Vous êtes sur la page 1sur 23

INSPECTION DES PIPELINES ENTERRES

Principales méthodes de contrôle

ENSPM - MIC 21/2/2006 1


Principaux types de défauts (rappel)

•Défauts de revêtement
•Corrosion
•Enfoncements
•Rayures
•Fissures
•Plissures dans les
coudes/déformations

ENSPM - MIC 21/2/2006 2


CORROSION : plusieurs types
1-CORROSION EXTERNE: controlée par un revêtement +protection cathodique
2- CORROSION INTERNE: - souvant provoquée par un HC raffiné ou brut
-Protection cathodique non efficace
-Solutions : traitement chimique, pigs de nettoyage + de
contrôle

3- EN CORROSION EXTERNE ET INTERNE, plusieurs types en plus de celles dues aux


produits dans le pipeline et qui peuvent être associés
•Bacterielle :bactéries aérobiques pouvant attaquées le revêtement
•Galvanique : courante , résultant du couplage de 2 ou plus métaux différents en
contact avec un electrolyte
• Corrosion sous contraintes: -création de petites fissures
-susceptibles de croître avec les contraintes
ENSPM - MIC -dangereuse pour les pipelines revêtus de brai
21/2/2006 3
Exemple de corrosion

ENSPM - MIC 21/2/2006 4


METHODES DE RECHERCHE DES DEFAUTS

1-Méthodes électriques depuis le sol (contrôle du revêtement )


•PEARSON
•ATTENUATION DU COURANT ELECTROMAGNETIQUE
•GRADIENTS DE POTENTIEL=DCVG (Direct Current Voltage Gradient)
•MESURE PAS A PAS des potentiels de PC =CIPS (Close Interval
•Potentiel Survey)

2-Méthodes « in-line » (contrôle du métal du pipeline)


•RACLEURS INTELLIGENTS . Utilisent plusieurs techniques:
-Fuites de flux magnétique
-US
ENSPM - MIC 21/2/2006 5
1- METHODE ELECTRIQUE

1-1 METHODE PEARSON

Utilisée pour détecter les défauts de revêtement externe


Générateur 8m
Récepteur

U’

ENSPM - MIC 21/2/2006 6


1-1 PEARSON METHOD (suite 1)

Possibilité et limites

Localisation des défauts: localisation de la plupart des défauts


Taille des défauts: seulement une indication subjective
Détection des décollements : non
Vitesse de progression : 3-8 km / jour. (fonction des obstacles: haies,…)

Points forts:
•Technique simple
•Système de protection cathodique non nécessaire (pour la mesure)
•Faible coût du matériel
ENSPM - MIC 21/2/2006 7
1-1 METHODE PEARSON (suite 2)

Points faibles:
•Methode parfois non fiable : mesures non reproductibles au même
point
•Rivière, routes, aires bétonnées: contrôle impossible
•Peut être contrarié par d’autres sources de courant alternatif proches du
pipeline (ligne électrique HT)
• Très sensible à l’humidité du sol (mesures variables selon les saisons)
•Vitesse de progression fonction du terrain (barrières, haies,,…)
•Nécessite équipe de 2 voire 3 personnes pour détection du tracé
•Pas d’enregistrement, exige opérateur expérimenté pour l’interprétation
ENSPM - MIC 21/2/2006 8
1-2 ATTENUATION DE COURANT electromagnétique

Technique utilisée pour:


•Connaître la qualité et caractéristiques du revêtement (résistance,
conductivité,…)
•Localiser les défauts externes du revêtement
•Localiser les contacts métalliques fortuits entre pipe et autres
structures

Récepteur/signal
Générateur

- Méthode consistant à mesurer


l’atténuation du courant
alternatif tout le long du
pipeline
ENSPM - MIC 21/2/2006 9
1-2 ATTENUATION DE COURANT electromagnétique (suite1)

On compare la courbe de mesure avec une courbe théorique


-La différence entre ces 2 courbes permet de définir les sections à forte
probabilité de défauts de revêtement

Exemples d’atténuation et d’interprétation

Diminution régulière de En un point, l’intensité diminue


l’intensité brutalement

Revêtement
parfait Seulement un défaut

Zone de
dB dB défaut

ENSPM - MIC 21/2/2006 10


Distance Distance
1-2 ATTENUATION DE COURANT electromagnétique (suite2)
Capacités et limites
Localisation des défauts :(idem Pearson): localisation de la
plupart des défauts = possible.
Dimensionnement des défauts:OK si les mesures peuvent être
enregistrées. Capable de distinguer entre un dommage de
revêtement ponctuel et continu.
Protection cathodique nécessaire: non
Détection des décollements : non
Vitesse d’avancement : plus rapide que Pearson
Points forts:
•Système de PC non nécessaire.
•Equipement opéré par une seule personne
•Peut détecter des défauts même dans des zones inaccessibles

ENSPM - MIC 21/2/2006 11


1-2 ATTENUATION DE COURANT electromagnétique (suite3)

Points faibles:

•Exige de connaître la géométrie du pipeline


•Peut être perturbé par des sources de courant alternatif ou des
ouvrages métalliques parallèles (idem Pearson)
•Exige un opérateur expérimenté pour l’interprétation
•Peut ne pas identifier des défauts sur des revêtements à haute
résistivité

ENSPM - MIC 21/2/2006 12


1-3 METHODE DES GRADIENTS DE POTENTIEL (DCVG)

•Localise les défauts de revêtement et dimensionne les défauts


plus précisement que les autres méthodes.
•Utilisée en complément de la méthode des potentiels pas à pas
(CIS) pour localiser plus précisément les défauts détectés par
CIS
•Capable de distinguer entre un défaut isolé et un défaut continu
de revêtement

Principe:
•Avec un générateur CC/interrupteur périodique sur poste soutirage de
PC, création d’un courant.
•Mesure du gradient de potentiel à la surface du sol
ENSPM - MIC 21/2/2006 13
1-3 METHODE GRADIENTS DE POTENTIEL DCVG (suite 1)

Generateur DC Millivolt metre

Interrupteur périodique

Avant le contrôle ci-dessus, un opérateur localise le pipeline,

L’aiguille dévie au défaut

Ligne équipotentiel autour du défaut


ENSPM - MIC 21/2/2006 14
1-3 METHODE GRADIENTS DE POTENTIEL DCVG (suite 2)

L’expression “% IR” a été adopté pour donner une indication de la taille du défaut.
4 groupes basés sur une taille approximative:
Categorie 1: 1 à 15% IR
Défaut de faible importance et réparation non nécessaire

Categorie 2: 16 à 35% IR
-Réparation recommandé . Défaut considéré non grave et qui peut être conservé s’il
existe une PC parfaitement opérationnelle.

Categorie 3: 36 à 60% IR
-Défaut notable nécessitant normalement une réparation. Sinon si PC: protéger l’acier
par une une forte consommation de courant.

Categorie 3: 61 à 100% IR
-Problème très sérieux nécessitant une réparation immédiate
ENSPM - MIC 21/2/2006 15
1-3 METHODE GRADIENTS DE POTENTIEL DCVG (suite 3)

Capacités et limites
Localisation des défauts: Excellent, précision +/-15cm
Dimensionnement des défauts: seulement estimation possible (cf
classification %IR)
Detection des décollements: no
Vitesse d’avancement: rapide=: 3-8 km /jour (8km si pas d’obstruction)
Points forts: Points faibles:
•Pas perturbé par sources courants •Exige un système PC existant et
altern. proches du pipeline en service
•Possible avec un seul operateur •Exige un opérateur expérimenté
ENSPM - MIC 21/2/2006 16
1-4 METHODE PAS A PAS DES POTENTIELS (CIS)

Utiliser pour:
•Mesurer la différence de potentiel entre sol et pipeline
•Evalue la performance du système de PC
•Peut indirectement identifier des défauts ou une mauvaise
qualité du revêtement.
•Mais généralement CIS est utilisé en complément d’une
méthode pour détecter les défauts ( DCVG,..)
Principe:
Mesure du potentiel entre sol/pipe , la PC étant en service
(interrupteur ON) et PC hors service (interrupteur OFF )
Un fil de cuivre est connecté au pipe (via le poste PC ou
vanne,..) et à une ou deux électrodes de référence avec un
voltmètre porté par l’opérateur
ENSPM - MIC 21/2/2006 17
1-4 METHODE PAS A PAS DES POTENTIELS (CIS) (suite 1)

ENSPM - MIC 21/2/2006 18


1-4 METHODE PAS A PAS DES POTENTIELS (CIS) (suite 2)

BACK PACK DISTANCE MEASURING ARRANGEMENT

ENSPM - MIC 21/2/2006 19


1-4 METHODE PAS A PAS DES POTENTIELS (CIS) (suite 3)

OPERATEUR

ENSPM - MIC 21/2/2006 20


1-4 «METHODE PAS A PAS DES POTENTIELS (CIS) (suite 4)

Overline polarised « ON » and « OFF » potential survey

ENSPM - MIC 21/2/2006 21


COMMENTAIRE IMPORTANT

Avoir détecté un défaut de revêtement ne signifie pas que


le pipe est corrodé
L’état du pipe dépend :
•du type de sol (composition, conditions sec/humide,
micro-organismes,..)
•performance du système de PC (quand il existe)

ENSPM - MIC 21/2/2006 22


CONTRÔLES
DEPUIS L’ INTERIEUR (IN-LINE):

Cf diaporama ci-après

ENSPM - MIC 21/2/2006 23

Vous aimerez peut-être aussi