Vous êtes sur la page 1sur 53

1

Remerciment

2
Table des matières
Remerciment.............................................................................................................................2
Table d’abréviation...................................................................................................................6
Introduction générale................................................................................................................7
CHAPITRE 1 :..........................................................................................................................8
APERÇU SUR LA PROFESSION D’UN COMPTABLE AGREE......................8
Section 1 : Présentation générale............................................................................................9
I. Le cadre général de la profession................................................................9

1. Les actes professionnels...............................................................................9

2. Les modes d'exercice de la profession.........................................................9

II. Les missions du comptable agrée................................................................9

Section 2 : Identification du cabinet GAMRANI........................................9


I. Présentation de la société...........................................................................10

II. Domaine d’intervention de la société GAMRANI....................................10

1. Le conseil juridique et réglementaire:.......................................................10

2. Aide à la création d’entreprises :...............................................................11

3. Les travaux comptables et fiscaux:............................................................11

4. Les opérations de gestion de l’actif humain:.............................................11

Section 1 : Les travaux juridiques..............................................................13


I. La constitution des sociétés.......................................................................13

1. Généralités :...............................................................................................13

2. Les Formalités de constitution :.................................................................13

3. L’Etablissement des bulletins de souscription;..........................................14

4. Le Dépôt en banque des fonds de souscription et délivrance de l’attestation


de blocage ; 14

5. La Déclaration de souscription et de versement;.......................................14

6. La Publication au journal d’annonces légales et au BO ;..........................15

7. L’Enregistrement des actes;.......................................................................15

8. L’Inscription à la patente (taxe professionnelle);......................................15

3
9. L’Immatriculation au registre de commerce; (annexe 1)...........................15

10. La Déclaration d’existence d’impôt;..........................................................16

11. L’Affiliation à la caisse nationale de sécurité sociale; Toutes les sociétés


doivent s’affilier auprès de la CNSS.................................................................................16

II. La Modification du capital.........................................................................16

1. L’Augmentation du capital........................................................................16

2. La Diminution du capital:..........................................................................17

3. L’Amortissement du capital:.....................................................................18

III. La modification dans le statut....................................................................18

IV. AGO / AGE :.............................................................................................19

Section 2 : Les Travaux comptables, fiscaux et sociaux...........................19


I. Les Opérations d’ordre comptable.............................................................19

1. Le Classement des pièces comptables.......................................................19

2. L’Enregistrement des écritures comptables...............................................20

3. Passation des écritures comptables sur GBS.............................................25

4. Tva et déclaration de tva............................................................................26

II. Les Opérations d’ordre fiscal.....................................................................27

1. La taxe sur la valeur ajoutée......................................................................27

2. Calcul de l'IR (impôt sur le revenu):..........................................................31

3. IS (impôt sur les sociétés):.........................................................................34

III. Les Opérations d’ordre social....................................................................36

1. La Déclaration CNSS................................................................................36

Section 3 : les valeurs ajoutées au sein du cabinet........................................................38


Conclusion.................................................................................................................39
ANNEXES.....................................................................................................................A
Annexe (1).............................................................................................................................A

Menu général (Annexe 2).......................................................................................................F

(Annexe 3)..............................................................................................................................G

Formulaire declaration de la TVA (annexe 4).......................................................................H

4
Liasse fiscale :( annexe 5).......................................................................................................J

Annexe 6................................................................................................................................K

Annexe 7 :...............................................................................................................................L

Annexe 8 :..............................................................................................................................M

Annexe 9................................................................................................................................O

Bibliographie.........................................................................................................................A

5
Table d’abréviation

-AGC : Assemblée générale constitutive


-CIN : Carte d’identité nationale
-CNSS : Caisse nationale de sécurité sociale
-IR : Impôt sur le revenu
-IS : Impôt sur les sociétés
-PME : Petites et moyennes entreprises
-PV : Procès-verbal
-RC : Registre du commerce
-STE : Société
-TTC : Toute taxe comprise
-TVA : Taxe sur la valeur ajoutée

6
Introduction générale

Dans le cadre de notre formation au sein de l’Ecole Nationale de Commerce et de Gestion


(ENCG-FES), nous sommes amenés à réaliser un stage d’initiation au cours de notre troisième
année universitaire, plus particulièrement en Semestre 6. Et c’est dans ce cadre que j’ai opté
pour un cabinet fiduciaire, en l’occurrence le cabinet GAMRANI.

La fiduciaire a toujours été un allié précieux dans l’accompagnement du chef d’entreprise.


Avec l’évolution des nouvelles technologies de l’information entre autres, ses missions se
sont étendues, et elles ne se contentent plus uniquement de traiter les mouvements comptables
de l’entreprise mais aussi des travaux juridiques et du conseil en cas de difficulté de
l’entreprise afin de sortir de cette situation.

Personne ne peut nier que ces sociétés, connues sous le vocable de cabinet d'expertise
comptable, fiduciaire ou autre, ont contribué énormément au meilleur fonctionnement de
l'entreprise en général.

Actuellement, leur fort support se voit dans les services multiples qui offrent aux petites et
moyennes entreprises (PME) dans la quasi-totalité des domaines liés à leurs activités
(comptable, fiscal, juridique, commercial…. etc.).

Ce stage m’a permis d’observer le rôle d’une fiduciaire pour l’entreprise et son domaine
d’intervention ainsi que d’avoir un aperçu sur l’ensemble des volets composants le monde
professionnel et plus précisément celui du domaine de comptabilité et fiscalité.

A travers ce travail, je vais essayer de mettre en lumière la société de conseil puisque mon
stage est effectué au sein d'une fiduciaire. Je débuterai ce rapport par l'introduction de la
profession du fiduciaire. Se basant sur la théorie comptable et la législation fiscale, je traiterai
en suite les travaux effectués au quotidien précisément la procédure comptable et les
déclarations fiscales ainsi que les travaux juridiques.

7
CHAPITRE 1 :
APERÇU SUR LA PROFESSION D’UN
COMPTABLE AGREE

8
Section 1 : Présentation générale

I. Le cadre général de la profession


1. Les actes professionnels
Avant les années quatre-vingt, la profession du comptable agrée n'était pas réglementée, elle
n'était représentée que par deux associations. D'abord la compagnie des comptables agréés du
Maroc et ensuite l'association marocaine des diplômés experts-comptables "AMDEC".

Cependant, avec la promulgation de la loi n° 127-12 qui a règlementé la profession du


comptable agrée et a disposé d'instances élues et d'un ordre légalement constitué. Désormais,
les membres de l'ordre sont habilités :

 A porter le titre d’un comptable agrée


 A élaborer tenir une comptabilité régulière des sociétés ainsi que d’élaborer les états
de synthèse dédite sociétés
 A effectuer les déclarations fiscales des sociétés

2. Les modes d'exercice de la profession


La profession du comptable agrée peut s'exercer soit de manière indépendante à titre
individuel ou au sein d'une société.

Ceux qui exercent leur profession individuellement doivent le faire sur leurs propres noms
alors que les comptables salariés ne peuvent l'exercer qu'en vertu d'un contrat les liants à un
comptable indépendant

II. Les missions du comptable agrée


Le comptable a toutes les prérogatives pour être le conseiller privilégié du chef de l'entreprise.

D'abord, il connaît bien l'entreprise d'après tous ses paramètres sociaux, comptables,
financiers et économiques. En outre, il dispose d'une expérience large émanant de sa
connaissance de différents types d'entreprises, d'activités et de situations. Enfin, il est
indépendant de l'entreprise par conséquent son opinion est objectivement considérable.

La mise en œuvre de ce rôle de conseiller se concrétise par le maintien régulier des entretiens
avec les clients et s'étale sur la quasi-totalité des domaines pertinents qui touche la vie de
l’entreprise.

Section 2 : Identification du cabinet GAMRANI.

9
I. Présentation de la société

RAISON SOCIALE : Société GAMRANI


SIEGE SOCIAL : Appt 7 N° 62 BD MED V SEFROU
SOCIAL : 100 000 DH.
EFFECTIF : 4 PERSONNES.
FORME JURIDIQUE : SARL à associé unique.
DATE DE CREATION : Le 06/1/2006.
ACTIVITE : Entrepreneur de travaux de comptabilité.
TYPE D’ACTIVITE : Les services.
PATENTE : 15307725-RC : 4970 / SEFROU.
N° D’AFFILIATION A LA CNSS : 9961584.
IDENTIFIANT FISCAL : 19051185
Tel : 06 61 74 16 20

III. Domaine d’intervention de la société GAMRANI


Son système d’intervention pourra se déployer autour de plusieurs axes répondant aux
préoccupations des entreprises.

1. Le conseil juridique et réglementaire:

 Choix de la forme juridique, du régime fiscal et social : le cabinet prend en charge le


conseil des nouveaux entrepreneurs concernant ces aspects, sur ce point l’expertise et la
qualité des recommandations font la base de réussite des sociétés, et aide l’organisation du
paysage entrepreneurial de la région et même sur l’échelle nationale
 Constitution des sociétés : le cabinet est habilité à encadrer intégralement la création
des sociétés sous toutes ses formes. L’expérience en la matière lui est particulière,
puisqu’il avait participé au programme étatique jeune entrepreneurs lancé
en2006.
 Mise en société, fusions et autres regroupements.

10
3. Aide à la création d’entreprises :

 Accompagnement, conseils et orientation des projets de création des affaires : sur ce


point le cabinet dispose d’une expertise en la matière, puisqu’il était parmi les
pionniers dans la création des entreprises tant privées que publiques.
 Etablissement des documents prévisionnels : ceci concerne l’établissement de la
situation de l’actif réalisable et disponible, valeurs d’exploitation exclues, et du passif
exigible, un compte de résultat prévisionnel, un tableau de financement en même
temps que le bilan annuel et un plan de financement prévisionnel.

4. Les travaux comptables et fiscaux:

 Tenue de la comptabilité avec soins et rigueur;


 Révision de la comptabilité en concertation avec les clients;
 Etablissement des comptes annuels et des états de synthèse;
 Etablissement des déclarations fiscales, IGR, TPA, TVA, Taxe professionnelle,
autres;
 Mise en place de la comptabilité auprès des sociétés pour une tenue en interne.

5. Les opérations de gestion de l’actif humain:

 Etablissement des bulletins de paie;


 Tenue des documents annexes;
 Etablissement des déclarations sociales : déclarations d’embauche, cotisations, taxe
d’apprentissage, formation professionnelle, l’aide frontale …
 Procédures diverses : contrats avenants, arrêts, licenciements,…
 Conseils concernant la gestion du personnel.

11
CHAPITRE 2 :

LE DEROULEMENT DU STAGE

12
Section 1 : Les travaux juridiques

I. La constitution des sociétés


1. Généralités :
D’un point de vue légal on distingue deux blocs de sociétés à savoir des sociétés de personnes
Et les sociétés de capitaux pour le premier type il se base sur la personne

« L’intuitu personae » c’est à dire la personne est très important par contre pour le second
type l’élément le plus crucial c’est le capital et dans ce cadre on distingue plusieurs types des
sociétés, on cite :

 Sociétés de personnes :
 Société au nom collectif;
 Société en commandité simple;
 Société en participation.
 Société à caractère mixte
 Société à responsabilité limité.
 Les sociétés de capitaux:
 Société anonyme;
 Société en commandite par actions;
 Société anonyme simplifiée;

6. Les Formalités de constitution :


Ainsi il s’avère judicieux de présenter succinctement les formalités juridiques pour la création
d’une entreprise au Maroc voici les étapes :

2.1 L’Obtention du certificat négatif;


Le Certificat négatif : c'est le point de départ de la création. Il est délivré auprès du CRI.

Ce premier point on le fait afin de choisir un nom à la société et pour qu'elle soit enregistrée
au registre central de commerce à CASABLANCA. (OMPIC), (on propose 5 noms)

Pour l’obtention d’un certificat négatif, il faut :

 Déposer une demande de certificat négatif (formulaire : CN1 relatif aux


dénominations, CN2 relatif aux enseignes)
 Payer les droits exigibles (230dh)

2.2 L’Etablissement des statuts de la société;

13
Il s’agit d’une suite d’articles qui déterminent le fonctionnement d’une société ces statuts
doivent contenir les éléments suivants :

 La dénomination sociale;
 La forme juridique de la société;
 Le siège social qui est le domicile légal de la société;
 L'objet de la société;
 Le montant du capital;
 Dispositions relatives aux droits d'enregistrement et timbres;

Les statuts doivent être l'égalisés, timbrés avant de les déposés auprès de service de
l'enregistrement.

2.3 Le Dépôt des statuts;


Toutes les sociétés doivent déposer au secrétariat de greffier du tribunal de 1 ère instance les
statuts Accordés par les pièces nécessaires :

 Statut : exonéré dès 2018 si le capital est en numéraire.


 5 copies
 PV : 200dh +timbre de 20dh /chaque copie
 Contrat de location : 200dhs +timbre de 20dh/chaque copie

7. L’Etablissement des bulletins de souscription;


Cette procédure concerne particulièrement les S .A.

8. Le Dépôt en banque des fonds de souscription et délivrance de l’attestation


de blocage ;
Dans ce cas la banque ou le notaire délivre un certificat de blocage pour les apports en nature,
si leur valeur dépasse 100 000 DH ou bien 50 % du capital social, on est obligé d’établir un
apport d’évaluation établi par un commissaire aux apports (expert-comptable agrée ou
commissaire aux apports).

 Pièces nécessaires pour le blocage des fonds: o Photocopie du statut.


 Photocopie du certificat négatif.
 Photocopie du PV.

9. La Déclaration de souscription et de versement;


Elle concerne les S.A.

14
10. La Publication au journal d’annonces légales et au BO ;
Toutes les sociétés doivent un extrait des statuts dans un Journal d’annonce légales et au BO.

Pièces nécessaires :

 Frais de la publicité.
 les informations de la société
 le numéro de dépôt du dossier au registre du commerce

11. L’Enregistrement des actes;


Toutes les sociétés doivent s’enregistrer au sein du service d’enregistrement et de timbre,
concernant le coût c’est 0,5% du capital avec un minimum de 1000dh.

12. L’Inscription à la patente (taxe professionnelle);


Toutes les sociétés doivent s’inscrire à la direction régionale des impôts.

Pièces nécessaires
Photocopie du PV.
Photocopie de la C.I.N du gérant.
Contrat du bail s’il y a une location.
Contrat d’acquisition et l’avis d’imposition de la taxe
d’édilité.
Demande d’inscription à la patente.

13. L’Immatriculation au registre de commerce; (annexe 1)


Toutes les sociétés commerciales doivent s’immatriculer au registre de commerce

Les frais: Pour personnes morales : 350 DH (Dépôt des statuts : 200 DH, immatriculation au
RC : 150 DH) Pour personnes physiques : 150 DH

Pièces Nécessaires pour Inscription au registre du commerce +Pour remplir le certificat de


dépôt (personnes morales)

 2 Exemplaires des statuts.


 Déclaration de conformité légalisée +copie.
 Modèle (2) en 3exemplaires.
 Attestation de blocage +copie.
 Certificat négatif +copie.
 Modèle (1220) +copie.
 Photocopie de la C.I.N légalisée du gérant.

15
 Photocopie du contrat de bail ou d’acquisition.
 Le certificat de dépôt + 350 DH.

14. La Déclaration d’existence d’impôt;


Toutes les sociétés sont obligées de faire cette déclaration auprès de la direction régionale des
impôts dans un délai de 30 jours après le début d’activité (pénalité de retard 500 DH si on
dépasse ce délai).

Pièces nécessaires:

 TVA : Modèle 625 à remplir + Photocopie de la patente.


 IGR : l’exemplaire à remplir.
 IS : l’exemplaire à remplir + Cachet de la société

15. L’Affiliation à la caisse nationale de sécurité sociale; Toutes les sociétés


doivent s’affilier auprès de la CNSS.
Pièces nécessaires pour STE:

 4 exemplaires de demande d’affiliation.


 photocopie du statut légalisé.
 photocopie de la C.I.N du gérant.
 photocopie(RC).
 photocopie du modèle 1220 (patente) légalisé.
 Pour le gérant et pour chaque salarié
 photocopie de la C.I.N
 1 demande d’immatriculation.
 2 photos.

IV. La Modification du capital


1. L’Augmentation du capital
L’opération la plus récurrente est celle de l’augmentation du capital.

L’augmentation du capital est une technique qui permet aux entreprises d’acquérir du capital
avec une rémunération immédiate. Augmenter le capital est une décision qui incombe à
l’assemblée générale extraordinaire.

L’augmentation du capital peut prendre plusieurs formes :

16
 Augmentation de capital par apports nouveaux:

Lorsque la société projette d’accroître son activité, elle augmente ses moyens financiers par
des apports en espèces, ou ses moyens d’exploitation par des apports en nature.

 Augmentation de capital par incorporation des réserves:

La société peut décider d’incorporer au capital des réserves qu’elle juge abondantes.

 Augmentation de capital par la compensation de dettes:

La trésorerie d’une société étant gênée, elle propose à ses créanciers de leur remettre des parts
de capital en contrepartie de leur créance. Par conséquent, les dettes de la société sont
annulées avec la souscription du capital par les créanciers.

L’augmentation du capital social par les apports nouveaux en numéraire et / ou en nature


donne lieu au paiement des droits d’enregistrement qui sont calculés de la même façon que
ceux payés lors de la formation du capital social variant selon qu’il s’agit d’apports purs et
simples ou à titre onéreux avec un minimum de perception de 1.000,00 dhs.

Si l’opération est effectuée par incorporation de réserves, elle est passible de droit d’apport de
0,50 % avec un minimum de perception de 1.000,0 dhs.

NB : L’augmentation du capital social suit les mêmes démarches de la constitution


puisqu’elle fait l’objet de publicité et de dépôt au greffe du tribunal.

Les statuts restent toujours les mêmes suite à cette augmentation, cependant le commissaire
au compte rédige un PV d’assemblée générale extraordinaire qui annonce la modification de
l’article 6 et 7 des statuts.

16. La Diminution du capital:


Une société peut être conduite à réduire son capital pour deux raisons :

i. Pour annuler des pertes antérieures, trop lourdes pour que l'on puisse espérer pouvoir
les compenser avec des bénéfices ultérieurs:

Il peut arriver que la société réduise son capital pour amortir des pertes et procéder ensuite à
une augmentation de capital ; elle assainit sa situation afin d'inciter de nouveaux actionnaires
à entrer dans la société.

ii. Pour rembourser une partie des apports lorsque le capital est trop important:

Si la société dispose de fonds non employés, les bénéfices sont produits par les seuls fonds
employés mais sont répartis entre tous les associés. Ainsi, dans une société anonyme, les

17
dividendes par action risquent alors d'être trop faibles et une baisse du cours de l'action peut
en résulter.

17. L’Amortissement du capital:


Il s'agit d'une opération qui ne se pratique guère que dans la société anonyme.

C'est une opération par laquelle une société rembourse le capital aux actionnaires et le
reconstitue par un prélèvement sur les bénéfices distribuables ou sur une réserve (à l'exclusion
de la réserve légale et de la réserve statutaire) de manière à maintenir la garantie de ses
créanciers.

Par conséquent, les actions remboursées sont échangées contre d'autres titres appelés "actions
de jouissance" à laquelle reste attachés le droit de vote dans les assemblées, le droit au
superdividende dans les répartitions de bénéfices et le droit aux réserves et aux plus-values de
liquidation en cas de dissolution de la société.

3.1 Procédure d’augmentation ou diminution du capital:


La modification du capital nécessite généralement une réunion et un accord de tous les
membres de l’assemblée. Dans ce cadre, une assemblée générale extraordinaire est nécessaire
afin de modifier le capital de la société. Après il faut déposer le procès-verbal de l’assemblée
avec d’autres pièces nécessaire auprès du tribunal de commerce et attendre l’accord du
greffier du TC et finalement de bloquer les fonds ajoutés au capital auprès d’un notaire ou
d’un établissement

V. La modification dans le statut


(Transfert du siège, changement de la dénomination sociale ou du sigle …)

Cette décision entraine la constitution d’une AGE avec la présence d’un commissaire au
compte qui va rédiger un PV de la séance. Ce dit PV portera une modification sur l’article 4
du statut.

Suite à cette modification, la société doit procéder aux démarches de publicité légale, elle doit
déposer un avis de transfert à la direction des impôts et aussi remettre le contrat de bail au
tribunal de commerce.

VI. AGO / AGE :


L’assemblée générale ordinaire (AGO) se réunie une fois par an après le dépôt de bilan pour
l’approbation des comptes.

18
C’est généralement lors de cette assemblée que s’effectue la répartition des dividendes après
dotation des réserves.

Pour ce qui est de l’assemblée générale extraordinaire (AGE), elle se réunie lorsqu’il y a des
décisions stratégiques à prendre. C’est l’exemple de la modification du capital ou du transfert
du siège social.

Section 2 : Les Travaux comptables, fiscaux et sociaux

I. Les Opérations d’ordre comptable


1. Le Classement des pièces comptables
Le classement est une organisation en vue de conserver les pièces comptables, les documents
administratifs tels que : dossiers, fiches, registres…. Suivant un plan et un ordre bien
déterminé afin de pouvoir trouver à n’importe quel moment les pièces recherchées

Un bon classement facilite le traitement d’un dossier, en minimise le coût de traitement, et


permet de libérer un temps précieux pour un examen plus approfondi.

Il existe plusieurs types de classement tels que numérique, idéologique, alphanumérique,


chronologique.

C’est le classement selon l’ordre chronologique que j’ai été amené à faire durant ma période
de stage, c’est une forme particulière du classement numérique, les documents sont numérotés
d’après leur date d’émission ou de réception, alors que le document le plus récent doit être
placé sur le dessus. Il est tenu compte d’abord de l’année du document, puis de son mois, puis
le jour.

Le dossier est classé par mois et par ordre chronologique, selon le procédé suivant :

 DOSSIERACHAT.
 DOSSIERVENTE.
 DOSSIERBANQUE.
 DOSSIERCAISSE.
 DOSSIER OPERATIONSDIVERS
 DOSSIER ACHAT :

Dans ce dossier, on classe toutes les factures d’achats, quittances de loyer et d’électricité, les
factures de téléphones, ainsi que les redevances de crédit-bail réglé soit au comptant (chèque
ou espèces) ou à crédit (traite à 60 jours …...)

 DOSSIER VENTE:

19
Il comprend toutes les factures de vente, quel que soit leur mode de règlement, et qui sont
classées par numéro de série.

 DOSSIER DE BANQUE:

Il comprend le relevé bancaire plus les pièces justificatives des montants figurants dans ce
relevé (avis de débit, avis de crédit, avis de versement en espèces).

 DOSSIER CAISSE:

Il est constitué des factures réglées en espèces et les bons de caisse.

 DOSSIER DES OPERATIONS DIVERS :

On y classe toutes les déclarations fiscales de la société (TVA, IGR, IS, …) ainsi que les
bordereaux de la CNSS.

18. L’Enregistrement des écritures comptables


Après le classement des pièces comptables, c’est l’écriture dans le journal.

Il convient de signaler qu’un journal est un livre comptable sur lequel les écritures sont
enregistrées jour par jour. Les enregistrements comptables portés sur un journal sont appelés
écritures. Chaque écriture comprend au moins un compte débité et un compte crédité d'égal
montant (comptabilité en partie double).

Chaque activité de gestion de l'entreprise doit être passée (écrite) dans un journal. Suivant le
type d'activité, le type de journal utilisé sera différent : vente, achat, opérations diverses, ...

Le logiciel GPS :

Comme la majorité des logiciels comptables, GBS est multi-journaux. Le nombre de


journaux créés est illimité. Ceci permet par exemple de créer plusieurs comptes en banque ou
même 2 journaux d'achats (marchandises et services par exemple).

Les principaux journaux comptables sont les suivants :

 Le journal des achats : sert à enregistrer toutes les factures fournisseurs.


 Le journal des ventes : on y enregistre toutes les factures clients.
 Le journal de trésorerie : on y enregistre toutes les opérations d'encaissement et de
décaissements de fonds. Il est d'ailleurs intéressant de le subdiviser en journal des
encaissements et journal des décaissements. On doit créer autant de journaux de
trésorerie que l'on a de banques plus un pour la caisse.

20
 Le journal des opérations diverses (OD) : enregistre toutes les écritures non
répertoriées ci-dessus, telles que les salaires, déclarations de TVA, les écritures de
régularisation, les écritures d'inventaire. Il est souhaitable de créer un journal d'od
différent pour les écritures des nouveaux exercices.
 Journal des ventes

Les ventes seront passées dans le journal des ventes, reprenant le client (3421XXX), le
numéro de facture dans votre facturier, la date. Les marchandises sont référencées suivant le
compte comptable (regroupement suivant le type de produit) et non suivant le produit en lui-
même. Selon l'activité de l'entreprise, nous pouvons créer plusieurs journaux de vente
(plusieurs points de vente), mais plus sûrement plusieurs comptes de vente.

Exemple d’un journal de vente :

17 mars 2011

3421 TTC client

7111 HT Vente de m/ses


Etat, TVA facturée
Vente à « XXX » facture N°

4455 TVA

 Journal des achats.

Les achats sont passés dans un journal des achats. Généralement, on dissocie les achats de
marchandises et les achats de service si votre comptabilité est directement liée à une gestion
commerciale.

Chaque écriture d'achat reprend le compte du fournisseur (4411XX), la date de la facture, son
numéro dans votre facturier et … les comptes d'achats 6XXXX pour les différents produits
Exemple d’un journal d’achat

6111 HT

21
17 mars 2003
achat de m/ses
Etat, TVA récup / charges
fournisseur
34552 TVA
Facture N°

4411 TTC

 Le journal de la banque

Ce journal englobe à la fois les opérations de banque débit et les opérations de banque crédit.

Après le classement des relevés bancaires, on enregistre les opérations effectuées entre la
banque et l’entreprise, et d’après les talons de chèques, on peut faire la distinction entre les
opérations et savoir la contrepartie de la banque.

Le journal consiste à recevoir les valeurs des mouvements, du débit de la banque dans le
journal banque crédit et les valeurs des mouvements du crédit dans le journal banque débit.

Exemple de comptabilisation :

Exercice 2017 mois 02/2017

Jour N°compte Intitulé libellés débit crédit

XX/XX/XX 61470000 Sce bancaire Chq n° Montant


HT

XX/XX/XX34755000 Etat tva récup Chq n° TVA 10%


XX/XX/XX55411000 SGMB Chq n° Montant TTC

 Journal de caisse

Le journal caisse est composé de recettes qui sont représentées par les factures clients réglées
espèces et les alimentations qui proviennent soit de la banque, soit d’un apport espèces d’un

22
associé, et de dépenses qui sont constituées de factures fournisseurs réglées espèces, des bons
de caisses et des retraits pour alimentation de la banque.

 La saisie de la caisse est centralisée.


 En ce qui concerne les bons de caisse, leurs libellés doivent comprendre le nom de Frs
et la désignation
 Enfin de la saisie, un contrôle de la caisse est obligatoire.

Exemple d’un journal de caisse

DATE N° DE N° DE N° DE LIBELLE DEBIT CREDIT


PIECE CODE COMPTE

J XXXXXXX XXXXXXX 6125 F N°, NOM MONTANT


J XXXXXXX XXXXXXX DEFRS HT
J XXXXXXX XXXXXXX 3455 F N°, NOM DE TVA
FRS
5141 F N°, NOM MONTANT
DEFRS TTC

 Opérations diverses.

Les journaux d'opérations diverses reprennent des écritures impossibles à insérer dans les 3
types de journaux ci-dessus. C'est par exemple le payement d'un fournisseur par chèque, les
écritures d'amortissements (nous verrons ces mécanismes dans la partie fin d'exercice). Les
salaires, déclarations de tva qu’elle soit mensuelle ou trimestrielle.

Exemple de d’écriture de comptabilisation POUR LE SALAIRE

6171 XXX REMUNERATION DU PERSONNEL


CHARGES SOCIALES
6174 XXX COTISATIONS AUX MUTUELLES
CNSS
6173 XXX AMO
ETAT IR
4441 XXX REMUNERATION DU PERSONNEL
4445 XXX

44521 XXX 4432 XXX

23
Une 2ème écriture pour solder le compte 4432 REMUNERATION DUE AU PERSONNEL se
fasse dans le journal caisse

Exemple de d’écriture de comptabilisation POUR LE SALAIRE

4432 mt du Rémunération due au personnel


caisse
solde règlement salaire

6151

Mt du solde

Pour l’enregistrement de tva dans le journal opérations diverses, elle s’effectue selon 2 cas

 1er cas lorsqu’on a un crédit deTVA

4455 Etat TVA facturée XXX

3456 Etat crédit du TVA XXX


4456 Etat TVA R/C XXX

 2ème cas lorsqu’on a TVA due

4455 Etat TVA facturée XXX


3455 Etat TVA R/C XXX

4456 Etat TVA due XXX

24
19. Passation des écritures comptables sur GBS
GBS est un logiciel simple et pratique qui permet de faire le point sur les comptes, saisir
simplement les écritures, enregistrer rapidement les règlements, éditer les déclarations
fiscales…

Sur ce logiciel seule la première opération d'enregistrement est saisie, toutes les autres
opérations Report au grand livre, établissement de la balance, bilan et compte de produits et
charges « CPC » se font automatiquement sans aucune intervention humaine.

 Lancement du logiciel
 Déclarer et paramétrer le dossier d'une société
 Définir les modalités de saisie

 Paramétrer les options diverses Créer des racines de comptes et


d’éditions
 Indiquer les valeurs par défaut
 Préparer les futurs états de TVA
 Gérer les imprimantes
 Créer, gérer, utiliser des fichiers
 Journaux
 Plan comptable
 Saisir des écritures comptables
 Définir les modalités de saisie
 Saisir des lignes d’écritures
 Enregistrer directement un paiement fournisseur
 Enregistrer directement un encaissement client
 Saisir automatiquement des factures fournisseur et client
 Effectuer les éditions comptables

 Grands livres généraux et auxiliaires


 Balances, journaux, brouillard
 Echéancier, balance âgée

20. Tva et déclaration de tva


Donc pour saisir les factures on accède au menu général (annexe2). Ce menu est constitué de
plusieurs modules, et chaque module est constitué d'une ou plusieurs rubriques accessibles par

25
simple clic de la souris La présente documentation respecte l'ordre défini par le menu général
qui a été conçu suivant la logique d'utilisation quotidienne du logiciel de comptabilité.

Et on suit les étapes suivantes :

• Cliquer sur ce bouton « saisie »pour passer en mode saisie des écritures

• Cliquez sur la flèche de la « liste déroulante » pour choisir un journal.

• Cliquez sur le mois et l’année à traiter

• Saisir la date de l'écriture

• Saisir le N° du compte à imputer

Ce n° est supposé avoir déjà été créé dans le plan comptable (voir module [PLAN
COMPTABLE]) ; néanmoins vous avez la possibilité de créer un compte en cours de saisie.
En effet, si vous saisissez un N° de compte qui n'existe pas dans le plan comptable, il vous
sera donné la possibilité de le créer

• Saisir la contre partie

• Saisir le libellé de l'écriture

• Vous pouvez facultativement saisir une référence interne pour votre pièce comptable.

• Pour les comptes clients et fournisseurs vous pouvez saisir le N° de facture dans la colonne
lettrage (aussi bien dans les journaux achats et ventes que dans les journaux banques ou
caisse). Ce n° de facture permettra le lettrage automatique des comptes clients et fournisseurs
au moment de l’édition du grand livre.

• Le N° d’ordre de la pièce comptable est incrémenté automatiquement pour


chaque journal.

• Saisir le montant de l'opération.

• Cliquez sur le bouton [Valider] (en haut à droite)

Modèle d’écriture en annexe3.

VII.Les Opérations d’ordre fiscal


1. La taxe sur la valeur ajoutée
1.1 Généralités:
La TVA est un impôt indirect qui s’applique à la consommation et qui est déterminée en
pourcentage du prix de vente du bien ou service concerné.

26
Il existe 2 types de déclarations de TVA

TVA mensuelle : CA>1000000.00DH


TVA trimestrielle : CA<1000000.00DH

N.B : Ces redevables doivent déposer avant l’expiration de chaque mois, auprès du bureau du
percepteur, une déclaration du chiffre d’affaire réalisé au cours du mois précédent, et versé en
même temps la taxe correspondante.

 Le Régime d’encaissement :

Dans ce régime l’exigibilité se rapporte à l’encaissement total ou partiel des prix de


marchandise ou de prestation de service, si le règlement est effectué par chèque ou par effet
de commerce, le relevé bancaire constitue la base pour déterminer l’exigibilité ou non de
l’impôt.

 Le Régime débit :

Dès l’établissement de la facture ; la TVA devient exigible s’il s’agit d’une facture de vente,
et elle est déductible s’il s’agit d’une facture d’achat.

 Le régime d’encaissement est le plus adopté

1.2 Les Etapes de déclaration :


Après la collection de l'ensemble des factures d'achats et de vente on passe à l'établissement
du tableau de TVA. Sur une page Excel composée de trois parties on enregistre l'ensemble des
éléments de la TVA:

1ère partie : identification de la société

Exemplaire d’identification d’une Ste

RAISON SOCIALE XXXXXXXXX

ADRESSE XXXXXXXXX

IF XXXXXXXXX

2ème partie : tableau de décaissement et encaissement

27
Tableau exemplaire de calcul de la TVA

N° Fournisseur IF IPC Désignation TVA


Date de facture Montant Montant Mode de Code
facture HT TTC règlement tva

xx/xx/ xxxxxx xxxxxxxxx xx x xxxxxxxx xxxx X% xxxxxxx


HT* (1+t
va)

Total

3 partie : CALCUL DU TVA DUE


ème

Exemplaire de calcul

+TVA Coll. XXXX

- Crédit TVA XXXX

- TVA Déd XXXX

= TVA Due / Crédit TVA XXXX

Il y a deux sortes de TVA :

 TVA facturée
 TVA récupérable sur les achats en respectant le décalage d'un mois

On trouve deux cas:

 Si la TVA facturée est supérieure à la TVA récupérable donc on a TVA


due et on verse la différence à la perception

 Si la TVA facturée est inférieure à la TVA récupérable on a un crédit de


TVA qu'on va le déduire sur la déclaration suivante.

28
Après remplissage du tableau sur Excel en prend les informations portées sur la 3 ème partie sur
un imprimé prévu pour cette déclaration (voir annexe), sur la première page en déclare le
chiffre d'affaire encaissé hors taxe et la taxe correspondante.

Sur la deuxième page on reprend la TVA récupérable et s'il y a crédit de TVA on marque le
crédit en rouge.

La déclaration du CA au titre d’un mois doit être déposée au percepteur avant le 20 du mois
suivant.

La déclaration du CA au titre d’un trimestre doit être déposée au percepteur avant le 20 du


mois suivant le trimestre.

La saisie de tva sur le logiciel GBS :

Accéder à la liasse fiscale. (Annexe 5)

Il faut saisir par le régime de TVA de votre entreprise (Encaissement ou débit) dans La
rubrique [Fait générateur]. Utiliser la flèche pour changer le mode déclaration de TVA.
(annexe6)

Une fois activé, le module TVA permettra d’éditer en fin de mois ou de trimestre les
déclarations de TVA ainsi que l’état de déduction qui l’accompagne.

Ces deux états sont alimentés directement par la saisie des écritures (Banque ou caisse dans le
cas du régime à l’encaissement). A chaque saisie il faut s compléter le tableau ci-dessous où il
faut principalement saisir le N° de la ligne qui figure sur votre imprimé de déclaration afin
que le logiciel puisse reconnaître le taux de TVA à appliquer à l’opération saisie.(annexe7)

Les sanctions :

 Toute taxe déclarée en dehors du délai prévu, et sans que ce retard


excède un mois, est

Assortie d’une pénalité de 10% du montant des droits dus.

 Lorsque le dépôt des déclarations intervient spontanément au-delà du


premier mois de retard et avant l’expiration du troisième mois, il est appliqué
en plus du montant de la taxe due, une pénalité de25%.
 Tout retard excédant trois mois est passible d’une pénalité égale au
minimum à 25%, et peut atteindre100%.

29
 Si la taxe et déclarée en dehors de délai prévu mais ne comporte pas de
la taxe à payer ni de crédit de la taxe, le redevable est passible d’une amende
de 500dhs.
 Lorsque ladite déclaration est déposée en dehors de délai prévu mais
comporte un crédit de taxe, le dit crédit est réduit de15%.

NB : VOIR ANNEXES 4 (Déclaration de la TVA)

TELEPAIMENT DE LA TVA : (3 annexes (8))

Télépaiement c’est le paiement d’un achat par le biais d’un moyen de communication
(minitel, internet,…etc.) Télé déclaration c’est une procédure permettant de déclarer ses
impôts sans passer par un formulaire papier.

Téléservices SIMPL : A partir de Janvier 2017, les télépaiements et télé déclarations des
impôts deviennent obligatoires pour l’ensemble des contribuables personnes Morales et
Personnes Professionnels quel que leur chiffre d’affaires.

SIMPL Adhésion : L’application « SIMPL Adhésion » vous permet justement l’adhésion à


ces télés services. Cette application vous offre le moyen de gérer l’ensemble de données liées
à votre adhésion (utilisateurs, comptes bancaire,…)

Procédure d’adhésion

Etape1 : Télécharger votre dossier d’adhésion disponible sur le portail et le déposer auprès de
la Direction Régionale du lieu de votre adresse ou siège social. Le bureau d’accueil vous
communique votre code d’accès à cette occasion.

Etape2 : avec ce code, vous accédez à Simple-Adhésion, pour renseigner les informations
nécessaires pour votre adhésion : création des utilisateurs, du mandataire, du RIB …etc.

21. Calcul de l'IR (impôt sur le revenu):

Un salaire est une rémunération d'un travail suite à un contrat qui lie un employé à un
employeur.

Pour chaque salarié, l'entreprise est tenu d'établir un bulletin de paie (voir annexe) contenants
l'ensemble des éléments constitutif du salaire, s‘y inclut l'impôt sur le revenu qui sera versé
par la suite au percepteur des impôts.

Pour calculer l'IR plusieurs étapes sont requises :

30
 Le salaire brut : est composé des éléments suivants :

 Le salaire de base : Nombre d'heures*taux horaire


 Les allocations familiales : 200dh par enfant pour les 3
premières et 36dh pour les 3autres.
 Les frais de déplacement.
 Les primes de fonction : prime d'ancienneté, prime de
rendement…
 Avantage en argent ou en nature : prime de logement,
prime de fête...

 Le salaire brute imposable : est obtenu en éliminant du salaire brute certains élément
exonérés tel que:

 Les allocations familières.


 Les frais de déplacement justifiés.

 Le salaire net imposable : s’obtient en déduisant du salaire brut imposable, certaines


déductions:

 Les frais professionnels (20% du salaire brut)


 La CNSS
 CIMR
 Assurances groupe
 Remboursement des emprunts
 L'impôt brut : salaire net imposable*taux – somme à déduire
 L'impôt net : impôt brut – Déduction sursalaire
 Le salaire net : est obtenu par la différence entre le salaire brut et la somme des
retenus effectuées par l'entreprise.

Alors pour calculer IR on utilise le barème suivant : A partir du 01/01/2010

31
Barème pour le calcul de l’IR mensuel

Valeur 1 Valeur 2 Taux Somme à déduire

0.00 2500 0% 0.00

2 500.00 4 166.66 10 % 250.00

4 166.67 4 999.99 20 % 666.67

5 000.00 6 666.66 30 % 1 166.67

6 666.67 14 999.99 34 % 1 433.33

Au-delà de 15 000.00 38 % 2 033.33

Barème pour le calcul de l’IR annuel

Valeur 1 Valeur 2 Taux Somme à déduire

0.00 30 000.00 0% 0.00

30 000.01 50 000.00 10% 3 000.00

50 000.01 60 000.00 20 % 8 000.00

60 000.01 80 000.00 30 % 14 000.00

80 000.01 180 000.00 34 % 17 200.00

Au-delà de 180 38 % 24 00.00


000.00

32
Les déductions sont :
 Les charges de personnel d’un Mt de 360DH par personne par an sans dépasser
1080DH soit 6 personnes à charges.
 Les crédits d’impôt avancés durant l’année.

22. IS (impôt sur les sociétés):


22.1 Généralités :
L'impôt sur les sociétés est institué par la loi 24-86-B-O N°3873 du 21 janvier 1987. Comme
son nom l'indique, cet impôt s'applique aux entreprises qu'ont opté pour la formule juridique
de société.

22.2 Champs d'application:


Il s'agit ici de discuter les personnes imposables et la territorialité de l'impôt.

 Les personnes imposables : En principe et sauf exception les personnes morales


visées à l'article 2 de la loi 31 décembre 1986 sont passibles de l'IS.
 Sociétés et collectivités imposables: L’impôt sur les sociétés s'applique aux sociétés,
aux établissements publics et autres personne morales (article 2 de la 24-86).
 Les sociétés: Les sociétés quelle que soient leur forme et leur objet sont assujetties à
l'impôt sur les sociétés, à l'exclusion de certaines sociétés prévues par la loi.
 Les sociétés soumises de plein droit :
 Les sociétés de capitaux (sociétés anonymes et sociétés par action).
 Les sociétés à responsabilité limitée.
 Les sociétés civiles.
 Les sociétés de personne (les sociétés en nom collectif (SNC) et les sociétés en
commandite simple (SCS) lorsque les associer ne sont pas des personnes physiques
(lorsqu'un ou plusieurs associés sont des personnes morales).
 Les sociétés soumises sur option : Les SNC et les SCS ne comprenant que des
personnes physiques.
 Les associations en participation : Ces sociétés ne sont pas soumises à l'impôt sur les
sociétés sauf si elles optent expressément pour cet impôt soit au moment de leur
constitution soit après.

Dans le 1er cas elles doivent le mentionner sur leur déclaration d'existence. Dans le 2ème elles
doivent faire une demande à l'administration locale des impôts directs et taxes assimilées

33
(IDTA) du lieu de leur siège social ou de leur principal établissement dans les trois premiers
mois de l'exercice à partir duquel elles décident d'opter.

22.3 Le calcul de l'IS :


Une fois le résultat comptable de l'exercice (résultat avant impôt) est terminé, la société devra
calculer par voie extra comptable le résultat net fiscal et l'impôt sur les résultats (IS).

Le résultat net fiscal est le « résultat déterminé conformément à la réglementation fiscale à


partir du résultat net comptable ». La base imposable ainsi obtenue sert de support au calcul
de l'impôt sur les résultats.

Résultat brut fiscal* = résultat net comptable + réintégrations fiscales - déduction fiscales.

= (bénéfice ou déficit brut fiscal)

22.4 La Cotisation Minimale:


La base de la CM : le montant de l’impôt ne peut être inférieur à une cotisation minimale
quel que soit le résultat fiscal de l’exercice. Cette CM est calculée sur la base de produits
d’exploitation hors taxe par produit d’exploitation, et il faut atteindre la somme du :

 Chiffre d’affaire
 les produits accessoires et financiers  les subventions, primes et dons
reçus de l’état, des collectivités locales ou de tiers

22.5 Taux de la CM:


Il est fixé à 0.5%, ce taux est ramené actuellement à 0.25% pour les sociétés dont les prix
sont réglementés et dont les marges sont faibles. Il s’agit des sociétés effectuant des
opérations commerciales portant sur les produits pétroliers, la farine, le beurre, le Sucre,
l’huile, l’eau et l’électricité.

La CM ne peut toutefois être inférieur à 1500 dhs.

VIII. Les Opérations d’ordre social


1. La Déclaration CNSS:

La caisse nationale de la sécurité sociale est un organisme public crée par le dahir du
31/12/1959, son rôle est la sécurité dont le but est la subsistance de façon provisoire (accident,
maladie, ...).

34
Si le nom d'un salarié ne figure pas sur le document de la CNSS, il doit être inscrit sur un
bordereau spécial de référence : F 12-1-01 on, doit mentionner le N° d'immatriculation (s'il set
déjà déclaré).

Les cotisations à la CNSS sont supportées à la fois par les employeurs et les employés, ces
cotisations sont versés au compte de la CNSS, tenue par banque populaire et la BMCE dans le
mois qui suit celui de paiement.

1.1 Les Cotisations patronales :


Elles se divisent en :

 Cotisations au profit des allocations familiales au taux de 6.4% du salaire brut sans
plafond.
 Cotisations au profit des prestations sociales au taux de 8.6% du salaire brut plafonné.
 Assurance de Maladie Obligatoire : (AMO) cotisation patronale3.5%

A ces cotisations s’ajoute une taxe au profit de l’office de la formation professionnelle et de


la promotion du travail au taux de 1,6% qui est versée mensuellement par l’employeur.

1.2 La Cotisation salariale :


Composée de deux parties :

 Les prestations sociales qui représentent 4.29% du salaire brut plafonnée à 6000 DH
par mois.
 Assurance de Maladie Obligatoire (AMO) : qui représente 2% du salaire brut.

La CNSS envoie ainsi le bordereau de versement.

1.3 Les taux de cotisation:


Les taux de cotisation à la CNSS sont des :

Allocation familial : cette cotisation est à la charge de l'employeur, elle est assise sur
l'ensemble de la rémunération brute mensuelle gagné par chaque salarié.

Le taux de cotisation = 6.40 %

1.4 Les Prestations sociales:


Cette cotisation regroupe les indemnités journalières de maladie ou de maternité, les pensions

D’invalidité, ...

35
Le taux de cotisation = 12.89 % (base de calcul et plafonnée à 6 000/mois) repartie comme
suit : 8.60 % : à la charge de l'employeur. (Parts patronales)

4.29 : à la charge de l'employé. (Parts salariales)


1.5 La taxe de formation professionnelle:

C'est un bordereau de déclaration de salaire des salariés ne figurant pas sur le bordereau
établie par la CNSS.

Taux = 1.60 %

1.6 Le Mode de calcul:


Pour calculer le montant de la CNSS, on doit suivre la procédure suivante :

Les charges salariales : = salaire brut (plafonné à 6000 DH) x 6.29%.

Les charges patronales :

 Allocation familiale = salaire brut (non plafonné) x6.4%


 Prestations sociales = salaire brut (plafonné à 6000 DH) x8.6%
 Taxe professionnel = salaire brut (non plafonné) x1.6%
 L’AMO = salaire brut (non plafonné) x 3.5%
 Le total à verser à la CNSS = cotisations salariales+ cotisations
patronales

La CNSS et l’AMO sont à payer avant le 10 du mois suivant auprès de la banque ou par télé
déclaration qui reste valable jusqu’à la fin du mois suivant.

NB : Voir Annexe De Déclaration Des Salaries Auprès De La CNSS (9)

Section 3 : les valeurs ajoutées au sein du cabinet

Etant étudiante en 3ème année à l’école nationale de commerce et de gestion, il parait évident
qu’on a acquiert pas mal de compétences au niveau de la gestion des entreprises, alors ce
stage était la meilleure occasion pour appliquer tout ce qu’on a vu dans notre formation
continue.

Parmi les valeurs que j’aie pu ajouter à ce cabinet :

36
 Aider à avancer des projets non réalisés en raison d’un manque de ressources ou de
matériels.
 Donner une idée sur les potentialités des étudiants, ainsi que leurs attentes en termes
de salaire par exemple. Cela pour leur permettre de mieux connaitre les futurs
employés avant de l’embaucher.
 S’occuper du remplissement des demandes de cautionnement provisoire et définitif,
les demandes d’adhésion à la télédéclaration…
 Appliquer la méthode des 5S : meilleure organisation des bureaux, clarté et propreté
pour assurer des conditions de travail efficaces et sécurisées.
 Proposer des méthodes de gestion des relations avec les clients pour mieux les
fidéliser.

37
Conclusion
Sur le plan professionnel, ce stage au sein du cabinet fiduciaire Gamrani a été une expérience
enrichissante puisque nous étions capables de scruter de près quelques aspects techniques des
métiers du fiduciaire. La comptabilité est un domaine qui nécessite beaucoup d’organisation
chose avec laquelle nous avons pu nous adapter facilement.

Nous avons eu la chance d’être parmi les spécialistes du métier car nous avons acquis
beaucoup de compétences dans un laps de temps si réduit. Nous avons fait le suivi et la tenue
d’un dossier comptable du moment où l’entreprise ramène les factures à la fiduciaire jusqu’à
la réalisation de l’arrêté comptable.

Nous avons eu la chance de rencontrer des clients, de se réunir avec les représentants des
entreprises pour savoir leurs attentes par rapport à nos réalisations ainsi que les délais de
réalisation des tâches. Nous avons pu classer les factures d’un dossier client selon plusieurs
volets en prenant en considération la nature des transactions (achats, ventes...), l’identité du
fournisseur, ses coordonnés juridiques (patente/identifiant fiscal…), la date, les montants (HT
et TTC) et le mode de paiement pour ensuite pouvoir saisir ces dernières au niveau des
journaux appropriés dans le logiciel de comptabilité GBS.

Nous avons travaillé sur la paie au niveau du logiciel GBS de paie où nous avons suivi une
démarche assez claire pour imprimer les documents relatifs à la CNSS et à la déclaration de
l’IR Aussi ,nous avons vu la technique suivie pour faire la déclaration de la TVA pour
pouvoir ensuite passer à la comptabilisation de ces deux éléments au niveau du logiciel GBS
de comptabilité. Enfin, nous avons réalisé des arrêtés comptables qui montrent comment ont
évolué les différents éléments du compte d’exploitation et du bilan depuis le début de l’année.

Nous nous sommes donc familiarisés avec plusieurs termes qui nous paraissaient avant si
difficiles. Nous avons enrichi notre langage professionnel et notre savoir-faire grâce à la
confiance que nos responsables de stage ont eu à notre égard.

Ceci n’empêche que nous avons rencontré plusieurs contraintes au niveau de la réalisation de
ce stage, la plus importante était notre manque d’expérience dans le milieu réel et pratique,
ainsi que notre immersion dans un monde nouveau de logiciels, de calculs et de gestion des
problèmes au sein d’une entreprise. Ceci nous a permis de donner le meilleur de nous et a
renforcé nos sentiments de responsabilité et d’appartenance.

38
39
Annexes

ANNEXES
Annexe (1) ‫المملكة المغربية‬

--------

‫المـكتب المـغربـي‬

‫للملكية الصنـاعية والتجـارية‬

--------

DEMANDE DE CERTIFICAT NEGATIF

Dénomination commerciale(*) Version


Juin/2016
CN1(
**)

NATURE DE LA DEMANDE CADRE RESERVE A L’OMPIC


Dénomination sociale d’une société commerciale N° de demande :      
Dénomination d’une succursale d’une société étrangère Date de demande :      
Lieu de demande :      

(1)
2. BENEFICIAIRE
Personne morale  Numéro
Adresse(2) :                                    
Dénomination sociale      
                    
ICE:      
Pays de résidence :       Ville :      
RC       Tribunal :      
Personne physique 

Nom & Prénom : MOHAMMED ECHAJIA Téléphone :      


CNI : CB 273970 Télécopie :      

Nationalité : MAROCAINE E-Mail :      


Genre : Féminin Masculin

(1) Pour l’inscription au registre de commerce, le


bénéficiaire doit être parmi les représentants
légaux de la société.
En cas de plusieurs bénéficiaires, utilisez l’imprimé  suite « CNS» et cochez cette case
3. MANDATAIRE (le cas échéant)
Personne morale : Adresse(2) : 72 LOTIS YASMINA HAY MASSAY SEF

A
Annexes

Dénomination sociale      


ICE :      
RC       Tribunal :      
Représenté par:       CNI :      
Personne physique :

Nom & Prénom : GAMRANI LAHSEN Téléphone : 0661117310


RC ou CNI : CB15105
Tribunal : SEFROU ICE: Télécopie :      
4. ADRESSE DE CORRESPONDANCE
Bénéficiaire Mandataire
Autre :
préciser                                                                                
5. DENOMINATIONS PROPOSEES (***) SIGLE Obligatoire
1- STE MD-ECHAJI DIVERS
2- STE ECHAJIA DE CONSTRUCTION
3- STE MAYMOUNA DIVERS
4- STE ECHAJI-SEF DE TRAVAUX DIVERS
5- STE ADIM DE CONSTRUCTION ET DIVERS
6. ACTIVITE COMMERCIALE

7. PRINCIPAL SECTEUR D’ACTIVITE


Choisir une section de A à U de la liste ci-dessous :
8. ADRESSE COMMERCIALE (Facultative)
VILLE (Oblig
SEFROU
9. FORME JURIDIQUE
SN SCS
SA C SCA

SP SC SAS
CNI Autorisation P
SARL SARL (A.U)

Autres
GIEà préciser : SCI
10. MONTANT DES DROITS EXIGIBLES (en DH TTC)
Droit de dépôt : 230
11. PIECES JOINTES 

SIGNATURE DU BENEFICIAIRE OU DE SON MANDATAIRE


BENEFICIAIRE MANDATAIRE

B
Annexes

Nom : Nom :

Signature et qualité du signataire : Signature :

Date: Date:

Important :

(*) Aux fins de l’immatriculation au registre de commerce, le certificat négatif est dématérialisé, il est identifié
par un numéro unique, et ne nécessite ni cachet, ni signature.

Le certificat négatif peut être récupéré à partir de l’application mobile « Directinfo», qui permet également le
suivi, en temps réel, de l’état d’avancement de la demande.

(**) Le formulaire CN1 est exclusivement réservé à une nouvelle création d’entreprise personne morale, qui
se verra attribuer automatiquement un ICE.

(***) «le dépôt d’un nom de commerçant ou d’une dénomination commerciale appelé à servir en même temps de
marque, doit, pour valoir protection de cette marque, être effectué suivant la législation relative aux marques »
article 35 du code de commerce.

Section Description selon NMA_2010


A AGRICULTURE, SYLVICULTURE ET PÊCHE
B INDUSTRIES EXTRACTIVES
C INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE
PRODUCTION ET DISTRIBUTION D'ÉLECTRICITÉ, DE GAZ, DE VAPEUR ET D'AIR
D
CONDITIONNÉ
PRODUCTION ET DISTRIBUTION D'EAU ; ASSAINISSEMENT, GESTION DES DÉCHETS ET
E
DÉPOLLUTION
F CONSTRUCTION
G COMMERCE ; RÉPARATION D'AUTOMOBILES ET DE MOTOCYCLES
H TRANSPORTS ET ENTREPOSAGE

C
Annexes

I HÉBERGEMENT ET RESTAURATION Numéro Numéro


J INFORMATION ET COMMUNICATION
K ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D'ASSURANCE
L ACTIVITÉS IMMOBILIÈRES
M ACTIVITÉS SPÉCIALISÉES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES
N ACTIVITÉS DE SERVICES ADMINISTRATIFS ET DE SOUTIEN
O ADMINISTRATION PUBLIQUE
P ENSEIGNEMENT
Q SANTÉ HUMAINE ET ACTION SOCIALE
R ARTS, SPECTACLES ET ACTIVITÉS RÉCRÉATIVES
S AUTRES ACTIVITÉS DE SERVICES
ACTIVITÉS DES MÉNAGES EN TANT QU'EMPLOYEURS ; ACTIVITÉS INDIFFÉRENCIÉES
T DES MÉNAGES EN TANT QUE PRODUCTEURS DE BIENS ET SERVICES POUR USAGE
PROPRE
U ACTIVITÉS EXTRA-TERRITORIALES

Menu général (Annexe 2)

D
Annexes

(Annexe 3)

E
Annexes

F
Annexes

FORMULAIRE DECLARATION DE LA TVA (annexe 4)

G
Annexes

H
Annexes

LIASSE FISCALE :( annexe 5)

I
Annexes

Annexe 6

J
Annexes

Annexe 7 :

K
Annexes

Annexe 8 :
Les Demandes d’adhésion à la télédéclaration :

L
Annexes

Annexe 9

M
Bibliographie

 Note circulaire n°727 relative aux dispositions fiscales de la loi de finances n° 73-16
pour l'année budgétaire 2017
 Livre : les impôts au Maroc
Auteur : Mohammed Nmili
 Livre : L’essentiel de la comptabilité des Stes
Auteur : K. Meghraoui, S. Sabbah
 Livre : La comptabilité de la société Anonyme

Auteur : Fechtali abderazak

 Livre : Créer seul sa société


Auteur : Mohamed Souaidi