Vous êtes sur la page 1sur 15
Météo 17° à Alger, 28° à Adrar Intempéries Plusieurs routes coupées à la circulation dans
Météo
17° à Alger,
28° à Adrar
Intempéries
Plusieurs routes coupées
à la circulation dans
le centre et l’est du pays
P. 9
PÉTROLE
MONNAIE
L e Brent à 91,71 dol
lars
L’euro à 1,3341 dol
lar
le baril
Footbal
l
: Ligue1 (12 e journée)
ESS3-CABBA0
Face à l’USMAnnaba, l’ASO sur sa lancée ?
JSMB0-ASK0
P. 23
Peut-on vivre avec un seul poumon ? Sida : Un malade guérit après le traitement
Peut-on vivre avec
un seul poumon ?
Sida : Un malade guérit après
le traitement de sa leucémie
PP. 12-13
S a n té

33.500 familles nécessiteuses bénéficient du Fonds de la Zakat tous les ans

P.

9

11-12 Moharram 1432 - Vendredi 17 - Samedi 18 décembre 2010 - N° 14077 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE

LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE

Programme présidentiel et développement

La part du social

PP. 4-5

ONU-Sahara

occidental-Maroc

4 e réunion informelle à Manhasset entre le Polisario et le Maroc

CAERT

Lutte contre le terrorisme “L’Algérie, une position immuable”

Côte d’Ivoire

Gbagbo pressé par la communauté internationale de quitter “très rapidement” le pouvoir

P. 15

P. 3

de quitter “très rapidement” le pouvoir P. 15 P. 3 ● L entre 9 et 30

L

entre 9 et 30 morts

es troubles ont fait

P. 15 P. 3 ● L entre 9 et 30 morts es troubles ont fait selon

selon diverses sources

et 80 blessés

4.241 Ivoiriens ont

fui au Liberia et 200

en Guinée P. 15 Oran, capitale mondiale du cinéma arabe Hommage à Larbi Zekkal, Chafia
en Guinée
P. 15
Oran, capitale mondiale
du cinéma arabe
Hommage à
Larbi
Zekkal,
Chafia
Boudraa
et
El Hayet
Fahd
P. 11
Larbi Zekkal, Chafia Boudraa et El Hayet Fahd P. 11 le de M. Medelci en Serbie
Larbi Zekkal, Chafia Boudraa et El Hayet Fahd P. 11 le de M. Medelci en Serbie
Larbi Zekkal, Chafia Boudraa et El Hayet Fahd P. 11 le de M. Medelci en Serbie

le de M. Medelci en Serbie

et El Hayet Fahd P. 11 le de M. Medelci en Serbie Visite officiel 1 e

Visite officiel

1 er Congrès régional sur le dialogue social dans le Monde arabe

régional sur le dialogue social dans le Monde arabe Faire évoluer les législations du travail Un

Faire évoluer les

législations du travail

le Monde arabe Faire évoluer les législations du travail Un partenariat raisonnable et viable ● Inauguration

Un partenariat raisonnable et viable

Inauguration officielle du nouveau siège de l’ambassade d’Algérie à Belgrade.

P. 3

P. 3

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 52 e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

- Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 52 e Année
- Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 52 e Année
- Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 52 e Année
- Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 52 e Année
- Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 52 e Année
- Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 52 e Année
- Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 52 e Année
- Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 52 e Année

2

2 EL MOUDJAHID 17° à Alger, 28° à Adrar La Déclaration de politique générale du gouvernement

EL MOUDJAHID

17° à Alger, 28° à Adrar La Déclaration de politique générale du gouvernement Ce matin,
17° à Alger,
28° à Adrar
La Déclaration de politique
générale du gouvernement
Ce matin, à 10 h
Météo
Hommage au défunt moudjahed
Saâd Dahleb
Ouyahia demain
devant le Conseil
de la nation
Après la vague de froid qui a touché
le nord du pays ces
annonce une hausse progressi-
Météo Algérie
derniers jours,
prochains jours. Concernant
prévisions pour la journée d’aujourd’hui, le
ve des
températures,
ces
Dans le cadre de la commémoration du 50 e anniversaire de l’adoption par le
Conseil de sécurité de l’ONU d’une résolution reconnaissant le droit du peuple algé-
rien à l’autodétermination, un vibrant hommage sera rendu au défunt moudjahed
Saâd Dahleb, ancien ministre des Affaires étrangères du GPRA, ce matin à 10 h, au
centre de presse Mohamed-Abderrahmani d’El Moudjahid, par l’association culturel-
le et historique Machaâl Chahid, en collaboration avec le quotidien national
El Moudjahid.
les
ciel sera voilé
à,
partiellement, nuageux sur
les régions nord du pays,
avec de
la pluie vers l'extrême
Est. Sur les régions Centre
et Ouest,
le temps
de secteur est
sera, partiellement,
Les vents
seront variables
voilé.
10/15 km/h près
des côtes
et
de secteur
sud-
La mer sera
ouest 30/40 km/h
vers l'intérieur.
peu agitée à
belle. Au Sud, le temps
ment, de sud-ouest
Cet après-midi, à 15 h,
sera voilé
les vents seront,
er
générale-
20/40 km/h.
au siège central du FLN
mercure affichera 17° à Alger
Aujourd’hui, le
et à Chlef,
20°
à
Oran et à
Ghardaïa,
Jijel, 9° à Sétif, 21° à Tlemcen, 24°
18°
Annaba, 12° à Batna et
Constantine, 15°
à
à
à In Salah et 28° à Adrar.
Tamanrasset, 27°
Cet après-midi, à la librairie
générale d’El Biar
Réunion
de l’alliance
présidentielle
Vente-dédicace avec
l’auteur Zoubir Souissi
La librairie générale d’El Biar abritera cet après-midi à partir
de 14 h 30 une séance de vente-dédicace avec l’auteur Zoubir
Souissi, de son roman « Caméléon », paru aux éditions
Casbah.
Le siège central du Front de libé-
ration nationale abritera cet après-
midi à 15 h une réunion de l’alliance
présidentielle consacrée à l’installa-
tion officielle du FLN à la tête de
cette alliance.
Cet après-midi, à 14 h au centre
commercial El Qods, de Chéraga
Ce matin à 11 h, au Centre Echaâb
des études stratégiques
Exhibitions de trial
Conférence sur le thème “Transformations
dans les affaires militaires américaines”
Pour la première fois en Algérie, et mettant à profit les
vacances scolaires d’hiver, la Fédération algérienne de cyclis-
me en collaboration avec la société NSO Algérie organisera
des exhibitions de Trial, cet après-midi à 14 h au centre com-
mercial El Qods, de Chéraga. En marge des exhibitions, il est
prévu des attractions sur Rollers et Skateboard. Le tout agré-
menté d’un spectacle haut en couleurs et en sons de break
dance et de rap. Le trial est une compétition à vélo qui consiste
à franchir des obstacles naturels (rochers, talus, racines, etc.)
ou bien artificiels, en posant le moins possible le pied à terre.
Le Centre Echaâb des études stratégiques organisera ce matin à 11 h en son siège
une conférence sur le thème : ”Transformations dans les affaires militaires améri-
caines”.
Le 20 décembre à 15 h 30, au siège du HCI
Projection du documentaire
« Voyage au cœur des Zaouaya d’Algérie »
Le Premier ministre, M. Ahmed Ouyahia,
présentera demain, la déclaration de politique
générale du gouvernement devant les membres
du Conseil de la nation en séances plénières, a
indiqué hier, un communiqué du Conseil. Le
communiqué publié au terme de la réunion de
l'instance de coordination présidée par M.
Abdelkader Bensalah, président du Conseil, a
précisé que ces séances seront suivies le 23
décembre d'une séance plénière consacrée aux
questions orales.
Ces questions ont trait aux secteurs de la
justice, des affaires religieuses et du wakf, de
la solidarité nationale, de la famille, de la santé
et la population, de l'industrie et des petites et
moyennes entreprises. Deux projets de loi
seront également présentés et débattus les 27
et 28 décembre courant, le premier relatif aux
espaces protégés et au cadre du développe-
ment durable et le deuxième au cinéma.
Les membres de l'instance de coordination
ont, d'autre part, examiné le programme de tra-
vail et les sorties sur le terrain des membre du
Conseil de la nation.
Le 20 décembre à 8 h 30, au Cercle
national de l’armée
AG ordinaire du CNC/PME
Le siège du Haut conseil islamique (HCI) abritera le 20 décembre à 15 h 30, la projec-
tion d’un film documentaire présenté par le D r Sari Ali Hikmete, professeur d’université à
Tlemcen, et réalisé par M. Merrah Abdellatif. Le film aura pour titre « Voyage au cœur des
Zaouaya d’Algérie ».
Le Cercle national de l’armée de Beni Messous abritera le 20
décembre à partir de 8 h 30, les travaux de l’assemblée généra-
le ordinaire du Conseil national consultatif pour la promotion
des PME.
Les 23 et 24 décembre,
à la salle Atlas d’Alger
Ce matin, à 9 h,
à l’Institut
Pasteur,
Dély Brahim
Premier congrès
médicochirurgical à Tébessa
Aït Menguellet
en concert
La Société algérienne d’allergologie et d’immunologique cli-
nique et le CHU de Beni Messous organiseront aujourd’hui et
demain, le premier congrès médicochirurgical à Tébessa.
Près de 20 conférenciers dont 8 professeurs chefs de service de
CHU de Beni Messous, Rouiba, Bab El-Oued et Bologhine
débattront avec leurs collègues des wilayas de l’Est de thèmes
scientifiques d’actualité suivants : le cancer du cavum et le
cancer du poumon, la rhinite allergique et l’asthme, le syndro-
me d’apnées du sommeil, les allergies aux venins d’hyméno-
ptères, les méfaits du tabac, la prise en charge du HTAP et le
diagnostic et traitement du cancer du pancréas.
Le chanteur Lounis Aït Menguellet se pro-
duira les 23 et 24 décembre prochains, à la
salle Atlas d’Alger, a indiqué à Paris son
coordinateur artistique, Farid Ouahmed.
« C’est pour répondre à une grande partie de
son public qui n’a pu assister à la prestation
du chanteur dans la même salle en septembre
dernier que ces galas ont été organisés », a-t-il souligné. C’est la troi-
sième fois que le chanteur compositeur se produit à la salle Atlas en l’espace d’une année.
En février 2010, il signait son retour sur la scène algéroise après une absence de plusieurs
années. Sa dernière prestation dans cette prestigieuse salle remonte à ramadhan. Le dernier
album de Lounis Aït Menguellet est intitulé Tawrict Tachebhant (feuille blanche) dans
lequel, il chante l’amour et la raison.
Ouverture du
congrès
national
vétérinaire
Le Dr Rachid Benaïssa, ministre de
l’Agriculture et du Développement rural, prési-
dera ce matin à9hà l’Institut Pasteur à Dély
Brahim, la cérémonie d’ouverture du congrès
national vétérinaire.
Festival international
de musique andalouse
et de musiques anciennes
Syndicat national des chercheurs
permanents
Caravane scientifique et culturelle organisée
par le ministère des Affaires religieuses et du Waqf
Session ordinaire
du Conseil national,
les 22 et 23 décembre
4 e tournée, du 19 au 23 décembre
Après les quatre tournées effectuées par la caravane scientifique et culturelle organisée
par le ministère des Affaires religieuses et du Wakf, à travers la Kabylie, les Aurès et la
Saoura, une quatrième tournée est prévue du 19 au 23 décembre dans les wilayas d’Oran,
d’Aïn Témouchent, Mostaganem, Mascara, Tiaret, Tissemsilt et Djelfa, sur le thème « les
efforts des Algériens dans l’étude de la sunna ».
Conférence
de presse, demain
à 11 h, à la salle
Frantz-Fanon
Le Conseil national du Syndicat national des chercheurs per-
manents tiendra une session ordinaire les 22 et 23 décembre à
partir de 9 h 30 au siège du Cerist, Ben Aknoun.
Football
Mohamed Raouraoua et Samir Zaher se réconcilient à Doha
Les présidents de la Fédération Algérienne de Football (FAF), M. Mohamed Raouraoua, et de
l'Union égyptienne de football, M. Samir Zaher, ont annoncé mercredi dernier à Doha leur réconci-
liation, et ce, grâce à l'initiative de Cheikh Hamed Ben Khalifa Ben Ahmed Al Thani, président de la
Fédération qatarie de football. Lors d'une conférence de presse co-animée mercredi par MM.
Raouraoua et Zaher, en présence de M. Mohamed Ben Hamam, président de la Confédération asia-
L’Algérie s’apprête à accueillir la 5 e édition
du Festival international de musique andalouse
et de musiques anciennes (FIMAMA) du 21 au
30 décembre, à la salle Ibn-Zeydoun, Riad El
Feth. Placée sous le haut patronage du
Président de la République, M. Abdelaziz
Bouteflika, l’édition du « Festivalgerie » 2010
connaîtra en plus, la participation algérienne, la
présence de plusieurs artistes, musiciens et
ensembles arabes et étrangers de renommée
internationale, souligne le communiqué parve-
nu à notre rédaction. A cet effet, une conféren-
ce de presse sera animée demain à 11 h à la
salle Frantz-Fanon, Riad El Feh, niveau 12.
tique de football (AFC), les deux parties ont annoncé leur réconciliation après les différends qui ont
surgi entre les deux pays suite aux incidents des deux rencontres éliminatoires de la Coupe du monde
2010. MM. Ben Hamam et Hani Abou Rida, membre du comité exécutif de la Fédération internatio-
Le 20 décembre à 9 h,
à l’hôtel El-Aurassi
nale de football (FIFA) et vice-président de l'Union égyptienne de football, ont souligné leur soutien à
la candidature de M. Raouraoua aux élections du comité exécutif de la FIFA.
A l'issue de la conférence, M. Raouraoua a souligné que la FAF amorcera une nouvelle étape dans
la relation avec l'Union égyptienne de football, appelant les médias à ne pas porter atteinte aux Etats
et aux personnalités officielles. Pour sa part, M. Zaher a rappelé la relation amicale qui le lie avec
Raouraoua depuis des années.
de sa plainte
M. Anouar Malek, un Algérien rési-
dant à l'étranger, a annoncé avoir reti-
ré la plainte qu'il avait déposée en
juillet 2009 auprès du comité contre la
torture des Nations unies à Genève.
Ce retrait intervient en réponse à "la
demande instante de mon père le
moudjahed Mabrouk, qui n'a cessé,
depuis que j'ai quitté l'Algérie, de me
recommander de préserver la dignité
de mon pays et de défendre ses inté-
rêts, même au prix de ma vie", a
Séminaire national sur
le thème
« Quel programme
d’assurance pour
les PME/PMI ? »
M. Anouar
Malek
annonce le retrait
auprès contre du la torture comité
indiqué M. Malek dans un communiqué dont l'APS a reçu
une copie. Il a expliqué avoir, également, retiré la plainte
pour "barrer la route à ceux qui complotent contre
l'Algérie à l'intérieur, ceux-là même, a-t-il dit, qui m'ont
poussé à recourir à une juridiction internationale dans le
but de réaliser, à travers ma juste cause, leur dessein
consistant à porter atteinte à l'Algérie". M. Malek a ajou-
té que la retrait de sa plainte a pour objectif, aussi, de
"dévoiler les intentions de ceux qui à l'étranger, pour des
motivations bassement matérielles, se mettent au service et
aux ordres d'officines revanchardes dont la seul objectif
est de ternir l'image de l'Algérie".
La compagnie d’assurance CAAR organise-
ra le lundi 20 décembre à partir de9hà l’hôtel
El-Aurassi, un séminaire national ayant pour
thème « Quel programme d’assurance pour les
PME/PMI ? ». L’objectif de ce séminaire, qui
sera animé par des experts de la compagnie, est
d’identifier les principaux risques d’entreprise
et d’approfondir les échanges sur leur gestion
en vue de leur concevoir une couverture d’assu-
rance optimale.
Vendredi 17 - Samedi 18 Décembre 2010

Coopération

3

EL MOUDJAHID

Visite officielle de M. Medelci en Serbie

Un partenariat raisonnable et viable

A l’occasion de l’anniversaire de l’accession au pouvoir de cheikh Jassem Benmohamed Ben Thani

Bouteflika félicite l'Emir du Qatar, Cheikh Jassem Ben Mohamed Ben Thani

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations à l'Emir du Qatar, Cheikh Hamad Ben Khalifa Al Thani à l'occasion de l'accession au pouvoir de Cheikh Jassem Ben Mohamed Ben Thani. "Il m'est très agréable au moment où l'Etat du Qatar frère célèbre l'anniversaire de l'accession au pouvoir de Cheikh Jassem Ben Mohamed Ben Thani, de présenter à votre Altesse et au peuple qata- ri frère, au nom du peuple algérien et en mon nom personnel, mes vœux les meilleurs priant Dieu Tout-Puissant de vous accorder santé et bonheur, et à votre peuple davantage de progrès et de prospérité sous votre sage direction", écrit le Président de la République dans son message. "Je saisis cette heureuse occasion pour rendre hommage au fondateur de l'Etat du Qatar, feu Cheikh Jassem Ben Mohamed Ben Thani qui consa- cra sa vie à l'édification des fondements d'un Etat moderne devenu aujour- d'hui l'un des pôle majeurs de notre région et dans le monde", a ajouté le président Bouteflika. "Tout en me félicitant de la qualité des liens de fra- ternité qui nous unissent, je tiens à saluer le niveau de la coopération bila- térale notable entre nos deux pays", a affirmé le Président de la République qui a exprimé sa conviction que cette coopération "forte d'une impulsion commune de notre part, sera hissée au niveau des aspirations de nos deux peuples frères".

Fête nationale du Niger

Bouteflika félicite M. Salou Djibo

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations au Président du Conseil suprême pour la res- tauration de la démocratie, Chef de l'Etat du Niger, M. Salou Djibo, à l'occasion de la fête nationale de son pays. "A l'occasion de la commé- moration de la fête nationale de votre pays, il m'est particulièrement agréable de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algé- riens et en mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations accompa- gnées de mes vœux les meilleurs de santé et de bonheur pour vous- même, de progrès et de prospérité pour le peuple nigérien frère", a écrit le Président Bouteflika dans son message. "Je voudrais saisir cette opportunité pour vous faire part de mon attachement au renforcement des liens d'amitié, de solidarité et de bon voisinage qui unissent, depuis toujours, nos deux pays", a souligné le Chef de l'Etat. "Je vous renou- velle également ma disponibilité à poursuivre la concertation sur l'en- semble des questions d'intérêt commun, en particulier celles qui s'inscri- vent dans la stratégie de l'Union africaine visant à consolider la sécuri- té, la stabilité et le développement de notre continent", a ajouté le Président de la République.

Conseil des ministres arabes de la Justice

Belaïz au Caire

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, M. Tayeb Belaïz prendra part à la 26 e réunion du Conseil des ministres arabes de la Justice et à la réunion conjointe des Conseils des ministres de l'Intérieur et de la Justice arabes prévues lundi et mardi au Caire. L'ordre du jour de la 26 e session du Conseil des ministres arabes de la justice comporte "plusieurs points liés essentiellement à la consolidation de la coopération arabe en matière de lutte antiterroriste et au développement des systèmes juridiques", a indiqué vendredi un communiqué du ministère de la Justice. Concernant la réunion conjointe des Conseils des ministres arabes de la justice et de l'intérieur, il sera question selon la même source des "moyens de consolidation de la coopération entre les deux conseils et la signature de plusieurs conventions".

Lutte contre le terrorisme

Le directeur du CAERT coordonnateur principal des politiques de l'UA de lutte contre le terrorisme

des politiques de l'UA de lutte contre le terrorisme M. Francisco Caetano José Madeira L e

M. Francisco Caetano José Madeira

L e directeur du Centre africain d'études et

(CAERT), M. Francisco Caetano José

Madeira, a indiqué mercredi à Alger qu'il assumera les fonctions de coordonnateur prin- cipal des politiques de l'Union africaine (UA) de lutte contre le terrorisme. "Je vais servir en tant que coordonnateur principal des politiques de l'UA de lutte contre le terrorisme, promou- voir ses mesures de lutte contre le terrorisme, oeuvrer, entre autres, au renforcement de la coordination et l'échange des informations entre ses organes compétents, ses Etats membres et ses partenaires", a déclaré M. Madeira à l'ouverture des travaux du projet de loi type africaine sur la lutte contre le terroris-

me. Il a souligné la nécessité d'interagir avec les parties prenantes nationales afin de les sensibiliser et de promouvoir les échanges d'informations en temps opportun sur les programmes de lutte contre le terrorisme. Le directeur du CAERT a mis l'accent sur le danger que revêt le terrorisme qui continue d'être, a-t-il affirmé, l'une des plus graves menaces de siècle à la paix et la sécurité internationales. Il a ajouté que l'objectif principal de l'UA à long terme est de réaliser la paix, le développement et la stabilité sur le continent. Un objectif qui ne pour- ra être atteint, a affirmé M. Madeira, que lorsque il y aura conjugaison des efforts de manière à lutter contre toutes les formes de menace. Pour sa part, le commissaire à la paix et à la sécurité, M. Ramtane Lamamra, a souligné que l'un des principaux facteurs entravant la coopération inter- nationale en matière pénale est le manque de législation mise à jour et en constante adaptation sur la lutte contre terrorisme. Une coopération inter- nationale efficace constitue la pierre angulaire d'une réponse pénale au terrorisme international, a-t-il ajouté. "Etant donné qu'il n'existe pas de tri- bunaux internationaux ayant compétence pour juger les auteurs et les complices des actes de terrorisme, l'obligation de traduire les auteurs de ces actes criminels devant la justice incombe aux tribunaux nationaux", a- t-il noté. Cependant, les opérations de lutte contre le terrorisme revêtant souvent, par nature, un caractère et une portée transnationaux, elles exi- gent des enquêteurs et des procureurs de travailler en étroite collaboration avec leurs homologues dans d'autres pays afin de recueillir des preuves au-delà des frontières, a relevé M. Lamamra.

de recherche sur le terrorisme

a relevé M. Lamamra. de recherche sur le terrorisme Sutanovac, ministre de la Défense serbe, avec

Sutanovac, ministre de la Défense serbe, avec lequel il a examiné l'état de la coopération bilatérale dans ce domaine. Au cours de cette visite, il a été procédé à la signature de plusieurs accords, dont l'accord de coopération dans le domaine de la culture, l'accord de coopération dans le domaine de l'agriculture, le mémorandum d'entente relatif à la promotion du commerce extérieur et le mémo- randum d'entente portant sur la coopération et l'échange d'infor- mations entre les agences des deux pays (APS et TANJUG). En marge de la visite, M. Medelci a procédé à l'inauguration officielle du nouveau siège de l'ambassade d'Algérie en Serbie. Il a rencontré, à cette occasion, la communauté algérienne établie dans ce pays.

occasion, la communauté algérienne établie dans ce pays. dant les moments de crise nous avons joué

dant les moments de crise nous avons joué un rôle patriotique et nous l’assumons toujours". Cinq séances étaient inscrites au programme de ce Congrès de trois jours, la première ayant pour thème "les initiatives arabes de création du

dialogue social" était présidée par le M. Tayeb Louh.

Dans sa modération des débats de cette séance, le ministre algérien avait mis l’accent sur le rôle du conseil national économique et social (CNES) dans le rapproche- ment des points de vue insistant notamment sur les résultats que doit donner le dialogue social pour les sociétés arabes. "Les sociétés arabes exigent du concret et des résultats palpables notamment dans les grands dossiers tels que la protection sociale des travailleurs et des ayants-droit, l’emploi, et le problème des retraites" avait souligné M. Louh. Au cours de ce congrès, l’expé- rience algérienne en matière de dia- logue social a été présentée par le représentant du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, M. Mohamed Gueddouh . Celui-ci avait d’abord rappelé le parcours du dialogue social adopté par la tripartite depuis son installa- tion en juin 1991 avant de souligner que ce dialogue reflétait une volon- té politique au plus haut niveau et constituait un mécanisme pour la stabilité et la paix sociale.

Inauguration officielle du nouveau siège de l’ambassade d’Algérie à Belgrade.

Le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, qui a entamé jeudi une visite officielle de deux jours en République de Serbie, à l'invita- tion de son homologue serbe, a été reçu hier, par le Premier ministre, M. Miko Cvetkovic, indique le ministère des Affaires étrangères dans un communi- qué. La rencontre avec le Premier ministre serbe a porté sur les rela- tions bilatérales ainsi que sur un certain nombre de questions régionales et internationales d'in- térêt commun, précise-t-on de même source. M. Medelci a trans- mis, à cette occasion, les saluta- tions "les plus cordiales" de M. Ahmed Ouyahia à son homologue serbe M. Cvetkovic. Pour sa part, le Premier ministre serbe a demandé à M. Medelci de présen- ter à M. Ouyahia, "ses sentiments d'amitié, de fraternité ainsi que sa volonté d'œuvrer au renforcement des liens d'amitié et de coopéra- tion entre l'Algérie et la Serbie". M. Medelci a eu au premier jour de sa visite une intense activi- té marquée, notamment, par des entretiens avec le ministre serbe des Affaires étrangères, M. Vuk Jeremic, avec lequel il passé en revue l'état de la coopération entre les deux pays et les perspectives de son renforcement.

Les deux ministres se sont féli- cités, dans ce cadre, de la qualité des relations existantes et se sont engagés à les "densifier et diversi- fier davantage" et à les élargir à l'ensemble des domaines, notam- ment aux secteurs de la culture, du sport et de la recherche scienti- fique. Ils ont, lors d'un point de pres- se animé conjointement, affiché leur disponibilité pour la mise en place d'un "partenariat raison- nable et viable entre les entre- prises algériennes et serbes". M. Medelci a, par ailleurs, fait part de l'adhésion de l'Algérie à l'initiative de la Serbie de com- mémorer le 50 e anniversaire du premier sommet fondateur du Mouvement des Non-Alignés tenu à Belgrade en 1961, dont le prin- cipe avait été retenu lors du som- met des pays Non-Alignés en juillet 2009 à Charm El Cheikh (Egypte). Il a, également, eu des entre- tiens avec M. Mladjan Dinkic, vice-Premier ministre, ministre de l'Economie et du développement régional, co-président de la com- mission mixte de coopération algéro-serbe, avec lequel il a évo- qué l'état de la coopération bilaté- rale dans le domaine commercial et économique. Le ministre des Affaires étrangères s'est entretenu, en outre, avec M. Dragan

1 er Congrès régional sur le dialogue social dans le monde arabe

Faire évoluer les législations du travail

M. Tayeb Louh a présidé la délégation algérienne.

Le premier congrès régional sur le dialogue social dans les pays arabes qui a réuni, depuis mardi à Rabat, des représentants de gouvernements, des patronats et des travailleurs dans les domaines de l'emploi, de la for- mation professionnelle et de la protection sociale a pris fin jeudi par une série de recommanda- tions. Dans leurs recommandations les participants encouragent l’en- semble des Etats arabes à ratifier toutes les conventions internatio- nales relatives aux droits fonda- mentaux notamment la liberté syndicale, le droit à la négociation collective et celles qui organisent le dialogue social. Ils recommandent de faire évo- luer les législations du travail en conformité avec les normes inter-

nationales du travail et la création des mécanismes du dialogue social

à tous les niveaux (national, secto-

rial, entreprise). Les participants appellent à favoriser l’expression et l’exercice de toutes les libertés individuelle et collective dans le cadre de l’Etat de droit et d’un pou- voir judiciaire indépendant. Enfin, les participants appellent

à organiser une large campagne de

diffusion de la culture du dialogue social à travers le système national d’éducation et de formation en associant en particulier les médias dans toute leur diversité. Une délégation algérienne conduite par M. Tayeb Louh, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale a pris part à ce premier congrès régional sur le dia- logue social dans les pays arabes. La délégation était composée de MM. Mohand Said Nait-Abdelaziz, président de la Confédération algé- rienne du patronat algérien (CNPA), El Mahfoud Megateli, secrétaire général de la Confédération générale des entre- prises algériennes (CGEA), Bouziane Zekraoui, de la Confédération algérienne du patro- nat (CAP) et Abdelouahab

Khoulalene, représentant de l’UGTA. La dernière journée de ce Congrès a été marquée par l’inter- vention du représentant de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) en l’occurrence M. Abdelouahab Khoulalene qui a pré-

senté un exposé fort suivi sur le sys- tème de sécurité sociale en Algérie. Après avoir fait l’historique de la sécurité sociale en Algérie depuis l’indépendance, le représentant syndical a rappelé que le système algérien couvrait l’ensemble des risques prévus par les conventions du travail de l’assurance maladie jusqu’à l’assurance chômage en passant par la retraite, soulignant que ce système était confié à quatre caisses spécialisées (CNAS, CAS- NOS, CNRS et CNAC). M. Khoulalene a ensuite indiqué

à l’assistance que le régime de sécurité sociale en Algérie se faisait

à travers les cotisations des tra-

vailleurs, des employeurs et des contributions de l’Etat, avant de

signaler la création à l’initiative du Président de la République d’un fonds de réserves afin de sécuriser le système national de retraite et de la prémunir contre un rétrécisse-

ment important de la base cotisan-

te. Ce fonds, a-t-il souligné, est

financé essentiellement par l’affec- tation de 2 % du produit de la fisca-

lité pétrolière, et ce, avant de faire remarquer que le système de sécuri- té sociale en Algérie couvrait plus de 80 % de la population algérien-

ne. Par ailleurs, dans une déclara-

tion à l’APS, en marge des travaux,

M. Nait-Abdelaziz, président du

CNPA a indiqué que "le dialogue social est né en Algérie pendant les moments difficiles, ce qui lui donne une spécificité dont s’inspirent beaucoup de pays". Le dialogue social s’est traduit par la signature en octobre 2006 du Pacte national économique et social (PNES) qui constitue un modèle de dialogue et d’accompagnement des réformes indispensables, a-t-il déclaré avant d’ajouter que "pen-

Vendredi 17 - Samedi 18 Décembre 2010

Nation

4

EL MOUDJAHID

Programme présidentiel et développement

Un

modèle

de justice sociale

L a volonté des pouvoirs publics de répondre qualitativement et quanti- tativement aux besoins sociaux est

affichée depuis le début de la mise en œuvre du programme du Président. Le pro- gramme d’investissements publics pour le quinquennat 2010-2014 consistant de quelque 286 milliards de dollars constitue la manifestation concrète de la détermina- tion du Chef de l’Etat d’endiguer tous les effets de la crise qui a confiné le pays dans une léthargie sans pareil. Le Président de la République a décidé que soit alloué au développement industriel plus de 2.000 milliards de dinars de crédits bancaires bonifiés par l'Etat pour la réalisation de

nouvelles centrales électriques, le dévelop- pement de l'industrie pétrochimique et la modernisation des entreprises publiques. Ceci outre quelque 350 milliards de dinars destinés à l'encouragement à la création d'emplois et l’accompagnement de l'inser- tion professionnelle des diplômés universi- taires et de la formation professionnelle, le soutien de la création de micro-entreprises et le financement des dispositifs d'emploi d'attente. Cet effort de l’Etat n’est pas une action isolée, loin s’en faut. L’application du plan quinquennal et le fait de booster la croissance économique ne manqueront pas de générer des recrutements massifs. Ce sont-là autant d’actions de nature à per- mettre de concrétiser l'objectif de création de trois millions d'emplois durant les cinq années à venir. Le même programme 2010-2014 consacre également un mon-

tant de 250 milliards de dinars au développement de l'économie de la connaissance à travers le soutien à la recherche scientifique et la générali- sation de l'enseignement et de l'usage de l'outil informatique dans tout le système national d'ensei- gnement et dans le servi- ce public. Le Président Abdelaziz Bouteflika n’a pas manqué de souligner que « ce programme est la concrétisation d'un enga- gement pris (…) pour maintenir la dynamique de reconstruction nationa- le entamée depuis dix années. » Ceci avant d’appeler à la mobilisa- tion de l’exécutif de le concrétiser. Il va sans dire

que la mise en œuvre de programme de pareille envergure et aux objectifs des plus stratégiques n’est pas l’affaire du gouvernement seulement. L’entreprise nécessite la synergie des efforts de tous et le Chef de l’Etat a rappe- lé dans ce sens que « Ce programme appel- le, aussi, tous les citoyens à se mobiliser pour le transformer en un puissant levier de croissance, de création d'emplois et de modernisation du pays. En effet, avec l'ap-

et de modernisation du pays. En effet, avec l'ap- pui de notre peuple, nous avons pu

pui de notre peuple, nous avons pu restau- rer la paix et engager la réconciliation nationale, dont l'Algérie récolte les fruits en libérant ses énergies pour rattraper ses retards et relever les défis. Il nous reste désormais à renforcer les capacités du développement national et à libérer ce der- nier de la dépendance des hydrocarbures qui sont éphémères, car c'est à ce prix seu- lement que nous sécuriserons l'avenir et la

pérennité de notre modèle de justice socia- le et de solidarité nationale. » Le plan 2010-2014 augure d’un avenir plus prospè- re à l’ombre du saut qualitatif escompté par la poursuite de cet élan parallèlement au développement social et la modernisa- tion de ses infrastructures, en mettant à contribution toutes les potentialités pro- ductives et économiques nationales. S. Lamari

Les mérites d’un programme…

E ntre les toutes premières sorties du Président de la République sur le terrain au niveau des différentes

wilayas du pays et en cette fin de premiè- re décennie de ce nouveau millénaire, force est de constater que les choses ont autant bougé que changé, énormément même. C’est que l’Algérie n’est plus ce pays au bord du chaos, divisé, isolé, endet- té et les caisses vides, l’Etat dans l’impos- sibilité de financer ne serait-ce qu’un bateau de semoule pour nourrir son peuple. Des sorties qui avaient permis alors de semer de nouveau l’espoir et de semer les toutes premières infrastructures dont le pays ressentait la nécessité criante. Au centre des préoccupations, l’élément

humain, objet de toutes les actions de développement tant celles-ci gravitent autour de lui autant pour son propre déve- loppement que pour l’amélioration sans cesse et continue jusque l’heure de ses conditions de vie. Le programme de développement du Président de la République a justement ce mérite d’être global et attentionné jusque dans le moindre détail, un mérite que met- tent notamment en exergue cette justice et cette équité dans l’affectation et la distri- bution en termes de plans et d’actions de développement des richesses du pays, un mérite tiré de cette chance, une même chance à tous les enfants d’Algérie d’être soignés, éduqués et formés là où ils se

trouvent. Des réformes dans pratiquement tous les secteurs, depuis la colonne institutionnelle, jusqu’à sa cellule de base, l’Algérie a consolidé son Etat, un Etat de droit, souve- rain au service de son peuple, des réformes au niveau du secteur de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la forma- tion professionnelle pour justement mettre ces secteurs au diapason de ce qui se fait de par le monde et élever par la même le fac- teur qualité et leur ouverture sur leur envi- ronnement socio-économique. Qui paie ses dettes s’enrichit dit l’adage, et l’Algérie sur ce plan-là s’est d’autant plus enrichie qu’elle a payé et par anticipation ses dettes externes et qu’elle a pu traverser les turbu-

lences créées par la crise financière mon- diale grâce aux mesures prudentielles prises en ce sens. L’Algérie a retrouvé et sa place et son aura dans le concert des nations, et bien plus elle se trouve même de plus en plus courtisée et sollicitée autant sur le plan diplomatique que sur le plan économique ou la donne Algérie est désormais révisée à la hausse au regard de ses énormes poten- tialités encore latentes mais que laissent entrevoir l’ambitieux programme de déve- loppement quinquennal en cours qui ne vise à terme ni plus ni moins que l’émer- gence sur tous les plans. A. M. A.

Energies renouvelables,

L’Algérie de demain

R éduire la facture des importations

en actionnant tous les leviers, juri-

diques, fiscaux, économiques pour

offrir un environnement porteur de valeur ajoutée aux entreprises nationales… cette profonde restructuration de l’économie nationale entamée il y a quelques années déjà et réaffirmée à chaque loi de finances est une permanence rappelée régulièrement par le Président de la République, mise en pratique par le chef de l’exécutif et suivie sur le terrain par les ministres. En effet, la promotion de la production nationale couplée à une meilleure gestion des compétences nationales pour appré- hender et maîtriser les nouvelles technolo- gies dans les différents domaines de l’acti-

vité nationale illustrent cette stratégie affi- chée par la plus haute autorité de ce pays de doter l’économie d’une infrastructure et d’un savoir qui l’émancipe du recours à l’étranger tout en lui offrant les moyens d’investir les marchés extérieurs. L’un des exemples le plus significatif et le plus récent est, sans nul doute, cette option prise d’investir dans le solaire pour produire de l’électricité et du même coup faire subir un répit rassurant à notre sous- sol pour les générations à venir… On vient d’ailleurs d’apprendre qu’un opérateur économique américain semble très inté- ressé par « notre » soleil en proposant de mettre sur la table 30 milliards de dollars pour investir dans les énergies renouve- lables en installant des fermes solaires à

hydrogène dans le Sud. …. Ceci, bien sûr sans remettre en cause le rôle majeur de l’Algérie dans l’approvisionnement éner- gétique de l’Europe : Avec 65 milliards de mètres cubes de gaz, (dont "plus de 97% pour l'Europe) exportés notre pays occu- pe le 2 e rang après la Russie dans l'appro- visionnement du vieux continent. On peut aussi citer le secteur du médi- cament que l’Etat met au centre de ses pré- occupations tant il concerne de façon vita- le la santé et le bien-être des populations. Saidal est programmée avec le recours au partenariat à couvrir la totalité des besoins du marché national en médicament. Il faut d’ailleurs noter à ce propos que l’aisance financière dont jouit l’Algérie au moment où de nombreuses économies occidentales

subissent les contre-coups de la crise financière mondiale a fait de notre pays une destination privilégiée pour les opéra- teurs et groupes industriels de la plupart des pays du Nord et même ceux dit des pays émergents du continent américain. A titre d’illustration rappelons l’intérêt que portent les opérateurs allemands à notre pays dans des secteurs aussi diversifiés que les énergies renouvelables, l'industrie chi- mique ; les technologies de l'environne- ment, la construction. Un intérêt qui devrait fonctionner comme un catalyseur dans les échanges commerciaux (1,32 milliard de dollars en 2007, 2,76 milliards en 2008. 2,96 milliards en 2009), même si les exportations algériennes marquent le pas vers ce pays.

●●●

Nation

5

EL MOUDJAHID

Programme présidentiel et développement

L’Algérie qui avance

A l’approche de la fin de l’année

2010, sans doute la plus féconde

en réalisations depuis l’indépen-

dance du pays, le bilan de l’action du gou- vernement Ouyahia dans la mise en œuvre du programme présidentiel a de quoi susci- ter les plus grands espoirs pour l’avenir du pays. Tout au long de cette année, les chiffres avancés de source officielle, dans la presse, et confirmés de visu par tous les citoyens sur le terrain, donnent un aperçu des transformations radicales qui se sont produites dans la vie des Algériens. Le bilan complet est encore à faire puisque toutes les réalisations n’ont pas encore été réceptionnées, certaines le seront d’ici la fin de l’année en cours, d’autres un peu plus tard, dans les secteurs des infrastruc- tures de base, de l’habitat, des transports, de l’hydraulique, de la santé, de l’éduca- tion ou des sports. Le mégaprojet de l’au- toroute Est-Ouest est achevé à plus de 90%, selon Amar Ghoul, le ministre en charge du secteur. Oran et Constantine sont déjà à moins de quatre heures d’Alger et l’eau de In Salah coulera bientôt en h24 dans les robinets de Tam. Le tout se fait en parallèle à la mise en œuvre continue d’un programme d’habitat qui a transformé le visage de toutes les villes et les villages du pays avec son goût architectural, un aspect sur lequel le Président Bouteflika a beaucoup insisté. Plus que les chiffres, aussi encoura- geants qu’ils soient, le meilleur constat est fait par les citoyens eux-mêmes, dans leurs déplacements, en toute sécurité il faut le souligner, ou à travers leur vécu quotidien.

Des images de l’Algérie nouvelle et moderne qui prend forme et qui font sa fierté. Des images trop belles pour y croire à l’exemple de nos trains des plus modernes dans lesquels les voyages sur de longues distances le font, mainte- nant, dans des conditions comparables à celles des pays d’Europe les plus avan- cés. Un vrai voyage dans l’avenir de ce pays nous éloigne de ces déplorables situations dans les trains d’antan qui datent de la colonisation. Le Président Bouteflika avait depuis le début de son mandat, en 1999, et plus particulièrement durant l’année 2010, insisté sur la qualité du produit et du service et le confort quotidien des citoyens. Que ce soit dans l’habitat, les moyens de transport ou l’accueil qui leur est réservé dans les administra- tions. L’objectif est de changer la vie des citoyens, vers un mieux chaque fois et pas seulement sur les réseaux des chemins de fer qui s’étendent aux régions les plus lointaines du nord du

pays. Ce qui vaut pour le train l’est pour le logement qui est conçu dans une base de vie et non plus pour remplir la seule fonc- tion dortoir des années d’avant. Des dizaines de milliers de familles algériennes qui ont vécu deux ou trois décennies dans les zones d’habitat précaire, ont pris pos- session dans le courant de l’année 2010 de leurs nouveaux logements dans des condi- tions absolument idéales. Eau courante H24, espaces verts et aires de jeux pour enfants, voilà le standard nouveau de la vie des citoyens en 2010. Bien sûr que beau-

nouveau de la vie des citoyens en 2010. Bien sûr que beau- coup reste à faire

coup reste à faire et dans tous les domaines. L’Algérie est un vaste pays de 35 millions d’Algériens, ce qui exige d’el- le plus d’efforts que ses voisins. Ce qui a été réalisé depuis 2005 est une première étape seulement du projet de société mis au point par le Président Bouteflika, sur le long terme. Le moyen terme, c’est 2014, et on le sent déjà, plus riche encore que le présent en réalisations d’envergure. Les moyens mobilisés à cet effet sont lourds. L’enveloppe financière

mobilisée à l’horizon 2014 est le double de ce qu’elle était voilà cinq ans. 286 mil- liards de dollars avec, en plus, le précieux avantage de l’expérience en matière de bonne gouvernance. Le Président Bouteflika a su choisir le bon programme qu’il faut au pays, une équipe gouverne- mentale rodée, efficace et qui connaît très bien le terrain pour lancer et suivre « pas à pas » sa mise en œuvre. C’est là le secret de l’Algérie qui avance. B. H.

La mutation qualitative

L e Président de la République suit de très près le processus de développement national. L’ensemble des projets est entouré d’un intérêt particulier et, au

besoin, le Chef de l’Etat ne manque pas de prendre les mesures nécessaires de nature à donner un coup de fouet au rythme de réalisation. Le gouvernement est aussi destinataire des orientations du Président quant à l’impératif de conférer à l’action de l’Etat l’efficacité et l’efficience requises. La finalité du programme quinquennal d’investisse- ments publics est d’autant plus stratégique qu’elle confè- re aux instructions du Chef de l’Etat la dimension des mesures d’accompagnement de l’action de l’Etat. « Le programme quinquennal dont la finalité majeure est de

promouvoir le développement humain et de renforcer nos infrastructures de base, recueillera davantage l’adhésion populaire grâce à une exécution transparente, économe et à l’abri de toutes formes de malversation ». Les grands enjeux que préfigure la mutation du monde

dictent au pays une plus grande rigueur dans l’utilisation des deniers publics et d’une manière générale dans tout acte de gouvernance. Le Président de la République, au-delà des orientations données dans ce sens, a, dans les réformes engagées, élevé au rang l’intégration de la norme dans les actes de gestion quotidienne à tous les niveaux des institutions de l’Etat. Parallèlement à la poursuite du processus de dévelop- pement, les pouvoirs publics s’ingénient à donner un nou- vel élan aux réformes en cours dans tous les secteurs. La modernisation et l’équipement de l’Algérie engagent des dépenses publiques énormes comme le montre le volume de l’investissement public pour le quinquennat 2010- 2014. Et c’est dans ce cadre que s’inscrit la recommanda- tion du Président à l’adresse du gouvernement : « Il appar- tient au gouvernement et à toutes les administrations de veiller au respect des dispositions du code réaménagé des marches publics, tout comme il appartient aux organes chargés du contrôle et au secteur judiciaire, de veiller à

relever et à sanctionner toute atteinte aux deniers publics». Le Président de la République réitère en fait l’impé- rieuse nécessité qu’il y a de veiller au strict respect de la rationalité dans la gestion et d’œuvrer avec la rigueur que requiert la conduite des dépenses publiques. Et ce n’est pas fortuit si le Président a instruit le gouvernement à œuvrer dans ce sens. C’est dire que toutes les instructions du Président s’ins- crivent dans le droit fil du combat mené contre les pra- tiques non productives et portent préjudice à l’économie nationale. Les mutations qualitatives escomptées de l’ap- plication du programme d’investissements publics de très grande envergure, s’il fallait le rappeler, imposent la rup- ture avec la gestion obsolète. Aujourd’hui toutes les condi- tions pour envisager, dans la sérénité, les stratégies de relance et asseoir les bases du développement durable sont réunies.

S. Lamari

technologies nouvelles, exportations

se dessine aujourd’hui

●●●

La Suède aussi affiche ouvertement son désir de s’implanter économiquement sur notre sol en investissant dans les domaines de la téléphonie, du médicament de l'agroalimentaire, … le Venezuela dans le domaine du transport, l’Italie dans le gaz, le Portugal dans le bâtiment. La France, la Grande-Bretagne… et la liste est longue de ces pays désireux de venir tirer profit de cette dynamique économique algérienne. Le tourisme, cet autre “pétrole vert” est lui aussi appelé a contribution pour, non seulement, apporter sa part à l’effort de développement mais aussi à semer dans le cœur des algériens le désir de découvrir d’abord leur pays, de l’aimer pour mieux le faire «aimer» aux autres en montrant toute

sa beauté, sa richesse et sa diversité cultu- relle, physique etc. Le recours au secteur privé dans ce secteur procède d’ailleurs de cette vision d’augmenter les capacités d’accueil , de professionnaliser le secteur et d’offrir des options et des services là où la demande se manifeste. Le 11 e Salon international du tourisme et des voyages, qui se tient à Alger, sera une occasion pour la signature de contrats de réalisation de 49 nouveaux projets touristiques vient d’an- noncer le ministre en charge de ce secteur. Déjà 10 ans qu’une démarche écono- mique alliant volontarisme et pragmatisme s’est mise en branle bousculant les peurs et réserves citoyennes accumulées durant la décennie noire et remodelant le paysage socioéconomique du pays.

Effectivement, et après une période consacrée a la mise en place de structures et de politiques visant à asseoir une stabili- té politique et sociale un programme de soutien à la relance économique a été lancé en 2001 conforté trois ans plus tard en

2004 par un programme d’investissement

public qui a définitivement balisé les contours d’une Algérie moderne y com- pris avec des programmes spécifiques pour les hauts plateaux et le Sud … tandis que celui en cours ; tout simplement phénomé- nal par le volume financier débloqué, confirme définitivement l’enjeu : faire du pays non seulement un espace économique développé mais aussi la propulser comme une puissance régionale, une économie émergente au même titre que certains

géants du sud est asiatique ou d’Amérique latine. Sur les 286 milliards a investir dans des projets nouveaux entre 2010 et 2014 le montant retenu est de l’ordre de 156 mil- liards le reste soit 130 milliards serviront à parachever les grands projets déjà enta- més, des projets d’une telle ampleur que même des organismes internationaux ont salué en notant les formidables avancées dans la qualité de vie et l’indice de déve- loppement atteint durant cette période… et cette dynamique est maintenue puisque prés de 40% du montant de ce programme quinquennal en cours est réservé a l’amé- lioration du développement humain.

M. Koursi

Nation

7

EL MOUDJAHID

Benaïssa à Annaba

«Consolider l’indépendance nationale»

La filière blé dur s’organi-

se.

Le réseau pour l’Est est né.

L e Président de la République réitère à chaque opportunité l’impérative implication des opérateurs écono-

miques, des fellahs et autres éleveurs dans le développement de la production nationa- le pour relever le défi de la sécurité ali- mentaire et partant de consolider l’indé- pendance nationale et renforcer la souve- raineté du pays. Ce rappel émane du ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Rachid Benaïssa, en ouvrant, hier, les travaux des journées d’étude, organisées à Annaba, par le Groupe Benamor autour du programme de la promotion de qualité des blés durs dans les hautes plaine de l’Est. Par ce rappel, le ministre a adressé un message très fort aux différents intervenants dans la filière quant à l’importance soutenue qu’accorde le Chef de l’Etat au développement de la pro- duction agricole nationale et la disponibili- té du gouvernement d’accompagner les acteurs de la filière blé dur dans la mise en synergie des efforts et des moyens pour atteindre l’objectif de qualité auquel tend la démarche suggérée par le Groupe Benamor et vise la promotion de la pro- duction locale pour répondre aux nouveaux enjeux tant économiques qu’alimentaires. Pour le ministre, le défi peut être relevé pour peu que les opérateurs s’inscrivent dans des logiques économiques et se réconcilient avec nos potentialités. Et le ministre d’enchaîner qu’au stade de déve- loppement atteint par l’Algérie, il y a impé- rieuse nécessité de développer la produc- tion nationale pour contourner les effets d’éventuelles crises , assurer la pérennité

de l’activité, et développer le partenariat, seul garant de la dura- bilité des entre- prises. C’est pourquoi M Benaïssa a souli- gné l’importance que revêt la ren- contre de Annaba qu’il considère comme un exemple à suivre par d’autres filières pour com- mencer à concré- tiser le processus

qui mette le pays à l’abri des vulnérabilités. Constat d’au- tant plus pertinent que le Groupe Benamor qui a forgé son expérience dans la filière tomate où il a privilégié le partenariat, et maîtrisé les aspects techniques et écono- miques de l’agroalimentaire, projette d’augmenter la production, mais surtout d’améliorer la qualité des produits issus de la transformation du blé dur. C’est cet objectif fondamental que vulgarisent depuis hier les participants aux journées techniques qui se tiennent à l’hôtel Sabri avec pour objectif l’instauration d’un par- tenariat ou d’un réseau entre les acteurs de la sous-filière blé dur dans la région des hautes plaines de l’Est. Le Groupe a d’ailleurs soumis aux participants un pro- jet de programme de réseau pour débat et enrichissement. Ce dernier prévoit l’asso- ciation des céréaliculteurs, le Groupe Benamor, les CCLS et l’OAIC. « Aujourd’hui, constate Benamor dans la formulation de la problématique, pour sau- vegarder la production locale, les agricul-

pour sau- vegarder la production locale, les agricul- teurs doivent connaître les exigences du marché et

teurs doivent connaître les exigences du marché et s’y adapter par le respect des iti- néraires techniques adéquats. Les transfor- mateurs doivent intégrer les contraintes et les aléas de la production pour répondre aux exigences du consommateur. » Dans ce sens la mise en place du réseau pour la région s’assimile à une quête d’organisa- tion qui puisse prémunir la filière des contraintes. Il ressort des travaux que notre pays compte parmi les 10 premiers impor- tateurs pour tous les produits confondus et détient la première place des pays importa- teurs de blé dur. Les niveaux de production de céréales ces deux dernières années sont jugés d’exceptionnels avec 61,2 millions de quintaux en 2009 et 45,6 millions de quintaux en 2010. Durant la campagne 2009, la collecte est évaluée à 24 millions de tonnes, un véritable record. En marge de la rencontre le ministre a officiellement installé le Comité régional interprofes- sionnel des céréales (CRIC) S. Lamari

Boumerdès

Extension remarquable de la superficie consacrée à la pomme de terre de saison

Une extension remarquable de la superficie consacrée à la pomme de terre de saison a été enregistrée, cette année, dans la wilaya de Boumerdès, comparativement aux deux dernières campagnes agricoles, a-t-on appris de la direction

des services agricoles (DSA). "La surface consacrée

à la pomme de terre a été portée cette année à 1200

ha, contre 300 ha en 2008 et 900 ha en 2009 ", a t- on précisé de même source. Sur cette superficie ciblée, une surface de 900 ha

a déjà été ensemencée, à ce jour (soit un taux de

80%). S’agissant de la production de pomme de terre de saison attendue, en mars et avril prochains, le DSA l’estime à prés de 360.000 q, contre pas plus

de 300.000 q la saison écoulée. Outre l'évolution de

la surface consacrée à la culture de la pomme de terre,

ces prévisions optimistes s’expliquent par plusieurs facteurs, dont en premier lieu, le système de régulation des produits à large consommation (SYRPALAC), qui a encouragé les agriculteurs à s’investir plus dans ce créneau, outre la stabilité des prix, les conditions climatiques appropriées et la disponibilité des semences et des engrais en quantités suffisantes, a souligné le responsable du secteur. Durant ces derniers mois, les prix de la pomme de terre ont enregistré une relative stabilité sur les marchés de Boumerdès, où la marchandise est écoulée à un prix se situant entre 25 et 35 DA/kg,

en fonction de la qualité. Cette stabilité a pour origine l’abondance de la production de pomme de terre et sa disponibilité toute l’année, outre l’adoption continue du dispositif du SYRPALAC, qui permet le stockage de cette denrée vitale et sa commercialisation en temps opportun, suivant le principe de l’offre et de la demande, explique t-on a

la DSA.

Industrie

Légère reprise de l'activité dans le secteur des mines et carrières

L'activité dans le secteur des mines et carrières en Algérie a légèrement repris, au 2 e trimestre 2010, malgré la stabilité de la demande et des prix de vente. Selon une enquête de l'Office national des statistiques (ONS), réalisée auprès des chefs d'entre- prises, les prochains mois connaî- tront une stabilité de l'activité, des prix et des effectifs et une hausse de la demande. An cours du 2 e tri- mestre de l'année en cours, le taux d'utilisation des capacités de pro- duction a varié entre 50% et 75%, selon presque l'ensemble des entrepreneurs touchés par l'enquê- te. La demande en produits fabri- qués est restée stable ainsi que les prix de vente, affirment les chefs d'entreprises, précisant que les commandes reçues ont été satis- faites et leur subsiste des stocks de produits fabriqués, une situation jugée "anormale" par l'ensembles des concernés. Par ailleurs, la totalité des chefs d'entreprises ont connu des pannes d'électricité, induisant des arrêts de travail inférieurs à 6 jours pour l'ensemble. En revanche l'approvi- sionnement en eau a été satisfai- sant. Les effectifs sont restés stables durant ce trimestre selon la majorité des patrons, qui déclarent qu'en embauchant du personnel supplémentaire, les entreprises ne vont pas produire davantage. La majorité des chefs d'entreprise déclare que leur équipement a fait l'objet d'un renouvellement et affir- me pouvoir produire davantage avec un renouvellement de l'équi- pement sans embauche supplémen- taire du personnel. Par ailleurs, l'ensemble des responsables du secteur enquêté déclare avoir fait des bénéfices l'année écoulée, et leur trésorerie a évolué normale- ment durant le 2 e trimestre 2010.

380 milliards de Dinars pour la PME

20.000 petites et moyennes entreprises sont concernées par la stratégie de « mise à niveau » durant la période 2010 à 2014

Un programme quinquennal durant lequel 380 milliards dinars de ressources publiques en concours directs seront mobilisés. Moteur de la croissance économique la PME est au centre de la stratégie de l’Etat que la puissance publique fait bénéficier de multiples programmes de sou-

tien à l’investissement, de crédits à taux bonifiés dont l’un des objectifs ambitieux est de concou- rir à la création de plus de 100.000 emplois

durant le quinquennat en cours

ture des importations en actionnant tous les leviers, juridiques, fiscaux, économiques pour

offrir un environnement porteur de valeur ajoutée aux entreprises nationales … cette profonde restructuration de l’économie nationale entamée

il y a quelques années déjà

chaque loi de finances est une permanence rap- pelée régulièrement par le Président de la République, mise en pratique par le chef de l’exécutif et suivie sur le terrain par les ministres En effet, la promotion de la production natio- nale couplée à une meilleure gestion des compé- tences nationales pour appréhender et maîtriser les nouvelles technologies dans les différents domaines de l’activité nationale illustrent cette stratégie affichée par la plus haute autorité de ce pays de doter l’économie d’une infrastructure et d’un savoir qui l’émancipe du recours à l’étran- ger tout en lui offrant les moyens d’investir les marchés extérieurs. L’un des exemples le plus significatif et le plus récent est, sans nul doute, cette option prise d’investir dans le solaire pour produire de l’électricité et du même coup faire subir un répit rassurant à notre sous-sol pour les générations à venir. On peut aussi citer le secteur du médicament que l’Etat met au centre de ses préoccupations tant il concerne de façon vitale la santé et le bien-être des populations. Saidal est programmée avec le recours au partenariat à cou- vrir la totalité des besoins du marché national en

et réaffirmée à

Réduire la fac-

médicaments. Il faut d’ailleurs noter à ce propos que l’aisance financière dont jouit l’Algérie au moment où de nombreuses économies occiden- tales subissent les contrecoups de la crise finan- cière mondiale a fait de notre pays une destina- tion privilégiée pour les opérateurs et groupes industriels de la plupart des pays du Nord et même ceux dit des pays émergents du continent américain. A titre d’illustration rappelons l’inté- rêt que portent les opérateurs allemands à notre pays dans des secteurs aussi diversifiés que les énergies renouvelables, l'industrie chimique, les technologies de l'environnement, la construction. Un intérêt qui devrait fonctionner comme un catalyseur dans les échanges commerciaux (1,32 milliard de dollars en 2007, 2,76 milliards en 2008. 2,96 milliards en 2009), même si les exportations algériennes marquent le pas vers ce pays. La Suède aussi affiche ouvertement son désir de s’implanter économiquement sur notre sol en investissant dans les domaines de la télé- phonie, du médicament de l'agroalimentaire, …le Venezuela dans le domaine du transport, l’Italie dans le gaz, le Portugal dans le bâtiment, La France , la Grande Bretagne … et la liste est longue de ces pays désireux de venir tirer profit de cette dynamique économique algérienne. Le tourisme, cet autre “pétrole vert” est lui aussi appelé à contribution pour, non seulement, apporter sa part à l’effort de développement mais aussi à semer dans le cœur des algériens le désir de découvrir d’abord leur pays, de l’aimer pour mieux le faire « aimer » aux autres en montrant toute sa beauté, sa richesse et sa diversité cultu- relle, physique, etc. Le recours au secteur privé dans ce secteur procède d’ailleurs de cette vision d’augmenter les capacités d’accueil, de profes- sionnaliser le secteur et d’offrir des options et des services là où la demande se manifeste. Le 11 e Salon international du tourisme et des

voyages, qui se tient à Alger, sera une occasion pour la signature de contrats de réalisation de 49 nouveaux projets touristiques vient d’annoncer le ministre en charge de ce secteur. Déjà 10 ans qu’une démarche économique alliant volontarisme et pragmatisme s’est mise en branle bousculant les peurs et réserves citoyennes accumulées durant la décennie noire et remodelant le paysage socioéconomique du pays. Effectivement, et après une période consa- crée a la mise en place de structures et de poli- tiques visant à asseoir une stabilité politique et sociale un programme de soutien à la relance économique a été lancé en 2001 conforté trois ans plus tard en 2004 par un programme d’inves- tissement public qui a définitivement balisé les contours d’une Algérie moderne y compris avec des programmes spécifiques pour les hauts pla- teaux et le Sud … tandis que celui en cours; tout simplement phénoménal par le volume financier débloqué, confirme définitivement l’enjeu : faire du pays non seulement un espace économique développé mais aussi la propulser comme une puissance régionale, une économie émergente au même titre que certains géants du sud-est asia- tique ou d’Amérique latine. Sur les 286 mil- liards à investir dans des projets nouveaux entre 2010 et 2014 le montant retenu est de l’ordre de

156 milliards le reste, soit 130 milliards, servira

à parachever les grands projets déjà enta-

més……des projets d’une telle ampleur que même des organismes internationaux ont salué en notant les formidables avancées dans la quali- té de vie et l’indice de développement atteint durant cette période… et cette dynamique est maintenue puisque près de 40% du montant de ce programme quinquennal en cours est réservé à l’amélioration du développement humain. M. Koursi

Mostaganem : mise en service de l’unité de production de céramique dans la commune de Souaflia

L’unité de production de céramique de diffé- rentes gammes a été mise en service mercredi dans la commune de Souaflia, à 30 km du chef-lieu de wilaya de Mostaganem, a-t-on indiqué à la direc- tion de l’unité. Cette entreprise économique a été créée dans le cadre d'un partenariat entre le com- plexe public "Céramique de l'Ouest", dont le siège est situé dans la wilaya de Tlemcen (55 pour cent) et la société algérienne "Tup céramique (45 % des actions). Son capital est estimé à environ 400 mil-

lions de dinars. Il est prévu que la production annuelle de cette unité, qui emploie plus de 130 travailleurs, atteigne 1,2 million de mètres carrés de céramique de différentes sortes, selon M. Mekroutar Mokhtar. Il a indiqué que cette unité a fait l'objet de travaux d’extension et d'opérations d'acquisition d'équipement moderne pour un coût total dépassant les 1,2 milliard de dinars. Cette entreprise économique, a ajouté M. Mekroutar Mokhtar, est entrée dans une phase d'expérimenta-

tion en 2006 en partenariat avec une société ita- lienne du domaine. A noter que trois projets indus- triels privés ont été mis en service dernièrement dans la wilaya dans le domaine de l’industrie du béton armé à la zone d’activité de la commune de Sayada, de l’emballage des huiles pour moteurs et de préfabriqués pour la construction en béton armé dans la zone d’activité de Fornaka, selon la direc- tion de la petite et moyenne entreprise.

Nation

9

EL MOUDJAHID

33.000

familles nécessiteuses bénéficient du Fonds de la Zakat tous les ans

Le directeur des affaires religieuses et du Waqf de la wilaya d'Alger, M. Lazhar Saïdi a souligné que 33 500 familles nécessiteuses d'Alger bénéficient du Fonds de la Zakat tous les ans et que près de 500 jeunes diplômés des instituts de la formation professionnelle et des universités avaient béné- ficié de crédits pour la créa- tion de micro-entreprises et d'ateliers dans le domaine

de l'artisanat et des services. M. Saïdi intervenait à l'occa- sion de la 9 e campagne de sensibilisation à la collecte de la Zakat, lancée jeudi à partir de la mosquée Betchine (Alger) à l'initiati-

ve de la direction des

Affaires religieuses et du

Waqf de la wilaya d'Alger.

A cette occasion, un Imam a

abordé les nouveaux modes d'organisation de la Zakat qui profite aux pauvres, aux nécessiteux, mais aussi aux jeunes et aux artisans pour

les aider à créer leurs micro- entreprises et leur permettre de contribuer efficacement au développement national tout en créant des emplois. Les parties concernées par la collecte et la distribution de

la Zakat ont procédé à des

enquêtes approfondies afin de déterminer les personnes dans le besoin, a souligné l'intervenant. La campagne de sensibilisa- tion a été confiée aux membres des comités de mosquées et aux groupes des scouts musulmans, a-t-il pré- cisé. Le responsable a mis en exergue le rôle des Imams et des médias dans la sensibili- sation à l'importance de ver- ser la Zakat dans le Fonds de la Zakat à travers son compte ou les caisses de la zakat installées dans les mos- quées. Le ministère prévoit la col- lecte de 100 milliards de cen- times dans le Fonds de la Zakat, a souligné le repré- sentant du ministère des Affaires religieuses, préci- sant que cet argent sera redistribué aux pauvres et aux nécessiteux. Le lancement de la cam- pagne de sensibilisation à la collecte de la Zakat s'est déroulé en présence des membres des comités de mosquées de la wilaya d'Alger, d'imams et de groupes des scouts musul- mans algériens.

Intempéries

PlusieursPlusieurs routesroutes coupéescoupées àà lala circulationcirculation dansdans lele centrecentre etet l'estl'est dudu payspays

(commune d'Illoula Oumalou), le CW reliant la RN 12 à la commune de Zekri à
(commune d'Illoula
Oumalou), le CW reliant
la RN 12 à la commune de
Zekri à la sortie ouest de
la commune de Zekri, et le
CW 150, reliant la ville de
Mekla à celle d'Aïn-El-
Hammam, entre les deux
localités.
Dans la wilaya de
Bouira, l'amoncellement
de neige a touché la RN
33, reliant la ville de
P lusieurs routes étaient toujours coupées à la
circulation routière dans plusieurs wilayas
du centre et de l'est du pays hier, suite aux
fortes chutes de neige enregistrées dans ces
régions au cours des derniers jours, a indiqué la
gendarmerie nationale.
Dans la wilaya de Tizi-Ouzou, la RN 30 reliant
la ville de Tizi-Ouzou à celle de Bouira, à Fadj
Tizi N'Koulaine (commune d'Iboudrarene), la RN
15 reliant la ville de Tizi-Ouzou à celle de Bouira,

au lieu dit Fedj Tirourda (commune d'Iferhounene), et la RN 12 reliant la ville Tizi- Ouzou à celle de Bejaia, à hauteur du village Tagma (commune de Zekri), sont coupées à la cir- culation en raison de l'amoncellement de neige, a- t-on précisé de même source. Il en est de même de la RN 33 reliant la RN 30 et la ville de Bouira au lieudit Azrou Egedone, commune d'Aït-Boumahdi. La circulation est, également, coupée au niveau du CW 10 reliant le CW 150 et la com- mune d'Aït-Yahia, à hauteur du village Taka (com-

mune d'Aït-Yahia), le CW 251 d'Abi-Youcef et Illilten, au lieu dit Fedj Chellata (commune d'Illoula Oumalou) et le CW 253, reliant la ville de Bouzeguène à celle d'Ifigha, entre les deux localités. La même situation est constatée au niveau du CW 9, reliant la ville d'Illoula Oumalou à celle de Chellata (Bejaia), à hauteur du village Amzegane

Bouira à celle de Tizi-Ouzou, au lieudit Tikejda (commune d'Al-Asnam), et qui est coupée à la circulation. A Jijel, il s'agit de la RN 105, reliant la ville de Jijel à celle de Mila, à hauteur du village Fdoules (commune Jimla), le CW 137A, reliant la ville de Texenna à celle de Selma Ben Ziada, à hauteur du village Merghane (commune de Selma Ben Ziada), et le CW 137B, reliant la ville de Ziamah Mansouriah à celle d'Erraguene, à hauteur du vil- lage Tabirte (commune de Ziamah Mansouriah). Dans la wilaya de Bejaia, les intempéries ont affecté la RN 26A, reliant la ville de Bejaia à celle de Tizi-Ouzou, entre les PK 15 et 20, dans la cir- conscription de Chellata, le CW 159 reliant la ville de Chellata à celle d'Ouzellaguene, entre les

deux localités précitées, et le CW 45, reliant la ville de Ferraoun à celle de Beni Mouhli (Sétif), à hauteur du village Aguentas (commune de Ferraoun). Dans la wilaya de Mila, la neige a bloqué la circulation au niveau de la RN 100, reliant la ville de Ferdjioua à celle de Chelghoum Laïd, dans la circonscription de Ferdjioua, le CW 77, reliant la ville de Jijel à celle de Sétif à hauteur du Mechtaa Tizi Mane (commune de Tassadane Haddada), le CW 105, reliant la ville de Mila à celle de Jijel entre les communes d'Amira Arres et Tessala

Lamtai. La neige a bloqué, aussi,

le CW 135A, reliant la ville de Mila à celle de Jijel, dans la circonscription de la com- mune de Terrai-Baïnem, la CW 04, reliant la ville de Terrai Baïnem à celle de Chigara, à hauteur du village Dar El-Hamra (commune de Terrai Baïnem), et le CW 07, reliant la ville de Benyahia-Abderrahmane à celle de Bouhatem, à hau- teur de Aïn El Kahla (com- mune de Bouhatem). A Sétif, la circulation est coupée au CW 04, reliant la ville de Beni Mouhli à celle de Beni Ourtilane, entre les deux localités, le CW 75,

reliant la ville de Sétif à celle de Bejaia, dans la circonscription de la com- mune d'Aït Naoual M'Zada. A Souk Ahras, le trafic routier est arrêté au niveau de la RN 81, reliant la ville de Tiffech à celle de Souka Ahras, dans la circonscription de la commune de Tiffech, la RN 80, reliant la ville de Sedrata à celle de Guelma, au lieu dit Kef E'Rih (commune de Sedrata), la RN 20, reliant la ville d'Aïn Zana à celle de Souk Ahras, dans la circonscription de la commune d'Aïn Zana. Les autres axes coupés par la neige dans cette wilaya sont la RN 82, reliant la ville de Taoura à celle d'Ouenza (Tebessa), à hauteur da la mechta de Graoua (commune de Taoura), et le CW 30, reliant la ville de Khedara à celle d'Ouled Moumen, entre les deux localités.

Bouira

Réalisation de plusieurs marchés de proximité à travers la wilaya

Plusieurs marchés de fruits et légumes seront réalisés à travers les grandes villes de la wilaya de Bouira renforçant ainsi le secteur du commerce de cette wilaya. Outre la réduction du phénomène des vendeurs occasionnels et à son impact nefaste sur le milieu urbain, ces nouvelles structures contribueront également à une meilleure organisation de la profes- sion, escompte-t-on à la direction du commerce de la wilaya. Un nouveau marché de proximité sera ainsi lancé dans les prochains jours, à la cité Oued Adhous au sud de la ville de Bouira, pour une enve- loppe de 16 millions de Dinars. Cette dotation est destinée à l’aménagement de 32 locaux com- merciaux, dont la réception est attendue dans un délai de 3 mois. Récemment, la wilaya avait récep- tionné un nouveau marché de fruits et légumes à la cité Draa El Bordj de Bouira, dont la concréti- sation a nécessité une enveloppe de 30 millions de Dinars, ayant servi à l'aménagement de 51 stands et 15 locaux commerciaux, en plus d'une poissonnerie, première en son genre à l'échelle locale, selon le directeur du secteur ajoutant qu ' un marché de proximité similaire sur le site des locaux de l’ex Coopérative de wilaya des céréales et légumes secs,au centre ville de Bouira, a été réalisé cette année. Dans ce même cadre visant la généralisation des marchés de proximité à travers les centres urbains de la wilaya, il est, par ailleurs, signalé la réalisation d’un marché de proximité de fruits et légumes à Sour El Ghozlane, pour une enveloppe de 16 millions de Dinars. Parallèlement, deux marchés similaires sont opérationnels à Lakhdaria et Aïn Bessam, dans l’attente du lancement des travaux de deux autres à Hachimia et M’chedallah, est-il souligné. Un important marché de gros pour fruits et légumes, d’envergure régionale, est depuis peu en réalisation à Aïn Bessam, a ajouté la même source.

M’sila

Une commission mixte ministère- wilaya pour rechercher les causes des faibles résultats scolaires

Une commission mixte du ministère de l’Education nationale et de la wilaya de M’sila a été installée lundi avec pour mission de recher- cher les causes des faibles résultats aux différents examens scolaires dans cette région, a révélé hier, le wali. Cette commission, installée par le secré- taire général du ministère de l’Education natio- nale, se compose, a indiqué ce responsable, de cadres du ministère, de la wilaya, de la direction locale de l’éducation, d’inspecteurs, de membres de la Fédération des associations de parents d’élèves et d’élus locaux. Le chef de l’exécutif a également indiqué que la commission est appelée à prendre une série de mesures qui porteront, entre autres, sur l’intensification des cours de sou- tien scolaire aux élèves des classes d’examen, dans les trois paliers, à l’effet d’améliorer les résultats "dès la fin de l’année scolaire en cours".Le wali a également fait savoir que des opérations inscrites au titre des programmes sec- toriels décentralisés (PSD) pour la période 2010- 2011, ont donné lieu à la mobilisation de 18,9 milliards de DA pour la réalisation d’infrastruc- tures scolaires nouvelles, en plus de 2.454 postes budgétaires pour le renforcement de l’encadre- ment pédagogique et administratif du secteur. Le responsable de la wilaya a souligné en outre que M’sila a bénéficié au titre du programme quin- quennal 2010-2014 de projets pour la réalisation de 16 groupes scolaires, 13 cantines, 14 CEM et 17 unités de dépistage et de suivi en milieu sco- laire (UDS). La faiblesse des résultats scolaires "touche 14 wilayas dont dix du sud du pays et quatre des Hauts plateaux, selon le ministère de l’Education nationale", a conclu le wali de M’sila.

Une nouvelle gare de transport mise en service à Bouira

Une nouvelle gare de transport des voyageurs de la ville de Bouira a été mise en service, hier, par le ministre des Transports, M. Amar Tou. Cette nouvelle gare, équipée de tableaux électroniques pour l’information et l’orientation des passagers, dispose de toutes les servi- tudes et commodités nécessaires aux voyageurs, outre dix huit locaux commerciaux et autres espaces de détente et de loisirs. Conçu dans un style adapté à l'environnement, ce joyau architectural est implanté sur une surface de 2 ha, à l’entrée ouest de la ville de Bouira, à proximité de l’autoroute Est- Ouest. Son coût de réalisation a été estimé à 398 millions de dinars. Des travaux d’extension y sont en cours pour la réalisation d’un parc de stationnement de taxis. Le ministre des transports a procé- dé , lors de cette visite, à la remise d’une flotte de 10 bus pour l’entreprise de transport urbain de Bouira, qui sera destinataire également d’un autre quota de 20 bus , pour une meilleure desserte de ses 10 lignes mises en exploitation à l’intérieur du périmètre urbain. M. Tou a, par la suite, inspecté la base de vie d’un chantier d’une société chinoise, sise prés de la ville de Bouira, en charge de la réa- lisation de la double voie ferrée électrifiée reliant Thenia (Boumerdès) à Bordj Bou-Arréridj sur une distance de 156km, dont un tronçon de 82 km traverse le territoire de la wilaya de Bouira. Le ministre a mis l’accent sur la nécessité ''d’une prise en charge, dans les meilleurs délais", du dossier des indemnisations des expropriations des terres situées sur le tracé de cette voie ferroviaire, afin d’entamer les travaux de réalisation le plutôt possible. Le projet, évalué à près de 162 milliards de dinars, dont un montant de 860 millions dinars libellé en euros, a été confié à l’entrepri- se chinoise ''CCECC '' et l’entreprise turque " Ozgun". L’ordre de service ( ODS) avait été donné en juillet dernier aux deux sociétés en charge de la réalisation de ce projet, dans un délai contractuel de 48 mois, rappelle -t-on.

APS

Culture

11

EL MOUDJAHID

Oran, capitale mondiale du cinéma arabe

Hommage à Larbi Zekkal , Chafia Boudraa et Hayet El Fahd

Hommage à Larbi Zekkal , Chafia Boudraa et Hayet El Fahd   Ventes-Dédicaces Zoubir Souissi dédicacera
Hommage à Larbi Zekkal , Chafia Boudraa et Hayet El Fahd   Ventes-Dédicaces Zoubir Souissi dédicacera
 

Ventes-Dédicaces

Zoubir Souissi dédicacera aujourd’hui son roman « Caméléon », paru aux Editions Casbah, à la librairie générale d’El Biar Alger à partir de 14h30

Abderrahane Khelifa dédi- cacera son livre « Alger, his- toire et patrimoine », paru aux Editions Anep, aujourd’hui samedi 18 à la Librairie Errachidia, 1 avenue Pasteur Alger, à partir de 14h30.

 

Les Editions Chihab ont le

plaisir de vous inviter à une rencontre avec Rachid Mokhtari autour de son essai

 

«

Tahar Djaout, un écrivain

renne », aujourd’hui, same-

di

à la librairie Chihab ( Bab-

El-Oued) à partir de 15h00.

 

O rganisée par le ministère de la

Culture sous le haut patronage du

président de la République,

Abdelaziz Bouteflika, La quatrième édition

du festival international du cinéma arabe a démarré ce jeudi à Oran a partir du cinéma

« Le Maghreb », l’un des trois espaces (en

plus de Saada et de la cinémathèque) pro- grammés cette année pour abriter les diffé- rentes projections de films. L’un des moments puissants, chargés émotionnelle-

ment aura été sans conteste l’hommage rendu par la corporation des artistes, intel- lectuels et cinéastes présents en force a trois

« icones » du 7em art : Feu Larbi Zekkal ,

Chafia Boudraa et Hayet el Fahd. Disparu il y a tout juste trois mois ,Larbi Zekkal à joué dans des films qui sont restés des références dans le cinéma algérien tels "La Bataille d'Alger" de l'italien Gillo Pontecorvo , "L'opium et le bâton" d'Ahmed Rachedi, "Chronique des années de braise" de Mohamed Lakhdar Hamina, "Le vent du sud", , "L'honneur de la tribu", "Moissons

d'acier", "De Hollywood à Tamanrasset" et

Il a figu-

ré également dans la distribution de « Hors la loi » film de Rachid Bouchareb qui a eu l’honneur d’ouvrir officiellement le cycle des projections pour cette quatrième édi- tion….de même que dans « les palmiers blessés » du tunisien Abdelattif Ben Amar en lice pour l’ »Hahaggar d’Or » du festival en cours. Qui n’a pas vu « Dar S’bitar » ? Qui n’a pas été touché, ému, remué par la chaleur, l’émotion, la force du cœur et le

sens du sacrifice du personnage « lalla ayni

» dans ce feuilleton de Mustapha Badie?

L’héroïne campée par Chafia Boudraa sym- bolise la mère Algérie dont tous les sens sont en éveil, aux aguets pour protéger ses enfants. Une longue carrière commence pour cette actrice au talent indéniable …on se prend à sourire, d’ailleurs, au personnage attachant mis en scène par Abdelkrim Djelloul dans « Thé à la menthe » où elle danse une rue parisienne ….Chafia Boudraa jouera aussi dans "L'honneur de ma famil-

"Fatima, l'Algérienne de Dakar"…

le" de Rachid Bouchareb, "Le cri des hommes" d'Okacha Touita, "Beur, blanc et rouge" de Mahmoud Zemmouri…. Troisième artiste à être honorée, la comédienne koweitienne Hayet El Fahd qui n’a pas pu faire le déplacement à Oran pour des raisons de santé. Plus qu’une actrice Hayet El Fahd est également journaliste, critique, auteure de scénario, conceptrice de programmes radiophoniques et poétesse .On la notamment vu dans des feuilletons à suc- cès "Kharaja wa lam yaoud", "Ayla Boujessoum", "omr chaka", "Rokia wa Sabika" ….sans oublier le très beau film « Mer cruelle » ( 1971) de Khaled Essidik , un drame qui nous renvoi Au Koweït d’avant la découverte du pétrole. Mussaid pêcheur des perles, l'unique ressource de la localité se révolte contre sa situation d’ex- ploité par un patron sans scrupules. Il se lance seul, libre, décidé à travailler pour son compte. Le pot de terre contre le pot de fer

M.Koursi

Littérature
Littérature

«Laezza», dernière publication de Mohammed Dib

Un manuscrit et des notes éparses sur Tlemcen et l’écriture

manuscrit et des notes éparses sur Tlemcen et l’écriture L orsqu’il termine sa nouvelle « Laezza

L orsqu’il termine sa nouvelle « Laezza », le grand écrivain Mohammed DIB téléphone à Claire Delannoy pou lui

annoncer la bonne nouvelle, mais ne se doute pas qu’il vient de signer avec cette nouvelle fiction et d’autres écrits intitulés « Autoportrait », « El condor pasa » et « Rencontres » ses derniers ouvrages et notes de réflexion sur la littérature. Le 2 mai 2003, il

devait passer de l’autre côté de l’écriture vers son dernier voyage. «Laezza» est le titre de l’ouvrage posthume que décide de publier en France Colette Dib et son amie aux éditions Albin Michel trois ans après la mort de l’écrivain de notoriété internationale et que les éditions Dahlab ont réédité en Algérie en 2009 avec le soutien du Ministère de la Culture dans le cadre du Fonds National pour la Promotion et le Développement des Arts et des Lettres. Ce livre est d’une lecture très fluide pour les férus et autres spécialistes de l’œuvre Dibienne surtout si l’on songe à l’immense écrivain qui, deux jours avant sa

mort, était encore plongé devant son pupitre dans la rédaction de « Laezza » et qu’il était tellement enthousiasmé à l’idée de publier le manuscrit .Ce testament scriptural décrit, avec le style particulier que l’on connaît à notre auteur , la rencontre fougueuse de deux jeunes gens des temps modernes : Laezza une héroïne occidentale –on apprend paradoxalement dans l’ouvrage que Dib avait sciemment choisi ce prénom à consonance orientale- ,une jeune top-modèle tatouée de piercings sur le corps ,une femme à la jeunesse insolente et excentrique qui s’éprend d’un écrivain en herbe qu’elle surnomme Bob malgré son teint ambré. Dans cette courte nouvelle, l’écrivain dont la langue avait élu domicile dans la mémoire de son enfance , renouvelle les thèmes de son écriture en explorant des personnages de son époque. Ce qui montre le souci esthétique de l’auteur «Poète, romancier et conteur à renouveler son écriture, puisant toujours à la source de sa terre natale pour exprimer le difficile rapport à l’autre, à l’étranger, à la double culture, et l’énigme de notre présence au monde » lit-on au verso du livre de l’édition algérienne. Dans ce succulent ouvrage littéraire le lecteur aura pour sûr la délectable sensation de découvrir particulièrement dans « Autoportrait » les pensées de Mohammed Dib sur tous les domaine de l’art, de la politique aux Etats- Unis lorsque Georges Busc h était président, de la déchirante question palestinienne, sur l’accaparante influence de Internet par rapport à l’écriture, la culture sous tous ses aspects et les rapports humains. On découvre avec plaisir et l’écrivain et l’homme Dib, celui qui nous relate sa rencontre avec André Malraux qui l’avait pris pour un auteur syrien et qui dans un discours enflammé lui apparait dans stature d’homme de Lettres Français comparable au Dalai Lama. On fait alors la connaissance à travers ces écrits, sortes de sentences qui n’ont rien d’ostentatoire mais au contraire regorgent de vie et de sagesse lorsque Dib évoque ses idées sur la musique symphonique ou qu’il

passe subrepticement à la description d’un violoniste ou luthiste algérien .Ce sont alors pour le lecteur une pléthore de réflexions à voix haute sur les paysages de son enfance à Tlemcen à l’école des indigènes où l’enfant Dib se découvre un élève fort en thème qui écrits selon ses instituteurs français d’alors des «chefs-d’œuvre» , en filigrane se lit une analyse de la littérature algérienne et sa portée dans le monde ou encore son exercice en Algérie par les jeunes auteurs : « Il est bon de rappeler que ladite littérature algérienne(…) est une possibilité devenue possible .Et possible justement parce que « prise de parole » , comme on lisait « la prise d’Alger »dans nos manuels scolaires .Une prise de parle qui nous fait du même coup présents au monde, ce qui n’est pas rien, et d’avantage : nous incite à nous constituer … »(p 142).Pourtant c’est l’écrivain algérien en exil qui au soir de sa vie et après avoir créé une œuvre bien complètes qui parle si bien des paysages de sa mémoire comme les seuls territoires de son écriture qui écrit : « L’âge venant. On n’espère plus qu’une chose :

bénéficier de rallonges (…) Tout ce qui peut vous arriver, est arrivé déjà et, tout ce qui peut advenir, viendra maintenant trop tard. Quel soulagement d’en être là ! C’est la liberté, la vraie .Enfin vous respirez .Vous n’avez plus en tout et pour tout que le destin pour compagnon. » (p 126). « Laezza » est un livre d’une texture littéraire d’une rare beauté qui arrive à conserver une certaine facilité d’accès pour la compréhension et où l’on sent dans la manière dont ces écrits consignent vérité morale, authenticité avec de judicieuses réflexions sur l’art et l’Algérie toute l’esthétique de l’écriture dibienne .On y découvre aussi la face cachée d’un écrivain qui fut toujours proche de son temps et de son pays malgré l’exil.

Lynda Graba

L'histoire de Tlemcen, une opérette de l'association Hassan El Hassani de Sedrata

opérette de l'association Hassan El Hassani de Sedrata L' association Hassan el Hassani pour la culture

L' association Hassan el Hassani pour la culture et les arts de Sedrata, (Souk

Ahras) se prépare à participer à la manifestation "Tlemcen capitale de la culture islamique2011" avec une opérette mettant en scène l'histoire de cette grande ville algérienne. Selon M. Fouad Rouassia, président de cette asso- ciation, auteur et metteur en scène de cette œuvre, l’opérette, qui retrace l'histoire de Tlemcen depuis la nuit des temps, met en valeur le statut de berceau de la civilisation de cette ville, en met- tant notamment en exergue le rôle qu'elle a joué durant toutes les dynasties qui ont gouverné le Maghreb musulman. Des chan- sons à la gloire de la ville, de ses personnalités et de ses sites emblématiques, ont été compo- sées à cette occasion, invitant le visiteur de cette Cité à se lever de bonne heure afin de pouvoir jouir pleinement de la beauté de Tlemcen. Le "protagoniste" dans cette opérette est Tlemcen elle- même qui se raconte, narre son histoire et répond aux questions de ses habitants symbolisés par un homme et une femme. Fouad Rouassia choisira de nouveaux talents de la wilaya de Souk Ahras dans le domaine du chant, de la chorégraphie et de la scénogra- phie afin de leur donner l'occa- sion d'émerger et de donner la pleine mesure de leurs capacités à travers cette œuvre.

Santé

12

EL MOUDJAHID

Transplantation

Le filtrage du sang nécessaire pour éviter le rejet du greffon

L a directrice du service Immunologie du CHU Mustapha -Pacha, le Pr

Malika Benhalima, a appelé à la généralisation du filtrage du sang dans les centres de transfusion sanguine (CTS), précisant que le sang non filtré augmente les risques de rejet du greffon en cas de transplantation. "Nous appelons les CTS à généraliser le filtrage du sang destiné à la transfusion. Le sang non filtré est à l'origine d'un bon nombre de rejet de greffons", a expliqué le Pr Benhalima à l'APS. C'est le cas, notamment, des insuffisants rénaux, anémiques pour la plupart, abondamment transfusés, qui se retrouvent, soit exclus de la transplantation, soit victimes d'un rejet du greffon, a indiqué la spécialiste. "Le sang non filtré contient les globules blancs du donneur, qui transmettent au receveur les anti- corps anti HLA du donneur, et à chaque transfusion le nombre d'anticorps augmente et augmente avec lui la marge de rejet du greffon", a détaillé le Pr Benhalima. Le service immunologie effectue les

le Pr Benhalima. Le service immunologie effectue les examens de compatibilité du donneur-receveur et décide de

examens de compatibilité du donneur-receveur et décide de la faisabilité de la transplantation. 25% des demandes de greffes sont rejetées à cause de cross match positif (qui indique la présence d'anti-corps anti HLA du donneur), dont un bon nombre, selon la même spécialiste, peut avoir la transfusion de sang non filtré comme origine. "Pire que l'exclusion de la transplantation, un patient peut faire un rejet hyper aigu ou

accéléré qui peut même lui coûter la vie", a-t-elle prévenu. Elle a souligné, en outre, la nécessité d'examens sanguins près-transplantation "efficaces", devant être effectués avant l'achèvement d'une période de 21 jours après chaque transfusion, ce qui se fait rarement, a-t-elle noté. Le Pr Benhalima a également préconisé d'éviter les dons à risque, de l'enfant à la mère et du mari à sa femme, afin de réduire les risques de rejet des greffons.

ORL
ORL

1000 implants

cochléaires réalisés depuis 2007 en Algérie

implants cochléaires réalisés depuis 2007 en Algérie L es spécialistes ont souligné jeudi à Alger que

L es spécialistes ont souligné jeudi à Alger que 1000 implants cochléaires ont

été réalisés à travers le territoire national depuis le lancement du programme national de lutte contre la surdité en Algérie. Les participants au 5 e Tempus organisé par le CHU de Beni Messous et auquel prennent part des spécialistes de France, d'Italie, de Grèce, du Liban, de Tunisie et d'Egypte ont précisé que l'hôpital de Kouba a effectué à lui seul 1/4 des greffes réalisées sur le territoire national. Le PR Nadia Yahi Aït Mesbah, chef du service ORL a présenté l'expérience de l'unité de greffe d'implants cochléaires et de prise en charge des enfants sourds créée à l'hôpital de Kouba, soulignant que l'otite très répandue chez les enfants se

complique avec l'âge en maladie chronique entraînant la surdité dans la plupart des cas. Le PR Yahi a présenté aux côtés de l'orthophoniste M me Belmehdi une expérience concernant le suivi d'enfants (de 2 ans et demi à 4 ans) ayant bénéficié d'une greffe d'implants cochléaires et qui ont retrouvé la parole et l'ouie. La spécialiste a appelé à une

bonne prise en charge de l'otite dès son apparition chez l'enfant en bas âge par le biais d'un dépistage précoce pour prévenir la perte du sens de l'ouie à l'âge adulte. M me Yahi a estimé que l'otospongiose est l'un des facteurs entraînant la surdité chez les femmes affirmant que cette affection se complique après la première grossesse. Concernant la prise en charge de la maladie, la spécialiste a indiqué que le service concerné la traite par Laser Co2, une thérapie qui a donné des résultats positifs. Le PR Meriem Lograda du CHU de Beni Messous a cité les différentes formes de surdité chez l'enfant notamment celles liées à l'environnement et qui représentent 26 pc des cas atteints par ce handicap, La plupart, a-t-elle précisé, touche l'embryon au cours du premier trimestre de la grossesse si la femme enceinte est atteinte de maladies contagieuses et n'a pas été vaccinée. La deuxième forme de surdité est à caractère héréditaire et touche la moitié des enfants atteints, selon la spécialiste. Pour ce qui est des cas isolés (malformations congénitales), celles-ci sont notamment liées aux maladies touchant les autres organes comme le rein et le cœur, une forme très rare, selon le PR Lograda. Le débat présidé par le PR Omar Zemirli, chef du service ORL au CHU de Beni-Messous a été préparé par une cellule pédagogique spécialisée ayant regroupé les hôpitaux de Beni-Messous, Aïn Naadja, Kouba, Tizi -Ouzou et de Bab El Oued. Les interventions des spécialistes algériens ont été très appréciées par les spécialistes étrangers ayant participé à cette rencontre scientifique.

Les pathologies du sein en débat à Tipasa

L es pathologies du sein sont le thème

ce jeudi au centre de vacances de la

Munatec de Tipasa, par les membres de l’Association des Médecins Libéraux de Tipasa (AMLT) en présence du président du bureau du conseil national de l’éthique et de la déontologie. Selon le Dr Mustapha Benbraham membre du bureau de l’AMLT de Tipasa, le choix de ce thème portant sur les pathologies du sein lors de cette rencontre n’est pas anodin et est destiné à tirer la sonnette d’alarme étant donné le développement vertigineux du cancer du sein qui doit faire l’objet d’une campagne nationale de dépistage précoce pour en limiter les dégâts. Selon le même responsable, cette rencontre s’inscrit aussi dans le sillage de la campagne lancée par la CNAS pour le dépistage du cancer du sein qui doit faire l’objet d’une information grand public aussi bien auprès des médecins généralistes que des citoyennes pour les inciter à faire de l’auto-palpation pour prévenir ce fléau de santé public. Au programme de cette journée scientifique de formation continue les organisateurs ont prévu des communications portant sur "les Tumeurs du sein", la "Classification des ASR", la "la conduite à tenir (CAT) en matière de Gynécomastie", "le Nodule du sein" et la "CAT-Avis du chirurgien". Ces interventions seront animées par des spécialistes des établissements sanitaires de la wilaya en particulier des gynécologues de Bou- Ismaïl, des radiologues et des endocrinologues du CMI de Koléa ainsi que par des Chirurgiens de Hadjout. L’ensemble de ces conférences, qui seront suivies d’un large débat, seront animées par des médecins membres de l’association qui veulent, de leur côté, alerter les citoyens et les pouvoirs publics sur le développement de ces pathologies des seins qui sont souvent

d’une rencontre scientifique organisée,

mortelles quant elles sont détectées en retard sans compter le coût élevé de leur prise en charge. Après le débat portant sur les différentes préoccupations quant à la prise en charge de ces maladies du sein, les animateurs de l’AMLT aborderont la question de la convention entre leur association et la CAAR (caisse algérienne d’assurance et de réassurance), d’autres liées au conseil de l’éthique de la wilaya et autres problèmes et préoccupations diverses des adhérents.

La sensibilisation permet une meilleure prise en charge de l'hypertension artérielle

L travail de proximité est

à même d'assurer une meilleure sensibilisation

des malades sur les risques engendrés par l'hypertension artérielle a indiqué, jeudi, M. Mokhbi Kheireddine, président de l'association d'aide aux hypertendus de la wilaya d'Alger, également président de la Fédération algérienne des associations des hypertendus. "Depuis quelque temps, nous avons jugé plus opportun d'opter pour une politique basée essentiellement sur le travail de proximité", a fait savoir M. Mokhbi, qui s'exprimait en marge d'une journée d'étude et de réflexion sur l'hypertension artérielle, tenue à Alger. Faisant état de l'existence de 33 associations d'aide aux hypertendus à l'échelle nationale, dont 15 au niveau de la capitale, le président de la Fédération algérienne des associations des hypertendus a estimé que le travail de proximité est à même de "tisser des liens plus étroits avec les malades". "En outre, ajoute-t-il, à la faveur du travail de proximité, l'éducation sanitaire du malade et sa sensibilisation sont assurément meilleures" M. Mokhbi a insisté sur le fait que l'hypertension artérielle, "soit une maladie silencieuse et qui tue", tend à gagner du terrain, indiquant que quelques 30 % de la population algérienne est hypertendue, dont 10 % sont hémiplégiques. Pour M. Mokhbi, le slogan choisi par son association, "un tensiomètre dans une famille" n'est pas fortuit mais vise à sensibiliser les citoyens sur les dangers de cette maladie, précisant que rares sont les familles au sein desquelles il n y a pas de malades chroniques . Il a lancé un appel aux pouvoirs publics pour accorder une plus grande attention à cette frange de malades, suggérant que les hypertendus soient remboursés à 100 % dès lors qu'ils souffrent d'une maladie chronique. Le président du bureau de proximité de Aïn Naâdja, M. Ali Toudert, a, pour sa part, mis en évidence le travail de terrain effectué par ses éléments, précisant que celui-ci vise surtout à "se rapprocher des malades en vue de connaître leurs réels besoins". "Nous ciblons essentiellement les plus démunis dont ceux qui n'ont pas de couverture sociale", a fait savoir M.Toudert, ajoutant que des excursions sont organisés au profit des malades notamment en direction des stations thermales. L'hypertension est une maladie qui constitue un problème majeur de santé publique pour de nombreux pays de par le monde. Selon les spécialistes, la sédentarité, le stress et le régime alimentaire sont des facteurs qui aggravent cette maladie.

e

alimentaire sont des facteurs qui aggravent cette maladie. e Le prix du Méritant 2010 décerné à

Le prix du Méritant 2010 décerné à deux handicapés moteurs

du Méritant 2010 décerné à deux handicapés moteurs L prix du Méritant 2010, initié par l'Association

L prix du Méritant 2010, initié par l'Association d'aide aux malades démunis (ADAM), a

été décerné jeudi à Alger à deux lauréats handicapés moteurs, ex aequo, Ines Adjout et Abdennour Bouderbala, pour leurs parcours exceptionnels. Les prix ont été attribués par le professeur Bendib Abderrahmane, du service sénologie du Centre Pierre et Marie Curie (CPMC) de l'hôpital Mustapha-Bacha d'Alger et membre du jury lors d'une cérémonie organisée en l'honneur des lauréats. Le concours, lancé cette année par voie de presse, était destiné au malades démunis ayant eu une carrière exceptionnelle, a-t-on expliqué, indiquant que les prix ont été choisis par les lauréats eux

e

mêmes (un ordinateur pour Adjout et un fauteuil roulant électrique pour Bouderbala). M elle Adjout, de Biskra, présente un handicap physique sous forme de paraplégie (paralysie des deux membres inférieurs) suite à un accident de la circulation survenue en 1999 à l'âge de 19 ans. "J'ai été sélectionnée pour avoir persévéré dans mes études en obtenant mon baccalauréat trois fois de suite (1998, 2003 et 2004) malgré mon handicap", confie à l'APS M elle Adjout, qui indique l'avoir passé pour améliorer sa moyenne générale. "Ceci m'a permis de m'inscrire dans la spécialité pharmacie et ainsi obtenir mon diplôme en pharmacie en 2009 avec une moyenne de 13,46 à la faculté de Sétif", explique-t- elle, appelant les autorités

compétentes à l'aider à obtenir un

agrément pour l'ouverture d'une pharmacie à Biskra où elle vit actuellement. L'autre lauréat, M. Bouderbala (29 ans) présente une paralysie d'origine cérébrale (paralysie des quatre membres) depuis la naissance. C'est un artiste peintre autodidacte qui possède une quarantaine de toiles. Grâce à ses œuvres, il a pu participé à plusieurs expositions nationales et internationales dont la dernière en Libye, où il a représenté l'Algérie à la Journée internationale de l'handicapé et obtenu un prix du Méritant. M. Bouderbala, qui habite au 2 e étage d'un immeuble, appelle les pouvoirs publics à l'aider à obtenir un logement adapté à son handicap.

Vendredi 17 - Samedi 18 Décembre 2010

Santé

13

EL MOUDJAHID

Il ne faut pas conserver les fromages au réfrigérateur Respecter les cycles du sommeil La
Il ne faut pas
conserver les fromages
au réfrigérateur
Respecter les
cycles du sommeil
La raison en est simple. Dans le premier
cas, vous êtes réveillé à la fin d'une
période de sommeil paradoxal, ce qui est
normal, parce qu'il précède le réveil
spontané.
Faux. Ce sont des produits vivants
qui doivent être conservés
dans le bac à légumes,
là où le taux d'humidité est
le plus
élevé. Pensez à les sortir du réfrigérateur
une heure avant de
les déguster. Il faut éviter de manger la croûte du fromage
Faux et vrai. Les amateurs
de saveur puissante s'en délec-
)
tent. Les sujets
à risques (femmes enceintes, malades
l’évi-
teront : c'est surtout dans la
croûte que se développent des
bactéries telle la listeria.
Rester assise est bon pour
la circulation sanguine
Au contraire ! La position assise prolongée est même catastrophique si
vous souffrez de jambes lourdes. Evitez aussi de croiser les jambes. Il est en
effet important de bouger régulièrement
pour faire circuler.
Marchez, faites
du sport : rien de tel que lʼactivité physique
pour lutter contre les jambes
lourdes.
Dans le deuxième cas, vous vous êtes réveillé pen-
dant un cycle de sommeil lent.
L'idéal, pour ouvrir l'œil, est d'attendre la phase de
sommeil paradoxal suivante : dans l'exemple ci-dessus,
si vous vous réveillez en pleine forme à cinq heures, il
faut attendre six heures et demie ou sept heures pour
retrouver cette «forme».
Il est évident aussi que tout dépend de l'heure du
coucher. Si vous vous couchez trop tard, ce calcul ne
sert à rien.
Cependant, vous pouvez réaliser une expérience
similaire le soir : vous commencez à bâiller et à avoir
les yeux qui picotent à vingt-deux heures par exemple.
Si vous vous couchez à ce moment-là, pas de problè-
me : vous vous endormez du sommeil du bienheureux.
En revanche, si vous résistez à l'envie de dormir,
vous observerez que vers vingt-deux heures trente
vous êtes en pleine forme et que l'envie de dormir a
complètement disparu. Si vous vous couchez à ce
moment-là vous aurez des difficultés à entrer dans le
sommeil.
Comme pour le réveil, il est préférable d'attendre un
nouveau cycle et une nouvelle envie de dormir.
Pourquoi
sommes-
nous attirés
par ?
Le jus de myrtille
et la flore intestinale
certains
aliments
Nos choix expriment
les besoins de notre
corps. Avons-nous
beaucoup transpiré et
perdu d' eau ? Cela va
nous pousser à boire
et à manger salé pour
rétablir notre équi-
libre hydrique.
Enfin, lorsque nous
cherchons un supplé-
ment de réconfort
dans la nourriture,
cela se traduit par une
appétence pour les
produits goûteux,
c' est-à-dire plutôt gras
et, ou, sucrés.
Connues de tous, les baies séchées de myr-
tille offrent une action désinfectante du tube
digestif (anti-colibacilles), anti-diar-
rhéique, astringente, elles soulagent des
spasmes gastriques et intestinaux.De
plus, le jus de myrtille régale nos papilles de
son délicieux nectar. En dernier lieu la myrtille est une source de
vitamines et de micronutriments inndispensables au bon fonc-
tionnement de votre organisme.
Peut-il être
dangereux
de boire
trop d’eau ?
Oui, car on peut alors être vic-
time d’hyponatrémie (déficit
de sodium), phénomène consé-
cutif à une intoxication à l’eau.
Si l’on en absorbe plus de 5
litres en une seule journée sans
faire le moindre effort phy-
sique, l’eau passe dans le sang
Peut-on vivre avec
un seul
poumon ?
Absolument,
des dizaines
de milliers de
personnes
vivent normale-
ment avec un seul
poumon fonction-
nel. Même le
plus petit des
deux (celui qui
recouvre le coeur)
suffit à assurer une bonne oxygénation du
sang et l'élimination du gaz carbonique.
Bien sûr, la respiration n'est pas aussi effi-
cace qu'avec deux poumons en bon état,
mais il n'y a pas besoin de recourir à une
assistance artificielle. Ce système est utilisé
pour certaines opérations ou sur de courtes
durées (quelques jours). Il permet une oxy-
génation extracorporelle du sang grâce à
une pompe
et une membrane qui jouent le
rôle des poumons en assurant les échanges
gazeux. La captation du sang et son retour
dans le système sanguin s'effectuent via des
perfusions connectées à l'artère et à la veine
fémorale par exemple. Des poumons artifi-
ciels à implanter dans la cage thoracique ont
été testés aux Etats-Unis, mais les résultats
ne sont pas
assez concluants pour être une
où elle fait chuter la concentra-
tion en sodium. Or, dans le
même temps, le taux de sel
contenu dans le reste de l’orga-
nisme ne change pas, et l’eau
se déplace du milieu le moins
concentré en sel vers celui le
plus concentré : au contact de
la circulation sanguine, les cel-
lules des tissus vont absorber le
surplus aqueux via leur mem-
brane semi-perméable. Les
muscles et les organes se gor-
gent peu à peu de liquide.
Même le cerveau n’y échappe
pas : enfermé dans la boîte crâ-
nienne, il est comprimé, et son
oedème peut conduire à la
mort.
alternative aux greffes.

Sida

Un malade guérit après le traitement de sa leucémie

Sida Un malade guérit après le traitement de sa leucémie E n 2007, un Américain séropositif

E n 2007, un Américain séropositif de 40

médicaments antirétroviraux le temps de

subir un traitement efficace contre son cancer du sang. Mais après la greffe de moelle osseuse provenant d'un donneur "résistant" au sida, le virus a disparu de son organisme. Le Pr Jean- François Delfraissy, qui dirige l'Agence nationa- le de recherche sur le sida et les hépatites virales, commente ce cas publié dans la revue Blood. Pr Delfraissy : C'est une observation tout à fait extraordinaire. Ce patient infecté par le VIH développe une leucémie ; il est traité à la fois par une chimiothérapie très large et une irradiation corporelle totale, qui détruit beaucoup de ses cellules, y compris celles infectées par le VIH. Il doit ensuite subir une greffe de moelle osseuse, ce qui est le traitement habituel des leucémies. Mais le coup de génie de ses médecins a été de choisir une moelle non seulement compatible sur le plan immunologique (c'est indispensable) mais en plus provenant d'un porteur d'une ano- malie génétique le rendant résistant au VIH. Environ 1 % de la population caucasienne (moins quand on descend vers le sud) a cette mutation, découverte il y a une dizaine d'années; les personnes concernées sont beaucoup moins contaminées que les autres et, quand elles le sont, elles évoluent bien plus lentement vers le sida.

ans, vivant en Allemagne, doit arrêter ses

La greffe de moelle osseuse est-elle une solution pour l'avenir ?

Non. Trouver un donneur HLA compatible, c'est déjà difficile, mais qu'il soit en plus résis- tant au sida, c'est mission impossible. De plus, la greffe de moelle osseuse est un traitement très lourd, plus risqué que la prise des médicaments actuels. Il y a 25 à 30 % de rejets de greffe de la greffe, des risques infectieux majeurs et une obligation de séjourner en chambre stérile pen- dant plusieurs semaines. C'est pourquoi les malades doivent poursuivre leur traitement anti- rétroviral et ne pas chercher à recevoir une gref- fe de moelle.

Qu'apporte le traitement réalisé chez cet Américain ?

Pour l'instant, il faut considérer son histoire comme unique, difficilement reproductible. Mais les scientifiques se passionnent légitime- ment pour cette expérience. Il y a 18 mois, quand les spécialistes alle- mands ont décrit ce cas, précisant qu'il n'y avait plus de virus dans le sang de cet homme malgré l'absence de prise d'antirétroviraux, les experts ont trouvé le recul un peu court. D'autant plus que tous les "réservoirs" du virus n'avaient pas été examinés de près. Maintenant, avec 3,5 ans de recul, les auteurs présentent la restauration immunologique non seulement au niveau du sang et de la moelle osseuse, mais aussi dans le tube digestif. Il faut savoir que 90 % de notre système immunitaire est associé aux muqueuses digestives. Les médecins ont donc effectué des biopsies à ce niveau et ils ont constaté à la fois une bonne res- tauration du système immunitaire de ce patient qui vient en totalité du donneur et l'absence de VIH au niveau des réservoirs (le virus intégré dans les cellules). Attention, il ne faut pas pour autant parler d'éradication. Le VIH peut être tapi ailleurs dans l'organisme ou subsister en quantité très faible et donc indétectable. Il n'empêche que ce cas reste exceptionnel. Et même s'il inspire des idées de thérapie génique, il faut savoir que ce sont des traitements extrêmement lourds qui ne permet- tront jamais de soigner les 35 millions de per- sonnes porteuses du virus du sida dans le monde.

Société

14

Australie EL MOUDJAHID
Australie EL MOUDJAHID
Australie EL MOUDJAHID
Australie EL MOUDJAHID

Australie

Australie EL MOUDJAHID
Australie EL MOUDJAHID
Australie EL MOUDJAHID

EL MOUDJAHID

Australie EL MOUDJAHID

Peu d'espoir de trouver d'autres survivants

L e ministre australien de l'Immigration a indiqué vendredi que les autorités australiennes n'ont

plus guère d'espoir de retrouver d'autres survivants du naufrage mercredi d'un bateau chargé d'immigrants irakiens et iraniens qui a fait au moins 30 morts, près de l'île de Christmas Island. "La triste réalité est que nous menons plus désormais une opération de récupération de cadavres qu'une mission

de sauvetage", a expliqué le ministre

australien de l'Immigration, Chris Bowen, à la radio ABC. Des plongeurs ont retrouvé deux nouveaux corps, portant à au moins 30 le nombre de morts de morts dans le naufrage. 42 survivants ont été dénombrés, dont 8 enfants, un mineur non accompagné et trois membres d'équipage indonésiens. Selon des médecins, il se pourrait que 50 personnes aient péri, le nombre exact de passagers à bord du bateau n'étant pas

) (

connu. L'embarcation de fortune, qui s'est fracassée mercredi sur les rochers de Christmas Island dans une mer démontée,

les rochers de Christmas Island dans une mer démontée, transportait selon les premières estimations une centaine

transportait selon les premières estimations une centaine d'immigrants, des familles pour la plupart. Christmas Island est un territoire

australien, situé dans l'océan Indien à 2.600 km des côtes nord-ouest de l'Australie et quelque 300 km des côtes indonésiennes.

Intempéries

Le Royaume-Uni craint le pire hiver depuis 1963

L e Met Office, organisme chargé des prévisions mé- téorologiques en Grande

Bretagne a prévu pour cette année, le pire hiver depuis 1963, durant lequel le Royaume avait enregistré des températures glaciales. Dans son bulletin météo, le Met Office prévoit des températures très basses pour la semaine prochaine, avec "plus de neige et de gelées nocturnes dans la plupart des régions du pays". En prévision du mauvais temps, le ministère des Transports, a programmé l'achat de 250.000 tonnes supplémentaires de sel de voirie afin d’éviter les perturbations du trafic. Début du mois, le Royaume Uni avait connu une vague de froid précoce, avec des températures plongeant à moins de 18 degrés dans le nord du pays, ce qui avait sérieusement perturbé le trafic et engendré des pertes sur le plan économique avec notamment, la fermeture de l’aéroport de Gatwick. Le Secrétaire d’Etat aux Transports, Philip Hammond a tenu des réunions de travail pour

vérifier les progrès réalisés dans la prévention contre les conséquences des intempéries et ce, afin d’éviter les graves perturbations enregistrées fin novembre sur les routes et les voies ferrées. "Nous nous sommes mieux préparés pour affronter cet hiver contrairement à l'année dernière", a-t-il affirmé. De leur côté, les entreprises ont réclamé des mesures efficaces et solides pour éviter des dommages et ne pas compromettre la suite de la reprise économique. La Fédération des petites entreprises a exprimé sa préoccupation quant à la vague de froid qui s’annonce. Son président, John Walker a déclaré que les chefs d’entreprises sont déçus par le fait que "nous n'avons pas encore tiré les leçons des intempéries précédentes et le pays risque encore une fois d’être à l'arrêt". Il convient de signaler que les dernières perturbations climatiques ont causé à l’économie britannique, des pertes avoisinant les 10 milliards de dollars.

Une tortue à deux têtes découverte en Turquie !

Les visiteurs d’un parc naturel en Turquie ont eu la chance de découvrir récemment une petite tortue à deux têtes. Dans un parc naturel près d’Iz- mir, dans l’est de la Turquie, les visiteurs ont découvert une tor- tue à deux têtes ! Le spécimen a été trouvé dans le jardin d’une maison à Manisa, et a été immédiatement amené au parc naturel. Il s’agit en fait de jumeaux fusionnés suite à une anomalie rare qui apparaît lorsque la séparation de deux embryons jumeaux n’a pas lieu

la séparation de deux embryons jumeaux n’a pas lieu assez rapidement et demeure in- complète. Ces

assez rapidement et demeure in- complète. Ces frères siamois, puisqu'il s'agit de mâles, cohabitent donc dans la même carapace depuis leur naissance. Ils appartiennent à l’espèce des tortues mauresque. Les spécimens de cette dernière peuvent vivre jusqu’à 75 ans, selon les gérant du parc naturel. Ils auront donc tout intérêt à bien cohabiter.

Science
Science

Les acariens craignent l'altitude

Adeptes des lieux chauffés et confinés, comme sous la couette, les acariens ne survi- vent pas en revanche en alti- tude. Au-dessus de 1 500 mètres, plus de trace de ces arachnides. Pour bien vivre et proliférer, un acarien a besoin d'un envi- ronnement chaud et humide :

25°C, et 75% à 80% d'humidité. Dans ces conditions il mange 5 fois plus et se reproduit également, 5 fois plus. Quelle bête ! Or en altitude, ces conditions ne sont pas réunies. L'air y est en général plutôt sec. Et mis à part en été, il fait rarement plus de 25°C au-dessus de 1 500 mètres. Voilà pourquoi certains allergo- logues préconisent des cures en montagne pour leurs patients al- lergiques aux acariens.

en montagne pour leurs patients al- lergiques aux acariens. Les hommes préhistoriques étaient cannibales N os

Les hommes préhistoriques étaient cannibales

N os ancêtres les hommes de Néanderthal se mangeaient les uns les

autres, affirme une nouvelle étude à paraître en janvier. Les chercheurs ont observé les marques de dents trouvées sur des os humains préhistoriques, qui ont confirmé des théories précédentes, qui estimaient déjà que les premiers humains qui ont re-colonisé la Grande- Bretagne après l'âge de glace pratiquaient le cannibalisme. C'était une stratégie de survie, affirment les auteurs de l'étude à Discovery News, qui rappellent au passage que tous les cannibales ne tuent pas eux- mêmes une personne avant de la manger:

«Imaginez qu'un membre de votre groupe meurt. Le corps peut vous obliger à ne pas chasser pour un jour, ce qui était toujours dangereux à l'époque, et puis que faire avec le corps mort, qui pourrait attirer des carnivores dangereux qui pourraient attaquer le groupe.

Cela pourrait être une bonne solution.» Pour déterminer quelles traces les humains laissent quand ils mâchent ou rognent des os, les chercheurs ont fait manger à quatres groupes d'Européens de la viande d'agneau bouillie, en leur demandant de ne laisser que les os propres (et donc de grignoter ces derniers). Les scientifiques ont aussi étudié des os mâchés dans les années 1960 par un

peuple de Namibie qui ne cuisait pas sa nourriture autant que les Européens, et analysé des collections d'os fossilisés d'anciens sites d'hominidés en Espagne, en Grande-Bretagne et dans la région du Caucase. Ils en ont conclu que les traces humaines laissaient un motif distinct de celui d'autres animaux (par exemple, les animaux carnivores ne plient pas le bout d'un os ou ne laissent pas les égratignures de nos incisives). Ce motif même qui a été retrouvé sur des os humains. Et puisque le fait de mâcher un os sous-entend que celui qui mange essaye d'atteindre jusqu'à la moelle et aux plus petits lambeaux de viande, ces marques supposent également que ce cannibalisme était nutritionnel et ne faisait pas partie d'un rituel. En plus de nous apprendre que nos ancêtres étaient parfois cannibales, le fait de pouvoir distinguer les traces de dents humaines de celles d'animaux carnivores sur des os permet aussi d'en savoir plus sur ce qu'ils mangeaient : les scientifiques ont ainsi découvert que les Homo habilis mangeaient du hérisson, et qu'ils se servaient d'outils pour le déguster. Les hommes de Néanderthal semblent avoir eu comme habitude de consommer des bébés de mammifères marins (évitant les adultes, plus dangereux).

Népal

Les 22 passagers et membres d'équipage sont morts

L es 22 passagers et membres d'équipage d'un petit avion qui s'est

écrasé mercredi après son décollage d'un aéroport dans l'est du Népal et dont l'épave a été localisée, sont tous morts, a indiqué , jeudi, la police. "Nous avons découvert 20 corps. Nous cherchons encore deux autres corps mais il est certain qu'il n'y a aucun survivant", a déclaré à la presse le porte-parole de la police, Bigyan Raj Sharma. "L'avion s'est entièrement disloqué et ses morceaux sont éparpillés au milieu d'une forêt très dense", a-t-il ajouté. L'épave du petit avion de passagers avec 22 personnes à son bord, porté disparu depuis mercredi après son décollage d'un aéroport situé dans l'est du Népal, a été localisée et une équipe de secours a pu se rendre jeudi sur le site de l'accident, a précisé la police. Selon la compagnie aérienne Tara Air, propriétaire de l'appareil, un des passagers

est un Américain et les autres sont des Népalais.

Réchauffement climatique

La fonte des glaciers libère des polluants

Publié ce prochain mois de janvier, un

des polluants Publié ce prochain mois de janvier, un rapport réalisé pour le Programme environnement des

rapport réalisé pour le Programme environnement des Nations Unies met en évidence les risques sanitaires dus aux divers polluants jusqu'alors stockés ou piégés dans les glaces, et libérés par le réchauffement climatique. "De très petites quantités de polluants organiques persistants vont dans la chaîne alimentaire, mais ils s'accumulent de plus en plus lorsqu'on va vers le haut de cette chaîne. Et la fin de la chaîne alimentaire, c'est nous

explique Donald Cooper, du Programme

environnement des Nations Unies, coordinateur d'une étude internationale sur le lien entre le changement climatique et ces polluants organiques persistants (POP) dus à l'activité humaine. Parmi ceux-ci, les PCB, liés à des cancers et à des cas de stérilité, aujourd'hui interdits mais naguère utilisés dans les appareils électriques

ou le DDT, un insecticide interdit dans les élevages, mais encore utilisé contre les insectes vecteurs de maladies comme la malaria, susceptible de se propager plus vite avec le réchauffement climatique. Des produits que l'on retrouve dans le lait maternel et dans le sang. "Par le passé, des polluants ont voyagé sur de grandes distances et ont été piégés dans la glace des glaciers. Mais comme la glace fond et que les températures grimpent, ils sont relâchés dans la mer ou l'atmosphère", continue Donald Cooper. Par ailleurs, des épisodes climatiques extrêmes - tels que les inondations dévastatrices de cette année au Pakistan - ont libéré des polluants interdits, stockés avant destruction. "Peu importe que vous viviez au Kenya ou en Angleterre, la nourriture circule à travers le monde", conclut Donald Cooper.

", !

Monde

15

EL MOUDJAHID

50 e anniversaire de la résolution onusienne 1514 relative à l’octroi de l’indépendance aux pays
50 e anniversaire de
la résolution onusienne
1514 relative à l’octroi
de l’indépendance
aux pays et aux peuples
coloniaux
I l fallait s’y attendre. Les travaux de la
Conférence internationale d’Alger, célé-
brant le 50 e anniversaire de la résolution
cet égard par le secrétaire géné-
ral et son envoyé personnel,
l'Assemblée générale a demandé
à la quatrième commission onu-
sienne chargée de la décolonisa-
tion de continuer à suivre la
situation au Sahara occidental.
Le Maroc et le Front
Polisario avaient engagé en juin
2007 des négociations directes,
sous l'égide de l'Onu, avec quatre
rounds qui avaient eu lieu à
Manhasset, suivis de trois
réunions informelles à Vienne et
à Manhasset.
nombre de personnes fuyant la
Côte d'Ivoire atteigne les 5.000
national de la Croix-Rouge
(CICR) s'est dit "vivement pré-
au début de la semaine prochai-
ne au plus tard, en raison des
troubles post-électoraux.
Le HCR dénombrait vendre-
occupé" par les violences en
Côte d'Ivoire, appelant les
forces de l'ordre locales à un
usage "proportionné" de la force
di 4.441 réfugiés ivoiriens, dont
4.241
ont fui au Liberia (contre
3.500
mardi) et 200 en Guinée,
depuis le deuxième tour de la
présidentielle.
Ce chiffre pourrait grimper à
"5.000 en début de la semaine
prochaine voire avant étant
donné le rythme d'arrivées" de
réfugiés, a expliqué à la presse
une porte-parole du HCR,
Melissa Flemming.
De son côté, le Comité inter-
et à "respecter les principes
humanitaires élémentaires".
"Les vies doivent être épar-
gnées, l'intégrité physique et la
dignité des personnes respec-
tées", a expliqué le CICR dans
un communiqué rappelant
notamment que les forces de
sécurité engagées dans les opé-
rations de maintien de l'ordre
"ne doivent recourir à la force
que lorsque cela est strictement
nécessaire.
USA
Laurent Gbagbo a "un temps
limité" pour quitter le pouvoir
Un haut responsable américain a affirmé jeudi que Laurent
Gbagbo dispose d'un "temps limité" pour céder le pouvoir à
Alassane Ouattara en Côte d'Ivoire et il en est conscient.
"Nous avons des raisons de penser qu'il reçoit le message",
a déclaré ce responsable parlant sous couvert de l'anonymat.
"Nous pensons fortement qu'il écoute avec attention ce que
les Etats-Unis, la France, la CEDEAO et l'Union africaine lui
font comprendre", a poursuivi le haut responsable: "Il a une
décision à prendre et dispose d'un temps limité pour le faire".
Interrogé sur la portée de cet avertissement, le responsable
a rappelé la menace américaine de sanctions contre M. Gbagbo
et sa famille.
Il a ajouté que Washington et ses partenaires "unanimes"
s'attendaient à une décision de M. Gbagbo "dans les jours qui
viennent".
onusienne 1514 relative à l’octroi de l’indé-
pendance aux pays et aux peuples coloniaux,
ont pris fin par l’adoption de la Déclaration
d’Alger.
Les éminentes personnalités, qui ont pris
part à cette importante réunion, ont exprimé
leur solidarité avec les peuples des territoires
non encore autonomes qui luttent pour leur
droit à disposer d’eux-mêmes dans le cadre
libérateur et émancipateur de cette résolution.
Ils ont souligné que le peuple de Palestine
et le peuple du Sahara occidental sont en droit
d’attendre de la communauté internationale un
soutien ferme et une action plus résolue en vue
de leur exercice de ce droit à l’autodétermina-
tion et décidé de faire de cet objectif une prio-
rité.
Le fait de soutenir que le colonialisme sous
toutes ses formes et dans toutes ses manifesta-
tions est contraire aux principes de la Charte
des Nations unies et aux normes du droit inter-
national, est révélateur d’une conscience col-
lective et agissante. Il instaure la volonté de
continuer le combat pour la dignité et l’égalité
de tous les peuples sans exclusive. Ce défi est
à relever car la pertinence et la validité de cette
résolution restent toujours d’actualité.
L’événement est mémorable car il renforce
l’obligation de resserrer les rangs, d’agir de
manière solidaire pour éliminer l’ensemble des
obstacles qui se dressent sur le chemin des
peuples qui souffrent encore du colonialisme
et de la domination étrangère.
La Déclaration d’Alger a, aussi, imposé la
mission de persévérer dans la mise en place
d’une stratégie capable d’accélérer la fin défi-
nitive du colonialisme partout dans le monde.
La réaffirmation du soutien à la lutte des
peuples sahraoui et palestinien est un gage de
la communauté internationale en faveur de ces
deux peuples qui souffrent quotidiennement
dans leurs territoires occupés.
Il est heureux de constater que la
Déclaration d’Alger a réitéré la nécessité de
parachever le processus de décolonisation qui
est inéluctable.
Une satisfaction légitime s’est dégagée à
propos des efforts déployés pour consolider les
indépendances nationales, par la reconstruc-
tion des structures étatiques que le colonialis-
me s’était évertué à briser.
Le regard vers le présent et l’avenir s’est
manifesté avec une ferme résolution orientée
vers la consolidation de la coopération Sud-
Sud et l’intégration régionale pour tracer la
voie à une participation des anciens pays colo-
nisés à l’économie mondiale, dans l’établisse-
ment d’un partenariat stratégique, mutuelle-
ment bénéfique, fondé sur la préservation de
leur autonomie de décision et de leur souverai-
neté sur leurs ressources naturelles.
L’Algérie a abrité les travaux du groupe des
Sages de L’UA (Union africaine), présidé par
l’ancien Président de la République algérien-
ne, M. Ahmed Ben Bella, qui, à travers l’adop-
tion d’un document cadre sur la justice transi-
tionnelle, permet de répondre au double impé-
ratif de la quête de paix, de la promotion de la
réconciliation, de la lutte contre l’impunité.
Ce panel entend jouer un rôle actif dans la
ratification des instruments africains et inter-
nationaux pertinents relatifs aux droits de
l’homme, la sensibilisation des médiateurs et
faiseurs de paix à travers toute l’Afrique.
L’Algérie est pleinement convaincue par le
droit inaliénable des peuples à disposer d’eux-
mêmes.
Sa lutte de Libération nationale en est un
exemple historique qui a contribué dans une
très large mesure au processus de décolonisa-
tion des pays sous domination étrangère.
La Déclaration d’Alger conforte la détermi-
nation des anciens pays colonisés à peser sur le
cours de événements et de se positionner en
tant que partenaires vigilants dans un monde
qui vit des circonstances décisives avec la
mondialisation brutale et rampante, l’émergen-
ce des grands regroupements internationaux,
les ambitions franchement avouées de la part
de ceux qui ne se résoudront jamais à faire
table rase de leur volonté à perpétuer les dik-
tats au nom d’une prétendue Realpolitik ou
d’arguments dépassés par l’histoire.
M. Bouraïb

Onu-Sahara occidental-Maroc

Ouverture à Manhasset de la 4 e réunion informelle entre le Polisario et le Maroc

La quatrième réunion informelle entre le Front Polisario et le Maroc s'est ouverte hier, à Manhasset (New York) pour une durée de deux jours sous l'égide des Nations unies. Cette rencontre se tient à huis clos à la résidence de Greentree Estate. Tenue un peu plus d'un mois depuis le troisième round infor- mel, cette nouvelle rencontre se déroule sous les auspices de l'en- voyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross, en présence des délégations des deux parties et des représentants des deux pays observateurs, l'Algérie et la Mauritanie. La délégation sahraouie, conduite par le président du Conseil national (Parlement), M. Khatri Addouh, est composée du coordinateur avec la Mission des Nations unies pour l'organisation

d'un référendum au Sahara occi- dental (Minurso), M. M'hamed Khaddad, et du représentant du Front Polisario à l'Onu, M. Ahmed Boukhari. Lors de leur précédente ren- contre en novembre, les deux délégations avaient décidé de se réunir à nouveau au mois de décembre, ainsi qu'au début de l'année prochaine, afin de pour- suivre le processus de négocia- tions qui a été demandé par les résolutions du Conseil de sécuri- té des Nations unies. En application de la Déclaration sur l'octroi de l'indé- pendance aux pays et aux peuples coloniaux, l'Assemblée générale de l'Onu a adopté la semaine dernière la résolution appuyant le processus de négo- ciation en vue de parvenir à ''une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l'autodétermination du peuple du Sahara occidental''. Louant les efforts déployés à

Côte d’Ivoire

Gbagbo pressé par la communauté internationale de quitter "très rapidement" le pouvoir

Les troubles ont fait entre 9 et 30 morts selon diverses sources et 80 blessés. 4.241 Ivoiriens ont fui au Liberia et 200 en Guinée.

L a communauté internatio- nale a pressé hier, le chef de l'Etat ivoirien sortant

Laurent Gbagbo de rendre le pouvoir "d'ici à la fin de la semaine" au président "démo- cratiquement élu" Alassane Ouattara, au lendemain d'affron- tements meurtriers dans le pays entre les partisans des deux rivaux à la fonction présidentiel-

le. A l'issue d'un sommet à Bruxelles, les dirigeants de l'Union européenne (UE) ont exhorté armée et civils à "se pla- cer sous l'autorité du président démocratiquement élu, Alassane Ouattara" et ont haus- sé le ton contre Gbagbo, menacé de sanctions avec d'autres proches s'il ne quitte pas le pou- voir "d'ici la fin de la semaine". Ils ont également réaffirmé "la détermination de l'UE à prendre des mesures ciblées contre qui voudraient continuer à empêcher le respect de la volonté exprimée par le peuple ivoirien". Après avoir qualifié de "par- faitement inadmissible", la situation en Côte d'Ivoire, le chef de l'Etat français Nicolas Sarkozy a prévenu, lors du sommet de Bruxelles, que "si avant la fin de la semaine Laurent Gbagbo n'a pas quitté le poste qu'il occupe en viola- tion de la volonté du peuple ivoirien, lui et son épouse seront nommément sur la liste des sanctions" de l'UE. Selon des sources diploma- tiques à Bruxelles, l'UE prépare une liste de 18 ou 19 noms, essentiellement des proches de Laurent Gbagbo, qui feront l'objet de sanctions comme un gel d'avoirs et des restrictions de visas. Le placement ou non du diri- geant ivoirien lui-même sur la liste fait encore débat, selon des diplomates qui ont précisé que la liste devrait être décidée lundi prochain par les représen- tants permanents des 27 gouver- nements européens. De son côté, la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a mis en

cause la "responsabilité" de ceux qui s'opposent à un trans- fert pacifique du pouvoir au "président élu", l'ex-Premier ministre Alassane Ouattara, qui bénéficie du soutien de l'en- semble de la communauté inter- nationale dont l'UA. Par ailleurs, Mme Ashton a appelé les parties impliquées dans la crise post-électorale ivoirienne "à rester calmes et à garder leur contrôle de soi", exprimant son "inquiétude" après la montée des violences et déplorant les victimes des récentes manifestations à Abidjan. Les violences ont éclaté jeudi à Abidjan lorsque les par- tisans de M. Ouattara ont tenté de marcher sur la radio télévi- sion d'Etat RTI, mais en ont été empêchés par les forces de l'ordre fidèles à M. Gbagbo qui ont ouvert le feu. Ces militants ont prévu de reprendre leur marche sur la RTI, ainsi que sur le siège du gouvernement, ven- dredi. Le bilan de ces violences varie entre 11 et 30 morts, selon diverses sources, qui parlent aussi de 80 blessés. Au lendemain de ces vio- lences, le président de la Commission de l'Union africai- ne (UA), Jean Ping, est arrivé dans la capitale économique ivoirienne (Abidjan), pour ten- ter de trouver une solution à la crise politique née de la prési- dentielle du 28 novembre. M. Ping s'est directement rendu de l'aéroport au quartier administratif du Plateau où est situé le palais présidentiel et où se trouve Laurent Gbagbo. Il devrait ensuite se rendre au quartier général d'Alassane Ouattara. La visite de M. Ping fait suite à une précédente tentative de médiation de l'organisation panafricaine menée par l'ancien président sud-africain Thabo Mbeki, qui n'a pas réussi à débloquer la crise. Sur le plan humanitaire, le Haut commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR) a indiqué s'attendre à ce que le

Vie Quotidienne

22

EL MOUDJAHID

Décès Aïssa KECHIDA Militant de la cause nationale, auteur du livre “Les architectes de la
Décès
Aïssa KECHIDA
Militant de la cause nationale, auteur du
livre “Les architectes de la Révolution”,
Aïssa KECHIDA est décédé hier, a-t-on
appris de ses proches
Très apprécié pour sa grande sagesse et
son patriotisme, le regretté Aïssa
KECHIDA n’avait que des amis.
L’enterrement aura lieu aujourd’hui au
cimetière de Garidi (Kouba)
Puisse Dieu le Tout-Puissant accorder au
défunt Sa Sainte Miséricorde et
l’accueillir en Son Vaste Paradis.
A Allah nous appartenons et à Lui nous
retrournons.

Grande-Bretagne

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, libéré sous conditions

L e fondateur du site internet WikiLeaks, Julian Assange, a été libéré jeudi

mais "sous conditions", après neuf jours de détention à Londres dans le cadre d'une procédure d'extradition vers la Suède, ont rapporté des médias. "Je vais accorder la mise en liberté sous caution," a déclaré le juge Duncan Ouselay, au terme d'une audience de 90 minutes à la Haute cour de Justice de Londres qui examinait l'affaire en appel. Cette décision ne peut faire l'objet d'aucun recours, a-t-on précisé. Julian Assange est détenu

à Londres depuis le 7 décembre dans le cadre d'une procédure d'extradition vers la Suède, dans une affaire d'agressions sexuelles et de viol. Le fondateur de WikiLeaks, site spécialisé dans la publication de documents confidentiels de la diplomatie américaine, avait déjà tenté deux fois auparavant d'obtenir sa libération en justice : la première après sa reddition à la police le 7 décembre, la seconde mardi. Un juge de premier instance avait alors décidé de le libérer sous caution. Mais le parquet britannique, qui représente le gouvernement

Après Sétif et Oran,

Alger inondée de «chemma» de très mauvaise qualité

suédois, avait immédiatement fait appel, estimant qu'il pourrait s'enfuir. Julian Assange, qui va donc pouvoir quitter prochainement la cellule de sa prison de Wansdworth devra notamment verser une caution de 240.000 livres (283.000 euros), dont 200.000 en liquide, et être assigné à résidence dans la propriété d'un de ses amis à environ 200 kilomètres de la capitale britannique. Il devra aussi se plier à couvre-feu et se présenter régulièrement au commissariat de police le plus proche, a-t-on indiqué.

A près Sétif et Oran, voilà

qu’un nouveau réseau

spécialisé dans la

contrefaçon de tabac à chiquer au niveau de la capitale, Alger, tombe dans les filets de la gen- darmerie nationale. Les élé- ments de la compagnie de gen- darmerie nationale de Dar El Beïda, relevant du groupement d’Alger ont mis la main, mardi dernier, suite à une information précise, sur une grande quantité de « chemma ». A la faveur d’un mandat de perquisition délivré par le pro- cureur de la République, les gendarmes ont saisi dans un ate- lier clandestin dans la commune de Bordj El Kiffan (Verte Rive) pas moins de 7 tonnes de tabac à chiquer, de mauvaise qualité, très dangereuse pour la santé des consommateurs. Lors de la même perquisi- tion, il a été récupéré des machines d’impression et du matériel informatique, dernière

dans la

confection de faux emballages,

flanqués

sigle

marque déposé

par

nationale

tabacs et allu- mettes (SNTA).

Ils

trouvé

papier

appareils artisa- naux utilisés dans l’emballage du produit pro- hibé. En sus de la saisie du tabac à chiquer, les chargés de l’affaire ont réussi à interpeller 9 per- sonnes impliquées dans la confection de la fausse « chem- ma » dans le quartier de Verte Rive à Bordj El Kiffan. Comme ce fut le cas à Sétif et Oran, les personnes appréhendées, âgées entre 22 et 30 ans, sont origi- naires de Sétif et Mila. Selon la gendarmerie natio-

génération, utilisés

nale, qui a découvert aussi des

timbres fiscaux, du papier d’em- ballage portant

l’inscription El Assil, Makla El Hilal et Malikat Ifrikya, la valeur de la marchandise sai- sie dépasserait les 40 milliards de cen- times. L’atelier clandestin, qui ser- vait aussi de dortoir

aux travailleurs clandestins, activait depuis un peu plus d’un an, ce qui veut dire que le marché du tabac dans la capitale était inondé de ce « poison » fabriqué avec des matières qui ne répondent pas aux standards internationaux de production. Selon la même source, les

mis en cause seront déférés devant le procureur de la République d’El-Harrach. M. M.

du

la

de

7 tonnes de tabac à chiquer récupérées et 9 personnes interpellées.

la

ont

Société

des

aussi

et

du

des

Vie religieuse
Vie religieuse

Horaires des prières de la journée du samedi 12 Moharram 1432 correspondant au 18 décembre 2010 :

Dohr

— 12

— 15

‘Asr

h 44

h 16

— Maghreb

17 h 36

— ‘Icha

19 h 01

Dimanche 13 Moharram 1432 corres- pondant au 19 décembre 2010 :

— Fedjr

06

h 22

— Chourouk

07

h 55

: — Fedjr 06 h 22 — Chourouk 07 h 55 Félicitations A toi Karima Le
Félicitations A toi Karima Le monde a vraiment besoin de jeunes gens doués et ambitieux
Félicitations
A toi Karima
Le monde a vraiment besoin de jeunes gens doués
et ambitieux qui portent en eux la promesse d’un avenir
meilleur.
La famille OUHAB, parents, frères, sœurs, amis et ta
belle-sœur Nesrine, tous témoins réunis aujourd’hui
pour célébrer ta franche réussite (ton obtention du diplô-
me avocat) te souhaitent de connaître le même succès
dans tous tes projets au cours des prochaines années.
Sincères félicitations et joyeuse célébration.

Mila

6.600 crédits Rfig pour les producteurs céréaliers

L es céréaliculteurs de Mila ont bénéficié au titre de la campagne agricole en cours de 6.600 crédits Rfig accordés par la Banque de l’Agriculture et du développement rural (BADR), a indiqué hier, le

responsable du groupement régional de cette institution bancaire. Ces crédits remboursés sans intérêts, accordés dans le cadre de la cam- pagne labours-semailles conduite sur 105.000 hectares de céréales, toutes espèces confondues, ont atteint la somme globale de 68 millions de dinars, couvrant 22.251 ha, a souligné M. Bachir Talhaoui. Le groupement a reçu plusieurs autres dossiers de crédit Rfig pour la production de pomme de terre et le financement de matériels agricoles, a ajouté le même responsable, précisant que les crédits continueront d’être accordés, sous réserve d’acceptation des dossiers, jusqu’au mois de mars prochain. La BADR de Mila, selon son responsable, organise périodique- ment des rencontres de sensibilisation pour expliquer les conditions d’ac- cès à ce crédit destiné à encourager les activités agricoles.

Alger

12 ans de prison requis pour trafic de stupéfiants

L e procureur de la République près le tribunal correctionnel de Bir Mourad Rais a requis une peine de 12 ans de prison ferme contre un individu pour détention et commercialisation de stupéfiants.

Le mis en cause, qui exerce comme agent de sécurité au sein d’une importante entreprise nationale, a été interpellé en novembre dernier à Bir Mourad Rais (Alger) après que des informations, faisant état de trafic de drogue, soient parvenues aux services de sécurité. Accompagné d’un autre individu qui a réussi à prendre la fuite, le prévenu a tenté de résister et d’échapper aux policiers, mais ces derniers ont pu le neutraliser. Après la fouille, une quinzaine de comprimés de psychotropes ont été récupérés.

Décès La famille Mazouz a la douleur de faire part du décès le 4 décembre

Décès

La famille Mazouz a la douleur de faire part du décès le 4 décembre 2010 de son très cher et regretté père, grand- père, parent et allié

Mazouz Amar

à l’âge de 74 ans. Elle demande à tous ceux qui l’ont connu et aimé d’avoir une pieuse pensée en sa mémoire et implore Allah le Tout-Puissant de lui accor- der Sa Sainte Miséricorde. A Allah nous appartenons, à Lui nous retournons.

BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 TLEMCEN : 12,

BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03

TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66

ANNABA :

 

7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 Fax : (04) 84.86.38

Edité par EPE-EURL EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre :

   

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-EURL

EL MOUDJAHID

ORAN Maison de la Presse 3, place du 1 er Novembre Tél. : (041) 39.34.94

MASCARA : Maison de la Presse

 

Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03

Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger Tél./Fax : 021 73.56.70

Société d’Impression d’Alger (SIMPRAL) Edition de l’Est :

au capital social de 50.000.000 DA

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Directeur de la publication - Gérant

Abdelmadjid CHERBAL

 

ANNABA 2, rue Condorcet Tél. : (038) 86.64.24

CENTRE AÏN-DEFLA :

Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest :

Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)

Tél/Fax: 027.60.69.22

ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial:

Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud :

BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63

 

Unité d’Impression de Ouargla (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Est : SARL “SODIPRESSE” Tél-fax : 031 92.73.58 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02 France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90

Directeur de la rédaction

PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP”

Larbi TIMIZAR

 

20, rue de la Liberté, Alger.

SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42

DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION

Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43

COMPTES BANCAIRES Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté

- Dinars : 605.300.004.413/14

ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742

CONSTANTINE :

Route de Sétif 7 e km Tél. : (031) 66.49.65 - (031) 92.30.99 Fax : (031) 66.49.37

TIZI OUZOU :

ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320

- Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd

Les manuscrits, photographies ou tout autre document et

Internet : http://www.elmoudjahid.com

E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00

- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28

- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28

illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas

rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

   

Sports

23

EL MOUDJAHID

Tournoi de l'UNAF

L'Algérie dompte les "lionceaux" marocains (2 à 0)

Le tournoi de l'UNAF avait commencé le 13 décembre der- nier avec la participation de quatre équipes (Algérie, Maroc, Libye et Cameroun). La Tunisie et l'Egypte se sont excusés. Les Algériens, dès le début, n'avaient fait qu'une bouchée du Cameroun en l'emportant sur le score de 6 à 1. Entre-temps, le Maroc avait battu la Libye (4 à 0). Au cours de la 2 ème journée, mercredi dernier, le Cameroun et la Libye se sont neutralisés (0 à 0). Tout le monde attendait le fameux match entre le Maroc, pays organisateur, et l'Algérie dans la catégorie des U23. Ils ont tous donné le Maroc comme l'archi favori de cette joute-derby. On avait même dit que le Maroc est de loin le plus fort. Les nôtres n'ont pas voulu s'enflammer en jouant leur foot- ball comme d'habitude. Ils ont entamé la rencontre sans le moindre complexe, puisque dès la première minute de jeu, un cor- ner botté par Meklouche Oussama trouvera la tête de

ESS

Hadj-Aïssa reprend les entraînements

la tête de ESS Hadj-Aïssa reprend les entraînements Le stratège de l'Entente de Sétif, Hadj-Aïssa, vient

Le stratège de l'Entente de Sétif, Hadj-Aïssa, vient de reprendre le chemin des entraînements après que les tests effectués en Suisse sur son état de santé n'aient rien révélé d'anormal. Par consé- quent, il a été autorisé à reprendre les entraînements et aussi la compétition. Il figu- re sur la liste des 18 du matchs ESS-CABBA. Cette nouvelle a fait énormément plaisir aux "fans" sétifiens qui veulent bien voir leur idole reprendre la compétition pour le bien de leur équipe qui a bien besoin de ses services. H. G.

Guechi, le Annabi, qui fera

mouche. Les Marocains sont ainsi pris à la gorge. Ils ne savent quoi faire devant de culot affiché part les Algériens d'Aït-Djoudi. Nos capés termineront le premier half sur ce score de 1 à 0 en leur faveur. En seconde mi-temps, les Marocains de Verbeek Bim reviendront avec de meilleurs arguments après les changements opérés sur leur équipe avec les entrées de Berrabah et Saâdane. Ils eurent quelques bonnes occa- sions, mais la défense algérienne avec Guechi, Belkalem, Boudebouda, Bitam tenait bon. Il

y avait également un grand gar-

dien nommé Mazouzi de l'USM Annaba. Il avait été intraitable en sauvant quelques ballons assez "chauds". La résistance algérien- ne fut payante, puisque un "contre" rapide avait permis à Sayah (USMA) de prendre tout le monde de vitesse avant de croiser

sa balle ajoutant le deuxième but

(90+2), celui de l'assurance, sur- tout que l'arbitre Libyen Nordin

l'assurance, sur- tout que l'arbitre Libyen Nordin Krin, n'était nullement tendre avec les Algériens. Il

Krin, n'était nullement tendre avec les Algériens. Il avait ajouté cinq minutes de temps addition- nel dans l'espoir de voir les Marocains égaliser. Il n'en fut

rien. Victoire amplement méritée. Avec une morphologie qui a impressionné les Marocains,

l'Algérie a présenté un groupe qui pourrait, à l'avenir, nous rendre de fiers services. Grâce à la forma- tion d'Aït-Djoudi, l'Algérie pos- sède un vivier très prometteur. Un groupe à suivre de près ! H. GHARBI

Azzedine Ait-Djoudi, entraîneur de l’équipe nationale olympique

"Il reste beaucoup de travail à faire"

L'entraîneur de l'équipe nationa- le olympique algérienne (U23), Azzedine Ait-Djoudi, s'est mon- tré content de la victoire obtenue par son équipe, mercredi soir à Casablanca devant son homo- logue marocaine (2-0), pour le compte de la 2e journée du tour- noi de lÆUnion nord-africaine de football (UNAF) qui se déroule au Maroc (13-18 décembre). "Notre objectif était de gagner et glaner les trois points de la victoire, nous avons pu atteindre cet objectif. Sachant que nous avons joué contre une bonne équipe marocaine qui évoluait devant son public", a déclaré jeudi le sélectionneur algérien sur le site de Dz.foot. "Je tiens néanmoins à admettre que nous n'avons pas trop déve- loppé le jeu. Je pense aussi que

le but inscrit en début de ren- contre nous a beaucoup aidés. Mes poulains ont fait leur devoir, mais je ne vous cache pas, qu'il nous reste beaucoup de travail à faire", a ajouté le sélectionneur algérien qui savoure néanmoins ce 2e succès dans ce tournoi, après celui acquis lundi devant le Cameroun (6-1). "Je suis, comme tout entraîneur, content de cette victoire contre le Maroc sur sa pelouse. Je pense que ce sera bon pour le moral de mes joueurs, qui doivent encore dis- puter un troisième match contre la Libye, alors même qu'un match nul nous permettra de finir champions" a t-il ajouté en espérant remporter ce tournoi. "J'espère qu'on gagnera cette Coupe de l'UNAF. Nous sommes premiers avec six points et

de l'UNAF. Nous sommes premiers avec six points et pourquoi pas gagner le troisiè- me match,

pourquoi pas gagner le troisiè- me match, même si un match nul nous suffira", a t-il conclu.

3 e Coupe d'Afrique de boxe (7 e j)

Deux nouvelles médailles d'or pour la sélection nationale

Les boxeurs algériens, Ouadahi Mohamed (56 Kg) et Rahmani Kamel (+91 Kg), ont offert à l'Algérie deux nouvelles médailles d'or lors de la septième et avant-dernière journée de la Coupe d'Afrique de boxe disputée jeudi à la salle Harcha-Hacène à Alger. Le duel qui a opposé le boxeur algérien Ouadahi Mohamed au Marocain Lbida Seddik dans la catégorie des 56 kg, a été d'un niveau très relevé, et les deux boxeurs n'ont pu se départager que lors du troisième round grâce à la détermination de l'Algérien et le soutien apporté par le public pré- sent à la salle Harcha-Hacène. L'Algérien qui a remporté durant cette compétition trois victoires de suite, a finalement gagné son dernier com- bat décisif (6-4), et offre ainsi à l'Algérie une nouvelle médaille d'or après celle remportée par Bouloudinet Chouaeb dans la catégorie des 91 kg. "Je remercie le public présent à la salle Harcha, d'autant plus que le combat devant le Marocain a été difficile et déterminant pour la médaille d'or", a déclaré Ouadahi Mohamed à

l'issue de sa victoire face à Lbida Seddik.

"Le

travail effectué lors du stage pré-compétitif de Tikjda a apporté son fruit. Je salue les efforts consentis par le staff technique pour que je soit médaillé d'or lors de cette Coupe d'Afrique à Alger", a-t-il ajouté. La deuxième médaille d'or de cette journée, a été l'œuvre du boxeur algé- rien Rahmani Kamel dans la catégorie des +91 kg, et ce, malgré sa défaite concédée devant le Tunisien Trabelsi Aymen sur décision des juges, après avoir terminé le combat sur un score de

parité (4-4).

Vovinam Viet Vodao

Un tournoi régional très réussi

La section de Vovinam Viet Vodao de

Boudouaou et en collaboration avec le complexe sportif de la direction de la jeu- nesse et des sports de la wilaya de Boumerdès a organisé un tournoi régio- nal de Vovinam Viet Vodao à l'occasion de la célébration du 50 ème anniversaire des évènements du 11 Décembre 1960. Il y avait la participation de 15 clubs issus de trois wilayas qui sont : Alger, Boumerdès et Blida. 300 athlètes ont pris part à cette compétition dans toutes les petites catégorises (écoles, benjamins,

Ayant débuté dans

une ambiance très bon enfant, puisqu'il y avait beaucoup de monde, ce tournoi avait connu une très grande concurrence entre les différents clubs. Les jeunes qui ont participé ont été enchanté par ce tournoi qui va leur permettre de s'aguer- rir encore plus en vue des compétitions futures dans les petites catégories. Des diplômes, médailles et coupes ont été octroyés aux lauréats. La particularité de ce tournoi est qu'il y avait la participation du plus jeune athlète de Vovinam Viet Vodao ne dépassant pas les 5 ans. On peut dire qu'il va avoir une carrière exceptionnelle, surtout qu'il aura le temps pour lui pour apprendre encore plus les ficelles de cette discipline. H. G

minimes, cadets

).

Ligue 1 et Ligue 2

Vers la création de la DNCG pour contrôler les finances des clubs

Il est certain que la ges- tion quotidienne de nos clubs ne sera plus comme avant. En effet, depuis l'amorce du championnat professionnel le 24 septembre dernier mettant ainsi fin à l'amateurisme, il est certain que les gestionnaires des clubs professionnels de Ligue 1 et Ligue 2 doivent se conformer aux nouveaux principes de la gestion pro- fessionnelle. Il y a même eu un stage pour permettre aux gestionnaires de se familiari- ser avec la gestion managé- riale inhérente à un club pro- fessionnel. La gestion floue et approximative est terminée. Le "sac noir" plein d'argent en liquides est, désormais, du domaine du passé. Nos clubs sont astreints à faire en sorte d'appliquer une nouvelle gestion où leurs comptes seront bien répertoriés en ce qui concerne les recettes et les dépenses. Les écritures comptables doivent être les plus régulières et surtout les plus saines possibles. Pour éviter que des clubs n'en fas- sent qu'à leur guise, la FAF a l'intention de lancer avant la fin du mois en cours, la direc- tion nationale de contrôle et de gestion (DNCG). Elle aura pour but de contrôler les finances des clubs. Nos clubs de Ligue 1 et Ligue 2 doivent avoir une écriture comptable claire et saine où tout argent qui rentre ou qui sort doit lais- ser des traces. Les écritures comptables doivent être régu- lières et bien tenues. Cette nouvelle structure qui aura un regard perspicace et régulier sur les finances de nos clubs sera composée de cinq experts. Mecherara, le prési- dent de la Ligue profession- nelle est sur le point d'instal- ler les membres de la DNCG. Il ne lui reste que quelques détails à régler avant de l'ins- taller officiellement. Nos clubs doivent s'y préparer dès maintenant afin de pas com- mettre d'erreurs et connaître les affres de la relégation à cause d'une gestion irréguliè- re sur le plan financier. Un club qui est soumis à de sérieux ennuis au niveau de sa gestion financière pourrait descendre dans le palier infé- rieur, même s'il est bien clas- sé sur le plan des résultats techniques. Cette nouvelle structure de la FAF qui aura un droit de regard sur la ges- tion financière de nos clubs va les pousser immanquable- ment à être à cheval en ce qui concerne le mouvement d'en- semble de leurs finances aussi bien celle en provenan- ce de l'Etat par le biais des subventions ou bien celle des sponsors et des actionnaires. Notre football est ainsi en train de vivre une nouvelle ère que tout le monde espère la plus fructueuse possible. H.GHARBI

Ligue1 (12 e journée) Face à l’USM Annaba, l’ASO sur sa lancée ? Cette 12

Ligue1 (12 e journée)

Face à l’USM Annaba, l’ASO sur sa lancée ?

Cette 12 e journée de Ligue1 nous propose un duel à dis- tance entre le leader provisoi- re, l'ASO et l'ESS, qui compte deux matchs en moins (MCA et JSK). Trois points séparent, pour le moment, les deux rivaux. L'ASO aura à se rendre à Annaba pour se mesurer aux "tuniques rouges". Il est cer- tain que ce déplacement des Chélifiens à Annaba sera parmi les plus difficiles de ceux déjà effectués aupara- vant. Les Annabis sont en confiance depuis qu'ils sont entraînés par Biskri, même si le MCO, sur un but de Aïssaoui, a pu les arrêter dans leur progression. Même s'ils sont en forme actuellement, les protégés de Meziane Ighil doivent faire preuve de pru- dence face cette équipe annabie qui se transcende devant ses "fans". Les Saïdis, qui malgré leur dernière défai-

Les Saïdis, qui malgré leur dernière défai- te à Blida (1 à 0), sont encore bien

te à Blida (1 à 0), sont encore bien placés pour se reprendre, eux qui occupent une très bonne position d'attente. En recevant, le MCEE, qui vient de se séparer de son coach Malek, les poulains de Rouabah seront en pole posi- tion pour mettre la main sur le pactole. Les Eulmis, le moins que l'on puisse dire, ne se sont pas déplacés pour faire de la figu- ration. Le point du nul reste dans les cordes des cama- rades de Karaoui. A Blida, l'USM Blida devra se méfier de cette équipe des "Canaris" qui viendra pour faire un bon résultat et mettre fin aux mauvais résultats dont

la dernière défaite devant le

MC Saïda (1 à 0). Il faut noter

le changement à la barre tech- nique de la JSK après la démission de Geiger. Celui-ci vient de signer un contrat de six mois avec le club égyptien d'Al-Masry. Il a été remplacé pour le moment par Bouhellel et Rachid Adghigh (l'adjoint),

qui vient tout juste de rejoindre la JSK. Bouali ex-entraîneur

du WAT est pressenti pour

succéder à Geiger. Les matchs USMH-MCA et

USMA-CRB ont été reportés au 11 janvier 2011. On espère

que

le fair play prédominera et

que

le spectacle sera au ren-

dez-vous ! H.GHARBI

Programme : aujourd'hui (14 h 30)

USMH-MCA reporté au 11 janvier 2011 USMA-CRB reporté au 11 janvier 2011 Au stade Mustapha-Tchaker de Blida : USMB-JSK Au stade de Saïda : MCS-MCEE Au stade du 19-mai 56 : USM Annaba-ASO

Le CS Constantine accroché, l'USM Bel Abès nouveau dauphin

L'USM Bel Abbès, large vainqueur du MO Constantine (4-0), s'est emparée de la deuxième place du classement à deux lon- gueurs du leader, le CS Constantine, tenu en échec à domicile, par l'US Biskra (1-1) hier, lors de la 10e journée du championnat d'Algérie de Ligue 2 de football. L'USMBA sous la conduite de l'entraîneur Osmane poursuit sa série de résultats positifs en étrillant le MO Constantine sur le score sans appel de 4 à 0 dont un doublé de Belghomari. Grâce à cette victoire, les par- tenaires de Ziadi se hissent à la 2é place avec 19 points, en profitant de la surprenant défaite essuyée à domicile par le MSP Batna face à l'ES Mostaganem (0-1). Le lea- der, le CS Constantine, qui restait sur une défaite, la première de la saison face au CA Batna (1-0) lors de la précédente journée, a été contraint au partage de point dans le derby de l'Est face à l'US Biskra. Les Sanafir pensaient tenir les trois points de la victoire après le but libérateur de Hamza Yacef à la 89é minute, mais c'était sans compter sur la tenacité des hommes de Mustapha Sebaa, lesquels ont égalisé dans le temps addition- nel grâce à Leblalta (90+3). Le CSC ne compte plus que deux points d'avance sur son poursuivant direct l'USM Bel Abbés et quatre sur le troisième, le RC Kouba, vain- queur du SA Mohammadia (4-0) et le MSP Batna, piégé à domicile par l'ES Mostaganem (0-1). Les Koubéens ont

La fédération yéménite entame des négociations avec Rabah Saâdane

profité de la venue du SAM pour renouer avec le succès après deux défaites concé- dées devant l'ASM Oran (1-2) et l'AB Merouana (4-1). Le buteur maison Hanifi s'est illustré une nouvelle fois avec un dou- blé (1, 38 sp), imité par son co-équipier Brinis (45+1, 55). De son côté, l'O Médéa reste intraitable à domicile et remporte une nouvelle victoire contre le NA Hussein-Dey (1-0) sur une réalisation de Belatrèche à neuf minutes de la fin. Les protégés de Khaled Lounici pointent désormais à la cin- quième position devant le CA Batna, battu par le CR Temouchent (3-2). L'autre bonne opération de la journée a été réalisée par l'ASM Oran qui est allée battre l'AB Merouana (1-2) dans un match à rebondis- sements. Menés au score (1-0) sur une réa- lisation de Kherkhache (4), El-Djemiya sans six titulaires et sans entraîneur a renversé la situation en sa faveur dans le dernier quart d'heures, grâce à un doublé de Selouti (73, 83). A la faveur de cette victoire, l'ASMO remonte a la 8e place en compagnie de l'US Biskra (14 points). En bas du classement, le CR Temouchent reste lanterne rouge malgré sa victoire contre le CAB, alors que l'ES Mostaganem s'est donnée un peu d'air après son succès en déplacement contre le MSPB (0-1). La dernière rencontre entre les mal-classés Paradou AC - JSM Skikda se déroulera aujourd’hui au stade Benhadad de Kouba.

se déroulera aujourd’hui au stade Benhadad de Kouba. Résultats CR Témouchent - CA Batna 3-2 MSP
Résultats CR Témouchent - CA Batna 3-2 MSP Batna - ES Mostaganem 0-1 USM Bel-Abbès
Résultats
CR Témouchent - CA Batna
3-2
MSP Batna - ES Mostaganem
0-1
USM Bel-Abbès - MO Constantine 4-0
RC Kouba - SA Mohammadia
4-0
AB Merouana - ASM Oran
1-2
O Médéa - NA Hussein Dey
1-0
CS Constantine - US Biskra
1-1
Samedi : A Alger (Kouba) : Paradou AC -
JSM Skikda (14h30)
Classement
Pts
J
1. CS Constantine
21
10
2. USM Bel-Abbès
19
10
3. MSP Batna
17
10
-. RC Kouba
17
10
5. O. Médéa
16
10
6. CA Batna
15
10
- . NA Hussein-Dey
15
10
8 . US Biskra
14
10
--. ASM
Oran
14
10
10 . MO Constantine
13
10
11. AB Merouana
11
10
--. SA Mohammadia
11
10
--. ES Mostaganem
11
10
14. JSM Skikda
8
9
--. Paradou AC
8
9
16. CR Témouchent
7
10.

Volley-ball

Jubilé de l'ancien international Abdelghani Ghoul aujourd’hui à Béjaia

La fédération yéménite de football a entamé des négociations avec l'entraîneur algérien Rabah Saâdane dans l'objectif de le convaincre de prendre en main les destinées de l'équipe première, en remplacement du Serbe Youri Strechko, limogé, rapporte hier la presse locale. Le technicien serbe a été démis de ses fonctions par la fédération en raison des résultats jugés "décevants", enregistrés lors de la Coupe du Golfe qui s'est disputée au Yémen du 22 novembre au 5 décembre, au cours de laquelle les Yéménites se sont fait éliminer dés le 1er tour. Plusieurs noms d'entraîneurs ont été évoqués, avant que la fédération yéménite ne jette son dévolu sur l'ancien sélection- neur national, Rabah Saâdane, qui pourrait diriger de nouveau le Yémen, précise la même source. En effet, le technicien algérien a déjà assurer la barre technique du Yémen pendant 16 mois (2004-2005). Rabah Saâdane a démissionné de son poste de sélectionneur national au lendemain de la contre performance concédée à domicile face à la Tanzanie (1-1), comptant pour la 1ère journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2012.

Le jubilé de l'ancien internatio- nal Abdelghani Ghoul, ancien joueur de volley-ball de la bra- voure et du MB Bejaia, aura lieu aujourd’hui à la salle de l'OPOW de Bejaia, a-t-on appris vendredi auprès des organisateurs. Cet évènement est organisé par l'association des anciens volleyeurs de Bejaia, en partenariat avec la ligue de volley-ball de la wilaya de Bejaia. Les sélection vétérans de Bejaia, de Sétif, de la ville de Marseille (France) et une sélection de la ligue de la wilaya d'Alger composée de

volley-ball des joueurs de l'équipe nationale de 1980, prennent part à ce tournoi. Abdelghani Ghoul qui avait occupé le poste de président de la ligue de Bejaia, est actuellement 1er vice-prési- dent de la fédération algérien- ne de volley-ball (FAVB).

Programme du tournoi:

10h00 : Bejaia-Sétif 11h30 : Marseille-Algérie 1980 15h00 : match de classement 16h30 : finale 21h00 : soirée musicale.

Championnat profes- sionnel Ligue 1 (12 e J):

Victoire du WA Tlemcen sur le MC Oran (2-1)

Le WA Tlemcen a battu le MC Oran par 2 à 1 (mi-temps(1-0)

en match avancé de la 12 e

journée du championnat pro-

fessionnel de Ligue 1 de foot- ball disputée hier à Tlemcen. Les buts de la rencontre ont

été inscrits par Lazaref (35) et

Bachiri (80) pour le WAT, et

Berradja (89) pour le MCO.

MC Alger

Mohamed Derrag ne va pas subir une intervention chirurgicale

L'attaquant international A' du

Alger, Mohamed Derrag, a

indiqué hier qu'il ne va pas être opéré au genou, après la déci- sion prise par les médecins du centre hospitalier d'Aspetar au Qatar. "Les deux professeurs qui m'ont examiné mercredi

m'ont signifié que ma blessure ne nécessite pas une interven- tion chirurgicale. C'est un grand soulagement pour moi, sauf que je suis obligé de ren- forcer mon genou pour revenir à la compétition", a indiqué Derrag à la radio nationale. Mohamed Derrag avait rejoint le Qatar mardi dernier, sur une prise en charge de la fédéra- tion algérienne de football (FAF), afin de soigner une blessure aux ligaments du genou. Le joueur mouloudéen s'est blessé le 11 octobre der- nier lors du match amical pré- paratoire qui a opposé la sélection nationale A' à son homologue malienne (1-0), disputé au stade de Rouiba. Toutefois, Derrag sera obligé de rester au Qatar pour se soi- gner au centre d'Aspetar. "Je vais rester au Qatar jusqu'au 14 mars prochain pour tra- vailler mon genou, et je revien- drai ensuite en Algérie pour reprendre la compétition avec mon équipe qui me manque beaucoup", a-t-il ajouté. Derrag aura probablement l'occasion de disputer les dernières ren- contres de championnat avec le MC Alger.

MC

Mehdi Carcela (Standard de Liège) opte pour la sélec- tion marocaine

Le milieu de terrain marocain d'origine belge du Standard de Liège, Mehdi Carcela, pourra jouer finalement pour la sélection marocaine, après avoir reçu l'aval de la fédération internationale de football (FIFA), rapporte hier le site Eurosport. Cette décision a été entérinée par l'Anglais Geoff Thompson, juge unique de la commission du statut du joueur de la FIFA, précise la même source. De nationalité belge, Mehdi Carcela avait introduit une deman- de auprès de la FIFA pour pour- voir jouer avec les Lions de l'Atlas, où le joueur écrit "être conscient du caractère définitif et irrévocable de son choix". Mehdi Carcela aura ainsi l'occasion d'ef- fectuer son baptême du feu avec le Maroc le 9 février prochain, à l'occasion du match amical face à la Libye, en prévision des élimi- natoires de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2012. Le pro- chain rendez-vous du Maroc aux éliminatoires de la CAN-2012, sera face à l'Algérie le 25 mars prochain à Alger, pour le compte de la 3è journée.