Vous êtes sur la page 1sur 75

Mécanique du solide et des matériaux

Rupture

Jean-Claude Charmet

ESPCI - Laboratoire d’Hydrodynamique et Mécanique Physique


ii
Table des matières

1 INTRODUCTION 1
1.1 La mécanique de la rupture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.2 Contrainte critique et taille critique de défaut . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.2.1 Rupture brutale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.2.2 Rupture de fatigue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

2 LA RUPTURE BRUTALE 3
2.1 Résistance théorique à la rupture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
2.1.1 La contrainte théorique de clivage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
2.1.2 L’énergie superficielle des solides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
2.1.3 L’effet d’échelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
2.2 Approche en force et en contrainte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2.2.1 Le coefficient de concentration des contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.2.2 La contrainte de rupture effective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.3 La rupture fragile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.3.1 Fissure et modes de rupture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.3.2 Les phases de chargement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.3.3 Les hypothèses du modèle de rupture fragile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.3.4 Le modèle de rupture fragile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
2.3.5 Coefficient de concentration k et facteur d’intensité K . . . . . . . . . . . . . . 9
2.4 La correction d’élasto-plasticité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.4.1 Autonomie de la zone critique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.4.2 Modèle d’Irwin en plasticité confinée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.4.3 Modèle de Barenblatt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.4.4 Modèle de Dugdale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.5 La ténacité des matériaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.5.1 Condition d’amorçage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.5.2 La ténacité théorique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.5.3 Le paradoxe de la ténacité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.5.4 La ténacité effective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.6 Approche énergétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.6.1 Critère énergétique pour la rupture brutale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.6.2 Le bilan d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.6.3 Condition d’amorçage et taux de restitution de l’énergie . . . . . . . . . . . . . 16
2.6.4 Stabilité et propagation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.6.5 Courbe d’équilibre d’une fissure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.6.6 Influence du type de chargement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.7 La longueur de Griffith . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.7.1 Énergie de fissuration et longueur absolue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.8 Taux de restitution d’énergie, taux d’énergie de fermeture et invariant intégral . . . . 21
2.8.1 G taux de restitution d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.8.2 G Invariant intégral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.8.3 G taux d’énergie de fermeture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

iii
iv TABLE DES MATIÈRES

2.8.4 Énergie de fissuration et ténacité : La relation entre GC et KC . . . . . . . . . 22


2.8.5 La détermination expérimentale de GC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.8.6 Méthodes de détermination de G et de K . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.9 La rupture ductile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.9.1 Matériau élastique non linéaire équivalent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.9.2 Intégrale J . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.10 La propagation des fissures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.10.1 La courbe d’équilibre et la propagation contrôlée . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.10.2 La stabilité de la propagation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.10.3 Influence du type de chargement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.11 Les mécanismes de la rupture brutale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.11.1 Le déchirement ductile des métaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.11.2 Le clivage fragile des céramiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.12 La rupture fragile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.12.1 Résistance à la rupture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.12.2 La statistique de la rupture fragile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

3 LA RUPTURE DE FATIGUE 37
3.1 Rupture en fatigue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.1.1 Les essais de fatigue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.1.2 Endommagement par fatigue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3.1.3 Fatigue des pièces non fissurées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.1.4 Fatigue des pièces fissurées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.2 Les mécanismes de la rupture en fatigue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
3.2.1 Les mécanismes d’initiation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
3.2.2 Les stades de propagation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
3.2.3 Le faciès de rupture de fatigue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50

A Propriétés mécaniques des matériaux 53


A.1 Ténacité KC en M P a.m1/2 à l’ambiante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
A.2 Energie de rupture GC en kJ.m−2 à l’ambiante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
A.3 Les métaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
A.4 Les céramiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
A.4.1 Céramiques ioniques et covalentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
A.4.2 Modules d’élasticité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
A.4.3 Résistance mécanique, dureté et résistance du réseau cristallin . . . . . . . . . 59
A.4.4 Résistance à la rupture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
A.4.5 La résistance mécanique des céramiques au cours du temps . . . . . . . . . . . 60
A.5 Les polymères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
A.5.1 La rupture fragile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
A.5.2 L’étirage à froid . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
A.5.3 Les craquelures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
A.5.4 Le cisaillement par bandes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
A.6 Les composites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
A.6.1 Les composites fibreux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
A.6.2 Fibres, matrices et composites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
A.6.3 La raideur des composites fibreux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
A.6.4 Résistance à la traction et longueur critique de fibre . . . . . . . . . . . . . . . 68
A.6.5 Longueur critique de fibre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
A.6.6 Énergie de rupture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
Chapitre 1

INTRODUCTION

Lorsqu’un matériau est sollicité jusqu’à rupture, les essais montrent que la contrainte de rupture
σR est une grandeur présentant de fortes fluctuations pouvant même dépasser la décade pour certains
matériaux et que le mode de ruine dépend de la nature du matériau. Ainsi la rupture peut interve-
nir brutalement quasi sans déformation préalable pour les matériaux qualifiés aujourd’hui de fragiles,
tandis qu’elle n’intervient qu’après une étape de grande déformation permanente pour les matériaux
qualifiés aujourd’hui de ductiles. Nous savons maintenant que les matériaux fragiles rompent brutale-
ment au delà d’une certaine tension, tandis que les matériaux ductiles s’écoulent plastiquement sous
cisaillement avant de rompre. Si la rupture est toujours l’étape ultime de la ruine des structures, elle
est précédée d’une étape de plastification pour les matériaux ductiles. Ce document traitera principa-
lement de la rupture fragile au sens macroscopique d’un matériau, c’est à dire une rupture intervenant
sans plastification macroscopique notable, ce qui n’exclut pas une plastification microscopique en tête
de fissure.

1.1 La mécanique de la rupture


La mécanique de la rupture a pour objet l’étude des fissures macroscopiques, la détermination des
champ des contraintes et de déformations correspondants et l’établissement des données expérimentales
permettant de déterminer la cinétique de propagation des défauts et leur taille critique au-delà de
laquelle, pour une sollicitation donnée, la rupture instable se produit. Le développement théorique
de la mécanique de la rupture, important depuis les années 1960, doit beaucoup aux progrès réalisés
conjointement dans la mise au point des méthodes de contrôle non destructif.

1.2 Contrainte critique et taille critique de défaut


1.2.1 Rupture brutale
La sollicitation croissante d’une pièce comportant une fissure de longueur aC se traduit dans une
première étape (étape d’ouverture) par un écartement progressif des lèvres du défaut. Lorsque la
contrainte appliquée σ atteint une valeur critique σC (aC ) d’autant plus faible que la taille aC du
défaut est grande, la fissure commence à s’allonger (étape de propagation) qui conduit brutalement à
la rupture de la pièce.

1.2.2 Rupture de fatigue


Lorsque la sollicitation est une fonction du temps t (corrosion sous contrainte, fluage en température)
ou du nombre de cycles N (fatigue cyclique), la taille aC de la fissure augmente progressivement et,
lorsque la contrainte critique sigmaC (aC ) atteint la valeur de la contrainte appliquée σ, la pièce rompt
brutalement. Ce mécanisme de fatigue par croissance de la taille du défaut produit une rupture brutale
différée au bout d’un temps tR (σ) (ou d’un nombre de cycle NR σ).
La figure 1.1 décrit le schéma de principe illustrant la variation de la dimension a d’une fissure
avec le nombre de cycles N , en fatigue, ou le temps t, en corrosion sous contrainte ou en fluage, et la

1
2 CHAPITRE 1. INTRODUCTION

Fig. 1.1 – Principe de la rupture différée

taille de défaut critique aC à rupture, pour une sollicitation donnée. La taille a du défaut croı̂t avec N
ou t tandis que la contrainte de rupture σR décroı̂t. Pour un défaut de taille a = aC donnée, il existe
donc une contrainte critique σC = σ(aC ) provoquant la rupture. Réciproquement, pour une contrainte
σ = σC donnée, il existe une taille maximale de défaut admissible aC = a(σC ) pour que la structure
ne casse pas.
Chapitre 2

LA RUPTURE BRUTALE

2.1 Résistance théorique à la rupture


2.1.1 La contrainte théorique de clivage
L’énergie interne d’un monocristal est une fonction périodique de la distance atomique a. Au
repos les atomes occupent les positions d’énergie minimale. Tant que la contrainte de traction σ
appliquée perpendiculairement au plan atomique reste faible sa suppression entraı̂ne le retour en
position d’énergie minimale, le comportement est élastique. Au delà d’un certain seuil de traction σth
correspondant au franchissement du col énergétique la séparation intervient par clivage, rupture de
l’ensemble des liaisons chimiques entre les atomes de deux plans adjacents.

Fig. 2.1 – Contrainte théorique de clivage

La contrainte σ étant la dérivée de l’énergie par rapport à l’extension, elle oscille avec la même
période a distance interatomique. Au premier ordre du développement en série de Fourier la contrainte
σ s’écrit :

σ = σth sin x = σth sin 2πε σ ' 2πσth ε lorsque ε → 0
a
x étant le déplacement d’une moitié du cristal par rapport à l’autre. Aux faibles déformations l’iden-
tification avec la loi de Hooke σ = Eε permet de relier raideur et résistance par :
E E
σth = σth ≈
2π 10
ordre de grandeur confirmé par la théorie des énergies de liaison (potentiel de Lennard-Jones, voir
Élasticité).
Les liaisons chimiques étant responsable de la cohésion du matériau à l’échelle atomique il est
normal de trouver une relation entre la raideur E (Module d’Young) et la résistance en traction σth
(contrainte de rupture).

2.1.2 L’énergie superficielle des solides


Le clivage crée deux nouvelles surfaces dont les atomes voient leur environnement modifié, ils n’ont
plus autant de proches voisins que les atomes en volume. Il en résulte, comme pour les liquides, une

3
4 CHAPITRE 2. LA RUPTURE BRUTALE

tension de surface donc une énergie superficielle γ. L’énergie de séparation W S à fournir pour créer
par clivage les deux nouvelles surfaces d’aire S est W S = 2γS.

Fig. 2.2 – Énergie superficielle et contrainte théorique de clivage

Supposant, avec Griffith, que l’énergie élastique mobilisable pour assurer le clivage est celle stockée
au voisinage du plan de séparation dans un volume V = Sa, S étant l’aire de clivage et a la distance
interatomique. 21 σε = 2E1 2
σ étant la densité volumique d’énergie élastique stockée, l’énergie mobilisable
1 2
est W = 2E σ Sa. Le clivage intervient donc pour une contrainte σth telle que W El = W S , soit
El
2 = 4γE. Dans l’établissement de cette relation on suppose que les liaisons atomiques continuent
aσth
d’obéir à la loi de Hooke jusqu’à rupture. Ce n’est pas le cas, la courbe force de rappel - écart à la
position d’équilibre déduite du potentiel de Lennard-Jones s’écarte de la loi linéaire d’une manière
approximativement parabolique, la force croissant moins vite que l’écart. Compte tenu de la propriété
géométrique des paraboles, la contrainte maximale calculée par la loi linéaire est surestimée d’un
facteur 2, ainsi la relation : s
γE
σth =
a
est une bonne approximation de la résistance théorique à la rupture en traction de la plupart des
solides. q
E
En rapprochant les deux expressions de σth = 2π et σth = γE a , γ, E et a sont liés par :

4π 2 γ = Ea (2.1)

2.1.3 L’effet d’échelle


Dans les solides cristallins la structure moléculaire se réarrange complètement au moment de la
solidification et les tensions superficielles mesurées en phase liquide ne permettent pas nécessairement
d’en déduire l’énergie de surface de l’état solide. En revanche, le verre n’est généralement pas cristallisé
lorsqu’il se solidifie à partir d’un état liquide ou pâteux ; sa structure moléculaire n’est pas sensiblement
modifiée. L’extrapolation à 15°C des mesures de la tension superficielle du verre à des températures
comprises entre 745°C et 1110°C donne pour le verre solide une énergie de surface γ=0,56 N.m−1 =0,56
J.m−2 . Le module d’Young E du verre ordinaire est d’environ 62000 MPa. La résistance q théorique à
E γE
la traction du verre est, selon le mode de calcul, σth = 2π = 104 MPa ou σth = 4
a = 1, 3.10 MPa
avec a de l’ordre de 2Å (2.10 −10 m).
La contrainte de rupture en traction de baguettes de verre d’environ 1 mm de diamètre est de l’ordre
de 170 MPa, valeur près de 100 fois plus faible que la valeur calculée. Cependant, une diminution du
diamètre augmente la contrainte de rupture et les fibres les plus fines, les whiskers, ont une contrainte de
rupture dépassant 13600 MPa, correspondant parfaitement à la prévision théorique. Cet effet d’échelle
n’est pas l’apanage du verre et la contrainte de rupture théorique n’est pas une abstraction scientifique
on sait l’atteindre ou s’en approcher en laboratoire pour la quasi-totalité des matériaux.
2.2. APPROCHE EN FORCE ET EN CONTRAINTE 5

Matériaux γ (J.m−2 ) E (Gpa) σth (Gpa)


Fer 2,0 210 46
Cuivre 1,65 120 31
Zinc 0,75 90 18
Aluminium 0,90 73 18
Tungstène 3,0 360 73
Diamant 5,4 1200 180
Chlorure de sodium 0,115 43 6,2
Oxyde d’aluminium 4,6 420 67
Verre ordinaire 0,54 70 14

Tab. 2.1 – Énergie superficielle, Module d’Young et Résistance théorique

La résistance effective à la rupture σR des matériaux massifs de nos structures est 10 à 100 fois
plus faible que la contrainte de cohésion σth de la matière (somme des forces de liaison de la section
la plus faible).
Bien que sa valeur moyenne soit fonction décroissante de la taille de l’échantillon, σR présente
toujours une grande dispersion quel que soit le soin pris pour opérer sur des échantillons identiques
dans des conditions identiques. Une chaı̂ne de molécules devrait présenter une résistance effective égale
à la résistance théorique, ce sont les inévitables défauts qui sont responsables des effets d’échelle et
de dispersion. Du fait de leur répartition statistique plus un échantillon est volumineux et plus les
défauts qu’il contient peuvent être de taille importante diminuant sa résistance à la rupture.

Fig. 2.3 – dispersion de la contrainte de rupture et effet d’échelle

Deux théories, l’une fondée sur des considérations de forces et de contraintes, l’autre due à Griffith
fondée sur des bilans énergétiques, ont permis de jeter les bases de la mécanique de la rupture et sont
à l’origine de son développement. Les arguments fondés sur l’énergie sont les plus importants, les plus
fondamentaux et les plus universels, mais commençons par exposer les arguments fondés sur les forces
et les contraintes.

2.2 Approche en force et en contrainte


Les variations locales de géométrie d’une structure sous sollicitation peuvent conduire à une ampli-
fication locale du champ de contrainte par rapport à sa valeur moyenne, c’est la notion de concentration
des contraintes. Toute variation brutale de section amplifie localement les contraintes entraı̂nant un
affaiblissement corrélatif de la structure, mais l’introduction de trous, d’encoches ou de fissures est
particulièrement néfaste.
Il est instructif d’étudier le réseau des isostatiques, trajectoires le long desquelles se transmet la
contrainte dans la masse d’un corps solide supportant une charge. Analogues des lignes de courant en
hydrodynamique elles mettent en évidence les difficultés d’écoulement des contraintes.
Dans une plaque uniforme soumise à traction uniaxiale, les isostatiques sont parallèles, l’écoulement
est laminaire.
Si la pièce comporte un étranglement symétrique et progressif, les isostatiques se resserrent dans la
partie étroite et le niveau de contrainte augmente à cet endroit, c’est l’analogue de l’augmentation de
6 CHAPITRE 2. LA RUPTURE BRUTALE

Fig. 2.4 – Variations locales de géométrie et concentration des contraintes

vitesse par conservation du débit.


Les isostatiques se concentrent à la pointe d’une rayure ou d’une fissure accroissant très fortement
l’intensité de la contrainte locale de manière analogue au contournement d’une plaque perpendiculaire
à l’écoulement. La rupture qui intervient le long de la rayure est exploitée par le vitrier pour couper
le verre.

2.2.1 Le coefficient de concentration des contraintes


La présence d’un trou de petite taille dans une plaque en traction uniforme produit une concen-
tration de la contrainte localisée au bord du trou caractérisée par le coefficient de concentration de
contrainte k rapport de la contrainte locale σm à la contrainte σ0 appliquée au loin. Les résultats
principaux du calcul du champ de contraintes (Inglis 1913) au voisinage d’un trou elliptique percé
dans une plaque de taille grande devant ses dimensions, 2b et 2c étant le petit et le grand axe de
l’ellipse, mise en traction perpendiculairement au grand axe sont regroupés sur la figure 2.5.

Fig. 2.5 – Concentration de contrainte autour d’un trou elliptique

Au voisinage des sommets du grand axe apparaı̂t une forte concentration de la contrainteqde
traction. Sa valeur maximale σm en bord d’ellipse est à cet endroit σσm0 = k = 1 + 2 cb = 1 + 2 ρc ,
avec ρ rayon de courbure en extrémité du grand axe (cρ = b2 ). k = 3 dans le cas du trou circulaire
(b = c = ρ). La contrainte de traction diminue pour tendre vers σ0 lorsque l’on s’éloigne de l’ellipse le
long du grand axe.
Aux sommets du petit axe 2b de l’ellipse, règne au contraire une contrainte de compression, d’am-
plitude σ0 tendant à s’annuler lorsque l’on s’éloigne de l’ellipse le long du petit axe.
Si les trous elliptiques sont rarement rencontrés en pratique, la solution reste valable pour des
ouvertures dont la forme en est peu éloignée telles que les fissures (ellipse aplatie) ou les ouvertures
à angles assez vifs comme les hublots et les écoutilles. Le coefficient de concentration de contrainte
k et, par voie de conséquence, la contrainte σm augmentent très rapidement avec l’aplatissement de
2.3. LA RUPTURE FRAGILE 7

l’ellipse de sorte que rapidement :


c c
r
k≈2 =2 (2.2)
b ρ

2.2.2 La contrainte de rupture effective


Les matériaux fragiles renferment une multitude de fissures internes dont le rayon d’extrémité ρ, la
fissure étant vue comme une ellipse très aplatie, est de l’ordre d’une dimension atomique a et la rupture
intervient lorsqu’en tête de fissure la contrainte maximale locale σm atteint la valeur de la contrainte de
rupture théorique en traction σth . Comme σm varie proportionnellement à la contrainte appliquéeqσ0 ,
le facteur de proportionnalité étant justement le coefficient de concentration de contrainte k ≈ 2 ρc ,
la contrainte de rupture effective σR : σR = σkth est très inférieure à la valeur théorique. a étant de
l’ordre de 1Å, un défaut non visible de taille caractéristique c 1 µm conduit à un facteur k de l’ordre
de 102 correspondant
q bien à l’ordre de grandeur du rapport constaté expérimentalement.
γE
Avec σth = a , on obtient la relation de Griffith reliant la contrainte de rupture σR à la taille c
du défaut :
2
σR c ≈ γE (2.3)
relation qui montre que la résistance effective à la rupture σR est liée à la taille du plus grand défaut
existant justifiant à la fois la dispersion sur σR liée à la distribution des défauts et l’effet d’échelle
puisque statistiquement plus le volume est grand et plus il contient de grands défauts.

2.3 La rupture fragile


A l’échelle macroscopique une fissure peut être considérée comme une ellipse de grand axe 2c dont
le petit axe 2b, donc le rayon ρ, tend vers 0. Dans ce cas, le coefficient de concentration de contrainte
k diverge induisant une discontinuité et une divergence des contraintes en tête de fissure. La fissure
doit alors être vue comme une discontinuité au sein d’un milieu continu.

2.3.1 Fissure et modes de rupture


La rupture est caractérisée (au moins localement) par la séparation irréversible (généralement les
liaisons chimiques rompues ne se rétablissent pas par suite de la présence inévitable de polluant) d’un
milieu continu de part et d’autre d’une surface génératrice S. La coupure ainsi crée est appelée fissure.

Fig. 2.6 – fissure et modes de rupture

C’est une surface de discontinuité pour le champ de déplacement. Le saut [− →


u] = −→
u+−− →u − est le
déplacement d’ouverture de la fissure.
Sa composante un normale à S est l’ouverture, écartement des lèvres de la fissure. Elle ne peut, à
l’évidence, être négative.
Sa composante tangentielle ut est le glissement relatif des lèvres de la fissure.
Lorsque la séparation est effective, les lèvres sont libres de charge et les vecteurs contrainte des
facettes de chaque lèvre s’annulent.


T = σ− →
n =0
8 CHAPITRE 2. LA RUPTURE BRUTALE

Cette condition n’est évidemment pas applicable aux fissures fermées qui imposent une condition de
frottement entre les lèvres, comme cela se produit dans les roches sous pression.
On distingue trois modes de rupture :
– Le mode I appelé de manière évidente mode d’ouverture.
– Le mode II appelé mode de glissement plan.
– Le mode III appelé mode de glissement antiplan ou mode de déchirure, celui mobilisé lorsque
l’on déchire une feuille de papier.

2.3.2 Les phases de chargement


Lors du chargement d’une pièce fissurée, on distingue deux phases :

La phase d’ouverture pendant laquelle, la fissure immobile s’ouvre, les lèvres s’écartant sans chan-
gement de géométrie de la surface S. Cette phase se poursuit jusqu’à un chargement critique
autorisant la fissure à se propager en s’agrandissant. A ce chargement critique correspond la
condition d’amorçage.
La phase de propagation Au delà du chargement critique d’amorçage, la fissure s’agrandit (avance)
soit dans le plan tangent à S soit dans d’autres directions (branchement), c’est la phase de
propagation qui pourra être contrôlée (propagation dite stable) ou non (propagation dite instable
conduisant à la rupture brutale ou catastrophique).

Fig. 2.7 – Ouverture et propagation d’une fissure

2.3.3 Les hypothèses du modèle de rupture fragile


– Le matériau est supposé homogène, isotrope à comportement élastique linéaire jusqu’à rupture.
La courbe de traction de la structure macroscopique présente un comportement linéaire jusqu’à
rupture ; On parle alors de rupture fragile à l’échelle macroscopique ce qui n’exclut pas l’existence
d’une ductilité à plus petite échelle au voisinage de la fissure pour autant que la plastification
reste strictement confinée au voisinage de la fissure.
– On néglige les forces de volume et les accélérations, la rupture dynamique étant exclue.
– On se restreint aux problèmes bidimensionnels (d’épaisseur e) en contrainte plane (cas des
plaques minces) et en déformation plane (cas des plaques épaisses). L’origine O étant prise en
tête de fissure, l’axe Ox1 sera pris dans le prolongement de la fissure.

Fig. 2.8 – Ouverture et propagation d’une fissure

On s’attend donc à ce que le modèle présente une divergence des contraintes physiquement sans
signification au voisinage de la tête de fissure, mais la solution représentera bien l’évolution spatiale
du champ de contrainte induit par la fissure au delà d’un petit rayon r0 .
2.3. LA RUPTURE FRAGILE 9

2.3.4 Le modèle de rupture fragile


Le résultat essentiel en élasticité linéaire a été établi par Irwin. Le premier terme du développement
limité du champ de contrainte au voisinage d’une fissure est le même pour tous les problèmes (char-
gement et géométrie de fissure) correspondant à un mode d’ouverture donné. Pour chaque mode, ce
premier terme est connu à un facteur multiplicatif près noté K facteur d’intensité de contrainte. La
solution d’un problème de fissure se ramène donc en élasticité linéaire à la détermination du facteur
K qui ne dépend que de la géométrie de la fissure et du type de chargement. Dans un problème réel, la
solution sera souvent une combinaison linéaire des trois modes, combinaison rendue possible en raison
du principe de superposition des solutions en élasticité linéaire. Le mode I est cependant physiquement
le mode le plus important puisque l’ouverture de la fissure conduit assez facilement à la rupture. Les
autres modes ne sont pas toujours faciles à contrôler, en particulier en présence de frottement des
lèvres. En mode I la fissure se propage dans son propre plan par raison de symétrie. On s’intéressera
donc essentiellement au mode I.

Champ deqdéplacement Champ de contrainte



− K r −
→ (2.4)
u = 2µ 2π f (κ, θ) σ = √K
2πr
f (θ)

η étant le coefficient de Poisson et µ le module de cisaillement, κ = 3 − 4η en déformation plane et


3−η
κ = 1+η en contrainte plane. σ33 = η(σ11 + σ22 ) en déformation plane et σ33 = 0 en contrainte plane.

Fig. 2.9 – Traction en tête de fissure


Les facteurs d’intensité de contraintes sont aussi des facteurs de discontinuité des déplacements.
Cette interprétation appliquée à KI dégage une condition de compatibilité importante, n’apparaissant
pas de façon évidente en terme de contrainte, à savoir KI ≥ 0. En conséquence la contrainte σ22 (r, θ =
0) juste en avant de la fissure est toujours ≥ 0. En mode I la tête de fissure travaille toujours en traction
(travail à l’ouverture). Il ne faut cependant pas oublier que ces champs correspondent seulement au
premier terme du développement limité. Dès que l’on s’éloigne de la fissure, d’autres termes réguliers
interviennent. On peut seulement affirmer qu’ils seront négligeables devant √1r lorsque r → 0.

2.3.5 Coefficient de concentration k et facteur d’intensité K


Il est important de ne pas confondre le coefficient de concentration de contrainte k qui ne donne
qu’une information locale à la pointe même de la fissure et le facteur d’intensité de contrainte K qui
décrit l’ensemble de la singularité spatiale du champ de contrainte. Si k est sans dimension, K est le

produit d’une contrainte par la racine carrée d’une longueur [K] = [σ][L]1/2 et se mesure en MPa. m.
Le passage à la limite permettant de définir une fissure comme la limite d’un trou elliptique
complètement aplati conduit naturellement à une relation entre les deux grandeurs, la longueur inter-
venant dans K étant reliée à la taille c du défaut par la relation d’Irwin :

π √
r
Lim
K= σm ρ
ρ→0 2

σm étant la contrainte en tête de la fissure elliptique et ρ son rayon de courbure.


Pour une fissure elliptique aplatie de longueur 2c dans une plaqueq infinie (en pratique de dimensions
grandes devant c) soumise à une traction σ, σm = kσ avec k = 2 ρc , le passage à la limite conduit à

KI = σ πc .
Citons comme autre exemple le cas classique d’une fissure latérale de longueur c débouchant sur
le coté d’une plaque semi infinie soumise à une traction homogène σ perpendiculaire à la fissure pour
√ √
laquelle KI = 1, 122σ πc ≈ 2σ c.
10 CHAPITRE 2. LA RUPTURE BRUTALE

Fig. 2.10 – Facteur d’intensité de contrainte

On retrouve bien le fait annoncé que K est une fonction du chargement et de la géométrie du
problème. Les expressions de K pour diverses géométries et divers chargements sont tabulées dans les
livres spécialisés.

2.4 La correction d’élasto-plasticité


La solution élastique n’est pas physiquement réaliste. Les contraintes en tête de fissure sont écrêtées
par la plasticité, particulièrement dans les métaux.

Fig. 2.11 – Correction d’élasto-plasticité

2.4.1 Autonomie de la zone critique


La divergence des contraintes en tête de fissure est physiquement sans signification. Au voisi-
nage immédiat de la tête de fissure les contraintes seront au minimum écrêtées par l’apparition de
déformations plastiques. Il existe en tête de fissure un domaine, de rayon r0 caractéristique du matériau,
dans lequel la dégradation est telle que toute description par une loi de comportement type milieu
continu est illusoire. L’hypothèse de l’autonomie de la zone critique, sous-jacente à toutes les théories
de la rupture fragile revient à admettre que la forme de la zone critique et les valeurs critiques des
champs qui y règnent sont les mêmes pour chaque classe de matériaux quelle que soit la géométrie
de la pièce et son chargement. A l’extérieur de cette zone les champs de contrainte correspondent
pratiquement à ceux donnés par la théorie élastique.
L’état critique de la fissure (condition d’amorçage) sera réputé atteint lorsque les contraintes σ sur
le cercle de rayon r0 vérifieront certaines relations caractéristiques du matériau, le rayon r0 étant lui
même une de ces caractéristiques. A l’appui de cette hypothèse, plusieurs solutions plastiques, dont
celle de Rice dans laquelle le champ élastique à l’extérieur d’une zone plastique circulaire correspond
bien à celui prévu par la théorie élastique à un léger décalage d’origine près.

2.4.2 Modèle d’Irwin en plasticité confinée


Le modèle d’Irwin s’applique aux conditions de contrainte plane. Le matériau est supposé être
parfaitement plastique, sans consolidation et obéir au critère de Tresca 2k = RP , RP étant la limite
élastique du matériau. La contrainte σyy qui s’applique sur le plan prolongeant la fissure est principale,
constante dans la zone plastifiée et vaut RP . En zone élastique la contrainte σyy = √K 2πr
dans le plan
1 K 2
θ = 0 atteint la limite RP à une distance ry telle que ry = 2π ( RP ) . En réalité, la zone déformée
2.4. LA CORRECTION D’ÉLASTO-PLASTICITÉ 11

Fig. 2.12 – zone plastique d’Irwin et crack tip opening displacement

plastiquement est plus étendue de façon à respecter l’équilibre des contraintes. Il faut compenser la
troncature de la distribution élastique pour x ≤ ry . En faisant l’hypothèse simple selon laquelle la
distribution élastique de la contrainte σyy est translatée d’une quantité X l’égalité des aires hachurées
conduit à X = ry , soit R = 2ry . La dimension de la zone plastique est donc : R = π1 ( RKP )2 .
Ce calcul est évidemment approximatif l’équilibre des contraintes n’étant assuré que dans le plan
prolongeant la fissure. Il n’est valable que si la dimension de la zone plastique reste assez petite
(hypothèse de zone plastique confinée). La fissure accompagnée de sa zone plastique se comporte
comme une fissure élastique fictive de longueur (c + R). R appelée correction de zone plastique d’Irwin
est utilisée pour mieux représenter la fissure dans le cas où la plasticité commence à devenir importante.
Ce modèle ne peut prétendre représenter correctement la forme de la zone plastique dans tout le plan.
Des calculs analytiques et numériques plus évolués montrent que l’estimation fournie conduit, dans
tous les cas, à un très bon ordre de grandeur peu affecté par l’écrouissage. Par contre, les formes de
la zone plastique sont fortement dépendantes du problème traité.
Le profil de la fissure est émoussé par la plasticité. Les lèvres s’écartent à leur extrémité d’une
K2
quantité δ appelée écartement de fissure ou Crack Tip Opening Displacement, CTOD. δ ≈ ER P (E
est le module de Young) est un bon ordre de grandeur.

2.4.3 Modèle de Barenblatt


Pour lever la divergence des contraintes et des déformations en pointe de fissure, Barenblatt à
émis l’hypothèse des forces de cohésion confinées dans le plan de fissure au voisinage de sa pointe.
Physiquement, bien que les liaisons soient rompues, les atomes des deux lèvres continuent de s’attirer
tant que l’écartement δ des lèvres de la fissure n’est pas trop grand. Aux faibles écartements la réponse
est quasi élastique, mais l’attraction s’annule pour les écartements importants dépassant une certaine
valeur δm correspondant à une longueur de bec R petite devant la taille c de la fissure. La force
d’attraction F est une fonction non linéaire de l’écartement δ. Ces forces régularisent le champ de
contrainte lorsque le facteur d’intensité de contrainte K 0 qui leur est associé compense exactement
celui K de la théorie linéaire. Dans l’hypothèse d’autonomie de la zone critique la forme du bec de
longueur R est indépendante de la géométrie de la structure et du chargement et la force F devient
fonction non linéaire de la distance à la tête de fissure. La solution du problème de la fissure chargée
par des contraintes de cohésion qui tendent à la fermer conduit aux deux résultats √
important :
– Le facteur d’intensité de contrainte est lié aux forces de cohésion par K = π intπ0 σ(x)
2 √ dx
x
– Le profil d’ouverture du bec δ(x) varie comme x3/2 au lieu de x1/2 dans le modèle élastique. Le
bec est pointu, ce qui est physiquement satisfaisant.
Physiquement, le modèle de Barenblatt est satisfaisant puisque les champs mécaniques sont d’am-
plitude finie dans tout le solide. Du point de vue pratique, le calcul, qui doit prendre en compte la
fonction non linéaire F (x) est moins simple que celui des facteurs d’intensité de contrainte, d’où l’usage
répandu du modèle élastique qui se trouve ainsi justifié.
Les études sur polymère ont montré que cette forme de bec est assez bien vérifiée. Dans de nombreux
cas, la rupture des polymères amorphes résulte du développement de craquelures (ou craze) fissures
12 CHAPITRE 2. LA RUPTURE BRUTALE

Fig. 2.13 – forces de cohésion modèle de Barenblatt

Fig. 2.14 – Craquelure dans un polymère photo Schirrer

dont les faces sont pontées par des fibrilles. Ce sont des faisceaux de chaı̂nes polymériques extraites
de la matrice. Elles sont relativement alignées, comme dans un polymère fortement étiré. Lorsque
l’ouverture de la craquelure augmente, la longueur des fibrilles augmente, non par fluage, mais par
poursuite de l’extraction des chaı̂nes qui finissent par céder créant une véritable fissure.

2.4.4 Modèle de Dugdale


Une grande plaque mince en état de contrainte plane constituée d’un matériau ductile sans conso-
lidation est soumise à une traction uniforme σ∞ . R étant la taille de la zone plastique à déterminer à
chaque extrémité de la fissure de longueur 2c, l’extension du modèle de Barenblatt lorsque les forces
de cohésion sont modélisées par des efforts constants égaux à la limite d’élasticité RP du matériau,
effet de la plasticité, permet de s’affranchir de l’hypothèse du strict confinement de la zone plastifiée.

Fig. 2.15 – Plasticité non confinée modèle de Dugdale

Par superposition les conditions aux limites sur la fissure fictive de longueur 2(c + R) incluant les
zones plastifiées s’écrivent :

σyy (x, 0) = −σ∞ si |x| ≤ c σyy (x, 0) = −σ∞ + RP si c ≤ |x| ≤ c + R

L’annulation du facteur d’intensité de contrainte total pour obtenir des contraintes finies aux limites
2.5. LA TÉNACITÉ DES MATÉRIAUX 13

de la zone plastifiée permet de calculer R en fonction des deux paramètres c et σ∞ :

1 π K 2 8RP 1
R = c( − 1) R≈ ( ) δ= c ln ( )
cos πσ
2RP

8 RP πE cos πσ
2RP

P
Lorsque σ∞ < RP , (jusqu’à σ∞ = R2 ), l’approximation conduit à une expression proche ( π8 ≈ π1 )
de celle d’Irwin. L’approche de Dugddale colle assez bien à la réalité dans le cas des plaques minces. En
outre, elle permet de déterminer l’ouverture à fond de fissure d = CT OD et de mieux préciser les limites
de validité des solutions proposées en plasticité confinée. La comparaison sous forme adimensionnelle
de la relation entre taille de zone plastique et CTOD montre que les solutions en plasticité confinée ne
s’appliquent bien que lorsque la contrainte appliquée ne dépasse pas la moitié de la limite d’élasticité
du matériau.

2.5 La ténacité des matériaux


La correction d’élasto-plasticité levant la divergence non physique des contraintes en tête de fissure,
le modèle de fissure en élasticité linéaire est à la base de la plupart des théories de la rupture fragile au
sens macroscopique du terme. En mode d’ouverture symétrique, mode I le plus important en pratique,
il conduit à la notion de seuil critique, non pas pour la contrainte qui diverge toujours en tête de fissure,
mais pour le facteur d’intensité de contrainte K.

2.5.1 Condition d’amorçage


Le critère de rupture, condition d’amorçage de la propagation de la fissure en mode d’ouverture
s’écrit alors sous la forme simple :
K = KC (2.5)

– Le facteur d’intensité de contrainte K uniquement fonction du chargement σ et de la géométrie,


en particulier de la taille c de fissure est solution d’un problème d’élasticité linéaire.
– KC est une caractéristique physique du matériau appelée ténacité. La ténacité, dont l’unité de
√ √
mesure est le MPa m , s’obtient via la relation KC = K(σR , c) ≈ σR c par la détermination
expérimentale du chargement critique σR provoquant la rupture d’éprouvettes normalisées préentaillées
pour dont la forme analytique de la fonction K(σ, c) est connue.

2.5.2 La ténacité théorique


La ténacité d’un matériau, caractéristique intrinsèque donc indépendante de la taille c de ses
défauts, mesure sa résistance au clivage. Elle est donc fonction de l’énergie superficielle γ. La rupture
2
intervenant sous l’action de la concentration
√ √ de contrainte pour une contrainte effective telle σR c ≈ γE,
la ténacité théorique vaut KC ≈ σR c = γE.
Ainsi pour le verre et l’acier doux :

γ (Jm−2 ) E (GPa) σth (GPa) KCth (MPa.m1/2 ) KC (MPa.m1/2 )


Verre 0,54 70 14 0,19 0,7
Acier doux 2 210 46 0,65 140

Tab. 2.2 – Énergie superficielle, Module d’Young et Résistance théorique

Compte tenu du faible intervalle de valeurs de l’énergie superficielle, (γ 0,5-5 J.m−2 ) la ténacité
d’un matériau, qui varie comme la racine carrée de sa raideur, reste du même ordre de grandeur
(KC 0,1-1 MPa.m1/2 ) pour la quasi totalité des céramiques et des métaux.
14 CHAPITRE 2. LA RUPTURE BRUTALE

2.5.3 Le paradoxe de la ténacité


La concentration des contraintes a longtemps été considérée comme expliquant de façon satis-
faisante la différence entre les résistances expérimentale et théorique des solides. Cependant, si l’on
accepte totalement cette explication, la plupart des matériaux solides devraient être fragiles et se
rompre à la manière du verre. En admettant, avec Griffith, que le diamètre effectif d’extrémité d’une
fissure est de l’ordre de grandeur de la distance interatomique, qenviron 1Å, une fissure superficielle de
taille c amplifie localement les contraintes d’un facteur k ≈ 2 ρc

Taille de défaut c 1 µm 1 cm 1m
Coefficient de concentration de contrainte k 200 20000 200000

Une fissure de 1cm devrait réduire la résistance théorique d’un facteur 20000, auquel cas les vitrages,
qui ont souvent des fissures de cette taille, pourraient difficilement survivre. Sur des structures de très
grande taille comme des bateaux, on rencontre parfois des fissures de plus d’un mètre de long, qui
produiraient une concentration de contraintes d’un facteur 200000, impliquant que la structure en
question ne supporterait même pas son propre poids ! De plus, après des années d’usage, il apparaı̂t
souvent, dans une grande structure (un navire, un pont ou une automobile), des fissures, des rayures,
des points de rouille, ·. Le calcul du facteur de concentration des contraintes, à la manière d’Inglis, pour
le plus important de ces défauts, conduit à des résultats effarants. Or ces structures continueront à
assurer leur fonction avec une fiabilité satisfaisante pendant des dizaines, voire des centaines d’années.

2.5.4 La ténacité effective


La ténacité réelle (déterminée expérimentalement) de la plupart des matériaux est supérieure à la
ténacité théorique (voir tableau ci-dessous et Annexe A).

Matériau γ (J.m−2 ) W S (J.m−2 ) σR (MPa)


Acier doux 2,0 500000 400
Acier haute résistance 2,0 10000 1000
Alliages d’aluminium 0,9 10000 400
Bois 0,1 15000 100
Os 0,2 1700 120
Verre et céramique 0,5 1-10 170

Comme KC = γE , cela revient à admettre que l’énergie superficielle γ dans cette expression doit
être remplacée par une énergie de séparation GC > γ. Même dans le cas de matériaux réputés fragiles
comme le verre, l’énergie de séparation GC est supérieure à l’énergie superficielle γ. L’origine physique
de cet écart tient au fait que, non seulement il faut séparer les atomes et les molécules au niveau
de la fracture (énergie γ), mais de plus toute la structure fine du matériau se trouve désorganisée au
voisinage de cette fracture jusqu’à des distances éloignées parfois de plusieurs centimètres. Des liaisons
atomiques peuvent être brisées à des distances allant jusqu’à 500000 fois la maille atomique et l’énergie
totale nécessaire à la rupture de ces liaisons plus ou moins éloignées est très supérieure à γ dans les
matériaux ductiles. Même pour des matériaux cassants comme le verre, l’énergie de séparation est
environ dix fois plus élevée que la valeur de l’énergie de création des surfaces. Lorsqu’un matériau est
caractérisé par une énergie de séparation élevée (i.e. acier ou bois) la valeur de l’énergie W S nécessaire
à la formation d’une fissure est souvent bien supérieure à 100000 fois l’énergie de création γ des
surfaces traduisant un mécanisme de fracturation d’une grande efficacité pour absorber des quantités
importantes d’énergie dans des régions éloignées de la fracture.
S’il faut bien fournir une énergie 2γdS pour accroı̂tre de dS la surface de fissure, la création
d’une zone à fort endommagement en tête de fissure nécessite une quantité d’énergie supplémentaire
justifiant le fait que la ténacité réelle soit supérieure à la ténacité théorique. Le rayon de cette zone
C 2
étant de l’ordre de R = π1 ( KRP
) et la contrainte de l’ordre de RP , pour faire progresser la fissure de
dS, il faut aussi fournir de l’énergie pour obtenir cet endommagement. La contrainte étant σ RP dans
2.6. APPROCHE ÉNERGÉTIQUE 15

cette zone, l’énergie supplémentaire à fournir pour créer cet endommagement dans le volume balayé
P 2 K2
RdS est de l’ordre de W (RE ) RdS = EC dS = GC dS à comparer à 2γdS.
– Pour les matériaux fragiles comme le verre, γ ∼0,5 J.m−2 , E ∼70 GPa, RP ∼170 MPa et
KC ∼0,5 MPa.m1/2 soit W S ∼3 J.m−2 et R ∼3 µm.
– Pour les matériaux tenaces comme l’acier doux, γ ∼2 J.m−2 , E ∼210 GPa, RP ∼400 MPa et
KC ∼100 MPa.m1/2 soit W S ∼5.105 J.m−2 et R ∼20 cm.
Les matériaux peu tenaces (fragiles) ont une énergie de séparation GC qui reste de l’ordre de
l’énergie superficielle γ et la théorie du clivage donne bien le bon ordre de grandeur KCth KC , la zone
d’endommagement en pointe de fissure restant très limitée.
Les matériaux tenaces (ductiles ou rendus tenace par d’autres mécanismes comme les fibrilles des
polymères) ont une énergie de séparation GC très supérieure à l’énergie superficielle γ. KC >> KCth
et la théorie du clivage n’est pas adaptée. L’énergie nécessaire à la rupture est quasi entièrement
consommée dans la zone d’endommagement de grande taille dont la croissance accompagne celle de
la fissure.

Fig. 2.16 – Sillage plastique bordant une fissure de fatigue dans un acier inoxydable. Photo ETCA-
CREA

2.6 Approche énergétique


La théorie des concentrations de contrainte suppose implicitement que, si en un point quelconque
du solide, la contrainte locale est suffisante pour briser une liaison atomique alors la fissure se propage
à travers l’ensemble du solide provoquant la rupture. Or, dans la plupart des matériaux existent des
défauts locaux et certains atomes sont trop éloignées de leurs voisins pour assurer une bonne cohésion
des liaisons et, malgré cela, ces matériaux ne se brisent pas spontanément, beaucoup sont même très
solides. La concentration de contrainte ne suffit pas, à elle seule, à rendre compte du mécanisme
de rupture, c’est une condition nécessaire mais non suffisante pour séparer atomes et molécules et
permettre la rupture. Comme tout mécanisme (horloge, moteur...), il a besoin d’être alimenté avec la
bonne forme d’énergie. Un matériau ou une structure qui supporte une charge se comporte comme un
ressort : il stocke de l’énergie élastique. Cette énergie se répartit dans un volume considérable de la
structure. Pour qu’une rupture se produise, une part suffisante de cette énergie doit être transmise à
l’endroit de la fissure pour actionner effectivement le mécanisme de rupture.

2.6.1 Critère énergétique pour la rupture brutale


Le point commun à la rupture brutale des structures est la présence de fissures, résultant souvent
d’un soudage déficient. La rupture brutale est causée par la croissance, à la vitesse du son dans le
matériau, de fissures préexistantes qui soudainement deviennent instables. Illustrons ce comportement
à l’aide d’un ballon de baudruche. Un ballon gonflé est un réservoir d’énergie élastique, celle du gaz
comprimé et celle de la membrane tendue, l’énergie totale augmentant avec la pression de gonflage. La
création d’un défaut par enfoncement d’une aiguille provoque l’explosion du ballon dont la membrane
se brise par rupture brutale bien avant d’avoir atteint sa limite élastique. Mais si le ballon n’est que
partiellement gonflé, le trou crée par l’aiguille est un défaut stable provoquant simplement une fuite
16 CHAPITRE 2. LA RUPTURE BRUTALE

d’air. Enfin si le ballon percé est gonflé rapidement, il finit par atteindre une pression qui le fait
brutalement éclater. En d’autres termes le ballon a atteint une pression critique à laquelle le défaut
créé par l’épingle devient instable.

2.6.2 Le bilan d’énergie


Pour agrandir la surface d’un défaut il faut déchirer la matière ce qui consomme une énergie de
séparation dU S = GC dS produit de l’énergie de séparation du matériau par l’aire déchirée.
Tant que l’énergie mécanique dU M EC restituée au cours de cette déchirure est plus faible que
l’énergie dU S nécessaire à la séparation, la déchirure ne se produit pas, sinon elle enfreindrait les lois
de la thermodynamique, et le défaut reste stable, autrement dit il s’ouvre sans s’agrandir.
Lorsque l’énergie mécanique emmagasinée U M EC est suffisante pour que la fraction dU M EC res-
tituée au cours de la déchirure dS soit supérieure à l’énergie consommée dU S , le système libère plus
d’énergie qu’il n’en consomme et le défaut, devenu instable, s’agrandit brusquement. A chaque défaut
est associé un chargement limite fonction de la taille initiale du défaut et de la géométrie de la pièce
qui le qu’elle contient, chargement au-delà duquel l’énergie disponible dans la pièce devient suffisante
pour fournir l’énergie nécessaire à la propagation du défaut.
Considérons le système thermodynamiquement isolé constitué d’une plaque contenant une fissure
de longueur c dans un matériau d’épaisseur e et du système de mise en charge σ. L’énergie totale U
de ce système doit rester constante.

U = U EXT + U EL + U S = U M EC + U S = Cte

Cette énergie se décompose en :


– U S Énergie de séparation utilisée pour créer la fissure de longueur 2c.
– U EL Énergie élastique stockée au sein de la plaque, potentiel des efforts internes.
– U EXT Énergie potentielle des efforts imposés.
Avec U M EC = U EXT + U EL énergie mécanique totale du système.
Ces différentes énergies dépendent bien évidemment, à épaisseur e = Cte, de la longueur de fissure
c. La longueur d’équilibre de la fissure est donc fixée par la condition :

dU dU M EC dU S
= + =0
dc dc dc
S M EC
Si la fissure s’allonge de dc > 0, sa surface croı̂t de dS = edc ⇒ dU
dc > 0 et
dU
dc < 0. Accroı̂tre
la longueur de fissure consomme de l’énergie et l’accroissement d’énergie de séparation est prélevé sur
l’énergie mécanique disponible U M EC .

Fig. 2.17 – Allongement d’une fissure par libération des tensions.

Physiquement la fissure ne peut croı̂tre que par libération des tensions qui la tiennent fermée. Pour
allonger réellement la fissure encore faut-il que l’énergie mécanique U M EC du système soit suffisante
M EC S
pour que sa variation − dU dc puisse compenser l’accroissement dU dc nécessaire à la séparation.

2.6.3 Condition d’amorçage et taux de restitution de l’énergie


S 1 dU S
La quantité dU
dS = e dc n’est autre que l’énergie de séparation GC caractéristique propre au
matériau. La quantité :
dU M EC 1 dU M EC
G=− =− (2.6)
dS e dc
2.6. APPROCHE ÉNERGÉTIQUE 17

est appelée logiquement taux de restitution d’énergie. Le critère de rupture ou condition d’amorçage
équivalent au critère K = KC s’écrit donc :

GC − G = 0 soit G = GC (2.7)

= Comme K, G est une fonction du chargement σ, de la géométrie de la pièce et du défaut, en


particulier de sa longueur c, solution d’un problème mécanique élastique en théorie de la rupture
fragile.
L’équilibre G = GC est :
2
– instable si ddSU2 < 0, soit dG
dS > 0
d2 U dG
– stable si dS 2 > 0, soit dS < 0

2.6.4 Stabilité et propagation


L’apport de l’approche énergétique est la mise en évidence de la stabilité de l’équilibre de la fissure
et les conditions de contrôle de sa propagation que l’on peut résumer dans le tableau ci-dessous, v
étant la vitesse de propagation de la fissure.

G < GC G = GC G > GC
Fermeture Équilibre (v = 0) Propagation (v > 0)
dG dG
dS ≤ 0 Stable dv ≤ 0 Contrôlée
dG dG
dS > 0 Instable dv > 0 Catastrophique

G < GC Énergie mécanique mobilisable insuffisante pour accroı̂tre la longueur de fissure, celle-ci se
referme (ou se cicatrice dans le cas de certains matériaux comme les adhésifs).
G = GC La fissure en équilibre (v=0 mais fissure ouverte) sous l’action du chargement.
– Si dG
dS ≤ 0 équilibre stable : toute fluctuation entraı̂nant un accroissement de la longueur de
fissure provoque une diminution du taux de restitution d’énergie et la fissure tend à reprendre
sa longueur d’équilibre en régressant.
– Si dG
dS > 0 équilibre instable : toute fluctuation entraı̂nant un accroissement de la longueur
de fissure provoque une augmentation du taux de restitution d’énergie et la fissure se met à
croı̂tre (v 6= 0 fissure se propageant plus ou moins rapidement).
G > GC Énergie mobilisable excédentaire pour accroı̂tre la longueur de la fissure, celle ci est donc en
régime de propagation. Il faut alors s’intéresser à la cinétique de propagation qui sera contrôlée
par l’évolution du taux de restitution d’énergie en fonction de la vitesse de fissure.
– Si dGdv < 0 la propagation est dite contrôlée, la fissure progresse à vitesse décroissante vers un
nouvel état d’équilibre (fissure plus grande)
– Si dGdv < 0 la fissure progresse à vitesse constante.
– Si dGdv > 0 la propagation est dite catastrophique, la fissure progresse à vitesse croissante et
provoque la rupture de la pièce.
Si l’énergie en excès n’est pas dissipée par d’autres mécanismes, cas des matériaux fragiles,
la vitesse de clivage augmente rapidement jusqu’à atteindre une vitesse proche de la vitesse
des ondes de surface de Rayleigh. L’énergie excédentaire est dissipée dans la propagation des
ondes associées, d’où le bruit caractéristique accompagnant ce type de rupture.

2.6.5 Courbe d’équilibre d’une fissure


Le taux de restitution d’énergie G(σ, c) étant fonction du chargement σ et de la longueur c de la
fissure, la longueur d’équilibre ceq donnée par G(σ, ceq ) = GC est fonction du chargement imposé σ.
A l’échelle de la structure au chargement Q correspond un allongement q dont le taux de croissance
dq
dQ est d’autant plus grand que la fissure préexistante est longue. Autrement dit la fissure s’ouvrant
dq
sans progresser sous l’action du chargement Q la souplesse (inverse de la raideur) apparente λ = dQ
de la structure est une fonction croissante de la longueur de fissure c. Ce régime d’ouverture perdure
jusqu’au chargement vérifiant la condition d’amorçage G(Q, c) = GC pour la fissure de longueur c.
18 CHAPITRE 2. LA RUPTURE BRUTALE

Fig. 2.18 – Courbe d’équilibre ou d’amorçage de propagation

Dans le plan de chargement Q, q la condition d’amorçage devient la courbe d’amorçage Q = f (q)


paramètrée en longueur de fissure. Elle sépare le plan de chargement en deux régions :
– La région inférieure correspond au domaine d’ouverture (la fissure s’ouvre sous l’action du char-
gement sans variation de sa longueur)
– La région supérieure correspond au domaine de propagation (la fissure s’agrandit sous l’action
du chargement).

2.6.6 Influence du type de chargement


La théorie de la rupture fragile suppose un comportement linéaire q = λ(c)Q jusqu’au point
d’amorçage. A longueur de fissure c donnée :
– Les efforts imposés dérivent d’un potentiel U EXT dont la variation dU EXT = −Qdq est l’opposée
du travail Qdq des efforts imposés considérés comme externes au système.
– Les efforts internes dérivent d’un potentiel U EL énergie élastique stockée dans le matériau dont
la variation dU EL = 12 Qdq = 21 qdQ.
L’énergie mécanique U M EC = U EXT + U EL (U M EC = −U EL à une Cte près en élasticité linéaire) est
également un potentiel indépendant du trajet de chargement suivi que celui-ci s’effectue à déplacement
imposé, à charge imposé ou comme combinaison des deux. Sous chargement croissant un défaut
nucléant de petite taille va croı̂tre jusqu’à atteindre la dimension d’équilibre 2ceq appelée longueur
de Griffith indépendante elle aussi du type de chargement utilisé pour atteindre l’équilibre.

Fig. 2.19 – Energie mécanique en élasticité linéaire

Par contre, au delà de l’amorçage, le type de chargement influe sur le comportement en propagation.
Il est donc intéressant de définir l’origine de l’énergie mécanique motrice de la fissuration pour les deux
types de chargement extrêmes : chargement à force ou à déplacement imposé.
Équilibre à déplacement imposé Le déplacement q0 étant imposé brutalement à l’instant initial,
le défaut va croı̂tre jusqu’à la longueur d’équilibre 2c, la force résultante Q, déterminée à tout
instant par la réponse du matériau q = λ(c)Q à dq = 0 entraı̂nant dQ = − dλ λ Q , ne travaille
pas et la variation du potentiel des efforts externes dU EXT = Qdq = 0. La variation d’énergie
élastique dU EL = 21 Qdq = 12 qdQ en élasticité linéaire est dU EL = 12 q0 Q < 0 et dU M EC =
2.7. LA LONGUEUR DE GRIFFITH 19

Fig. 2.20 – Fissure à déplacement imposé et à charge imposée

dU EXT +dU EL = − 12 Q2 dλ avec dλ > 0. Finalement : dU M EC < 0 avec dU EXT = 0 et dU EL < 0.


L’énergie motrice est prélevée sur la réserve d’énergie élastique stockée. La propagation ultérieure
sera contrôlable.
Équilibre à force imposée La charge Q0 étant imposée brutalement à l’instant initial, le défaut va
croı̂tre jusqu’à la longueur d’équilibre 2c à dQ = 0 le déplacement résultant q étant déterminé
à tout instant par la réponse du matériau q = λ(c)Q à dQ = 0 entraı̂nant dq = Q0 dλ. La
force Q0 travaille dans le déplacement q. La variation du potentiel des efforts externes est
dU EXT = −dW EXT = −Q0 dq, celle de l’énergie élastique stockée dU EL = 21 Qdq = 12 Q20 dλ > 0 et
dU M EC = dU EXT + dU EL = − 12 Q20 dλ. Finalement : dU M EC < 0 avec dW EXT = −dU EXT > 0
et dU EL > 0. L’énergie motrice est prélevée sur le travail des forces externes dont une moitié
sert à augmenter l’énergie élastique stockée. La propagation ultérieure sera catastrophique.

2.7 La longueur de Griffith


La longueur de Griffith d’équilibre d’une fissure étant indépendante du trajet de chargement,
imposons à une plaque fissurée de grande dimension devant la longueur de fissure 2c et d’épaisseur e
un chargement uniforme σ normal à la fissure. L’énergie qu’il a fallu fournir pour créer cette fissure est
U S = GC S = 2GC ec. Le calcul exact en coordonnées elliptiques (Inglis) de l’énergie élastique stockée
dans la plaque est fastidieux, mais son estimation est aisée. A la contrainte appliquée σ correspond une
déformation de l’ordre de Eσ , E étant le module d’Young du matériau, et la densité volumique d’énergie
2 2
élastique est de l’ordre de 12 σE . L’énergie élastique est de l’ordre de 21 σE V , V volume caractéristique
associé à la taille de la fissure, seule dimension associée à ce problème plan, et non pas le volume
total de la plaque de taille infinie car, physiquement, une fissure ne perturbe le champ de contrainte de
façon significative que dans une petite zone en son voisinage et seule l’énergie mécanique disponible
dans cette zone sera mobilisable pour la faire progresser.
V = 4πc2 e étant le volume du cylindre, rayon 2c épaisseur e, entourant la fissure, l’énergie élastique
2 2
stockée vaut U EL = 2πcEeσ , l’énergie mécanique moteur de la fissuration vaut, à force imposée,
M EC 2
U MEC = −U EL et le taux de restitution d’énergie G = − dUdS = 4πcσ dG
E . dS > 0, l’équilibre G = GC
est instable (équilibre à chargement imposé) et la longueur d’équilibre de Griffith : LC = π1 GC σE2 telle
que πσ 2 LC = GC E.
L’énergie U S absorbée par le système pour créer une fissure varie comme c. A chargement imposé
σ, l’énergie mécanique |U M EC | libérée par le système pendant la création de la fissure varie elle comme
2 2
c2 . Il dispose donc de l’énergie motrice U m = |U M EC | − U S = πc Eeσ − 2GC ec pour faire progresser la
m
fissure. La variation d’énergie dUdc fournie par le système pour agrandir (dc > 0) les fissures de taille
c:
– est négative si 2c < LC inférieure à la longueur de Griffith, le système consomme de l’énergie.
Il n’y a donc aucune raison énergétique pour que ces fissures se propagent. Si de telles fissures
préexistent, elles sont stables et généralement sans danger.
– est positive si 2c > LC supérieure à la longueur de Griffith ces fissures, le système fournit
de l’énergie pour agrandir ces fissures. Elles sont donc instables et se propagent rapidement
20 CHAPITRE 2. LA RUPTURE BRUTALE

Fig. 2.21 – Longueur d’équilibre de Griffith et énergie motrice

conduisant à la rupture.

2.7.1 Énergie de fissuration et longueur absolue


La longueur de Griffith est une longueur absolue, rapport de la densité surfacique d’énergie de
fissuration GC du matériau à la densité volumique d’énergie élastique σE2 dans la structure. La longueur
critique de stabilité LC d’une fissure est, à niveau donné de contrainte de traction σ, proportionnelle
à l’énergie de séparation GC . Cette grandeur et la nature des mécanismes dont elle dépend sont des
caractéristiques très importantes, tant en biologie que dans les divers domaines techniques. (Annexe
A).
On constate que la valeur habituellement admise pour la résistance à la traction - celle que l’on
mesure en tirant sur une éprouvette de forme régulière - n’est que médiocrement corrélée avec l’énergie
de séparation. Pour les métaux, la corrélation est même inversée : les aciers mous de faible résistance
à la traction sont peu fragiles, tandis que les durs qui ont une grande résistance à la traction sont
cassants.
L’échelle des dimensions de la structure joue un rôle important. En effet, la longueur de Griffith
étant une grandeur absolue pour un matériau et un niveau de contrainte donnés, cette longueur est
la même qu’il s’agisse d’une mouche ou d’un pétrolier. C’est là que la théorie de Griffith prend toute
son importance :
Dans les petits objets Une fissure risque d’être critique dès lors qu’elle fait plus de quelques mil-
limètres, il est alors plus sûr d’utiliser un matériau dur à haute résistance dont le travail de
fracture est assez faible.
Dans les grandes structures Les dimensions des ouvertures intentionnelles (i.e. portes ou hublots)
ou accidentelles (i.e. fissures) doivent être proportionnées à la longueur critique. Un alliage très
ductile de travail de fracture élevé est alors préférable. Ces matériaux solides, mais ne résistant
pas aux fortes contraintes de traction, devront être utilisés avec des contraintes faibles, afin que
la taille des fissures critiques reste acceptable. Pour l’acier doux ordinaire utilisé en construction
métallique la longueur critique est de l’ordre de 2m pour une contrainte de 80 MPa.
Une structure chargée doit être vue comme un système énergétique potentiellement instable, un
réservoir accumulant de l’énergie qui cherche à s’échapper à l’instar d’un explosif chimique. Celui-ci
ne doit pas exploser sous l’effet d’un échauffement localisé, provoqué par exemple par un petit impact.
Si l’échauffement ne concerne qu’un très petit volume, la perte de chaleur dans l’environnement sera
supérieure à la production de chaleur issue de la dégradation chimique et la réaction explosive ne
divergera pas. Pour libérer la totalité de l’énergie explosive, il faut activer un certain volume critique.
Le travail des spécialistes est de faire en sorte que l’explosif stocke une énergie chimique suffisante,
mais que cette énergie ne se libère que dans des conditions parfaitement déterminées. La libération
2.8. TAUX DE RESTITUTION D’ÉNERGIE, TAUX D’ÉNERGIE DE FERMETURE ET INVARIANT INTÉGR

d’une grande quantité d’énergie stockée se trouve bloquée par une barrière énergétique couplée avec
un effet dimensionnel (ou effet d’échelle).
Dans le cas d’un matériau sous contrainte, cette dimension critique est la longueur de Griffith. Pour les
niveaux de contrainte que l’on rencontre dans les structures ordinaires, la quantité d’énergie stockée
par unité de masse est très inférieure à l’énergie chimique des explosifs. C’est pourquoi, lors des essais
de traction, la rupture d’une éprouvette ne s’accompagne que d’un bruit modéré. Maintenant que
l’on parvient, en laboratoire, à approcher la résistance théorique de nombreux solides, on constate
qu’au voisinage de la limite de rupture la quantité d’énergie de déformation stockée par le matériau
s’approche de l’énergie totale des liaisons chimiques. La rupture de ces échantillons hyperrésistants
libère une énergie par unité de masse de matière peu différente d’un explosif comme la dynamite. Lors
de la rupture de trichites on observe une véritable explosion et l’émission d’un petit nuage de poussière
ou de fumée. En outre, il ne reste pratiquement rien de l’échantillon qui est totalement désintégré.

2.8 Taux de restitution d’énergie, taux d’énergie de fermeture et


invariant intégral
G, solution du problème élastique linéaire, se détermine à partir de la géométrie et du chargement de
la pièce et son expression analytique se calcule aisément pour fissure bidimensionnelle, le raisonnement
portant sur une épaisseur e unité.

2.8.1 G taux de restitution d’énergie


La structure bidimensionnelle de section S et d’épaisseur e unité contenant la fissure de longueur


c est limitée par le contour C. Sur sa partie C T sont imposés les efforts T et sur sa partie C u les


déplacements − →u , plus exactement les composantes complémentaires de T aux points où sont imposés à
la fois des efforts et des déplacements de sorte que l’intersection C T C u n’est pas forcément vide. Lors
T

de l’accroissement dc de la longueur de fissure le contour C se déforme dans le champ de déplacement



−u qu’il induit et :
– La variation de l’énergie élastique U EL = 21 S σεdS s’écrit par application du principe des
R

→ −
− → → ∂− →

U EL = 12 C+F { T ∂∂cu + − T }dl, l’intégration portant sur le contour total :
R
travaux virtuels ∂c u ∂c

− →

contour extérieur C et contour de fissure F . La fissure étant libre de charge T = 0 et ∂∂c T =0
sur F et le contour d’intégration se réduit au contour extérieur C. Soit en séparant C en C T sur

− →

T = 0 et C u sur lequel ∂ −
lequel ∂∂c
→u = 0, ∂ U EL = 1 R T − → ∂−
T
→u dl + 1 R u −

u ∂T
∂c ∂c 2 C ∂c 2 C ∂c dl.
→ ∂−
− → 1R −→ − →
∂d
– La variation du travail des forces extérieures ∂dc W EXT = 2 C T T ∂c = 2 C T ∂∂cu car l’effort
1R u
externe ne travaille pas sur C u où les déplacements sont imposés.
Finalement, le taux de restitution d’énergie :

− →

∂ ∂ 1 − ∂−
→ →
u − ∂T 1 − ∂−
→ →
u 1 ∂T
Z Z Z
G = − (U EXT +U EL ) = (W EXT −U EL ) = {T →
−u }dl = T dl− →

u dl
∂c ∂c 2 C ∂c ∂c 2 CT ∂c 2 Cu ∂c
Cette expression permet de calculer G connaissant les valeurs des champs sur le contour extérieur C
de la structure ou de le mesurer. Elles permettent également de déterminer G expérimentalement les
champs mécaniques considérés forces imposées et déplacements résultants étant expérimentalement
accessibles.

2.8.2 G Invariant intégral


→ →
− →∗ →∗

Dans un milieu élastique connexe, ( T , −
u ) et ( T , −
u ) étant deux couples de champs quelconques,

− →∗

le travail du champ T dans le champ de déplacement − →
u ∗ est égal
R −
au travail du champ T dans le

− →− → ∗ →∗ −
− →
champ de déplacement u et le théorème de Maxwell-Betti s’écrit C 0 ( T u − T u )dl =, C 0 étant un
contour fermé quelconque.
Appliqué au contour C 0 entourant la discontinuité constitué de la fissure c et de son prolongement
→ →

dc en choisissant pour champs ( T , −
u ) les champs de contrainte et de déplacement associés à la fissure
22 CHAPITRE 2. LA RUPTURE BRUTALE

Fig. 2.22 – G invariant intégral

→∗ →∗

c et ( T , −u ) les champs de contrainte et de déplacement associés à son prolongement dc, c’est à dire

− →

les gradients ∂∂cT et ∂ −
→u des champs de la fissure c, l’intégrale 1 R {−→ ∂−
→u −− → ∂T
∂c 2 C T ∂c u ∂c }dl indépendante
du contour C 0 entourant la discontinuité n’est plus nulle.
En choisissant C 0 = C l’intégrale s’identifie au taux de restitution d’énergie. G est un invariant
intégral indépendant du contour entourant la fissure c + dc.

2.8.3 G taux d’énergie de fermeture


En choisissant C 0 = Γ contour de la fissure et de son prolongement G s’écrit sous forme différentielle
→ → −
− →
− → −
− →1
2Gdc = T d− u −→ u d T avec −

u =− →
u 1 et T = T champs de déplacement et de force continus induits
par la fissure c sur le trajet de sa future extension dc, du = [u2 ] et dT = −T 1 la discontinuité

− −
→ −→
d’ouverture de dc et la force qui la tient fermée. Le produit − →u d T = −u1 dT 1 changeant de signe

− →

d’uneR lèvre à l’autre du prolongement A0 B et la fissure c étant libre de charge ( T = 0 et d T = 0),
G = dc T 1 [u2 ]dc. Ce résultat s’interprète en trois étapes :

Fig. 2.23 – G taux d’énergie de fermeture

Étape initiale La fissure AA0 ouverte va s’agrandir virtuellement de dc. Le long de ses futures lèvres
→1

règne un champ de force T effet du champ de contrainte local induit par la fissure AA0 ouverte
en équilibre.
Étape intermédiaire Pour provoquer la rupture virtuelle des liaisons sur dc, il faut dépenser l’énergie
de fissuration dU S = Gdc. Pour maintenir fermé le prolongement virtuel dc alors que les liaisons
ont été rompues appliquons sur ses futures lèvres les efforts −T 1 .
Étape finale La relaxation progressive des efforts −T 1 provoque l’ouverture du prolongement dc
M EC 1R
libérant l’énergie dU = − 2 dc T 1 [u2 ]dc, [u2 ] étant le déplacement d’ouverture du prolon-
gement dc pour obtenir d’une fissure de longueur c +Rdc en équilibre d’ouverture. L’égalité
M EC
dU S = dU M EC conduit à l’expression G = − dU dc = 21 dc T 1 [u2 ]dc justifiant l’appellation taux
de restitution d’énergie.
Pour parcourir le chemin inverse il faut fournir l’énergie dU M EC = 12 dc T 1 [u2 ]dc pour refermer sans le
R

cicatriser (donc sans rétablir les liaisons rompues) le prolongement dc, justifiant l’autre dénomination
de G : taux d’énergie de fermeture.

2.8.4 Énergie de fissuration et ténacité : La relation entre GC et KC


Pour un niveau de contrainte σ donné on trouve une longueur critique de défaut LC telle que
σ 2 LC ≈ KC2 dans l’approche en terme de force K = KC et σ 2 LC ≈ GC E dans l’approche en terme
2.8. TAUX DE RESTITUTION D’ÉNERGIE, TAUX D’ÉNERGIE DE FERMETURE ET INVARIANT INTÉGR

d’énergie G = GC conduisant à la relation : KC2 ≈ GC E.

2.8.5 La détermination expérimentale de GC


Mouton pendule de Charpy La différence d’énergie potentielle du pendule, caractérisée par la
différence des angles de lâcher et de remontée, est égale à l’énergie consommée pour provoquer
la rupture au choc de l’éprouvette préentaillée. Cette énergie, appelée résilience, comprend trois
termes : l’énergie de séparation proprement dite 2γS, l’énergie élastique U EL proportionnelle
au carré de la limite élastique σe et l’énergie plastique (GC − 2γ)S. L’énergie élastique étant
calculée à partir de la connaissance de σe et de la géométrie de l’éprouvette la résilience est une
mesure de GC .
Transition fragile ductile Pour les matériaux fragiles la résilience de réduit pratiquement à U EL +
2γS autorisant la détermination de l’énergie superficielle γ du matériau.
Les matériaux ductiles, comme les métaux, présentent une variation brutale de résilience autour
d’une température caractéristique appelée température de transition fragile-ductile. En dessous
de cette température, l’énergie de rupture se réduit à l’énergie de séparation γ, le matériau
se comporte comme un matériau fragile. L’activation thermique est trop faible pour mobiliser
les dislocations et la rupture de clivage ne s’accompagne pas de dissipation plastique. Au delà
de cette température, l’endommagement et la dissipation plastique thermiquement activée aug-
mentent fortement l’énergie dissipée, donc la résilience. La fragilisation peut être obtenue par
vieillissement, corrosion chimique (le Ga abaisse très fortement l’énergie de rupture de l’alumi-
nium, l’eau celle du verre d’où la découpe sous arrosage), traitement thermique et irradiation
aux neutrons.

Fig. 2.24 – Mouton de Charpy, Transition fragile ductile, Pelage des adhésifs

Pelage des adhésifs La même grandeur GC mesure la force des adhésifs. En suspendant un poids
mg à un petit morceau déroulé de ruban adhésif d’épaisseur e et de largeur b, le ruban ne se
déroule pas sur le bord du rouleau, comme dans le cas d’une pelote de ficelle, mais le long du
plan de symétrie vertical. Le pelage du ruban à π2 est assimilable à la propagation d’une fissure
entre la partie déroulante et la partie collée sur le rouleau. La charge critique produisant le
déroulement rapide du ruban (rupture brutale) est liée à l’énergie de rupture GC de l’adhésif de
manière particulièrement simple. Lors du décollement d’une longueur dx de ruban qui consomme
l’énergie de séparation dW S = GC bdx la charge externe mg effectue un travail dW = mgdx.
L’énergie élastique associée à l’allongement de la partie décollée dx étant négligeable du fait de la
raideur élevée du ruban, l’égalité dW = dW S conduit à la relation GC = mg b . Typiquement, b=2
cm, m=1 kg, et g=l0 m.s−2 , ce qui donne GC =500 J.m−2 valeur raisonnable pour les adhésifs.

2.8.6 Méthodes de détermination de G et de K


Méthode de la souplesse Elle découle directement des relations G = 21 q 2 ∂λ ∂c à charge Q imposé
1 2 ∂λ
et G = − 2 Q ∂c à déplacement q imposé. On réalise deux mesures de pente des courbes force
déplacement correspondants à deux longueurs de fissure légèrement différentes. Il s’agit donc
d’une méthode différentielle qui porte sur la variation de pente élastique ∆λ
∆c due à la variation
24 CHAPITRE 2. LA RUPTURE BRUTALE

de géométrie de la fissure. La difficulté expérimentale réside dans la réalisation de deux modèles


identiques sauf en ce qui concerne la fissure. Il ne faut pas que la différence de longueur de
fissure soit importante, mais il faut qu’elle soit suffisante pour entraı̂ner une variation de pente
décelable expérimentalement.

Fig. 2.25 – Méthode de la souplesse, Méthode photoélastique

Méthode photoélastique D’après les équations asymptotiques du champ de contrainte au voisinage


d’une fissure, la quantité σI −σII différence des contraintes principales accessible par des mesures
photoélastiques ponctuelles (ellipsométrie) s’écrit :

(σI − σII )2 = KI2 sin2 θ + 2KI KII sin 2θ + KII


2
(4 − 3 sin2 θ)

Cette équation représente dans le plan KI , KII un ellipse paramétrée par les trois quantités
(σI − σII )2 , r et θ qui sont accessibles expérimentalement. En faisant varier r et θ (donc le point
de mesure) et en mesurant la valeur de la différence σI − σII correspondante, on peut tracer
un faisceau d’ellipses qui passent nécessairement par deux points symétriques dont seul le point
d’abscisse KI positive doit être retenu. Cette méthode donne de bons résultats lorsque le rayon
laser est positionné à une distance de la pointe de fissure égale à 3 ou 4 fois son diamètre.
Méthode de l’analogie électrique La fissure est matérialisée par une coupure dans un papier
résistif et la variation de G se détermine par la variation de la puissance électrique fournie
lorsque la longueur de la coupure varie. Cette méthode est intéressante lorsqu’il n’existe aucune
solution analytique : présence de plusieurs fissures, cavités ou inclusions rigides simulées par
un milieu parfaitement conducteur. Cette méthode simple est d’autant plus intéressante qu’il
n’existe pas de solution au problème étudié, en particulier lorsqu’on veut étudier l’interaction
des fissures. Il suffit de faire croı̂tre une coupure particulière les autres restant inchangées.
Méthode des caustiques La déviation angulaire d’un rayon lumineux réfléchi tombant dans la zone
de singularité des contraintes au voisinage de la pointe de fissure est proportionnelle à la variation
d’épaisseur du modèle, elle même proportionnelle à la contrainte moyenne σ11 + σ22 . La lumière
réfléchie dessine sur un écran distant une caustique, épicycloı̈de dont l’analyse permet d’obtenir
indirectement le facteur KI .
Méthodes numériques Il s’agit de diverses variantes de la méthode des éléments finis.
Extrapolation des champs de contrainte et de déplacement Cette technique s’appuyant
sur la connaissance à priori des champs de contrainte et de déplacement au voisinage de
la fissure permet d’approcher la valeur du facteur d’intensité de contrainte K par excès
avec des éléments utilisant une approximation du champ de déplacement et par défaut avec
des éléments utilisant une approximation du champ de contrainte. Les forts gradients en
pointe de fissure sont bien représentés à l’aide d’éléments de maillage spéciaux respectant
la singularité en √1r .
Méthode de la souplesse Cette version numérique de la méthode nécessite deux maillages de
finesses comparables, un pour la fissure c l’autre pour la fissure c + dc. La connaissance de
G ne permet pas en mode mixte (I +II ) de déterminer séparément les facteurs d’intensité
de contrainte KI et KII .
2.9. LA RUPTURE DUCTILE 25

Méthode de la perturbation Faisant appel au calcul de la variation d’énergie lors du déplacement


des nœud représentatif de la fissure lors de son allongement elle est moins coûteuse que la
précédente et ne nécessite pas d’éléments spéciaux.
Méthode de l’invariant intégral Par calcul numérique de l’intégrale de contour.

2.9 La rupture ductile


2.9.1 Matériau élastique non linéaire équivalent
Pour lever l’hypothèse du matériau parfaitement élastique et du confinement de la zone plastique
et approcher le comportement réel on définit un matériau élastique non linéaire équivalent qui admet
la même forme de courbe de premier chargement que le matériau réel.
Cette hypothèse est raisonnable tant que le chargement reste radial sans variations de la direc-
tion du chargement appliqué et, par conséquent, pas de déchargement, l’élasticité même non linéaire
imposant la réversibilité parfaite charge décharge, ce qui n’est évidemment pas le cas d’un matériau
élastoplastique réel.
Dans ces conditions, comme en élasticité linéaire, on peut effectuer le calcul de l’énergie élastique
restituée au cours d’une avancée virtuelle de la fissure. Ce calcul suppose une propagation sans
déviation et l’absence de forces sur les lèvres de la fissure. On montre que la variation d’énergie est
égale à la valeur d’une intégrale de contour, indépendante du contour d’intégration choisi. L’expression
de cette intégrale introduite par Rice et Cherepanov est :
→ ∂−
− →
u
Z
J = (W dy − T ds) (2.8)
Γ ∂x


T étant le vecteur contrainte un point M du contour Γ de normale orientée vers l’extérieur, − →
u
vecteur déplacement au même point et W la densité de potentiel élastique dont dérivent les contraintes
σ = ∂W ∂ε
.

Fig. 2.26 – Intégrale J

2.9.2 Intégrale J
Cette intégrale de contour appelée intégrale J a trois propriétés intéressantes :
J indépendante du contour J est indépendante du contour choisi. Comme pour l’invariant intégral
G, un contour situé très près de la pointe de la fissure ne fera intervenir que la singularité alors
qu’un contour très éloigné fera intervenir les conditions aux limites du problème, moyen commode
pour relier ce qui se passe à la pointe de la fissure à ce qui se passe au loin.
J taux de libération d’énergie J représente, en élasticité non linéaire, le taux de libération d’énergie
correspondant à une avancée infinitésimale de la fissure. Comme G auquel elle s’identifie lorsque
M EC
le comportement est linéaire J = − dUdS , U M EC étant l’énergie potentielle totale qui n’est
plus égale à −U EL comme en élasticité linéaire. J reste donc accessible par la méthode des
souplesses, mais la courbe de chargement étant maintenant non linéaire il faut déterminer la
surface (à déplacement ou à charge imposée) comprise entre les courbes correspondant à une
fissure de longueur c et une fissure de longueur c + dc.
26 CHAPITRE 2. LA RUPTURE BRUTALE

Champs de contraintes et de déformations élasto-plastiques En utilisant la loi d’Hollomon


du comportement élasto-plastique sous la forme σσ0 = ( εε0 )n , σ0 , ε0 et 0 ≤ n ≤ 1 étant
des constantes du matériau, (en pratique n est compris entreq0 et 0,2) la solution élastique
r −

parfaite des champs asymptotiques σ = √Kr f (θ) et −→
u = 2µ K
2π f (κ, θ) est remplacée par
n n
σ = σ0 ( σ0Jε0 r ) n+1 f (θ, n) et ε = ε0 ( σ0Jε0 r ) n+1 g(θ, n) où les fonctions f (θ, n) et g(θ, n) sont ta-
bulées pour diverses valeurs de n.
Cette solution représente le champ semi-lointain des contraintes et des déformations, les contraintes
étant d’amplitude finie (émoussement plastique de la pointe de fissure).
2
Pour n=1, élastique linéaire, on retrouve la solution élastique parfaite J = G ≈ KE et σ0 = Eε0 .
Comme en élasticité linéaire, il existe au voisinage de l’extrémité des fissures des champs de
contraintes et de déformations asymptotiques fonctions d’un seul paramètre J dans ce cas. Cette
propriété est essentielle pour assurer le portage des résultats obtenus sur des éprouvettes au
comportement de structures fissurées. Cependant, pour les comportements non linéaires, ces
champs dépendent de la loi de comportement ce qui n’est pas le cas en élasticité linéaire.
Lorsque la géométrie rend possible la détermination expérimentale de J par la mesure de l’aire
située sous la courbe de chargement, le repérage de l’amorçage et de la propagation permet de
tracer une courbe de résistance à la rupture J fonction de l’avancée ∆c de la fissure.

– Dans le domaine strict de l’élasticité linéaire, tous les développements sont issus, à l’origine,
de solutions de problèmes de fissure en élasticité plane. L’application principale concerne le
mode I pour lequel le seul paramètre KI décrit l’ensemble des grandeurs importantes, le taux
de libération d’énergie G compris ce qui conduit naturellement à définir la ténacité KC . Dès
qu’on s’écarte des hypothèses de la théorie de Griffith de la rupture fragile on aborde des do-
maines moins bien établis, comme les problèmes d’anisotropie, les modes mixtes et les problèmes
tridimensionnels.
– En plasticité confinée, pourvu que l’étendue de la zone déformée plastiquement en pointe de
fissure soit suffisamment faible, il est encore possible d’appliquer les concepts de la mécanique
de la rupture en élasticité linéaire. Si le paramètre K n’a plus la signification énergétique aussi
claire qu’en élasticité stricte il continue à décrire les champ de contrainte et de déformation
et, par voie de conséquence, le chargement critique conduisant à la rupture. On est alors en-
core parfaitement en droit de parler de ténacité. Les modèles d’Irwin et de Dugdale-Barenblatt
permettent d’évaluer l’étendue de la zone déformée plastiquement en pointe de fissure. Suite
à de nombreuses expériences et de nombreux calculs on donne habituellement comme limite
K1 2
b > 2, 5( R P ) où b est la dimension du ligament, distance restante entre la pointe de fissure et
le bord de la pièce.
– En plasticité étendue la régularité des contraintes est fortement modifiée. Si en élasticité linéaire,
cette singularité est en r−1/2 elle est plus faible en rn/(n+1) en plasticité, l’exposant d’écrouissage
étant compris entre 0 et 0,2. Cette singularité plastique est bien décrite par l’intégrale J dans un
certain nombre de cas mais sa signification énergétique en tant que taux de libération d’énergie
est limitée par le fait qu’elle repose sur la schématisation du comportement réel élastoplastique
avec écrouissage par un comportement élastique non linéaire.
Cependant les solutions asymptotiques donnant la distribution des contraintes et des déformations
exprimées à l’aide de J sont très utiles quand elles sont raccordées avec une solution plus réaliste
décrivant l’émoussement en pointe de fissure. De plus, les méthodes approchées d’évaluation de
J à partir de considérations sur le chargement limite, permettent de calculer assez aisément ce
paramètre.

Ces raisons font que les développements récents de la mécanique de la rupture en comportement non
linéaire font largement appel à J même si des emplois, imparfaitement et insuffisamment justifiés en
sont faits.
2.10. LA PROPAGATION DES FISSURES 27

2.10 La propagation des fissures


L’ouverture d’une fissure jusqu’au point d’amorçage est un phénomène quasi statique mais au delà,
dans la phase de propagation, la fissuration devient un phénomène dynamique et il faut ajouter au
bilan d’énergie l’énergie cinétique correspondant à la mise en mouvement de la matière libérée par
l’agrandissement de la fissure. Dans le changement de géométrie correspondant à un processus réel de
fissuration (augmentation dS d’aire de fissure) la conservation de l’énergie totale du système s’écrit
maintenant :
dW EXT = dU EL + dU S + dU CIN (2.9)
dU CIN étant la variation d’énergie cinétique lors de l’accroissement de surface de la fissure. La condi-
tion d’amorçage G = GC s’écrit aussi dU CIN = 0 et la condition de propagation G > GC est
équivalente à dU CIN > 0. L’initiation de la propagation à partir de la configuration d’équilibre d’ou-
verture d’une fissure est possible dès que G = GC . Plusieurs cas sont à distinguer :
1. Si, à tout instant, les sollicitations externes évoluent de manière à maintenir l’égalité G = GC
donc sans accroissement d’énergie cinétique, la rupture est contrôlée et la croissance de la fissure
stable.
2. Mais si, à tout instant, les sollicitations externes provoquent un accroissement d’énergie cinétique,
G > GC , seule la fraction dU S de l’énergie motrice dU M EC = dW EXT − dU EL est utilisée à
la rupture des liaisons donc à l’accroissement de la surface de fissure, la partie complémentaire
dU CIN = dU M EC − dU S étant transformée en énergie cinétique. La manière dont le matériau
utilisera cette énergie cinétique va conditionner le caractère contrôlable (stable) ou catastrophique
(instable) de la propagation.
– Si le matériau ne présente pas de frottement interne, matériau élastique fragile parfait, l’ac-
croissement d’énergie cinétique est dissipé dans la création de nouvelle surface et la vitesse
de propagation de la fissure va croı̂tre très rapidement pour atteindre une vitesse proche
de la vitesse du son dans le matériau (quelques milliers de m.s−1 ) conduisant à la rupture
catastrophique.
– Si celui-ci est doué de frottement interne, comme c’est le cas des polymères et des élastomères,
le surplus d’énergie sera dissipée sous forme de chaleur limitant d’autant plus la vitesse de
propagation que le frottement interne sera élevé.
3. Enfin, si l’évolution du chargement extérieur est telle que dans une première phase il y a surplus
d’énergie motrice (G > GC ) donc accroissement d’énergie cinétique puis dans une seconde phase
déficit d’énergie motrice (G < GC ), le surplus d’énergie cinétique accumulé dans la première
phase pourra être partiellement utilisé pour compenser le déficit d’énergie motrice pendant une
partie de la seconde phase et conduire à un éventuel équilibre (arrêt de la propagation) de la
fissure.

2.10.1 La courbe d’équilibre et la propagation contrôlée


Ces mécanismes s’illustrent graphiquement dans le plan de chargement Q, q dont les régions stable
(régime d’ouverture) et instable (régime de propagation) sont séparées par la courbe d’amorçage. Le
matériau sera considéré, pour des raisons de simplicité, fragile à faible frottement interne.
La courbe d’équilibre correspondant à la condition d’amorçage G = GC admet deux asymptotes,
l’une correspondant à la raideur du matériau en l’absence de fissure et l’autre l’axe des q correspondant
au cas où le solide est traversé complètement par une fissure coupant la ligne des forces. Elle représente
la limite du domaine de sécurité de la pièce, domaine à l’intérieur duquel, quelque soit le trajet de
charge, donc quelle que soit la longueur de fissure, on a l’assurance qu’elle ne se propage pas.
Considérons le trajet de charge OAD au cours duquel la rupture contrôlée produit un accroissement
de la fissure de la longueur initiale c(A) à la longueur finale c(D) > c(A). Sur le trajet OA les lèvres de
la fissure de longueur c(A) s’ouvrent progressivement sans variation de sa longueur. Au delà du point
A l’évolution du chargement extérieur est contrôlé de sorte qu’il décrive la portion AD de la courbe
d’équilibre. La longueur de la fissure croı̂t progressivement de c(A) à c(D), la condition G = GC étant
vérifiée en tout point du trajet AD.
28 CHAPITRE 2. LA RUPTURE BRUTALE

Le taux de restitution d’énergie G vérifie la relation dU M EC = Gdc = 12 AD (Qdq − qdQ)ds, S étant


R

la surface externe de la pièce, Q les efforts externes appliqués et q les déplacement correspondants,
relation qui n’est autre que la surface sous la courbe de charge, dans ce cas particulier OADO. La
rupture étant parfaitement contrôlée, G = GC en tout point de A à D, cette surface représente
également l’énergie dU S qu’il a fallu pour agrandir la fissure. L’aire du triangle curviligne OADO
représente donc l’énergie de fissuration à fournir pour faire progresser la fissure de sa longueur initiale
c(A) à sa longueur finale c(D).

Fig. 2.27 – Courbe d’équilibre et stabilité de propagation

2.10.2 La stabilité de la propagation


Considérons maintenant le problème de la stabilité de la propagation de la fissure lorsque le trajet
de charge traverse la courbe d’équilibre : courbe P ACEBF qui se termine en F au moment précis où
la fissure s’arrête.
1. Au point A de la courbe d’équilibre la fissure commence à se propager.
2. Au point E une décharge virtuelle élastique s’effectuant suivant le trajet rectiligne EDO dont
la pente ,raideur de la pièce fissurée, est une fonction univoque de la longueur de fissure, la
fissure en propagation à la même longueur que la fissure en état d’équilibre au point D. Ces

Aire Énergie associée


Aire OACEEO0 ∆W EXT travail des efforts externe
Aire OEE 0 O ∆U EL énergie élastique stockée
Aire OADO ∆U S énergie de rupture dissipée
Aire ACED ∆U CIN énergie cinétique disponible > 0
Aire OACEDO ∆U M EC = ∆U S +∆U CIN = ∆W EXT −∆U EL énergie motrice disponible > 0

aires vérifient bien le bilan énergétique ∆W EXT = ∆U EL + ∆U S + ∆U CIN


3. Au point B l’énergie cinétique ∆U CIN représentée par l’aire ACEBDA est maximale. Si cette
énergie n’était pas transformée en énergie de rupture, la fissure arrêterait de se propager et sa
nouvelle longueur d’équilibre serait c(B).
4. Lorsque la fissure croı̂t de B en G, la décharge élastique virtuelle GO définit le point I sur le
trajet de charge qui rentre dans le domaine de stabilité. Il n’y a donc plus d’énergie cinétique
créée. La différence ∆U M EC − ∆U S aire BGIB est négative conformément au fait que le trajet
de charge est rentré dans le domaine de stabilité G < GC . La fissure ne peut croı̂tre au delà
de B que si une partie au moins de l’énergie cinétique accumulée entre A et B, aire ACEBDA
vient compenser le déficit d’énergie motrice entre B et G.
5. Si la quasi totalité de cette énergie cinétique est utilisée pour faire progresser la fissure, celle-ci
se stabilisera au point H correspondant au point F du trajet de charge sur la décharge élastique
HF O tel que les aires ACEBDA et BHF soient égales. Toute l’énergie cinétique en excès a été
utilisée pour compenser le déficit d’énergie motrice aire BHF .
2.10. LA PROPAGATION DES FISSURES 29

Aire Énergie associée


Aire OOBII 0 O ∆W EXT travail des efforts externe
Aire OII 0 O ∆U EL énergie élastique stockée
Aire OBGO ∆U S énergie de rupture dissipée
Aire OBIO ∆U M EC = ∆W EXT − ∆U EL énergie motrice
disponible ¿0

6. De B à H Le déficit de force motrice ∆U S − ∆U MEC est bien égal à l’aire BF H. Le point H

Aire Énergie associée


Aire OOBF F 0 O ∆W EXT travail des efforts externe
Aire OF F 0 O ∆U EL énergie élastique stockée
Aire OBHO ∆U S énergie de rupture dissipée
Aire OBF O ∆U M EC = ∆W EXT − ∆U EL énergie motrice
disponible ¿0

est bien le point d’équilibre ultime de la fissure. La rupture interviendra si la dimension de la


pièce est inférieure à la longueur c(H). La rupture ne sera contrôlable que si le trajet de charge
revient assez tôt dans la zone de stabilité.

L’interprétation géométrique de Berry permet cependant de comprendre au moins qualitativement le


comportement de propagation car elle suppose un calcul de l’énergie de rupture en quasi statique.
Or pour de nombreux matériaux, l’énergie de rupture est une fonction de la cinétique de rupture au
travers de la dépendance de GC avec la vitesse de propagation.

2.10.3 Influence du type de chargement

Fig. 2.28 – Stabilité de propagation et type de chargement à force et déplacement imposé

En rupture à force imposée Lorsque le point d’amorçage A est atteint la force Q = QA est main-
tenue constante. Une fois dans le domaine instable, U CIN augmente rapidement et toujours plus
vite que U S . Les courbes de chargement et d’équilibre ne peuvent se recouper conduisant à la
rupture brutale catastrophique.
En rupture à déplacement imposé Lorsque le point d’amorçage A ou B est atteint le déplacement
constant q = qA ou q = qB est maintenu constant.
– Si la taille initiale de la fissure est petite, amorçage sur la partie supérieure de la courbe
d’équilibre au point A, il y aura début de propagation instable, l’arrêt de la fissure dépendra
de l’importance de l’énergie cinétique acquise au moment ou la courbe de charge recoupe à
déplacement fixé la courbe d’équilibre. Le dessin correspond à un arrêt de fissure au point
A0 lorsque tout l’énergie cinétique en excès a été consommée pour agrandir la fissure. Plus
30 CHAPITRE 2. LA RUPTURE BRUTALE

la fissure initiale est petite (plus haut sur la courbe se trouve le point d’amorçage) et plus le
risque de rupture catastrophique est important.
– Si la taille initiale de la fissure est grande, amorçage sur la partie inférieure de la courbe
d’équilibre au point B, il n’y aura pas de propagation, la fissure va s’ouvrir diminuant la partie
élastique du déplacement de la structure donc la force appliquée et l’on rentre immédiatement
dans le domaine de stabilité.
A déplacement imposé, une grande fissure est moins dangereuse qu’une petite. La stabilité de la
propagation dépend essentiellement du mode de chargement. Le mode à force imposée est toujours
instable, le mode à déplacement imposé est habituellement stable (en pratique on se trouve presque
toujours sur la partie inférieure de la courbe d’amorçage) mais il peut devenir instable dans certains
cas particuliers.

2.11 Les mécanismes de la rupture brutale


Les deux mécanismes principaux de propagation d’une fissure sont le déchirement ductile et le
clivage fragile.

2.11.1 Le déchirement ductile des métaux


Lorsqu’une charge suffisante est appliquée à un matériau ductile pouvant soutenir une déformation
plastique importante, la rupture se développe à partir d’une fissure, souvent une fissure de fatigue,
et la surface de rupture est extrêmement rugueuse, constituée de cupules traduisant l’arrachement
de matière et la forte dissipation d’énergie de déformation plastique en tête de fissure dans la zone
C 2
de rayon R = π1 ( K RP
) . Ce rayon augmentant rapidement quand RP diminue. Les fissures dans les
matériaux mous sont associées à des zones plastifiées importantes. La rupture par déchirement ductile
consomme beaucoup d’énergie par déformation plastique et plus la zone plastique est étendue, plus
l’énergie absorbée est importante, donc plus GC et KC sont élevés. C’est pourquoi les métaux ductiles
ont une telle ténacité. D’autres matériaux doivent aussi leur ténacité à ce comportement, par exemple
la pâte à modeler, et certains polymères la doivent à un mode de rupture similaire au déchirement
ductile (formation des crazes avec arrachement des macromolécules entre les lèvres de la fissure).
Du fait de la faible force de traı̂nage du réseau atomique les métaux sont intrinsèquement ductiles.
Même quand ils sont qualifiés de purs, la plupart des métaux contiennent de petites inclusions (ou
particules) de composés chimiques formés par réaction du métal avec des atomes d’impureté. Dans la
zone plastifiée, la déformation se produit autour de ces inclusions, conduisant à la formation de cavités
allongées. Au fur et à mesure que la déformation plastique se poursuit, ces cavités se relient les unes
aux autres et la fissure progresse par déchirement ductile. La déformation plastique en tête de fissure
transforme naturellement la fissure étroite en une fissure plus large et cet élargissement diminue la
contrainte locale de telle façon qu’à l’extrémité de la fissure elle soit juste suffisante pour entretenir
la déformation plastique du matériau écroui à cet endroit. A température ambiante ou au-dessus,
presque tous les métaux purs sont résistants à la rupture mais l’ajout d’éléments d’alliages diminue la
mobilité des dislocations augmentant la limite élastique et réduisant du même coup la zone plastifiée.
La formation de précipités ou de structures cristallines de dureté élevée donc fragiles permet la propa-
gation de fissures qui ne peuvent plus s’émousser et diminue la résistance à la rupture entraı̂nant une
rupture fragile. Un traitement thermique approprié est essentiel pour obtenir les propriétés mécaniques
souhaitées, c’est tout l’art du métallurgiste.

2.11.2 Le clivage fragile des céramiques


La surface de rupture des matériaux très durs (céramique, verre,. . .) présente un faciès très différent.
Au lieu d’être très rugueuse, la surface de rupture est plane et sans aspérités suggérant une absence
quasi totale de zone de déformation plastique en tête de fissure (RP grand, KC faible). La contrainte
locale atteint au voisinage de la tête de fissure des valeurs considérables, proches de la contrainte de
rupture théorique en traction à condition que la fissure reste étroite. Même si on admet un certain
émoussement de la tête de fissure, la contrainte locale y est néanmoins très supérieure à la limite
2.12. LA RUPTURE FRAGILE 31

Fig. 2.29 – Mécanismes de rupture : déchirement ductile et clivage fragile

élastique et les liaisons interatomiques sont littéralement rompues, la fissure se propage par clivage,
séparation des plans atomiques, et conduit à des surfaces de rupture plates à l’échelle atomique.
L’énergie nécessaire à la rupture des liaisons dans un matériau dur est plus faible que celle que
nécessaire au déchirement ductile d’où leur fragilité.
A basse température, les métaux de structure hexagonale ou cubique centrée deviennent fragiles et
rompent par clivage comme le verre. L’abaissement de la température diminuant l’agitation thermique
des atomes réduit la mobilité des dislocations par augmentation de la résistance intrinsèque du réseau
augmente induisant une augmentation de la limite élastique et une diminution de la taille de la
zone plastifiée en tête de fissure jusqu’à ce qu’elle soit devenue si petite que le mode de rupture de
déchirement ductile devienne un clivage. Pour certaines compositions d’aciers cette transition ductile-
fragile survient à des températures proches de 0°C et les constructions en acier sont plus fragiles en
hiver qu’en été.
Des phénomènes semblables apparaissent dans les polymères à la transition vitreuse. En dessous de
la Tg les polymères sont beaucoup plus fragiles. De nombreux polymères comme les résines époxydiques
sont toujours fragiles (faible GC ) simplement parce qu’à toute température les chaı̂nes sont fortement
réticulées par des liaisons covalentes et les fissures ne sont pas émoussées par plastification en tête de
fissure.

2.12 La rupture fragile


2.12.1 Résistance à la rupture
Différents essais mécaniques permettent de déterminer la résistance à la rupture des matériaux
fragiles.

Essai de traction

Fig. 2.30 – Matériau fragile : Rupture en traction

L’essai le plus simple est l’essai de traction. Il mesure la contrainte RtM nécessaire pour provoquer
la propagation instable de la plus longue fissure que contient l’échantillon. Dans un échantillon donné,
32 CHAPITRE 2. LA RUPTURE BRUTALE

si la plus longue microfissure la mieux orientée a une longueur 2cM ax alors c’est cette fissure qui
déterminera la résistance à la traction. En effet, cette fissure représente le maillon le plus faible,
elle deviendra instable lorsque la contrainte moyenne de traction vérifiera la condition d’amorçage
σ 2 πcM ax = KC2 et provoquera la rupture catastrophique de l’échantillon. La résistance à la traction
RtM de l’échantillon est donc égale à la contrainte d’amorçage du maillon le plus faible, soit :
KC
RtM ∼ √
πcM ax
Il y a donc deux manières d’améliorer la résistance mécanique des céramiques : diminuer cM ax en
contrôlant soigneusement la fabrication ou augmenter KC par alliage ou par constitution d’un com-
posite à partir de cette céramique.

Essai de flexion

Fig. 2.31 – Matériau fragile : Rupture en flexion

Les essais de traction sur les céramiques sont délicats car elles tendent à se rompre dans les
mors de la machine d’essai. Il est beaucoup plus facile de mesurer la force nécessaire pour casser un
barreau dans un essai de flexion. La contrainte de traction maximale σr en surface du barreau au
moment de sa rupture est appelée module de rupture. On pourrait penser que σr doit être égal à
la résistance à la traction RtM . En fait, il est légèrement plus élevé (typiquement 1,7 fois plus) car
la répartition des contraintes dans l’éprouvette n’est pas homogène. La demi éprouvette supérieure
travaille en compression tandis que la demi éprouvette inférieure travaille en traction, cette traction
étant d’autant plus forte que l’on se rapproche de la face inférieure et du centre de l’éprouvette, ce
qui explique que la rupture se produise à partir de cette face à l’aplomb de l’appui exerçant la force
F . Statistiquement le plus grand défaut à plus de chance de se situer au centre de l’éprouvette, donc
dans une zone sous faible contrainte, de sorte que la rupture se déclenchera sur un défaut de taille
inférieure dans la zone de forte traction, conduisant donc à une contrainte de rupture sr supérieure à
RtM .

Essai de compression
Le troisième type d’essai est l’essai de compression. Pour les métaux (ou n’importe quel autre solide
plastique) la résistance RcM mesurée en compression a la même signification que celle RtM mesurée en
traction. Mais il n’en est pas de même pour les solides fragiles dont la résistance à la compression est
environ 15 fois plus élevée, soit : RcM = 15RtM . En compression, les fissures se propagent de manière
stable et dévient de leur orientation initiale pour se propager parallèlement à l’axe de compression.
La rupture n’est pas provoquée par la progression rapide et instable d’une fissure unique comme en
traction, mais par la lente progression de nombreuses fissures qui forment une zone d’écrasement.
Ce n’est donc pas la longueur cM ax de la plus grande fissure qui intervient, mais plutôt la longueur
moyenne cM oy . La résistance à la compression est, comme en traction, du type :
KC
RtM ∼ √
πcM oy

Pour expliquer ce phénomène, il faut revenir au modèle de la fissure elliptique aplatie d’Inglis.
En traction, lorsque la fissure est orientée perpendiculairement à la contrainte, les pointes de l’ellipse
sont soumises à une forte traction provoquant la propagation instable de la fissure. En compression,
au contraire, les pointes sont soumises à une forte compression et la fissure stable tend à se fermer.
2.12. LA RUPTURE FRAGILE 33

Fig. 2.32 – Matériau fragile : Rupture en compression

Mais elle est soumise à une contrainte de traction aux extrémités du petit axe et, si on impose à
l’infini une contrainte suffisamment grande (beaucoup plus grande qu’en traction traduisant la grande
résistance à la compression), deux branchement vont apparaı̂tre dans la direction de la compression.
Lorsque la fissure s’incline, ces points de branchement se déplacent rapidement vers le les pointes
avec l’augmentation de l’angle d’inclinaison. Les branchements se produisent perpendiculairement à
la direction de la contrainte de traction, donc dans la direction de la compression.

Essai de choc thermique


Quand en versant de l’eau bouillante dans un verre le fond se détache avec un bruit sec, on réinvente
l’essai standard de résistance au choc thermique. La rupture provoquée par de brutales variations de
température est un problème typique des céramiques. Mais tandis que certaines (comme le verre
ordinaire), ne pourront encaisser qu’un choc thermique de 80°C avant de casser, d’autres (comme le
nitrure de silicium), pourront supporter une variation brutale de 500°C.
Une manière de mesurer la résistance aux chocs thermiques consiste à laisser tomber dans de
l’eau froide un échantillon de céramique chauffé à des températures de plus en plus élevées. L’écart
maximum de température ∆T (en °K) auquel il survit sans se casser donne la mesure de sa résistance
au choc thermique. Si son coefficient de dilatation thermique est α, la couche superficielle brutalement
refroidie subit une contraction α∆T . Mais elle fait partie d’un solide beaucoup plus volumineux qui
est encore chaud, et ceci l’astreint à conserver sa dimension initiale : elle doit donc supporter une
contrainte de traction élastique Eα∆T . Si cette contrainte excède la résistance à la traction RtM la
surface de la pièce se fissure et finalement s’écaille. Donc la température maximale supportable ∆TM ax
est donnée par la relation : Eα∆TM ax = RtM .
Pour le verre ordinaire, α est grand et DeltaTM ax est faible, mais pour la plupart des céramiques
techniques, α est faible et RtM est élevée, de sorte qu’elles peuvent être refroidies brutalement de
plusieurs centaines de degrés sans se briser.

2.12.2 La statistique de la rupture fragile


Il n’est jamais possible d’affirmer qu’un solide fragile ne cassera pas sous une contrainte de traction
donnée car la rupture dépend de la taille inconnue du plus grand défaut maillon le plus faible. Or celle-
ci peut varier de manière considérable d’une éprouvette à l’autre. Seule la probabilité de survie d’une
pièce en fonction de la contrainte σ externe appliquée peut être déterminée pour un matériau fragile.
La craie à tableau est un solide fragile. Certains bâtons de craie sont plus fragiles que d’autres.
En écrivant au tableau, on constate qu’en moyenne 3 bâtons sur 10 cassent tandis que les 7 autres
survivent. La probabilité de rupture PR pour cette craie, sollicitée en flexion sous la force normalisée
d’écriture vaudra=0,3. Si la pièce est un outil de coupe en céramique, une probabilité de rupture
de 1 sur 100 peut être acceptable, car un outil se remplace facilement. Mais s’il s’agit d’un hublot
d’installation sous vide, dont la rupture peut causer des blessures, on souhaitera limiter fortement
le risque d’accident en choisissant une probabilité de rupture PR de l’ordre de l0−6 . Pour une tuile
du bouclier de navette spatiale, quand la rupture d’une sur 10000 peut être fatale, on visera une
probabilité de rupture PR de l’ordre de l0−8 .
34 CHAPITRE 2. LA RUPTURE BRUTALE

Si un risque acceptable (la probabilité de rupture) peut être affecté à la fonction remplie par la
pièce, il est alors effectivement possible de la concevoir de sorte que le risque n’excède pas ce maximum
acceptable.

Distribution statistique de défauts

Essai de traction

Fig. 2.33 – Distribution statistique de défauts

La craie est une céramique poreuse de faible ténacité KC =0,9 MPa.m1/2 mal consolidée, pleine de
fissures et de pores. Sa résistance moyenne à la traction RtM est de l’ordre de 15 MPa correspondant à
une taille de défaut de l’ordre du 1 mm. Mais la craie contient une distribution de défauts de différentes
longueurs. Deux morceaux de craie A et B géométriquement identiques peuvent avoir des résistances
notablement différentes, d’un facteur 3 ou plus. Ceci provient du fait que l’un (morceau B) a été
découpé de telle sorte que, par hasard, il ne contienne que des fissures courtes, tandis que l’autre
(morceau A) a été taillé de sorte qu’il contienne l’une des plus longues fissures de la distribution.
Si de petits échantillons géométriquement identiques sont découpés dans un gros bloc de céramique
fragile, ils présenteront une dispersion de résistance mécanique due à la dispersion de la taille des
défauts. En moyenne un gros échantillon ayant plus de chances de contenir l’un des plus longs défauts
cassera pour une contrainte plus faible qu’un échantillon plus petit. Il y a dépendance de la résistance
par rapport au volume.

Hypothèse du maillon le plus faible

Les ruptures par clivage prennent naissance à partir d’éléments microstructuraux, grains, inden-
tations, qui présentent une distribution statistique et c’est en général le grain le plus gros et le plus
favorablement orienté pour cliver, élément le moins résistant, qui déclenche la rupture. La théorie sta-
tistique du maillon le plus faible s’applique à ces ruptures fragiles. Elle repose sur quelques l’hypothèse
fondamentale à vérifier soigneusement en pratique :
– Le solide est considéré comme la juxtaposition de N éléments parfaitement indépendants et la
rupture de l’élément le plus faible entraı̂ne la rupture du solide entier.
– A chaque élément correspond une probabilité de rupture P0 (σ) sous une contrainte σ donnée.
La probabilité de survie de l’élément étant 1-P0 (σ), celle des N éléments vaut selon l’hypothèse
d’indépendance [1 − P0 (σ)]N et la probabilité de rupture PR (σ) = 1 − [1 − P0 (σ)]N s’écrit aussi sous
la forme
1 1
PR (σ) = 1 − exp(−N ln[ ]) = 1 − exp−N f (σ) avec f (σ) = ln[ ]
1 − P0 (σ) 1 − P0 (σ)

où la fonction P0 (σ) est inconnue.


2.12. LA RUPTURE FRAGILE 35

Effet de volume
Le volume total V ayant été subdivisé en N éléments de volume V0 , la probabilité de rupture du solide
de volume V s’écrit : PR (σ, V ) = 1 − exp− VV0 f (σ) fonction croissante de V .
Effet de contrainte inhomogène
Lorsque la pièce est soumise à une contrainte hétérogène, on la divise en un grand nombre de volumes
élémentaires ∆V , chacun soumis à une contrainte σ supposée homogène sur ∆V mais fonction de la
position du volume ∆V considéré dans la structure. Pour chacun de ces volumes ∆V la probabilité
de rupture PR (σ, ∆V ) est donnée par l’expression précédente avec V = ∆V . La probabilité de survie
de la pièce est le produit des probabilités de survie de chacun de ses éléments (tous doivent survivre
pour que la pièce survive) et vaut :
Y X ∆V Z
dV
1 − PR (σ, V ) = [1 − PR (σ, ∆V )] = 1 − exp( − f (σ)) PR (σ, V ) = 1 − exp− f (σ)
V0 V V0

en passant à la limite continue sachant que le volume V0 reste petit devant le volume dV sur lequel on
admet que la contrainte σ est constante. La probabilité de rupture est fonction de la répartition des
contraintes dans la pièce. Mais quelle valeur faut-il attribuer à σ ? En général on utilise la plus grande
des contraintes principales lorsqu’elle est positive. Ainsi une éprouvette en flexion a une probabilité de
rupture plus faible que celle de la même éprouvette en traction sous une contrainte égale à celle qui
agit sur la fibre la plus tendue en flexion. En traction, tout le volume est soumis à la contrainte alors
qu’en flexion seule une mince couche proche de la surface tendue supporte la contrainte de traction
maximale. Le contrainte de rupture en flexion est plus grande que la résistance à la traction.
Si la dépendance en volume est une conséquence directe de l’hypothèse de la théorie du maillon le
plus faible, reste à préciser la fonction f (σ).

Théorie de Weibull
Weibull a proposé la forme empirique suivante :

σ − σs m σ m
f (σ) = ( ) f (σ) = ( ) (2.10)
σu σu
qui rend bien compte de la dispersion expérimentale des contraintes de rupture des matériaux fragiles
en traction. Dans cette expression, σs représente un seuil de contrainte en dessous duquel la probabilité
de rupture est nulle. Dans la plupart des cas on suppose que σs = 0, ce que nous ferons par la suite.
Le module de Weibull m est un indicateur de la dispersion. Plus il est faible, plus cette dispersion est
importante :
– Pour les faibles module de Weibull, (m ¡ 20), la distribution des défauts est trés variable d’un
échantillon à l’autre, d’où la dispersion des contraintes de rupture.
– Pour les forts module de Weibull, la distribution des défauts est trés peu variable d’un échantillon
à l’autre, d’où faible dispersion des contraintes de rupture , la contrainte de rupture σR est une
grandeur quasi déterministe.
En mesurant la probabilité de survie PS (σ, V0 ) = 1 − PR (σ, V 0) comme le nombre d’échantillons
de même volume V0 n’ayant pas cassé sous la contrainte σ, la loi de Weibull
σ m
PS (σ, V0 ) = 1 − PR (σ, V 0) = exp[−( ) ]
σu
1
est vérifiée si les points s’alignent dans le plan ln(ln[ 1−P R
]), ln σ sur une droite dont la pente est égale
au module de Weibull m. A contrainte nulle, PS = 1, tous les échantillons survivent. Lorsque σ aug-
mente PS diminue tendant vers 0 pour les fortes contraintes et tous les échantillons cassent. σu est la
contrainte telle que PS (σu , V0 ) = 1e ≈ 0,37 laissant survivre 37% des échantillons.

Le volume effectif et la contrainte de Weibull .


m
Dans la loi de Weibull complète PS (σ, V ) = exp( − VV0σσm ) intégrant les effets de volume, les paramètres
u
V0 et σu ne sont pas indépendants, seul leur produit V0 σum intervient. σM ax étant dans une pièce de
36 CHAPITRE 2. LA RUPTURE BRUTALE

Fig. 2.34 – Loi de Weibull de la rupture fragile

volume V la valeur maximale de la contrainte majeure positive solution du problème élastique en


contrainte inhomogène la probabilité de survie de la pièce s’écrit :
σ m dV σM ax m Vef f σM ax m
Z Z
PS (σ, V ) = exp( − ( ) ) = exp( − ( ) ) avec V ef f = ( ) dV
V σu V0 σu V0 V σu
La probabilité de survie d’une pièce soumise à contrainte inhomogène de maximum σM ax est égale à
celle d’une pièce équivalente de volume Vef f en état de contrainte homogène σM ax . L’application à la
1
flexion trois points conduit à la relation σr = RtM [2(m + 1)2 ] m entre la résistance en traction RM t
et le module de rupture en flexion σr , soit σr ≈ 1,7 RtM annoncé pour la valeur typique m = 10 des
céramiques.
On peut également définir la contrainte de Weibull σw (liée au volume effectif Vef f ) telle que :

σ dV σw 1 σw Vef f m1
Z Z
1
PS (σ, V ) = exp( − ( )m ) = exp{−( )m } avec σw = [ σ m dV ] m et =( )
V σu V0 σu V0 V σM ax V0
L’essai d’épreuve ou comment tricher avec la statistique.
Dans un lot de pièces avec une certaine distribution de résistances, on élimine les plus faibles en les
chargeant toutes sous une contrainte d’épreuve donnée. Celles qui contiennent des fissures de grande
longueur cassent et il ne reste que la fraction résistante à la contrainte d’épreuve. Statistiquement
parlant, les essais d’épreuve constituent une sélection qui rejette la queue de la distribution du côté
des faibles résistances. C’est une méthode largement utilisée pour réduire la probabilité de rupture des
pièces critiques dont l’efficacité est remise en cause par la transformation lente au cours du temps des
petits défauts inoffensifs en fissures dangereuses de grande dimension. Il faut donc éprouver la pièce à
intervalles réguliers tout au long de son utilisation. Ce type de procédure est également imposé par la
réglementation pour les pièces critiques en matériau ductile comme les réservoirs d’acier sous pression
(chaudières, bouteille de gaz,. . .) pour détecter la croissance des fissures de fatigue.

Les limites de l’approche statistique


Cette approche n’est plus valide lorsqu’une des hypothèses de départ, notamment celle concernant
l’indépendance des éléments de volume est mise en défaut.
– Si la contrainte normale est négative, une propagation de la microfissure est possible, mais elle
se fait en général avec une bifurcation telle que le facteur d’intensité de contrainte diminue. Une
telle fissure cesse d’être activée. Elle participe néanmoins à un endommagement progressif du
matériau, mais l’hypothèse du maillon le plus faible n’est pas utilisable.
– Il en est de même si les microfissures se propagent mais s’arrêtent sur des obstacles qui les
stabilisent (béton et céramiques).
Chapitre 3

LA RUPTURE DE FATIGUE

3.1 Rupture en fatigue


La pratique industrielle montre que les ruptures de pièces de machines ou de structures en fonc-
tionnement normal sont le plus souvent dues à la fatigue. Celle-ci est particulièrement insidieuse du
fait de son caractère lent et progressif et d’autant plus grave que la fissuration par fatigue conduit
très souvent à une rupture brutale différée qui peut provoquer un accident. Les fissures se forment et
croissent lentement sous des contraintes plus faibles que celles conduisant à la rupture brutale lorsque
la contrainte est appliquée de manière cyclique (fatigue) où lorsque l’environnement est corrosif (fatigue
corrosion).

Toute pièce ou structure soumise à des contraintes cycliques de façon répétée peut se rompre sous
des contraintes bien inférieures à la contrainte de résistance à la traction ou même souvent
inférieures à la limite d’élasticité du matériau.

Pièces non fissurées Pièces fissurées


Pas de fissure préexistante Fissure préexistante (∼0,1mm)
Rupture contrôlée par la phase d’initiation Rupture contrôlée par la phase de propagation

Les pièces non fissurées sont pour la plupart des pièces de petite taille : tourillons, dents d’engre-
nage, chemins de roulement à bille, vilebrequins, arbres moteur, . . .
Les pièces fissurées sont pour la plupart des pièces de dimensions importantes, en particulier contenant
des cordons de soudure : ponts, bateaux, reservoirs sous pression, . . .

Fatigue oligocyclique Fatigue à grand nombre de cycles


Contrainte supérieure à limite élastique Contrainte inférieure à limite élastique
Rupture en moins de 104 cycles Rupture en plus de 104

La fatigue oligocyclique concerne les pièces de cœur de réacteur nucléaire, de turbines, et toutes
les pièces soumises à surcharge occasionnelle.
La fatigue à grand nombre de cycles concerne toutes pièces soumises à rotations, vibrations : roues,
essieux, pièces de moteurs.

3.1.1 Les essais de fatigue


On entend par fatigue ou endommagement par fatigue la modification des propriétés des matériaux
consécutive à l’application de cycles d’efforts, cycles dont la répétition peut conduire à la rupture des
pièces constituées avec ces matériaux. Les contraintes sont définies par l’amplitude maximale σM ax
atteinte au cours d’un cycle, par la valeur moyenne de la contrainte σm et par le rapport R = σσM M in
as
de la contrainte minimale à la contrainte maximale.

37
38 CHAPITRE 3. LA RUPTURE DE FATIGUE

Comme la plupart des essais consistent à soumettre une éprouvette à un cyclage alterné en traction-
compression, torsion ou flexion, on est parfois conduit à distinguer la composante alternative sigmaa =
1 1
2 (σM ax − σM in ) de la composante statique sigmam = 2 (σM ax + σM in )

Fig. 3.1 – Fatigue cyclique

Selon les valeurs relatives de ces deux composantes, on distingue les essais sous sollicitation :
alternée symétrique σm = 0 R = −1
alternée dissymétrique 0 < σm < σm −1 < R < 0
répétée σm = σa R=0
ondulée σm > σa 0<R<1

Fig. 3.2 – Paramètres de l’essai de fatigue


Les déformations interviennent éventuellement dans le cas de la fatigue plastique. En général, la
fatigue se produit sans déformation plastique d’ensemble mais avec une déformation plastique très
localisée d’abord autour des défauts, à fond d’entaille ou en surface, ensuite à l’extrémité de la fissure
une fois que celle-ci s’est formée. Il en résulte que la mesure de cette déformation est extrêmement
difficile.
La durée de vie est généralement mesurée par le nombre de cycles à rupture N . L’exécution de
n cycles (n < N ) entraı̂ne un certain endommagement de la pièce qu’il est important de chiffrer car
il détermine sa durée de vie résiduelle et donc peut indiquer s’il faut ou non remplacer la pièce pour
éviter un accident.
D’une façon très générale, il y a fatigue toutes les fois que l’on est en présence d’efforts variables
dans le temps.

Fatigue et endurance, courbe de Wöhler et loi de Basquin


On appelle endurance la capacité de résistance à la fatigue des pièces et des assemblages. L’essai
de fatigue le plus simple consiste à soumettre un lot d’éprouvettes à des cycles d’efforts périodiques
(généralement sinusoı̈daux) d’amplitude σ et de fréquence constante en enregistrant le nombre N de
cycles au bout duquel la rupture se produit en fonction de l’amplitude de σ. La courbe σ = f (N )
appelée courbe de Wöhler, courbe S − N (Stress-Number of cycles) ou courbe d’endurance présente
généralement trois domaines :
une zone de fatigue oligocyclique sous forte contrainte, où la rupture survient après un très petit
nombre d’alternances et est précédée d’une déformation plastique notable. C’est le moyen utilisé
pour rompre un fil métallique par pliage altérné.
3.1. RUPTURE EN FATIGUE 39

une zone de fatigue (ou d’endurance limitée) où la rupture est atteinte après un grand nombre
de cycles, nombre qui croı̂t quand la contrainte décroı̂t
une zone d’endurance illimitée ou zone de sécurité, sous faible contrainte, pour laquelle la rupture
ne se produit pas avant un nombre donné de cycles, 107 , 108 voire même 109 , supérieur à la durée
de vie envisagée pour la pièce.
Très souvent elle possède une branche asymptotique horizontale correspondant à la limite d’endu-
rance ou limite de fatigue σD . Ce n’est pas toujours vrai, en particulier lorsqu’il y a simultanément
fatigue et corrosion.
La dispersion des résultats des essais de fatigue est un fait d’expérience. Elle provient de nom-
breuses causes liées à l’hétérogénéité des matériaux, aux tolérances d’usinage, aux défauts superficiels,
à la présence de contraintes résiduelles, aux tolérances de montage sur la machine, aux variations de
température et de milieu au cours de l’essai, . . .. On peut la réduire en précisant tous les paramètres
et en les maintenant dans des limites étroites, mais on ne peut pas l’éliminer par suite du caractère
aléatoire des ruptures par fatigue. C’est pourquoi, sur la courbe de Wöhler, la durée de vie pour une
contrainte donnée ne peut pas être représentée par un point mais par une distribution du nombre
de cycles N . La représentation mathématique de la courbe de Wöhler fait appel à des méthodes
statistiques.

Fig. 3.3 – Courbe d’endurance de Wöhler

– La plus ancienne représentation est celle de Wöhler : ln N = a − bσ. Si elle ne rend pas
compte de la branche asymptotique horizontale de la courbe complète, elle en donne une bonne
représentation dans sa partie moyenne entre le domaine de fatigue oligocyclique (N <5.102 ) et
celui des endurances supérieures à 106 cycles.
– L’ensemble de la courbe est bien représenté par l’équation N + N B = a exp{−b(σ−σ σ−σE
E)
} mais la
détermination des paramètres NB , a, b, σE 6= σD est en général délicate du fait de la grande
dispersion.
– La loi de Basquin σN α =Cte, où α est un exposant de l’ordre de 1/15 à 1/8 pour la plupart
des matériaux, prend en compte la courbure progressive raccordant la branche descendante à la
branche horizontale mais ne représente ni la limite d’endurance ni le comportement en fatigue
oligocyclique. Elle est d’usage courant pour caractériser la fatigue alternée (à contrainte moyenne
σm = 0) à grand nombre de cycles

Limite d’endurance
Pour les contraintes maximales appliquées < sigmaD les conditions de germination des microfis-
sures sont rarement réunies ou leur dimension n’atteint pas la taille critique et la durée de vie peut
être considérée comme supérieure à celle envisagée pour la structure.
Pour certains matériaux (Al), le passage du domaine de fatigue au domaine de sécurité est très
progressif. La courbe σ, N présente un coude très arrondi et ne devient horizontale qu’au-delà de 108
cycles. Parfois, il n’apparaı̂t pas de limite d’endurance asymptotique.
40 CHAPITRE 3. LA RUPTURE DE FATIGUE

Par contre, pour d’autres matériaux comme les aciers ferritiques, la courbe σ, N présente un coude
très accentué, situé entre 106 et 107 cycles, et la limite d’endurance est bien définie. Cependant, la rup-
ture gardant un caractère aléatoire, la limite d’endurance ne peut être déterminée que statistiquement
à partir de la distribution des ruptures et non-ruptures, par exemple par la contrainte correspondant
à la probabilité d’apparition de 50% de rupture.
– La limite d’endurance théorique est la limite supérieure de la contrainte périodique qui peut être
appliquée indéfiniment sans amener la rupture. Elle n’existe pas toujours.
– La limite conventionnelle est la valeur maximale de la contrainte qui n’entraı̂ne pas la rupture
avant un nombre de cycles donné. Celle-ci peut toujours être déterminée.

3.1.2 Endommagement par fatigue


L’aspect physique du dommage reflète les modifications subies par la matière sous l’action des
sollicitations entraı̂nant des variations des propriétés physiques du matériaux pendant la fatigue.
L’aspect descriptif est la représentation quantitative de l’endurance du matériau soumis à des histoires
de contraintes plus ou moins variées et, à la limite, absolument quelconques. Pour les pièces sans fissure
préexistante, il faut distinguer la phase d’initiation ou d’amorçage dans laquelle la sollicitation cyclique
endommage le matériau jusqu’à créer une fissure macroscopique, puis la phase de propagation qui se
décompose en une phase de propagation lente suivie d’une propagation brutale conduisant à la rupture
finale.
Pour évaluer le stade d’amorçage on se réfère à la notion de microfissure, mais cette notion
dépend directement de la résolution du moyen d’observation utilisé. Généralement le nombre de cycles
d’amorçage Na est défini comme le nombre de cycles nécessaire pour créer une longueur de fissure de
l’ordre de 0,1 mm car cette dimension est assez facilement détectable. Elle correspond par ailleurs à
une taille de défaut comparable à la taille du grain de nombreux aciers. Enfin, l’expérience enseigne
que dans bon nombre de cas, dès qu’une fissure atteint une profondeur voisine de cette dimension, elle
se propage régulièrement à travers la section.
Les essais classiques de fatigue (courbes de Wöhler donnant la contrainte en fonction du nombre
de cycles à rupture Nr ) donnent une information globale sur l’endurance d’un matériau (amorçage
+ propagation + rupture). Ils permettent de porter des jugements qualificatifs quant au choix des
matériaux, mais s’avèrent parfois d’un usage difficile pour leur application quantitative à une structure.

Courbe de propagation de fissure


L’interprétation de la courbe de dommage repose sur l’existence d’une taille critique de fissure,
fonction de la contrainte maximale de cyclage, au delà de laquelle la propagation est irréversible
(endommagement) et conduit à la rupture. Lorsque les fissures débouchent en surface, ce qui est le cas
général, on peut suivre leur progression en reportant les longueurs mesurées en fonction du nombre
de cycles sous les différents niveaux de contraintes de la courbe d’endurance de Wöhler. Le tracé des
courbes isolongueur de fissure dans le plan σM ax , N à ∆σ=Cte indique que l’importance relative des
phases d’amorçage et de propagation dépend de l’amplitude de la contrainte maximale.
Pour les fortes contraintes (fatigue oligicyclique) l’amorçage ne représente que 10% de la durée
de vie alors qu’il peut représenter jusqu’à 90% pour les niveaux de contrainte proches de la limite
d’endurance.
L’importance relative des stades d’amorçage et de propagation caractérisée par le % de durée de
vie à l’amorçage, rapport du nombre de cycles d’amorçage N a au nombre de cycles à rupture Nr ,
dépend de l’amplitude de la sollicitation, de la géométrie de la pièce, de la nature du matériau, de la
température, du chargement antérieur et de l’environnement. On constate que :
– Le rapport N Nr diminue lorsque la contrainte alternée augmente. Dans le domaine de fatigue
a

oligocyclique à très faibles nombres de cycles la phase de propagation occupe la majeure partie
de la durée de vie, le nombre de sites d’amorçage augmentant avec le niveau de contrainte
appliqué.
– Une concentration de contrainte, entaille par exemple, réduit le rapport N Nr .
a

– Les microfissures apparaissent en général plus rapidement dans les matériaux ductiles.
3.1. RUPTURE EN FATIGUE 41

Fig. 3.4 – Courbe de propagation de fissure

Fig. 3.5 – Représentation schématique : de la courbe de Wöhler globale ∆σ(Nr ) avec séparation des
phases d’amorçage Na et de propagation Np de l’évolution du rapport N Nr avec la contrainte alternée
a

∆σ et le nombre de cycles à rupture Nr

– Pour les matériaux présentant un amorçage dans les bandes de glissement, le rapport N Nr aug-
a

mente lorsque la température diminue.


– Un écrouissage superficiel introduisant des contraintes résiduelles de compression comme le gre-
naillage augmente la durée de la phase d’amorçage.

Dommage cumulatif, règle de Miner


La loi empirique simple de Miner repose sur l’hypothèse de linéarité. L’application de ni cycles au
niveau de contrainte σi , auquel correspond le nombre moyen Ni de cycles à la rupture, entraı̂ne un
ni
accroissement du dommage D égal à N i
et la rupture intervient quand :
X ni
D= =1 (3.1)
Ni
ni
Ni est la fraction du temps de vie consommée par ni cycles au niveau de contrainte σi .

Fig. 3.6 – Règle de Miner


n1
Cette représentation du dommage suppose que si une certaine fraction N 1
= n de la durée de vie
est accomplie à un certain niveau d’amplitude de la contrainte σ1 , l’endurance restante à un autre
42 CHAPITRE 3. LA RUPTURE DE FATIGUE

n2
niveau σ2 est N 2
= 1 − n mais elle ne fait pas de distinction entre σ2 > σ1 et σ2 < σ1 . En réalité,
si les différents niveaux de contrainte, tous supérieurs à la limite d’endurance, sont successivement
décroissants, le dommage cumulé D est inférieur à 1, tandis qu’il est supérieur à 1 si, dans les mêmes
conditions, les contraintes sont successivement croissantes. La règle de Miner peu précise mais simple
est largement utilisée pour la conception des pièces résistantes à la rupture par fatigue. Pour les pièces
critiques, il est nécessaire de la vérifier par des essais simulant les conditions d’usage.

Accomodation et endommagement
Selon la valeur de la contrainte maximale et la fréquence des cycles, la courbe d’hystérésis mécanique
σ, ε entre charge et décharge peut présenter au cours de chaque cycle une aire nulle (déformation
cyclique élastique), elliptique (déformation cyclique viscoélastique), à points anguleux (déformation
cyclique élastoviscoplastique) qui tend après un certain nombre de cycles vers un cycle limite (acco-
modation) ou évolue continûment jusqu’à rupture (endommagement par effet dit de rochet).

Fig. 3.7 – Endommagement et accomodation

Influence de la contrainte moyenne et règle de Goodman


Quand un matériau est soumis à une contrainte moyenne σm 6= 0 de traction ou de compression
l’amplitude σa (σm 6= 0) de la composante alternative doit être réduite par rapport à celle σa (σm = 0)
qui conduit au même nombre N de cycles à rupture. En se limitant aux portions de courbes de Wöhler
correspondant à N < 3.105 et en les traçant sur le même diagramme σa , ln N pour différentes valeurs
de σm , on constate expérimentalement que les différentes courbes se déduisent l’une de l’autre par
translation. La normalisation des courbes de Wöhler sous la forme d’une courbe maı̂tresse ln N = f (Σ)
où Σ est une contrainte équivalente fonction de σa et σm que l’on peut écrire Σ = σm + g(σm )
permet de diminuer considérablement le nombre d’essais. En première approximation on peut linéariser
Σ = σm + aσm ), a étant une constante matérielle à déterminer au mieux. Cette approximation est
équivalente à la règle empirique de Goodman :
σm
σa (σm 6= 0) = Rm (1 − ) (3.2)
|Rm |

Rm étant la résistance ultime à la traction du matériau. Cette règle n’est bien vérifiée qu’en première
approximation et son application reste sujette aux mêmes précaution que celles applicables à la règle
de Miner.

3.1.3 Fatigue des pièces non fissurées


Fatigue oligocyclique N¡104
Le cas typique de fatigue oligocyclique est celui la rupture après une dizaine de cycle environ
d’un fil métallique qui intervient par pliage alterné créant de fortes déformations plastiques. Les
caractéristiques principales de la fatigue oligocyclique sont :
– La production d’une déformation plastique significative à chaque cycle.
– Une endurance limitée avec rupture après un nombre fini de cycles.
3.1. RUPTURE EN FATIGUE 43

Fig. 3.8 – Règle de Goodman

Fig. 3.9 – Fatigue oligocyclique

La réponse contrainte - déformation forme des boucles qui évoluent (accommodation) et se stabi-
lisent (cycle limite) lorsque le régime stable existe. La variation de déformation totale ∆ε se décompose
en une partie plastique ∆εP et une partie élastique ∆εE . Le début de la charge et de la décharge est
linéaire de pente égale au module d’Young E. Très souvent la taille de la zone linéaire est petite,
manifestation de l’effet Bauschinger, la limite d’élasticité en compression après un cycle de traction
(ou l’inverse) étant sensiblement réduite,.

Courbe de consolidation cyclique et résistance à la fatigue

L’existence d’un cycle limite d’accommodation obtenu après quelques cycles permet de définir une
courbe de consolidation (écrouissage ou déconsolidation cyclique), relation entre σ et ∆ε que l’on
peut comparer à la réponse plastique du matériau sous chargement plastique de traction monotone.
La consolidation cyclique est parfois très intense, les contraintes atteintes dépassant souvent largement
la résistance à la traction du métal.

Fig. 3.10 – Consolidation et déconsolidation cyclique


44 CHAPITRE 3. LA RUPTURE DE FATIGUE

La courbe de consolidation cyclique est bien représentée par une loi de type Hollomon :

σ = σ0 (∆εP )χ

Les lois de puissance de Manson-Coffin ∆εP N a =Cte et ∆εE N b =Cte relient la déformation plas-
tique ∆εP et la déformation élastique ∆εE au nombre de cycle à rupture. L’exposant matériel b est en
général voisin de 0,12 et l’exposant matériel a est voisin de 0,5 de sorte que la loi de Coffin est connue
sous la forme : √
∆εP N = Cte (3.3)

Vitesse de propagation des fissures


La vitesse de propagation , accroissement de la longueur de fissure par cycle, est essentielle-
ment régie par la phase de propagation de fissure, dans la mesure où il est possible de la corréler
expérimentalement avec la longueur de fissure c et l’amplitude de déformation plastique ∆εP sous la
forme :
dc
= Ac(∆εP )α (3.4)
dN
= A et α étant des constantes caractéristiques du matériau.
dc
Pour les matériaux ductiles, l’avancée par cycle dN est liée à l’ouverture δ (CTOD) de fond de
fissure et l’exposant α est lié à l’exposant χ de la courbe d’écrouissage cyclique. Le modèle de Tomkins
dc
basé sur la proportionnalité entre dN et δ conduit à la relation α = 1 + 2χ. Le fait qu’il rende assez
bien compte de la propagation des fissures montre que le stade de fissuration impliqué dans la fatigue
oligocyclique à forte contrainte est régi par la mécanique des milieux continus et qu’à ce stade l’aspect
microscopique de la déformation a moins d’importance que dans le stade d’amorçage.

Fatigue à grand nombre de cycles N > 104


Elle correspond à l’application de contraintes qui restent dans le domaine élastique et la durée
de vie est principalement contrôlée cette fois par la phase d’amorçage, contrairement au cas de la fa-
tigue oligocyclique. Les mécanismes mis en jeu sont les mécanismes microscopiques d’endommagement
conduisant à l’initiation de la microfissure. Ils peuvent représenter jusqu’à 90% de la durée de vie.
Comme déjà signalé, les données expérimentales sont bien représentées par la loi de Basquin σN α =Cte
qui s’applique au cas des cyclages alternés à contrainte moyenne σm = 0.
Le comportement en fatigue des pièces non fissurées est résumé sur les deux figures :

Fig. 3.11 – Comportement en fatigue des pièces non fissurées

– Tant que la déformation cyclique reste élastique, fatigue à grand nombre de cylces, la phase
d’amorçage de la fissuration s’effectue à l’échelle microscopique et représente une part importante
de la durée de vie.
– Dans le domaine de la fatigue oligocyclique à petit nombre de cycles en déformation plastique
où σM ax ou |σM in | dépassent la limite élastique σe , le nombre de cycles à rupture diminue
rapidement avec l’augmentation de l’amplitude du cycle, la phase d’amorçage est réduite et la
3.1. RUPTURE EN FATIGUE 45

durée de vie est contrôlée par la propagation des fissures à l’échelle macroscopique. La loi de
Basquin ne s’applique plus mais si l’on porte en échelle logarithmique l’amplitude de déformation
plastique ∆εP en fonction du nombre de cycles à rupture Nr , on obtient à nouveau une droite
caractéristique de la loi de Manson-Coffin.

3.1.4 Fatigue des pièces fissurées


Les structures de grandes dimensions, en particulier les structures soudées comme les ponts, les
bateaux, les derricks, les enceintes sous pression des réacteurs nucléaires contiennent toujours des
fissures. La seule certitude concerne la taille initiale de ces fissures. Elle est plus petite qu’une longueur
caractéristique fonction de la sensibilité de la technique de contrôle utilisée. Pour estimer la durée de
vie certaine de la structure, il faut savoir pendant combien de temps (combien de cycles) la structure
peut être utilisée avant que l’une de ces fissures n’atteigne la taille à laquelle elle se propage de façon
catastrophique.

Comportement en fatigue des pièces fissurées


Les données sur la propagation des fissures en fatigue sont obtenues par chargement d’éprouvettes
entaillées soumise à la contrainte maximale périodique σ constante de sorte que l’initiation de la
fissuration s’effectue en fond d’entaille. On suit l’évolution de la longueur c de la fissure en fonction
du nombre de cycles N . Comme à charge imposée σ la longueur c de la fissure augmente, le paramètre
significatif est le facteur d’intensité de contrainte K de sorte que la sollicitation est caractérisée par
ses valeurs extrêmes KM in et KM ax . On sépare la valeur statique moyenne Km de l’amplitude de la
composante alternative Ka de sorte que :
1 1
∆K = KM ax − KM in Km = (KM ax + KM in ) Ka = (KM ax − KM in )
2 2
La variation ∆K du facteur d’intensité de contrainte au cours d’un cycle augmente avec le nombre
de cycles (à charge imposée constante) car la fissure s’agrandit. Les paramètres qui agissent sur la
fissuration se classent en deux catégories : • Les paramètres intrinsèques au matériau : module d’Young,
limite d’élasticité, propriétés cycliques et état métallurgique.
• Les paramètres extrinsèques qui dépendent de l’essai : température, fréquence, environnement ,
dimensions de l’éprouvette, rapport R = σσM M in
ax
, ldots

Fig. 3.12 – Facteurs d’intensité de contrainte en fatigue des pièces fissurées


Les résultats expérimentaux permettent de suivre l’évolution de la vitesse de propagation de fissure
dc
dN en fonction de ∆K.
Cette évolution présente schématiquement trois stades plus ou moins marqués :
Un premier stade (domaine A) de croissance rapide des fissures qui atteignent des longueurs de
l’ordre de quelques microns en surface après quelques millions de cycles. Notons que si ∆K est
inférieur à un seuil ∆Kth qui correspond à la limite d’endurance du matériau, la fissuration peut
s’initier, mais les microfissures crées ne se propagent pas.
Un second stade (domaine B) de progression plus lente de la fissure en surface, ce qui ne veut
pas dire que l’aire fissurée à chaque nouveau cycle diminue. La durée de ce stade dépend de
l’amplitude ∆σ de la contrainte.
Un troisième stade (domaine C) de propagation rapide qui précède de peu la rupture, lorsque
l’amplitude ∆K atteint la valeur KC correspondant à la rupture statique brutale.
46 CHAPITRE 3. LA RUPTURE DE FATIGUE

Fig. 3.13 – Comportement en fatigue des pièces fissurées

Loi de propagation

Pour des raisons pratiques, afin de prévoir la rupture des pièces mécaniques sollicitées en fatigue,
ont été établis divers modèles phénoménologiques tentant de décrire par une approche empirique, la
plus simple possible, les variations constatées expérimentalement. Généralement, il s’agit de dégager
et de transcrire en équation l’effet des divers paramètres sur la vitesse de propagation. En 1963, Paris
et Erdogan proposaient une loi qui allait être la plus utilisée en pratique. Elle utilise la notion de
facteur d’intensité de contrainte K développée par Irwin bien que le calcul de K ne soit valable, en
toute rigueur, que pour les matériaux fragiles et en principe inapplicable à un matériau plastique.
Mais, comme déjà dit, tant que la plasticité reste faible, le calcul de K reste acceptable et la loi est
de la forme :
dc
= C(∆K)m (3.5)
dN

C et m étant des constantes matérielles fonctions des divers paramètres. Pour la plupart des métaux,
l’exposant m varie dans la gamme 2-10. Si cette relation permet de présenter simplement les résultats,
elle ne précise pas l’influence des paramètres intrinsèques ou extrinsèques sur la propagation, par
contre elle permet une estimation simple de la durée de vie en fatigue en supposant cette loi valide
sur l’ensemble des trois domaines. Le nombre de cycles à rupture Nr se calcule alors simplement par
la relation :
Z Nr Z cr
dc
Nr = dN = m
(3.6)
0 c0 C(∆K)

c0 étant la longueur initiale de la fissure et cr la longueur critique de fissure provoquant la rupture


brutale sous la charge maximale σ imposée.

3.2 Les mécanismes de la rupture en fatigue


Au vu des résultats précedents, il faut distinguer les mécanismes d’amorçage d’origine microsco-
pique conduisant à la création de la microfissure et les mécanismes de propagation intervenant à une
échelle plus macroscopique dans la mesure où la plus petite fissure décelable (∼ 0, 1mm) est de l’ordre
de grandeur de la taille des grains. Par ailleurs ces mécanismes vont dépendre du niveau de déformation
imposé et pourront être différents selon que l’on est en régime de fatigue oligocyclique ou de fatigue
d’endurance.
3.2. LES MÉCANISMES DE LA RUPTURE EN FATIGUE 47

3.2.1 Les mécanismes d’initiation


L’évolution du phénomène d’endommagement par fatigue est généralement observée par micro-
scopie, sur une éprouvette lisse, sans accident de forme notable. D’une manière générale, l’amorçage
des fissures se produit à la surface de l’éprouvette. Plus rarement, l’amorçage peut se développer à
cœur, par exemple dans les soudures (œil de poisson), dans les aciers moulés (micro-retassures), ou
sous la peau lorsque des inclusions importantes modifient la répartition des contraintes. L’amorçage
des fissures de fatigue à la surface des pièces se justifie par trois raisons principales :
• Les dislocations sont plus mobiles à la surface qu’à cœur.
• La surface est un site préférentiel pour la génération des dislocations.
• Enfin, la surface est soumise à l’agressivité de l’environnement.

Domaine des très faibles déformations


Les sollicitations inférieures à la limite d’endurance se caractérisent par le fait que les mouvements
des dislocations et les glissements sont parfaitement réversibles il n’y a ni blocage, ni réarrangement
des dislocations et la structure n’est pas modifiée de façon irréversible.

Domaine de l’endurance
L’application de contraintes cycliques voisines de la limite d’endurance produit, après un certain
nombre de cycles, dans quelques grains, des bandes de glissement qui sont facilement observables sur
des surfaces polies. Ces bandes ont été observées dans beaucoup de métaux et d’alliages comportant une
phase principale, tels que Al, F e, Cu, Zn, N i, le laiton , les aciers au carbone, les aciers austénitiques
et certains alliages d’Al.
Dans certains métaux, les bandes de glissement conduisent à l’apparition de microfissures par le
mécanisme des intrusions-extrusions. En effet, l’atmosphère réagit avec les surfaces fraı̂ches des plans
de glissements qui dépassent la surface (extrusion), et empêche la réversibilité de leur mouvement de
va-et-vient, d’où un endommagement du métal. La formation des microfissures à la surface est alors
une simple conséquence géométrique des mouvements de va-et-vient dans les bandes de glissement
larges.

Fig. 3.14 – Formation de microfissures par intrusion-extrusion

Les bandes de glissement ne sont pas les seuls sites d’amorçage des fissures. Dans certains alliages
à précipitation structurale, des bandes de glissement étroites et intenses apparaissent en même temps
que l’on observe une destruction ou un regroupement des précipités. Par ailleurs, même lorsqu’il y
a formation de bandes de glissement, il arrive que des fissures s’amorcent concurremment dans des
joints de grains après que ceux-ci aient été déchaussés.
Les inclusions sont également des sites d’amorçage des fissures du fait des concentrations de
contraintes qu’elles entraı̂nent ou des clivages qui s’y développent. Dans les alliages légers, ce sont
48 CHAPITRE 3. LA RUPTURE DE FATIGUE

Fig. 3.15 – Formation de microfissures au niveau des inclusions

souvent les particules chargées de F e ou de Si qui se clivent. L’amorçage des fissures dépend de la
quantité, de la taille, de la nature et de la répartition des inclusions, de la cohérence de l’interface
matrice-inclusion ainsi que de leur forme par rapport à la direction des efforts.

Domaine des fortes déformations


L’amorçage des fissures oligocycliques dans le domaine des fortes déformations fait intervenir à
l’échelle microscopique des mécanismes comparables à ceux décrits ci-dessus. Dans ce cas toutefois, la
formation des microfissures se produit beaucoup plus rapidement et les sites d’amorçage sont nettement
plus nombreux. Les joints de grains peuvent constituer des sites d’amorçage d’autant plus privilégiés
que la déformation est importante, même en l’absence de fragilisation microstructurale de ceux-ci, ou
encore par la fragilisation des joints liée à l’environnement, l’oxydation en fatigue à chaud. A fortes
amplitudes de déformation, le mécanisme d’amorçage aux joints peut être purement géométrique. Sous
l’effet des fortes déformations imposées la surface libre de l’éprouvette prend un aspect tourmenté
avec des changements de forme notables au niveau des joints qui coupent la surface libre. On obtient
ainsi un effet d’entaille naturelle. Cet effet est d’autant plus accentué que la taille du grain est plus
importante. Lorsque l’amorçage est transgranulaire les bandes de glissement intense sont les sites
naturels d’amorçage des fissures. L’amorçage se produit alors suivant des bandes cristallographiques
qui font un angle proche de 45° avec l’axe de l’éprouvette. A la surface de l’éprouvette ces bandes
débouchent par la formation d’intrusion et d’extrusion de matière. Ces caractères sont typiques de
ceux du stade I.

3.2.2 Les stades de propagation


En pratique, toutes les pièces soumises à la fatigue contiennent des défauts, irrégularités de surface
ou inclusions, qui provoquent des concentrations locales de contrainte conduisant à la formation de
microfissures. Le microrelief laissé par l’usinage des pièces donne initialement des perturbations de
la surface plus accentuées que celles provoquées par les bandes de glissement. Surtout, la présence
d’inclusions sous-cutanées conduit à une concentration de contrainte locale très élevée qui peut ame-
ner la rupture rapide de la couche de métal entre l’inclusion et la surface formant une microfissure
particulièrement dangereuse.

Propagation des fissures.


On constate que, dans un premier stade (stade I ), les microfissures formées soit dans le pro-
longement d’une intrusion, soit dans un creux le long d’une ligne de glissement, selon le matériau,
progressent en restant dans le plan de glissement initial où elles sont apparues. A une certaine profon-
deur qui dépend principalement de la dimension des grains, on observe un changement de direction et,
lors du franchissement des joints, les fissures quittent le plan de la scission maximale pour le plan de la
contrainte normale de tension maximale (stade II ). Ceci est la conséquence du changement de régime
des contraintes car le rapport des contraintes de cisaillement aux contraintes de traction diminue
progressivement de la périphérie vers le centre par suite de la présence de contraintes résiduelles su-
perficielles car un faible niveau de contrainte favorise le développement du stade I tandis que l’élévation
de la contrainte moyenne favorise le stade II. La pointe de contrainte de traction qui se développe à
l’extrémité de la fissure provoque sa déviation hors du plan de glissement. Il en résulte que la propa-
gation au stade II peut faire intervenir du clivage à côté du glissement. Le stade I de croissance de la
3.2. LES MÉCANISMES DE LA RUPTURE EN FATIGUE 49

fissure s’étend au plus à travers quelques grains sous la surface et la vitesse de croissance correspon-
dante est relativement faible, quelques Å par cycle, alors qu’elle peut atteindre 1 mm par cycle dans
le stade II.
Dans le stade I, la fissure progresse le long d’un plan cristallographique. Par contre, dans le stade II,
la fissure se propage en première approximation selon une section droite (pour une sollicitation axiale)
et c’est sur la partie correspondante de la surface de rupture que l’on observe les stries caractéristiques
de la fatigue. Seul, un très petit nombre de fissures atteint ce stade II de propagation car dès qu’une
fissure dépasse suffisamment ses voisines elle empêche leur progression par suite de l’effet de décharge
(diminution de la concentration de contrainte) qu’elle provoque derrière elle.

Fig. 3.16 – Passage progressif du régime de glissement au régime de clivage

La fissuration en stade II est généralement transcristalline les joints de grains ayant peu d’influence
sur sa progression. Si la fissure conserve une direction générale constante, elle présente localement de
nombreux changements brusques de direction ainsi que des ramifications (qui ne progressent pas
par suite de la relaxation entraı̂née par la proximité de la fissure principale). Toute la déformation
accompagnant chaque cycle se localise à l’extrémité de la fissure existante par suite de l’effet de
concentration locale de contrainte qu’elle provoque. Il en résulte que la fissure progresse à travers
cette zone déformée qui la précède. L’existence d’une déformation plastique précédant la fissure de
fatigue a pu être mise en évidence dans le cas des aciers doux, par des mesures de microdureté qui
indiquent un fort durcissement dont l’intensité diminue en s’éloignant de la surface de la fissure. La
déformation plastique précède la fissure et n’est pas une conséquence de la déchirure.

Propagation en stade I
L’amorçage de la microfissure étant provoqué par un des mécanismes précédemment cités, il est
suivi, en général, d’une propagation transgranulaire dans une direction cristallographique définie,
même lorsque l’amorçage est intergranulaire. Cette propagation est caractériséé par son faciès fracto-
graphique d’aspect fragile dépourvu de stries et par l’orientation de la fissure typique d’un processus
de cisaillement. Si l’apparition des bandes de glissement est généralement précoce, la formation des
microfissures dans les bandes de glissement est particulièrement lente.
Le stade I a été observé dans les alliages d’Al, de Cu, de F e, de N i et de T i. Il est sensible à la
taille du grain, en particulier dans les alliages où les glissements déviés sont difficiles. Une réduction de
la taille du grain entraı̂ne une augmentation de la durée du stade I dans les alliages de Cu (laiton), les
aciers inoxydables austénitiques, le Zi, le T i, les réfractaires, mais aussi dans les aciers à bas taux de
carbone. Le stade I est limité à la région proche de la surface de la pièce. Bien que la surface fissurée
en stade I soit très restreinte par rapport à la surface totale de rupture ce stade représente une durée
de vie importante, parce que l’accroissement de la fissure à chaque cycle est de l’ordre de quelques
dizaines d’angstrœms seulement. Rappelons que le stade de formation des microfissures et le stade I
50 CHAPITRE 3. LA RUPTURE DE FATIGUE

occupent 40 à 99% de la durée de vie des éprouvettes couramment utilisées pour déterminer la courbe
de Wöhler.

Propagation en stade II
Le stade I n’existe pas toujours. La fissure peut s’amorcer directement en stade II en présence de
grosses inclusions clivées ou dans le cas d’usinages grossiers conduisant à des stries aiguës. Lorsque
le stade I existe, la transition entre stade I et stade II est attribuée à la diminution de la contrainte
de cisaillement avec la croissance de la fissure et à l’augmentation concomitante de la contrainte
normale. En stade II la fissure se propage en première approximation de façon perpendiculaire à
l’effort principal, en mode d’ouverture prédominant

3.2.3 Le faciès de rupture de fatigue


Aspect macroscopique
L’examen à l’œil ou à la loupe binoculaire d’une cassure de fatigue montre l’existence de deux
zones d’importance variable selon l’amplitude des contraintes, la zone de rupture par fatigue, lisse,
soyeuse et la zone de rupture finale, brutale, à relief marqué. Sur la première, on peut voir des lignes
d’arrêt dont la courbure permet de remonter au point d’amorçage, ou foyer de la cassure. Ces lignes
d’arrêt démontrent le caractère progressif de la fissuration. Elles correspondent, le plus souvent, aux
arrêts de fonctionnement de la machine dont fait partie la pièce considérée. C’est pourquoi ces lignes
n’apparaissent pas sur la cassure d’une éprouvette testée sans interruption jusqu’à rupture comme
c’est généralement le cas des essais de laboratoire.

Fig. 3.17 – Les zones caractéristiques d’un faciès de rupture macroscopique (à gauche) microscopique
(au milieu) et mécanisme de striation (à droite)

Aspect microscopique
A très fort grossissement (microfractographie électronique), on observe dans la zone de propagation
un faciès caractéristique formé de stries parallèles, mais cette fois aussi bien sur les pièces rompues en
service que sur les éprouvettes d’essai. Ces stries peuvent être très sinueuses comme dans le cas du
fer et des aciers doux (connus pour présenter des glissements sinueux), où elles sont festonnées par la
présence d’alignements d’inclusions ou de carbures. Elles peuvent également être très rectilignes, par
exemple dans les métaux CFC.
A chaque cycle correspond une strie. De façon générale, plus l’amplitude de la contrainte maximale
est grande plus les stries sont écartées. On distingue deux types de striations : les stries ductiles et
les stries fragiles. Les premières sont observées dans les matériaux doux où une forte déformation
plastique en tête de fissure s’accompagne de glissements cristallographiques. Les secondes, plus difficiles
à observer, ont été vues dans des matériaux plus durs ou en présence d’une atmosphère corrosive lorsque
3.2. LES MÉCANISMES DE LA RUPTURE EN FATIGUE 51

la déformation en tête de fissure se fait par clivage. De façon plus générale la formation d’une strie par
cycle résulte de la succession de périodes fragiles puis ductiles au cours de la progression de la fissure.

Vitesse de striation et propagation microscopique


Les principaux modèles théoriques exprimant la loi de croissance des fissures sont fondés sur
l’ouverture à fond de fissure selon les schémas de la figure 3.17. A chaque cycle la fissure s’ouvre d’une
quantité δ égale au CTOD (crack tip opening displacement). A la refermeture le demi cercle de fond
de fissure de longueur πδ πδ
2 s’écrase, faisant progresser la fissure de la quantité 4 ≈ δ de sorte que la
dc ∆K 2
vitesse de propagation microscopique est donnée par dN = δ. Or δ qui est de l’ordre de ER P ou de
∆K 2
R = ( RP ) selon que l’on néglige ou non la taille de la zone plastique en tête de fissure varie dans
tous les cas comme ∆K 2 et l’expression de la vitesse de propagation microscopique est du type :
dc
= Cte∆K 2 (3.7)
dN
bien confirmé par l’expérience.

Vitesse de propagation macroscopique


En revanche il n’en est pas de même pour la vitesse de propagation macroscopique qui répond
à la loi de Paris en K m dans laquelle m prend des valeurs comprises entre 2 et 10 pour les aciers
et 3 à 5 pour les alliages légers. Pour un ∆K donné, la vitesse macroscopique diffère de la vitesse
microscopique d’une quantité qui varie selon le domaine considéré.
Ainsi, pour les faibles ∆K la vitesse microscopique est plus grande que la vitesse macroscopique,
cet écart étant attribué à la désorientation locale des stries par rapport à la direction générale de
propagation, à la subdivision des plages striées et surtout à l’arrêt momentané du front de fissure
durant la refermeture lorsque la contrainte moyenne redescend en dessous du seuil plastique.
En pratique la vitesse de propagation macroscopique de la fissure est une fonction de la longueur
de la fissure, de l’amplitude de la contrainte appliquée, de la contrainte maximale, de la fréquence,
de la température, de l’environnement, de la géométrie et de l’histoire de la fissuration. Les modèles
développés pour tenter de quantifier l’influence de ces divers paramètres font tous appel à un com-
portement macroscopique caractérisé par les boucles d’hystérésis pour expliquer un comportement
microscopique local. Si dans les meilleurs cas les valeurs expérimentales et calculées des constantes C
et m de la loi de Paris sont en assez bon accord, la variation de la vitesse en fonction de la longueur
de fissure c n’a pas encore reçu de preuve expérimentale suffisante.
52 CHAPITRE 3. LA RUPTURE DE FATIGUE
Annexe A

Propriétés mécaniques des matériaux

1. Ténacité
2. Energie de rupture
3. Les métaux
4. Les céramiques
5. Les polymères
6. Les composites

53
54 ANNEXE A. PROPRIÉTÉS MÉCANIQUES DES MATÉRIAUX

A.1 Ténacité KC en M P a.m1/2 à l’ambiante


A.2. ENERGIE DE RUPTURE GC EN KJ.M −2 À L’AMBIANTE 55

A.2 Energie de rupture GC en kJ.m−2 à l’ambiante


56 ANNEXE A. PROPRIÉTÉS MÉCANIQUES DES MATÉRIAUX

A.3 Les métaux


Les métaux et alliages sont de loin les matériaux les plus importants pour la conception de struc-
tures sous fortes contraintes. Les métaux sont intrinsèquement ductiles. Lorsque des atomes s’as-
semblent pour former un solide métallique, chacun d’entre eux perd un électron (ou plus) au bénéfice
du gaz d’électrons libres qui circulent librement autour des noyaux ioniques L’énergie de liaison pro-
vient de l’interaction électrostatique générale entre les ions positifs et le gaz d’électrons négatif, et les
liaisons ne sont pas localisées. Si une dislocation traverse cette structure, elle déplace les atomes situés
au-dessus de son plan de glissement par rapport à ceux qui sont en dessous, mais elle n’a qu’un faible
effet sur les liaisons électrons-ions. Pour cette raison, il n’existe qu’une légère force de traı̂nage sur la
dislocation mobile.

Fig. A.1 – La liaison métallique

A la température ambiante ou au-dessus, alors que presque tous les métaux purs courants sont
résistants à la rupture, l’ajout d’éléments d’alliages (métaux ou autres éléments, par exemple le car-
bone dans les aciers) peut réduire cette résistance. L’ajout d’éléments d’alliage diminue la facilité
de mouvement des dislocations augmentant la limite élastique mais réduisant du même coup la zone
plastifiée. Une baisse plus importante encore de la résistance à rupture peut survenir si les éléments
d’alliage sont en quantité suffisante pour conduire à une précipitation de composés chimiques formés
par le métal et ses impuretés. Ces composés sont en général très fragiles et s’ils sont présents sous
forme de plaquettes (par exemple la phase a dans l’acier inoxydable, le graphite dans la fonte) des
fissures peuvent se propager le long des plaquettes entraı̂nant une rupture fragile. Enfin le traitement
thermique d’alliages comme les aciers peut faire apparaı̂tre différentes structures cristallines de du-
reté élevée (mais aussi par conséquent de grande fragilité, puisque les fissures ne peuvent s’émousser).
Ainsi les aciers à forte teneur en carbone trempés à l’eau après avoir été portés au rouge deviennent
fragile comme le verre. Un traitement thermique approprié est essentiel pour obtenir les propriétés
mécaniques souhaitées, c’est tout l’art du métallurgiste.
A.4. LES CÉRAMIQUES 57

A.4 Les céramiques


Une assiette ou un verre tombant sur le sol vole en éclats et cependant les céramiques sont couram-
ment employées comme matériau de structure destiné à supporter des efforts. Parmi les réalisations
humaines, les structures en céramiques sont les plus monumentales et les plus anciennes qui nous
soient parvenues (i.e. la grande pyramide de Gizeh, le Parthénon ou la Grande Muraille de Chine).
Les premiers outils et les premières armes de l’homme étaient en silex et des poteries datant de 5000
ans avant J.-C. ont survécu jusqu’à nos jours. Les céramiques n’ont certes pas une ténacité aussi
élevée que les métaux, mais elles sont inégalées pour la résistance à la corrosion, à l’usure, à l’en-
dommagement et à la décomposition. De nos jours, le ciment et le béton remplacent la pierre dans
la plupart des structures de grande taille. Or le ciment est lui aussi une céramique, certes complexe.
La connaissance de sa structure est à l’heure actuelle beaucoup plus avancée qu’autrefois, et elle a
permis le développement de ciments à hautes performances qui peuvent concurrencer les polymères et
les métaux dans certaines applications.
On développe aujourd’hui une gamme de nouvelles céramiques techniques à hautes performances.
Elles ont des potentialités suffisantes pour remplacer avantageusement les métaux dans de nombreuses
applications très exigeantes. Les outils de coupe en sialon ou en alumine à haute densité peuvent usiner
plus vite et plus longtemps que les meilleurs outils de coupe métalliques. Les céramiques techniques
possèdent une grande dureté et une haute résistance à l’usure. Elles sont utilisées pour leur pouvoir
abrasif ou tranchant (i.e. revêtement des tranchants d’instruments agricoles tels que les herses multi-
pliant ainsi par 10 leur durée de vie). Elles sont chimiquement inertes et biocompatibles ce qui permet
d’en faire des prothèses articulaires (où l’usure est un problème capital) et des implants. De plus, en
raison de leurs points de fusion très élevés, elles peuvent supporter des températures beaucoup plus
élevées que les métaux d’où l’incorporation de quantités croissantes de céramiques dans les moteurs à
pistons, les moteurs à turbine et les turbocompresseurs. Même l’énergie de rupture des céramiques a
été améliorée : les gilets pare-balles modernes sont faits de plaques de carbure de bore ou d’alumine
cousues dans une veste en tissu.
La forte rigidité et la forte dureté des céramiques peuvent parfois être combinées à la ténacité
des polymères ou des métaux en élaborant des composites. Les matières plastiques renforcées par
fibres de verre ou fibres de carbone en constituent des exemples : les fibres de verre ou de carbone
rigidifient le polymère, qui est plutôt flexible ; réciproquement, si une fibre casse, la fissure sort de
la fibre et s’émousse dans le polymère ductile avant de pouvoir se propager à la section entière. Les
cermets en sont un autre exemple : des particules de carbure de tungstène très dures sont liées par du
cobalt métallique, un peu comme les graviers sont enrobés de goudron pour obtenir un revêtement de
chaussée résistant à l’usure (autre exemple de composite à base de céramique). L’os est un composite
naturel incluant une céramique : des particules d’hydroxyapatite (la céramique) sont liées par du
collagène (un polymère). Des composites artificiels céramique-céramique (tels que le ciment renforcé
par fibres de verre, ou bien des fibres de carbure de silicium dans une matrice de carbure de silicium)
sont actuellement en cours de développement en vue d’applications importantes dans le domaine des
températures élevées.
Toutes les céramiques, sans exception, sont des solides durs et fragiles. Lors d’une conception
utilisant des métaux, les ruptures par entrée en plasticité et par fatigue constituent les hypothèses de
base des calculs. Pour les céramiques, la plastification et la fatigue sont des problèmes secondaires, c’est
la rupture fragile, provoquée par la mise en charge directe ou bien par les contraintes thermiques, qui
constitue la principale préoccupation. Pour cette raison, l’accent est mis sur des caractéristiques autres
que celles qu’on utilise pour les métaux. Entre autres, le module de rupture (contrainte maximale dans
un barreau rompu en flexion) et de résistance au choc thermique (capacité du solide de résister à des
changements de température brutaux). Ce sont ces caractéristiques, plutôt que la limite d’élasticité,
qui seront déterminantes pour l’emploi des céramiques.
Les propriétés des céramiques sont plus fluctuantes que celles des métaux : le même matériau, selon
son mode d’élaboration, peut présenter une résistance ou une ténacité variant du simple au double. Les
propriétés peu sensibles à la structure (masse volumique, module et température de fusion) dépendent
peu de la qualité : elles ne varient pas de plus de 10%. Mais les propriétés sensibles à la structure
(ténacité, module de rupture et quelques propriétés thermiques comme la dilatation) varient beaucoup
58 ANNEXE A. PROPRIÉTÉS MÉCANIQUES DES MATÉRIAUX

plus.
Une céramique, comme un métal, possède une structure à l’échelle atomique : sa structure cris-
talline (si elle est cristallisée) ou sa structure amorphe (si elle est vitreuse). Elle possède également
une structure à plus grande échelle : la forme et l’organisation des grains ou des phases, la taille et
la fraction volumique des pores qu’elle contient (la plupart des céramiques sont poreuses). Les struc-
tures des céramiques diffèrent de celles des métaux. Leurs détails les plus complexes (et ils peuvent
être réellement complexes) sont le domaine des céramistes professionnels ; mais il faut une connais-
sance pratique de leurs caractéristiques de base pour comprendre la mise en œuvre et l’utilisation
des céramiques pour des pièces de structure et pour apprécier les qualités des céramiques techniques
récemment développées.

A.4.1 Céramiques ioniques et covalentes


Dans l’analyse de leurs propriétés mécaniques il faut distinguer les céramiques qui sont à caractère
majoritairement ionique de celles à caractère majoritairement covalent dans leurs liaisons atomiques.
Les céramiques ioniques sont typiquement des composés d’un métal et d’un non-métal : le chlorure de
sodium N aCl, la magnésie M gO utilisée comme réfractaire dans les fours, l’alumine Al2 O3 , la zircone
ZrO2 . Le métal et le non-métal ont des charges électriques opposées : par exemple, dans le chlorure
de sodium, les atomes de sodium ont une charge positive chacun et les atomes de chlore une charge
négative chacun. L’attraction électrostatique entre charges de signe opposé constitue la principale
source de liaison. Les ions adoptent donc un empilement dense (pour que le plus grand nombre de
charges positives et négatives soient les plus proches les unes des autres), mais avec la contrainte que
les ions de même type (donc avec des charges identiques ) ne puissent pas se toucher.
Il en va différemment pour les céramiques covalentes. Ce sont des composés de deux non-métaux
(comme la silice SiO2 , ou, à l’occasion, simplement des éléments purs (comme le diamant C, ou le
silicium Si). Un atome d’une céramique de ce type se lie en partageant des électrons avec ses voisins
pour produire un nombre fixé de liaisons directionnelles. La position et le nombre des voisins sont
entièrement définis par le nombre et la direction des liaisons sur chaque atome. Les structures qui
en résultent sont tout à fait différentes de celles produites par les liaisons ioniques et les propriétés
mécaniques sont également différentes. L’énergie est minimisée non pas grâce à un empilement dense,
mais par formation de chaı̂nes, feuillets ou réseaux tridimensionnels. Ceux-ci sont fréquemment non
cristallins. Tous les verres du commerce, par exemple, sont constitués de réseaux tridimensionnels
amorphes basés sur la silice. La céramique covalente typique est le diamant, d’usage très répandu
chaque fois qu’une tenue à l’usure et une très grande résistance mécanique sont nécessaires. Sa structure
correspond à un arrangement à coordinance 4 des atomes à l’intérieur de la maille élémentaire : chaque
atome est au centre d’un tétraèdre, et ses quatre liaisons sont dirigées vers les quatre sommets du
tétraèdre. Ce n’est pas une structure compacte (dans les structures compactes, chaque atome possède
12 voisins, et non 4), de sorte que sa densité est faible. Une céramique structurale très dure comme
le carbure de silicium SiC utilisée pour des pièces fortement sollicitées comme les paliers travaillant
à température ou les pièces de moteurs a une structure très voisine de celle du diamant. Dans le
diamant, on remplace un atome sur deux par du silicium, on obtient la structure du SiC qui, après
le diamant, est l’une des plus dures de toutes les substances connues, comme le suggère la similitude
des structures cristallines.

A.4.2 Modules d’élasticité


Les céramiques, comme les métaux, possèdent un module d’Young bien défini : sa valeur ne dépend
pas sensiblement de la durée d’application de la charge (ou de la fréquence si le chargement est
cyclique). Les modules des céramiques sont en général supérieurs à ceux des métaux, ce qui reflète
la plus grande raideur des liaisons ioniques dans les oxydes simples et des liaisons covalentes dans les
silicates. Et comme les céramiques sont essentiellement composées d’atomes légers (O, C, Si, Al) et que
leurs structures cristallines sont souvent non compactes, leurs densités sont faibles. Ceci leur confère
des modules spécifiques Eρ très attractifs par leurs valeurs élevées. L’alumine Al2 O3 , par exemple, a un
module spécifique de 100 contre 26 pour l’acier. C’est une des raisons de l’utilisation des céramiques
A.4. LES CÉRAMIQUES 59

ou des fibres de verre dans les composites ; leur présence élève considérablement la raideur spécifique
du composite.

A.4.3 Résistance mécanique, dureté et résistance du réseau cristallin

Les céramiques sont les plus durs des solides. Le corindon Al2 O3 , le carbure de silicium SiC et,
bien sûr, le diamant C, sont utilisés comme abrasifs : ils peuvent couper, meuler ou polir à peu près
tout, y compris le verre qui est lui-même un solide très dur. On peut quantifier la dureté relative d’une
classe de matériau par le rapport H −3
E , H étant la dureté (H ≈ 3σe ). Ce rapport vaut en moyenne 10
−2 −2
pour les métaux, 10 pour les alliages métalliques et 8.10 pour les céramiques. Les métaux purs
ont de faibles duretés et limites d’élasticité. Leur accroissement est le principal intérêt des alliages.
Mais les céramiques, même non alliées, ont une dureté qui excède largement celle des meilleurs alliages
métalliques. La raison en est simple. Lorsqu’un matériau se plastifie au cours d’un essai de traction ou
quand on lui applique un pénétrateur de dureté, des dislocations se déplacent dans les cristaux qui le
constituent, Chaque essai mécanique, à sa manière, mesure la difficulté à déplacer les dislocations dans
le matériau. La plupart des céramiques sont donc intrinsèquement dures et fragiles, les liaisons ioniques
ou covalentes opposant une énorme force de friction de réseau au déplacement d’une dislocation.

Fig. A.2 – Les liaisons covalente et ioniques des céramiques

– Dans les céramiques covalentes la liaison est localisée et ses électrons sont concentrés dans la
région située entre les deux atomes qu’elle relie ; ils se comportent comme des barres élastiques
reliant les atomes. Quand une dislocation se déplace dans une telle structure, elle doit casser et
reconstituer ces liaisons au cours de son mouvement.
– Quant aux céramiques ioniques, la plupart d’entre elles sont dures, bien que pour une raison
légèrement différente. La liaison ionique, comme la liaison métallique, est de nature électrostatique :
2
la force d’attraction entre un cation C + et un anion A− est simplement proportionnelle à qr où
q est la charge d’un électron et r la distance des deux ions. Si le cristal est cisaillé selon les plans
à 45° les ions de même signe demeurent séparés : par exemple, les cations C + ne passent pas
à proximité immédiate d’autres cations C + . Ce type de cisaillement est relativement aisé, et la
résistance que lui oppose le réseau est faible. Mais envisageons l’autre cas, celui du cisaillement
horizontal : celui-ci fait effectivement se rapprocher les cations C + et la répulsion électrostatique
entre ions de même signe s’y oppose violemment. La résistance du réseau est alors très élevée.
Pour déformer le polycristal de nombreux systèmes de glissement sont nécessaires et certains
d’entre eux sont des systèmes durs. Ainsi, la dureté d’une céramique ionique polycristalline est
généralement élevée (bien qu’un peu moins que celle d’une céramique covalente), bien qu’un mo-
nocristal du même matériau puisse présenter une limite d’élasticité assez basse si on le sollicite
dans la bonne direction.
A température ambiante, les céramiques présentent d’une manière générale une friction de réseau
importante. La contrainte nécessaire pour y déplacer des dislocations est une fraction importante du
E E
module d’Young : typiquement 30 comparée à 1000 ou moins pour des métaux mous comme le cuivre
ou le plomb. Ceci confère aux céramiques des limites d’élasticité qui sont de l’ordre de 5 GPa, si élevées
que le seul moyen de les mesurer consiste à indenter la céramique avec un pénétrateur en diamant
et à mesurer la dureté. Cette dureté exceptionnelle est exploitée dans les meules qui sont faites de
petites particules de céramique technique à hautes performances liées par un adhésif ou un ciment.
Dans la conception d’une pièce en céramique, il n’est jamais nécessaire d’envisager la défaillance par
plastification de la pièce : la rupture brutale intervient toujours la première.
60 ANNEXE A. PROPRIÉTÉS MÉCANIQUES DES MATÉRIAUX

A.4.4 Résistance à la rupture


Le prix à payer, lorsqu’on fait le choix d’un matériau à très forte friction de réseau, est sa fragi-
lité, la ténacité est faible. Même à l’extrémité d’une fissure, où existe une très forte concentration de
contraintes, la friction de réseau rend les glissements très difficiles. C’est la plasticité en tête de fissure
qui confère aux métaux leur ténacité élevée : de l’énergie est absorbée dans la zone plastique, ce qui
rend beaucoup plus difficile la propagation de fissure. Bien qu’un peu de déformation plastique puisse
apparaı̂tre également en tête de fissure dans les céramiques, elle reste toujours très limitée ; l’énergie ab-
sorbée est faible et la ténacité est basse. Les valeurs de KC des céramiques sont en gros le cinquantième
de celles des bons métaux ductiles. De plus, elles contiennent pratiquement toujours des fissures et des
cavités. Les fissures apparaissent de plusieurs manières. Le plus souvent, les méthodes d’élaboration
laissent subsister petites cavités. Les produits frittés, par exemple, contiennent généralement de pe-
tits pores anguleux à l’échelle de la taille des poudres (ou des grains). Les contraintes thermiques
liées refroidissement ou au cyclage thermique peuvent produire de petites fissures. Même s’il n’y pas
de fissures liées à l’élaboration ou au choc thermique, la corrosion (souvent par l’eau) ou l’abrasion
(par les poussières) sont suffisantes pour faire apparaı̂tre des fissures en surface dans n’importe quelle
céramique. Et si elles ne se sont pas formées autrement, les fissures apparaissent pendant la mise en
charge d’un solide fragile, provoquées par les effets de l’anisotropie de l’élasticité des grains ou par un
glissement plus facile sur un système isolé. L’usage que l’on peut faire en construction d’une céramique
est donc conditionné par sa faible ténacité et par la longueur des microfissures qu’elle contient.
Quelques céramiques techniques ont des résistances à la traction de l’ordre de la moitié de celle
d’un acier, soit environ 200 MPa. Avec une ténacité typique de 2 MPa.m1/2 , la plus longue microfissure
y mesure donc 60 µm, ce qui est du même ordre que la taille des particules de poudre d’origine (des
microfissures de la taille des grains peuvent pré-exister dans les céramiques après densification). La
poterie, la brique et la pierre ont en général des résistances à la traction beaucoup plus faibles, de
l’ordre de 20 MPa. Ces matériaux sont pleins de fissures et de cavités dues à leur élaboration (leur
porosité est couramment de 5 à 20%). Là encore, c’est la longueur de la plus grande fissure - cette fois
plusieurs millimètres - qui détermine la résistance. La résistance à la traction des ciments et bétons
est encore plus faible, jusqu’à 2 MPa dans les grandes sections ce qui implique la présence d’au moins
une fissure d’un centimètre de long au minimum.
Il y a donc deux manières d’améliorer la résistance mécanique des céramiques : diminuer la taille
cM ax du plus grand défaut en contrôlant soigneusement la fabrication ou augmenter KC par alliage
ou par constitution d’un composite à partir de cette céramique.

A.4.5 La résistance mécanique des céramiques au cours du temps


Nous avons tous fait l’expérience frappante de la désintégration soudaine, apparemment sans raison,
d’un verre à boisson (presque toujours un verre trempé). Cet événement est en fait provoqué par la
croissance lente des fissures. Pour être plus précis, si un barreau de verre se rompt à la température
ambiante sous une contrainte σ au bout d’un temps bref t, un barreau identique soumis à la contrainte
0,75σ se rompra au bout d’un temps de l’ordre de l0t. La plupart des oxydes présentent ce type de
comportement, qui doit donc être pris en compte au niveau de la conception de pièces mécaniques.
Les carbures et nitrures (par exemple SiC ou Si3 N4 ) ne souffrent pas de ces effets de rupture différée
à la température ambiante, bien qu’ils puissent les présenter à haute température. L’origine en réside
dans la croissance lente de microfissures superficielles causée par une interaction chimique entre la
céramique et l’eau de son environnement. L’eau ou la vapeur d’eau qui atteint le fond de la fissure
réagit chimiquement avec les molécules qu’elle rencontre pour former un hydroxyde, en rompant les
liaisons Si − O − Si ou M − O − M . Lorsque la fissure atteint la longueur critique de rupture sous la
contrainte appliquée, la pièce casse brutalement, souvent après un temps de fonctionnement assez long.
Comme ceci rappelle la rupture différée par fatigue, mais sous une contrainte statique, on l’appelle
parfois fatigue statique. Le verre trempé est particulièrement sujet à ce genre de phénomène car il
contient des contraintes résiduelles qui peuvent provoquer la croissance lente de fissures de même que
la rupture brutale lorsqu’une fissure a une longueur suffisante.
La croissance lente est caractérisée par la loi donnant le temps de vie t (temps de latence de la
A.4. LES CÉRAMIQUES 61

Fig. A.3 – Croissance lente de fissures

rupture différée) sous une contrainte σ :

RtM n
t = tE ( ) (A.1)
σ
t=tE dans laquelle n est l’exposant de croissance lente caractéristique du matériau et tE désigne
la durée de l’essai qui a conduit à la rupture sous la contrainte RtM . Pour les oxydes, la valeur de
l’exposant n se situe entre 10 et 20 à la température ambiante. Pour n=10, un facteur 10 sur le temps
cause une réduction de 20% de la résistance à la traction. Pour les carbures et les nitrures, n peut
atteindre des valeurs de l’ordre de 100 : un facteur 10 sur le temps ne réduit alors la résistance que de
2%.
62 ANNEXE A. PROPRIÉTÉS MÉCANIQUES DES MATÉRIAUX

A.5 Les polymères


La distinction entre la rigidité et la résistance mécanique d’un polymère est importante. Une
grande rigidité correspond à une faible déformation élastique et une grande résistance correspond à
une capacité élevée à éviter la ruine par déformation plastique ou par rupture. Selon l’application la
conception de la structure est limitée par l’une ou l’autre de ces propriétés. Le premier critère est
souvent la rigidité. Mais la résistance est également importante, parfois prépondérante. Une chaise
en matière plastique n’a pas besoin d’être très rigide, il se peut qu’elle soit plus confortable si elle
est légèrement flexible, mais il ne faut pas qu’elle subisse un effondrement plastique ni une rupture
lorsqu’on s’assoit. Dans de nombreuses situations (les bagages, le carter d’un appareil, l’aménagement
intérieur d’une automobile), le premier critère de choix du polymère est la résistance et non la rigidité.
La résistance d’un solide est la contrainte à laquelle il se passe quelque chose qui modifie sa forme
de façon irréversible : par exemple la déformation plastique ou la propagation brutale d’une fissure. On
connaı̂t au moins cinq mécanismes qui limitent la résistance d’un polymère. Par ordre de température
croissante (à peu près), ce sont : la rupture fragile, comme celle du verre ordinaire, l’étirage à froid, qui
étire les molécules à l’état solide et modifie profondément la forme de l’objet, le cisaillement localisé,
qui crée des bandes de glissement à peu près comme dans un cristal métallique, les craquelures, sortes
de microfissures associées à un étirage local et l’écoulement visqueux, lorsque les liaisons secondaires
du polymère ont fondu.

A.5.1 La rupture fragile


Au-dessous de 0,75 Tg environ, les polymères sont cassants. A moins de prendre des précautions
particulières pour ne pas en créer, des fissures (taille c) sont présentes en surface d’une éprouvette en
polymère. Elles apparaissent à l’usinage, par usure en frottement ou par une agression quelconque du

milieu environnant. Une contrainte de traction amènera à la rupture fragile si σ πc = KC . La ténacité
de nombreux polymères est approximativement de 1 MPa.m1/2 et la profondeur des fissures ordinaires
de quelques microns. La résistance à la rupture est donc voisine de 100 MPa, dans ce régime fragile.
En dessous de 0,75 Tg ,la ténacité d’un polymère est faible et tout ce qui concentre les contraintes
(comme les fissures, les entailles et les variations brutales de section) est potentiellement dangereux.

A.5.2 L’étirage à froid

Fig. A.4 – Étirage à froid

A environ 500C au-dessous de Tg , les thermoplastiques deviennent plastiques (d’où leur nom).
La courbe contrainte-déformation typique du polyéthylène ou du nylon présente trois régions. Aux
A.5. LES POLYMÈRES 63

petites déformations, le polymère a un comportement élastique linéaire. Pour une déformation de 0,1
environ, la déformation plastique survient et le polymère s’étire. Les macromolécules se déplient (si elles
étaient repliées au départ) ou s’extirpent de l’enchevêtrement amorphe (si l’état initial était vitreux),
s’allongent et s’alignent. Le phénomène commence à un point faible ou à un site de concentration de
contraintes ; une certaine longueur de l’éprouvette subit une réduction de section, comme la striction
d’une éprouvette métallique, jusqu’à ce que le coefficient d’étirage ll0 soit assez grand pour forcer les
molécules à s’aligner (comme les fibres du coton hydrophile lorsqu’on l’étire). Le coefficient d’étirage
nécessaire à l’alignement est compris entre 2 et 4 (déformations conventionnelles de 100 à 300%). La
striction se propage le long de l’éprouvette jusqu’à ce que tout le polymère soit étiré. Le matériau
étiré est plus rigide dans la direction d’étirage qu’auparavant ; c’est pourquoi la striction se propage
au lieu de mener à la rupture. Lorsque l’étirage est achevé, la courbe contrainte-déformation monte
brusquement jusqu’à rupture. Ce durcissement par étirage est largement mis à profit pour produire des
fibres et des films minces très résistant. Un bon exemple est le nylon fabriqué par filage en phase liquide :
le polymère fondu est comprimé à travers une filière étroite, puis étiré (coefficient d’étirage ≈ 4), ce qui
aligne les molécules parallèlement à l’axe de la fibre ; après refroidissement à la température ambiante,
les molécules sont figées dans leur position étirée. La fibre étirée a un module et une résistance près
de 8 fois supérieurs à ceux du polymère non orienté.

A.5.3 Les craquelures

Fig. A.5 – Craquelure dans les polymères

De nombreux polymères, parmi lesquels le Polyéthylène, le Polypropylène et le nylon, peuvent


être étirés à température ambiante. Ce n’est pas le cas d’autres polymères de Tg plus élevée, comme
le Polystyrène dont l’étirage se fait bien à des températures plus hautes. En traction à température
ambiante, le Polystyrène est sujet à des craquelures. De petits domaines en forme de fissures subissent
l’étirage à l’intérieur du polymère. Mais l’évolution est limitée par le solide environnant qui n’est
pas déformé. Il apparaı̂t donc des ligaments de matériau étiré, qui relient entre elles les surfaces
d’une craquelure. On repère facilement les craquelures sous forme de stries blanches ou de zones
uniformément blanc opaque sur des objets bon marché moulés par injection, qu’on a déformé par
flexion (les capuchons de stylo-bille, les cartes magnétiques, les capsules en plastique). Les craquelures
sont un signe précurseur de rupture. Avant que l’étirage n’affecte l’ensemble de l’éprouvette, une fissure
se forme au milieu d’une craquelure et se propage, souvent avec une zone de craquelure à son extrémité
jusqu’à la rupture finale.

A.5.4 Le cisaillement par bandes


Alors que la ductilité est limitée en traction par le phénomène de craquelure, de grandes déformations
plastiques sont possibles en compression. Elles donnent lieu à des bandes de cisaillement. Chaque bande
64 ANNEXE A. PROPRIÉTÉS MÉCANIQUES DES MATÉRIAUX

Fig. A.6 – Compression des polymères : bandes de cisaillement

subit une déformation de cisaillement non négligeable. Plus il y a de bandes, plus la déformation glo-
bale devient importante.

Bien sûr on peut améliorer par d’autres moyens la résistance des polymères. L’addition aux po-
lymères de petites particules de nature diverse (on charge le polymère) peut modifier considérablement
leurs propriétés. Par exemple les polymères durcis par des gommes (comme l’ABS) tirent leur résistance
des petites particules de gomme qu’ils contiennent. Une fissure qui rencontre ces dernières les déchire.
Les particules agissent comme des petits ressorts rapprochant et refermant les lèvres de la fissure et
augmentant ainsi la charge nécessaire pour la faire se propager.

Fig. A.7 – Résistance des polymères chargés

Une autre technique couramment utilisée consiste à fabriquer des composites qui sont plus résistants
que les polymères ordinaires. Bien que le composite soit l’association d’une matrice polymère fragile
et d’un autre matériau au moins aussi fragile (comme le carbone ou le verre), la faible résistance de
matériaux comme les résines époxy ou les résines polyester peut être considérablement accrue en les
renforçant avec des fibres de verre ou de carbone agissant comme des points d’arrêt pour les fissures.
A.6. LES COMPOSITES 65

A.6 Les composites


Le terme de composite a une connotation moderne. Mais l’usage de fibres très résistantes pour
raidir et consolider une matrice en matériau bon marché est vraisemblablement plus ancien que la
roue. Depuis au moins 5000 ans, on a utilisé la paille et le crin de cheval pour renforcer les briques de
terre (cela améliore leur ténacité). Le papier est un matériau composite, de même que le béton : l’un
comme l’autre étaient connus sous la Rome antique. En outre, la quasi totalité des matériaux naturels
qui doivent porter une charge - le bois, les os, les muscles - sont des composites. Cependant, l’industrie
des composites est récente. Elle s’est développée rapidement durant les 40 dernières années avec la mise
au point des composites fibreux : pour commencer, les polymères renforcés par fibre de verre (PRFV),
et, plus récemment, les polymères renforcés par fibre de carbone (PRFC) ou de kevlar (PRFK). Leur
emploi sur les bateaux, et la substitution croissante qu’ils opèrent aux dépens des métaux dans les
avions et les moyens de transport terrestres, constituent une révolution dans l’usage des matériaux,
qui s’accélère encore.
Il n’est pas nécessaire d’utiliser des fibres pour réaliser un composite. Le contreplaqué est un
composite lamellaire qui possède des propriétés uniformes dans le plan de la plaque (à la différence du
bois dont il est fait). On stratifie ensemble des feuilles de PRFV ou de PRFC pour la même raison. Par
ailleurs, les panneaux en sandwich, qui sont des composites aux surfaces rigides et d’intérieur à faible
densité, atteignent des caractéristiques exceptionnelles en combinant dans une plaque les meilleures
propriétés de deux éléments très différents.
Les composites les moins chers de tous sont à renfort particulaire. Du gravier ajouté à du ciment
donne le béton, et, par unité de volume, ce composite est meilleur marché que le ciment lui-même.
Les polymères peuvent être chargés avec du sable, de la poudre de silice, ou des particules de verre,
qui augmentent la rigidité et la résistance à l’abrasion, et diminuent souvent tes coûts. En outre, un
composite particulaire comme le cobalt renforcé par particules de carbure de tungstène (connu sous le
nom de carbure cémenté ou de métal dur ) est à la base de l’industrie des outils de coupe très résistants.
Mais une grande rigidité n’est pas toujours ce qu’on cherche à obtenir. Les rembourrages, les
emballages antichocs et le conditionnement font appel à des matériaux de module plus bas que tous
les autres solides. Les mousses, composites d’un solide et d’un gaz, conviennent dans cet emploi ; on
peut adapter leurs propriétés aux besoins de l’industrie avec une grande précision.

A.6.1 Les composites fibreux


Les polymères sont flexibles et ductiles (dans la bonne gamme de température). Le verres et les
céramiques sont rigides et résistants, mais dangereusement fragiles. Les composites à fibres tirent
partie de la grande résistance des céramiques tout en évitant les catastrophes : la rupture fragile des
fibres donne lieu à une rupture qui n’est pas brutale, mais progressive. Si les fibres d’un composite
sont maintenues parallèles à la direction de sollicitation, rigidité et résistance sont alors en gros la
moyenne de celles de la matrice et des fibres pondérée par leurs fractions volumiques. Mais toutes les
propriétés des composites ne sont pas une simple combinaison linéaire de celles de leurs composants.
Leur grand attrait réside dans le fait que, souvent, on gagne quelque chose de plus. La ténacité est un
bon exemple. Si une fissure se propageait simplement à travers composite polymère fibre, on pourrait
s’attendre (à priori) à ce que sa ténacité soit la simple moyenne pondérée de celles de fibres et de la
matrice et l’une comme l’autre sont faibles. Mais ce n’est pas ce qui se produit. Les fibres rigides se
déchaussent par rapport la matrice. Cette décohésion exige du travail, ce qui contribue à la ténacité
du composite. La ténacité est plus grande, souvent de beaucoup, que la moyenne pondérée.
Les composites à matrice polymère de l’industrie aérospatiale et des transports sont fabriqués en
disposant des fibres de verre, de carbone ou de Kevlar dans un mélange encore liquide de résine et de
durcisseur. La résine prend, épouse la forme du moule et se lie aux fibres. Beaucoup de composites
font appel aux époxydes ; cependant, la tendance actuelle est à l’emploi de polyesters, moins chers.
La grande rigidité et la grande dureté des céramiques peuvent parfois être combinées à la ténacité
des polymères ou des métaux en élaborant des composites. Les matières plastiques renforcées par
fibres de verre ou fibres de carbone en constituent des exemples : les fibres de verre ou de carbone
rigidifient le polymère, qui est plutôt flexible ; réciproquement, si une fibre casse, la fissure sort de
66 ANNEXE A. PROPRIÉTÉS MÉCANIQUES DES MATÉRIAUX

Tab. A.1 – Propriétés mécaniques des matrices et des fibres


Matériau Densité ρ (Mg.m−3 ) Module E (GPa) Résistance RP (MPa)
Fibres
Carbone, type 1 1,95 390 2200
Carbone, type 2 1,75 250 2700
Fibres de cellulose 1,61 60 1200
Verre 2,56 76 1400-2500
Kevlar 1,45 125 2700
Matrices
Epoxides 1,2-1,4 2,1-5,5 40-85
Polyesters 1,1-1,4 1,3-4,5 45-85

la fibre et s’émousse dans le polymère ductile avant de pouvoir se propager à la section entière. Les
cermets en sont un autre exemple : des particules de carbure de tungstène très dures sont liées par du
cobalt métallique, un peu comme les graviers sont enrobés de goudron pour obtenir un revêtement de
chaussée résistant à l’usure (autre exemple de composite à base de céramique). L’os est un composite
naturel incluant une céramique : des particules d’hydroxyapatite (la céramique) sont liées par du
collagène (un polymère). Des composites artificiels céramique-céramique (tels le ciment renforcé par
fibres de verre, ou bien des fibres de carbure de silicium dans une matrice de carbure de silicium)
sont actuellement en cours de développement en vue d’applications importantes dans le domaine des
températures élevées.
La stratification des fibres est une tâche lente et coûteuse en travail. On peut l’éviter en utilisant
des thermoplastiques mélangés à des fibres coupées, dont le moulage par injection est possible. Les
fragments de fibres, orientés au hasard, n’ont pas un effet aussi grand que des fibres continues soi-
gneusement disposées, qu’on peut orienter pour bénéficier le plus possible de leur contribution à la
résistance. Mais la géométrie de l’écoulement pendant le moulage par injection aide à aligner les fibres,
de sorte qu’un moule intelligemment conçu peut fabriquer un objet rigide et résistant à la rupture.
Cette technique est de plus en plus utilisée pour les articles de sport (les raquettes de tennis par
exemple) et le matériel léger de randonnée (comme les armatures de sac à dos).

A.6.2 Fibres, matrices et composites

Dans les composites à matrice et fibre fragiles, quand une fissure se propageant dans la matrice
fragile atteint la fibre, son champ de contrainte en tête de fissure produit sur une petite région une
décohésion de la fibre et de la matrice et ainsi l’émoussement de la fissure dans cette zone arrête sa
propagation.

Fig. A.8 – Émoussement de fissure par les fibres

Bien sûr ce mécanisme n’opère que si la fissure se propage perpendiculairement aux fibres : le bois
est très résistant perpendiculairement aux fibres mais on peut le rompre facilement (i.e. GC est faible)
le long des fibres. Une des raisons qui rendent les composites à fibres si utiles -en sus de leur grande
rigidité - est leur grande résistance à la rupture résultant de ces mécanismes.
Le tableau ci-dessous dresse une liste des propriétés importantes de trois composites courants, et
les compare à un acier de haute résistance et à un alliage d’aluminium de haute résistance, de qualité
aéronautique.
A.6. LES COMPOSITES 67

Tab. A.2 – Propriétés mécaniques des composites courants


Masse volumique Module Résistance Ténacité
P E RP
Matériau ρ d’Young E R KC ρ ρ
−3
(Mg.m ) (GPa) (MPa) (MPa.m1/2 )
Composites
PRFC 58% fibres 1,5 189 1050 32-45 126 700
dans epoxide
PRFV 50% fibres 2,0 48 1240 42-60 24 620
dans polyester
PRFK 60% fibres 1,4 76 1240 54 886
dans epoxide
Métaux
Acier haute résistance 7,8 207 1000 100 27 128
Alliage d’aluminium 2,8 71 500 28 25 179

A.6.3 La raideur des composites fibreux


Lorsqu’on mélange deux matériaux au comportement élastique linéaire (de modules distincts ce-
pendant), le produit résultant est encore élastique linéaire. En noyant une fraction volumique de fibres
Vf alignée dans une matrice polymère, le module EC// du composite fibreux sollicité parallèlement
à l’axe des fibres et celui EC⊥ du même matériau sollicité perpendiculairement aux fibres sont des
combinaisons respectivement moyenne arithmétique pondérée et moyenne harmonique pondérée du
module Ef des fibres et de celui Em de la matrice. Le module EC⊥ est beaucoup plus faible que EC// :
1 Vf l − Vf
EC// = Vf Ef + (l − Vf )Em = +
EC⊥ Ef Em

Fig. A.9 – Modules d’Young parallèle et perpendiculaire aux fibres

En regroupant les fibres et la matrice en deux blocs adhérents de volumes respectifs Sf Lf et


Sm Lm :
Sf = Vf (Sf + Sm ) Sm = (1 − Vf )(Sf + Sm ) Lf = Vf (Lf + Lm ) Lf = (1 − Vf )(Lf + Lm )
Pour un chargement F// = Ff + Fm fibre et matrice supportent la même déformation.
F Ff Fm F
= ε// = εf = εm = = =
EC// (Sf + Sm ) Ef Sf Em Sm Ef Sf + Em Sm
Pour un allongement ∆L⊥ = ∆Lf + ∆Lm de L⊥ = Lf + Lm fibre et matrice supportent la même
contrainte.
∆L⊥ ∆Lf ∆Lm ∆L⊥
−1 = σ⊥ = σf = σm = −1 = −1 = −1 −1
EC⊥ L⊥ Ef Lf Em Lm Ef Lf + Em Lm
68 ANNEXE A. PROPRIÉTÉS MÉCANIQUES DES MATÉRIAUX

Les modules E// et E⊥ d’un composite à 50% de fibres (par exemple) sont très différents : un
composite uniaxial (où toutes les fibres sont parallèles) est excessivement anisotrope. En tissant des
fibres à angle droit, on rend égaux les modules dans les directions 0 et 90°, mais les modules à 45°
restent très faibles. L’isotropie est grosso modo rétablie en empilant des couches tournées de 45° pour
obtenir un composite stratifié, analogue à du contreplaqué.

A.6.4 Résistance à la traction et longueur critique de fibre


Beaucoup de composites fibreux sont faits de fibres rigides et fragiles dans une matrice polymère
plus ductile.

Résistance à la traction
Leur courbe contrainte-déformation ressemble alors à celle en trait gras de la figure et se comprend
quasiment d’elle-même. La courbe contrainte-déformation est linéaire, de pente E jusqu’au début de la
déformation plastique dans la matrice. Par la suite, l’essentiel de la charge supplémentaire est supporté
par les fibres, qui continuent leur déformation élastique jusqu’à ce qu’elles cassent. Lorsque cela se
produit, la contrainte diminue jusqu’à la limite d’élasticité de la matrice (mais pas de façon aussi
abrupte que sur la figure, puisque toutes les fibres ne cèdent pas en même temps). Lorsque la matrice
casse, le polymère se rompt complètement. Notons le caractère élastique fragile à rupture des fibres et
celui plastique écrouissant de la matrice. • La contrainte au premier pic (rupture des fibres) s’obtient

Fig. A.10 – Résistance à la traction d’un composite à fibres longues

par la loi des mélanges entre la limite d’élasticité de la matrice Rem et la résistance à rupture des fibres
Rrf :
σm = Vf Rrf + (1 − Vf )Rem
• Une fois les fibres rompues, la contrainte au second pic (rupture matrice) s’obtient par la seule
résistance à la rupture Rrm de la matrice :
σm = (1 − Vf )Rrm

Le tracé de ces deux courbes sur un même diagramme fait apparaı̂tre qu’en dessous d’une fraction
volumique critique, les fibres cassent trop rapidement, bien avant que le pic ne soit atteint, de sorte
que la matrice poreuse (les fibres cassées n’ont plus aucune action mécanique et sont assimilables à des
vides dans la matrice) supporte seule la charge. La résistance est alors inférieure à celle de la matrice
sans fibre. Une trop faible fraction volumique de fibre fait plus de mal que de bien.

A.6.5 Longueur critique de fibre


Dans de nombreuses applications (par exemple la fabrication de coques, pare choc. . .), l’utilisa-
tion de fibres continues nécessite un appareillage coûteux. Or une caractéristique remarquable de ces
A.6. LES COMPOSITES 69

Fig. A.11 – Evolution de la résistance du composite en fonction du % de fibre

matériaux est que les composites à fibres coupées (utilisables en moulage) ont une résistance quasiment
égale à celle des composites à fibres continues, à condition que la longueur de fibre dépasse une valeur
critique.

Fig. A.12 – Evolution du cisaillement le long d’une fibre


m
τ m ≈ R2e étant la limite élastique en cisaillement de la matrice, la force axiale transmise par
cisaillement à une fibre de diamètre φ sur un petit segment dx de sa longueur est dF = πφτ m dx. Elle
augmente linéairement depuis l’extrémité de la fibre jusqu’à la valeur F = intx0 πφτ m dx = πφτ m x à la
distance x de l’extrémité.
2
Or la force de rupture de la fibre est FC = πφ4 Rrf . L’ égalité de ces deux forces conduit à la
longueur critique de fibre :
φ Rrf
xC = (A.2)
4 τm
Si la fibre à une longueur inférieure à 2xC elle ne casse pas mais ne transmet pas toute la charge
qu’elle pourrait transmettre. Si elle est plus longue, la partie de fibre excédant la longueur 2xC ne
sert à rien mécaniquement. La résistance maximale (et l’utilisation la plus intensive des fibres) est
obtenue en découpant des fibres de longueur 2xC . La contrainte moyenne supportée par une fibre est
alors Rrf /2, et le pic de résistance est :

1
σm = Vf Rrf + (1 − Vf )Rem
2

Cela représente plus de la moitié de la résistance du matériau à fibres continues lorsque toutes les
fibres sont parallèles à la direction de sollicitation. Naturellement, un composite à fibres courtes ne
remplit pas cette condition. Dans un panneau de carrosserie automobile, par exemple, les fibres sont
orientées au hasard dans le plan de la plaque. Dans ce cas, seule une fraction d’entre elles, 14 environ,
sont alignées de façon à transmettre la plupart de la contrainte de traction, et la contribution des
fibres à la rigidité et à la résistance est diminuée d’autant.
La résistance à la compression des composites est inférieure à sa valeur en traction. C’est dû au fait
que les fibres se déforment ; plus précisément, elles flambent de façon collective. Ainsi, de même que
les céramiques fragiles donnent leurs meilleurs résultats en compression, les composites sont meilleurs
en traction.
70 ANNEXE A. PROPRIÉTÉS MÉCANIQUES DES MATÉRIAUX

A.6.6 Énergie de rupture


L’énergie de rupture GC d’un composite, comme celle de tout matériau, mesure l’énergie absorbée
par une fissure de surface unité. Si une fissure se propageait simplement à travers le composite,
traversant les fibres (d’énergie de rupture Gf ) et la matrice (d’énergie de rupture Gm ), l’expression
donnant l’énergie de rupture G du composite en fonction Gf , Gm et de la proportion volumique de
fibres Vf serait simplement donnée par la loi de mélange :

G = Vf Gf + (1 − Vf )Gm

Ainsi, avec Gf = 0,1 kJ.m−2, Gm = 5 kJ.m−2 et une fraction volumique de fibre V f =0,138 l’énergie
de rupture du composite serait GC= 4,3 kJ.m−2. Mais ce n’est pas le cas si la longueur l des fibres est
inférieure à 2xC . Puisqu’elles ne cassent pas, elles doivent s’arracher de la matrice lorsque la fissure se
propage et le travail de déchaussement est la contribution importante à l’énergie de rupture.

Fig. A.13 – Travail de rupture et déchaussement des fibres


2
Vf étant la fraction volumique de fibres, π φ4 l étant le volume d’une fibre, le nombre N de fibres
2 2
contenues dans un cube d’arête l est tel que N π φ4 l = Vf l3 , soit N π φ4 = Vf l2 . Ceci implique que la
4V 2
fraction volumique de fibre Vf est également fraction surfacique. N = πf φl 2 est donc également le
nombre de fibres qui interceptent une section droite, perpendiculaire à l’axe des fibres, d’aire (l, l). En
4V 2
prenant l=1, pour une unité d’aire, on a donc N = πf φl 2
Le déchaussement d’une fibre se produit lorsque, sous l’action de la force d’extraction F , la
contrainte m
de cisaillement à l’interface fibre matrice atteint la limite de résistance au cisaillement
τ m = R2e de la matrice, provoquant la décohésion fibre matrice. (On suppose un comportement
plastique parfait de la matrice). La résistance initiale au déchaussement d’une fibre est donc égale à
F = 12 πφRem Min{ξ, l − ξ}. Le déchaussement se produira donc du coté de la fissure où la fibre est la
moins longue et continuera jusqu’à extraction totale de cette partie de la fibre qui restera par ailleurs
ancrée coté lèvre opposée. Au cours de l’extraction, la résistance au déchaussement diminue, passant
de la valeur initiale F (Min{ξ, l − ξ}) à la valeur finale 0. Pour un déchaussement ξ − y dans le cas
ξ < l − ξ, la résistance au déchaussement s’écrit F (y) = 21 πφRem y. Le travail de déchaussement de la
fibre s’écrit donc :
ξ ξ ξ 1 ξ2
Z Z Z
W (ξ) = F (y)dy = πφτ m ydy = πφRem ydy = πφRem
0 0 0 2 4
Les fibres étant aléatoirement réparties, la probabilité p(ξ) de trouver dans le plan de fissure une fibre
ancrée sur la longueur ξ est p(ξ) = 2l . Le travail moyen de déchaussement d’une fibre est donc :

l/2 l/2 ξ2 2 1 l2
Z Z
< W >= W (ξ)p(ξ)dξ = πφRem dξ = πφRem
0 0 4 l 3 16
A.6. LES COMPOSITES 71

La fraction volumique de fibres Vf étant égale à la densité surfacique de fibres sur un plan perpendi-
culaire aux fibres, donc ici sur le plan de fissure, l’énergie de rupture du composite est :

4Vf 1 2 2
ml 1 ml
GC = N < W >= πφR e = V f R e
πφ2 3 16 12 φ

La contrainte de traction dans la fibre est maximale au début du déchaussement (y = 2l ) et s’ex-


prime par σM = 4F m
πφ2
= Rem φl , avec Fm = F (y = 2l ) = 4l πφRem . Pour que le déchaussement soit
énergétiquement efficace, il ne faut pas que la fibre casse, donc σM ne doit pas dépasser la limite de
résistance en traction de la fibre Rrf . Cette condition est donc équivalente à la condition l < 2xC où
f
2xC = φ RRm
r
est la longueur critique de fibre. L’énergie de rupture sera optimale pour des fibres de
e
longueur 2xC , soit :
1 2x2 Vf φ (Rrf )2
GC = G(2xC = Vf Rem C =
12 φ 12 Rem
Avec Vf = 0,138, φ = 8µ, Rrf = 2700 MPa et Rem = 45 MPa, l’énergie de rupture optimale du
composite est d’environ 6 kJ.m−2 . Cette énergie est proportionnelle à la fraction volumique et croı̂t
rapidement avec elle.
On obtient ainsi une grande énergie de rupture avec des fibres dangereusement fragiles mais
résistantes dans une matrice molle (pas trop cependant, car une matrice molle a une résistance à
la traction faible qui réduit le travail de déchaussement). Ce mécanisme d’arrachement donne au com-
posite une énergie de rupture (6 kJ.m−2 ) plus élevée que celle de la matrice (5 kJ.m−2 ) ou des fibres
(0,1 kJ.m−2 ). Sans lui, les polymères fibreux n’auraient jamais eu d’utilité en tant que matériau de
structure. La plupart des PRFC contiennent une proportion de fibres plus importante (environ 50%)
qui leur donne une énergie optimale de rupture de l’ordre de 30 kJ.m−2 soit 6 fois celle de la matrice
et 300 fois celle de la fibre.
Dans de nombreuses applications, comme le transport aérien, la masse a autant d’importance que
la résistance mécanique. Les PRFC présentent des avantages conséquents sur les métaux lorsque l’on
normalise leurs propriétés par rapport à leur masse volumique, c’est pourquoi ils sont maintenant
intensivement utilisés en construction aéronautique, voire dans les véhicules de transport terrestre,
malgré leur coût élevé. Mais il faut comprendre leur comportement pour les utiliser à bon escient. Il
est remarquable de noter que la quasi-totalité des matériaux naturels qui doivent porter une charge -
le bois, l’os, les muscles - sont des composites.

Vous aimerez peut-être aussi