Vous êtes sur la page 1sur 4

1

COURS 2 en fichier joint du vendredi 27 mars 2020 de Mme


SAOUD : A propos du philosophe DESCARTES-

Pourquoi étudier Descartes ?


- Car c’est le philosophe qui représente le XVIIème s. : il incarne aux yeux de tous le
défenseur de la Raison. Son influence sera déterminante sur tout le siècle.
- Il est né en France (1596) mais il n’y vivra pas longtemps, voyageant beaucoup, il
mourra à Stockholm, en Suède (1650). Mais les penseurs classiques français le
considèreront comme le philosophe qui incarne le mieux leur courant classique.
Qui est-il ?
- Aux yeux de Boileau, le porte-parole du classicisme, Descartes est un honnête
homme au savoir éclectique et maîtrisé. Il s’intéresse à toutes les sciences, à la fois
la métaphysique, la physique, la philosophie, la biologie, les mathématiques ou la
médecine. En fait pour lui ainsi que toute son époque, la philosophie englobe et
s’intéresse à toutes les sciences.
- C’est le père du rationalisme et de la philosophie moderne et on le considère ainsi
encore aujourd’hui.
Pourquoi peut-on dire que Descartes appartient bien à son siècle, le
XVIIème ?
- Il est attaché au pouvoir de la raison et à ses forces. C’est pourquoi on le
considère comme le fondateur du rationalisme (en philosophie, le rationalisme est
une attitude de pensée qui célèbre l'usage de la raison dans l'activité de
connaissance) : le savoir ne peut se réaliser que grâce à la raison, à la pensée.
- Utiliser le pouvoir de la raison est pour lui le meilleur moyen d’atteindre le vrai,
la vérité : c’est pour lui la manière la plus sûre d’atteindre la connaissance. Sa
philosophie s’oppose à la philosophie scolastique assez dominante encore à
l’époque. Rappelons que la scolastique est une philosophie marquante depuis le
Moyen Âge et basée surtout sur l’autorité religieuse excluant la raison.
- Le siècle classique doit à Descartes l’élaboration d’une méthode de travail, fondée
sur la raison : le cartésianisme. Il appelle à la vérité comme le veulent les
classqiues.
En quoi consiste cette méthode qui sera célébrée au XVIIème s. ?
- Descartes va être innovant dans le sens où sa philosophie sera révolutionnaire,
basée sur le bon sens et la raison, seuls capables selon lui de distinguer le vrai du
faux. Il ne croit pas en le hasard (contrairement à son époque) et ne veut
s’appuyer que sur des certitudes.
- La méthode que Descartes a fondée s’appelle le cogito. Elle deviendra célèbre. En
effet, il part de la certitude que l’homme est un sujet pensant : Dieu l’a doté de
raison et pensée, sachant discerner le vrai du faux pour atteindre la connaissance.
A noter que contrairement aux philosophes qui viendront après lui (au XVIIIème
2

siècle), Descartes est très croyant. Ce qui est logique puisque le XVIIè s. est un
siècle profondément chrétien.
- Pour Descartes, l’instrument de travail essentiel pour atteindre la connaissance,
c’est le doute.
- La formule cartésienne est : « cogito ergo sum », qui signifie en latin : « Je pense,
donc je suis ». En fait, Descartes veut dire ceci : si l’homme doute (c’est-à-dire,
marque une pause, réfléchit, hésite, pèse le pour et le contre), c’est qu’il pense et
s’il pense, cela veut dire qu’il existe. Pour le philosophe, c’est la pensée qui
caractérise l’homme et le distingue des autres créatures, les animaux, les
végétaux. L’homme, lui, contrairement à eux, a immédiatement conscience de sa
pensée et l’utilise. Les animaux agissent selon leur instinct : la faim, la peur etc…
- Autre idée que défend Descartes est que Dieu est parfait et qu’il a créé l’homme
avec la chose la plus parfaite : la pensée et la raison. Si on est doté de raison, c’est
grâce à Lui. C’est Dieu qui en donnant la faculté de penser, ne peut pas pousser à
l’erreur : c’est pourquoi il est parfait.
Quels sont les deux ouvrages marquants de Descartes ?
- Descartes a marqué l’histoire de la philosophie avec deux ouvrages majeurs :
- Le Discours de la méthode(1637)
- Le traité des passions (1649) (intitulé aussi Les passions de l’âme)
- Notons l’importance de ces titres qui correspondent à la thématique du XVIIè. s.
Le Discours de la méthode réfère à l’importance de la pensée, de la raison. Le
traité des passions se réfère à l’autre thème clé, la passion.

Dans Le traité des passions, Descartes étudie les passions qui pour lui sont des
impulsions brutales qui viennent du corps. Mais l’homme, grâce à sa raison et à sa volonté,
peut les contrôler. Pour le philosophe, Dieu a créé l’homme parfait puisqu’il l’a doté d’une
âme (qui est capable de distinguer le bien du mal) laquelle va pousser la raison à dompter
les méfaits des passions. En fait, l’homme doit tendre vers une sorte de perfection. C’est
d’ailleurs ce que Corneille et Racine par exemple vont montrer dans leurs pièces. Les
passions sont condamnables et tous leurs personnages tentent d’échapper à leur emprise.
Dans Le Discours de la méthode, Descartes fait l’éloge de la pensée et de la raison. Le
bien, pour lui, est associé au savoir et à la connaissance. C’est pourquoi Descartes pousse
l’homme à être sans cesse à la recherche de la vérité indubitable. C’est dans son ouvrage
qu’il part du constat : « je pense, donc je suis » et je dois douter, ce qui est la preuve du
fait que je pense. Cet ouvrage a beaucoup été lu et salué.

Même si Descartes n’a pas vécu en France et n’a pas eu de contact avec les écrivains
français du XVIIème siècle, ces derniers ont applaudi ces œuvres qui accordent un très
fort pouvoir de la raison. Même les théologiens (penseurs religieux) saluent sa foi et la
gloire qu’il voue à Dieu par le biais de sa raison. Boileau admire en Descartes le penseur
qui a rendu la raison souveraine. C’est pourquoi on m’associe au classicisme, courant
qui glorifie la raison.
3

Exercice type concernant le texte cartésien

Corpus
Je pense pouvoir mettre ici le remède le plus général et le plus aisé à pratiquer contre
tous les excès des passions ; c'est que lorsqu'on se sent le sang ainsi ému, on doit être
averti et se souvenir que tout ce qui se présente à l'imagination tend à tromper l'âme et à
lui faire paraître les raisons qui servent à persuader l'objet de sa passion beaucoup plus
fortes qu'elles ne sont, et celles qui servent à la dissuader beaucoup plus faibles.(…) Il faut
que la volonté se porte principalement à considérer et à suivre les raisons qui sont
contraires à celles que la passion représente, encore qu'elles paraissent moins fortes(…).
Mais ce qu'il me semble que ceux qui sont accoutumés à faire réflexion sur leurs actions
peuvent toujours, c'est que, lorsqu'ils se sentiront saisis de la peur, ils tâcheront à
détourner leur pensée de la considération du danger, en se représentant les raisons pour
lesquelles il y a beaucoup plus de sûreté et plus d'honneur en la résistance qu'en la fuite.
René DESCARTES, Traité des passions, 1649

QUESTIONS

1. Etudiez l’idée majeure de Descartes développée dans cet extrait.


2. En quoi ce passage sert-il le siècle classique ?

CORRECTION POSSIBLE PROPOSEE

1- Etudiez l’idée majeure de Descartes développée dans cet extrait.


L’extrait propose une thématique essentielle, celle de la maîtrise des passions
démesurées grâce au pouvoir de la raison. Il dénote d’une attitude responsable du
philosophe dont le rôle est de proposer une sagesse capable de mener l’homme au
bonheur ; c’est ce « remède » qu’évoque Descartes : « Je pense pouvoir mettre ici le
remède le plus général et le plus aisé à pratiquer contre tous les excès des passions ».
L’objectif est donc ici formateur et didactique.
Le philosophe ne minimise pas le pouvoir et la supériorité de « l’imagination » capable
de prendre le dessus et mener à l’erreur. Il reconnaît que les émotions –« sang ému »-
sont de nature déraisonnable est passible de menacer l’équilibre vital : « faire paraître les
raisons qui servent à persuader l'objet de sa passion beaucoup plus fortes qu'elles ne
sont ».
Il invite l’homme à fuir l’auto destruction – « lorsqu’ils se sentiront saisis par la peur » -
par un retour à l’ordre stable et harmonieux. C’est là où raison et volonté doivent
s’accorder afin d’œuvrer pour une auto éducation. Les hommes ont la latitude d’user de
leur raison pour ordonner positivement leur pensée et leurs actes : « ils tâcheront de
détourner leur pensée ». Ici la volonté implique l’effort, le devoir – « tâcher » et
l’endurance –« résistance »- qui relèvent de « l’honneur ».
L'enjeu du texte est donc clair: la philosophie est un savoir qui implique un travail sur
soi continuel dans le but d’être heureux.
4

2 - En quoi ce passage sert-il le siècle classique ?


Le traité des passions ou Les passions de l’âme traite d’une problématique essentielle
du siècle classique, siècle de la mesure : le débat raison/passions. Le classicisme est un
mouvement culturel, esthétique et artistique qui se développe en France au XVIIème
siècle. Il se définit en gros par un ensemble de valeurs et de critères qui dessinent un idéal
s'incarnant dans l’« honnête homme » et qui développent une esthétique fondée sur une
recherche de la perfection à travers le pouvoir de la raison. Le classicisme est aussi en
liaison étroite avec les courants philosophiques de l'époque, en premier lieu celui du
rationalisme de Descartes dont il subit l'influence.
Comme tous les Classiques, Descartes s’impose à travers cet écrit comme « l’honnête
homme » représentant les valeurs de la clarté, la mesure et l’équilibre. La clarté se perçoit
non seulement dans son style limpide et didactique – « je pense pouvoir mettre ici le
remède - il faut que – Mais ce qu’il me semble – ils tâcheront » lequel vise un
enseignement mais aussi à travers la méthode de son raisonnement déductif. Les valeurs
morales trouvent aussi leur place par le refus des « excès », de « l’imagination »
fallacieuse au profit de l’équilibre et de la droiture : « sûreté, honneur ».
Enfin, dans ce siècle profondément chrétien qu’est le XVIIème siècle, le dualisme corps et
âme prend tout son sens. Le passage laisse entendre le choix possible du bien à travers le
rejet des passions destructrices et par la maîtrise et le contrôle de soi. Ceci grâce à la
volonté et à l’âme qui relèvent du divin, selon Descartes.