Vous êtes sur la page 1sur 21

UNIVERSITE IBN TOFAIL

FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES, ECONOMIQUES ET

SOCIALES KENITRA

Exposé
Sous le thème :

Diagnostic économique de l’entreprise : du


marché de l’entreprise ; de production ; de
distribution

Réalisé par :

ZTAK Loubna

AIT HADJ Hasna

DRISSI EL BOUZAIDI Basma

RABONARISOA Jeannine Mariana

Année universitaire : 2019/2020

1
SOMMAIRE

Introduction générale

Chapitre І : Analyse du Marché

Chapitre ІІ : Analyse de la production

Chapitre ІІІ : Analyse de la distribution

2
Introduction générale :

Le diagnostic d’une entreprise peut être défini comme une appréciation de la situation,
de la dynamique d’une entreprise ou d’une organisation en fonction de ses traits
essentiels, et des contraintes de son environnement. Il vise à identifier et améliorer la
marge de manœuvre dont elle dispose pour atteindre ses objectifs ou éventuellement les
redéfinir.

Et leur objectif est de faire un point sur les produits/services, les moyens de production,
le marché, la concurrence, les perspectives d'évolution et de développement de
l'entreprise. C’est-à-dire il s'agit de faire une analyse stratégique de votre entreprise.

Donc, notre travail sera divisé en trois chapitres, dont le premier va aborder l’analyse du
Marché, le second sur l’analyse de production, et en fin de compte, l’analyse de
distribution.

3
CHAPITRE І : ANALYSE DU MARCHE
I. Le marché ; définition, les types du marché, les conditions d’existence
du marché :

1. Définition du marché :
Le marché est le lieu de rencontre entre l’offre et la demande relatives à un produit. C’est le
lieu où se déterminent les prix et les quantités échangés. Offreurs et demandeurs viennent
échanger des biens et des services en échange de monnaie.

2. Les Types du marché :


Par rapport aux types de marche on a trois types :

- Le marché principal : C’est le marché sur lequel l’entreprise ainsi que ses
concurrents directs agit. Par exemple le « snowboard » sur le marché du snowboard.
Elle représente l’activité principale de l’entreprise.
- Le marché de substitution : c’est le marché de la concurrence indirecte, c'est-à-dire
de produits ou services apportant la même fonction et pouvant remplacer les produits
du marché principal mais utilisant une technologie ou un moyen différent. Pour le
snowboard, ses marchés substituts sont le ski, le snowboard, la luge, etc…

- Le marché de support : c’est le marché lié au marché principal. Par exemple, pour
pratiquer le snowboard, il est nécessaire d’acheter des chaussures de snowboard, des
vêtements de snowboard, des fixations de snowboard,…

3. Les conditions d’existence du marché :


Pour qu’un marché existe, il faut que coexistent :

 un besoin

 un groupe de demandeurs

 un groupe d’offreurs (susceptibles de pourvoir à la satisfaction du besoin exprimé en


fournissant le produit adéquat).

 un lieu de rencontre où les demandeurs et les offreurs pourront se retrouver (les uns
en « offrant » le produit, les autres en l’achetant).

II. L’ANALYSE DE L’OFFRE ET DE LA DEMANDE :

1. Analyse de L’offre :
C'est l'ensemble des entreprises, concurrents, fournisseurs qui proposent des produits ou
services identiques ou substituables. Indiquez dans cette sous-partie les principales
structures, entreprises qui ont un impact sur votre entreprise.

L’analyse de l’offre se faire selon différents critères :

» La part de marché : peut être calculée en volume (en fonction du nombre d'unités
vendues) ou en valeur (en considérant le chiffre d'affaires)

4
volume vendu par l' E /se
- PM en volume=
volume vendu par l ' ensemle des entreprises sur ≤marché
CA de l' E /se
- PM en valeur=
CA total de toutes les entreprises sur≤marché

CA DE L' ENTREPRISE
-PMRelative = ∗100
CA DU 1 er CONCURRENT

Part de marché du concurrent principal

Si elle est > 1, cela signifie que l'entreprise est leader sur son marché.

Exemple: on a A=50%, et B=30%, et C=20% alors la part de marché relative de A = 50/30 =


1,66. L'entreprise A est leader sur son marché.

Vente période n−vente période n−1


» Taux d ' é volution des ventes= ∗100
vente période n−1

C’est le pourcentage d’évolution des ventes sur un période prédéfinie.

» la notoriété : représente le nombre de personnes qui connaissent l’entreprise.


» Le positionnement : est la situation d’un produit ou d’une entreprise sur un segment
de marché. Il se détermine par rapport à la concurrence.

2. Analyse de La demande :
Ensemble des clientèles qui cherchent à satisfaire les besoins solvables par une volonté
d'achat. Vous indiquerez les principales opportunités et menaces en lien avec les
comportements d'achat, leur fonctionnement, la fréquence de fréquentation.

La demande se mesure grâce à différents indicateurs :

 La demande en valeur= prix d ’ un produit ×Qté totales achetées


 La demande en volume=Qté moyenne acheté par personne ×nombre d ’ acheteurs
nbre de produits en service
 Le taux de pénétration ¿ ∗100
marché potentiel du produit
nbre de produitsen service
 ¿ taux d ’ équipement= ∗100
ensemble des consommateurs potentiels
Qté des achats de renouvellement
 Le taux de renouvellement¿ ∗100
ensemble des achats
 ¿ parc=nbre de biens en service àune période donnée

5
III. ANALYSE DU MICROENVIRONNEMENT (LES 5 FORCES DE PORTER)

Définition :
Le modèle des cinq forces de Porter est une technique d'analyse de marché qui prend
en compte les cinq dimensions sur lesquelles l'entreprise peut agir afin d'optimiser son
avantage concurrentiel.

Dans l’analyse suivante, 5 forces déterminent la position concurrentielle de


l’entreprise :

Détail :

1. Concurrence direct :
C’est la rivalité entre vos fournisseurs stratégiques et leurs concurrents. Cette
concurrence dépend de plusieurs facteurs tels que le nombre des concurrents, leur taille,
la nature et le prix des offres. Plus cette concurrence est acharnée, plus votre pouvoir de
négociation est élevé.

2. Nouveaux entrants:

Cette menace dépend des barrières qui peuvent exister à l’entrée d’une marché: les
investissements initiaux nécessaires, les tickets d’entrée, les brevets déjà en places, les
normes, les barrières culturelles, etc. Tous ces moyens rendent l'entrée plus difficile pour
une nouvelle entreprise.

3. Produits de substitution :
C’est la menace des produits – qui ne font pas partie de la même catégorie de produits
mais -  qui peuvent satisfaire le même besoin. La menace de ces produits de substitution
dépend souvent de leur rapport qualité / prix et de leur degré d’innovation.

4. Pouvoir de négociation des clients :

C’est le pouvoir des acheteurs à exercer une influence directe sur les fournisseurs et à
négocier davantage les conditions de vente (prix, niveau de qualité, services associés,…).
Les acheteurs disposent d’un pouvoir de négociation plus élevé lorsque le marché est
oligopsone (les fournisseurs sont plus nombreux que les acheteurs) ; en effet, ces derniers
peuvent changer facilement de fournisseurs surtout si les coûts de transfert sont faibles;
ou encore en cas de standardisation de l’offre ou de disponibilité des produits de
substitution. 

5. Pouvoir de négociation des fournisseurs :


C’est la capacité des fournisseurs à contrôler le marché fournisseurs et à influencer la
rentabilité du secteur, plus leur nombre est faible plus leur pouvoir de négociation est
important.  

[Exemple simplifié : flottes automobiles en France]


Prenons le cas du marché des flottes automobiles en France.
Pour analyser les rapports de forces entre les différents éléments qui  composent le marché
fournisseurs :

6
1. Commencez d’abord par collecter le maximum d’informations sur votre marché et
classez-les en 5 catégories : Fournisseurs et concurrents, menaces de nouveaux
entrants, produits de substitution, pourvoir des fournisseurs. 
2. Ensuite, analysez votre capacité à influencer chacune de ces forces

Capacité
Forces Caractéristiques de la force d’influence de
l’acheteur
Intensité o Marché oligopole et très
concurrentielle concurrentiel Bonne
o Les constructeurs Renault,
Peugeot puis Citroën détiennent les plus
grandes part de marché
o  Une concurrence fondée sur le
prix et l’innovation
o En 2018, Croissance du marché
de 4,7% par rapport à 2017

Menaces o Barrières à l’entrée élevées


Nouveaux o Enormes coûts d’investissements
entrants et développement de la marque
o Fidélité des clients envers leurs
concessionnaires
o Difficulté d’avoir une bonne
réputation rapidement et d’être compétitif Faible
au niveau du prix et de la qualité
o Instabilité de l’évolution de
l’industrie favorise l’implantation de
nouveaux constructeurs
o Emergence des concurrents
étrangers notamment les concurrents
asiatiques
o Arrivée des voitures autonomes
(sans chauffeur)

Produits de o Transport public


substitution o Société de transport / logistique
o Location de voitures Moyenne
o Véhicules privés des
collaborateurs

Pouvoir o Fournisseurs nombreux mais


fournisseurs s’appuient sur 1 ou 2 constructeurs pour
répondre à leurs besoins.
o Ils sont sensibles aux besoins et
aux demandes des fournisseurs
o Disposent de peu de pouvoir de
négociation Faible
o Diminution du nombre de
fournisseurs en raison de la diminution du
nombre des composantes de voitures
o Pour certaines composantes
indispensables les fournisseurs sont peu
nombreux et ont plus de pouvoir de

7
négociation (ex. composantes de hautes
technologies)

Pourvoir clients o Ce sont les administrations, les


loueurs et les sociétés hors automobiles
o Certains clients déçus par la
qualité des voitures locales recherchent
des alternatives (voitures étrangères par Bonne
exemple)
o Les acheteurs privilégient le prix
et le respect de l’environnement dans le
choix  des véhicules professionnels.

L’analyse du cas :
D’après cette étude, nous constatons que l’intensité concurrentielle et le pouvoir des clients
sont les principales forces que les acheteurs pourraient influencer afin d’optimiser les coûts
de leurs achats : 
- En effet, le marché des flottes automobiles connaît une croissance continue, chacun
des constructeurs cherche à accroitre sa part de marché, à acquérir de nouveaux clients et à
les fidéliser. C’est un marché oligopole caractérisé par une concurrence rude entre 3
principaux constructeurs nationaux (Renault, Peugeot et Citroën). Par conséquence, les
acheteurs peuvent lancer des appels d’offre et faire jouer la concurrence afin d’obtenir les
meilleurs offres et réduire les coûts d’acquisition.
- Les acheteurs peuvent également exercer plus de pression sur leurs fournisseurs en
groupant leurs commandes, en se regroupant entre petites entreprises ou en adhérant à des
centrales d’achats : Certes, les tarifs et les remises varient en fonction de la quantité
commandée, plus cette quantité est élevé, plus les acheteurs pourraient avoir des réductions
importantes sur les achats et mieux négocier leurs contrats-cadres avec les fournisseurs.
Le pouvoir de négociation des fournisseurs étant faible, l’utilisation de cette force pour
impacter votre marché fournisseurs reste difficile. De même pour la menace des nouveaux
entrants en raison des barrières à l’entrée qui sont très élevées.
- Les produits de substitution telle que la location de véhicules ou le recours aux sociétés
de transport peuvent-être moins couteuses pour votre entreprise et menaçante - dans certains
cas - pour vos fournisseurs. Une étude comparative achat / location de flotte automobile est
donc indispensable afin d’effectuer le bon choix et développer des contre-arguments, vous
permettant de réussir vos négociations avec vos fournisseurs.

IV. ANALYSE DE LA MACRO ENVIRONNEMENT (ANALYSE PESTEL)


L’analyse PESTEL permet d’établir et d’analyser des facteurs macroéconomiques qui
peuvent avoir une influence sur l’environnement d’une entreprise.
La matrice PESTEL distingue six catégories qui peuvent influencer directement ou
indirectement une entreprise :

8
 Politiques : on analyse ici la stabilité gouvernementale, les politiques fiscales, la
protection sociale, le commerce extérieur pour ceux qui exportent…
 Économiques : on analyse ici le cycle économique, l’évolution du PIB, les taux
d’intérêt, l’inflation, le taux de chômage, etc.

 Sociologiques : on analyse ici la démographie, la distribution des revenus, la mobilité


sociale, la consommation des ménages, etc.

 Technologiques : on analyse ici les innovations dans les métiers, les nouveaux
brevets, les découvertes, ou encore l’impact de la robotisation sur votre secteur
d’activité.

 Écologiques : on analyse ici les lois sur la protection de l’environnement,


retraitement des déchets, consommation d’énergie, les évolutions climatiques, etc.

 Législation : on analyse ici le droit du travail, la législation sur la santé, les normes de
sécurité, etc.

Exemple : Société d’huile essentielle lavande

 POLITIQUE : La protection sociale de l’entreprise pour les salariés de l’assurance


maladie et les indemnités.
 ECONOMIQUE : ETAT encourage les petites entreprises parce que le taux de
chômage diminue à la création d’emplois. Le pouvoir d’achat de consommateur à
bon prix pour ils peuvent l’acheter
 SOCIOLOGIQUE : on analyse ici la pyramide d’âge : à l’âge de 30 à 50 ans et plus
les personnes le plus consommer ce produits ; Et pour la santé : on utilise se produits
pour se détendre qui apaisent l’esprit et contre le stress et l’anxiété.
 TECHNOLOGIQUE : Utilisation de machine comme l’extracteur et la distillateur
qui consiste à faire traverser une cuve remplie de plantes aromatiques par de la vapeur
d'eau pour faciliter la tâche.
 ECOLOGIQUE : la société respecte l’environnement et aussi utilise les produits
BIO pour la pérennité de l’entreprise.
 LEGISLATION : l’évolution du cadre réglementaire et législatif du droit de
commerce et du droit de travail.

9
CHAPITRE ІІ : ANALYSE DE LA PRODUCTION
Partie 1:

I. LA PRODUCTION :

La production désigne une activité consistant à créer des biens et services, elle s'analyse ainsi
comme le résultat d'une création de richesses obtenue à partir d'un travail fourni par l'homme.

II. Les

facteurs de production :

10
Pour produire, l’entreprise a besoin de matériel, de matières premières, de main d’œuvre…
c'est-à-dire de facteurs de production.

III. La combinaison des facteurs de production :

 La recherche de la combinaison optimale:


L’entreprise va devoir combiner ces facteurs de production pour pouvoir produire au moindre
coût, c'est-à-dire si son coût de production est minimal, le bénéfice sera maximal.

Exemple:
Supposons une entreprise qui a le choix entre deux combinaisons :
- La combinaison A qui utilise 10 unités de capital et 5 unités de travail.
- La combinaison B qui utilise 5 unités de capital et 20 unités de travail.
Si le prix d’une unité de travail est de 100 et une unité de capital est à 500 alors l’entreprise
choisira :
A = (10 x 500) + (5 x 100) = 5 500
B = (5 x 500) + (20 x 100) = 4 500
 L’entreprise choisira la B qui est la moins coûteuse.
La combinaison optimale dépend donc du prix des facteurs de production : s’ils changent,
l’entreprise peut faire évoluer sa combinaison.

11
IV. Les différents coûts de la production :

1. Le coût d’achat:
Il représente l’ensemble des charges dues à l’acquisition de biens et/ou de marchandises
achetés, jusqu’au moment de leur mise en stock. Le coût d’achat regroupe :
 Le prix d’achat hors taxes récupérables (les taxes à la charge de l’entreprise font
partie du coût d’achat)
 Les frais de transport et commissions
 Les frais d’approvisionnement et de stockage

Méthodes de calcul :

 Coût d’achat total =


Prix d’achat + Charges directes d’achat + Charges indirectes d’achat

 Coût d’achat unitaire = Coût d’achat total / Quantité achetée

2. Le coût de production:
Le coût de production se compose de l’ensemble des dépenses réalisées pour produire un bien
ou un service.
Dans les charges directes, on retrouvera l’ensemble des dépenses qui peuvent être affectées à
la production de manière précise (achat et consommation de matière, main-d’œuvre
directement liée à la production, entretien de l’équipement de production…).
On pensera aussi à prendre en compte les charges qui ne sont pas directement liées à la
production du bien ou du service concerné (la consommation d’énergie, le travail effectué par
les services administratifs, …).

Méthodes de calcul :
 Coût de production total =
Coût d’achat des matières premières utilisées (CAMPU) ou consommées (CAMPC) +
Charges de main d’œuvre directe de production + Charges indirectes de production imputées

 Coût de production unitaire =


Coût de production total / Quantité fabriquée

3. Le coût de distribution:
Le coût de distribution comprend l’ensemble des charges nécessaires à la diffusion et la vente
du produit ou du service. Il comporte les charges liées à la gestion du stock de produits finis,
le transport sur vente, mais aussi des charges annexes directement liées à la distribution du
produit.

12
4. Le coût de revient:
Le coût de revient est composé de l’ensemble des coûts précédemment expliqués. Lorsque
vous établissez vos coûts, pensez à calculer votre coût de revient en additionnant le coût
d’achat, le coût de production et le coût de distribution puis faites le calcul directement à
partir des charges afin de vérifier que vous avez bien pris en compte toutes les charges dans
les calculs précédents.

Exemple :

Une entreprise fabrique des appareils électromécaniques. Au cours du mois de juin .elle a
exécuté la commande n°301 comprenant 3000 appareils. La commande a été livrée au client
pour un prix global de 20000 DHS.

L'exécution de cette commande a nécessité :

• 2000 kg de matières premières à 4 DHS le kg.

• Les frais sur achats sont de 500 DHS.

• 2000 heures de main d'œuvre à 2.30 DHS l‘heure.

• Des frais de fabrication de 9720.

• Des frais de vente de 1.60 DHS par appareil vendus.

• Des frais administratifs de 4680.

 Le Coût de revient réalisé sur la commande n°301 :


1. Coût d’achat de matières premières :

13
2. Coût de production :

3. Coût de distribution :

4. Coût de revient :

14
Partie 2:

I. La productivité :
La productivité est le rapport entre une production de biens ou de services et les moyens qui
ont été nécessaires pour sa réalisation (humains, énergie, machines, matières premières,
capital, etc.). Elle mesure l'efficacité avec laquelle une économie ou une entreprise utilise les
ressources dont elle dispose pour fabriquer des biens ou offrir des services.

II. Les types de la productivité :

1. La productivité du travail:
Est le rapport entre la quantité ou la valeur ajoutée de la production et le nombre d'heures
nécessaires pour la réaliser. Elle dépend de la capacité du personnel à produire une quantité,
dite standard, de biens ou de services selon les normes ou les règles prédéfinies.
 La productivité du travail s’exprime grâce au rapport :

Productivité du travail =
Production / nombre de travailleurs ou nombre d’H de travail

 La productivité du travail s’exprime aussi grâce au rapport :

Productivité apparente du travail =


Valeur ajoutée / nombre de travailleurs
2. La productivité du capital:
Est le rapport entre la valeur ajoutée et le capital fixe utilisé.
Productivité du capital = Quantité produite / quantité de capital utilisée.

15
3. La productivité globale des facteurs :
Elle compare la production réalisée à la quantité de capital et de travail utilisée.
On a donc le rapport :
Productivité globale des facteurs =
Quantité produite / quantité de travail et de capital utilisée.

Exemple :
Une entreprise artisanale produit des conserves de figues de barbarie pour une valeur de 200
000 DH chaque mois. Elle emploie 25 salariés travaillant 35 heures par semaine et elle
utilise 5 machines diverses.
1) la productivité du travail :
valeur ajoutée
Productivité du travail ¿
nombre de travailleurs

200000
= = 8000 dh/ travailleurs
25
2) la productivité du capital :
valeur ajoutée
Productivité du capital =
capital utilis é e

200000
= = 40000 dh/ machine
5 machines

III. Les ratios de production :

1. Les ratios de productivité :


Les ratios de productivité ne sont utilisés que pour en contrôler l’évolution.
Ils peuvent également être utilisés pour situer la productivité d’une entreprise par rapport à la
productivité moyenne de la même branche professionnelle avec beaucoup de précautions et
en utilisant la formule bien connue de e toutes choses égales par ailleurs ; c’est-à-dire à
politiques, dimensions, catégories de produits, effectifs, etc., comparables. En tout cas, la
comparaison de la productivité d’une entreprise de sidérurgie avec celle d’une entreprise de
location de personnel n‘aurait aucun sens.

 productivité globale = ACTIVITE / MOYENS

Il s’agit de contrôler le développement de l’activité sous ses différentes formes par rapport
aux moyens mis en œuvre. Ils peuvent faire ressortir la sous-activité ou la saturation.

16
 Ratio 1 = CA / actif circulant
Intéressant pour la distribution

 Ratio 2 = CA / actif immobilisé


Intéressant pour les industries

2. Les ratios de rendement:


Les ratios de rendement font partie des outils de contrôle permanents. Certains peuvent être
suivis par trimestre, d’autres par mois et certains par jour soit qu’il s’agisse de sécurité, soit
qu’il s’agisse d’analyses urgentes donnant lieu à des décisions rapides un rendement est une
forme de productivité qui s'exprime par la formule générale :
 ACTIVITE / UNITES D’ŒUVRE

Est classique et permet de faire d'excellentes comparaisons inter-entreprises ... mais se méfier
des conclusions hâtives. Il est valable pour des productions bien définies (voitures de
tourisme, pétroliers, produits agricoles, etc.)

 Ratio 1 = production / effectif moyen ou VA / effectif


Utile pour les comparaisons interentreprises : automobiles, produits agricoles…

 Ratio 2 = CA / surfaces
Utile dans la distribution
Est essentiel à connaître dans les entreprises de grande distribution. L’amélioration constante
de ce ratio peut conduire les clients à ne plus pouvoir circuler dans les magasins. Une
variante consiste à étudier par rayon, le chiffre d'affaires réalisé par mètre carré. Mais, si on
s'en tient aux meilleures performances, on risque de ne plus avoir que de la bijouterie à
vendre et plus jamais de meubles.

17
CHAPITRE 3: L'ANALYSE DE LA DISTRIBUTION
1. Définition
La distribution est la fonction de l’entreprise qui permet de mettre à la disposition des
consommateurs les biens et les services dont ils sont besoins à l’endroit, en quantité, en
qualité et au moment où ils les désirent.

2. Les fonctions de la distribution


La fonction de distribution se situe entre la fonction de production et la fonction de
consommation. La distribution couvre l’ensemble des opérations nécessaires pour acheminer
un produit depuis son lieu de production jusqu’à son lieu de consommation finale. On peut
distinguer quatre fonctions de la distribution:

1. Fonction logistique :
La logistique commerciale regroupe l’ensemble des activités effectuées par une entreprise qui
permettent de gérer de façon rentable le mouvement des produits depuis leur stade
d’élaboration jusqu’à leur stade d’utilisation.
Cette fonction intègre en son sein le transport, le stockage et la manutention des produits.

Le transport : qui englobe à la fois l’acheminement du produit et les opérations de


manutention qui vont permettre de repartir les produits fabriqués vers les lieux de stockage, le
fractionnement et de distribution.

Le stockage : Permettre de rendre le produit disponible en temps et au lieu souhaité par le


consommateur. Cette fonction est étroitement liée à la fonction de transformation temporelle
(éviter les ruptures de stock) et à la fonction financière (réduire le capital immobilisé), d'où
l'importance des livraisons “juste à temps”.

La Manutention: la manutention est l'ensemble des activités qui consiste à la manipulation


de produit allotissement, emballage, rangement

2. Fonction commerciale :
La fonction commerciale comporte trois aspects : l’assortiment, l’information, et les services.

Assortiment : Consiste à offrir un choix de produits correspondant aux besoins de l'acheteur

Information sur le produit : Concerne la publicité, la promotion, le conseil sur les produits.

Les services : Concernent les services associés à la vente tels que la livraison, la garantie,
l'installation, le service après-vente, etc.

3. Fonction de gros :
La fonction de gros consiste à acheter les marchandises aux producteurs ou aux
importateurs, les stockées et les revendre aux détaillants. Exemple : le grossiste en viande, en
poissons, en fleurs, en article de bureau.

4. Fonction de détail :
Consiste à acheter en grande quantité auprès d’un grossiste pour revendre au détail aux
consommateurs finals. Exemple : le commerçant de quartier, le supermarché, l’hypermarché.

18
3. Les structures de distribution

1. Canal de distribution
Un canal de distribution est l’itinéraire suivi par un produit pour aller du producteur au
consommateur. Il est plus ou moins long. L’analyse habituelle d’un canal se fait à partir du
nombre d’intervenants, ou intermédiaires, par lesquels le produit transite.

Exemple:
Canal des GMS - Canal de la vente par correspondance - Canal des pharmacies

Les canaux sont au nombre de trois et se caractérisent par leur longueur.

Canal ultra court Canal court Canal long

Aucun intermédiaire Un seul intermédiaire Nombre


entre le producteur et le entre le producteur et le d’intermédiaires égal
consommateur consommateur ou supérieur à deux

Producteur Producteur Producteur

Consommateur Détaillant Grossiste

(Vente de vin à la
propriété, par le Consomma Détaillant
viticulteur) teur

(vente de vêtements Consommateur


dans une boutique)
(vente de fruits et
légumes au marché)

A ces trois types traditionnels de canaux de distribution, on peut ajouter une forme moderne
de canal long que l’on rencontre avec les hypermarchés :

Producteur Centrale d’achat Détaillant Consommateur

2. Circuit de distribution :
Un circuit de distribution est constitué par la totalité des canaux utilisés pour distribuer un
produit. Une entreprise peut utiliser simultanément plusieurs canaux qui forment son circuit
de distribution. La notion de circuit est donc plus large que celle de canal.

Exemple : Les circuits de distribution des fruits et légumes.

19
BIBLIOGRAPHIE :

 https://www.e-marketing.fr/Thematique/academie-1078/fiche-outils-
10154/Les-cinq-forces-Porter-306754.htm
 https://www.techni-contact.com/blog/39/forces-et-strategies-de-porter-
comment-analyser-vos-marches-fournisseurs-pour-optimiser-vos-achats-
video.html
 https://www.scribbr.fr/methodologie/analyse-pestel/
 https://www.marketing-etudiant.fr/marketing-box/fondements-du-marketing/le-
marche.php
 https://www.bacstmg.net/document/spe-mercatique/composantes-marche-terminale-
stmg-4565.html
 https://www.marketing-etudiant.fr/part-de-marche.html
 https://pascalkermarrec.com/2018/01/10/le-marche
 https://www.memoireonline.com/06/09/2190/m_La-production-et-la-consommation-
locale-des-produits-agroalimentaires-face--la-mondialisation-Cas3.html
 https://mliebartfloratrist.wixsite.com/cours/single-post/2015/12/5/LES-FACTEURS-
DE-PRODUCTION

20
 https://blog.valoxy.org/cout-dachat-cout-production-cout-revient-comment-sy-
retrouver/
 http://ses.webclass.fr/notion/productivite
 file:///C:/Users/MOHAMED/Downloads/la-productivite-du-travail.pdf
 Ouvrage les ratios qui comptent Deuxième édition Troisième tirage 2008 -
EYROLLES Éditions, Jean Lochard
 http://www.unit.eu/cours/kit-gestion-ingenieur/Chapitre-2/Compta-gestion-
ingenieur/ING-P3-03/Pdf/ING-P3-03.pdf

 https://circuitdistribution.weebly.com/fonctions-de-la-distribution.html

 LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION - cloudfront.net

 https://www.lefrancaisdesaffaires.fr/wp content/uploads/2016/05/distribution.pdf

 file:///C:/Users/sony/Downloads/2_Management%20Commercial_distribution.pdf

 https://adrianabuzdugan.files.wordpress.com/2010/11/9-tema.pdf

 https://pascalkermarrec.com/2019/09/05/les-modes-de-distributions/

 https://www.joelpro-educ.com/s/notion-de-distribution-cours-de-tc-pacc

21