Vous êtes sur la page 1sur 126

Etude d’un passage supérieur sur Autoroute Sfax-Gabes.

CETA/ENIT 2012

Université de Tunis El Manar

Département de Génie Civil

P r o j e t d e F i n d’ E t u d e s
Présenté par 

Omar ZADDEM
Pour obtenir le

Diplôme National d’Ingénieur


en

Génie Civil

Etude d’un passage supérieur sur Autoroute

Sfax-Gabes au niveau de Métouia


(RAPPORT PRINCIPAL)

 Sujet proposé par : CETA

 Soutenu le 15 JUIN 2012, devant le jury :

 Président : Mr. Chokri BEN YOUNES

 Rapporteur : Mr. Hatem ZENZRI

 Membre permanent : Mr. Othmen BEN MEKKI

 Encadreur(s) ENIT : Mr. Mongi BEN OUEZDOU

 Encadreur CETA : Mr. Riadh TRABELSI

Année universitaire : 2011 - 2012

OMAR ZADDEM
Etude d’un passage supérieur sur Autoroute Sfax-Gabes. CETA/ENIT 2012

Dédicaces
A

Mes chers parents

A qui je doit le meilleur de moi-même en témoignage de mes profondes

affections et de mes sincères reconnaissances pour les grands sacrifices

déployés à mon égard. Qu’ils veuillent bien, ceux qui n’ont jamais rien demandé,

trouver dans ce travail une modeste récompense à leurs sacrifices.

Ma sœur

Nulle dédicace ne saurait témoigner de l’étendu des sentiments que j’éprouve à

son égard pour l’amour.

Ma famille

Vous m’avez apporté le soutien moral, l’encouragement et l’aide. Que vous

trouviez dans ce travail mon profond respect.

Mes chers amis

Pour tant d’amour et d’affection pour m’avoir aimé, suivis, aidés et encouragés.

Tous ceux qui me sont chers.

Omar ZADDEM

OMAR ZADDEM
Etude d’un passage supérieur sur Autoroute Sfax-Gabes. CETA/ENIT 2012

Remerciement

Au terme de ce travail, j’ai l’honneur de remercier toute personne ayant

collaboré de prés ou de loin à la réalisation de ce projet.

D’abord, mes profonds sentiments s’adressent à mes encadreurs Mr.Riadh

TRABELSI (encadreur bureau) et Mr.Mongi BEN OUEZDOU (encadreur ENIT)

qui ont fait preuve de patience et de disponibilité.

Ensuite, je tiens à exprimer mess sincères remerciements à, Mr.Ridha

MAHJOUB et tout le personnel du bureau d’études CETA pour leurs

encadrements et leurs conseils inestimable.

Merci également à tous les enseignants qui ont contribué à ma formation le long

de ces trois ans.

Enfin, toutes mes gratitudes aux membres de jury qui ont prix la peine d’évaluer

mon travail avec attention.

Veillez trouver dans ces mots le modeste témoignage de mes profonds respects

et de ma considération.

Omar ZADDEM

OMAR ZADDEM
Etude d’un passage supérieur sur Autoroute Sfax-Gabes. CETA/ENIT 2012

Résumé

L’objectif de ce travail est de mener une étude exécution d’un passage supérieur au dessus de
l’autoroute maghrébin A1 (tronçon Sfax-Gabes) dans le cadre d’un Projet de Fin d’Etude.

Dans mon projet, j’ai effectué :

- Un pré-dimensionnement des différents éléments du pont tout et les équipements


nécessaires, tout en faisant les calculs justificatifs de cette conception.
- La saisie du bordereau de données SETRA, ainsi l’analyse de la Note de Calcul
SETRA (programme PSIDA-EL).
- L’étude des appuis : appareil d’appui, fût et semelle de liaison pour pile-intermédiaire,
chevêtre et éléments de culée pour pile-culée.
- L’étude des fondations de l’ouvrage : portance du sol, dimensionnement du fiche et
ferraillage des pieux.
- Présentation du ferraillage du tablier fournit par la Note de Calcul SETRA, tout en
faisant le calcul du ferraillage complémentaire.

Sommaire
OMAR ZADDEM
Etude d’un passage supérieur sur Autoroute Sfax-Gabes. CETA/ENIT 2012

1. Introduction ........................................................................1
PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET
1. Présentation général............................................................3
1.1. Les phases d’étude du projet...........................................................4
1.1.1. Etude d’Avant Projet et l’élaboration de l’appel d’offres....................4
1.1.2. Etude d’exécution............................................................................... 5
1.2. Description de l’ouvrage..................................................................5
1.2.1. Le tracé en plan................................................................................... 6
1.2.2. Le profil en long.................................................................................. 6
1.3. Contrainte du site.............................................................................7
1.4. Données géotechniques...................................................................7
2. Présentation de l’étude.........................................................8
PARTIE B : CONCEPTION DU PONT
Chap.1. Conception de l'ouvrage
1. Introduction.......................................................................10
2. Choix du type de l’ouvrage..................................................10
3. Conception du tablier.........................................................13
3.1. Conception longitudinale du tablier................................................13
3.1.1. Choix de la travure ...........................................................................13
3.1.2. Gabarits ............................................................................................ 15
3.1.3. Les abouts ........................................................................................ 15
3.2. Conception transversal des tabliers...............................................15
3.2.1. Epaisseur de la dalle.........................................................................16
3.2.2. Largeur de la dalle............................................................................. 16
3.2.3. Dévers transversal............................................................................ 17
3.2.4. Encorbellements latéraux..................................................................17
4. Dimensionnement des piles.................................................19
4.1. Géométrie des appuis....................................................................19
4.2. Epaisseur des appuis .....................................................................20
4.3. Largueur unitaire des appuis..........................................................21
4.4. Pré-dimensionnement des tètes des piles......................................21
5. Les piles-culées .................................................................22
5.1. Choix des culées.............................................................................22
5.2. Chevêtre de la culée......................................................................23
Chap.2. Les équipements du pont
1. Introduction.......................................................................25
2. Les gardes corps ................................................................25
3. Les corniches .....................................................................26

OMAR ZADDEM
Etude d’un passage supérieur sur Autoroute Sfax-Gabes. CETA/ENIT 2012

4. Les trottoirs ......................................................................26


5. Equipements d’évacuation des eaux à la surface du Tablier ..27
6. Revêtement des tabliers .....................................................27
6.1. Etanchéité des tabliers ..................................................................28
6.2. La couche de roulement ................................................................28
7. Les dalles de transition ......................................................28
8. Les joints de chaussées ......................................................28
9. Les appareils d’appuis ........................................................29
PARTIE C : ETUDE DES PILES ET FONDATIOINS
Chap.1. Hypothéses de calcul et caractéristiques des matériaux
1. Méthodes de calcul.............................................................31
2. Règlements et normes de calcul..........................................31
3. Caractéristiques des matériaux employés............................32
4. Sollicitations......................................................................33
Chap. 2. Etude des appareils d'appui
1. Introduction.......................................................................34
2. Pré-dimensionnement des appareils d’appui........................34
2.1. Aire de l’appareil d’appui...............................................................35
3. Les efforts sur appuis..........................................................36
3.1. Les efforts verticaux.......................................................................36
3.2. Les efforts Horizontaux..................................................................36
4. Souplesse et rigidité de répartition des charges horizontales
36
4.1. Souplesse.......................................................................................36
4.1.1. Souplesse des appareils d’appuis......................................................37
4.1.2. Souplesse des appuis........................................................................38
4.2. Souplesse et rigidité des appuis et des appareils d’appuis............38
4.3. Détermination de l’abscisse du centre de déformation..................39
5. Les efforts de freinage .......................................................40
5.1. Effort de freinage du à la charge Al................................................40
5.2. Effort de freinage du à la charge Bc...............................................40
5.3. Répartition des efforts de freinage.................................................40
5.3.1. Efforts horizontaux de freinages Al....................................................41
5.3.2. Efforts horizontaux de freinages Bc...................................................41
6. Les efforts horizontaux dus au retrait du béton....................42
7. Les efforts horizontaux du à une variation uniforme de
température............................................................................ 43
7.1. Variation de longue durée..............................................................43

OMAR ZADDEM
Etude d’un passage supérieur sur Autoroute Sfax-Gabes. CETA/ENIT 2012

7.2. Variation de courte durée...............................................................43


8. Récapitulation des efforts horizontaux par appui..................44
8.1. Répartition des efforts horizontaux par appui................................44
8.2. Répartition des efforts horizontaux par appareil d’appui...............44
9. Les déplacements horizontaux.............................................45
9.1. Les déplacements horizontaux dus au retrait................................45
9.2. Les déplacements horizontaux dus à la variation de température de
courte durée...........................................................................................45
9.3. Les déplacements horizontaux dus à la variation de température de
longue durée...........................................................................................46
9.4. Déplacement horizontal des appareils d’appui..............................46
10.Les rotations......................................................................46
11.Justification des appareils d’appuis .....................................47
11.1. Les dimensions transversales......................................................47
11.2. Hauteur nette de l’élastomère....................................................47
11.3. Dimensions en plan des appareils d’appui..................................47
11.4. Dimensionnement des frettes.....................................................48
11.5. Condition de non glissement et de non cheminement................49
11.6. Condition de non soulèvement....................................................50
11.7. Limitation des contraintes de cisaillement..................................50
12.Bossage et frettage............................................................52
12.1. Bossage.......................................................................................52
12.2. Frettage.......................................................................................53
Chap.3. Etude des appuis
1. Combinaison des appuis......................................................55
2. Efforts en tête des fûts........................................................56
3. Moments et efforts à la base des fûts...................................57
4. Ferraillage des voiles..........................................................58
4.1. Armatures verticales......................................................................58
4.1.1. Calcul à l’ELU..................................................................................... 58
4.1.2. Calcul à l’ELS.................................................................................... 59
4.2. Ferraillage horizontal......................................................................59
4.2.1. Armatures horizontal courantes........................................................59
4.2.2. Armatures de recouvrement des armatures verticales.....................59
4.2.3. Armatures de chaînage et d’éclatement ..........................................59
Chap.4. Etude de la semelle de liaison
1. Dimensionnement de la semelle de liaison...........................61
2. Ferraillage de la semelle.....................................................62

OMAR ZADDEM
Etude d’un passage supérieur sur Autoroute Sfax-Gabes. CETA/ENIT 2012

2.1. Ferraillage semelle en flexion verticale..........................................62


2.1.1. Sollicitations de calcul.......................................................................62
2.1.2. Armatures longitudinales..................................................................62
2.1.3. Ferraillage transversal.......................................................................62
2.2. Ferraillage semelle en torsion .......................................................63
2.2.1. Contrainte de cisaillemenet du béton................................................63
2.2.2. Ferraillage de torsion.........................................................................64
2.3. Ferraillage adopté..........................................................................64
2.3.1. Armatures longitudinales..................................................................64
2.3.2. Armatures transversales...................................................................65
Chap.5. Dimensionnement et ferraillage de la fondation
1. Introduction.......................................................................66
2. Choix du type de fondation..................................................66
3. Etude des pieux..................................................................66
3.1. Type de pieux.................................................................................67
3.1.1. Diamètre des pieux...........................................................................68
3.1.2. Nombre des pieux  ..........................................................................68
3.2. Calcul de la portance d’un pieu......................................................68
3.2.1. Terme de pointe................................................................................ 69
3.2.2. Terme de frottement.........................................................................71
3.2.3. Charge limite..................................................................................... 73
3.2.4. Charge de fluage............................................................................... 74
3.2.5. Calcul du portance : Charges admissible d’un pieu à l’ELU et ELS . . .75
3.3. Vérification du pieu de la pile intermédiaire...................................77
3.4. Vérification du pieu de la pile culé.................................................77
3.4.1. Efforts ramenés par le tablier............................................................77
3.4.2. Efforts ramenés par les éléments de la culée...................................78
3.4.3. Combinaisons de charges en tête du pile-culée................................79
3.4.4. Moments et efforts en tête de pieu...................................................80
3.4.5. Efforts en tête du pieu et portance admissible..................................81
3.5. Récapitulation................................................................................82
4. Ferraillage des pieux...........................................................82
4.1. Ferraillage des pieux des piles-intermédiaires...............................82
4.1.1. Moments et efforts en tête du pieu...................................................82
4.1.2. Ferraillage longitudinal......................................................................83
4.1.3. Ferraillage transversal.......................................................................84
4.2. Ferraillage des pieux des piles-culées............................................85
4.2.1. Ferraillage longitudinal......................................................................85

OMAR ZADDEM
Etude d’un passage supérieur sur Autoroute Sfax-Gabes. CETA/ENIT 2012

4.2.2. Ferraillage transversal.......................................................................85


Chap.6. Justification des éléments de la culée

1. Dalle de transition .............................................................86


1.1. Rôle de la dalle de transition..........................................................86
1.2. Dimensions de la dalle de transition..............................................86
1.3. Ferraillage......................................................................................86
1.3.1. Ferraillage longitudinal......................................................................86
1.3.2. Ferraillage transversal.......................................................................87
1.3.3. Ferraillage du chainage.....................................................................87
2. Mur en retour ....................................................................87
2.1. Actions et sollicitations...................................................................88
2.1.1. Les forces verticales..........................................................................88
2.1.2. Les forces horizontales......................................................................88
2.2. Ferraillage du mur en retour..........................................................88
2.2.1. Dans le plan vertical..........................................................................88
2.2.2. Dans le plan horizontal......................................................................89
3. Mur garde grève ................................................................89
3.1. Rôle et dimensionnement du mur garde grève..............................89
3.2. Ferraillage du mur garde grève......................................................90
4. Dimensionnement et ferraillage du chevêtre........................90
4.1. Forme et dimensions......................................................................90
4.2. Rôle du chevêtre............................................................................91
4.3. Ferraillage chevêtre en flexion verticale........................................91
4.3.1. Sollicitations de calcul.......................................................................91
4.3.2. Ferraillage longitudinal......................................................................91
4.3.3. Ferraillage transversal.......................................................................92
4.4. Ferraillage chevêtre en torsion .....................................................93
4.4.1. Contrainte de cisaillement du béton..................................................93
4.4.2. Ferraillage de torsion.........................................................................93
4.5. Ferraillage chevêtre en flexion horizontale....................................93
4.5.1. Sollicitations de calcul.......................................................................93
4.5.2. Ferraillage......................................................................................... 94
4.6. Vérification du ferraillage total.......................................................94
4.6.1. Armatures longitudinales totales.......................................................94
4.6.2. Armatures longitudinales adoptés.....................................................94
4.6.3. Armatures transversales totales........................................................95
4.6.4. Récapitulation du ferraillage chevêtre..............................................95

OMAR ZADDEM
Etude d’un passage supérieur sur Autoroute Sfax-Gabes. CETA/ENIT 2012

PARTIE D : CALCUL ET PRESENTATION FERRAILLAGE TABLIER


1. Introduction.......................................................................97
2. Disposition du ferraillage : système du ferraillage................97
3. Ferraillage longitudinale du tablie.......................................98
3.1. Disposition des fers........................................................................98
3.2. Hypothèse de la poutre élémentaire..............................................99
3.2.1. Description de la poutre élémentaire................................................99
3.2.2. Numérotation des aciers longitudinaux.............................................99
3.3. Ferraillage longitudinal du tablier.................................................100
3.3.1. Le ferraillage en travée...................................................................100
3.3.2. Le ferraillage au voisinage des appuis de continuité.......................100
4. Ferraillage des encorbellements........................................101
4.1. Sollicitations de calcul..................................................................101
4.1.1. Charges permanentes.....................................................................101
4.1.2. Charges d’exploitation....................................................................102
4.1.3. Combinaisons des charges..............................................................102
4.2. Ferraillage....................................................................................103
5. Ferraillage transversal sur appui : chevêtre incorporé.........103
5.1. Définition......................................................................................103
5.2. Dimensionnement........................................................................103
5.3. Sollicitations de calcul..................................................................104
5.4. Ferraillage....................................................................................104
6. Ferraillage transversal en travée.......................................105
6.1. Rôle..............................................................................................105
6.2. Calcul du ferraillage transversal en travée...................................105
6.2.1. Vérification de la contrainte de cisaillement simple du béton par
torsion 105
6.2.2. Vérification de la contrainte de cisaillement simple du béton par
torsion 106
6.2.3. Armatures transversales en travée.................................................106
7. Etriers.............................................................................. 107
7.1. Etriers en travée...........................................................................107
7.2. Etriers sur appui...........................................................................108
Conclusion..................................................................................
...........................................110
Bibliographie

OMAR ZADDEM
Etude d’un passage supérieur sur Autoroute Sfax-Gabes. CETA/ENIT 2012

OMAR ZADDEM
1. Introduction :
Les Etats modernes représentent impérieusement la nécessité de se doter d’un réseau de
communications efficace et rapide. C’est aussi le cas des pays en voie de développement,
comme la Tunisie, pour lesquels la compétitivité industrielle passe par l’établissement de la
modernisation des moyens de transport.
En effet, l’amélioration de l’infrastructure en général, et l’infrastructure des transports en
particulier est considérée comme l’un des moyens efficaces pour promouvoir le
développement économique d’un pays.

C’est dans ce contexte que s’inscrit les maintes projets d’ouvrages d’art que le bureau d’étude
CETA est confié de leurs études.
Et dans le cadre de mon Projet de Fin d’Etude, le bureau d’études CETA m’a proposé l’étude
d’un passage supérieur.

En première étape, j’ai mené un pré-dimensionnement des différents éléments du pont tout en
faisant les calculs justificatifs de cette conception. Le deuxième volet de mon rapport contient
la saisie du bordereau de données SETRA ainsi l’analyse de sa note de calcul et la
justification des appuis et de la structure selon les règles en vigueur (BAEL, SETRA). Aussi,
le dimensionnement et le ferraillage des fondations.
Il convient aussi de signaler, la partie intéressante du déduction du ferraillage du tablier du
Note calcul SETRA, la présentation du ferraillage et le calcul du ferraillage transversal.

Enfin, il importe de dire que le recours au bordereau de données et Note de calcul de SETRA
est primordiale pour ce type d’ouvrage et c’est très pratique de se familiariser avec ce type
d’étude pour être fonctionnelle à la fin de mon PFE.

Il est important aussi de souligner l’apport de l’outil informatique dans ce type d’ouvrage. Cet
outil a l’avantage de faire gagner du temps à l’ingénieur et de lui épargner des calculs
fastidieux. C’est dans ce contexte même, que j’ai eu à utiliser des programmes informatiques
efficaces tel que RobotBat, module poutre du CSI-Bridge, RDM, EXCEL, PSH …

PARTIE A
1 OMAR ZADDEM
PRESENTATION DU PROJET

2 OMAR ZADDEM
1. Présentation général
La présente étude concerne la conception et l'étude d'un ouvrage de franchissement routier,
qui entre dans le cadre de la réalisation de l'autoroute A1 plus précisément le tronçon connu
sous le nom d'Autoroute Sfax-Gabès.

Cette liaison autoroutière fait partie de l'axe Est Ouest du schéma autoroutier retenu pour le
plan de développement économique et social en Tunisie. Celui-ci comporte en fait trois axes
principaux cumulant une longueur de près de 900 km :
- Un axe Nord-Sud A1, d'une longueur de 600 km environ, reliant la capitale (Tunis) et les villes
côtières du pays jusqu'à la frontière Tuniso-libyenne (Hammamet, Sousse, M'Saken, les villes du
Sahel, Sfax, Gabés, Médenine, Ben Guerdène, Ras Jédir). La Section entre Tunis et Sfax longue
de 250 km environ est déjà réalisée.
- Un axe Est-Ouest A2, partant de Tunis et allant vers la frontière algérienne en passant par les
villes de Medjez El Bab et Bou Salem. La section entre Tunis et Oued Zarga longue de 67km
environ est déjà réalisée.
- Un axe de liaison autoroutier A4 entre la capitale et Bizerte au nord s’étend sur une longueur de
51 Km. Elle prend naissance au carrefour giratoire de la route nationale RN8 et se recorde, à
sa fin sur la même route.

Les deux premiers axes Nord-Sud et Est-Ouest, constituent le maillon tunisien du projet de
l'Autoroute Maghrébine reliant les cinq pays du Maghreb et dont l'étude de pré-faisabilité était
réalisée en 1994/1995.

La section que concerne ce projet Sfax-Gabes, longue de 155 kilomètres et d'un coût estimé à
817 millions de dinars, comportera 4 échangeurs (Sfax-Sud, Mahrès, Skhira et Gabès-Nord) et
cinq stations de péage au niveau des échangeurs. La livrer est projeté pour mars 2013.

Tracée de l’autoroute A1
Tronçon Sfax-Gabes.

Figure 1  : Tracé en plan de l’Autoroute Sfax-Gabes.

3 OMAR ZADDEM
1.1. Les phases d’étude du projet
L'étude sera menée en deux phases et consiste à élaborer :
 1ère Phase: Les études d'Avant Projet et la confection des dossiers d'Appels d'Offres.
 2eme Phase : Les études d'Exécutions.

1.1.1. Etude d’Avant Projet et l’élaboration de l’appel d’offres


Le tronçon Sfax-Gabes de l'axe autoroutier A1, est confié par le Ministère de l'Equipement et
de l'Habitat et la Société Tunisie Autoroute (STA) au Bureau d'Etudes SCET-TUNISIE pour
une étude de faisabilité. Cette étude a pour objet la réalisation des études d'Avant Projet (AVP)
et de confection des dossiers d'appel d'offres.

Les études d'avant-projet comprennent des études d'avant-projet sommaire (APS) et des
études d'avant-projet définitif (APD) :
 Les études d'avant-projet sommaire (APS) : C’est une étude sommaire de l’Autoroute
permettant d’en définir les principales caractéristiques des routes et des ouvrages et d’en
estimer le budget pour une prise de décision sur la suite à donner au projet. Donc, cette étude
a pour objet :
 De préciser la composition générale en plan et en volume ;
 De proposer les dispositions techniques pouvant être envisagées : tracés et ouvrages
envisagés ;
 De préciser le calendrier de réalisation et, le cas échéant, le découpage en tranches
fonctionnelles ;
 D'établir une estimation provisoire du coût prévisionnel des travaux.

 Les études d'Avant Projet Détaillé (APD) : Elles sont élaborées sur le tracé retenu sur
la base des conclusions de la phase Avant projet Sommaire. Ces études développent en détail
la géométrie en section courante, des bretelles et des échangeurs, la conception des ouvrages
de franchissement et de rétablissement, le dimensionnement des chaussées, l'étude
hydrologique et hydraulique, l'étude géotechnique, la prospection détaillée des matériaux de
chaussées et de remblais.
Le dossier d'APD comprend tous les documents dessinés des ouvrages projetés et un rapport
descriptif de chaque nature d'ouvrage et l'estimation de leurs coûts. 

 Les études d'avant-projet comprennent également l’élaboration des Dossiers Appels


d'Offres (DAO) et ainsi l'établissement des dossiers et les consultations relevant de la
compétence de la maîtrise d'œuvre et nécessaires à l'obtention d’Appel d’Offre, ainsi que

4 OMAR ZADDEM
l'assistance au maître de l'ouvrage au cours de leur instruction.
Après la rédaction du cahier des charges, le maître d'ouvrage (STA) définit des lots de mise
en œuvre, à l’étude de faisabilité faite par SCET-TUNISIE et conformément à ses priorités :
- Sfax nord-Sfax sud (1) ; - Sfax sud-Mahrès (2) ; - Mahrès- Ghraïba (3) ;
- Ghraïba-Skhira (4) ; - Skhira-Mettouia (5) ; - Mettouia-Gabès (6).

Chacun de ces différents lots sera soumis à Appel d'Offres.

1.1.2. Etude d’exécution


La Société des routes et de bâtiments SOROUBAT gagne l’Appel d’Offres pour le lot Mettouia-
Gabès (6) et ainsi elle est chargée de l’exécution de ce tronçon (routes et ouvrages).

Ainsi, l’Etude Exécution (EXE) est confiée par SOROUBAT pour le bureau d’étude CETA.

Les études d'exécution permettent la réalisation de l'ouvrage. Elles ont pour objet :
 De justifier les documents et plans établies en phases précédente par le maître
d’ouvrage et ainsi le retour au maître d’ouvrage en cas de rectification cause de non-
conformité ou pour amélioration ;
 D'établir tous les plans d'exécution et spécifications à l'usage du chantier ainsi que les
plans de synthèse correspondants ;
 D'établir sur la base des plans d'exécution un devis quantitatif détaillé ;
 De comprendre tous les détails constructifs pertinemment nécessaires à la réalisation de
l'ensemble des ouvrages à des échelles appropriées aux natures des travaux ;
 D'établir le calendrier prévisionnel d'exécution des travaux.

1.2. Description de l’ouvrage


En effet, c'est dans le cadre de ce projet, que je me propose l'étude justificative d’un ouvrage
de franchissement situé au Pk 147+516.29, croisement de la route régionale reliant
Métouia à Hamma avec l’Autoroute au niveau de la région Métouia.

Ce projet consiste à construire un passage supérieur sur l’autoroute tout en exploitant


l’emprise, le tracé en plan et le profil en long définis en phase d’étude d’avant projet.

L’objectif de la présente étude est essentiellement une étude d’exécution comprenant une
justification de conception, justification de structure et stabilité et justification de ferraillage.

Certes, la construction d'une autoroute et d’un ouvrage de telles envergures nécessite un tracé
bien étudié, prenant en compte une multitude de critères et d'exigences, notamment en ce qui
concerne la décision adoptée pour le choix de l'emprise.

5 OMAR ZADDEM
Figure 2 : Localisation de l’ouvrage.

1.2.1. Le tracé en plan


Le choix de l’axe du projet et niveau de calage à adopter sont déterminant pour ce type
d’ouvrage. C’est ainsi qu’on retient minutieusement l’axe en plan approprié pour le projet
selon l’étude avant projet.

Figure 3  : Tracé en plan de l’ouvrage.


2.1.2. Le profil en long
Le profil en long d'un projet routier est composé de deux lignes: la première représente les
côtes du terrain naturel (appelée couramment ligne noire), c'est une ligne brisée. La deuxième
est la ligne du projet (appelée couramment ligne rouge), c'est une courbe continue sans
brusques variations de pente vu la vitesse envisagé à la quelle les véhicules se déplacent.

6 OMAR ZADDEM
D'autre part, le choix du profil en long et assez contraignant : autre que le respect de la côte de

l'intrados du tablier et le raccordement avec la route existante, on doit tenir compte des
considérations suivantes :
 Tenir compte du facteur économique ;
 Tenir compte du facteur esthétique.
 Minimiser les rampes d'accès le maximum possible (gain en volumes de remblai).

Compte tenu de ces considérations, le profil en long retenu présente une courbure (R = 1600
m) au niveau de l'ouvrage et deux rampes d'accès, ce qui permet d'éviter des murs latéraux ou
des voiles de hauteur importante.

Figure 4  : Profil en long de l’ouvrage.

1.3. Contrainte du site


Un tel ouvrage doit satisfaire un certain nombre d’exigences à savoir celles relatives aux données
fonctionnelles et les exigences relatives à l’environnement. Donc l’ouvrage doit vérifier :
 L’angle biais que fait la route à rétablir avec l’autoroute (70 grade pour ce projet) ;
 Le gabarit minimal nécessaire du pont (un minimum de 4,75m) ;
 La longueur du franchissement autoroutier (63m environ) ;
 Nature géologique de sol.

1.4. Données géotechniques


La campagne de reconnaissance géotechnique a effectué des prélèvements d’échantillons et
des sondages au site du projet que ce soit en phase d’étude avant projet ou pour l’étude
exécution.

En effet, Pour mener à bien l’étude exécution, le maître d’œuvre a réalisé plus de mission de
reconnaissance et sondages pour fournir les sondages et données nécessaires pour l’étude.

7 OMAR ZADDEM
2. Présentation de l’étude
L’objectif de ce travail est de mener une étude exécution d’un passage supérieur au PK
147+516,29, de l’autoroute Maghrébine A1. La démarche de l’étude consiste à :
 Concevoir et dimensionner l’ouvrage en se basant essentiellement sur les
recommandations SETRA.
 Rédiger le bordereau de données de calcul PSIDA-EL, avec la conception faite : la
présentation du bordereau de données et la rédaction faite pour le projet sont présentés
dans ma ‘Note de Calcul, partie A (page1)’.
 Exploiter la Note de Calcul SETRA obtenue du bureau d’étude. En faite, toute notre
étude sera axée sur ses résultats : cette note de calcul fournit par SETRA, et que j’ai
obtenue du bureau est présenté dans un ‘Annexe 2 (page7)’, où j’explicite les résultats que
j’ai utilisé de cette note dans l’étude du projet.
 Entamer les calculs justificatifs du dimensionnement des appuis et fondations de l’ouvrage,
en se basant sur les réactions et les rotations sur appuis avec leur coefficient de majoration
dynamique présenté par le Note de Calcul SETRA.
 Dimensionner le ferraillage des piles intermédiaires et piles culées et leurs éléments
(chevêtre, mur en retour…) avec des sollicitations à calculer et des règles BAEL.
 Présenter les résultats du ferraillage fournit par la Note de Calcul SETRA. En outre, on va
calculer et détailler le ferraillage complémentaire du tablier (encorbellement, chevêtre...).

De se familiariser avec le bordereau de données et Note de calcul de SETRA utilisé dans cette
étude exécution, mène à bien mon PFE d’être pratique et professionnelle. Aussi, convient-t-il
de signaler également que dans mes étapes de travail pour cette étude exécution, je suivrai la
démarche des bureaux d’études pour ce genre de projets, où j’ai appris de rédiger le bordereau
de données, et l’obtention et la compréhension du Note de Calcul SETRA tout d’abord.
Ensuite, on étudie par les appuis et fondations qu’on passe après au tablier.

Ainsi, dans mon étude je travaille d’abord sur la conception du projet, l’étude des piles et
fondations (coffrage et ferraillage) qui constitue la partie importante de la présente étude, et
ensuite on passe au tablier avec l’exploitation des résultats obtenue par la Note de calcul
SETRA et le calcul du ferraillage complémentaire.

- Remarque : Cela est justifié que : le maître d’œuvre pressé par le temps pour entamer
l’exécution demande les plans exécution des piles et fondations en premier lieu, que le
tablier sera en second lieu. On réalise la structure porteuse et après on entame le tablier.

8 OMAR ZADDEM
PARTIE B

CONCEPTION DU PONT

9 OMAR ZADDEM
Chap.1. Conception de l’ouvrage

1. Introduction
La conception de l'ouvrage est fortement liée aux caractéristiques du tracée routier. Elle
assure le conflit autoroute-route permettant l’échange du trafic avec le réseau routier.

Un ouvrage d’art doit répondre aux qualités fonctionnelles, économiques et esthétiques. Le


rôle fonctionnel de l’ouvrage (portance, capacité d’écoulement du trafic et sécurité pour les
usagers) est évident et constitue sa destination même. On doit assurer aussi la commodité de
son côté économique et son intégration dans le site. La conception technique et esthétique de
l’ouvrage d’art se fait du général au particulier.

L’objectif de cette partie est d’effectuer l’étude -conception et dimensionnement- de l’ouvrage


(structure et équipements) tout en faisant les justifications nécessaires selon les règlements de
conception géométriques des routes et Autoroute et les recommandations SETRA.

L’ouvrage est biaise de 70 grade. Dans notre justification et calcul de la conception, on


utilisera coefficient k =( 1÷ sin 70 ) =1,12233 pour avoir les longueurs et largeurs biaise. 

3. Choix du type de l’ouvrage


Comme il a été précédemment mentionné, il s'agit d'un ouvrage de franchissement
Autoroutier. Ainsi, une première réflexion entre le choix d'un passage inférieur ou d'un
passage supérieur s'impose. Mais on se rend compte rapidement que la variante d'un passage
inférieur s'écarte d'office car ni les recommandations conceptuelles sur les ouvrages, ni les
conditions topographiques le permettent. [1]

En fait, le guide de conception limite les ouvertures des passages inférieurs à 12 m. en plus, et
par référence au fond topographique, le choix d'un passage inférieur conduirai à un volume de
terrassement énorme, notamment en terme de remblais.

En seconde étape, le raisonnement s'axe sur le type du passage supérieur à prévoir. Et en se


référant aux conditions générales des différentes types des passages supérieurs et celles
couramment utilisé, la compétition se réduit entre un pont à poutres et un pont dalle.

Les ponts à poutres sont des ouvrages qui présentent une large gamme de choix et sont les
ouvrages les plus couramment utilisés et employés en Tunisie et qui sont caractérisés par :
 Possibilité de préfabrication et ainsi pas besoin de surface coffrant (pont sur oued) ;
 Economie de matériaux de construction ;

10 OMAR ZADDEM
 Faible sensibilité aux problèmes de tassements différentiels dans le cas de travées
indépendantes.
En outre, ce type d'ouvrages présente néanmoins certains nombre d'inconvénients dont on cite
principalement :
 Aspect esthétique non satisfaisant en sites urbains ;
 Consommation importante de main d'œuvre.

Figure 5  : Pont à poutres à travées indépendantes en BA (TI-BA).


Les ponts dalle sont constitués dans le sens longitudinal par une dalle pleine de béton coulé
en place, a inertie constante, à une ou plusieurs travées continues sur appuis simples. Ils
constituent une solution fiable pour des longueurs de franchissements variant de 15 m à 60,
avec des portées unitaires maximales de 20 m environ.

Par ailleurs, Les ponts dalles présentent les avantages suivants [2]:
 Minceur et légèreté relative du tablier ;
 Poids propre de 1.2 à 2 t/m2 selon les portées ;
 Réactions d'appui relativement faibles ;

 Construction rustique :
En raison de l'absence de retombées dans les ponts dalles, leur coffrage est plus simple que
pour les structures à poutres coulées sur place. Ce gain est d'autant plus significatif que la
main d'œuvre est moins importante et pas nécessairement spécialisée. Ces conditions 16
favorables rendent l'exécution à la fois facile et rapide ce qui réduit les prix unitaires et
compense une consommation de matériaux supérieure à celle d'ouvrages à poutres.
 Grande réserve de sécurité :
Elle est traduite par un comportement satisfaisant sous fissuration et une réserve élevée en
flexion ayant pour effet de rendre la dalle insensible aux tassements différentiels d'appuis

11 OMAR ZADDEM
inférieurs à 3 cm et à supporter des tassements trois fois plus élevés moyennant peu de
renforcements en armatures passives [2].
En outre, un pont dalle est robuste du fait de sa bonne résistance au cisaillement et à la torsion
dans le cas d'ouvrage biais ou courbe.

 Liberté dans la conception des formes [2]:


Les ponts dalles, du fait qu'ils sont construits par coulage en place, s'adaptent à toutes les
difficultés d'implantation (courbure en plan ou en long), des plus les ponts dalles s'adaptent
parfaitement au biais.
 Esthétique [2]:
Les ponts dalles se caractérisent par leur aspect esthétique dans leur morphologie, notamment
dans le cas des courbures en plan, en effet, les lignes souples donnent un confort visuel et
s'intègrent dans les sites pré-urbains tels que le site du projet étudié.
Il est à noter que d'une façon générale, en matière de recherche esthétique, l'illusion peut jouer
un rôle important dans la perception des formes et des proportions. En particulier la forme des
éléments porteurs tel que le tablier et les appuis ou des éléments non porteurs tel que les
corniches, n'est jamais totalement subordonnée à des exigences techniques, et peut en
conséquence faire l'objet d'un certain choix, dont les répercussions sont importantes sur
l'aspect de l'ouvrage.

Figure 6  : Exemples de ponts dalle construits en Tunisie (PSI-DA).


Afin d'effectuer le choix le plus rationnel du type de l'ouvrage à prévoir pour le
franchissement étudié, nous devons prendre en considération plusieurs contraintes, liées
principalement au contexte global du projet, et dont on cite [3] :
 Les exigences dictées par le tracé routier ;
 La présence d'un biais de 70 grades.
 Les exigences d'ordre esthétique : Autoroute maghrébin qui présente l’image du pays.

12 OMAR ZADDEM
Ainsi, et en comparant minutieusement les deux variantes postulantes, tout en affectant
chacune d'elles par la totalité des contraintes citées, nous parvenons à choisir de projeter un
pont dalle à travées continues en béton armé.

Il s'agit en fait d'un ouvrage d'aspect élancé, robuste grâce à son monolithisme, dont la
simplicité de forme et la grande réserve de sécurité représentent ses atouts majeurs,
notamment qu'il représente une solution économique sur le double plan de l'investissement et
de l'entretien.

4. Conception du tablier
4.1. Conception longitudinale du tablier
4.1.1. Choix de la travure [3]
L'implantation des appuis et par conséquent la définition de la travure qui en résulte constitue
une étape primordiale dans la conception d'un ouvrage.

Donc, cette partie du projet consiste à choisir l’emplacement des appuis et la longueur des
travées en respectant les contraintes du site, et en essayant de trouver la variante la plus
économique en se référant à des ouvrages qui ont déjà été construits.

 Choix de nombre de travées :


Pour les ponts dalle en béton armé, le domaine des portées économiques se situe entre 7 et 15
m pour les ouvrages de 1 ou 2 travées et entre 6 et 18 m pour les ouvrages de 3 travées ou
plus. On peut aussi atteindre des longueurs unitaires des travées de 20 m avec une section
transversale à encorbellements latéraux.

Tableau 1 : Domaine d’utilisation des ponts courants [3].

13 OMAR ZADDEM
L'ouvrage projeté permettra à une route nationale de franchir une autoroute, et ce suivant un
biais de 70 grades. Nous aurons donc à concevoir un ouvrage d'environ 63 m de longueur. Ce
qui renvoie immédiatement à penser à un ouvrage à 4 travées, justifié par le fait que la portée
économique d'un pont dalle à trois travées ou plus est située entre 7 et 18 m [3].

 Choix des longueurs des travées :


Dans notre cas d'étude, et après avoir adopté le choix d'un pont dalle à 4 travées, c'est le choix
d'implantation des appuis qui va être le facteur déterminant pour fixer la longueur des travées.

C'est un choix qui doit être effectué tout en tenant compte aussi bien des contraintes dues à la
voie franchie qu'à celles dues aux règles sollicitées pour une conception au normes.

De ce fait, il paraît évident de placer un appui central au niveau de l'axe du terre plein central
de l'autoroute, qui est de six mètres de largeur. D'autre part, un deuxième appui sera implanté
de part et d'autre, dans la limite de la berme.

Ainsi, nous obtiendrons deux travées centrales, symétrique par rapport à l'axe de l'appui
central, de 17.2 m de longueur dans le sens orthogonal à celui de l'axe de l’autoroute, ce qui
correspond à une longueur biaise de 19.3 m (dans le sens de l'axe longitudinal de l'ouvrage).

Cette longueur est justifiée par raison du profil travers de l’autoroute [9] :
 Deux chaussées de 7,00m de longueur chacune ;
 Deux bandes d’arrêt d’urgence de 3,00m de largeur ;
 Deux bandes dérasées à gauches (BDG) de 1,00m de largeur chacune ;

 Une bande médiane de 10,00m entre les BDG :


Un élargissement ultérieur à 2 x 3 voies est pris en compte, pour le long terme, dans la
conception de l’aménagement projeté : ça justifie qu’on adopte une bande médiane (Terre
Plein Centrale) de longueur 10 m.

 Une berme cotée extérieur de 1,00 m de largeur ;


 Un arrondi de talus de 0,50m de largeur (caniveau CC2).

En conséquence, et selon la recommandation de conception qui limite la longueur de la travée


de rive, 1, dans l'intervalle [0.5 L ; 0.85 L] afin d'avoir une répartition optimale des efforts,
nous choisissons une travée de rive de 10.32 m dans le sens orthogonal à celui de l'axe de
l’autoroute, ce qui correspond à une longueur biaise de 11.58 m, soit 0.6L [1].

- Remarque : Il faut être conforme au règlement dans le choix de cette travure de rive pour
éviter le soulèvement de notre structure au niveau de cette travée.

14 OMAR ZADDEM
Figure 7 : Coupe longitudinale de l’ouvrage.

4.1.2. Gabarits [4]


Le gabarit en hauteur dégagé sous les passages supérieurs est le gabarit autoroutier, soit 4,75
m augmenté de 10 cm pour les rechargements futurs de la chaussée de l'Autoroute et 15cm
pour tenir compte de divers aléas d'exécution et du tassement probable des appuis. Le gabarit
en hauteur totale est donc de 5 m.

4.1.3. Les abouts [3]


La "longueur d'about" est définie comme la partie de tablier délimitée par la face d'about et
l'axe d'appui de la pile culée. Cette longueur a pour rôle de permettre un ancrage suffisant
pour les armatures passives en face inférieure. Ces armatures seront destinées à reprendre
l'effort tranchant sur chaque appui extrême et assurer l'équilibre du coin inférieur.

La longueur d’un about varie entre 0,5 à 0,6 m, pour notre ouvrage on va prendre
Labout=0,505m (longueur d’about biaise correspondant à 0,45.k).

Figure 8 : Détail about.

4.2. Conception transversal des tabliers [3]


Après avoir conçu la longitude de l’ouvrage (longueur des travées), on passe à la
détermination des différents paramètres des sections du tablier en se référant aux dispositions

15 OMAR ZADDEM
les plus courantes et aux guides de conception, notamment au dossier pilote de la Direction
des Routes et de la Circulation Routière (DRCR) PA78 et le PP73 du SETRA.

4.2.1. Epaisseur de la dalle


Suivant les instructions du guide de conception des ponts dalles, la dalle rectangulaire devient
trop lourde pour le franchissement de telles travées : Cela justifie notre choix de dalle à
encorbellement.

Dans le cas de tabliers dalles à encorbellement en béton armé, c'est le critère technique, à
savoir le non dépassement de la contrainte admissible de compression, qui est déterminant
pour le dimensionnement. Cette épaisseur peut être déterminée à partir des abaques proposés
par le guide de conception des ponts dalle du SETRA dans le cas des dalles rectangulaires à
une, deux, trois ou quatre travées symétriques construits avec un béton de classe B25.

l max
Pour la dalle dont le nombre de travées est supérieure à 3, l'élancement est de avec lmax est
28
la longueur de la plus longue travée (longueur biaise). L'épaisseur de la dalle est [5] :
l max 19.3
h d= = =0,69 m avec h d ≥ 12 cm
28 28

De ce fait, on envisage de construire une dalle de hd=75 cm d'épaisseur pour simplifier le


coffrage et tenir compte du biais.

4.2.2. Largeur de la dalle


La largeur de la dalle dépend évidemment du profil en travers de la voie franchissant :
chaussé de 6 m pour 2 vois. Ainsi, et selon le profil en travers du rétablissement ainsi que des
considérations d'ordre fonctionnel, nous choisissons un ouvrage comportant deux trottoirs de
0.75 m de largeur, ce qui conduit à une dalle de largeur totale égale à 8.7 m.

Nous proposons un encorbellement sur une distance de 1.35m au dessous des trottoirs.

16 OMAR ZADDEM
Figure 9 : Coupe transversale du tablier.

4.2.3. Dévers transversal


Le dévers transversal minimal est de 2,5% (en double pente) pour les ouvrages rectilignes et
de 2,5% à 6% (en simple pente) suivant le rayon de courbure en plan dans le cas d'ouvrages
courbes. Ces valeurs doivent être considérées comme valeurs minimales même en présence
d'une pente longitudinale.

Dans notre cas, et bien que l'ouvrage projeté se trouve sur un alignement droit, le dévers
transversal à réaliser sera de 2.5% à double pente, déversé vers les deux cotés du chaussé
conditionné par le tracé en plan de la route qui ne possède pas un rayon de courbure en plan.

4.2.4. Encorbellements latéraux [5]


Le recours à des encorbellements est généralement dicté par des considérations d’ordre
esthétique, ceux-ci diminuent l’épaisseur apparente de la dalle et favorisent certaines
dispositions particulières d’appui. Notons que leur présence augmente également le
rendement géométrique de la section et permet ainsi d’atteindre des portées plus importantes.
Etant donné que dans notre cas il y a une travée de longueur relativement importante (19,3
m), on prévoit la réalisation des encorbellements latéraux.

D’autre part, l'inclinaison de la sous- dalle aura une valeur telle qu'elle réserve une section
suffisante pour l'encastrement tout en laissant bien apparente la joue de la dalle.

La hauteur de l'encorbellement est fixée suivant le type d'ancrage du garde corps qui sera de
type S8. Soit alors une hauteur d'encorbellement de he=0,2 m.

Il existe deux types d’encorbellements, l’encorbellement à simple pente et à double pente. En


Tunisie la plus utilisée sont les dalles à encorbellement simple et elle est plus simple à coffrer.
Le type d’encorbellement adopté est schématisé dans la figure suivante :

Figure 10 : Coupe transversale de l’encorbellement type.

Pour le dimensionnement des encorbellements par les méthodes usuelles on doit respecter les
conditions suivantes :
 la largeur de la nervure Ln doit rester supérieure à la moitié de la largeur totale LT du

17 OMAR ZADDEM
pont, c'est-à-dire Ln ≥0,5 LT : Ln ≥0,5 × 8,7=4,35 m.

 la largeur droite de l’encorbellement doit être inférieure au 1/5 de la portée de la


travée centrale, c'est-à-dire Le ≤ 0,2 Lcentrale : Le ≤ 0,2 ×19,3=3,86 m.

Par suite : Le = 1.35 m.


Ln= LT – 2 Le = 6 m.

 La dalle rectangulaire équivalente (même inertie et même


épaisseur que la section réelle), élargie de 5% de chaque côté, doit
couvrir entièrement la largeur sur chargeable "Lch" de la chaussée,
c.à.d, ( 1+0,1 ) LT , é q ≥ Lch

h1

Figure 11 : Dalle équivalente.

Lch= Lr = 7 m (Pas de glissière de sécurité).

I = I 1 - 2 I2
LT ×h3d 8 .7 ×0. 753
I1= = =0 . 306
12 12

Il est nécessairement que les moments d’inertie sont calculés suivant le même centre d’inertie.
Donc, suivant le théorème d’Huygens :
3
Le ×h1 L e ×h 1
I2= + ×(OG−OG 1 ) 2
36 2
Avec :
S 0 ×OG0 −2×S 1 ×OG1
OG=
S 0−2×S1

S 0 = LT ×hd = 8.7×0.75 = 6.525 m2


Le ×h1 1.35×0 .55
S 1= = =0.3712
2 2 m2
h1 hd
OG1 = =0 .183 OG0 = =0 .375 ;
3 ; 2
Donc OG = 0,395 et :

18 OMAR ZADDEM
3
1.35 ×0 .55 1 .35 ×0 .55
I2= + ×(0 . 395−0 . 183) 2=
36 2 0.0229 m4
Finalement : I = I1 - 2 I2 = 0.261 m4
D’autre part :
3
L ×h I ×12 0 .261 ×12
I= Teq LTeq= =
12 h3 0 . 753 = 7.424 m.
La condition citée ci-dessus est alors vérifiée :
( 1+0.1 ) ×=1,1× 7,424=8,166 m≥ Lch=7 m
Ainsi, on retient pour l’encorbellement (figure 8) :

Figure 12 : Dimensions de l'encorbellement.

5. Dimensionnement des piles


Les piles assurent la surélévation du tablier jusqu’au gabarit voulu et la descente de charge
jusqu’à la fondation. Un appui se limiterait à la partie située au dessus de l’élément assurant la
fondation, en l’occurrence : la semelle en cas de fondations superficielles, les pieux en cas de
fondation profonde.

Ils sont souvent constitués de voiles rectangulaires, plus résistants aux chocs de véhicules que
les colonnes [6].

5.1. Géométrie des appuis


Le choix des piles doit prendre en compte plusieurs conditions relatives au projet lui-même.
Les principaux exigences seront celles relatives au site, ses fonctionnalités et les sollicitations.

Pour cet élément de l’ouvrage il existe plusieurs formes qui sont utilisées selon le lieu
d’implantation de l’ouvrage ; de l’obstacle à franchir ; et la nature du pont on distingue les
piles cylindriques ; les poteaux et les voiles.

Les dossiers pilotes PP73 du SETRA [6] : présente différentes formes de piles et notamment
les piles voiles pour les ponts dalle.

19 OMAR ZADDEM
La forme voile des piles parait la meilleur car il s’agit d’un pont dalle dont les tabliers sont
large et on a besoin d’une grande surface pour bien répartir nos appuis. Ainsi on a choisi des
piles voiles rectangulaires à extrémités arrondies en tenant compte des facteurs suivantes :
 Ces coffrages sont couramment utilisés en Tunisie.
 Il s’agit d’un franchissement routier en zone rurale, d’où la nécessité d’avoir toujours à
l’esprit le coté esthétique de l’ouvrage.
 Ce type de pile pose moins de problèmes et est plus favorable mécaniquement.

5.2. Epaisseur des appuis [6]


Dans le sens longitudinal, l’épaisseur des voiles sera normalement de 0,5 m à 0,8 m afin de
respecter les proportions entre les divers paramètres à savoir : hauteur de tirant d’air, portée,
épaisseur du tablier, ou tout de moins largeur de leur partie supérieure.

En faite, l’épaisseur de l’appui est déterminée à l’aide des formules fournies par les dossiers
pilotes PP73 du SETRA.  Cette épaisseur E dépend des paramètres suivants :
 h = épaisseur du tablier ;
 l = portée droite ;
 H = hauteur du tirant d’air.

Figure 13 : Dimensions des appuis.

On détermine l’épaisseur par la formule suivante : E = max (E1, E2, 0.5)


Avec :
4. H +l 4 × 5+19,3
E 1= + 0,1= + 0,1=0,393 m .
100 100

0,85. h ≤ E 2 ≤ 1,15.h ⇒ 0,85 × 0,75=0,6 ≤ E2 ≤1,15 × 0,75=0,8


On retient E = 0.60 m. Et selon le règlement du SETRA, on conserve dans tous les cas la
même épaisseur de voiles pour toutes les piles, même si leur hauteur est variable.

20 OMAR ZADDEM
60c

Figure 14 : Coupe transversale de la pile choisie.

5.3. Largueur unitaire des appuis


La détermination des nombre de voiles est déterminé en fonction de la largeur biaise de
l’intrados. D’où la formule suivante du document pilote PP 73 de la SETRA :
 Inférieur à 8 m :un seul voile ;
 Comprise entre 8 et 10 m:un ou deux voiles ;
 Supérieure à 10 m: n voiles.

Pour cet ouvrage la largeur biaise de l’intrados = Ln ×k =6,7, donc on va procéder à un seul
voile. Ce modèle se caractérise par la rapidité d’exécution et le coffrage unique.

Pour un voile de longueur donnée en fonction de la largeur biaise, document pilote PP 73 de


la SETRA nous fournit un graphe dont deux droites délimites le domaine d’emploie.

Pour notre cas, on fait le choix d’une longueur de voie 6,7 m (= largeur biaise de Ln). Et
d’après le graphe pour un voile de longueur 6,7 m convient pour des largeurs biaises de tablier
de 8 à 12,2 m et c’est le cas comme notre largeur biaise de tablier est 9,76 m.

 H = 8 m ; L = 6,7m ; E = 0,6m. (Voir coffrage pile-intermédiaire : Annexe4 page 68).


Avec H= hauteur gabarit + hauteur au niveau des fondations qui est variable suivant le niveau
d’aménagement= 8 m.

5.4. Pré-dimensionnement des tètes des piles


Dans le cas des dalles, le nombre d’appareils d’appui ainsi que leurs emplacement sur chaque
ligne d’appui sont à déterminer en fonction de la largeur disponible au niveau de la dalle et au
niveau des piles et aussi en fonction de la descente de charge sur la ligne d’appui considérée.
Et pour le bon positionnement des appareils d'appui vis-à-vis des efforts dans le tablier, on
considère la largeur droite LTéq du tablier égale à la largeur de la dalle rectangulaire en
respectant la même épaisseur et la même surface que la dalle réelle, tel que :
λ0 : distance entre axe des appareils d'appuis sur la voile ;
 LTéq = 7,424 m (calculer précédemment) ;
δ0 : distance au bord pour voile unique, on adopte 0,85m ;
L0 : largeur de voile.

21 OMAR ZADDEM
L1
=K ( L0 −2 δ 0 )
sin α
α = 70 grad ouvrage biais de 70 grad
L0 −2 δ 0
λ0 =
n−1 avec n = nombre d’appareils d’appuis.
Après avoir choisir δ0, on passe à calculer K :
LTeq = K (6-2x0,85)=7,424
K = 1,48. K (facteur de vérification) vérifie bien la condition : 1,2 ¿ K
¿ 1,5  Et, dans notre cas on dispose de 2
appareils d’appuis et on les répartie de manière symétrique en tête de pile [7].
L0 −2 δ 0
λ0 = =6,7−2×0 , 85=5 m
n−1  on adopte 5 m entre axes des 2appareils d’appuis
.8 5 5m .8 5

6.7m

Figure 15 : Détails voile et positionnement des appareils d’appuis.

- Voir coffrage pile-Intermédiaire : Annexe 4 page 68.

22 OMAR ZADDEM
6. Les piles-culées [12] 

6.1. Choix des culées

La culée est un élément principal de l’ouvrage car elle a double rôle : elle assure le transfert
des charges verticales et éventuellement horizontales à travers les appuis du tablier aux
fondations, d’une part, et elle assure le soutien des terres d’autre part. Donc elle doit être bien
conçue.
Le choix des culées doit répondre aux modes d’exécution de l’ouvrage, aux contraintes du site
et aux sollicitations imposées. On distingue deux types des culées :
 Les culées enterrées ;
 Les culées remblayées.

Les culées enterrées sont plus économiques et plus simples à l’exécution et c’est vers ce type
que le projecteur doit s’orienter au début du processus d’élaboration d’un projet de pont.

Les culées enterrées sont seules dont la structure porteuse est noyée dans le remblai d’accès,
elles assurent essentiellement une fonction porteuse car elles sont relativement peu sollicitées

par les efforts horizontaux de poussées des terres.

Cette solution peur être envisagé dans la conception de la culée puisque, dans notre cas il
n’est pas prévu de surélévation importante du tablier, des rampes d’accès sont nécessaires de
part et d’autre des culées afin de réaliser un bon ajustement du profil en long. Nous allons
adopter donc des culées enterrées.
On adopte la disposition dite normale avec mur garde grève et une dalle de transition :

Figure 16 : Illustration du choix de la culée.

23 OMAR ZADDEM
Les dimensions ont été choisies en respectant les recommandations SETRA. Nous choisissons
la disposition dite normale, avec un mur garde grève et une dalle de transition. Nous aurons
les dimensions suivantes :
 L'épaisseur du mur garde grève emur gg = 25 cm ;
 L'épaisseur du mur de retour emur retour = 25 cm ;
 L’épaisseur de la dalle de transition edt = 30 cm.

6.2. Chevêtre de la culée


Le chevêtre de la culée permet :
 L’implantation des appareils d’appui au niveau des culées.
 La mise en place des vérins pour changer ces derniers s’il a lieu ou pour procéder à
des mesures de réactions d’appuis. Pour ce faire, une distance minimale de 5 cm entre
l’about du tablier et le mur garde grève est prévue.
 L’évacuation des eaux : On donne généralement une pente de 2.5% à l’arase
supérieure et on recueille les eaux dans une cuvette réalisée contre le mur garde grève.

Pour les dimensions du chevêtre de la culée on a :


 Longueur (parallèlement à la ligne d’appui) : selon le cas, la longueur du chevêtre peut
être imposé ou, au contraire faire l’objet d’un choix. Dans cette ouvrage, on prévoit un mur
garde-grève ce qui est déterminant : le chevêtre doit avoir au moins la même longueur, qui
sera généralement égale à la largeur utile biaise du tablier. Lch = 8,7.k = 9,77 m ;

 Largeur (perpendiculairement à la ligne d’appui): la largeur totale du chevêtre est


déterminer tout en assurant un sommier suffisante pour appareil d’appui, about et espacement
tablier mur garde-grève, et du coté amont du mur garde-grève il y’on a réservation pour la
pose de la dalle de transition. lch = 1,58 m dont 1m est le largeur du sommier du tablier;

 Hauteur : des considérations d’ordre pratique amènent à réserver entre l’intrados du


tablier et le talus une hauteur Z (estimer minimale pour 60cm) et à réaliser ainsi une petite
plate-forme de largeur R (dépend de Z, de l’épaisseur du tablier, de l’implantation du pile
culée et de la pente du talus) destinée à faciliter l’accès aux appareils d’appui. On adopte
une valeur suffisante du chevêtre : Hch = 1 m.

- Voir coffrage pile-Culée : Annexe 4 page 68.

24 OMAR ZADDEM
Figure 17 : Détail déterminant hauteur du chevêtre [12].

Chap.2. Les équipements du pont

1. Introduction
Les équipements latéraux représentent l'ensemble des dispositifs dont le but est de rendre un
tablier de pont capable d'assurer sa fonction et d'assurer la durabilité de l'ouvrage.
Pour la bonne situation d'usage du tablier, il faut la fournir par les équipements suivants :
 les gardes corps ;
 les corniches ;
 les trottoirs ;
 les équipements d'évacuation des eaux à la surface du tablier ;
 revêtement des tabliers ;
 les joints de chaussées ;
 les dalles de transitions ;
 les appareils d’appuis.

Les équipements interviennent dans la fonction et la durée de vie d'un ouvrage d'art, c'est pour
ça qu'ils doivent souvent subir des entretiens ou même des remplacements. Par conséquent, ils
doivent être engendrés de manière à pouvoir les réparer ou les changer facilement.

25 OMAR ZADDEM
1. Les gardes corps [3]
Il faut choisir un garde corps en tenant compte qu'il obéit aux deux critères de rigidité et
surtout la durabilité. Les plus utilisés en Tunisie sont les deux modèles S8 et BN4.

Quant au modèle BN4, il est utilisés pour ville surtout lorsqu’on n’a pas de trottoir pour
assurer la sécurité des véhicules, d’autre part, ce modèle est plus cher que le S8.

Donc, on choisie un modèle S8 qui est particulièrement adapté au trafic du piéton sur les
ponts en rase compagne et le cas échéant sur les ouvrages en zone rurale : Il est constitué des
tubes profilés en acier de grande rigidité soudé ce qui limitera la corrosion à l'intérieur. Ces
tubes profilés comprennent :
 Une lisse inférieure de 60x30x2.7 mm ;
 Des barreaux de 30x30x1.5 mm ;
 Une main courante de 120x55x4 mm ;
 Des montants 80x40x4 mm à un espacement de 1.5 m : ces montants seront verticaux
et scellés dans une réservation de 11x14x23 cm dans la corniche.
Tout en tenant compte de l’eau pluviale, il faut protéger ce garde corps contre la corrosion :
Cette protection sera assurée soit par galvanisation à chaud dans les ateliers de fabrications,
soit par une couche de peinture riche en zinc. Le poids du S8 est de 30 kg/ml.

2. Les corniches [3]


Les corniches sont des éléments préfabriqués qui permettent de :
 elles permettent de donner une bonne finition pour une bonne vue ;
 elles jouent essentiellement un rôle esthétique ;
 elles évitent le ruissellement des eaux sur la partie porteuse de structure ;
 la fixation des gardes corps.

Pour la plupart des garde-corps, la fixation se fait par scellement dans une réservation faite à la
coulée de la corniche. Les profondeurs des réservations sont de 23cm et les dimensions en plan
11x14 cm pour le S8.
Les corniches sont surtout en béton armé préfabriqué et ils peuvent être en acier ou même en
béton armé coulé sur place. Pour notre ouvrage, on va utiliser des corniches en béton armé
préfabriqué, parce qu'ils nous permettent la facilité de l'exécution et surtout la rapidité des
travaux.

26 OMAR ZADDEM
Figure 18 : Exemple des corniches et garde corps à utiliser.

3. Les trottoirs [8]


Le rôle du trottoir de part et d'autre de la chaussée est de protéger les piétons contre la
circulation automobile. Les trottoirs auront une pente de 3% vers la chaussée. Les largeurs
courantes utilisées varient entre 0,75 et 1,25 m : on prévoit deux trottoirs de 0,75m chacun.

Ces trottoirs permettent de disposer sous la chape de béton plusieurs canalisations. Ils
comportent une bordure type T1, une contre bordure, 2 tube PVC (d=160mm) réservés pour
canalisation, un remplissage en béton maigre surmonté d’une chape en béton de 2cm
d’épaisseur. Les trottoirs présenteront ainsi surélévation de 16cm par rapport à la chaussée :

Figure 19 : Détail trottoir(en mm).

4. Equipements d’évacuation des eaux à la surface du Tablier [10]


Afin d'assure la sécurité, le confort des usagers et la durabilité des couches de roulement et
surtout de l'ouvrage, il faut assurer un bon assainissement du pont : il est assuré par un dévers
de 2,5% et par une pente transversale pour les trottoirs de 3% pour bien recueillir les eaux.

L'évacuation de ces eaux sera faite par des gargouilles qui s’étalent tout au long l’intrados du
tablier pour se déboucher dans l’air libre de la terre pleine centrale ou des accotements de
l’autoroute. Et concernant les gargouilles, les tuyaux de l’issue de celles-ci doivent être

27 OMAR ZADDEM
prolongés jusqu'au dessous des tabliers pour éviter les souillures à l'intrados et surtout la
corrosion (au moins 10 cm au dessous de l'intrados de tablier).

Pour bien protéger notre ouvrage on a prévu deux gargouilles extrêmes au niveau de la pile
culée pour le tablier.

Figure 20 : Schéma de dispositif d'évacuation des eaux.

5. Revêtement des tabliers [10]


Le revêtement du tablier comprend essentiellement les couches suivantes :
- couche d'étanchéité ; et - couche de roulement.

Cet équipement est le plus important pour le tablier vu son rôle de protéger la structure et
surtout son coût élevé qui atteint en moyenne un pourcentage de 5% du coût total de
l'ouvrage.

6.3. Etanchéité des tabliers [3]


L’étanchéité de notre ouvrage est assurée par une feuille préfabriquée en usine d’épaisseur
2,7cm qui sera collée à la surface supérieure des tabliers après nettoyage avec soufflage au
compresseur ou brossage. Vu sa fragilité cette couche sera protéger par l’ajout d’une couche
d’asphalte gravillonné se qui fait une couche totale de 3 cm d’épaisseur.

6.4. La couche de roulement [10]


Cette couche d’épaisseur 6 cm, est constituée par un tapis en béton bitumineux de masse
volumique 2.3T/m3.
Il faut éviter que cette couche soit perméable et surtout la stagnation des eaux sur sa surface
par le choix de la bonne compacité d'enrobé et par la vérification de la pente du drainage.

28 OMAR ZADDEM
6. Les dalles de transition [17]
Ce genre d’équipement à comme rôle principale de diminuer les tassements des remblais au
prés des culés et une fonction secondaire de protéger le remblai d’accès contre l’infiltration
des eaux.

Figure 21 : Dalle de transition [17].

7. Les joints de chaussées [10]


Les extrémités de l’ouvrage sont équipées de joints de chaussée qui assurent un confort pour
l’usager, en maintenant la continuité de roulement, tout en permettant une liberté de
mouvement du tablier.
Le choix du type de joint dépend principalement du souffle du joint, du trafic de l'itinéraire et
du type d’étanchéité (chape mince ou épaisse). Le souffle ou espacement maximal des deux
éléments en regard est dû aux effets du retrait, du fluage, de la température et des charges
d'exploitation, qui peuvent comporter non seulement une composante longitudinale parallèle à
l'ouvrage, qui est la plus importante, mais aussi des composantes verticales et transversales.

Les réservations pour ces joints sont ménagées aux extrémités de la dalle et en fibre
supérieure des murs gardent grève des culées. En effet, au niveau du chevêtre culé, on garanti
une réservation joint de chaussé de 7,4.k correspondant à 8,3 m.

Figure 22 : Joint de chaussée.

29 OMAR ZADDEM
8. Les appareils d’appuis [11]
Le rôle des appareils d’appui est important puisqu’elles interviennent dans le fonctionnement
mécanique de la structure. En effet, elles transmettent les efforts verticaux dues aux charges
appliquées sur le tablier, et les efforts horizontales, dues au freinage, aux piles.

Il y’ a différents types des appareils d’appui dont les élastomères frettés sont les plus utilisés.
Elles ont une forme parallélépipédique et comprennent un empilage de feuilles d’élastomère
«néoprène » et des tôles d’aciers « frettes ».
Ces appareils d’appui présentent beaucoup d’avantages parmi lesquels on site;
 absorber les vibrations provenant du tablier ;
 permet des divers mouvements tels que la translation et la rotation sous l’effet des
efforts de freinage ;
 permettre une répartition des efforts horizontaux sur les différents appuis ;
 à remplacer facilement et peu coûteux.
L’étude que je vais consacrer dans la suite de mon rapport pour les appareils d’appui est
primordiale pour ce type de projets.

Figure 23 : Détail appareil d’appui.

PARTIE C

30 OMAR ZADDEM
ETUDE DES PILES ET FONDATIONS

Chap.1. Hypothèses de calcul & Caractéristiques


des matériaux
Afin d’aborder l’étude de l’ouvrage, on va présenter sommairement dans cette partie les
hypothèses de calcul concernant la nature et les caractéristiques des matériaux utilisés, ainsi
que les règlements qu’on va adopter pour l’établissement de l’étude.

31 OMAR ZADDEM
1. Méthodes de calcul 
 Tablier
Le calcul du tablier sera réalisé par le programme de calcul automatique PSIDA-EL du
SETRA (Voir Annexe 2).

 Appuis et fondations
Les calculs seront menés conformément aux recommandations Setra (dossiers pilotes du
SETRA).
Dans le cas des fondations profondes, les souplesses et les sollicitations des appuis seront
déterminées à l’aide du programme PSH du SETRA.

2. Règlements et normes de calcul 


Les calculs de justification seront menés conformément aux prescriptions des documents
suivants :
 Béton armé
 Fascicule n° 61 Titre II : « Conception, calcul et épreuves des ouvrages d’art » ;
 Fascicule n° 62 Titre I : « Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et
constructions en béton armé suivant la méthode aux états limites – BAEL 91 révisé
99 » ;
 Fascicule n° 62 Titre V : « Règles techniques de conception et de calcul des
fondations des ouvrages de génie civil » ;
 Fascicule n° 65 : « Exécution des ouvrages et constructions en Béton Armé ».
 Documents SETRA 
 Bulletin technique n°4 SETRA : BT4 ;
 Guide technique du SETRA : « Appareils d’appui en élastomère fretté - Utilisation sur
ponts, viaducs et structures similaires » - Juillet 2007 ;
 Dossier pilote PP 73 du SETRA ;
 Dossier FOND 72 ;
 Dalles de transition des ponts routes – techniques et réalisation, SETRA Octobre 1984
 Cahier des clauses techniques particulières du D.A.O.

7. Caractéristiques des matériaux employés


 Béton pour piles : Q350
Béton destiné aux appuis (culées et piles), dalles de transition, etc…)

32 OMAR ZADDEM
Ce béton est un Q350 dosé à 350 kg au m3. Le ciment utilisé est le CPI 42,5. Les
caractéristiques du béton utilisé seront les suivantes :
- Résistance à la compression à 28 jours : fc28 = 25 MPa
- Résistance à la traction à 28 jours : ft28 = 0.6 + 0.06*25 = 2.1 MPa
- Module de déformation instantanée : Ei28 = 11000 fc281/3 = 32 164 MPa
- Module de déformation différée : Ev28 = 3700 fc281/3 = 10 819 MPa
- Contrainte de compression limite du béton à l’ELS : bc = 0.6 fc28 = 15 MPa
- Contrainte tangentielle limite : lim = Min (0.15 fc28/b ; 4 MPa) = 2.5 MPa.

 Béton pour pieux : QF 400


Béton dosé à 400 Kg de ciment CEM I 42,5 HRS par m3.
- Résistance à la compression à 28 jours : fc28 = 25 MPa
- Résistance à la traction à 28 jours : ft28 = 0.6 + 0.06*25 = 2.1 MPa
- Contrainte de compression limite du béton à l’ELS : bc = 0.6 fc28 = 15 MPa
- Contrainte tangentielle limite : lim = Min (0.15 fc28/b ; 4 MPa) = 2.5
MPa.
Pour le module de déformation, Les calculs justificatifs des fondations
sont conduits à partir d´une résistance conventionnelle du béton, notée f c ,
introduite dans fascicule 62 titre V: [14] 

inf ⁡( f ¿ ¿ cj , f c28 , f clim )


f c =0.85 × .¿
k1 × k2
Et pour, notre fondation, on a f clim =25 MPa ; k1 = 1,2 et k2 = 1,05.
- Module de déformation instantanée : Ei28 = 11000 fc1/3 = 29 779 MPa
- Module de déformation différée : Ev28 = 3700 fc1/3 = 10 017 MPa.

 Béton pour tablier : Q400


Béton dosé à 400 Kg de ciment CEM I 42,5 par m3.
- Résistance à la compression à 28 jours : fc28 = 30 MPa
- Résistance à la traction à 28 jours : ft28 = 0.6 + 0.06*30 = 2.4 MPa
- Contrainte de compression limite du béton à l’ELS : bc = 0.6 fc28 = 18 MPa
- Contrainte limite de cisaillement- ELU : lim = Min(0.15 fc28/b ; 4 MPa) =
2.5MPa.
(Armatures d’âme droites et fissuration préjudiciable)

 Armatures pour béton armé :

33 OMAR ZADDEM
- Acier à haute adhérence FeE40 A : fe = 400 MPa
- Acier doux FeE24 : fe = 235 MPa.

 L’état limite d’ouverture des fissures est préjudiciable pour les fûts :
s = Min ( 2/3 fe ; Max(0.5 fe ;110( ftj)1/2 ))
- Pour les aciers HA : s = 201.6 MPa (fc28 = 25 MPa ;  = 1.6)

 L’état limite d’ouverture des fissures est très préjudiciable pour les fondations :
s = 0.8 s (fiss préjud)
Pour les aciers HA s = 161.3 MPa
 Contrainte admissible de l’acier tendu à l’état limite d’ouverture des fissures
(fissuration préjudiciable) pour le tablier :
s = Min ( 2/3 fe ; Max(0.5 fe ;110( ftj)1/2 ))
Pour les aciers HA s = 215.6 MPa (fc28 = 30 MPa ;  = 1.6)

- Remarque : La fissuration est prise comme préjudiciable pour toutes les parties de
l’ouvrage d’art sauf pour les fondations, elle est prise comme très préjudiciable.

 Enrobage minimal des armatures :

- Pieux : 7 cm
- Autres : Fissuration préjudiciable  : 3 cm ;
Fissuration très préjudiciable : 4 cm.

8. Sollicitations
 Effet du retrait du béton : Nous considérons une déformation r = - 4. 10-4 ;
 Poids et poussée des terres ( = 2 t/m3) ;
 Surcharge d’exploitation générale sur trottoirs qtr = 0,150 t/m² ;

 Effets de variations de longue durée de la température Td (r = 3,0. 10-4) ;

 Effets de variations de courte durée de la température Ti (r = 1,0. 10-4) ;


 Effets de variations de courte durée de la température pour les appareils d’appui

Ti (r = 4,0. 10-4).

Chap.2. Etude des appareils d’appui

34 OMAR ZADDEM
1. Introduction
Les tabliers des ponts reposent en général, sur leur appuis (piles et culée) par l’intermédiaire
d’appareils conçus pour transmettre des efforts essentiellement verticaux ou à la fois verticaux
et horizontaux et de permettre les mouvements de rotation (dus aux charges d’exploitation ou
aux déformations imposées).
Il existe principalement quater types d’appareils d’appui :
 Les articulations en béton (sont réalisées sous forme de sections rétrécies de béton),
ponctuelles ou linéaires traversées par des aciers de goujon âge ;
 Les appareils d’appui en élastomère fretté ;
 Les appareils d’appui spéciaux ;
 Les appareils d’appui métalliques.

Les appareils d’appui en élastomère fretté


Les appareils d’appui en élastomère fretté absorbent par rotation et par distorsion
respectivement les déformations et les translations du tablier .Ils sont les plus employés et par
conséquent nous les avons adoptés pour le présent ouvrage.

Ils sont constitués par un empilage de feuilles d’élastomère (en général de néoprène) et de
tôles d’aciers incorporés dans l’élastomère jouant le rôle de frettes. L’épaisseur des frettes est
comprise entre 2 et 4 mm. L’épaisseur des feuilles de néoprène est de 8, 10 ou 12 mm (parfois
30 mm). Ce type d’appareil d’appui est le plus couramment employé pour les ouvrages en
béton.

Figure 24 : Appareil d'appui en élastomère fretté.

9. Pré-dimensionnement des appareils d’appui


Le dimensionnement des appareils d'appui est essentiellement basé sur la limitation des
contraintes de cisaillement qui se développent dans l'élastomère au niveau des plans de
frettage et qui sont dues aux efforts appliqués ou aux déformations imposées à l'appareil. La

35 OMAR ZADDEM
limitation de ces contraintes à fait l’objet de plusieurs théories qui se basent toutes sur
l’incompressibilité de l’élastomère. Soient :
a : Dimension du côté parallèle à l'axe longitudinale du pont : longueur de l’appareil d’appui.
b : Dimension du côté perpendiculaire à l'axe longitudinale du pont : largeur de l’appareil
d’appui
t: épaisseur d'un feuillet élémentaire de l'élastomère.
ts: épaisseur d'une frette intermédiaire.
T: Epaisseur totale de l'élastomère.

2.1. Aire de l’appareil d’appui


Pour déterminer l’aire de l’appareil d’appui, c’est à déterminer sa longueur et sa largeur (a*b).
Pour qu’elle assure son rôle, il faut que son aire (a*b) vérifie les prescriptions suivantes : [13]
N max
 Limitation de la contrainte moyenne de compression : σ m= ≤ 15 MPa
ab
N min
 Condition de non cheminement et non glissement : σ m .min = ≥ 2 MPa
ab
Avec : Nmax = Tgper + sup (TBc + Ttr; TAI + Ttr)
Nmin = Tgper + min (TBc + Ttr; TAI + Ttr)

La Note de Calcul SETRA, nous fournit les charges permanentes, Bc et Al sur chaque appui
[Voir Annexe2, page13] avec les coefficients d’inégalité de répartition de la réaction d’appui
entre appareils d’appui de même ligne β [Voir Annexe2, page14] et les coefficients de
majoration dynamique sur appui δ appui [Voir Annexe2, page12] :
T gper = β gper ×( q¿¿ gper /2)=1×(q ¿¿ gper /2); T tr =qtr /2 ; ¿ ¿

T Al =β Al ×(q¿ ¿ Al /2)=1,222×(q ¿¿ Al / 2); ¿ ¿

T Bc =β Bc × δ Bc ×( q¿¿ Bc/2)=1,559 ×δ Bc ,appui ×(q¿ ¿ Bc /2) .¿ ¿

Et après, on calcule l’aire pour le dimensionnement en plan de l’appareil (axb) tout en

N max
assurant Limitation de la contrainte moyenne de compression : σ m= ≤ 15 MPa .
ab

Appui 1 2 3 4 5

Nmax (T) 100,17 251,32 278,26 251,32 100,17

Nmin (T) 18,53 123,03 143,5 123,03 18,53


Surface A (cm2) 667 1675 1855 1675 667

36 OMAR ZADDEM
Tableau 2 : Efforts normales au niveau des appuis.
Le pré-dimensionnement des appareils d’appuis est résumé dans le tableau suivant :

Appuis 1&5 Appuis 2, 3&4


a (cm) 25 40
b (cm) 35 50
Tableau 3 : Pré-dimensionnement des appareils d’appuis.

10. Les efforts sur appuis


3.1. Les efforts verticaux
Les efforts verticaux sont les réactions d’appui des charges suivantes :
 Les charges permanentes (tablier).
 Les charges Al.
 Les charges Bc.
 Les charges Mc.

10.1. Les efforts Horizontaux


 FAl : Effort de freinage du à la charge AL.
 FBc : Effort de freinage du à la charge Bc.
 Ret : Effort dû au retrait du béton.
 TCD : Effort dû aux charges thermiques à courte durée.
 TLD : Effort dû aux charges thermiques à longue durée.

11. Souplesse et rigidité de répartition des charges horizontales


[11]
Les efforts horizontaux exercés sur le tablier sont transmis aux différents appuis selon la
répartition de ces derniers. On va s’intéresser à la détermination des efforts exercés par le
tablier en tête d’appui, puis à la recherche des déplacements imposés à ces derniers par la
déformation de la structure.

La répartition de ces efforts horizontaux dépend de la rigidité totale K de chaque appui, cette
rigidité est définie par K = 1/U ; U étant le déplacement de la tête d’appui sous l’action d’une
force horizontale unité. Le déplacement U résulte de la distorsion de l’appareil d’appui u 1 de
la déformation du corps de l’appui u2 et de la déformation de la fondation u3; soit:U=u1+u2+u3

4.1. Souplesse  
La souplesse totale (inverse de la rigidité), St = 1/ Kt des appuis est exprimée par :

37 OMAR ZADDEM
St = U = U1 + U2 + U3.

Avec : - U1 : Déformation des appareils d’appui.


- U2 : Déformation des appuis.
- U3 : Déplacement et déformation de fondation.
U1, U2, U3 sont dus à un effort unitaire H = 1 T appliqué au niveau des appareils.
On distingue : - Souplesse des culées qui sont supposées être bloquées par les remblais
contigus et par la présence de la dalle de transition.
- Souplesse des piles  ; c’est le déplacement sous un effort unitaire appliqué à la
tête de la pile : S = U1 + U2 (U3 = 0).

11.1.1. Souplesse des appareils d’appuis

La souplesse des appareils d’appui, d’une ligne d’appui est donnée par la formule suivante :

T
s=
n .G . S
Avec : - T : Epaisseur totale de l’élastomère : les appareils d’appui adoptés composé chacune
de 4 plaques de néoprène d’épaisseur unitaire t=12mm  T = 48mm ;
- S: Surface de l’appareil d’appui
- G : Module d’élasticité transversal de l’élastomère :
Gd = 0.8 MPa (déformations Différées) ;
Gi = 1.6 MPa (déformations Instantanées).

Le tableau suivant présente les valeurs des souplesses des appareils d’appuis :

Appuis Nature Souplesses Appareils d’Appuis (10-3 m/t )

C1 Instant. 1,71
Différée 3,43
Instant. 0,75
P2
Différée 1,50
Instant. 0,75
P3
Différée 1,50
Instant. 0,75
P4
Différée 1,50
C5 Instant. 1,71

38 OMAR ZADDEM
Différée 3,43
Tableau 4 : Souplesse des appareils d’appuis.

11.1.2. Souplesse des appuis

Pour calculer la souplesse des appuis, on détermine le déplacement horizontal de la tête d’un
voile sous l’effet d’une charge unitaire comme le montre la figure suivante :

Figure 25 : Schéma statique de l’application d’une charge unitaire.

La souplesse est donnée par la formule suivante appliquée pour le cas des piles :

Hsemelle hpile
S=
1
E [∫ 0

+∫

I s 0 I pile ]
Où : - I est l’inertie de chaque élément considéré ;
- E est le module de déformation, soit instantané ou différé.

On détermine les couches de sol et leurs modules pressiométriques pour chacune des appuis
en se référant à sa sondage approprié. Les souplesses des appuis instantanées et différées
(soutenues) sont calculées à partir du logiciel PSH du SETRA, dont les détails sont présentés
à l’Annexe3, dés page42, où la souplesse est la 3émé ligne (T), 3éme colonne de la matrice
de souplesse donnée dans le résultat PSH (Voir Annexe3 page 56 pour la pile culée C1).

11.2. Souplesse et rigidité des appuis et des appareils d’appuis  


On désigne par S et K respectivement la souplesse et la rigidité totale de l’appui. Et nous
avons avec les notations adoptées :
 S=souplesse de l’appareil d’appui (S) + la souplesse de l’appui (s).

39 OMAR ZADDEM
1
K=
 S+s
La souplesse et la rigidité de chaque appui sont résumées ci-après :

Souplesses Souplesses Total Rigidités Rigidités


AppuisNature App.Appui Appuis souplesses Instant. Ki Différée. Kd
( 10-3 m/t ) ( 10-3 m/t ) ( 10-3 m/t ) ( t/m ) ( t/m )

Inst. 1,71 0,1887 525  


1,90
C1
Diff. 3,43 0,4788   256
3,91
Inst. 0,75 1,059 553  
1,81
P2
Diff. 1,50 2,946   225
4,45
Inst. 0,75 0,9868 576  
1,74
P3
Diff. 1,50 2,757   235
4,26
Inst. 0,75 0,9541 587  
1,70
P4
Diff. 1,50 2,665   240
4,17
Inst. 1,71 0,1905 525  
1,90
C5
Diff. 3,43 0,4828   256
3,91
          2666 1212

Tableau 5 : Souplesse et rigidité des appuis.

11.3. Détermination de l’abscisse du centre de déformation


On est censé du calcul du ‘x’ le centre du déformation pour la détermination de la répartition
des efforts horizontaux au niveau des appuis : soit Hi : efforts horizontal sur appui :

Figure 26 : Schéma du centre de déformation.

HC1+ HP2 + HP3 + HP 4 + HC5 = 0  ; Soit Ri =rigidité d’appui ; =effet variation température : 

. R1. (l1+ l2+x) +. R2. (l2+x)+ . R3. x - . R4. (l3 - x) - . R5. (l4+ l3-x) = 0.
De cet équation, le centre de déformation est déterminé par une feuille EXCEL, et on obtient :

40 OMAR ZADDEM
X instantané (m) 31,118

X différés (m) 31,121

Tableau 6 : Abscisse du centre de déformation.

12. Les efforts de freinage [11]


Les surcharges roulantes sont susceptibles de développer des efforts de freinages sur les
appareils d’appuis. 

5.1. Effort de freinage du à la charge Al 


L’effort de freinage correspondant à la charge AL est donné par la formule suivante :

a1 a2 Al ×(Lch × l c ) 36
F Al= avec A l=0,23+
20+ 0,0035×(Lch ×l c ) L+12
Cet effort est maximal quand la totalité du tablier est chargée, pour notre Cas on a :
36
Al=0,23+ =0,72 t/m ²
61,77+12
- a1 = 1 pour 1 et 2 voies chargées ;
- V= 7/2= 3,5  a2 = 3,5/v =1 ; et on a : Lch = 7m.

0,72 ×(7 ×61,77)


F Al= =14,431 T
20+ 0,0035×(7 × 61,77)

12.1. Effort de freinage du à la charge Bc


Parmi les camions Bc qu’on peut placer sur le pont, nous supposons qu’un seul camion peut
freiner.  L’effort de freinage dû à un véhicule du système Bc est égal à 30 T.

Les efforts de freinage ne sont pas susceptibles d’une majoration pour les efforts dynamiques,
les coefficients bc ne s’appliquent pas non plus aux efforts de freinage développés par le
système Bc.

12.2. Répartition des efforts de freinage 


n
H=∑ H i
Si on pose
ui le déplacement de l’appui i, on aura :
H i=K i u i et 1

Vu l’indéformabilité du tablier, tous les déplacements sont supposés égaux :


n n n
⇒ H =∑ H i=∑ K i u i=u ∑ K i
∀i ui =u i=1 i=1 i=1

41 OMAR ZADDEM
H Ki
u= n u= H
n
∑ Ki ∑ Ki
Ainsi on a : i=1 d’où : i =1

Finalement la répartition horizontale instantanée et différée des efforts de freinage au niveau


de chaque appui due aux charges Al et aux charges Bc est calculée à partir de la formule
Kj
H Frein = F frein 5
∑Kj
suivante : 1

Avec : -
F frein = force de freinage à calculer ; on considère F Al et F Bc .

-
Kj = Rigidité d’appui considérer pour le calcul de l’effort de
freinage ;
5
∑Kj
- 1 = la somme des rigidités de tous les appuis de l’ouvrage.

- Remarque : - Les efforts de freinages sont à calculer seulement dans le cas instantané.
- D’autre part, dans notre calcul, on envisage de calculer, les efforts pour les deux
cas (pour prendre les plus défavorables après) :

 Le cas où les culées sont supposées être bloquées sur les remblais contigus et par
la présence de la dalle de transition. Leurs souplesses sont réduites aux souplesses
de leurs appareils d’appui (Rigidité d’appui-culée tend vers l’infini).
 Le cas où les culées ne sont pas supposées bloquées et il y’on a pour C1 et C5 des
souplesses d’appareil d’appui et des souplesses d’appui calculé avec PSH de SETRA.

12.2.1. Efforts horizontaux de freinages Al

Le tableau suivant résume les efforts horizontaux de freinage Al sans blocage des culées :

Appuis Appui1 Appui2 Appui3 Appui4 Appui5 Toatal


Rigidités Inst.
525 553 576 587 525 2766
( t/m )
Freinage Al ( t ) 2,742 2,884 3,004 3,062 2,739 14,431

Tableau 7 : Répartition des efforts horizontaux de freinage Al (sans blocage des culées).

Le tableau suivant résume les efforts horizontaux de freinage Al avec blocage des culées :

Appuis Appui1 Appui2 Appui3 Appui4 Appui5 Toatal

42 OMAR ZADDEM
Rigidités Inst. ( t/m ) 583 553 576 587 583 2882

Freinage Al ( t ) 2,921 2,768 2,883 2,938 2,921 14,431

Tableau 8 : Répartition des efforts horizontaux de freinage Al (avec blocage des culées).

12.2.2. Efforts horizontaux de freinages Bc

Le tableau suivant résume les efforts horizontaux de freinage Bc sans blocage des culées :

Appuis Appui1 Appui2 Appui3 Appui4 Appui5 Toatal


Rigidités Inst.
525 553 576 587 525 2766
( t/m )
Freinage Bc ( t ) 5,7 5,996 6,245 6,365 5,694 30

Tableau 9  : Répartition des efforts horizontaux de freinage Bc (sans blocage des culées).

Le tableau suivant résume les efforts horizontaux de freinage Bc avec blocage des culées :

Appuis Appui1 Appui2 Appui3 Appui4 Appui5 Toatal


Rigidités Inst.
( t/m ) 583 553 576 587 583 2882,05
Freinage Bc ( t )
6,072 5,754 5,993 6,108 6,072 30
Tableau 10 : Répartition des efforts horizontaux de freinage Bc (avec blocage des culées).

- Remarque : - On peut vérifier pour chacune des efforts Al et Bc, la somme des efforts
5
∑ H j=H frein
réparties soit égale aux effort total appliqué. 1 ,
sachant que HfreinAl=14,431 T et HfreinBc = 30 T

13. Les efforts horizontaux dus au retrait du béton


Les efforts horizontaux dus au retrait dépendent :
 La rigidité différé de l’appui au niveau de la quelle on calcule l’effort horizontal du au
retrait Kj,diff .
 La longueur ( ) de la travée et l’abscisse différé du centre de déformation qui
nous définissent la longueur déterminantes de l’effort.
 Eretrait =¿ , pour une action du retrait de béton.

Ainsi, les efforts horizontaux dus au retrait du béton sont calculés avec la formule suivantes :
−4
H retrait =E retrait ×× K j , diff ; Avec ε r =4 . 10

Le tableau suivant présente les efforts horizontaux dus au retrait pour chaque appui sans
blocage des culées :

43 OMAR ZADDEM
Appuis Appui1 Appui2 Appui3 Appui4 Appui5

Rigidités Diff. ( t/m ) 256 225 235 240 256

Efforts Retrait ( t ) 3,186 1,758 0,022 1,831 3,135

Tableau 11 : Répartition des efforts horizontaux du au phénomène du retrait sans blocage des culées.

Le tableau suivant résume les efforts horizontaux dus au retrait avec blocage des culées :

Appuis Appui1 Appui2 Appui3 Appui4 Appui5


Rigidités Diff. ( t/m ) 292 225 235 240 292
Efforts Retrait ( t )
3,631 1,758 0,022 1,831 3,576
Tableau 5 : Répartition des efforts horizontaux du au phénomène du retrait avec blocage des culées.

14. Les efforts horizontaux du à une variation uniforme de


température
1.1. Variation de longue durée
Les efforts horizontaux dus aux variations de longue durée de température sont calculés avec
la formule suivantes : H TLD=E TLD ×× K j , diff ; Avec :
 εTLD =3. 10−4  ;
 est la distance entre l’appui concerné est le centre de déformation différé ;
 K j , diff désigne la rigidité différé de l’appui.

Le tableau suivant présente ces efforts horizontaux dus à la variation de longue durée de
température pour chaque appui sans blocage des culées :

Appuis Appui1 Appui2 Appui3 Appui4 Appui5

Rigidités Diff. ( t/m ) 256 225 235 240 256

Efforts TLD ( t ) 2,389 1,318 0,017 1,374 2,351

Tableau 6 : Répartition des efforts horizontaux du au phénomène de variation de longue durée de
température sans blocage des culées.

Les efforts horizontaux dus à la variation longue durée avec blocage des culées :
Appuis Appui1 Appui2 Appui3 Appui4 Appui5

Rigidités Diff. ( t/m ) 292 225 235 240 292


Efforts TLD ( t ) 2,723 1,318 0,017 1,374 2,682
Tableau 7 : Répartition des efforts horizontaux du au phénomène de variation de longue durée de
température avec blocage des culées.

44 OMAR ZADDEM
14.1. Variation de courte durée
Les efforts horizontaux dus au variations de courte durée de température sont calculés avec la
formule suivantes : H TCD=E TCD × × K j , inst ; Avec :
−4
 ε TCD =1.10 ;
 est la distance entre l’appui concerné est le centre de déformation instantanée ;
 K j , inst désigne la rigidité instantanée de l’appui. .

Le tableau suivant présente ces efforts horizontaux dus à la variation de courte durée de
température pour chaque appui sans blocage des culées :
Appuis Appui1 Appui2 Appui3 Appui4 Appui5

Rigidités Inst. ( t/m ) 525 553 576 587 525

Efforts TCD ( t ) 1,635 1,080 0,013 1,119 1,609


Tableau 8 : Répartition des efforts horizontaux due au phénomène de variation de courte durée de
température sans blocage des culées.

Les efforts horizontaux dus à la variation courte durée avec blocage des culées :
Appuis Appui1 Appui2 Appui3 Appui4 Appui5

Rigidités Inst. ( t/m ) 583 553 576 587 583

Efforts TCD ( t ) 1,815 1,080 0,013 1,119 1,788

Tableau 9 : Répartition des efforts horizontaux due au phénomène de variation de courte durée de
température avec blocage des culées.

15. Récapitulation des efforts horizontaux par appui


1.1. Répartition des efforts horizontaux par appui
Le tableau suivant résume la répartition des différents efforts horizontaux par appui :

Appuis Freinage Bc (t) Freinage Al (t) TCD (t) TLD (t) Retrait (t)

C1 6,072 2,921 1,815 2,723 3,631


P2 5,996 2,884 1,080 1,318 1,758
P3 6,245 3,004 0,013 0,017 0,022
P4 6,365 3,062 1,119 1,374 1,831
C5 6,072 2,921 1,788 2,682 3,576
Tableau 10 : Répartition des efforts horizontaux par Appui.

45 OMAR ZADDEM
15.1. Répartition des efforts horizontaux par appareil d’appui
Les efforts horizontaux au-dessus seront divisés par le nombre d’appareil d’appui. En tenant

compte aussi que


ε TCD =  1.10-4 pour les appuis ,Alors que, εTCD = 4.10-4 pour les

Appareil d’Appui.(
ε TCD = ε TCD +
εTCD =(1+3) .10-4  4.10-4). [7]
app App

La récapitulation est dans le tableau qui suit :

Freinage Al
Appuis Freinage Bc (t) TCD (t) TLD (t) Retrait (t)
(t)
C1 3,036 1,460 3,630 1,362 1,815

P2 2,998 1,442 2,160 0,659 0,879

P3 3,123 1,502 0,027 0,008 0,011

P4 3,182 1,531 2,238 0,687 0,916

C5 3,036 1,460 3,576 1,341 1,788

Tableau 11 : Répartition des efforts horizontaux par Appareil d’Appui.

16. Les déplacements horizontaux


16.1. Les déplacements horizontaux dus au retrait
K diff , Appui −4
U retrait =E retrait × ×
K diff , Ap pui + K diff , App , Appui
; Avec : εr =4 . 10 .

Appuis Appui1 Appui2 Appui3 Appui4 Appui5

Rigidités Diff. appui ( t/m ) 2088,55 339,44 362,71 375,23 2071,25

Rigidités Diff. App,Appui (t/m) 291,67 666,67 666,67 666,67 291,67

Déplacements Retrait ( m ) 1,09E-02 2,64E-03 3,31E-05 2,75E-03 1,07E-02

Tableau 19 : Déplacements horizontaux dus au retrait.

46 OMAR ZADDEM
16.2. Les déplacements horizontaux dus à la variation de température de
courte durée
K inst , Appui
U TCD =ETCD × ×
K inst , Appui + K inst , App , Appui
ε
Avec  TCD pour les appareils d’appui : ε TCD =4.10−4 .

Appuis Appui1 Appui2 Appui3 Appui4 Appui5

Rigidités Inst. appui ( t/m ) 5299,42 944,29 1013,38 1048,11 5249,34

Rigidités Inst. Néoprène ( t/m ) 583,33 1333,33 1333,33 1333,33 583,33

Déplacements TCD ( m ) 1,12E-02 3,24E-03 4,01E-05 3,36E-03 1,10E-02

Tableau 12 : Déplacements horizontaux dus aux variations de courte durée de température.

16.3. Les déplacements horizontaux dus à la variation de


température de longue durée
K diff , Appui −4
U TLD= ETLD × ×
K diff , Appui + K diff , App, Appui
; Avec : εTLD =3.10 .

Appuis Appui1 Appui2 Appui3 Appui4 Appui5

Rigidités Diff. appui ( t/m ) 2088,55 339,44 362,71 375,23 2071,25

Rigidités Diff. Néoprène ( t/m ) 291,67 666,67 666,67 666,67 291,67

Déplacements TLD ( m ) 8,19E-03 1,98E-03 2,49E-05 2,06E-03 8,06E-03

Tableau 21: Déplacements horizontaux dus aux variations de longue durée de température.

16.4. Déplacement horizontal des appareils d’appui


Comme récapitulation, les déplacements trouvés au-dessus seront divisé par le nombre
d’appareil d’appui dans la ligne d’appui. Ces déplacements horizontaux des appareils d’appui
seront utiles pour la détermination de la hauteur nette de leurs élastomères, et la justification
qui suit des appareils d’appui conformément au Bulletin Technique n°4 (BT4).
La récapitulation des résultats est dans le tableau qui suit :

Appuis Appui1 Appui2 Appui3 Appui4 Appui5

Uretrait (m) 5,46E-03 1,32E-03 1,66E-05 1,37E-03 5,37E-03


UTLD (m) 4,10E-03 9,89E-04 1,24E-05 1,03E-03 4,03E-03
UTCD (m) 5,61E-03 1,62E-03 2,00E-05 1,68E-03 5,52E-03
Tableau 13 : Déplacements horizontaux des Appareils d’Appui.

47 OMAR ZADDEM
17. Les rotations
La Note de Calcul SETRA nous fournit les rotations dans chaque travée en désignant des
rotations pour l’appui gauche et l’appui droite de la travée. (Voir Annexe 2 du page 34 au
page 37, présentant les rotations sur chaque appui App.G et App.D pour chaque travée).
Ainsi, on détermine les valeurs de rotation pour chacune des appuis tel que la somme des
rotions maximales pour les différentes cas de charges tout en pondérant les charges
d’exploitation avec 1,2 (les rotations prises à l’ELS) :

Appuis Appui1 Appui2 Appui3 Appui4 Appui5

Rotation 10-3(rad) 2.3 3.54 1.8 3.54 2.3

Tableau 14 : Rotations maximales absolues du tablier sur appuis.

18. Justification des appareils d’appuis [11]


11.1. Les dimensions transversales
Un appareil d’appui doit être dimensionné de manière qu’on autorise un maximum possible
de rotations et de déplacements horizontaux.

La dimension transversale d’un appareil d’appui ne doit pas dépasser celle du voile (60cm).
On retient de suite une dimension normalisée inférieure à cette valeur. Et compte tenu de
l’importance des réactions dans chaque ligne d’appui, on choisit les valeurs suivantes:

Appuis 1&5 Appuis 2, 3&4

b (m) 0,35 0,50

Tableau 15 : Dimensions transversales des appareils d’appuis.

18.1. Hauteur nette de l’élastomère 


τ
La distorsion sous déformation lente H 1 donne : τ H 1 ≤ 0,5 Gtq tg γ i ≤ 0,5
U1
≤ 0,5⇒ T ≥2. U 1 avec U 1=U retrait +U TLD
T
Le tableau suivant présente les résultats de calcul :
Appuis Appui1 Appui2 Appui3 Appui4 Appui5

2 ׿ ¿) (cm) 1,9 0,46 0,003 0,48 1,88


Tmin 4,8 4,8 4,8 4,8 4,8
Tableau 16 : Hauteur nette de l’élastomère.

48 OMAR ZADDEM
Pour toutes les appareils d’appuis, les épaisseurs de leur élastomères sont inférieurs à T min
donc pour qui suit on va prendre T = 4,8 cm.

18.2. Dimensions en plan des appareils d’appui 


On choisi en général un appareil rectangulaire avec le coté a parallèle à l’axe longitudinale de
l’ouvrage et a<b afin de limiter les contraintes dues à la rotation. Et on cherche à respecter les
inégalités suivantes concernant la condition de non flambement et la condition d’épaisseur
minimale pour les irrégularités de la surface de pose.

 Appui 2, 3 et 4
a a
≤ T ≤ ⟹5 T =24 cm≤ a ≤10 T =48 cm
10 5
Et a ≤ b ≤ 0,6
. Amin 2,4 = 1675 cm et Amin 3 = 1855 cm2

 Appui 1 et 5
a a
≤ T ≤ ⟹5 T =24 cm≤ a ≤10 T =48 cm
10 5
Et a ≤ b=35
Amin 1,5 = 667 cm2

Les dimensions finales des appareils d’appui sont résumées dans le tableau suivant :

a (m) b (m) T (m)


Appuis 1&5 0,25 0,35 0,048
Appuis 2,3 &4 0,40 0,50 0,048
Tableau 17 : Dimensions finales des appareils d’appuis.

18.3. Dimensionnement des frettes 


Les feuillets d’élastomère et des frettes ont une épaisseur normalisée par les documents SETRA.
On a adopté une épaisseur de l’élastomère égale 4,8 cm (4x12 mm) et on a :

t (mm) 8 10 12 30
ts (mm) 2 3 3 4
Tableau 18 : Valeurs de l'épaisseur des frettes en fonction de l'épaisseur de l'élastomère.

a . σm
Pour le dimensionnement des frettes, on doit vérifier que : t s ≥ et t s ≥ 2 mm
β . σs
 σ s: Limite d’élasticité en traction de l’acier des frettes =235 MPa

49 OMAR ZADDEM
N max a ×b
 σ m= ; et β= avec t=1,2 cm
a ×b 2 t ×( a+b)

Appui 1 2 3 4 5

β 6,076 9,259 9,259 9,259 6,076


(a×b) (cm2) 875 2000 2000 2000 875

N umax (T) 100,17 251,32 278,26 251,32 100,17

m,max = Nmax / a.b



11,45 12,57 13,91 12,57 11,45
(MPa)

ts calculé (mm) 2 2,31 2,56 2,31 2


ts (mm) 3 3 3 3 3
Tableau 19 : Epaisseur minimale des frettes.
Pour toute les appuis on a ts calculé < ts  ; A la suite on prend ts=3mm.
18.4. Condition de non glissement et de non cheminement 
 Vérifions que  : adm=f × N min > H=H r + H TCD
f : coefficient de frottement de l’appareil dont les faces en contact avec la structure sont des

0,6
feuillets d’élastomère : f =0,1+
σ m ,min
Appui 1 2 3 4 5
m,min (MPa)
 2,12 6,15 7,18 6,15 2,12
F 0,38 0,20 0,18 0,20 0,38
(t)
Nmin 18,53 123,03 143,5 123,03 18,53
H̄ adm (t) 7,10 24,30 26,35 24,30 7,10
Efforts TCD ( t ) 1,73 0,82 0,02 0,89 1,68
Efforts Retrait ( t ) 3,42 1,33 0,03 1,44 3,34
H (t) 5,15 1,58 0,05 2,33 5,02
Tableau 29 : Vérification de la condition de non glissement.
Les valeurs de H́ ≥ H Condition de non glissement vérifiée.

N min
 Vérifions que : σ m .min = ≥ 2 MPa
ab
Appui 1 2 3 4 5

N umin (T) 18,53 123,03 143,5 123,03 18,53


m,min = Nmin / a.b (MPa) 2,12 6,15 7,18 6,15 2,12

50 OMAR ZADDEM
m,min > 2 MPa OK OK OK OK OK

Tableau 20 : Vérification de la condition de non glissement.

Les valeurs de σm.min ≥ 2 MPa Condition de non cheminement est vérifiée.

- Remarque : Dans le cas où la condition de non cheminement n’est pas vérifiée, il faut
équiper l'Appareil d’Appui d'un dispositif d'anti-cheminement.

Figure 27 : Appareil d'appui anti-cheminement avec ancrage.

18.5. Condition de non soulèvement 


3 t 2 σm
 On doit vérifier que : αt ≤ ()
β a
.
G

Appui 1 2 3 4 5

a (m)
0,25 0,4 0,4 0,4 0,25
σm (MPa) 100,17 251,32 278,26 251,32 100,17
β
6,076 9,259 9,259 9,259 6,076
t (mm)
12 12 12 12 12
3 t σ 2

()
β a
. m (10-3)
G
0,28 0,183 0,2 0,183 0,28

α t (10-3) 1,25 1,55 1,085 1,55 1,25

Tableau 21 : Vérification du non soulèvement.

3 t 2 σm
Les valeurs de α t ≤ ()
β a
.
G
Condition de non soulèvement vérifiée.

18.6. Limitation des contraintes de cisaillement 

On doit vérifier que :


τ =τ N + τ H +τ a ≤ 5 G=4 MPa

51 OMAR ZADDEM
et
τ H ≤ 0,7 G=0,56 MPa
Avec :
1,5 σ m.max N a× b
 τ N=  ;σ m= max ≤ 15 MPa ; β=
β ab 2 t(a+b)

1 H2 U
 τ H =Gtgγ =τ H 1+ τ H 2= +G 1 ≤0,56 MPa
2 2(a × b) T

Avec ; H2 : effort horizontal de freinage pour un appareil d’appui (Cas le plus défavorable F Bc

H
) : H 2=
nbre appareil appui

G α 2 αT
 τ α= ( )( )
2 t
× α t avec α t =
nombre de feuillets

En tenant compte des défauts de pause on ajoute à la rotation due aux charges
αi une

rotation
α0 = 3.10-3 rad (pour un tablier en BA coulée sur place) d’où
α T =α i +α 0 .
Le tableau suivant présente tout les vérifications nécessaires :

Appui 1 2 3 4 5

β 6,076 9,259 9,259 9,259 6,076

(a×b) (cm2) 875 2000 2000 2000 875


100,17 251,32 278,26 251,32 100,17
N umax (T)
m,max = Nmax / a.b

11,45 12,57 13,91 12,57 11,45
(MPa)
1,5 σ m.max
τ N= Pa) 2,83 2,04 2,25 2,04 2,83
β
u1 (m) 9,5E-03 2,3E-03 2,9E-05 2,4E-03 9,4E-03
U1
τ H 1=G d <0,5 G d
T 1,53E-01 3,85E-02 4,83E-04 4,01E-02 1,50E-01
(MPa)
H2
0,034 0,025 0,028 0,029 0,034
(MPa)

52 OMAR ZADDEM
H2
τ H 2=
a ×b 0,39 0,125 0,14 0,145 0,39
(MPa)
Vérification :
0,35 0,1 0,07 0,12 0,35
τ H ≤ 0,56 MPa
i   0
t 
n 1,325 1,635 1,085 1,635 1,2
-3
(10 rad)
G a 2
τ α= ( )( )
2 t
× αt
0,23 0,73 0,48 0,73 0,22
(MPa)
Vérification :
3,41 2,88 2,8 2,89 3,4
τ < 4 MPa

Tableau 22 : Vérification vis à vis du cisaillement.

Les valeurs de τ ≤ 4 MPa Condition vis-à-vis du cisaillement vérifiée.

19. Bossage et frettage


12.1. Bossage 

Figure 28 : Dimensions de l'appareil d'appui et du frettage.


Le bossage fait parie de l’environnement des appareils d’appuis on distingue :
 bossage inférieur : relief en saillie de l’appui, sur lequel repose l’appareil d’appui.
 bossage -supérieur : Relief en saillie de l’intrados du tablier au-dessus de l’appareil
d’appui.
Le bossage sert à assurer :
 un fonctionnement des appareils d’appui dans les meilleures conditions ;

53 OMAR ZADDEM
 une visite facile des appareils d’appui ;
 un changement facile des appareils d'appui ou une réparation de leur environnement.

Figure 29 : Disposition type et coupe longitudinale.

On choisit donc ces dimensions qui répondent aux conditions précédentes :

Appui Appuis 1&5 Appuis 2,3&4

Dimensions Appareil d’Appui (a0xb0) (cm) 25×35 40×50

Dimensions du bossage (axb) (cm) 35×45 50×60

Tableau 23 : Dimensions en plan des bossages.

D’autre part, et pour faciliter l’échange des appareils d’appui, la hauteur entre l’intrados du
tablier et la face supérieure de l’appui doit être au moins égale à 15 cm.

19.1. Frettage 
On utilise des quadrillages formés de barres repliées en «épingle à cheveux» alternés,
disposées alternativement dans deux directions perpendiculaires.

Les extrémités des barres constructives d’une frette sont convenablement ancrées par
courbure dirigée vers l’intérieur du noyau fretté.

Figure 1 : Nappes de frettes en épingles à cheveux alternées.

54 OMAR ZADDEM
L’écartement des frettes successives ne doit pas dépasser 1/5 de la plus petite dimension
transversale du bossage.

Lorsqu’une pièce d’aire S est soumise à une compression uniforme sur une partie de sa
surface d’aire So (c’est le cas des appareils d’appui), l’effort de compression admissible sur S
est égal à celui d’une pièce soumise à une compression simple, multiplié par un coefficient de
majoration k.

Les surfaces S0 = a0 x b0 et S = a x b sont des rectangles concentriques de même axe. Le


coefficient k de majoration de l’effet de compression vaut:
0,5
a b a b
( (
k =1+ 3− +
a0 b0 )) ((
× 1−
a0
× 1−
b0)( ))
 On doit vérifier que :

N umax
σ b= <k . f bu ;
a0 x b 0

0,85. f c 28
Avec f c 28=30 MPa ; γ s =1,15 et f bu= =22,17 MPa
γs

Appui 1 2 3 4 5

k 1,19 1,165 1,165 1,165 1,19


k.fbu 26,38 25,82 25,82 25,82 26,38
N umax
σ b= 11,45 12,57 13,91 12,57 11,45
a0 x b 0 (MPa)
OK OK OK OK OK
Vérification :σb ≤ k.fbu

Tableau 34 : Vérification du condition des pressions localisés.

Les valeurs de σb ≤ k.fbu Condition des pressions localisées vérifiée.

 Frettes de surface  :
Pour les frettes de surface, on adopte la même section d’acier dans les deux directions,
parallèle et perpendiculaire à l’appui. La section totale d’acier dans chaque direction doit
pouvoir équilibrer un effort normal égal à 0.04 Nu,max.

55 OMAR ZADDEM
0,04. N umax 235
A s= avec f bu= =204,34 MPa
f bu 1,15

Appui 1 2 3 4 5

4 10,05 11,13 10,05 100,17


0,04 × N umax (T)

1,96 5,14 5,45 5,14 2,83


A (cm²)

Tableau 24 : Section d’acier nécessaire pour frette de surface.

Comme ferraillage des frettes, pour les appuis : pile-intermédiaires et pile-culée, et comme
on a adopté dans les deux sens perpendiculaire à la ligne d’appui et parallèle à la ligne
d’appui :

- Un lit de frettes constitué de 7 branches HA 10 ;


Soit As = 7 * 0,79 = 5,53 cm² > Amax=5,45 cm.

Chap.3. Etude des appuis

1. Combinaison des appuis


L’étude des appuis est très délicate comme elles sont sollicitées à plusieurs efforts (normales,
horizontales et des moments d’encastrement).

Les combinaisons des appuis affectés par les coefficients de pondération, à prendre en
compte, ces coefficients sont présenter dans Note de Calcul SETRA (Voir Annexe2 page11),
ou aussi, ils sont conforme à celle données du « BAEL, annexe D ».

Ces combinaisons sont au nombre de six combinaisons : trois sont pour la justification des
appuis à l’ELU dont deux on maximise les charges et une on minimise et il’ y on a de même
trois combinaisons pour la justification à l’ELS. Et de ce fait qu’on étudiera les six
combinaisons suivantes :

56 OMAR ZADDEM
 ELU  :
C1 : 1,35Gmax + 1,605 Tr,max + 1,605Bcmax + 1,605 FBc + 1,35Retrait + 0,78TLD

C2 : 1,35Gmax + 1,605 Tr,max + 1,605Almax + 1,605 FAl + 1,35Retrait + 0,78TLD

C3 : Gmin + 1,605Bcmin + 1,605 FBc + 1,35Retrait + 0,78TLD + 1,605 Tr,min

 ELS  :
C4 : Gmax +Tr,max+ 1,2Bcmax + 1,2 FBc + Ret + 0,6TLD

C5 : Gmax +Tr,max+ 1,2Almax + 1,2 FAl + Ret + 0,6TLD

C6 : Gmin + 1,2Bcmin + 1,2 FBc + Ret + 0,6TLD + Tr,min

Avec :
 G : Charge permanente.
 Tr,max : Charge du trottoir maximale.
 Tr,min : Charge du trottoir minimale.
 AL : Effort dû à la charge AL. 
 FAl : Effort de freinage du à la charge AL.
 Bc : Effort dû à la charge Bc.
 FBc : Effort de freinage du à la charge Bc.
 Ret : Effort dû au retrait du béton.
 TLD : Effort dû aux charges thermiques à longue durée.

20. Efforts en tête des fûts


On va s’intéresser dans ce chapitre à l’étude des fûts des appuis P2, P3 et P4 : calcul des
sollicitations en tête des fût et à leur base, tout en déterminant le ferraillage longitudinal et
transversal. Voici tout d’abord les efforts ramenés par le tablier sur chaque appui :
  P2 P3 P4
ELU 403,25 478,98 403,25
Gmax (t)
ELS 298,70 354,80 298,70
ELU 269,10 319,70 269,10
Gmin (t)
ELS 269,10 319,70 269,10
ELU 173,02 177,51 173,02
Bcmax (t)
ELS 129,36 132,72 129,36
ELU -19,58 -13,64 -19,58
Bcmin (t)
ELS -14,64 -10,20 -14,64
Almax (t) ELU 224,70 226,79 224,70

57 OMAR ZADDEM
ELS 168,00 169,56 168,00
ELU -27,93 -16,37 -27,93
Almin (t)
ELS -20,88 -12,24 -20,88
ELU 7,70 8,83 7,70
Tr,max (t)
ELS 4,80 5,50 4,80
ELU -0,80 -0,48 -0,80
Tr,min (t)
ELS -0,50 -0,30 -0,50
ELU 1,03 0,01 1,07
TLD (t)
ELS 0,79 0,01 0,82
ELU 2,37 0,03 2,47
Retrait (t)
ELS 1,76 0,02 1,83
ELU 9,62 10,02 10,22
Freinage Bc (t)
ELS 7,20 7,49 7,64
ELU 4,63 4,82 4,91
Freinage Al (t)
ELS 3,46 3,60 3,67

Tableau 25 : Efforts appliqués sur les appuis.

On introduit les efforts en tête des fûts au logiciel PSH du SETRA correspondant aux
combinaisons et leurs efforts précédents sous sa forme instantané et soutenue :

P2 P3 P4
ELU V (t) H (t) V (t) H (t) V (t) H (t)
inst. 180,72 9,62 186,34 10,02 180,72 10,22
C1
Sout. 403,25 3,40 478,98 0,04 403,25 3,54
inst. 232,40 4,63 235,61 4,82 232,40 4,91
C2
Sout. 403,25 3,40 478,98 0,04 403,25 3,54
inst. -20,38 9,62 -14,12 10,02 -20,38 10,22
C3
Sout. 269,10 3,40 319,70 0,04 269,10 3,54
P2 P3 P4
ELS V (t) H (t) V (t) H (t) V (t) H (t)
inst. 134,16 7,20 138,22 7,49 134,16 7,64
C4
Sout. 298,70 2,55 354,80 0,03 298,70 2,66
inst. 172,80 3,46 175,06 3,60 172,80 3,67
C5
Sout. 298,70 2,55 354,80 0,03 298,70 2,66
inst. -15,14 7,20 -10,50 7,49 -15,14 7,64
C6
Sout. 269,10 2,55 319,70 0,03 269,10 2,66

Tableau 26 : Combinaisons des efforts appliqués en tête des fûts.

58 OMAR ZADDEM
21. Moments et efforts à la base des fûts
Ainsi, on récupère les moments et la répartition des efforts et des moments au niveau de la
base des fûts, ou ils ont les plus défavorables, sous leur forme cumulée :

P2 P3 P4
M(t.m) N(t) M(t.m) N(t) M(t.m) N(t)
C1 ELU 104,16 692,51 80,48 773,86 110,08 692,51
C2
ELU 64,24 744,19 38,88 823,13 67,6 744,19
C3
ELU 104,16 329,12 80,48 385,98 110,08 329,12
C4
ELS 78 513,26 60,16 573,42 82,4 513,26
C5
ELS 48,08 551,9 29,04 610,26 50,64 551,9
C6
ELS 78 334,36 60,16 389,6 82,4 334,36

Tableau 27 : Moments et efforts appliqués à la base des fûts.

22. Ferraillage des voiles


Les voiles de section rectangulaire sont calculés à la flexion composée. On peut se rapporter
alors aux abaques de flexion composée du SETRA [16].

- Remarque :

On étudie le ferraillage type du voile pour les trois piles. Ainsi, on tient la combinaison la
plus défavorable pour la flexion composé : le moment le plus important avec le petit
effort correspondant.
M= 110,08 t.m
N = 329,12 t

22.1. Armatures verticales


22.1.1. Calcul à l’ELU

Les cordonnées des abaques sont :

10 × N 10 ×3,29
a= = =0,78
f bu ×b × h 14,16 × 6,7 ×0,6

32 × M 32 ×1,1
b= = =0,98
f bu ×b × h 14,16 ×6,7 × 0,62
2

59 OMAR ZADDEM
Pour béton appui on a :
. f c28=25 MPa
0,85. f c 28
f bu= =14,16 MPa ; Et la fissuration considérée soit préjudiciable pour les fûts.
γs
On estime laisser un enrobage d e 5 cm. On place les valeurs sur l’abaque et on constate que
les points représentant les sollicitations sont extérieurs au domaine admissible, d’où le
ferraillage qu’il faut prendre est minimal.

Un ferraillage minimal longitudinal est préconisé d’après le BAEL 91 se détermine selon trois
conditions :
4 cm2/ml de parement ; 10 ×6,7=26,8cm2

A S v ≥ max 0,2% de section de béton ; 60 ×670 × 0,002=80,4cm2

b × f c 28 670 × 60× f c28


Condition de non fragilité ; 0,23 × =0,23× =48,54 cm2
fe fe

La section d’acier minimale est de 40,2 cm2 par face (80,4cm2 /2).

On adopte 5HA14/ml par face (soit 50,82 cm2 > 40,2 cm2).

22.1.2. Calcul à l’ELS

Pour le cas des piles des voiles et pour le cas de fissuration préjudiciable, il s’agit du
ferraillage à l’Etat Limite de Service qui doit être retenue.

Les voiles sont calculées à la flexion composée. Pour cet effet, on utilise la calculette Béton
Armé (logiciel ROBOTBAT EXPERT). En introduisant des différentes combinaisons des
moments et efforts sortie du PSH, on obtient une section d’acier minimale conforme à celle
trouvé (section minimale d’acier) A S v =80,4 cm2. (Voir Note de Calcul -page28-).

On adopte 5HA14/ml par face (soit 33HA14 avec A S v =¿ 50,82 cm2 > 40,2 cm2).

22.2. Ferraillage horizontal


22.2.1. Armatures horizontal courantes

A Sh1 ≥0,05% de section de béton ; 60 ×670 × 0,0005=20,1cm2

On adopte 5HA10/ml par face (soit 31,6 cm2 > 20,1 cm2).

22.2.2. Armatures de recouvrement des armatures verticales


La section des armatures horizontales doit être doublée dans la zone de recouvrement des
armatures verticales : A Sh2 ≥0,1% de section de béton : 60 ×670 × 0,001=40,2cm2
60 OMAR ZADDEM
On adopte 10HA10/ml par face dans les zones de recouvrement.

22.2.3. Armatures de chaînage et d’éclatement [15]

i. Armatures de chaînage
La section du ferraillage de chaînage est déterminée par la formule : A = 0.25 Rmax / a
Avec : a = fe/s = 400/1.15 = 348 MPa
Rmax : réaction d’appui maximale sous combinaison ultime ; Rmax=1,35 × N max .

  P2 P3 P4
Rmax (t) 339,2 375,65 339,2
A (cm2) 24,36 27 24,36
Ferraillage 6HA25 6HA25 6HA25
Tableau 39 : Armatures de chaînage Appui-Appareil d’Appui.

ii. Armatures d’éclatement

L’armature d’éclatement dans chaque direction est donnée par : Ae = 0.25 (1-) Rmax s /fe

Avec :  = (largeur de l’Appareil d’Appui) / épaisseur de l’appui.


b0 j
Dans le plan Rj = ¿ 0,25 × 1−( dj )×b

a0 j
Dans le plan ’: Rj = ¿ 0,25 ×(1− )× a
dj

61 OMAR ZADDEM
Figure 2 : Schéma d’armatures d’éclatement Appui-Appareil d’appui [15].

P2 P3 P4
Rmax (t) 339,2 375,65 339,2
dim suivant
500 500 500
plan 
dim suivant
400 400 400
plan '
Dj 1,04 1,04 1,04
Rj suivant plan
44,03 48,76 44,03

Rj suivant
28,27 31,30 28,27
plan '
Ae /  (cm2) 8,44 9,35 8,44
Ae / ' (cm2) 5,42 6,00 5,42
Ae=0,15Nu/fsu 14,63 16,20 14,63

Ferraillage /  7HA14 e=20 7HA14 e=20 7HA14 e=20


Ep T8 e=20 sur Ep T8 e=20 sur 6 Ep T8 e=20 sur
Ferraillage / '
6 lits lits 6 lits
Tableau 28 : Armatures d’éclatement Appui-Appareil d’Appui.

Chap.4. Etude de la semelle de liaison

1. Dimensionnement de la semelle de liaison [6]


Pour les dimensions de la semelle de liaison on a :
 Longueur (parallèlement à la ligne d’appui) : il dépend nécessairement de la valeur de
" l ", espacement de deux files voisines de pieux, est conditionnée par la nécessité :
- d’une part, d’espacer suffisamment les pieux afin de permettre une bonne exécution et
pouvoir négliger pratiquement l’effet de groupe ;
- d’autre part, de limiter au minimum indispensable les dimensions de la semelle ; dans ce but
la valeur conseillée 3. Φ pourra être réduite à 2,5. Φ.
Longueur de la semelle sera déterminée comme suit (le cas d’un voile unique) :
Ls = (n – 1) l’ + 2 Φ soit (3n – 1) Φ, si l’ = 3 Φ
Pour notre cas, et pour Φ=1m, on adopte l’=3m. Ainsi, Ls= 9-1 = 8 m ;

 Largeur (perpendiculairement à la ligne d’appui): la largeur totale de la semelle de

62 OMAR ZADDEM
liaison est déterminer tout en assurant un sommier suffisante pour le voile d’appui en dessus
et le rangé de pieux en dessous. ls = 1,2 m ;
 Hauteur de la semelle : la semelle doit satisfaire aux conditions de rigidité et de
fonctionnement mécanique. Du PP73 : 1.1.2.Conception et choix des piles, [6], la valeur
minimale proposé : Ht minimale = 0.50 ( lmin - a0 ) + d [6]
avec lmin=2,5. Φ =2,5m et a0=0,6m et d=0,05m (enrobage)
Hch = 1 m.

Figure 3 : Schéma du coffrage pile intermédiaire.

2. Ferraillage de la semelle
1.1. Ferraillage semelle en flexion verticale 
1.1.1. Sollicitations de calcul 

La semelle est modélisée par des éléments finis de type « barres » à l’aide
du module poutre de CSI-Bridge. On détermine ainsi les sollicitations dans la semelle
à l’ELU et à l’ELS utile pour le calcul du ferraillage en flexion verticale. (Voir Note de
Calcul, partie B -page 16-)

Les sollicitations maximales obtenues sont les suivantes : (Voir Note de Calcul, -page 17-)
 A l’ELS : moment maximal pour le calcul du ferraillage longitudinal :
M = - 20,59 t.m (Moment négatif sur appui) ;
M = 10,09 t.m (Moment maximal en travée).
 A l’ELU : effort tranchant maximal pour le calcul d’armature transversal :
TA = 46 t (Effort tranchant maximal sur appui).

63 OMAR ZADDEM
22.2.4. Armatures longitudinales

On utilise le logiciel RoboBat Expert, le module flexion simple, pour le calcul des armatures
longitudinales.

i. En travée : Armatures inférieures


- Sollicitation de calcul : Moment maximal en travée : Mmax,tr = 10,09 t.m
- On introduit : b = 120 cm ; h= 100 cm.
On obtient ainsi une section d’acier A s ,1= A s ,min =12,3 cm2. (Voir Note de Calcul -page29-).

ii. Sur appui : Armatures supérieures


- Sollicitation de calcul : Moment maximal sur appui : Mmax,app = -20,59 t.m
- b = 120 cm ; h= 100 cm.
On obtient ainsi une section d’acier A s ,2=13,7 cm2. (Voir Note de Calcul –page30-).

22.2.5. Ferraillage transversal 


i. Contraintes conventionnelles
Vu
τ u=
b0 . d
Avec ; b0 : largeur de l’âme : b0 = 1,2 m  ; d : hauteur utile : d = 0,97m ;
Vu : Effort tranchant à l’ELU : Vu = 46 t
τ u =0,41 MPa
ii. Contraintes tangentes limites

τ lim=Min¿ {0 ,15f c28 /γ b ¿} ¿ {}=2,5 MPa¿


τ u =0 ,41≺τ lim OK

iii. Armatures d’âme


At f et τu
. ≥
b0 . S t γ s 0,9
A t 0 , 41.1 , 15
≥ . 1 ,58=13,1 cm 2 /m
St 0,9. 400
iv. Pourcentage minimal
At
. f ≥0,4 MPa
b0 . S t et
At 1,2
=13 , 1 cm2 /m≥0,4 =12 cm 2 /m
St 400

64 OMAR ZADDEM
v. Diamètre des armatures d’âme

φt≤Min¿{φ1 ¿}{h/35 ¿}¿{}⇔φt≤Min¿ {20mm¿}{10 0/35¿}¿{}¿


∅ t ≤ 20 mm

vi. Espacements maximal

St≤Min ¿ {0,9 d¿} {40cm¿} ¿{}⇔ St≤Min ¿ {87¿} ¿ {}¿


vii. Armatures transversales
As,cal = 13,1 cm2/ml

22.3. Ferraillage semelle en torsion [21] 


Le moment de calcul en torsion sera le moment maximal, qui est obtenue au niveau de l’appui
de rive : M tu =25,46 t . m (Voir Note de Calcul, partie B –page18-).

22.3.1. Contrainte de cisaillemenet du béton

La méthode de calcul adoptée pour le calcul de torsion consiste à remplacer la section réelle
par une section creuse équivalente, d’épaisseur b0 = h/6, ou a est le diamètre maximal du plus
grand cercle inscriptible dans le contour extérieur de la section :

Figure 4 : Section de calcul de torsion.


i. Contrainte de cisaillement de torsion 
M tu 0 ,255
τ ut = = =0 , 88 MPa
2 b 0 .Ω 2 .0 , 17 . 0 , 85
- Epaisseur de la paroi mince : b0 = h/6 = 1/6 = 0,17 m
- Aire moyenne : Ω=(1−0 , 17 ).(1,2−0 ,17 ) = 0,85 m2

ii. Contrainte de cisaillement totale 


2
τ uT + τ 2uV =0,882+ 0,412=0,94 <τ ¿❑ ¿

Avec : τ uV  : contrainte de cisaillement de flexion.

65 OMAR ZADDEM
τ lim=Min¿ {0 ,15f c28 /γ b ¿} ¿ {}=2,5 MPa¿
22.3.2. Ferraillage de torsion

La détermination des aciers (longitudinaux et transversaux) de torsion est réalisée en tenant


compte de l’état limite ultime ELU.

i. Armatures longitudinales 
γs 1 ,15
A tu =τ ut .b0 . u . =0 , 88 .0, 17 .3 ,72 . =16 ,02 cm 2
fe 400

Avec : U = périmètre de Ω  : U = 2*[(1-0,17) + (1,2-0,17)] = 3,72 m

ii. Armatures transversales


At γ 1 , 15
≥τ ut .b 0 . s =0 , 88 .0 ,17 . =4 ,31 cm 2 /ml
St fe 400

1.1. Ferraillage adopté 


1.1.1. Armatures longitudinales

 Armatures supérieures : 4 HA25 + 2 HA20


A¿ =25,92 cm 2> A s , 2=13,7 cm 2
 Armatures inférieures : 8 HA20
A¿ =25,1 cm2> A s , 2=12,3 cm2

22.3.3. Armatures transversales

i. Armatures transversales totales

At = At ,flexion + A t , torsion=13,1+ 4,31=1 7,41cm2 /ml

ii. Armatures adoptés

On adopte ainsi armatures transversales : (un cadre HA12 + deux cadres HA10) / 20cm.
Avec section d’acier transversale : A s=27 cm 2 /ml> A t=1 7,41 cm2 /ml

- Remarque : on n’a pas des moments horizontaux importants. Donc, on ajoute 4 barres
HA12 sur chacune des arrêtes horizontales de la semelle soit suffisantes sans faire le
calcul de cette armature en flexion horizontale.
4 barres HA12 par face comme armatures horizontale, avec 4 épingle HA10
pour leur chainage.

66 OMAR ZADDEM
Figure 5 : Présentation du ferraillage semelle de liaison.

Chap.5. Dimensionnement des fondations

1. Introduction
Les fondations constituent la partie basse de l`ouvrage qui transmet directement la charge de
ce dernier au sol. La fondation profonde possède deux aspects, en effet la force des pieux
fonctionne à travers deux domaines différents ; l’appui direct par la section du pieu sur le fond
du forage (terme de pointe) et le frottement latéral.

La compagne géotechnique a été réalisée par l’entreprise est a consistée en :


 Deux sondages carottés de 25m de profondeur avec des prélèvements d’échantillons
intacts dans las formations cohérentes pour analyse et identification au laboratoire.

 Trois sondages préssiométriques de 25m de profondeur avec réalisations d’essais


préssiométriques tout les mètres. (dans notre calcul pour la fondation profonde on a
travaillé avec le deuxième sondage puisque il parait le plus défavorable).

67 OMAR ZADDEM
Pour tous les appuis, on utilisera les résultats du sondage pressiométrique SP 2 : il présente les
pressions limites nettes les plus petites. De ce fait, SP 2 présente le sondage pressiométrique
le plus défavorable que celles de SP1et SP3.

23. Choix du type de fondation


Vu les résultats des sondages qui présentent un sol argileux tout le long du forage, la
fondation superficielle est à écarter alors qu’une fondation profonde s’avère une solution
adéquate. Ce qui prouve notre choix de pieux forés tubés.
La solution des pieux flottants est à écarter vu :
 La médiocrité du sol ;
 L’importance de la charge transmise ;
 Risque de tassement différentiel ;
 La profondeur de fondation doit être acceptable pour le type de pieu ancré (foré).

En conséquence, le choix des pieux ancrés s’impose.


24. Etude des pieux
Le cas de la fondation profonde est plus complexe que la fondation superficielle, puisqu’elle
dépend de plusieurs paramètres parmi lesquels :
 Le type des pieux.
 La profondeur et le diamètre des pieux.
 Le nombre de pieux et le nombre de files.
 La disposition des pieux.
La démarche à suivre pour une étude de fondation profonde (pieux) consiste à :
 Déterminer la capacité portante d’un pieu isolé ;
 Faire une première estimation du nombre de pieux et disposition de ces pieux ;
 Déterminer la descente de charge en tête de pieu avec les combinaisons adéquates ;
 Vérifier pour les différentes combinaisons d’actions que les charges axiales sollicitant
chaque pieu restent inférieures à la charge admissible au niveau de la fiche de pieu à adopté.

24.1. Type de pieux


Dans les ouvrages courants, les pieux en béton qui sont les plus utilisées, alors que les pieux
métalliques à section circulaires sont intéressants les cas ou les conditions économiques sont
favorables.
Le choix du type de pieu adéquat à l’ouvrage étudié passe par l'analyse des caractéristiques
présentées ci-dessous que chacun représente des avantages et inconvénients :

68 OMAR ZADDEM
 Pieux préfabriqués en béton armé, mis en œuvre par refoulement du terrain.
- Section: carrée ou circulaire.
- Dimension transversale: φ ≤ 0,60m
- Longueur: 30 à 35φ.
- Contrainte admissible dans le béton : 60 à 80 bars
 Pieux et puits forés exécutés en place.
- Section circulaire.
- Diamètre: 0,60 m à 2,50 m.
- Longueur: 20 m, exceptionnellement jusqu'à 40 m.
 Pieux exécutés en place, mis en œuvre par refoulement du terrain.
- Section circulaire (tube battu).
- Diamètre: 0,30 m à 0,80 m.
- Longueur: 10 à 15 m.

D’ailleurs, il n’est pas adéquat d’utiliser les pieux préfabriqués qui sont trop difficiles à
manier en raison de leur poids élevé.
Cependant, on retient le deuxième type avec des pieux forés tubés puisqu'il permet de
transmettre des grandes charges (cas d'un pont).

- Remarque : Les résultats des sondages présentent un sol argileux tout le long du
forage ce qui prouve notre choix de pieux forés tubés.

24.1.1. Diamètre des pieux 

Pour le choix du diamètre, on va tout d'abord suivre une méthode donnant une valeur qu'on
peut adopter en première approximation. Cette approximation prévoit que le diamètre des
pieux exécutés en place (Φ) est égal au vingtième (1/20) de la longueur du pieu. D’ailleurs, les
diamètres conseillés dans le cas des tubes forés vont de 0,80m à 1,2m.

Ainsi, on s’intéresse dans notre étude des pieux forés tubés et calcul de la portance du sol
pour des pieux de diamètre Φ= 1 m qui est déjà prévue pour l’étude exécution . La
portance du sol sera calculer aussi pour pieux diamètre Φ= 0,80m (vérification du choix).

24.1.2. Nombre des pieux  [6] 

Le nombre de pieux est déterminé à travers leurs dispositions sous la semelle de liaison. En
effet ce nombre est donné par le nombre de files et chaque file par le nombre de rangés.

69 OMAR ZADDEM
On adopte une rangé de 3 pieux de mêmes axes que le fût avec une longueur d’entraxe entre
deux pieux consécutive celui recommandé par SETRA : l=3*Φ= 3m.

24.2. Calcul de la portance d’un pieu


La force portante d’un pieu est la somme de deux termes : la résistance en pointe et la
résistance due au frottement latéral.

Figure 6 : Eléments de résistance d’un pieu battu [14].

Et pour des raisons de sécurité, on multiplie chacun de ces termes par un coefficient de
sécurité pour obtenir la charge admissible du pieu :
 La charge limite d’un pieu :Q l=Q p +Q s
 La charge de fluage d’un pieu : Qc =(0,5 ×Q p )+(0,7 × Q s )

24.2.1. Terme de pointe


Q p=q p . S , avec q p =K p . P¿¿
Avec : - S : Section de la pointe ;
- K p : Facteur de portance du sol de la pointe, dépend de la nature du sol et de la mise
en œuvre (avec refoulement du sol ou pas), quelle que soit la géométrie de la section droite du
pieu. Et, selon ces facteurs, les valeurs de Kp sont présentés dans le fascicule 62 Titre V [14].

70 OMAR ZADDEM
Tableau 29 : Valeurs du facteur de portance Kp [14].

- Ple* :La pression limite nette équivalente (dépendant du profondeur d’encastrement D) :


D +3 a
¿ 1
P=
¿ ∫ P¿¿ ( z ) dz ; Avec : - a=¿ ( Φ ÷ 2 ) ou 0,5 m; si Φ ≤1 m
b+3 a D −b

- b= min {a ; h} ou h est la hauteur de l’élément de fondation. a = b = 0,5 m.


- D = mesure de l’encastrement dans le sol.
- Pl*(z) : la pression limite nette à une profondeur (z) donné par le sondage pressiométrique :

Figure 7 : Définition de la pression limite nette équivalente au pressiométre [14].


¿
- Remarque : L’intégrale de pression limite nette P¿ ( z ) allant de (D-0,5) à (D+1,5) est
calculée avec une approche : la méthode des rectangles.

Φ 80 Φ 100

Z (m) Sol Pl* (kPa) Kp Ple* (kPa) Qp (kN) Qp (kN)

2 Sable tufeux 4600 (C) 1,2 3735 2252 3520

3 3900 (C) 1,2 3580 2159 3374

71 OMAR ZADDEM
4 1920 (B) 1,2 2293 1383 2161

5 1430 (B) 1,2 1530 922 1442


Silt jaunâtre
6 1340 (B) 1,2 1360 820 1281
(Limons)
7 1330 (B) 1,2 1415 882 1270

8 1660 (B) 1,2 1478 891 1393

9 1260 (B) 1,2 1395 841 1314

10 Argile 1400 (B) 1,2 1380 832 1300

11 compacte 1460 (B) 1,2 1453 876 1369

12 1490 (B) 1,2 1635 986 1541

13 2100 (C) 1,3 2073 1354 2116


Silt jaunâtre
14 2600 (C) 1,3 2298 1501 2346

15 1890 (B) 1,2 2170 1309 2045

16 2300 (C) 1,3 2273 1485 2142


Argile
17 2600 (C) 1,3 2400 1568 2450
compacte
18 2100 (C) 1,3 2300 1503 2348

19 2400 (C) 1,3 2275 1486 2323


20 2200 (C) 1,3 2728 1782 2786
21 2900 (C) 1,3 2975 1944 3037
22 Argile silteuse 3900 (C) 1,3 3900 2548 3982
23 sableuse 4900 (C) 1,3 4750 3104 4850
24 compacte 5300 (C) 1,3 5125 3349 5232
25 5000 (C) 1,3 5075 3316 5182

Tableau 30 : Terme de pointe.

24.2.2. Terme de frottement 


h

∫ q s (z )dz
Le frottement latéral est donné par la formule suivante : QS =ρs .P. 0

- Remarque :
L’intégrale de frottement latéral unitaire limite pression limite nette allant de 0 à h sera
représentée par le calcul de, QS cumulé, pour chaque mètre de hauteur.

72 OMAR ZADDEM
En fait, la charge limite de frottement est aussi donné par : Qs = QS =ρs .P. ∑ q si .ei
Avec ei : épaisseur de la couche i qui sont tous de 1m, dans notre cas.

Sachant que : - P est le périmètre de la fondation : P = 2. π . r;


- h : hauteur de l’élément de fondation continue dans la couche porteuse ;
- ρs : coefficient réducteur de section de l’effort de frottement latéral ; elle est égal à 1, pour
notre section circulaire pleine.
- Et q s(z) est le frottement latéral unitaire limite déterminer à partir de l’abaque : on utilise la
courbe correspondante suivant la nature du sol rencontré et suivant le mode de forage suivi :

Figure 8 : Frottement latéral unitaire limite le long du fût du pieu [14].

- Remarque :
L’intégrale de frottement latéral unitaire limite pression limite nette allant de 0 à h sera
représentée par le calcul de, QS cumulé, pour chaque mètre de hauteur.

En fait, la charge limite de frottement est aussi donné par : Qs = QS =ρs .P. ∑ q si .ei
Avec ei : épaisseur de la couche i qui sont tous de 1m, dans notre cas.

Φ 80 Φ 100
Classe du Qs cumulé Qs cumulé
Z (m) Sol Pl* (kPa) qs (kPa)
sol / courbe (kN) (kN)
2 Sable tufeux C / Q3 4600 120 302 377

3 C / Q3 3900 120 604 754

4 Silt jaunâtre B / Q1 1920 40 705 880

73 OMAR ZADDEM
5 B / Q1 1430 40 806 1006

6 B / Q1 1340 40 907 1132


(Limons)
7 B / Q1 1330 40 1008 1258

8 B / Q1 1660 40 1109 1364

9 B / Q1 1260 38 1205 1483

10 Argile B / Q1 1400 40 1306 1735

11 compacte B / Q1 1460 40 1407 1861

12 B / Q1 1490 40 1508 1987

13 C / Q1 2100 40 1609 2113


Silt jaunâtre
14 C / Q1 2600 40 1710 2239

15 B / Q1 1890 40 1811 2365

16 C / Q1 2300 40 1912 2491


Argile
17 C / Q1 2600 40 2013 2617
compacte
18 C / Q1 2100 40 2114 2743

19 C / Q1 2400 40 2215 2869


20 C / Q1 2200 40 2316 2995
21 C / Q1 2900 40 2417 3121
22 Argile silteuse C / Q1 3900 40 2518 3247
sableuse
23 compacte C / Q1 4900 40 2619 3373

24 C / Q1 5300 40 2720 3499


25 C / Q1 5000 40 2821 3625

Tableau 31 : Terme de frottement.

24.2.3. Charge limite

Ql=Q p +Q s

Φ 100
Φ 80
Z Qp (kN) Qs (kN) Ql (kN) Qp (kN) Qs (kN) Ql (kN)
2 2252 302 2554 3520 377 3897
3 2159 604 2763 3374 754 4128

74 OMAR ZADDEM
4 1383 705 2088 2161 880 3041
5 922 806 1728 1442 1006 2448
6 820 907 1727 1281 1132 2413
7 882 1008 1890 1270 1258 2528
8 891 1109 2000 1393 1364 2757
9 841 1205 2046 1314 1483 2797
10 832 1306 2138 1300 1735 3035
11 876 1407 2283 1369 1861 3230
12 986 1508 2494 1541 1987 3528
13 1354 1609 2963 2116 2113 4229
14 1501 1710 3211 2346 2239 4585
15 1309 1811 3120 2045 2365 4410
16 1485 1912 3397 2142 2491 4633
17 1568 2013 3581 2450 2617 5067
18 1503 2114 3617 2348 2743 5091
19 1486 2215 3701 2323 2869 5192
20 1782 2316 4098 2786 2995 5781
21 1944 2417 4361 3037 3121 6158
22 2548 2518 5066 3982 3247 7229
23 3104 2619 5723 4850 3373 8223
24 3349 2720 6069 5232 3499 8731
25 3316 2821 6137 5182 3625 8807

Tableau 32 : Charge limite.

24.2.4. Charge de fluage


Q c =0,5. Q p +0,7. Qs

Φ 80 Φ 100
Z Qp (kN) Qs (kN) Qc (kN) Qp (kN) Qs (kN) Qc (kN)
2 2252 302 1337,4 3520 377 2023,9
3 2159 604 1502,3 3374 754 2214,8
4 1383 705 1185 2161 880 1696,5

75 OMAR ZADDEM
5 922 806 1025,2 1442 1006 1425,2
6 820 907 1044,9 1281 1132 1432,9
7 882 1008 1146,6 1270 1258 1515,6
8 891 1109 1221,8 1393 1364 1651,3
9 841 1205 1264 1314 1483 1695,1
10 832 1306 1330,2 1300 1735 1864,5
11 876 1407 1422,9 1369 1861 1987,2
12 986 1508 1548,6 1541 1987 2161,4
13 1354 1609 1803,3 2116 2113 2537,1
14 1501 1710 1947,5 2346 2239 2740,3
15 1309 1811 1922,2 2045 2365 2678
16 1485 1912 2080,9 2142 2491 2814,7
17 1568 2013 2193,1 2450 2617 3056,9
18 1503 2114 2231,3 2348 2743 3094,1
19 1486 2215 2293,5 2323 2869 3169,8
20 1782 2316 2512,2 2786 2995 3489,5
21 1944 2417 2663,9 3037 3121 3703,2
22 2548 2518 3036,6 3982 3247 4263,9
23 3104 2619 3385,3 4850 3373 4786,1
24 3349 2720 3578,5 5232 3499 5065,3
25 3316 2821 3632,7 5182 3625 5128,5

Tableau 33 : Charge de fluage.

Remarque :

Les termes de pointe et de frottement ainsi les charges limites et de fluage qui sont
calculés précédemment représentent la portance caractéristique du sol. Ça ne change
pas dans notre cas avec le fû t au dessus et aussi que ce soit pile intermédiaire ou pile
culée.

76 OMAR ZADDEM
En effet, pour le calcul de la portance du sol sous les piles culées, on ne tient pas compte
*
du remblai d’accès au dessus le terrain du terrain naturel (avec son Pl = 0) dans le
calcul du terme de frottement.

Ainsi, la portance de sol calculé avec le sondage pressiométrique le plus défavorable


SP2, et celle à adopter pour toutes les appuis que ce soit pile intermédiaire ou pile culée.

24.2.5. Calcul du portance  : Charges admissible d’un pieu à l’ELU et ELS [14]

Les règles du fascicule 62 Titre V [14] considèrent deux états limites concernant uniquement
les contraintes mobilisées dans le sol sous l’effet d’un déplacement axial du pieu, aucune
limitation n’étant imposée sous l’effet d’un déplacement transversal de ce dernier. Ces deux
états limites sont :
 L’Etat Limite de Service ;
 L’Etat Limite Ultime.

A chaque état limite correspondent deux combinaisons d’actions :

 A l’ELS :
Qc
1 - Combinaisons Quasi-permanentes : Q ≤Q cp =
1,4
Qc
2 - Combinaisons rares :Q ≤Q cr =
1,1
 A l’ELU :
QL
3 - Combinaisons fondamentales : Q ≤Q f =
1,4
Ql
4 - Combinaisons accidentelles : Q ≤Q a =
1,2
- Remarque :
La combinaison accidentelle à l’ELU, représente le cas sismique qu’on ne tient pas
compte dans notre cas d’étude.

Φ 80 Φ 100
ELS ELU ELS ELU
Z (m) QC.quaper (kN) QC.rare (kN) QC.fond (kN) QC.quaper (kN) QC.rare (kN) QC.fond (kN)
2 955,29 1215,82 1824,29 1445,64 1839,91 2783,57

77 OMAR ZADDEM
3 1073,07 1365,73 1973,57 1582 2013,45 2948,57
4 846,43 1077,27 1491,43 1211 1542,27 2172,14
5 732,29 932,00 1234,29 1018 1295,64 1748,57
6 746,36 949,91 1233,57 1023,5 1302,64 1723,57
7 819,00 1042,36 1350,00 1082,57 1377,82 1805,71
8 872,71 1110,73 1428,57 1179,5 1501,18 1969,29
9 902,86 1149,09 1461,43 1210,79 1541 1997,86
10 950,14 1209,27 1527,14 1331,79 1695 2167,86
11 1016,36 1293,55 1630,71 1419,43 1806,55 2307,14
12 1106,14 1407,82 1781,43 1543,86 1964,91 2520,00
13 1288,07 1639,36 2116,43 1812,21 2306,45 3020,71
14 1391,07 1770,45 2293,57 1957,36 2491,18 3275
15 1373,00 1747,45 2228,57 1912,86 2434,55 3150
16 1486,36 1891,73 2426,43 2010,5 2558,82 3309,29
17 1566,50 1993,73 2557,86 2183,5 2779 3619,29
18 1593,79 2028,45 2583,57 2210,07 2812,82 3636,43
19 1638,21 2085,00 2643,57 2264,14 2881,64 3708,57
20 1794,43 2283,82 2927,14 2492,5 3172,27 4129,29
21 1902,79 2421,73 3115,00 2645,14 3366,55 4398,57

22 3045,64 3876,27 5163,57


2169,00 2760,55 3618,57
23 2418,07 3077,55 4087,86 3418,64 4351 5873,57

24 2556,07 3253,18 4335,00 3618,07 4604,82 6236,43


25 2594,79 3302,45 4383,57 3663,21 4662,27 6290,71

Tableau 34 : Charges admissible à l’ELU et ELS pour pieux Φ 80 et Φ 100.

24.3. Vérification du pieu de la pile intermédiaire


Le logiciel PSH donne les efforts en tête du pieu pour chaque combinaison, pour déterminer
de la fiche du pieu tenant compte des charges admissibles à chaque mètre du sol calculé :

P2 P3 P4 - Φ 100 -
Qadm (T)
N(t) N(t) N(t)
78 OMAR ZADDEM
(z=20m)
C1 ELU 244.15 271.26 244.15
Comb. fondamentale 412,93
C2 ELU 261.37 287.69 261.37
C4 ELS 180.95 201 180.95
Comb. rares 317,23
C5 ELS 193.83 213.28 193.83
Comb. Quasi perm. C6 ELS 121.31 139.73 121.31 249,25
Tableau 35 : Efforts en tête du pieu et charges admissibles.

En comparant la descente des charges aux charges admissibles du pieu, on peut tirer :
 La justification du choix des pieux de Φ100mm et de fiche de 20m.
 La portance des pieux permet de résister à la charge maximale de certaine hauteur
de13 m. Cependant, on adopte le choix de 20m du D.A.O qui est ainsi justifié :
- La charge admissible est supérieure aux efforts pour chaque combinaison tête de pieu.
- En tenant compte non seulement de SP2, mais aussi des sondages SP1 et SP3 où Pl* ne
décroisse pas qu’partir de z=20m, on peut tirer que le bon sol où notre pieux sera ancré débute
de 20m, ce qui justifie aussi la fiche de pieu adopté.
- Remarque : Envisager une fiche de pieu moins importante en tenant compte
seulement de la charge maximale en tête de pieu, peut mener à une rigidité des appuis
très importante et ainsi à des efforts horizontaux plus importants pour notre structure.

24.4. Vérification du pieu de la pile culé


La démarche de la vérification consiste au calcul de la descente de charge sur pile-culée –Voir
Note de Calcul, partie B, chap1-page10-.
On introduit ainsi les combinaisons de charge en tête du pile-culée : efforts ramenés par le
tablier et efforts ramenées par les éléments de la culée. Pour obtenir les sollicitations (M, N et
H) combinées sous forme cumulées en tête du pieu pour la vérification du fiche du pieu.

3.4.1. Efforts ramenés par le tablier

Les actions des charges ramenées par le tablier et leurs moments dues à l’excentricité par
rapport l’axe de pieux sont décrites dans le tableau suivant :

C1 C5
V (t) M (t.m) H (t) V (t) M (t.m) H (t)
Gmax 73 10,95 - 73 10,95 -
Gmin 65,8 9,87 - 65,8 9,87 -
Trottoir max 1,6 0,24 - 1,6 0,24
Trottoir min -0,5 -0,075 - -0,5 -0,075

79 OMAR ZADDEM
Bcmax 60,1 9,015 - 60,1 9,015 -
Bcmin -13,5 -2,025 - -13,5 -2,025 -
Almax 69 10,35 - 69 10,35 -
Almmin -19,3 -2,895 - -19,3 -2,895 -
Btmax 62,9 9,435 - 62,9 9,435 -
Btmin -10,6 -1,59 - -10,6 -1,59 -
Mc120max 85,9 12,885 - 85,9 12,885 -
Mc120min. -18,2 -2,73 - -18,2 -2,73 -
TCD - - 1,815 - - 1,788
TLD - - 2,723 - - 2,682
Retrait - - 3,631 - - 3,576
Freinage Bc - - 6,072 - - 6,072
Freinage Al - - 2,921 - - 2,921
Tableau 36 : Actions des charges transmis par le tablier.
Les charges permanentes et soutenues verticales sont obtenues à partir de la Note de Calcul
SETRA (Voir, Annexe 2 – page13-).
Alors que les efforts horizontaux sont définis est calculés précédemment, présenté à la
page44, tableau 17 : Répartition des efforts horizontaux par appui.

24.4.1. Efforts ramenés par les éléments de la culée

- Les résultats de descente des chargés en tête de la pile-culée, ainsi que les efforts ramenées
par les éléments de la culée, sont présenté en calcul détaillé dans la Note de Calcul, partie B,
chapitre1 (page11). Et le tableau ci-dessous récapitule les résultats obtenues de ce chapitre,
avec les poids totaux des éléments de la culée gmax  et gmin, , les poussés des terres et
surcharges et la surcharges de la dalle de transition :

Remarque : Le poids total du chevêtre et ses éléments sont soumises à une majoration
de ±3% et on obtient gmax /gmin, sans tenir compte du poids dalle de transition pour g min.

V (t) M (t.m) H (t)


Chevêtre - -3,47 -
Mur garde gréve 5,19 -2,36 -
Mur cache 0,58 0,11 -
Mur masque 1,95 1,17 -
Mur en retour 4,1 -7,04 -
Dalle transition 37 -27,01 -

80 OMAR ZADDEM
Total 48,82 -38,6 -
gmin 11,47 -11,6 -
gmax 50,28 -39,75 -
Poussé de terre sur Chev. - -2,16 3,22
Poussé de terre sur M.G.V - 0,47 0,98
Poussé de terre sur M.G.+Ch - -4,3 11,63
Poussé des surcharges sur M.G - 1,02 1,7
Surcharges sur D.T 20 -14,6 -
Tableau 49 : Actions des charges transmises par la culée.

24.4.2. Combinaisons de charges en tête du pile-culée


Les piles-culées sont sollicitées à plusieurs efforts (N, H et M) du tablier et des différents
éléments de la pile culée elle-même. Et de ce fait qu’on étudiera 8 combinaisons suivantes :
 ELU  :
C1 : 1,35*(Gmax + gmax+ Retrait + Poussé de terre sur chev. + Poussé de terre sur M.G.V) +
1,35*Mc120max + 1,605*(Poussé de surcharges sur M.G + Surcharges sur D.T) + 0,78*TLD

C2 : 1,35*(Gmax + gmax+ Retrait + Poussé de terre sur chev. + Poussé de terre sur M.G.V) +
1,605*(Almax + FAl + Tr,max + Poussé de surcharges sur M.G + Surcharges sur D.T) +
0,78*TLD
C3 : 1,35*(Gmax + Retrait + Poussé de terre sur M.G et Chev) + g min + 1,605*(Bcmax + FBc +
Tr,max + Poussé de surcharges sur M.G) + 0,78*TLD

C4 : Gmin + 1,35*(Retrait + Poussé de terre sur M.G et Chev) + g min + 1,605*(Bcmin + FBc +
Tr,min + Poussé de surcharges sur M.G) + 0,78*TLD

 ELS  :
C5 : (Gmax + gmax+ Retrait + Poussé de terre sur chev. + Poussé de terre sur M.G.V) +
Mc120max + 1,2*(Poussé de surcharges sur M.G + Surcharges sur D.T) + 0,6*TLD

C6 : (Gmax + gmax+ Retrait + Poussé de terre sur chev. + Poussé de terre sur M.G.V) +
1,2*(Almax + FAl + Tr,max + Poussé de surcharges sur M.G + Surcharges sur D.T) +
0,6*TLD

C7 : (Gmax + Retrait + Poussé de terre sur M.G et Chev) + g min + 1,2*(Bcmax + FBc + Poussé
de surcharges sur M.G) + Tr,max + 0,6*TLD

C8 : Gmin + (Retrait + Poussé de terre sur M.G et Chev) + g min + 1,2*(Bcmin + FBc + Poussé
de surcharges sur M.G) + Tr,min +0,6*TLD

81 OMAR ZADDEM
On introduit ces efforts verticaux, horizontaux et les moments (instantané et soutenue)
associés en tête de la pile culée au logiciel PSH du SETRA correspondant aux combinaisons :

C1 C5
ELU V (t) M (t.m) H (t) V (t) M (t.m) H (t)
inst. 148,065 -4,401 2,729 148,065 -4,401 2,729
C1
Sout. 166,428 -41,162 12,696 166,428 -41,162 12,590
inst. 145,413 -4,799 7,417 145,413 -4,799 7,417
C2
Sout. 166,428 -41,162 12,696 166,428 -41,162 12,590
inst. 99,029 16,491 12,474 99,029 16,491 12,474
C3
Sout. 110,020 -2,623 22,726 110,020 -2,623 22,620
inst. -22,470 -1,733 12,474 -22,470 -1,733 12,474
C4 Sout. 77,270 -7,535 22,726 77,270 -7,535 22,620
C1 C5
ELS V (t) M (t.m) H (t) V (t) M (t.m) H (t)
inst. 109,900 -3,411 1,224 109,900 -3,411 1,224
C5
Sout. 123,280 -30,490 3,963 123,280 -30,490 3,872
inst. 108,720 -3,588 5,545 108,720 -3,588 5,545
C6
Sout. 123,280 -30,490 9,465 123,280 -30,490 9,385
inst. 74,040 12,330 9,326 74,040 12,330 9,326
C7
Sout. 84,470 -4,950 16,895 84,470 6,650 16,815
inst. -16,800 -1,296 9,326 -16,800 -1,296 9,326
C8
Sout. 77,270 -6,030 16,895 77,270 -6,030 16,815
Tableau 37 : Combinaisons des efforts appliqués en tête du pile-culée (entré PSH).

24.4.3. Moments et efforts en tête de pieu


Ainsi, on récupère les moments et la répartition des efforts et des moments au niveau de la
tête de pieu (à la base du pile-culé) sous sa forme sa forme cumulé :

C1 C5
V (t) M (t.m) H (t) V (t) M(t.m) H (t)
C1 ELU 122.2 -10.04 5.14 122.2 -10.08 5.11
C2 ELU 121.31 10.08 6.71 121.31 10 6.67
C3 ELU 87.05 44.7 11.73 87.05 44.61 11.7
C4 ELU 31.13 37.61 11.73 31.13 37.51 11.7
C5 ELS 90.59 -9.57 1.73 90.59 -9.6 1.7
C6 ELS 90.2 7.47 4.97 90.2 7.52 4.98
C7 ELS 65.70 32.41 8.74 65.70 36.02 8.76
C8 ELS 33.02 27.9 8.74 33.02 27.83 8.72

82 OMAR ZADDEM
Tableau 38 : Moments et efforts en tête de pieu (sortie PSH).

- Remarque : La combinaison C5 à l’ELU correspond à la accidentelle qui représente le


cas sismique qu’on ne tient pas compte pour le calcul du fiche de pieu.

24.4.4. Efforts en tête du pieu et portance admissible


Ainsi, on détermine la fiche du pieu en tenant compte des charges admissibles calculé à
chaque mètre du sol portant et les efforts en tête du pieu donné par le logiciel PSH :

- Φ 100 -
C1 C5
Qadm (T)
V(T) V(T) (z=22m)
Comb. fondamentale max(C1,C2,C3)(ELU) 122,2 122,2 516,3

Comb. Rares max(C5,C6,C7)(ELS) 90,59 90,59 387,6

Comb. Quasiperm. C8(ELS) 133,02 142,02 304,5

Tableau 39 : Efforts en tête du pieu et charges admissibles.

- Remarque : Pour la combinaison quasi-permanente (C8), on tient compte d’un terme


de frottement négatif du au tassement du remblai, donné dans le rapport géotechnique
avec valeurs 100t pour la pile-culé C1 et 109t pour la pile-culée C5. Ainsi, on rajoute ces
valeurs pour les efforts en tète des pieux de la culé correspondante.

D’après la descente de charge pour chaque combinaison, on constate que les charges
transmises au pieu sont inférieures aux charges admissibles pour une profondeur de 22m.
La comparaison de la descente de charge avec la charge admissible (portance du sol) calculé
précédemment pour chaque mètre, nous mène à : 
 La justification du choix des pieux de Φ100mm et de fiche de 22m.
 La portance des pieux pour une fiche de pieu plus petite que 22m peut résister à la
charge maximale en tête de pieu. Cependant, on adopte le choix de 22m du D.A.O qui
est ainsi justifié en terme de portance admissible. D’autre part, cette fiche de pieu
garantisse que le pieu soit ancré dans le bon sol.
 En tenant compte du remblai d’accès de 7m de hauteur au niveau du pile-culé, et aussi
du niveau du tète du pieu qui correspond à la base de la pile-culé. Il’ y on a un file de
3 pieux de longueur 29m, au dessous du chevêtre de la pile culé.

24.5. Récapitulation
Suite aux résultats des vérifications on va opter aux dimensions suivantes :

83 OMAR ZADDEM
Appuis Nbre de files Nbre de pieux par file Diamètre (cm) Longueur (m)

Piles intermédiaires 1 3 100 20


Piles Culées 1 3 100 29
Tableau 40 : Tableau récapitulatifs des pieux.

25. Ferraillage des pieux


Les cages d’armature des pieux de section circulaire sont constituées par des armatures
longitudinales en acier disposées suivant les génératrices d’un cylindre autour desquelles des
cercles ou des hélices sont enroulées et fixées rigidement :
 La longueur des cages d’armatures doit permettre une liaison correcte avec la structure
conformément aux données du projet.
 Le nombre minimal de barres est cinq et leur diamètre ne descend pas de 12 mm.
 L’écartement des cerces ou le pas des spires n’est pas supérieur à
25 cm.
 La distance minimale de nu à nu des barres est 10 cm.
 L’enrobage des armatures est de 7cm.
25.1. Ferraillage des pieux des piles-intermédiaires
On va représenter les efforts en tête de pieu dans chaque pile pour entamer le calcul des
ferraillages longitudinale et transversale type du pieu avec la combinaison (M, N et H) la plus
défavorable (la combinaison où on a le moment important avec la petite normale N).

4.1.1. Moments et efforts en tête du pieu

P2 P3 P4
N(t) M(t.m) H(t.m) N(t) M(t.m) H(t.m) N(t) M(t.m) H(t.m)
C1 ELU 244.15 39.06 4.34 271.26 30.18 3.35 244.15 41.28 4.59

C2 261.37 24.09 2.68 287.69 14.58 1.62 261.37 25.35 2.82


ELU
C3 120.22 39.06 4.34 139.17 30.18 3.35 120.22 41.28 4.59
ELU
C4 180.95 29.25 3.25 201 22.56 2.51 180.95 30.90 3.43
ELS
C5 193.83 18.03 2.00 213.28 10.89 1.21 193.83 18.99 2.11
ELS
C6 121.31 29.25 3.25 139.73 22.56 2.51 121.31 30.90 3.43
ELS
Tableau 41 : Moments et efforts en tête des pieux.

84 OMAR ZADDEM
25.1.1. Ferraillage longitudinal

Pour le dimensionnement des pieux, la fissuration est considérée comme très préjudiciable,
les calculs seront donc effectués à l’ELS.

i. Abaque de flexion composé

En tête de pieu, on a un effort normal, un moment et un effort tranchant ce qui donnent lieu à
des moments de flexion agissant sur les pieux, donc ces derniers sont sollicités à la flexion
composée. On peut se référer ainsi à l’abaque de flexion composé de SETRA [16].
Avant la détermination du ferraillage des pieux, on doit calculer les valeurs suivantes :

R s 45
 R❑ 50
=0,9 ;Avec : R : Rayon du pieu : R=50cm.

Rs : Rayon de la colonne prévue de l’enrobage: Rs =R - c=50-5=45cm.


3 × N❑ 8× M ❑
 2
f bu × R ❑
et
f bu × R3❑

Avec : - M = 41,28 T.m et N = 120,22 T. (on étudie avec le cas de flexion composé le plus
défavorable avec le moment le plus important et le petit effort correspondant).
- fbu = 14,16 MPa et fc28 = 25/(k1*k2) = 25/(1,2*1,05)= 19,8 (k1 et k2 sont définie dans la
fasicule 62, titre V [14] )
3 × N❑ 3× N ❑ 8× M ❑
2
= 2
=1,017et =1,853
f bu × R ❑ f bu × R ❑ f bu × R3❑

Rs
L’abaque de flexion composée à l'ELS qui correspond à ¿ 0,9. et pour une section
R❑
circulaire révèle qu'un ferraillage minimal est suffisant.
Donc toutes les autres combinaisons nous donnent aussi un ferraillage minimal.

ii. Section d’acier minimale


La section des armatures doit être au moins égale à 0,5% de la section du béton du pieu
[19] :
Amin =0,5 %B ; Avec : B : section du pieu : r=0,5 m et B = P.r2 = 0,785 m2
Amin =39,25 cm2

« Pieux forés, règlement et calcul d’art » du SETRA, nous propose le ferraillage


minimale à disposer dans un pieu en fonction de la longueur de celui-ci et
en tenant compte de prescriptions indiqués ci-dessus. Ainsi, on opte un

85 OMAR ZADDEM
ferraillage longitudinal de 13 HA 20 de section réelle A = 40,48 cm², cela correspond à un
taux de ferraillage de :
Ar 40,48 A min 39,25
r= = =0,52 % ; r min = = =0,5 %
B 0,785× 100 B 0,785 ×100

iii. Logiciel RoboBat Expert

On utilise le logiciel RoboBat Expert, module « flexion déviée composé » (comme le module
flexion composé ne comporte pas de section circulaire) : on introduit, l’effort vertical N et le
moment de flexion My (avec Mz soit égal à 0). On obtient ainsi une section d’acier
A smin=15,7 cm2(Voir Note de Calcul –page31-). Ainsi, on retient A s=39,25 cm 2.

On adopte un ferraillage longitudinal de 14 HA20 (A = 43,96 cm² > 39,25 cm2 )

25.1.2. Ferraillage transversal

Figure 9 : Disposition constructives théoriques pour armatures transversale.


L’écartement maximal des armatures transversales (t) recommandées et de 25 cm. Leur
diamètre est au moins le quatre dixièmes du plus grand diamètre des barres longitudinales,
avec un minimum de 6mm. Du Fascicule 62 titre V, on a ces diamètres recommandés :

Ø armature longitudinales 12-14 16 20 25 32


Ø armature transversales 6-8 8-10 12-14 12-16 16
Tableau 42 : Armatures transversales suivant les diamètres des armatures longitudinales [14].

On opte un ferraillage transversal constitué des cerces de diamètre de 12 mm.


On utilise le logiciel RoboBat Expert, module « efforts tranchant et torsion » : on introduit,
l’effort vertical N et l’effort tranchant T issues de la sortie PSH, et le diamètre d’acier
transversal adopté (12mm). On obtient du logiciel, un espacement maximal entre les
armatures transversal de 40cm (Voir Note de Calcul –page32-).
On adopte ainsi l’espacement maximal conseillé de 25 cm.

86 OMAR ZADDEM
- Remarque : Le calcul des armatures transversales est fait dans le cas d’une fissuration
très préjudiciable. Ainsi, les combinaisons effort normal et effort tranchant sont
introduite à l’ELU dans le logiciel de calcul.

25.2. Ferraillage des pieux des piles-culées


4.2.1. Ferraillage longitudinal

En effet, on utilise le logiciel RoboBat Expert. Et on utilise le module flexion déviée


composé: on introduit, l’effort vertical N et le moment de flexion My (avec Mz soit égal à 0).

En introduisant des différentes combinaisons des moments et efforts sortie du PSH, des
combinaisons choisies en tenant compte les moments les plus importants avec les efforts
correspondantes les moins importantes : -1- N= 122,2 t ; My = -10,04 t.m .

-2- N= 121,31 t ; My = 10,08 t.m . / -3- N= 87,05 t ; My = 44,7 t.m .

-4- N= 31,13 t ; My = 37,61 t.m .

On obtient une section d’acier A S=63,5 cm2. (Voir Note de Calcul –page33-).

On adopte 14 HA25 (soit A=68,72 cm2 > 63,5 cm2).

- Remarque :
Vu l’importance des moments et efforts appliqué en tète de pieu, il’ y on n’a pas le cas
d’un ferraillage minimal pour les pieux du pile-culée.

5.1.2. Ferraillage transversal

On fait le choix des armatures transversales avec des cerces de diamètre de 12 mm.
On utilise le logiciel RoboBat Expert, module efforts tranchant et torsion : on introduit,
l’effort vertical N et l’effort tranchant T issues du sortie PSH, et le diamètre d’acier
transversal de 12mm. L’espacement obtenue est de 39cm (Voir Note de Calcul –page34-).

Il en résulte un espacement maximal entre les cerces d’armatures transversales qui est
de 25 cm.

Chap.6. Justification des éléments de la culée

87 OMAR ZADDEM
Figure 10 : Illustration des éléments de la culée.

1. Dalle de transition [17]


25.3. Rôle de la dalle de transition
La dalle de transition a pour rôle d’atténuer les effets du remblai à proximité de l’ouvrage.
Elle permet aussi de traiter le problème en remplaçant le chargement par un léger profilage et
de protéger ainsi le remblai d’accès contre l’infiltration des eaux.

25.4. Dimensions de la dalle de transition 


 Une épaisseur de 30 cm ;
 Une largeur est égale à la largeur rouable biaise avec un débord de 0.5 m de part et
d’autre. On prend donc une largeur de 8 m ;
 La longueur : Etant un élément coûteux et leur coût est en gros proportionnel à leur
longueur). La dalle ne devra pas avoir une longueur supérieure à la hauteur du remblai sous-
jacent le voisinage des appuis côté tablier, c'est à dire le plus souvent 5m (sans dépasser
normalement 6 m ni descendre en dessous de 3 m) On adopte une longueur de 5m.

1.2. Ferraillage
Conformément aux « dalles de transition des ponts routes », on prévoit les armatures
suivantes pour une dalle de transition de longueur 5 m et de largeur 8 m :
25.4.1. Ferraillage longitudinal

Supérieures 23 HA10 : 3 par mètre (3.p.m)


Armatures longitudinales
Inférieures 46 HA20 : 6 par mètre (6.p.m)

88 OMAR ZADDEM
Tableau 43 : Ferraillage longitudinal dalle de transition.

Figure 40 : Coupe longitudinale du ferraillage type de SETRA [17].

25.4.2. Ferraillage transversal

Supérieures (14 HA10 : 3 par mètre) + 3 HA12 (côté remblai)


Armatures transversales
Inférieures (30 HA12: 6 par mètre) + 3 HA20 (côté remblai)

Tableau 57 : Ferraillage transversal dalle de transition.

Figure 11 : Coupe transversale du ferraillage type de SETRA [17].

25.4.3. Ferraillage du chainage


Pour le ferraillage du chainage on adoptera celui de SETRA : 32 cadres HA8.
On dispose aussi des écarteurs -1ou 2- de HA10 (40*18), tous les 2m selon la longueur (D=5
m), et tous les 1,2m selon la largeur (L=8m).

26. Mur en retour [18]


Le mur en retour assure la tenue des terres dans les zones latérales du tablier.
Je présente ci-après le dimensionnement du mur en retour adopté pour les piles-culée.

89 OMAR ZADDEM
Figure 42 : Schéma du mur en retour.

26.1. Actions et sollicitations 


2.1.1. Les forces verticales
gmr1 = 0,5*0,25*2,41*2,5 = 0,75 t ;
gmr2 = 1,4*(2,41/2)*0,25*2,5 = 1,05 t ;
gmr3 = 0,9*0,25*0,62*2,5 = 0,33 t ;
Vgmr = 0,75+1,05+0,33 = 2,13 t ;
MVgmr = -(0,75*2,085+1,05*1,683+0,33*0,57) = - 3,52 t.m
Vs = 4 t, MV.Qmr = -(4*2,53) = - 10,12 t.m

26.1.1. Les forces horizontales


hmr1 = (1,9/3)*0,5*2,41 = 0,76 t ;
hmr2 = (1,9/3)*1,4*0,5*2,41 = 1,07 t ;
hmr3 = (1,9/3)*0,62*0,9 = 0,35 t ;
Hgmr = 0,76+1,07+0,35 = 2,18 t ;
MHgmr = 0,76*2,085 + 1,07*1,683 + 0,35*0,57 = 3,58 t.m

qmr1 = 0,5*0,5*2,41 = 0,6 t ;


qmr2 = 0,5*1,4*2,41/2 = 0,85 t ;
qmr3 = 0,5*0,62*0,9 = 0,28 t ;
Hs = 2 t ; et : Hqmr = 0,6 + 0,85 + 0,28 + 2 = 3,73 t ;
MH Qmr = 0,6*2,085 + 0,85*1,683 + 0,28*0,57 + 2*2,53= 7,9 t.m

26.2. Ferraillage du mur en retour


26.2.1. Dans le plan vertical

i. Sollicitations de calcul (ELS)


M = Mvgmr + (1,2*Mvqmr) = -3,52 + (1,2*(-10,12)) = -15,67 t.m.

90 OMAR ZADDEM
ii. Ferraillage
On utilise le logiciel RoboBat Expert, le module flexion composé, ainsi on introduit :
- b = 25 cm ; h= 190 cm.
On obtient une section d’acier A sv= A s , min=4,8 cm2. (Voir Note de Calcul -page35-).
On opte ainsi dans le plan verticale tout au long l’arrête de 25cm du mur en retour, un
ferraillage de 2 HA20 (A=6,28cm² > 4 cm2 ).

26.2.2. Dans le plan horizontal

i. Sollicitations de calcul (ELS)


M = Mhgmr + (1,2*Mhqmr) = -3,58 + (1,2*7,9) = 13,06 t.m.

ii. Ferraillage
On utilise le logiciel RoboBat Expert, le module flexion composé, ainsi on introduit :
- b = 100 cm ; h = 25 cm.
On obtient une section d’acier A sh=A s 1=21,2 cm 2. (Voir Note de calcul –page36-).

- Remarque : Le ferraillage total Ω= A sh correspond au moment des forces horizontales


est à disposer pour moitié (Ω1) sur le quart supérieur de la hauteur d’attache h=1m
(hauteur du chevêtre) et pour l’autre moitié (Ω2) sur la hauteur restante :

Figure 43 : Le ferraillage total Ω correspondant au moment dû aux forces horizontales.

Ainsi, on a comme ferraillage dans le plan horizontal du mur en retour :


h1 As1 2
- Sur =25 cm au niveau supérieur d’ hauteur d’attache on a Ω1= =10,6 cm
4 2
On prend 4 HA20 (A=12,57cm² > 10,6 cm2 ).

3.h 1 As1 2
- Sur la partie inférieure restante 75 cm d’ hauteur d’attache on a Ω2= =10,6 cm
4 2
On prend 4 HA20 (A=12,57cm² > 10,6 cm 2 ).

91 OMAR ZADDEM
27. Mur garde grève [18]
27.1. Rôle et dimensionnement du mur garde grève
Cet ouvrage a pour rôle de retenir les terres derrière le tablier au dessus du chevêtre et assure
l’étanchéité vis-à-vis de ces dernières lorsque la structure ne peut pas le faire. Ensuite, il
permet d’établir des joints de chaussée dans tous les cas, quelque soit le type du joint.

Le mur de garde grève du culée a comme dimensions : une largeur de 25cm et une longueur
de 90cm.

Le mur de garde grève est soumis essentiellement à l’action des forces horizontales sur la face
arrière en contact avec les terres : poussé des terres poussée de charges locales en arrière du
mur, freinage et à des efforts moindres sur la face avant.
27.2. Ferraillage du mur garde grève 
On adopte le ferraillage de SETRA pour un mur garde grève de 1m de hauteur ou moins avec
une dalle de transition. Soit le ferraillage suivant :
Ferraillage du mur garde grève Face arrière Face avant
Vertical 1 HA 12 tous les 10 cm 1 HA12 tous les 20 cm
Horizontal 1 HA 10 tous les 15 cm 1 HA10 tous les 15 cm
Tableau 58 : Ferraillage mur garde grève.

Figure 44 : Présentation du ferraillage du mur garde grève.

28. Dimensionnement et ferraillage du chevêtre


28.1. Forme et dimensions
Pour les dimensions du chevêtre de la culée, on les a justifiés dans la première partie de la
conception, et on a :
 Longueur (parallèlement à la ligne d’appui) : Lch = 8,7.k = 9,76 m ;

92 OMAR ZADDEM
 Largeur (perpendiculairement à la ligne d’appui): b = 1,58 m dont 1m est la largeur du
sommier du tablier;
 Hauteur : hc = 1 m ; à laquelle on a ajoute une hauteur de 0,4m comme mur de masque
qui est de largeur de 0,2m.

28.2. Rôle du chevêtre


Pour notre cas, la pile culée est composée essentiellement du chevêtre qui
est lié directement aux pieux de fondation.
Le chevêtre représente un élément essentiel du pont qui a pour rôle de
transmettre les efforts provenant du tablier aux pile-culé par
l’intermédiaire des appareils d’appui, tout en assurant la solidarité des
pieux de la fondation.

28.3. Ferraillage chevêtre en flexion verticale


1.1.2. Sollicitations de calcul 

Le chevêtre de la pile culée est soumise aux efforts et charges concentrés et réparties
ramenées par le tablier (force concentré sur appui), et aussi de la part des éléments de la culée.
Ces charges produisent elles aussi, des moments du à l’excentricité de l’appui à l’axe du pieu
et le centre du chevêtre. L’ensemble de ces efforts et moments sont calculé est présenté
détaillé dans ma Note de Calcul, partie B, chap3 de la page19 à la page22.

Ainsi, le chevêtre est modélisé avec le module ‘poutre de CSI-Bridge’ pour


déterminer les sollicitations de calcul du ferraillage en flexion verticale à l’ELU et à
l’ELS. Voir Note de Calcul, partie B, chap3 –pages 23-24, on a les sollicitations suivant :
 A l’ELS : moment maximal pour le calcul du ferraillage longitudinal :
M = -52,31 t.m (Moment négatif sur appui) ;
M = 18,86 t.m (Moment maximal en travée).
 A l’ELU : effort tranchant maximal pour le calcul d’armature transversal :
TA = 82,93 t (Effort tranchant maximal sur appui).

1.1.3. Ferraillage longitudinal 

On utilise le logiciel RoboBat Expert, le module flexion simple :

i. En travée : Armatures inférieures


- Sollicitation de calcul : Moment maximal en travée : Mmax,tr = 18,86 t.m
- On introduit : b = 158 cm ; h= 100 cm.

93 OMAR ZADDEM
On obtient une section d’acier A s ,1= A s ,min =16,2 cm2. (Voir Note de Calcul -page37-).

ii. Sur appui : Armatures supérieures

- Sollicitation de calcul : Moment maximal sur appui : Mmax,app = -52,31 t.m


- b = 158 cm ; h= 100 cm.
On obtient ainsi une section d’acier A s ,2=28,8 cm 2. (Voir Note de Calcul –page38-).

1.1.4. Ferraillage transversal


i. Contraintes conventionnelles
Vu
τ u=
b0 . d
Avec b0 : largeur de l’âme : b0= 1,58 m  ; d : hauteur utile : d= 0,97m.
Vu : Effort tranchant maximal : Vu= 82,93 t (Voir Note de calcul-page23-)

τ u =0,516 MPa
ii. Contraintes tangentes limites

τ lim=Min¿ {0 ,15f c28 /γ b ¿} ¿ {}=2,5 MPa¿


τ u =0, 516≺τ lim OK

iii. Armatures d’âme


At f et τu
. ≥
b0 . S t γ s 0,9
A t 0 , 516 .1 , 15
≥ . 1 ,58=26 , 05 cm2 /m
St 0,9. 400
iv. Pourcentage minimal
At
. f ≥0,4 MPa
b0 . S t et
At 1 ,58
26 , 05 cm2 /m≥0,4 =15 , 8 cm2 /m
St 400
v. Diamètre des armatures d’âme

φt≤Min¿{φ1 ¿}{h/35 ¿}¿{}⇔φt≤Min¿ {20mm¿}{10 0/35¿}¿{}¿


∅ t ≤ 20 mm

vi. Espacements maximal

94 OMAR ZADDEM
St≤Min ¿ {0,9 d¿} {40cm¿} ¿{}⇔ St≤Min ¿ {87¿} ¿ {}¿
vii. Armatures transversales
Ainsi, comme armatures transversales, on prend (1 cadre HA14 + 2 cadres HA10) /20cm, soit
une section d’acier transversal 31,2cm2/ml> As,cal= 26,05cm2/ml

28.4. Ferraillage chevêtre en torsion [21] 


Le moment de calcul en torsion sera le moment maximal, qui est obtenue au niveau de l’appui
de rive : M tu =M t 1=−49,1t . m : le calcul détaillé du moments de torsion est présenter dans la
Note de Calcul, partie B, chap3 –pages 25-26.

28.4.1. Contrainte de cisaillement du béton


Soit : b0 = h/6 (= (1/6)=0,17m ; et pour a le diamètre maximal du plus grand cercle
inscriptible dans le contour extérieur de la section (définit page63-64) : a=1,58m.

i. Contrainte de cisaillement de torsion 


M tu 0 , 491
τ ut = = =1 , 24 MPa
2 b 0 .Ω 2 .0 , 17 . 1, 17
- Epaisseur de la paroi mince : b0 = h/6 = 1/6 = 0,17 m
- Aire moyenne : Ω=(1−0 , 17 ).(1 ,58−0 , 17 ) = 1,17 m2

ii. Contrainte de cisaillement totale 


2
τ uT + τ 2uV =1,242 +0,5162=1,8< τ ¿❑ ¿

Avec : τ uV  : contrainte de cisaillement de flexion.

τ lim=Min¿ {0 ,15f c28 /γ b ¿} ¿ {}=2,5 MPa¿


28.4.2. Ferraillage de torsion

Les armatures longitudinales et transversales de torsion sont à déterminer à l’ELU.


i. Armatures longitudinales 
γ 1 , 15
A tu =τ ut .b0 .u . s =1 ,24 . 0, 17 . 4, 48 . =27 ,2 cm2
fe 400

Avec : U = périmètre de Ω  : U = 2*[(1-0,17) + (1,58-0,17)] = 4,48 m


ii. Armatures transversales

95 OMAR ZADDEM
At γ 1 ,15
≥τ ut .b 0 . s =1 ,24 .0 , 17 . =6,1 cm2 /ml
St fe 400
On adopte ainsi armatures transversales de torsion placé dans la section de torsion au
niveau des appuis : des cadres HA14, avec espacement de 20cm. (7,7cm2/ml > 6,1cm2/ml).

28.5. Ferraillage chevêtre en flexion horizontale 


1.1.5. Sollicitations de calcul

Les moments de calcul en flexion horizontale sont celles maximales obtenue au niveau de la
partie console du chevêtre. En effet, dans cette partie, il’ y on a des moments importants
transmis par le mur en retour outre le poussée des terres et poussée des surcharges.
i. Sollicitations permanentes
- Mur en retour : Hgmr ; Mhgmr ;
- Poussée des terres : H (H=H1+H2).

ii. Sollicitations variables


- Mur en retour : Hqmr ; Mhqmr ;
- Poussée des surcharges : hs.

iii. Sollicitations de calcul (ELS)


N = -(Hgmr + Hqmr) = -(2,18+3,73) = -5,91 t ;
M = Mhgmr + (1,2*Mhqmr) + (H+1,2*hs)*(1,882/2)
= 3,58 + (1,2*7,9) + (0,43+1,2*0,18)* (1,882/2)= 14,2 t.m.

28.5.1. Ferraillage

On utilise le logiciel RoboBat Expert, le module flexion composé, pour le calcul de


l’armature longitudinale destinée pour la flexion horizontal, ainsi on introduit :
- b = 100 cm ; h= 158 cm.
On obtient une section d’acier A s ,cal= A s , min=14,9 cm2. (Voir Note de Calcul -page39-).

28.6. Vérification du ferraillage total


7.7.1. Armatures longitudinales totales

- Section d’acier inférieures : As1 = As1,flexion+ (Atu/2) = 16,2 + (27,2/2) = 29,8 cm2

- Section d’acier horizontals : As,horizontal = 14,9 cm2

- Section d’acier supérieure : As2 = As2,flexion+ (Atu/2) = 28,8 + (27,2/2) = 42,4 cm2

96 OMAR ZADDEM
- Section d’acier totale : At = A s ,1 + A s , horizontal + A s ,2=29,8+ 14,9+ 42,2

At =86,9 cm2 >0,5 % s ection béton=79 cm2 (Vérifié)


Section totale d’armature longitudinale est vérifiée.

4.1.2. Armatures longitudinales adoptés


- Armatures longitudinales inférieures  : on adopte un ferraillage longitudinal dans la face
inférieure en travée de la poutre chevêtre de 10 HA 20 (A=31,41cm² > 29,8 cm2 ).

Armatures longitudinales supérieures  : on adopte un ferraillage longitudinal dans la face


inférieure en travée de la poutre chevêtre de 10 HA 25 (A = 49,09cm² > 42,4 cm2 ).

- Armatures longitudinales pour la flexion horizontal  : on adopte un ferraillage longitudinal


pour la flexion horizontal disposé à la petite arrête du chevêtre, de 5 HA 20 (A=15,71 cm² >
14,9 cm2 ), avec une armature de chainage de l’autre coté de 5 HA12 (A=5,65 cm²).

28.6.1. Armatures transversales totales

At = At ,flexion + A t , torsion=31,42+7,7=39,12 cm2 >0,2 % section béton=31,6 cm2

Section totale d’armature transversale est vérifiée.

28.6.2. Récapitulation du ferraillage chevêtre

Longitudinales Transversales Horizontales

5 HA 20 sur l’arrête
En flexion  : ( 1 cadre
s’opposant à la poussé des
HA 14 + 2 cadres
Nappe inférieur : 10 HA 20 terres et surcharges.
HA10 ) / 20cm.
Nappe supérieur : 10 HA 25 5 HA 12 armatures
En torsion : 1 cadre
constructives disposé à
HA 14 / 20 cm.
l’arrête opposé.

Tableau 59 : Présentations des armatures chevêtre.

97 OMAR ZADDEM
Figure 46 : Présentation du ferraillage chevêtre.

PARTIE D

CALCUL ET PRESENTATION
FERRAILLAGE TABLIER

98 OMAR ZADDEM
1. Introduction
A travers cette partie, on va s’intéresser à l’élément « tablier » de l’ouvrage. On va évoquer
les différentes hypothèses et considérations qui aident à la détermination des différents types
d’armatures. On va présenter les résultats du ferraillage fournit par la Note de Calcul SETRA.
Et à partir de ces résultats du programme PSIDA-EL, on va détailler le ferraillage pour
chaque sous-élément du tablier : Poutre élémentaire, chevêtre incorporé, encorbellement, etc.

- Remarque : Les sections d’acier choisies pour le ferraillage du tablier et l’enrobage


sont introduite dans le bordereau de données ligne A10 (voir Note de Calcul) :
- Armatures longitudinales : PHI 1 : Φ 32 H.A (principales) ; PHI 3 : Φ 12 H.A (de
construction) ; PHI 2 : Φ 16 H.A (complémentaire).
- Etriers : PHI 4 : Φ 8 H.A .
 On introduit aussi la valeur d’enrobage de 3cm.

29. Disposition du ferraillage : système du ferraillage


La direction des armatures longitudinales et la direction parallèle aux bords libres.
La direction du ferraillage transversal en travée et sur appuis de continuité dépend
essentiellement du biais de l’ouvrage et du tenseur des moments de flexion à reprendre au
centre de chaque travée. Et on a les trois différentes directions suivantes :
 Ferraillage transversal parallèle à la direction des lignes d’appui.
 Ferraillage transversal perpendiculaire aux bords libres.

99 OMAR ZADDEM
 Ferraillage transversal anti-paralléle à la direction des lignes d’appui.

- Remarque : Le ferraillage des chevêtres sur pile-culées doit toujours être disposé
parallèlement à la ligne d’appui quelque soit le type de ferraillage transversal.

Le système de ferraillage parallèle aux lignes d’appuis est évidemment le plus adéquat à
réaliser pour notre ouvrage est droit : En effet :
- Pour les dalles en béton armé peu biaises (angle de biais géométrique supérieur ou égal à
environ 70 grades) on choisira également de préférence le système de ferraillage parallèle ;
- La contrainte de cisaillement simple par torsion, soit <3MPa.(justifié dans la suite).

Les armatures longitudinales sont disposées parallèlement à l'axe longitudinal du tablier,


tandis que, les armatures transversales seront orientées parallèlement aux lignes d’appui :
sur chaque face, le ferraillage est disposé en 2 lits superposés à raison d’un lit pour chaque
direction soit, à partir de la paroi, d’abords le ferraillage transversal (en travée et sur appui
de continuité), puis le ferraillage longitudinal.

Figure 47 : Système de ferraillage parallèle aux lignes d’appui adopté.

100 OMAR ZADDEM


30. Ferraillage longitudinale du tablier [5]
Ce ferraillage est disposé en deuxième li, c'est-à-dire que les ferraillages transversaux sont
disposés entre le ferraillage longitudinal et les parois.

30.1. Disposition des fers 


La présence d’étriers sur chaque fer PHI 1 Φ 32 H.A principal implique qu’à chaque fer
inférieur corresponde un fer supérieur et vice-versa.
Ces fers de construction sont des PHI 3 Φ 12 H.A : dans la zone des appuis, des fers de
construction sont placés à la partie inférieure de la dalle. En travée, ces fers de construction
sont placés à la partie supérieure. On constitue ainsi 2 nappes d’armatures identiques quant au
nombre et à l’écartement des fers.

La disposition des fers longitudinaux est recherchée selon des considérations suivantes :
 Conserver des cheminées de bétonnage et de perturbation de 7 à 8 cm minimum.
 Pour simplifier l’exécution du ferraillage, éviter d’avoir 2 lits de fers superposés.
 Le groupement choisi doit permettre d’envelopper sans gaspillage, les points de la
courbe enveloppent des moments.

30.2. Hypothèse de la poutre élémentaire [5]


30.2.1. Description de la poutre élémentaire
On satisfait généralement aux conditions précédentes en formant des « groupes » de N1 barres
équidistantes. On réalise ensuite des « poutres élémentaires » formées chacune de N2 groupes.

Le tablier est considéré comme un empilement de poutres élémentaires hyperstatiques qui


reposent sur des chevêtres internes ou « incorporés » sur les lignes d’appui. De ce fait, on
choisit une largeur qui est prise égale à 1 m et une hauteur qui est l’épaisseur de la dalle.

Figure 48 : Poutre élémentaire et espacement entre armatures.


Chaque poutre élémentaire est répétée un nombre entier ou fractionnaire de fois
transversalement selon les largeurs de la dalle à l’extrados et l’intrados.

101 OMAR ZADDEM


30.2.2. Numérotation des aciers longitudinaux
L’immatriculation simple des barres longitudinales est alors la suivante :
L (S ou I) (T ou A) K i
 L : Pour le ferraillage longitudinal.
 S ou I : Pour le ferraillage Supérieur ou Inférieur.
 T ou A : Pour le ferraillage en travée ou sur appui.
 K : Le numéro de la travée ou de l’appui ; K varie de 1 à NT (nombre de travées) pour
les travées et de 2 à NT pour les appuis de continuité.
 i : Le numéro du fer dans la zone considérée :
Le nombre de fers ayant le même numéro est généralement égal au nombre de poutres
élémentaires constituant le ferraillage longitudinal.
Lorsque la dalle présente des encorbellements, les fers que l’on peut disposer dans les
encorbellements de la dalle sont pris en compte dans les calculs. Cependant, la
correspondance géométrique des aciers de même numéro entre les deux nappes, inférieure et
supérieure, n’est assurée dans chaque poutre élémentaire que lorsque les encorbellements
soient égaux.

Figure 49 : Coupe transversal du tablier et numérotation.

30.3. Ferraillage longitudinal du tablier


30.3.1. Le ferraillage en travée
Fers de diamètre PHI1 Φ 32 H.A (moments fléchissant positifs en travée) en nappe
inférieure. Et des fers de diamètre PHI3 Φ 12 H.A en nappe supérieure (fers de
construction).

102 OMAR ZADDEM


En travée, on n’a pas besoin de section d’acier d’une section d’acier maximale des barres de
Φ 32. Ainsi, on dispose des groupes de 3 et des groupes de 2 et même des groupes de 1 barre.
En, effet, la note de calcul SETRA, nous procure le nombre de ces barres pour chaque travée
pour faire ainsi, la répartition des groupes.
D’autre part, le moment fléchissant soit variant tout au long la travée et maximal au milieu.
Ainsi, pour que ce soit la nappe supérieure (LSTi), ou pour la nappe inférieure (LSIi), les
armatures longitudinales sont des maintes longueurs qui sont présenté dans la note de calcul
SETRA, par leur origine et extrémité.

30.3.2. Le ferraillage au voisinage des appuis de continuité


Fers de diamètre PHI1 Φ 32 H.A (moments fléchissant négatifs sur appuis) en nappe
supérieure. Et des fers de diamètre PHI3 Φ 12 H.A en nappe inférieure (fers de
construction).

En se référant au nombre des barres sur chaque appuis présenté par le note de calcul SETRA,
on dispose un nombre maximal des barres Φ 32 en nappe supérieure sur appui.
Ainsi, tous les groupes des barres des poutres élémentaires sur appui sont de 3 barres ayant
chacune une longueur de part et d’autre de l’appui définis dans la note de calcul par leur
origine et extrémité.

- Remarque : Les origines et les extrémités des barres présentés dans la note de calcul,
sont comptés à partir de l’appui à gauche et c’est pour que ce soit pour les armatures sur
appui ou en travée.
Voir plan de ferraillage « Ferraillage du tablier ».

31. Ferraillage des encorbellements

103 OMAR ZADDEM


Figure 50 : Schématisation de l’encorbellement.

31.1. Sollicitations de calcul


31.1.1. Charges permanentes
Les charges permanentes appliquées à l’encorbellement sont :
i. Poids propre du tablier
Le poids propre est une charge trapézoïdale allant de P1 à P2 :
P1 = 1,03 x 0,675 x 2,5 = 1,74 t/m
P2 = 1,03 x 0,20 x 2,5 = 0,52 t/m
Mpp = 0,52 x 1,35²/2 + (1,74-0,52) x 1,35²/6 = 0,85 t.m/ml.

ii. Superstructures maximales


- Chape d'étanchéité /mortier de pose: g1 = 0,03 x 1,35 x 2,2 x 1,2 = 0,105 t/ml
- Trottoir : g3 = 0,25 x 1,03 x 2,3 x 1,05 = 0,62 t/ml
- Corniche : g4 = 0,16 x 2,5 x 1,05 = 0,42 t/ml
- Garde corps type S8 : g5 = 0,024 x1,05 = 0,025 t/ml

Valeur (t/m) D (m) M(t.m/m)


Chape d'étanchéité / mortier de pose 0,105 0,675 0,071
Couche de roulement 0,093 0,25 0,023
Trottoir 0,294 0,765 0,225
Corniche 0,42 1,29 0,542
Garde corps type S8 0,025 1,29 0,032
Total superstructures maximal - - Ms = 0,89
Tableau 44 : Moment du aux superstructures.
31.1.2. Charges d’exploitation
Les moments transversaux unitaires d’encastrement dus aux surcharges
de type B, MC120 et
la roue de 6 t sur trottoir sont évalués par les abaques de l’annexe 3 du
dossier PSIDP (également valable pour les ponts dalle en béton armé)
[22].

i. Surcharge de type B
- Moment d’encastrement du aux surcharges de type B :
Avec la planche 1-1 et β = 0,2/0,675 = 0,30 ; a/e = 0,5 / 1,35 =
0,37
On a MB = 4,5 tm/m.

104 OMAR ZADDEM


ii. Surcharge Mc120
- Moment d’encastrement du aux surcharges de type B :
Avec la planche 2-1 et β = 0,2/0,675 = 0,30 ; a/e = 0,5 / 1,35 =
0,37
On a MMc120 = 1,85 tm/m.

iii. Roue de 6 tonnes


- Moment d’encastrement :
Avec la planche 3 et β = 0,2/0,675 = 0,30 ; c/e = 1,23 / 1,35 = 0,91 ; d/e
=0
On a MR6t = 3,80 tm/m.

iv. Charges locale sur trottoir


qt = 0,45 x 0,85 = 0,38 t/m
Mqt = 0,38 x 0,93 = 0,36 tm/m.

31.1.3. Combinaisons des charges


On fixe le coefficient de majoration dynamique forfaitairement à 1,25,
pour les charges d’exploitation et on travaille avec les combinaisons
suivantes :
- ELU 1 : 1,35 Mpp + 1,35 Ms +1,605 Mqt +1,605x1,25 MB
- ELU 2 : 1,35 Mpp + 1,35 Ms +1,605 Mqt +1,35x1,25 MMC120
- ELU 3 : 1,35 Mpp + 1,35 Ms +1,605 MR6t

On obtient ainsi les combinaisons de charges suivantes à introduire dans


le logiciel RoboBat Expert, pour le calcul du ferraillage :
- ELU 1 : M1 = 11,95 t.m/m
- ELU 2 : M2 = 6,05 t.m/m
- ELU 3 : M3 = 8,45 t.m/m

31.2. Ferraillage
On obtient ainsi les combinaisons de charges suivantes à introduire dans
l’Expert, pour le calcul du ferraillage : Mmax = 11,95 tm/m.
Ce qui nous donne une section d’acier, As = Asmin = 8cm 2. (Voir Note de
Calcul –page40-).
On adopte ainsi des barres HA14 avec un espacement de 15 cm (qui
peut être un prolongement d’armature transversale supérieure en travée).

105 OMAR ZADDEM


32. Ferraillage transversal sur appui : chevêtre incorporé
32.1. Définition
Le tablier de l’ouvrage transmet des efforts aux piles et piles-culées, par l’intermédiaire des
appuis et appareils d’appuis. On considère la tranche de la dalle située au voisinage d’une
ligne d’appui comme poutre continue dont les efforts longitudinaux ont la même direction que
la ligne d’appuis. Cette poutre interne est désignée sous le nom de « chevêtre incorporé ».

Figure 51 : Chevêtre incorporé.

32.2. Dimensionnement
On assimile le chevêtre à une poutre interne dont :
- La longueur est la largeur biaise de l’ouvrage ;
- La largeur droite : Soit : E : entre axe des appareils d’appuis
α : angle du biais géométrique
Dans notre ouvrage a1= 5m ; about (biaise)= 0,505m et α= 70 grad.
 Chevêtre sur pile-culée :
1 E 1
B= About + × =0,505+ ×(5 ×1,1223)=2,38 m.
3 sinα 3
 Chevêtre sur pile-intermédiaire :
2 E 2
B= × = ×(5 ×1,1223)=3,74 m .
3 sinα 3

La zone des appuis de largeurs décrits ci-dessus est appelé zone 1. En effet, le ferraillage
de la zone des appuis (zone1) est prolongé avec une densité égale au tiers de la densité du
chevêtre incorporé sur une largeur de part et d’autre du chevêtre incorporé de :
2 E
× =3,74 m, ce que représente zone 2 du ferraillage.
3 sinα

32.3. Sollicitations de calcul


On considère le chevêtre comme poutre reposant sur des appuis (les deux
appareils d’appui). On calcule ainsi son ferraillage avec les réactions
d’appui extrême (en charge max) à l’ELS :
 sur pile-intermédiaire : R = 297,89 t ;

106 OMAR ZADDEM


 sur pile-culée : R = 112,75 t.

- Ces réactions d’appui sont obtenues du Note de Calcul SETRA : Voir


Annexe2 –page14-.

Ainsi, le chevêtre est supposé soumis à une charge uniforme de densité p


= R/E
 sur pile-intermédiaire : p = 59,58 t/m ;
 sur pile-culée : p = 22,55 t/m.

Les moments positifs en milieu de portée entre zones d’appui ainsi que les
moments négatifs sur appuis sont égaux en valeur absolue à : (p*E2)/12.
 sur pile-intermédiaire : M = 59,58 x 52 / 12 / 3,74 = 33,19 t.m/m ;
 sur pile-culée : M = 22,55 x 52 / 12 / 2,38 = 19,74 t.m/m.

32.4. Ferraillage
Les sections d’aciers nécessaires (en zone 1) sont ainsi déterminer par
l’EXPERT (Voir Note de Calcul –pages : 41 ; 42 -) :
 sur pile-intermédiaire : A1 = 25,9 cm2/m ; A=25,9 x 3,74 = 96,87cm²
On adopte 20HA25 soit 98,20 cm2
 sur pile-culée : A1 = 15,1 cm2/m ; A=15,1 x 2,38 = 35,94cm²
On adopte 12 HA 20 soit 37,68 cm2.

Le prolongement de chevêtre de part et d’autre de l’appui, et le ferraillage


A2 de la zone 2, se traduit généralement par un renforcement, au
voisinage des appuis, du ferraillage transversal courant, en travée. On fait
la vérification du ferraillage transversal en zone 2 :
- sur pile-intermédiaire : A2 = A1 /3 = 25,90 /3 = 8,63 cm2/m < 11,52
cm2/m (Voir ferraillage transversal en travée qui suit)
- sur pile-culée : A2 = A1 /3 = 15,10 /3 = 5,03 cm2/m < 11,52 cm2/m.

33. Ferraillage transversal en travée


33.1. Rôle
Le ferraillage transversal a un triple rôle :
- Equilibrer les moments fléchissant transversaux en travée et sur les lignes d’appuis.
- Equilibrer les contraintes de cisaillement dans le béton dues à l’effort tranchant.
- Jouer le rôle de couture, en particulier pour la couture des scellements droits des
armatures longitudinales.

107 OMAR ZADDEM


33.2. Calcul du ferraillage transversal en travée
33.2.1. Vérification de la contrainte de cisaillement simple du béton par torsion

Pour le calcul du ferraillage transversal inférieur, on considère, au centre de chaque travée de


l’ouvrage, la tenseur flexion. Et, les directions principales de ce tenseur ne sont pas portées
par l’axe Ox de l’ouvrage et sa perpendiculaire Oy, mais sont déviées suivant un angle de
biais mécanique . Cette direction du biais mécanique est comprise entre l’axe de l’ouvrage et
la perpendiculaire aux lignes d’appui. Ainsi, ce ferraillage est calculé avec les moments
pondérés à l’ELU et calculé avec coefficient de poisson nul :
- Mx : moment longitudinal principal pondéré (tm/m) ;
- My : moment transversal principal pondéré (tm/m).

Travée1 Travée2 Travée3 Travée4


Moment longitudinal principal
77,07 120,34 120,34 77,07
(ELU) n=0 : Mx (tm/m)
Moment transversal principal
4,72 4,51 4,51 4,72
(ELU) n = 0 : My (tm/m)
Biais géometrique. Φ (Grad) 70 70 70 70
Biais mécanique ω
82,13 88,32 88,32 82,13
(<100grad)Rad
Epaisseur de la dalle H (m) 0,7 0,7 0,7 0,7

Hauteur utile d (m) 0,66 0,66 0,66 0,66


Résistance caractéristique du
béton à la compression Fc28 30 30 30 30
(MPa)
Résistance caractéristique du
2,4 2,4 2,4 2,4
béton à la traction Ft28 (MPa)
Tableau 45 : Données de calcul du ferraillage transversal en travée.
- Remarque : Les moments transversal et longitudinal pondéré à l’ELU et ELS, avec
coefficient de poisson nulle, ainsi, les angles biais géométrique et mécanique sont
donnés dans note de calcul SETRA (page 42).

33.2.2. Vérification de la contrainte de cisaillement simple du béton par torsion


Ainsi, selon Pièce 2.4 du SETRA, on fait la vérification de la contrainte de cisaillement
simple du béton σt qui doit être vérifié inférieure à 3 MPa à l’ELU et à l’ELS, pour justifier la
disposition de notre armature transversale parallèlement à la ligne d’appui.
 Moment de torsion dans le béton (tm/m) :

108 OMAR ZADDEM


M t =−M x × cos ω × cos ⁡(ω−φ)−M y ×sin ω × sin ⁡(ω−φ)
 Moment de torsion dans le béton (tm/m) :
M t =−M x × cos ω × cos ⁡(ω−φ)−M y ×sin ω × sin ⁡(ω−φ)
 Contrainte de cisaillement simple du béton par torsion (t/m2) :

σ t=( 6× M t ) / H 2 Avec H = hauteur de la dalle

Travée1 Travée2 Travée3 Travée4


ELS 56,98 88,97 88,97 56,98
M x ¿ t.m/m)
ELU 77,07 120,34 120,34 77,07
ELS 3,55 3,38 3,38 3,55
M y ¿ t.m/m)
ELU 4,72 4,51 4,51 4,72
Moment torsion : M t ELS 16,15 16,51 16,51 16,15
(t.m/m) ELU 21,82 22,31 22,31 21,82
Contrainte cisaillement ELS 2 2,04 2,04 2
σ t (MPa) ELU 2,7 2,76 2,76 2,7
Tableau 46 : Vérification de la contrainte de cisaillement simple du béton par torsion.
On vérifie ainsi que ce soit à l’ELS et à l’ELU, que la contrainte de
cisaillement simple du béton par torsion est vérifié < 3MPa. Ainsi, on
justifie la disposition du ferraillage transversal en travée parallèle
aux lignes d’appuis.

33.2.3. Armatures transversales en travée


On détermine le moment de calcul du ferraillage transversal pour chaque travée, définit :
φ φ φ
M FT =(M x × cos ω × cos ω− ( 2 ) ( )
+ M y ×sin ω × sin ω− )/(sin ⁡( )× si n φ)
2 2
i. Armatures transversales inférieures en travée
Ensuite, on introduit pour chaque travée le moment associé au logiciel RobotExpert, module
flexion simple à , les moment de calcul ferraillage transversal M FT .calculé avec
Moment longitudinal Mx et moment transversal My à l’ELU. On obtient ainsi la
section d’acier pour l’armature transversale (cm2/ml). (Voir Note de Calcul –pages : 43 ; 44-)
Il en résulte un ferraillage transversal inférieur constitué des armatures HA20 avec
espacement de 15cm :

Travée1 Travée2 Travée3 Travée4

Moment de calcul du ferraillage 29,97 28,64 28,64 29,97

109 OMAR ZADDEM


transversal M FT (t.m/m)
Section d'acier inférieure
théorique (fiss.préjudiciable) : 23,41 22,37 22,37 23,41
Ath (cm²/m)
Diamètre des armatures
HA20 HA20 HA20 HA20
inférieures Dinf
Espacement biais armatures
0,15 0,15 0,15 0,15
Stb,inf (m)
Section d'armatures inférieures
23,51 23,51 23,51 23,51
adoptées : Ainf (cm²/m)
Tableau 47 : Armatures du ferraillage transversal inférieur en travée.
ii. Armatures transversales supérieures en travée
L’armature transversale supérieure est une armature de construction,
déterminé à partir du condition de non fragilité impose de mettre en place
une section minimale d’acier telle que :
Amin = 0,23*b*d*(ft28/fe) = 0,23*1*0,63*(2,4/400) = 8,7 cm2
On adopte un ferraillage transversal inférieur constitué des armatures HA14 avec
espacement biais de 15cm. Il en résulte une section d’acier transversale supérieure Asup =
11,52 cm2 > Amin

34. Etriers
34.1. Etriers en travée
Le ferraillage en en travée se présentent dans la note de calcul par 2
pages pour chaque travée.
- La première indique la section d’acier par cours d’étrier : ona section
d’acier d’environ 22 cm2, et comme on a des Φ 8 H.A pour les étriers donc on
dispose 22 étriers par cour.
- la seconde page indique, l’espacement entre les cours qui est de 25cm, pour chaque travée.

- Remarque : Le nombre de 22 étriers par cour, soit généralement supérieur au nombre


des barres longitudinales. En effet, les étriers sans disposer en alternance entre les
barres de même groupe de façon d’avoir un étrier par groupe d’espacement 25 cm.

110 OMAR ZADDEM


Figure 52 : Disposition des étriers en travée (poutre élémentaire).

34.2. Etriers sur appui


Le ferraillage des étriers sur appui est déterminé en disposant des étriers
entre toutes les barres d’armatures longitudinales inférieures et
supérieures dans chacune des appuis avec des espacements des cours
d’étriers :

Appui Appui
Appui2 Appui 3 Appui 4
1 5
Espacement des cours des étriers
0,37 0,13 0,11 0,13 0,37
(m)
Distances au Sens
0,51 HA20 0,59 0,62 0,51
centre de longitudinal
l’appareil d’appui Sens
0,51 0,15 0,64 0,67 0,51
(m) transversal

Tableau 48 : Dispositions des étriers sur appuis.

111 OMAR ZADDEM


Conclusion

Dans le cadre de ce projet, je suis intéressés à faire une étude d’exécution d’un
passage supérieur sur l’Autoroute maghrébine A1, tronçon Sfax-Gabes, au PK 147+516,29 au
niveau de Méttouia.

Ce travail contient trois parties principales : un pré-dimensionnement des éléments


du pont, étude des appuis et appareils d’appui (pile-intermédiaire, pile-culée et ces éléments),
une étape de calcul de la portance du sol et la fondation (dimensionnement et ferraillage), et la
présentation du ferraillage du tablier en exploitant la Note de Calcul SETRA, tout en calculant
le ferraillage complémentaire fait pour les pont dalle en béton armé.

En premier lieu, j’ai essayé de présenter la conception la plus adéquate pour


l’ouvrage qui est un pont dalle à 4 travées, tout en faisant les justifications et les calculs
justificatifs de la conception données dans le D.A.O.

Ensuite, en second lieu, j’ai rédigé le bordereau de données de calcul PSIDA-EL,


ainsi, que j’ai obtenue la Note de Calcul SETRA (Sortie programme PSIDA-EL) du bureau.

Quant à l’étude de l’ouvrage, après avoir dégagé les données nécessaires pour
l’étude de la Note de calcul SETRA, on entame l’étude des appuis, et ainsi, justifié le
coffrage et dimensionner le ferraillage des piles intermédiaires et piles culées et leurs
éléments.

Puis, j’ai étudié et justifié la fondation de l’ouvrage après une étude géotechnique et
calcul de portance du sol en se basant sur les données géotechniques procurées, et ainsi, le
dimensionnement de fiche des pieux et la détermination de leur ferraillage.

Dans la dernière partie de ce rapport, j’ai présenté le ferraillage du tablier tout en


exploitant les résultats du ferraillage fournit par la Note de Calcul SETRA. En outre, j’ai
calculé et détaillé le ferraillage complémentaire du tablier (encorbellement, chevêtre...).

112 OMAR ZADDEM


Ce projet m’a été si bénéfique du à la complémentarité de ses activités : j’ai établi la
démarche d’étude conforme à celle des bureaux d’étude. J’ai sortie des données que le bureau
d’étude dispose pour un tel projet (D.A.O, données géotechniques, et après la Note de calcul
SETRA), et j’ai parvenue à fournir les résultats qu’un bureau d’étude doit en sortir pour une
étude exécution d’un passage supérieur PSI-DA.

Le temps alloué à ce projet qui a été conduit en monôme n'a pas permis d'aller au
bout d’une modélisation avec logiciel du pont (avec Robot ou CSI-Bridge) que j’aurais aimé
faire pour aboutir à une comparaison des lignes d’influence, des moments et ferraillage
présenter par SETRA et celui du logiciel.

C’est très pratique de se familiariser avec ce type d’étude et de travailler avec la


méthodologie des bureaux d’études, pour être fonctionnelle à la fin de mon Projet de Fin
d’Etude.

Ce travail m’a permis de récapituler et d’améliorer mes connaissances concernant


l’étude des ponts et le béton armé et les exploiter dans un projet concret.

Enfin, j’espère que ce travail vous procurera la satisfaction et vous reflètera l’image
de mes efforts durant ces quatre mois.

113 OMAR ZADDEM


Bibliographie
[1] : SETRA «Guide de projeteur, Ouvrage D’art Pont Courants » ; Paris
Septembre 1989.
[2] : SETRA « Ponts dalles, Guide de conception » ; Paris Septembre 1989.
[3] : M. BEN OUEZDOU, « Cours d’ouvrages d’art, Tome 1 : Conception » ;
mise à jour Septembre 2008.
[4] : J. NEJI « Cours de routes I et II » ; ENIT 2002.
[5] : SETRA « PSI-DA 68 » document SETRA ; Paris 1969.
[6] : SETRA, « Conception et choix des piles », PP73 1.1.2 ; Année 1981.
[7] : SETRA « Appareils d’appui en élastomère fretté »Document SETRA ;
Paris juillet 2007.
[8] : J.A.CALGARO et A.BERNARD-GELY « Conception des ponts, presse de
l’ENPC ; Paris 1994.
[9] : A. Feret « Guide pratique pour la conception pratique des routes et
autoroutes » ; Edition Eyrolles 1995.
[10] : T.KESSMTINI « Ouvrage de franchissement de la sortie Sud de
Tunis» ; PFE ENIT 2007.
[11] : SETRA, « Appareils d’appuis en élastomère fretté » ; Décembre
1974.
[12] : SETRA, « Conception et choix des piles-culées », PP73 1.1.3 ; Année
1981.
[13] : M. BEN OUEZDOU, « Cours d’ouvrages d’art, Tome 2 :
Dimensionnement » ; mise à jour octobre 2008.
[14] : Cahier des clauses techniques générales applicables aux marchés
publics de travaux
FASCICULE N° 62 - Titre V.
[15] : BAEL91-M99-annexe E8.
[16] : SETRA, « Abaques de flexion composée Etat-Limite Ultime Etat-
Limite de Service» ; Décembre 1982.

114 OMAR ZADDEM


[17] : SETRA, «Dalles de transition des ponts routes, techniques et
réalisation », Octobre 1984.
[18] : SETRA, « Calculs complémentaires, Ferraillages types » ; PP73 1.3.2
; Octobre 1977.
[19] : Article 36.1 du fascicule 68, titre premier.
[20] : R. FRANK ; techniques de l’ingénieur, fondations profondes ;
[21] : P. Charon ; « Calcul des ouvrages en Béton Armés suivant les règles
BAEL 83 : Théorie et application ».
[22] : SETRA, « Programme de calcul PSIDP,EL »; Octobre 1985.

115 OMAR ZADDEM

Vous aimerez peut-être aussi