Vous êtes sur la page 1sur 1

TP1 : OSCILLATIONS LIBRES DES SYSTEMES A UN DEGRE DE LIBERTE

0 X
k α
Système mécanique, masse, ressort, amortisseur :
m
Après avoir établi l’équation différentielle qui régit le mouvement du système mécanique on trouve les trois solutions de cette équation
(régime oscillatoire amorti ou pseudopériodique, régime critique et régime apériodique). Leurs graphes sont :
1- Régime pseudopériodique : δ < ω0 2- Régime critique : δ = ω0 3- Régime apériodique : δ > ω0
X(t) X(t)
1 1

0
00,00 0,01
t 0
0
0,00 0,01
t

Dans le régime pseudopériodique, 𝑿(𝒕) = 𝑨𝒆−𝜹𝒕 𝐜𝐨𝐬(𝝎𝒂 𝒕 + 𝝋) 𝑒𝑡 𝝎𝒂 = √𝝎𝟐𝟎 − 𝜹𝟐 est la pseudo pulsation.
1)Dispositif expérimental
A la place du système mécanique plus compliqué à réaliser, on étudie les oscillations amorties sur un circuit électrique dont le
comportement est analogue au comportement du système mécanique. L’analogue de x(t) est la charge du condensateur q(t). On observe
1
q(t) en observant la tension aux bornes du condensateur 𝑉𝐶 = 𝑞(𝑡). X(t) est donc remplacée par VC(t).
𝐶
C e(t) tension carrée
CH1
100Ω Amplitude e0 = 0,4 V
rg R L
Fréquence f ≤ 100 Hz
A CH2

E(t) 10Ω C La résistance totale dans le circuit est RT = R+ Rr


e(t) VC(t)
Rr est la résistance résiduelle, celle qui reste toujours dans le circuit
B quand R = 0. La résistance résiduelle est la somme de la nouvelle
résistance interne du nouveau générateur r ’g, de la résistance de la
A bobine rL, de la résistance des fils r Fils, de la résistance des
connexions et contacts : Rr = r’g+ rL+rFils+rconnexions+rcontacts
r’g
R L 𝑹𝑻
e(t) C VC(t) Le facteur d’amortissement est 𝜹 =
𝟐𝑳
E’(t)
𝟏
et la pulsation propre est 𝝎𝟎 = √ .
𝑳𝑪
B

La nouvelle résistance interne r’g du nouveau générateur E’(t) est obtenue en cherchant la résistance équivalente du circuit en pont
diviseur vue entre les points A et B et en court-circuitant le générateur E(t) (le remplacer par un fil).
(𝑅𝐴𝐶 +𝑟𝑔)(𝑅𝐴𝐵 )
On trouve : 𝑟𝑔′ =
(𝑅𝐴𝐶 +𝑟𝑔 +𝑅𝐴𝐵 )
2)Observation des différents régimes :
Pour trouver la résistance critique RC, on met la résistance variable R à zéro et on l’augmente jusqu’à obtenir sur l’écran de l’oscilloscope
le régime critique. Il faut une valeur de RC la plus précise possible.
On suppose que la résistance résiduelle Rr est très petite devant R. Dans ce cas RC = RT = R+ Rr = R
On est dans le cas où δ = ω0. Trouver l’expression de l’inductance L en fonction
de RC et C. L = ? H (Henry).
3) Le régime oscillatoire amorti
On met R = 0. On observe sur l’écran de l’oscilloscope un régime
pseudopériodique. Les oscillations amorties sont assurées par la résistance
𝑹
résiduelle Rr. Dans ce cas 𝜹 = 𝟐𝑳𝒓 . On mesure le décrément logarithmique D et
la période des oscillations amorties ou pseudo période T a. 𝑫=
𝟏 𝑽𝑪 (𝒕)
𝑳𝒏 𝒆𝒕 𝑫 = 𝜹𝑻𝒂.
𝒏 𝑽𝑪 (𝒕+𝒏𝑻𝒂 )
1 𝑉𝐶 (𝑡)
Pour n = 3 par exemple 𝐷 = 𝐿𝑛
3 𝑉𝐶 (𝑡+3𝑇𝑎 )
𝝅
On déduit le facteur d’amortissement δ, le facteur de qualité 𝑸 ≈ 𝑫, la valeur de
𝟏 (𝟒𝝅𝟐 +𝑫𝟐 )
l’inductance 𝑳 = 𝑪𝛚𝟐 et la résistance résiduelle Rr. On donne la pulsation propre : 𝛚0 2 = 𝑻𝟐
(à démontrer)
𝟎 𝒂
Comparer L à la valeur obtenue à partir de la mesure de RC.
4) Application à la mesure de résistances et de capacités inconnues :
On remplace la résistance R et le condensateur C dans le circuit par la résistance inconnue RX et le condensateur inconnu CX. On a 𝜹′ =
𝑹𝑿 +𝑹𝒓 𝟏
𝟐𝑳
et 𝝎𝟎 ′ = √𝑳𝑪 . Faire les mesures comme précédemment (D’ et Ta’), calculer 𝜹′ et ω0’ et déduire RX et CX.
𝑿

Vous aimerez peut-être aussi