Vous êtes sur la page 1sur 34

Mathématiques financières

Filière Sciences Économiques et Gestion


Semestre 2

Mohamed HACHIMI

UNIVERSITÉ IBNOU ZOHR


FACULTÉ DES SCIENCES JURIDIQUES ECONOMIQUES
ET SOCIALES D’AGADIR

http://hachimicours.uiz.ac.ma
5
M. Hachimi Maths financières Semestre 2 1 / 33
1
Les emprunts indivis

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 2 / 33


Les emprunts indivis

Sommaire

1 Les emprunts indivis

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 3 / 33


Les emprunts indivis

Les emprunts indivis

On appelle emprunt indivis un contrat entre un seul prêteur et un


seul emprunteur.
Le remboursement de cet emprunt s’effectue généralement, par
annuités de fin de période. Chaque annuité est composée de
deux éléments :
— Un remboursement d’une partie de la dette. Cette somme
porte le nom d’amortissement.
— Une partie intérêt calculée sur la base du taux d’intérêt
convenu et du capital restant dû dépendant.
Un tel emprunt fait l’objet d’un remboursement fixé au moment de
la signature du contrat : modalités d’amortissement.

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 4 / 33


Les emprunts indivis

Le tableau d’amortissement

Pour construire le tableau d’amortissement, il faut disposer des


éléments suivants :
— Le capital emprunté (dette) appelé nominal noté C0 .
— Le taux fixe d’intérêt noté i.
— Le mode d’amortissement du capital.
— La durée de l’emprunt (nombre de périodes) notée n

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 5 / 33


Les emprunts indivis

Le tableau d’amortissement

Période C.R.D.D.P. I.P. Amortissement Annuité


1 C0 I1 = C0 i M1 a1
2 C 1 = C 0 − M1 I2 = C1 i M2 a2
3 C 2 = C 1 − M2 I3 = C2 i M3 a3
··· ··· ··· ··· ···
p Cp−1 Ip = Cp−1 i Mp ap
··· ··· ··· ··· ···
n Cn−1 In = Cn−1 i Mn an

avec
C.R.D.D.P : Capital restant dû en début de Période
I.P. : Intérêts de la période
C.R.D.F.P. : Capital restant dû en fin de Période

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 6 / 33


Les emprunts indivis

Remarques

— Ce tableau est valable quelle que soit la loi d’annuités pour


laquelle nous avons formulé aucune hypothèse.
— Le capital restant dû, après le paiement du dernier (nième )
amortissement Mn , est égal à zéro :

Cn = 0 d’où : Mn = Cn−1

donc la dette non remboursée avant le paiement de Mn est


égale à Mn .
— Le C.R.D.F.P. est égal au C.R.D.D.P. diminué de l’amortisse-
ment de la période.

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 7 / 33


Les emprunts indivis

Composition de l’annuité

Dans le tableau précédent le terme annuité peut être remplacé


par les termes : semestrialité, trimestrialité ou mensualité.
L’annuité de remboursement comprend deux éléments :
 Les intérêts payés sur la période écoulée notés Ip .
 Le capital amorti noté Mt
La formule de calcul :

ap = Ip + Mp

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 8 / 33


Les emprunts indivis

Les intérêts payés

Les intérêts payés à la fin de chaque période sont calculés en


appliquant le taux nominal au capital dû en début de période.
La formule de calcul :

Ip = Cp−1 × i

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 9 / 33


Les emprunts indivis

Propriété d’un emprunt indivis

 Le capital restant dû
 La somme des amortissements
 Le coût total de l’emprunt
 Le dernier amortissement et la dernière annuité
 Relation entre les annuités et les amortissements
 Relation entre les annuités et le capital emprunté

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 10 / 33


Les emprunts indivis

Le capital restant dû (C.R.D.)

Le capital remboursé après le paiement des p premières annuités


est égal à la somme des p premiers amortissements.

X
p
Rk = Mk
k=1

Le C.R.D. après le paiement des p premières annuités est égal


au capital initial C0 diminué des p premiers amortissements.
La formule de calcul :

X
p
Ck = C0 − Mk
k=1

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 11 / 33


Les emprunts indivis

La somme des amortissements

Les amortissements servent à rembourser la dette donc leur


somme est égale au capital initial emprunté :

X
n
C0 = Mp
p=1

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 12 / 33


Les emprunts indivis

Le coût total de l’emprunt

Le coût total de l’emprunt, noté I, est égal à la somme des intérêts


versés.
X n
I= Ip
p=1

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 13 / 33


Les emprunts indivis

Le dernier amortissement et la dernière annuité

Le dernier amortissement et la dernière annuité sont liés entre


eux par une relation :

an = Cn−1 i + Mn

Or Cn−1 = Mn , d’où :

an = Cn−1 (1 + i) ou an = Mn (1 + i)

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 14 / 33


Les emprunts indivis

Relation entre les annuités et les amortissements

Formons la différence entre deux annuités consécutives :

ap+1 − ap = Cp i + Mp+1 − (Cp−1 i + Mp )

= (Cp − Cp−1 )i + (Mp+1 − Mp )

Or Cp − Cp−1 = −Mp , d’où :

ap+1 − ap = Mp+1 − Mp (1 + i)

Cette formule est valable quelle que soit la loi d’annuités.

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 15 / 33


Les emprunts indivis

Cas où les annuités sont constantes

 Cas d’annuités constantes :


L’égalité ap+1 − ap = 0 entraîne :

Mp+1 = Mp (1 + i)

ce qui nous permet d’énoncer la propriété suivante :

Proposition :
Dans ce cas, les amortissements successifs forment une
suite géométrique (Mn ) croissante de raison (1 + i).

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 16 / 33


Les emprunts indivis

Cas où les annuités sont constantes

Le capital emprunté C0 est égale à la somme de n termes d’une


suite géométrique de premier terme M1 et de raison (1 + i). Nous
obtenons :
(1 + i)n − 1
C 0 = M1
i
d’où le premier terme M1 de la suite (Mn ) :

i
M1 = C 0
(1 + i)n − 1

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 17 / 33


Les emprunts indivis

Cas où les amortissements sont constants

 Cas d’amortissements constants :


l’amortissement constant M est donné par la formule suivante :
C0
M=
n
C0
d’où ap+1 − ap = M − M(1 + i) = − i
n
ce qui nous permet d’énoncer la propriété suivante :

Proposition :
Dans ce cas, les annuités successives forment une suite
C0
arithmétique décroissante de raison − i.
n

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 18 / 33


Les emprunts indivis

Relation entre les annuités et le capital emprunté

On a : C1 = C0 − M1 = C0 − (a1 − C0 i)
= C0 (1 + i) − a1
C2 = C1 − M2 = C1 − (a2 − C1 i) = C1 (1 + i) − a2
= C0 (1 + i)2 − a1 (1 + i) − a2

De proche en proche, nous obtiendrons successivement :

C3 = C0 (1 + i)3 − a1 (1 + i)2 − a2 (1 + i) − a3
C4 = C0 (1 + i)4 − a1 (1 + i)3 − a2 (1 + i)2 − a3 (1 + i) − a4
.. .. .. ..
. . . .
Cn = C0 (1 + i)n − a1 (1 + i)n−1 − a2 (1 + i)n−2 − · · · − an−1 (1 + i) − an

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 19 / 33


Les emprunts indivis

Relation entre les annuités et le capital emprunté

Comme Cn = 0, on obtient :

C0 (1 + i)n = a1 (1 + i)n−1 + a2 (1 + i)n−2 + · · · + an−1 (1 + i) + an

Cette égalité traduit l’équivalence à l’époque n, entre la somme


empruntée C0 et les annuités de l’emprunt capitalisées au taux i.
En multiplions les 2 membres de l’égalité précédente par (1+i)−n :

C0 = a1 (1+i)−1 +a2 (1+i)−2 + · · · +an−1 (1+i)−(n−1) +an (1+i)−n

Cette égalité traduit l’équivalence à l’époque 0, entre la somme


empruntée C0 et les annuités de l’emprunt actualisées au taux i.

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 20 / 33


Les emprunts indivis

Relation entre les annuités et le capital emprunté

Les formules précédentes sont valables quelle que soit la loi


d’annuités.

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 21 / 33


Les emprunts indivis

Cas où les annuités sont constantes (de valeur a)

Si les annuités sont constantes de valeur commune a :

C0 (1 + i)n = a(1 + i)n−1 + a(1 + i)n−2 + · · · + a(1 + i) + a

Le second membre est la somme de n premiers termes d’une


suite géométrique de premier terme a et de raison (1 + i). D’où :

(1 + i)n − 1
C0 (1 + i)n = a
i
soit
1 − (1 + i)−n
C0 = a
i
Cette expression traduit l’égalité de C0 à la somme actualisée de
n annuités constantes de fin de période.

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 22 / 33


Les emprunts indivis

Cas où les annuités sont constantes (de valeur a)

La formule suivante obtenu de la précédente permet l’obtention


de l’annuité constante a à partir du capital emprunté C0 :

i
a = C0
1 − (1 + i)−n

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 23 / 33


Les emprunts indivis

Etudes des systèmes d’emprunt les plus utilisés

 Remboursement en une seule fois


 Remboursement par annuités constantes
 Remboursement par amortissements constants

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 24 / 33


Les emprunts indivis

Remboursement en une seule fois

Il s’agit d’un emprunt à taux fixe caractérisé par :


— Le capital emprunté C0 est remboursé à la fin de la dernière
période n ;
— Le C.R.D. en début de période étant le même (C0 ) et l’intérêt
payé à chaque période est constant : I = C0 i.
— Toutes les annuités sont constantes et égales au montant de
l’intérêt sauf la dernière qui incorpore en plus l’intérêt de la
dernière période, le montant du capital emprunté (C0 ).
La situation se présente comme suit :

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 25 / 33


Les emprunts indivis

Le tableau d’amortissement

Le tableau d’amortissement se présente comme suit :

Période C.R.D.D.P. I.P. Amortissement Annuité


1 C0 I1 = I 0 a1 = I
2 C0 I2 = I 0 a1 = I
3 C0 I3 = I 0 a3 = I
··· ··· ··· ··· ···
p C0 Ip = I 0 ap = I
··· ··· ··· ··· ···
n C0 In = I Mn = C 0 an = C0 + I
avec
C.R.D.D.P : Capital restant dû en début de Période
I.P. : Intérêts de la période

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 26 / 33


Les emprunts indivis

Exemple
Un emprunt C est remboursable après 10 années. L’emprunteur
verse à la fin de chaque année l’intérêt I de C au taux de i % l’an.
Montrons que après p versements la dette est toujours la même
(avec 1 6 p < 10).
On a I = Ci.
Le solde Sp à l’époque p est égale à la v. acq. du capital emprunté
(débit) diminué de la v. acq. des différents versements effectués
avant l’époque p (crédit). Soit :

(1 + i)p − 1
Sp = C(1 + i)p − I
i
(1 + i)p − 1
= C(1 + i)p − Ci =C
i

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 27 / 33


Les emprunts indivis

Remboursement par annuités constantes

Il s’agit d’un emprunt remboursé par annuités constantes où :


— L’annuité de fin de période est composée des intérêts et d’une
fraction du capital amorti est constante ;
— L’intérêt périodique est obtenu par multiplication du capital
restant dû et le taux d’intérêt.
— Le montant de l’intérêt périodique diminue au cours du temps.
— L’annuité est obtenue à partir de la relation donnant la valeur
actuelle d’une suite de flux constants versés en fin de période
pendant n périodes au taux i.
i
a = C0
1 − (1 + i)−n

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 28 / 33


Les emprunts indivis

Le tableau d’amortissement

Le tableau d’amortissement se présente comme suit :

P. C.R.D.D.P. I.P. Amortissement Annuité


1 C0 I1 = C0 i M1 a = I1 + M1
2 C 1 = C 0 − M1 I2 = C1 i M2 = M1 (1 + i) a = I2 + M2
3 C 2 = C 1 − M2 I3 = C2 i M3 = M1 (1 + i)2 a = I3 + M3
··· ··· ··· ··· ···
··· ··· ··· ··· ···
avec
C.R.D.D.P : Capital restant dû en début de Période
I.P. : Intérêts de la période

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 29 / 33


Les emprunts indivis

Calcul de M1

On a :

M1 = a − I1
i
= C0 − C0 i
1 − (1 + i)−n
C0 i C0 i(1 − (1 + i)−n )
= −
1 − (1 + i)−n 1 − (1 + i)−n
C0 i(1 + i)−n
=
1 − (1 + i)−n

D’où :
M1 = a(1 + i)−n

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 30 / 33


Les emprunts indivis

Exemple

Une personne emprunte 260 000 dh auprès d’une banque et


s’engage à verser 6 annuités constantes, la première payable
1 an après la date du contrat.
Sachant que le taux est de 9 % l’an, construire le tableau
d’amortissement de l’emprunt considéré.
On a : C0 = 260 000 dh et i = 0, 09. Calculons l’annuité de
remboursement :
i 0, 09
a = C0 = 260 000 = 57 959, 14 dh
1 − (1 + i)−n 1 − (1, 09)−6

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 31 / 33


Les emprunts indivis

Exemple (suite)

d’où le tableau d’amortissement :


P. CRDDP I AMORT ANNU CRDFP
1 260000,00 23400,00 34559,14 57959,14 225440,86
2 225440,86 20289,68 37669,47 57959,14 187771,39
3 187771,39 16899,43 41059,72 57959,14 146711,67
4 146711,67 13204,05 44755,09 57959,14 101956,58
5 101956,58 9176,09 48783,05 57959,14 53173,53
6 53173,53 4785,62 53173,53 57959,14 0,00

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 32 / 33


Les emprunts indivis

Exemple (suite)

d’où le tableau d’amortissement :


P. CRDDP I AMORT ANNU CRDFP
1 260000,00 23400,00 34559,14 57959,14 225440,86
2 225440,86 20289,68 37669,47 57959,14 187771,39
3 187771,39 16899,43 41059,72 57959,14 146711,67
4 146711,67 13204,05 44755,09 57959,14 101956,58
5 101956,58 9176,09 48783,05 57959,14 53173,53
6 53173,53 4785,62 53173,53 57959,14 0,00

Dans la dernière colonne du tableau, la valeur 146711,67 correspond à


la dette encore restante, juste après le paiement de la 3ème annuité.

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 32 / 33


Les emprunts indivis

Remboursement par amortissements constants

M. Hachimi Maths financières Semestre 2 33 / 33