Vous êtes sur la page 1sur 12

Monopole chapitre 12

12.1

Rappel des conditions de concurrence parfaite

1) De très nombreuses firmes produisent et vendent un produit/service


identique
2) Les acheteurs du produit sont très nombreux
3) L’entrée de nouvelles firmes sur le marché ainsi que la sortie de
firmes établies peut se produire sans entraves
4) Les producteurs (les firmes) et acheteurs sont parfaitement informés
du prix et d’autres informations pertinentes à leurs décisions.

Monopole

Une firme détient une position de monopole quand:


a) Elle est seule à produire/vendre une produit/service pour lequel il
n’existe pas de substitut
b) Il existe un ou plusieurs obstacles à l’entrée de nouvelles firmes sur le
marché.

Les conditions a) et b) donnent au monopole l’assurance qu’il n’a pas à


prendre en compte la présence ou présence potentielle de firmes rivales
quand il choisit son prix ou son taux de production(Q)

Dans un marché concurrentiel chaque firme partage le marché avec une


nuée d’autres firmes. La quantité mise sur le marché par une firme
individuelle est trop petite par rapport à la quantité totale transigée sur le
marché pour influencer le prix. C’est pour cela que l’on dit que le prix de
marché est une donnée pour la firme concurrentielle.

Tel n’est pas le cas pour le monopoleur puisque la quantité vendue par le
monopoleur correspond à la quantité vendue sur le marché. Le
monopoleur qui cherche à maximiser son profit devra donc tenir compte du
fait que pour vendre des unités additionnelles il devra baisser le prix. Il
subira alors une chute de sa recette sur les unités qu’il aurait vendue s’il
n’avait pas réduit son prix.

Exemple numérique

(12.3- 12.4) Maximisation des profits par un monopoleur qui ne


discrimine pas

Recette totale= revenu total= prix (P) multiplié par la quantité vendue (Q)
Recette marginale (= revenu marginal)= le changement de recette (revenu)
résultant de la vente d’une unité de plus ou de moins.

Coût marginal= le changement du coût total résultant de la production


d’une unité de plus ou de moins

Exemple numérique afficher autre tableau)


Quantité Prix Recette Recette Coût Coût Coût Coût Profit=rectte
Q totale marginal fixe marginal total total totale-coût
P PQ e CF Cm CT moyen total=
Col.1 Col. 2 Col. 3 Rm Col.5 Col. 6 Col. 7 CTM PQ-CT=
Col. 4 Col.8 (P=CTM)Q
Col.9
0 8 0 0 0 0
14 1
2 7 14 2 3 1,5 14-3=11
10 2
4 6 24 2 5 1,25 24-5=19
6 3
6 5 30 2 8 0,75 30-8=22
2 4
8 4 32 2 12 1,5 32-12=20
-2 4
10 3 30 2 16 1,6 30-16=14
-6 4
12 2 24 2 20 1,67 24-20=4
-10 5
14 1 14 2 25 1,78 14-25=-
11
- 5
16 0 0 -14 2 28 1,88 0-33=-33

Une augmentation de la quantité vendue ( ou une réduction du prix)


produit 2 effets sur la recette totale

1) la recette totale tend à augmenter en raison de la croissance du nombre


d’unités vendues
2) la recette totale tend à baisser en raison de la chute de prix nécessaire
pour écouler un nombre plus élevé d’unités. Toutes les unités sont
vendues au prix réduit.

Le premier effet domine quand le prix est élevé puisque la quantité que le
monopoleur aurait vendue au prix plus élevé, est faible. Dès lors, le Rm est
positif. Cela signifie de la recette totale augmente quand la quantité
vendue augmente.

Le second effet domine quand le prix est en deçà d’un certain niveau.

Illustration graphique
Retour au tableau

Quantit Pri Recett Recette Coû Coût Coû Coût Profit=


é x e marginal t margin t total PQ-CT=
Q totale e fixe al tota moye (P=CTM)
P PQ Rm CF Cm l n Q
CT CTM
0 8 0 0 0 0
14 1
2 7 14 2 3 1,5 14-3=11
10 2
4 6 24 2 5 1,25 24-5=19
6 3
6 5 30 2 8 0,75 30-8=22
2 4
8 4 32 2 12 1,5 32-
12=20
-2 4
10 3 30 2 16 1,6 30-
16=14
-6 4
12 2 24 2 20 1,67 24-20=4
-10 5
14 1 14 2 25 1,78 14-25=-
11
- 5
16 0 0 -14 2 28 1,88 0-33=-33

a) Quand le Rm est positif la recette totale augmente quand la quantité


augmente ou quand le prix baisse ( définir Rm)
b) Quand le % d’augmentation de la quantité dépasse le % de réduction du
prix l’élasticité de la demande est supérieure à 1 en valeur absolue.
L’inverse se produit quand le prix est faible.1
c) Quand l’élasticité de la demande est égale à -1, une baisse
(augmentation) du prix de 1% donne lieu à une augmentation
(baisse) de 1% de la quantité demandée. Cela n’entraîne aucun
changement de la recette.

Maximisation du profit du monopoleur

L’objectif du monopoleur n’est pas de maximiser sa recette mais de


maximiser son profit. Il doit donc tenir compte du coût. Le monopoleur qui
maximise son profit augmentera le taux de production quand Rm>Cm; il le
réduira quand Rm<Cm. ( expliquer pourquoi) Le profit est à son niveau le
plus élevé lorsque Rm=Cm.

Le tableau indique que pour maximiser le profit le monopoleur doit


produire plus que 6 unités mais moins de 8 unités. Il indique en outre que
le profit est positif quand le taux de production est égal à 6 puisque le CT de
6 unités est inférieur à la recette totale (ou prix est supérieur au CM total).
Si le coût fixe avait été plus élevé, le profit aurait pu être négatif pour la
quantité à laquelle Rm=Cm. Dans tel cas le monopoleur aurait préféré ne
pas produire afin de ne pas subir de perte.

Illustration graphique)

1
L’élasticité de la demande est toujours négative puisque la quantité demandée baisse quand le prix
augmente
Discrimination par les prix

Un monopoleur pratique une discrimination par les prix quand :

1) il établit des prix différents à l’égard des consommateurs/acheteurs


qu’il dessert à coût égal ou quand
2) le prix unitaire auquel il vend un bien/service à un acheteur dépend
de la quantité achetée par cette personne.

Types de discrimination par les prix ( pas nécessairement limité à un


monopoleur

Discrimination du 3ième degré : Discrimination la plus familière. Le prix varie


selon des caractéristiques observables des acheteurs (sexe, âge, étudiants
et autres, différentiel de prix pratiqués pour des abonnements à des revues
des bibliothèques et des particuliers,
: question : qu’en est-il du différentiel des tarifs de classe économique et de
classe affaire dans le transport aérien?

Le monopoleur ne peut discriminer par les prix s’il ne peut empêcher la


revente. ( à discuter en classe)

Discrimination du 1er degré : forme extrême de discrimination. Chaque


unité est vendue à l’acheteur au prix maximum de l’acheteur en question
est disposé à payer pour cette unité.

(difficulté de connaître prix de réserve et d’empêcher la revente)

Discrimination de 2ième degré : Le prix par unité varie selon la quantité


achetée. (parc d’attraction) Le même menu de tarifs est offert à tout le
monde ( expliquer en classe)

Analyse de bien-être : monopole versus concurrence


Économies d’échelle- monopole naturel

Une telle structure de coût n’est pas nécessaire pour être monopoleur.
Pourquoi?
Monopole naturel et réglementation du prix

Exemples : téléphone (dans le passé) , distribution de l’électricité

Problème du régulateur. Il ne `connaît pas vraiment la structure de coût du


monopole qu’il doit réglementer. Ce dernier a intérêt à exagérer son coût.
Après la fixation du prix par le régulateur le monopoleur a une moindre
incitation à faire baisser son coût

Comment devient-on monopoleur

a) Exclusivité accordée par un gouvernement à une firme privée ou


publique qui commercialise un produit pour lequel il n’existe pas de
substitut (jadis téléphone) C’est le scénario classique qui donne
naissance à un marché desservi par un monopole
b) Quand une seule firme contrôle des tous les matériaux nécessaires
pour produire le bien qu’elle fabrique et que ces matériaux n’ont pas
de substituts qui peuvent servir d’input pour la fabrication du même
produit.
c) Quand une seule firme détient une technologie que d’autres ne
maitrisent pas ou ne sont pas autorisés à utiliser ( par qui??), et que
le produit que l’on fabrique au moyen de cette technologie n’a pas
de substitut.

Est-ce que l’on détient une position de monopole quand on a breveté une
technologie de production ou un produit ? Pas nécessairement
a. Brevet est accordé pour toute réalisation, tout
procédé, toute machine, fabrication ou
composition de matières, ainsi que pour tout
perfectionnement de l'un d'eux, présentant le
caractère de la nouveauté et de l'utilité.
b. Pour qu'un brevet soit délivré, l'invention doit
répondre à trois critères : nouveauté, utilité et
apport inventif.

i. Nouveauté : l'invention doit être la première


du genre au monde.
ii. Pour répondre au critère de l'utilité, l’invention
doit avoir une application industrielle.
iii. L’invention doit constituer un apport inventif
Pour être brevetable elle ne peut être évidente
pour les personnes compétentes dans le
domaine.

c. Le brevet permet à son propriétaire d’interdire


l’utilisation de l’idée pendant une période de 20
années dans la plupart des pays. (OMC). Cependant,
le détenteur doit payer un droit annuel pour
préserver ce droit d’interdire.

d. Protection seulement sur le territoire du pays qui


accorde le brevet

e. IMPORTANT. Obtention d’un brevet confère


exclusivité mais confère très rarement ne position de
monopole au titulaire du brevet puisqu’un produit ou
une technologie peut être brevetée quand des
substituts proches existent.

Exercices à préparer pour la semaine prochaine : : Chapitre 13 : 2, 5, 9,