Vous êtes sur la page 1sur 8

5 février - Fête de sainte Agathe de Sicile

Sainte Agathe, une des plus illustres Martyres d'Occident,


était issue d'une noble et riche famille de Catane en Sicile
(*). Depuis son plus jeune âge elle s'était appliquée à
rehausser sa rare beauté par l'ornement plus précieux de
la vraie foi et des saintes vertus, en se consacrant tout
entière au Seigneur.

Au temps de la persécution de Dèce (251), alors qu'elle n'était âgée que de quinze ans, elle
fut arrêtée sur l'ordre du préfet Quintien et traduite devant son tribunal. Séduit par sa beauté et
avide de s'accaparer ses richesses, celui-ci chercha à faire d'elle son épouse et, pour la
convaincre, il la livra à une femme de mauvaise vie, Aphrodise, qui pendant un mois entier
essaya vainement de la faire céder. Mais, fondée sur le roc inébranlable de la foi, la jeune fille
restait imperturbable devant les promesses et les attraits des plaisirs mondains.
Comme Aphrodise s'était avouée vaincue, en disant qu'il serait plus facile de changer la
nature du fer ou de la pierre que la résolution de cette jeune vierge, Quintien la fit convoquer et
l'interrogea sur son origine. « Si tu es de noble condition, dit-il, pourquoi te comportes-tu
comme une esclave? » - « C'est que je suis servante du Christ, reprit Agathe, et tout serviteur
du Christ est vraiment la plus libre de toutes les créatures, car il acquiert par Sa Grâce la
maîtrise de soi. » Comme elle continuait de se moquer des dieux qu'on voulait lui faire adorer,
le préfet la fit frapper au visage et jeter en prison, en attendant de décider à quels supplices il
la livrerait.
Le lendemain, lors du second interrogatoire, la Sainte, sommée de sacrifier pour avoir la vie
sauve, répondit que c'est le Christ, Fils du Dieu vivant, qui est notre seul Salut. Etendue sur le
chevalet, elle fut alors flagellée et, pendant qu'on lui labourait le corps avec des crochets de fer
et qu'on lui passait des torches sur ses plaies, elle s'écriait : « Ces tortures que tu m'affliges
sont pour moi l'occasion d'une grande joie, car, de même qu'on ne range pas le grain dans le
silo avant de l'avoir débarrassé de sa balle en le battant sur l'aire, de même pour mon âme, il
ne lui sera pas possible d'atteindre la gloire de l'éternelle béatitude si elle n'est pas séparée de
mon corps par les tourments. » Le tyran furieux lui fit alors couper les seins et ordonna de la
jeter dans son cachot en ne lui procurant aucun soin. Mais, en pleine nuit, le Saint Apôtre Pierre
lui apparut, précédé de son Ange gardien, au milieu d'une brillante lumière, et il la guérit
complètement de toutes ses blessures.
Le quatrième jour, Quintien fit comparaître de nouveau Agathe devant lui et, sans
s'émouvoir de sa guérison miraculeuse, il ordonna de dépouiller la Sainte de ses vêtements, et
de la rouler sur des fragments de pots cassés et sur des charbons ardents répandus sur le sol.
Un tremblement de terre ébranla soudain toute la région et fit s'écrouler une partie du palais.
Le peuple de Catane effrayé courut vers le prétoire et menaça le préfet de le faire brûler avec le
reste de son palais, s'il ne relâchait pas la Sainte Martyre, cause de cette vengeance divine. On
interrompit le supplice et la Sainte fut remise en prison. Elle y pria le Seigneur, qui lui avait
donné la grâce-de la constance dans les tourments, de lui accorder désormais de voir la gloire
de Sa Face, et elle rendit son âme.
Aussitôt qu'ils apprirent la nouvelle les habitants de la cité se précipitèrent vers la prison,
avec myrrhe et aromates, et procédèrent à ses funérailles. Au moment où ils plaçaient son
corps dans un tombeau de porphyre, l'Ange gardien de la Sainte apparut dans la ville, sous la
forme d'un brillant jeune homme escorté d'une centaine d'enfants vêtus de blanc, et il vint
placer sur le tombeau une plaque de marbre sur laquelle était gravée l'inscription suivante : «
Ame Sainte, dévouée. Honneur de Dieu. Protection de la patrie. » Puis il disparut.
Comme l'inique Quintien avait entrepris de s'emparer des biens de Sainte Agathe, il fut
renversé en chemin par ses chevaux et disparut, englouti dans les eaux du fleuve. L'année
suivante, au jour anniversaire de la mort de la Sainte, l'Etna entra en irruption et une coulée de
lave menaça de réduire en cendres la ville de Catane. Les païens eux-mêmes se précipitèrent
alors avec les Chrétiens vers le tombeau de la Sainte, ils prirent le voile qui le recouvrait et le
placèrent, tel un bouclier, face au fleuve de feu, qui s'arrêta sur le champ. Le même miracle
s'est répété bien des fois dans la suite des siècles, c'est pourquoi Sainte Agathe est vénérée
avec ferveur comme la protectrice de la ville de Catane, et son culte s'est largement répandu
tant en Occident qu'en Orient.
*. Selon d'autres, elle aurait été originaire de Palerme.
ACATHISTE A NOTRE MERE PARMI LES SAINTS
AGATHE DE CATANE
Kondakion 1
Tu naquis dans une noble famille de Sicile,* Tu fus d’une grande
beauté physique et spirituelle.* Tu embellis la ville de Catane par
ta jeune vie pure et sans tache,* Et tu la rendis célèbre par ta
sainteté,* C’est pourquoi nous te clamons :
Réjouis-toi, ô sainte Agathe de Catane !
Ikos 1
Fleur précoce du Paradis du Seigneur,* Tu n’avais que treize ans
lorsque par ton martyre* Tu donnas ta vie pour la foi en Christ.*
Admirant ton grand courage, nous te chantons :
Réjouis-toi, bourgeon de fleur de sainteté !
Réjouis-toi, fiancée de l’Epoux Mystique !
Réjouis-toi, exemple de la chasteté !
Réjouis-toi, image de la pureté !
Réjouis-toi, modèle insigne des fidèles !
Réjouis-toi, noble fille du Roi de Gloire !
Réjouis-toi, ô sainte Agathe de Catane !
Kondakion 2
Bel ornement de l’église de Catane,* L’éclat de ta beauté séduisit le
consul du lieu* Qui ne voyait que ta beauté terrestre,* Ignorant
celle de l’âme qui fait remercier Dieu en disant : Alléluia !
Ikos 2
Par son vil désir, ce consul impie,* Pensait en t’épousant recueillir
ta fortune* Et briller d’une Lumière qui n’éclairait que toi :* Il
ignorait la vie en Christ à laquelle tu te destinais. * Et nous louons
ta sagesse et ta chasteté en te disant :
Réjouis-toi, courage invincible des purs !
Réjouis-toi, foi qui ébranle les montagnes !
Réjouis-toi, joie indicible des disciples !
Réjouis-toi, pleine soumission au Seigneur !
Réjouis-toi, rayon du Soleil de la Vie !
Réjouis-toi, astre brillant au Ciel de Dieu !
Réjouis-toi, ô sainte Agathe de Catane !
Kondakion 3
Vouée à n’être que l’épouse du Christ,* Tu repoussas les avances
du consul* Et il pensa te faire accéder à ses volontés* En te
menaçant, et en te faisant peur.* Mais tu marchais avec le
Seigneur vers Son Royaume,* Et tu n’avais nulle crainte en
chantant vers Lui : Alléluia !
Ikos 3
Toi qui étais la pureté incarnée* Le modèle parfait d’une insigne
chasteté,* Il pensa te rendre docile à ses vils appétits* En te jetant
dans une maison de tolérance.* Tu ne fus pas troublée, et l’on te
chante : Réjouis-toi, icône des chastes martyres !
Réjouis-toi, calice des vertus chrétiennes !
Réjouis-toi, livre vivant qui enseigne tous les fidèles !
Réjouis-toi, pure offrande à la sainte Eglise !
Réjouis-toi, autel de la pure oblation !
Réjouis-toi, tribune du saint sacrifice !
Réjouis-toi, ô sainte Agathe de Catane !
Kondakion 4
Seul un esprit malfaisant pouvait penser* Que tu allais par crainte
ou par désir de te protéger,* Accéder à ses désirs insanes et
vulgaires.* Tu restas inflexible dans ta résolution de n’appartenir
qu’au Christ ,* Clamant sans cesse vers Lui: Alléluia !
Ikos 4
Aphrodisie, la tenancière du lieu de débauche où tu fus enfermée,*
Malgré toutes ses manigances et tentatives,* Ne parvint pas à te
faire accepter le mariage impie avec le consul,* Ni l’abandon de ta
foi orthodoxe.* Et nous, émerveillés par ta constance et ta fermeté,
nous te clamons :
Réjouis-toi, courtil terrestre de l’Eden !
Réjouis-toi, jeune arbuste qui monte aux Cieux !
Réjouis-toi, semis dans une bonne terre !
Réjouis-toi, beau verger aux fruits innombrables !
Réjouis-toi, greffon de la Vie éternelle !
Réjouis-toi, serre d’effusion de l’Esprit !
Réjouis-toi, ô sainte Agathe de Catane !
Kondakion 5
Aphodisie ayant échoué dans la mission* Que lui avait confiée le
consul,* Lui déclara : « Amollir les pierres et donner au feu la
flexibilité du plomb,* Serait plus facile que de détourner l’âme de
cette jeune fille* des pratiques chrétiennes et de la faire
changer ! »* Et nous clamons à Dieu : Alléluia !
Ikos 5
Les séides du Malin qui parfois règnent dans ce monde, ne peuvent
imaginer un seul instant* Qu’au delà des apparences de la réalité
qui les fascine* Et leur donne l’illusion de leur puissance,* Il est un
univers de clarté, de joie et de paix * Où l’on te chante :
Réjouis-toi, notre fervente intercession !
Réjouis-toi, notre avocate auprès du Christ !
Réjouis-toi, baume sur toutes nos blessures !
Réjouis-toi, recours de ceux qui sont sans force !
Réjouis-toi, secours de tous les malheureux !
Réjouis-toi, chaste vierge allant vers l’Epoux !
Réjouis-toi, ô sainte Agathe de Catane !
Kondakion 6
Le consul, marri de n’avoir pas obtenu ce qu’il voulait,* Te livra à
ses bourreaux afin qu’ils te torturent.* Il pensait briser ta volonté
et parvenir ainsi à ses fins.* Mais il ignorait la protection divine*
Dont jouissent ceux qui sans cesse louent Dieu en disant : Alléluia !
Ikos 6
L’imagination diabolique des disciples du Malin est sans borne.* Et
leur invention pour soumettre à la douleur et au supplice* Les
êtres qui tombent dans leurs griffes est infinie.* Tu souffris de
leurs mains, mille coups,* Mais tu gardas l’esprit en Dieu,* C’est
pourquoi nous te chantons :
Réjouis-toi, parure des saints de jadis !
Réjouis-toi, diamant de la foi inflexible !
Réjouis-toi, ornement de la sainteté !
Réjouis-toi, couronne de l’enseignement !
Réjouis-toi, joyau au milieu des martyrs !
Réjouis-toi, perle de grand prix pour le Christ !
Réjouis-toi, ô sainte Agathe de Catane !
Kondakion 7
Ton courage dans cette épreuve terrible* Et ta fermeté adamantine
dans la foi,* Furent la manifestation de la faveur de Dieu* Qui te
soutenait et te montrait la couronne d’immortalité* Que ton âme
allait recevoir en disant : Alléluia !
Ikos 7
Le bourreau sans pitié* T’arracha cruellement les seins à la
tenaille.* Tu dis alors à ton tortionnaire:* « Oublies-tu ta mère, et
les seins qui t’ont allaité ? »* Il ne te répondit pas et poursuivit
son œuvre diabolique.* Et nous, devant ton grand courage, nous te
disons : Réjouis-toi, sainte confession de la foi !
Réjouis-toi, sagesse qui n’est pas du monde !
Réjouis-toi, vision du Royaume à venir !
Réjouis-toi, fenêtre sur l’éternité !
Réjouis-toi, huis qui mène vers le Seigneur !
Réjouis-toi, Ciel descendu sur notre terre !
Réjouis-toi, ô sainte Agathe de Catane !
Kondakion 8
Disciple admirable du Christ vainqueur de la mort,* Tu souffris
mille tortures encore pour témoigner de ta foi* Devant les impies
qui ne savaient plus* Quels souffrances nouvelles t’infliger*
Tandis que tu clamais vers Dieu : Alléluia !
Ikos 8
Dans la nuit, après d’innombrables souffrances,* Subies pour
l’amour de ton époux céleste,* L’apôtre Pierre t’apparut
longuement.* Il te visita, guérit tes blessures,* Et t’encouragea sur
la voie du martyre.* Et les saints du Ciel te chantèrent :
Réjouis-toi, résolution des pieux fidèles !
Réjouis-toi, belle ardeur d’une âme enflammée !
Réjouis-toi, audace devant le démon !
Réjouis-toi, assurance devant l’épreuve !
Réjouis-toi, témérité face aux souffrances !
Réjouis-toi, intrépidité des élus !
Réjouis-toi, ô sainte Agathe de Catane !
Kondakion 9
Tout ce que la perversité inhumaine peut imaginer* Fut utilisé pour te
faire céder et renoncer à ta foi.* Mais la flamme de ta croyance en
Christ illumina toutes les ténèbres du Malin * Où voulaient t’entraîner
tes bourreaux. Car jamais tu ne cessas de louer Dieu en disant :
Alléluia !
Ikos 9
Jeune fille pure et sans tache, à la foi immarcessible * Les temps de
douleur et de souffrances intolérables* Que t’infligeaient
indignement les bourreaux,* Ne purent t’infléchir, car tu fus par la
foi* Dans le temps éternel du Royaume, où les saints te chantaient
déjà : Réjouis-toi, qui ne fléchis pas dans l’épreuve !
Réjouis-toi, qui restas digne sous les coups !
Réjouis-toi, qui vainquis la bêtise humaine !
Réjouis-toi, qui sans cesse fus devant Dieu !
Réjouis-toi, qui ne cédas pas à la peur !
Réjouis-toi, qui eus l’audace des martyrs !
Réjouis-toi, qui combattis le bon combat !
Réjouis-toi, ô sainte Agathe de Catane !
Kondakion 10
Méthode de Constantinople et Syméon métaphraste,* Inspirés par
la pureté de ta vie et la fermeté de ta foi* Malgré les tortures et les
souffrances indicibles,* Furent les hagiographes de ta passion,* Et
rendirent grâce à Dieu de leur avoir donné un tel modèle de
constance chrétienne en disant : Alléluia !
Ikos 10
Ta foi resta ce qu’elle était : une douce lumière* Dans les ténèbres
insondables de la souffrance.* Tout ce que la perversion maligne
des hommes peut inventer,* Fut utilisé pour dompter ta sainte
résolution par la torture.* Mais tu restas inflexible et nous te
chantons : Réjouis-toi, victoire sur le mal du monde !
Réjouis-toi, pur trésor de bénédictions !
Réjouis-toi, belle assurance du salut !
Réjouis-toi, certitude de vérité !
Réjouis-toi, route droite vers le Royaume !
Réjouis-toi, honneur des disciples du Christ !
Réjouis-toi, ô sainte Agathe de Catane !
Kondakion 11
Tu rendis ton corps torturé avec ton âme légère au Seigneur.* Les
bourreaux furent étonnés qu’une frêle jeune fille comme toi* Ait pu
résister à tant de supplices douloureux* Sans céder aux demandes
du tyran,* Mais toujours chanter vers son Dieu : Alléluia !
Ikos 11
Elle est fort précieuse aux yeux du Seigneur* La mort de ceux qu’Il
aime.* Le monde, dont les valeurs sont passagères et vaines,* Ne
peut comprendre ce don total de la vie dans le martyre,* Et cette
tension bienheureuse vers le Royaume qui s’en empare avec
violence.* Tu as accepté ce sacrificensans hésiter,* Et nous te
chantons : Réjouis-toi, ambon de la Grâce de Dieu !
Réjouis-toi, colonne ferme de l’Eglise !
Réjouis-toi, lampade qui brûle sans cesse !
Réjouis-toi, encens de subtile fragrance !
Réjouis-toi, cierge allumé devant le Ciel !
Réjouis-toi, portes royales du Royaume !
Réjouis-toi, ô sainte Agathe de Catane !
Kondakion 12
Ta jeune piété et ton incommensurable foi,* Firent qu’au delà de la
mort,* Tu continuas à manifester la pure Grâce de Dieu* Par les
miracles de ton intercession.* Nombreuses furent les âmes
accourues à ton tombeau* Qui repartirent exaucées, disant à Dieu :
Alléluia !
Ikos 12
Une année après ta naissance au Ciel,* L’Etna entra en éruption et
menaça de détruire Catane* Par la lave qui se dirigeait vers la
ville.* Mais prenant le voile qui recouvrait tes saintes reliques,* Et
le dirigeant devant le feu, le peuple le vit s’arrêter* Et clama avec
reconnaissance vers toi :
Réjouis-toi, fontaine de bénédictions !
Réjouis-toi, borne sur le chemin de Dieu !
Réjouis-toi, phare qui indique la Voie !
Réjouis-toi, lumière qui brille aux ténèbres !
Réjouis-toi, tabernacle de grands miracles !
Réjouis-toi, notre intercession devant Dieu !
Réjouis-toi, ô sainte Agathe de Catane !
Réjouis-toi, ô sainte Agathe de Catane !
Kondakion 13 : Ta vénération, ô sainte martyre du Christ Agathe,
se répandit en Occident jusques à Rome, en Orient jusques à
Constantinople. Et la Grâce de Dieu opéra de nombreux miracles
pour les fidèles qui honoraient ta sainte mémoire en chantant:
Alléluia ! Alléluia ! Alléluia ! (Ce kondakion est dit 3 fois  !)
Ikos 1
Fleur précoce du Paradis du Seigneur,* Tu n’avais que treize ans
lorsque par ton martyre* Tu donnas ta vie pour la foi en Christ.*
Admirant ton grand courage, nous te chantons :
Réjouis-toi, bourgeon de fleur de sainteté !
Réjouis-toi, fiancée de l’Epoux Mystique !
Réjouis-toi, exemple de la chasteté !
Réjouis-toi, image de la pureté !
Réjouis-toi, modèle insigne des fidèles !
Réjouis-toi, noble fille du Roi de Gloire !
Réjouis-toi, ô sainte Agathe de Catane !
Kondakion 1
Tu naquis dans une noble famille de Sicile,* Tu fus d’une grande
beauté physique et spirituelle.* Tu embellis la ville de Catane par
ta jeune vie pure et sans tache, * Et tu la rendis célèbre par ta
sainteté,* C’est pourquoi nous te clamons :
Réjouis-toi, ô sainte Agathe de Catane !

PRIERE A SAINTE AGATHE


Ô sainte Agathe, jeune fleur fragrante du Jardin du Paradis, toi qui
sans céder à la crainte, à la menace, ou aux tortures, continuas à
louer le Seigneur et à ne voir que le chemin du salut en Christ,
intercède pour nous afin que nous qui louons ton martyre et
célébrons ta mémoire, nous ayons le courage, malgré les épreuves et
les difficultés de la vie, de rester fidèle à notre foi orthodoxe et de te
rejoindre dans le Royaume du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit.
Amen !

Acathiste composé pour la gloire de Dieu et de sa sainte martyre Agathe, par Claude Lopez-Ginisty
Ô Vierge Pure
Réjouis-Toi, chant des Chérubins.
Ô Vierge Pure, Souveraine, Réjouis-Toi, hymne des Anges.
Immaculée mère de Dieu. Réjouis-Toi, Épouse inépousée.
Réjouis-Toi, Épouse inépousée Cantique des Séraphins.
Ô Vierge Mère Reine, Réjouis-Toi Joie des Archanges.
Toison couverte de rosée. Réjouis-Toi, Épouse inépousée.
Réjouis-Toi, Épouse inépousée.
Réjouis-Toi, Paix et Joie.
Plus élevée que les cieux, Réjouis-Toi Port du Salut.
plus brillante que le soleil. Réjouis-Toi, Épouse inépousée.
Réjouis-Toi, Épouse inépousée. Du Verbe sainte Chambre nuptiale,
Ô joie des vierges surpassant Fleur d'incorruptibilité.
les choeurs angéliques. Réjouis-Toi, Épouse inépousée.
Réjouis-Toi, Épouse inépousée.
Réjouis-Toi, Paradis des joies
Plus splendide que les cieux, de l'éternelle vie.
plus pure que la lumière. Réjouis-Toi, Épouse inépousée.
Réjouis-Toi, Épouse inépousée. Réjouis-Toi, Arbre de vie
Plus sainte que les multitudes et source d'immortalité.
des armées célestes. Réjouis-Toi, Épouse inépousée.
Réjouis-Toi, Épouse inépousée.
Je Te prie, ô Souveraine,
Marie toujours Vierge, je t'invoque maintenant.
La Souveraine de l'univers. Réjouis-Toi, Épouse inépousée.
Réjouis-Toi, Épouse inépousée. Je Te supplie, ô Reine du monde,
Épouse vierge immaculée, j'implore Ta grâce.
Très sainte Reine toute pure. Réjouis-Toi, Épouse inépousée.
Réjouis-Toi, Épouse inépousée.
Ô Vierge pure, vénérable,
Marie Épouse Souveraine, très sainte Souveraine.
La Source de notre joie. Réjouis-Toi, Épouse inépousée.
Réjouis-Toi, Épouse inépousée. Avec ferveur je Te supplie,
Ô jeune Vierge vénérable, ô Temple sanctifié.
Très Sainte Mère Impératrice. Réjouis-Toi, Épouse inépousée.
Réjouis-Toi, Épouse inépousée.
Secours-moi, délivre-moi
Plus vénérable que les Chérubins de celui qui me fait la guerre.
et combien plus glorieuse. Réjouis-Toi, Épouse inépousée.
Réjouis-Toi, Épouse inépousée Et fais de moi un héritier
Que les Séraphins incorporels. de la vie éternelle.
Plus élevée que les Trônes. Réjouis-Toi, Épouse inépousée.
Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

Vous aimerez peut-être aussi