Vous êtes sur la page 1sur 13

Département Génie Electrique

Filière : MEII

Module : Sureté de fonctionnement, environnement et qualité

La gestion de la
qualité

Réalisé par : Encadré par :


Samira SEBBAR Mr. ALAOUI

2
Table des matières
I. La gestion de la qualité...........................................................................................................2
II. Les enjeux :.............................................................................................................................2
III. Outils de base de la qualité :...............................................................................................3
IV. Outils du contrôle qualité :..........................................................................................................3
Conclusion :..................................................................................................................................13

I. La gestion de la qualité :
 

Gestion Qualité

Mise en œuvre de tous les moyens Selon la norme ISO V 2000 : « L’aptitude
humains et matériels d'un organisme d’un ensemble de caractéristiques d’un
ou d'une entreprise pour atteindre les produit, système ou processus à satisfaire
objectifs préalablement fixés. les exigences des clients et autres parties
intéressées »

II. Les enjeux :


La qualité a des effets multiples :
- valorisation de l’image d’une marque ou d’une entreprise ;

- différenciation concurrentielle ;

- avenir du produit ;

- motivation du personnel (adhésion au projet de l’entreprise, fierté d’appartenance) ;

- réduction des stocks de rechange et des charges de garantie ;

- amélioration des flux de production (moins de retouches) ;

- amélioration du système productif.

Remarque :

L’enjeu principal est la satisfaction des clients.

 Qui dépend de la spécification du produit (de l’écoute du client).

2
 Pour fidéliser ou élargir la clientèle.
 Avec un prix et des coûts satisfaisants (marge).

III. Outils de base de la qualité :


– QQOQCP

– Brainstorming

– Vote simple ou pondéré

IV. Outils du contrôle qualité :


– Feuilles de relevés ;

– Diagramme causes-eff et ;

– Diagramme de Pareto ;

– Logigramme

– Histogrammes ;

– Les cartes de contrôle ;

– Le diagramme de corrélati on.

Le QQOQCP :
Un outil qui permet de se poser les bonnes questions AVANT d'aborder un problème : Il n'est pas
rare de se jeter tête baissée sur une solution sans avoir fait le tour de la question. C'est une fois la
solution mise en œuvre que l'on s'aperçoit avoir oublié un élément important qui remet en cause la
solution choisie !...

• QUI ? : Quelles sont les personnes impliquées par le problème ?

• QUOI ? : Quel est le problème ? Quels faits le prouvent ?

• OÙ ? : Où se pose le problème ?

• QUAND ? : Quand apparaît le problème ?

• COMMENT ? : Comment mesurer le problème et sa résolution ?

2
• POURQUOI ? : Pourquoi doit-on passer du temps et de l'énergie dessus ?

Enfin, ces questions peuvent chacune être utilement complétées par un COMBIEN ? qui permet de
donner des éléments chiffrés aidant au classement des priorités.

Brainstorming : Pourquoi faire


Dans une entreprise, le brainstorming est une technique qui consiste à réunir un groupe de collaborateurs
afin qu'ils produisent collectivement un maximum d'idées nouvelles sur un thème donné. "Un brainstorming
peut être organisé à chaque fois qu'il manque une solution satisfaisante et toute faite à un problème"

Les problèmes que l'on peut résoudre par le brainstorming sont variés. Il peut s'agir d'une démarche
d'innovation : nouveau produit, nouveau concept, nouvelle campagne publicitaire... Dans ce cas, le but est
de mettre la créativité de toutes les parties prenantes à contribution. 

2
Méthode du brainstorming :
Comment faire un brainstorming ? La réussite une séance de brainstorming repose sur plusieurs
piliers fondamentaux : un petit groupe motivé, la création d'un état d'esprit créatif, le respect de la
règle du jugement différé, la proposition d'idées, leur confrontation à la réalité puis le suivi des idées
émises.

Exemple d’application du brainstorming :


Comment organiser un brainstorming pour un mariage ?

Carte mentale ou Mind Map :


Mind Map est une représentation visuelle des idées et informations sous forme se schéma
appelé Mind Map. Un sujet central, des sujets principaux et secondaires, des relations ou
branches, organisent les idées selon une vue hiérarchique et associative avec des codes
visuels.

2
• Objectif :

–Organiser et représenter graphiquement des idées

• Méthode :

– Fixer objectif

– Stimuler les idées

– Regrouper les concepts et les relier

– Analyser les interrelations

Le vote :
Le vote fait appel à l'intuition, l'implicite, la conviction de chaque personne constituant le groupe.

– L'acceptation de ses résultats est associée à la perception d'égalité, d'équité et de transparence


"démocratique".

● Données d'entrée du vote :

– Supposons que lors d'un brainstorming 15 solutions potentielles aient été évoquées. Comme il
n'est pas possible de mettre en place toutes les solutions, il faut choisir celle qui paraît intuitivement
la plus efficace pour le groupe.

 Vote pondéré :
Le vote pondéré est un système de vote pour des élections.
Le principe consiste, lors d'une élection pour une personne ou une idée, à donner un « poids »,
soit à chaque candidat, soit à celui pour (ou contre) lequel on vote, au lieu de voter
systématiquement en positif pour un seul.
L'avantage de la pondération est une prise en compte plus complète de la volonté de l'électeur,
qui peut :

 Exprimer sa désapprobation autant que son approbation


 Éventuellement répartir son vote entre plusieurs candidats si besoin

Exemple :
 Soit une entreprise démocratique dont les employés doivent choisir le président. Il y a
3 candidats qui ne peuvent pas voter, et il y a 6 employés.
 Chaque employé peut pondérer + ou − 100 € sur le choix du président. S'il aime bien un
candidat, il acceptera de gagner moins d'argent (−). Si en revanche, il n'aime pas un

2
candidat, il est prêt à supporter le président mal-aimé à condition de gagner plus d'argent
(+).

Bien sûr, la somme des colonnes doit être égale à 0, et la somme attribuée doit rester entre 100
et -100
La candidate élue est Jacqueline puisque c'est elle qui coûte le moins cher à l'entreprise.
Là où le système est très fort, c'est qu'en fait, les salariés qui ont voté pour Jacqueline ne vont
pas perdre tout leur argent. Il est réparti en fonction des personnes : ceux qui ne voulaient pas de
Jacqueline gagnent bien sûr ce qu'ils avaient décidé de gagner, mais les quatre autres, qui ont
voté pour elle, ont 200 euros à se partager.

 Voilà donc un système qui peut satisfaire tout le monde : ceux qui étaient prêts
à perdre beaucoup perdent moins, et ceux qui voulaient gagner davantage
ont ce qu'ils veulent.

Outils de contrôle qualité :


● Principe de base :
– pour comprendre, il faut voir
– les outils du contrôle qualité sont des outils graphiques.
– ils sont visuels et consensuels.
● Fonctions particulières de chaque outil :
– Collecter les données Feuille de relevés
– Comprendre les processus Logigramme
– Identifier les origines du problème Diagramme Causes-Effet
– Hiérarchiser les faits Diagramme de Pareto

Feuille de relevés : saisir, collecter et accumuler les données


factuelles

2
Les étapes du processus :
– Étape 1 : S'accorder sur les mots, les définitions et les mesures
– Étape 2 : Planifier le relevé des données
– Étape 3 : Concevoir la feuille de relevés de données (avec les métadonnées)
– Étape 4 : Collecter les données sur les feuilles
Les clefs du succès :
– Assurer à l'opérateur que relever une mauvaise donnée n'a aucune
conséquence sur l'appréciation de son travail.
– Former les opérateurs à relever correctement les données.
– Concevoir une feuille de relevés claire, simple et facile à utiliser.

2
Logigramme :
Les étapes du processus :
– Étape 1 :
Déterminer le plan d'action et la
mesure de son succès
– Étape 2 : Lister les QQOQC
associés (acteurs, actions,
documents...)
– Étape 3 : Lier les actions et
identifier les items à risque
– Étape 4 : Dessiner le logigramme
sur une seule page
– Étape 5 : Contrôler sa
compréhension par tous
Les clefs du succès :
– Rester focalisé sur l'essentiel : le
succès du plan d'action
– Être ouvert aux suggestions des
autres
– Persévérer dans l'obtention de la
simplicité et de la clarté

2
Diagramme ISHIKAWA :
–Le diagramme causes-effets en arêtes de poisson (Ishikawa) permet la
recherche des causes d’un problème : - on construit collectivement un graphe
montrant les facteurs qui affectent la qualité au long du processus de
production ; - les causes sont réparties en 5 catégories ou 5M (matière,
matériel, méthode, main d’œuvre, milieu physique) ; - le diagramme est un
support de la réflexion d’un groupe de travail (il ne donne pas de solution).

Remarques :
- on ajoute parfois une sixième dimension au diagramme, le management (6M)
ou les moyens financiers en plus (7M). - les familles de causes peuvent être (si
c’est impératif) redéfinies en fonction du contexte.

Diagramme de Pareto :
Règle des 80/20 ou méthode ABC, permet de repérer les causes générant le plus de
dysfonctionnements. Pour l’établir il faut :
- établir une liste de causes possibles d’un phénomène ;
- compter les phénomènes ;
- évaluer la gravité des conséquences de chacun ;
- établir un diagramme cause / gravité dans lequel on classe les causes par gravité
décroissante ;
Vilfredo PARETO (1848-1923) avait constaté, en Italie en 1906, que :
– 80% des richesses étaient détenues par 20% des personnes...

2
● Cette loi empirique semble souvent généralisable à d’autres cas :
– 80% des ventes sont liées à 20% des clients,
_ 80% des problèmes sont liés à 20% des causes possibles...
● Le diagramme de Pareto, ou règle des "80-20", permet de :
– visualiser rapidement les causes essentielles provoquant la majorité des effets du
problème à résoudre.

L’intérêt di diagramme de Pareto est de montrer que dans un premier temps il est plus
payant d’attaquer les 3 premières causes de défauts, plutôt que de chercher à élucider les
causes qui n’apparaissent que très rarement. on discrimine les quelques essentiels parmi les
nombreux autres.

Histogramme :
L’histogramme est un moyen rapide pour étudier la répartition d’une variable. Il peut être, en
particulier utilisé en gestion de la qualité lorsque les données sont obtenues lors d’une
fabrication.
Exemples :

 diamètre d’un arbre après usinage,
 dureté d’une série de pièces après un traitement thermique,

2
 Concentration d’un élément dans la composition d’alliages produit par une fonderie,
 Masse de préparation alimentaire dans une boîte de conserve,
 Répartition de la luminosité des pixels dans une photographie.
L’histogramme est un outil « visuel » qui permet de détecter certaines anomalies ou de faire un
diagnostic avant d’engager une démarche d’amélioration. Utilisé dans ce cadre, l’histogramme
est un outil « qualitatif. Il permet de mesurer la fréquence à laquelle quelque chose se produit.

Carte de contrôle :
Une carte de contrôle, ou plus exactement un graphique de contrôle, est un outil utilisé dans
le domaine du contrôle de la qualité afin de maîtriser un processus. Elle permet de déterminer le
moment où apparaît une cause particulière de variation d'une caractéristique, entraînant une
altération du processus. Par exemple un processus de fabrication pourra être mis à l'arrêt avant
de produire des pièces qui seront non-conformes.

Le diagramme
de

corrélation :
Le diagramme de corrélation est également appelé Diagramme de dispersion, il permet
d’illustrer la relation entre deux phénomènes variables et observer l’influence de l’une sur
l’autre.

2
L’utilisation du diagramme de corrélation passe par plusieurs phases :
Déterminer les 2 phénomènes à étudier (Cause -effet) ;
Recueillir les paires de données à utiliser ;
Tracer la cause sur l’axe des X et l’effet sur l’axe des Y ;
Pointer sur le graphique, les paires de données ;
Trouver l’équation de la droite ;
Analyser le graphique.
Tion

Conclusion :
La gestion de la qualité recouvre l’ensemble des activités qui déterminent les
objectifs, procédures et responsabilités de qualités, et les moyens de les réaliser par :
La planification de la qualité
L’assurance qualité
Le contrôle qualité
La gestion de la qualité est du ressort de l’ensemble d’une organisation, dans ses
projets et en dehors.