Vous êtes sur la page 1sur 6

Étude des caractéristiques aérauliques d’un ventilateur ESSTIN MFE Étude des caractéristiques aérauliques d’un ventilateur ESSTIN

tiques aérauliques d’un ventilateur ESSTIN MFE

ETUDE DES CARACTERISTIQUES AERAULIQUES Hn


D’UN VENTILATEUR

1 Généralités et objectifs de la manipulation


Alors que les ventilateurs de paroi et les ventilateurs brasseurs d’air manipulent de l’air ambiant,
les ventilateurs à enveloppe assurent d’une manière plus générale l’écoulement d’un fluide gazeux qui
Qv
n’est pas nécessairement de l’air ambiant à pression atmosphérique.

Ce fluide est susceptible d’être chargé de matières formant une autre phase pourvu que celle-ci ne
représente qu’une concentration en volume très faible. Ce fluide peut aussi pénétrer dans le ventilateur F IG . 1 – Courbe d’évolution typique : H n = f (Qv )
à des températures et des pressions fortement variables.
Le travail de transvasement fourni par le ventilateur fait passer le fluide d’une pression d’arrêt
Par contre, dans cette manipulation, seul l’air est utilisé. La pression qui règne à l’entrée du ven-
égale à la pression dans la première enceinte à celle égale à la pression dans la seconde. Cette énergie
tilateur est voisine de la pression atmosphérique. Une méthode de transposition (la similitude des
s’appelle le travail massique Y du ventilateur :
ventilateurs) doit donc être employée dans certains cas pour passer des résultats des essais aérauliques
au comportement de l’appareil sur l’installation réelle. ∆P
Y= (2)
ρ
2 Caractéristiques aérauliques
La puissance utile ou puissance nette P u du ventilateur est par définition, le produit du débit
2.1 Fonctionnement de l’appareil massique par le travail massique, soit :

L’insertion d’un ventilateur à enveloppe permet d’assurer dans un circuit l’écoulement d’un débit Pu = Q m · Y (3)
de fluide gazeux. La masse volumique de ce fluide subit des variations plus ou moins importantes le = ∆P · Qv (4)
long de ce circuit. Le débit massique reste une grandeur conservatrice dans la mesure où l’étanchéité
du conduit est effectivement respectée.
La hauteur nette Hn du ventilateur est définie par :
Pour assurer le débit demandé du fluide dans des conditions de pression et de température préala-
∆P
blement définies tout au long du circuit, le ventilateur doit fournir au fluide une puissance suffisante. Hn = (5)
Cette puissance est appelée puissance utile (ou puissance nette) du ventilateur parce qu’elle permet ρ·g
d’assurer l’écoulement du fluide dans la partie du circuit extérieure au ventilateur. Mais il est également possible d’écrire :

U2 U2
   
2.2 Pression, masse volumique moyenne, débit volumique moyen, travail massique et P2 P1
Hn = + 2 + z2 − + 1 + z1 (6)
puissance utile ρ·g 2·g ρ·g 2·g

Considérons le circuit idéal suivant : le ventilateur est disposé entre deux enceintes de grandes où l’indice 1 est associé à l’amont du ventilateur et l’indice 2 à l’aval (Cf. figure 2).
dimensions (zones où les propriétés du fluide sont connues et fixes). Cette disposition permet d’aspirer
On peut supposer généralement que z 1 ≈ z2 d’où finalement :
dans la première enceinte et de refouler dans la seconde un débit massique Q m donné de fluide, sans
aucune perte d’énergie, ni à l’aspiration, ni au refoulement, ni au dispositif de réglage du débit. P2 − P1 U22 − U12
Hn = + (7)
ρ·g 2·g
Il existe alors une différence des pressions dans les deux enceintes : on l’appelle la pression du
ventilateur ∆P (Cf. figure 2 : ∆P = P1−2 ). Hn représente l’apport d’énergie entre l’entrée et la sortie du ventilateur. La figure 1 est une représen-
tation typique de l’évolution de la hauteur nette en fonction du débit volumique Q v .
Par définition, la masse volumique moyenne du fluide ρ dans un ventilateur est la moyenne arith-
métique des masses volumiques de fluide dans les deux enceintes. On peut alors construire un débit Pour accéder effectivement aux caractéristiques définies dans ce dispositif idéal, on a imaginé la
volumique moyen Qv par : méthode du caisson réduit au refoulement. Dans cette méthode le ventilateur aspire sans perte à l’air
Qm = ρ.Qv (1) libre et refoule dans un caisson schématisé sur la figure 2. Ce dispositif d’essai réel permet, à l’aide
d’un nombre réduit de mesures, d’accéder aux grandeurs que nous venons de définir.

Année 2004 / 2005 1/11 Année 2004 / 2005 2/11


Étude des caractéristiques aérauliques d’un ventilateur ESSTIN MFE Étude des caractéristiques aérauliques d’un ventilateur ESSTIN MFE

Caisson réduit ç

Raccordement Divergent
Diaphragme

A 1 2 B

Croisillon Qv

Ventilateur
Dispositif F IG . 3 – Courbe d’évolution typique : η = f (Q v )
Prise de
régularisateur pression
Supposons que :
F IG . 2 – Schéma simplifié de l’installation d’essai dans la méthode du caisson réduit – aucune différence dans les altitudes, z A = z1 = z2 = zB ,
– ∆HA−1 et ∆H2−B sont négligeables devant la hauteur nette du ventilateur,
– UB2 /2 · g est négligeable devant PBρ·g
−PA
.
Pour déterminer expérimentalement l’expression de la hauteur nette, appliquons entre les points
A (PA = Patm , UA = 0) et 1, le premier théorème de Bernoulli : Finalement, l’équation 12 peut se ré-écrire :

U2 PB − P A
U2
   
PA P1 Hn = (13)
+ A + zA = + 1 + z1 + ∆HA−1 (8) ρ·g
ρ·g 2·g ρ·g 2·g

2.3 Puissance globale et puissance à la roue


Appliquons le même raisonnement entre les points 2 et B :
On distingue, en dehors de la puissance utile, deux autres puissances distinctes :
U2 U2
   
P2 PB – Puissance globale, notée Pg : c’est la puissance mécanique totale fournie à l’arbre d’entraîne-
+ 2 + z2 = + B + zB + ∆H2−B (9)
ρ·g 2·g ρ·g 2·g ment du ventilateur.
– Puissance à la roue, notée Pr : c’est la puissance mécanique fournie à la roue du ventilateur.
Il est possible de déduire des équations 8 et 9, la forme suivante : Elle est égale à la différence entre la pression globale et l’ensemble des puissances absorbées
entre l’arbre et la roue : palier, garnitures d’étanchéité, transmission mécanique éventuelle, . . .
P2 − P1 U22 − U12
Hn = + + (z2 − z1 ) (10)
ρ·g 2·g 2.4 Rendement aéraulique et rendement global

U 2  
U2

PB PA
= + B + zB + ∆H2−B − − A − zA + ∆HA−1 (11) Les échanges d’énergie au ventilateur ont lieu avec une dégradation caractérisée par un rendement
ρ·g 2·g ρ·g 2·g
dénommé de manière générique η. En pratique, on distingue soigneusement les deux rendements
suivants :
En réorganisant cette dernière équation, nous obtenons la relation suivante : – Rendement aéraulique, noté η : c’est le rapport de la puissance utile sur la puissance de la roue.
U2 U2
   
PA PB Pu
+ A + zA + Hn = + B + zB + ∆HA−1 + ∆H2−B (12) η= (14)
ρ·g 2·g ρ·g 2·g Pr
qui traduit la conservation de l’énergie entre les points A et B. Les termes de l’équation 12 corres- – Rendement global, noté ηg : c’est le rapport de la puissance utile sur la puissance globale.
pondent respectivement à :
U2 Pu
h i
– Pρ·g
A
+ 2·gA + zA : énergie initiale du fluide, ηg = (15)
Pg
– Hn : apport d’énergie dû au ventilateur,
2
h i
UB L’usage s’est répandu d’exprimer souvent ces divers rendements en pourcentage. Une courbe typique
– Pρ·g
B
+ 2·g + zB : énergie finale du fluide,
de l’évolution du rendement η en fonction du débit volumique Q v est donnée par la figure 3.
– ∆HA−1 + ∆H2−B : perte de charge du circuit.

Année 2004 / 2005 3/11 Année 2004 / 2005 4/11


Étude des caractéristiques aérauliques d’un ventilateur ESSTIN MFE Étude des caractéristiques aérauliques d’un ventilateur ESSTIN MFE

2.5 Vitesse angulaire et vitesse périphérique La méthode consiste dans un premier temps à déduire certaines grandeurs à partir d’une série de
mesures effectuées sur un point d’essai de fonctionnement correspondant à une ouverture et à une
La vitesse angulaire ω du ventilateur est le nombre de radians parcourus par seconde par la roue
vitesse angulaire d’entraînement du ventilateur fixées.
du ventilateur. On l’exprime alors en radian par seconde (rd/s).
Ces grandeurs sont :
Le rayon de la roue R étant défini comme le rayon maximal de balayage des pales, on désigne
– Le débit volumique moyen, Qv
sous le nom de vitesse périphérique de la roue U :
– La masse volumique moyenne, ρ
U =ω·R (16) – La pression ∆P , ou le travail massique Y,
– La vitesse angulaire, ω
Elle est exprimée en m/s et représente la vitesse de balayage de l’extrémité périphérique des pales. – La puissance à la roue, Pr
Ensuite, dans un deuxième temps, on calcule directement les caractéristiques réduites relatives à
2.6 Analyse dimensionnelle : caractéristiques réduites ce point de fonctionnement (δ, µ, τ et η).
Les caractéristiques réduites sont des grandeurs sans dimension liées entre elles par des relations
caractéristiques non seulement du ventilateur, mais aussi de la famille des ventilateurs homothétiques 3.2 Description de l’installation
(même architecture, mais de tailles différentes). L’analyse adimensionnelle fait ressortir plusieurs L’installation d’essai comprend successivement suivant le sens d’écoulement :
paramètres nécessaires à connaître pour travailler sur les ventilateurs :
– Le ventilateur à essayer,
– Le coefficient de débit δ du ventilateur est défini par :
– Un raccordement entre la buse de refoulement et le croisillon d’essai,
Qv Qv Qm – Un croisillon destiné à réduire la giration éventuelle à la sortie du ventilateur,
δ= = = (17) – Un divergent conique à 7 degrés,
ω · R3 U · R2 ρm · U · R 2
– Le caisson réduit cylindrique avec son dispositif régularisateur et la prise de pression relative,
– Le coefficient de pression µ du ventilateur est défini par : – Un orifice circulaire d’échappement en mince paroi réalisé sous la forme d’un diaphragme.
∆P ∆P Y
µ= = = 2 (18)
ρm · ω 2 · R 2 ρm · U 2 U 4 Similitude des ventilateurs
– Le coefficient de puissance τ du ventilateur est défini par : L’objectif des similitudes est de déterminer les caractéristiques aérauliques d’un ventilateur dont la
Pr Pr δ·µ vitesse de rotation est N2 à partir de ces mêmes caractéristiques connues pour une vitesse de rotation
τ= = = (19) N1 .
ρm · ω 3 · R 5 ρm · U 3 · R 2 η

– Le coefficient d’ouverture φ est défini par : Pour cela, on va réaliser une analyse dimensionnelle des variables ∆P et η. Supposons que :
∆P = f (ρ, µ, D, U, N ) (22)
Qv δ
φ= √ =√ (20) η = g (ρ, µ, D, U, N ) (23)
R2 · 2·Y 2·µ
En choisissant un système indépendant de variables comme ρ, U, D, il est possible de montrer que
– La vitesse angulaire spécifique ωs est définie par :
les grandeurs réduites du problème sont :
1/2 ∆P
Qv δ 1/2 Π∆P = (24)
ωs = ω · = 3/4 (21) ρ · U2
Y 3/4 µ
µ 1
Πµ = = (25)
3 Méthode d’essai du caisson réduit ρ·U ·D ReD
N ·D
ΠN = (26)
3.1 Principe de la méthode U
Πη = η (27)
On mesure le débit d’air s’écoulant à travers un diaphragme (paroi percée à l’extrémité du caisson)
QUESTION 1 : Retrouver ces quatre résultats par vous même.
Moyennant certaines précautions à respecter impérativement, le caisson n’a pas besoin d’être de
très grandes dimensions, d’où le nom de la méthode dite du caisson réduit. Par application du théorème de Vaschy-Buckingham, on trouve que :

Année 2004 / 2005 5/11 Année 2004 / 2005 6/11


Étude des caractéristiques aérauliques d’un ventilateur ESSTIN MFE Étude des caractéristiques aérauliques d’un ventilateur ESSTIN MFE

Cependant, pour F = N/2 ou F = N/3, il est possible de voir également une seule tâche. On ne
Π∆P = f ∗ (ΠN , Πµ ) (28) Πη = g ∗ (ΠN , Πµ ) (29) peut donc pas utiliser uniquement le nombre de tâches pour évaluer la fréquence.

Pour ajuster de manière fiable la fréquence N de rotation du moteur, une technique consiste à
Comme les variations du nombre de Reynolds en régime pleinement turbulent n’affectent pas la placer le stroboscope à la fréquence désirée N i , de positionner le potentiomètre au minimum de façon
nature de l’écoulement, on peut conclure en première approximation que : à ce que la vitesse du ventilateur soit maximale. Ensuite, en augmentant progressivement la résistance
du potentiomètre, rechercher la configuration où il apparaît une seule tâche sur les pales du ventilateur.

Π∆P = f ∗ (ΠN ) (30) Πη = g ∗ (ΠN ) (31) PRECAUTION CONCERNANT LA MANIPULATION :


– le diaphragme a un sens d’écoulement :
La condition de similitude s’écrit alors :

ΠN1 = ΠN2 , alors il vient Π∆P1 = Π∆P2 et Πη1 = Πη2 (32)

Appliquons cette condition de similitude, dans le cas où un même ventilateur tourne à la vitesse
N1 puis à la vitesse N2 . La condition de similitude permet d’écrire : Sens de
l’écoulement
N1 · D 1 N2 · D 2 ∆P1 ∆P2
= , alors il vient = et η1 = η2 (33)
U1 U2 ρ · U12 ρ · U22

Or si D1 = D2 , F IG . 4 – Sens du diaphragme
N1 U1 Qv1
= = (34)
N2 U2 Qv2 – ne pas laisser le stroboscope fonctionner très longtemps,
Et si ρ1 = ρ2 , – laisser reposer le stroboscope environ 5 minutes entre deux séries de mesures,
2
U2 N2

∆P1 Qv1 Hn1 – adopter une procédure de manipulation efficace.
= 12 = 12 = = (35)
∆P2 U2 N2 Qv2 Hn2
car, Faites vos premiers relevés pour une vitesse de rotation de N 1 = 2700 tr/min.
∆P
Hn = (36)
ρ·g
Diamètre du ∆h [mm] Puissance du Débit d’air Hauteur nette Rendement
Diaphragme au point B ventilateur Pg [W ] Qv [m3 /s] Hn [m] η [%]
5 Conduite de l’expérience
135
QUESTION 2 : Après avoir mesuré la pression atmosphérique et la température de l’air, détermi- 125
nez la masse volumique de l’air? 112
100
QUESTION 3 : Vous ferez deux séries de mesures pour deux vitesses de rotation différentes 90
(N1 = 2700 tr/min et N2 = 3200 tr/min). Vous relèverez pour chaque diaphragme utilisé la pres- 80
sion relative dans le caisson réduit et la puissance électrique consommée par le ventilateur. Vous en 72
déduirez ensuite le débit, la hauteur nette et le rendement pour chaque configuration. 65
Pour régler la vitesse de rotation du ventilateur, nous allons utiliser un stroboscope. Une tâche 58
blanche est présente sur l’une des pales du ventilateur. Quand nous imposons une certaine fréquence 52
F au stroboscope, il est évident que, 47
– si F = N , alors nous ne voyons qu’une seule tâche fixe,
– si F = 2 · N , alors nous voyons deux tâches,
– et ainsi de suite.

Année 2004 / 2005 7/11 Année 2004 / 2005 8/11


Étude des caractéristiques aérauliques d’un ventilateur ESSTIN MFE Étude des caractéristiques aérauliques d’un ventilateur ESSTIN MFE

Recommencez la même manipulation pour une vitesse de rotation de N 2 = 3200 tr/min. Diaph. 7 Diaph. 8 Diaph. 9 Diaph. 10 Diaph. 11
72 mm 65 mm 58 mm 52 mm 47 mm
Expérience Qv = Qv = Qv = Qv = Qv =
Diamètre du ∆h [mm] Puissance du Débit d’air Hauteur nette Rendement ......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s
Diaphragme au point B ventilateur Pg [W ] Qv [m3 /s] Hn [m] η [%] Hn = Hn = Hn = Hn = Hn =
135 N1 ............. m ............. m ............. m ............. m ............. m
125 η= η= η= η= η=
112 ............. % ............. % ............. % ............. % ............. %
100 Prévision Qv = Qv = Qv = Qv = Qv =
90 ......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s
80 Hn = Hn = Hn = Hn = Hn =
72 N2 ............. m ............. m ............. m ............. m ............. m
65 η= η= η= η= η=
58 ............. % ............. % ............. % ............. % ............. %
52 Expérience Qv = Qv = Qv = Qv = Qv =
47 ......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s
Hn = Hn = Hn = Hn = Hn =
N2 ............. m ............. m ............. m ............. m ............. m
QUESTION 4 : Tracez les caractéristiques H n = f (Qv ) et η = g(Qv ) pour les 2 vitesses de
η= η= η= η= η=
rotation du moteur.
............. % ............. % ............. % ............. % ............. %
QUESTION 5 : En utilisant les relevés que vous venez d’effectuer et en utilisant la similitude des
ventilateurs, retrouvez les caractéristiques pour une vitesse de rotation égale à N 2 à partir des résultats Vous placerez ensuite sur les caractéristiques H n = f (Qv ) et η = g(Qv ) que vous avez tracées dans
effectués à N1 . la question 4, les points de fonctionnement que vous avez déduits de la similitude.

Conclusions de la manipulation et commentaires concernant le TP.


Diaph. 1 Diaph. 2 Diaph. 3 Diaph. 4 Diaph. 5 Diaph. 6
135 mm 125 mm 112 mm 100 mm 90 mm 80 mm
Expérience Qv = Qv = Qv = Qv = Qv = Qv =
......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s
Hn = Hn = Hn = Hn = Hn = Hn =
N1 ............. m ............. m ............. m ............. m ............. m ............. m
η= η= η= η= η= η=
............. % ............. % ............. % ............. % ............. % ............. %
Prévision Qv = Qv = Qv = Qv = Qv = Qv =
......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s
Hn = Hn = Hn = Hn = Hn = Hn =
N2 ............. m ............. m ............. m ............. m ............. m ............. m
η= η= η= η= η= η=
............. % ............. % ............. % ............. % ............. % ............. %
Expérience Qv = Qv = Qv = Qv = Qv = Qv =
......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s ......... m3 /s
Hn = Hn = Hn = Hn = Hn = Hn =
N2 ............. m ............. m ............. m ............. m ............. m ............. m
η= η= η= η= η= η=
............. % ............. % ............. % ............. % ............. % ............. %

Année 2004 / 2005 9/11 Année 2004 / 2005 10/11


Étude des caractéristiques aérauliques d’un ventilateur ESSTIN MFE

Annexe : constante d’étalonnage du diaphragme


Dans la séance de travaux pratiques concernant la mesure de débit dans une conduite de section
circulaire à l’aide d’un diaphragme, nous avons mis en évidence que le débit volumique réel Q reel
v et
le débit volumique théorique Qtheo
v déterminé en appliquant le premier théorème de Bernoulli, étaient
reliés par la relation :
Qreel
v = α · Qtheo
v (37)
où α < 1 est la constante d’étalonnage du diaphragme

Soit V la vitesse en aval du diaphragme et σ la section du diaphragme. On a démontré que :


v
theo
u 2 · ∆P
Qv = σ · V = σ · t  (38)
u
2 
ρ · 1 − Sσ

où S est la section de la conduite en amont du diaphragme et ∆P est la différence de pression mesurée


entre l’amont et l’aval du diaphragme.

Pour le diaphragme utilisé dans cette séance de travaux pratiques, les valeurs du coefficient α pour
les différentes valeurs de diamètre sont :

Diamètre [mm] α [-]


47 0,6045
52 0,6055
58 0,6070
65 0,6090
72 0,6110
80 0,6140
90 0,6190
100 0,6255
112 0,6350
125 0,6475
135 0,6585

Pour le diamètre du caisson réduit, nous choisirons : D = 230 mm

Année 2004 / 2005 11/11