Vous êtes sur la page 1sur 8

Opération Unitaire Centrifugation

Centrifugation

Généralités

1. Décantation et filtration centrifuges

Le principe de ces deux types de centrifugation


est illustré par la fig. 1.

Dans la décantation (ou sédimentation)


centrifuge, la séparation des phases est due à la
différence de densité des constituants soumis au
champ centrifuge, La décantation centrifuge
obéit à des lois analogues à celles de la
décantation statique, appelée aussi décantation
gravitaire. Cependant. le champ de la pesanteur
est remplacé par un champ de forces beaucoup
plus intenses, ce -qui permet de réduire la durée
de la séparation, le volume des appareils, et
d'augmenter le rendement de l'opération.

La décantation centrifuge sera ainsi


avantageusement préférée à la décantation
statique:

- Lorsqu’on souhaite arrêter ou limiter une


transformation physico-chimique ou biologique
dans l'une ou plusieurs des phases en présence,

- lorsqu'on cherche à réaliser une installation compacte,

- lorsque la faible vitesse de sédimentation de la phase solide conduirait à des décanteurs


statiques de volume excessif,

- lorsque la séparation implique le respect de conditions de température ou de pression très


strictes ou lorsque les produits traités possèdent un coût élevé.

En revanche, on s'orientera vers la décantation statique lorsqu'il s'agira de traiter des débits
importants (plusieurs centaines ou milliers de m3/h) de liquides contenant de faibles quantités
de solides à vitesse de sédimentation élevée. Mais les deux techniques peuvent aussi être
complémentaires: on pourra par exemple effectuer une première séparation par décantation
statique et traiter par centrifugation la phase épaisse ainsi obtenue.
FSTT – LST – GP – azaarkhalid.wordpress.com 1
Opération Unitaire Centrifugation

Pour que la décantation centrifuge industrielle soit efficace, les mélanges à traiter doivent
remplir certaines conditions et, en particulier :

- les masses volumiques des phases à séparer doivent différer d'au moins 2 % et si possible, de
plus de 10%;

- la viscosité cinématique des phases liquides doit être inférieure à 150 cSt, soit 1,5.10-4 m2/s;

- le diamètre des particules de la phase dispersée doit être supérieur à 0,5 µm ; il en résulte que
les émulsions colloïdales ne peuvent être séparées par les centrifugeuses industrielles.

Comme en décantation statique, la vitesse de sédimentation peut être accélérée par l'utilisation
de la technique de floculation qui, grâce à l'adjonction d'un produit tensioactif, permet la
formation d'agglomérats (ou flocs).

Dans la filtration (ou essorage) centrifuge, la séparation des constituants s'effectue par le
passage de la phase liquide (ou des phases liquides) au travers d'un élément filtrant sous
l'action d'un champ centrifuge. Cet élément filtrant, fixé contre la paroi interne du rotor, est le
support sur lequel viennent se déposer les particules solides constituant ainsi une couche
perméable appelée gâteau. Il s'agit donc d'une filtration sur support dans laquelle la pression
de filtration est celle exercée par un anneau liquide en rotation.

En règle générale, l'essorage centrifuge utilisé comme technique de séchage de produits


solides dispersés dans une phase liquide permet, grâce aux pressions élevées qu'il met en jeu,
d'obtenir des solides plus secs que les filtres à vide ou sous pression, tout en permettant un
éventuel lavage du gâteau avant son déchargement.

L'essorage centrifuge, opération de filtration sur support, exige que les particules solides
déposées contre la paroi du rotor en couche plus ou moins épaisse conservent, dans les
conditions de pression développée par la centrifugeuse, une perméabilité suffisante. En
pratique, le diamètre minimal des particules pouvant être traitées se situe autour de 5 µm

Pour certains constituants, la perméabilité du gâteau de particules diminue lorsque la pression


développée dans le panier de l'essoreuse augmente et cette technique de filtration peut être,
dans des cas limites, mal adaptée.

FSTT – LST – GP – azaarkhalid.wordpress.com 2


Opération Unitaire Centrifugation

2. Principales opérations et domaines d’application

Un grand nombre d'opérations de séparation mécanique peuvent être effectuée par


centrifugation, chacune relevant d'un' ou plusieurs modèles de centrifugeuses. Parmi les plus
courantes, on peut citer les opérations ci-après :

2.1. Clarification : cette opération consiste à enlever une phase solide d'une phase liquide. On
cherche :

a) - soit à récupérer la phase liquide seule (aussi pure que possible) lorsque le solide, souvent
en faible proportion, constitue une impureté, exemple :

Exemples:

- épuration des eaux résiduaires urbaines ou industrielles (industrie du charbon, tannerie,


papeterie. imprimerie); en général, on ne traite par centrifugation qu'une partie des eaux, après
une décantation statique préalable;

- clarification des eaux de distillerie;

- clarification des jus de fruits,

- clarification des huiles minérales;

- clarification des laques et des vernis;

b) - soit à récupérer la phase solide seule, opération que certains nomment extraction, mais
qu'il ne faut pas confondre avec l'opération de transfert de matière Génie chimique).

Exemples:

- décantation des suspensions de polymères ou copolymères de la chimie organique;

- récupération des vitamines, des métaux;

- clarification des produits minéraux (sels de cadmium, baryum, alumine).

c) – soit à récupérer à la fois la phase solide et la phase liquide aussi parfaitement séparées
que possible.

Exemple :

- clarification des huiles de presse (mais, olive, palme, soja, cacahuètes) ;

- clarification du jus de presse de poisson.

FSTT – LST – GP – azaarkhalid.wordpress.com 3


Opération Unitaire Centrifugation

2.2. Séparation de deux phases liquides de densités différentes, l’une et l’autre pouvant être
récupérées.

Exemple :

- Déshydratation des huiles minérales, des goudrons

- Séparation des latex, des hématies du plasma sanguin (traitement du sang frais) ;

- Ecrémage du lait.

2.3. Clarification et séparation combinées, la phase solide constituant le plus fréquemment


une impureté.

Exemples:
- purification des huiles de moteurs;
- épuration des fuels.
Classification de particules solides de tailles différentes en suspension dans un liquide,
Exemples:
- traitement des boues de forage pétrolier;
- classification du kaolin, de l'oxyde de titane;
- classification des pigments de peinture.
Concentration ou épaississage d'une phase solide en suspension.
Exemple : concentration des matières protéiques, des levures, du lait d’amidon.
Essorage ou séchage de produits solides par élimination du liquide dans lequel ils sont en
suspension.
Exemples:
- essorage des fines de charbon et de schlamms (contenus dans les eaux de lavage);
- essorage du sel marin, de produits cristallins ou amorphes des industries chimiques
minérales ou organiques, pharmaceutiques, etc.;
- essorage de l'amidon, de la fécule;
- essorage des textiles.
Lavage ou clairçage de produits solides après élimination d'un liquide mère,
Exemples:
- lavage des produits cristallins des industries chimiques et pharmaceutiques;
- essorage et clairçage du sucre.

FSTT – LST – GP – azaarkhalid.wordpress.com 4


Opération Unitaire Centrifugation

3. Décantation centrifugeuse
3.1. Décantation en régime laminaire
Considérons une particule p en suspension dans un liquide alimenté en continu dans le bol en
rotation d’une centrifugeusefig.2 :

p: position de la particule
h: hauteur intérieure du bol
r: distance de la particule à l’axe de rotation
r0 : rayon intérieur du bol
Rs : rayon du seuil de débordement
v
vc : vitesse de décantation centrifuge (m/s)
v
v l
: vitesse d’écoulement du fluide
z: distance de la particule au fond du bol
ω : vitesse de rotation (rad/s)

Hyp. : On néglige la force gravitaire, on a :


du
m = F −F c A
− FR (1)
dt
= Force centrifuge = m ω r
2
avec F c


2
F A
= Poussée d’Archimède = l
r

π
F −Fc A
=
6d
3
⋅ ∆ρ ⋅ ω ⋅ r avec ∆ρ =
2
ρ −ρ
s l

⋅ c ⋅ ρ ⋅ S x ⋅u
1
= force de frottement =
2
Et F R
2 l

Remarque : la particule peut être assimilée à une sphère de diamètre d et c dépend du régime
d’écoulement.
Le dépouillement de l’équation (1) donne une équation similaire de STOCKES,
2

uc = dt = 18d⋅η ⋅ ∆ρ ⋅ ω ⋅ r
dr 2
(2)

S’il n’y’ a que champ de pesanteur on aura :


2

u = d ⋅ ∆ρ ⋅ g
s
18 ⋅η

⋅r
2

d’où : u c
=w = K = effet centrifuge ou effet g
u s
g

tours
si l’on exprime la vitesse de rotation « N » en , on a :
min

FSTT – LST – GP – azaarkhalid.wordpress.com 5


Opération Unitaire Centrifugation

 2πN  ⋅ r = d ⋅ N
2
2

K =  g 1800 = nombre g d' une machine quelconque


 60 
Remarque : la surface du liquide en révolution est un paraboloïde de révolution.
En Régime laminaire le temps de la particule est :

dr d ω ⋅
2 2

D’après (2) on a : = ⋅ ∆ρ ⋅ dt
r 18 ⋅η
18η dr
dt = ⋅
ω ⋅ d ⋅ (ρ − ρ )
⇒ 2 2
r
s l

18η ⋅ Log R 0

R 18η dr R
t =∫ 0 2 2 ⋅ =

( ) (ρ − ρ )
s

Rs ω ⋅ d ⋅ ρ − ρ r ω2 ⋅ d 2 ⋅
s l s l

En fait le système de centrifugation marche en continu :


Si et seulement si :
1er hypothèse : épaisseur de dépôt 〈〈 R 0

2ème hypothèse : débit d’alimentation est constant dans le temps


3ème hypothèse : vitesse du fluide est constante quelque soit le rayon r
On peut calculer le débit maximum d’une centrifuge marchant en continu.
t1 = temps de dépôt de la particule, il faut que le débit du fluide soit tel qu’il permette le dépôt
de la particule.
Volume du bol
On a : t 2
=
Débit d' alimentation
Le débit maximum est obtenu pour t1 = t2

18η ⋅ Log R 0


Volume du bol
= R
ω ⋅ d ⋅ (ρ − ρ )
s
2 2
Débit max. d' alimentation
s l

V bol ⋅ω ⋅ d ⋅ (ρ − ρ )
2 2
.
⇒ = s l
Q
18η ⋅ Log R
max 0

R s

Les constructeurs donnent :


.
⇒ = u ⋅ A.E.T
Q max
gravitaire

AET = Aire Equivalente théorique de la centrifugation.

FSTT – LST – GP – azaarkhalid.wordpress.com 6


Opération Unitaire Centrifugation

u = d ⋅ ∆ρ ⋅ g en régime laminaire
gravitaire
18 ⋅η
Alors,

g ⋅d ⋅ (ρ − ρ ) V bol ⋅ω ⋅
2 2
.
⇒ = ⋅s l
Q 18η
max
g ⋅ Log R 0

R s

V ⋅ω ⋅
2

⇒ A⋅E⋅T = bol
g ⋅ Log R 0

R s

Dans le cas présent :

V bol
= π ⋅h⋅ (R − R )
2
0
2
s

V bol
= partie pleine du bol
Dans la pratique on se donne un coefficient de sécurité :
. .
⇒ = 0,77 ⋅
Qmax pratique
Qmax thèorique

0,77 varie en fonction des fabricants

3.2. Décantation en régime turbulent


Re〉 500
on a alors :

u = 1,74
ρ −ρ s l
⋅ d ⋅ ω ⋅r
2

ρ l

Soit par intégration :

t = 1,15
ρ ⋅
 12

1

(ρ − ρ )⋅ω  s 
s
2
⋅d 
R 0 R 2

s l

On peut raisonner de la même manière pour trouver Q .


Thmax
.
⇒ = u ⋅ A.E.T avec u (cf. formule de NEWTON
Q max
gravitaire gravitaire

V ⋅ω
A.E.T = 1
bol

 12 1

2g 2
 R0 − R s2 
 

FSTT – LST – GP – azaarkhalid.wordpress.com 7


Opération Unitaire Centrifugation

3.3 Décantation en régime intermédiaire


.
⇒ = u ⋅ A.E.T
Q max
gravitaire

u gravitaire
(cf. formule de d’ALLEN),

0,29 ω ⋅V bol
1, 42

A.E.T =
g
0 , 71
⋅ (R 0 , 29
0
− Rs
0 , 29
)

FSTT – LST – GP – azaarkhalid.wordpress.com 8