Vous êtes sur la page 1sur 4

L’objective de mémoire :

Notre travail a été réalisé dans la wilaya de M’sila. Il a pour objectif de faire un état des lieux
sur les arboricultures fruitières dans leur biotope pour connaitre les déférentes variétés et la
biodiversité des arbres fruitiers existent dans la commune de M'sila et techniques
d’amélioration et préservation afin de pouvoir aborder l’ensemble des aspects relatifs à ce
thème, Pour cela, la méthodologie retenue consiste à élaborer et réaliser des enquêtes
qualitatives sur questionnaire et de proximité portant sur des exploitations pratiquant la
culture de ces variétés; elles consistent à :

 Poser un diagnostic sur l’état des cultivars locaux d’arboriculture fruitière,


 Évaluer les caractères de production et d’adaptation,
 Analyser les problèmes relatifs à leur conservation,
 Donner des perspectives de préservation, conservation des cultivars locaux.

Le présent travail comporte quatre chapitres :

 Le premier chapitre présente la géographie, la géologie, la pédologie et le climat de la


région de M’sila ;
 Le second chapitre développe les caractères morphologiques et exigences
pédoclimatiques des arbres fruitières ;
 Le troisième chapitre présente les stress biotiques (maladies et ravageurs) et abiotiques
(Sécheresse, salin et hydrique) ;
 Le quatrième chapitre englobe les techniques d’amélioration et préservation ;
 Le cinquième chapitre sera consacré à la méthodologie d’enquêtes réalisées sur terrain
;
 Le dernier chapitre renferme les résultats et la discussion ;
 Enfin, une conclusion générale qui viendra corroborer tous nos résultats.
L’arboriculture fruitière est très diversifiée en Algérie. Elle est constituée essentiellement, de
l’olivier, du figuier, de la vigne, et des agrumes, qui sont les espèces les plus importantes sur
le plan économique et social. Durant cette période, il y a eu une introduction massive de
variétés de rosacées (poirier, pommier, abricotier, pêcher, cerisier, amandier, grenadier,
néflier). Le palmier dattier (Phoenix dactylifera) a occupé et occupe une place importante
dans l’agriculture algérienne. D’autres espèces fruitières, locales négligées ou exotiques telles
que le pacanier, le châtaignier, le noyer, le pistachier, le figuier de barbarie, le mûrier et le
bananier, ont été introduites comme espèces botaniques à partir de 1881. (FAO ,2006)
Rapport national sur l’état des ressources phytogénétiques pour l’alimentation et
l’agriculture, INRAA / Juin 2006
Les fruits nous sont aussi indispensables que les légumes. Pour une excellente santé et une
forme optimale, leur consommation est aujourd’hui hautement recommandée. Mais encore
faut-il manger de bons fruits mûrs à point pour préserver leurs qualités.la culture fruitière a
donc avantages (CLAUDE, 2006).
CLAUDE D. (2006). Les arbres fruitiers. Ed. Rustica, 127p.

cependant, je travaille d’entretien de ces arbres et arbustes ainsi que les traitements contre les
divers ravageurs.

Le secteur de l’arboriculture fruitière et de la viticulture occupe une place prépondérante dans


le programme national de développement agricole, en particulier, si on tient en compte la
nouvelle démarche d’adaptation des systèmes de production aux vocations pédoclimatique
des zones, visant une meilleure efficacité technico-économique (Kerboua, 2002).
Kerboua M., 2002 – L’agrumiculture en Algérie. In : D’Onghia A.M., Djelouah K. &
Roistacer C.N. (Eds.) – Proceedings of the Mediterranean research network on certification of
citrus (MNCC). CIHEAM-IAMB, Options méditerranéennes : Série B. Etudes et Recherches
n°43. Bari, pp. 21-26.
Les vergers arboricoles couvrent au cours de la décennie 2000-2009 une superficie moyenne
de 396 480 ha dont 39% ont été réservées aux vergers oléicoles,  30% pour les arbres
fruitiers, 23% pour le verger phoenicicole et 8% pour les agrumes.
Cette superficie a connu une augmentation durant la période 2010-2017 de 47% par rapport à
la décennie 2000-2009, dont la superficie de l’olivier a augmenté de 58%, les noyaux pépins
avec 56% ,41% pour les agrumes et 20% pour le palmier dattier.
Les niveaux de production des filières arboricoles ont connu une augmentation durant la
période 2010-2017 par rapport à la décennie précédente (2000-2009) représentant :
 Les fruits à noyaux et à pépins avec 102%
 Les olives 99%
 Les agrumes 91%
 Les dattes 82%
La production de la vigne a elle aussi connue une nette amélioration avec une évolution de +
75% entre les périodes 2010-2017 et 2000-2009.

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DU DÉVELOPPEMENT RURAL ET DE LA PÊCHE


2018 http://madrp.gov.dz/agriculture/statistiques-agricoles/arboriculture/

Vous aimerez peut-être aussi