Vous êtes sur la page 1sur 27

CHAPITRE III

les turbines
hydrauliques
Généralités
L’installation d’une turbine est beaucoup plus rare qu’une pompe. Il n’existe pas de catalogues
de caractéristiques de turbines, chaque cas fait l’objet d’une étude spécifique.
Néanmoins, il existe des types de turbines différents qui dépendent du type de chute sur
laquelle est montée la turbine.
Les turbines sont (à l’inverse des pompes) des
machines à fluides capables d’en extraire de l’énergie.
Le fluide cède de l’énergie dont une partie sera
récupérée sur l’arbre sous forme d’énergie mécanique
Pm. =C

A l’entrée d’une turbine hydraulique, l’eau est


animée d’une faible vitesse. Son énergie est
essentiellement une énergie de pression, cette
énergie est transformée, soit en totalité, soit en
partie en énergie cinétique.
Installation hydraulique
L’eau pénètre donc d’abord dans un distributeur. Cet organe ne tourne pas mais il est
réglable et il a pour fonction :
- de diriger l’eau sur la roue dans une direction convenable.
- de modifier le débit.
- de transformer partiellement , l’énergie de pression en énergie cinétique.

Suivant l’ouverture du distributeur, la turbine


absorbe un débit plus ou moins grand, donc
fournit une puissance plus ou moins élevée.

En général, on classe les turbines en deux catégories:


 Turbine à action
 Turbine à réaction

Turbine hydraulique
Les turbines à action
 Dans cette catégorie, un jet libre impacte sur des augets ou des aubes profilées, fixées
sur la périphérie de la roue mobile. Ces jets exercent une force sur les augets en
mouvement de rotation qui est transformée en couple et puissance mécanique sur l’axe
de la turbine.
 Les turbines à action sont caractérisées par le fait que l’énergie transformée au niveau des
aubages est entièrement sous forme d’énergie cinétique. Le transfert d’énergie entre l’eau
et l’aubage a lieu `a pression constante, généralement `a la pression atmosphérique. La
roue de la turbine est dénoyée ou partiellement dénoyée (cross-flow) et tourne dans l’air.

 Dans cette catégorie, on trouve la turbine Pelton,


la turbine Cross flow (Banki-Mitchell), la roulette
de dentiste (dental drill), etc
 La diminution de la charge est due
exclusivement `a la perte d’énergie
cinétique :
Turbines à action - turbine Pelton
Description et théorie
Les turbines à action, ou turbines Pelton, sont utilisées quand on
dispose d’une chute d’eau de grande hauteur (supérieure à 300 m).
Le distributeur est formé par un ou plusieurs injecteurs (ou tuyères)
dans lesquels l’énergie potentielle est entièrement transformée en
énergie cinétique. Turbine Pelton

Schéma de principe

Le jet exerce une force F sur l’auget qui conduit à un


couple moteur qui fait tourner la roue de la turbine.
L’injecteur est relié au réservoir (HG) amont par une
conduite forcée.
L’aiguille coulisse dans la partie convergente de
l’injecteur, ce déplacement de l’aiguille fait varier la
section de sortie et par conséquent le débit.
A la sortie de chaque injecteur, il se forme un jet libre, de section circulaire, qui frappe sur des aubes en
forme de coquilles symétriques appelées augets, séparées par une nervure affûtée. L’eau s’échappe
latéralement après avoir été déviée de près de 180°.

La vitesse de l’eau au niveau de l’injecteur est déterminée par


l’écriture de la relation de Bernoulli entre le point 0 et le point 1.

La pression en 1 est égale à la pression en 4 et l’altitude du point 1 et


peu différente de l’altitude du point 4 (comparée à la hauteur de chute).
Ceci permet d’écrire la relation précédente de la manière suivante :

La grandeur entre crochets n’est autre que la hauteur nette de la machine (variation de toutes les
composantes énergétiques dans la machine). Donc, si on néglige les pertes de charge, la vitesse
d’éjection s’écrit :
Si on suppose que l’écoulement sur l’auget s’effectue sans pertes de charge, on a : w1=w2.
Si nous considérons des augets sans angles d’ouverture, les triangles des vitesses sont
totalement aplatis et nous avons les relations :

On peut illustrer également que la condition de puissance maximale récupérée


sur la turbine est : u  v1/2 .

Pour observer cette condition quand la puissance


demandée à la machine varie, on agit sur le débit
volumique au moyen de l’aiguille qui traverse l’injecteur.

triangles des vitesses


En pratique, on utilise un angle d’ouverture (2=15°), pour évité le problème
d’interférence entre les jets entrants et sortants. On remarque que l’angle est mesuré
par rapport à la direction tangentielle.

Si nous considérons des augets avec angles


d’ouverture, les triangles des vitesses sont:
Turbine Cross flow
Cette turbine est aussi appelée turbine à flux
traversant et turbine de Banki-Mitchell. C’est une
machine à action où l’eau traverse deux fois la roue.
C’est une machine de construction simple et son
utilisation est très répandue dans les pays en voie de
développement.
Le schéma de principe est donné sur la figure .
Elle est constituée de :
- Un injecteur de section rectangulaire (largeur l) équipé d’une
vanne papillon pour régler le débit qv.
- Une roue (diamètre D) en forme de tambour munie d’aubes
cylindriques profilées qui sont relativement élastiques et qui sont
source de bruit à cause des chocs périodiques de l’eau sur les
aubes.
* N est généralement faible ce qui nécessite un multiplicateur à engrenage ou à courroie pour le couplage
au générateur.
L’injecteur et la roue sont souvent divisés en 2 secteurs de largeur 1=3 et 2=3 qui peuvent
être mis en fonctionnement s´séparément ou ensemble. Avec ce système, il est possible
d’obtenir un rendement satisfaisant (ηmax = 80% `a 83%) sur toute la plage de débits.
Il y a 2 problèmes avec cette turbine:
•la couronne d'aubage est très fragile
•La production est inférieure à 1 MW.

Turbine Dental drill


Ce type de turbine `a action est couramment utilisé avec
des gaz.
Turbines à réaction
Dans ce type de machine, l’écoulement s’effectue de manière radiale. On parle de machine
centripète. Le fonctionnement d’une telle machine ressemble fortement au fonctionnement
« inverse » d’une pompe centrifuge.
Pour ce type de turbines, on utilise à la fois l’énergie cinétique et l’énergie de pression.
Cette dernière nécessite pour le transfert une grande surface de contact entre le fluide
et la roue. C’est pourquoi les aubes sont noyées.
Deux principes sont à la base de leur fonctionnement:
- La création d’un tourbillon `a l’aide d’une bâche spirale d’aubages directeurs
(directrices) ou des deux `a la fois.
- La récupération du mouvement tourbillonnaire par les aubes d’une roue mobile en
rotation qui ´épousent les filets d’eau afin de leur donner une direction parallèle `a
l’axe de rotation.
Dans cette catégorie de turbines, on distingue :
• La turbine Francis.
• La turbine Hélice.
• La turbine Kaplan.
La turbine Francis
Le système d’alimentation est presque le même pour les trois types de turbines. Il est
constitué d’une bâche spirale et d’un distributeur actionné par un cercle de vannage.
La bâche spirale est raccordée `a la conduite amont et elle est en général sous la
forme de colimaçon.
L’eau arrivant par la conduite forcée est mise en pré-rotation dans la bâche spirale comportant
des directrices orientables . Le fluide traverse ensuite la roue puis un diffuseur, qui à la forme
d’un cône légèrement divergent, avant de retrouver le canal de fuite.

turbine Francis : vue extérieure de la roue – allure schématique du trajet du fluide


Les conditions en 1 et la hauteur nette sont calculées en
étudiant la conduite gravitaire. Dans le distributeur, il y a
transformation de l’énergie de pression en énergie cinétique.
La position des directrices fixe le débit.
Caractéristique énergétique
De la même manière que pour les pompes, on peut tracer les
triangles des vitesses à l’entrée et à la sortie de la roue de la
turbine Francis. Ces triangles sont représentés sur la figure.
Ils permettent d’exprimer la hauteur indiquée fournie par la
turbine pour une vitesse constante en fonction du débit volumique
qui s’écoule à travers elle:

Le rendement hydraulique de la turbine s’écrit :


Les vitesses débitantes étant proportionnelles au débit, on obtient une courbe de la forme :

La variation de hi est donc linéaire en fonction du débit volumique. Pour avoir la caractéristique hn (qui
représente ici la charge absorbée par la turbine), il faut ajouter toutes les pertes de charge.

On obtient alors la courbe de la figure. Sur cette figure, Q0 représente le débit minimum de fluide
devant s’écouler dans la machine pour que celle-ci commence à débiter une certaine puissance.
La puissance
représente donc la puissance à vide entièrement dissipée
en pertes de charge dans la turbine

caractéristique de fonctionnement d’une turbine


La turbines Kaplan
Les turbines Kaplan, successeurs des turbines à hélices, ont été inventées par l'ingénieur
autrichien Victor Kaplan en 1912, pour résoudre le problème du rendement médiocre de la
turbine Francis dans les cas de faible charge.
La turbine Kaplan obtient un meilleur rendement que la
turbine à hélice, car elle a pour particularité, de pouvoir
modifier l’inclinaison des pâles pour pouvoir s’adapter au
débit du cours d’eau et donc avoir un rendement optimal.
Ces turbines sont utilisées dans des milieux à faible
hauteur de chute, qui varie de 1.5 à 20 mètres de chutes
d’eau, mais elles peuvent cependant accueillir de très
grand débit qui peuvent aller de 3 à 100m3/s.

Elles peuvent êtres utilisées à la verticale comme à l’horizontale. Cette turbine, grâce à la
forme de ses pales, récupère l’énergie cinétique que contient l’eau dans sa chute pour la
transformer en énergie mécanique qui pourra ensuite être réutilisée et transformée en
énergie électrique par l’alternateur
Ces turbines sont des turbines hélices ou l’écoulement est axial. En règle générale, la roue possède des pales
réglables et le distributeur des directrices également réglables. La figure suivante présente l’installation
d’une telle turbine.

Les turbines Kaplan ont un nombre de pales compris entre 3 et 8. Les pales
sont orientables.
La mécanique de commande des pales oblige, lorsque le nombre de
pales devient important (6{8) à augmenter le rapport du diamètres
moyen au diamètre D de la roue

A la sortie de la turbine à réaction, l’eau possède toujours une certaine


énergie cinétique qu’on peut récupérer en partie grâce à un diffuseur qui est
constitué d’une canalisation évasée conduisant l’eau vers le canal de fuite.
Nombre caractéristique des turbines hydrauliques
La vitesse de rotation spécifique nq est le principal nombre caractéristique des turbines hydrauliques.
Elle mesure le rapport entre la vitesse de l’eau et la vitesse de rotation. On distingue les turbines lentes,
pour lesquelles la vitesse de l’eau est nettement supérieure à la vitesse périphérique, et les turbines
rapides, pour lesquelles c’est le contraire.

Ici, n est la vitesse de rotation,


Q le débit volumétrique et
H la hauteur de chute de la turbine hydraulique.

Les rapports sont clairement reconnaissables


dans le triangle des vitesses. Dans la figure,
les triangles des vitesses sont enregistrés du
côté de l’entrée du rotor. c1 est la vitesse
absolue, w1 la vitesse relative de l’eau et u1 la
vitesse périphérique du rotor.
Performances des turbines
hydrauliques de moyenne puissance
Puissance mécanique brute
 Centrale de basse chute : h 30 m Pm turbine hydraulique
Turbine à réaction à pales orientables (Kaplan).
T h (m)hauteur de dénivellation
pas de possibilité d ’accumulation (au fil de l ’eau). débit Q (m3/sec)

 Centrale de chute moyenne : 30 m  h  300 m


Turbines à réaction à pales fixes (Francis).
accumulation journalière ou hebdomadaire (si turbine générateur électrique
G Pe Puissance électrique nette
réversible ou pompes séparées) Pe = 9.81 T G

 Centrale de haute chute : h  300m


Turbines à action (Pelton)(non réversibles).
accumulation saisonnière si descente en plusieurs étages avec
turbines réversibles ou pompes.
nom rendement hauteur débit
de chute

Turbine Pelton 90 % hautes


Turbine Banki 86 % faible
Turbine Francis 80 % à 95 % moyenne à
haute
Turbine Kaplan 90 % à 95 % basse fort
Cavitation
La cavitation peut se produire sur les aubes de la turbine, ou à la sortie de la turbine.

Cavitation sur les aubes


L’écoulement sur une aube dans le repère relatif est analogue à un
écoulement sur une aile d’avion : dépression sur l’extrados, surpression sur
l’intrados. La résultante de ces forces conduit à une force de portance qui fait
tourner la roue. Ceci peut être schématisé par la figure a Dégats par cavitation sur les aubes
d’une turbine Francis

Cavitation à la sortie de la turbine (torche `a vapeur)


A la sortie de la turbine, un tourbillon se forme. Ce dernier ne
disparait complètement qu’au point de fonctionnement
nominal. Pour des débits inferieurs, entre 40% et 60% du débit
nominal, le tourbillon de sortie devient très intense et conduit
`a des instabilités. L’écoulement dans le tourbillon est presque
du type vortex libre

La pression atteint p = psat et les bulles de vapeur apparaissent Fig. a { Sur la zone AB, p < psat, formation des bulles
sous forme de torche de vapeur et zone BC, p > psat, implosion des bulles
de vapeur.
Exercice 1:
De l’eau circule dans une turbine avec un débit volume
de Qv = 0,214 m3 s–1.
Les pressions en A et B sont respectivement de 147,5 kPa et
de –34,5 kPa.
- Calculer la puissance en kW fournie par l’eau à la turbine.
Hypothèses : l’écoulement du liquide est incompressible et
stationnaire. Ce liquide se comporte comme un fluide
parfait. On donne : g = 9,81 m s–2.
Exercice
La figure ci-dessus représente un barrage qui est équipé d’une turbine
dont les aubes sont entraînées par un jet d’eau sous pression.
La conduite de sortie de diamètre d= 2,5 m est située à une altitude
Z2=5m. Le débit volumique qv=25 m3/s. On suppose que le niveau
d’eau dans le barrage (Z1=30 m) varie lentement (V1=0), et les pertes
de charges sont évaluées à J12 =-32,75 J/kg.
On donne :
- la masse volumique de l’eau: ρ =1000 kg/m^3
- l’accélération de la pesanteur :g=9,81 m/s^2
Travail demandé :
1) Calculer la vitesse V2 d’écoulement d’eau à la sortie de la canalisation en m/s.
2) En appliquant le théorème de Bernoulli, déterminer la puissance Pa disponible sur l’arbre de la
turbine en MW si son rendement η est de 60%