Vous êtes sur la page 1sur 61

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTRE DE LA SANTE DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE

DEPARTEMENT DE MEDECINE DENTAIRE –ORAN-

BIEN SE PREPARER POUR LES PREMIERS PAS


DANS LA CLINIQUE DENTAIRE

Aout 2016

Un cadeau pour tous les étudiants en médecine dentaire


I/Pathologie et chirurgie buccale :
1/Conduite à tenir devant les cellulites :

Type de cellulite Trt étiologique Trt médicamenteux Trt chirurgical


*Séreuse Extraction ou trt Amoxicilline 1g/3j (5 à 8j) Abs
endodontique en laissant Ou
la cavité ouverte pr le Spiramycine 3MUI /1 à 3j
drainage (48h) Ou
Pristinamycine 2g/j

Antalgique

*Suppurée idem Amoxicilline 1g/3j Incision et drainage (endo


+Métronidazole 500mg/3j et
Ou Exobuccale selon les cas)
Birodogyle 6 Cp/J (2/prise)
+ECB
Pendant 7 à 15j

Gangréneuse idem Association Amoxicilline+ Ecouvillonnage quotidien


métronidazole+ Jusqu'à saignement
gentamicine (capacité de cicatrisation)
avec hospitalisation
Diffuse Idem après lever du Hospitalisation avec Incision et drainage sous
trismus *Amoxicilline 2g IV 30 min AG
avant la chirurgie et 1g chaque Tjrs demander TDM
8h après Panoramique
ou échocoeur
*Gentamycine 80 à 160 mg /j
+ Metronidazole dans les 2cas
jusqu'à rétablissement
(3semaine a peu près )
*Corticothérapie flash 1
semaine

Chronique idem Idem que suppurée Incision et drainage


(Pendant 3 semaines)
actinomycosique idem Pénicillinothérapie Incision et drainage
3 à 4 semaines

2/Conduite à tenir devant un cardiopathe :

Il présente un risque : Infectieux ; hémorragique et syncopale

Les classifications :

*risque Infectieux :
Groupe A Groupe B

Prothèse valvulaire Valvulopathies

Les cardiopathies congénitales cyanogène Les cardiopathies congénitales non cyanogène

Antécédents d’Endocardite infectieuse Cardiomyopathie hypertrophique obstructive

*Risque hémorragique :

-Les affections thromboemboliques.

- Les cardiopathies ischémiques .

- Les antécédents de chirurgie cardio-vasculaire .

- Les cardiopathies valvulaires ainsi que les porteurs de prothèse valvulaire .

- Les troubles de rythme.

*Risque syncopal :

• A haut risque :

- L’hypertension artérielle.

- Troubles du rythme.

- Les cardiopathies ischémiques.

- Rétrécissement aortique

• A risque :

- Les myocardiopathies.

- Les embolies pulmonaires.

- Les cardiopathies congénitales cyanogènes.

- Les insuffisances cardiaques.

NB : le porteur de pace maker n’est pas exposé à un risque syncopal

La conduite à tenir :

 Interrogatoire:
- type de la pathologie et son ancienneté

- traitement suivi

- maladies générales concomitantes et leur traitement

 Prendre contact avec le médecin traitant , avec demande d’un rapport détaillé comprenant:

le diagnostic , le traitement en cours , si le patient a été opéré

ou doit être opéré , et son état actuel

 Une radiographie panoramique dentaire doit être systématiquement demandée

*Risque infectieux :

A haut risque A risque


- les dents présentant une atteinte parodontale : - les dents présentant une atteinte parodontale :
réaliser le débridement mécanique (détartrage, idem que pour les patients à haut risque;
surfaçage radiculaire) sous antibioprophylaxie en - La chirurgie parodontale, les implants et la
minimisant au maximum le nombre de séances chirurgie péri-apicale sont déconseillés.
La décision d’extraire ou de conserver des dents - En cas d’inflammation pulpaire:
présentant des poches parodontales se fait en dents monoradiculées: il est recommandé de
fonction du cas pratiquer la dépulpation tout en tenant
- Ne seront gardées à la fin du traitement que les compte des éléments de réflexion sous
dents avec un parodonte sain ou assaini antibioprophylaxie.
- Les techniques de coiffage peuvent être mise
en œuvre à l’exclusion dents pluriradiculées: l’indication de la
du coiffage direct et la pulpotomie . conservation ressort du
- Extraire les dents présentant une atteinte domaine du Spécialiste sous
pulpaire ,ainsi que les antibioprophylaxie
dents traumatisées - En cas de nécrose pulpaire: l’extraction
- abstention d’extraction des dents incluses s’impose
profondes ne présentant pas de risque de
désinclusion ou de péricoronarite
- Contre-indiquer la chirurgie parodontale, les
implants et la chirurgie péri-apicale ;
- Avant la chirurgie de remplacement valvulaire,
les patients entrent dans la catégorie à haut risque
d’endocardites infectieuses
Un bilan d’imagerie dentaire complet doit être
réalisé ;
Seules seront conservées les dents pulpées ou
présentant un traitement endodontique parfait,
sans élargissement desmodontal, remontant à plus
d’un an et au parodonte sain.
Toutes les autres dents dépulpées dont le
traitement endodontique est incomplet, les dents
présentant des lésions parodontales, les racines et
apex persistants seront extraits au moins 15 jours
avant l’intervention cardiaque.
Posologies : per os 30min(patho) ou 1h (paro) avant l’acte

*Amoxicilline 2g (75 mg /kg)

*Pristinamycine 1g (25 mg/kg)

*Clindamycine 600mg (15 mg/kg)

*Risque hémorragique :

Patient sous AVK ou antiagrégants

-les anticoagulants plaquettaires:

 Héparine (calciparine®, Lovenox®):

 Anti-vitamines K:

- Acénocoumarol (Sintrom®)

- Fluindione (préviscan®)

- Warfarine ( coumadine®)

- les anti-agrégants plaquettaires:

°Acide acétylsalicylique (Aspégic®)

°Ticlopédine (Ticlid®) .

°Clopidogrel (Plavix®)

°Acétylsalicilate(Kardégic®)

*Avant intervention :

Malades sous Anti-Coagulants:

 Sous anti-vitamine K:

• Demander un bilan de coagulabilité pour le jour de l’acte 24h avant l’intervention) : TP (Taux de
Prothrombine) et INR (International Normalized Ratio).

- Si INR ( 2-3 ) soit TP (30%-45%)====) l’intervention est possible.

- Patients poteurs de prothéses valvulaires mécanique ou valvulopathie mitrales sévères avec facteur
favorisant====)INR 3-4,5

- Si INR > 3 ou 2 soit TP ≤ 30 ou > 45 ====) orienter le patient vers son Cardiologue
VALEUR V.N VALEUR

TP Hémorragie Sans risque thrombose

INR thrombose San risque hémorragie

 Les sujets sous héparine (CALCIPARINE® ) :

évalué par le temps de HOWEL qui doit être 2mn 30 et 4mn30

- Bilan dans l’intervalle ====)possibilité d’intervenir

- Sinon====)réorienter le patient chez son Cardiologue

Malades sous anti-agrégants:

 le TS (temps de saignement) : 1/ DUKE : 2-5 min

2 / IVY : 3-8min

 Sujet sous clopidogrel : - FNS complète

- Bilan d’hémostase

 Le TS ne doit pas être réalisé pour estimer le risque hémorragique d’un patient sous traitement par
(AAP), sa sensibilité étant inconstante.

 L’évaluation précise du risque hémorragique repose principalement sur l’interrogatoire médical


et l’examen clinique

*Lors de l’acte opératoire:

Il ne faudra intervenir que si l’on possède une parfaite technique d’hémostase locale .

- Prévoir l’acte au début de la journée et au début de la semaine.

- L’anesthésie loco-regionale à l’épine de spix est formellement contre-indiquée (risque d’hématome


pharyngé)

- Anesthésie péri-apical sans vaso-constricteur.

- Minimiser les traumatismes et l’étendue du site chirurgical.

- Si une alvéolectomie s’impose ; une quantité très faible du tissu osseux doit être éliminée.

- Le tissu de granulation, les granulomes et les kystes doivent être


- curetés en totalité et essentiellement après extraction des dents atteintes parodontalement.

- L’utilisation systématique des moyens d’hémostase locale reste la règle :

1. Une compression locale immédiate pendant 10 minutes avec des compresses imbibées d’acide
tranexamique (Exacyl ®)

2. Comblement alvéolaire:

 des colles biologiques hémostatiques d’origine humaine . (Biocol® , Tissucol®, Bériplaste®)

 l’oxycellulose d’origine végétale (Surgicel®) à déconseiller au contact osseux

3. Réalisation de sutures (avec du fil résorbable): mise en place de points de suture unitaires
séparés. les sutures continues sont à éviter .

4.Les gouttières de compression en silicone représentent une technique de compression


complémentaire.

*Précautions post-opératoires:

- Ne pas prescrire de l’aspirine comme antalgique.

- Eviter la prescription des AINS pour le contrôle de la douleur.

- Si une prescription anti-inflammatoire se révèle nécessaire, des corticoïdes en cure courte sont
privilégiés

- Les antibiotiques, comme la pénicilline, l’érythromycine, la tétracycline, le métronidazole, les


associations amoxicilline/acide clavulanique, doivent être éviter

-le rinçage buccal par un bain de bouche est contre-indiqué pendant les 24 premières heures.

-Donner quelques instructions claires :

• Ne pas boire ou manger dans les 2 à 3 heures après la chirurgie.

• Pas d’alimentation chaude pour le reste du jour.

• Mâcher sur le côté opposé au site opératoire.

- Une consultation de contrôle à 24h-48h ou un simple contact téléphonique sont recommandés afin
de vérifier la bonne observance des conseils postopératoires

*Risque syncopal :

Ces patients peuvent faire une syncope en raison de :

- Leur maladie cardio-vasculaire .

- De leur traitement .

- Du facteur émotionnel ou le stress propre a tous les individus .


La prévention de la syncope:

- préparation psychologique ;

-préparation sédative pour réduire le stress : hydroxyzine (Atarax® 25 mg) ou diazépam (Valium® 5 mg : 1 cp
la veille et 1cp 1h avant l’acte) ;

- ne pas intervenir sur un patient fatigué ou à jeun ;

-le patient doit être confortablement installé, en position allongée

-lors de l’anesthésie : utiliser une seringue avec un système d’aspiration,

- la carpule doit être tiédie,

- l’injection doit être lente

-utiliser les vasoconstricteurs sans dépasser 0,04mg

- éviter les actes douloureux ;

- éviter les interventions longues ;

- surveiller le patient dans la demi-heure qui suit l’acte.

Traitement de la syncope

Face à une syncope, il faut :

- Arrêter les soins ;

- Évaluer les signes vitaux :PA , pouls , état de conscience.

- Assurer la vacuité de la cavité buccale ;

- Mettre le patient en position allongée avec la tête en hyperextension ;

- Si le malaise persiste, on procède au massage cardiaque externe qui sera accompagné d’une
ventilation artificielle par bouche à bouche ou en utilisant un appareil spécial, ou alors procéder à
une injection sous-cutanée d’atropine à raison de 0,5 mg( en attendant l’équipe médicale)

Remarque:

Si l’infarctus de myocarde remonte à plus de 6 mois, le chirurgien dentiste n’agira que si l’état général est
jugé satisfaisant et stable, donc il pourra réaliser les soins au cabinet, les extractions en milieu hospitalier .

Cas particuliers :

La survenue d’un foyer infectieux cellulaire:

Hospitalisation du patient

Une antibiothérapie massive


Incision et drainage s’il y a collection

Traitement étiologique

En cas de fractures maxillaire:

Hospitalisation du patient

Antibiothérapie massive

Préférer le traitement orthopédique au traitement chirurgical

3 /Conduite à tenir devant un diabétique :

Type 1 ===) sujets jeunes

Type 2 ===)adultes

Moyens de diagnostic :

Glycémie à jeun : si >1 ,26 g/l (à 2 reprises)

Glycémie post prandiale : >1,4 g /l

Hyperglycémie provoquée par voie orale :>2 g/l

Moyens de surveillance :

Hémoglobine glyquée :> 1,4 g/l

7%====bien controlé on peut intervenir

[7%-8%]==== contrôle imparfait

>8%=====mauvais contrôle orientation chez son diabétologue

Glycémie à jeun (capillaire)

Posologie :

amoxixilline 2g 1h avant acte et pendant toute la duré du traitement (ATB de couverture)

spiramycine 2 MUI

généralement 100mg d’atharax la veille et une heure avant l’acte


4 /Conduite à tenir devant un néphropathe :

Clairance=taux de créatinine (sang)

Taux de créatinine (urine)

Il fau éviter les médicaments à élimination rénale sinon diminuer la dose et espacer les prises (sauf
patient sous hémodyalise)

Pas de β lactamine mais plutôt les macrolides (élimination salivaire)

Type d’insuffisance rénale Risques présents Conduite à tenir


IR chronique non hémodyalisé Infectieux *ATB prophylaxie :
Spiramycine 3M.U.I 30min
avant l’acte puis 6h après et 2 /j
jusqu'à cicatrisation

intoxication *Eviter les medts à élimination


rénale :tétracycline ;aminoside et
pénicilline ….

IR chronique hémodyalisé Infectieux Idem que IRC non hémodiyalisé


Intoxication

TP ;TCK ;TH ;FNS


Hémorragique (car sous
héparine)
IDR à la tuberculine
contamination TPHA-VDRL (syphilis)
HBS-HCV
Elisa et western Blot
IR aigue idem Pas de prise en charge sauf
urgence ==avis du médecin
traitant
Si hémodyalisé ==idem que IR
chronique hémodyalisé
IRC dyalise péritoneal Infectieux
intoxication Idem
IRC transplanté Intoxication
Idem
Infectieux (sous
immunosuppresseur)
5 / Conduite à tenir devant un splénectomisé :

Présente deux risque : infectieux et hémorragique

Les conduite à tenir idem que cardiopathe

6/Conduite à tenir devant un hépatopathe :

En présence de signes d’hépatite on demande :

-Transaminase (ASAT ;ALAT)

-Sérologie

-Bilirubine

-Temps de Quick ;FNS ;TCK ;TP

-Orientation

Risque Conduite à tenir


Intoxication Eviter les médicaments à élimination hépatique
Eviter la Mépivacaine
Hémorragique Usage ‘anti hémorragique
Infectieux Absent
Sauf les transplantés ou cirrhose terminale
ATB prophylaxie
1h avant l’acte
2g d’amoxicilline (adulte) 50mg/kg (enfant)
Pristinamycine 1g (adulte) 25 mg/kg
Contamination Sérologie

7/ Conduite à tenir devant un patient sous biphosphonate :

Per os====benin

IV=====malin

ONM :-Traitement antérieur ou en cours par BPs

-Lésion muqueuse dans la région maxillo-faciale mettant à nu de l’os nécrosé pendant plus de 8
semaines

- Absence d’antécédents de radiothérapie

- Absence de localisation métastatique dans cette région


En cas d’installation d’ONM :

Stade 1 BDB à base de chlorhexidine


Suivi tous les 3 mois
Stade2 BDB à base de chlorhexidine
ATBthérapie à large spectre
Contrôle de la douleur
Séquestrectomie
Suture gingivale étanche
Stade 3 BDB à base de chlorhexidine
ATBthérapie à large spectre
Contrôle de la douleur
Débridement/résection chirurgicale
Plaque d’ostéosynthèse si fracture
Les cyclines sont privilégiés car ils présentent une bonne diffusion osseuse

8/Conduite à tenir devant une communication bucco- naso-sinusienne :

type Conduite à tenir


immédiate *Avec projection de corps :
Caldwell Luc
Puis hospitalisation48h
Prothèse extemporanée en résine ou silicone
Surveillance endoscopique et contrôle
=========================================
*Sans projection de corps :
- <1mm :fermeture spontanée +surveillance clinique et radio
-2 à 3mm :technique alvéolaire par réplique radiculaire ou suture
->3mm :plastie locale volet palatin(lambeau de rotation platin) ou volet jugal
( lambeau de translation vestibulaire)
Etablie *Avec sinusite :Augmentin 2à 4 g/j
*Sans sinusite /sans projection :
- <3mm : technique alvéolaire par réplique radiculaire ou suture
-3 à 4 mm : plastie locale volet palatin(lambeau de rotation platin) ou volet
jugal ( lambeau de translation vestibulaire)
->4mm : : plastie locale volet palatin(lambeau de rotation platin) ou volet
jugal ( lambeau de translation vestibulaire)
Ou lambeau de boule de Bicha suivi de ATB 15j, lavage doux le lendemain et
rinçage 48H après
Surveillance clinique

*Avec projection de corps : caldwell Luc


9/ L’incision et le drainage :

*Le drainage peut être :

-Trans-canalaire : si conservation de la dent par ouverture de la chambre pulpaire , laissée 48 à 72 h , le


traitement canalaire ne se fait qu’après régression de l’infection

-Trans-alvéolaire : si la dent n’est pas conservable

-endo et exobuccale : incision+drainage

°Incision : lame N°15+++

Désinfecter la région à inciser

Dessiner la zone d’incision

Anesthésie de contact

Inciser à l’aide de bistouri perpendiculairement à la partie la plus déclive de la collection

En exobuccale réaliser une petite incision ne dépassant pas le centimètre et parallèle au rebord
basilaire de la mandibule afin de ne pas léser le nerf mentonnier

En endobuccale, incision horizontale au sommet de la tuméfaction directement vers la corticale externe


(en vestibulaire), incision en quartier d’orange de fibromuqueuse au sommet de la tuméfaction bistouri
parallèle au incisives ( en palatin), au niveau du bord antérieur de la branche montante de la mandibule (
région postérieur inf)

Toujours prélever un peu de pus pour l’étude cytobactériologique (ECB) et l’antibiogramme

Drainer la collection purulente

Lavage et désinfection avec du sérum physiologique

Mise en place d’un drain

Changer le drain quotidiennement jusqu’à disparition du pus

10/ Les moyens d’hémostase :

Hémostatiques *Compression immédiate :


locaux -Extrinsèque : compresse maintenue serrée sur la plaie
- Intrinsèque : Méchage non résorbable
Méchage résorbable (Surgicel°,Spongel°,colle chirurgicale…)
*Compression médiate : les sutures
Gouttière hémostatique
Electrocoagulation
Hémostatiques Dicynone°
généraux Acide Tranexamique°
Conduite à tenir :

*Prévention : Avant l’intervention

Lors de l’interrogatoire :
-Dépister les pathologies en rapport avec un trouble d’hémostase (cirrhose hépatique ;troubles
congénitaux )

- Une éventuelle prise d’antiagrégants ou anticoagulants

Lors de l’acte :

- L’anesthésie locorégionale est contre indiquée


- Opter pour l’anesthésie locale avec vasoconstricteur

Pendant l’intervention

- Réviser le site et bien régulariser les rebords alvéolaires

- Suture hermétique après application d’hémostatique local

-Protection de la plaie par une gouttière préalablement réalisé

Après l’intervention (conseil post op)

-Jeun de 2h ; alimentation légère et semi liquide ;boisson froide

-contre indication formelle de salicylés et AINS mais la prise d’antalgique est possible

Incision des tissus mous ou Saignements en jets Suture


ostéoctomie Compression
Surgicel°
Curtage de tissu de granulation Saignement en nappe Suture
Fracture alvéolaire ou Compression
tubérositaire Surgicel°
Prise en charge d’une hémorragie :

Cas Conduite à tenir


Patient sous anticoagulant ;désordre Position semi assise du patient
plaquettaire modéré ;coagulopathie acquise Elimination du caillot mal formé par une curette
Anesthésie locale avec vaso
Révision de la plaie alvéolaire +suppression des fragments
osseux
Rinçage de l’alvéole avec Exacyl°
Mise en place de Surgicel° dans l’alvéole
Suture hermétique
Compression avec Exacyl° durant 20min
BDB passifs par trempage Exacyl° (3 à 4 BDB /J ==1min pdt
5J)
Patient avec désordre plaquettaire sévère ; Prise en charge dans un milieu hospitalier
coagulopathie héréditaire ; sous Compression avec une compresse imbibée d’Exacyl°
anticoagulants multiples Orientation vers l’hématologue
Hémorragie spontanées Compression de la zone à l’aide d’Exacyl°
Rechercher l’étiologie ( locale ou générale)
11/ Techniques d’anesthésie :

*COMPOSITION D’UN ANESTHESIQUE :

Une solution anesthésique est composée de :

* l’anesthésique proprement dit

* conservateur : agent réducteur destiné à éviter l’oxydation qui inhiberait le vasoconstricteur

* l’antiseptique qui maintient la stérilité de la solution

* un vasoconstricteur

* MODE D’ACTION DES ANESTHESIQUES :

Les anesthésiques locaux sont des bases alcaloïdes combinées à des acides (acide chlorhydrique) pour
former des sels hydrosolubles (Base faible + Acide fort = Sels stables et solubles dans l’eau ).

Grâce à l’alcalinité des tissus dans lequel il est injecté, le sel anesthésique est hydrolysé en une base
alcaloïde et libéré il pénètre facilement la membrane nerveuse

• Si le pH est alcalin : la base est libérée facilement


• Si le pH est acide (en cas de tissu infecté) : la base est difficilement libérée = anesthésie non
satisfaisante.
Cette hydro solubilité des anesthésiques est nécessaire à leur diffusion à travers les liquides interstitiels
jusqu’à la fibre nerveuse.

• Les petites fibres nerveuses sont infiltrées en premier par rapport aux grosses fibres.
• La myéline constitue un obstacle à l’anesthésique.
• Pour être efficace la concentration de l’anesthésique au niveau de la membrane doit être
suffisante : d’où l’intérêt d’injecter le plus proche possible du nerf à anesthésier.
• Dans un tissu enflammé (très vascularisé), l’anesthésique est vite absorbé par la circulation
générale, ce qui rend son action brève et sa toxicité plus grande : d’où l’intérêt d’injecter assez loin
de toute zone enflammée.
• A part la cocaïne, tous les anesthésiques locaux produisent une vasodilatation localisée au point
d’injection d’où :
* saignement

* absorption rapide

* action brève

====)Utilité et intérêt d’associer un vasoconstricteur au produit anesthésique

*TECHNIQUES D’ANESTHESIE:
A/ Anesthésie de surface:

1- par contact :

* badigeonnage:

Après assèchement de la zone intéressée à l’air tiède, on applique un coton imbibé d’anesthésique. Le
produit est étalé sur la muqueuse. L’effet anesthésique est long à obtenir. Indiquée pour les prélèvements
de faible volume.
* Tamponnement:

On place une mèche imbibée d’anesthésique de contact sur une région intéressée pendant quelques
minutes.

* Pulvérisation:

Consiste à projeter sur une muqueuse une solution anesthésique réduite en gouttelettes.

2- Par réfrigération (cryoanesthésie):

L’anesthésie est obtenue par projection directe d’un liquide très volatile qui va provoquer une diminution
brutale de la température locale bloquant ainsi les récepteurs sensitifs. Parmi les produits les plus utilisés:

* le tétrafluorodichloroethane : (Friljet®)

B/ Anesthésie par infiltration:


a) Anesthésie locale:

a.1- Anesthésie péri apicale (para apicale):

Le miroir tenu dans la main gauche tend légèrement la muqueuse jugale ou labiale pour faciliter la
pénétration de l’aiguille qui doit s’effectuer en direction de la région apicale en regard de la dent
intéressée ou de la zone à opérer, au fond du vestibule, le biseau de l’aiguille en face de l’os .

Dès la pénétration, l’injection se fait doucement jusqu’au blanchiment de la muqueuse (3/4 de la carpule) ;

Du côté lingual ou palatin introduire l’aiguille (biseau toujours en face de l’os) à mi distance entre le collet
et la région apicale et injecter le dernier quart doucement . Attendre 2 à 3 minutes avant de commencer
l’acte. Cette anesthésie durera 30 à 40 minutes.

Indications :

- Extractions de toutes les dents du maxillaire supérieur

- Extraction du bloc incisivo-canin et prémolaire inférieur

a.2 - Anesthésie intra ligamentaire:

La seringue est enfoncée dans le bourrelet inter dentaire mésial et distal, le biseau étant appliqué contre
la dent. L’aiguille est enfoncée au maximum dans l’espace desmodontal en direction de l’apex où
l’anesthésique est alors injecté.

a.3 - Anesthésie intra septale:

Cette technique est indiquée dans le cas ou la péri apicale est contre indiquée ou en complément à celle-ci.

L’aiguille est introduite au niveau de l’espace desmodontal mais poussée cette fois-ci en direction de l’os
spongieux du septum

b. Anesthésie tronculaire ou locorégionale:


le produit anesthésique est porté au contact d’un tronc nerveux

• Au maxillaire supérieur:
L’anesthésie tronculaire est beaucoup moins utilisée qu’à la mandibule étant donné l’efficacité de la péri
apicale (corticale mince, os spongieux)
Cependant elle peut être indiquée dans certains cas:

• Indications :
- extractions multiples

- intervention étendue

- extraction de dents incluses par voie chirurgicale

- énucléation de kyste …

- dans le cas de phénomène inflammatoire contre indiquant une anesthésie locale

* Anesthésie du nerf naso-palatin

Se fait au niveau du trou palatin antérieur (situé en regard de la papille rétro incisive) L’aiguille est
introduite parallèlement à la table osseuse du coté palatin jusqu’au contact osseux où le produit sera
injecté. On aura l’anesthésie immédiate de la région palatine antérieure (de canine à canine) muqueuse et
os

* Anesthésie des nerfs dentaires antérieurs supérieurs (trou sous orbitaire):

• Se fait au niveau du trou sous orbitaire (situé à 1cm au dessous du plancher orbitaire sur la verticale
passant par la pupille)
Deux méthodes sont utilisées:

* Voie cutanée :

-localiser le trou sous orbitaire : 1cm du plancher orbitaire et 1cm de l’aile du nez avec l’index de la main
gauche

-introduire l’aiguille au niveau du sillon naso-génien

-le canal sous orbitaire est atteint par tâtonnement en se guidant par l’index de la main gauche

-enfoncer l’aiguille doucement de 1 à 2 cm et injecter doucement

Cette anesthésie est obtenue en 5mn et dure 45 mn.

* Voie endobuccale

- placer l’index de la main gauche sur le repère cutané du trou sous orbitaire et
- dégager la lèvre supérieure avec le pouce de la même main
- enfoncer doucement l’aiguille en regard de l’apex de la 2ème PM sup.
- la pointe de l’aiguille est perçue par l’index et l’orifice du canal est atteint par tâtonnement.
- injecter doucement
* Anesthésie du nerf palatin antérieur

• Se fait au niveau du trou palatin postérieur situé à 1cm à distance du collet de la 2ème molaire sup
(dépression)
• L’aiguille est introduite à ce niveau, l’injection se fait lentement
• On obtiendra l’anesthésie des 2/3 postérieurs de l’hémi voûte du palais
* Anesthésie des nerfs dentaires postérieurs supérieurs:

• Se fait au niveau du trou palatin accessoire situé en arrière de la tubérosité


• L’injection se fait au fond du vestibule le long de la face externe de la tubérosité
• Anesthésie des molaires avec leurs tissus de soutien.

A la mandibule

*Anesthésie au niveau du nerf dentaire inférieur à l’épine de Spix


Technique :

- repérer le bord antérieur de la branche montante avec l’index de la main gauche

- la direction de la pénétration de l’aiguille commence à partir de la canine de la région opposée, à 1 cm au


dessus du plan occlusal.

- l’aiguille est enfoncée doucement jusqu’au contact osseux, puis retirer l’aiguille de 1 à 2 mm et injecter
doucement.

• Cette anesthésie prend en 5 à 10 mn et dure 1 à 1 h 30 mn


Elle se manifeste par des fourmillements au niveau de l’hémi lèvre inférieure du même côté et du bout de
la langue (proximité du nerf lingual).

• Cette anesthésie donne l’insensibilité de la pulpe dentaire des molaires+2éme prémolaire situées
du même côté, et de la muqueuse du côté lingual.
La muqueuse vestibulaire innervée par le nerf buccal nécessite une anesthésie para apicale vestibulaire
complémlentaire.

* Indications :

- extraction des molaires inférieures

- intervention chirurgicale portant sur la mandibule (partie postérieure)

* Anesthésie du nerf mentonnier

• Consiste à insensibiliser le nerf dentaire inférieur à sa sortie au niveau du trou mentonnier situé
entre l’apex des deux prémolaires ;
• La technique est la même que la para apicale ;
• Anesthésie des dents+muqueuse vestibulaire du bloc incisivo-canin et 1ère prémolaire.
* Anesthésie du nerf lingual

• Obtenue par infiltration en regard de la dent de sagesse au contact de la table interne


• Indications dans les interventions portant sur la plancher buccal
• Anesthésie de l’hémilangue, plancher, versant lingual de la gencive

12 / Techniques de l’extraction dentaire :


La protection des tables :

Cadrans supérieur et inferieur droit Pouce===en vestibulaire


Index===en palatin/lingual
Cadran superieur gauche Index===en vestibulaire
Pouce ===en palatin
Cadran inférieur gauche Majeur=== en lingual
Index=== en vesttibulaire

Etapes de l’extraction dentaire :


1- anesthésie

2- Syndesmotomie :

Usage d’un syndesmotome

utilisation :

il est introduit dans le sillon gingival au niveau d’une des papilles inter dentaires jusqu’au contact
du rebord créstal voire légèrement en dessous et chemine au contact de la dent jusqu'à la papille opposé
en sectionnant le ligament.

Variétés

De Champret (non démontable) De Bernard ( démontable)


*Syndesmotome droit
*Syndesmotome faucille
*Syndesmotome coudé sur le tranchant

*Syndesmotome coudé sur le plat

3- Subluxation :

Usage de l’ Elévateur :

Utilisation :

l’instrument est introduit entre la racine et l’os alvéolaire, et agit comme un levier.

La concavité s’adaptant à la convexité de la racine, on réalise un véritable clivage de la dent de son tissu
de soutien, le but étant d’aboutir à la mobilisation et l’élévation de l’organe dentaire

Variétés : les formes les plus couramment utilisées sont :

• Élévateur droit de Flohr


• Élévateur de Roy (baïonnette)
• Elevateur de winter
4-Avulsion :

Usage du Davier :

- Utilisation :

Permettent de saisir la dent

- Variétés

Au maxillaire supérieur : les mors sont dans le prolongement du manche

1- daviers pour incisives et canines :

-forme générale rectiligne

2-Daviers pour prémolaires :

• Forme générale en S italique.

3-Daviers pour 1et 2 molaires :

• Forme général en S étiré.


• Mors asymétrique: en vestibulaire le mors possède un éperon médian car
présence de 2 racines
4-Daviers pour dent de sagesse :

• Forme en baïonnette :

5-Daviers pour racines :

Idem que celui des DDs mais avec l’extrémité des mors qui est en contact

A La mandibule : se distingue par l’orientation des mors qui forment un angle droit avec les manches :
1-Daviers pour incisives et canines :

2-Daviers pour prémolaires :

3-Daviers pour 1 et 2 molaires :

4-Daviers pour dent de sagesse :


5-Daviers pour racines

5-Révision alvéolaire ou le curetage :

Usage de Curettes

La prise est de type porte plume.

La face concave de la partie active est appliquée sur toutes les parois de l’alvéole.

Ensuite elle progresse de la profondeur vers la superficie assurant ainsi un curetage soigneux de la cavité.

6-temps gingival

• Compression bi digitale : pincer fortement les berges de l’alvéole de part et d’autre de façon à les rapprocher
au maximum
• Ensuite demander au patient de mordre sur le coton
7-conseils post-opératoires

• ne pas se rincer
• Ne pas enlever le coton avant 1h
• Alimentation semi-liquide pas trop chaude
• Ne pas toucher à l’alvéole
• Pas d’anti inflammatoires (aspirine!!)
• En cas de douleurs prendre du paracétamol
• Éviter les remèdes de « grand-mère » rinçage avec l’alun, le café, le vinaigre…

13/Thérapeutique :

*Antibiotique :

Résultats d’un antibiogramme :

B .sensible===CMI<Taux sérique

B .intermédiaire===CMI=Taux sérique

B .résistante===CMI>Taux sérique

La diffusion des ATB :

+++ Tissulaire==== Cyclines et macrolides

+++ Osseuse et dentaire====Cyclines et Macrolides

+++Cellulaire====cyclines ;Macrolides ;Pénicilline A


*Les+++ utilisés en dentisterie :
Famille Mode Exemple Indications Contre indication
d’action
B lactamine parois Pénicilline A ;V ;G ;M *Cellulite *Allergie aux B
Céphalosporine circonscrite ou lactamine
gangréneuse *Résistance
*Péricoronarite *Insuffisance
*GUN ;PUN rénale
Macrolides Synthèse Vraies : Spiramycine (Rovamycine°) ; Erythromycine *Si allergie aux Insuffisance
protéique Apparentés :clindamycine ;Pristinamycine B lactamine hépatique
*Infection
salivaire
Nitroimidazolés Bactéries Métronidazole (Flagyl°) *Infection *Allergie
anaérobies profonde *Allaitement
(anaérobiose) *Alcool
* *Insuffisance
hépatique
Aminozides Synthèse gentamicine *Tjrs en *insuffisance
protéique association rénale (car oto-
*Infection néphtotoxique)
sévère *Femme enceinte
*Allergie
Cyclines Synthèse Doxicycline ;Tétracycline *En *Enfant <8ans
protéique Parodontologie *Femme enceinte
*Allaitement

*Anti-inflammatoire :

Effets Exemples Indication Contre indication


Corticoïdes (AIS) Antiallergique Célestène Œdème Allergie
Anti-inflammatoire Solumédrol HTA non équilibrée
Immunosuppresseur Solupred Cellulite diffuse Diabète
Déxametasone Infection virale
Bétametazone Paralysie faciale
Prédnisone (60 mg /j pdt 7j)
Méthylprédnizolone
AINS Anti-inflammatoire Aspirine (3-6g/j) Douleur Allergie à l’aspirine
Anti pyrétique Ibuprofène (1200mg - Tuméfaction Antécédent
Anti agrégeant- 2400mg/j) Œdème d’asthme ou asthme
plaquettaire Diclofenac (Voltarène°) Insuffisance
Antalgique Kétoprofène hépatique
Insuffisance rénale
Insuffisance
cardiaque sévère
Risque
hémorragique
Grossesse
Infection virale
*Antalgique :

Selon l’OMS Douleur Molécule Posologie

Palier I faible Paracétamole 1g *3/j (selon la durée de


la douleur )
Panadole extra (Paracétamole+caféine) 500mg+65mg
Palier II Modérée à intense AINS Pas plus de 72h
Tramadol (rarement seul) 50 à 100mg (3à4fois/j)
Codéine +Paracétamol (Dafalgan) 60 mg/1g
Tramadol + paracétamol 50 à 100mg (3à4fois/j)
1g (3fois/J)
Palier III Persistante et rebelle aux AINS+paracétamol Adapter la durée
antalgiques palier I et II (Ains<72H)

Codéine ou tramadol Rechercher une


complication responsable
de la persistance de la
douleur
----------------------------------------------------- ------------------------------------
Opioïde fort

Neuropathies Association antalgiques (sauf AINS)


+corticoïdes

II/Prothèse :
Classification de Kennedy AppleGate :
Classe I de K-A:

édentement distal bilatéral

Classe II de K-A:

édentement distal unilatéral .

Classe III de K-A:

édentement encastré bilatéral avec présence des 2 canines

Classe IV de K-A:

édentement encastré antérieur de part et d’autre de la ligne sagittale médiane

Classe V de K-A:

Edentement bilatéral encastre avec la perte d’au moins une canine

Classe VI de K-A:

Edentement encastré unilatéral

*Stomatites prothetiques

Type I: forme localisee simple

Muqueuse palatine presente des taches rouges localisées


Type II: forme generalise simple en rapport direct avec la prothese

Muqueuese erythemateuse ,oedemateuse et satinee

Type III : forme hyperplasique papillaire inflamatoire

*Classification de Landa :

Maxillaire

Classe I : Crêtes peu 'ou non résorbées

Hauteur>= 1cm

Tubérosité bien formée

Classe II : Crêtes peu 'ou non résorbées

Hauteur>= 1cm

Formation hyperplasique

Classe III: crête trop résorbée

Voute plane

Profondeur du vestibule <1cm

Mandibule

Classe I: crête peu ou non résorbée ,1cm de hauteur

Insertion musculaire au dessous des crêtes

Classe II: idem + Formation hyperplasique

Classe III: crête trop résorbée plate

Hypertrophie du plancher buccal

Classe IV: crête négative ( en creux)

*Empreinte secondaire :
1/Vérifier le PEI en bouche :

*La rétention

*Les freins médians (en mobilisant la lèvre)

Latéraux (en mobilisant les joues)

2/Enregistrement du joint périphérique : Pate de Kerr(Méthode segmentaire) ou silicone lourd ( Méthode globale)
en respectant la chronologie des zones à enregistrer et ne déposant la pate que sur la zone à enregistrer

Supérieur :

*Zone latérale moyenne droite :mobiliser la zone de réflexion muqueuse (mobiliser la joue)

*Zone latérale moyenne gauche :idem

*Zone postérieur (tubérositaire) gauche :ouverture maximale et fermeture

*Zone postérieur droite : idem


*Zone antérieur : traction antérieur et inférieur de la lèvre

*Zone postérieur (voile du palais) : prononcer un long A

Inferieur :

Du coté vestibulaire : idem que supérieur

Du coté lingual :

*Zone sublinguale : Traction de la langue et la pointe en contacte avec la papille rétro incisive

*zone latérale : Déplacement de la langue à droite et à gauche

3/Enregistrement des surfaces d’appuis : silicone léger ( en englobant le joint déjà enregistrer)

On refait tous les mouvements précédents

Et on vérifie notre PEI ====si ya absence de silicone sur une zone du PEI veut dire que ya compression

4/ Couler le model avec coffrage (bosxing) qui est très important pour préserver notre joint périphérique enregistré

*Enregistrement de l’occlusion :

1/POP :
*Maquette supérieur : -Verticalement : rapport avec la lèvre (dépasse de 1à2mm chez les femmes ; au même

niveau chez les hommes )

-Horizontalement : usage de la plaque de Fox :antérieurement =Ligne bi pupillaire

Latéralement =Plan de camper (tragus-aile du nez)

*Maquette inférieur : Evaluer le rapport intermaxillaire

NB :dés le réglage de la maquette supérieur les rectification ne se feront que sur l’inférieur

2/DV : Assurer le stomion (Estimation esthétique) ou assurer l’égalité entre la distance :angle externe de l’œil-
Commissure labiale et point sous nasale-gnathion

Peut être sous ou sur évalué

3/Tracer la LSM sur les 2 maquettes

4/RC : Peut être enregistre selon plusieurs techniques dont « le reflexe molaire » ;on met un repère sur les 2
maquette ( au niveau latérale) puis on refait le test plusieurs fois ;il faut que les repères coïncident après chaque
test ;

Après validation de tous les paramètres on met en place des agrafes et on retire de la bouche du patient et on
passe au transfert sur articulateur

*Essayage du montage :
Il faut contrôler :* La stabilité ( avec la liberté des freins et brides)

*L’esthétique

*La phonation ( Compter de 1 à 10 et insister sur le 6)

*L’occlusion ( rapport dentaire)


*Animation

*Mise en moufle (partielle) :

Partie====Plâtre+model (recouvrir les dents en plâtre et la région postérieur du palais)

Après prise , on met un peu de vernis partout sauf au niveau des dents

Contre partie +Plâtre fluide + vibreur + bien remplir

Un ébouillantage est réalisé (introduction du moufle dans de l’eau bouillante pendant 20min)

*La résine :

La poudre doit être assez et bien mouillée par du monomère

Les proportions approximatives ( varie selon le fabriquant) :

-Pondéral :polymère/monomère=2 /1

-Volumétrique :polymère/monomère=3/1

La réaction monomère- polymère passe par 4 stade (stade 3=manipulation+++) :

Stade 1 : liquide

Stade 2 : Filamenteux

Stade 3 : Pâteux (disparition des filaments)

Stade 4 :Elastique

La cuisson se fait selon un cycle Bien précis :

Le refroidissement est préférablement fait sans retrait du moufle de son eau ( éviter le choc thermique .

*Eléments du châssis métallique :

Connexion principale Connexion secondaire Selles Crochets


*Maxillaire : -Avec liaison rigide -Entièrement métallique *A liaison rigide
-Plaque large -Avec liaison semi-rigide -Partiellement métallique -Double
-Plaque étroite -Ackers
-Plaque à recouvrement -Ney N°1
-Plaque en U -Anneau Ney modifié N°1
-Double entretoise *A liaison semi-rigide
*Mandibule : -Nally Martinet (taquet du coté
-Barre linguale opposé à l’édentement)
-Barre linguale+barre corono- -A action postérieur
cingulaire *Cavalier Bonwill (taquet placé
-Bandeau lingual du coté édenté pour assurer un
-bandeau cingulo-coronaire équilibre)

Le crochet==Bras rétentif---du Coté vestibulaire avec une extrémité flexible ---placé au dessous de la LG ===rétention

Bras de calage---du coté lingual (rigide)---placé au dessus de la LG===Stabilité

Potence ----proximal====vers la grille

Occlusion serrée =Lorsqu’on a pas assez d’espace pour la résine et la selle ;dans ce cas on supprime la résine avec
mise en place de supports qui accueillent les dents

Classe I -Plaque large Liaison semi rigide Nally martinet


-Plaque de recouvrement
Classe II idem Idem Idem+cavalier Bonwill
Classe III -Plaque étroite Liaison rigide (appui dentaire Ackers ;Ney N°1 ;double
-Double entretoise seulement)
Classe IV Liaison semi rigide Cavalier Bonwill
Liaison rigide (appui dentaire)
Classes V et VI Plaque étroite Liaison rigide Ackers ;Ney N°1 ;Double
Intercalaire de Plaque large Liaison semi rigie Nally martinet
grand étendu
Intercalaire de -Plaque étroite Liaison rigide Ackers ;Ney N°1 ;Double
moyen et -Double entretoise (sur M ;PM ;C)
faible étendue
Grand étendu Plaque de recouvrement

III/ODF :
*Céphalométrie :
1/ Le tracé :

Les tracés à partir d’une radiographie de profil :

1/Le profil cutané :

Front ,nez ,lèvres et menton

2/Le profil osseux :

*Corticale externe ,interne de l’os frontal et le sinus

*L’os nasale +suture naso-frontale

*Lame criblée de l’éthmoide (se prolonge avec la corticale interne du frontal)

*L’orbite :Plafond (pénètre le sinus)

Rebord orbitaire externe

*Selle turcique + apophyses clenoide ant et post

*Clivus (basisphenoide et basioccipital et suture sphéno-occipitale)


*Foramen magnum

*Grande aile du sphenoide (pronlongement de la lame de l’éthmoide et intersection avec le condyle jusqu’à la partie
ant du F.Magnum)

*Key Ridge (association temporal et maxillaire)

*Fente ptérygo-maxillaire (goute inversée)

*Maxillaire :*ENA,Rebord alveolaire ant,Crete incisive,plancher nasal,voute palatine et ENP

*1ere molaire sup

*Cercle en pointiller autour des DDs

*Mandibule :*borf inf,bord post de la branche montante ,condyle,echancrure sigmoide,apophyse coronoide,bord


ant de la branche montante (s’arrête à la hauteur de la dernière dent à faire son éruption) , corticale externe puis
interne de la symphyse ,incisive,1ere molaire inf et DDs

*L’atlas et l’axis et apophyse odontoïde

*COE

-Rapports cranio-faciaux sagittaux :*SNA ;SNB ; ANB

*Steiner :SL et SE

* S-FPM et S-CVG

-Mensurations basales :*ENA-FMP de W.Willy

*A T de Château
mensuration Valeur moy Valeur Interprétatipon
trouvé

SNA 80,5+-2°
SNB 78+-2°
ANB 2.5+-2°
Convexité 3 ;6=5.5
7 ;10=4.4
11 ;14=3.7
Rapports
15 ;18=2.5
cranio-faciaux
Adulte=1.7
sagittaux
SE 22+-2°
SL 51+-2°
S-CG 17-18mm +-2°
S-FPM 17-18mm+-2°
FPM-ENA 52mm+-2°
A-T de 8ans=46mm+-2
Chateau 12ans=49mm
16ans=51mm
Adulte=52mm
Longeur W.W 101 ;103mm+-2
mensurations
Xi-PM 9ans(64-70)
basales
10ans(65-71)
11ans(67-73)
12ans(68-71)
13ans(70-73)
14ans(72-78)
FMA de 27°+-4
Tweed
Direction de Axe Y de 59°+-2
croissance Brodie
Axe facial de 90°+-3
Ricketts
HES 45%
HEI 55%
Hauteur 47%
Mensurations
ramal
verticales
Hauteur facial 47°+-4
ant
ENA Xi PM
6 PTV Age+3+-3mm
I/F 107°+-2
Rapports i/m 90°+-2
denture- I/A-POG 260+-4
squelettiques I/A-POG 2+-2mm
i/A-POG 22°+-4
i/A-POG 1+-2mm
Rapports I/i 125°+-6
dento-
dentaires
LS/Ligne E -1mm
Esthétique LI/ Ligne E 0
Angle Z 78°+-2
A savoir :

*Les directions de croissance faciale et mandibulaire vont ensemble.


*Croissance mandibulaire postérieure ====menton s’abaisse et recule

==== Ramus court

====Open bite

*Croissance mandibulaire antérieure ==== menton s’élève et avance

====Ramus long et vertical

====Deep bite

*Phases de dentition :
-Phase de denture temporaire :Toutes les dents temporaires en place (à l’âge de 2ans)

-Phase de denture mixte : Eruption des 1ere molaire, Incisives centrale et latérale permanentes (Dure 2ans)

-Phase de denture adolescente :Eruption des Prémolaires et canines permanentes ( lee way)

-Phase de denture adulte jeune : Eruption des 2e Molaires permanentes

-Phase de denture adulte complète : Eruption des DDS

*L’agencement inter arcades :

-Dents temporaires :

Incisives Canines Molaires


Sagittal Over jet léger Selon Mme Muller Plan terminal :
-Classe I :C sup entre C inf et -A marche distal (future classe II)
1ere M inf -Droit (future classe I ;II ou III)
-Classe II :C sup mésialée par -A marche mésiale (future classe I ;III)
rapport à l’inf
-Classe III : C sup distalée
Vertical Over bite léger ou bout à Recouvrement canin Recouvrement léger
bout suffisant
Transversal Coïncidence des points inter Surplomb respecté : Versent Engrainement peu profond
incisives mésio-palatin sup en contact
Coïncidence des médianes avec le versent disto-vest inf

-Dents permanentes :

Incisives Canines Molaires


Sagittal Over jet 2-3mm Classe I d’angle Classe I d’angle
Vertical Over bite 2-3mm Recouvrement suffisant (sup recvt 2/3 inf) Recouvrement suffisant
(Molaire sup recvt 1/3 inf)
Transversal Coïncidence des Surplomb respecté : Versent mésio- Engrainement C.M.P sup avec F.C.inf
points inter palatin sup en contact avec le versent
incisives disto-vest inf

Selon Château : Age dentaire= Nbr de dents permanentes + 5

4
*Les crochets :

Simple Crochet passif sur molaire pour la rétention de la plaque


Cavalier Crochet passif entre PM-M ;M temp-M perm ;M temp-M temp
Adams Passif sur M ou PM
Shwarts Passif entre PM-M ou PM-M-M
Arc vestibulaire Actif corrige la vestibulo-version des dents antérieurs
Rétracteur canin Actif suite à l’extraction de la 1ere PM
Omega (Shwarts actif) Actif permet de vestibuler les dents antérieurs
Réducteur de Diastème Actif au niveau des 2 IC ou 2 IL
Serpentin Actif sur une IC ou IL pour corriger la lingo-version , l’activation se fait par
élargissement des marches

*Diagnostic differentiel entre latérognathie et latérodéviation :

Latérognathie *Asymétrie de forme ou d’implantation de la mandibule


*asymétrie faciale
*Non coïncidence des milieu inter incisifs en ICM et RC
*Manœuvre de recentrage (-)
Latérodéviation *Anomalie fonctionnelle (chemin de fermeture droit
jusqu'à rencontre d’un obstacle)
*idem sauf la coïncidence des milieu inter incisifs et la
disparition de l’asymétrie au repos
*Manœuvre de recentrage (+)

4/Parodontologie :
*Les caractéristiques cliniques d’une gencive saine :

-Contour : Suit le collet anatomique des dents


-Couleur : Rose pale ou corail parsemé de tache bleu de mélanine

-Consistance :Ferme et adhérente pour la GA ; Souple pour la GL et lâche pour la muqueuse alvéolaire

-Aspect : piqueté en peau d’orange pour la GA et lisse pour la GL

-La forme varie d’un sujet à un autre

-Volume normal

-absence de saignement au sondage

-Profondeur du Sulcus = 0,5 - 2 mm

-La hauteur de la gencive attachée : 2 – 9 mm

*Les contre indications du sondage :

- Présence de suppurations

-Patient ayant subit une radiothérapie

-Présence de maladie systémique (altération de l’état général)

*Les signes d’activité de la Maladie parodontale

Augmentation du fluide gingival - Halitose - Suppuration


*La triade de Weski :

*Schéma de Schroeder modifié :


*Les indices parodontaux :

Les indices de l’HBD Les indices de Les indices de Les indices Les indices occlusaux
l’inflammation sévérité de déterminant les
l’atteinte besoins de traitement
parodontale
*OHI-S de Green et *PMA de SHOUR et Classe I : la PTNS : *Abrasion selon
Vermillon : Massler : «topographique» : récession ne 0 :sain pas besoin de Aguel :
-DI-S : 1 :Inflm de la GP dépasse pas la ligne traitement 0 :pas d’abrasion
C0 :Ni débris ni 2 :Inflm de la GP et GM muco-gingivale et le 1 :Gingivite ;absence 1 :Email
coloration 3 :Inflm de la GP ;GM et GA parodonte de tartre ,surplombs 2 :Email+ilots de
C1 :Débris mous interproximal n'est dentine
et poches >5mm ,
couvrant jusqu’au 1/3 de *GI deLoe et Silness : pas altéré. 3 :Email+surface de
• Classe II : la besoins d‘enseigner
la dent 0 :pas d’inflm dentine
C2:// entre 1/3 et 2/3 1 :Inflm légère ;léger récession dépasse la HBD 4 :+++ pulpe vue par
C3:// Plus du 2/3 changement de couleur et ligne muco-gingivale 2 :Présence d’au transparence
-CI-S : de forme aucun saignement et le parodonte moins une dent avec 5 :Mise a nu de la
C0 :Absence de tartre provoqué interproximal est du tartre supra ou pulpe
C1 :Tartre supra gingival 2 :Inflm modérée,rougeur, intact. sous gingival et *Mobilité selon
ne couvrant pas plus du oedéme modéré avec • Classe III : la absence de poche ARPA :
1/3 de la dent saignement provoqué récession dépasse la >5mm ;HBD+ 0 :Physiologique
C2:// entre 1/3 et2/3 3 :Inflm sévère oedéme ligne muco-gingivale détartrage + 1 :Mobiité horiz
C3:// plus des 2/3 ou important, hypertrophie et est accompagnée <1mm perceptible aux
supprimer les
bande continue de tartre accentuée avec tendance d'une atteinte doigts
obturations
sous gingival hémorragique spontanée et parodontale au 2 :Mobilité horiz
niveau interproximal débordante
*PI de Silness et Loe : ulcération suppuration <1mm perceptible à
0 :Pas de plaque *SBI de Muhlemann et Son : restant coronaire à 3 :Présence d’au l’œil
1 :Mince film de plaque 0 :Gencive normale sans la base de la moins une poche 3 :Mobilité horiz
visible après exploration saignement au sondage récession. >5mm ;traitement >1mm
à la sonde 1 :saignement au sondage • Classe IV : la complexe spécifique 4 :Mobilité horiz+
2 :Accumulation pas de changement de récession dépasse la axiale
modérée visible à l’œil couleur ou de contour ligne muco-gingivale
nu 2 :Saignement au sondage et est accompagnée
3 :grande accumulation et érythème d'une destruction
avec présence dans les 3 :Saignement au majeure des septa
espaces inter dentaires sondage ;érythème ;œdème osseux
*Indice de plaque de moyen interdentaires se
O’Leary et al : 4 :Saignement au sondage situant au niveau de
Nbr de face avec érythème ;œdème la base de la
plaque*100 important récession
Nbr de face observée 5 :saignement au sondage, *Indice de Bequeur
saignement spontanée , et coll :
œdème important avec ou Récession en
sans ulcération ; U :large et profonde
suppuration Récession en
*PBI de Mulehman et V :large et peu
Saxer : profonde
0 : pas de saignement Récession en I :
1 :Un seul point de Etroite et courte
saignement *Glickman :
2 :Un liseré de saignement -Cl I :Lésion
qui remplit le sulcus débutante avec
3 :Saignement abondant atteinte du ligament
débordant du sulcus parodontal sans
évidence clinique ou
radiologique
-Cl II :Lésion
partielle ; os détruit
sur une ou plusieurs
faces de la furcation
mais une partie du
ligament et de l’os
est intacte
permettant le
passage partiel de la
sonde
*CL III :Lésion totale
la furcation peut
être obstruée par la
gencive mais l’os a
été détruit à un
degrés assez
important pour
permettre le
passage total de la
sonde en vestibulo-
lingual
*CL IV :Lésion totale
prononcée l’os a été
détruit à un degrés
que la furcation est
ouverte et permet
facilement le
passage d’une
sonde
*Meyer :
-Lésion inter
radiculaire juxta
osseuse
-Lésion radiculaire
infra osseuse
-Lésion inter
radiculaire supra
osseuse
*Universelle :
-CLI :lésion
débutante,
pénétration de la
sonde au moins de
2mm
-CLII :Lésion partielle
pénétration de la
sonde à 2mm ou
plus
-CLIII :Lésion totale
pénétration de part
en part de la sonde
*Les urgences en parodontologie :

Cliniquement Etiologie Traitement


GUN *Localement: -La flore bactériennes Traitement d’urgence:
-Ulcérations gingivales spécifique; de VINCENT 1ère séance: Écouvillonnage à
recouvertes par enduit (fusiformes, spirilles) l’eau oxygénée à 30vol
grisatre due à la nécrose -Les facteurs prédisposant: Prescription
-Décapitation des papilles -stresse: médicamenteuse (métro 1g/j
-Des dépressions -Tabac pdt 10js + anti inflammatoire+
découpées en cratères sur -Alcool antalgique)
le rebord gingival BB: eau oxygénée
-Gingivorragies spontanées 30vol+ eau tiède (à part
et provoquées au moindre égale)
contact 2ème séance: (48H après)
-Douleurs gingivales Écouvillonnage à
intenses, irradiantes et au l’eau oxygénée
toucher Maintien des
-Un gout métallique rinçages
Signes généraux: 3ème séance: (48H après)
- Peut toucher les On considère que
amygdales et réaliser les symptômes aigues ont
ANGINE DE VINCENT disparus
-Adénopathies sous Écouvillonnage à
maxillaires et sous l’eau oxygénée
angumo-maxillaires Détartrage sus
-Asthénie gingival
-Fièvre Arrêt des rinçages
-Anorexie à l’eau oxygénée
-Insomnie 4ème séance: Détartrage
-céphalée complet
Examen clinique
détaillé du parodonte
Généralement,
nécessite une gingivoplastie

Péricoronarite -Recouvrement de la -Accumulation des Traitement d’urgence:


surface occlusale par un bactéries et débris -Rinçage à l’eau tiède
tissu inflammatoire appelé alimentaires au niveau de -Elimination des débris
« capuchon muqueux » l’espace situé entre le alimentaires et la plaque
-Ce capuchon est rouge, capuchon muqueux et la située sous le capuchon à
tuméfié, douloureux avec dent === inflammation l’aide d’une curette
tendance au saignement -Œdème important === -Prescription d’anti
-Souvent traumatisé et traumatisme (par la dent inflammatoire, antalgique et
ulcéré parfois suppuré antagonisme) BB+++++
-Irradiation des douleurs Traitement curatif:
vers l’oreille et la gorge -Dent à conserver
décapuchonnage
-Dent irrécupérable
exo

Abcès gingival -La zone affectée de la Introduction de matériaux -Incision et drainage du pus
gencive libre est tuméfiée, étrangers en force dans la -Elimination du corps
rouge, d’aspect lisse et gencive (cure-dent) === étranger
brillant irritation -Prescription d’un antalgique
-Douloureuse au toucher (ATB n’est pas nécessaire sauf
-Peut se fistuliser et maladie générale)
permettre l’évacuation du
pus

Abcès parodontal: Abcès aigu -C’est l’extension de Traitement d’urgence: selon


Douleur, sensibilité à la l’infection à partir d’une le cas:
palpation poche parodontale -Abcès en voie de formation
Zone tuméfiée, rouge, ATB pour collecter le pus
brillant -Abcès non drainé
Suppuration lors de incision et drainage du pus
pressions -En présence d’une fistule
Abcès chronique élargissement pour
Asymptomatique évacuation
Drainage continuel dans -En présence d’une voie de
CB drainage à travers la poche
débridement
-Il apparait comme une Pour l’ensemble:
zone radio claire le long de -Prescription de BB jusqu’à la
la surface radiculaire fermeture de la plaie
-ATB par voie systémique
dépend des cas
Traitement curatif: ttt de la
poche
Syndrome du septum: -Gencive papillaire rouge -Un défaut de point de -TTT étiologique: suppression
avec tendance au contact: de l’agent causal
saignement -Dent en mal position -TTT symptomatique:
-Douleurs dans la région -Destruction de la zone de curetage parodontale
inter dentaire ressemblant contact
aux douleurs pulpaires -Brossage abusif et
-Sensibilités des dents à la traumatisant
percussion -Introduction de corps
-Sensation de compression étranger: Fragment
d’allumette ou cure-dent
-Lésion iatrogène:
obturation débordante

Tassement alimentaire: -Sensation d’un sillon -Malpositions dentaire -TTT d’urgence: curetage
gingival plein -Perte de point de contact parodontale de la région
-Douleurs à la mastication -Rapports occlusaux intéressée
anormaux -TTT définitif: il est
-Caries proximale et étiologique (ttt ODF)
destruction de la couronne
-Obturation dentaire
débordante

Saignement gingival: *Facteurs locaux: Traitement d’urgence:


- facteur mécanique: -Localiser le saignement en
blessure traumatique éliminant le caillot sanguin
(bagarres, chute, mauvaise -Compression bi digitale
use de cure-dent) maintenue au moins 3min
- facteur physique et -En cas d’échec
chimique: brulures adjonction d’un
gingivales (produit hémostatique: Surgicel
chimique, alimentation -Sinon : gouttière en Stains
chaude) -En cas de déchirure gingivale
*Facteurs généraux: - == suture
carence en Vit K ou autres -Orientation du malade vers
facteurs de coagulation le service d’hématologies, si
- certaines maladies: une maladie générale ou un
leucémie ttt médical est mis en cause
- administration à doses
excessive de certains
médicaments telle
aspirine, anticoagulant

Mobilités dentaires Traitement d’urgence:


-Dent sans support osseux
exo
-Dent avec support osseux
suffisant contention
Ttt définitif:
est en fonction des lésions
existan
Morsure palatine -Plaies au niveau de la -Supraclusion incisives -Traitement d’urgence: - plan
gencive palatine de surélévation ou gouttière
-Recouvrement excessif occlusale
des incisives inférieures - si plaie anti inflammatoire et
par les incisives BB
supérieures -Traitement définitif: ODF

DAM -Douleurs musculaires -Tension psychique -Traitement d’urgence: -


(+++++ ptérygoïdien -Rapports occlusaux prescription de myorelaxant
externe) anormaux ½ cp le soir pdt 5js
-Douleurs articulaires - gouttière occlusale pdt au
-Bruits articulaires moins 15js
(claquement, crépitation) - psychotérapie
-Limitation de l’OB *Traitement d’entretien:
-Latéro-déviation - réhabilitation occlusale
mandibulaire - psychotérapie
-Présence d’un trouble
occlusal (prématurité,
interférence)

Diagnostic différentiel: entre l’abcès périapical et l’abcès parodontal

*Le complexe rouge=tréponème Denticola (ex spirochète) ;Porphyromonas gingivalis ;Bactéroide forsytus)

*classification des maladies parodontales :


-Classification de Tecucianu :

Gingivopathies Parodontolyses
*Processus pathologique responsable * Processus pathologique responsable
*Lésion élémentaire *Mode évolutif
*Mode évolutif *Critère anatomiques :siège+étendu
*Critère anatomiques :siège+étendu *Critères étiologiques
*Critères étiologiques *l’état de la lésion : pure ou associée
*l’état de la lésion : pure ou associée
EXP :Gingivite chronique oedémateuse marginale EXP : Parodontite chronique complexe profonde
généralisée à toute la C.B d’étiologue locale direct localisée au bloc ant sup d’étiologie locale direct et
indirect
-Classification de Page et Schroeder :

Elle regroupe l’aspect clinique, radiologique, microbiologique et la réponse de l’hôte.

1) Maladies de la denture à localisation parodontale exclusive:

Parodontite chronique habituelle de l’adulte (PCHA)

Parodontite juvénile (PJ)

Parodontite pré pubertaire (PPP)

Parodontite à progression rapide (PPR)

2) Maladie parodontale symptôme de maladie générale:

Papillon Lefèvre

Hypophastasie

Acatalasie

Chediak Igashi

Acrodynie

Leucopénie

Trisomie 21

Histiocytose X

-Classification d’Armitage :
*Plan de traitement en parodontologie :
1 /traitement d’urgence : (inconstant)

2/thérapeutique initiale :

*Motivation du patient à l’HBD

* enseignement des méthodes de brossage (brossage + adjuvants)

*Détartrage, surfaçage et polissage ( si patient à risque==ATB)

*Traitement médicamenteux : Antibioprophylaxie ; Fluor ; BDB

*remise en état de la cavité buccale par élimination des facteurs favorisants ( sauf :osseux ;musculaire ;muqueux )

*Traitement fonctionnel : -Goutière de reconditionnement neuro-musculaire

-Contention temporaire

-Odf majeur----)Si gingivite et mineur -----)si parodontite

-Prothèse transitoire afin d’assurer une adaptation plus facile à la définitive

-Meulage sélectif primaire-----)Pour les grosses prématuritée

3/Réevaluation :Indices ;sondage ;radiographie ;étude bactériologique

4 /Phase corrective :

*Traitement non chirurgical :prescription médicamenteuse si nécessaire

*Traitement chirurgical : Osseux==Comblement

Muqueux==Approfondissement du vestibule

Gingival==Lambeau d’assainissement pour les poches >5mm

Extraction parodontale

Greffes…..etc
*Réhabilitation occlusale :

-prothèse définitive

-ODF majeur

-Gouttière

-Contention semi et permanente

-Meulage après étude occlusale

*Posologies :

Monothérapie Bithérapie

*P. chronique: Clamoxyl 1g cp *2/j pdt 7j *GUN :Augmentin 500mg sachet

Métronidazole 500 mg cp*3/j pdt 7j 01 sachet *3/j pdt 14j

Birodogyl 1 cp *2 pdt 5j *PJG et PPR : clamoxyl 500mg gel

*P. réfractaire : Augmentin 500 mg sachet *2/j 01gel* 3/j pdt 14j

*PJL: Doxycycline 100 mg gel *2/j pdt 2j Flagyle 250 mg cp

*1/j pdt 12j 01cp*3 /j pdt 14j

*PPP: clamoxyl 50mg /kg srp pdt 14j

Métronidazole 250mg cp

1/2cp *3/j pdt 14 j

V/Odntologie conservatrice endodontie :


*Classification de black :

-Classe I : cavité de carie siégeant sur la face occlusale des PM et M , fossettes vestibulaires des M inf ,fossettes
palatines des M sup et cingulum des incisives et canines

-Classe II : cavité de carie siégeant au niveau de la face proximale des PM et M

-Classe III : Cavité de carie siégeant au niveau de la face proximale des dents antérieurs sans destruction de l’angle
incisif

-Classe IV : Cavité de carie siégeant au niveau de la face proximale des dents antérieurs avec destruction de l’angle
incisif

-Classe V : cavité carieuse siégeant au niveau du 1/3 cervical de toutes les dents et toutes les faces

-Classe VI : cavité de carie siégeant au niveau des surfaces lisses des dents , pointe cuspidienne et bord libre des
dents antérieurs

NB :
Carie proximale= du point de contact jusqu’au bord libre

Carie cervicale= 1/3 cervical


*Préparation des cavité de Black : Principe de Black toujours plus profond que large

Classe I M sup= 2 haricots séparés par le pont d’email


M inf = Extension prophylactique (englober les sillons)
PM= Forme de papillon
Classe II Cavité proximale (principale) en premier
Cavité occlusale (secondaire)
Classe III Cavité principale ( proximale)
Extension palatine ( secondaire)
Classe IV Idem que la III
Classe V Un haricot correspondant au collet de la dent
Classe VI
Cavité MOD Préparer les cavités proximales ( mésiale et distale)
séparément puis les relier par la cavité occlusale

*Classification de SISTA : voir le résumé de 2e année

* Les matériaux d’obturations : Les facteurs influençant le choix du matériau

La taille de la lésion La prévention des récidives L’ésthétique


*Lésion de site 1 : CVI++++ Composite +++++
-Dent immature venant faire son Composite +++ CVI+++
éruption avec sillons profonds : Amalgame +
Composite non chargé ou CVI sans
usage d’instruments
-Dent mature avec apparition d’une
légère carie dentinaire : Exciser la carie
de façon habituelle , tailler les sillons si
possibilité de carie + CVI
-Cavité moyenne sans charge occlusale
excessive , trépanation habituelle +
CVI+composite
-Cavité de grande taille sur M : CVI +
amalgame
*Lésion site 2 :
-Dents postérieurs :
°Lésion nouvelle uniquement dentinaire
CVI ne recouvrir que si la surface
occlusale impliquée est très importante
°Lésion plus grande avec implication de
crête marginale , si sillon occlusal non
impliqué composite mais si les charges
occlusales +++ amalgame
°Lésion de grande taille avec une ou
plusieurs cuspides affaiblies et non
soutenues Amalgame
° Perte d’une ou plusieurs cuspides
amalgame puis inlay onlay en céramique
-dents antérieurs :
°Lésion initiale CVI+++
°Lésion importante ou remplacement de
restauration CVI+Composite
*Lésion site 3 :
CVI ;Composite ou compomère

*Classification des adhésifs amélo-dentinaire :

Classification historique Classification moderne


*1ere ;2e ;3e génération : à partir de la 2 e génération le *Système avec mordançage préalable et rinçage en 3 ou 2
mordançage a été introduit et intéressait que l’ émail étapes :
*4e génération : le total etching (Email+dentine) -M&RIII :3 étapes =4e génération
-Mordançage : Acide phosphorique 37% Mordançage + rinçage+séchage
+rinçage+séchage Primer
-Primer : Hydratation Résine fluide ou adhésif
-Résine adhésive -M&RII : 2 étapes = 5e génération
*5e génération :Primer + adhésif (même tube) Mordançage + rinçage+séchage
*6e génération : Primer acide puis résine adhésive Primer + Adhésif (même flacon)
*7e génération :Acide+Primer+Adhésif ( 3 en 1) équivalent *Système auto mordançant « SAM » :
du SAM -SAM II :2 étapes=6e génération
Le Primer acide
Résine adhésive classique
-SAMI :1 étape tout en un =7e génération

*Les atteintes pulpaires :


-Classification de BAUME :

Catégorie Modification de Marmasse

I Pulpe vivante sans symptomatologie, Lésées


accidentellement ou proche d’une carie profonde
susceptible d’être protégées par un coiffage
II Pulpe vivante avec symptomatologie dont on tentera
surtout chez les jeunes de conserver la vitalité
pulpaire par coiffage ou biopulpectomie
III Pulpe vivante dont la biopulpectomie et l’obturation
canalaire immédiate sont indiquées pour des raisons
symptomatologiques,prothétique ou iatrogènes
IV Pulpe nécrosée avec infection de la dentine Et l’obturation canalaire
radiculaire , avec ou sans complications péri-apicale
exigeant un traitement antiseptique
IV bis par Marmasse Pulpe nécrosée avec infection de la dentine
radiculaire , avec ou sans complications péri-apicale
sur dents immatures , traitement antiseptique et
obturation provisoire des canaux avec pate
résorbable
En résumé : Baume I ;II=== Thérapeutique dentinogène

Baume III=== Thérapeutique cémentogène

Baume IV===Thérapeutique ostéo-cémentogène

Pathologie Diagnostic Traitement Prescription


Syndrome *Douleur provoquée(froid ;sucre…) *Anesthésie
dentinaire *Disparait à l’arrêt du stimulus *Curetage +restauration
*Carie ou récidive
*Test de vitalité pulpaire (+)
Pulpite * Douleur provoquée(froid ;sucre…) *Anesthésie
réversible *Persiste après l’arrêt du stimulus *Curetage+ coiffage
*Carie ou récidive direct ou indirect et
*Test de vitalité pulpaire (+) obturation temporaire
*Obturation définitive
lors de la disparition des
douleurs

Pulpite *Douleurs spontanées ,intense, pulsatiles, *Pulpotomie ou Antalgique palier I


irréversible et continues pulpectomie
*Carie ou récidive
*Test de vitalité pulpaire (+)
Nécrose *Découverte fortuite Traitement
pulpaire *Dent asymptomatique endodontique
*Variation de la teinte de la dent
*Antécédent de douleur ou de traumatisme
*test de vitalité pulpaire (-)
Parodontite *Découverte lors d’un contrôle Traitement
chronique radiologique (image radioclaire en rapport endodontique
d’origine avec l’apex) ou suite à une fistule
endodontique *Variation de la teinte de la dent
*Test de vitalité pulpaire (-)
Parodontite *Douleur spontanée ;continue ;exacerbée Parage de tous les Antalgique palier I
aigue par le contact occlusal canaux
d’origine *test de vitalité pulpaire (-) Obturation définitive
endodontique *Percussion (+)
*Palpation vestibulaire parfois douloureuse
*léger épaississement ligamentaire ou
image radioclaire débutante
Parodontite *Douleur spontanée ,continue,très intense Drainage transcanalaire Antibiotique
d’origine *Contact occlusal intolérable ou incision si abcès Antalgique palier II
endodontique *Tuméfaction collecté
aigue *Test de vitalité pulpaire (-)
abcédée *Percussion très douloureuse
*Palpation vestibulaire très positive
*Image radioclaire
Syndrome du *Douleur importante pouvant faire penser Nettoyage de la zone
septum à une parodontite d’origine endodontique douloureuse
aigue Reconstitution du point
*Douleurs surtout après les repas de contact
*Percussion (+) des deux dents adjacentes
*Test de vitalité (+)
*Absence de point de contact
*Tassement alimentaire
*Gencive hémorragique au niveau d’une
Papille lors du sondage
*Lyse osseuse horizontale

Desmodontite *Douleur à la mastication et à la pression Dans le cas d’un


*sensation de dent longue traumatisme occlusal
*Test de vitalité (+) lever la surocclusion
*Percussion (+)
*Techniques et différentes thérapeutiques :
-Coiffage : voir résumé 3e année

-Les 12 temps de la thérapeutique cémentogène :

°radiographie préopératoire

°Anesthésie

°Champ opératoire

°Trépanation de la chambre pulpaire avec cavité d’accès (voir résumé 3 e année)

°Extirpation pulpaire

°Hémostase

°radiographie lime en place

°Mise en forme canalaire

°Irrigation à l’hypochlorite de sodium 2%

°Séchage

°Obturation

°radiographie post opératoire

*Notions sur l’instrumentation :


Tous les instruments endodontique normalisés présentent : lame active=16mm; Conicité=2%=0,02mm ;
D2=D1+16*0,02

Le code couleur :

6=Rose 8=Gris 10= Violet 15=Blanc 20=Jaune

25=rouge 30=Bleu 35=Vert 40=Noir

Lime K= Horaire et anti-horaire 1/8 tour

Lime H= mouvements de vas et viens

Broche= Horaire et anti-horaire ¼ tour

-FIN-
Que ce livre soit utile et avantageux pour tous ceux qui le lisent
inchallah car Allah nous a toujours incité à partager notre savoir et nos
connaissances avec autrui

Bon courage

K.B- copyrights Aout 2016

Edition : Home sweet Home