Vous êtes sur la page 1sur 17

École des Hautes Études Commerciales

Centre d'études en qualité totale

L’AMDEC

Sous la direction du prof. Joseph Kélada

© - École des HEC - 1994 - Reproduction strictement interdite


La méthode AMDEC

TABLE DES MATIÈRES

1. La Qualité Totale, la prévention et l’AMDEC


2. Historique et domaines d’application
3. Types d’AMDEC et définitions
3.1 Types
3.2 Définitions d’un mode de défaillance, d’une cause de
défaillance et de l’effet de cette défaillance
3.3 Deux aspects de la méthode: l’aspect qualitatif et
quantitatif.
4. Les étapes de la méthode
4.1 La constitution d’un groupe de travail
4.2 L’analyse fonctionnelle
4.3 L’étude qualitative.
4.4 L’étude quantitative
4.5 La hiérarchisation
4.6 La recherche
recherche des actions préventives/correctives
préventives/correctives
4.7 Le suivi des actions prises et la réévaluation de la
  criticité
4.8 La présentations des résultats
5. L’AM
L’AMDE DECC et
et les
les au
autr
tres
es ou
outi
tils
ls de la qu
qual
alit
itéé tot
total
ale.
e. 21
5.1 L’AMDEC et l’Arbre des causes (FTA)21
5.2 L’AMDEC et le Déploiement de la fonction qualité
  (D
(DFQ) 21
5.3 L’AMDEC et le le Contrôle
Contrôle statistique des procédés (CSP)
22
5.4 L’AMDEC
L’AMDEC et le Système
Système anti-erre
anti-erreurur (Poka-Yo
(Poka-Yoké)
ké) 22
5.5
5.5 L’AM
L’AMDE DEC C et l’In
l’Ingé
géni
nier
erie
ie simu
simult
ltan
anéeée 23
5.6 L’AMDEC et les normes ISO 9000 24
6. Conclusion 25
7. Annexe 1 26
8. Annexe 2 43
1. La Qualité Totale, la prévention et l’AMDEC
L’existence d’une entreprise est basée sur des interrelations entre son personnel et ses
clients d’une part, et ses actionnaires, ses dirigeants et son personnel d’autre part. L’ensemble de
ces interrelations est régi par un  processus d’affaires qui interagit aussi avec des partenaires
externes, en amont et en aval. La stratégie qui vise la satisfaction simultanée de toutes ces parties
est la qualité totale. Simple à définir, complexe à réaliser.
Le processus d’affaires consiste en un ensemble de systèmes qui doivent être parfaitement
organisés et intégrés. Un système se compose de plusieurs processus, un processus de plusieurs
 procédés,
rocédés, un procédé de plusieurs
plusieurs activités et tâches. Si on identifie
identifie tout ce qui ne pourrait
pourrait pas
fonctionner dans les systèmes et si on peut éliminer les causes probables des défaillances qui
 peuvent survenir, tous les systèmes
systèmes fonctionneraient
fonctionneraient alors correctement,
correctement, sans conflits, sans arrêt,
dans une optique qualité totale. Cette logique conduit à prendre des actions  actions  à priori et non à
 posteriori, comme on le faisait par le passé et comme certains le font encore. D’où l’importance et
la nécessité d’une approche préventive pour réaliser la qualité totale.
Les approches telles que l’inspection et le contrôle du produit ainsi que le contrôle
statistique des procédés sont insuffisantes pour résoudre, prévenir et éviter les problèmes qui
 peuvent apparaître
apparaître ultérieurement
ultérieurement dans les différents
différents systèmes
systèmes du processus
processus d’affaires
d’affaires d’une
entreprise. Parmi les outils et techniques de  de  prévention des problèmes potentiels, la méthode
AMDEC s’avère une méthode simple et très efficace. AMDEC est l’acronyme de «Analyse des
modes de défaillances, de leurs effets et leur criticité» (Failure
(Failure Mode and Effect Analysis, FMEA).
Cette technique a pour but d’étudier, d’identifier, de prévenir ou au moins de réduire les risques de
défaillances d’un système, d’un processus, d’un produit.
L’Association française de normalisation (Afnor) définit l’AMDEC comme étant "une
méthode inductive qui permet de réaliser une analyse qualitative et quantitative de la fiabilité ou de
la sécurité d’un système"1. La méthode consiste à examiner méthodiquement les défaillances défaillances
 potentielle (analyse des modes de défaillance), leurs
otentielless des systèmes (analyse défaillance), leurs causes et leurs conséquences
sur le fonctionnement de l’ensemble (les (les effets).
effets). Après une hiérarchisation des défaillances
otentielles,, basée sur l’estimation du niveau de risque de défaillance, soit la criticité, des
 potentielles
actions prioritaires sont déclenchées et suivies.

2. Historique et domaines d’application


L’AMDEC a été créée aux États-Unis par la société Mc Donnell Douglas en 1966 2. Elle
consistait à dresser la liste des composants d’un produit et à cumuler des informations sur les
modes de défaillance, leur fréquence
fréquence et leurs conséquences. La méthode a été mise au point par la
 NASA et le secteur
secteur de l’armement
l’armement sous le nom de FMEA pour évaluer évaluer l’efficacité
l’efficacité d’un système.
Dans un contexte
contexte spécifique, cette méthode est un outil de fiabilité. Elle est utilisée pour pour les
systèmes où l’on doit respecter des objectifs de fiabilité et de sécurité. À la fin des années soixante-
dix, la méthode fut largement adoptée par Toyota, Nissan, Ford, BMW, Peugeot, Volvo, Chrysler 
et d’autres grands constructeurs d’automobiles.
La méthode a fait ses preuves dans les industries suivantes : spatiale, armement,
mécanique, électronique, électrotechnique, automobile, nucléaire, aéronautique, chimie,
informatique et plus récemment, on commence à s’y intéresser dans les services. Dans le domaine
de l’informatique la méthode d’Analyse des Effets des Erreurs Logiciel (AEEL) a été développée3.
Cette approche consiste en une transcription de l’AMDEC dans un environnement de logiciels.
Aujourd’hui, dans un contexte plus large comme celui de la qualité totale, la prévention n’est pas
limitée à la fabrication. Il est maintenant possible d’anticiper les problèmes dans tous les systèmes
du processus d’affaires et de rechercher à priori des solutions préventives. C’est pourquoi
l’application de l’AMDEC dans les différents systèmes du processus d’affaires est très utile,
souvent même indispensable. Cette méthode est donc considérée comme un outil de la qualité
totale.
Il est important de souligner que l’utilisation de la méthode se fait avec d’autres outils de
la qualité et cette combinaison augmente considérablement la capacité et l’efficacité de la méthode
(certains exemples sont mentionnés plus loin).

3. Types d’AMDEC et définitions

3.1 — Types
Il existe plusieurs types d’AMDEC, parmi les plus importants, mentionnons:
• L’AMDEC-organisation 
organisation  s’applique aux différents niveaux du processus d’affaires: du
 premier
remier niveau
niveau qui englobe
englobe le système
système de gestion,
gestion, le système
système d’informa
d’information,
tion, le système
système
 production,
roduction, le système personnel,
personnel, le système
système marketing et le système finance,
finance, jusqu’au dernier 
dernier 
niveau comme l’organisation d’une tâche de travail .
• L’AMDEC- produit  produit   ou l’AMDEC- projet
l’AMDEC- projet est utilisée pour étudier en détail la phase de
conception 
conception  du produit ou d’un projet. Si le produit comprend plusieurs composants, on
l’AMDEC-composants.
applique l’AMDEC-composants.
• L’AMDEC- processus
 processus s’applique à des processus de fabrication. Elle est utilisée pour 
analyser et évaluer la criticité de
criticité de toutes les défaillances potentielles d’un produit engendrées
 par son processus.
processus. Elle peutpeut être aussi utilisée postes de travail4.
utilisée pour les postes
• L’AMDEC-moyen  moyen  s’applique à des machines, des outils, des équipements et appareils de
mesure, des logiciels et des systèmes de transport interne.
• L’AMDEC- service  service s’applique pour vérifier que la valeur ajoutée réalisée dans le service
corresponde aux attentes des clients et que le processus de réalisation de service n’engendre
défaillancess5.
 pas de défaillance
• L’AMDEC- securité 
 securité  s’applique pour assurer la sécurité des opérateurs dans les procédés où il
existe des risques pour ceux-ci.

3.2 — Définitions d’un mode de défaillance, d’une cause de défaillance et de l’effet de cette
défaillance
Par  défaillance 
défaillanceo  n entend simplement qu’un produit, un composant ou un ensemble:
• ne fo fonctionne papas;
• ne fonfonct
ctio
ionn
nnee pas
pas au
au mome
momentnt prév
prévu;u;
• ne s’ar
s’arrê
rête
te pas
pas au mome
moment nt prév
prévu;
u;
• fonc
foncti
tion
onne
ne à un ins
insta
tant
nt non
non dési
désiré
ré;;
• fonctio
fonctionne
nne,, mais
mais les perfor
performan
mances
ces requ
requise
ise ne
ne sont
sont pas obtenu
obtenues
es
Le mode de défaillance est la façon dont un produit, un composant, un ensemble, un
 processus
rocessus ou une organisation
organisation manifeste
manifeste une défaillance
défaillance ou s’écarte
s’écarte des spécifications
spécifications.. Voici
quelques exemples pour illustrer cette définition:
• déformation;
• vibration;
• coincement;
• desserrage;
• corrosion;
• fuite;
• pert
erte de
de pe
performance;
• court-circuit;
• flambage;
• ne s’arrête pas;

©-École des HEC - 1998 4


• ne démarre pa pas;
• dépas
dép asse
se la limi
limite
te sup
supér
érieu
ieure
re tolér
tolérée,
ée, etc.
etc.
Une cause de défaillance est évidemment ce qui conduit à une défaillance. On définit et on
décrit les causes de chaque mode de défaillance considérée comme possible pour pouvoir en
estimer la probabilité, en déceler les effets secondaires et prévoir des actions correctives pour la
corriger. Les effets d’une défaillance sont les effets locaux sur l’élément étudié du système et les
effets de la défaillance sur l’utilisateur final du produit ou du service.

3.3 — Deux aspects de la méthode:


l’aspect qualitatif et quantitatif.
L’aspect qualitatif   de l’étude consiste à recenser les défaillances potentielles des fonctions
du système étudié, de rechercher et d’identifier les causes des défaillances et d’en connaître les
effets qui peuvent affecter les clients, les utilisateurs et l’environnement interne ou externe.
L’aspect quantitatif  consiste à estimer le risque associé
associé à la défaillance potentielle. Le
 but de cette estimation est l’identificati
l’identification
on et la hiérarchisati
hiérarchisation
on des défaillances
défaillances potentielles.
potentielles. Celles-
Celles-
ci sont alors mises en évidence en appliquant certains critères dont, entre autres, l’impact sur le
client. La hiérarchisation des modes de défaillance par ordre décroissant, facilite la recherche et la
 prise d’actions
d’actions prioritaires
prioritaires qui doivent
doivent diminuer
diminuer l’impact
l’impact sur les clients ou qui élimineraient
élimineraient
complètement les causes des défauts potentiels.

4. Les étapes de la méthode


La méthode s’inscrit dans une démarche en huit étapes (figure 1). Comme dans
plusieurs démarches, il y a une phase préparatoire qui consiste en une collecte de données
pour réaliser l’étude, la mise sur pied d’un groupe de travail et la préparation des dossiers,
tableaux, logiciels.

4.1— La constitution d’un groupe de travail


Il s’agit de constituer l’équipe multidisciplinaire qui aura à réaliser l’étude. Les personnes
impliquées dans une étude AMDEC-processus, par exemple, représentent les services de recherche
et développement, des achats, du marketing, de la maintenance, de la qualité, des méthodes et de la
fabrication. La présence d’un animateur bien formé à des techniques spécifiques de la démarche et
du travail en équipe est une condition de succès de l’application de la méthode.
Un exemple intéressant de la constitution d’une équipe AMDEC-produit est donné par la
société Garrett Automotive Ltd (GAL). La société a été qualifiée comme l’un des meilleurs
fournisseurs de Ford; elle a reçu le prix «Queens Award for Export» au Royaume-Uni. Cette
entreprise a mis sur pied un programme d’enseignement de la qualité totale (Teaching Company
Programme6) incluant la méthode AMDEC. Chez Garrett, les membres d’une équipe AMDEC
 proviennent
roviennent de
de différents
différents service
services.
s.
La préparation de l’AMDEC-produit est sous la responsabilité de l’ingénieur de produit .
Avant la réunion de l’équipe, il  prépare les six premières
premières colonnes du tableau AMDEC (voir le
tableau 1)
1) : le numéro de chaque pièce, sa fonction, les modes de défaillance potentielle, les causes
 possibles,
ossibles, les effets potentiels, les vérifications
vérifications courantes de conception.
conception. Au début de la réunion,
réunion,
l’équipe analyse chacun des éléments du document pour s’assurer que rien ne manque. Les autres
membres d’équipe sont :
 Le représentant des ventes qui est l’interface entre l’entreprise et le client. Il fournit à l’équipe les
informations nécessaires sur les besoins et attentes du client.
 Le représentant du service qualité qui joue le rôle de facilitateur ou de coordonnateur et qui fait le
lien entre toutes les étapes de la méthode. Il participe à la détermination des défaillances
 potentielles
otentielles de concepti
conception
on durant
durant le processus
processus de producti
production.
on.

©-École des HEC - 1998 5


La constitution
constitution de l'équipe de travail
et l'identification du niveau de l'étude

L'analyse fonctionnelle

L'étude qualitative:
causes-modes-effets de défaillance

L'étude quantitative:
évaluation de la criticité

La hiérarchisation
par criticité

La recherche et la prise
d'actions préventives

La réévaluation de la criticité

La présentation des résultats

Figure 1 — La démarche AMDEC

 L’ingénieur de fabrication est très influent au sein de l’équipe, particulièrement en ce qui concerne
le développement de la conception et des procédés de fabrication.

©-École des HEC - 1998 6


 Les concepteurs sont parfois amenés à participer aux réunions de l’équipe, afin de fournir plus de
détails au niveau de la conception et du changement de la conception ou pour connaître l’historique
du produit.
Cette configuration des membres de l’équipe est similaire à celle de l’AMDEC-processus et n’est
en aucune façon définitive. Il est toutefois important de préciser que les grandes équipes (dont le
nombre des participants est supérieur à sept) sont moins efficaces que les petites (entre quatre et
six participants). La clé du succès
succès de l’équipe AMDEC réside dans l’engagement total de ses
membres et l’interaction entre ceux-ci7.
Évaluation Actions préventives Résultats
Fonction du Mode  d'une D   O  c   G    C    O   N   
Effet  de la Causes o  u  
produit, ou défaillance é   
t  e   c  u  r   r  a   r  i    D   c  c   G   
défaillance possibles de c  t   r  e   v  i    t  i    Recommandées t  e   u  r  r   r  a  v   c  r  i   
é    v  e  
opération du potentielle o  n   n  c   t  é    c  i   
i    Prises c  t   e  n   i    t  
i    l   
l   
la défaillance t  é    i   
o  n   c  e   t  
é    c  i    e  
processus e   t  é   

Tableau 1
AMDEC produit/processus
produit/processus

Fonction du Mode  d'une Causes


Évaluation Actions préventives Résultats
produit, ou Effet  de la N   
défaillance possibles de D   O  c  c   G    r  a   C   
r  i    D   O  c  c   G   r  a   o  u  
é    é   
opération du défaillance t  e   u  r   v  i    t  c  
c  t   r  e   t  é    i    t  é    Recommandées
t   u   v  
Prises e  c  t   r  r  e   i   
c  
t  é    r  i   
v  e  
potentielle la défaillance i    n  
o  n   c  
i    i   
o  n   n  c   c  i    l   
t  i    l   
e  
processus e   e   t  é   

4.2 — L’analyse fonctionnelle


Une défaillance est la disparition ou la dégradation d’une fonction. Donc pour trouver les
défaillances potentielles il faut connaître les fonctions.
de  l’analyse fonctionnelle 
Le but de  fonctionnelle  est de déterminer d’une manière assez complète les fonctions
 principales
rincipales d’un
d’un produit,
produit, les fonctions
fonctions contrainte
contraintess et les fonctions
fonctions élémentair
élémentaires.
es.
•  Les fonctions principales sont les fonctions pour lesquelles le système a été conçu, donc pour 
satisfaire les besoins de l’utilisateur.
•  Les fonctions contraintes répondent aux interrelations avec le milieu extérieur.
•  Les fonctions élémentaires 
élémentaires  assurent les fonctions principales, ce sont les fonctions des
différents composants élémentaires du système.
Pour réaliser correctement l’analyse fonctionnelle il faut effectuer trois étapes principales :
1- Définir le besoin à satisfaire. Le principe consiste à décrire le besoin et la façon dont il est
satisfait et comment il risque de ne pas être satisfait.
2- Définir les fonctions qui correspondent au besoin. Chaque fonction répond à la question à quoi
sa sert?  Le réponse doit comprendre un sujet et un verbe  (ex: un rasoir rase, un couteau
coupe). On peut alors déterminer la défaillance potentielle (le rasoir ne rase pas, le couteau ne
coupe pas toujours).

©-École des HEC - 1998 7


3- Établir l’arbre fonctionnel afin de visualiser l’analyse fonctionnelle. Très souvent les fonctions
 principales
rincipales comportent
comportent des sous-foncti
sous-fonctions
ons ou résultent
résultent d’un ensemble
ensemble des fonctions
fonctions
élémentaires. D’où le besoin de l’arbre fonctionnel.
Celui-ci est une représentation sous forme de bloc-diagramme, construit en définissant les
fonctions de niveau A - les fonctions principales jusqu’au niveau Z - les fonctions élémentaires des
composants. On retrouve à tous les niveaux la logique: recevoir une fonction - transformer la
fonction- transmettre une nouvelle fonction (voir la figure 2) 8.
fonction-

Arbre fonctionnel du "Correcteur de phare"

   t
  n Fonction principale:
  e
  m Régler la position
  m
  o des phares
   C

Recevoir Transformer Transmettre


un ordre du cette action le déplacement
conducteur en déplacement au phare

Déroulement

   t
  n Recevoir un Transformer Transmettre
  e
  m mouvement la rotation en la translation
  m translation
  o de rotation au phare
   C

Déroulement
   t
  n
  e
  m
  m
  o
   C
Recevoir Transformer
Transmettre
le doigt du cet effort en
ce mouvement
conducteur rotation

Déroulement

Tiré de «Méthodes et outils de la qualité


qualité totale», de P. Lyonnet,
Édition Technique et Documentation, 2e édition, page 74

Figure 2
D’après la norme militaire américaine pour l’AMDEC, un système (produit complexe) peut être
décomposé en trois niveaux : système, sous-systèmes, composant. Ces appellations s’appliquent à
la fois, à une décomposition matérielle et fonctionnelle9. En résumé, on décompose le système en
 plusieurs
lusieurs niveaux
niveaux d’arborescen
d’arborescence.
ce. Le niveau au sommet est le système,
système, le niveau de base est le
composant. C’est grâce à l’analyse fonctionnelle que l’on pourra établir la meilleure arborescence

©-École des HEC - 1998 8


 possible  pour un système. L’AMDEC sera alors conduite à partir du niveau composant puis
bottom-up) 10.
remontera aux divers étages de l’arborescence (approche bottom-up)
Pour un processus, la décomposition fonctionnelle se fait en procédés. Pour un procédé, la
décomposition se fait en opérations ou activités et pour les opérations la décomposition se fait en
tâches. Un excellent moyen pour réaliser la décomposition fonctionnelle est l’ordinogramme du
 processus.
rocessus. La figure 3 illustre une ordinogramme
ordinogramme (flow chart) du processus
processus d’une distributrice
distributrice de
café. Ce processus est un ensemble d’opérations élémentaires qui se déroulent à partir du besoin à
satisfaire jusqu’à la consommation du café. Une fois les fonctions identifiées, on passe à l’étape de
l’analyse ou l’étude qualitative.

L'ordinogramme du processus " la distributrice de café"

Besoin de Se déplacer vers la


prendre un café distributrice de café

Faire le choix désiré

Placer un verre

Insérer la monnaie

Appuyer sur le bouton


de mise en marche

La distributrice fait la
fusion et remplit le verre

Sucre, lait, non


crème

oui
oui

La distributrice fait Café prêt à


le mélange consommer

Figure 3

4.3 — L’étude qualitative


qualitative des défaillances
Celle-ci consiste à identifier toutes les défaillances possibles, à déterminer les modes de
défaillance, à identifier les effets relatifs à chaque mode de défaillance, à analyser et à trouver les
causes possibles et les causes les plus probables des défaillances potentielles. Pour réaliser cet
objectif, on s’appuie sur l’analyse fonctionnelle. À partir des fonctions définies on cherche
©-École des HEC - 1998 9
directement les défaillances potentielles (voir le tableau 2.1). Ainsi l’analyse fonctionnelle aide à
trouver en amont les causes 
causes et en aval les effets 
effetsd  e chaque mode de défaillance.
Prenons dans le processus de la distributrice de café l’opération "la distributrice remplit le
verre". L’opération est effectuée correctement si le verre est rempli d’un café qui correspond à une
qualité et à un volume désirés. Un mode de défaillance est que la distributrice ne remplit pas le
verre. Un deuxième mode de défaillance est que la distributrice remplit le verre avec de l’eau
seulement. Un troisième mode de défaillance est que la concentration de café est très faible dans le
verre. À partir de ces trois modes de défaillance on analyse quel est l’effet potentiel (sans doute
négatif) pour le client. L’étude est complète si on identifie quelles sont les causes possibles.
Pour chaque mode on peut avoir une ou plusieurs causes. Pour le deuxième mode de
défaillance une cause possible est que la machine manque
de café. Une deuxième cause possible est qu’il y a un blocage dans le circuit interne de la machine
qui empêche la fusion entre l’eau chaude et le café (voir le tableau 2.2).
Le but de l’AMDEC est de faire ressortir les points critiques afin de les éliminer, de
 prévoir
révoir un mode de prévention.
prévention. La mise en évidence
évidence de ces points
points se fait selon certains critères
critères
dans une analyse quantitative.

4.4 — L’étude quantitative


l’indice de criticité 
Il s’agit d’une estimation de l’indice criticité du trio cause-mode-effet de la défaillance
 potentielle
otentielle étudiée selon certains critères. Plusieurs
Plusieurs critères peuvent être utilisés
utilisés pour déterminer 
déterminer 
cet indice. Souvent dans la pratique on considère qu’une défaillance est d’autant plus importante
si:
• ses conséquences sont graves;
• elle se produit souvent;
• elle se produit et on risque de ne pas la détecter.
Dans la pratique on attribue trois notes — chacune sur une échelle de 1 à 10 — pour 
chaque trio cause-mode-effet:
• La note G - gravité de l’effet -
l’effet  - les conséquences sur le client/utilisateur 
• La note O - la probabilité d’occurrence - la fréquence d’apparition
• La note D - la probabilité de non-détection - le risque de non-détection
L’indice de criticité (C) s’obtient en multipliant ces trois notes précédentes soit celle de la
gravité, de la probabilité d’occurrence et de la probabilité de non-détection :

C=GxOxD

Le tableau 3 illustre une estimation de l’indice de criticité des modes-causes-effets des


défaillances dans le processus «distributrice de café». Si celle-ci remplit le verre seulement avec de
l’eau chaude, le client sera très insatisfait. On estime donc pour la gravité une note de 10. La cause
«manque de café dans la distributrice» peut arriver souvent; on estime donc pour la probabilité
d’occurrence la note 5. La détection est faite par l’agent d’entretien lorsqu’il vient remplir la
machine de café moulu; donc pour la probabilité de non-détection on estime aussi la note 5. Les
trois notes multipliées nous donnent l’indice de criticité qui, dans ce cas, est égal à 250.
Le mot criticité correspond au terme anglais risk priority number 11.

4.5 — La hiérarchisation
La difficulté essentielle d’une étude qui veut anticiper les problèmes et rechercher les
solutions préventives provient de la très grande variété des problèmes
problèmes potentiels à envisager. D’où
le besoin d’une hiérarchisation, qui permet de classer les modes de défaillances et d’organiser leur 
traitement par ordre d’importance.

©-École des HEC - 1998 10


   l  e
   l
  v  e    i  t  é
  o  u   i  t
   i  c
  n   r
  c    i  t  é
  s   g   r  a  v   e
   t
  a
   t   c
   l   u  r  r  e  n  n
  u
  s   o  c  c   c  t   i  o
   é    3
   9
   R   d  é  t  e    9
   1
   2
   0
   1
   0
   T
   B
  s
  e
  s
  s    i
  e   r
  v   p
   i
   t
  n
  e
  v   s
   é   e
  r    é
  p    d
  s   n
  n   a
  o   m
   i
   t
  c   m    0    0
   0 0    5    0    6    0
   A   o
  c
   6    2    1    5    8
  e   t  é
  r    6    6    0    0
   i    1    1    8    8
   i  c
   i  t
  r    0    5
  c   é    5    1    1    0
  s    i  t   e    1
  v
  a
  u
  s
  n   g    r  e  n  c
  r
  o   u  r
   i
   t
   2    7    5    0
   1    7    1

  s
  e
  a   o  c  c   t   i  o  n
  u   t  e  c
   l   e    é
   f   s   e    é    é
   f
  c     É
  a   d  é
  v   c   e
   i
  r   n
  u
  a   a   e
  c
  a   i
  c   l
  n   c
  a   i
  r   a    f
  a
  o
  r   e
   d   e
   t
  u   n
   b   a
  p
  e
   '
   d   e    t
   d   s
  r
  u
   d   t
  u
  e   b
  c
  e
   d
  c
  u
   d    3
  c
  p
  -   e   e   n
   l   a
   i
  r   n
   t
  e
  u   e   n    b
   i
  a   r
  u   d
  g   i
  r
  a   t   e    é
   t   u
   b    l
   l
  s   e
   i
   d   t
  q
  n   q    t   s
   i
   k   s
   i
  c   d
  u
  q    i
   l   a
  e
   C   s   u
   i    i
  s   f
  a   s
  a   s
  a   e
  a   n
  a    d   o
   l   a   n
  a
  a
  u
   l
   b
   E    C  p   d
  o    é    L    M    M    B   l    M    Q
  •
  a
   T
   D
   t
   M   e   e   c    t
   i
  a
   f    t
   i
   A    d   n
  a
   t    l
   l
   i
  a
   t    f
  n   n
  s
   t    i
   t
  e   a   n
  a
   t    f
  s
  e   i   e   s
   i    i
   l   s   e    i
   f   a
   f
   f    é    l    t
   i   a   n
   C   i    l    t
   i   a
   E   d    C  s   s    C  s
  n
  n
   i    è    i
  r
   t

  e   e   s   e


   d    l   a   p   e   e   e
   i
  a   n
  e   s    d
  c   a   n   i   e   c   r
   i   r   n   n
  n
  o
   i
   t
  e   l
  e    i   r   e   t
   t   e   o   e
  a   é   l
  e   c
   d   n    l
  e    t    é   t   r   a
  r   p   e   n   u   v   r    b
   t    f    i
  a   i
   t   u   f    i
   l   p   n    b
   i   e   u
   l   a   m   n   a   a
  e   l    b   a   a
   l
   d   i   n
  e
  a   t
  o   f
   i
  r
   t   c   p   e
  n
  o
  m
  r
   t
  s
   t
   i
   l
  e
   '    l
   d   s   c   c
  e    f
  u   t
  s   m
  e   t    l    i   n   d   s
   M   é   o    i
   d   r   e   a    d   p   c   a
  e   p
  o
  c   e
   d   p   e   a   m
  e   v
  a   e   n   r
  r    L   r   a   d
  n   a
   L
   L   e   e
  r
  v
  e
  n   s   c    l
   i   e
  o   u
   i   s   r    é
   t    f    t   e
   i   r
   t   u   s   a   u   a
  a
  r    d   e
  c    L   b   c   l
  p   r
  e
   é   o    i   e   m  v
  r    d
  p   r    t
  s   e
   O   p    i   r
   d

©-École des HEC - 1998 11


La hiérarchisation suivant l’échelle de criticité permet de décider des actions prioritaires.
En effet, c’est une liste d’articles ou de processus critiques. Le classement est fait par ordre
décroissant généralement en quatre catégories (C>100; 100>C>50; 50>C>20; 20>C). Ce
classement permet de moduler les actions préventives, leur priorité variant en fonction de la
catégorie. Très souvent les entreprises utilisent pour l’AMDEC-produit/processus un  seuil de
criticité de 100 12 et pour l’AMDEC-moyen un seuil de 16 13.
criticité 

4.6 — La recherche des actions préventives/correctives


préventives/corrective s
Après le classement des différents modes de défaillances potentielles d’après les indices de
criticité, le groupe désigne les responsables de la recherche des actions préventives ou correctives.
Les outils tels que le diagramme causes-effet, l’analyse de Pareto, le brainstorming, le travail en
équipe, doivent être appliqués pour une recherche efficace. En pratique, le groupe de travail
s’attache à réduire l’indice de criticité par des actions qui visent:
• la réduction
réduction de la probabilité
probabilité d’occurrence
d’occurrence (exemple:
(exemple: par
par la modification
modification de la conception
conception du
 produit ou du processus)
processus)
• la réductio
réductionn de la probab
probabilité
ilité de non-dé
non-détectio
tectionn (exemple
(exemple:: par
par la modification
modification de la concept
conception
ion
du processus ou par la modification du système de contrôle)
• la réduction
réduction de la gravité
gravité de l’effet
l’effet de défaillance
défaillance (exemple:
(exemple: par
par la modification
modification de la
conception)

 4.7 — Le suivi des actions prises et la réévaluation de criticité


C’est le moment de vérité pour la méthode. Un nouvel indice de criticité est calculé de la
même façon que lors de la première évaluation, en prenant en compte les actions prises. Cette
valeur du nouvel indice de criticité est parfois appelée risque résiduel   et peut être illustrée sous
forme du diagramme Pareto (figure 4).
L’objectif de cette réévaluation est de déterminer l’impact et l’efficacité des actions prises. Le
nouvel indice de criticité doit donc être inférieur au seuil de criticité. Le tableau 4 illustre une telle
réévaluation qui nous montre que grâce aux actions prises, les nouveaux indices de criticité sont
inférieurs à un seuil de criticité égal à 50.

4.8 — La présentation des résultats


Pour pouvoir effectuer et appliquer l’AMDEC, les entreprises utilisent des tableaux
conçus spécialement pour le système étudié et préparés en fonction des objectifs recherchés. Ces
tableaux sont habituellement disposés en forme de colonnes et contiennent, en général, les
informations nécessaires pour réaliser l’étude. Les tableaux 1 à 4 illustrent la réalisation d’un
AMDEC-processus.

5. L’AMDEC et les autres outils de la qualité totale.

5.1 — L’AMDEC et l’Arbre des causes (FTA)


L’AMDEC est un outil qui permet d’étudier les conséquences de défaillance  potentielle,
 potentielle,
chacune prise individuellement,
individuellement, ce qui est une
une logique inductive.
La méthode dite de l’Analyse des défaillances par l’arbre de causes 14, est une méthode qui, à partir 
d’un événement donné, a pour but d’identifier par ordre d’importance l’ensemble de ses causes, des
causes principales aux causes les plus élémentaires. C’est une représentation graphique d’une
démarche analytique, suivant une logique déductive. Bref, le point de départ est la défaillance
constatée 
constatée  et on s’attache à en trouver les causes. Contrairement à l’AMDEC, il s’agit de
correction. Les deux méthodes se complètent parfaitement. Dans le développement d’un nouveau

©-École des HEC - 1998 12


 produit, une
une analyse des défaillances
défaillances par arbre
arbre de causes, effectuée
effectuée sur un ancien produit,
produit, peut être
très utile.

Criticité
(C)

100

50
I II III IV
0
 défaillances

50

100

Criticité reévaluée

Figure 4

5.2 — L’AMDEC et le Déploiement de la Fonction Qualité


Le Déploiement de la fonction qualité (DFQ) consiste à déployer en cascade les exigences
des clients pendant toutes les phases de développement d’un nouveau produit. L’AMDEC peut
 parfaitement
arfaitement s’intégrer
s’intégrer à l’aproche
l’aproche DFQ. Dès la conception,
conception, les
les caractéristique
caractéristiquess identifiées
identifiées comme
critiques par l’AMDEC, sont suivies pendant toutes les phases de développement et
d’industrialisation jusqu’à l’expédition. Cette approche est utilisée avec succès dans les usines de
Toyota, à la société Komatsu au Japon et est parfois appelée le déploiement de la fiabilité15. En
Amérique du Nord c’est FORD qui utilise la même démarche.

5.3 — L’AMDEC et le Contrôle statistique des procédés (CSP)


L’AMDEC aide à déterminer les caractéristiques à suivre avec les méthodes statistiques.
S’il est impossible de verrouiller les causes probables des défaillances qui peuvent survenir, on
 procède à la mise en place du contrôle statistique
statistique des procédés.
procédés. Plusieurs
Plusieurs entreprises
entreprises dans le
domaine de l’automobile ont mis en place le CSP suite à l’AMDEC- processus   processus  pour les
caractéristiques ayant une criticité supérieure à 100 et pour les caractéristiques ayant une note de
gravité supérieure à 7 (échelle de 1 à 10).
Cette approche est un excellent exemple pour la constitution d’un ensemble préventif AMDEC— 
CSP, qui permettrait la mise sous contrôle du processus. En outre, le calcul préliminaire de la
capacité opérationnelle du procédé est utilisé comme critère pour déterminer la note de probabilité
de non-détection. Les techniques statistiques sont donc des sources très utiles pour la réalisation
de l’étude.

©-École des HEC - 1998 13


   5    0    0    5
   l  e
   l    1    4    2    8
  v  e    i  t  é    0    0
  o  u   i  t
   i  c    5    1    1    5    8
  n   r
  c    2    1
   1    1
   i  t  é
  v
   3
  a
  s   g   r   n  c  e
   t    1    2    2    1    1
  a   e
   l   c  u  r  r   n
   t
  u
  s   o  c   c  t   i  o   n   n   e
   i   n   n    t   n
   é   e
  n
  o   e   r
   i   o   e
  n   e   e
  c   i
   t   a
   l   c   e
   é    i
  a   r   i    f    t
   f
   i    l   o
   i
  e    t
  o
  r   e   e   i
   R  d  é  t    t   r
   i    é   o
   h   n    t
  e   m   i   r
   t   e    t
  n   u   a
  c   u   e   d   t
  a
  a   a
   l   u   c    t   o
   i    j   u
  r   e   s    f
  c   +  r
   i   c   p   e
  m   é   g   r
   t   e   p   b   n   v   n    i   r   q   i
  r    l
  v
  a   r
   f   s   u   a   n   u   m   i   e   e   r   e
   i
  r   n   n   l
   i    é   '
   l   e
   '   q   r   d
  e   t   e    é   a   a    é
  r   m    é   p    d   s
   é   •   l
  v   e   e   e   l
   t
  e
  a   r
   h   s
   i   n
  u
  p   v   m   n
  o
  s    d
   d    d   c    d    1   •   c
  e
  s
  •   •   •   •
   i
  r   e
  p   e    d   n   e   e   e   n
   l
   d   o    i    t   c    f   o
   i
  s
  e   e    t
  a   e    é
  e    i
  r   r
   t   r
   t   n
   i
   t    t
  n   n    l
  s   r
  e    t
  e    i   a
  u   n    t   c
   é    i   u    i   n    f   v
  v
   i    i   o    l
  q   s    i
   t    '
  n
  r   m   '
   t    b
  e    i    t   a   e   e
  c    é   e   e    é
  a    l    i   v
  o
   i
   t   r
  e
   i
   t
  r   n   n   e
  r
   t   s   e
   t   n   a   e   u   u
  n    l   r
   t   r
  m   i   r    f    i
   t   r   m   r   a
  c   u   e   s
  n
  e   s
   i
  a   n
   t    i    b   e   e    i
  c    d   i   s    l   u   a
  e   p    b   c    f   e
  r   p    i
   f   o   n
   j    d   n
  o
   t   a    f
   i   r   l    d   d
  e    t   u   m   i   e   a    è
   i   n    i   o
  r   r    i
   t
   i
 ,   c
  v   e   s   p   r    l
   l   s
   i   e   e   q   r   •    l   e
   i    é   c   s   e
  r    é
   é    i   s    é    d   i   r   n    l   e    t    d   u    t   a   e
  e   v   e
  a   r   o   a   a   r   s   g    é
  v   p    l   u    d
  p    d
  v    d
   i   •   u
  s    l   c    h   r    h
  c    d    i    é   e
  r   e    é   q    i
  n   u   n   s   p   u   •   r    t
  n   n   s   r   a
  s   a   s   e    i   n    l
   é   s   e   u   •   a    l
  n   m   •   m   •    t    é   •   m   é
   d
  o
   i
   t   m    0 0
   0
   5    0    6    0
  c   o    6    2    0    5    8
   A   c
  e   é
   1
  r   i  t    6 6    0
   1    0    8    8
   i  c    1
   i  t
  r    0
  c   é    5    5    2    1    0
   1
   i  t
  a  v   n  c  e
  r    2    7
   5    5    7    1
  n   g   u  r  r  e
  o   c   o  n
   i
   t   c
  a  o   t  e  c  t   i
  u   é   e
  c    é
   l
  a   d   e   u
  a    é   i
  r
   é
   f    f
  a    4
  c   e    f    t   s   e   a   c   u
  v    i
  r   e
  n
   '
   d
  a   u
  c   b   n   c
  a   r   c   u   a
    É   e   e    t
  u   n   e   e   i
  r    d   i
   t   e
   d    d   e
   l
   d   c    b
   i   a   u    d   t   e   u    é
  r   p   q   s   g    b   e    t    b
  e   n
   l   a    t
  s   n   n   e   i
  u   d   a   i
  r
   t
  u
  q
   i
   l
  a   a
   b    l
   l    i   e
   d   t
  a   q   a    k   s
  c   i   n   u    T
  e    i
  s   s    i   s   m   n
  a   l   o   d   a   q
  a
  s   f   a
   l   e    l
  u
  a   o   é   •
  •   m  s
  n    b   l
  •
  a   m   a
   l
  c   p   d   a
  •   d   •   •

  e    t   s    t


   i    t
   i
  e   c
  n    i
  a    è   a
  r    f   a
   t    f
   d   l
  a    t    f    t   s   n   s
   t    l
   i   n   s
   i
  e   t    t    i
   t   e
   i    i
   t
  e   a   n
  e   a    l
   f
   f    f    i
  c   a
   l   s    i   s   c   a
  s
  e    é
   d   n    l   n
  c   i   n
   i
   i

  u
  a
   t   e   e
  e   i    é
   é   e   i    é    '
   l   a    f
   f
  a   e   a
  n    f
  a   e   n   a
  c   r
  r   n   c   d   n   c
  e   l
  e   e   e
  v   o   e   c   o
  m
  u
   d   l
  e
  e   c
  n    l    d   e   m    d   e
  v   a   n   i
   d   a   i
  e   c   l    l
  e   a   e   a
  c   s    l   o    b
  e   l
   l    t   r   s
   i    i   e    i
   t   a
   d   i   n    t   a   s   r   r   a
   t   a   f
  e
  a   t
  o   f   u   p   a
  p   u   r   p
  e   d   r    t
   t   s
  o    b   t
   i    i    d    b
   i   v   n   n   e
  m   é
   d   p   r    l   r   e
  s   p
   t
   i   m
  n
  e
   t   e   e
  s   l
   i   r   c
  n
  e   r
   d   r   p    d   t
   i
   l   e   o
  c
  a   e   e
   l   n
  a   p   t
   l
  n   n   m   a
   l
  e   e
  r

  n   s   e   e


  c   é   l
  o   u
   i   s    i
  r   f
   t    t   e
   t   u   s   a   u   a    i
   l   r
  a
  r    d   e    b   c
   L   i   p   r
   é   c
  o   e   m  e
  r   d
   t   v
  p   r   s   r
   i   e
   O   p    d

©-École des HEC - 1998 14


5.4 — L’AMDEC et le Système anti-erreur (Poka-Yoké)
Selon certains spécialistes japonais, quelques soient les méthodes statistiques, celles-ci ne
 peuvent
euvent empêcher
empêcher l’apparition
l’apparition d’un
d’un défaut dans
dans un système
système personne-
personne-machin
machine.
e. Shingo propose
propose les
16
systèmes Poka-Yoké (qui signifie en japonais système anti-erreur ) . Il y a deux types de
systèmes anti-erreur dépendant des fonctions régulatrices, soit les fonctions
fonctions d’asservissement et les
fonctions d’alerte.
Les fonctions d’asservissement sont des fonctions qui, à l’apparition des anomalies,
arrêtent les machines ou déclenchent des systèmes de blocage, évitant l’apparition de défauts en
série.
Les fonctions d’alerte attirent l’attention des ouvriers sur les anomalies en déclenchant un
signal sonore ou des lampes clignotantes. La mise en place de telles fonctions peut résulter d’une
étude AMDEC. Après la hiérarchisation des défaillances potentielles, des actions prioritaires
doivent être prises pour diminuer ou éviter tout risque éventuel.
En effet, une fonction d’alerte comme le repérage ou une fonction d’asservissement comme
le verrouillage sont d’excellents exemples d’actions préventives dans le cadre d’une étude inductive
AMDEC. Pour illustrer ces propos, prenons l’exemple d’une intersection avec feux de
signalisation. La pire défaillance qui puisse arriver est que les feux soient verts dans les deux
directions de l’intersection. L’effet potentiel de cette défaillance est catastrophique et peut coûter 
une ou plusieurs vies humaines. La solution qui élimine complètement ce risque est la mise en
 place d’un système anti-erreur
anti-erreur qui exclut un telle situation.
situation. Si une défaillance
défaillance se produit,
produit, ce
système doit immédiatement déclencher des feux jaunes clignotants pour avertir les voitures et les
 piétons
iétons que les feux
feux de signalis
signalisation
ation ne fonction
fonctionnent
nent pas.
pas.

5.5 — L’AMDEC et l’ingénierie simultanée


L’ingénierie simultanée consiste à intégrer dans la phase de conception d’un produit, à la
fois les exigences des clients en terme de qualité, de fiabilité et de coûts d’une part, et les exigences
des achats, de conception de processus, d’industrialisation du produit, de maintenance et des
finances d’autre part.17  Cette logique nécessite la participation active des services marketing,
ingénierie, production, finances, achats, service après vente, etc, dans le but d’éliminer le plus en
amont possible les défaillances, de réduire les coûts de développement ainsi que le délai de mise en
marché des produits.
La simulation simultanée de plusieurs exigences, des spécifications, des conditions, des
options et leur traduction en terme de coûts, de délais et de risques est possible grâce à toute une
gamme des nouveaux logiciels de type DFMA18. Ces logiciels s’appuient sur un certain nombre de
modules spécifiques:
• CFAOCFAO - concepti
conceptionon et fabrica
fabrication
tion assi
assistée
stée par
par ordinat
ordinateur
eur - qui
qui aide à augmen
augmenter ter la symétr
symétrie
ie
des pièces, et à diminuer les coûts de fabrication par la simplification des procédés
d’assemblage;
• PCM - (Predicti
(Predictiveve Cost Modeli
Modeling)
ng) permet
permettant
tant d’eff
d’effectu
ectuer
er des analys
analyses
es compar
comparativatives
es des coûts
coûts
globaux et des coûts en cours de chaque phase de développement du produit;
• module
moduless d’éva
d’évalua
luatio
tionn de la
la rentab
rentabilit
ilitéé des invest
investiss
isseme
ements
nts;;
• modules
modules d’app
d’applica
lication
tion AMDE
AMDEC, C, pour
pour améliorer
améliorer lala fiabilité
fiabilité et la mainte
maintenab
nabilit
ilitéé des produits
produits,,
 pour identifier
identifier les processus
processus critiques;
critiques;
• modules des systèmes
systèmes experts permettant
permettant d’optimi
d’optimiser
ser l’utilis
l’utilisation
ation des multiple
multipless ressource
ressourcess et
 processus;
• modules
modules de synthèse
synthèse général
généralee permettant
permettant d’identifier
d’identifier et de proposer
proposer des
des stratégie
stratégiess d’utilisation
d’utilisation
optimale.
La méthode AMDEC s’intègre parfaitement dans la méthodologie de l’ingénierie
simultanée. Avec les autres modules, l’application de l’AMDEC assure à un nouveau produit

©-École des HEC - 1998 15


l’efficacité de fonctionnement, la rentabilité, la rapidité de développement et la meilleure
 performance
erformance des processu
processuss en production.
production.
Il existe d’autres outils de prévention spécifiques aux différents secteurs de l’industrie. La
 plupart d’entre
d’entre eux
eux sont proches
proches de l’AMDE
l’AMDEC C ou viennent
viennent la compléter.
compléter.

5.6 — L’AMDEC et les normes ISO 9000


Devant la mondialisation des marchés, de l’économie et de la concurrence, parmi d’autre
outils de la qualité totale se trouve la célèbre série des normes internationales ISO 9000. Plus de 60
prescrivent des éléments des systèmes qualité,
 pays ont adopté à ce jour ces normes. Les normes prescrivent qualité,
qu’on doit maîtriser et assurer. Il existe plusieurs modèles dans la série de ces normes et pour leur 
mise en place les entreprises utilisent différentes méthodes.
L’AMDEC-produit aide à l’implantation de l’ISO 9001 dans la partie de la maîtrise de la
conception. L’AMDEC-processus aide l’implantation des modèles ISO 9001 et ISO 9002 dans la
 partie maîtrise des procédés.
procédés. L’AMDEC-moyen
L’AMDEC-moyen peut être utilisé dans la partie maîtrise des
d’essai. L’AMDEC-service aide à l’implantation de la norme ISO
équipements de mesure et d’essai.
9004-2 pour les services dans le processus de conception du service. L’utilisation de l’AMDEC est
recommandée par la norme ISO 9004 pour les activités de la qualification et de la validation de la
conception19.

6. Conclusion
L’AMDEC est une méthode de prévention qui peut s’appliquer à une organisation, un
 processus,
rocessus, un moyen, un composant
composant ou un produit
produit dans le but d’éliminer,
d’éliminer, le plus en amont
 possible,
ossible, les causes des défauts potentiels.
potentiels. C’est là un moyen de se prémunirprémunir contre certaines
certaines
défaillances et d’étudier leurs causes et leurs conséquences. La méthode permet de classer et de
hiérarchiser les défaillances selon certains critères (occurrence, détection, gravité). Les résultats de
cette analyse sont les actions prioritaires propres à diminuer significativement les risques de
défaillances potentielles.
Du point de vue pratique, cette méthode doit faire partie d’une approche globale. À quoi
le  zéro défaut   en production si le produit n’est pas rentable, si le produit ne
ça sert par exemple le zéro
répond pas aux besoins des clients, si nous faisons des erreurs de facturation, si nous ne répondons
 pas aux appels téléphoniques
téléphoniques de nos clients ou si nous ne respectons
respectons pas les délais ou le lieu de
livraison fixés par les clients? Il est évident que pour un succès significatif de cette approche, elle
doit être intégrée aux
aux  autres méthodes dans 
dans le concept de la qualité totale.
1
AFNOR, Norme NF X 60-510, décembre 1986.
2
effect»,  National Safety Council , 1966.
Recht J.L., «Failure mode and effect», National
3
Threau Ph., «La sûreté de fonctionnement des logiciels», Qualité magazine N
19, 1990.
4
FMEA, Chrysler Corporation, 1986.
5
Textes des conférences, Institut de sûreté de fonctionnement, 18 juin 1991.
6
Dale B. G., Hollier R.H.,Lascelles D.M., «The Umist Quality Management
Programme», The TQM Magazine,Vol.1
Magazine ,Vol.1 N°4 1989, page 243-246.
7
Aldrige J.,Dale B., «The Application of Failure Mode and Effects Analysis at an
Automotive Components Manufacturer»,  IJQRM ,vol.8, n.3,1991, page 48-50.
8
P., Les outils de la qualité totale,
Lyonnet P., Les totale , édition Technique et Documentation
Lavoisier, 1991, page 72-74.
9
Departement of Defense USA, MIL STD 1629 A, 1984.
10
Mouvement Français pour la Qualité, AMDEC- Projet de guide pédagogique,1991.
11
Potential FMEA, Ford Motors Co., septembre 1988.

©-École des HEC - 1998 16


12
FMEA, Allied Signal-Bendix Automotive, 1991.
13
Ernst Claude, «L'AMDEC démystifié»,  Management et Qualité,
Qualité, printemps 1990.
14
Fault tree analysis, Chrysler Corporation, Reliabity Functions in Product
Development, septembre 1986.
15
Akao Yoji, Quality Function Deployment: integrating customer requirements into
 product design,
design, Cambridge, Mass, Productivity press, 1990, page 186-188, 197.
16
S., Le système Poka-Yoké,
Shingo, S., Le Poka-Yoké, Les éditions d'organisation, page 111-113.
17
Dowlatshahi Shad, «Purchasing's Role in a Concurrent Engineering Environment»,
 International Journal of Purchasing and Materials Management, 
Management,  vol. 28, N 1,
hiver 1992.
18
Alain Brand, «Design for manifacturability and assembly (DFMA): un outil d'aide à la
qualité», Qualité en mouvement N°3,
N°3, octobre /novembre 1991.
19
Organisation internationale de normalisation, Compendium ISO 9000,9000 , 2e édition,
1992, page 146.

©-École des HEC - 1998 17