Vous êtes sur la page 1sur 3

Ecoutez ma complainte

Adrian le Roy: Cinqiesme Livre de Gviterre (1554) Debussi (Siglo XVI)

## 2
Voix
{ & 2 ˙ w ˙ ˙ ˙ ˙ w ˙ ˙ ˙™ œ œ #œ ˙ ˙ #˙ w
E cou - tez ma com - plainte O for - tu - nez a - mants,

# ˙˙ œ ˙˙ ™™ œ ˙˙ ˙˙ ˙˙˙ ˙˙ œœ ˙˙ ™™
œ˙ #œ œ w
w œ œ œ œ̇ #œ ˙œ̇ œ̇œ #œ œ œ̇œ œ œ ˙œ ™ œ œ
Gviterre & # 22 ˙ ˙ œ ˙˙ ˙˙ ˙˙ œœœ #œ w œ œ w

## Ó
11

{& ˙ w ˙ ˙ ˙ ˙ w
Voix ˙ ˙ ˙™ œ œ #œ ˙ ˙ #˙ w

œ ˙˙ ™™ œ œœ ˙˙ ™™ œ̇œ #œ œ œ̇œ œ œ ˙œ ™ œ
Ce n'est fa - ble ne fainte, Ne songe des dor - mans:

˙˙ ˙˙ ˙˙ ˙˙ ˙˙˙ ˙˙
## ˙˙ ˙˙ ˙ ˙ ˙ œ˙ #œ œ w
w
œœœ #œ œw œ œ œ œ̇ #œ ˙œ̇
œ w œ
Gviterre & ˙ œ ˙ ˙ ˙

## Ó ˙™
21

{ & ˙ ˙ Ó ˙ œ ˙ n˙ ˙
Voix ˙ ˙ ˙ w w w ˙
Mais c'est ve - ri - té pu - re, Et ne peult etre moins. Les

œ n œ œ œ œ̇ œ œ n œ̇ œ w

˙˙ ˙ ˙˙ ˙˙ w Œ œ ˙ ẇ œ ˙˙ w
œ ™
# ˙˙ ˙˙ ˙ ˙ ˙˙ ˙˙ w ˙ œ œ ˙ œw œ Ó œ œœ œ
Gviterre &# ˙ ˙ œ œœ œ œ
œ ˙ ˙ ˙

© Gustavo Castro Ortigoza, 2014.


2

## ˙ ™
31
˙ ˙
{ & œ ˙ ˙ œ œ œ #œ w Ó ˙ ˙ w
Voix
˙
tour - mens qui en - re, Les tour - mens qui en - dure,

œwn œ œ œ œ œ œ œ œwn œ œ œ œ œ œ œ̇ œ œ #œ w œ œ̇ # œ œ œ œ w œ œ #œ w

## w œ œ œ̇ œ œ̇ w
Gviterre & w
w # œ œ
œ œ œ œ œ œ ˙ œ
w œ œœœ

˙™
##
39

{
Voix & ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ #˙ w w Ó œ ˙ ˙
˙

œ̇œ #œ œ œ̇ œ œ œ Œ ˙˙ ™™ œ ˙˙ œ̇ œ œw œ œ œ œw
En sont trop bons tes moings. Les tour - mens qui
nœ œ œ œ œ œ œ nœ œ œ œ
## ˙œ̇ œ œ̇ œ œœ œœœ ˙œ̇ w œ w œœ
Gviterre & ˙ œ œ w œ ˙˙ w

##
47
˙ ˙
{ & œ œ #œ w Ó ˙ ˙
Voix
œ ˙
en - - re,
œ œœœœœœœœ w
Les tour - mens qui en -

## œw œ œ œ œ œ œ #œ w
w nœ œ œ œ ˙
œ œ œ œ ˙œœ œ œ œ œœœ
Gviterre & œ nœ œ œ w œ œ œ

## w
52

{
Voix & ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ #˙ w w

œ̇œ #œ œ œ̇ œ œ œ œ œ Œ ˙˙ ™™
dure, En sont trop bons tes moings.
w ˙˙ ˙ œœ œœ w
## w œ œ œ œ œ œ œ œœ ˙œ̇ œ œ œ w
w
Gviterre & œ œ œ ˙ ˙ ˙ w
© Gustavo Castro Ortigoza, 2014.
3

(Se conserva la ortografía original)

I
Escoutez ma complainte
O fortunez amants,
Ce n'est fable ne fainte
Ne songe des dormans:
Mais c'est verité purre,
Et ne peult estre moins,
Les tourmens qui endure
En son trop bons tes moings.

II
Amour & la fortune
Govvernent mon fait,
L'un me fait etre à une,
L'autre rien mien ne fait:
De guerre non petite,
L'un mon coeur force & tient,
L'autre me desherite
Du bien qui m'apartient.