV j WRXW SURGXLW IHUWLOLVDQW G¶RULJLQH RUJDQLTue et notamment la limitation
GHVDSSRUWVG¶D]RWHG¶RULJLQH organique, à 200 kg / ha / an, voire 350 kg / ha / an sur prairies.

$ODGRVHG¶DSSRUWSUpFRQLVpHOHVDSSRUWVG¶D]RWHRUJDQLTXHSDUOHVERXHVQHGpSDVVHQW
JAMAIS ces valeurs.

99
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

II.2.2 - Risque bactériologique


Les boues papetières ainsi que les résidus de fabrication des carbonates présentent des
populations en germes pathogènes (coliformes, streptocoques, salmonelles) très peu
LPSRUWDQWHVGHSDUO¶RULJLQHGHVHIIOXHQWV

Les parcelles situées sur les périmètres de protection rapprochée des points de captage sont
H[FOXHV GX SUpVHQW SODQ G¶pSDQGDJH ; les dépôts de boues ne seront pas effectués sur les
SDUFHOOHVLQFOXVHVGDQVOHVSpULPqWUHVGHSURWHFWLRQVpORLJQpHVGHVFDSWDJHVG¶DOLPHQWDWLRQHQ
eau potable, ni en zone inondable.

/HV GLVWDQFHV PLQLPDOHV G¶pORLJQHPHQW GpILQLHV SDU O¶DUUrWp SDSHWLHU YLV j YLV GHV SRLQWV G¶HDX
seront respectées.

Dans le cadre d'une pratique maximale et contrôlée, les risques de contamination des
hommes et des animaux par des germes pathogènes sont donc nuls.

II.2.3 - Risque vis-à-vis des éléments traces métalliques


Les teneurs des matières à épandre en éléments traces métalliques sont inférieures aux valeurs
limites réglementaires. Les teneurs en éléments traces métalliques sont par ailleurs tout à fait
FRPSDUDEOHVjFHOOHVG¶XQIXPLHURXG
XQOLVLHUGHERYLQV

Les analyses de terre UpDOLVpHVVXUOHSpULPqWUHG¶pSDQGDJHPRQWUHQWpJDOHPHQWTXHOHVWHQHXUV


en éléments traces métalliques des sols sont conformes à la réglementation en vigueur. Un suivi
analytique sera réalisé tous les 10 ans sur les parcelles de référence afin de contrôler dans le
WHPSVO¶évolution des teneurs en éléments traces métalliques dans les sols.
/¶LPSDFWGHVpSDQGDJHVGHVdifférentes matières à épandre du site vis-à-vis des éléments traces
métalliques sera très IDLEOH HW WRXW j IDLW FRPSDUDEOH j GHV DSSRUWV G¶HQJUDLV RUJDQLTXHV GH
ferme.

II.3 - IMPACT DES DEPOTS


/¶HPSODFHPHQWGHVGpS{WVWHPSRUDLUHVVHUDpWXGLpDXFDVSDUFDVHWQRWDPPHQWOHV conditions
G¶pSDLVVHXUGHVROGHSUR[LPLWpGH]RQHVVHQVLEOHV«

Les quantités de boues placées en dépôts temporaires correspondent au seul besoin des
parcelles sur lesquelles ils sont réalisés. Ils respectent les distances de sécurité vis-à-vis des
FRXUVG¶HDXGHVIRVVpVGHVKDELWDWLRns.

II.4 - IMPACTS SUR LES ZONES NATURELLES


Le recyclage agricole s'inscrit parfaitement dans le cadre des pratiques agricoles normales,
activité humaine traditionnelle recensée comme telle sur certaines fiches de zones naturelles.
Les épandages pourront avoir lieu sur des parcelles agricoles incluses dans ces zones sans
conséquences pour les milieux décrits.

pSIC/SIC/ZSC - FR4100192 ± Forêt et étang de Parroy, vallée de la Vezouze et fort de


Manonviller
6HSW KDELWDWV QDWXUHOV G¶LQWpUrW FRPPXQDXWDLUH VRQW UHSUpVentés dans le site, qui héberge de
QRPEUHXVHV HVSqFHV G¶RLVHDX[ SDUPL OHVTXHOOHV FHUWDLQHV VRQW UDUHV YRLUH WUqV UDUHV HQ
Lorraine.

100
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

[Risque d'intensification des pratiques agricoles et de rajeunissement du massif forestier.


Difficultés de régénération des peuplements forestiers en raison d'une sur-densité de cervidés
d'où risque d'artificialisation.]

ZPS - FR 4112003- Massif vosgien


Vaste ensemble « éclaté » couvrant les crêtes principales et secondaires du massif des Vosges.
La forêt couvre 99% de sa surface, les faciès* forestiers vont de la hêtraie-sapinière à la hêtraie
G¶DOWLWXGH DYHF TXHOTXHV pessières* naturelles sur éboulis nommés localement « glacières ».
Une petite fraction du site concerne des milieux marginaux, comme des landes subalpines* ou
des hautes chaumes, des tourbières acides et des milieux rocheux, éboulis ou falaises.
Le Grand TétrDV HVW VDQV QXO GRXWH O¶HVSqFH OD SOXV HPEOpPDWLTXH GX PDVVLI YRVJLHQ /D
composition et la structure des peuplements forestiers déterminent la qualité de son habitat et
FHW RLVHDX MRXH OH U{OH G¶HVSqFH-parapluie, car son biotope  FRQYLHQW pJDOHPHQW j G¶DXWUHV
espèces moins exigeantes.
[Elle concerne surtout les populations de Grand Tétras et, sans doute, à un degré moindre, la
Gelinotte des bois qui est moins suivie et connue. Pour le Grand Tétras la perte de la qualité des
habitats constitue le premier problème, suite aux rajeunissement global des forêts ; l'espèce ne
prospère en effet que dans les forêts claires situées en altitude et d'âge généralement supérieur
à 120 ans. Son avenir dépend donc largement des orientations qui seront prises en matière de
gestion forestière.
Le second problème est l'emprise de plus en plus manifeste dans le massif du tourisme de
masse, fortement soutenu par les élus.]

pSIC/SIC/ZSC - FR4100238 - Vallée de la Meurthe, de la Voivre à Saint-Clément et tourbière


de la basse Saint Jean
Le site est installé dans la vallée inondable de la Meurthe et sur le coteau gréseux de
Bertrichamps. EOOH HVW O¶XQH GHV UDUHV ULYLqUHV PRELOHV GH OD PRLWLp QRUG GH OD )rance dont la
dynamique naturelle a été préservée ; la rivière peut encore divaguer librement sur une partie de
son cours.
[Présence de gisements de graviers non encore exploités. Disparition des prairies par mise en
culture. Installation d'espèces invasives sur le site.]

De nombreuses actions de conservation ont déjà été engagées sur le site.


Ces actions ont porté sur la partie meurthe-et-mosellane du secteur en 2000 et 2001 : une étude
hydraulique a été engagée sur la Meurthe, une conservation des zones humides du SDAGE
6FKpPD 'LUHFWHXU G
$PpQDJHPHQW HW GH *HVWLRQ GHV (DX[  DLQVL TX¶XQH FDUWRJUDSKLH GHV
habitats et espèces végétales remarquables de la plaine inondable de la Meurthe a été mis en
place.
Ces connaissances ont été complétées en 2004 par un suivi de la population d'Azuré des
paluds, une enquête agricole et une étude "reptiles/amphibiens". La poursuite de la cartographie
des habitats naturels sur la partie vallée du site a, quant à elle, permis d'ajuster les limites du site
aux réalités de terrain.

Impact des épandages de boues et des résidus de carbonates liquides et solides

Les épandages de boues et de résidus de carbonates solides et liquides peuvent avoir pour
LPSDFW VXU OD 1DWXUD  O¶DSSRUW G¶LQWUDQWV organiques et minéraux par les eaX[ G¶LQILOWUDWLRQ,
mais ceux-ci ne sont pas identifiés comme présentant un risque particulier pour la zone.

Mesures atténuant les impacts


Choix technique 1 : intégration des apports de boues en remplacement de la fertilisation
minérale classique.
Choix technique 2 : pSDQGDJHVjGRVHDJURQRPLTXHFDOFXOpHVXUODEDVHG¶DQDO\VHVUpJXOLqUHV
réalisées sur les boues de papeterie.

101
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Choix technique 3 : PLVHHQ°XYUHG¶XQVXLYLDJURQRPLTXHGHVpSDQGDJHVFHTXLDWHUPHDXUD


SRXUFRQVpTXHQFHGHFRQWULEXHUjO¶LQIRUPation et la sensibilisation des exploitants agricoles sur
la gestion de leur fertilisation.
Choix technique 4 : retrait des parcelles identifiées comme ayant un intérêt communautaire.

Pour les ZNIEFF, les objectifs principaux sont les suivants :

- Avoir une connaissance permanente du patrimoine naturel. Cet outil constitue une base
scientifique de la politique de protection de la nature en France ;

- Améliorer la prise en compte des espaces naturels avant tout projet, permettre une meilleure
déterminatiRQ GH O¶LQFLGHQFH HW G¶LGHQWLILHU OHV QpFHVVLWpV GH SURWHFWLRQ GH FHUWDLQV HVSDFHV
fragiles.

/HV ERQQHV SUDWLTXHV DJULFROHV VRQW DSSOLTXpHV SUDWLTXHV LQGLTXpHV GDQV O¶DUUrWp GX 
novembre 1993).
$LQVL LO Q¶\ DXUD SDV G¶LPSDFW QpJDWLI VXU O¶pFRV\VWqPH /es épandages effectués dans le cadre
légal correspondent notamment à un retour à la terre de la matière organique. Ce processus de
retour à la terre IDLWSDUWLHGHO¶pTXLOLEUHQDWXUHOGHWRXWpFRV\VWqPH
Les composants des différentes matières à épandre épandues permettent de réaliser une
fertilisation des sols, si on les incorpore en quantité appropriée. La programmation des
RSpUDWLRQV G¶pSDQGDJH GpILQLW OHV SDUFHOOHV TXL VHURQW épandues (dose, période, culture) en
tenant compte des règles de fertilisation raisonnée.
Le recyclage agricole des différentes matières à épandre UHVSHFWHGRQFO¶pTXLOLEUHDJURQRPLTXH
des sols.

Aussi, le recyclage agricole de matières à épandre V¶LQVFULW GDQV OH FDGUH GHV SUDWLTXHV
agricoles habituelles.

II.5 - IMPACTS SUR LE VOISINAGE


II.5.1 - ,PSDFWVXUO¶DLU
Des nuisances olfactives passagères peuvent être occasionnées lors de la reprise et de
O¶pSDQGDJHGHV matières à épandre. Ces nuisances sont diminuées par :
- /HUHVSHFWGHVGLVWDQFHVPLQLPDOHVGHGpS{WHWG¶pSDQGage vis-à-vis des habitations (50
m dans le cas résidus de fabrication des carbonates solides et liquides, distance étendue
à 100 m dans le cas des boues) ;
- Enfouissement dans les meilleures délais VXLYDQWO¶pSDQGDJH.

II.5.2 - Nuisances sonores


Celles-ci pourront être générées par le transpoUW OD UHSULVH HW O¶pSDQGDJH GHV différentes
matières.
Le transport des boues et des résidus de carbonates liquides et solides aux parcelles
G¶pSDQGDJHHVWHIIHFWXpSDUFDPLRQs et tonnes à lisier en fonction des conditions climatiques.

Les engins utilisés SRXU O¶pSDQGDJH VRQW GX PDWpULHO DJULFROH FODVVLTXH UHVSHFWDQW OHV
réglementations et normes en vigueur.

102
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

II.5.3 - Nuisances visuelles


Les dépôts temporaires de boues en bout de champs Q¶H[FqGHQWSDVDQ et les emplacements
sont choisis afin de limiter leur visibilité depuis les voies de circulation.

Les boues peuvent également être stockées sur O¶DQFLHQQH SODWH-forme de compostage du site
GHO¶XVLQH

II.5.4 - Impact du transport


/RUVGHVFDPSDJQHVG¶pSDQGages, le transport des différentes matières à épandre YLHQWV¶DMRXter
au trafic routier habituel.
3DU DLOOHXUV LO HVW UDSSHOp DX[ WUDQVSRUWHXUV O¶LPSRUWDQFH GX UHVSHFW GX FRGH GH OD URXWH HW
notamment O¶XWLOLVDWLRQ GH YRLULHV DGDSWpHV DX[ WRQQDJHV WUDQVSRUWpV Dans la mesure du
SRVVLEOHO¶LWLQpUDLUHGHVFDPLRQVpYLWHUD les centres villes des communes concernées.

II.6 - SATURATION DES EXPLOITATIONS EN MATIERE ORGANIQUE

/D SULRULWp HVW GRQQpH DX[ HIIOXHQWV G¶pOHYDJH /D TXDQWLWp GH IXPLHUV SURGXLWV D pWp FDOFXOpH
pour chaque exploitation. Les bilans CORPEN ont été réalisés aveFO¶8QLWp*URV%RYLQ1RUPDOLVp
8*%1 jXQLWpVG¶D]RWH

/DFRPSDWLELOLWpGHO¶LQWpJration des épandages des différentes matières à épandre aux pratiques


culturales des agriculteurs a été étudiée sur chaque exploitation. /HV TXDQWLWpV G¶HIIOXHQWV
G¶pOHvages j JpUHU VXU OHV H[SORLWDWLRQV DJULFROHV RQW pWp SULVHV HQ FRPSWH DILQ G¶HVWLPHU OHV
VXUIDFHVQpFHVVDLUHVDX[pSDQGDJHVGHVHIIOXHQWVLVVXVGHO¶H[SORLWDWLRQ/HVDSSRUWVG¶HIIOXHQWV
exogènes ont également été comptabilisés.
Les bilans CORPEN indiquent que les exploitations ne sont pas saturées en effluents
organiques.

(QUHVSHFWDQWOHVSUHVFULSWLRQVGXSUpVHQWSODQG¶pSDQGDJHLOQ¶\DGRQFSDVGHULVTXHV
GHVDWXUDWLRQGHVH[SORLWDWLRQVSUDWLTXDQWXQHDFWLYLWpG¶pOHYDJH

II.7 - IMPACTS AGRONOMIQUES DES EPANDAGES

Les différentes matières à épandre RQWGHVSURSULpWpVDJURQRPLTXHVSHUPHWWDQWO¶HQULFKLVVHPHQW


des terres en matière organique, essentielle au bon fonctionnement du sol et en éléments
fertilisants disponibles (azote, phosphore, potassium).

Les matières à épandre présentent SRXU O¶DJULFXOWXUH XQH YDOHXU GH IXmure de fond (matière
organique + azote + phosphore + chaux).

103
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

II.7.1 - Impact au niveau des sols


II-7.1.a) Le fond géochimique
Naturellement, le sol contient des éléments traces métalliques issus de la roche mère sur
laquelle il s'est formé. Par conséquent, le sol sera d'autant plus riche en éléments traces
métalliques que la roche mère l'est également. Ainsi, des sols formés sur des sables quartzeux
renferment des quantités extrêmement IDLEOHVG¶pOpPHQWVWUDFHVmétalliques alors que ceux qui
se sont formés sur des sédiments calcaires ou marneux, ou des schistes sont plus riches.

Malgré cette abondance relative dans les sols calcaires, les éléments traces métalliques sont
assez peu mobiles du fait du pH élevé de ce type de sol. A l'inverse, la mobilité des rares
éléments traces métalliques présents dans les sables siliceux est importante en raison de
l'acidité du milieu.

II-7.1.b) Localisation dans les constituants du sol


Dans les sols, les éléments traces métalliques se répartissent entre la phase solide et la phase
liquide qui constituent ces sols. Le plus souvent, la quantité existante dans la solution du sol ne
représente qu'un infime pourcentage de la totalité du polluant. Les métaux se concentrent donc
dans la fraction solide du sol, où ils se répartissent dans les différentes fractions organiques et
minérales.
La figure ci-dessous résume l'ensemble des localisations envisageables des éléments traces
métalliques dans les différents compartiments du sol et la mobilité qui en résulte.

Source : Juste, 1995, modifié

Figure 24 : Localisation des éléments traces métalliques dans les sols

104
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

II-7.1.c) Facteurs et conditions de mobilité


Cette mobilité est dirigée par un certain nombre de facteurs et de conditions du milieu.

™ Le pH du sol
La variation de pH (naturelle ou anthropique) semble être le facteur dont l'action sur la
mobilité des éléments traces métalliques est la plus déterminante.

L'abaissement du pH favorise la mobilité, notamment par mise en solution de sels métalliques ou


destruction de la phase de rétention.

Inversement, l'augmentation du pH provoque l'immobilisation par formation de composés


insolubles ou accroissement de la capacité d'échange canonique.

Certains éléments traces métalliques comme le bore obéissent moins strictement à ce type de
comportement ou, au contraire, comme le molybdène, l'arsenic, le sélénium présentent un
comportement opposé : leur mobilité augmente avec le pH qui est plus élevé en sols calcaires.
Il semble que le contrôle du pH soit l'une des rares voies de contrôle de la mobilité des éléments
traces métalliques. C'est pourquoi, l'arrêté du 17 août 1998 fixe la limite inférieure d'autorisation
d'épandage sur les sols présentant un pH de 5. De plus pour les sols présentant un pH compris
entre 5 et 6, les flux cumulés G¶DSSRUWVRQWUpGXLWVDXPrPHWLWUHTXHSRXUOHVSkWXUDJHV

™ Le potentiel d'oxydo-réduction
Le degré d'aération du sol est déterminé par les pratiques culturales (irrigation, tassement par
passage répété d'engin, apport de matière organique biodégradable donc consommatrice
d'oxygène) et par les événements climatiques (précipitations massives entraînant des conditions
hydromorphes).

Ainsi en conditions d'aération satisfaisantes du sol, les composés ferriques et manganiques sont
très peu solubles et immobilisent bien les éléments traces métalliques qui leur sont associés.

A l'inverse, en conditions d'aération limitantes résultant par exemple du compactage ou de la


battance du sol, les composés du fer et du manganèse sont réduits et solubilisés ; ils libèrent
donc les éléments traces métalliques qui leur étaient associés.

™ La température et l'humidité du sol


Elles jouent un rôle indirect en favorisant l'activité biologique du sol, et donc la production de
substances acides ou complexantes issues de la biodégradation de matières organiques.
L'élévation de température agit directement sur la dissolution de composés fixant les éléments
traces métalliques, facilitant ainsi son absorption par la flore.
L'humidité agit également directement dans les processus de précipitation et de solubilisation.
Par ailleurs, un excès d'hygrométrie peut conduire à un défaut d'aération du sol, dont les
conséquences ont été précisées plus haut.

™ L'apport de matière organique


L'apport de matière organique permet d'immobiliser les éléments traces métalliques du sol qui
ont pour elle une grande affinité, mais la minéralisation ultérieure peut les remettre en solution, il
ne s'agit donc que d'une immobilisation temporaire.

™ /¶Hnrichissement des sols suite aux épandages


Les apports moyens en éléments traces métalliques par les différentes matières à épandre ont
été comparés aux teneurs initiales GHVVROVGXVHFWHXUG¶pWXGH.

Les résultats sont présentés dans le tableau suivant :

105
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Tableau 34 : Flux en éléments traces métalliques et composés organiques traces apportés par les matières à épandre sur 10 ans
Temps
Cr+Cu+
de MS Cd Cr Cu Hg Ni Pb Zn S 7PCB Fluo BbF BaP
retour Ni+Zn
Unités an t g / m2 mg / m2
Boues brutes 3 36,31 0,00059 0,08086 0,13428 0,00090 0,01949 0,01061 0,09990 0,32840 0,46791 0,40975 0,35659 0,35659
Moyenn
Carbonates liquides 3 20,44 0,00054 0,02593 0,01060 0,00033 0,01482 0,00545 0,05862 0,10976 0,17885 0,10731 0,10731 0,10731
e
Carbonates solides 3 23,67 0,00047 0,03006 0,01018 0,00028 0,02722 0,00994 0,08615 0,15360 0,33133 0,27927 0,27927 0,27927

Unités % de la limite réglementaire - Sur labours et pH > 6


60 /
Valeur limite sur 10 ans 0,015 1,50 1,50 0,015 0,30 1,50 4,50 6,00 1,20 7,50 4,00 3,00
301
Boues brutes % Valeur 3 61 4 5 9 6 6 1 2 5 39 5 9 12
Carbonates liquides Limite - 3 68 4 2 1 2 5 0 1 2 15 1 3 4
Carbonates solides MAX 3 79 3 2 1 2 9 1 2 3 28 4 7 9

Unités % de la limite réglementaire - Sur prairies ou pH < 6


Valeur limite sur 10 ans 60 / 30 0,015 1,20 1,20 0,015 0,30 0,90 3,00 4,00 1,20 6,00 4,00 2,00
Boues brutes % Valeur 3 61 4 7 11 6 6 1 3 8 39 7 9 18
Carbonates liquides Limite - 3 68 4 2 1 2 5 1 2 3 15 2 3 5
Carbonates solides MAX 3 79 3 3 1 2 9 1 3 4 28 5 7 14

Au regard des résultats d’analyses, les quantités maximales de boues, de résidus de fabrication des carbonates solides et liquides apportées ne
sont limitées ni par les éléments traces métalliques ni par les composés organiques traces, mais par le cumul des apports en matière sèche
pour les boues brutes.

Les boues et les résidus de carbonates issus des Papeteries de Clairefontaine ont une composition en éléments traces métalliques et
composés organiques traces compatible avec la valorisation agricole.

1
: 30 t de MS/ha tous les 10 ans, pour les carbonates / 60 t de MS/ha tous les 10 ans, pour les boues avec dérogation

106
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

III - IMPACTSUR LA SANTE DES POPULATIONS ET DU


PERSONNEL : EVALUATION DES RISQUES SANITAIRES
/HVpWDSHVGHO¶pYDOXDWLRQGHULVTXHVVDQLWDLUHVVRQW
- Identification des dangers ;
- Définition des relations dose ± réponse ;
- (YDOXDWLRQGHO¶H[SRVLWLRQ ;
- Caractérisation des risques.

Il faut noter au préalable que :


™ La réglementation contraint le producteur et O¶XWLOLVDWHXUjXQFHUWDLQQRPEUHG¶REOLJDWLRQV
qui SHUPHWWHQW G¶HQFDGUHU HW GH FRQWU{OHU Ge façon rigoureuse les épandages (étude
SUpDODEOH SRUWDQW VXU OH SURGXLW VRQ RULJLQH VD FRPSRVLWLRQ  VXU O¶HQYLURQQHPHQW HW
O¶RUJDQLVDWLRQ  VXU OD SUpVHQWDWLRQ G¶XQ SURJUDPPH SUpYLVLRQQHO G¶pSDQGDJH  VXU OD
réalisation rpJXOLqUHG¶DQDO\VHVGHSURGXLWV HWGHVROVVXUODUpGDFWLRQG¶XQELODQDQQXHO
GHVpSDQGDJHVVXUODWHQXHG¶XQFDKLHUG¶pSDQGDJHVXUOHVSRVVLELOLWpVGHUpDOLVHUGHV
FRQWU{OHV« 

™ LHV  IOX[  DQQXHOV  G¶pOpPHQWV  WR[LTXHV  DSSRUWpV  VXU  OHV  VROV  QH  VRQW  pas
spécifiques aux différentes matières à épandre. Le cadmium, le plomb et le zinc sont
aussi majoritairement apportés par les engrais, par les retombées atmosphériques, et
SDUOHVHIIOXHQWVG¶pOHYDJHV/¶RULJLQHGHODSUpVHQFHGHV3&%HWGHV+$3SHXWrWUHLVVXH
des activités humaines, apportés par les pluies.

Il faut également constater que les concentrations en éléments ou substances potentiellement


toxiques (métalliques et organiques) sont systématiquement inférieures aux valeurs limites fixées
par la réglementation.

/H PRGqOH G¶pYDOXDWLRQ GHV ULVTXHV SRXU OD VDQWp UHSRVH VXU OH FRQFHSW © VRXUFHV-vecteurs-
cibles » :
- source de substances à impact potentiel ;
- transfert des substances par un « vecteuUªYHUVXQSRLQWG¶H[SRVLWLRQ ;
- exposition à ces substances des populaWLRQV RX©FLEOHVª VLWXpHVDXSRLQWG¶H[SRVLWLRQ.

III.1 - IDENTIFICATION DES DANGERS


%LHQTXHOHVIDFWHXUVGHULVTXHOHVYRLHVG¶H[SRVLWLRQHWOHVUHODWLRQVHQWUHH[SRVLWLRQHWHIIHWV
VRLHQWH[WUrPHPHQWGLYHUVHWFRPSOH[HVOHVIDFWHXUVG¶LPSDFWLPSOLTXpVLci sont :

- les éléments traces métalliques ;


- les composés traces organiques ;
- les agents pathogènes.

Les effets sur la santé animale et humaine des éléments traces métalliques et composés
organiques traces, VHORQ TX¶LOV VRQW SUpVHQWV GDQV O¶RUJDQLsme en défaut ou en excès, sont
décrits dans les tableaux suivants.

107
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

108
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

109
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

110
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

III.2 - EVALUATION DES RELATIONS DOSE-REPONSE


3RXUXQFHUWDLQQRPEUHG¶pOpPHQWVLOH[LVWHXQHYDOHXUWR[LFRORJLTXHGHUpIpUHQFH 975 TXLVH
distingue par :

- une Dose JourQDOLqUH $GPLVVLEOH '-$  ORUVTXH OD YRLH G¶H[SRVLWLRQ HVW RUDOH RX FXWDQpH
exprimée en mg de substance chimique par kg de poids corporel et par jour ;

- XQH FRQFHQWUDWLRQ $GPLVVLEOH GDQV O¶$LU &$$  ORUVTXH OD YRLH G¶H[SRVLWLRQ HVW O¶LQKDODWLRQ
exprimpHHQPJRX—JSDUPGHVXEVWDQFHGDQVO¶DLUDPELDQW

Ces données ont été recueillies dans la littérature (sources : Agency for Toxic Substances an
Disease Regystry, ADEME).

III.3 - LES VOIES D¶EXPOSITION POSSIBLES


Impacts environnementaux de la gestion biologique des déchets ± ADEME 2004

/DFRQWDPLQDWLRQGHO¶KRPPHjSDUWLUG¶XQpSDQGDJHSHXWVHIDLUHVHORQFLQTYRLHVSULQFLSDOHV
- ingestion directe de sol épandu ;
- ingestion de plantes contaminées ;
- FRQVRPPDWLRQG¶DQLPDX[RXGHSURGXLWVDQLPDXx contaminés ;
- inhalation de composés volatils ou de poussières émises par les sols épandus ;
- LQJHVWLRQG¶HDXFRQWDPLQpH

111
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

III.4 - DEVENIR DANS LES SOLS

$ O¶KHXUH DFWXHOOH, très SHX G¶pWXGHV VXU OH GHYHQLU GHV éléments traces métalliques et des
composés organiques traces issus des boues papetières sont disponibles car les teneurs sont
variables en fonction des installations et des produits entrants.
En revanche, concernant les boues urbaines, autre produit organique épandus en grandes
cultures et contenant en faibles quantités des éléments traces métalliques et des composés
organiques traces, plusieurs études existent et les grands principes peuvent être retenus pour
les matières à épandre des Papeteries Clairefontaine.
Ainsi les paragraphes ci-après sont issus de la bibliographie concernant le devenir des métaux et
FRPSRVpVRUJDQLTXHVVXLWHjO¶pSDQGDJHde boues urbaines.

III.4.1 - Eléments traces métalliques


Un sol est un ensemble complexe, constitué de plusieurs fractions ou « phases ».
Selon Maisonnave (2000), tous les éléments traces métalliques se trouvent en très grande
majorité dans la fraction résiduelle du sol et ne sont donc que très peu biodisponibles pour les
plantes.
La répartition des éléments traces métalliques dépend essentiellement du degré de solubilité du
métal. Si le métal est soluble, il SHXW SDVVHU GDQV OHV QDSSHV HWRX GDQV OD SODQWH  V¶LO HVW
insoluble, il va rester dans le sol.
/DVROXELOLWpYDGpSHQGUHGHSOXVLHXUVIDFWHXUVOHSOXVLPSRUWDQWHVWO¶DFLGLWpGXVRO(QJpQpUDO
un sol acide facilite la mobilisation. Un sol calcaire contribue à immobiliser certains métaux
(certains éléments UpDJLVVHQW GLIIpUHPPHQW QRWDPPHQW O¶DUVHQLF SOXV PRELOH GDQV XQ VRO
FDOFDLUH /DPDvWULVHGHO¶DFLGLWpHVWXQpOpPHQWGHFRQWU{OHGHODPRELOLWp des éléments traces
métalliques.
Les boues de papeteries, par exemple, avec son apport de calcaire, va diminuer la mobilité des
éléments traces métalliques.

(QILQO¶DpUDWLRQGHVVROVHVWDXVVLXQIDFWHXULPSRUWDQW8QWDVVHPHQWGHVVROV accroît la mobilité


et la GLIIXVLRQGDQVOHVHDX[VRXWHUUDLQHV8QVRODpUpSHUPHWG¶DFWLYHUOHVFRPSRVpVGHIHUHWGH
manganèse présents dans le sol. Ces composés, peu solubles, maintiennent et immobilisent les
métaux.

III.4.2 - Composés organiques traces


Les composés traces organiques sont présents dans le sol sous différentes formes : dissous
dans la solution du sol, volatilisés ou liés à la matrice organique ou minérale du sol. Seule la
IUDFWLRQSK\WRGLVSRQLEOHVHUDVXVFHSWLEOHG¶rWUHSUpOHYpHSDUODSODQWHDXFRXUVGHVDFURLVsance.
/¶LPSRUWDQFHGHFHWWHIUDFWLRQSK\WRGLVSRQLEOHVHUDIRQFWLRQGHVSURSULpWpVSK\VLFR-chimiques du
FRPSRVp WUDFH RUJDQLTXH QRWDPPHQW VD VROXELOLWp GDQV O¶HDX  HW GHV SURSULpWpV SK\VLFR-
chimiques du milieu. Les différentes propriétés de ces composés traces sont résumées dans le
tableau ci-après.

112
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Les comportements des composés traces organiques dans le sol après épandage sont très
variables.
™ Les PCB
L'épandage de boues se fait à la surface du champ. Ceci sous-entend que les molécules
présentes dans les boues vont pénétrer dans le sol par sa partie supérieure. Ainsi, les PCB sont
trouvés en majorité dans la partie supérieure du sol (horizon de 0 à 3 cm) et leur concentration
va en diminuant avec la profondeur.

La volatilisation serait le principal moyen par lequel un sol se départit de ces PCB. Dans
O¶DWPRVSKqUHLOVSHXYHQWV¶DGVRUEHUVXUOHVSDUWLFXOHVHQVXVSHQVLRQHWVHUDLHQWUDPHQpVDXVRO
SDU SUpFLSLWDWLRQV 'LHUF[HQV HW 7DUUDGHOODV   UDSSRUWHQW TX¶LO \ D DXWDQW GH 3&% GDQV OHV
sols agricoles que dans les sols urbains.

Malgré la stabilité et la toxicité des PCB, beaucoup de microorganismes sont capables de


transformer les PCB faiblement chlorés dans des conditions aérobies. C'est le cas de certains
champignons mais aussi de beaucoup de bactéries.

™ Les HAP
'LHUF[HQVHW7DUUDGHOODV  UDSSRUWHQWTXHO¶DSSOLFDWLRQGHERXHVUpVLGXDLUHVDDXJPHQWpGH
façon significative les concentrations de HAP légers (poids moléculaires < 202) dans le sol
pWXGLp(QUHYDQFKHLOQ¶\DSDVHXGHYDULDWLRQs concernant les HAP lourds (poids moléculaires
! 8QPRLVDSUqVO¶pSDQGDJHGHODERXHOHVFRQFHQWUDWLRQVVRQWUHGHVFHQGXHVDX[QLYHDX[
G¶RULJLQHHWPrPHDX-dessous.
/HV +$3 OpJHUV VH VRQW VRLW GpJUDGpV VRLW YRODWLOLVpV 7URLV PRLV DSUqV O¶pSDQGDJH les
concentrations en HAP lourds avaient augmenté et étaient même supérieures à celles mesurées
DYDQW pSDQGDJH WDQGLV TXH OHV FRQFHQWUDWLRQV HQ +$3 OpJHUV Q¶DYDLHQW SDV FKDQJp &HV
DXWHXUV DYDQFHQW O¶LGpH TXH OHV SUpFLSLWDWLRQV DWPRVSKpULTXHV VRQW OD VHXle source de
contamination possible.

™ Les phtalates
/HV DXWHXUV TXL VH VRQW LQWpUHVVpV DX[ SKWDODWHV V¶DFFRUGHQW j GLUH TXH FHV FRPSRVpV VRQW
dégradés plus rapidement dans des conditions aérobies que dans des conditions anaérobies. La
dégradation du dibutylphtalate (DBP) et du di-(éthylhexyl)phtalate (DEHP) dans le sol, qui se
WHUPLQH SDU XQH PLQpUDOLVDWLRQ HQ &2 HW +2 V¶DYqUH rWUH DVVH] UDSLGH 0RLQV GH  GX
DEHP initial est retrouvé dans le sol 12 mois après épandage et on considère que le DEHP se
décompose de 15 à 50% après 80 jours.

™ Transfert vers les eaux souterraines

113
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

Les concentrations en éléments traces métalliques dans la nappe phréatique varient avec la
GXUpH DSUqV pSDQGDJH PDLV F¶HVW WRXMRXUV OH ]LQF TXL VHPEOH O¶pOpPHQW OH SOXV PRELOH
CepeQGDQW OH WUDQVIHUW G¶pOpPHQWV WUDFHV PpWDOOLTXHV HWRX GH FRPSRVpV WUDFHV RUJDQLTXHV
contenus dans les boues de station, vers la nappe phréatique, après épandage reste faible. Il en
est de même pour le transfert vers les eaux de drainage : les concentrations en éléments traces
métalliques observées sont 2 fois à 1000 fois plus faibles que les concentrations limites des
normes de potabilité [Guiresse et al. (1999)].
Trop peu de données sont disponibles sur le transfert des composés organiques traces dans la
nappe phréatique.

™ Transfert vers les plantes

- Eléments traces métalliques


7RXWHVOHVSXEOLFDWLRQVGpSRXLOOpHVQHSHUPHWWHQWSDVG¶REVHUYHUGHFRUUpODWLRQHQWUHOHVWHQHXUV
HQ pOpPHQWV WUDFHV PpWDOOLTXHV GHV SODQWHV HW OHV GRVHV G¶HIIOXHQWV RUJDQLTXHV contenant des
métaux épandues. Les faibles concentrations en éléments traces métalliques relevées dans les
SODQWHVPrPH HQ FDV GH VXUGRVHV UHQIRUFHQW OD FRQFOXVLRQ TX¶j GRVHV XVXHOOHV OHV WUDQVIHUWV
sont quasi nuls.
La plupart des végétaux semblent retenir les éléments traces métalliques dans les racines et ce,
TXHOTXHVRLWO¶pOpPHQW&¶HVWVHXOHPHQWORUVTXHODFRQFHQWUDWLRQHQpOpPHQWVWUDFHVPpWDOOLTXHV
du sol devient plus élevée que quelques éléments passent dans les parties aériennes (Cu, Cd,
Ni, Zn). Selon plusieurs références, les éléments traces métalliques les plus transférés à la
plante sont le cuivre, le cadmium et le zinc (Cu, Cd et Zn). Selon Mench et al. (1992), les
éléments traces métalliques transférés à la plante se répartissent de cette manière : Ni, Cr et Pb
se retrouvent au niveau des racines, Zn et Mn au niveau des feuilles et des tiges, alors que Cd,
Cu et Fe sont répartis uniformément dans la plante.

Les concentrations en éléments traces métalliques dans les plantes varient énormément selon la
plante
W\SHGHSODQWHHVSqFHYDULpWpHWPrPHDXVHLQGHVRUJDQHVG¶XQHPrPHSODQWH VHORQOHW\SH
G¶HIIOXHQWRXHQFRUHVHORQOHVROXWLOLVp

Par exemple, il est couramment admis que le pH du sol constitue le principal facteur qui
détermine la biodisponibilité des éléments traces métalliques. Une acidification du sol va
accroître leur absorption, exception faite du cadmium, qui est plus disponible dans les sols à pH
élevé.
Concernant le risque sanitaire (transfert à la plante et donc à O¶KRPPH HW O¶DQLPDO  RQ SRXUUDLW
penser que cette légère augmentation des concentrations en éléments traces métalliques du sol
DSUqV SOXVLHXUV DQQpHV G¶pSDQGDJH LQGXLW XQH SOXV JUDQGH H[SRUWDWLRQ YHUV OHV SODQWHV /HV
expérimentations de Paquet (2003) sur 4 ans et de Peles et al. (1996) sur 12 ans montrent que
FHQ¶HVWSDVOHFDV/HVFRQFHQWUDWLRQVUHWURXYpHVGDQVOHVSODQWHVVRQWWRXWjIDLWFRPSDUDEOHV
jFHOOHVPHVXUpHVORUVTX¶LOQ¶\DHXTX¶XQVHXOpSDQGDJH

- Composés traces organiques


De la même manière que pour les éléments traces métalliques, il faut préciser que les
concentrations en
composés traces organiques observées dans les plantes suite à un épandage sont dépendantes
de multiples paramètres. Les principaux facteurs qui contrôlent les transferts de composés traces
RUJDQLTXHVVRQWOHXUVROXELOLWpGDQVODSKDVHDTXHXVHGXVROOHXUFRQFHQWUDWLRQGDQVO¶HIIOXHQW
OHXUWDLOOHOHXUSRLGVPROpFXODLUHPDLVDXVVLODSRODULWpHWOHS+GXVROO¶DFWLYLWpPLFURELHQQHGX
sol ou encore le climat.

Des données supplémentaires, telles que les concentrations initiales en composés traces
organiques dans le sol et les déchets, ou les concentrations obtenues dans les plantes pour des
WpPRLQVVDQVGpFKHWVVRQWSDUIRLVGLVSRQLEOHVPDLVQ¶RQWSDVpWpXWLOLVpHs par les auteurs pour

114
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

passer des concentrations aux facteurs de bioconcentration. Cependant, lorsque les auteurs
FRQFOXHQW VXU XQ HIIHW QXO GH O¶pSDQGDJH GHV GpFKHWV FHOD  LQGLTXH  TXH  OHV  IDFWHXUV  GH
ELRFRQFHQWUDWLRQVRQWWUqVIDLEOHVHWRXTX¶LOQ¶\DSDVGHGLIIpUHQFHVVLJQLILFDWLYHVHQWUHOHV
témoins et les plantes qui ont poussé sur les sols amendés.

III.5 - EXPOSITION DES POPULATIONS « CIBLES »


/HVULVTXHVG¶LQJHVWLon directe de sol ou de boue contaminée ne concerneraient guère que les
enfants.
Les risques sont donc quasi-nuls, les épandages ne se faisant pas sur les aires de jeux.
(QFHTXLFRQFHUQHO¶LQJHVWLRQGLUHFWHSDUOHVDQLPDX[G¶pOHYDJHOHVULVTXHVVRQWPLQLPLVpVFDU
les épandages respectent les délais de retour sur les cultures pérennes.
Les possibilités de contamination par ingestion de végétaux contaminés sont très faibles. En
effet, les transferts vers les plantes sont limités du fait :
- des faibles concentrations et de la faiblesse des flux correspondants ;
- le pH des sols qXL ORUVTX¶LO HVW VXSpULHXU j  HQWUDvQH XQH SUpFLSLWDWLRQ JpQpUDOLVpH GHV
éléments traces métalliques. Les transferts des éléments traces métalliques vers la
solution du sol (et donc leur disponibilité vis-à-vis des cultures) sont dans ces conditions
fortement diminués ;
- des barrières physiologiques des végétaux limitant fortement le passage des éléments
traces métalliques dans les parties consommées (parties aériennes, graines).

/HVSRVVLELOLWpVGHFRQVRPPDWLRQG¶DQLPDX[RXGHSURGXLWVDQLPDX[FRQWDPLQps sont évitées du


fait :
- des faibles concentrations et de la faiblesse des flux correspondants ;
- du respect du délai sanitaire GHUHPLVHjO¶KHUEHGXFKHSWHORXG¶H[SORLWDWLRQGHVSUDLUHV
permanentes.

/¶LQKDODWLRQ G¶pOpPHQWV WUDFHVPpWDOOLTXHVUpVXOWH de la volatilisation sous forme simple ou plus


complexe.
/D FRQMXJDLVRQ G¶XQH FLQpWLTXH OHQWH HW GH WHQHXUV HQ pOpPHQts traces métalliques des boues
inférieures aux valeurs réglementaires entraîne des risques nuls avant et après les chantiers
G¶pSDQGDJH

III.6 - AGENTS PATHOGENES


Les risques de contamination (principalement ingestion directe de sol ou de boues contaminées,
FRQVRPPDWLRQ G¶HDX FRQWDPLQpH HW SDU LQKDODWLRQ  VHURQW WRWDOHPHQW pYLWpV par le recours aux
UqJOHVG¶XVDJHVXLYDQWHV
- G¶K\JLqQHIRQGDPHQWDle SURSUHWpODYDJHGHVPDLQV« ;
- UHVSHFWGHVGLVWDQFHVG¶LVROHPHQWSDUUDSSRUWDX[FRXUVG¶HDXHWDX[KDELWDWLRQV

Des mesures supplémentaires seront prises et consistent en :


- Enfouissement des boues épandues dans les meilleurs délais afin de faciliteU O¶DFWLRQ
compétitive des germes telluriques (naturellement présents dans les sols) ;
- Respect des délais sanitaires GHUHPLVHjO¶KHUEHGXFKHSWHORXG¶H[SORLWDWLRQGHVSUDLUHV
permanentes ;
- 3RUWG¶XQHWHQXHDGDSWpHSDUOHVRSpUDWHXUVGHO¶pSDQGDJH

115
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

ETUDE DES DANGERS

I - RISQUES D¶INCENDIE ET D¶EXPLOSION


Sans objet, les différentes matières à épandre Q¶pWDQWQLLQIODPPDEOHs ni explosives.

II - RISQUES D¶ACCIDENTS
Ceux-ci sont liés aux activités de chargement, de transSRUW HW G¶pSDQGDJH GHV différentes
matières à épandre.

Les chargements sur le stockage sont réalisés par une personne habilitée et formée aux
respects des consignes de sécurité. Le transport en général est assuré en sous-traitance par une
entreprise spécialisée.

Le Code de la Route sera respecté, les chauffeurs étant habilités à la conduite des camions.

/HV UHVSRQVDELOLWpV HQ FDV G¶DFFLGHQW VHURQW FODLUHPHQW GpILQLHV HQWUH OHV GLYHUV LQWHUYHQDQWV
sous la forme de contrats dûment signés.
En cas de déversement accidentel sur la chaussée, tous OHVPR\HQVVHURQWPLVHQ°XYUHSRXU
le nettoiement de celle-ci.

116
Les Papeteries de CLAIREFONTAINE
www.terralys.fr
PE/E6771/1A59/16/16 - Etude préalable au recyclage agricole des boues et résidus de carbonates

127,&('¶+<*,(1((7SECURITE

I - HYGIENE
Même si par leurs natures les différentes matières à épandre sont peu susceptibles G¶rWUH
contaminées par des germes pathogènes, la manipulation des différentes matières à épandre se
fera avec des gants.

Les boues Q¶pWDQW SDV WR[LTXHs ni pour O¶KRPPH QL SRXU OHV DQLPDX[ OHV GpS{WV HQ ERXW GH
champs ne nécessitent pas de protection particulière.

Les matières à épandre ne présentent aucune toxicité cutanée VL FH Q¶HVt le pH élevé des
carbonates solides et liquides qui peuvent les rendre corrosifs.

II - SECURITE
/RUVGHODFLUFXODWLRQGHVHQJLQVGHFKDUJHPHQWHWGHWUDQVSRUWGDQVO¶HQFHLQWHGHODVWDWLRQOH
transporteur respectera le plan de circulation et les consignes de sécurité qui lui auront été
transmis préalablement.
/HVDSSDUHLOVGHFKDUJHPHQWVRQWpTXLSpVGHIHX[GHUHFXOHWG¶DYHUWLVVHXUVVRQRUHV

117