Vous êtes sur la page 1sur 4

Pont

Sauter à la navigationSauter à la recherche


Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Pont (homonymie).

Pont permettant le passage de la ligne C du métro de Rotterdam, à Capelle-sur-l'Yssel (Pays-Bas).

Pont en pierre près d’Audlem, dans le Cheshire (Royaume-Uni)1.

Le pont d'Arc de Vallon-Pont-d'Arc (France), un pont naturellement créé.

Gateshead Millennium Bridge de Gateshead (Angleterre), pont rotatif pour piétons et vélos inauguré en
2001.
Un pont est une construction qui permet de franchir un obstacle naturel ou artificiel (dépression, cours
d'eau, voie de communication, vallée, ravin, canyon) en passant par-dessus. Le franchissement supporte
le passage d'humains et de véhicules dans le cas d'un pont routier, ou d'eau dans le cas d'un aqueduc.
On désigne également comme écoduc ou écopont, des passages construits ou « réservés » dans un
milieu aménagé, pour permettre aux espèces animales, végétales, fongiques, etc. de traverser des
obstacles construits par l'être humain ou résultant de ses activités. Les ponts font partie de la famille des
ouvrages d'art. Leur construction relève du génie civil.

En Europe, leur évolution technologique a connu deux périodes : la période romaine et la période
contemporaine. L'Empire romain (majeure partie de l'Europe) maîtrisait la construction du pont en arc
en plein cintre, en pierre. Après la magnificence de la période romaine, l'aura des ponts s'atténue,
devient alors un ouvrage d'artisan, construit par reproduction de modèles et de méthodes éprouvés.
Avec le progrès dans la connaissance des sciences physiques et celle des matériaux, le pont devient un
ouvrage d'art grâce aux ingénieurs. Pendant plus de 2 000 ans, la conception des ponts n’a pas évolué.
Puis avec la révolution industrielle, le développement des échanges commerciaux a nécessité le
développement des chemins de fer, de routes et de ponts et où parallèlement les connaissances
théoriques ont fait des progrès considérables. Depuis environ 200 ans les ponts en acier, en ponts en
béton armé puis en précontraints, des ponts suspendus de grandes portées et des ponts à haubans ont
tous été rendus possibles par l'introduction de l'acier. Les architectes, avec des contraintes techniques
aux limites repoussées, peuvent aujourd'hui laisser libre cours à leur imagination pour créer des œuvres
d'art. Parallèlement à cette évolution, le pont est d’abord perçu sur le plan symbolique dans la
littérature et les expressions populaires, et n'est pris comme sujet principal dans les arts que
tardivement.

La forme des ponts dépend en partie du matériau disponible (jusqu’au xxie siècle : la pierre et l’acier).
De nouveaux matériaux sont apparus alors que les méthodes et moyens de calculs évoluaient. Des
prototypes ont utilisé un béton à ultra hautes performances dont la résistance à la compression atteint
200 MPa. Des ponts matériaux composites, assemblages de résines et de fibres de carbone, pouvant
résister à des efforts intenses permettent des formes nouvelles qui vont encore évoluer.
Cinq classes de ponts sont définies selon leur structure : les ponts voûtés, les ponts à poutres, les ponts
en arc, les ponts suspendus et les ponts haubanés. Des critères spécifiques conduisent pour chacune de
ces classes à définir un type qui lui est propre. Le matériau utilisé est un des critères de différenciation
commun à l’ensemble des classes. La conception, la construction, la surveillance et l'entretien diffèrent
selon le matériau. Chaque type de pont est adapté à une plage de portée, les ponts suspendus
permettant les plus grandes portées. En 2018, le plus long pont maritime du monde relie Hong Kong et
Macao à la Chine sur 55 kilomètres, ayant mobilisé un million de mètres cubes de béton et 420 000 t
d'acier2.

Sommaire
1 Histoire
1.1 Préhistoire et protohistoire
1.2 Antiquité
1.3 Moyen Âge
1.4 De la Renaissance au XVIIIe siècle
1.5 XIXe siècle
1.6 XXe siècle
1.7 XXIe siècle
2 Classification
2.1 Classification selon la structure
2.2 Autres classifications
3 Conception
3.1 Implantation et caractéristiques de l'ouvrage
3.2 Données environnementales
3.3 Données fonctionnelles
3.4 Dimensionnement
3.5 Terminologie
4 Construction
4.1 Ponts voûtés et ponts en arc
4.2 Ponts à poutres
4.3 Ponts à câbles
5 Pathologie et réparation
5.1 Pathologie
5.2 Techniques de réparation
5.3 Ponts en maçonnerie ou en béton
6 Fin de vie
7 Grandes catastrophes de ponts
8 Ponts remarquables
8.1 Grands ponts
8.2 Ponts inscrits ou classés
9 Dans les arts
9.1 Peinture
9.2 Philatélie
9.3 Numismatique
10 Symbolisme du pont
11 Étymologie et locutions dérivées
12 Notes et références
12.1 Notes
12.2 Ouvrages utilisés
12.3 Autres sources
13 Voir aussi
13.1 Bibliographie
13.2 Articles connexes
13.3 Liens externes
Histoire
Préhistoire et protohistoire
Premiers ponts

Tarr Steps - Pont en dalles de pierre préhistorique.


L'art de construire les ponts remonte aux temps les plus reculés. Le premier pont a probablement été un
arbre renversé par le vent au-dessus d'un cours d'eauD 1 ou une arche naturelle, sculptée dans la roche
par l’érosion, comme il s'en trouve en Ardèche en France ou dans le parc national des Arches, en Utah,
dans l'Ouest américain. Puis avec des outils et des engins de plus en plus perfectionnés, l'Homme a dû
naturellement imiter ces ponts primitifs, abattre des arbres pour les placer en travers des rivières, après
les avoir convenablement façonnés, établir des points d'appui intermédiaires lorsque la largeur du lit
l'exigeait et progressivement aboutir à la construction de véritables ponts en charpente tels qu’ils ont
été réalisés ultérieurementD 1.

Des ponts de liane (ou corde) ont probablement aussi devancé le premier arc en maçonnerie. Les
éléments porteurs des passerelles suspendues primitives étaient des câbles formés de lianes, de
bambous ou d'herbes tressés, attachés à chaque extrémité à des rochers, des ancrages en pierre ou des
troncs d’arbre (comme l'illustreront plus tard les ponts de corde inca).

L'assemblage de roches brutes surmontées d'une dalle, dans sa forme rudimentaire, est-il postérieur ou
antérieur au pont de bois préhistorique ? Il ne subsiste aucune trace des ponts en bois contemporains
de ces ponts en dalles de pierre3,Note 1, les Tarr Steps édifiés au début du Ier millénaire av. J.-C., dans
le comté de Somerset, au Sud-Ouest de l'Angleterre4,5.

Selon la tradition6, le premier pont - au sens moderne du terme - aurait été édifié sur le fleuve Euphrate
vers 800 av. J.-C. par Sémiramis, reine de Babylone. Sa chaussée, large d'une dizaine de mètres, était
constituée de madriers de cèdre et de cyprès. Pour l'édifier, le cours du fleuve – dit-on fut détourné –,
afin de mettre en place des fondations faites de blocs de pierre maintenus entre eux par des barres de
fer.

Ponts voûtés

Trésor d'Atrée – section de la tombe.


Les premières voûtes sont constituées de pierres horizontales posées en saillie les unes sur les autres,
disposition dite « en encorbellement ». À Abydos, dans le palais d'Ozymandias, dont le règne remonte à
environ 2 500 ans avant notre ère, on a trouvé une voûte de ce typeD 2. On retrouve la même
disposition à Thèbes, dans le temple d’Amon-RêD 3. Toutefois la plus belle voûte antique de ce type est
probablement celle du trésor d'AtréeD 4, une impressionnante tombe à tholos située à Mycènes, en
Grèce et construite autour de 1250 av. J.-C. Elle est formée d'une pièce semi-souterraine à plan
circulaire avec une couverture à section ogivale. Avec une hauteur intérieure de 13,5 m et un diamètre
de 14,5 m7, elle a été le plus grand et le plus large dôme dans le monde pendant plus d'un millénaire
jusqu'à la construction des thermes de Mercure à Baïes et du Panthéon de RomeD 3.

Des voûtes à joints convergents, c'est-à-dire dont les joints sont perpendiculaires à la surface de
l'intrados, typiques des ponts en maçonnerie, existent en fait déjà dans divers monuments de l'Égypte
antique. En Nubie, dans l'une des pyramides de Méroé, se trouve une véritable voûte en plein cintre
composée de voussoirs régulièrement appareillésD 5. À Gebel Barkal, deux portiques donnant accès à
des pyramides sont couverts l'un par une voûte en ogive, le second par une voûte en plein cintre,
exécutées l'une et l'autre avec voussoirs à joints convergents. Une voûte en berceau de forme elliptique,
exécutée en briques se voit dans le tombeau d'Amenhotep Ier et doit dater par conséquent d'environ
dix-huit siècles avant notre èreD 5.

Plus récemment, en Europe, on peut trouver sur l'enceinte étrusque de la ville de Volterra, datant du iiie
ou iie siècle av. J.-C., la Porta all'Arco reprenant ce principe de construction d'un arc.

Il subsiste en Argolide, dans le Péloponnèse, trois ponts, dont le pont mycénien de Kazarma, construits
suivant la technique des voûtes en encorbellement, à l'aide d'un empilement de pierres assez
grossièrement taillées. Ces ponts furent probablement construits vers -1300, à l'époque mycénienne
(âge du bronze), et plus précisément, de l'helladique IIIb (env. -1340/-1200), pour la route qui reliait les
grandes cités mycéniennes de Mycènes, Argos et Tirynthe au port de Palea Epidavros.