Vous êtes sur la page 1sur 5

Étude d’une fonction 1.

1 Comparaison

1 Limites f , g, et h sont trois fonctions définies sur l’intervalle I =]b; +∞[ et ℓ


un réel.
Somme
1) Théorème des « Gendarmes »
Si f a pour limite ℓ ℓ ℓ +∞ −∞ +∞ Si pour tout x ∈ I, on a : g( x ) 6 f ( x ) 6 h( x ) et si :
Si g a pour limite ℓ′ +∞ −∞ +∞ −∞ −∞ lim g( x ) = lim h( x ) = ℓ alors lim f ( x ) = ℓ
alors f + g a pour limite ℓ + ℓ′ +∞ −∞ +∞ −∞ F. Ind. x →+∞ x →+∞ x →+∞

2) Théorème de comparaison
Produit Si pour tout x ∈ I on a : f ( x ) > g( x ) et si :
Si f a pour limite ℓ ℓ 6= 0 0 ∞ lim g( x ) = +∞ alors lim f ( x ) = +∞
x →+∞ x →+∞
Si g a pour limite ℓ′ ∞ ∞ ∞
alors f × g a pour limite ℓ × ℓ′ ∞ F. ind. ∞

Quotient 2 Continuité
Si f a pour limite ℓ ℓ 6= 0 0 ℓ ∞ ∞
Si g a pour limite ℓ′ 6= 0 0 ** 0 ∞ ℓ′ ** ∞
f ℓ Définition 1 Soit une fonction f définie sur un intervalle ouvert I.
alors a pour limite ∞ F. ind. 0 ∞ F. ind. Soit a un élément de I. On dit que la fonction f est continue en a si
g ℓ′
et seulement si :
lim f ( x ) = f ( a)
Composition x→a

Composition de deux fonctions.


Soit deux fonctions f , g. Soient a, b et c des réels ou +∞ ou −∞.
Fonctions continues : Toutes fonctions construites par somme, pro-
Si lim f ( x ) = b et lim g( x ) = c alors lim g [ f ( x )] = c duit, quotient ou par composition à partir de fonctions élémentaires
x→a x→a
x →b sont continues sur leur ensemble de définition.
C’est par exemple le cas pour les fonctions polynômes et ration-
nelles.
Fonction et suite

Soit une suite (un ) définie par : un = f (n). f est alors la fonction
réelle associée à la suite (un ). Soit a un réel ou +∞ ou −∞ Si f est dérivable en a alors la fonction f est continue en a.
Si lim f ( x ) = a alors lim un = a B La réciproque est fausse.
x →+∞ n→+∞

PAUL M ILAN DERNIÈRE IMPRESSION LE 26 juin 2013 à 17:31 T ERMINALE S


Théorème des valeurs intermédiaires Variation : Soit une fonction f dérivable sur un intervalle I.
Soit une fonction f définie et continue sur un intervalle I = [ a, b]. • Si ∀ x ∈ I, f ′ ( x ) = 0, alors la fonction f est constante sur I.
Pour tout réel k compris entre f ( a) et f (b), il existe un réel c ∈ I tel
• Si ∀ x ∈ I, f ′ ( x ) > 0, alors la fonction f est croissante sur I.
que f (c) = k. (c n’est pas nécessairement unique.
• Si ∀ x ∈ I, f ′ ( x ) < 0, alors la fonction f est décroissante sur I.
Soit une fonction f continue et strictement monotone sur I = [ a, b].
Alors, pour tout k compris entre f ( a) et f (b), l’équation f ( x ) = k
a une solution unique dans I = [ a, b]
Si l’intervalle I =] a, b[ est ouvert, k doit alors être compris entre Dérivées des fonctions usuelles
lim f ( x ) et lim f ( x )
x→a x →b
Fonction Dérivée D ′f
Soit f défnie par f ( x ) = x3 + x − 3 f (x) = k f ′ (x) = 0 R
f est continue et strictement croissante Variables
sur I=[1 ;2] car f est dérivable sur I et A, B, C, P, N, f (fonction)
f ′ ( x ) = 3x2 + 1 > 0. Algorithme f (x) = x f ′ (x) = 1 R
De plus f (1)=−1 et f (2)=7. D’après le théo- Lire A, B, P
rème des valeurs intermédiaires, f ( x ) = 0 0→N f ( x) = xn n ∈ N∗ f ′ ( x ) = nx n−1 R
admet une unique solution α dans [1; 2]. Tant que B − A > 10− P
Ci-contre un algorithme, utilisant le prin- A+B 1 1
cipe de dichotomie, permet de trouver une
→C f (x) = f ′ (x) = − R∗
2 x x2
approximation de α à la précision de 10−6 . Si f ( A) × f (C ) > 0 (*)
On pose : 1 n
• A et B les bornes de l’intervalle. C→A f (x) = n ∈ N∗ f ′ (x) = − R∗
Sinon xn x n +1
• P la précision (entier positif).
• N le nombre d’itérations. C→B √ 1
FinSi f (x) = x f ′ (x) = √ R ∗+
On rentre : A = 1, B = 2, P = 6 et N+1 → N 2 x
f ( x ) = x3 + x − 3 FinTanque
On obtient : A = 1,213 411, B = 1,213 412 et Afficher : A, B, N f ( x ) = sin x f ′ ( x ) = cos x R
N = 20.

3 Dérivabilité f ( x ) = cos x f ′ ( x ) = − sin x R

n πR − o
Définition 2 Soit une fonction f définie sur un intervalle I et a un f ( x ) = tan x f ′ ( x ) = 1 + tan2 x
+ kπ
point de I. On dit que la fonction f est dérivable en a si et seulement 2
si le taux d’accroissement de la fonction f en a admet une limite finie 1
f ( x ) = ln( x ) f ′ (x) = R ∗+
ℓ en a, c’est à dire : x
f ( a + h) − f ( a)
lim = ℓ et ℓ = f ′ ( a) f (x) = ex f ′ (x) = ex R
h →0 h

PAUL M ILAN T ERMINALE S


Règles de dérivation 4 Fonctions exponentielle et logarithme
Dérivée Formule
Existence
de la somme (u + v)′ = u′ + v′

de ku (ku)′ = ku′ Définition 3 1


• La fonction exponentielle "exp" est l’unique fonction f définie sur
du produit (uv)′ = u′ v + uv′ R telle que : f ′ = f et f (0) = 1. On note alors exp( x ) = e x
 ′
1 u′ • La fonction logarithme népérien notée ln est la fonction réci-
de l’inverse =− 2 proque de la fonction exponentielle. Elle est définie sur R ∗+
u u
 u ′ u′ v − uv′ 2
du quotient = B La fonction e x −1 existe sur R tandis que la fonction ln( x2 − 1) existe sur
v v2
] − ∞; −1[∪]1; +∞[ car il faut que x2 − 1 > 0
de la puissance (un )′ = nu′ un−1
Relation entre les deux fonctions
√ ′ u′
de la racine u = √
2 u Pour tout y réel positif et x réel, on a :
u′ y = e x ⇔ ln y = x
du logarithme (ln u)′ =
u ln(e x ) = x et eln y = y
de l’exponentielle [eu ]′ = u′ eu
Variations des deux fonctions
Tangente : Lorsque f est dérivable en a, la courbe représentative C f La fonction exponenttielle et la fonction logarithme sont strictement croissante
de la fonction f admet au point A( a, f ( a)) une tangente de coeffi- sur leur ensemble de définition
cient directeur f ′ ( a) dont l’équation est :
Fonction logarithme Fonction exponentielle
y = f ′ ( a)( x − a) + f ( a)
Pour déterminer les points de C f où la tangente est parallèle à une x 0 1 e +∞ x −∞ 0 1 +∞
droite d’équation y = mx + p, on résout l’équation f ′ ( x ) = m.
1
+ exp′ ( x ) +
x
Extremum : Soit une fonction f dérivable sur un intervalle ouvert I. +∞ +∞
a un point de I. 1 e
ln exp( x )
• Si f admet un extremum local en a alors f ′ ( a) = 0. 1
0
• Si f ′ ( a) = 0 et si f ′ change de signe en a alors la fonction f admet −∞ 0
un extremum local en a.

PAUL M ILAN T ERMINALE S


Représentation des deux fonctions Signe des deux fonctions
Les deux courbes sont symétriques par rapport à la première bissectrice. Fonction logarithme Fonction exponentielle
Si 0 < x < 1 alors ln x < 0
Fonction logarithme Fonction exponentielle Pour tout x : e x > 0
Si x > 1 alors ln x > 0

5
2 y = ex Équations et inéquations
y = ln x 4
1 Fonction logarithme Fonction exponentielle
Pour a, b et x positif Pour a, b et x positif
3
e e a = eb a=b
1 2 e3 4 5 6
ln a = ln b ⇔ a=b ⇔
2 ln a < ln b ⇔ a<b e a < eb ⇔ a<b
−1
ln x = y ⇔ x = ey ey = x ⇔ y = ln x
1 ey < x y < ln x
−2
ln x < y ⇔ 0 < x < ey ⇔

−3 −3 −2 −1 1 2 B Pour les équations et les inéquations avec les logarithmes, ne pas oublier
de commencer par définir les conditions d’existence (les expressions contenues
dans un logarithme doivent être positives)
Propriétés algébriques
Limites et croissance comparée
Fonction logarithme Fonction exponentielle
Fonction logarithme Fonction exponentielle
ln 1 = 0 et ln e = 1 e ≃ 2,718 282
1 e0 = 1 et e1 = e lim ln x = −∞ , lim ln x = +∞
ln( ab) = ln a + ln b , ln = − ln b lim e x = 0 , lim e x = +∞
b x → 0+ x →+∞ x →−∞ x →+∞
a 1
= ln a − ln b
ln , ln an = n ln a e a+b = e a × eb , e− a =
b ea ln x ex
ea lim =0 , lim x ln x = 0 lim = +∞ , lim xe x = 0
√ 1 e a−b
= , a n
(e ) = e na x →+∞ x x → 0+ x →+∞ x x →−∞
ln x = ln x eb
2
ln x ln(1 + x ) ex − 1
lim = 1 ou lim+ =1 lim =1

1
 x →1 x−1 x →0 x x →0 x
• Pour x > 0, on a : ln = − ln x2 = −2 ln x
x2
2
• Pour tout x, on a : (e− x ) × e3x = e−2x × e3x = e x

PAUL M ILAN T ERMINALE S


Exemples
Équations et inéquations
• Résoudre : ln x + ln 2 = 5 D f = R ∗+
e5
On a alors : ln 2x = 5 ⇔ 2x = e5 ⇔ x =
2
• Résoudre : ln( x + 2) 6 1 D f =] − 2; +∞[
On a alors x + 2 6 e ⇔ x 6 e − 2, S =] − 2; e − 2]
• Résoudre e2x − 2e x − 3 = 0 ⇔ X 2 − 2X − 3 = 0 avec X = e x et X > 0
X1 = −1 (non retenu) donc X2 = 3 d’où e x = 3 ⇔ x = ln 3
5 ln 5
• Résoudre e x < 5e− x ⇔ e x < x ⇔ e2x < 5 ⇔ 2x < ln 5 ⇔ x <
# " e 2
ln 5
S = − ∞;
2

Limites
ln x ln x
 
• lim ln x − x = lim x − 1 = −∞ car lim =0
x →+∞ x →+∞ x x →+ ∞ x
x2 x2
 
x 2
• lim 3e − x = lim e 3 − x = +∞ car lim x = 0
x
x →+∞ x →+∞ e x →+∞ e

e x + ln x ex 1 + lnexx ex
• lim = lim × = +∞ car lim = +∞ et
x →+∞ x + 1 x →+∞ x 1 + 1x x →+∞ x
ln x
lim =0
x →+∞ e x

1 1 1
• lim + ln x = lim (1 + x ln x ) = +∞ car lim = +∞ et
x →0 x
+ x → 0+ x x → 0+ x
lim x ln x = 0
x → 0+

• lim e x ( x + 1) = lim xe x + e x = 0 car lim xe x = 0 et lim e x = 0


x →−∞ x →−∞ x →−∞ x →−∞

PAUL M ILAN T ERMINALE S