Vous êtes sur la page 1sur 3

 Quelle est la hauteur d’eau dans la fissure nécessaire pour mettre en mouvement le bloc compris entre

la falaise et la fissure ?

On envisagera deux configurations possibles, notamment en pied de falaise, pour bien mettre en évidence
l’incidence du drainage sur le coeffcient de sécurité global.

Première configuration :

Le drainage est partielle en pied de falaise si bien que la pression interstitielle est nulle en aval, on a donc la
distribution des pressions suivantes :

m
18
L=

hw
Pw

n
SPw
h = 15 m u = γw x hw
P
z
+

Figure 4.2 : Synthèse des forces agissantes sur le bloc argileux, configuration 1

Bilan des forces :

Poids du massif argileux P : P = γ × h × L × cos β


γ w × h2w
Poussée hydrostatique s’exerçant horizontalement sur le massif argileux Pw : Pw =
2
γ w × hw × L
Sous pressions s’exerçant normalement au plan de contact avec la couche sableuse SPw : SPw =
2
Selon le principe fondamentale de la dynamique, on écrit dans le repère (n, τ, z ) que la résultante des forces
est nulle :

∑ Fi = 0
i

Soit en projection dans le repère (n, τ, z ) sur l’axe τ :

(P × cos β − SPw − Pw × sinβ)× tgϕ' = Pw × cos β + P × sinβ


Que l’on écrit sous la forme suivante :

Olivier Pal Page 5 sur 18 23/12/2010


P × cos β × tgϕ ' − P × sin β = Pw × cos β + Pw × sin β × tgϕ ' + SPw × tgϕ '

tgϕ '
( ) (
P × tgϕ ' − tgβ = Pw × 1 + tgβ × tgϕ ' + SPw × ) cos β

En substituant les expressions de P, Pw et SPw , il vient :

γ w × h2w γ × h × L tgϕ'
(
γ × h × L × cos β × tgϕ' − tgβ = ) 2
(
× 1 + tgβ × tgϕ' + w w
2

cos β

Que l’on simplifie en :

(1+ tgβ × tgϕ )× h


' 2
+
L × tgϕ'
× hw −
2 × γ × h × L × cos β × tgϕ' − tgβ
=0
( )
w
cos β γw

C’est un trinôme du second degré qui admet deux racines réelles et dont on ne retient que la racine positive :

− L × tgϕ'
2
(
 − L × tgϕ'  8 × γ × h × L × cos β × tgϕ' − tgβ × 1 + tgβ × tgϕ'
+   +
)( )
cos β cos β  γw
 
hw = = 8.25 m
2 × 1 + tgβ × tgϕ('
)

Deuxième configuration :

Il n’y a aucun drainage en pied et toute la colonne d’eau s’accumule dans l’horizon sableux et la fissure amont.

Le raisonnement est identique au précédent, seule l’expression de SPw change :

m
18
L=

hw
Pw

n
SPw
h = 15 m u = γw x hw
P
z
+

Figure 4.3 : Synthèse des forces agissantes sur le bloc argileux, configuration 2

Olivier Pal Page 6 sur 18 23/12/2010


γ w × L2 × sinβ
SPw = γ w × h w × L +
2

L’expression de l’équilibre devient :


γ w × h2w γ × L2 × sinβ  tgϕ'
(
γ × h × L × cos β × tgϕ' − tgβ = ) 2
( ) 
× 1 + tgβ × tgϕ' +  γ w × h w × L + w
2
×
 cos β
 

Que l’on simplie en :

γ w × L2 × tgϕ ' × tgβ γ w × h2w tgϕ '


(
γ × h × L × cos β × tgϕ ' − tgβ − ) 2
=
2
( )
× 1 + tgβ × tgϕ ' + γ w × h w × L ×
cos β

Soit sous forme canonique :

2 × γ w × L × tgϕ'
( )
γ w × 1 + tgβ × tgϕ' × h2w +
cos β
( )
× h w + γ w × L2 × tgϕ' × tgβ − 2 × γ × h × L × cos β × tgϕ' − tgβ = 0

Soit encore :

(1 + tgβ × tgϕ )× h
' 2
+
2 × L × tgϕ'
× h w + L2 × tgϕ' × tgβ −
( )
2 × γ × h × L × cos β × tgϕ' − tgβ = 0
w
cos β γw

C’est un trinôme du second degré qui admet deux racines réelles et dont on ne retient que la racine positive :

− 2 × L × tgϕ'  − 2 × L × tgϕ' 
+ 
2

( γ × L2 × tgϕ' × tgβ − 2 × γ × h × L × cos β × tgϕ' − tgβ


 − 4 × 1 + tgβ × tgϕ' × w ) ( )
cos β cos β  γw
 
hw =
(
2 × 1 + tgβ × tgϕ '
)
Soit h w = 2.30 m << 8.25 m obtenu dans le cas précédent.

Conclusion :

Cet exemple simple montre l’incidence considérable des conditions de drainage sur la stabilité des versants.

Exercice 5 : Cohésion non drainée

Dans une argile normalement consolidée, on prélève un échantillon intact à 15 m de profondeur, dont on
mesure la cohésion c u .

Après avoir excavé sur 10 m de profondeur, on prélève un échantillon intact à 5 m de profondeur sous la
base de l’excavation et on mesure sa cohésion c u (l’échantillon est prélevé après qu’un équilibre des
pressions interstitielles se soit établi).

 Que peut-on dire des cohésions mesurées ?

Olivier Pal Page 7 sur 18 23/12/2010