Vous êtes sur la page 1sur 3

Notes sur le programme situationniste

Martin Gladu

L’Internationale situationniste

organisation politique et artistique

artistes-théoriciens

juillet 1957 à 1972

Rapport sur la construction de situations (Debord)

Systématiser les situations c’est à dire, ces moments où les désirs, les
passions, la créativité, le jeu, la liberté, etc. s’expriment

Guy Debord

Asger Jorn – oeuvres détournées

Constant

Raoul Vaneigem

Henri Lefebvre – vie quotidienne – théorie des moments – fête


révolutionnaire – Université de Strasbourg

Aspire à ce que toutes les activités humaines prennent une forme


poétique : celle de la libre création de situations par les individus
(influence du surréalisme)

Abolition du spectacle en tant que rapport social

À bas la démocratie de représentation!

Épanouissement de l’individu sous toutes formes – « Jouir sans


entraves! » (influence du surréalisme)
Abolition du travail subordonné au profit du travail libre

Repassionner le quotidien - « Vivre sans temps mort! » (influence


d’Henri Lefebvre)

Fin du malheur historique

Autogestion généralisée

Dépasser et réaliser l'art

Abolition de la société de classe

Exigence de cohérence entre la vie réellement vécue et les idées


proclamées

À bas la dictature de la marchandise!

À bas le capitalisme!

À bas la société spectaculaire-marchande!

Le spectacle est l'appareil de propagande du pouvoir capitaliste. Mais


c'est aussi « un rapport social entre des personnes médiatisé par des
images »

Abolition du spectacle en tant que rapport social

Vive le communisme de conseils!

Vive Socialisme ou barbarie

À bas la propriété intellectuelle!

Antihiérarchique

Un situationniste qui ne critique pas les situationnistes n'en est pas un


Exclusion des artistes de 1962

Lutte pour une société égalitaire débarrassée des rapports marchands


Abolition de l'art contemplatif, des loisirs et de l’université en tant que
séparés de la vie de tous les jours - Réunification de toutes les activités
humaines

Critique l’art contemporain, car jugé bourgeois

À bas la division du travail!

L'autogestion communiste permet à l'activité de production de ne plus


être un travail et de fusionner avec toutes les autres activités humaines
sous une forme artistique et poétique. Ainsi, l'activité de production
n'est plus séparée de la réalisation individuelle, des loisirs et de
la sexualité

Pour en finir avec le travail, album de chansons détournées par les


situationnistes auquel avait participé Guy Debord et Étienne Roda-Gil
et produit par l’anarchiste Jacques Le Glou (1972)

Détournements – d’œuvres anciennes, de publicité et de bandes


dessinées

Dérives – Marcher/Déambuler dans la ville en enregistrant ses


impressions – Psychogéographie. « Passage hâtif à travers des
ambiances variées », la dérive « est indissolublement liée à la
reconnaissance d’effets de nature psychogéographique, et à
l’affirmation d’un comportement ludique-constructif »

Pour Debord, la société du spectacle apparaît lorsque le statut de


marchandise s'étend à l'ensemble de l'activité humaine. Cela signifie
que les relations entre les individus sont médiatisées par des objets et
que cette forme d’échange s’est introduite dans toutes les sphères de la
société, même dans la vie privée. Le spectacle représente ainsi la tonne
d’organisation du capitalisme dans laquelle les rapports sociaux sont
médiatisés par des images, par la marchandise et par la consommation.

Critique des maoïstes, des marxistes-léninistes et des castristes


Pour l’indépendance de l’Algérie

Université de Nanterre – Les Enragés

Vous aimerez peut-être aussi