Vous êtes sur la page 1sur 33

²

ROYAUME DU MAROC

AGENCE NATIONALE DE PROMOTION DE L’EMPLOI ET DES COMPETENCES

Plan de Développement 2009-2012

Version du 14 novembre 2008

1
Sommaire

Mot du Directeur Général

I - ANAPEC 2006 – 2008 : Bilan d’étape


1.1 Principaux acquis

1.2 Insuffisances relevées

1.3 Réalisation marquantes

II - ANAPEC 2012
2.1 Orientations générales

2.2 Vision ANAPEC 2012

2.3 Axes de développement

2.4 Réalisations prévisionnelles

III - Axes de développement 2009-2012

3.1 Améliorer l’employabilité des chercheurs d’emploi pour faciliter leur insertion professionnelle

3.2 Assurer un accompagnement de qualité des employeurs et investisseurs

3.3 Renforcer le dispositif d’appui à la création d’entreprise

3.4 Développer l’ouverture l’environnement et appuyer les dynamiques régionales et sectorielles et les
chantiers nationaux

3.5 Moderniser le management et mobiliser le capital humain

2
Mot du Directeur Général

Les années 2006-2008 ont été novatrices dans le domaine de la lutte contre le chômage et la pauvreté.
L’INDH, lancée par Sa Majesté le Roi Mohamed VI a fait de l’homme le cœur des priorités nationales,
un projet sociétal et intégré dont l’emploi est une composante prépondérante.

Les années 2006-2008 ont été également marquées par la réalisation de grands chantiers réformant et
dynamisant des secteurs entiers de l’économie nationale. L’industrie a connu le démarrage de son
développement à travers le plan Emergence. La dynamisation du commerce a été formalisée dans le
cadre d’un plan spécifique Rawaj. L’agriculture, secteur stratégique pour le développement socio-
économique du Maroc, a fait l’objet d’un plan de relance baptisé Plan Maroc Vert et le tourisme a vécu
une évolution soutenue dans le cadre de la vision 2010 dont le plan Azur est une composante
principale.

Cette même période a fait l’objet du premier plan de développement de l’ANAPEC visant à
accompagner les objectifs qui lui ont été fixés dans le cadre du Contrat Progrès signé avec l’Etat en
marge des journées Initiatives Emploi tenues en septembre 2005. Les faits marquants de ces trois
années sont, notamment : La mise en place d’une politique d’emploi active visant le développement de
l’employabilité (TAEHIL), la promotion de l’emploi salarié (IDMAJ) et l’appui à la création de la petite
entreprise (MOUKAWALATI) ; La modernisation et l’extension du réseau, l’ouverture sur les partenaires
nationaux et internationaux et le positionnement sur les grands chantiers et les secteurs à fort potentiel
de développement.

Le deuxième plan de développement de l’ANAPEC pour les années 2009-2012, élaboré suite à la
signature d’un nouveau Contrat Progrès avec l’Etat pour la même période, visera d’une part à conforter
les acquis et consolider les réalisations et à accompagner les dynamiques régionales et priorités
nationales en matière d’investissement et d’insertion des femmes et hommes dans la vie
professionnelle.

Ce plan de développement sera articulé autour de cinq axes majeurs :

1. Améliorer l’employabilité des chercheurs d’emploi pour faciliter leur insertion dans la vie active
2. Professionnaliser l’accompagnement des employeurs et des investisseurs ;
3. Renforcer le dispositif de création d’entreprises ;
4. Développer l’ouverture sur l’environnement, et accompagner les dynamiques régionales et
sectorielles et des chantiers nationaux ;
5. Moderniser le management et mobiliser le capital humain.

L’ambition de l’ANAPEC est d’accompagner l’intégration socio-économique de 210 000 femmes et


hommes dans le cadre de l’emploi salarié, soit le double de l’objectif de l’ancien Contrat Progrès.

3
I - ANAPEC 2006 – 2008 : Bilan d’étape

4
1.1 Principaux acquis
Le plan de développement de l’ANAPEC pour la période 2006 – 2008 a été élaboré pour répondre à la
commande de l’Etat conformément aux décisions consensuelles issues des Initiatives Emploi tenues en
septembre 2005.

Les principaux acquis de l’ANAPEC pour la période 2006 – 2008 peuvent être synthétisés comme suit :

 La signature du premier Contrat progrès de l’ANAPEC ;

 L’élaboration d’une politique active de promotion de l’emploi basée sur quatre mesures
phare : IDMAJ pour la promotion de l’emploi salarié, TAEHIL pour l’amélioration de
l’employabilité des jeunes diplômés, Moukawalati pour l’appui à la création de la petite
entreprise et modernisation de l’Agence nationale pour une meilleure dynamisation de la
fonction intermédiation en emploi ;

 La mise en place d’un réseau d’agences modernes couvrant l’ensemble des 70 provinces
et préfectures ;

 L’institutionnalisation d’un management par objectif basé sur la contractualisation à tous


les niveaux et le renforcement de la fonction audit et contrôle de gestion ;

 Le développement d’un système d’information supportant les prestations et les mesures


pour l’emploi ;

 L’amélioration de la gestion administrative et financière avec la certification des comptes de


l’ANAPEC et l’assainissement des différentes situations ;

 La professionnalisation des prestations et services de l’ANAPEC à travers une amélioration


de leur qualité et un meilleur ciblage des différentes clientèles ;

 La mise en place d’un dispositif de placement à l’international ;

 Le lancement d’une approche sectorielle à travers la réalisation d’études prospectives


régionales et la mise en œuvre de dispositifs d’appui à la formation spécifiques ;

 Le positionnement de l’ANAPEC sur les chantiers nationaux structurants et les grands


projets d’investissement ;

 Le développement du partenariat et des relations internationales ;

 L’amélioration de l’image de l’ANAPEC et le renforcement de sa notoriété ;

 La professionnalisation et le renforcement du capital humain.

5
1.2 Insuffisances relevées
La mise en œuvre du plan de développement et les résultats des différentes enquêtes et études
réalisées ont permis de relever quelques insuffisances dont les principales peuvent être résumées
comme suit :

 L’insuffisance au niveau de la capacité de prise en charge de l’ensemble des chercheurs


d’emploi dont l’effectif dépasse les moyens de l’ANAPEC ;

 L’insatisfaction d’une partie des chercheurs d’emploi due à un manque d’accompagnement


personnalisé et à une faible de mise en relation avec les entreprises ;

 L’absence de mesures pour l’emploi dédiées aux populations non diplômées ce qui ne
permet pas de répondre aux besoins en ressources humaines de secteurs important, tels
que le bâtiment, le textile, l’hôtellerie, les services aux entreprises et aux personnes… ;

 Le déficit en fiabilité de la base de données et en profils pointus ;

 Le déficit en matière d’intermédiation à distance, notamment, vers les cadres et profils


pointus ;

 L’absence de couverture sociale pour la mesure de formation insertion ;

 Le déficit en matière d’initiative privée et d’idées innovantes pour un meilleur


développement de la création d’entreprises ;

 L’altération de l’image du programme Moukawalati compte tenu des réalisations comparées


à l’objectif initial très volontariste ;

 Les limites du cadre de gestion des ressources humaines de l’ANAPEC au regard ses
spécificités.

1.3 Réalisations marquantes

Les années 2006 – 2008 ont été marquées par une nette évolution des réalisations en matière de
prestations et d’insertion des chercheurs d’emploi dans la vie active.

En effet, en dehors du programme Moukawalati dont les objectifs initiaux ont été très volontaristes, les
autres programmes ont connu des taux de réalisation satisfaisant sinon largement dépassés.

De même, le nombre des agences a plus que triplé passant de 24 agences en 2005 à 74 agences en
2008.

Le programme Idmaj dont l’objectif était d’insérer 105 000 chercheurs d’emploi entre 2006 et 2008
a permis 108 000 insertions à fin septembre 2008. Il est prévu d’atteindre le chiffre de 120 000 à fin
décembre 2008, soit 15% de plus que l’objectif ciblé.

6
Evolution des insertions
46 000
40160
32880

24000
19044 17085 19985

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008

Le programme Taehil qui visait la formation de 50 000 jeunes diplômés et dont le démarrage a connu
une année de retard a permis d’identifier à fin septembre 25 000 opportunités de formations en vue
d’une insertion avec la formation effective de ……………personnes.

Le programme Moukawalati a permis après 15 mois de mise en œuvre la création de plus de 1000
petites entreprises.

7
II - ANAPEC 2012

8
2.1 Orientations générales
L’élaboration du plan de développement 2009 – 2012 se fonde sur les principales orientations suivantes
qui constituent également les opportunités et défis que l’ANAPEC pour la même période :

 L’INDH

 La déclaration du gouvernement qui confirme le développement de l’ANAPEC traduite par


la mise en place d’un Contrat progrès pour la période 2009 – 2012

 Les grands chantiers structurants : Tanger Med, Station Bouregreg, le shéma autoroutier et
routier, l’habitat social, les infrastructures aéroportuaires et ferroviaires, les
télécommunications…

 Les stratégies sectorielles : programme Emergence, plan Maroc Vert, plan Rawaj, Visions
2010-2020 du tourisme

 Le plan d’urgence de réformes de l’éducation et de la formation professionnelle

2.2 Vision ANAPEC 2012

La vision de l’ANAPEC à l’horizon 2012 se veut être stratégique et ambitieuse afin de répondre aux
objectifs économiques et sociaux du Maroc.

L’ANAPEC ambitionne d’être la référence en matière de promotion de l’emploi, tant pour ses
clients et ses partenaires que pour les décideurs dont elle peut éclairer les politiques d’emploi et
de formation professionnelle et contribuer aux synergies à opérer entre les différents acteurs
publics et privés.

S’appuyant sur un réseau d’agences modernes et de proximité, l’ANAPEC accompagnera


activement les employeurs, les chercheurs d’emploi et les porteurs de projets dans la
satisfaction de leurs besoins par des prestations adaptées et de qualité.

L’Agence nationale s’inscrira au cœur des priorités nationales, des dynamiques régionales et
sectorielles en matière de promotion des compétences et d’entrepreneuriat.

La force motrice de l’ANAPEC est son capital humain, un véritable levier collectif mobilisé en
permanence et dont l’Agence Nationale veille à maintenir et à accroître la valeur tout en le dotant des
moyens nécessaires permettant l’alignement des réalisations aux actions et objectifs qui lui sont
assignés par l’Etat.

2.3 Axes de développement


Le plan de développement 2008-2012 tend à conforter et développer les acquis de l’Agence Nationale
et lui permettre de jouer un rôle majeur dans le développement économique et social du Maroc. Le plan
de développement sera basé sur les cinq axes suivants :

9
1. Améliorer l’employabilité des chercheurs d’emploi pour faciliter leur insertion dans la vie
active ;

2. Professionnaliser l’accompagnement des employeurs et des investisseurs ;

3. Renforcer le dispositif de création d’entreprises ;

4. Développer l’ouverture sur l’environnement, et accompagner les dynamiques régionales


et sectorielles et des chantiers nationaux ;

5. Moderniser le management et mobiliser le capital RH.

2.4 Réalisations prévisionnelles


La mise en œuvre des différents axes de développement de l’ANAPEC ainsi que la mobilisation des
mesures d’accompagnement nécessaires permettront les réalisations prévisionnelles ci-après :

Pour l’emploi salarié, connu sous le nom d’Idmaj, qui porte aussi bien sur les contrats de droits
communs que les contrats l’insertion, les réalisations prévisionnelles à l’horizon 2010 se présentent
dans le graphique qui suit :

Projections Programme IDMAJ

65 000
60 000
55 000
50 000 00000

2009 2010 2011 2012

Ainsi, pour la période 2009 – 2012, l’ANAPEC projette l’insertion de 230 000 chercheurs d’emploi, soit
le double de l’objectif du premier contrat progrès. Ses prévisions portent sur l’insertion au Maroc et le
placement à l’international.

La réalisation de cet ambitieux objectif sera étroitement lié à la prolongation des avantages octroyés
dans le cadre de la formation insertion qui prendront fin pour la partie fiscale en 2010.

Pour la période 2009-2012, le programme Taehil qui vise à assurer des formations qualifiantes ou de
reconversion au regard de besoins identifiés ou potentiels a pour objectif l’insertion de 100.000
chercheurs les projections suivantes :

10
Projections Programme TAEHIL

30 000

28 000

24 000

15 000

2009 2010 2011 2012

Pour la période 2009-2012, le programme Moukawalati cible l’accompagnement de 10.000


entreprises selon les prévisions suivantes :

Projections Programme MOUKAWALATI

3 500
3 000

2 000

1 500

2009 2010 2011 2012

Enfin, le réseau des agences sera densifié, à l’horizon 2012, par la création de 20 nouvelles agences
partenariale et une centaine d’espaces emploi.

11
III - Axes de développement 2009-2012

12
3.1 Améliorer l’employabilité des chercheurs d’emploi pour faciliter leur insertion
dans la vie active
3.1.1 Développement de la proximité du service aux chercheurs d’emploi

L’agence a toujours œuvré pour un meilleur service de proximité en identifiant continuellement de


nouvelles formes permettant de démultiplier son action. L’universalité des prestations de l’ANAPEC
constituant un de ses objectifs stratégiques.

Ainsi, la période correspondant au premier plan de développement 2006-2008 a été marquée par
l’extension de son réseau d’agences avec l’objectif de couvrir les 70 provinces et préfectures du
Royaume. Quatre agences de placement à l’international ont été également ouvertes.

Quant à la période de couverture du deuxième plan de développement 2009-2012, la multiplication des


points de délivrance des services et prestations de l’ANAPEC obéira aux principes suivants :

 Synergie avec les acteurs oeuvrant dans les domaines de l’économie, de la formation et du
développement social pour une meilleure rationalisation des moyens. Dans ce cadre, 120
points de services seront ouverts à l’horizon 2012. Il s’agit de :

- agences partenariales, structures délivrant l’ensemble des prestations de l’ANAPEC et


mises en place selon un principe de partage des charges avec le partenaire (ressources
humaines, locaux, équipements et frais de fonctionnement) ;

- centres multiservices, complexes offrant au niveau du même site d’un ensemble de


prestations et mesures relatives à l’emploi salarié (entretiens de positionnement, ateliers de
recherche méthodique d’emploi, consultation d’offres d’emploi et dépôt de candidatures,
formation qualifiante…) et à l’auto-emploi (accompagnement à la création de petites
entreprises « programme Moukawalati » et d’AGR en général, assistance à la préparation
des dossiers de financement « INDH », financement par le micro crédit…) ;

- espaces emploi, entités offrant un minimum de prestations (entretiens de positionnement,


ateliers de recherche méthodique d’emploi, consultation d’offres d’emploi et dépôt de
candidatures, informations sur la création d’entreprises et d’AGR…) ;

Ces points de services seront aménagés conformément à des chartes spatiales spécifiques :

 Recours aux technologies de l’information et de la communication, à travers le renforcement et


le développement des services à distance pour permettre à tout chercheur d’emploi, à partir
d’un accès Internet, l’inscription dans la base de données de l’ANAPEC, la mise à jour de son
dossier, la consultation de son espace personnel et des offres d’emploi avec dépôt de
candidatures éventuellement, l’auto évaluation par rapport à un emploi métier, une langue…,
l’auto formation en langues ou en techniques de recherche méthodique d’emploi.

 Utilisation d’unités mobiles pour la couverture d’un nombre plus important de localités,
permettant ainsi une plus grande efficience. Ces unités comportent les principaux espaces
d’une agence ANAPEC, à savoir l’espace libres services, le poste d’entretien de
positionnement et une salle de formation. Sur la base d’une programmation préalable, les
chercheurs d’emploi d’une localité déterminée sont informés sur la période où ils pourront
bénéficier des différents services et prestations. L’objectif est l’acquisition de 6 unités mobiles à
l’horizon 2012.

13
Ces différents points de délivrance des services et prestations seront ouverts dans le cadre de
partenariats.

3.1.2 Amélioration de la qualité de service pour une meilleure satisfaction des chercheurs
d’emploi

Les différentes enquêtes de satisfaction réalisées par l’ANAPEC en direction des chercheurs d’emploi
ont révélé de fortes attentes de cette clientèle par rapport à l’accueil, la qualité des prestations et la
multiplication des mises en relation avec les employeurs. Ces aspects qui ont été déjà intégrés dans le
plan de développement 2006-2008, seront achevés et renforcés dans le cadre du présent plan de
développement.

Ainsi, pour l’accueil, il sera procédé à :

 L’achèvement de l’aménagement des espaces emploi conformément à la charte spatiale qui


prévoit : un espace « attente active », un espace affichage des offres et des informations et
procédures, un espace multimédia pour la consultation du site web de l’ANAPEC, un espace
travail pour la préparation des écrits de recherche d’emploi (lettre de motivation et CV) et la
consultation de documentation spécialisée ;

 L’équipement des différents espaces en supports audio visuels et didactiques sur les
métiers, l’orientation professionnelle, l’auto évaluation, l’auto formation sur les techniques de
recherche active d’emploi… ;

 L’organisation de la fonction accueil. Ainsi, un chercheur d’emploi qui se présente à une


agence, sera invité à retirer un ticket d’attente en fonction de la prestation désirée (espace
multimédia, espace travail, entretien de positionnement…), suivra des films ou des spots dans
l’espace « attente active », sur les secteurs porteurs, les métiers, les prestation avant de
bénéficier de la prestation.

Pour les prestations, tout chercheur d’emploi qui s’inscrit dans la base de données de l’ANAPEC, aura
droit à un entretien de positionnement qui donnera lieu à un plan d’action contractualisé avec son
conseiller. Ce plan d’action comportera les ateliers de recherche d’emploi à suivre, les travaux à
effectuer sur le terrain (visites d’organismes ou d’entreprises pour une meilleure connaissance des
secteurs et métiers) et les formations complémentaires nécessaires éventuellement (technique,
langues, bureautique).

Sur le plan qualitatif, les ateliers de recherche d’emploi subiront des améliorations continues sur le plan
du contenu et surtout de l’approche pédagogique (formation pratique, étude de cas, renforcement de
l’usage des supports audio visuels…). De même la capacité de formation connaîtra un important
développement avec l’aménagement des salles au sein des nouvelles agences et la poursuite de
l’externalisation.

Quant à l’attente relative à la multiplication des mises en relation avec les employeurs, le nombre
d’offres d’emploi recueillies par les conseillers continuera à connaître une importante évolution chaque
année.

14
3.1. 3 Amélioration de l’employabilité des chercheurs d’emploi ayant des difficultés d’insertion

Sont considérés chercheurs d’emploi rencontrant des difficultés d’insertion, les personnes inscrites à
l’ANAPEC depuis plus de 6 mois ou ayant une formation qualifiée inadaptée aux besoins des
entreprises. Pour cette population, une offre de services spécifique a été élaborée et sera réajustée et
améliorée continuellement.

 Tout chercheur d’emploi ayant des difficultés d’insertion aura un conseiller référent, un plan
d’action personnalisé et bénéficiera d’un suivi périodique.

 A travers l’entretien de positionnement, le conseiller référent fera le point avec le concerné sur
ses atouts et ses insuffisances, effectuera la prescription des prestations nécessaires et
formalisera un plan d’action qui constituera un engagement mutuel. Ce plan d’action pourra
comporter en fonction du bilan, une formation technique « qualifiante » au regard des besoins
potentiels des entreprises, une formation sur la communication, le bureautique ou les
techniques de recherche méthodique d’emploi.

Dans ce cadre, l’ANAPEC oeuvrera à dynamiser les comités régionaux d’amélioration de


l’employabilité et les commissions techniques, dans l’objectif d’un meilleur ciblage des besoins en
recrutement de la région et d’une plus importante implication des entreprises dans les opérations de
formation. De même, le partenariat avec les opérateurs de formation sera renforcé et élargi aux écoles
de langues, aux centres culturels des ambassades et aux établissements techniques spécialisés.

Le suivi périodique qui constitue une des actions principales de l’offre de services des personnes
rencontrant des difficultés d’insertion sera confié à un prestataire externe. L’ANAPEC prendra en
charge la formation des personnes recrutées par le prestataire à cette fin, pour les amener à mieux
remplir la fonction de télé conseiller en emploi.

3.1.4 Développement de la régulation inter régionale

Dans un souci de réduction des disparités régionales en matière d’emploi, l’ANAPEC développera
plusieurs actions en direction des régions et localités à environnement économique peu développé.
Ainsi, les agences de l’ANAPEC situées dans ces régions et localités seront appelés à :

 Organiser des formations qualifiantes au regard des besoins potentiels au niveau national ;

 Mieux préparer les chercheurs d’emploi à travers des formations sur les techniques de
recherche méthodique d’emploi ;

 Mettre en place des partenariats avec les agences des régions à fort potentiel d’emploi ;

 Développer l’auto emploi d’avantage et assurer l’accompagnement en direct le cas échéant.

De même, il sera procédé au niveau national à :

 La constitution d’une banque nationale de candidatures relatives aux métiers en tension, en vue
de permettre aux chercheurs d’emploi ayant suivi des formations porteuses de bénéficier de
plus d’offres d’emploi, indépendamment de leur lieu de résidence ;
 La diffusion des offres d’emploi massives, nécessitant un nombre important de candidatures
pour permettre à toutes les régions et localités d’en bénéficier sur la base de partenariats avec
l’agence chargée du traitement de l’offre.

15
3.1.5 Développement du placement à l’international

La mise en place du placement à l’international a débuté en 2005, particulièrement, dans le cadre du


projet MEDA 2 « Appui institutionnel la circulation des personnes » et a permis d’élaborer et de lancer
une offre de service spécifique, de mettre en place quatre Agence spécialisée et des espaces de
placement à l’international au niveau de l’ensemble des agences. Le projet MEDA a permis,
également, de développer les relations institutionnelles de l’Agences avec les parties prenantes
nationales et internationales ( Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Ministère des
Affaires Etrangères et de la Coopération, Ministère chargé des Marocains Résidents à l’Etranger,
Conseil Supérieur des marocains résidents à l’Etranger, Ministèrede l’intérieur, UE, OMI, Ambassades,
Services d’Emploi Publics européens…..).

Pendant la période 2009 – 2012 l’ANAPEC compte consolider les acquis et renforcer son
positionnement en tant qu’interlocuteur privilégié pour la gestion des flux migratoires aux fins de travail
par la mise en œuvre des principales actions suivantes :

 Renforcement de la veille institutionnelle par la mise en place, notamment, d’un comité


interinstitutionnel et développement des relations bilatérales de l’Agence ;

 Structuration de la prospection à travers la mise en place d’un réseau de prospecteurs dans les
pays demandeurs de main d’œuvre, tels que Espagne, France, Italie, Irlande, Portugal,
Canada, Pays du Golfe….;

 Développement de nouveaux partenariats avec des régions ou localités potentiellement


recrutrices de main d’œuvre marocaine, à l’instar du partenariat avec Cartaya et la Corse ;

 Développement de l’offre de service à l’international pour un meilleur accompagnement des


candidats à l’émigration et au retour à travers notamment des prestations spécialisées et
services à distances adéquats ;

 Anticipation des besoins en recrutement des entreprises étrangères intéressées par la main
d’œuvre marocaine à travers la constitution de viviers de compétences et l’organisation de
formations qualifiantes.

3.1.6 Etendre l’offre de services à certaines cibles spécifiques des chercheurs d’emploi

En vue d’arrêter la meilleure approche pour accompagner certaines populations spécifiques de


chercheurs d’emploi (personnes à besoins spécifiques, bénéficiaires de l’indemnité pour perte d’emploi,
population post carcérale…), l’ANAPEC réalisera des études basées sur un benchmark national et
international, en vue d’élaborer des offres de services spécifiques.

Ces études traiteront aussi bien les actions à développer par un Service d’Emploi Public que les
mesures incitatives nécessaires.

En parallèle, les actions de partenariat initiées, visant l’accompagnement de ces populations seront
poursuivies, renforcées et réajustées continuellement. Il s’agit notamment :

16
 Des espaces emploi au sein des centres mixtes mis en place en partenariat avec la
Fondation Mohamed V, dans l’objectif d’accompagner les lauréats à besoins spécifiques.

En plus des prestations développées au sein d’un espace emploi, les conseillers de
l’ANAPEC procéderont à l’identification des emplois/métiers pouvant être occupés sans
difficultés par cette population et à la validation avec les entreprises, du principe de son
orientation vers des offres d’emploi à satisfaire.

 Des actions de conseil, de formation sur les techniques de recherche d’emploi et de mise en
relation au profit de la population post carcérale développées en partenariat avec la Fondation
Mohamed VI.

 Des actions de formation qualifiante au profit des non diplômés au regard de besoins réels
ou potentiels en recrutement, organisées en partenariat avec les collectivités locales (Conseil
de région de Marrakech Tensift el Haouz, conseil provincial d’Ouarzazate, Commune urbaine
de Sefrou…).

Pour les bénéficiaires de l’indemnité pour perte d’emploi, le contenu de l’accompagnement, encours de
discussion, sera finalisé en partenariat avec les parties concernées (département de l’emploi, CNSS…).

3.2 Assurer un accompagnement de qualité des employeurs et des investisseurs


dans la satisfaction de leurs besoins en recrutements
3.2.1 Développement du marketing et de la prospection auprès des employeurs

La promotion de l’offre de services de l’ANAPEC auprès des entreprises et la prospection des offres
d’emploi constitue une action majeure à tous les niveaux (local, régional et national). Plus de 100 000
entreprises reçoivent des mailings ou sont directement contactées.

Dans ce cadre, chaque agence et chaque conseiller en emploi ont des objectifs annuels contractualisés
en matière de visites d’entreprises et de recueil d’offres, deux indicateurs ayant connu une évolution
soutenue.

Sur le plan organisationnel, chaque conseiller en emploi a un portefeuille d’entreprises clientes, à


accompagner et suivre pour mieux anticiper leurs besoins en recrutements et en compétences. Les
entreprises à importants besoins en recrutements sont suivies par les directions régionales, voire la
direction générale.

La période 2009-2012 connaîtra un développement de l’action de l’ANAPEC en direction des


entreprises à travers :

 Une intensification de la prospection suite à l’extension du réseau des agences.

 L’envoi de mailings au plus grand nombre d’entreprises.

 Un renforcement de la communication en direction des petites entreprises, notamment, par la


voie des mass médias.

17
Cette période sera marquée également par la poursuite de la professionnalisation de l’acte prospection,
à travers la formation et le perfectionnement des conseillers ainsi que la finalisation des outils et
supports de communication spécialisés.

3.2.2 Organisation de séminaires d’information et de formation au profit des aux employeurs

Le tissu des entreprises marocaines est constitué de PME à plus de 90%. La fonction ressources
humaines n’est pas toujours très développée, sauf pour les grandes entreprises et les multinationales.
Un meilleur accompagnement de l’entreprise dans le processus de recrutement nécessite des actions
soutenues d’information et de formation en direction des chefs d’entreprises et des chargés des
ressources humaines.

Ces actions portent, notamment, sur :

 L’offre des services de l’ANAPEC et particulièrement les prestations développées en faveur de


l’employeur.

 Les meures incitatives pour l’emploi, notamment les conditions et les procédures de bénéfice.

 Le recours aux services à distance et les possibilités et facilités offertes à ce niveau.

 L’assistance à la définition du besoin en recrutement…

La période 2009-2012 qui sera marquée par une grande dynamique économique (vision 2010 du
tourisme avec le plan Azur, plan émergence avec les nouveaux métiers industriels du Maroc, plan
Maroc vert…) et la réalisation de plusieurs projets d’envergure (Port Tanger Med, Aménagement de la
vallée Bouregreg…), connaîtra un développement continu des séminaires d’information et de formation
au profit des entreprises.

Ces séminaires seront organisés à tous les niveaux :

 Par les agences au niveau local, sachant que chaque Province ou Préfecture sera couverte par
une agence dotée de conseillers spécialistes et d’infrastructures nécessaires.

 Par les directions régionales en partenariat avec les organisations et chambres


professionnelles de la région, les CRI, les universités et les opérateurs de formation
spécialisés.

 Par la direction générale en partenariat avec les associations et fédérations professionnelles,


les départements ministériels et organismes concernés ou des organisations internationales.

L’approche pourrait très bien être par secteur d’activité, par zone industrielle, par projet comme elle peut
être transversale.

3.2.3 Accompagnement des investisseurs

L’accompagnement des investisseurs depuis leurs actions d’investigation jusqu’à la concrétisation de


leurs projets est une action majeure de l’ANAPEC. Il passe par plusieurs étapes :

 Information sur la disponibilité des compétences et les possibilités d’anticipation des


besoins en ressources humaines en cas de besoins.

18
 Mise en exergue des mesures incitatives pour l’emploi et information sur les conditions et
procédures de bénéfice.

 Mise à disposition de quelques données sur le marché du travail (fourchettes des salaires
pratiqués et avantages offerts pour un profil ou un secteur donnés).

 Diffusion d’offres d’emploi et présélection de candidatures.

 Assistance à la réalisation d’actions de formation complémentaires en cas de besoins.

Chaque investisseur est suivi par un conseiller, qui peut être amené à effectuer des stages d’entreprise
au Maroc ou à l’étranger pour mieux comprendre les spécificités de cet investisseur.

L’accompagnement des investisseurs sera renforcé et structuré à travers :

 Le renforcement du partenariat avec la direction des investissements extérieurs et les CRI.

 L’ouverture d’antennes de l’ANAPEC au sein de sites industriels, touristiques ou commerciaux


(zones off shore, stations balnéaires, complexes touristiques et commerciaux…).

 Le développement d’expertise sectorielle par la spécialisation de conseillers, voire d’agences.

 L’élaboration de supports de communication adéquats (films, dépliants…).

L’objectif de l’ANAPEC est de mieux valoriser l’accompagnement et les avantages en matière de


ressources humaines qui constituent un des facteurs décisifs au niveau du choix du pays
d’investissement.

3.2.4 Développement d’une approche spécifique destinée aux profils pointus

L’insertion des diplômés rencontrant des difficultés particulières, nécessite le recueil d’offres d’emploi en
quantité importante. Cet objectif passe par la satisfaction des entreprises et leur fidélisation, ce qui
exige des agences de l’ANAPEC de pouvoir répondre à la majorité, voire la globalité des besoins en
recrutements des entreprises clientes, sachant que ses besoins vont de l’ouvrier au cadre pointu en
passant par les techniciens et l’encadrement moyen.

Dans ce cadre, et après quelques initiatives des agences visant à attirer quelques profils pointus
(lauréats d’écoles supérieures, cadres expérimentés à la recherche d’emploi…), l’ANAPEC mettra en
place une approche spécifique en direction de cette catégorie de chercheurs d’emploi. Cette approche
sera basée sur les actions ci-après :

 Mise en place d’espaces « cadres » au niveau des directions régionales ou au sein de


certaines agences.

 Création d’un portail de rencontre directe entre employeurs et chercheurs d’emploi à


profils pointus

 Organisation de journées emploi des cadres.

 Participation aux forums des grandes écoles.

19
Ces actions seront être promues par le développement d’un produit spécifique marqueté sous le nom
de « compétences : Kafaâte »

3.2.5 Amélioration de la qualité du traitement des offres d’emploi

L’amélioration de la qualité du traitement des offres d’emploi est un souci permanent de l’ANAPEC,
compte tenu de la dynamique économique que connaît le Maroc, du développement soutenu de
certains secteurs et de l’émergence de nouveaux métiers.

Les actions entamées au cours de la période du premier plan de développement, seront poursuivies et
renforcées au cours de la période 2009-2012. Il s’agit de :

 L’assainissement de la base de données et son enrichissement par des profils diversifiés et


confirmés (CV thèque).

 L’amélioration de l’intermédiation en libre service avec l’ouverture aux entreprises, de la


recherche directe des profils recherchés.

 Le développement du bénéfice des mesures pour l’emploi en libre service, à travers le


renseignement d’imprimés et le dépôt de formulaires en ligne ainsi que la vérification de
conditions d’éligibilité et de bénéfice (contrat insertion, formation à la carte, dispositifs sectoriels
d’appui à la formation…)

Ces actions seront appuyées par une plus grande professionnalisation et spécialisation des conseillers
en emploi, avec leur formation et leur perfectionnement, ainsi que l’amélioration des outils de recueil
des offres et de rapprochement.

3.3 Renforcer le dispositif d’appui à la création d’entreprise


3.3.1 Promotion de la création d’entreprises

La mise en œuvre du programme Moukawalati, qui se fait dans le cadre d’une synergie entre les
différents partenaires et parties prenantes, a permis de confirmer un déficit en matière de culture
entrepreneuriale chez les jeunes d’une part, et la forte corrélation entre l’affluence des candidats et les
campagnes de communication grand public (radio télévisée) d’autre part.

Dans ce cadre, et conformément aux principes retenus par le Comité national Moukawalati au niveau
du plan de relance du programme, l’ANAPEC en partenariat avec les parties prenantes, développera
une série d’actions, visant à promouvoir l’acte création d’entreprises, dont principalement :

 L’organisation périodique d’une campagne de communication mettant en avant les cas de


réussite, basée sur des spots radios, des spots TV, des insertions de presse, de l’affichage à
grande échelle et de la distribution de dépliants.

 L’organisation de séances d’information au niveau de l’ensemble des régions et localités


avec la participation de toutes les parties prenantes (banques, CRI, CCG, GPBM, ANAPEC,
guichets d’accompagnement, chefs d’entreprises…).

20
 La mise en place d’un module de sensibilisation à l’entrepreneuriat en collaboration avec
le Centre des Jeunes Dirigeants, la CGEM, l’AFEM, les universités, l’ANPME, les organismes
de formation professionnelle…, pouvant être implanté progressivement dans les établissements
d’enseignement et de formation suite à un appel manifestation d’intérêt.

 La diffusion d’une émission télévisée sur la création d’entreprises et d’activités


génératrices de revenus en général avec la participation de toutes les parties concernées
(banques, associations de micro crédit, structures INDH, CRI, ANAPEC, CCG, GPBM, CGEM,
ODECO, guichets d’accompagnement…). Cette émission traitera de la création d’activités
économiques en général et chaque épisode sera consacré à une région.

Compte tenu de l’impact de témoignages de porteurs de projets ayant réussi, sur l’engagement des
jeunes dans la création d’entreprises, il serait intéressant de promouvoir la création d’un club
Moukawalati, ouvert au chefs d’entreprises ayant bénéficié du programme.

3.3.2 Mise en place de banques régionales d’idées de projets

L’expérience du programme Moukawalati et des autres initiatives de promotion de la création


d’entreprises, a montré un déficit en termes d’idées de projets, ce qui limite l’innovation et pose parfois
de sérieux problèmes de concurrence, voire de viabilité (cas du secteur de l’agriculture).

Dans ce cadre, l’ANAPEC lancera des études régionales en partenariat avec les organisations
professionnelles et les départements et organismes concernés, en vue de constituer par région,
une banque d’idées de projets. Cette banque traitera des secteurs porteurs, des niches
d’investissement et donnera des orientations et des conseils sans aller jusqu’à nommer les projets
expressément. La banque régionale d’idées de projets sera consultable par les jeunes intéressés par la
création d’entreprise et leur permettra de cibler leur prospection en vue d’identifier le projet qui répond
au mieux à leurs attentes et leur profil.

Les études régionales auront pour objectifs de :

 Identifier les secteurs porteurs et les niches d’investissement par région, voire par localité
compte tenu des potentialités régionales et des différentes dynamiques économiques.

 Etudier les opportunités d’externalisation et de sous-traitance au regard des entreprises,


des administrations et des Collectivités locales de la région.

 Repérer les activités à développer pour mieux accompagner les chantiers structurants et les
projets économiques d’envergure.

Ces études régionales peuvent être menées d’une façon transversale ou par secteur d’activité avant
consolidation. A titre d’exemple, l’agriculture qui constitue un secteur vital, compte tenu de l’importance
du milieu rural, mérite un traitement particulier.

3.2.3 Dynamisation du pilotage régional du programme Moukawalati

Les différents diagnostics du programme Moukawalati réalisés ont montré qu’un nombre important de
difficultés à lever et de solutions à identifier sont du ressort de la région, voire de la localité.

Dans ce sens, l’ANAPEC veillera en partenariat avec les Wilayas et les CRI à dynamiser les Comités
régionaux Moukawalati conformément au plan de relance du programme. Ces comités peuvent
jouer un rôle très important, notamment au niveau de :
21
 La promotion du programme à travers la multiplication des séances d’information et
l’organisation de concours régionaux, visant à encourager l’entrepreneuriat et à primer les
meilleurs porteurs de projets.

 La facilitation des formalités administratives par l’identification de correspondants


Moukawalati au niveau des services concernées par la création d’entreprises (collectivités
locales, directions des impôts…).

 l’identification de solutions au problème du foncier (pépinières, terrains domaniaux…).

De même, et conformément au plan de relance du programme Moukawalati, l’ANAPEC mettra en place


en partenariat avec le GPBM, des comités locaux constitués de représentants de l’ANAPEC, des
banques et du CRI. Ces comités traiteront tous les cas problématiques, en vue d’identifier les solutions
adéquates ou de faire des propositions au Comité national technique.

A titre de rappel, le Comité national technique est une émanation du Comité national Moukawalati. Il se
réunit hebdomadairement au siège du GPBM, en vue d’analyser les cas à problèmes et d’identifier les
simplifications à opérer tout en assurant la vulgarisation des procédures auprès des différentes parties.

3.2.4 Renforcement et professionnalisation des guichets Moukawalati

En vue d’assurer un encadrement et un accompagnement de proximité, le réseau des guichets


Moukawalati connaîtra un renforcement avec un double objectif, à savoir :

 Disposer au moins d’un guichet par ville.

 Ouvrir des guichets spécialisés dans les secteurs stratégiques (agriculture, tourisme…).

Le renforcement des guichets Moukawalati se fera à travers des actions directes en direction des
établissements spécialisés (instituts d’agriculture, de tourisme…) ou par l’ouverture au secteur privé sur
la base d’un appel à candidatures.

Par ailleurs, et dans un souci de professionnalisation des guichets, l’ANAPEC procédera aux actions
suivantes :

 Formation de l’ensemble des nouveaux accompagnateurs.

 Coaching des nouveaux accompagnateurs par les conseillers spécialisés en création


d’entreprise.

 Perfectionnement des anciens accompagnateurs.

 Amélioration continue de l’offre de services et des outils de formation des porteurs de


projet.

 Evaluation et assistance conseil des guichets conformément au cahier des charges annexé
aux conventions signées.

22
3.2.5 Développement d’une offre de services spécifique aux AGR

La création des Activités Génératrices de Revenus est un axe central de l’INDH. Eu égard à son impact
sur l’auto-emploi et la création de poste d’emploi, l’ANAPEC a initié des partenariats au niveau de
certaines régions, dont :

- Grand Casablanca avec les complexe multiservices Oumkhaltoum et Sidi Bernoussi et


l’animation de la Commission régionale des AGR qui a initié des projets traitant, notamment, la
structuration des marchés ambulants, l’organisation des place de rassemblement des ouvriers
et personnels de service (maçons, électriciens, plombiers, personnel domestiques….).

- Oriental avec l’ouverture d’une agence partenariale au sein du complexe associatif


multiservices qui compte également un guichet Moukawalati agréé par l’ANAPEC et des
associations de micro-crédit.

- Guelmim Smara avec l’accompagnement direct par l’agence de Guelmim de groupes désirant
créer leurs AGR.

Dans ce cadre et dans pour mieux structurer l’accompagnement de la création des AGR, l’ANAPEC
développera les actions principales suivantes :

 Mise en place d’une offre de services, pour accompagner les AGR, intégrant des outils
audio-visuels et pédagogiques permettant de former des personnes sans niveau scolaire.

 Formation d’accompagnateurs sur l’offre de service (associations de micro-crédits,


guichets Moukawalati…).

 Accompagnement en direct particulièrement dans les régions et localités à environnement


économique peu développé.

 Développement de partenariat avec les acteurs intervenant dans la création des AGR (relais
INDH, ONG, ODECO, organismes internationaux, ADS, Agence régionales de développement
économique et social…).

4 – Développer l’ouverture sur l’environnement et appuyer les dynamiques


régionales et sectorielles et des chantiers nationaux
4.1.1 Mise en place d’une veille permanente sur le marché de l’emploi

L’ANAPEC continuera à œuvrer pour permettre une bonne connaissance du marché de l’emploi et être
à même de répondre aux évolutions possibles tant au niveau national, régional que local. Une veille
permanente du marché de l’emploi sera ainsi assurée moyennant des principaux dispositifs suivants :

 Poursuite de l’élaboration des répertoires des emplois et métiers au niveau des secteurs
en vue de couvrir l’ensemble des secteurs, sachant que les répertoire des secteurs du textile,
du tourisme et des TIC ont été élaborés et sont en cours de déploiement.

23
 Achèvement des études prospectives régionales visant l’identification à moyens terme des
besoins potentiels en recrutement dans l’objectif d’une anticipation à travers éventuellement la
mise en place de formations qualifiantes.

 Mise à jour périodique des résultats des études prospectives régionales.

 Diffusion des différentes informations sur le marché de l’emploi au niveau du site Web de
l’ANAPEC.

Ces études seront réalisées en interne ou en externe dans le cadre d’une méthodologie et d’un système
d’information nationaux unifiés. Elles seront validées par les CRAME dont l’une des missions sera de
piloter l’adéquation formation –emploi au niveau des régions. Les études seront diffusées aux différents
partenaires et publiées sur le site web de l’ANAPEC.

4.1.2 Développement d’une approche sectorielle

L’ANAPEC compte accompagner des secteurs considérés comme des leviers du développement
économique du Maroc compte tenu des potentialités de création d’emploi, à savoir :

 Les métiers mondiaux du Maroc dans l’industrie : l’automobile, l’aéronautique,


l’électronique, l’offshoring, le textile-cuir, l’agroalimentaire, la transformation
des produits de la mer.

 Le tourisme dans le cadre des visions 2010 et 2020.

 Le bâtiment et travaux publics dans le cadre des grands chantiers structurant


et des programmes d’habitat social.

 L’agriculture dans le cadre du plan Maroc vert.

 Le commerce dans le cadre du plan Rawaj.

Les principales actions suivantes seront ainsi développées :

 Renforcement des partenariats avec les fédérations et associations


professionnelles à travers des conventions cadre et des réunions de concertation
périodique.

 Spécialisation de conseillers en emploi, voire d’agences en fonction des secteurs


porteurs au niveau des régions.

 Renforcement de partenariat avec les opérateurs de formation sectorielle d’excellence.

 Préparation de base de données de compétences sectorielle en anticipation des


besoins en recrutement.

 Mise en œuvre de dispositifs spécifiques d’appui à la formation (cas des secteurs


émergents).

24
4.1.3 Développement de la coopération internationale

La coopération internationale pendant la période 2005 – 2008 a été centrée sur le développement de
l’ANAPEC et sa professionnalisation tant au niveau de ses prestations et services aussi bien pour
l’emploi au Maroc qu’à l’international.

Pour la période 2009 – 2012, une banque de projets à soumettre au financement de la coopération
internationale sera constituée à partir de la déclinaison des macro-projets du plan de développement
dans le cadre d’un séminaire organisé à cette fin. Ces projets seront axés notamment sur :

 Le développement des relations institutionnelles ;

 L’identification de bonnes pratiques et échange d’expérience ;

 Le développement des compétences des ressources humaines ;

 La mise en place de centres d’ingénierie d’emploi et de formation et l’acquisition


d’équipements techniques spécialisés.

Ainsi, l’ANAPEC développera une prospection active visant à identifier les partenaires internationaux
dans le but de concrétiser les différents projets identifiés.

L’ANAPEC vise également à renforcer son rayonnement international à travers le développement de


différentes coopérations bilatérales et multilatérales.

4.1.3.1 Coopération bilatérale

Elle connaîtra les principales actions suivantes

 Europe :

 Les programmes de coopération bilatérale entre les Services Publics d’Emploi ( France,
Suède, Belgique) seront consolidés et construits dans le but de répondre aux différents
axes du Plan de développement.

 Les relations de coopération en matière de main d’œuvre seront renforcées et développées


avec, notamment la France, l’Espagne, le Portugal, l’Italie, l’Irlande et l’Allemagne.

 Amérique :

 Un programme de coopération internationale sera mis en place avec l’ACDI, Canada, dans
l’objectif de bénéficier de l’expertise de Ressources Humaine Canada et Emploi Québec,
notamment en matière d’appui à la création d’entreprise, d’équité et d’égalité des chances
et de gestion du marché de l’emploi.

 Afrique :

25
 La coopération avec les pays africains sera renforcée dans l’objectif d’appuyer la mise en
place ou le développement des Services d’Emploi Publics du Burkina Fasso, de la
Mauritanie, du Ghana, du Mali, du Sénégal….

 Pays Arabes :

 La coopération visera principalement une meilleure communication des services et


prestations de l’Agence dans l’objectif d’échanger les expériences et de promouvoir la main
d’œuvre.

Une politique de proximité avec les différentes ambassades étrangères au Maroc et marocaines à
l’étranger accompagnera la dynamisation de la coopération bilatérale de l’ANAPEC à l’horizon 2012.

4.1.3.2 Coopération multilatérale

Elle connaîtra les principales actions suivantes :

 Union Européenne :

 Afin de pérenniser les acquis des programmes MEDA 2 « Appui institutionnel à la


circulation des personnes » et « Gestion intégrale de l’immigration saisonnière » (AENEAS-
CARTAYA), l’ANAPEC développera de nouveaux projets en matière de migration de travail
dans le cadre de la politique européenne de bon voisinage et de partenariat avec des
régions.

 Système des Nations Unis :

 Une ouverture sera opérée sur les organisations du Système des Nations Unis afin de
faire de l’Agence un Service Public d’Emploi de référence dans les projets d’appui à la
promotion de l’emploi, de l’employabilité, des AGR et de la création d’entreprise. Le PNUD
et la CEA seront particulièrement concernés.

 Un programme de coopération avec l’OIT sera mis en place. Il concerne principalement


l’appui aux mesures pour l’emploi et la gouvernance en matière de migration de travail.

 La participation aux cours du CIF de l’OIT à Turin sera développée.

 AMSEP :

 Les efforts développés dans le cadre de l’AMSEP aux cours des trois dernières années
méritent d’être pérennisés et renforcés. Ainsi, l’ANAPEC continuera à participer activement
aux rencontres internationales de cette association et offrira annuellement au Maroc une
plate-forme d’échanges aux différents Services Publics d’Emploi de l’AMSEP.

4.1.4 Développement du partenariat et des relations institutionnelles

26
La réalisation du présent plan de développement nécessite une approche participative des acteurs
concernés par la problématique du chômage et de la lutte contre la pauvreté. L’objectif de cette
approche est de conforter l’Agence dans son rôle d’acteur dynamique et de force de proposition en
matière d’emploi et de création d’entreprise. Les principales actions suivantes seront mises en place :

 Renforcement des relations institutionnelles :

- Au niveau national : Afin de renforcer son plaidoyer, développer sa stratégie et mieux coordonner
son action, l’ANAPEC développera son partenariat avec les départements ministériels et institutions
publiques impliqués directement ou indirectement dans le domaine de l’emploi. C’est ainsi que
l’Agence compte, par exemple, se positionner sur « le plan Maroc Vert » compte tenu des
opportunités qu’il offre en matière d’emploi salarié et de création de petites entreprises et d’activités
économiques en général.

- Au niveau régional et local : Sur le plan opérationnel l’ANAPEC œuvrera pour des partenariats
actifs avec les régions, les collectivités locales, les chambres professionnelles, les Agences
régionales de développement économiques et social, les CRI, la société civile, les fondations et les
Universités.

Pour une meilleure réalisation de ses objectifs, l’Agence nationale compte développer un rayonnement
régional et local dont ses managers seront les principaux acteurs.

 Développement d’une veille stratégique : Une veille stratégique permanente sera


structurée au niveau de l’ANAPEC afin que l’Agence joue un rôle très actif en matière de :

 Proposition relative aux dispositions juridiques et réglementaires et aux


mesures incitatives relatives à l’environnement juridique et aux incitations à
l’investissement et à la création d’emploi.
 D’accompagnement des secteurs à fort potentiel d’emploi et des chantiers
nationaux.
 De conseils sur l’adéquation formation emploi.

4.1.5 Développement de la Communication externe

L’ANAPEC a consacré les années 2006-2008 à la promotion de ses services, au développement de sa


nouvelle identité visuelle, à la mise en place de sa charte graphique, à son positionnement dans les
manifestations nationales et internationales et à l’ouverture aux médias écrits et audiovisuels nationaux
et étrangers.

La communication externe du présent plan de développement vise à accompagner la vision 2012 de


l’ANAPEC en l’associant à des valeurs fortes à même d’asseoir son rayonnement.

Le plan de développement de l’Agence Nationale, pour la période 2009 – 2012, sera accompagné par
une communication externe soutenue dont la stratégie sera élaborée dans le cadre d’enquêtes auprès
des différents clients et de consultions des institutionnels et des partenaires nationaux et internationaux.

Cette stratégie s’appuiera, entre autres, sur les principales actions suivantes :

27
 Développement d’outils et de supports de communication comprenant : un film
institutionnel, des spots télé, des spots radio, une revue trimestrielle, une banque d’image,
Dépliants, affiches, banderoles et plaquette institutionnelle.

 Organisation de campagnes ciblées et thématiques (séminaires régionaux et sectoriels,


ouverture d’agence…..).

 Réalisation régulière d’études sur l’image et la notoriété de l’ANAPEC.

 Conception et réalisation de stands mobiles pour une meilleure participation de l’ANAPEC


aux différents salons et forums.

 Renforcement des Relations Presse.

 Mise en place des points focaux communication au niveau régional et local.

3.5 Moderniser le management et mobiliser le capital humain

3.5.1 Mise en place d’un cadre de gestion des ressources humaines permettant d’accompagner
la stratégie de développement de l’ANAPEC

L’ANAPEC, pour pouvoir mobiliser ses ressources humaines autour de la performance et du respect de
ses valeurs, mettra en place le cadre et les outils nécessaires à une bonne gestion des ressources
humaines tant au niveau du traitement des affaires administratives qu’au niveau de la gestion
prévisionnelle des emplois et des compétences. Pour ce faire, l’ANAPEC développera les actions
suivantes :

 Elaboration et mise en place du référentiel emploi et compétences de l’ANAPEC ;

 Mise en œuvre d’un système d’appréciation des Ressources humaines de l’ANAPEC


spécifique adossé à un système de rétribution permettant de distinguer les performances ;

 Poursuite de l’effort de formalisation et de simplification des procédures RH en


renforçant l’équité et la transparence d’une part, la rigueur, le professionnalisme et
l’efficacité d’autre part.

 Développement de l’informatisation des différentes procédures par la mise en place d’un


SIRH et le renforcement de la décentralisation de la GRH.

 Généralisation d’une gestion des RH basée sur les objectifs avec la mise en place d’un
système d’évaluation de la performance simple et transparent basé sur un entretien
périodique.

 Perfectionnement du dispositif d’intégration et de développement des compétences


aussi bien pour les managers que pour les conseillers en emploi que pour le personnel
d’encadrement.

28
 Mise en place d’un système d’évolution horizontal pour les conseillers en emploi tout
en développant la spécialisation par secteur d’activité et par clientèle cible.

 Amélioration du cadre de la rétribution du personnel en liaison avec l’évolution des


objectifs de l’ANAPEC et de sa performance.

 Poursuite de l’effort de renforcement des équipes de production par le recrutement des


profils adéquats ;

 Assurer les opérations de promotion interne au grade, à l’échelle et à l’échelon ainsi que
dans la fonction ;

 Mise en place d’un centre de formation permettant de développer et d’organiser les


formations au métier de l’ANAPEC d’une part et de procéder au développement de
compétences managériales et spécifiques des agents de l’ANAPEC

3.5.2 Renforcement du management régional et local

Afin d’accompagner la politique de régionalisation visant à mieux répondre aux spécificités régionales et
à rapprocher les centres de décisions des usagers du service public, l’ANAPEC veillera à :

 Donner au management régional la dimension nécessaire pour qu’il puisse jouer


pleinement son rôle stipulé par l’arrêté d’organisation de l’ANAPEC en développant la
capacité managériale des Directeurs Régionaux à travers :

- La formation et le coaching visant à développer les compétences managériales


et intrapreneuriales ;

- L’amélioration du système de contractualisation basé sur la négociation des


objectifs et des moyens et la responsabilisation des managers locaux sur la
GRH.

 Mettre en place une organisation des agences et des régions tournée vers la
performance et les clients en tenant compte des spécificités locales (environnement social
et économique) et des compétences des équipes en adoptant le modèle adéquat
(polyvalence ou spécialisation).

3.5.3 Etude d’impact des mesures pour l’emploi

Dans le but d’un meilleur des mesures pour l’emploi mises en œuvre par l’ANAPEC pour le compte de
l’Etat et afin de pouvoir joue pleinement son rôle de force de proposition a niveau de la politique
publique en matière d’emploi, l’agence procédera régulièrement à des études qui seront confiées à des
cabinets spécialisés. Ces études permettront d’évaluer la pertinence de chaque mesure et le niveau
d’atteinte des objectifs attendus tout en identifiant les différentes pistes d’amélioration.

Au cours de la période 2009-2012, il sera procédé régulièrement à:

 La réalisation d’études d’impact sur le devenir des bénéficiaires de la formation


insertion :
programme IDMAJ,

29
 L’organisation d’actions d’évaluation du niveau d’amélioration de l’employabilité des
jeunes diplômés et de l’adaptation par rapport aux besoins en compétences des
investisseurs et entreprises : programme TAEHIL,

 La réalisation d’études sur la création de petites entreprises a Maroc (difficultés et axes


d’amélioration) : programme MOUKAWALATI.

3.5.4 Renforcement de l’audit et du contrôle de gestion

Après la mise en place d’une structure d’audit, le développement d’un package documentaire (charte
d’audit et d’inspection) l’initiation des premières actions d’évaluation et de contrôle auprès des agences
et des services centraux, la période 2009 – 2012 connaîtra la réalisation des actions suivantes :

 Elaboration d’un manuel d’audit définissant le cadre organisationnel et méthodologique et


servant de référence à la fois interne et externe.

 La formation et la certification d’un corps d’auditeurs internes, auprès des directions


régionales, chargé d’assurer des missions d’audit de proximité.

 L’établissement d’une cartographie des risques tout en fixant une priorisation.

 La réalisation d’actions d’audit conformément à un plan établi selon une approche


thématique ou basée sur des ratios et des indicateurs stratégiques pour l’ANAPEC.

Concernant le contrôle de gestion, l’ANAPEC procèdera au développement d’un système informatisé


d’aide à la prise de décision permettant l’animation à tous les niveaux, le suivi des écarts et
l’établissement de plans de redressement pour les prestations et les ressources. Ce système sera basé
sur des indicateurs et des outils de pilotage et permettant une interaction entre les différentes entités de
l’ANAPEC.

3.5.5 Mise en place d’une démarche qualité

Dans un souci de satisfaction des différentes clientèles de l’ANAPEC, une démarche qualité a été initiée
dans le cadre du projet mise en place d’un système de management. Le premier objectif de ce projet
étant l’instrumentation de l’organisation par la formalisation des procédures et des fiches de fonction sur
la base d’une approche processus et ce afin d’assurer transparence et efficacité. Dans le cadre du
même projet, seront certifiées, selon la norme ISO 9001 version 2008, une vingtaine d’agences par
an. Cette étude sera également l’occasion de renforcer la culture de gestion par la performance et par
projets.

3.5.6 Développement du système d’information

Le système d’information est un outil stratégique pour l’accompagnement du plan de développement de


l’ANAPEC. A cet effet, un système d’information supportant les prestations et services a été développé
depuis la création de l’Agence. Ce système a connu une évolution et une amélioration continue dans le
temps. Pour la période 2009 – 2012, l’ANAPEC développera les actions suivantes :

30
 L’élaboration d’un Schéma Directeur définissant la nouvelle architecture et les
différentes évolutions technologiques à introduire.

 L’amélioration et le développement du système d’information « Prestations et


Services » avec l’objectif de fiabiliser la base de données, compléter les fonctionnalités et
renforcer les services en lignes.

 Le développement d’un système d’information « Ressources » par la mise en place


d’un ERP intégrant : Ressources humaines, comptabilité et finance, patrimoine, logistique.

 La mise en place d’une infrastructure Télécom moderne en tenant compte des


différentes orientations stratégiques et des évolutions technologiques dans l’objectif d’une
meilleure efficience et d’une fiabilité des échanges (messagerie, appels téléphoniques…).

 La mise en place d’un centre de ressources permettant une meilleure capitalisation des
savoirs et savoirs faire de l’ANAPEC et un partage en ligne des différents supports et outils,
des procédures et des différents textes réglementaires.

 La mise en place d’un système d’aide à la décision.

3.5.7 Moyens généraux

La réalisation des actions du plan de développement pour la période 2009 – 2012, passera par le
développement et le renforcement des moyens matériels de l’ANAPEC (patrimoine et
logistique). Ceci se fera dans une approche alliant réactivité, fonctionnalité et efficience.

Dans ce cadre, au cours de la période 2009 – 2012, les actions ci-dessous seront entreprises :

 Mise en place d’un règlement pour la passation des marchés spécifique à l’ANAPEC ;

 Amélioration de la planification des achats et ce par l’implication des clients internes dans
le processus de planification ;

 Poursuite de l’effort d’aménagement des agences et ce notamment par l’aménagement


des 5 agences partenariales à créer par an ;

 Mise en œuvre d’une politique de maintenance du patrimoine mobilier et immobilier


de l’ANAPEC basée sur la sous-traitance pour une meilleure réactivité,

 Réalisation d’un inventaire exhaustif du matériel de l’ANAPEC avec une mise à jour
régulière tout en procédant aux opérations de réforme nécessaires,

 Mise en place d’une gestion pluriannuelle des opérations de logistique très


consommées par l’ANAPEC (impression de documents, acheminement vers les agences
du matériel, du mobilier et du consommable, entretien et réparation des immeubles…)

 Archivage physique des documents et mise en place d’une gestion électronique

 Mise en place d’un système de surveillance pour les locaux de l’ANAPEC

31
 Lancement de contrats cadres et de contrats reconductibles pour certaines prestations
afin de permettre une meilleure efficacité de l’activité achats ;

3.5.8 Comptabilité et finances

Le plan de développement 2006 – 2008 aura été décisif dans la fiabilisation de l’information financière
et comptable notamment grâce à l’opération de certification des comptes de l’ANAPEC et à celle de
mise en place du tableau de bord financier. Comme elle aura été l’occasion de professionnaliser
l’activité comptable par l’externalisation de la gestion comptable.

Dans ce cadre et grâce notamment à l’étude sur la mise en place d’un système de management au sein
de l’ANAPEC, les conditions sont favorables à la modernisation de la gestion financière de l’ANAPEC.
Cette dernière aurait pour principes directeurs :

 Efficacité notamment par une meilleure maîtrise des coûts,


 Réactivité et pro activité,
 Transparence,
 Sécurisation, sécurité et contrôle interne,
 Optimisation des risques

A ce titre, le plan 2009 – 2012 prévoit l’atteinte des objectifs suivants :

 Mise en place du contrôle à postériori et ce par la mise en place des actions prévues à ce
titre par le Ministère de l’Economie et des Finances : Informatisation, manuel des
procédures, règlement intérieur des marchés, comptes certifiés, etc… ;
 Mise en place d’un SICFI (système d’information comptable et financier) permettant
d’assurer le stockage, la sécurité, la fiabilité et la disponibilité de l’information comptable et
financière pertinente et des tableaux de bord y afférents ;
 Mise en place d’un contrôle interne comptable et financier CICOF qui s’intéresserait à
l’ensemble des processus de la DFB et des autres entités de l’ANAPEC concernés,
permettant de garantir que :
- tous les droits, nés au cours d’une période donnée, sont constatés ;
- seules les opérations autorisées par le budget ou la direction générale sont
enregistrées ;
- les états financiers donnent une image sincère et fidèle de l’exécution du budget,
des résultats (budgétaire et comptable) et de la situation financière et patrimoniale
de l’établissement.
Dans ce cadre, doivent être réalisées les actions suivantes :
- Elaboration et mise en place d’un Manuel des procédures comptables et
financières ;
- Elaboration et mise en place de la procédure d’engagement
- Fixer les objectifs généraux de sécurisation ;
- La mise en œuvre du «contrôle motivé et optimisé de l’engagement de la
dépense» (C.O.M.O.D.) avec l’intégration de l’ensemble des domaines
fonctionnels (MESURES, tiers, comptabilité, etc.) de manière à avoir une approche
globale de la qualité des comptes.
- Référentiel de contrôle interne, cartographie des risques, et les points clés de
sécurité des opérations de gestion à la DFB ;
- Mise en place d’un système d’amélioration des performances du personnel de la
DFB

32
 Mise en place d’une Comptabilité analytique des coûts par produit : insertion, formation,
création d’entreprise, etc.
 Procéder à l’Audit et à la certification des comptes de l’ANAPEC ;
 Procéder à l’apurement des arriérés des mesures pour l’emploi ;
 Mettre en place une procédure de Gestion active de la trésorerie en prenant l’initiative vis-
à-vis de la tutelle et du ministère de l’économie et des finances afin de débloquer les fonds
en temps opportun ;

33