Vous êtes sur la page 1sur 20

PARCOURIR LE CYCLE DE VIE DU PRODUIT

Besoin exprimé

Cycle de vie de produits


Dossier projet
Dossier industriel

Dossier de qualification
Pdt qualifié et certifié

Produit fini

Master : M1 GM ISET Sf

Dr. Alaeddine ZOUARI

2
Dr A. ZOUARI

Analyser le besoin

Besoin
Nécessité ou désir éprouvé par un utilisateur
– Un besoin peut être exprimé ou implicite, avoué
ou inavoué, latent ou potentiel

Pour étudier le besoin,


on établi la « Bête à cornes »
(méthode APTE)

Ne jamais commencer une analyse


fonctionnelle sans avoir d’abord validé
que le produit que l’on va concevoir
répond à un besoin bien identifié
3 4
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
Etudier la faisabilité

L'analyse fonctionnelle : Quoi ?


1. Obtention exhaustive des données nécessaires à la
conception du système (Ne pas oublier des
fonctions…)
2. Aide à la conception par une démarche structurée
(Ne pas raisonner en terme de solutions )
3. Communication : avec le client, vos
consultants…(outil de formalisation)

L'analyse fonctionnelle : Résultats


– Concevoir un produit innovant
– Optimiser l’efficacité du projet de conception
• Coût engendrés par une modification, selon le stade …

Études Production Retour client

€1 €100 € 10 000
5 6
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI

Le diagramme d’environnement Comment bien définir le système ?


Inventaire du Milieu Extérieur : (Méthode A.P.T.E) • Confusion : le système n’est pas « un objet
• Bien définir les limites du système matériel » ou très rarement
• Préciser la 'situation de vie' analysée
=> un diagramme pieuvre dans chaque situation de vie • la documentation, la formation des utilisateurs en font partie.
• Pour la 'situation de vie' analysée inventorier les éléments • Le système c’est ce qui est contrôlé par le
d’environnement concepteur.
• Expliciter les relations entre ces éléments et le système (les • .. et tout qui est en relation mais n’est pas contrôlé entre dans
fonctions) … le milieu
Situation de vie :
Situation de vie :
maintenance
M2 maintenance
M3 M2
Fp2 M3
Fp1 Fp2
M1 Fp1
Fc1 M1 Fc1
Système Système

7 M4 8
Dr A. ZOUARI
M4 Dr A. ZOUARI
Les éléments du milieu
Attention dans la recherche des éléments du Les fonctions
milieu (les bulles)
En se mettant à la place du système, on se demande "Qu'est-ce que Définition "Action d’un produit ou de l’un de ses constituants exprimée
je vois autour de moi ?" exclusivement en terme de finalité. Une fonction est formulée par un verbe à
⇒Il s'agit d'objets matériels, concrets, physique l’infinitif suivi d’un complément »- Réf.:Afnor
 au lieu de parler de "la loi", on prendra en compte "le
policier" qui la fait respecter dans la pratique
« L’air » est un élément physique concret (T°, pression …)
Comment les formuler :
 « facilité d’utilisation » n’est *pas* un élément de
l’environnement (il apparaîtra comme critère d’une fonction) Choix des mots
« Bulles » = éléments • Reprendre les éléments du milieu en relation avec le
physiques du milieu
Situation de vie : système : « Mains humides », « source d’énergie »
maintenance M2
M3 Choix des verbes
Fp1 Fp2
M1
Fc1 • Ne doit pas préjuger une solution technique : (lier
Système mieux que visser)
• Refuser la forme passive, les négations…: ("faciliter" au
« Traits » = Fonctions qui
caractérisent ces relations lieu de "ne pas être gênant")
9 M4 10
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI

Les fonctions principales (FP) Les fonctions contraintes ( FC)


"Les raisons pour lesquelles le produit a été crée" « La contrainte c’est la limitation à la liberté de
choix du concepteur réalisateur d’un produit »
• FP : Fonction principale ou (FT)
• Limitation à la liberté du concepteur –
– Correspond à une relation entre deux ou
réalisateur du produit
plusieurs éléments extérieurs avec le produit
ou par son intermédiaire – Viennent de l’environnement, de la
technologie, du marché…
Mains
humides
Énergie
– Exemples :
– Sécurité
– Respect d’un standard, d’une norme
FP1 Sèche-main – Interchangeabilité avec une pièce existante
– Contrainte fixée par le client
FP1 : Sécher les mains humides à partir d’une source d’énergie
11 12 – …
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
FC : Fonction Contrainte Diagramme d’environnement = Pieuvre
– Correspond à une relation directe d’un Situation de vie : rasage
élément extérieur avec le produit
Main

Oeil

Usager Réseau 220V Peau

FC1 SYSRASE
Eau
FC2
Sèche-main Poils

Air
FC1 : résister aux actes de malveillance de l’usager
Mousse

FC2 : s’alimenter sur le réseau EDF


13 14
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI

La caractérisation des fonctions La caractérisation des fonctions

FP1 : sécher les mains humides à partir d’une source d’énergie C’est le niveau de critère d’appréciation au delà
La limite d’acceptation duquel- ou en deçà suivant le cas – le besoin est jugé
non satisfait

Rapport déclaré acceptable par le demandeur entre la


Critère d’appréciation C’est le caractère retenu pour apprécier la manière Le taux d'échange variation du prix (ou du coût) et la variation
d’une fonction dont une fonction est remplie ou une contrainte associé correspondante du niveau d'un critère d'appréciation
respectée
ou entre les variations de niveau de deux critères
C’est une grandeur qui quantifie le critère et d'appréciation.
représente la performance attendue du service à => Analyse de la valeur
Niveau d’un critère
rendre
Ex : en 60 secondes
220V 50Hz

La flexibilité de chaque Ensemble d'indications exprimées par le demandeur


niveau sur les possibilités de moduler le niveau recherché
pour un critère d'appréciation. F0, F1, F2, F3, F4

15 16
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
16
Le Cahier des Charges Fonctionnel Concevoir

(ou CdCF)
Définition –Réf: AFNOR- Norme X50-151
Le cahier des charges fonctionnel est un document par
lequel le demandeur exprime son besoin en terme de
fonctions principales (FP) et de contraintes (FC).

Pour chacune d’elles sont définies les critères


d’appréciations et leurs niveaux..

Chacun de ces niveaux doit être assorti d’une flexibilité

C’est un document évolutif…

17 18
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
17

Brainstorming Function Analysis System Technic (FAST)

A partir d’une fonction principale, on décompose en fonction


technique pour aboutir aux solutions technologiques

•une technique de créativité


•qui se pratique en groupe
•et a pour objectif la résolution de
problème
Les quatre phases sont :
1. La constitution du groupe
2. Le cadrage et la définition de la question de départ
3. La collecte des idées  Principe
4. La sélection des solutions applicables
19 20
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
21 22
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI

schématique

Le schéma est une figure donnant une représentation


simplifiée et fonctionnelle d'un objet, d'un mouvement, d'un
processus, d'un organisme. (Réf. dictionnaire Le Robert.)

23 24
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
Chaîne fonctionnelle

25 26
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI

Bureau d’étude

27 28
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
29 30
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI

Définir

31 32
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
33 34
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI

35 36
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
37 38
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI

Industrialiser

39 40
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
Montage de fabrication

Bordereau de
programmation

41 42
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI

Gamme de montage

43 44
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
Industrialiser

45 46
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI

Homologuer
Organisation des
postes de travail

47 48
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
Processus de qualification d’un produit de sécurité

La Qualification d’un produit atteste qu’il répond bien aux


caractéristiques de sécurité spécifiées dans une cible de
sécurité préalablement approuvée par la DCSSI (Direction
centrale de la sécurité des systèmes d'information )

Démarche de Qualification
Cette demarche tient en quatre étapes :
- acceptation de la Cible de Sécurité par la DCSSI
- évaluation et certification du produit conformément à la cible
de sécurité
- qualification du produit
- surveillance de la qualification

49 50
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI

Produire (fabrication et montage)


Certification des produits et des services

Démarche volontaire, la certification garantit la constance de la


fabrication d'un produit par rapport à des caractéristiques et des
performances spécifiques définies dans un référentiel de
certification. Elle constitue un outil d'aide au choix des produits
en différenciant les produits certifiés des autres.

Alors qu'un résultat d'essai ne concerne que l'échantillon qui a


été testé, la certification apporte la démonstration qu'un produit
issu d'une production donnée respecte des critères définis dans
un référentiel.

Pour que la certification ait une valeur ajoutée, les critères du


référentiel doivent être cohérents avec les attentes du marché.

Un produit certifié est un produit identifié et marqué du logo de


la certification. L'utilisateur n'a donc pas de vérification ni de 49
51 52
contrôle à faire. Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
Commercialiser
Fonctions de l'emballage
L'emballage (protection du produit pour le stockage, la
manutention et le transport) et le conditionnement (premier
contenant du produit) ont à la fois des fonctions techniques et
commerciales. En effet, il existe trois niveaux d'emballage :

• l'emballage logistique qui permet les manutentions,


le stockage, le transport et la distribution ;
• l'emballage protecteur qui sert à protéger et à
conserver le produit ;
• l'emballage vendeur qui sert de support au message
commercial qui aide à la vente.

50
53 54
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI

Distribution et vente

1- Enjeux du management de la distribution

Le lieu de distribution tend à devenir un produit au sens


Bouteilles marketing caractérisé par un ensemble d'attributs (proximité
physique ou virtuelle, choix, praticité, accueil et savoir-faire)
créateur de sens et d'univers de solutions pour le client. Dans
ce contexte, l'acte d'achat prend un sens sociétal qui dépasse
la simple consommation comme fin en soi.
Le management de la distribution a donc un caractère qui
doit tenir compte de contraintes fonctionnelles spécifiques à
l'activité de distribution.

55 56
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
Utiliser le produit Notice d’utilisation

57 58
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI

SAV
assurer le suivi du produit
Contrat de garantie

59 60
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
Guide de montage et d'installation
Livret de maintenance

61 62
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI

Eliminer le produit Les déchets et leur cycle de vie

Définitions

Ensemble des résidus se présentant sous


Déchets :
forme solide, voire liquide quand ils sont
contenus dans des récipients réputés
étanches.
Ces déchets résultent des différentes activités
humaines : domestiques, industrielles et
agricoles.

Eaux usées domestiques ou


Effluents : industrielles rejetées dans les
émissaires d’égouts, les
cours d’eau ou la mer.
75
63 64
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
Les différentes catégories de déchets
Le recyclage des cartons et papiers

Déchets dangereux : ensemble des déchets chimiques présentant un


fort pouvoir de pollution toxique et ceux de l’industrie nucléaire

Déchets industriels : ils sont de nature très variée et peuvent être


subdivisés en trois groupes :
• les déchets inertes (résidus de constructions et destructions)
• les DIB (déchets industriels banal) collectés soit avec les ordures
ménagères soit à l’occasion d’une collecte spécifique (94%) ;
• les DIS (déchets industriels spéciaux) qui, à l’exception des déchets
sidérurgiques et miniers, sont constitués en grande partie de
substances polluantes potentiellement très toxiques. Cette toxicité
impose un mode de stockage en décharges spécialisées.

Déchets urbains ou municipaux : ensemble des déchets produits par


les activités urbaines, à savoir les ordures ménagères, les déchets 1 tonne de papier recyclé
verts, les encombrants inertes urbains, les déchets de l’automobile,
=
les boues des stations d’épuration.
25 % des déchets ménagers
65 66
15 arbres sauvés !
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI

Le verre

13 % des déchets ménagers


La chaîne de recyclage du verre

67 68 Chaîne de recyclage des papiers et cartons


Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
Les plastiques Chaîne de recyclage du plastique

-PVC : bouteilles d’eau, vinaigre….


-PET : bouteille d’eau, boissons
gazeuses ou plates, jus, sirop, huile
-PEHD : bouteilles de lait, lessives
liquides, adoucissant, détergents….

11 % des déchets ménagers -….

69 70
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI

Les métaux
Que devient le plastique recyclé ?

4 % des déchets ménagers Chaîne de recyclage des métaux


vêtement, flacon, récipients pour produits non alimentaires….. Les mêmes procédés sont effectués pour tous les métaux,
71 72
Dr A. ZOUARI mais séparément Dr A. ZOUARI
Compostage (suite)
Si le déchet est considéré comme ultime, son élimination doit être
mise en œuvre avec toutes les garanties de sécurité pour
l’environnement et l’homme :

• Production de chaleur ou d’énergie ;


• Incinération et mise en décharge des résidus d’incinération ;
Déchets qu’on peut composter : • Enfouissement contrôlé des déchets ultimes en suivant des
• Fruits, légumes, résidus de
normes de sécurité adaptées à la nature et à la dangerosité
laiterie, déchets de papier, filtres à
café, coquilles d’œufs, fumiers… des produits à traiter.
bref tous les résidus organiques, les
déchets de nourriture étant les plus
faciles à composter.
Déchets ne pouvant pas être
compostés :
• plastiques, graisses, métaux.

Types de compostage :

• Compostage passif : on laisse faire la nature et le temps


• Vermicompostage : on ajoute des vers pour accélérer le travail
• Compostage
73 industriel. 74
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI

Les déchets nucléaires

• Sources de déchets radioactifs

– Centrales nucléaires
– Centres de recherche
– Hôpitaux
Décharge contrôlée pour résidus stabilisés à
Oulens-sous-Echallens (Suisse)

Avant enfouissement, les déchets toxiques subissent un


conditionnement spécifique et sont rendus inertes et
stabilisés par l’adjonction de ciments.
75 76
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
Le Transport
Conditionnement des déchets

Un colis de déchets est composé en moyenne de 15 % de


déchets et de 85 % d’enrobage et d’emballage. Mélange
entre les déchets et un matériau (matrice) dont les
propriétés présentent une forte résistance à la radioactivité
et à la dégradation au cours du temps (ciment, bitume,
résine, verre…).

• Des fûts métalliques pour les déchets les moins radioactifs


(gants, masques, chiffons,…),
• Des coques en béton pour les déchets moyennement
radioactifs,
• Des caissons en béton, contenant des fûts métalliques
compacts ou des filtres utilisés dans les centrales nucléaires,
ou des caissons métalliques pour les déchets les plus
volumineux (tubes, ferrailles…).

77 78
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI

Le stockage des déchets à Faible et Moyenne Activité Stockage des déchets à Haute Activité et Vie Longue
1) Retraitement des combustibles de centrale
Colis (fut métallique, containeur de béton) = (extraction de l’uranium et du plutonium)
• 15% de déchet (gants, bottes, outils…) de manière à diminuer le volume des déchets
• 85% d’enrobage (béton, mortier, résine, à haute activité.
bitume… destiné à le rendre inerte) 2) Conditionnement des déchets à haute
activité (vitrification et mise en dépôts dans
des fûts en acier inoxydable)
3) Mise en dépôt temporaire (refroidissement)
4) Enfouissement définitif (en cours d’étude)

Combustible en attente de retraitement

Sites de stockage localisés sur des


matériaux argileux pour éviter tout
risque accidentel de dispersion du
contaminant et sur une zone
géologiquement stable (pas de risque
sismique).

79 80
Dr A. ZOUARI Dr A. ZOUARI
Stockage des déchets HAVA vitrifiés