Vous êtes sur la page 1sur 51

I

EPIGRAPHE

Perpétuer la race humaine ne doit pas


occasionner un danger pour celle qui donne
naissance.
II

DEDICACE

A vous mes parents, KALAU MUTEJ Jean-Marie et NTANGA SHIMATU


Françoise, pour votre amour, estime, confiance et dévouement que vous n’avez cessé de
ménager en mon endroit ; puissiez-vous trouver en ce travail le fruit de vos sacrifices
consentis pour mon éducation et ma formation.

A vous mes frères et sœurs Jael KALAU, Ellielle KALAU, Benedi KALAU, Tegra
KALAU, trouvez dans ce travail l’expression de ma reconnaissance pour votre amour
fraternel, encouragement et assistance durant toute ma formation.

Aux membres de famille Guy MAF, Joseph BUKASA, Aimé NGOMBA, Laurenne
KAPALANG, Mymy MITANDA, Jean-Pi ILUNGA, Grand-mère TSHIKUTA pour votre
bienveillance et votre amour.

A toi mon amie, MBUYI KABEYA RACHEL, pour ton soutien quotidien et tes
conseils qui m’ont éclairé le chemin, daigne retrouver par ces mots l’expression de mon
profond attachement.

A vous tous qui avez constitué pour moi un soutient et une assistance morale, vous
avez fait preuve de votre affection.

A vous tous, je dédie ce travail.

KALAU KABASH
III

AVANT-PROPOS

Nos remerciements les plus sincères s’adressent premièrement au Professeur


MWEMBO TAMBWE-A-NKOY Albert pour tous les sacrifices avec lesquels il a bien
voulu diriger ce travail scientifique malgré ces multiples fonctions.

Nos remerciements s’adressent également à tout le corps enseignant de l’université


de Lubumbashi et à ceux de la faculté de médecine en particulier ainsi qu’aux médecins des
cliniques universitaires de Lubumbashi pour la formation reçu tout au long de notre cursus
académique.

Nos remerciements s’adressent à nos compagnons de lutte : Serge KAMWABU,


Jonathan MUKAZ, Bob KABAMBA, Channel MUKOSA, Nadej BANZE, Raphael
BUKASA, Espérant DEMONGAWI.

Enfin nos remerciements aux ainés et amis : Dr Richie KIPENGE, Dr Horace


MBAYO, Dr Harvey KAPYA, Dr Trésor KIBANGULA, Dr Dimitri KANYANDA, Dr
Prince MUTEBA, Dr Patrick MUTUNA Dr Dubois BAKONA, Dr Ben MALONDA, Dr
Franck OMANGELO, Dr Florent ZENG, Dr Patient KAYOYO, Devic MWEPU, Gauthier
KASTIN, Decroly INDUNDU pour la formation et les encouragements qu’ils nous ont
donnés.

KALAU KABASH
IV

ABREVIATIONS

ARV: Antirétroviraux

CPN: Consultation prénatale

CPNR: Consultation prénatale recentrée

CUL : Cliniques universitaires de Lubumbashi

EDS: Enquête Démographique de Santé

HGR: Hôpital Général de Référence

KIS: Kisanga

IST: Infection sexuellement transmissible

MIILD: Moustiquaire imprégné d’insecticide à longue durée d’action

OMS: Organisation mondiale de la santé

ORL : oto-rhino-laryngologie

PF : Planning familial

PMI: Protection maternelle infantile

PTME: Prévention de la transmission de la mère à l’enfant

SA : Semaine d’aménorrhée

SP: Sulfadoxine-pyriméthamine

TPI : Traitement présomptif intermittent

VAT: Vaccin antitétanique

VIH: Virus de l’immunodéficience humaine


V

LISTE DES TABLEAUX ET FIGURES

Tableau I : Répartition des gestantes selon la tranche d’âge ................................................ 20


Tableau II : Répartition des gestantes selon le statut matrimonial ....................................... 20
Tableau III : Répartition des gestantes selon le niveau d’instruction ................................... 21
Tableau IV : Répartition des gestantes selon la profession .................................................. 21
Tableau V : Répartition des gestantes selon la commune de résidence ............................... 22
Tableau VI : Répartition des consultantes en fonction de la gestité ..................................... 22
Tableau VII : Répartition des consultantes en fonction de la parité ..................................... 23
Tableau VIII : Répartition selon la qualité du prestataire .................................................... 23
Tableau IX : Répartition des gestantes selon la réalisation de l’examen clinique ............... 25
Tableau X : Répartition des gestantes selon la réalisation de l’échographie obstétricale .... 26
Tableau XI : Répartition des gestantes selon le paquet d’activités de la CPNR .................. 27
Tableau XII : Répartition des gestantes selon le respect du calendrier de la CPNR ............ 28
Tableau XIII : Répartition en fonction du nombre des CPN réalisées ................................. 28
Tableau XIV : Répartition en fonction du niveau de satisfaction des gestantes .................. 29

Figure 1 : Niveau de qualité des infrastructures, des matériels et médicaments nécessaires


pour la CPN .......................................................................................................................... 24
Figure 2 : Répartition des gestantes selon l’âge de la grossesse à la 1ère CPN ................... 26
VI

RESUME

Les consultations prénatales sont reconnues comme étant l’un des principaux
piliers de la lutte contre la mortalité maternelle et infantile. Des évaluations périodiques
s’avèrent nécessaires pour identifier les insuffisances afin de les corriger. L’objectif de
cette étude est de contribuer à la qualité des CPN.
Il s’agit d’une étude descriptive transversale qui s’est déroulée du 13 au 29 mai
2019 aux cliniques universitaires de Lubumbashi et à l’HGR Kisanga et a porté sur 162
gestantes. Les données ont été récoltées auprès des gestantes et par observation directe des
prestataires lors des CPN. Trois composantes ont été évaluées : les ressources, les processus
et les résultats des CPN. Le niveau de qualité a été déterminé par rapport à une échelle
définie.
La qualité des ressources humaines et matérielles était de niveau satisfaisant (score
obtenu=78,26%). En ce qui concerne les activités opérationnels de la CPNR, les lacunes
sont constatées au niveau du plan d’accouchement qui n’était abordé que dans 13,66% des
cas, la distribution des moustiquaires imprégnées d’insecticide dans 51,85% des cas, une
majorité des gestantes (58,64%) ayant débuté la CPN au deuxième trimestre, l’échographie
obstétricale qui n’était pas réalisé dans 36,42% des cas. Le calendrier de la CPNR n’était
respecté que dans 36,42% des cas. La perception des CPN par les gestantes est jugée bonne
(score=96,04%).Le score obtenu pour l’évaluation des résultats des CPN était de 79,00% ;
situant la qualité des résultats de CPN au niveau satisfaisant.

En somme, sur le plan des ressources les deux hôpitaux sont classés au niveau
satisfaisant; les résultats des CPN sont aussi jugés satisfaisants. Les processus sont jugés
bons mais des lacunes ont été observées sur le plan des activités opérationnelles de la
CPNR.

Mots clés : consultations prénatales recentrées, évaluation, qualité des soins


VII

ABSTRACT

Antenatal care services are recognized as one of principal pillars in struggle against
maternal and infant mortality. Periodic assessments prove to be necessary to identify
insufficients in order to correct them. The aim of this study is to contribute to quality of
antenatal care.

Cross sectional study design was conducted from 13 to 29 may 2019 at Clinique
Universitaire de Lubumbashi and HGR Kisanga with 162 pregnant women. Data was
collected from pregnant women during antenatal care and direct observation was also
made. Three components were assessed: input, process and output. Quality’s level was
determined in relation to a defined scale.

Quality of human resources, equipments and materials is satisfactory (score obtain


=78, 26%). About operational activities of refocused antenatal care, gaps were observed on
plan of birth that was discussed in 13,66% of case, mosquito net was distributed in 51,85%
of case, majority of pregnant women (58,64%) began antenatal care in second term,
obstetrical echography was done in 36,42% of case. Calendar of refocused antenatal care
was not followed in 36,42% of case. Perception of antenatal care was judged good (score
obtained=96,04%). Score obtained for evaluation of output was 79,00% that put quality of
output at satisfactory level.

Globally, about resources, both of two hospitals are classified at satisfactory level.
Output of antennal care is also judged satisfactory. Process of antenatal care is judged good
but gaps were observed on operational activities of refocused antenatal care.

Keywords: refocused antenatal care, assessment, quality of care


1

INTRODUCTION

1. Etat de la question

La naissance d’un enfant en bonne santé nécessite un bon suivi de la grossesse.


C’est un événement naturel qui se déroule normalement pour la majorité des femmes
enceintes.

Cependant, près de 303 000 femmes et adolescentes sont décédées en 2015 à la


suite de complications liées à la grossesse et à l’accouchement (1). Environ 99% des décès
maternels, sont survenus dans les pays en développement et 57% en Afrique
subsaharienne. La République Démocratique du Congo est l’un de ceux dont le ratio de
mortalité maternelle est très élevé se situant à 846 décès pour 100000 naissances vivantes.
Ces décès maternels auraient pu être évités si les femmes enceintes avaient eu accès à des
soins prénataux de qualité (2,3).

Les services prénatals sont l’ensemble des interventions prodiguées aux femmes
enceintes par des services de santé organisés. Ils permettent de dépister certains risques
majeurs pour lesquels les actions sont possibles, de prévenir ou dépister et prendre en
charge certaines affections susceptibles de menacer la santé de la mère et de l’enfant, et de
conseiller, soutenir et informer les femmes enceintes et leur famille (4,6).

La consultation prénatale recentrée (CPNR) est un nouveau modèle de


consultation prénatale recommandé par l’OMS qui met l’accent sur la qualité des
consultations prénatales plutôt que sur le nombre de visites. Cette décision fait suite à la
publication sous l’égide de l’OMS des résultats d’un essai clinique randomisé, qui a montré
que la CPNR s’avère tout aussi bénéfique et même plus économique que la CPN classique
(7).

Les consultations prénatales sont reconnues comme étant l’un des trois principaux
piliers de la lutte contre la mortalité maternelle et infantile. Les deux autres piliers étant la
planification familiale, et les soins obstétricaux essentiels dont l’accouchement dans les
conditions optimales d’hygiène et de sécurité. (8). Il est évident que c’est de l’application
rigoureuse du contenu de la CPNR par un personnel qualifié exerçant dans des conditions
2

optimales que dépend la contribution de cette intervention à l’atteinte des objectifs de


réduction de la mortalité maternelle et néonatale (9).

2. Choix et intérêt du sujet

Les consultations prénatales jouent un rôle capital dans la réduction de la mortalité


maternelle et infantile. Des évaluations périodiques s’avèrent donc nécessaires pour
identifier les insuffisances afin de les corriger, et pour adapter le modèle de la CPNR
proposé par l’OMS à chaque établissement de soins.

3. Problématique

Au regard des effets bénéfiques que procurent les consultations prénatales de


qualité portant notamment sur la diminution de la mortalité maternelle et infantile, nous
nous proposons d’évaluer la qualité des CPN dans deux hôpitaux publiques de Lubumbashi
à savoir les Cliniques universitaires de Lubumbashi et l’hôpital général de Kisanga, en se
posant les questions suivantes :
- Quels sont les infrastructures, les ressources humaines et matériels disponibles,
nécessaires pour les CPN dans les dites structures ?
- Quels sont les procédures employées au cours du déroulement des CPN dans
ces hôpitaux ?
- Les gestantes sont-elles satisfaites par rapport aux CPN réalisées ?

4. Objectifs

- Objectif général
L’objectif général de cette étude est de contribuer à la qualité des CPN.
- Objectifs spécifiques:
- Evaluer la qualité des CPN à Lubumbashi ;
- Déterminer la qualité des ressources humaines et matérielles utilisées pour les
CPN ;
- Déterminer la proportion des gestantes ayant reçus le paquet de soins des CPNR
(VAT, TPI, Mebendazole, MIILD, dépistage VIH, Plan d’accouchement) ;
- Déterminer la proportion des gestantes ayant respecté le calendrier la CPNR.
3

5. Délimitation du sujet

Les cliniques universitaires de Lubumbashi et l’hôpital général de référence


Kisanga constituent notre terrain d’investigation pendant la période allant du 13 mai au 29
mai 2019, soit une durée de deux semaines.

6. Subdivision du travail

Outre la partie introductive, la conclusion et les recommandations, notre travail


comprend une partie théorique abordant les généralités sur les consultations prénatales.
La partie pratique contient quant à elle trois chapitres à savoir :
CHAPITRE II : Méthodologie
CHAPITRE III : Présentation des Résultats
CHAPITRE IV : Discussion
4

PARTIE THEORIQUE
5

CHAPITRE I : GENERALITES SUR LES CONSULTATIONS


PRENATALES

I.1. Bref historique de la Consultation prénatale

L’histoire de la consultation prénatale moderne semble débuter en Occident, au


début du XXème siècle. Les Britanniques en attribuent la conception à John William
Ballantyne en 1901, les Australiens à Wilson en 1910 et les Américains à leur Instructive
District Nursing Association du Boston Lying-In Hospital, aussi en 1901.C’est en 1929 que
le contenu standard de la consultation prénatale est mis au point par le Ministère de la Santé
du Royaume-Uni. Il ne changera plus fondamentalement, même si de temps en temps une
technique est ajoutée ou remplacée par une autre jugée dépassée.
Le programme de consultations prénatales prévoyait en moyenne une douzaine de
visites dont trois au moins devaient être faites par le médecin.
Au début des années 1930, la consultation prénatale est remise en question parce
que la mortalité maternelle ne diminue pas. F. Neon Reynolds dans une lettre au Lancet (29
décembre 1934) précisait même que 80%des décès maternels étaient dus à des états
(asepsie, hémorragies, choc) non détectables en consultations prénatales. Les arguments
évoqués pour expliquer pourquoi cette stratégie n’avait pas eu la réponse magique
escomptée étaient :
- la faible proportion de femmes enceintes fréquentant les centres de consultation
prénatale;
- le nombre insuffisant de visites prénatales ;
- le standard de soins inadéquats.
Dans les années 1960, l’évaluation du risque individuel à la consultation prénatale est
devenue habituelle. Les enquêtes confidentielles de décès maternels au Royaume-Uni
avaient objectivé et quantifié dès 1955 à 1957 le risque maternel lié à l’âge et à la parité.
Dans la suite, il a été développé l’approche sur les risques, d’où la publication par
l’OMS vers la fin des années 70 : « Pour une approche des soins de santé maternelle et
infantile fondée sur la notion de risque »et en 1984, son prolongement méthodologique et
conceptuel, «L’approche fondée sur la notion de risque et les soins de santé. Notamment la
santé maternelle et infantile (y compris la planification familiale) ».
6

Cette approche devait permettre d’identifier les femmes à risque et de les orienter
vers les services de santé appropriés. Les pays en développement disposeraient ainsi d’un
outil de prise de décision pour les priorités nationales et locales. L’instrument n’avait donc
plus un objectif d’évaluation du risque individuel mais devenait un outil de prise de
décision programmatique. L’espoir était de réduire le nombre de femmes à prendre en
charge dans les hôpitaux de référence, grâce à un tri basé sur l’approche de risque. Ainsi,
les pays en développement pourraient quand même réduire la mortalité et la morbidité
maternelle et périnatale, sans devoir investir dans un réseau hospitalier couteux en argent et
en ressources humaines (10, 11, 12).

I.2. Consultation prénatale classique

I.2.1. Définition et objectifs de la CPN classique


La consultation prénatale est l’ensemble des soins de qualité qu’une femme reçoit
au cours de la grossesse, en fonction de sa situation individuelle, en vue d’assurer une issue
favorable pour elle-même et son nouveau-né.
Chaque consultation prénatale doit en fonction de sa date au cours de la grossesse,
répondre à certain nombre d’objectifs :
- La première consultation a pour but de confirmer la grossesse (le diagnostic de la
grossesse) et d’évaluer les facteurs de risque.
- Les consultations intermédiaires entre le troisième et le septième mois ont pour but de:
- vérifier la bonne évolution de la grossesse (croissance fœtale) ;
- diagnostiquer les pathologies qui peuvent compromettre la bonne évolution
de la grossesse.
- La consultation du neuvième mois ou dernier mois a pour but de prévoir les modalités
d’accouchement.
a) Première consultation

Elle débute toujours par un interrogatoire approfondi suivi de l’examen clinique,


gynécologique et général. Elle doit :
- confirmer l’état de grossesse
- préciser le terme ou la période d’accouchement
- évaluer les facteurs de risque
7

- prévoir un plan de surveillance


- prodiguer un bon nombre des conseils
- réaliser les examens paracliniques indispensables, soit de manière systématique, soit
adapté à une pathologie d’ordre général ou gravidique.
b) Consultations intermédiaires

Elles permettent une surveillance de l’évolution de la grossesse. Cette surveillance


est nécessaire pour vérifier l’absence des pathologies intercurrentes. Elles reposent sur
l’interrogatoire et l’examen physique.
c) Dernière consultation

Elle a lieu entre la 37ème et la 39ème SA et a pour but de :


- vérifier les possibilités d’accouchement par voie basse (présentation, état du bassin)
- rechercher une disproportion fœto-pelvienne, un obstacle prævia, etc
- prévoir une consultation anesthésique : s’il existe une pathologie notable (cardio-
vasculaire, pulmonaire,…) ou si on prévoit un accouchement par voie haute (une
césarienne) (13, 14, 15).
I.2.2. Equipements et matériels de CPN
La consultation prénatale se déroule dans un endroit éclairé sans bruit et respectant
l’intimité de la gestante.
Les équipements et matériels nécessaires sont:
- table gynécologique,
- source de lumière,
- table de bureau, au moins trois chaises de bureau, bancs en nombre suffisant,
- stéthoscope,
- tensiomètre à mercure,
- fœtoscope (Pinard, De Lee), mètre ruban (au moins deux),
- gravidomètre (réglette),
- pelvimètre,
- horloge,
- balance, pèse-personne avec toise,
- thermomètre,
8

- speculums vaginaux de différentes tailles (petit, moyen et grand),


- poubelle avec couvercle,
- potences,
- escabot,
- bassin réniforme,
- paravent,
- seau,
- hémoglobinomètre.

I.2.3. Activités préventives recommandées au cours de la CPN


Plusieurs activités sont recommandées :
- Le dépistage du Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH) ;
- La vaccination anti tétanique (VAT);
- La supplémentation en fer ;
- La prophylaxie anti-palustre.
I.2.4. Bilan prénatal:
a) Examens complémentaires indispensables sont:

- Le groupe sanguin rhésus ;


- Le test d’Emmel ;
- L’électrophorèse de l’Hémoglobine ;
- L’albuminurie, la glycosurie ;
- La numération formule sanguine ;
- L’échographie obstétricale.
Il est recommandé de faire trois échographies : une première échographie dite de
diagnostic et de datation (avant la 16ème semaine d’aménorrhée) ; une deuxième
échographie qui apprécie la morphologie et le développement du fœtus et de ses annexes,
recherche les malformations fœtales (2ème trimestre) ; une échographie du troisième
trimestre qui permet d’estimer le poids fœtal, de préciser le type de présentation et
éventuellement le degré de flexion de la tête fœtale, de calculer le diamètre bipariétal (BIP,
qui doit être inférieur ou égale à 95 millimètres). Cette dernière échographie combinée à
l’examen clinique permet de faire le pronostic de l’accouchement.
9

b) Les examens complémentaires non indispensables:

Ils sont très nombreux et seront demandés dans les situations spécifiques. On peut
énumérer :
- La sérologie rubéole, la sérologie toxoplasmose ;
- La goutte épaisse (GE), le frottis mince (FM) ;
- L’examen cytobactériologique des urines ;
- Le prélèvement cervical, vaginal plus antibiogramme ;
- La protéinurie de 24 heures ;
- Le test de Coombs indirect ;
- La radiographie du contenu utérin ;
- La glycémie à jeun, la créatinémie etc.

La tendance actuelle de la politique sanitaire nationale propose la CPN recentrée


pour l’amélioration de sa qualité.

I.3. Consultation prénatale recentrée

I.3.1. Concept
Dans la suite de l’utilisation de standard de la CPN, il a été constaté que les
consultations fréquentes n’amélioraient pas nécessairement les résultats de la grossesse et
que les pays en développement n’étaient pas en mesure de les réaliser du point de vue
logistique et financier. Mais aussi beaucoup de femmes enceintes identifiées comme étant «
à haut risque » développent rarement des complications, tandis que celles qui sont censées
être « à faible risque » en développent souvent. C’est pour cette raison que l’OMS a mis en
place le concept de la CPN recentrée.
C’est une approche actualisée de la consultation prénatale qui met l’accent sur la
qualité des consultations plutôt que sur le nombre de visites.
Dans cette approche, on propose au moins 4 visites selon le calendrier suivant :
- Première consultation prénatale (CPN 1) au 1er trimestre : avant la12ème
semaine d’aménorrhée (SA) jusqu’au plus tard à la 14ème SA ou dès que la
femme pense qu’elle est enceinte;
- CPN 2 : entre la 24ème et la 28ème SA;
10

- CPN 3 : à la 32ème SA;


- CPN 4 : à la 36ème SA.
Soit un total de quatre visites de consultation prénatale (CPN) dont deux au dernier
trimestre. Les cas des grossesses à problème peuvent nécessiter des visites additionnelles.
Cela concerne notamment les femmes enceintes vivant avec le VIH, les adolescentes et les
jeunes enceintes, les hypertendues, les diabétiques, les gestantes avec antécédent de fausse
couche à répétition, les drépanocytaires enceintes, les victimes des violences sexuelles
enceintes.
Dans cette approche on met l’accent sur la qualité des prestataires, l’éducation
sanitaire, la qualité de l’infrastructure et la qualité des interventions qui sont mises en place.

I.3.2. Eléments de la CPN recentrée


Les interventions opérationnelles constitutives de la CPNR sont les suivantes :
- Education sanitaire et nutritionnelle
- Dépistage et conseil initié par les prestataires : toute femme enceinte devrait
connaitre son statut sérologique VIH (PTME)
- Prophylaxie et traitement aux antirétroviraux (ARV) et prophylaxie au
cotrimoxazole pour les femmes enceintes vivant avec le VIH
- Vaccination antitétanique (VAT) suivant le calendrier ci-après :
- VAT 1 : dès le premier contact CPN
- VAT 2 : 1 mois après VAT 1
- VAT 3 : 6 mois après VAT 2 (ou à la grossesse suivante)
- VAT 4 : 1 an après VAT 3 (ou à la grossesse suivante)
- VAT 5 : 1 an après VAT 4 (ou à la grossesse suivante)
- Traitement présomptif intermittent (TPI) du paludisme par l’administration de la
Sulfadoxine 500 mg - pyriméthamine 25 mg (SP), per os, en dose unique de 3
comprimés en prise supervisée, suivant le calendrier ci-après :
- SP 1 : à partir de la 16ème semaine, ou dès la perception des mouvements fœtaux
- SP 2 : entre la 24ème et la 28ème semaine de grossesse
- SP 3 : à la 32ème semaine de grossesse, uniquement aux femmes enceintes VIH+
qui ne sont pas sous cotrimoxazole
11

- Promotion de l’utilisation de la moustiquaire imprégnée d’insecticide à longue


durée (MIILD)
- Supplémentation en micronutriment : fer-folate (60 mg fer + 400 mcgfolate), per os,
1 comprimé / jour, dès la première visite CPN jusqu’à 3 mois après l’accouchement
- Traitement présomptif de l’ankylostomiase : une cure de Mebendazole au moins
une fois au cours de la grossesse à partir de la 16ème semaine, per os, à raison de 2
× 1 cé 100 mg / jour / 3 jours, ou 1 cé 500 mg en dose unique, à partir du deuxième
trimestre de la grossesse (pas avant la 16ème SA), puis une deuxième dose 6 mois
après.
- Dépistage et traitement de la syphilis.
- Diagnostic et traitement des Infections sexuellement transmissibles (IST).
- Dépistage et traitement des maladies liées à la grossesse.
- Dépistage des maladies qui influent sur l’évolution de la grossesse.
- Détection des signes de danger.
- Référence à temps des cas des grossesses avec complications

I.3.3. Etapes de la CPN recentrée


Le déroulement normal d’une séance de CPNR suit les étapes ci-après :
1) Préparation de la séance de CPN
2) Accueil bienveillant et communication sympathique pour mettre en confiance la
gestante et son accompagnant
3) Evaluation Rapide et Prise en Charge Immédiate des anomalies
4) Enregistrement des gestantes
5) Prélèvement des signes vitaux (tension artérielle, température, pouls, fréquence
respiratoire)
6) Pesée de la gestante
7) Education sanitaire et nutritionnelle, planifiée, préparée et adaptée
8) Conseil individuel pour le dépistage du VIH
9) Interrogatoire basé sur les antécédents, l’état de santé actuelle de la gestante et sur
l’évolution de la grossesse
12

10) Examen physique et obstétrical axé sur une évaluation de la grossesse et de l’état
de santé de la mère ainsi que sur la recherche de signes de danger et d’éventuelles
complications
11) Identification des besoins et des problèmes
12) Prise en charge des problèmes identifiés par l’administration des mesures
préventives
13) Référence des cas à problème dont la prise en charge dépasse le plateau technique
de la structure
I.3.4. Consultation prénatale de suivi
En plus des gestes de la CPN Initiale, il faut :
- Demander l’histoire depuis la dernière consultation ;
- Rechercher les signes de danger ;
- Procéder à l’examen physique ciblé ;
- Demander les examens complémentaires au besoin ;
- Prescrire les soins préventifs ;
- Prescrire les soins curatifs au besoin ;
- Donner des conseils, y compris la révision du plan pour l’accouchement,
l’utilisation des moustiquaires imprégnées d’insecticides, la Planification
Familiale (PF), les mesures préventives ;
- Rappeler la date probable de l’accouchement ;
- Informer la femme sur la date de la prochaine consultation prénatale. (13)
13

PARTIE PRATIQUE
14

CHAPITRE II : METHODOLOGIE

II.1. Lieu d’étude

Notre étude s’est réalisée dans deux formations sanitaires publiques de la ville de
Lubumbashi à savoir : les cliniques universitaires de Lubumbashi et l’hôpital général de
référence de Kisanga,
Les cliniques universitaires sont situées dans la commune de Lubumbashi. Elles
sont limitées à l'Est par l'avenue Kasaï, à l'Ouest par l'école de santé publique et le Lycée
Tuendelee, au Nord par l'avenue Kambove et au Sud par l'avenue Djamena.
Du point de vue sanitaire, cette institution appartient à la Zone de santé de
Lubumbashi dont elle est un des hôpitaux de Référence.
Les cliniques universitaires renferment quatre grands départements et plusieurs
services. Les départements organisés sont les suivants : la médecine interne, la pédiatrie, la
chirurgie et la gynéco-obstétrique. Comme services nous citerons : l'administration, le
laboratoire, la pharmacie, la réanimation, l'imagerie (Radiologie et échographie),
l'ophtalmologie, les services généraux (la Buanderie), le bloc opératoire, les salles des
urgences, la morgue, le dispensaire qui abrite la réception, la PMI, les CPN ; la
Dermatologie, la neurologie et l’ORL.
Quant à L'hôpital général de référence de Kisanga, il est situé au sud-ouest de la
commune annexe, dans le quartier Kisanga. Dans son environnement immédiat il a au nord,
la route Kasumbalesa (Nationale N°1), au sud l'école primaire MAPENZI ; à l'est l'avenue
Lwizi et à l'ouest les maisons d'habitation.
L' HGR Kisanga compte en son sein les services ci-après : la pédiatrie, la
médecine interne homme et femme, la gynécologie-obstétrique, la chirurgie, les urgences et
dispensaire, le laboratoire, la PMI et la réhabilitation nutritionnelle. Naturellement, en plus
de ces services médicaux et paramédicaux, l'HGR Kisanga compte également des services
généraux tels l'administration, l'intendance, l'entretien. Actuellement en réhabilitation, Les
services de la maternité de l’HGR Kisanga sont temporairement délocalisés vers le centre
de santé La Foi situé non loin de l’HGR Kisanga sur l’avenue La Foi au numéro 42.
15

II.2. Type d’étude

Il s’agit d’une étude descriptive transversale qui s’est déroulée du 13mai 2019 au
29 mai 2019. La population cible était constituée des femmes utilisatrices des services de
CPN appelées gestantes et du personnel de santé impliqué dans leur prise en charge.
Les gestantes ont été choisies par la technique aléatoire systématique, et les
prestataires de soins par le choix raisonné. Les personnels qualifiés (médecins généralistes,
sages-femmes et infirmières) ont été tous impliqués ainsi que les gestionnaires des
médicaments et de matériels techniques.
- Echantillonnage
Selon EDS RDC II, 88% de femmes ont reçu des soins prénatals dispensés par le
personnel formé (2). Avec un risque d’erreur de 5%, il nous a fallu un échantillon de 162
gestantes.
La taille de l’échantillon a été calculée à partir de la formule de Schwartz :
n = p(1-p) Zα2/α2
Avec p : proportion attendu dans la population = 0,88
Zαest lu dans la table de la loi normale centrée réduite, pour une valeur
deα égale au risque d'erreur consenti.Zα=1,96 pour un risque α= 5%
n : taille de l’échantillon = 162.

162

CUL: 36 HGR KIS: 126


16

- Critère d’inclusion
Ont été inclus dans cette étude, le personnel chargé de dispenser la CPN et toutes
les gestantes qui se sont présentées dans les hôpitaux choisis pour une consultation
prénatale au cours de notre période d’étude et qui ont accepté nos conditions de
recrutement. Les sages-femmes et médecins ayant donné un consentement éclairé et ayant
réalisé au moins une CPN lors de la période d’étude ont également été inclus.

- Critère de non inclusion


N’ont pas été incluses dans cette étude, toutes les gestantes ayant refusé de se
soumettre aux conditions de recrutement et celle qui se sont présentées pour d’autre motif
autre que les CPN ou celles incluses ultérieurement.

II.3. Variables de l’étude et cadre d’analyse

a) Variables de l’étude
Pour l’évaluation de la qualité des CPN, nous nous sommes inspirés du cadre
conceptuel d’Avedis Donabedian sur l’évaluation de la qualité des soins et des services, en
examinant les trois composantes suivantes : les ressources, les processus et les résultats ou
output (16). Les paramètres d’appréciation de chaque composante ont été retenus sur la
base des protocoles et normes du Ministère National de la santé, de l’OMS et de la
littérature internationale (4, 5, 13).

RESSOURCES PROCESSUS RESULTATS

- Humaines  Périodicité  Opinion des


- Matérielles  Interrogatoire gestantes
- Médicaments  Interventions  Respect du
essentiels opérationnelles calendrier CPNR
- Infrastructures  Echographies
17

b) Cadre d’analyse
Le cadre d’analyse pour les variables explicatives se présente de la manière suivante :
- Pour les ressources humaines, ceux-ci étaient de qualité lorsque la CPN était réalisée
soit par un médecin détenteur du diplôme de docteur en médecine ou soit une
infirmière détentrice du diplôme de niveau de formation A3. Dans le cas contraire les
ressources humaines sont de qualité médiocre.
- Pour les ressources matérielles ; les médicaments essentiels, les infrastructures et les
équipements des services de CPN ont constitué les principaux paramètres
d’évaluation. Ils ont été évaluer à travers la présence ou l’absence des éléments
suivants : salle d’attente, salle de causerie éducative, salle de counseling, local
d'examen physique, salle de soins, toilettes, point d'eau, fer et acide folique, SP,
Mebendazole, MIILD, VAT, stéthoscope, tensiomètre, fœtoscope, pelvimètre,
thermomètre, mètre ruban, Pèse-personne, spéculum, doigtier à usage unique, lampe
d’éclairage, table d’examen gynécologique.
Une cote d’un point était attribuée à chaque élément lorsqu’il était présent et aucun
point n’était donné lorsqu’un élément était absent. La somme des points convertie en
pourcentage a permis de situer le niveau de qualité de la structure sur l’échelle
suivante (17) :

Bon : score  80 %

Satisfaisant : 60 %  score  80 %

Mauvais : score  60 %

- En ce qui concerne les processus de la CPN, ils ont été évalués à travers l’examen
clinique et les interventions opérationnelles de la CPNR.
18

L’examen clinique comprenait les éléments suivants : l’interrogatoire, la recherche


des antécédents médicaux et obstétricaux, la prise des signes vitaux (surtout la TA), la
mesure du poids, la mesure de la hauteur utérine, la palpation abdominale,
l’auscultation des BCF, le toucher vaginale et la réalisation de l’échographie
obstétricale.
- Les interventions opérationnelles de la CPNR comprenaient les paramètres suivants :
Conseil sanitaire et nutritionnel, le VAT, la prophylaxie au SP, la distribution des
MIILD, la supplémentation en fer et acide folique, le déparasitage au Mebendazole, le
dépistage du VIH et la discussion du plan d’accouchement.
Le pourcentage globale obtenu par la moyenne arithmétique des pourcentages des
différents éléments constitutifs des processus de CPN a permis de déterminer le
niveau de qualité des processus en se situant sur l’échelle décrite précédemment (17).

- Le résultat ou output des CPN a été évalué par les éléments suivants: L’âge de la
grossesse à la CPN1, le respect du calendrier de la CPNR et la satisfaction des
gestantes. Cette dernière a été évaluée par la qualité de l’accueil, la communication
interpersonnelle, la prise en charge médicale, les aspects organisationnels et le cout
d’accès à la consultation prénatale. Le pourcentage moyen de ces différents
paramètres a permis d’évaluer la qualité des résultats sur l’échelle montrée
précédemment (17).

II.4. Technique et outils de collecte des données

Les observations ont été faites dans la plus grande discrétion possible et en restant
totalement passif. Une observation directe des prestataires pendant chaque CPN face à une
gestante était réalisée en remplissant un check list.
L’opinion des gestantes a été demandée pendant la CPN ou parfois à la sortie de la
salle de consultation après l’observation.

II.5. Analyse des données

Les données, après codification, ont été traitées et analysées à l’aide du logiciel
EpiInfo7.2.2.6.
19

II.6. Considérations éthiques

Les sages-femmes ont expliqué aux gestantes notre présence en indiquant les
objectifs de l’enquête.
- La participation était consentante.
- L’enquête ne comportait pas de risque de morbidité pour les personnes interrogées.
- Le respect de la personne était garanti.
- La confidentialité et l’anonymat des informations recueillies étaient garantis.
20

CHAPITRE III : PRESENTATION DES RESULTATS

III.1. CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DES


GESTANTES

Tableau I : Répartition des gestantes selon la tranche d’âge

Age Effectifs Pourcentage


 18 ans 1 0,62
19 – 24 ans 41 25,31
25 – 29 ans 66 40,74
30 – 34 ans 35 21,60
35 – 39 ans 16 9,88
 40 ans 3 1,85
Total 162 100,00

De ce tableau, il se dégage que la tranche d’âge de 25 à 29 ans est la plus représentée avec
un taux de 40,74%.La moyenne d’âge des gestantes est de 28 ans, les extrêmes allant de 18
à 41 ans.

Tableau II : Répartition des gestantes selon le statut matrimonial


Statut matrimonial Effectifs Pourcentage

Célibataire 19 11,73

Divorcé 2 1,23

Mariée 140 86,42

Veuve 1 0,62

Total 162 100,00

Ce tableau montre que la majorité des gestantes (86,42%) est mariée et une faible
proportion de veuve (0,62%) parmi les gestantes.
21

Tableau III : Répartition des gestantes selon le niveau d’instruction


Niveau d’instruction Effectif Pourcentage

Sans 1 0,62

Primaire 24 14,81

Secondaire 104 64,20

Supérieur et universitaire 33 20,37

Total 162 100,00

De ce tableau, il se dégage que 84,57% des gestantes avaient au moins un niveau


secondaire de leur instruction et parmi elles, 64% avaient ce niveau secondaire de leur
instruction.

Tableau IV : Répartition des gestantes selon la profession


Profession Effectifs Pourcentage

Aucune 11 6,79

Fonctionnaire 3 1,85

Libérale 30 18,52

Ménagère 99 61,11

Vendeuse 19 11,73

Total 162 100,00

Ce tableau montre que les gestantes étaient majoritairement ménagères (61,11%) et celles
fonctionnaires étaient les moins représentées (1,85%).
22

Tableau V : Répartition des gestantes selon la commune de résidence


Commune de résidence Effectifs Pourcentage

Annexe 13 8,02

Kamalondo 3 1,85

Kampemba 6 3,70

Katuba 119 73,46

Lubumbashi 21 12,96

Total 162 100,00

De ce tableau, il se dégage que 73,46% des gestantes résidaient dans la commune de la


Katuba, suivi de 12,96% dans la commune de Lubumbashi et 8,02% dans la commune
annexe.

Tableau VI : Répartition des consultantes en fonction de la gestité


Gestité Effectifs Pourcentage

Multigeste 69 42,59

Paucigeste 61 37,65

Primigeste 32 19,75

Total 162 100,00

Ce tableau montre que les multigestes sont les plus représentées avec un taux de 42, 59%
suivi des paucigestes (37,65%). Les primigestes étaient les moins représentées (19,75%).
23

Tableau VII : Répartition des consultantes en fonction de la parité


Parité Effectifs Pourcentage

Multipare 35 21,60

Nullipare 43 26,54

Paucipare 56 34,57

Primipare 28 17,28

Total 162 100,00

De ce tableau, il se dégage que les paucipares sont les plus représentés avec un taux de
34,57% et les primipares étaient minoritaires (17,28%).

III.2. INTRANTS POUR CPN : RESSOURCES HUMAINES, MATERIELS


ET MEDICAMENTS

Tableau VIII : Répartition selon la qualité du prestataire


Qualité du prestataire Effectifs Pourcentage

Infirmière (sage-femme) 155 95,68

Médecin généraliste 7 4,32

Total 162 100,00

Ce tableau montre que la majorité des CPN était dispensé le personnel infirmier (95,68%)
et dans 4,32% des cas, les CPN étaient assurées par le médecin généraliste. Dans tous les
cas le personnel qui dispensait la CPN était qualifié.
24

Figure 1 : Niveau de qualité des infrastructures, des matériels et médicaments


nécessaires pour la CPN

INFRASTRUCTURES MEDICAMENTS

Salle d’attente=1, Salle de Fer-Acidefolique=1


causerie éducative=0, Salle SP=1
de counseling=0, Local Mebendazole=1
d'examen physique=1, Salle MIILD=0
de soins=1, Toilettes=1, VAT=1
Point d'eau=1
4/5
5/7

SCORE
OBTENU =
18/23
(78,26%)

EQUIPEMENTS ET MATERIELS

Stéthoscope=1, Tensiomètre=1,
Fœtoscope=1, Pelvimètre=0,
Thermomètre=1, Mètre
ruban=1, Pèse-personne=1,
Spéculum=1, Doigtier à usage
unique=1, Lampe d’éclairage=0,
Table d’examen
gynécologique=1

9/11
25

Cette figure montre que le score obtenu pour le niveau de qualité des structures sanitaires
est satisfaisant (18/23 = 78,26%). Il est à noter l’absence de salle de causerie éducative,
salle de counseling, de MIILD, de pelvimètre et de lampe d’éclairage.

III.3. PROCESSUS DE LA CPN

Tableau IX : Répartition des gestantes selon la réalisation de l’examen clinique


Examen clinique Effectifs Pourcentage

Interrogatoire 154 95,06

Antécédents médicaux et obstétricaux 136 83,95

Signes vitaux (TA) 160 98,77

Mesure du poids 161 99,38


Hauteur utérine 140 86,42

Palpation abdominale 140 86,42

Auscultation des BCF 137 84,57

Toucher vaginal 129 79,63

De ce tableau, il se dégage que l’interrogatoire a été réalisé chez 95,06% des gestantes. Les
antécédents médicaux et obstétricaux ont été demandés 83,95% des cas. Le prélèvement
des signes vitaux (TA) était effectué chez 98,77% des gestantes. La quasi-totalité (99,38%)
des gestantes a bénéficié de la mesure du poids. La mesure de la hauteur utérine et la
palpation abdominale ont été réalisées chez 86,42% des gestantes. La prise des BCF chez
84,57% des gestantes. Le toucher vaginal été fait chez 79,63% des gestantes.
26

Age de la grossesse à la CPN1

58,64%
100
90
80
70 36,42%
60
95
50
40
59
30
20
4,94%
10 8
0
1er trimestre 2ème trimestre 3ème trimestre

Effectifs Pourcentage

Figure 2 : Répartition des gestantes selon l’âge de la grossesse à la 1ère CPN


Cette figure montre que la majorité des gestantes (58,64%) avait commencé la CPN au
deuxième trimestre de la grossesse et 4,94% avaient commencé au dernier trimestre.

Tableau X : Répartition des gestantes selon la réalisation de l’échographie obstétricale


Echographie obstétricale Effectifs Pourcentage

Réalisée 103 63,58

Non réalisée 59 36,42

Total 162 100,00


27

De ce tableau, il se dégage que l’échographie obstétricale n’a pas été pas réalisée chez
36,42% des gestantes.

Tableau XI : Répartition des gestantes selon le paquet d’activités de la CPNR


Paquet d’activités Effectifs Pourcentage

Conseil sanitaire et nutritionnel 151 93,21

Moustiquaire imprégné d’insecticide 84 51,85

VAT 161 99,38

Sulfadoxine-pyriméthamine 159 98,15

Mebendazole 155 95,68

Fer-acide folique 160 98,77

Plan d’accouchement 22 13,66

Dépistage au VIH 150 92,59

De ce tableau, il se dégage que la majorité des gestantes (93,21%) a reçu des conseils
sanitaires et nutritionnels. Seuls 51,85% des gestantes ont reçu la MIILD. La quasi-totalité
des gestantes a reçu le vaccin antitétanique ainsi que la supplémentation en fer et en acide
folique à des taux respectifs de 99,38% et 98,77%. La prophylaxie antipaludéenne au
Sulfadoxine-pyriméthamine a été administrée à 98,15% des gestantes. Environ 95% des
gestantes ont reçu déparasitage au Mebendazole. Le plan d’accouchement n’a été discuté
qu’avec 13,66% des gestantes. Le dépistage au VIH était effectué chez 92,59% des
gestantes.

Le score obtenu pour les processus de CPN est de 80,97%, situant la qualité des processus
au niveau bon.
28

III.4. OUTPUT

Tableau XII : Répartition des gestantes selon le respect du calendrier de la CPNR


Respect du calendrier CPNR Effectifs Pourcentage

Oui 59 36,42

Non 103 63,58

Total 162 100,00

De ce tableau, il se dégage que la majorité des gestantes (63,58%) n’a pas respecté le
calendrier de la CPNR.

Tableau XIII : Répartition en fonction du nombre des CPN réalisées


Nombre de CPN Effectifs Pourcentage

<4 103 63,58

4 59 36,42

Total 162 100,00

Ce tableau, il ressort que 36,42% des gestantes ont réalisés au moins 4 CPN au cours de la
grossesse.
29

Tableau XIV : Répartition en fonction du niveau de satisfaction des gestantes


Critère de satisfaction Effectifs Pourcentage

Accueil 159 98,15

Communication 148 91,93

Accessibilité financière 152 93,83

Organisation des services 158 97,53

Qualité de la prise en charge 160 98,77

De ce tableau, il se dégage que 98,15% des gestantes ont jugé que l’accueil aux CPN était
bon. Une proportion de 91,93% des gestantes ont jugé la communication avec le personnel
soignant bonne. Une grande majorité des gestantes (93,83%) a trouvé le cout financier des
CPN accessible. 97,53% des gestantes ont jugé l’organisation des services de CPN bonne.
La quasi-totalité des gestante (98,77%) a jugé que la qualité de prise en charge était bonne.

Le score global obtenu pour l’évaluation des résultats des CPN ou output est de 79,00% ;
situant la qualité des résultats au niveau satisfaisant.
30

CHAPITRE IV : DISCUSSION

Pour l’évaluation des CPN, nous nous sommes basé sur le concept de Donabedian
prenant en comptes les ressources, les processus et les résultats (16). Ainsi pour les CPN,
nous avons eu à évaluer :

- les ressources humaines et matérielles nécessaires pour dispenser les CPN ;


- les processus : examen clinique et interventions opérationnelles de la CPNR
- les résultats : respect du calendrier des CPNR et opinions des gestantes.

Un score calculé et exprimé en pourcentage pour chacun des trois paramètres à


évaluer a permis de situer le niveau de qualité sur l’échelle suivante :
- «bon» si le score calculé a été ≥ 80 %,
- «satisfaisant» s’il a été compris entre 60% et 80% et
- «mauvais» s’il a été < 60 %. (17)

IV.1. Caractéristiques sociodémographiques

Dans notre étude la tranche d’âge la plus représentée était comprise entre 25 à 29
ans avec un taux de 40,74%. La moyenne d’âge des gestantes était de 28 ans, les extrêmes
allant de 18 à 41 ans. Chez Tshabu A. et al. la tranche d’âge la plus représentée se situe
entre 22 et 28 ans avec un taux de 63,42%. La moyenne d’âge des gestantes était de 27 ans,
les extrêmes allant de 17 ans à 39 ans (18). Cela peut s’expliquer par une relative entrée
précoce en mariage dans les sociétés africaines.

Il ressort de notre étude que 64,20% des gestantes avaient un niveau secondaire de
leur instruction et que 84,57% des gestantes avaient au moins un niveau secondaire de leur
instruction. Par contre Tshabu A. et al.ont trouvé que 85% des gestantes avaient au moins le
niveau primaire (18).

Au cours de notre enquête 86,42% des gestantes était mariée. Ce taux est inférieur
à celui de Chimwemwe L. et Linda A. au Malawi qui ont trouvé 93% des gestantes étaient
mariées (19).

Les gestantes étaient majoritairement ménagères (61,11%) dans notre étude. Ce


qui contraste avec Tshabu A. et al qui ont trouvé que les gestantes fonctionnaires étaient les
31

plus représentées soit 30,11% (18). Ceci pourrait s’expliquer par la rareté d’emplois dans le
secteur étatique dans notre milieu.

La grande majorité des gestantes (73,46%) résidaient dans la commune de la


Katuba. Cela peut s’expliquer par la proximité de leur résidence par rapport à l’HGR
Kisanga qui reprenait plus de trois-quarts de nos enquêtées.

Les multigestes étaient les plus représentées avec un taux de 42,59%. Cependant
Tshabu A. et al ont trouvé que les paucigestes étaient les plus majoritaires avec un taux de
46,72% (18).

Les paucipares étaient les plus représentés dans notre étude avec un taux de
34,57%. Ce résultat contraste avec celui de Tshabu A. et al qui ont trouvé que la majorité
(36,18%) des gestantes était nullipare (18)

IV.2. Qualité des ressources

Il ressort de notre étude que la CPN était assurée dans 95,68% des cas par les
infirmières sages-femmes et dans 4,32% par le médecin généraliste. Dans tous les cas les
CPN étaient assurées par le personnel qualifié. Ce que confirme Ndjongo A. qui a trouvé
dans son étude que 87% des CPN éµtaient dispensé par les sages-femmes et 10,3% par le
médecin généraliste (20). Cette différence de taux pourrait s’expliquer par une présence
permanente des infirmières que des médecins dans les services de PMI de nos structures
sanitaires.

Dans notre étude, le score obtenu pour l’évaluation de la qualité des structures
(18/23=78,26%) nous a permis de les situer au niveau satisfaisant. Ce résultat est similaire
à celui trouvé par Saizonou J. et al. qui avaient trouvé un score de 70,0% (21). Ce taux non
optimal s’expliquerait par une infrastructure des CPN incomplète (absence de salle de
causerie éducative, absence de salle de counseling), l’absence de certains matériels tels que
le pelvimètre, la lampe d’éclairage pour examen gynécologie ; la rupture du stock de
moustiquaire imprégnée.
32

IV.3. Processus

Dans notre étude, l’interrogatoire était réalisé chez 95,06% des gestantes, les
antécédents médicaux et obstétricaux ont été demandés chez 83,95%. Dans l’étude de
Tshabu A. et al les prestataires ont réalisé l’interrogatoire dans 74,1%(18).

Il se dégage de notre étude que le prélèvement des signes vitaux était effectué chez
98,77% des gestantes. La quasi-totalité des gestantes (99,38%) a bénéficié de la mesure du
poids. La mesure de la hauteur utérine et la palpation abdominale ont été réalisées chez
86,42% des gestantes. La prise des BCF chez 84,57% des gestantes. Le toucher vaginal été
fait chez 79,63% des gestantes. Ces taux sont proches à ceux de Tshabu A. et al (18) et de
Biakabuswa M (22).

La majorité des gestantes (93,21%) a reçu des conseils sanitaires et nutritionnels.


Ce taux est supérieur au 35% dans l’étude de Pembe et al (23) et au 73,1% trouvé par
Anya et al (24).

Il ressort de notre étude que 51,85% des gestantes ont reçu la MIILD. Ce taux bas
contraste avec celui trouvé par Seydou Z.D et al qui est de 71,4%(25). Ceci s’explique par
la rupture de stock en moustiquaire imprégnée d’insecticide durant la période de notre
enquête. Dans notre étude, 99,38% des gestantes ont reçu le vaccin antitétanique ce chiffre
est meilleur que celui de Tshabu A. et al qui est de 98,8%. La supplémentation en fer et en
acide folique était de 98,77% (18). Ce taux est proche à celui trouvé par Seydou Z.D. et al
qui est de 100% (25). La prophylaxie antipaludéenne au Sulfadoxine-pyriméthamine a été
administrée à 98,15% des gestantes. Ce taux est supérieur à celui de Seydou Z.D et
al (46,7%).

Dans notre étude, il ressort que 95% des gestantes ont reçu le déparasitage au
Mebendazole.

Il se dégage de notre étude que le plan d’accouchement n’était discuté que chez
13,66% des gestantes. Cependant Seydou Z.D. et al ont rapporté que les explications sur le
plan d’accouchement étaient données dans 61,4% des cas (25).Cette différence pourrait
33

s’expliquer par le manque de connaissance de l’importance du plan d’accouchement et par


la précipitation pour finir les séances.

Dans notre étude, le dépistage au VIH était effectué chez 92,59% des gestantes. Ce
taux est largement supérieur à celui de Coulibaly chez qui le dépistage volontaire du VIH
n’a été réalisé que dans 13,5%des cas (26).
Il ressort de notre étude que la majorité des gestantes (58,64%) avait commencé la
CPN au deuxième trimestre de la grossesse et 4,94% avaient commencé la CPN au dernier
trimestre. Ce taux est meilleur que celui de Ndjongo A. qui a trouvé que76% des gestantes
avaient débuté la CPN aux deux derniers trimestres (20). Ce taux élevé de début tardif des
CPN pourrait s’expliquer par une faible sensibilisation des femmes en âge de procréer sur
l’importance des CPN en début de grossesse.
L’échographie n’a pas été pas réalisée chez 36,42% des gestantes. Ce taux est
inférieur à celui de Coulibaly : qui était demandé dans 81,5% des cas (26). Le faible taux
pourrait s’expliquer par l’absence d’échographiste en permanence à l’HGR Kisanga mais
aussi par la précarité des moyens financiers des gestantes.

Les processus de CPN ont été réalisés avec des scores bons (80,97%)
contrairement aux résultats de l’étude de Saizonou et al qui avaient montré que la qualité
des processus était satisfaisante (21). Les raisons évoquées dans cette dernière étude étaient
que les directives en matière de l’examen physique, des conseils sanitaires et nutritionnels
n’étaient pas respectés.

IV.4. Résultat et perception des gestantes

Il ressort de notre étude que la majorité des gestantes (63,58%) n’a pas respecté le
calendrier de la CPNR. Ceci pourrait s’expliquer par des consultations irrégulières des CPN
associées à un début tardif des CPN.

Dans notre étude, il se dégage que 36,42% des gestantes ont réalisés au moins 4
CPN. Ce résultat est similaire à celui de Tshabu et al. qui a trouvé que 37,63% des
gestantes avaient réalisés au moins 4 CPN (18). Ce faible taux s’expliquerait par un début
tardif des CPN.
34

Au cours de notre enquête 98,15% des gestantes ont jugé que l’accueil aux CPN
était bon. Ce chiffre est proche à celui trouvé par Seydou Z.D. et al qui ont trouvé que
l’accueil était fait selon les normes dans 98,8% des cas (25).

Dans notre étude, 91% des gestantes ont jugé la communication avec le personnel
soignant bonne. Une grande majorité des gestantes avec un taux de 93,83% a trouvé le cout
financier des CPN accessible. Ces chiffres sont meilleurs que ceux de Saizonou J. et al qui
a trouvé que la communication et le cout financier étaient jugés bons dans 63,75% des
cas(21).

La quasi-totalité des gestantes (98,77%) a jugé que la qualité de prise en charge


était bonne. Ce chiffre est meilleur que celui d’Olufemi et al : 81,4% (27).

Une grande majorité des gestantes (97,53%) ont jugé que l’organisation des
services de CPN était bonne. Ce taux est meilleur à celui de Rwenge au Cameroun (28) qui
a rapporté dans son étude que 82 % des gestantes étaient satisfaites du point de vue des
soins reçus et de l’organisation des services.

Le score obtenu pour l’évaluation des résultats des CPN ou output est de 79,00% ;
situant la qualité des résultats au niveau satisfaisant. Ceci est similaire au résultat trouvé par
Saizonou J. et al qui a rapporté un niveau de satisfaction moyen par les gestantes (21).

IV.5. Limites de l’étude

Notre étude a présenté certaines limites notamment en ce qui concerne l’évaluation


des structures et des matériels. Elle n’a pas pris en compte certains aspects tels que la
qualité des murs, la propreté des toilettes, le système d’élimination des déchets, la
désinfection du matériel, les kits et réactifs pour les examens de laboratoires rapides.

Au plan des processus, notre étude n’a pas inclus les autres bilans paracliniques
des CPNR (Glycémie, albuminurie, groupage rhésus, NFS…) en dehors de l’échographie
obstétricale, certains gestes d’hygiènes tels que le lavage des mains par les prestataires.
35

CONCLUSION

Notre étude montre que la qualité des structures et matériels pour les CPN sont de
niveau satisfaisant (score obtenu=78,26%) mais il existe des défaillances entre autres :
l’absence d’une salle de causerie éducative, l’absence d’une salle pour le counseling,
l’absence de pelvimètre et de lumière portative ainsi que la rupture en stock de
moustiquaire imprégnée d’insecticide. Dans tous les cas, les CPN ont été dispensé par le
personnel qualifié (infirmière de niveau A3, médecin généraliste).

Au niveau des processus, on note que les procédures des CPN étaient
majoritairement respectées, le score obtenu (80,97%) les situant au niveau bon. Dans
certains cas l’examen clinique n’était pas complet surtout en ce qui concerne le toucher
vaginal qui n’était fait que dans 79,63% des cas. En ce qui concerne les activités
opérationnels de la CPNR, leur taux d’exécution était de niveau bon (score =
80,41%).Toutefois des lacunes sont constatées au niveau du plan d’accouchement qui
n’était abordé que dans 13,66% des cas, la distribution des moustiquaires imprégnées
d’insecticide dans 51,85% des cas, une majorité des gestantes (58,64%) débutant la CPN au
deuxième trimestre, l’échographie obstétricale qui n’a pas été réalisé dans 36,42% des cas.

Les résultats des CPN montrent que le calendrier de la CPNR n’était respecté que
dans 36,42% des cas. La qualité de l’accueil, la communication avec le personnel sanitaire,
le cout financier de la CPN, l’organisation des services et la qualité des soins sont jugés
bons par les gestantes (score=96,04%).Le score global obtenu pour l’évaluation des
résultats des CPN ou output est de 79,00% ; situant la qualité des résultats au niveau
satisfaisant.

En somme, sur le plan structurel les deux hôpitaux sont classés au niveau
satisfaisant; les résultats des CPN sont jugés bons mais tout comme dans d’autres études
des lacunes ont été observées sur le plan des processus.
36

RECOMMANDATIONS

Les recommandations que nous formulons au terme de cette étude s’adressent:

1. Aux personnels de santé :

- Appliquer plus rigoureusement


- les normes et procédures en santé de la reproduction
- Renforcer l’interaction patiente soignant au cours des CPN sur le plan
d’accouchement, et les avantages à débuter la CPN au premier trimestre.
- Assurer une collaboration étroite entre les sages-femmes et médecin (gynécologue-
obstétricien dans le suivi des gestantes à risque).

2. Aux Autorités sanitaires :

- Equiper adéquatement les hôpitaux et plus particulièrement l’unité de CPN en


infrastructures et matériels indispensables pour la CPN et anticiper les ruptures de
stock en médicaments pour les CPNR.
- Améliorer l’état des structures selon les normes de référence.

3. Aux gestantes :

- Consulter le plus tôt possible le personnel de santé en cas de retard des règles et
suivre régulièrement les CPN et respecter les rendez-vous.
- Suivre correctement les conseils donnés par les prestataires et être consciente
qu’elle est la première responsable et la première bénéficiaire de son bon état de
santé.
37

REFERENCES

1. Alkema L, Chou D, Hogan D, Zhang S, Moller AB, Gemmill A,Global, regional,


and national levels and trends in maternal mortality between 1990 and 2015, with
scenario-based projections to 2030: a systematic analysis by the UN Maternal
Mortality Estimation Inter-Agency Group. Lancet. 2016;387(10017):462–474.
doi:10.1016/S0140-6736(15)00838-7.
2. République Démocratique du Congo. Enquête démographique
etdesantéEDSRDCII20132014,[enligne]https://dhsprogram.com/pubs/pdf/FR300/F
R300.pdf
3. Mortalité maternelle : Principaux repères. Genève : Organisation mondiale de la
Santé ; 2016 (http://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/maternal-
mortality)
4. WHO. Whatis the effectiveness of antenatal care? (Supplement) Copenhagen, WHO
Regional Office for Europe. Health Evidence Network
report;http://www.euro.who.int/Document/E87997pdf.
5. Prual A, de Bernis L, Ould El Joud D. Rôle potentiel de la consultation prénatale
dans la lutte contre la mortalité maternelle et la mortalité néonatale en Afrique sub-
saharienne. J GynécolObstetBiolReprod. 2002;31:90-9.
6. Chalmers B, Mangiaterra V, Porter R. WHO principles of perinatal care: the
essential antenatal, perinatal, and postpartum care course. Birth. 2001;28:202-7.
7. Gerein N, Mayhew S, Lubben M. A framework for a new approach to antenatal
care. International Journal Of Gynaecology And Obstetrics. 2003;80:175-82.
8. De Brouwere V, Van Lerberghe W. Réduire les risques de maternité : Stratégies et
Évidence Scientifique. Studies in Health Services Organisation & Policy; 2001.
p.480.
9. Prual A, Touré A, Huguet D, Laurent Y. The quality of risk factor screening
duringantenatal consultations in Niger. Health Policy Plan. 2000;15:11-6.
10. De Brouwere V, Tonglet R, Van Lerberghe W. « La Maternité sans Risque »dans
les pays en développement: les leçons de l’histoire. Studies in Health Services
organisation &policy, 6, Antwerp, ITGpress. 1997.
38

11. Organisation mondiale de la santé. Pour une approche des soins de santé maternelle
et infantile fondée sur la notion de risque. OMS, (Ed) 1 Genève 1978.
12. Backett M, Davies A.M. and Petros-Barvazian A. L’approche fondée sur la notion
de risque et les soins de santé. Notamment la santé maternelle et infantile (y
compris la planification familiale), Genève: OMS. 1984.
13. République Démocratique du Congo. Normes de la zone de sante relatives aux
interventions intégrées de sante de la mère, du nouveau-né et de l’enfant en
République démocratique du Congo,[en
ligne]surwww.mediacongo.net/docs/jobaof/2014/oms_20141202_SMNE.pdf
14. WHO. Maternalanthropometry and pregnancyoutcomes. A WHO collaborative
Study. Bull of the World HealthOrganization 1995; 73 (Suppl): 1-98.
15. Mwembo TA, Surveillance de la grossesse, inédit, UNILU, Notes de cours.2017
16. Donabedian A. The sevenpillars of quality? Archives of Pathology and
LaboratoryMedicine. 1990;121:1115-8.
17. Haute Autorité de Santé de France. Manuel de certification des établissements de
santé et guide de cotation. [En ligne] Disponible sur :
http://www.hassante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/20070601_manuelv2007
.pdf
18. Tshabu A., Tonato B, Klikpezo R. et al. Evaluation de la consultation prénatale
recentrée dans deux Maternités de Cotonou au bénin. Journal de la Société de
Biologie Clinique du Bénin, 2015 ; N° 022 ; 72-76
19. Leticia ChimwemweSuwedi-Kapesa, Alinane Linda Nyondo-MipandoAssessment
of the quality of care in MaternityWaiting Homes (MWHs) in Mulanje District,
Malawi. 2018
20. Djongo. A. Evaluation e la qualité des CPN au CSRéf de Mpoti thèse de
Médecine(2017).
21. J. Saizonou, D.V. Agueh, B. Aguemon et al Évaluation de la qualité des services de
consultation prénatale recentrée à l’hôpital de district de Suru-Léré au Bénin. 2014
22. Biakabuswa M. A., Evaluation normative de la consultation prénatale auprès des
femmes enceintes qui fréquentent le centre hospitalier Luyindu à Kinshasa, 2016.
39

23. Pembe BA, Urassa PD, Carlstedt A, Lindmark G, NysromL ,Darj E. Rural
Tanzanianwomen'sawareness of danger signs of obstetric complications. BMC
Pregnancy and Childbirth. 2009;9:12p.
24. Anya ES, Hydara A, Jaiteh ES L. Antenatal care in The Gambia:
Missedopportunity for infor-mation, education and communication. BMC
Pregnancy and Childbirth. 2008; 8:9p.
25. Seydou ZD, Bakary Abou Traoré et al. Evaluation de la qualité de la consultation
prénatale recentrée dans les centres de sante communautaires de la Commune II du
district de Bamako, mali.2018
26. Coulibaly O.T. Evaluation de la qualité des consultations prénatales au centre de
Santé de référence de la Commune I du district de Bamako Mali, 2012
27. Olufemi T, Oladapo L, Christianah A, Iyani W, Adewale OS. QualityofAntenatal
Services at the Primary Care. Afr J ReprodHealth. 2008;12:71-92
28. Rwenge M. La qualité des soins prénatals selon la perspective des clients au
Cameroun. Étude de la Population Africaine. 2009.
40

TABLE DES MATIÈRES

EPIGRAPHE ........................................................................................................................... I
DEDICACE ........................................................................................................................... II
AVANT-PROPOS ................................................................................................................ III
ABREVIATIONS ................................................................................................................. IV
LISTE DES TABLEAUX ET FIGURES .............................................................................. V
RESUME .............................................................................................................................. VI
SUMMARY ................................................................................ Erreur ! Signet non défini.
INTRODUCTION .................................................................................................................. 1
1. Etat de la question ....................................................................................................... 1
2. Choix et intérêt du sujet ............................................................................................... 2
3. Problématique .............................................................................................................. 2
4. Objectifs ...................................................................................................................... 2
5. Délimitation du sujet ................................................................................................... 3
6. Subdivision du travail .................................................................................................. 3
CHAPITRE I : GENERALITES SUR LES CONSULTATIONS PRENATALES .............. 5
I.1. Bref historique de la Consultation prénatale ............................................................... 5
I.2. Consultation prénatale classique .................................................................................. 6
I.2.1. Définition et objectifs de la CPN classique ........................................................... 6
I.2.2. Equipements et matériels de CPN ......................................................................... 7
I.2.3. Activités préventives recommandées au cours de la CPN .................................... 8
I.2.4. Bilan prénatal: ....................................................................................................... 8
I.3. Consultation prénatale recentrée ................................................................................. 9
I.3.1. Concept ................................................................................................................. 9
I.3.2. Eléments de la CPN recentrée ............................................................................. 10
I.3.3. Etapes de la CPN recentrée ................................................................................. 11
41

I.3.4. Consultation prénatale de suivi ........................................................................... 12


CHAPITRE II : METHODOLOGIE .................................................................................... 14
II.1. Lieu d’étude .............................................................................................................. 14
II.2. Type d’étude ............................................................................................................. 15
II.3. Variables de l’étude et cadre d’analyse .................................................................... 16
a) Variables de l’étude ............................................................................................ 16
b) Cadre d’analyse .................................................................................................. 17
II.4. Technique et outils de collecte des données ............................................................. 18
II.5. Analyse des données ................................................................................................. 18
II.6. Considérations éthiques ........................................................................................... 19
CHAPITRE III : PRESENTATION DES RESULTATS .................................................... 20
III.1. CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DES GESTANTES ...... 20
III.2. INTRANTS POUR CPN : RESSOURCES HUMAINES, MATERIELS ET
MEDICAMENTS ............................................................................................................. 23
III.3. PROCESSUS DE LA CPN ..................................................................................... 25
III.4. OUTPUT .................................................................................................................. 28
CHAPITRE IV : DISCUSSION ........................................................................................... 30
IV.1. Caractéristiques sociodémographiques .................................................................. 30
IV.2. Qualité des ressources ............................................................................................. 31
IV.3. Processus ................................................................................................................. 32
IV.4. Résultat et perception des gestantes ........................................................................ 33
IV.5. Limites de l’étude .................................................................................................... 34
CONCLUSION .................................................................................................................... 35
RECOMMANDATIONS ..................................................................................................... 36
1. Aux personnels de santé : ............................................................................................. 36
2. Aux Autorités sanitaires : ............................................................................................. 36
3. Aux gestantes : ............................................................................................................. 36
REFERENCES ..................................................................................................................... 37
42

TABLE DES MATIÈRES .................................................................................................... 40


43

FICHE DE COLLECTE DES DONNEES

N° DE LA FICHE ……….

NOM DE L’HOPITAL……………………………...

DATE DE L’ENQUETE……..…/…………/………..

QUESTIONNAIRE POUR LES PRESTATAIRES

1. Qui fait la CPN ?


Gynécologue-obstétricien
Médecin généraliste
Infirmière (sage-femme)
Autres ………………………..
2. Pour la réalisation de la CPN, les infrastructures nécessaires sont-elles disponibles ?
Oui Non Incomplètes
3. Les matériels et équipements nécessaires pour la CPN sont-ils disponibles ?
Oui Non Incomplets…………………………
4. Les médicaments nécessaires sont-ils disponibles ?
Oui Non Incomplets………………………………
5. Le calendrier de la CPNR est-il respecté ?
Oui Non
6. Prélèvement des signes vitaux (TA) oui non
7. Pesée de la gestante oui non
8. Interrogatoire a-t-il été réalisé ? oui non
9. Antécédents médicaux et obstétricaux ont-ils été recherchés ? Oui Non
10. Palpation abdominale a-t-elle été réalisée ? Oui Non
11. Hauteur utérine prise ? oui non
12. Auscultation des BCF ? oui non
13. Toucher vaginal effectuer ? Oui Non
14. Dépistage du VIH oui non
44

B. QUESTIONNAIRES POUR LES GESTANTES


15. date de naissance (âge)…………/………/………
16. Parité Gestité
17. âge de la grossesse actuelle (DDR)……………………..
18. quartier de résidence……………………………………………………
19. quel est votre statut matrimonial ?
Célibataire mariée divorce Veuve
autres (à préciser)………………………………….
20. quel est votre niveau d’instruction ?
Sans primaire secondaire supérieur et universitaire
21. Quelle est votre profession?
Vendeuse activité agricole fonctionnaire libérale
ménagère aucun autre (à préciser)……………… ……..
22. à quel âge de la grossesse avez-vous eu votre première CPN ?.............
23. s’agit-il de la quantième CPN aujourd’hui ?........................
24. avez-vous reçu des conseils sur l’éducation sanitaire et nutritionnelle ?
Oui Non
25. Avez-vous reçu la moustiquaire imprégnée d’insecticide ?
Oui Non
26. la vaccination antitétanique a-t-elle été donnée selon le calendrier ?
Oui non
27. avez-vous reçu le Mebendazole ? oui non
28. avez-vous reçu la supplémentation en Fer et Folates ?oui non
29. Avez-vous reçu le Fansidar ? oui non
30. avez-vous discuté du plan d’accouchement ? oui non
31. Avez-vous réalisé l’échographie ? oui non
32. l’accueil a été bon ? oui non
33. est-ce que vous communiquez bien avec le personnel sanitaire ? oui non
34. trouvez-vous le cout financier accessible ? oui non
35. est-ce que la qualité de la prise en charge est-elle bonne ? oui non
36. l’organisation des CPN est-elle bonne ? oui non