Vous êtes sur la page 1sur 2

COURS 1 en fichier joint du vendredi 20/3/20 : Récapitulatif à

propos du classicisme opposé à son rival le courant baroque

• Toute la thématique classique ainsi que les mots-clés


définissant le courant se retrouvent dans L’art poétique de
Boileau
• Le courant classique représente un Idéal esthétique : à tous les
niveaux : beauté : simplicité, clarté, (du style), conforme à la
raison, aux règles, à l’ordre, à la droiture, à la mesure. Il
représente le figé, ce qui doit rester fixe : les règles se veulent
immuables. Il appelle à une stabilité éternelle pour conserver
l’ordre raisonnable voulu par le pouvoir de Louis XIV.

➢ Parallèlement au classicisme s’impose un autre


mouvement antérieur à lui : le Baroque = un mouvement
européen
➢ Son nom : vient du portugais « barocco » = pierre
précieuse rugueuse avec des aspérités = irrégularités
contrairement au courant classique qui se veut lisse,
parfait
➢ Ce mouvement baroque (comme le classicisme) touche
tous les arts : il apporte une différence essentielle = un
amour de la liberté VS (= Versus : qui s’oppose à)
pouvoir de la raison. Le baroque appelle à l’imagination,
à l’ouverture, à l’inspiration subjective : ouverture à tous
les possibles : s’ouvrir à la passion, à la démesure, à
l’exagération, la surcharge, l’ostentation (de
l’ostentatoire = démonstratif, étalage de soi, m’as-tu vu
VS simplicité)
➢ Le baroque est une pensée libre VS pensée raisonnée. Il
ne veut pas obéir à un monde de codes. Il appelle à
laisser libre cours à l’imagination et à la passion, à la
subjectivité, au Moi. Il rend hommage au changement,
au paradoxe, à l’étrange. (Je vous renvoie aux tableaux
visionnés en classe : le trompe l’œil, les couleurs
éclatantes, les images sortant du cadre…)

Afin de résumer l’essentiel à propos de ces 2 courants, je vous


propose une citation parlante (de M. Léonard, Horville,
Histoire de la littérature française, Nathan, 1988) :

« Le baroque conçoit le monde comme étant en voie d’élaboration, alors que le


classicisme le voit totalement achevé. Le baroque envisage l’univers comme en
perpétuelle transformation, le classicisme le ressent comme figé, fixé. Le
baroque interprète les données en termes d’ouverture, le classicisme en termes
de fermeture. Le baroque croit dans le libre-arbitre, le classicisme fait intervenir
la fatalité. Le baroque est attiré par les valeurs du relatif et des apparences, le
classicisme est hypnotisé par l’absolu et la vérité. (…) Pour le baroque,
complexité, ornement, goût du fluctuant et de la ligne courbe, revendication de
la liberté dans la création ; pour le classique, simplicité, clarté, goût du
permanent et de la ligne droite et des règles. »

Vous aimerez peut-être aussi