Vous êtes sur la page 1sur 2

Jeudi 2 avril

Séance 2 / Une intégration européenne et mondiale des espaces


productifs

Problématique : Les systèmes productifs français, quelle place en Europe et


dans le monde ?

I. Comment le cluster industrialo-portuaire de Marseille-Fos


s’insère-t-il dans la mondialisation ?
Questions 1 à 4 p 140 à faire

II. La mise en concurrence des territoires.


La mondialisation favorise la concurrence des territoires à toutes les échelles.
Les espaces productifs cherchent à se spécialiser dans la production d’un bien (Ex
Bretagne : lait) ou d’un bien à haute-valeur ajoutée.
Dans le secteur industriel, l’appareil productif s’est spécialisé dans la haute
technologie (Ex Airbus à Toulouse) et a favorisé le développement des
technopôles. Les métropoles attirent les entreprises par les politiques
d’aménagement, d’offre de services en valorisant ses aménités*.
La place de l’industrie a diminué en France depuis les années 70, elle ne génère
plus que 12,5% de la richesse nationale et moins de 12% de l’emploi (même
observation que dans l’ensemble des pays européens). Mais la France par sa situation
géographique et ses réseaux de communication performants attire encore
beaucoup d’IDE. Certaines FTN françaises sont leaders dans leur secteur d’activité
(Danone, LVMH, L’Oréal...) La France est au 3è rang en Europe derrière l’Allemagne
et l’Italie. Les secteurs les plus dynamiques concernent l’aéronautique, les industries
agroalimentaires et du luxe, la chimie.
Ce dynamisme industriel est favorisé par les pôles de compétitivité (séance 1) mais
aussi par les IRT (Instituts de Recherche Technologique) et le label French Tech*
attribué à 13 métropoles.
Une nouvelle génération d’usines connectées, robotisée et intelligentes dites 4.0
intègre des technologies numériques dans les processus de fabrication ce qui est une
véritable opportunité pour l’industrie française.
Dans le secteur des services, la mondialisation est visible par le nombre d’emplois
proposés dans ce secteur et par le développement du tourisme. (Voir étude de cas sur
Disneyland)
III. Un territoire bien connecté
- L’intégration de la France est d’abord européenne.
Plus de la moitié des échanges commerciaux de la France se font avec l’Europe et
notamment les pays frontaliers. Ce sont des produits à haute valeur ajoutée. Des
projets sont menés entre les partenaires européens comme Airbus. Les pays
européens sont aussi connectés à leurs frontières. Tous les jours, des milliers de
personnes franchissent les frontières pour aller travailler, des euro-régions se
développent (ex SAR-LOR-LUX ; Sarre, Lorraine, Luxembourg).
- A l’échelle mondiale
La France fait partie de l’Union européenne qui est un pôle de la mondialisation. Par
conséquent les principaux échanges vont avoir lieu entre les pays développés et les
autres pôles de l’Amérique du nord (Etats-Unis) et de l’Asie de l’Est (Japon et Chine).
Paris, ville globale est un pôle de commandement de la mondialisation. (cf cours thème
1)

- Cette intégration européenne et mondiale est possible par le réseau de transport


qui relie la France à ses partenaires commerciaux, voies de chemin de fer (Thalys,
Eurostar), ports de la façade maritime de la Northern Range et aéroport internationaux
(Roissy-Charles –de-Gaulle = hub) et enfin les réseaux de télécommunication (fibre,
câbles.

Pour le lundi 6 avril, reproduire la carte P 476 dont j’ai mis le fond
de carte sur le PowerPoint avec la légende.