Vous êtes sur la page 1sur 95

Sassi DEHMANI

IMNAREN
SEUILS DE NUIT
PR EFACE

La poésie questionne h’histoire et l’existence. C’est une lec-


ture dans l’amour et la révolte. J’ai ainsi cherché l’oiseau et les
roches, le ciel et l’étoile sur le nid des fruits où habite la poésie.
Peut-être le mot poème est-il plus lourd que la roche de Si-
syphe et le pète est alors celui qui la porte éternellement sur son
dos ; il marche pour chercher la lueur dans vos regards. Car les
nations naissent dans le jardin de la parole.
Nul ne sait où elle nous mène. Le chagrin de l’existence brûle
les limites jusqu’à l’infini où l’homme-poète est seul debout face
au désert et au centre de la vie des peuples.
Le défi est d’avoir aimé la poésie et d’être tombé s*dans le feu
de la création pour ouvrir une fenêtre aux opprimés, enseigner
(Poesie Bilingue Tamazidgt-Francais) au blé le rêve des nuages et à l’argile l’amoure des fleurs.
Quelle poitrine prononcera le poème de demain, de quelle
roche la lumière jaillira-t-elle ?
Premier Partie
Poemes Bilingue
Tamazighte-Français

Sassi DEHMANI
03.06.1999 Toulouse.
IḌ
k
Iḍ yeẓra tɣallit
D abrid yessen ajḍid
D netnin isnin
Ufus af tikuba
D aferriw I waḍu.

Aḍu yukez tikuba


D tɣallit tired aferriw
Sen n ijḍad
G ul m jenna

NUIT

La nuit a vu la jument
Le chemin connaît l’oiseau
Et tout deux
La main sur le glaive
Et une aile au vent.
Le vent sait le glaive
La jument habillée d’ailes.
Deux oiseaux
Q Au fon de ciel.

5 4
L UM IERE
R
Toi tu connais la lumière
La lumière de chaque matin
Détruis la porte1
Et laisse ta maison ouverte aux gens
T AF AT
Quelqu’un viendra apporter de la viande
D’autres apporteront des fèves et du pain
Ainsi ta femme fera le déjeuner
Cek tessened tafat
Et tes enfants mangeront à leur faim
Tafat n talji
Toi tu connais la lumière
Arẓ tawurt
La lumière de chaque matin
D ağ tiddart-ik tmir I midden
Détruis la porte
Ad yas iğen
Et laisse ta maison ouverte aux gens.
Ad yaɣ aysum
D ayyiḍ iḍen ad aɣen awwen d weɣrum
Amyu tameṭṭut-ik at ig amekli
D iqcicen-ik a tcen
D aferḥen
Cek tessened tafat
Tafat n talji
Arẓ tawurt
D ağ tiddart-ik tmir I midden.

19.04.1998 5
1-Serge PEY, poète occitan.

7 6
TAZIRI
6

At ṃṃut tbed taziri


Tetri s acracef.

At ṃṃut tuden s lḥrir d wedfel


ɣreseɣ a funas d aṣṭṭaf
Ddeseɣ lektatef L UNE
Ar annaɣeɣ ini amellal.
At ṃṃut tqelleq taziri
D afellas a ṃṃuteɣ. Elle mourra debout la lune
Etoilée de draps.
Ayrah ssegi ixef-iw
D tziri. Elle y mourra couverte de neige
Drapée de soie
Je sacrifierai un buffle noir
Pour défier le blanc.

Elle mourra triste la lune


Et pour elle, triste je mourrai.

Alorę je perdrai ma tête


Et la lune aussi.

S 14.13.1999

9 8
TALJIWIN n

Kul ass ad yas ublim i tiddart-iw


Ay ṭru
Ay ṭru
D ay ağ deffers amalu d azizaw.

Ku ass g idmaren-iw a taker tira


M AT INS
D cek ay tmel: d anẓar.

Talji a ṣkiɣ I rrucen-iw imi


Chaque jour un nuage revient
D as ekkereɣ aḍɣar.
Dans ma maison
Pleurset pleurs
Puis laisse derrière lui une ombre verte.

Chaque jour un signe ancré dans ma poi-


trine
Pour annoncer la pluie.

Le matin j’invente une bouche


Pour ma fenêtre
c
Août 01.08.1998

11 10
h AF RIQUE

Afrique tu es fatigue
Le sable dans les bouches
De tes rivières témoigne.
Afrique
Les mouches du monde
Mangent ta peau
Où vais-je donc
Afrique
A F R I Q YA Avec ton cadavre ?.

Cemmin termid
D ical yetcur imawen
N isifen nnem
Afriqya
Izan n umaḍal
Ttetten g weglim-im.
Afriqya
Neɣ mani afley s tasqit-im?

02.03.1999 5

13 12
I MU D A
=
I

Tasurift iğet tsuddu CL OISONS


Yalu iğen i tsuddu
Ar ekkren I
Tillut n waman,
Ililen, Suffit un pas
Tfawet d timserɣin. Suffit un mat
Pour
II Que jaillissent
Déesse d’eau
Mamak midden ad asen Océans
S weksum n arqis Rimes,
S amalu n tẓallit? Encens et feu.
Mamak allun n midden
Ifejjej ufus? II
Timura
D ijennawen saben. Comment la tribu
Viendra-t-elle de la chaire de transe ?
01.05.1999. D’ombre de la prière ?
Comment le tam-tam de la tribu
Fissurait la main ?
Villes
a Et ciels en ruine.

15 14
VOIL E
S
Ouvre la porte de ton ciel
YA L U L’étoile grandira
Et la lune sera antre tes mains.
Et la voile blanche
Tu parles à l’éclair
La neige tombe
Et ta bouche remplie de tonnerre.
Les pluies ont peur de toi
Ar tawurt af ejenna Tombent
Zzerk ayyur ay myer Tombent
Ttaziri aɣi jar ifassen-ik Et le nuage couvre ton corps.
Cek traḥed ttallunt tmir Le soir
ɣerk yalu d amellal. L’herbe viendra dans ta maison
Tutlayed i-weğag Et rentre une étoile.
Uḍan ideflawen
D imi-k yeycur s usman
D inẓaren ggeden sseg-k
Ttegzen
Ttegzen
D ublim yuden tasqit_ik
Ggiḍ
At ttas tuga I tiddart_ik
D ay atef itri.

24.11.1996
j

17 16
I XSA
n
S isuggasen i-tsuggam degem abrid
D udem-im yerqem tisit
Mani teflid?
S isuggasen i-tsuggam degem ixsa
D ul-iw yeṣka-yam rrucen
D iṣekki i-wejḍid.
Ah a tamurt
S lemmi leâbes-nnu yuri isem-im
AM OUR
Tawurt tmir
D ixsa-m yetcur taẓeqqa.

18.03.1997

Longtemps le chemin t’attend


Et ton visage ornait le miroir
Où vas-tu ?
Longtemps l’amour t’attend,
Mon cœur a construit une fenêtre pour toi
Et un nid à l’oiseau.
Ô terre
Longtemps mon encre écrit ton nom
7 Une port est ouverte
Et ton amour remplit la pièce.

19 18
AF AD
X
Aman n-tind-yemma-tney affuden
D ɣdan.
Mani at-flem idammen n-imawalen-nneɣ?
D iẓerwan mmuten
G urtiyyen n-tind-yemma-tneɣ.

09.02.1999

SOIF

L’eau de nos mères assoiffées,


Absent.
Où vas-tu sang de nos ancêtres ?
D Après la mort des racines
Dans les jardins de nos mères.

21 20
A ME D YA Z

Ay amedyaze, amedyaz
O
Ay sekker akal
POET E
D ay ɣer ajenna
D amyu
Ay ẓun akal af midden
D ay ẓun ajenna.
Poète, poète
Ay amedyaz, amedyaz Invente la terre
Ay sekker urit Puis invente le ciel
D ay sugger anẓar Ainsi partage la terre pour les laboureurs
D amyu Ainsi partage le ciel.
Ay ẓun urit af imekrazen Poète, poète
D anẓar af aytma. Invente le champs
Puis invente la pluie
Ay amedyaz, amedyaz Ainsi partage le champs
Ay sekker willi Ainsi partage la pluie.
D ay qam afunas sennej taziri
D amyu Poète, poète
Ay msed uzzal Invente la charrue
D ay ẓun timẓin af tɣuri. Puis invente le taureau
Ainsi éguise le fer
Ay amedyaz amedyaz Ainsi sème le blé.
Ay sekker aɣrum
D ay nsef af tfawet n welum
D amyu Poète, poète
Ay ẓun aɣrum af imawen Invente le pain
D ay tcur afernu s uriti. Puis invente le feu.
Ainsi partage le pain pour les bouches
27.12.1998 Ainsi partage le feu.

23 22
A ME KWA R N I J E ĞI GE N
w

Kwereɣ ijeğigen n tifawt


D fkiɣ i-wul_im ijeğigen
Tcurent tiṭṭawin-im tankult
Ajeğig yedwel ttaqqa
G tẓeqqa-m tlul tanfust.
Mani enfel
S ixsa? VOLEUR DE FLEURS
D ulawen nneɣ d igujilen.

Kwereɣ isefra n imi-nnu J’ai vole la fleur


D fkiɣ asefru De chaque matin
Mani afleɣ Tes yeux ont rempli le khôlier
S ixsa? La fleur devenue poussière
D imawen nneɣ gniyen. Dans ta maison naît la fable.
Où allons-nous
17.15.1999 Amour ?
Et nos coeurs sont orphelins.

J’ai volé les poèmes de ma bouche


Et offert le poème
Où irai-je
J De cet amour ?
Et nos bouches sont cousues !

25 24
AMNAREN N IḌ SEUIL S DE NUIT

I Ce soir
La lumière bleue sort de ta bouche
iḍu tafat tazizawt teffeɣ s imi-k Et la bouche cousue de silence !
imi-k wula y gni s tassumi.
Toi, où vas-tu ?
Cek mani at fled? Et le ciel est repli sur ta peau.
D ejenna yedfeṣ af weglim-ik.
D’où rentrera la pluie dans ta maison ?
S manis ay atef anẓar I tiddart-ik Sinom, tu as la fenêtre
Maca ɣerk rrucen Une blessure ouverte.
Am ugezzin imir.
L’amoure, viendra-t-il dans ton cœur
Mamak ad yas ixsa I wul-ik Et lui est fermé !
D netta yeqqen?.
Tu viendras de l’obscur de l’histoire
At ased s tallest n umezruy Et la lumière te brûlera la main.
D sifaw ay ɣuss fus-ik.
Tu as construit une colline
teṣkid i-tisit tawrirt Pour le miroir
Ilel yuser La mer a vieillie
D ajḍid y tkemmed-as g ugezzim. Un oiseau panse la plaie.

terreẓ tisit Le miroir se brise,


d yeffeɣ ilel s ulitu nnes Lamer quitte son lit
Yewya tislatin-is d yefla. Et les sirènes sont parties au loin.

27 26
6 k
II

II J’ai questionné le soleil


De quel feu s’illumine_t_il
Sestney teffuyt Celui de ton cœur
S maggisint n tfawet treq A-t-il dit
S tfawet m ul-ik Ma poitrine s’ouvre,
Temma-yid Mon cœur était brûlant.
Idmaren-iw miren
D ul-iw yisi i-twaɣuss. J’ai questionné le désert
sestneɣ tanezruft De quelle porte est-il revenu
s maggisint n tiwura tused Celle de ta bouche
s tawurt n imi-k A-t-il dit
temma-yid La porte s’ouvre
tawurt tmir Et la tempête s’y levait.
tazegɣart tisi tekker d-is

sestneɣ taziri J’ai questionné la lune


g maggisint n tjujifin tlul Dans quel rêve est-elle née
azer ɣadi deffer ilel Regarde derrière la mer
temma-yid A-t-elle dit
d ẓriɣ tamurt tessusem, La terre était silencieuse
midden gguren Les gens marchaient
d ixfawen ensen jar ifassen. Et leurs têtes entres les mains.

29 28
sestneɣ leâbes J’ai questionné l’encre
S maggisint tutlayt i-ttari Dans quelle langue écrit-elle
S tutlayt n ixsa Celle d’amour
Yeṃṃa-yid A-t-elle dit
Terjij tasqit-iw Mon corps tremble
D teqqim tidi tneqqel s-is. Et la sueur s’y coulait.
J’ai questionné l’étoile
Sestneɣ itri De quelle corde s’attache-t-elle à ses frères
S maggisint n tzerwin Celle de lumière
Yekmec aytma-s A-t-elle dit
S tezra n tafat J’ai pleuré,
Yeṃṃa-yid Pleuré
truɣ Car nulle corde ne m’attache.
truɣ
Mallik wellic tazra tekmec-yid.
J’ai questionné le sommeil
Dans quel dictionnaire habitait-il
Sestney iḍes Celui du rêve
G maggisin n imawalen yezdeɣ A-t-il dit
G wuha m jujef Le dictionnaire s’ouvre
Yeṃṃa-yid Les verbes étaient sans bouches
Uriɣ amawal Et les noms ont disparus.
Imyagen isin ur imawen
D ismawen ɣdan. J’ai questionné le livre
Où a-t-il trouvé son silence
Sestneɣ adlis De ton silence
Mani yufa tasusmi nnes A-t-il dit
S tasusmi nnek Je fermais la bouche,
Yeṃṃa-yid Et restais en silence.
Qqeseɣ imi-w d ssusmeɣ.

31 30
III
Amel-yid
Mani afleɣ s wayu n iḍes! D
Iḍes wula yenkeḍ-aneɣ
Neɣ anqam aɣil
Anqam imendi.

ɣer aɣi telluẓed III


Ağ alaẓ-ik ak iẓer
Amyu ay lmed afellak. Où vais-je de ce sommeil
Qui nous traverse !
ɣer aɣi tzerred lezzat Sinon
Aɣi amcic ttidmi Lever un bras
Ttarkast ttallunt-ik. Lever le blé.

Neɣ s manis i-ttadel Si tu as faim


Del n infusen Laisse la famine te voir
D tanezruft n aɣrabu. Ainsi
S’habitue-t-elle a toi !
Furar 1998
Si tu-vois au loin
Le chat sera une pensée
Et la chaussure est ton espace.

Ainsi
Commence la mer de Nefousa
c Et le désert des bateaux.

33 32
UDI
=

Am udi sennej weglim


Aɣenna yekeḍ ul-iw
I tmeddurt twadfeṣ afelli
D tessusem.
Matta yeqqim-yid
ɣer ekkreɣ g udem n waḍu
Aɣenna ayfel
D at dwel tameddurt.

07.05.1998
HUIL E

Comme une tache d’huile sur la peau


La peine traverse mon cœur
Et ma vie se replie sur moi
En silence.
Que reste-t-il
Sinon de me lever face au vent
La peine s’évade
n Ma vie revient.

35 34
ITRI
P
Aẓer anẓar i-tcat
D aẓer amwan ETOIL E
D teffuyt
T dwel d snat
Iğet i-cemmin Regarde la pluie tombe
D iğet i-tafat. Regard l’automne
Et le soleil
Aẓer itri n tallast Divisé en deux
Y tcur taẓeqqa Un soleil pour toi
Ttaziri m aṃṃas Et un soleil pour la lumière.
Tẓun af tuga
Azgen iy-imnayen Regarde l’étoile de l’obscurité
D azgen i-tzegɣart. Remplit la pièce
Et la lune de milieu
Aẓer tanewwart Divisée sur l’herbe
Tmir saddu tagut Une moitié pour les cavaliers
S uzizaw n tamurt Et une moitié pour la tempête.
Teṣka tifawt.
Regard la fleur
Aẓer tafrayt Ouvert sous le brouillard
Udem n talji ireqq Avec le bleu de pays
Midden gguren Construisait l’aube.
D inigen ssuren
Iğen i-timẓin Regarde la feuille
D iğen iy-iqcicen. Le visage du matin s’illumine
Les gens marchent
Les chants sont multipliés
Un chant pour les enfants
Q Et un chant pour le blé.

37 36
L MU S I
,

Ass s wussan
At uḍid af lmusi-k
D at mmuted
D at qqim tasqit-ik
Am itri n tanfust COUT EAU
Wula yeğa tameddurt-is
Af tema n tallunt.
Balek agezzim_ik
Ay hwen
Balek iɣes-nnek Un jour
Ay mmita ini nnes amellal Tu tomberas sur ton couteau,
D asif llejdud ay mɣer Tu mourras
G idammen-ik Et ton cadavre restera
Comme l’étoile de la fable
Celle qu’a laissée la vie
28.04.1998 Sur le limbe de l’espace.

Peut-être ta blessure
Cicatrisera-t_elle !
Peut-être ton os
Se rappellera de sa couleur blanche !
Et rivière d’ancêtres
Jaillira dans ton sang.
k

39 38
L ARM E
6
Il ne reste de la terre
Qu’un œil ouvert
Et de la parole
Que la syllabe couchée dans les livres.

Il ne reste de la femme
Qu’une larme
A ME Ṭ Ṭ I Qui coule dans le poème
Et de la vie
Que l’exil.
Yeqqim s tamurt Ô frère
ɣir ṭṭ tmir Combien ont pleuré les poètes !
d s tawalt
ɣir aṣekkil
Yeẓẓel g idlisen.

Yeqqim s tmeṭṭut
ɣir ameṭṭi
ineqqel g usefru
d s tmeddurt
ɣir lɣurbet g tmura
ah agma
menit ṭrun imedyazen! w

41 40
T AF AT L UM IERE

I I
Aẓed fus-im a tafat Lumière
Nella g tallest Donnes_moi ta main
D slemmi? Longtemps
Ah a tafat Nous sommes dans l’obscurité
D nettat afellaneɣ trenni!. Ô lumière
Longtemps s’y intensifie !.

II II
Uriyeɣ tafat J’écris lumière
Tafat tafat Puis lumière, lumière
D uci tafat i-waytca. Et encore lumière pour demain
Itri yisi d leâbes, L’étoile était l’encre
Rrucen d amawal Et la fenêtre mon dictionnaire
D netc ttawalt teẓẓel jar tifray Je ne suis qu’un mot
Lmusi yanked-yid Couché entre les feuilles
D yetcur s uɣenna. Le couteau me traverse
Amyu Couvert de chagrin
A mmuteɣ g amawal Enfin
Tifray ad welnet ttimellalin Je mourrai dans le dictionnaire
D rrucen-iw yebbes. les feuilles seront blanches
Uriyeɣ tafat et ma fenêtre éteinte
Tafat tafat j’écris lumière
D uci tafat i-waytca. puis lumière, lumière
Et encore lumière pour demain.
20.03.1999

43 42
IFERRIWEN g

Ajḍid m jenna
D ajḍid n wakal
Isnin
D iferriwen i-cek.
Uffalc l ccillet-ik AIL ES
ɣer s-iferriwen-nnek.

25.06.01

L’oiseau du ciel
Et l’oiseau de la terre
Ne sont pas que
D’ailes pour toi.

Ne vas à ta cellule
Sans tes ailes

45 44
p HERBE

Ton ciel renversé


Dans l’herbe nocturne,
TUGA Un sang est debout
Et ton cœur plié
Sur ta solitude.
Où vas-tu ?
Tiṭṭ-ik tedfeṣ Une blessure suspendue
Af tuga n tallast A ta fenêtre
Idammen bedden Et une peine matinale
D ul-ik iḥezzem Survole ta maison où vas-tu ?
S tasusmi La lumière te quitte
Mani at fled? Sur chaque rive
Agezzim yugel Un sable à genou
Af rrucen_ik
D aṭṭan n talji
Y ẓẓel g tiddart-ik
Mani at fled ?
Tafat tedja-k
Af idisan kul
Y kbu ical-ik

05.09.01 f

47 46
T AYYU Ɣ T
=
Uffalc I wedrar n wedfel
Ɣer did tfawet nnek
Tula treqq af idurar.

Unnic i-yiman-ik
Tellid af iman-ik
D i-tisit-ik
Ur ɣers ara udem
VAGUE
Erret-iyid i-tayyuɣt
Tula tuɣed-iyid.

Ne vas au sommet de neige


20.06.01 Qu’accompagné de ton feu
Celui qui brûle
Sur chaque sommet.

Ne dis pas à ta solitude


Que tu es seul
Ni à ton miroir
Qu’il est vide.

Rendez-moi à la vague
s Qui m’a emporté

49 48
8 HOT ES

J’ai trois invités


L’un est sous le fureur des flots
L’autre est dans les cieux
Et celui qu’est entre les deux.
Alors
Eau, terre et ciel
Sont mes hôtes

I NE B G I W E N

Ɣeri krad n inebgiwen


Iwen y zdeɣ saddu waman
D iwen senneg igenwan
D iwen yella gar-ayasen
Amyu
Aman d wakal d igenni
Ɣuri d inebgiwen.
6
10.09.01

51 50
DEUXIEME PARTIE
POEM ES EN TAMAZIGHT
q

I ƔED (Cend er)

Am tallast terwel s iɣed llmaḥud


Tisid t dfeṣed af asefru
Isiɣ ggedeɣ afellak
Ggedeɣ
G idmaren-ik ay qqur leâbes
D ay uḍa awal
Ɣadi deffer tallast.

II

Uc ajanna-k I midden
D akal-ik iy-imendi
At ased s taljiwin-ik
D ay dwel ayyur-ik I tziri.

22.11.1998

54
]
T A K E T F I T ( F o u r m i)
YELLI S TAM UR T

A yellis n tamurt
Aglim d aṣeṭṭaf yefser af tasqitt-is D assu maṃṃu ssegem?
D nette teggur
Mani at af izi yemmut A yellis n tamurt
Neɣ d aɣrum Djiɣ-am
A tenneḍ fellas, at wi d at ugur. D rweleɣ I tmura m midden
Ickelt at af amrecci Ttuɣ-am
D ickelt taḥebbut n temẓin D uḍiɣ jar iɣallen
Ayu n tketfit Ur ssenen awal-iw
Tameddurt nneɣ tekmel tella ɣers D assu ẓriɣ-am ttanfust
D tessen Tellid ttameṭṭut d wezgen.
A fellas a tazzel g ibriden
Ar a tcen iqcicen-is. A yellis n tamurt
Maṃṃu am ad yaɣ imeḥbab
Ayu n tketfit a midden Ad yaɣ ticeqcaqin d ixelxalen
Nettat d amezruy nneɣ S lemmi
D tarmirt n isuggasen. Qqimen ifassen-im d igujilen?.

Taketfit ttanemmirt nwen A yellis n tamurt Afellam


Neknim yila t ggurem lezzat. Ẓuneɣ ul-iw af sen
Azgen ḥerzext I cemmin
D azgen y ddes s ussan_iw imcumen.
06.11.1998

A yellis n tamurt
D assu maṃṃu ssegem?
z 12.01.1999

57 56
e TAWUR T N TAFAT

Ggiḍ yeslam aḍu


N tafsut
Ttiniged deffer tawurt
D terṃid.

Ggiḍ yeẓram anu


UCCEN T ssewid g urti
Tejjujafed s annaren n irden
D imendi.
A midden
Ẓriɣ Taddart g tnezruft Ggiḍ yeẓram angu
Yezdeɣ degs uccen Tsutṣeḍ itran
A midden D tɣeṃred taziri.
Taddaret nwen
Rẓen_as tebburt
Qqesen-as rrucen
A midden
Taddart tuden s acal
D idurar afellas nneḍen
A midden
Taddart llejdud
Ara-nnes ur mmuten.

06.03.1999 $

59 58
TELLID
#
Tellid d teffaled
Mani tellid?
Tellid d tbedded
Tellid d at ased
Ɣerm meqren
Am ikrusen. I S EKR AF

Tellid d at afed
Udem n wuzmim Asel matta yenna-yak aḍu
Udeù n mmim Ay akli I lmaḥud
G tɣuri n Infusen. S lemmi tellid g anu
D la maṃṃu yessen afellak.
Tellid tbedded
Rrenam nnsen
Zenzam s iflusen Aẓer mani tella tamurt
D teqqimed tgujilt. D midden-ik g tallast
Imat t ttud tafsut?
Rrenam ttaɣribt D qqesnt tibbura.
Rrenam ttazribt
Ur nessen tellid Afka-yid taḍut
Ttaraḅt neɣ ttaṛumit. Ak igeɣ tabernust :
Tenna tanfust L Libya
Rrenam d afernu Neɣ afka-yid tawrirt
Arni agma Asnufleɣ tanezruft.
Neɣ arnu
Lemḥayen fellaneɣ Aɣẓ g idmaren-ik Amaziɣ
Igent tawrirt. D arẓ isekraf-ik tura.

61 60
AẒ ER
_
Aẓer lwa g awal
Am lḥa llḥal
Am dda n iwdan
T I MSI Tallast d itran.

Aẓer tta g tamurt


D iğen s imnayen nneɣ yemmut
A midden Am lmim m midden
Ẓriɣ timsi tɣuss timsi D isuggasen nneɣ bedden.
D ẓriɣ tasafut texsi
D ẓriɣ amwan Aẓer lka g umeksa
Yettu tifray af addagen Am lka weksum
D ẓrixten Slilu a lalla
G unebdu useren. Rneyen leâlum.
A midden
Ẓriɣ tafsut tgujilt iy ijeğigen Aẓer lɣa g awraɣ
D ẓrixtet teqqur Y ssedṣa aḍɣaɣ
G ulitu n tadriwin d isɣaren. Am ẓẓa g uẓeggaɣ
A midden Y stru tifudaɣ.
Mani ddun imnayen n tamurt Aẓer lga g wegdud
Mani a midden! Am lga g tagrawla
Idammen al wufud
Aẓer….!
31.05.1999 D menit agma n ẓra

63 62
Atc alaẓ n tsumta
w D tallest n iḍan-ik
Talji tfawt at sreg
D amlaymen inyen n aṃṃal-ik
TANEZRUFT
Sesten taziri af iqcicen-ik
D ikrenba af tamemt
Sesten idammen-ik
Asel aɣrum-ik y ekker Af ixsan llejdud.
D tewweḍ tamurt abrid-ik D itran af wul-ik.

Ağ tawurt at atef l tiddart-ik Ari s-tifray n amwan


D abrid-ik ay azzel Tuga n tafsut-ik
Arẓ iɣllen m ejenna Ad-yas anebdu n tmeɣra
D amel-as I tagant attas D anẓar n tajrest-ik.

Neɣ tanezruft Selmed iy iccaren-ik iɣẓa


Imat teqqes afellaneɣ? D iy iḍarren-ik tabeddit
Ddes idɣaɣen-is d aglin g tẓeqqa Selmed I tinzert-ik tihugra
Iğeṃṃass ad utlayen. D asɣer i-tasigt ajujef
D ağit at-wi s-tamusni.
Awi Imaḥud d ẓẓwi
G tjujift-ik Aẓun iles-ik af sen
Tjujift tula tedfeṣ af tmeẓɣelt D uc-as i-wejḍid inig-ik
D tuden ussan-ik At mɣer tawalt m aytca
D ay tcur asefru imu-ik.
Arr idmaren-ik
D sitef rrucen lɣerk Asel aɣrum-ik y ekker
D sesten teffuyt D tewweḍ tamrut abrid-ik.
Imat terwel d teğaneɣ
10.11.1996

65 64
AS FEL N UGEZZI M
D
I
Ilul ibed ugezzim
G idmaren nneɣ
Ilul d yeqqim g iẓerwan..

T AB ḤI R T Imat
S ifeḍ n isuggasen
I D netta imir?
D yeggur
Af ttawlet ul-im yedfeṣ Yeggur…!
D tafat terkez af udem-im Af asfel n iglimen nneɣ
D tella g tẓeqqa
II
Yuli amalu af tasdelsant
D yuden adlis fus-im Err i-wul-ik ixsa
D i-tmeṭṭut lḥenni

II Err i-ujenwi ugezzim


D i-wakal imendi
Ṣkiɣ aɣrem n tilawt
Y tcur imi-m asefru Err i-taɣremt rrucen
Ilul usman g tnewwart D i-tafat imi
D uğag yukaz aḍu
Maṃṃu sisen a Tamɣart Err i-tjujift timeẓɣelt
Ad-yaɣ ixelxalen D ayyur i-tziri
D am ikuber tabḥirt
28.11.1996

67 66
T A SƔ U NT
&

Tudel s udem n Tamurt TI DM I


Tlul d tefla
Tused Ussan I
Tanfust n argaz d tameṭṭut ttenza
T sbed Tifinaɣ Y selmed-iyid afa tutlayt
N Tuddsa D fliɣ
Tuṛu sen n iqcicen L tmura ur ssennet awal-iw
D teṃṃut Yeqqim ical ibed
Teffeɣ Tarɣit D y tsuggam
D tinig Numidya
Tfag tafat II
D tekker Tamazɣa
Tuṛu krad n iqcicen Ass ikmel
S bedden Aẓref D netc tsexfeɣ I wublim
G Tamurt. A yesɣer tazla
Iɣriben useden l tiddart-iw
Ɣussen idmaren-iw
D nɣen ublim

III

S ifeḍ n isuggasen
Idammen_iw ur twarnan
w Maṃṃu sisen assu
G urtiyyen n tmeddurt?

69 68
IV
J
Welâeɣ tawurt n iɣriben
D ğiɣ tasqit-iw tuḍa g tafat
Tejjujief tiddart
D yerjij udi

Yuḍa itri g aman ddren


D tessusen taɣremt
VIII
VI
Amdag nneɣ
Maṃṃu yessen Zeâma ayig tifray
S mani-s ttased tafsut? Selmedet I yiqcicen
S ujenna n tidmi S mani tudel tanfust
Neɣ s imi n tnewwart S maggisin n ulawen,
IX
VII
Iḍ d azegrar y ssuggam g yalu
Leâbes imerred g ussan-iw Ilel yeffal d ittased
D rmiɣ D tqetren idammen-is
D necnin isnin nella g amgaru, X
S manis I ttadel ixsa
S maggisin n imawen?
Sestenet iḍ
Af tmilawt n tamurt.
M

71 70
A M EK W A R N W A K AL
(VOLEUR DE SABLE) >
AJ J UJ EF (R êve)
Kweren akal (Tamedyazt tamuslit)
Kweren g tamurt idurar (poèsie sonore)
Kweren taddart-iw
Kwern tameṭṭut-iw
D fkan-as azrem
Nɣen iqcicen Ajju yenna-yas i jef
D qqaren-asen Jef yenna-yas i ajju
Ur tellim ara d imaziɣen. Ẓriɣ sen n irgazen
Ẓriɣ sen n igmaren
Ajju yuli af agmer aṣeṭṭaf
Kweren aglim-iw Jef yuli af agmer amellal
D assa ur ɣeri isem Jef d ajju
Lliɣ am gujil Ajju d jef
Yețțu imeṭṭawen. Sen n aytma lulen
Aytma kweren amezruy_iw Sen n autma ggureen
Dğen-iyid g tasqift n iɣriben. Ajju y ttergu
Jef y smesla
Qquren sebâa n isuggwasen
13.12.1999 Mmuten sebâa n ifunasen
Jef yenna_yas I ajju
Ajju yenna-yas I jef.
D ayu ttamilawt
N ajju-d-jef.

S 06.01.1999

73 72
Massi-niIssa
Izza d yemmas
T Tuṛu argaz
Yefka tawalt
Tawalt n amedyaz
Yekker agdud
Ɣef wakal
Nnaɣen ara-s

Massi-n-Issa
MA SS I N I S S A Izza d yemmas
Tuṛu amnay
(Tamedyazt tamuslit) D tsemma y-as
Massinissa1

Massi-n-Issa
Mmis-n-Izza
Izza d mmis
Ɣussen aglim-is
Massi-n-Issa
Aɣlid n tmazɣa
D yemmut fellas. N
Massi-n-Issa
Mmis n tihugra
Yeṣka tamurt
Yekcem tugdut
D aẓer agma
Uguren alfin n isugwasen 1 - Note : Massinissa signifie le fils de Issa et comme le double
SS se prononce Z dans la langue latine ancienne donc Issa est
Mani nelle! prononce Izza la mère de Massinisa selon
M.Chafik 11.14.1999

75 74
CACBANI (Ac robate)
^ (Tamedyazt tamuslit)

Cac-bani
A L E L L A L ( Mar in ) Ya-bani
Cac-bani awessar
Ɣurs udi d ijiḅar.

Alellal Cec-bani
S aman izizawen Ya-bani
Tcen iqcicen-is Wuha d axxam n amɣar
Tameddit talji Mɣeren dis iqcicen_is
Sesren aɣrum-is Tuser dis tameṭṭut-is
Ilel d tɣuri D lulen Wanes d Weyyar.

Alellal n tamurt Cac-bani


Y zdeɣ tabburt Ya-bani
Alitu-yis d aɣrabu Taziri,
D addan-is yalu d amellal. Taziri zeâma mani !
Deffer ublim n tamurt
Alellal Teqqim tsuggam g wenẓar.
Ass s wussan
Tazegɣart tessusem Cac-bani
Tyegna tsuggam Ya-bani
Ekkeren fellas aman izizawen Cac-bani awessar
D yeṃṃut. D slemmi !
Yeqqim weḥdes g wedrar.

16.04.1999 16.04.1999

77 76
G A R A G U Z ( C lo wn ) TAM UR T (PAYS)
(Tamedyazt tamuslit) (Tamedyazt tamuslit)

Tamurt
Gar-aguz Tamurt n tama
Aguz-gar N tmura
Deṣṣen midden N tamurt
D netta I tturar Tama n tamurt
Uzzelen ibriden lɣers G tmura.
D ijiḍad inigen. Tmurt n imenza
Imenza n tamurt
Gar-aguz Ekker agma
Aguz-gar ibuciren Tamurt d iɣẓa
Deṣṣen Iɣẓa g tamurt
Deṣṣen Tamurt ttirukza
D netta Tirukza n tamurt.
Tiqezzirin d ixsan Tamazɣa
G tekrumt_is ugelen. Tamurt nneɣ
Gar-aguz Tamurt n tmura
Aguz-gar Tamurt n imenza
Taṭfi m erguz a midden Imenza n tamurt
D ibuciren fellas nneḍen Yila mmuten fellas
Deṣṣen G tmura
Deṣṣen N tamurt.
Deṣṣen.

17.04.1999 T

79 78
Gen G-iḍ
G_iḍ Gen
X Ak attas tjujift n sen aytma
Tjujift n yila flen
Gen G-iḍ……………………………G-iḍ Gen.

Gen g wul
G-iḍ Gen
Gen d lul
GE N G I Ḍ (PAVOT) Lul G-iḍ
(Tamedyazt tamuslit)
Gen G-iḍ…………………………….G-iḍ Gen.

Gen G-iḍ
Gen G_iḍ
G-iḍ Gen
Ɣef alitu
Ɣef asefru
Gen G-iḍ…………………..G-iḍ Gen.

Asefru n Gen G-iḍ


Alitu n G-iḍ Gen
Gen Argaz
G-iḍ tameṭṭut
Tgen g usefru.

Amedyaz yukez Gen G-iḍ F


Amekraz yessen G-iḍ Gen
G-iḍ amedyaz i-sekker tilelli
G-iḍ amekraz i-gen willi

81 80
I ḌUƔAR
(Lieux)
S
I

Asefru
D iḍuɣar zdeɣen degneɣ
SSUSEM Wuha d aɣlad
(Silence) D urti nnu
Tuha ttabburt
Y twaneɣ anẓar D abrid-nnu
Neqqim g tnezruft Wuha d awal
D nessusem! D wuha d akal
Kmelen nnu
Asefru
Y twaneɣ itri D iḍuɣar zdeɣen degneɣ.
Neqqim g tallest
D nessusem! II

S maggisin lleâbes ad aryeɣ


Y twaneɣ afri
Ɣer s tidi n aɣladen
Teɣda tiddart
D netnin tcuren
D nessusem!
S tsednan d irgazen
Af ixef-iw teffuyt tebbes
Y twaneɣ urit
Ggureɣ
D usman
Af twaṣi iḍussan qquren
D nessusem !
Ggureɣ
Af iwillan taɣuri tekres
Y twaneɣ ayyur
Ggureɣ
D tziri
D af ajenwi twa-ɣres
D nessusem !
Tjujift n igezzimen.

83 82
III
M I DDEN 2
Fus-iw ireqq g tisit
D tasqit-iw ttemlawaḥ zzers
Tisit treqq Wellic ɣer midden
Fus-iw ireqq Tnuzzun s tidi
D netnin isnin Midden ssesrun g tɣuri tawrest.
Deffer Imaḥud reqqen.
Wellic ɣer midden
Tcuren aḍɣar
IV Ttun isem nsen
D ğen awal g tasraft n tẓawalit.
Aksum n tili
D wuksum n tziri Wellic ɣer anini
Zzersen Af ariti amellal n tind yağitsen
Aksum n tafat Ttefẓen g imudal
D wuksum n tawalt D ttazlen deffer tazegɣart llmaḥud.
Imat
Kmelen iksumen Sennej tragla Ur ẓriɣ imezwaren
Useren? Balek mmuten
Neɣ nɣenten
Ẓriɣ ɣer udmawen
Tamhersa turi af weglim n ind babatsen
01.07.1999
Wellic ɣer midden qquren
Neɣ twasɣuren
Wellic ɣer midden mmuten!

I 26.03.2000

2 - Hommage aux Indiens d’Amérique.

85 84
TAƔURI N IZEM
L
Ig matta texsed
Ɣer amel-iyid matta ttiged
Suggez anẓar
Neɣ ali I tziri
Ǧul s umeqqar n imawalen
D slil udem-ik s tɣuri
Ɣer amel-iyid matta ttiged.
Agma AS FEL N TM EDDURT
Sesten amgaru
Amezwar d uneggaru
Wellic ɣer tikuba
At suli tamurt
Wellic ɣer tagrawla
At sekker idurar.
Amon frère Moha
12.17.00 Sur son lit d’hôpital.

Af alitu d amellal
Yisi yeẓẓel
Netta yexs a yenɣ iman-is
Netc idehhek degi leḥmu
G taɣma-nnu uren agezzim
D gniyen-iyid iɣess.
(

87 86
V
II
Useden aù tmutɣi
Timeẓɣlin zzati Tiekeft ttaṣeṭṭaft
Rceqnet af asfel llyajur aẓeggaɣ Sɣuren akal, tessusem tamurt
Ccracef isin d imellalen D rwelen midden.
Afki d amellal G ibriden ddesen am igujilen
D alitu d amellal S luɣeddin
Ireḍnet tisednan tiqfayin lleḥzen
Lluẓen iqcicen
Ttemmut tanezruft.
III
VI
Aẓer ayu n tmeddurt
Neggur ɣer aṃṃi nemmut G tẓeqqa n ssḅitar
D uci tneq degneɣ. Zerreɣ g izenẓaren n teffuyt
Ssewen ag idmaren n imuḍan
Netta yexs ay mmut
Netc isiɣ d aɣrib,
Aṭaṣ niɣriben ẓẓelen zzeri
Dis yila tkuttun
IV Dis yila ekkeren d qqimen ttazlen
Af asfel n tmeddurt
S agim n isegwasen
D idurar nneɣ jjujafen s tafsut
La ijeğigen newren 07.01.03
La inigen ijḍad Hôpital PURPAN

&

89 88
S
^
AK R U S

Arẓ ufus
D iduḍan
Yila uriyenc ussan-ik.
Nkeḍ akerfus
D iles y skerkus
Yila uẓrinc idammen-ik.

Qqen Imaḥud amcum g ukemmus


Aqam aɣil n tidi
D reqem af anyir-ik itri.

Qqen ul-ik g wekrus


D gni imi
Ay ekker inig nneɣ g idamaren-ik YAṬṬUS
D ay mɣer ickelt imendi

Yedwel yaṭṭus I tiddart-iw


19.07.03 Yused, dides udem n Paplo amezwar
Amyu isekker degi Imaḥud yeɣda
D iduɣar ttuxten.

91 90
Netta yessen abrid n rrwacen K
D i-tmewwec zzeri
Netc suṭseɣ ussan af tsumata n tmedyazt
Netc suṭseɣ ussan af tsumta n tmedyazt TABEXXUCT
D uciɣ-as afki n talji
Bac ay mɣer, bac ay neggez
Jar asfaylu ttibbura A tabexxuct mani teflid?
D ay rqem urti nnus s itran sxurruten. Zegrellu y ssuggam degem
Err Ibal-im lwecwaca tcur tamurt
Yedwel yaṭṭus I tiddart D ṃṃan: ifiɣrawen nɣeren ssegem.
D miren iṣekkilen af tnezruft n tira A tabexxuct matta tigid?
Ẓrixti d asfel yuden ccracef Aajriwt teğul
D yeṭṭes g tẓeqqa Am telqu am fitem m aɣrum
Ul-is imir af wul-iw Neɣ am tenkeḍ s lejlem.
D ẓrixti d ajenna.
A tabexxuct matta tigid?
Mani at ruled s wezrem?
Yedwel Paplo* I tiddart Tamurt tcur s ind-bukeccac
D freḥen sis idlisen D rahu Ibedn-am g weɣrem
D freḥnet sis tiɣemrin d imula.
Atabexxuct maɣar maṃṃu tenɣid?
D izan yerni fellasen Ihem
Tirawt: Paplo d isem n yaṭṭus-iw Am tqeddit xsen am sɣuren
D ṃṃan; xsen am nɣen ab eslem.
30.06.03
A tabexxuct…………………………..
A tabexxuct d assu maṃṃu ssegem?

J 06.10.03

93 92
ANU I M UDAF

Mani afleɣ s tasqit-ik?


D nettat la tedja aglim-is sennej iɣermawen n
I Mṣer
D tisired s tidi n Amon
Tiṭṭawin_iw tcurnet s-leâbes Tjujift tamezwart
Tiṭṭawin-im mirnet i-waḍu D nettat
Mani anfel a weltma? La teqqim ur iɣallen
Am aryeɣ af wisum D nettat la rẓen-as ifadden
D iɣess D teqqim g amgaru did Iferâounen
Tiṭṭawin-im tcurnet s-iḍess D nettat la Izis
G tallest m-anu Tcur ul-is
D teɣda g lmaḥud n Iwendalen.

II Agma
Aẓer Chéchonq
A tegna n ilel nammas D netta yeqqur iles-is
Ḅerra ẓrit d amel-as D yammut awal-is
Lliɣ g lmeḥna G tanfust n imezwaren
Ḅerra ar-as tawurt D netta la tcuren tafekkas s tɣuri taẓeggaɣt
A s-ekker aytma-s D yeqqim d ameggaru l Imeṣriyyen.
D at-sreg g-usefru.
D netta y ttazzel ar at ekker Mṣer
27.07.02
Yeqqim agdud-is d gujil
D amnukal imdeḅḅer
G tnezruft n Ilibyyen.
| 10.12.01

95 94
II

N Ay amedyaz n wakal
Anida at fled?
Deffr-ik
Tameddurt-ik teɣda
T I D I N U SS AN Zzatt-k
Tusert tamcumt degk tsuggam.

27.07.01

Ekkes af udem-ik
Tidi n isugwasen
Ekkes af weglim-ik
Aglim yefsa
Maziɣ
At ali tafat-ik
D ak iẓer ajenna

Maziɣ
Wennic Massinissa yemmut
Wennic agma
D aẓer matta yuri
S idammen-is aqcic n tamurt
Af leḥyud n Tizi Ouzou
Assa azekka
Tilelli, V
Tilelli nneɣ at rna

97 96
A MU R AME Q R AN 3
w
Ekker amur nneɣ ameqran K
Yexsi itri
D issulles iẓri
Tessirtu tiṭṭ
D yuzeɣ usignu ussan

Kateb
29.01.02 (Ak nedjegh amazigh g ul n Dzayer)
(Je vous laisse Amazigh au Coeur de l’Algérie!)

Kahina
(La statue de la rebelle n’est pas encore érigé
au sommet des Aurès !)

Kabylie
(Le combat continuait et pour toujours
jusqu’à la victoire totale et l’officialisation de
notre langue)

M
Nek
(Nek d argaz d amazigh, neɣ ketçini anida
3 - Note: Amur ameqran est le nom berbère ancien de tellid?)
Maroc.

99 98
Akakus Libika
(Assa azekka agma Idurar l-Libya imezwuren (Araw-is ur mmuten d akal-is yeqqim yeḥma)
kcementen ighriben)
Chéchonq Tombouctou,
(Iqcicen-is ssnen abrid n tilelli d af weghrem (Idlisen qquren g tghemrin d unan ncefen)
n Dalta yeqqim isem-is yuri)
Syphax
Takfarinas (Yennagha aytma-s d nghenti Irumanen)
(Ugezzim-is yeqqim yezdegh g idmaren n
idurar nnegh) Bocchus
(Yezzenz Jugurtha d qqimen araw-is d igu-
Takna jilen)
(Tamazgha, inselmen itraren igen-as takna)

Aksum 18.03.02
(Ajenwi-nsen yessen iksumen n tifekka
nnegh)

Koceila
(Ouqba yukez tihugra n-Imazighen)

Tareq
(Ilel s-deffi d iâdawen s-zzat uguret lezzat
aytma)

Amnukal
(Ah a tanezruft tawrirt ur ttsu ara aḍu)

Nekni D
(Nekni ur nella ara d iklan n wakud, tecfid!)

101 100
N (Algérie)

III
T AMA Z G HA
(LIBYKA*) Amur u-nammas
Rẓen-as llsas
Agma
Akal n Massinissa
(Libye) Inselmen itraren
Igen-as takna
I Senneg idurar
Amur-nnu amellal Ǧen deffer-nsen leâza*.
Tenneḍ afella-s tanezruft
Acal ɣuri yeqqim yeḥma!
Ghirza* n-imezwaren
Nɣent iâdawen n tmazɣa (Maroc)

IV
(Tunisie)
Amur ameqran
II Amur n Yubatan*
Irumyen ɣessen-as tibbura
Amur n-utika D nberen af iɣef-is Iâalawiyyen
Tekcemi tamhersa Araben rnin kkesen-as Sseḥra
Syphax yennaɣa ṃṃa-s D yeqqim ara-s yelluẓ g ibriden
Idammen ar wufud!
Maziɣ
Tamurt n wanas
Anda madden-is imenza? }

103 102
(Mauritanie)
B
V

Amur n Muritanya
Ttci teffuyt
D teɣda tamurt n Iẓnagen
S-zik
Tombouctou temmut
Af agaraw n Atlanta TAFR AYT

I
29.12.01
Tuha ttafrayt tused
S afki n iḍan izegraren
Tafrayt ttazizawt
Twa-ekkes s amdag n imezwaren.

II

*- Note: Libya ou Libika est le nom le plus ancient Tuha ttawalt turi af iglimen nwen
de l’Afrique du Nod avec ses cinq pays respectifs
d’aujourd’hui. Ass s wussan
-Ghirza site archéologique libyque au centre nord-ouest A waɣer s kul n imawen,
de laLibye. A mɣer d-idwen am ideflawen
-S.Saleh poète libyen. D atwari g tamusni nwen tartar
-Iznagen berbères de Mauritanie. S tidi n iɣallen
-Tombouctou ville historique au nord de Mali.
-Les cinq noms anciens de pays de l’Afrique du nord
Sont de l’académie berbère.
-Yubatan ou Yubaten ou Juba est un roi berbère numide 14.01.03
de Maroc.
-Amur ; pays en tamazight ainsi tamurt au féminin.

105 104
TROISIEME PARTIE
POEM ES EN FR ANC AIS
FABL E

La parole est sans bouche


INFLUX
Ta parole Amazigh,
Pourquoi donc s’accumule sur ta tête
D’oiseaux noirs ?
Et la fable coulait dans ton poème
Levé le rêve qui s’éffeuille
Braiser dans ta vie.
Où vas-tu ?
Un silence absurde rempli ta langue
Tant de plaies habitent cette rime
Et les serpents dévorent ta chair abandon-
Tant de sang jaillit de ce glaive
née.
Ton front coupé en deux
Et la poussière des mots
II
Couvre ta main.
Le sel rouge t’habite
Deux cieux creusent ton feu
Et un sang entier
L’œil nu
Couvre ton sable.
Ombre ta peine.
Amazigh
Depuis quand es-tu ici ?
Où est la mer ?
Et ta voile se déchire.
Dans son royaume
Se suicide l’anémone Vendredi le 05.06.98
Inquiétude de marbre
Et soif de sirènes.

109 108
II
^
O ma peine où vas-tu de mon corps ?
Chaque matin
Tu reviens à ma table
Rimes amères,
L’ ARC D E L A PA R O L E Café noir et tabac.

I 12.05.1998 Mardi.

Où sont-ils partis les absents


De mon rêve
Reste l’illusin
Gémissement et murmure d’os
Et ma vie devenue poussière
D’une longuehistoire.
O mon pays
Je bâtis pour la parole un arc
Je détruis mille portes
Pour être
Une voile à chaque tempête
Et une taille au grand désert.
O mon pays.

#
11.05.1998

111 110
Hommage à Saïd ELMEHROUG4
LA PIECE
^
I

Cet oiseau blessé


Survole l’éspace de ton corps.
Cet oiseau enchaîné
Fermait les yeux sur le traversin UNE TOM BE POUR LE DE SER T
De ton poème
Puis délivrait l’âme
Puis mourait seul.
Cet oiseau
Voit son sang couler I
Et murmure d’une voix lointaine.

II Désert d’où commence ta plaie


De la famine éternelle
Pas puis un autre pas Sur le surface de ta peau
La fleur s’accumule De quelle tombe
Sur elle-même. Prononces-tu l’étoile
La flamme drapée de silence glacial De quelle fable ?
Vide la pièce
Une chaleur timide s’étale II
Et ta fleur vibre
Eployée l’aile Le vent est composition
Puis une autre. De ta main
Et la lune est mémoire
De ton argile.
4 - Poète amazigh libyen. 17.08.98

113 112
III
V
Jerma 5

D’où commence le solitaire


De quel seuil ?
ET E
IV
I
La sybille écrit ta noce
Un signe digital Et ta déesse approche de délivrance
Sur la paume de ta main Où le néant
Les doigts sont enchevêtrés Et la fleur du sable
Puis chant. Un incendie d’été
Sur le lit du désert.
V

Nul ne sait qui l’écueil II


Peut saigner d’amour
Et la dune est éther. Un homme aveugle
A toujours une oreille de plus
VI Pour nous voir.
Un homme sourd
Ecris-tu les rebelles A toujours un œil de plus
Ont traversé l’aride, Pour nous écouter.
Les fourmis se dressent Le poète a un œil au centre
Pour reconstruire le vide. De la tête
Et riment la roche. Et une oreille en pleine figure
Celle qui dénonce
Nos bouches cousues
Et nos yeux aveugles.
5 - Jerma ; une site archéologique dans le sud libyen.

115 114
SU PPO SO N S
M
Ni feu chauffe ton corps
Ni pain calme ta faim.

Supposons
L’amour traverse ton cœur
Et ton poème succombe à sa peine.

Supposons
Les cailloux remblaient ta poitrine
Et le sable devenu ton traversin

Supposons
Ta maison te quitte EVEIL II
Et ton oiseau part au loin
Supposons

Je suis insomnie
Dans mon sommeil
Mon sommeil est insomnie
Dans ton rêve
Ton rêve est insomnie
Dans mon éveil
Et mon éveil se fleurie
E Dans ton regard.

117 116
FUIR II HOM M E BL EU

I Homme bleu
De quelle étoile
Fuir cette eau impure Je t’annonce
Fuir ton galop sans fin Dans quel miroire
Ton soleil qui nageait Je te nomme
Dans ta main. De quelle plume je t’écris.

Quand reviendra-t-elle Cet échelle t’amène à ma poitrine


Cette cendre Ce chant vient de ta cellule
De ce chant ? Tu habites mon encre
Je soufflais ton acier.

II

Fuir cette lumière


Et le souci de l’obscur
Ce tam-tam qui pleure.
Sur ton tapis

Fuir ce glavie de feu


Ce vide maudit
Le sang nu
De ta fleur lunaire. U

119 118
IV

w Faut-ilinventer la mer pour les mâts


Ou découvrir l’oiseau
Dans la déchirure du ciel ?
Faut-il violer le rouge
Pour annoncer la fleur
Ou supplier la parole
Pour mobiliser les veines.
EQUILIBRE

Les arbres couverts de noir céleste


Et le vert sème ses nuances
Comme une musique étrange.

II

Une pluie suppliait sa précipitation


Le nuage éclatesur une terre nue
Et les odeurs me traversent.

III

L’amour telle une tribu qui erre


Dans mon sang
Et mon corps est une distance d’herbe ,

121 120
CAOUT CHOUC
c

Peut-être j’ouvre mes yeux


CŒURS Et le tonnerre couvre ce silence
Des signes noirs
Dans leurs robes célestes.
I
Peut-être que la danse
J’ai deux cœurs Commencera ce soir !
Ou trois Et le soleil revient à la maison.
Un cœur dans la sève qui bat
Un cœur pour toi Réjouissez vous
Et cœur dans le ciel qui fleurit. Etres de cautchouc
De ce sel figuré dans le symbole
De ce faucon qui niche dans la bouche.
II
Jaillir sur la surface
La nuit L’être n’est qu’aile
Compose ton sommeil Chant
Un rêve qui narre Nouvelle naissance.
La terre immense Réjouissez vous
Un rêve qui jonche Et devorez ce grand festin
Ta longue absence Sur nos confins
Et un rêve en deuil. Mille hommes bleus
Mille enfants accroupis
Nul derrière ce sable
26.11.1996 Que des cris

123 122
III

a L’étoile tombe dans l’eau vive


Et la ville succombe

IV

Amazigh
Ne mourrapas
Sinon
NUAGE Regardez dans vos yeux
Pour le voir.
Il restera dans vos noces
I Sinon
Questionnez vos miroirs.

Le feu m’a enseigné


La langue de l’exil
Puis, partir
Dans l’encre et la parole

II

Je supplie le nuage
De m’apprendre le galop
Les tyrans sont venus
Dans la maison
Ont brûlé ma poitrine r
Et tué le nuage

125 124
CAGE
s

Une cage pour un homme détruit


Et l’étoile suppiait
L’acier de l’absence
SOURCE
L’oiseau meurt
L’homme figé.
I
Une cage pour ton cœur Pouquoi la fleur égorgée
Une cage pour l’incendie Dans le jardin des sens ?
Et l’étoile restait Une génération entière repliée
Une syllabe morte. Un sang entier cherche son cri.

II
Je reviens dans ma maison
Remplie de lotus, de miroire, de citadelles
Et des villes enfermées.

III
Les papillons lumineus ont disparu
Ruelles sombres couvertes de leurs ca-
davres
a Sous la métamorphose des saisons.

127 126
IV
Où est source de Quorina ? n
Dit la Sibylle
Pour réveiller la dune
Où est la source qui fait signe au nuage ?

J UM ENT
V A Allen Ginbsberg
Aujourd’hui nous avons fêté nos morts
Enterré nos guerriers
Sûrment des rides sont grandies
A l’ombre de rocailles
Les colonnes de Quorina
Dans les musées s’ombrent Ton encore est niut liquide
Et les bijoux d’Oea naufragés. Habitée
Par lagrande roche-lumière.

J’écris sur le visage de ta jument


Et je sculpte les pieds de l’Amérique
Afin
Pour que ta parole puisse s’envoler
Et la terre reste debout.

J’ai une rue étroite pour toi


Et un arbre
Une fois
Je les ai confiés à ma maison
M Depuis t’habite l’arbre
Celui de la rue

129 128
Ce matin
J’ai planté un lilas
Pour celebrer ton double portrait CHAÎNES
Et enterré ta blessure.

Le feu brûle
Ce matin Les sales barbes
Le sang de l’Algérie Ainsi
Encore coule La plume écrit la cendre.
Et les barbares
Ont profané ta parole. Mille ans d’esclavage suffisent
Esclave Berbère
Nul ne peut te sauver
Sauf ta sublime révolte.

Esclave
Mille révoltes tu as alumées
Il t’en rest une
Une seule
Celle de la liberté.

Les dunes de sable blanc


Sont devenus poussière
Et nous sommes devenus trophée.

Ô désert
De quel nuage je reviens
De quel ciel ?
Ô désert
+ Où irai-je avec les chaînes de mon cœur ?

131 130
ENCRE
I
Ton encre érodait la parole
Et ta plume séchée sur la page
Quelle pierre rampe dans ton poème
Quelle porte ?

L’HIPPOPOTAM E
Une volupté illumine ta main
Puis la phrase qui forge (Aux étoiles qui sont mortes dans le jardin
La douloureuse naissance. de l’humanité)

L’arc-en-ciel éclôt
Ton aile
Pour nid tu as le nuage

Sème le grain du miel


Avant chaque rêve
Ta fleur s’eveille. I

Sur ton corps L’étoile évadée


Verse l’étoile Les chiens aveugles
Ombre de flammes Les banques, l’amalgame
L’étrange arôme Les bœufs étouffent dans le texte
Dresse ta folie. La roche voilée
Et une étoile est morte
26.04.97 Dans mon jardin.

133 132
II Et nos grands parcs zoologiques
Nos hommes bleus de sable mouvant
Les pommes, elles sont toutes à croquer ! Nos poèmes acryliques des herbes vertes
Et l’abattoir de la ville ouvre son ventre Nos regards mollusques
Pour nourrir la rivière de son sang Sur les murs humides.
L’homme de notre temps
Les poètes perdus
Les sages femmes pleurent V
Notre génération timide
La bombe atomique est sur la lune Ô Le dernier Amazigh
Une tomate d’argile traverse mon horizon Renvoyé de votre terre sainte
Dans les yeux de fontaines De vos récits chauds
Dans les bouches de oiseaux errent. La dernière vague
De vieille branche
De l’arbre généalogique
III De guerrier libyen
Le dernier muscle
Le fer aime la chair Dans vos plantes étoilées
Le fer noir dans nos fours sadiques Dans vos vieilles arches
Dans nos cahiers métalliques Et l’hippopotame se précipite
Nos poêles, nos dossiers classés Dans le Louvre de Paris.
Nos femmes aux yeux brûlants
Se coiffent de couleurs de fièvre
La bombe atomique est sur la lune VI
Et une étoile est morte dans mon jardin.
Les feuilles supplémentaires de nos de-
IV voirs
Et nos grands dictionnaires
Nos sandales lunatiques L’homme est sans ses pavés historiques
Nos prisons Sans pomme atomique
Sans ses éclats éternels.

135 134
VII
Et nos grands champs d’ivresse
L’architecte de notre vieil âge Nos chants funèbres
Aux briques roses de nos églises Nos gouttières et nos haches
Et les arcs de nos mosquées La bombe atomique est dans nos bouches
La bombe atomique est sur nos dunes Et une étoile est morte dans mon jardin.
Sur nos collines oubilées
Et la lune a changé de sexe
Elle pleure
Nos belles armes
Et nos grands musées.

VIII

Mon étoile de visage hellénique


La bombe atomique est dans ma bouche
Et nos buffles avec leurs grandes cornes
Ils marchaient à deux pattes
Ile regardaient leurs ancêtres lointains
Dans nos toiles futuristes.

IX

Nos hymnes hystériques,


Les fumoirs sacrés,
Les oiseaux sans m »moire Y

137 136
Che

l Maintenant ta poitrine devenue


Le nid de toute révolte future
Et l’étoile rouge sur ton front
S’étoile
Ta main coupée
Est nos glaives
Car chaque main
A pour nom la main de Che.
Hommage à Ernesto Che GUEVARA.
Che
Jeprefère mourir debout
Que de vivre toujours agenouillé Tout prend racine
Dans ton jardin
E . C . G U E VA R A . Jusqu’à la cime
Et ton corps se déchire
D’où commençons-nous après ton retour ?
CHE Nos ennemis se sont multipliés
Et nos enfants ont grandi dans des villes
Depuis trente anston visage fantômes
Murmure sous l’argile Nous étions égorgés, décapités, assassinés.
La terrecouvrait ton rêve d’herbe
Puis Che
Ton corps s’illumine
Plus gand Tous nous marchons pieds nus ver ta
Le ciel accroupi dans ta bouche tombe
Dans la sève obscure une lumière Pour t’annoncer que la révolution continue
Annonce ta révolte Et les femmes
Et l’Amérique tremble. Versent de l’huile sur tes hanches
Et pansent ta blessure.

139 138
Che
8
Ne pense plus
Nous allons creuser dans leurs écrans SEUIL S
Et y faire
La lumière qui coule de ton visage
Mais qui a dit que tu-es mort ?
Mebsonge dit !
La voilà après trente ans I
Que tu reviens dans notre maison. Mille blessures penchées sur ma table
Ainsi
Suis-je l’une des dernière blessures ou-
Che vertes ?

Aujourd’hui la rivière quitte son exil II


Et printemps L’affamie est fragment
Un air doux rallume ton arche Du rest de ce pain noir.
Ainsi ta longue absence
III
Quand on creuse la terre
Juillet 19997
Nous construisons une tombe
09.10.97 oct
Quand on creuse le ciel
Nous inventons le cadavre.

IV
Le héros de mon roman
Pourquoi n’est-il pas revenu ?
# Qui reut me délivrer
De mon propre héros ?

141 140
V SIL ENCE DE PL UIE
Si tu voulais être le philosophe
Oublier la parole
Le silence te suffit.
Soudain
Tremblement de feuilles
VI Et un vent froid caresse l’arbre.
L’aveugle vénère la lumière Soudain
Mais la lumière est aveugle. Une pluie errante tombe
Le chasseur a usé son arme noire
Sur le corps étrange.
Le nom était mystère,
VII Sur la roche
L’abre sait chanter Restait une trace
Si l’homme peut le rimer Ici
Vetsait dans les fibules
Dans talisman païen dort en silence
VIII Et une pluie errante tombe.
La gaîté est un tunnel
Rempli de rires 05.02.1999
Et la tristesse est sa bouche.

IX
L’alcool m’amène aux larmes
Et les larmes sont
La poudre de ma révolte.

143 142
NAGEUR g
La nuit est seule face à l’obscurité
Comme une rime du désert CHECHONQ 6
Qui vénère le sable. LE CADAVRE DE PHARAON

Nager
Seul dans mon chant I
Orphelin de musique. Le sommet vénère les nuages
Monter au ciel, ainsi la base reconstruite,
Le commencement d’un feu possible.
Nager
Ainsi la mer
Dans la nuance bleue. II
Le chercheur du soleil fut l’ensemble de ce
Nager rêve
Comme la plus lointaine des lumières Qui annonce la famine à sept têtes
Orphelin de tempête. Et une pluie à sept tempêtes.

07.02.1999
III
Sur la tombe triangulaire
Le guerrier hâte le ciel
Pour que l’étoile
Ne succombe au tréfond de la terre.

d 6 - Note. Chéchonq (950 av J.C) de famille royale ber-


bère libyenne, devient pharaon d’Egypte et pénètre
dans la même année en Palestine.

145 144
IV VIII
Le sarcophage est un tumulte Chaque fois que gronde la tempête
Dispersé sur les fronts de mille guerriers La reine quitte le lit du roi,
Eclairent ton cadavre immense. Déploie de grandes ailes
Et pleure toute la nuit
Dansle temple de l’ancêtre
V Avant l’aube
Ce soir la reine7 Des larmes arrosent son rêve qui bat
Rallume le roi Monter au ciel sur mille juments.
Et la nuit vacille
Sur son corps la main.
Ce soir la reine IX
Veille l’escalier du roi Toi la lune de Rô
Habillée de peine Sur la limbe des planètes
Sa robe de soie. Qui délivrera la pyramide
De rives
Et l’errance des mats ?.
VI
La chambre du roi est énigme
Qu’inventa le chemin de désert.
Seule l’épée de guerrier peut réaliser Toulouse 1997
Le rêve du grand.

VII
Au précipice la cendre de l’absence
Sur le sable de Libye
Soulever le centre de la lumière.
w
7 - René CHAR, poète français.

147 146
PROPHETE VAGUE

L’oiseau ne succombe guère


Et ses ailes s’ouvraient au vent.

L’immense bleu
Est un simple seuil
Qui me sépare du désert.

Voici un nouveau matin


Qui commence du sommet
Et finit dans la vague.

Un insecte chauve Voici un nouveau jardin


Annonce le temple Qu’éclaire ta bouche
Ainsi le prophète pieds nus Et annonce ton cri.
Vacille la parole sur la table du sacrifice
Eté 1997
Une main coupée Ô vague
Contient le ciel Où irai-je ?
Et dévoile la syllabe oubliée. La lune est éteinte
Sur une fenêtre ouverte
Longues nuits Et ma poitrine versée
Le nuage succombe Dans les braises du temps.
Goutte à goutte
Les fontaines ont pour larmes
La pluie. 07.06.1999

14.11.1998

149 148
Un pas dans Tanezruft9 est aussi le repère
éphémère dans l’espace. Le temps et la
tente témoignent.
+ Réduire la dune à une simple poussière
livrée au vent, ainsi chaque roche devi-
ent un monument d’amour sur la peau du
désert, chaque arbre est lieu de rencontre
ou un paradis, chaque goutte d’eau une
rivière.
Etre nom-ade, savoir faire un pas en avant
NOMADE dans le silence absolu. Cela demeure dans
le domaine mystérieux, des langues des
peuples les plus nobles.

Seul l’homme bleu connaît son nom, cou-


vert par la poussière des siècles lointains.
Ansi, le ad de nom-ade devenu dans sa
langue
Tamaheqt8 la forme la plus invisible, car
elle creuse dans le futur et réanime dans
son chant le present douloureux. Le passé
quant a lui était terrefiènt. L
Le nom-ad, celui qui marche, chaque pas est
distance de sable en avant, pour approcher
l’horizon.
9 - Tanezruft*. Le désert.
Un proverbe Touareg dit* : A ga têglé, teqqal éwa s et-
teha.
(En queque lieu qu’aille un compement de nomades, il
8 - Tamaheqt*. La lanque Touaregue. (Berbère) finit toujours par retourner à son point de départ.

151 150
IV
Des tribus sont péril,
MN Ton talisman de ciel
Se suicide dans la chaire décapitée
D’argile fiable ou de roche de désert
Je me battrai

V
EXODE Tu es l’es l’égorgeur
Je suis l’égorgé
I Entre nous
L’irascible des martyrs oubliés Ta blessure et mon cri.
La terre de Yacine
Me traverse
Qui peut éployer l’aile ? VI
Le chagrain de papillon
Me quitte
II La brûleur de lumière
Le vent qui se déchire Me suit.
Et le souci du sable
Sur un croissant crucifié
Tel une écriture subit l’errance. VII
La révolte de la parole
Est sur nos territoires
III Détruit ma bouche
La guerre moua Ou braisé la mémoire
Comme ton écume L’épopée est exode
Le peuple demeure Ma poitrine l’y suffisait
Dans nos pas

153 152
VIII
J’écris avec mes dents
Pour soutenir les veines T
Et lever la langue première

M URM UR
IX
Toi l’égorgeur
Nous sommes la chair de l’Algérie
Dans ton regard tapi la mort
Dans nos bouches éclatent les saisons.

X
l’oiseau parlera un jour
D’épi et du feu
Puis il narre le cont
De couteau et de faucille.

Tout est calme


Et la parole épuisée
A l’ombre du murmure
Peut-être le rebelle reviendra-t-il
Ou un peuple se levait
Peut-être l’esclave
Enchaîné dans ma poitrine
Sera délivré

155 154
II
Je compte mes jours inertes
Par le tabac 5
Trois jours ont déjà coulé de ma vie
Ma blessure devenue plus grande
Et le nombre des victimes s’est élevée
Les vieux ont encore vieilli
Et la voix lointaine
Deerrière les fils barbelés
S’approche.
T EM PS
III
Le feu qui ne nous brûle pas
Ne peut chauffer nos corps fatigués
Comme la poésie de salon
Ne peut jamais inventer la flamme.

Tu-es un rêve du printemps,


IV Du feu
Je ne reconnaîtrai Et des faucilles.
Nul drapeau et mon pays est égrogé A quel temps appartient ton sang
Et je ne laisserai la langue de nos enfants Dequel sommet firge ta potrine
Que lorsqu’elle se lèvera dans leurs ven- Une taille pour toi.
tres.

Un seul mot te protège


Une pluie.

157 156
Quant à ton amour
Il a l’horizon
c Pour inventer les stations
De chaque cœur.

Quant à ton poème


Laisses-le dormir
Ainsi
S TAT I O N S S’habitue-t-il a ta solitude
Et oublier la rime.

Quant à plume
Brises-la en deux
Et offres-la au limons
Peut-être écrira-t-elle
Si ton cœur est obscurci Le reste de ta peine.
Chantes pour une nouvelle lumière
12.07.1999
Seule, seule elle était
Dans ta poitrine
Le feu de la pensée.

Quant à ta blessure
Laisses-la cicatriser
Sur la rive de ta serpe.

Quant à ta tombe
Laisses-la grandir
Pour qu’elle naisse
Ton cadavre émondé a

159 158
SOM M EIL
v

CHAISES Ne laissez pas le sommeil


S’habituer à vos lits
Mais laissez-le
S’y reposer
La chaise est une sculpture vide De sa fatigue épuisante
Se remplissant de squelettes humains. Alors qu’il naisse
Au café Dansson long éveil.
Le squelette s’approche
Une chaise l’attend. 16.17.1999

L’asphalte noir d’en face


Reflète dans mon verre
Une peine émue
Ainsi
Je vois tout noir
Les chaises sont noires
Les tables sont noires
Le sucre
Et la tasse à café
Quant à l’échanson
Il était noir jusqu’à la mélancolie

16.07.1999 .

161 160
III
L’ EQ U IN OX E D E JA R D IN S C’était dimanche
Un cadavre sur le dos

Je monte la voile,
Nager vers le plus lointain
Des cimetières.
Le diable de la poésie
N’est qu’un simple ange solitaire 20.07.1999
Parmi les vrais diables
19.07.1999

I
Ce dimanche la lune
Etait morte sue ma fenêtre
J’étais seul
Avec un cadavre lunaire.

II
C’&tait dimanche
Un cadavre sur le dos
A la recherche d’une tombe
Je marche
Sur la place inconnue
Autour d’une église en larme. 3

163 162
% ABYSSE

Je te vois sur le limbe de mon cœur


Et tu me vois
Enchevêtré de draps.
AUBADE
Miroir, ton visage est le mien
Et ton abysse est griffée
Sur ma peau

La parole n’est pas vaine 25.08.1999


Mais un oiseau
Habillé de peine ailée.

La parole peut être


Ce faucon géant
Qui survole les cieux.

La parole est l’ancêtre


Le plus lointain
Chantait l’hymne de mes aieux.

02.08.1999 Y

165 164
III
N
Suis-je la rime extérieure
De labouche ?
Combien d’hommes faut-il
Que je me prononce ?
Et ma bouche est envahie.

L’ HO U L E U S E B L E U E
IV

I De quelle mer suis-je venu ?


La ville est affamée dans le poème
De quelle mer suis-je venu ? Et ma langue
De quel feu ? Sur les territoires du monde
L’irrascible sève d’ancêtres Errait !
Où est-elle ?
Et mon pays est gémissement
Dans l’houleuse de peine V

Suis-je émeute ?
II Nul n’y est loin
Je marche sur mon front
Quelle mer m’appartient ? L’idole me suit
Quel ciel ? Je n’ai pas de terre
La parole me refuse Et la blessure fut ma taille
L’étoile trahie Je n’ai pas d’ailes
Je n’ai pas d’encre Seul le sable avoue ma sphère.
Je n’ai pas de sang.

167 166
VI
De quelle mer suis-je venu ? ~
De quel ardent de sel ?
Suis-je vague
Sur le joue des bateaux ?
TAIL L EUR
VII
De quelle mer suis-je venu ?
Sans poitrine
Taillé d’étoiles. Deux milles ans, le pas m’a trahi
Je tombe dans l’obscur silence.
29.12.99
La lumière taillée dans la poitrine su-
combe
Arraché le cœur, puis la voix de ce désert.
Semer la graine d’encre sur la fleur du
doigt.
Où irai-je sans amour ?
Pour arroser les mats.
Ainsi des nœuds envahissent la gorge
Et le poème d’ancêtre orphelin de vaines.
Dans mon ventre grandit un serpent noir
Ô ma tête où vais-je
Avec mes serpents ?
Et ma bouche reste fermée
Sur l’éternel tailleur du poème.

` 21.01.2000

169 168
Certains éclatent de rire ou jettent des
d murmures dans
L’oreille de leur compagnons.
Tout est calme, rigoureux, figé et les ar-
bres nus
Orchestrent un rite étrange et monotone.
A U TO M N E Chacun regarde en lui-même comme un
miroir brisé veut
Rassembler ses morceaux en racontant la
dernière conquête
D’amour ou la guerre qu’on subit.
Aujourd’hui c’est vendredi un jour
Aujourd’hui c’est vendredi. d’automne, que des mirages
L’après-midi les gens reviennent à leurs Traversent le ciel, d’ondes venues d’un
maisons autre horizon lointain.
Fatigué, absents, les têtes baissées.
25.01.2000
Tous suivent leurs pas.
Le soleil peu lumineux traîne derrière
leurs corps
L’air humide caresse leurs visages,
Des silhouettes drapées d’habits gris lé-
gers.
Aujourd’hui c’est vendredi, un jour
d’automne, le vent frais
Quitte les poumons de la mer pour frapper
les joues des passants.
Sans cesse le soleil lutte pour échapper aux
épais nuages,
Bascule les corps à gauche à droite
Sur le peu des rayons chauds qu’il lance. @

171 170
CIME
?
Le matin café, vin, lait
Noir, rouge et blanc
Toutes les couleurs sont à moi
L’arc-en-ciel ENVOL
Sur la table du sacrifice
Et les bovins. I
Tous sont à moi Les yeux suspebdus sur une herbe sèche
Du sang qui jaillit Et le sang jaillit de lueur nocturne
Jusqu'à la cime, Puis ton cœur qui bat
Café noir, Et la fenêtre drapée de ta blessure
Vin rouge, S’envole
Et lait blanc Plus loin un horizon l’attend.
Tous sont à moi, la colère qui naît
Dans le poème II
Et l’encens de nos mères. Ta bouche cicatrisera-t-elle le chant ?
Chanter
26.01.2000 Pour révéler le néant.

III
Là-bas un sable debout
Et la sueur d’enfants
Inondée de lumière
Debout
Sur les stations d’attentes.
^
26.04.2000

173 172
GOUTTE M

La rivière meurt seul sur son lit


Goutte à goutte
Nuages SABL E
Habitent le ciel.

Chaque soir
Je rassemble mes veines I
Une par une,
Mes pas s’accumulent dans mon cœur Ne donnez pas un nom à l’oiseau
Puis ma tête s’allonge entre les bras Ni au tigre
Alors Ni aux vagues
Le gémissement des gouttes Ainsi le bateau vacille la voile
Déchire ma poitrine L’oiseau volera au loin
Et le nuage couvre mon corps. Et l’immense demeure au tigre.

19.05.2000 Ne donnez pas un nom au poème


Pour que puisse déployer l’aile
Et traverser son désert

Si le tigre revient a l’ombre


Et la cendre au feu
Dans quelle éveil repose le poème
w De quelle tempête rêvera le sable.

175 174
II

Nous partons O
Loin de cette terre.
Je te vois dans les stations d’espace
Inondé de poussière céleste.
Quant a l’homme
Au corps braisé sur la table d’astronaute
Etait d’ailleurs.
Quant au sable un récital nocturne M AINS
Et cri de
Ciel qui compose la rime
Nous partons
Nous partons.

La mer quitte le port


Je suis sur une terre aride, j’attends.
Avec quel mot commencer ?
Et moi je compte mes jours par le nombre
des victimes
Les mains sales !
Et si le ciel tombe !
Si une ville succombe !
2 Qui sait !
Qui sait !

177 176
II

Silencieux comme un oranger w


Chaque lumière est à toi.
Ô l’orange-lumière
Tu-es coupée en deux
Deux lanternes
L’une suspend ton ciel
L’étoile de Henné dans ta main.

III
L A L UNE QUI M ON TE
Si j’avais un pays
Si j’avais une terre
J’inventerais pour la natoin
Un ciel orné de fibules
Et d’eaux ivres d’etoiles. J’irai dans l’espace
Pour célébrer ta noce
Nouer mon aube au cheville de ta porte
06.10.97 Et la lune qui monte
24.09.97
Et ta voix qui monte
Comme cette jument
Qui galope dans le miroir.
Loin derrière le sable
Sur chaque dune
Une main suspendue au limbe de ton
étoile
Et le ciel orne ta bouche de fibule de
% désert.

179 178
Et la lune qui monte
Chargée de murmures 5
Et mon corps qui se déchire
Et mon rêve qui flotte
Loin
Rempli de vos chants
A l’ombre des planètes
Cri de lumière ÎL E
Inondée de musique.

Lever le matin
Réveiller ta porte
Veiller mon espace Nul net e voit
Dans des vaisseaux lunaires Ainsi tu n’es qu’une île
Et la lune qui monte Fermée
Dans ta voix féerique. Engloutie sur toi.

J’irai dans l’espace Ni rideaux


Inondé de musique. Ni fenêtres à ta solitude
Et la bouche lointaine
Du désert
Raconte encore
Il était une fois.

Un homme….
Un homme….
Habité par une île…!

^
24.01.02

181 180
mais les flèches nues de Godos traversent
ton altitude et le sang cris et déchire ta voix
w d’azur, aux pieds de chaque aube sept lunes
accrouples a Tagana-nnegh pour inventer
le Gofio tel le blé rêve au sommet d’Afur.
Majos où est-elle Tafira notre maison re-
construite sur la joue des montagnes ?
CANARIAS L’irrascible palmeraie Maziglos qui ac-
OU L’EXERCICE DU FEU cueille ta révolte.
Comment se suicide la lave vorace de Teide
sur les lévres de Tih-n-rrife ?
Et ce grand oiseau nocturne qui niche au
tréfonds de ton âme Voler, voler au loin
Pour vénérer l’anémone des îles étermelles.
De quel limbe avouer ta blessure ?
La mer pleure une main coupée de ton Ton corps replié sur lui-même, et la porte
corps Afriquia D’où commence ton poème de ton argille encendiée.
de désert ! Sinon Tafira qui fait signe au nid Ainsi les mâts reviennent-ils de leur éxode
de Telde Et réanime le rêve de tes ailes. sur les vaisseux du desert ?
Voler, voler au loin, Majos fils du soleil, le Seuls approchent la rétine de ta flamme.
vent était une taille pour toi, ainsi ta pa-
role, la voile de notre écriture Tara puis
Tira le cervle des septes étoilles errant dans
l’Atlantique. II
Le sable de Tamazgha habitait ta bouche,
vague d’hymnes chante l’océan. Dans quelle pluie
Sept roches pour l’amour des dunes, et la Se précipite ton ciel
nostalgie de palmes annonce que l’ancêtre De quel feu ardent ?
Guanche a encore dans sa main le Makana, D’où vient ce chant d’amour
le sceptre qui rallume l’huile de ton histoire Ce tumulte, cette odeur d’encens ?
palpitante. De la bouche de cette fleuriste
Majos ma fenêtre ouverte avance vers toi, Ou de la colère de ton volcan

183 182
V

( Les morts connaissent le chemin du soleil


et celui de leurs tombes.
Sur le marbre de Las Palmas Majos gravé
III le cervle de Tara
Vert comme la vierge ébloule du templke,
Le cactus rime ta mémoire bleu clair comme ce ciel de solitude
Lorsque la neige sur la chevelure de Teide Et jaune canarlas le printemps de ta jeu-
se fond nesse montante.
Guanche ton aube pleure la dignité de Où sont-ils les cadavres de nos ancêtres,
Maziglos ou encore sur leur seuils de lumière che-
Un seul pas suffit vauchent et scuiptent la pierre de zenata.
Pour enjamber l’horizon Comme une planète entlère quitte son
La terre du feu t’habite silence, tu es Libre Canarias, tel un Drag-
Celle de la reine Tegiza onier, la tête sur le sommet du feu et les
Ou d’Ossinissa roi de tih-nrrif. racines dans le berceau de l’océan.

IV

Combien de fois ai-je invebté la blessure ?


La même blessure
Puis
Ils l’ont égorgée.

Combien de fois ai-je inventé l’amour ?


Le même amour
Puis
Ils l’ont enterré. U

185 184
Tigiza
Une reine de Lanzarote au XVème siècle
Ossinissa
Roi de Tenerife en 1430 après J.C
Gofio
Un plat traditionnel canarien
note : Godos
Le nom donné par les canariens aux espagnols
Guanche
Le nom Amazigh des canariens
Zenata
La pierre de Zénète est l’écriture la plus ancienne dé-
Afur couverte aux îles Canaries
Un sommet de montagne à Tenerife
Dragonier
Un arbre millénaire au îles canaries
Las Palmas
Une grand île des canaries
Majos
Le fils du soleil dans la légende des canariens pour qui
les morts vont vers le soleil
Makana
Un gourdin dont les canariens se servaient pour com-
battre les espagnols
Mazigos
Amazigh en canarien
Tagana-nnegh
Un village sur le sommet des montagnes signifiant
notre forêt
Tafira
Village situé sur une montagne à Las Palmas
Tara-Tira
Signifie l’écriture chez les Imazighen
Teide
Le plus grand volcan des îles Canaries à Tenerife
Tih-n-rrif
Tenerife qui signifie celle de la rive

187 186