Vous êtes sur la page 1sur 13

INTRODUCTION GÉNÉRALE

1- L’entreprise et les flux

1.1- Définition de l’entreprise :


L’entreprise est un ensemble de moyens matériels, financiers et humains confiés à des
personnes responsables appelées à utiliser ces moyens d’une manière optimale en vue de
réaliser un objectif fondamental et ce par référence à un objet donné et dans le cadre d’un
environnement déterminé.
1.2 – Classification des entreprises
On peut classer les entreprises en choisissant divers critères : la nature juridique de
l’entreprise, la taille, le secteur d’activité… c’est ce dernier critère qui nous intéresse.
Classification selon le secteur d’activité
- Les entreprises industrielles ou de production dont l’objet fondamental est la production de
biens appelés produits finis.

Achat de mat. 1ière et Stockage de Transformation Produits : Stockage Vente et


de mat. consommable mat. achetées - finis réutilisation
- semi-finis
- déchets

- Les entreprises Commerciales qui procèdent à des opérations d’achats de biens en vue de
les revendre en l’état (sans transformation autre que l’emballage).
Achat de marchandise Stockage Vente de la marchandise achetée

- Les entreprises de services qui exercent une activité de prestation de services. Ex. les
opérateurs en télécommunication, les banques, les assurances, transport,…
1.3 – L’entreprise et les flux :
Toute entreprise agit dans son propre environnement et réalise des opérations ou
transactions avec ses différents partenaires externes qui constituent son environnement.
Il convient de préciser que toute opération donne lieu généralement à des flux
économiques externes qui sont des mouvements de valeurs homogènes observés entre deux
agents économiques. Les flux peuvent porter sur des biens, des services, des dettes, des
créances, des moyens de règlement…
Achat de m/ses à Vente de m/ses à
crédit (pour 2000D) crédit (pour 6000D)
Fournisseur Entreprise Client
Dette = 2000D Créance = 6000D
(Créancier) (Débiteur)

On distingue trois catégories de flux économiques :


- Les flux réels ou physiques qui correspondent à des mouvements de biens et de
services.
- Les flux quasi-réels : Ce sont les flux qui portent sur les prestations diverses reçues
des autres agents économiques. Il s’agit par exemple du travail apporté par le
personnel, prestations financières rendues par les prêteurs…
- Les flux financiers ou monétaires qui correspondent à des mouvements de monnaie
et autres moyens de paiement.
Les flux financiers qui représentent généralement la contrepartie de la quantité de
biens et services reçues ou livrées sont soit des flux d’entrées (encaissements), soit des flux de
sorties (décaissements).
Flux réel (achats de marchandises)
Entreprise A Entreprise B
Client Flux monétaire (monnaie) Fournisseur

Ces flux relient l’entreprise avec les éléments de son environnement c’est-à-dire
clients, fournisseurs, banques, Etat, associés… Le rôle de la comptabilité générale est
l’enregistrement chiffré de ces flux.

Relation de l’entreprise avec son environnement


Salariés Associés Banque
Capitaux
Salaire Dividendes externes
Travail Capitaux
propres Intérêts

Biens & services Biens & services


Fournisseurs Entreprise Clients
Décaissement Encaissement

Impôts Prestations
Services Cotisations sociales
publics

Etat Organismes sociaux

Flux réels Flux quasi-réels Flux financiers

2 – La comptabilité financière (ou générale)

2.1 – Définition
La comptabilité financière a un caractère obligatoire et enregistre les flux externes de
l’entreprise. Elle permet de dresser périodiquement les documents de synthèse (bilan et état de
résultat) et de faire ainsi apparaître :
- La situation du patrimoine de l’entreprise à un moment donné.
- De dégager le résultat (gain ou perte) de la période considérée.1
On parle de comptabilité générale, financière ou privée.

Le patrimoine de l’entreprise comprend l’ensemble des biens (corporels et


incorporels) et créances dont l’entreprise est propriétaire diminué des dettes qu’elle a vis-à-vis
des créanciers (personnes à qui l’entreprise doit de l’argent). C’est ainsi que le patrimoine
peut être positif, nul ou négatif.

1
Fayel, Alain et Pernot, Daniel, Comptabilité générale de l’entreprise, Collection DPECF manuel et
applications, Dunod, 2005.
Patrimoine = Valeur des biens et créances de l’entreprise – dettes de l’entreprise
Exemple : Le patrimoine d’un étudiant se compose :
 D’un ensemble de valeurs positives : Vêtements, argents dans son portefeuille,
argents déposés en banque, moto, livres et documents universitaires.
 D’un ensemble de valeurs négatives : dettes sur la photocopie, dettes sur ses amis.
La valeur de son patrimoine est égale à l’ensemble des valeurs positives déduction
faite des valeurs négatives.
Cet exemple peut être appliqué pour le calcul du patrimoine de l’entreprise. En effet,
les valeurs positives peuvent se composer : des machines, du siège social, des stocks de
matières, de l’argent en caisse et des fonds déposés en banque. D’autre part, les valeurs
négatives se composent des dettes sur les établissements financiers (bailleurs de fonds), des
dettes vis-à-vis des fournisseurs, etc.
Remarque :
D’un point de vue comptable, il faut distinguer entre le patrimoine qu’affecte un
exploitant à son commerce ou à son industrie (machines, immeubles,…) de celui afférent à sa
vie privée (maison personnelle, meubles, bijoux).
2.2 – Fonctions de la comptabilité générale
La comptabilité a un rôle multiple :
- Elle est un moyen de preuve entre commerçants ;
- Elle est un moyen d’information du chef de l’entreprise, des associés, des
salariés et des tiers en général (fournisseurs, clients, banquiers, etc.) ;
- Elle est un moyen de calcul de l’assiette de différents impôts ;
- Elle permet d’obtenir des informations homogènes sur le plan national, d’où
la nécessité d’être réglementée par l’élaboration d’un système comptable
général.
LE BILAN

La situation de l’entreprise est périodiquement résumée dans un tableau appelé bilan.


Le bilan est une photographie du patrimoine de l’entreprise à un moment donné. C’est
un document statique.
La période séparant deux bilans s’appelle un exercice comptable.
La date à laquelle est effectué le bilan s’appelle « la date d’inventaire » ou « la date de
clôture de l’exercice ».
L’établissement du bilan est une obligation légale pour toute personne physique ou
morale assujettie (soumise) à la tenue de la comptabilité
1 – Définition du bilan
Le bilan est un tableau qui présente, à une date déterminée, la situation patrimoniale de
l’entreprise et ce en recensant les biens et créances qu’elle possède ainsi que les dettes qu’elle
a vis-à-vis des tiers.
Le bilan se présente donc matériellement sous forme d’un tableau composé de deux
parties :
 La partie droite s’appelle les capitaux propres et passifs et représente les ressources
externes c’est à dire tout ce que l’entreprise doit.
 La partie gauche s’appelle l’actif et représente les emplois provisoires c’est à dire tout ce
que l’entreprise possède et tout ce qu’on lui doit.
On insiste à nouveau sur la règle de séparation des patrimoines qui impose une distinction
entre le patrimoine de l’entreprise et celui de « ses propriétaires ».
La partie droite du bilan (CP et Passifs) montre les origines des ressources externes
mis à la disposition de l’entreprise pour le financement de l’ensemble de ses emplois indiqués
au niveau de la partie gauche du bilan (Actifs).
N.B. Sachant que toute ressource de l’entreprise sert à financer un emploi et que
réciproquement tout emploi de l’entreprise doit obligatoirement être financé par une
ressource, on en déduit qu’il y a un équilibre certain entre l’actif et les capitaux propres &
passifs.
2 - La présentation du bilan
La présentation du bilan est basée sur deux distinctions :
- D’une part la distinction entre les Actifs Courants et les Actifs non Courants.
- D’autre part la distinction entre les Capitaux Propres, les Passifs non Courants et
les Passifs Courants.
Est Non Courant, tout élément non lié au cycle d’exploitation et dont l’échéance est
supérieure à une année.
Est Courant, tout élément lié au cycle d’exploitation quelle que soit son échéance ainsi
_ que les parties à moins d’un an des éléments non courants.
BILAN au 31/12/N (en dinars)
Montant Montant
ACTIFS NOTES CAPITAUX PROPRES & PASSIFS NOTES
N N-1 N N-1
Actifs non Courants Capitaux Propres
Actifs immobilisés Capital Social
Réserves
Immob. Incorporelles Autres capitaux propres
Moins : amortissements Résultats reportés
Immob. Corporelles Total des capitaux propres avant résultat de
Moins : amortissements l’exercice
Immob. Financières Résultat de l’exercice
Moins : provisions Total des capitaux propres
Total des actifs immobilisés
Autres actifs non courants Passifs
Total des actifs non courants  Passifs non Courants
Emprunts (à plus d’un an)

Actifs Courants Autres passifs financiers non courants


Provisions
Stocks
Moins : provisions Total des passifs non courants
Clients et comptes rattachés
Moins : provisions  Passifs Courants
Autres actifs courants Fournisseurs et comptes rattachés
Placements et autres actifs
financiers Autres passifs courants
Liquidités et équivalents de Concours bancaires et autres passifs financiers
liquidités
Total des passifs courants
Total des actifs courants
Total des passifs
TOTAL DES ACTIFS TOTAL DES CAPITAUX PROPRES ET PASSIFS
Remarque :
La présentation des différentes rubriques du bilan est une présentation synthétique (et non
détaillée) le détail de chaque rubrique doit figurer dans un autre état financier appelé « Notes
aux états financiers », c’est pour cette raison qu’il a été créé une colonne appelée « notes » qui
renvoie aux détails de chaque rubrique (immobilisations incorporelles, immobilisations
corporelles, immobilisations financières, stocks, clients et comptes rattachés, liquidités et
équivalent de liquidité, fournisseurs et comptes rattachés…)
La note immobilisation corporelle se présente comme suit :
Immobilisations corporelles Valeur d’origine Amortissement ou provision Valeur nette comptable
221 – Terrains
213 – Constructions
214 – ITM&OI
Total

3 – Analyse de l’actif du bilan


Les actifs se structurent en deux rubriques :
- Les actifs non courants
- Les actifs courants
3.1 – Les actifs non courants
On distingue quatre catégories d’actifs non courants à savoir les immobilisations
incorporelles, corporelles, financières et les autres actifs non courants.
a - Les immobilisations incorporelles : il s’agit des biens qui ne sont pas représentés par une
substance physique concrète, devant servir de façon durable à l’activité de l’entreprise. Ce
poste comprend :
 Les concessions de marques, brevets, licences…
 Les logiciels
 Le fonds commercial
 Le droit au bail
b - Les immobilisations corporelles : regroupent :
 Les terrains
 Les constructions
 Les installations techniques, matériels et outillages industriels
 Le matériel de transport
 Les autres immobilisations corporelles, tels que les équipements de bureau, les
emballages récupérables identifiables
c - Les immobilisations financières : regroupent :
 Les titres de participation : titres d’une société (actions ou parts) acquis en vue de
participer activement à la gestion de cette société.
 Les titres immobilisés : placements (actions, obligations…) que l’entreprise a
l’intention de conserver pendant plus qu’un an sans qu’il s’agisse de titres de
participation.
 Les prêts dont l’échéance est supérieure à une année.
 Les dépôts et cautionnements versés
d - Les autres actifs non courants regroupent certaines charges tels que par exemple les frais
préliminaires (ce sont des frais attachés à des opérations conditionnant l’existence ou le
développement de l’entreprise tels que les frais de constitution, les frais d’augmentation du
capital, d’ouverture d’un nouveau point de vente…). Ces frais sont enregistrés parmi les actifs
non courants en raison de leurs effets avantageux sur les exercices futurs.
3.2 - Les actifs courants
Les actifs courants comprennent les actifs qui circulent en fonction de l’activité de
l’entreprise. Ce sont généralement des actifs qui se rapportent au cycle d’exploitation de
l’entreprise.
Le cycle d’exploitation est le temps moyen nécessaire pour la transformation des inputs
en argent suite à la vente des outputs.
On distingue cinq catégories d’actifs courants :
a - Les stocks :
Un stock est un actif détenu pour être vendu dans le cours normal de l’activité, ou en
cours de production pour une telle vente, ou destiné à être consommé dans le
processus de production ou de prestation de services, sous forme de matières
premières ou de fournitures.
On retrouve :
 Les stocks de marchandises pour les entreprises commerciales (ex. stock de
vêtements pour une entreprise de prêt-à-porter)
 Les stocks de matières premières (tissus pour la fabrication de vêtements)
 Les autres approvisionnements : il s’agit des stocks de matières consommables
(pièces de rechange, fuel, graisse…)
 Les stocks de produits : il s’agit des produits finis (ex. une chemise achevée pour
un atelier de couture) et des produits intermédiaires (ou encore semi-finis).
 Les en-cours de production (un tissu déjà coupé mais non encore cousu)…
b - Les clients et comptes rattachés : il s’agit de toutes les sommes dues par les clients
(créances clients).
c - Autres actifs courants : il s’agit de toute autre créance, autres que celles sur les clients :
 Les avances et acomptes versées au personnel : Il s’agit des sommes prêtées au
personnel et qui doivent être retenues sur les salaires futurs
 Créances sur l’Etat sous forme d’avances sur les impôts et taxes à payer
(l’appellation retenu au niveau du bilan est : Etat et collectivités publiques)
 Créances sur les associés (l’appellation retenue au niveau du bilan est : associés
comptes courants)
 Créances sur cession (vente) d’éléments d’actif (l’appellation retenue est débiteurs
divers).
d - Placements et autres actifs financiers : Lorsqu’une entreprise dispose d’un surplus
d’encaisse, une saine gestion exige que celui-ci soit converti en placements temporaires.
Ceux-ci comprennent les bons du Trésor, les actions et obligations que l’entreprise n’a pas
l’intention de conserver au-delà de 12 mois…
L’action est un titre émis par les sociétés anonymes, représentatif d’une fraction du
capital. Le rendement (ce qu’elle rapporte) d’une action s’appelle dividende.
L’obligation est un titre représentatif d’une fraction d’un emprunt obligataire. Le
rendement de l’obligation s’appelle intérêt.
Bons du Trésor : titres émis par l’Etat.
e - Liquidités et équivalents de liquidités : Il s’agit des valeurs disponibles, on y retrouve
l’argent liquide en caisse, les comptes bancaires ou postaux :
 Valeurs à l’encaissement : chèques à encaisser, effets à l’encaissement, effets à
l’escompte, …
 Banques
 CCP
 Caisse
4 – Analyse des capitaux propres et passifs
4.1 – Les capitaux propres : Comportent essentiellement :
a - Le capital : Il s’agit des sommes qu’une ou plusieurs personnes ont apportées à
l’entreprise. Les apports sont en nature (biens) et en numéraire (argent liquide). Ces sommes
proviennent de l’apport initial ou d’éventuelles augmentations de capital.
On parle de : - capital social dans le cas d’une société
- et de compte de l’exploitant dans le cas d’une entreprise individuelle.
b - Les réserves : Les réserves sont les bénéfices laissés définitivement à la disposition de
l’entreprise et non incorporés au capital
c - Les autres capitaux propres : qui comprennent essentiellement les subventions
d’investissements
d - Les résultats reportés Ce poste représente les résultats ou la partie du résultat non encore
affectée par l’assemblée générale.
e - Le résultat de l’exercice : c’est le résultat de l’exercice qui n’a pas été affecté (en
réserves ou distribué).
4.2 – Les passifs : Les passifs se structurent en deux rubriques :
- - Les passifs non courants
- - Les passifs courants
a - Les passifs non courants
 Les emprunts : représentent les dettes de l’entreprise qu’elle remboursera à long
terme, c’est le cas notamment des crédits bancaires à long terme, les emprunts
obligataires.
 Autres passifs financiers : Ce poste comporte :
 les dépôts et cautionnements reçus
 les dettes auprès des fournisseurs d’immobilisations à long terme.
 Les provisions pour risques et charges : il s’agit d’une constatation comptable
destinée à couvrir des risques et/ou des charges que des évènements survenus ou
en cours rendent probables, nettement précisés quant à leur objet mais dont la
réalisation est incertaine. Exemple : provision pour litige ou pour amende.
b - Les passifs courants : Les passifs courants représentent les dettes de l’entreprise à court
terme. On retrouve :
 Fournisseurs et comptes rattachés : il s’agit de dettes relatives à des biens achetés
ou à des services rendus à l’entreprise au cours du cycle d’exploitation et qui sont
à crédit. Il s’agit en outre des dettes relatives à l’achat d’immobilisations qui
devront faire l’objet d’un règlement à brève échéance.
 Autres passifs courants : Ce poste enregistre les dettes autres que celles envers les
fournisseurs :
 Dettes envers le personnel (l’appellation retenue est : Personnel –
Rémunérations dues).
 Dettes dues à l’Etat tels que la TVA à payer (l’appellation retenue est
Etat et collectivités publiques)
 Dettes envers les associés : Il peut s’agir des fonds laissé
temporairement à la disposition de l’entreprise par les associés
(l’appellation retenue dans ce cas est : Associés – Comptes courants).
Il peut s’agir aussi des parts des bénéfices que l’on a décidé d’octroyer
aux associés sans que ceux-ci ne soient versés (l’appellation retenue
dans ce cas est Associés – Dividendes à payer).
 Dettes envers les autres tiers, tels que les dettes envers la sécurité
sociale, dettes sur acquisition de valeurs mobilières de placement…
(l’appellation retenue dans ces cas est Créditeurs divers).
 Concours bancaires et autres passifs financiers : Ce poste recouvre
essentiellement :
 Les emprunts et autres dettes financières courantes qui représentent
des prêts à moins d’un an, ainsi que des concours bancaires.
 Et les découverts bancaires : la banque autorise l’entreprise à retirer
des fonds plus que ce qu’il y a initialement dans le compte (le compte
en banque est dans le rouge).
5 - Exemple :
Messieurs Hassan et Houssine décident de créer une société « FATAB » pour la
fabrication de tables.
Monsieur Hassan apporte :
- Un terrain pour une valeur de …………. 20 000 D
- Une voiture pour une valeur de ……….. 7 000 D
- Un lot de bois pour une valeur de……… 30 000 D
- Des ordinateurs pour une valeur de ……… 5 000 D
- Des espèces pour une valeur de………… 5 000 D
Monsieur Houssine apporte une usine utilisée pour la fabrication de tables. Les
éléments de cet apport sont les suivants :
- Un terrain………………………………. 10 000 D
- Une camionnette………………………… 7 000 D
- Des constructions ………………………. 25 000 D
- Du mobilier de bureau………………….. 6 000 D
- Un lot de bois…………………………… 13 000 D
- Une machine outils……………………… 12 000 D
En outre, sa caisse contient 4 000 D. Il a à sa banque (STB) 15 000 D. Ses clients lui
doivent 10 000 D. Il doit à ses fournisseurs 10 000 D. Il doit à l’Etat 4 000 D. Il doit à
l’ATB (crédit bancaire à moins d’un an) 3 000 D.
TRAVAIL A FAIRE :
1- Calculer la valeur de l’apport de Hassan
2- Calculer la valeur de l’apport de Houssine
3- Déterminer le capital de la société « FATAB »
4- Représenter le bilan de constitution de la société « FATAB »
Solution :
1) Apport de Hassan = 20 000 + 7 000 + 30 000 + 5 000 + 5 000 = 67 000 D
2) Apport de Houssine = 10 000 + 7 000 + 25 000 + 6 000 + 13 000 + 12 000 +
4 000 + 15 000 + 10 000 – (10 000 + 4 000 + 3 000) = 85 000 D
3) Capital social = Somme des apports = 152 000 D
4) Bilan de constitution de l’entreprise « FATAB » (en dinars)
Actifs Capitaux propres et passifs
ANC Capitaux propres
Immob. Corporelles Capital social 152 000
Terrains 30 000 Tot Cap. Prop. 152 000
Constructions 25 000
ITM&OI 12 000
Mat de transp. 14 000
Equipements de bureau 11 000 PASSIFS
Tot ANC 92 000 Passifs courants
AC FRS et comptes rattachés 10 000
Autres passifs courants
Stocks
Etat et collectivités publiques 4 000
Stocks de mat 1ière 43 000
Concours bancaires et autres
Clients et comptes rattachés 10 000
passifs financiers
Liquidités et équivalents de
Emprunt et autres dettes 3 000
liquidités
15 000 financières courantes
Banque
Caisse Tot passifs courants 17 000
9 000
Tot. ANC Tot. Passifs 17 000
77 000

Total Actifs 169 000 Total CP&P 169 000

La deuxième présentation possible est la suivante :


Actifs Capitaux propres et passifs

ANC Capitaux propres


Immob. Corporelles (1) 92 000 Capital social 152 000
Tot ANC 92 000 Tot Cap. Prop. 152 000

AC
Stocks (2) 43 000 PASSIFS
Passifs courants
Clients et comptes rattachés 10 000
FRS et comptes rattachés 10 00
Liquidités et équivalents de 24 000
liquidités (3) Autres passifs courants (4) 4 000
Tot. ANC 77 000 Concours bancaires et autres 3 000
passifs financiers (5)
Tot passifs courants 17 000
Tot. Passifs 17 000
Total Actifs 169 000 Total CP&P 169 000

« Notes aux états financiers »


Note (1)
Immobilisations corporelles Montant
Terrains 30 000
Constructions 25 000
ITM&OI 12 000
Mat. De transport 14 000
Equipements de bureau 11 000
Total 92 000
Note (2)
Stocks Montant
Stocks de matières premières 43 000
Total 43 000
Note (3)
Liquidités et équivalents de liquidités montant
Banque 15 000
Caisse 9 000
Total 24 000
Note (4)
Autres passifs courants montant
Etat et collectivités publiques 4 000
Total 4 000
Note (5)
Concours bancaires et autres passifs financiers Montant
Emprunt et autres dettes financières courantes 3 000
Total 3 000

6 – La notion de situation nette comptable (SNC)


La situation nette comptable correspond à la valeur du patrimoine de l’entreprise ou
richesse nette de l’entreprise.
Nous savons que le patrimoine de l’entreprise se calcule de la façon suivante :
Valeur nette du patrimoine = Valeur totale des biens et créances – Valeur totale des dettes
On peut en déduire en utilisant les éléments du bilan que
Situation nette comptable = Actifs réels – Passifs
= Actifs – actifs fictifs – Passifs
Les actifs fictifs sont des éléments qui, compte tenu de leur nature, ne trouveraient jamais
des acquéreurs, par exemple les frais préliminaires.
Nous savons que le bilan doit obéir à l’égalité fondamentale suivante :
Actifs = Capitaux propres + Passifs
Actifs réels + Actifs fictifs = Capitaux propres + Passifs
Actifs réels – Passifs = Capitaux propres – Actifs fictifs
Situation nette comptable = Capitaux propres – actifs fictifs
Remarque :
Si tous les actifs sont réels alors Situation nette comptable = Capitaux propres
D’après cette égalité on peut dire que toute opération qui touche à des capitaux propres
affecte la situation nette comptable. Comme exemple d’opération on peut citer :
l’augmentation du capital par un nouvel apport, diminution du capital, l’obtention d’une
subvention accordée par l’Etat ou autre tiers, la réalisation de profits.