Vous êtes sur la page 1sur 180

UTILISATION DES FICHES PEDAGOGIQUES

Les fiches pédagogiques sont découpées en 21 fiches « dossiers », 13 fiches


« animations » et 4 fiches « projets », soit 38 fiches au total.

LES FICHES « DOSSIERS » :

Elles permettent d’approfondir un sujet traité dans le documentaire.


Exemple :
- Évocation des espèces indicatrices dans le chapitre 1 du documentaire : La
biodiversité au quotidien, la biodiversité que l’on nous montre.
- La fiche dossier n°3 est liée à ce passage du documentaire : elle traite de l’utilité des espèces
indicatrices, avec un zoom sur le lichen éco-indicateur

Détail des fiches dossiers :


Les fiches sont construites sur le même modèle :
- première partie de l’étude : les documents destinés aux enfants pour répondre aux questions
- deuxième partie de l’étude : les questions destinées aux enfants
Les questions sont découpées en deux sous-parties : les questions qui se rapportent aux
documents et celles qui servent à aller encore plus loin dans la réflexion

La première page de chaque fiche dossier, destinée au professeur, est la même :


1/ Rappel du passage du documentaire qui est approfondi dans la fiche dossier
2/ Découpage de la fiche avec les objectifs globaux d’une fiche « dossier »
3/ Objectifs pédagogiques liés au thème traité dans chaque fiche
4/ Liens entre les différentes fiches

LES FICHES «ANIMATIONS» et «PROJETS»:

Ce sont des fiches qui permettent de passer à l’action, de voir plus concrètement
les notions abordées dans le documentaire (expériences, jeux,
sorties...). Elles sont destinées aux responsables pédagogiques qui,
ensuite, transmettront le déroulé de l’activité aux enfants.

Ce qui différencie les fiches « animations » des fiches « projets »,


c’est la durée des séances. Les fiches projets sont conçues pour
s’étendre sur plusieurs séances voire l’année et réclament plus de préparation et
réflexion autour de l’activité que les fiches animations.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
ANCRAGE PAR APPROCHE
THEMES EDD 6e-5e TYPE D’ACTIVITE
MATIERE PEDAGOGIQUE

Répartition population mondiale - richesse et

Caractéristiques de l’environnement proche et

Des pratiques au service de l’alimentation

Responsabilité vis à vis du cadre de vie et de


hommes sur leur espace et évocation des
évidence des mécanismes de l'action des

Origine de la matière des êtres vivants

Respiration et occupation des milieux


Grands types de paysages : mise en
Grands domaines climatiques et
pauvreté dans l’espace mondial

L’eau dans notre environnement


problèmes de l'environnement

répartition des êtres vivants


Chapitre documentaire

Lecture de carte et schéma


Evolution des paysages

L'élève et la citoyenneté
biogéographique

Education civique

Questionnement
l'environnement

Expérimentale
Titres fiche

Analyse de texte
Thématique

Géographie
La solidarité

Observations

Expressions
Recherches
Sensorielle
N° fiches

La sécurité

Sciences

Histoire

Créative
humaine

Ludique

Sortie
FICHES DOSSIERS
Comment se
Fiche introductive :
repérer dans
théorie de l’évolution
1 cette
et classification des
perpétuelle
espèces
évolution ?
1. La biodiversité au Entre popularité Rôle des espèces
quotidien, La biodiversité 2 et coup de emblématiques, zoom
que l’on nous montre bambou sur le panda
1. La biodiversité au Utilité des espèces
quotidien, La biodiversité indicatrices, zoom sur
Les lichens, éco-
que l’on nous montre 3 le lichen comme
indicateurs
indice de pureté de
l’air
1. La biodiversité au La biodiversité dans
La biodiversité
quotidien, La biodiversité 4 notre quotidien, zoom
nous habille !
que l’on consomme sur le coton
1. La biodiversité au La biodiversité,
quotidien, La biodiversité source d’inspiration
que l’on consomme La nature plus pour les nouvelles
5 ingénieuse que technologies, zoom
l’homme ? sur des inventions
issues de la
biodiversité
1. La biodiversité au De la guimauve Usage médicinal de la
quotidien, La biodiversité 6 et adieu les biodiversité, zoom sur
que l’on consomme bobos ! la guimauve
2. Une biodiversité à La dépendance des
préserver, une biodiversité Un génie dans la êtres vivants entre
7
à la fois nécessaire et mangrove eux et à l’écosystème,
fragile zoom sur la mangrove
ANCRAGE PAR APPROCHE
THEMES EDD 6e-5e TYPE D’ACTIVITE
MATIERE PEDAGOGIQUE

Caractéristiques de l’environnement proche et

Des pratiques au service de l’alimentation

Responsabilité vis à vis du cadre de vie et de


Répartition population mondiale - richesse et

hommes sur leur espace et évocation des


évidence des mécanismes de l'action des

Origine de la matière des êtres vivants

Respiration et occupation des milieux


Grands types de paysages : mise en
pauvreté dans l’espace mondial

Grands domaines climatiques et

Lecture de carte et schéma


problèmes de l'environnement

répartition des êtres vivants


Chapitre documentaire

L’eau dans notre environnement

L'élève et la citoyenneté
Evolution des paysages

Questionnement
Education civique
l'environnement
Thématique

Expérimentale
biogéographique
Titres fiche

Analyse de texte
Sensorielle
humaine

La sécurité
N° fiches

La solidarité

Observations

Expressions
Recherches
Créative
Géographie

Ludique
Sciences

Sortie
Histoire
2. Une biodiversité à Et si le plus Les risques liés à la
préserver, une biodiversité grand organisme destruction d’un
8
à la fois nécessaire et vivant au monde écosystème, zoom sur
fragile disparaissait ? le corail
2. Une biodiversité à Les activités humaines
préserver, une biodiversité et l’exploitation des
Pas de pitié pour
fragilisée ... des ressources 9 habitats, zoom sur le
nos semblables !
peuple Penan et les
menacées à long terme ? orangs-outans
2. Une biodiversité à Activités humaines et
préserver, une biodiversité Quelle limite
la surexploitation
10 pour pêcher
fragilisée ... des ressources d’espèces, zoom sur la
sans pécher ?
menacées à long terme ? morue
2. Une biodiversité à Les risques liés à
préserver, une biodiversité l’introduction
fragilisée ... des ressources 11 C’est l’invasion ! d’espèces étrangères,
zoom sur la grenouille
menacées à long terme ? taureau
2. Une biodiversité à Extinction d’espèces
préserver, une biodiversité dues aux
fragilisée ... des ressources 12 Le dodo lé la ? comportements
humains, zoom sur le
menacées à long terme ? dodo
2. Une biodiversité à La réintroduction
préserver, Les moyens d’espèces pour
Petit ours brun :
d’agir 13 rétablir l’équilibre
le retour
d’un écosystème,
zoom sur l'ours brun
2. Une biodiversité à Une agriculture
L’AMAP au
préserver, Les moyens attentive à la
14 secours de la
d’agir biodiversité, zoom sur
biodiversité
les AMAP
ANCRAGE PAR APPROCHE
THEMES EDD 6e-5e TYPE D’ACTIVITE
MATIERE PEDAGOGIQUE

Caractéristiques de l’environnement proche et


Répartition population mondiale - richesse et

Des pratiques au service de l’alimentation

Responsabilité vis à vis du cadre de vie et de


hommes sur leur espace et évocation des
évidence des mécanismes de l'action des

Origine de la matière des êtres vivants

Respiration et occupation des milieux


Grands types de paysages : mise en
Grands domaines climatiques et

L’eau dans notre environnement


pauvreté dans l’espace mondial

problèmes de l'environnement

répartition des êtres vivants

Evolution des paysages

L'élève et la citoyenneté

Lecture de carte et schéma


Chapitre documentaire

biogéographique

Education civique
l'environnement

La solidarité

Géographie

Expérimentale

Questionnement

Analyse de texte
La sécurité

Sciences

Histoire

Observations
humaine

Recherches

Expressions
Créative
Thématique

Sensorielle
Ludique
Titres fiche

Sortie
N° fiches

3. Biodiversité et La biodiversité au
développement, La service de notre
15 Sou-riz-ez !
biodiversité dans l'histoire alimentation, zoom
du développement sur le riz
3. Biodiversité et Utilisation de la
développement, La Le fabuleux
biodiversité dans la
16 destin du
biodiversité dans l'histoire production d’énergie,
pétrole
du développement zoom sur le pétrole
3. Biodiversité et Façonnement du
développement, réconcilier paysage et
17 Qui t’haie, toi ?
environnement et biodiversité, zoom sur
développement la haie
3. Biodiversité et Le développement des
développement, réconcilier Une vie dans le peuples et leur
environnement et 18 respect de la relation à la
biodiversité biodiversité, zoom sur
développement les Mongols
3. Biodiversité et Urbanisation et prise
développement, réconcilier en compte de la
Un labyrinthe
environnement et 19 biodiversité, zoom sur
écologique
les continuités
développement écologiques
3. Biodiversité et Les espaces protégés,
développement, réconcilier vecteur d’éducation et
environnement et Hip, hip, hip... de développement,
20
hippo ! zoom sur une réserve
développement de biosphère
Chapitre documentaire

développement
environnement et
3. Biodiversité et

FICHES ANIMATIONS
développement, réconcilier

7
2

5
3

8
4
N° fiches

21
Titres fiche

loup !
trésor

et l’oie
vis-tu ?

Nature et
créations
La pioche et
biodiversité
Une alliance

A la queue le
A la chasse au
Qui es-tu et où

est dépeuplé...
manque et tout
l’effet de serre

Une espèce vous


loup
Thématique

climatiques

espèces aux
comprendre

Jardinage et
Théâtre pour

changements
changements
arbre

biomimétisme
climat

Jeu de l’oie sur


La chauve-souris l’adaptation des
comportement du
la biodiversité
Mime de la vie et du

Jeu du mémory sur le

et chaîne alimentaire
sur l’agroforesterie

L’arbre humain fonctionnement d’un


Association espèce/
utilisation des terres
pour le bien de la et biodiversité, zoom

Pyramide de canettes
Recherche richesse de
Répartition population mondiale - richesse et
pauvreté dans l’espace mondial

Grands domaines climatiques et


biogéographique

Grands types de paysages : mise en


évidence des mécanismes de l'action des
hommes sur leur espace et évocation des
problèmes de l'environnement

Caractéristiques de l’environnement proche et


répartition des êtres vivants

Origine de la matière des êtres vivants

Des pratiques au service de l’alimentation


humaine

Respiration et occupation des milieux


THEMES EDD 6e-5e

Evolution des paysages

L’eau dans notre environnement

L'élève et la citoyenneté

Responsabilité vis à vis du cadre de vie et de


l'environnement

La solidarité

La sécurité

Sciences

Histoire

Géographie
MATIERE

Education civique
ANCRAGE PAR

Ludique

Créative

Expérimentale

Sensorielle
APPROCHE
PEDAGOGIQUE

Questionnement

Lecture de carte et schéma

Recherches

Observations

Expressions

Analyse de texte
TYPE D’ACTIVITE

Sortie
Chapitre documentaire

FICHES PROJETS

3
9

4
11

12

13
10
N° fiches

Titres fiche

notre
ponte !
palme ?

Un repas
Où est le
l’huile de

Mémoire de

l’ordre dans

biodiversité
Facilitons la

responsable
Essais acides

en campagne
Remettons de
Pour ou contre

La biodiveristé
consommation !
oiseaux
Thématique

de récolte

vêtements
biodiversité

responsable
campagne de

Reconnaître et
Expérience sur

l’huile de palme
comprendre les

nichoir, abri des


Jeu de rôle pour

débats autour de

Construction d’un
poisson rouge ? espèces invasives

sensibilisation à la
sur le milieu marin

Un événement Organisation d’une


Organisation d’une

Organiser un repas
l’impact de l’acidité

Association fruits et

pour soulager la friperie ou un troc de


légumes à leur saison

papillon pressé ? compter les papillons


Jeu du mémory sur les Répartition population mondiale - richesse et
pauvreté dans l’espace mondial

Grands domaines climatiques et


biogéographique

Grands types de paysages : mise en


évidence des mécanismes de l'action des
hommes sur leur espace et évocation des
problèmes de l'environnement

Caractéristiques de l’environnement proche et


répartition des êtres vivants

Origine de la matière des êtres vivants

Des pratiques au service de l’alimentation


humaine

Respiration et occupation des milieux


THEMES EDD 6e-5e

Evolution des paysages

L’eau dans notre environnement

L'élève et la citoyenneté

Responsabilité vis à vis du cadre de vie et de


l'environnement

La solidarité

La sécurité

Sciences

Histoire

Géographie
MATIERE
ANCRAGE PAR

Education civique

Ludique

Créative

Expérimentale

Sensorielle
APPROCHE
PEDAGOGIQUE

Questionnement

Lecture de carte et schéma

Recherches

Observations

Expressions

Analyse de texte
TYPE D’ACTIVITE

Sortie
THEMES EDD CYCLE 3 ANCRAGE PAR MATIERE APPROCHE PEDAGOGIQUE TYPE D’ACTIVITE

(synthèse de tous les acquis antérieurs)


l'adaptation des êtres vivants aux

étude simplifiée d'un écosystème

la notion d'espèce et de biodiversité


chaînes et réseaux alimentaires

Les effets de l'activité humaine


Chapitre du documentaire

Lecture de carte et schéma


Education civique
Titres de la fiche

Expérimentale

Questionnement

Analyse de texte
Sensorielle
nature et santé

Géographie
Thématique

Observations
Créative
Sciences

Recherches

Expressions
Histoire
N° fiche

conditions du milieu

sur l'environnement

Ludique

Sortie
(la forêt, la mare…)
FICHES
DOSSIERS

Fiche
Comment
introductive :
se repérer
théorie de
1 dans cette
l’évolution et
perpétuelle
classification
évolution ?
des espèces

1. La
Rôle des
biodiversité au Entre
espèces
quotidien, La popularité
2 emblématique
et coup de
biodiversité que , zoom sur le
bambou
l’on nous montre panda
1. La Utilité des
biodiversité au espèces
quotidien, La Les lichens, indicatrices,
3 éco- zoom sur le
biodiversité que indicateurs lichen comme
l’on nous montre indice de
pureté de l’air
1. La
biodiversité au La
quotidien, La La biodiversité
biodiversité que biodiversité dans notre
4
l’on consomme nous quotidien,
habille ! zoom sur le
coton
THEMES EDD CYCLE 3 ANCRAGE PAR MATIERE APPROCHE PEDAGOGIQUE TYPE D’ACTIVITE

(synthèse de tous les acquis antérieurs)


l'adaptation des êtres vivants aux

étude simplifiée d'un écosystème

la notion d'espèce et de biodiversité


chaînes et réseaux alimentaires

Les effets de l'activité humaine


Chapitre du documentaire

Lecture de carte et schéma


Education civique
Titres de la fiche

Expérimentale

Questionnement

Analyse de texte
Sensorielle
nature et santé

Géographie
Thématique

Observations
Créative
Sciences

Recherches

Expressions
Histoire
N° fiche

conditions du milieu

sur l'environnement

Ludique

Sortie
(la forêt, la mare…)
1. La La
biodiversité au biodiversité,
quotidien, La source
La nature d’inspiration
biodiversité que plus pour les
l’on consomme 5 ingénieuse nouvelles
que technologies,
l’homme ? zoom sur des
inventions
issues de la
biodiversité
1. La
biodiversité au
Usage
quotidien, La De la médicinal de
biodiversité que guimauve et la
6
l’on consomme adieu les biodiversité,
bobos ! zoom sur la
guimauve

2. Une
biodiversité à La
dépendance
préserver, une
des êtres
biodiversité à la Un génie
vivants entre
7 dans la
fois nécessaire et eux et à
mangrove
fragile l’écosystème,
zoom sur la
mangrove

2. Une
biodiversité à Et si le plus Les risques
grand liés à la
préserver, une
organisme destruction
biodiversité à la 8 vivant au d’un
fois nécessaire et monde écosystème,
fragile disparaissai zoom sur le
t? corail
THEMES EDD CYCLE 3 ANCRAGE PAR MATIERE APPROCHE PEDAGOGIQUE TYPE D’ACTIVITE

(synthèse de tous les acquis antérieurs)


l'adaptation des êtres vivants aux

étude simplifiée d'un écosystème

la notion d'espèce et de biodiversité


chaînes et réseaux alimentaires

Les effets de l'activité humaine


Chapitre du documentaire

Lecture de carte et schéma


Education civique
Titres de la fiche

Expérimentale

Questionnement

Analyse de texte
Sensorielle
nature et santé

Géographie
Thématique

Observations
Créative
Sciences

Recherches

Expressions
Histoire
N° fiche

conditions du milieu

sur l'environnement

Ludique

Sortie
(la forêt, la mare…)
2. Une
biodiversité à
Les activités
préserver, une
humaines et
biodiversité Pas de pitié l’exploitation
fragilisée ... des pour nos des habitats,
9
ressources semblables zoom sur le
menacées à long ! peuple Penan
et les orangs-
terme ?
outans

2. Une
biodiversité à
préserver, une
Activités
biodiversité Quelle humaines et la
fragilisée ... des limite pour surexploitatio
10
ressources pêcher sans n d’espèces,
menacées à long pécher ? zoom sur la
morue
terme ?

2. Une
biodiversité à Les risques
préserver, une liés à
l’introduction
biodiversité
d’espèces
fragilisée ... des C’est
11 étrangères,
ressources l’invasion !
zoom sur la
menacées à long grenouille
terme ? taureau

2. Une
biodiversité à
préserver, une Extinction
d’espèces
biodiversité
dues aux
fragilisée ... des Le dodo lé
12 comportemen
ressources la ?
ts humains,
menacées à long zoom sur le
terme ? dodo
THEMES EDD CYCLE 3 ANCRAGE PAR MATIERE APPROCHE PEDAGOGIQUE TYPE D’ACTIVITE

(synthèse de tous les acquis antérieurs)


l'adaptation des êtres vivants aux

étude simplifiée d'un écosystème

la notion d'espèce et de biodiversité


chaînes et réseaux alimentaires

Les effets de l'activité humaine


Chapitre du documentaire

Lecture de carte et schéma


Education civique
Titres de la fiche

Expérimentale

Questionnement

Analyse de texte
Sensorielle
nature et santé

Géographie
Thématique

Observations
Créative
Sciences

Recherches

Expressions
Histoire
N° fiche

conditions du milieu

sur l'environnement

Ludique

Sortie
(la forêt, la mare…)
2. Une La
biodiversité à réintroduction
Petit ours
préserver, Les d’espèces
13 brun : le
pour rétablir
moyens d’agir retour
l’équilibre
d’un
2. Une écosystème,
Une
L’AMAP au zoom sur
agriculture
biodiversité à l'ours brun
préserver, Les secours de attentive à la
14
la biodiversité,
moyens d’agir biodiversité zoom sur les
AMAP
3. Biodiversité
et
développement,
La biodiversité La
biodiversité
dans l'histoire du au service de
développement 15 Sou-riz-ez !
notre
alimentation,
zoom sur le riz

3. Biodiversité
Utilisation de
et la biodiversité
développement, Le fabuleux dans la
La biodiversité 16 destin du production
dans l'histoire du pétrole d’énergie,
zoom sur le
développement
pétrole
3. Biodiversité
et
développement,
réconcilier Façonnement
du paysage et
environnement et 17 Qui t’haie, toi ?biodiversité,
développement zoom sur la
haie
THEMES EDD CYCLE 3 ANCRAGE PAR MATIERE APPROCHE PEDAGOGIQUE TYPE D’ACTIVITE

(synthèse de tous les acquis antérieurs)


l'adaptation des êtres vivants aux

étude simplifiée d'un écosystème

la notion d'espèce et de biodiversité


chaînes et réseaux alimentaires

Les effets de l'activité humaine


Chapitre du documentaire

Lecture de carte et schéma


Education civique
Titres de la fiche

Expérimentale

Questionnement

Analyse de texte
Sensorielle
nature et santé

Géographie
Thématique

Observations
Créative
Sciences

Recherches

Expressions
Histoire
N° fiche

conditions du milieu

sur l'environnement

Ludique

Sortie
(la forêt, la mare…)
3. Biodiversité
et Le
développement, développemen
réconcilier Une vie dans t des peuples
environnement et le respect et leur
18
développement de la relation à la
biodiversité biodiversité,
zoom sur les
Mongols

3. Biodiversité Urbanisation
et et prise en
développement, Un compte de la
19 labyrinthe biodiversité,
réconcilier écologique zoom sur les
environnement et continuités
développement écologiques
3. Biodiversité
Les espaces
et protégés,
développement, vecteur
réconcilier d’éducation et
environnement et Hip, hip, de
20
développement hip... hippo ! développemen
t, zoom sur
une réserve
de biosphère

3. Biodiversité
utilisation des
et Une alliance terres et
développement, pour le bien biodiversité,
21
réconcilier de la zoom sur
environnement et biodiversité l’agroforester
ie
développement

FICHES
ANIMATIONS
Association
Qui es-tu et
1 espèce/
où vis-tu ?
climat
Recherche
A la chasse
2 richesse de la
au trésor
biodiversité
THEMES EDD CYCLE 3 ANCRAGE PAR MATIERE APPROCHE PEDAGOGIQUE TYPE D’ACTIVITE

(synthèse de tous les acquis antérieurs)


l'adaptation des êtres vivants aux

étude simplifiée d'un écosystème

la notion d'espèce et de biodiversité


chaînes et réseaux alimentaires

Les effets de l'activité humaine


Chapitre du documentaire

Lecture de carte et schéma


Education civique
Titres de la fiche

Expérimentale

Questionnement

Analyse de texte
Sensorielle
nature et santé

Géographie
Thématique

Observations
Créative
Sciences

Recherches

Expressions
Histoire
N° fiche

conditions du milieu

sur l'environnement

Ludique

Sortie
(la forêt, la mare…)
Mime de la vie
L’arbre et du
3
humain fonctionneme
nt d’un arbre
Théâtre pour
A la queue comprendre
4
le loup ! comportemen
t du loup
La pioche et Jardinage et
5 l’effet de changements
serre climatiques
Jeu du
Nature et
6 mémory sur le
créations
biomimétisme
Une espèce
Pyramide de
vous
canettes et
7 manque et
chaîne
tout est
alimentaire
dépeuplé...
Jeu de l’oie
sur
La chauve-
l’adaptation
8 souris et
des espèces
l’oie
aux
changements
Expérience
sur l’impact
Essais
9 de l’acidité
acides
sur le milieu
marin
Jeu de rôle
pour
Pour ou
comprendre
contre
10 les débats
l’huile de
autour de
palme ?
l’huile de
palme
Jeu du
Mémoire de
mémory sur
11 poisson
les espèces
rouge ?
invasives
Construction
Facilitons la d’un nichoir,
12
ponte ! abri des
oiseaux
FICHES
Chapitre du documentaire

PROJETS

4
13
N° fiche

La

en

Un
ion !

pour

papillon
Titres de la fiche

pressé ?

Un repas
Où est le
de l’ordre

campagne
dans notre

soulager la
événement
Remettons

consommat

biodiversité
biodiveristé

responsable
à la
d’une

repas
récolte
Thématique

fruits et

saison de

vêtements

et compter
Association

biodiversité

responsable
Reconnaître

les papillons
Organiser un
Organisation
Organisation

ou un troc de
campagne de

d’une friperie
sensibilisation
légumes à leur
nature et santé

chaînes et réseaux alimentaires

l'adaptation des êtres vivants aux


conditions du milieu

étude simplifiée d'un écosystème


(la forêt, la mare…)
THEMES EDD CYCLE 3

Les effets de l'activité humaine


sur l'environnement

la notion d'espèce et de biodiversité


(synthèse de tous les acquis antérieurs)

Sciences

Histoire

Géographie

Education civique
ANCRAGE PAR MATIERE

Ludique

Créative

Expérimentale

Sensorielle

Questionnement
APPROCHE PEDAGOGIQUE

Lecture de carte et schéma

Recherches

Observations

Expressions
TYPE D’ACTIVITE

Analyse de texte

Sortie
Animation 1
JEUX DU «QUI ES-TU ?» ET «Où VIS-TU?»

Objectif pédagogique : découvrir la biodiversité et son lien avec le climat.

Objectif opérationnel : parvenir à identifier une espèce animale ou végétale


grâce à une démarche de questionnement et l’associer au climat dont elle

Les enfants seront en situation de jeu de rôle qui leur permettra de découvrir en s’amusant ce
qu’est la biodiversité. Entre des moments d’échanges oraux et d’apports de connaissances vous
les amènerez à exprimer par eux-mêmes ce qu’est la biodiversité* et pourquoi il est important
de se sentir concerné par la dégradation de notre environnement*.

PUBLIC : à partir de 8 ans

MATÉRIEL :
- des feuilles de papier
- des ciseaux
- du scotch
- 4 photographies illustrant les 4 principaux climats : tempéré, tropical, désertique, polaire (en
fin de fiche).

DURÉE : 1 heure

LIEU : indifférent

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°2 (panda) , N°3 (les lichens), N°4 (le coton) et N°5 (le biomimétisme) pour l’utilité
de la biodiversité et N°8 (le corail), N°9 (la déforestation), N°10 (la morue), N°11 (la grenouille
taureau) pour les menaces pesant sur la biodiversité.
✤ Animation : N°2 (la chasse au trésor, la découverte de la richesse de la biodiversité)

✤ Projets : N°3 (le comptage des papillons, la découverte d’une espèce)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
DÉROULÉ :
En amont : Introduire le concept de biodiversité.
✤ Chaque enfant choisit un animal ou un végétal selon son inspiration ou selon une liste que vous
leur proposez, puis écrit le nom de cette espèce sur un morceau de papier et le plie en deux.
✤ Chaque enfant va scotcher son morceau de papier dans le dos de l’un de ses camarades.

✤ Chaque enfant devra, en posant des questions aux membres du groupe, trouver quelle espèce

animale ou végétale se cache dans son dos.


✤ Une fois que tous les enfants ont identifié «qui ils étaient», ils devront se positionner près de

l’affiche illustrant le climat sous lequel vit leur espèce animale ou végétale.

✤Les messages à faire passer :


Lors du premier temps «qui es-tu ?» :
- L’utilité de la biodiversité : elle nous nourrit, nous loge, nous habille, nous protège...
- Les facteurs menaçant la biodiversité : dégradation des habitats (déforestation, pollution,
urbanisation), chasse, braconnage, réchauffement climatique, agriculture, élevage...
- Les risques liés à la perte de biodiversité : déséquilibres des éco-systèmes, disparition des
régulations naturelles (ex panda et bambou), destruction des habitats, rupture des chaînes
alimentaires...

Lors du deuxième temps «Sous quel climat vis-tu ?» :


- Le lien entre climat et biodiversité : le climat détermine l’habitat des espèces. Quelques
exemples : l’ours polaire, le pingouin dépendant d’un climat polaire, le chameau et le baobab
dépendant d’un climat aride. Si le climat évolue, l’habitat évolue et il faudrait alors que les
espèces évoluent également. Elles ont effectivement une certaine capacité d’adaptation,
mais celle-ci a ses limites. Or, nous sommes aujourd’hui face au problème du changement
climatique, qui représente donc une menace pour de nombreuses espèces animales et
végétales du fait du lien entre climat-habitat-espèce.

Conseils :
✤ Il est possible de lier cette animation avec par exemple un «Diversi’quiz». Dans ce cas,
pourquoi ne pas organiser l’animation dans un parc et l’intituler «Le parcours de la
biodiversité». Le déroulement pourrait être le suivant :
- 1er temps : jeu du « Qui-es-tu ? »
- 2ème temps : jeu du « Sous quel climat vis-tu ? »
- 3ème temps : jeu du «Diversi’quiz». Reprenez les questions du quiz du documentaire, et
organisez une course : formez 2 équipes, à chaque question, un élève de chaque équipe fait
la course, le premier arrivé donne la réponse de son équipe. Et ainsi de suite.
- 4ème temps : afin de clôturer l’animation et revenir au calme, ce temps sera consacré à un
échange sur les idées de chacun afin d’agir au quotidien pour préserver la biodiversité.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
LES AFFICHES CLIMATS

Climat aride

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Climat tempéré

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Climat polaire

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
5
Climat tropical

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
6
Animation 2
À LA CHASSE AU TRÉSOR !

Objectifs pédagogiques :
- Observer la richesse de la biodiversité.
- Apprendre à classer les espèces qui nous entourent.

Objectif opérationnel : rechercher dans la nature des éléments de la biodiversité, puis


classer ces trouvailles.

Cette activité vous permet par le jeu, de stimuler


le sens d’observation des enfants. Regardons ce
que nous avons tous les jours sous les yeux avec
plus d’attention ! Ainsi, les enfants découvrent la
richesse de la biodiversité qui les entoure.
Dans un second temps, la recherche de critères
de classements de leur trouvailles permet
d’approcher le concept de classification des
espèces.

PUBLIC : à partir de 8 ans

MATÉRIEL :
- des boîtes transparentes avec couvercle
- une feuille de papier par groupe de 4
- un crayon par groupe de 4

DURÉE : 2 heures

LIEU : Jardin, forêt

Liens fiches :
✤ Dossier : N°1 (la classification des espèces)
✤ Animation : N°1 (le jeu du «qui es-tu ?») sur la découverte de la biodiversité

✤ Projet : N°3 (le comptage des papillons) sur la découverte d’un espèce


Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
DÉROULÉ :
✤ Divisez les participants en groupe de 4.
✤ Délimitez une zone de recherche pour les participants et demandez-leur de trouver parmi la
biodiversité qui les entourent. Voici quelques idées mais cette liste n’est pas exhaustive :
- quelque chose qui colle
- quelque chose qui sent bon
- quelque chose qui brille
- quelque chose qui fait du bruit
- quelque chose qui pique
- quelque chose de doux
- quelque chose qui vient d’un animal
- quelque chose de couleur verte
- quelque chose de couleur marron
- 2 feuilles différentes
+ Une fois les recherches terminées, le groupe se rassemble. Il est temps de présenter et de
comparer les résultats de cette chasse.
+ Demandez à chaque groupe de classer ses trésors selon les critères de leur choix. Pour
déterminer des critères de classement, il suffit de chercher des points communs entre
certaines de ses trouvailles. Voici quelques exemples de critères :
- vivant / non vivant
- utile ou pas pour l’homme / pour les animaux / pour les végétaux
- végétal / animal / autre
+ Chaque groupe doit maintenir ses critères de classements secrets.
+ Chaque groupe essaie alors de deviner les critères de classement des autres groupes.


Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
Animation 3
L’ARBRE HUMAIN

Objectif pédagogique : aborder l’arbre, un élément clé de la biodiversité

Objectif opérationnel : mimer la vie et le fonctionnement d’un arbre

Contenu réalisé par le Service public


fédéral de santé publique, sécurité de la
chaîne alimentaire et environnement de
Belgique

Par cette activité, vous comprenez comment l’arbre* fonctionne globalement (soleil,
photosynthèse*...). Grâce aux arbres*, nous avons des forêts*, refuges de nombreuses espèces*.
Comprendre la vie et le fonctionnement d’un arbre*, c’est aussi comprendre une part
importante de la biodiversité* comme les végétaux*. Les plantes*, les algues, les mousses ont
des composants similaires aux arbres.

PUBLIC : à partir de 8 ans

DURÉE : 2 heures

LIEU : Classe ou salle suffisamment grande, jardin, cour d’école, parc...

DÉROULÉ :
Il faut au moins 20 élèves pour cette animation (adaptable).

Liens fiches :
✤ Dossier : N°9 (la déforestation et ses conséquences)
✤ Animation : N°5 (le jardinage) pour découvrir le fonctionnement des plantes


Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Étape 1 :
- Que boit l’arbre ?............................................................
- Que mange l’arbre ?.......................................................
- Que respire l’arbre ?......................................................
- D’où l’arbre tire-t-il son énergie ?.................................
- Quel est le sang de l’arbre ?......................................

Les mots pour compléter : du soleil, de l’eau, du gaz carbonique, la sève, des sels minéraux

Étape 2 :
Le mime de la vie d’un arbre recrée ses étapes à proprement parler. Les enfants auront une
contribution active.

Dans un premier temps, les enfants prennent conscience du fonctionnement de l’arbre


✤ 1 enfant debout fait le soleil en mettant ses bras en l’air et en projetant ses rayons avec ses

doigts.
✤ Placez 5 enfants debout en cercle, tournés vers l’extérieur avec les bras (branches) en l’air et les

doigts écartés (feuilles) dirigés vers le soleil (photosynthèse).


✤ Placez 2 enfants au centre qui, en alternance, se lèvent et s’accroupissent pour imiter la sève

(sève brute ascendante, la sève élaborée descendante) de l’arbre qui voyage pour nourrir l’arbre.
✤ Autour du cœur de « l’arbre », placez 8 élèves qui, se tenant par les coudes tournés vers

l’intérieur, forment l’écorce de l’arbre.


Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
✤ Placer 3 élèves assis dos contre « l’écorce », les jambes écartées en prenant avec leurs bras les
jambes de l’élève se trouvant dans leur dos
(racines).

Dans un second temps, les enfants voient le rôle de l’écorce et la nécessité de la préserver.
✤ L’enseignant, l’animateur (ou un enfant) joue alors le rôle de l’insecte nuisible en essayant de se

frayer un passage à travers l’écorce (l’écorce doit résister).


✤ Après, il imite la lame d’un couteau qui entaille l’écorce (à cet endroit les 2 enfants formant

l’écorce ne se tiennent plus par les coudes mais par la main). L’enseignant (ou l’animateur, l’enfant)
joue à nouveau l’insecte et réussit à rentrer par l’entaille créée précédemment. Arrivé au cœur de
l’arbre, il perturbe alors les élèves en les chatouillant et en les bousculant...


Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Animation 4
À LA QUEUE LE LOUP !

Objectif pédagogique : découvrir la vie des loups et leur mode de communication

Objectif opérationnel : «se transformer» en loup pour comprendre leur comportement

Contenu réalisé par la Maison de la Nature des Hautes-Alpes

Cette activité permet de faire découvrir aux enfants la vie des loups, loin des contes effrayants
qui le montrent bien trop souvent comme un mangeur d’homme.
Pour changer le regard des enfants sur les loups, rien de tel que d’essayer de mieux le
comprendre et de se mettre dans sa peau, c’est ce que nous allons faire dans cette activité
grâce à des séances des mimes !

PUBLIC : à partir de 8 ans

MATÉRIEL :
- 12 serres-têtes (pour fixer les oreilles des loups)
- du scratch (pour fixer les oreilles des loups sur les serres-têtes)
- du carton (pour dessiner les oreilles et les queues de loups)
- de la peinture et des pinceaux( pour peindre les oreilles et les queues de loups)
- des ciseaux

DURÉE : 1 heure (pour la réalisation du matériel nécessaire aux mimes) et 1 heure pour les
séances de mime.

LIEU : dans une classe, ou la cour de l’école ou un parc

Liens fiches :
✤ Dossier : N°2 (le panda, une espèce emblématique), N°12 (l’ours brun, la réintroduction

d’espèce)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
DÉROULÉ :

Etape 1 : Réalisation des queues et des oreilles de loup

✤ Découpez dans du carton les différentes positions des oreilles et queues de loups ci-dessous.
✤ Peignez les oreilles et les queues de loups.

✤ Les serre-têtes vont servir à positionner les oreilles. Collez des morceaux de scratchs sur les

serre-têtes et à la base de chaque oreille.


✤ Les queues de loup seront tenues à la main par les enfants, et changées lorsque c’est

nécessaire.

Les oreilles de loups :

1 : position normale

2 : dominant normal

3 : dominant fâché

4 : soumission

5 : peur

Les queues de loup :

1 : normale 4 : soumission


2 : dominant normal 5 : peur
3 : dominant fâché

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
Etape 2 : À la découverte de la vie sociale des loups

✤ Avant de passer à la réalisation des scènes de mimes, nous vous conseillons de faire une brève
introduction sur les moyens de communication des loups.

✤ Messages à faire passer :


• Les loups vivent en meute (famille avec parents (dominants), les louveteaux de l’année et

les jeunes des années précédentes), ils ont donc besoin de communiquer grâce :
- aux odeurs
- à leurs vocalises : hurlements, grognements, gémissements, aboiements
- aux différentes positions de leur queue et oreilles accompagnées de leurs
mimiques faciales

Etape 3 : Place aux mimes des différentes scènes de vie d’une meute de loups

✤ Voici différentes situations se déroulant régulièrement au sein d’une meute de loups.


Écrivez chacune d’elles sur un petit papier que vous repliez. Les enfants tireront au sort un
papier.

1/ C’est la période de reproduction, une jeune 7/ Un loup seul entend sa meute au loin hurler
louve adulte et le loup dominant se rencontrent.

2/ La première louve croise une autre louve de 8/ La meute débute une cérémonie de groupe.
la meute.

3/ La meute de loups se promène sur son 9/ Les adultes rejoignent les louveteaux au
territoire. point de rendez-vous.

4/ Deux meutes de loups se rencontrent. 10/ Un loup se balade tout seul.

5/ Un louveteau quémande sa nourriture à un de 11/ Un loup se retrouve face à face avec un


ses oncles. randonneur.

6/ La meute fait la sieste. Un des louvards 12/ Les louveteaux jouent.


(jeune loup) se réveille et va taquiner les autres
loups.

✤ Pour chaque scène :


- Demandez à un enfant de tirer au sort un papier et de lire l’énoncé de la situation à
jouer,
- Répartissez les rôles et laissez les enfants choisir les accessoires dont ils ont besoin
(serres-têtes et queues en carton),

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
- Jouez !
- Demandez aux enfants de justifier leur comportement et les accessoires choisis.
- Discutez autour de la vie des loups et leurs moyens de communication :
- Les animaux qui vivent à plusieurs comme les loups ont développé des systèmes
de communication variés afin de se comprendre.

- Le loup est un grand prédateur : aucun animal ne le mange. Pour limiter leur
nombre, la nature a fait en sorte que les loups se reproduisent peu. Seul le
couple dominant se reproduit. Ainsi, il n’y aura jamais trop de loups !
- Chaque meute de loups a son territoire.
- Lorsque les louveteaux sont petits, toute la meute s’en occupe. Quand les
adultes rentrent de la chasse, les petits viennent mordiller leurs babines pour
obtenir la viande hachée par l’adulte.
- Les loups sont très patients avec leurs petits et jouent avec eux durant des
heures.
- En jouant, les louveteaux apprennent les codes de communication qui leur
permettront plus tard de se comprendre.
- Le loup est un animal curieux de nature, mais a peur de l’homme à force d’avoir
été chassé dans le passé (aujourd’hui le loup est une espèce protégée).

Conseils :
✤ Laissez les enfants essayer de jouer la même scène de différentes façons et qu’ils n’hésitent

pas à y mettre également des sons !


✤ Les enfants peuvent aussi créer leur propre saynète suite à ce qu’ils ont appris sur la vie des

loups.

POUR PROLONGER L’ANIMATION :


✤ Il est possible d’organiser une exposition sur les loups et leurs méthodes de communication.
Cette exposition permettra de mieux faire connaître cette espèce emblématique qui reste
souvent mal aimée.
✤ Une réflexion pourrait aussi être menée en classe sur l’image du loup que véhicule les contes

pour enfants.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Animation 5
LA PIOCHE ET L’EFFET DE SERRE

Objectif pédagogique : comprendre l’influence des changements climatiques

Objectif opérationnel : faire du jardinage

Contenu réalisé par l’International Polar Foundation

En faisant du jardinage avec des méthodes différentes, les enfants se rendent compte des
inégalités, des adaptations auxquelles doivent faire face les agriculteurs. Les changements
climatiques* ont des conséquences sur les cultures. Les récoltes de soja en Egypte, par
exemple, pourraient diminuer de 30 % d’ici 2050. Les enfants intègrent aussi que ce que nous
mangeons va être différent d’un pays à un autre, d’un climat* à un autre. On ne peut pas faire
pousser n’importe quelle plante*, fruit* ou légume dans un lieu donné si on n’a pas vérifié qu’il
pouvait s’acclimater.

PUBLIC : à partir de 8 ans

MATÉRIEL :
- 4 bacs à fleurs en terre cuite
- Terreau
- Graines de cressonnette
- Atlas géographique

DURÉE : 50 minutes

LIEU : jardin de l’école, jardin partagé

Liens fiches :
✤ Dossier : N°8 (le corail) sur la fragilisation des récifs coralliens du fait des
changements climatiques , N°14 (les AMAP) sur le lien entre les cultures et les saisons.
✤ Animation : N°13 (jeu des fruits et des légumes) sur le lien entre les cultures et les

saisons


Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
DÉROULÉ :

Étape 1 :
✤ Divisez la classe en 4 groupes et distribuer le matériel
✤ Demandez à chaque groupe de remplir leur bac au 3/4
avec du terreau, d’y semer les graines de cressonnette à
la volée et de recouvrir les semences de 0,5 cm.
✤ Installez les bacs à la lumière près d’une fenêtre et

numérotez-les.
✤ Arrosez-les régulièrement jusqu’à ce que la

cressonnette présente 3 feuilles.

Étape 2 :
Pendant 2 semaines :
✤ Demandez au groupe 1 de placer son bac de manière à

ce qu’il soit en plein soleil (l’objectif étant de simuler la


sécheresse).
✤ Demandez au groupe 2 d’arroser son bac tous les jours

de manière tellement abondante que l’eau ne puisse plus


s’infiltrer sous la terre (pour simuler l’inondation).
✤ Demandez au groupe 3 de placer une pierre à l’extrémité de son bac afin que celui-ci soit en

pente.
✤ Arrosez tous les 2/3 jours de façon abondante et rapide à partir du point le plus haut, comme

s’il s’agissait d’une grosse averse (pour simuler une érosion par de fortes pluies).
✤ Demandez au groupe 4 d’arroser régulièrement afin que la terre soit toujours raisonnablement

humide (pour simuler des conditions de climat tempéré).

Étape 3 :
2 semaines plus tard :
✤ Demandez à chaque groupe d’observer sa culture et demandez-lui de décrire à quelles

conditions météorologiques les conditions de vie de sa cressonnette lui font penser, puis de
citer un pays où l’on retrouve ces conditions (s’aider de l’atlas géographique).

POUR PROLONGER L’ANIMATION :


Réalisez un questionnaire avec les enfants pour un agriculteur du coin et lui demander les
évolutions qu’il a observées sur ses cultures ces dernières années.


Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
Animation 6
NATURE ET CRÉATIONS

Objectif pédagogique : retenir les principales inventions inspirées de la nature

Objectif opérationnel : jouer au jeu de mémory

Contenu réalisé avec l’International Polar Foundation

La nature* a toujours été un puits d’inventions pour l’homme. Cette animation fait connaître le
biomimétisme* et permet de mémoriser quelques exemples d’inventions inspirées de la
nature*.

PUBLIC : à partir de 8 ans

MATÉRIEL :
- Accès à Internet
- Imprimante
- Supports en carton pour fabriquer les cartes du memory (carton plume)
- Colle

DURÉE : 2 heures

LIEU : classe

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°4 (le coton), N°5 (le biomimétisme), N°6 (la guimauve), N°15 (le riz) et N°16 (le
pétrole) sur l’utilité de la biodiversité
✤ Animations : N°11 (jeu de memory des espèces invasives)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
DEROULE :

Etape 1 : recherches préalables nécessaires à la fabrication du jeu de mémory


✤ Diviser le groupe en 12 binômes au maximum
✤ Attribuer à chaque binôme, le nom d’un animal ou d’une plante qui ont été source d’invention.
Le binôme doit retrouver l’invention de l’homme, inspirée par cet animal ou végétal. (L’inverse
est également possible : attribuer 1 invention par binôme et ils retrouvent l’espèce
inspiratrice).
Voici une liste de couples animal ou plante / invention :
1/ La fleur de Bardane --> le velcro
2/ Le poisson coffre --> une voiture aérodynamique et peu consommatrice d’essence
3/ La baleine à bosse --> les pales d’éoliennes ou les ailes d’avion ondulées
4/ La feuille de lotus --> une peinture auto-nettoyante
5/ Le cachalot --> la forme de l’avant des cargos qui gagnent alors en stabilité
6/ Le martin-pêcheur --> l’avant du train à grande vitesse japonais, le Shinkansen
7/ Un bourgeon --> le mode de déploiement d’un satellite
8/ Une termitière --> l’immeuble Eastgate à Harrare au Zimbabwe. Un système de
circulation de l’air efficace remplace la climatisation.
9/ Les ailes de papillon --> un écran plat
10/ Le gecko --> un adhésif ultra performant et re-positionnable
11/ La moule bleue --> une colle ultra forte
12/ Le requin --> des combinaisons pour être rapide dans l’eau

✤ Chaque binôme doit, pour l’espèce qui lui a été attribuée, rechercher sur Internet :
- une photo de l’espèce
- les principales caractéristiques de cette espèce (description, origine, habitat, nourriture,
trait particulier)
- une photo de l’innovation inspirée de cette espèce

Etape 2 : fabrication du jeu de mémory


✤ Demandez à chaque binôme de fabriquer deux cartes :
1/ une carte représentant l’espèce inspiratrice
2/ une carte représentant l’innovation créée
Attention, toutes les cartes doivent être faites sur le même modèle : tous les détails et la photo
doivent se situer sur une même face de la carte, l’autre face doit être identique pour toutes les
cartes de tous les élèves de la classe.
Remarque : on peut choisir de fabriquer un memory géant, qui se jouerait par terre. Les cartes
« espèces » et « innovations » pourraient alors être exposées en classe comme des posters
lorsqu’elles ne sont pas utilisées.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
Etape 3 : jeu
✤ Jouez : les cartes sont mélangées de manière aléatoire et sont, en fait, constituées d’autant
de couples qu’il y a de participants.
✤ Un premier élève retourne une carte, puis en retourne une deuxième.

- S’il s’agit d’une paire (soit le couple de cartes espèce/invention), il les retire du jeu et peut à
nouveau retourner successivement deux autres cartes.
- En revanche, si elles sont différentes, il les retourne face cachée et veille à mémoriser leur
contenu et leur place.
✤ Un autre élève peut alors retourner deux cartes et ainsi de suite jusqu’à ce que toutes les

paires aient été découvertes et mises en paires.


✤ L’élève qui a retrouvé le plus de paires a gagné.

Etape 4 : conclusion
✤Demandez à chaque élève s’il connaît le couple espèce/invention qu’il a tiré.
✤ Demandez à chacun s’ils ont des idées de caractéristiques spécifiques à certaines espèces
qui pourraient donner lieu à une innovation.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Animation 7
UNE ESPÈCE VOUS MANQUE ET TOUT EST DÉPEUPLÉ ...

Objectifs pédagogiques :
- Comprendre le fonctionnement d’une chaîne alimentaire
- Sensibiliser les élèves à la vulnérabilité de la chaîne alimentaire

Objectif opérationnel : construire une pyramide de canettes symbolisant une chaîne


alimentaire

Contenu réalisé par l’International Polar Foundation

Par cette activité, vous permettez aux participants de matérialiser et donc de mieux se
représenter une chaîne alimentaire. C’est une pyramide de canettes qui symbolise votre chaîne
alimentaire.
Puis, des perturbations surviennent, la pyramide s’écroule et c’est ainsi la vulnérabilité d’une
chaîne alimentaire qui est mise en valeur.

PUBLIC : à partir de 8 ans

MATÉRIEL PAR GROUPE DE 4 :


- fiches espèces (jointes à la fin de la fiche) à imprimer :
• lapin (en 2 exemplaires),
• mésange (en 2 exemplaires),
• buse (en 1 exemplaire),
• ver de terre (en 6 exemplaires),
• pissenlit (en 3 exemplaires),
• chenille (en 2 exemplaires),
• taupe (en 1 exemplaire),
• chêne (en 3 exemplaires)
- ciseaux
- colle
- 20 canettes

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°7 (la mangrove), et N°8 (le corail) sur la dépendance des espèces, N°10 (la
morue) et N°11 (la grenouille taureau) sur le bouleversement d’un écosystème.
✤ Projet : N°3 (le comptage des papillons), une espèce dont dépend notre alimentation.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Remarque : davantage de canettes peuvent être utilisées, mais veillez à bien conserver les
proportions : 30 % pour les producteurs, 20 % pour les herbivores, 15 % pour les carnivores
primaires, 5 % pour les carnivores secondaires et 30 % pour les décomposeurs.

DURÉE : 1 heure

LIEU : Jardin, cour d’école, parc...

DÉROULÉ :

Étape 1 : fabrication des cartes d’identité des espèces

+ Présentation des espèces grâce aux photos jointes en fin de fiche.


+ Distribution des fiches d’identité à compléter.
+ Coller chaque fiche sur une canette (ou une petite boîte).
+ Construire une pyramide à 4 étages, selon la procédure suivante :
+ Placer les canettes suivantes en ligne : les végétaux (les pissenlits, les chênes).
+ Retrouver les animaux qui mangent ces espèces, placer les canettes correspondantes et
ainsi de suite jusqu’à construire les 4 étages de la pyramide.

Étape 2 : explications

✤ Après avoir réfléchi et discuté ensemble, le professeur repositionne sur le tableau les
espèces telle une pyramide avec les flèches «proies/prédateurs» et explique comment les
«classifier» par groupe dans la chaîne alimentaire :
- Les carnivores secondaires ( = consommateurs tertiaires) : buse
- Les carnivores primaires ( = consommateurs secondaires) : mésange, taupe
- Les herbivores ( = consommateurs primaires) : chenilles, lapin
- Les producteurs ( = végétaux) : pissenlits, chênes
+ Où place-t-on les vers de terre ? En dessous des végétaux. Les vers de terre sont des
décomposeurs : ils se nourrissent de feuilles mortes pour les transformer en éléments
minéraux indispensables pour les végétaux.

Étape 3 : perturbation de la chaîne alimentaire

+ Simulation de l’extinction d’espèces : demandez aux participants d’enlever le maximum de


canettes d’une rangée sans faire s’écrouler la pyramide :
- Que se passe-t-il si l’on modifie les pièces de cette pyramide ?

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
- Quelle est l’espèce située tout en haut de la pyramide ? La buse est ce qu’on appelle un
super-prédateur, c’est-à-dire une espèce qui n’est pas mangée par les autres.
+ Imagine un jardinier qui ne supporte pas les mauvaises herbes et qui décide d’éliminer tous les
pissenlits ! Que se passe-t-il s’il les arrose d’herbicides ? Ils vont mourir.
- Demandez aux élèves de retirer les « canettes-pissenlits » sans faire tomber le reste !
- Combien de canettes est-il possible de retirer sans que tout s’effondre ?

Étape 4 : observation, explications et conclusion


+ Si un étage de la pyramide est perturbée, la pyramide entière est fragilisée !
+ Comparer ces situations avec la nature : « C’est la même chose dans la nature ! »
- Lorsque certaines espèces disparaissent, toutes les autres espèces sont déstabilisées et tout
l’écosystème est chamboulé. Attention : préciser que parfois, ce n’est qu’après plusieurs
extinctions que la perturbation de l’écosystème devient visible.
+ Où se situerait l’homme dans cette pyramide ? Au sommet de la pyramide, l’homme est un
super-prédateur, mais il dépend de toutes les espèces du « bas ».
+ Conclusion : la protection de toutes les formes de vie est vitale car cela permet la survie de
tout un écosystème.

LES FICHES ESPÈCES

Nom commun : Lapin

Je suis prédateur de :
Nom commun :
pissenlits
Mésange
Nom commun : Taupe
Je suis la proie de :
Je suis prédateur de :
buse, homme Je suis prédateur de :
vers de terre, chenilles
vers de terre, chenilles
Je suis la proie de :
buse Je suis la proie de :
buse

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Nom commun : Buse

Je suis prédateur de :
mésanges, lapins, Nom commun : Chenille
taupes
Je suis prédateur de :
Je suis la proie de : feuilles de chênes Nom commun : Chêne
personne sauf peut-être
l’homme Je suis la proie de : Je suis prédateur de :
mésanges, taupes personne mais j’ai besoin
de soleil, d’eau et de
nutriments pour grandir

Je suis la proie de :
chenilles

Nom commun : Ver de terre

Je suis prédateur de :
feuilles mortes

Je suis la proie de : Nom commun : Pissenlit


mésanges, taupes
Je suis prédateur de :
personne mais j’ai besoin
de soleil, d’eau et de
nutriments pour grandir

Je suis la proie de :
lapins
Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Animation 8
LA CHAUVE-SOURIS ET L’OIE

Objectif pédagogique : sensibiliser aux stratégies d’adaptation des espèces

Objectif opérationnel : à travers le jeu de l’oie, se mettre dans la peau d’une


espèce qui doit s’adapter à des changements

Contenu réalisé par l’International Polar Foundation

Comment un mammifère sauvage s’adapte-t-il aux menaces que représentent l’homme et les
changements climatiques ? En prenant l’exemple de la chauve-souris, l’animation montre les
difficultés qu’elle doit affronter depuis 50 ans. Pour ce qui est des changements
climatiques, cela perturbe les saisons et donc les repères des chauves-souris.

PUBLIC : A partir de 8 ans

MATÉRIEL :
- un tableau et des craies :
dessiner un jeu de l’oie
géant sur le tableau
(annexe)
- 100 cailloux (ou billes)
représentant les points
d’énergie
- morceaux de carton, de la
colle et 6 aimants pour
dessiner 6 espèces de
chauves-souris et coller chacune sur un aimant = les pions qui avanceront sur le tableau
- un dé

DURÉE : 1 heure

LIEU : salle de classe

Liens fiches :
✤Dossier : N°7 (la mangrove) : lieu exemplaire en termes de stratégie adaptation des
espèces.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
BUT DU JEU DE L’OIE :

Ce jeu est adapté du jeu de l’oie « Autre Passage », du Musée d’Histoire Naturelle de la ville de
Bourges.
Chaque équipe joue le rôle d’une chauve-souris. L’objectif de chaque élève est d’atteindre la
dernière case pour être une espèce expérimentée et « adaptée » à toutes ces difficultés.
Lorsqu’un joueur est à court de points d’énergie, il doit retourner à la case départ.

RÈGLES DU JEU

✤ Répartissez la classe en 6 groupes


✤ Chaque groupe choisit une des 6 espèces de chauve-souris (Noctule, Daubenton, Grand
Rhinolophe, Grand Murin, Pipistrelle, Oreillard) et la dispose devant lui.
✤ Chaque groupe prend également :

- 8 jetons représentant ses points d’énergie (le reste des jetons est au centre du
plateau : c’est la réserve d’énergie) ;
- 1 pion pour se déplacer sur le plateau.

Que sont les Cases « insectes » ?


✤ Si vous atteignez une case « insecte », prenez autant de points d’énergie dans la réserve que
d’insectes représentés sur la case.
Que sont les Cases « -1, -2, -3 » ?
✤ Si vous atteignez une case « -1, -2, -3 », vous perdez autant de point d’énergie qu’indiqué sur la
case. Remettez 1, 2 ou 3 jetons au centre du plateau.
Que sont les Cases « carte » ?
✤ Si vous atteignez une case « carte », le professeur lit une des phrases du document
« Annexe 1 ». Elle contient des informations ou des évènements qui peuvent faire gagner, perdre
des points d’énergie. Certaines n’ont pas d’impact et donc vous ne bougez pas. Si vous tirez une
carte « saison », son contenu ne concerne que les joueurs qui se situent dans cette saison.
Autres cases :
✤ Suivez les indications figurant sur la case. S’il ne reste plus de points d’énergie, retour à la
case départ. Tous les joueurs repartent avec 8 points d’énergie.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DÉROULÉ :

Le joueur qui fait le plus gros score avec le dé commence. Chaque joueur joue à tour de rôle
dans le sens des aiguilles d’une montre.
Après avoir lancé le dé, chaque joueur avance son pion :
- de 1 case quand le dé marque 1 ou 2
- de 2 cases quand son dé marque 3 ou 4
- de 3 cases quand son dé marque 5 ou 6
Le jeu s’arrête dès qu’un joueur atteint la dernière case « Adaptée ».
Amusez-vous bien et bonne chance !

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Contenu réalisé par l’International Polar Foundation

ANIMATION 8 - ANNEXE 1

MURIN DE DAUBENTON :

✤ Vous découvrez un gîte spécialement aménagé sous un pont. Vous gagnez trois points.
✤ La rivière est « recalibrée ». La végétation disparaît, les insectes sont moins nombreux,
vous cherchez un autre site de chasse, vous perdez un point d’énergie.
✤ Emergence tardive d’insectes ! Tous les joueurs présents en automne gagnent 1 point

d’énergie.
✤ Vous prenez l’hameçon d’un pêcheur pour un insecte volant. Vous êtes blessé et perdez 1

point d’énergie.
✤ Emergence tardive d’insectes grâce au réchauffement climatique qui prolonge

l’automne. Tous les joueurs présents en automne gagnent un point d’énergie.


✤ Une crue subite vous contraint à changer de cavité dû au réchauffement climatique, vous

perdez 3 points d’énergie.


✤ Vous recherchez de nouveaux sites de chasse et découvrez un étang, avec une grande

quantité d’insectes. Vous gagnez 1 point d’énergie.


✤ Les responsables de la conservation vous gâtent. Vous découvrez un gîte dans le parc.

Vous prenez 3 points d’énergie.

OREILLARD :

✤ Il fait froid ! Toutes les chauves-souris qui se trouvent au printemps entrent en léthargie
et perdent 1 point d’énergie.
✤ Vous n’avez pas été assez rapide ! Le chat de la maison vous blesse. Vous perdez 3 points

d’énergie.
✤ Vous chassez dans une bergerie, les insectes sont abondants. Remerciez les moutons qui

les attirent et gagnez 1 point d’énergie.


✤ L’ancien propriétaire s’en va, le nouveau n’aime pas les chauves-souris. Vous déménagez

et perdez 1 point d’énergie.


✤ Non ! Les chauves-souris ne se reproduisent pas comme les souris, elles ne font qu’un

petit par an. C’est une des raisons qui les rendent si vulnérables… Vous passez un tour.
✤ Le grenier est ravagé contre les ravageurs du bois. Mais le traitement est réalisé

spécialement avec des produits non toxiques. Vous gagnez 3 points d’énergie.
✤ Les propriétaires repeignent les volets derrière lesquels vous êtes installé, vous quittez

le site et perdez 1 point d’énergie.


✤ Les oreillards ont un vol papillonnant. Ils peuvent faire du « sur place » pour capturer les

insectes.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Contenu réalisé par l’International Polar Foundation
PIPISTRELLE :

✤ Le nouveau lotissement avec des toits en ardoises et des greniers isolés de laine de
verre fera un gîte estival parfait pour les Pipistrelles. Vous gagnez trois points d’énergie.
✤ C’est le jour de Pâques, le portail de la cathédrale est ouvert en grand. Vous dormiez

coincée entre le portail et le mur. Vous tombez et perdez 1 point d’énergie.


✤ Vous êtes prisonnière dans une chambre. Vous vous épuisez toute une nuit à chercher une

sortie. Vous perdez un point d’énergie.


✤ Vous volez sans utiliser votre radar, vous heurtez légèrement une voiture et perdez trois

points d’énergie.
✤ Les lampadaires du centre ville attirent de nombreux insectes nocturnes. Vous vous

gavez et gagnez 1 point d’énergie.


✤ Les chauves-souris sont très souvent victimes d’acariens. Avec le réchauffement

climatique, les acariens deviennent de plus en plus abondants. Ces petits parasites
envahissent le jeu, tous les joueurs perdent 1 point d’énergie.
✤ Dans les églises, les Pipistrelles se dissimulent parfois derrière les chemins de croix.

BETISE : Les chauves-souris ne mangent pas la laine de verre des greniers. Encore un
préjugé qu’il faut dissiper

GRAND MURIN :

✤ En été, certaines colonies de chauves-souris s’installent dans les fissures ou les drains de
ponts. Cette année, la société de construction ne les emmurera pas vivantes à l’occasion
des travaux d’entretien.
✤ Une chouette effraie s’installe dans votre grenier. Plutôt que de lui offrir un repas, vous

préférez déménager. Vous perdez 1 point d’énergie.


✤ Le couvreur refait une partie du toit. Vous êtes obligé de quitter les lieux, vous perdez 1

point d’énergie.
✤ Le grenier qui abritait votre colonie est traité contre les insectes. Les survivants

déménagent. Intoxiqué, vous perdez 3 points d’énergie.


✤ Les Murins s’installent dans les combles tranquilles et chauds pour élever leurs jeunes.

Ces colonies regroupent parfois des centaines d’individus.


✤ Les Grands Murins apprécient les locaux administratifs. On les trouve souvent en été

dans les combles des mairies ou des écoles. Pendant les congés, les chauves-souris sont
plus tranquilles.
✤ Sous les colonies de reproduction de Murins, on trouve des gros tas de crottes. Ce guano

est un excellent engrais.

✤ Le Musée d’Histoire Naturelle vous gâte, un site est aménagé pour vous dans le grand
bâtiment. Vous gagnez trois points d’énergie.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
Contenu réalisé par l’International Polar Foundation

GRAND RHINOLOPHE :

✤ Le grenier tranquille qui sert de lieu de reproduction est nettoyé de fond en comble.
Vous perdez un point d’énergie.
✤ Il vous faut de grands sites souterrains humides et très calmes pour hiberner. Le vôtre

n’a pas été détruit car des biologistes l’ont étudié et l’ont classé « A protéger ». Vous
gagnez un point d’énergie.
✤ La cave du château est condamnée par une porte hermétique. Vous vous épuisez et

perdez 1 point d’énergie.


✤ Comme toutes les chauves-souris insectivores vous chassez vos proies au sonar. La nuit

vous « voyez » les insectes avec vos oreilles.


✤ La grotte tranquille qui vous servait de refuge est aménagée en boîte de nuit. Vous

perdez 3 points d’énergie pour retrouver un gîte favorable.


✤ Toutes les chauves-souris du jeu gagnent un point d’énergie.

✤ Votre site d’hibernation était menacé par le projet de construction de route. Les

responsables de la conservation prennent soin de vous et modifient le tracé routier. Vous


dormez tranquille et gagnez trois point d’énergie.
✤ Les Grands Rhinolophes se regroupent en essaim pour passer l’hiver. Ils sont parfois

plusieurs centaines dans les sites souterrains.

NOCTULE :

✤ L’arbre où vous étiez installé vient d’être abattu, vous quittez péniblement votre abri.
Vous perdez 3 points d’énergie.
✤ Le printemps commence plus tôt, avec une hausse de température, mais les chauves-

souris qui sortent de leur hibernation doivent affronter un gel tardif. Ceci fait perdre 2
points d’énergie à toutes les chauves-souris qui étaient sorties de leur hibernation, c’est-à-
dire au printemps.
✤ Les colonies de noctules sont composées d’un mâle et de plusieurs femelles. Les

biologistes appellent cela un harem... Vous trouvez un nid de pic abandonné, vous vous y
installez, vous gagnez un point d’énergie.
✤ Le mot chiroptère qui définit l’ordre des chauves-souris vient du grec kheir=main et

pteron=aile.
✤ Les noctules chassent assez haut et effectuent parfois des piqués vers le sol.

✤ Les insectes sont empoisonnés par des pesticides, les joueurs qui se trouvent en été

perdent un point.

✤Lesnoctules s’installent aussi en ville, on les trouve dans les joints de dilatation des
immeubles et des ponts.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Contenu réalisé par l’International Polar Foundation

ANIMATION 8 - Annexe 2 :
 Cases jaunes = été ;  Cases oranges =  Cases violettes =  Cases vertes =
Naissances automne ; Dispersion hiver ; Hibernation + printemps ; Sortie
des colonies + Sortie d’hibernation d’hibernation
Hibernation

1 : Carte 6 : Chat -3 15 : Carte 21 : -1

2 : Dessin « deux moustiques » 7 : Carte 16 : Dessin « chandelle 22 : Dessin « deux


avec une bougie ». -2 moustiques »
Dérangement.

3 : Carte 8 : Dessin « deux 17 : -1 23 : Carte


moustiques »

4 : Collision avec une voiture. 9 : Accouplement. Passez 18 : Carte 24 : Dessin « deux


Retour à la case départ. un tour. moustiques »

5 : Dessin « un moustique » 10 : Dessin « deux 19 : Printemps précoce. 25 : Dessin « nuage avec


moustiques » Avancez de trois cases. gouttes ». Pluie -1

28 : Dessin « un moustique » 11: Dessin « un moustique » 20 : -1 26 : Dessin « un moustique »

29 : Carte 12 : -1 45 : Carte 27 : Dessin « spray ».


Pesticide -1

30 : Vous errez au-dessus 13 : Dessin « feu de bois ». 46 : -2 51 : Dessin « deux


d’une zone sans insecte. -1 Dérangement : passez un moustiques ».
tour.

31 : Dessin « un moustique » 14 : -1 47 : Carte 52 : Dessin « nuage + pluie ».


-1

32 : Naissance dans la colonie. 36 : Carte 48 : Printemps précoce. 53 : Attendez deux tours,


Vous Avancez de trois car un gel
passez un tour. cases. soudain vient de se
produire…

33 : Chouette effraie. -3 37 : Dessin « deux 49 : -1 54 : Carte


moustiques »

34 : Carte 38 : Accouplement. Passez 50 : Gel tardif de 55 : -1


un tour. printemps. Reculez de 4
cases.

35 : Chat -2. 39 : Dessin « trois 56 : Dessin « Spray pesticide


moustiques » ». Attendez un tour.

57 : Adaptée ! 40 : Dessin « un moustique


»

41 : -1

42 : -2

43 : -2

44 : Carte

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Animation 9
ESSAIS ACIDES

Objectif pédagogique : montrer les effets nocifs d’un excès d’acidité sur le milieu
marin

Objectif opérationnel : expérimenter ce qu’est un acide et une base par des exemples
concrets

Contenu réalisé par l’International Polar Foundation

La hausse de gaz carbonique dans l’air est une des causes du réchauffement climatique*.
Sachant que le gaz carbonique est transformé en acide carbonique au contact des océans, son
augmentation rend les océans plus acides. L’animation montre les dégradations que l’acidité
peut entraîner sur les récifs coralliens.

PUBLIC : à partir de 12 ans

MATÉRIEL :
- 1 paquet de bonbons acidulés
- 1 récipient de jus de chou rouge + 4 pipettes
- 3 petits verres transparents
- 1 récipient d’eau + 4 pipettes
- 2 coquilles d’escargot vides
- 1 bouteille de vinaigre + 1 pipette
- 1 verre de jus de citron
- 1 pot de bicarbonate + 1 cuillère à café
- un verre d’eau

DURÉE : 1 heure 25 minutes

LIEU : à l’extérieur de l’école

LIENS FICHES :
✤ Dossier : N°8 (le corail), l’effet de l’acidité sur les récifs coralliens

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
DÉROULÉ :

✤ Faites plusieurs groupes de 4 élèves.


✤ Préparez du jus de chou rouge avant l’activité : faites bouillir des morceaux de chou rouge

dans de l’eau et ne récoltez que l’eau colorée.

Étape 1 : Introduction (5 min)

✤ Distribuez des bonbons acidulés. Comment décrire le goût ?


Après avoir dégusté quelques bonbons acidulés, comment pouvons-nous identifier une
substance sans la goûter ? Tous les produits ne sont pas comestibles, comment faire ?

Étape 2 : Marche à suivre (a) (15 min)


Réalisez les témoins en remplissant chaque verre à moitié :
- verre n°1 : eau + bicarbonate
- verre n°2 : eau
- verre n°3 : vinaigre

✤Versez quelques gouttes de jus de chou rouge avec une pipette dans les verres n°1, 2, 3 et
mélanger doucement le liquide avec une cuillère. Attention à ne pas agiter !
De même, attention à bien utiliser une pipette par produit afin d’éviter toute contamination !

Étape 3 : Observation (a) (10 min)


Texte à trous :

Le vinaigre est un.............................car il fait virer le chou rouge au.............................


Le bicarbonate de soude est une............................. car il fait virer le jus de chou rouge
au.............................
L’eau est neutre car le jus de chou rouge demeure.............................
Bicarbonate Eau Vinaigre
Vert bleu Bleu violet Rouge rose
Base Neutre Aide

Réponse :
Le vinaigre est un acide car il fait virer le chou rouge au rouge
rose.
Le bicarbonate de soude est une base car il fait virer le jus de chou rouge au bleu vert.
L’eau est neutre car le jus de chou rouge demeure bleu violet.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
Étape 4 : Explication (a) (10 min)
Lorsque nous consommons des boissons et des aliments, notre langue est sensible à certains
goûts de base : le sucré, le salé, l’amer et l’acide.
Quels aliments contiennent ces goûts ?
On retrouve le goût acide dans les fruits comme le citron et l’orange. Il correspond à une
propriété chimique détectée par la langue et qui peut être mesurée par une grandeur appelée
pH. Le pH est une grandeur sans unité qui exprime le caractère acide d’un produit contenant de
l’eau. Suivant la valeur de ce pH, le produit est acide, neutre ou basique.

Il y a trois domaines de valeur de pH :


Si le pH est inférieur à 7, la solution est acide.
Si le pH est 7, la solution est neutre.
Si le pH est supérieur à 7, la solution est basique.

Nous avons utilisé le chou rouge car c’est un bon exemple de plante qui change de couleur selon
l’acidité ou la basicité de la terre dans laquelle il est cultivé.

Étape 5 : Autres substances à tester (20 min)


En suivant la même démarche, les élèves testent d’autres substances avec le jus de chou
rouge :
✤ berlingot de jus d’oranges

✤ canette d’orangeade

✤ berlingot de jus de pommes

✤ eau + 1 cuillère à soupe de sel

✤ eau + 1 orange pressée

✤ bouteille de lait

✤ bouteille de jus de citron

✤ eau + 1 cuillère à café de poudre de lave-vaisselle

✤ canette de coca

✤ eau + 1 cuillère à café de poudre à lessiver

✤ eau + 1 cuillère à café pot de sucre

✤ flacon de gel douche pour bébé

Étape 6 : Explications (10 min)


Les produits en contact direct avec le corps sont généralement neutres tandis que les poudres
à lessiver et poudres pour les lave-vaisselle sont plus basiques.
Il n’y a pas que les acides qui sont agressifs pour l’homme, les bases le sont aussi !

Étape 7 : Marche à suivre (b) (5 min)

✤ Remplissez un verre avec du jus de citron (substance très acide) et un autre verre d’eau
uniquement.
✤ Mettez une coquille dans chaque verre. Venez observer régulièrement durant la journée.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Étape 8 : Observation (b) (5 min)
La coquille qui baigne dans le jus de citron est abîmée alors que la coquille qui se trouve dans le
verre d’eau est intacte.

Étape 9 : Explication (b) (5 min)


Le jus de citron étant très acide, il « ronge » le calcaire de la coquille d’escargot.
L’acidité croissante qui réside dans les milieux marins est problématique. Les coraux*
fabriquent leur squelette à partir de calcaire. Or, l’augmentation de CO2 absorbé dans l’eau de
mer provoque une augmentation de l’acidité et empêche la formation optimale des squelettes
des coraux. C’est la même chose avec d’autres espèces comme les coquilles des « escargots
marins ».

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Animation 10
POUR OU CONTRE L’HUILE DE PALME ?

Objectif pédagogique : connaître et comprendre les différentes opinions sur la


production d’huile de palme

Objectif opérationnel : exercer son talent d’acteur en se mettant dans la peau de


différentes parties prenantes.

L’huile de palme* est l’huile la plus consommée dans le monde aujourd’hui, au détriment des
forêts primaires* et de l’équilibre de tout un écosystème*. D’un autre côté, elle permet de faire
marcher l’économie des pays producteurs.
En jouant différents acteurs (présentés ci-dessous) autour de ce sujet, les enfants découvriront
les divers points de vue pour se faire leur propre opinion ensuite. Ils joueront aussi un rôle avec
lequel ils ne sont pas forcément en accord, ce qui incitera à être à l’écoute, respectueux des
opinions et des enjeux autres que les leurs.

PUBLIC : à partir de 12 ans

MATÉRIEL :
- Déguisements pour les différents rôles
- Divers déchets et aliments : produits et emballages de produits contenant de l’huile de palme*
(chips, barres chocolatées, biscuits, savons, cosmétiques...). Il est d’ailleurs très souvent écrit
« huile végétale » à la place d’huile de palme.

DURÉE : 3 séance de 2 heures (1ère séance : sensibilisation + appropriation des rôles ;


2ème et 3ème séances : jeux de rôle)

LIEU : salle de sport

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°9 (la déforestation, ses causes et ses conséquences)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
DÉROULÉ :
Étape 1 :
✤ Demandez aux enfants s’ils ont déjà entendu parler du problème du palmier à huile*.
✤ Sortez les déchets et les aliments. Montrez-leur que l’huile de palme est très présentes dans

notre quotidien.

Crédit : Survival ©

Étape 2 :
✤ On veut mettre en évidence les intérêts de chacun dans l’histoire du palmier à huile. 5 rôles
ont été développés : un grand fabricant de produits de beauté en Europe, un planteur de palmier
à huile, un représentant d’une association de protection de la biodiversité, un touriste.
✤ Formez des groupes de 5 élèves et répartissez-les sur les différents rôles.

✤ Parmi les rôles présentés, qui est pour la production de palmier à huile ? Qui est contre ?

LES RÔLES
Vous pouvez étayer les différentes argumentations suite à vos propres recherches.
Il est aussi possible de demander aux élèves de faire leurs propres recherches afin de
construire la trame de leur argumentation. Cela se ferait alors lors d’une première séance
introductive : découverte de la problématique, distribution des rôles et élaboration des
argumentations.

Le fabricant de produits de beauté :


- Je donne du travail aux populations locales. Rien que pour l’Indonésie, je fais vivre environ 5
millions de familles !
- Ces plantations, c’est le prix à payer pour avoir une belle peau en bonne santé.
- L’huile de palme est peu chère à la production et donc à l’achat.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
Le planteur de palmier à huile :
- J’ai vu l’arrivée de ces plantations comme un soulagement : aujourd’hui je nourris toute ma
famille grâce à ce travail.
- C’est un travail en plein air bien plus agréable et moins dangereux qu’aller chercher des noix
de coco à la cime des arbres !
- C’est un gros travail ces plantations, et il fait très chaud. Mais si vous m’enlevez cette culture,
alors proposez-moi un autre travail !

Le représentant d’une association de protection de la nature :


- Pour produire ces plantations, les forêts régressent. Cela détruit souvent des forêts
primaires qui mettront des milliers d’années à repousser.
- Les forêts voisinantes sont aussi asphyxiées par les feux utilisés pour rendre la terre
cultivable.
- En détruisant les forêts, on menace la survie des populations indigènes.
- On arrive à une monoculture du palmier à huile : il y a moins de diversité végétale, d’où une
perte de biodiversité.
- Pour sauver les orang-outans, on pourrait aménager des corridors de survie d’au moins 500
mètres de large. Qu’en pensez-vous ?

L’exploitant de palmier à huile


- Il faut beaucoup moins de surface que le soja pour une même production d’huile : grande
rentabilité (4 tonnes d’huile de palme par hectare contre 0,5 tonne pour le soja pour la même
surface).
- La consommation d’huile de palme dans le monde ne fait qu’augmenter. C’est l’huile la plus
consommée au monde : elle représente 25 % de la consommation d’huile dans le monde.
- Je ne fais que répondre aux besoins d’une population croissante car je leur fournis du travail.
- Arrêtez de nous culpabiliser, vous, les Occidentaux. En France, par exemple, il vous reste bien
moins de forêt primaire que nous, en Indonésie (environ 28 %).

Le touriste
- Le paysage est complètement transformé, détruit (tout est uniforme, il n’y a plus de diversité
des paysages) et cela présente un moindre intérêt touristique
- Je ne veux pas contribuer à cette exploitation humaine
- Les orang-outans sont suffisamment menacés par l’homme comme cela ! Avec la production
de palmiers à huile, c’est leur habitat qui est détruit un peu plus chaque jour
- J’ai l’impression de voir de l’huile de palme partout dans les supermarchés. Et ce n’est pas
qu’une impression... un produit sur 10 en contiendrait...

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
✤ Certains arguments sont valables d’un rôle à l’autre et peuvent être repris (par exemple,
« huile peu chère » pour le planteur de palmier à huile)
✤ Les enfants se déguisent pour être bien dans leur personnage. Ils s’approprient le texte puis

chaque groupe de 5 joue la scène devant les autres camarades.

POUR PROLONGER L’ANIMATION :

✤ Montez une pièce de théâtre sur ce thème.


✤ Ecrivez le scénario :
L’objectif est de faire ressortir les effets négatifs de l’huile de palme sur l’environnement mais
aussi de montrer l’importance de garder du travail pour les populations locales.

Exemple :
Un touriste part 2 semaines en Indonésie pour voir les orang-outans. Mais, après être resté
longtemps à les attendre, il se rend compte qu’ils se font très rares. En se rendant au village
voisin, il rencontre un planteur de palmier à huile qui lui raconte son métier et lui montre son
lieu de travail et les champs qui s’étendent à perte de vue. De fil en aiguille et en parlant avec
les autres acteurs, il comprend que le palmier à huile contribue à la fragilisation de l’orang-
outan, et des peuples indigènes.
Il décide alors de mettre en place un projet d’huile de palme durable en concertation avec les
populations locales. Cela pourrait être une façon de limiter l’impact des plantations de palmier
à huile. Ces plantations « durables » s’attacheraient à la conservation des ressources naturelles
et de la biodiversité, mais aussi à la protection de leurs employés et des communautés locales
affectées par ces plantations.

Conseils :
✤Essayez de moins consommer de produits à base d’huile de palme.
✤ Ou, du moins, quand vous faites vos courses, regardez si c’est de l’huile de palme certifiée
durable ou qui vient de l’agriculture biologique.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Animation 11
MEMOIRE DE POISSON ROUGE ?

Objectif pédagogique : Retenir les principales espèces qui ont envahi le globe

Objectif opérationnel : Jouer au mémory

Contenu réalisé par l’International Polar Foundation

En introduisant des espèces* non autochtones*, l’homme court le risque qu’elles deviennent
envahissantes et menacent l’équilibre de l’écosystème* et donc de la biodiversité*. Seul un
expert scientifique pourrait déterminer si l’espèce* va s’intégrer à son environnement* ou
causer des dégâts.
Cette animation fait connaître et mémoriser certaines espèces* devenues invasives. Elle
sensibilise aussi aux risques liées à ces introductions.

PUBLIC : A partir de 10 ans

MATÉRIEL :
- espèces invasives de la fiche dossier n°10 (ragondin, écrevisse de Louisiane, perche soleil,
crabe chinois, grenouille taureau)
- Accès à Internet
- Imprimante
- Supports en carton pour fabriquer les cartes du memory
- Colle

DURÉE : 2 heures

LIEU : classe

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°11 (la grenouille taureau) : une espèce invasive.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
DEROULE :

Etape 1 :
✤ Faire choisir à chaque élève une espèce invasive
✤ Chaque élève doit, pour l’espèce qu’il a choisie, rechercher :
- une photo de l’espèce
- les principales caractéristiques de cette espèce (description, origine, habitat, nourriture,
trait particulier)
- les causes de sa prolifération
- ce qu’elle a comme impact (+/-) sur la faune/la flore indigène

Etape 2
✤ Demandez à chaque élève de fabriquer deux cartes identiques représentant l’espèce qu’il a
choisie.
Attention, toutes les cartes doivent être faites sur le même modèle : tous les détails et la photo
doivent se situer sur une même face de la carte, l’autre face doit être identique pour toutes les
cartes de tous les élèves de la classe.
Remarque : on peut choisir de fabriquer un memory géant, qui se jouerait par terre. Les cartes «
espèces » pourraient alors être exposées en classe comme des posters lorsqu’elles ne sont pas
utilisées.

Etape 3
✤ Jouez : les cartes sont mélangées de manière aléatoire et sont, en fait, constituées d’autant
de couples qu’il y a d’élèves dans la classe...
✤ Un premier élève retourne une carte, puis en retourne une deuxième.

- S’il s’agit d’une paire (soit 2 cartes identiques), il les retire du jeu et peut à nouveau retourner
successivement deux autres cartes.
- En revanche, si elles sont différentes, il les retourne face cachée et veille à mémoriser leur
contenu et leur place.
✤ Un autre élève peut alors retourner deux cartes et ainsi de suite, jusqu’à ce que toutes les

paires aient été découvertes et mises en pair.


✤ L’élève qui a retrouvé le plus de paires a gagné.

Etape 4
✤ Demandez à chaque élève s’il connaît les espèces qu’il a tirées, s’il en a déjà rencontrées aux
abords de l’école, dans les parcs, etc.
✤ Demandez à chacun ce qu’il pourrait faire pour réduire la liste des espèces invasives.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
Par exemple :
- ne pas libérer d’animaux de compagnie tels que des tortues de Floride (Trachemys scripta),
des perruches à collier (Psittacula krameri) ou des écureuils de Corée (Tamias sibiricus).
- ne pas planter d’arbre à papillon dans son jardin ou à l’école (Buddleja davidii).
- informer son entourage sur les risques que représentent les espèces invasives, sensibiliser
les commerçants, etc. (par exemple, dans les jardineries, parler des problèmes occasionnés
par la coccinelle asiatique (Harmonia axyridis) vendue pour éliminer les pucerons).

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Animation 12
FACILITONS LA PONTE !

Objectif pédagogique : aménager des espaces pour l’abri des oiseaux

Objectif opérationnel : construire un nichoir

Par cette activité, vous fournissez un refuge aux oiseaux. Au printemps, les oiseaux cherchent
des abris pour pondre et couver leurs oeufs à l’abri des prédateurs.
Vous pourrez aussi observer plus facilement les oiseaux et mieux comprendre leur façon de
vivre.

PUBLIC : A partir de 8 ans

MATÉRIEL :
- planches des bois
- fil de fer ou ficelle solide
- 2 charnières
- clous et vis
- marteau
- perceuse avec scie cloche
- tournevis

DURÉE : 2 heures

LIEU : Jardin, cour d’école, parc...

Liens fiches :
✤ Dossier : N°19 (les continuités écologiques, lien entre l’urbanisation et la

biodiversité)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
DÉROULÉ :
La construction d’un nichoir ne demande pas beaucoup d'habileté. Il existe plusieurs types de
nichoirs, qui varient en fonction des espèces d'oiseaux. Voici un exemple de nichoir classique
avec porte :

Epaisseur du contreplaqué 1 cm
Toit : 15 cm x 18 cm
Arrière : 13 cm x 23 cm
Côté gauche : 15 cm x 23 cm
Côté droit : (1) 15 cm x 10 cm
Côté droit : (porte) 15 cm x 13 cm
Plancher : 15 cm x 15 cm
Devant : 13 cm x 23 cm
Trou d'envol : 3,2 cm de diamètre (spécial pour les mésanges et sittelles)

✤ Préparez les planches de bois nécessaire à la construction


✤ Assemblez les planches en les clouant
✤ Placez le nichoir sur un arbre au minimum à 2 mètres du sol, l'ouverture tournée de

préférence vers le Sud, voire Sud-est.


✤ Fixez le nichoir avec du fil de fer ou de la ficelle solide.

Conseils :
✤ Le diamètre du trou d'envol doit être fonction de la taille de l'oiseau.
✤ La surface de plancher doit être suffisamment importante (supérieure à 100 cm2).
✤ Le matériau utilisé doit être résistant aux intempéries.

✤ Ne poncez pas votre nichoir (sinon les oiseaux ne pourront plus s'accrocher).

✤ Ne le peignez pas avec des couleurs vives. Préférez plutôt un enduit qui protège le bois

(couleur marron).
✤ Une fois le nichoir installé sur l'arbre, n'y touchez plus avant l'hiver (pour éviter que les

parents n'abandonnent leur couvée).


✤ Les moisissures s'attaquent au nichoir. Nettoyez-le chaque hiver avec du savon et de

l'eau. Les nichoirs doivent être installés au plus tard au mois de février.
✤ Vous pouvez très bien réaliser un nichoir avec toutes sortes de matériaux : pot de fleurs, un

abri de tressage de brindilles, etc.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
Animation 13
REMETTONS DE L’ORDRE DANS NOTRE
CONSOMMATION !

Objectifs pédagogiques :
- Faire comprendre l’impact de notre consommation de fruits et légumes sur
l’environnement et la biodiversité.
- Découvrir les changements de comportements à adopter.

Objectif opérationnel : associer chaque fruit et légume à sa saison de récolte.

En associant chaque fruit et légume à sa saison de récolte, et en le comparant avec leur propre
consommation, les participants vont pouvoir réaliser l’impact de leur consommation de fruits*
et légumes sur l’environnement* et donc sur la biodiversité*.
Au-delà de la compréhension de ces enjeux, ils comprendront qu’en adaptant leur
consommation aux saisons mais aussi en mangeant « local », ils peuvent réduire leur empreinte
écologique.

PUBLIC : à partir de 8 ans

MATÉRIEL :
- Des fruits et légumes : en papier mâché, ou plastique. Alternative : découper des photos de
fruits et légumes dans des magazines ou revues publicitaires.
- 4 boîtes (une pour chaque saison) dans lesquelles les fruits et légumes seront triés.
- 4 étiquettes (hiver, printemps, été, automne) à coller sur chaque boîte.
- Le calendrier des fruits et légumes de saison (fourni en dernière page de la fiche)

DURE : 45 minutes (hors préparation du matériel)

LIEU : Classe, jardin, cour d’école, parc...

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°14 (les AMAP) sur le lien entre la biodiversité et notre alimentation.

✤ Projets : N°4 (le repas responsable) sur le lien entre la biodiversité et notre

alimentation


Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
En amont :
Introduire la notion d’empreinte écologique*. Elle correspond au nombre de planètes Terre
nécessaires pour subvenir à nos besoins. Aujourd’hui, si tous les Hommes vivaient comme un
Français, l’équivalent de 3 planètes Terre serait nécessaire pour la survie de tous !
A travers cette animation, nous proposons au public un moyen de réduire son empreinte
écologique en consommant des fruits et des légumes locaux et de saison !

DÉROULÉ :
✤ Distribuez les légumes aux participants. Ils devront les placer dans la boîte correspondant à

leur saison de récolte.

✤ Les messages à faire passer :


- Privilégier les fruits et légumes locaux et de saison pour préserver l’environnement et la
biodiversité :
- Lorsque les fruits et légumes sont achetés hors saison, ils viennent généralement
d’autres pays et/ou sont cultivés sous des serres chauffées et irriguées. Le transport (par
camion, bateau ou avion) et les cultures sous serres nécessitent beaucoup d’énergie (une salade
produite sous serre en hiver peut nécessiter l’énergie correspondant à 1 litre de pétrole ! ).
- Les terres ne sont pas toujours adaptées aux cultures. C’est par exemple le cas des
fraises produites en hiver en Andalousie. Elles réclament de grosses quantités d’eau alors que
la région est plutôt sèche.
Ex. un kilo de tomates produites sous serre chauffée consomme 6 fois plus d’énergie qu’un kilo
de tomates produites sous serre non chauffée.

Ainsi, choisir des fruits et légumes de saison, produits localement, permet de réduire son
empreinte écologique.


Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
✤ Schéma récapitulatif :

consommer consommer consommer


local de saison bio

= = =

moins de
moins de transport consommation d’énergie et moins de pesticides et
d’eau d’engrais chimique

= =

moins d’émission préservation des


de gaz à effet de serre ressources épuisables

Préservation
de
l’environnement

Réduction de notre
empreinte écologique
et préservation de la
biodiversité


Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Le calendrier est optimisé pour la Région Ile-de-France, c’est pourquoi certaines données peuvent
varier selon le lieu où vous vous trouvez.

Conseils :

✤ Il est possible de prolonger l’animation sur d’autres volets :


- Social : en effet, l’achat de fruits et légumes locaux et de saison peut être créateur de
lien social grâce à un rapprochement avec des producteurs de la région.
- Santé/nutrition : les fruits et légumes importés sont soumis à différents traitements
comme :
• l’irradiation : ralentit le mûrissement et permet une conservation jusqu’à nos étals
• la récolte avant maturité : facilite le transport mais influe sur le goût et les qualités
nutritives de ces aliments (moins bons, moins sucrés, moins de vitamines...)
• la culture en plantations hors sol : remplace les nutriments naturels de la terre par
des engrais chimiques.
Ces traitements ne concernent donc pas les fruits et légumes locaux. De plus, n’oublions pas
que la nature est bien faite et donc que les fruits et légumes locaux et de saison répondent à nos
besoins (fruits et légumes gorgés d’eau en été).
- Découverte de légumes oubliés : il est possible que vous découvriez, au contact
d’agriculteurs de votre région, des légumes oubliés (ex. topinambour, courge, radis noir,
pâtisson...). Diversifier son alimentation, c’est agir en faveur de la diversité des semences. C’est
important car aujourd’hui, nous tendons vers une uniformisation des variétés cultivées.


Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
CALENDRIER DES FRUITS ET LÉGUMES
DE SAISON

Fruits Fruits f r u i t s f ra i s fruits de garde


Abricot
Cerise
Châtaignes
Citron niççois
Fraise
Framboise
Groseille
Kiwi
Melon
Mirabelle
Mûre
Myrtille
Noix
Pêche
Poire
Pomme
Prune
Raisin
Rhubarbe
Tomate

Légumes l é g u m e s f ra i s légumes de garde


Artichaut
Asperge
Aubergine
Bette
Betterave
Brocoli
Carotte
Céleri branche
Céleri rave
Champignon
Chou de Bruxelles
Chou-fleur
Chou rouge
Concombre
Courgette
Endive
Epinard
Fenouil
Haricot vert
Laitue romaine
Mache
Maïs
Navet
Oignon
Oseille
Panais
Patisson
Petit pois
Poireau
Poivron
Pomme de terre
Potiron
Radis

Important : Les dates ci-dessus peuvent légèrement


varier en fonction de la variété des aliments et de
leur zone de production en France.

www.e-graine.org


Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
5
Contenu réalisé par l’International Polar Foundation

ANIMATION 8 - ANNEXE 1

MURIN DE DAUBENTON :

✤ Vous découvrez un gîte spécialement aménagé sous un pont. Vous gagnez trois points.
✤ La rivière est « recalibrée ». La végétation disparaît, les insectes sont moins nombreux,
vous cherchez un autre site de chasse, vous perdez un point d’énergie.
✤ Emergence tardive d’insectes ! Tous les joueurs présents en automne gagnent 1 point

d’énergie.
✤ Vous prenez l’hameçon d’un pêcheur pour un insecte volant. Vous êtes blessé et perdez 1

point d’énergie.
✤ Emergence tardive d’insectes grâce au réchauffement climatique qui prolonge

l’automne. Tous les joueurs présents en automne gagnent un point d’énergie.


✤ Une crue subite vous contraint à changer de cavité dû au réchauffement climatique, vous

perdez 3 points d’énergie.


✤ Vous recherchez de nouveaux sites de chasse et découvrez un étang, avec une grande

quantité d’insectes. Vous gagnez 1 point d’énergie.


✤ Les responsables de la conservation vous gâtent. Vous découvrez un gîte dans le parc.

Vous prenez 3 points d’énergie.

OREILLARD :

✤ Il fait froid ! Toutes les chauves-souris qui se trouvent au printemps entrent en léthargie
et perdent 1 point d’énergie.
✤ Vous n’avez pas été assez rapide ! Le chat de la maison vous blesse. Vous perdez 3 points

d’énergie.
✤ Vous chassez dans une bergerie, les insectes sont abondants. Remerciez les moutons qui

les attirent et gagnez 1 point d’énergie.


✤ L’ancien propriétaire s’en va, le nouveau n’aime pas les chauves-souris. Vous déménagez

et perdez 1 point d’énergie.


✤ Non ! Les chauves-souris ne se reproduisent pas comme les souris, elles ne font qu’un

petit par an. C’est une des raisons qui les rendent si vulnérables… Vous passez un tour.
✤ Le grenier est ravagé contre les ravageurs du bois. Mais le traitement est réalisé

spécialement avec des produits non toxiques. Vous gagnez 3 points d’énergie.
✤ Les propriétaires repeignent les volets derrière lesquels vous êtes installé, vous quittez

le site et perdez 1 point d’énergie.


✤ Les oreillards ont un vol papillonnant. Ils peuvent faire du « sur place » pour capturer les

insectes.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Contenu réalisé par l’International Polar Foundation
PIPISTRELLE :

✤ Le nouveau lotissement avec des toits en ardoises et des greniers isolés de laine de
verre fera un gîte estival parfait pour les Pipistrelles. Vous gagnez trois points d’énergie.
✤ C’est le jour de Pâques, le portail de la cathédrale est ouvert en grand. Vous dormiez

coincée entre le portail et le mur. Vous tombez et perdez 1 point d’énergie.


✤ Vous êtes prisonnière dans une chambre. Vous vous épuisez toute une nuit à chercher une

sortie. Vous perdez un point d’énergie.


✤ Vous volez sans utiliser votre radar, vous heurtez légèrement une voiture et perdez trois

points d’énergie.
✤ Les lampadaires du centre ville attirent de nombreux insectes nocturnes. Vous vous

gavez et gagnez 1 point d’énergie.


✤ Les chauves-souris sont très souvent victimes d’acariens. Avec le réchauffement

climatique, les acariens deviennent de plus en plus abondants. Ces petits parasites
envahissent le jeu, tous les joueurs perdent 1 point d’énergie.
✤ Dans les églises, les Pipistrelles se dissimulent parfois derrière les chemins de croix.

BETISE : Les chauves-souris ne mangent pas la laine de verre des greniers. Encore un
préjugé qu’il faut dissiper

GRAND MURIN :

✤ En été, certaines colonies de chauves-souris s’installent dans les fissures ou les drains de
ponts. Cette année, la société de construction ne les emmurera pas vivantes à l’occasion
des travaux d’entretien.
✤ Une chouette effraie s’installe dans votre grenier. Plutôt que de lui offrir un repas, vous

préférez déménager. Vous perdez 1 point d’énergie.


✤ Le couvreur refait une partie du toit. Vous êtes obligé de quitter les lieux, vous perdez 1

point d’énergie.
✤ Le grenier qui abritait votre colonie est traité contre les insectes. Les survivants

déménagent. Intoxiqué, vous perdez 3 points d’énergie.


✤ Les Murins s’installent dans les combles tranquilles et chauds pour élever leurs jeunes.

Ces colonies regroupent parfois des centaines d’individus.


✤ Les Grands Murins apprécient les locaux administratifs. On les trouve souvent en été

dans les combles des mairies ou des écoles. Pendant les congés, les chauves-souris sont
plus tranquilles.
✤ Sous les colonies de reproduction de Murins, on trouve des gros tas de crottes. Ce guano

est un excellent engrais.

✤ Le Musée d’Histoire Naturelle vous gâte, un site est aménagé pour vous dans le grand
bâtiment. Vous gagnez trois points d’énergie.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
Contenu réalisé par l’International Polar Foundation

GRAND RHINOLOPHE :

✤ Le grenier tranquille qui sert de lieu de reproduction est nettoyé de fond en comble.
Vous perdez un point d’énergie.
✤ Il vous faut de grands sites souterrains humides et très calmes pour hiberner. Le vôtre

n’a pas été détruit car des biologistes l’ont étudié et l’ont classé « A protéger ». Vous
gagnez un point d’énergie.
✤ La cave du château est condamnée par une porte hermétique. Vous vous épuisez et

perdez 1 point d’énergie.


✤ Comme toutes les chauves-souris insectivores vous chassez vos proies au sonar. La nuit

vous « voyez » les insectes avec vos oreilles.


✤ La grotte tranquille qui vous servait de refuge est aménagée en boîte de nuit. Vous

perdez 3 points d’énergie pour retrouver un gîte favorable.


✤ Toutes les chauves-souris du jeu gagnent un point d’énergie.

✤ Votre site d’hibernation était menacé par le projet de construction de route. Les

responsables de la conservation prennent soin de vous et modifient le tracé routier. Vous


dormez tranquille et gagnez trois point d’énergie.
✤ Les Grands Rhinolophes se regroupent en essaim pour passer l’hiver. Ils sont parfois

plusieurs centaines dans les sites souterrains.

NOCTULE :

✤ L’arbre où vous étiez installé vient d’être abattu, vous quittez péniblement votre abri.
Vous perdez 3 points d’énergie.
✤ Le printemps commence plus tôt, avec une hausse de température, mais les chauves-

souris qui sortent de leur hibernation doivent affronter un gel tardif. Ceci fait perdre 2
points d’énergie à toutes les chauves-souris qui étaient sorties de leur hibernation, c’est-à-
dire au printemps.
✤ Les colonies de noctules sont composées d’un mâle et de plusieurs femelles. Les

biologistes appellent cela un harem... Vous trouvez un nid de pic abandonné, vous vous y
installez, vous gagnez un point d’énergie.
✤ Le mot chiroptère qui définit l’ordre des chauves-souris vient du grec kheir=main et

pteron=aile.
✤ Les noctules chassent assez haut et effectuent parfois des piqués vers le sol.

✤ Les insectes sont empoisonnés par des pesticides, les joueurs qui se trouvent en été

perdent un point.

✤Lesnoctules s’installent aussi en ville, on les trouve dans les joints de dilatation des
immeubles et des ponts.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Contenu réalisé par l’International Polar Foundation

ANIMATION 8 - Annexe 2 :
 Cases jaunes = été ;  Cases oranges =  Cases violettes =  Cases vertes =
Naissances automne ; Dispersion hiver ; Hibernation + printemps ; Sortie
des colonies + Sortie d’hibernation d’hibernation
Hibernation

1 : Carte 6 : Chat -3 15 : Carte 21 : -1

2 : Dessin « deux moustiques » 7 : Carte 16 : Dessin « chandelle 22 : Dessin « deux


avec une bougie ». -2 moustiques »
Dérangement.

3 : Carte 8 : Dessin « deux 17 : -1 23 : Carte


moustiques »

4 : Collision avec une voiture. 9 : Accouplement. Passez 18 : Carte 24 : Dessin « deux


Retour à la case départ. un tour. moustiques »

5 : Dessin « un moustique » 10 : Dessin « deux 19 : Printemps précoce. 25 : Dessin « nuage avec


moustiques » Avancez de trois cases. gouttes ». Pluie -1

28 : Dessin « un moustique » 11: Dessin « un moustique » 20 : -1 26 : Dessin « un moustique »

29 : Carte 12 : -1 45 : Carte 27 : Dessin « spray ».


Pesticide -1

30 : Vous errez au-dessus 13 : Dessin « feu de bois ». 46 : -2 51 : Dessin « deux


d’une zone sans insecte. -1 Dérangement : passez un moustiques ».
tour.

31 : Dessin « un moustique » 14 : -1 47 : Carte 52 : Dessin « nuage + pluie ».


-1

32 : Naissance dans la colonie. 36 : Carte 48 : Printemps précoce. 53 : Attendez deux tours,


Vous Avancez de trois car un gel
passez un tour. cases. soudain vient de se
produire…

33 : Chouette effraie. -3 37 : Dessin « deux 49 : -1 54 : Carte


moustiques »

34 : Carte 38 : Accouplement. Passez 50 : Gel tardif de 55 : -1


un tour. printemps. Reculez de 4
cases.

35 : Chat -2. 39 : Dessin « trois 56 : Dessin « Spray pesticide


moustiques » ». Attendez un tour.

57 : Adaptée ! 40 : Dessin « un moustique


»

41 : -1

42 : -2

43 : -2

44 : Carte

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la
biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Dossier 1
COMMENT SE REPÉRER DANS CETTE
PERPÉTUELLE ÉVOLUTION ?

Thème : théorie de l’évolution et classification des


espèces

Lien avec le film documentaire :


Chap. 1 : La biodiversité au quotidien
Pour y voir plus clair dans les écosystèmes*, l’homme* a décidé de classer la biodiversité*. C’est
la science qu’on appelle systématique*, qui va vous permettre de ranger des individus dans une
même boîte à laquelle on attribue un nom d’espèce*...en latin s’il vous plaît. Il y a aujourd’hui des
millions d’espèces* répertoriées, mais toutes ces espèces* descendent d’un même individu*. Le
plus vieux de tous nos ancêtres ! Cet individu* a, au cours de l’évolution, donné naissance à des
millions d’espèces* disparues ou bien toujours présentes aujourd’hui.

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent
pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Cette fiche «dossier» permet d’aborder 2 concepts majeurs : la théorie de l’évolution de C.


Darwin ainsi que le principe de classification des espèces.

Les objectifs pédagogiques :


1/ Comprendre l’origine de la diversité du vivant
2/ Être conscient des liens de parenté entre les espèces

Liens fiches :
✤ Dossier N°12 (le dodo, l’extinction d’une espèce)
✤ Animation N°2 (la chasse aux trésors, approche de la classification)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents La seconde
pour épate
r...
Tous les êtr
es vivants
DOC 1 : L’Évolution descenden
t d’un seul e
(Réalisation : e-graine) même ancê t
tre !

DOC 2 : À propos de Charles Darwin :


Charles Darwin est né en 1809 en Angleterre. Il a d’abord étudié la médecine puis s’est tourné
vers l’étude des animaux. À 22 ans, il a décidé de se lancer dans un tour du monde en bateau afin
de découvrir des terres et des animaux* inconnus. Fort des découvertes de son voyage, Charles
Darwin publie sa théorie de l’Évolution en 1859 : seuls les animaux* les mieux adaptés à leur
milieu survivent, les espèces* se modifient donc au cours du temps.
(Rédaction e-graine)

DOC 3 : Les 4
composantes de la
biodiversité
(Réalisation : e-graine)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DOC 4 : Chat DOC 5 : Âne DOC 6 : Canards

DOC 7 : Chèvre DOC 8 : Chenilles DOC 9 : Poules

DOC 10 : Cheval DOC 11 : Souris DOC 12 : Oies

DOC 13 : Vers de terre DOC 14 : Chien DOC 15 : Papillon

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
DOC 17 : Vache DOC 18 : Abeille
DOC 16 : Chouette

DOC 19 : Lapin DOC 20 : Rouge gorge DOC 21 : Mouton

DOC 22 : La classification scientifique


Les scientifiques classent les êtres vivants* en fonction de ce qu’ils ont : des palmes, des
antennes, des poils, des plumes, des ailes... On parle d’attribut ou de caractère morphologique.
Ils recherchent qui est proche de qui.
Les scientifiques ne classent pas les êtres vivants* selon ce qu’ils n’ont pas ou selon ce qu’ils
font (nagent, volent, marchent...).
Les scientifiques regroupent les êtres vivants* qui ont les mêmes attributs. Si des êtres vivants
ont le même attribut, c’est qu’ils ont un lien de parenté, c’est à dire un ancêtre commun.
(Rédaction : e-graine)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Les questions en lien avec les documents

1/ Qui était Charles Darwin ? Qu’as-tu retenu de son histoire ? (doc 2)


2/ Qui est l’ancêtre de l’homme ? (doc 1)
3/ Comment expliquer cette évolution ? (doc 2)
4/ Quelles sont les 4 grandes familles qui composent la biodiversité ? (doc 3)
5/ Comment les scientifiques classent-ils les êtres vivants ? (doc 19)
6/ Trie et classe les êtres vivants figurant dans les docs 4 à 21, pour cela :
- Recherche des ressemblances entre ces êtres vivants :
- Quels sont les êtres vivants qui ont une bouche ?
- Quels sont les êtres vivants qui ont des plumes ?
- Quels sont les êtres vivants qui ont des griffes ?
- Quels sont les êtres vivants qui ont des mamelles ?
- Quels sont les êtres vivants qui ont des ailes ?
- Quels sont les êtres vivants en antennes ?
- Quels sont les êtres vivants qui ont des palmes ?
- Quels sont les êtres vivants qui ont crocs ?
- Tu peux trouver encore d’autres attributs !
- Regroupe les animaux qui ont le même attribut, tu obtiens :
- Le groupe des être vivants qui ont une bouche
- Le groupe des êtres vivants qui ont des plumes
- etc
- Certains animaux font-ils partie de plusieurs groupes ?
- Qu’est-ce-que cela signifie ? (s’aider du doc 22)

Les questions si tu veux aller plus loin


- Dessine des boîtes : chaque boîte est caractérisée par un attribut. Mets dans chaque boîte les
êtres vivants qui possèdent cet attribut.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
5
Dossier 2
ENTRE POPULARITÉ ET COUP DE BAMBOU...

Thème : Rôle des espèces emblématiques

Lien avec le film documentaire :


Chap. 1 : La biodiversité au quotidien : la biodiversité que l’on nous montre
Certains animaux* sont plus emblématiques* que d’autres de par leur beauté, leur force, leur
fragilité, la peur qu’ils suscitent... D’où une grande médiatisation. L’éléphant, la baleine bleue, le
zèbre, le koala, le requin, le rhinocéros, le guépard, l’aigle royal, le panda géant...

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : les documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent pas
dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent ensuite sur
un cas particulier : ici, le panda.

Les objectifs pédagogiques :


1/ Identifier le rôle des espèces emblématiques et évaluer leur capacité à préserver d’autres
espèces
2/ Établir une relation entre les médias et les acteurs engagés dans la protection de la nature
3/ Prendre conscience de l’utilité de toutes les espèces vivantes quelle que soit leur notoriété

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°3 (les lichens) : utilité de la biodiversité; N°12 (le dodo) et N°13 (l’ours brun) : espèces

emblématiques
✤ Projet : N°1 (campagne de sensibilisation, adaptable au rôle des espèces emblématiques)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents
DOC 1 : photo de panda

DOC 2 : Le panda géant : emblématique et menacé


Le panda géant est considéré comme une espèce emblématique*. Il est réputé pour sa tranquillité,
sa gentillesse et attendrit avec son air de «nounours bienveillant». En Chine, le panda est symbole
de la paix.
Aujourd’hui, le panda n’est plus seulement emblématique*, il est aussi sérieusement menacé de
disparition. En effet, il resterait aujourd’hui environ 1600 pandas géants en Chine selon les
estimations de l’UICN (Union Mondiale pour la Nature). Le rétrécissement de son habitat* (lieux de
vie) a grandement fragilisé l’espèce*.

Rédaction e-graine La seconde pour épater ...

Le panda peut ingurgiter jusqu’à


40 kilos de bambou par jour !

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DOC 3 : Le logo du WWF

Nom commun : panda géant


Localisation : montagnes de Chine
Habitat : forêt/montagne <H7D9;

Alimentation : bambou (99%)


Degré de fragilité : en danger
Causes de leur fragilité : déforestation,
croissance démographique, chasse

Les questions en lien avec les documents


1/Décris la photo (doc 1). Que sais-tu du panda géant ?
2/A-t-il une grande réputation ? Pourquoi ?(doc 2) Recherche d’autres animaux et plantes
emblématiques : classe-les selon des critères définis avec ton professeur (ex. localisation
géographique, degré de fragilité...)
3/Est-il menacé ? Combien en reste-t-il ? (doc 2)
4/Qu’est-ce qui a bien pu provoquer cette menace d’extinction ? (doc 2 + fiche d’identité)
5/Quel grand organisme de protection de la nature est reconnu dans le monde entier ? (doc 3)

Les questions si tu veux aller plus loin

1/ A ton avis, quels rôles jouent les médias dans la préservation des espèces ?
2/ Pourquoi les espèces emblématiques sont-elles plus utilisées que les autres pour faire passer
les messages de protection de la biodiversité ? (doc 3)
3/ Peux-tu citer différentes entreprises ou associations qui ont comme logo une espèce
emblématique ? Quelles sont celles qui sont attentives à la protection des espèces ?

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Dossier 3
LES LICHENS, ECO-INDICATEURS

Thème : Utilité des espèces indicatrices

Lien avec le film documentaire :


Chap. 1 : La biodiversité au quotidien : la biodiversité que l’on nous montre
Au sein de cette biodiversité* que l’on nous montre au quotidien, il y a aussi les espèces
indicatrices*. Plus connues des scientifiques, elles nous permettent de mieux comprendre les
milieux naturels* qu’elles occupent. Grâce à elles, on peut savoir quel âge a une forêt* et si une
rivière est polluée. La présence de saumons dans une rivière par exemple indique une bonne
qualité de l’eau. Le lichen* est, quant à lui, un outil très efficace pour évaluer la pollution* de
l’air.

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent
pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent ensuite
sur un cas particulier : ici, les lichens.

Les objectifs pédagogiques :


1 / Montrer l’utilité des espèces indicatrices
2/ Mieux comprendre les milieux grâce aux espèces indicatrices

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°2 (le panda), N°4 (le coton), N°5 (le biomimétisme) et N°6 (la guimauve) N°15 (le

riz), N° 16 (le pétrole) sur l’utilité de la biodiversité

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents

DOC 1 : Qu’est ce qu’un lichen ?


Les lichens* sont en fait...compliqués ! Ce ne
sont pas tout à fait des végétaux, ce ne sont pas
tout à fait des champignons* : ils sont les deux à
la fois. C’est une rencontre entre une algue et
un champignon. L’algue fournit l’humidité et le
champignon les sels minéraux. C’est ce qu’on
appelle une symbiose*.
(Rédaction : e-graine) DOC 2 : La qualité de l’air avec les lichens
Les lichens* ont servi depuis des siècles :
certains lichens* ont servi de nourriture, en
médecine, dans la fabrication de parfums...
pour
La seconde Mais ce qui nous intéresse ici, c’est comment
épater.... on s’en sert pour évaluer le degré de pollution*
de l’air ! Les lichens absorbent leur nourriture
000 types
Il existe 20 dans l’air, la pluie, le brouillard ou la neige. Ils
de lichens n’ont pas de moyen de défense donc ils
absorbent tout, même la pollution. C’est pour
cela qu’ils sont considérés comme une espèce
indicatrice* de la pollution de l’air. Selon
l’évaluation de cette pollution*, il y aura
différentes espèces* de lichens*.
(Rédaction : e-graine)

Nom commun : lic


hen
Localisation : mon
de entier
Etat : algue-cham
pignon
Présent depuis :
plusieurs
millions d’années

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DOC 3 : Lichens et qualité de l’air
Photos de M.Goudon (lichens) et J-P Thorez (air) /AREHN

Source de la Frise : lichens et bio-surveillance de la qualité de l’air, AREHN, 2004

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Les questions en lien avec les documents
1/ Les lichens ressemblent aux mousses : quelles différences ? (doc 1)
2/ Qu’est-ce qui fait que les lichens sont une espèce indicatrice de la pollution de l’air ? (doc 2)
3/ Quelles méthodes sont utilisées pour évaluer la qualité de l’air ? (doc 3)
4/ Indique la qualité de l’air correspondant aux photos des différents lichens. (doc 3)

Les questions si tu veux aller plus loin


1/ Quelles conséquences les activités humaines peuvent-elles avoir sur ces espèces
indicatrices ?
2/ Voici des espèces indicatrices : orties, lombrics (ver de terre), saumon, loutre, moule,
salmonelle. Trouve ce qu’elles indiquent.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Dossier 4
LA BIODIVERSITÉ NOUS HABILLE !

Thème : la biodiversité dans notre quotidien

Lien avec le film documentaire :


Chap. 1 : La biodiversité au quotidien : la biodiversité que l’on consomme

Tous les jours, nous nous habillons grâce à la biodiversité*. Effectivement des matières
végétales*, comme le coton, le lin, le chanvre et des matières animales* comme la laine, le cuir,
la soie composent nos vêtements. Nous l’oublions souvent, ou ne l’avons parfois même jamais
réalisé mais c’est bien la biodiversité* qui nous habille !

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : les documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent
pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent ensuite
sur un cas particulier : ici, le coton.

Objectifs pédagogiques :
1/ Prendre conscience de notre utilisation quotidienne de la biodiversité.
2/ Réaliser l’impact de cette utilisation permanente de la biodiversité sur l’environnement.
3/ Comprendre comment concilier usage quotidien de la biodiversité et respect de
l’environnement.

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°5 (le biomimétisme), N°6 (la guimauve), N°15 (le riz) et N°16 (le pétrole) sur
l’utilité de la biodiversité.
✤ Projet : N°2 (l’organisation d’une friperie)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
! 1
LES DOCUMENTS
DOC 1 : Les fibres

LES PRINCIPALES FIBRES TEXTILES


Origine de la fibre Type de fibre Fibre

Cotonnier Fibre végétale Coton

Mouton Fibre animale Laine

Fabrication chimique Fibre synthétique Polyester

Fabrication chimique Fibre synthétique Polyamide

Fabrication chimique Fibre synthétique Acrylique

Fabrication chimique Fibre synthétique Élasthanne

Fabrication chimique Fibre synthétique Viscose

Verre à soie Fibre animale Soie

Lin Fibre végétale Lin


(Réalisation : e-graine)

Nom commun : Cotonnier


Origine : Amérique, Asie et
Afrique
Taille : 1m à 1m50
Habitat : sol drainant, fort ensoleillement
Localisation : Afrique, Amérique et Asie
Caractéristiques : très sensible aux
virus, bactéries, acariens

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
! 2
DOC 2 : La fibre de coton : des utilisations diverses et variées

DOC 3 : Récolte du coton à Fana dans la région du


Koulikoro au Mali.
Source : IRD, Fédière Gilles, n°42607 ©

DOC 4 : « Comment le coton est-il


produit ? »
« La fibre* de coton est le fruit* qui
entoure les graines* du cotonnier. La
fibre* de coton, qui adhère encore à la
graine*, est acheminée à l'usine où elle
est nettoyée par des machines qui la
séparent de la graine* et des autres
impuretés. Les fibres* sont ensuite
compressées, emballées et
transportées par bateau.»
(Source : Site Internet de «L’Année
Internationale des fibres naturelles»,
FAO, 2009.)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
! 3
DOC N°5 : Récolte du coton
en pays Bassari, au
Sénégal.
Source : IRD, Barrière
Olivier, n°26873 ©

DOC 6 : production du fil de coton

La seconde pour épater...

La culture du lin requiert 10


fois moins de pesticides* et
d’insecticides* que le
coton.

DOC 7 : « La fibre textile bio... et équitable »


Le label Oeko Tex® permet d’identifier les vêtements
respectant les critères suivants : sans métaux lourds ni
composés nocifs pour la santé et l’environnement.
(Source : Noé Conservation)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
! 4
Les questions en lien avec les documents

1/ Observe tes vêtements et leurs étiquettes : identifie les différentes matières qui les
composent. Repère les matières les plus souvent portées.
2/ Retrouve l’origine de ces différentes matières : une plante, un animal ou une fabrication
chimique ? (doc 1)
3/ Des usages multiples : hormis nos vêtements, que pouvons-nous faire avec du coton ? (doc 2)
4/ De la plante aux vêtements : comment obtient-on du fil de coton ? (docs 3 à 6)
5/ Quels sont les risques liés à l’utilisation de pesticides* ? Pour l’eau ? Pour le sol ? Quel est
l’utilité d’un label bio-équitable ? (doc 7)

Les questions si tu veux aller plus loin


1/ Voyageons dans le temps : recherche de quelle(s) matières étaient principalement composés
les vêtements portés à la Préhistoire, à l’Antiquité, au Moyen Age, à la Renaissance ?
2/ La mer d’Aral en Asie centrale a été complètement perturbée par la culture du coton. Fais
une recherche sur son histoire jusqu’à son état actuel.
3/ Existe-t-il d’autres matières végétales dont la culture est moins dangereuse pour
l’environnement ?
4/ Quelles solutions pouvez-vous envisager pour limiter vos achats de vêtements tout en variant
votre garde-robe ?

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
! 5
Dossier 5
LA NATURE PLUS INGÉNIEUSE QUE L’HOMME ?

Thème : la biodiversité, source d’inspiration pour les


nouvelles technologies

Lien avec le film documentaire :


Chap. 1 : La biodiversité au quotidien : la biodiversité que l’on consomme

La biodiversité* a inspiré et inspire encore aujourd’hui, beaucoup de nos inventions : les hommes
ont appris à imiter la nature pour développer des matériaux et des produits parfois
révolutionnaires. C’est le biomimétisme* !

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent
pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent ensuite
sur un cas particulier : ici, un train à grande vitesse et une peinture révolutionnaires.

Les objectifs pédagogiques :


1/ Comprendre que la nature est un puits d’inventions qui peut aider l’homme à résoudre un
problème, créer ou améliorer un produit ou un service
2/ Prendre conscience qu’imiter la nature peut aussi permettre de mieux la respecter

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°3 (les lichens), N°4 (le coton ), N°6 (la guimauve), N°15 (le riz) et N°16 (le pétrole)

sur l’utilité de la biodiversité

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents

DOC 1 : Extrait de l’interview d’Elisabeth Laville (Utopies) - Le biomimétisme :


«Le biomimétisme* est une discipline assez nouvelle dont le nom veut dire «s’inspirer de la
nature*, imiter la nature*». En fait, il désigne une nouvelle habitude que les industriels, les
entreprises doivent prendre pour créer leurs produits*, les concevoir en s’inspirant de la nature
avec, du coup, des produits* plus efficaces, moins gourmands en énergie*.»
(Source : e-graine, interview visionnable en intégralité dans le DVD.)

Nom commun : lotus d’Orient


Origine : Asie du Sud Est /
Australie
Taille : de 30 à 90 cm
Aspect : grandes feuilles
flottantes et grandes fleurs blanc
rosées
Habitat : eaux peu profondes pour
fixer ses racines dans le sol.
Localisation : Asie, Australie

DOC 2 : Le lotus, source d’inspiration :


Le botaniste allemand, Wilhelm Barthlott, a
découvert «l’effet lotus» en 1982. Les feuilles*
de lotus n’absorbent pas l’eau qui tombent sur
elles. Les gouttes d’eau perlent sur la feuille et
ruissellent en emportant les poussières
éventuelles. Suite à cette découverte, la
société Sto a créé une peinture innovante pour
bâtiments : une peinture qui s’auto-nettoie.
Recouvrez vos murs de cette peinture et la
pluie se chargera de nettoyer vos surfaces
peintes !
(Rédaction e-graine)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
Nom commun : martin-pêcheur
Localisation : Europe
Alimentation : poissons, petits
animaux aquatiques
Habitat : au bord d’eaux calmes,
propres et peu profondes
Degrés de fragilité : préoccupation
mineure
Facteurs de menace : climat,
pollution

La seconde pour épater...

La nature se développe
depuis 3,8 millions d’années,
profitons de son expérience !

DOC 3 : D’un oiseau à un train ultra performant :


Au Japon, on s’est inspiré de la forme du martin-pêcheur (un oiseau qui doit aller très vite, qui
pique dans l’air et qui rentre dans l’eau quasiment sans perte de vitesse) pour créer le
Shinkansen, un train à grande vitesse. Le résultat, c’est qu’on a gagné 10% de vitesse en
économisant 15% d’énergie*, car le train arrive à rentrer plus facilement dans les tunnels.
(Rédaction : e-graine)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Les questions en lien avec les documents
1/ Qu’est-ce-que le biomimétisme ? Décompose ce mot, puis aide toi du doc 1.
2/ Observe les feuilles de lotus, que remarques-tu ? (doc 2)
3/ Quelle invention a été créée en observant la feuille de lotus (doc 2) ?
4/ Observe la tête du martin-pêcheur et compare-la avec l’avant du train à grande vitesse
japonais (Shinkansen). Que remarques-tu ? (doc 3)
5/ Pourquoi les Japonais se sont-ils inspirés de cet oiseau pour modeler l’avant de leur train ?
(doc 3)
6/ Quels sont les avantages de ces innovations pour l’Homme ? Pour la nature ? (docs 2 et 3)

Les questions si tu veux aller plus loin


1/ A toi de jouer ! Pense à un animal ou à une espèce végétale qui présente une caractéristique
particulière, puis imagine quelle invention tu pourrais créer.
2/ Dans les bonus du DVD, tu retrouveras l’interview d’Elisabeth Laville :
- Quelles sont les inventions inspirées par la nature qui sont présentées ?
- Penses-tu que ces inventions soient pratiques ? Pourquoi ?
- Penses-tu que ces inventions permettent de protéger l’environnement ? Pourquoi ?

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Dossier 6
DE LA GUIMAUVE ET ADIEU LES BOBOS !

Thème : Usage médicinal de la biodiversité

Lien avec le film documentaire :


Chap. 1 : La biodiversité au quotidien : la biodiversité que l’on consomme
Notre quotidien dépend donc de la biodiversité*... tout comme notre santé d’ailleurs : des
milliers de plantes* et d’animaux* sont utilisés en médecine. Depuis des millénaires, les
hommes se soignent avec les plantes* et les animaux* ; et aujourd’hui, une grande partie des
molécules utilisées par les entreprises pharmaceutiques ont été trouvées grâce aux espèces
végétales*, animales*, aux champignons* et aux micro-organismes* (...)

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent
pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent
ensuite sur un cas particulier : ici, la guimauve officinale.

Les objectifs pédagogiques :


1/ Connaître les bienfaits de la biodiversité sur notre santé
2/ Être conscient de l’importance des plantes dans les médicaments actuels

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°4 (le coton), N°5 (le biomimétisme), N°16 (le riz) et N°16 (le pétrole) sur l’utilité

de la biodiversité

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents

DOC 1 : Les plantes médicinales dans notre quotidien

Les plantes* servent à nous nourrir, nous vêtir, nous chauffer... à


nous soigner !

Des archives datant des hiéroglyphes d’Egypte, de la Bible ou


d’herbiers chinois montrent comment les médicaments naturels* La seconde pour
étaient utilisés. épater...

Comme le pensent certains scientifiques, si la forêt* continuait à Les chimpanzés


diminuer au rythme actuel, d’ici à 2050, ce serait près de 50% des et bonobos
espèces* qui disparaîtraient avec. D’où une perte importante de mangent de la
plantes qui pourraient traiter des maladies actuelles ou à venir. guimauve pour
éliminer leurs
Donc plus on préserve une diversité importante de plantes, plus on
vers parasites.
aura de chances d’avoir des remèdes aux maladies.

(Rédaction e-graine)

DOC 2 : Vertus de la guimauve officinale


Vous connaissez la guimauve comme bonbon mais est-ce
Nom commun : Guimauve que vous saviez qu’elle est aussi une plante médicinale ?
officinale Elle est une cousine des plantes appelées les « mauves »,
Origine : Extrême- Orient en plus robuste. Cette plante est déjà utilisée depuis très
Taille : 60 cm à 1,50 m
Aspect : fleurs roses pâles ou longtemps pour ses vertus sur la santé, notamment en
blanches médecines grecque et chinoise. Au XIIe siècle, Sainte
Habitat : prairies, berges, cours Hildegarde de Bingen, religieuse qui avait un amour
d’eau, sols humides
passionné pour Dieu et l’Univers, s’en servait contre les
Localisation : partout en France,
surtout dans les zones littorales refroidissements. Charlemagne s’en servait aussi pour ses
et méditerranéennes ; absente jardins.
des montagnes La guimauve est très adoucissante et donc conseillée pour
les irritations et douleurs.
Ses racines sont données à mâcher aux enfants qui
souffrent de maux de dents. De plus, ses feuilles infusées
peuvent permettre de venir à bout des vers parasites, de
traiter les bronchites et toux, etc... Il n’y a pas que les
humains qui utilisent les plantes médicinales, les animaux
aussi ! Les primates, par exemple, incluent la guimauve
dans leur régime alimentaire seulement quand ils sont
malades.

(Rédaction e-graine)
Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DOC 3 : Photos de plantes : médicinales ou non ?

ortie

framboisier

pâquerette

guimauve

plantain

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Les questions en lien avec les documents

1/ Les plantes sont-elles utilisées depuis longtemps pour se soigner ? (doc 1)


2/ Quel lien vois-tu entre biodiversité et traitement des maladies ? (doc 1)
3/Regarde les photos de plantes médicinales. Les connais-tu toutes ? Sont-elles toutes
médicinales ? Recherche les vertus des quatre autres plantes, hormis la guimauve, dans le
dictionnaire (doc 3)
4/ Savais-tu que la guimauve n’était pas qu’un bonbon ?
5/ En te promenant, sois à l’affût pour trouver de la guimauve officinale ! Puis fais-la sécher pour
décorer un carnet par exemple.
6/ Quelles maladies peut-elle traiter ? (doc 2)
7/ De quelle façon est-elle utilisée ? As-tu déjà pensé à soigner tes dents avec cette plante ? (doc2)
8/ Dans quels lieux la trouve-t-on ? (carte d’identité guimauve)

Les questions si tu veux aller plus loin

1/ Pour quelles raisons, à ton avis, utilise-t-on plus de plantes médicinales dans les pays pauvres
que dans les pays riches ?
2/ Regarde la composition d’un médicament de la boîte à pharmacie. Renseigne-toi sur l’origine de
ce médicament. Vient-il d’une plante comme c’est le cas pour l’aspirine ?

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Dossier 7
UN GÉNIE DANS LA MANGROVE

Thème : les dépendances des êtres vivants entre eux


et à l’écosystème
Lien avec le film documentaire :
Chap. 2 Une biodiversité à préserver, une biodiversité à la fois nécessaire et fragile
La biodiversité* ne peut être préservée que si les écosystèmes* sont équilibrés*. Au sein d’un
écosystème*, plusieurs chaînes alimentaires se côtoient. Si un maillon d’une chaîne du vivant
vient à disparaître, il peut y avoir un «effet domino», c’est-à-dire que sans ce maillon, certains
êtres vivants* ne pourraient plus survivre à leur tour et l’écosystème* serait gravement
fragilisé. La nature étant bien faite, chaque espèce* a un rôle à jouer dans la chaîne
alimentaire*.

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent
pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent ensuite
sur un cas particulier : ici, la mangrove*.

Les objectifs pédagogiques :


1/ Comprendre les liens de dépendance entre les espèces, l’homme et un écosystème.
2/ Montrer comment les espèces s’adaptent à leur milieu.
3/ Se rendre compte de la fragilité de l’écosystème.

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°8 (le corail, la dépendance entre les espèces), N°10 (la morue, le

bouleversement d’un écosystème)


✤ Animation : N°7 (la chaîne alimentaire)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents
DOC 1 : L’écosystème mangrove
L’écosystème* est fait d’un ensemble d’êtres vivants* d’un même
milieu et des relations qui existent entre eux. La Terre regroupe La seconde pour
de nombreux écosystèmes*, comme la mangrove*. Elle accueille épater...
des êtres vivants dépendants les uns des autres pour leur survie.
Le palétuvier* est une espèce très utile qui conditionne la survie La mangrove est le
d’un bon nombre d’espèces dans la mangrove*. Les palétuviers* refuge du Tigre du
sont aussi très dépendants de certaines espèces* comme le Bengale, une des
espèces les plus
crabe violoniste ; en effet, ce crabe creuse des terriers qui
menacées au monde
aèrent le sol* et qui permettent aux palétuviers de mieux
respirer. Sans les palétuviers*, l’écosystème* serait très
perturbé. Ces arbres mettent à l’abri les coraux* et les herbiers*
subaquatiques, servent de lieu de nidification aux oiseaux, etc.
(Rédaction e-graine)

DOC 2 : Schéma d’une chaîne alimentaire

9edieccWj[khi
fh_cW_h[ife_iiedi
FheZkYj[khi
Wb]k[i

CWj_…h[_iik[Z[
bWZ„Yecfei_j_ed 9edieccWj[khi
i[YedZW_h[i
^ecc[i

Nom écosystème :
mangrove
Type d’écosystème : forêt
tropicale et littorale
Localisation : région
côtières intertropicales
Menaces : principalement,
l’élevage de crevettes et
l’élévation du niveau de la
mer due au réchauffement
climatique (Réalisation e-graine, d’après le site Tête à modeler)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DOC 3 : Photo mangrove

(Source : IRD Laboute Pie


rre 7859 ©)

DOC 4 : Les palétuviers, une espèce végétale ingénieuse

Les palétuviers* ont surmonté les contraintes de ce milieu liées à la salinité élevée, à
l’oxygénation du sol* assez faible et aux marées.
De plus, les palétuviers* ont développé un système d’évacuation du sel par les feuilles*.
Enfin, les graines des palétuviers*, qui ont germé, tombent dans l’eau et font office d'ancre
ou s’accrochent dans les racines échasses. La mangrove* est ainsi renouvelée sur place.
(Rédaction e-graine)

DOC 5 :
photos de
crabes
dans la
mangrove

(Source : IRD Intès André, n°385 ©)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Les questions en lien avec les documents

1/ Y a-t-il plusieurs écosystèmes sur Terre ? (doc 1)


2/ Qui sont les maillons d’une chaîne alimentaire ? Pense à d’autres chaînes alimentaires que tu
pourrais connaître (doc 2)
3/ Comment est fait le palétuvier ? Pourquoi les racines sont-elles de cette façon, à ton avis ?
(doc 3)
4/ Quelles sont les trouvailles du palétuvier pour s’adapter à la mangrove ? (doc 4)
5/ Le palétuvier a-t-il aussi un rôle de protecteur face aux prédateurs ? Pourquoi ? (doc 1)
6/ Quelles espèces abrite-t-il ? (docs 1, 5)

Les questions si tu veux aller plus loin

1/ Si la mangrove venait à disparaître, quel serait l’effet sur le réchauffement climatique ?


Quel lien ont les gaz à effet de serre avec les mangroves ?
2/ Quels seraient les autres conséquences de cette disparition ?

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Dossier 8
ET SI LE PLUS GRAND ORGANISME VIVANT DU
MONDE DISPARAISSAIT ?

Thème : les risques liés à la destruction d’un


écosystème
Lien avec le film documentaire :
Chap. 2 : Une biodiversité à préserver, une biodiversité à la fois nécessaire et fragile
Dans chaque écosystème*, une multitude d’êtres vivants* dépend les uns des autres. Un
écosystème* ne peut pas survivre s’il n’est pas composé d’êtres vivants* suffisamment
nombreux et différents les uns des autres. Les récifs coralliens*, constitués de milliers
d’espèces* animales *et végétales*, constituent de formidables réservoirs de biodiversité* qui
sont aujourd’hui grandement menacés. Effectivement, selon le bilan mondial établi en 2008,
publié par l’Ifrecor (Initiative française pour les récifs coralliens), un cinquième des récifs
coralliens* a déjà disparu et la moitié de ceux qui restent sont menacés de disparition dans les
décennies à venir. Pourquoi ? Et qu’arriverait-il si ces récifs coralliens* disparaissaient ?

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent
pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent ensuite
sur un cas particulier : ici, les grands récifs coralliens d’Océanie.

Objectifs pédagogiques :
1/ Comprendre ce qui conduit à l’endommagement voire à la destruction d’un écosystème.
2/ Comprendre les conséquences de la destruction d’un écosystème pour l’homme mais aussi
pour toutes les autres espèces animales et végétales.

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°7 (la mangrove, l’interdépendance des être vivants), N°9 (la déforestation et

ses conséquences), N°10 (la morue, un écosystème bouleversé)


✤ Animations : N°9 (le corail et l’acidité)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents

DOC 1 : Le corail, une espèce animale, végétale, minérale ?


(Réalisation : e-graine, d’après Salvat B., Rives C., Le corail et les récifs coralliens, 2003)

construction d’un
une microscopique
+ un animal : polype = squelette calcaire :
algue : zooxanthelle le corail

DOC 2 : Récif corallien du Gué, Nouvelle Calédonie


(Source : IRD, LABOUTE Pierre, n°17811 ©)

rail bleu
Nom commun : co
n : Oc éa nie (+ océan
Localisatio
<H7D9;

Indien)
e dont
Habitat : eau salé
re en tr e 20 et 28°C
températu
ancton végétal
Alimentation : pl
et animal
ace : pollution,
Facteurs de men
atique, pêche
changement clim
: vulnérable
Degré de fragilité

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DOC 3 : Coraux, Nouvelle Calédonie
(Source : IRD, Geoffray, Catherine, n°41805 ©)

DOC 4 : Coraux (gorgones), Sumatra Utara


Source : Pierre POILLOUX ©

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
DOC 5 : Les récifs coralliens : précieux pour les animaux comme pour les hommes
Face aux tempêtes, cyclones, tsunamis, les récifs coralliens* sont de véritables barrières de
protection naturelle. En effet, ils cassent les fortes vagues, qui arrivent donc moins
violemment sur le littoral. Pour les poissons et animaux marins, rien de tel qu’un récif
corallien pour trouver de quoi se nourrir mais aussi se cacher, se loger, ou encore dissimuler
ses oeufs !
Les récifs coralliens* fournissent également de la
La seconde pour épater...
nourriture aux populations vivant à proximité. Au-delà de ce
rôle de garde-manger, il ne faut pas oublier que plus de
500 millions : nombre de
6000 médicaments sont issus des coraux* : pour combattre personnes dans le monde dont
le SIDA notamment et certains cancers.
la vie dépend des récifs
(Rédaction e-graine, d’après Terra Eco, Juin 2008 et coralliens.
l’Exposition pédagogique Good Planet sur la biodiversité,
2007)

DOC 6 : Les facteurs de menace des récifs coralliens d’Océanie


(Réalisation : e-graine)

Augmentation de la Le polype
température des Mort du
expulse l’algue
océans polype :
blanchissement
Changement
du corail
climatique

Acidification des Ralentissement


océans de la croissance
Fragilisation
du corail
des récifs coralliens

Méthodes de pêche
destructrices

Pollution des océans

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Les questions en lien avec les documents
1/ Qu’est ce que le corail ? Qu’est ce qu’un récif corallien ? (docs 1, 2, 3)
2/ Les récifs coralliens ne se développent pas n’importe où... De quoi ont-ils besoin pour vivre ?
(carte d’identité)
3/ Les grands récifs coralliens sont-ils utiles aux hommes, et/ou à d’autres espèces animales et
végétales ? Pourquoi ? (docs 3, 4, 5)
2/ Avec ce que tu sais désormais sur les récifs coralliens, imagine ce qui se passerait pour
l’homme et les autres espèces animales et végétales si les coraux disparaissaient ?
3/ Les récifs coralliens sont-ils en danger ? Pourquoi ? L’homme est-il responsable de la
fragilisation du corail ? (doc 6)

Les questions si tu veux aller plus loin


1/ Tu sais désormais pourquoi les récifs coralliens sont en danger. Imagine que tu partes en
mission en Océanie pour sensibiliser les touristes à la nécessité de protéger les coraux. Que
leur dirais-tu ?
2/ La France possède-t-elle des récifs coralliens ? Localise-les sur une carte du monde.
3/ Qu’appelle-t-on «blanchissement du corail» ? Quelle en est la cause ?

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
5
Dossier 9
PAS DE PITIÉ POUR NOS SEMBLABLES !

Thème : les activités humaines et l’exploitation des


habitats : causes et conséquences
Lien avec le film documentaire :
Chap. 2 : Une biodiversité à préserver, une biodiversité fragilisée, des ressources menacées à
long terme ?
Les forêts tropicales* abritent plus de la moitié de la biodiversité* mondiale, or chaque
semaine, selon le WWF, c’est près de 250 000 hectares de forêts tropicales* qui disparaissent,
soit l’équivalent de 400 000 terrains de football !
Cette dégradation des forêts tropicales est lourde de conséquences pour toute la biodiversité
qu’elles abritent ainsi que pour les populations humaines et animales qui y vivent.

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent
pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent ensuite
sur un cas particulier : ici, les habitants de la forêt tropicale en Malaisie : le peuple Penan et les
orang-outans.

Les objectifs pédagogiques :


1/ Comprendre que des activités exercées par l’Homme dégradent certains milieux
2/ Prendre conscience des conséquences de cette dégradation des milieux, dont l’Homme est
responsable.

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°10 (la morue, une espèce en danger du fait de l’homme), N°12 (le dodo,

l’extinction d’une espèce du fait de l’homme), N°18 (les éleveurs nomades mongols, un mode
de vie différent du nôtre)
✤ Animations : N°10 (jeux de rôle autour d’une plantation de palmiers à huile)

✤ Projets : N°1 (campagne de sensibilisation adaptable au sujet de la déforestation)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents

DOC 1 : Peuple Penan,


préparation du repas
Crédit : Survival ©

DOC 2 : Peuple Penan


Crédit : Survival ©

DOC 3 : Peuple Penan :


préparation du repas
Crédit : Survival ©

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DOC 4 : Les Penans, peuple indigène chasseur-
cueilleur
Population : 10 à 12 000 dont 350 à 500 nomades
Localisation : Ile de Bornéo (Malaisie)
Alimentation : chasse (cochons sauvages, cervidés,
petits animaux, poissons) et cueillette (fougères,
fruits sauvages, sagou, extrait du coeur d’un petit
p a l m i e r, l e s a g o u t i e r ) . C e r t a i n s P e n a n s ,
sédentaires, cultivent du riz.
Comment manger du sagou ? Le prélever du
sagoutier, le piétiner, le laisser sécher au soleil
jusqu’à ce qu’il devienne poudre.
Parole de Penan : «Nous ne sommes pas comme les
citadins qui ont de l’argent et qui peuvent acheter
des choses. Si nous perdons tout ce que nous
apporte la forêt, nous mourrons», Ba Lai.
(Rédaction : e-graine)
DOC 5 : Peuple Penan
Crédit : Survival ©

DOC 6 : Coupe de forêt pour la


construction du barrage hydro-
électrique sur les terres Penan.
Crédit : Survival ©

La seconde pour
épater...

L’huile de palme est l’huile


la plus consommée dans le
monde !

DOC 7 : Les Penans face à la déforestation


« Dans les régions où les forêts* ont été abattues pour leur bois
précieux et pour faire face aux plantations de palmiers à huile*, il
devient presque impossible aux Penans de subvenir à leurs
besoins*. » (Source : Survival France)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
DOC 8 : Plantation de palmiers à huile DOC 9 : Déforestation et palmiers
(Crédit : Survival ©) à huile
« Le palmier à huile* couvre
aujourd’hui 2 millions d’hectares en
Malaisie, soit plus du tiers des
zones cultivées ; ce pays en est
devenu le premier producteur
mondial, suivi de près par
l’Indonésie, qui s’est tournée
beaucoup plus récemment, dans
les années 80, vers ce type de
culture. Entre 1985 et 2000, 87 %
de la déforestation en Malaisie fût
imputable au palmier à huile ».
(Source : E. GRUNDMAN, Ces
forêts qu’on assassine, Paris,
Calmann-Lévy, 2007)

ang-outan
DOC 10 : orangs-outans, Parc
Nom commun : or
ie cifique,
pa National de Tanjung Puting,
Localisation : As
Sumatra Bornéo (partie malaisienne).
îles de Bornéo et
<H7D9;

opicale
Habitat : forêt tr (Source : Pierre POILLOUX ©)
riée : feuilles,
Alimentation : va
insectes
fruits, écorces,
en danger
Fragilité : espèce
at ion
Cause : déforest

DOC 11 : L’orang-outan et la déforestation


L’orang-outan est la quatrième espèce* de
primate la plus proche de l’homme*. Sa
nourriture est variée : feuillages, fruits,
écorces, insectes. Il vit à 20 ou 30 mètres de
hauteur, saute de branche en branche et
quand la nuit arrive, ils se construit un lit de
feuilles. Du fait de son mode de vie, il est
incapable de s’adapter à un autre milieu que
la forêt tropicale*. Si la forêt* se réduit, les
populations d’orang-outans diminuent.
(Rédaction : e-graine)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
DOC 12 : La déforestation, causes et conséquences sur les habitants de la forêt
(Réalisation : e-graine)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
5
Les questions en lien avec les documents

1/ Où se trouve la Malaisie (carte identité). Comment imagines-tu ce pays ?


2/ Le peuple Penan habite dans les forêts de ce pays. Comment vit-il ? (Docs 1 à 5)
3/ Comment vivent les orangs-outans (docs 10 et 11) ?
4/ La forêt indonésienne est en danger à cause de la déforestation. Que signifie le mot
« déforestation » ? (lexique)
5/ Quelles sont les principales causes de la déforestation ? (Docs 6, 7, 8, 9, et 12)
6/ Quelles sont les conséquences de la déforestation pour le peuple Penan ? (Docs 7 et 12)
7/ Quelles sont les conséquences de la déforestation pour les orang-outans ? (Docs 11 et 12)

Les questions si tu veux aller plus loin

1/ Comment agir pour aider le peuple Penan ? Recherche des associations qui agissent pour la
défense des peuples indigènes.
2/ Une idée pour agir afin d’éviter de participer à la déforestation ?
- Penses-tu consommer de l’huile de palme ?
- Vérifie sur des paquets de chips, biscuits, barres chocolatées s’ils contiennent de l’huile de
palme.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
6
Dossier 10
QUELLE LIMITE POUR PÊCHER SANS PÉCHER ?

Thème : les activités humaines et la surexploitation


d’espèces
Lien avec le film documentaire :
Chap. 2 : Une biodiversité à préserver, une biodiversité fragilisée, des ressources menacées à
long terme ?
Afin de satisfaire ses besoins vitaux, comme se nourrir, l’homme exploite de nombreuses
espèces, c’est le cas des poissons. En un siècle, la quantité de poissons capturés en mer a été
multipliée par 20. Le résultat ? Aujourd’hui, 15 à 18% des stocks sont d’ores et déjà
surexploités... Si les politiques de pêche ne sont pas modifiées, certaines espèces disparaîtront
très rapidement. Cette pêche sans limite est aussi lourde de conséquences sur les
écosystèmes marins, mais des solutions existent !

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent
pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent ensuite
sur un cas particulier : la morue.

Objectifs pédagogiques :
1/ Prendre conscience que l’homme par ses activités a un impact très fort sur le peuplement
des milieux.
2/ Comprendre les répercussions de la surexploitation d’une espèce sur les autres espèces de
l’écosystème.

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°7 (la mangrove, dépendance entre les espèces), N°9 (la déforestation, les

conséquences d’une activité humaine sur la biodiversité)


✤ Animation : N°10 (jeu de rôle adaptable sur la surpêche), N°7 (jeu des canettes)

✤ Projet : N°3 (observation et comptage des papillons)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents

DOC 1 : La morue sous toutes ses formes


- cabillaud meunière © Halieutis Lorient
- morues fraiches © graur razvan ionut /
FreeDigitalPhotos.net

orue (cabillaud)
Nom commun : m
de l’Atlantique
ntique Nord
Localisation : Atla
<H7D9;

oides
Habitat : eaux fr
n : po issons moyens
Alimentatio
et crustacés le
: Espèce vulnérab
Degré de fragilité
ilité : pêche
Cause de leur frag

DOC 2 : Pourquoi la morue de l’Atlantique nord a-t-elle quasiment disparu ?


Plusieurs facteurs ont contribué à la quasi disparition des morues :
- Une pêche sélective : les pêcheurs attrapaient en priorité les plus gros spécimens de morues,
donc les plus âgés (une morue vit en moyenne 25 ans). Or, ces dernières pondent 2 à 3 fois plus
d’oeufs que les plus jeunes. On constate alors qu’il y a de moins en moins d’oeufs de morue, et que
les morues sont de plus en plus petites.

- Les techniques de pêche : au XXème siècle, les bateaux


de pêche se sont équipés d’immenses filets en forme
d’entonnoir (chaluts*) qui ont entraîné des «pêches
accidentelles». Cela signifie qu’un pêcheur retrouvait
régulièrement dans ses filets des poissons comme la
morue, qu’il n’avait pas l’intention de pêcher du fait
d’une interdiction par exemple.

(Rédaction : e-graine)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DOC 3 : L’évolution de l’état du stock* de morue
de 1960 à 2000

ÉVOLUTION DE L’ÉTAT DU STOCK* DE MORUE DE La seconde pour épater...


L’ATLANTIQUE NORD 7 millions : c’est le nombre de
tonnes de poissons et de
1960 2000 mammifères marins qui
illimité épuisé meurent chaque année parce
qu’ils ont été attrapés
(Réalisation : e-graine, d’après Sciences et vie, mars inutilement dans des filets de
2006, N°1062) pêche.

DOC 4 : L’écosystème de la morue : une disparition, des bouleversements

Les phoques et les morues se


nourrissent de poissons
moyens. Sans les morues, les
phoques se multiplient.

Les poissons moyens sont les


proies des morues. Ils
perdent un important
prédateur. Leur population se
multiplie.
Le zooplancton composé
entre autres de larves de
poissons est la nourriture des
poissons moyens. Il devient de
plus en plus rare.
Le phytoplancton (micro
algues), est mangé par le
zooplancton. Il perd un
prédateur et donc se
multiplie.
(Réalisation : e-graine)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3

DOC 5 : Conso-guide «Pour une consommation responsable des produits de la mer» du WWF
!

A PRIVILEGIER AVEC MODERATION A EVITER LEXIQUE Mme M


Araignée GG/M Bar France Anguille Europe : produit d!élevage
Bar de ligne GG/M Calamars ANE Bar de Chalut ANE
Nom : ...............
Cabillaud du Pacifique Pacifique Nord Chinchard ANE Cabillaud AN : produit sauvage
Prénom : ..........
Colin d!Alaska Pacifique Nord Coquille St Jacques Pays divers Dorade rose ANE : Le logo MSC identifie les produits
Crevette grise M/MN Crevette Tropicale Pays divers Dorade Sébaste AN issus de pêche durable Rue, n° : ...........
Dorade grise de ligne GG/M Dorade royale Tous pays Empereur ANE
Hareng ANE Eglefin ANE Espadon Pays divers
..........................
ANE : Provenance Atlantique Nord Est
Huître France Homard GG/M Flétan Atlantique AN
GG : Provenance Golfe de Gascogne Code postal / vill
Lieu Jaune de ligne GG/M Julienne ANE Flétan du Groenland AN
M : Provenance Manche
Lieu Noir MN Langoustine ANE Grenadier ANE MN : Provenance Mer du Nord ..........................
Maquereau ANE Lotte ANE Lingues ANE AN : Provenance Atlantique Nord
Merlu blanc du Cap Afrique du Sud Merlan Manche Loup de mer Pays divers Tél. : .................
Moule France Pangas Asie Merlu ANE A Privilégier : Pas de surpêche, élevage
e-mail : .............
Pétoncle Patagonie Perche du Nil Pays divers Plie/Carrelet ANE bien géré. Dommages causés à l!environ-
Sardine ANE Poulpe Pays divers Raies Tous pays nement minimaux ou restreints. Date : ...............
Saumon Pacifique Pacifique Nord Rouget Barbet GG Requins Tous pays Avec modération : Problèmes dans
Sole d!Hastings Angleterre Saint Pierre ANE Sabre ANE les élevages ou les pêcheries. Choix Signature : ........
Tacaud GG/M Saumon Atlantique Pays divers Saumon Atlantique AN secondaire par rapport aux espèces de
Thon germon de ligne GG Seiche ANE Sole ANE
la colonne verte. Prière de remplir c
Tilapia Europe Thon Albacore Tous pays Thon rouge Pays divers À éviter : Espèces surpêchées, dont et de l!envoyer da
Tilapia Autres pays Turbot ANE certaines sont en voie d!extinction. Leur enveloppe affranc

Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org


Tourteau GG/M
Vivaneau Pays divers
élevage ou leur pêche sont très nuisibles WWF-France
Truite Europe
pour l!environnement. 1 carrefour de Lon
Turbot Europe

Publication de 2007, en cours de réédition, à consulter sur www.wwf.fr

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.

4
Les questions en lien avec les documents

1/ Regarde les différentes photos de morue, plus souvent appelée cabillaud. En as-tu déjà
mangé ? (doc 1)
2/ Comment l’état du stock de morue a-t-il évolué entre les années 1960 et 2000 ? L’espèce te
semble-t-elle menacée ? (doc 3)
3/ Quelles sont les raisons qui ont mené à ce résultat ? (doc 2)
- Le problème vient-il des quantités pêchées, du type de morues pêchées (jeunes
morues ou morues adultes) ?
- Des bateaux de pêche à chaluts ont été beaucoup utilisés pour pêcher la morue. Quel
est leur fonctionnement et le lien entre leur utilisation et la réduction du nombre de
morues ?
4/ Qui mange qui ? (doc 4)
- Qui sont les prédateurs de la morue ?
- Qui est mangé par la morue ?
5/ La réduction du nombre de morues a provoqué des changements dans la chaîne alimentaire.
Identifie (doc 4) :
- Les espèces qui ont pu profiter de la disparition de la morue pour augmenter leur
population
- Les espèces dont la population s’est réduite
- La place de la morue dans cet écosystème modifié
6/ Connais-tu d’autres poissons en danger à cause de la pêche ? (doc 5)
7/ Que peux-tu faire, à ton niveau, pour éviter de contribuer à l’effondrement des stocks de
ces poissons ?

LES QUESTIONS SI TU VEUX ALLER PLUS LOIN

La pêche à la morue d’Atlantique nord a été limitée dans les années 1970 puis totalement
interdite en 2003. Malgré cela, les morues continuent de disparaître.
1/ Quelle leçon peut être retenue de l’histoire de la morue ?
2/ Il existe des «pêcheries durables». Recherche quelles sont les règles respectées par ces
pêcheries.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
5
Dossier 11
C’EST L’INVASION !

Thème : les risques liés à l’introduction


d’espèces étrangères
Lien avec le film documentaire :
Chap. 2 : Une biodiversité à préserver : une biodiversité fragilisée...des ressources
menacées à long terme ?
Certaines espèces* étrangères, dites «envahissantes» ou «invasives»*, sont introduites
volontairement ou non hors de leur écosystème* d’origine. Cette action peut entraîner
de graves conséquences pour les espèces autochtones* dites «indigènes»*.

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne
figurent pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent
ensuite sur un cas particulier : ici, la grenouille taureau.

Les objectifs pédagogiques :


1/ Connaître les causes de ce phénomène d’introduction d’espèces étrangères.
2/ Montrer les perturbations que cela entraîne.
3/ Être conscient que l’action d’introduction d’espèces peut causer la fragilisation de
tout un écosystème.

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°9 (la déforestation), N°10 (la morue) sur des facteurs importants de

menace de la biodiversité, N°12 (le dodo, une disparition liée à l’introduction


d’espèces)
✤ Animations : N°11 (le jeu de memory des espèces invasives)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents

DOC 1 : Photos d’espèces invasives ne


de Louisia
écrevisse

ragondin

uges
N Ma rais de Br
Crédit : R

e Bruges
N Marais d
Crédit : R ois
crabe chin

leil
perche so

ruges
NM arais de B
Crédit : R

B ruges
N Marais de taureau
Crédit : R grenouille

ruges
NM arais de B
Crédit : R
Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DOC 2 : Causes des invasions
Les introductions d’espèces* étrangères ont été ou
La seconde pour épater... volontaires (cas du lapin australien) ou involontaires
comme dans ce cas : vers 1880, pour équilibrer leur
La boulimie alimentaire, une bateau, les pêcheurs ont commencé à remplacer le
des particularités de la
sable et les pierres par de l’eau. Seulement, l’eau
grenouille taureau !
contient des milliers d’organismes microscopiques
qui ont été transportés puis déversés dans des
territoires marins qui n’étaient pas le leur.
(Rédaction e-graine)

Nom commun : Grenouille taureau


Cause de son introduction :
loisirs
Origine : Amérique du Nord
Localisation : une bonne partie du
monde
Habitat : mares, étangs, lacs
Alimentation : petits alligators,
poissons, autres amphibiens, poules
d’eau, petits mammifères...

DOC 3 : Invasion de la grenouille taureau


La grenouille taureau, a envahi, entre autres pays, la France, à
cause du caprice d’un propriétaire de château. En effet, ce
dernier, en 1968, souhaitait animer le bassin de son parc avec une
dizaine de grenouilles de cette espèce. Malheureusement,
certaines se sont échappées et ont envahi plusieurs
départements français comme la Gironde et la Dordogne. Elle
est aujourd’hui présente en Amérique du Nord et du Sud, en Asie
et dans une bonne partie de l’Europe (Pays Bas, Italie,
Angleterre...). La Grenouille taureau se reproduit vite et n’a pas
vraiment de prédateur dans les pays où elle a été introduite. D’où
sa l’augmentation rapide de sa population. Les Anglais ont décidé
d’assécher les marais pour arrêter leur prolifération, ce qui a
marché.
(Rédaction e-graine)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Les questions en lien avec les documents
1/ Que représentent les espèces invasives dans ton esprit ?
2/ Recherche dans le lexique les termes «espèces invasives» et «indigènes».
3/Faites 4 groupes dans la classe. Chaque groupe choisit une espèce invasive, hormis la grenouille
taureau (doc 1). Réalisez une fiche d’identité de cette espèce avec son origine, la date de son
introduction, sa nourriture... Présentez cette espèce au reste de la classe.
4/ Quelles peuvent être les autres causes des introductions d’espèces invasives (doc 2) ?
5/ Pourquoi considère-t-on la grenouille taureau comme une espèce invasive ? A-t-elle des
prédateurs ? (doc 3)
6/ Quels dégâts a-t-elle causés ? Comment s’y prend-on pour faire baisser sa population ? (doc 3)
7/ Dans quel type d’écosystème la retrouve-t-on ? (carte d’identité)
8/ Réalise, avec toute ta classe, une grande affiche sur la grenouille taureau.

Les questions si tu veux aller plus loin


1/ Penses-tu que toutes les espèces introduites deviennent invasives ? Si non, pourquoi ?
2/ Combien d’espèces introduites deviendraient vraiment envahissantes ?
3/ Connais-tu des exemple d’introductions d’espèces réussies ? Si oui, échange avec ta classe sur
ces exemples
4/ Fais des recherches pour savoir si des espèces on vu leur population baisser à cause de la
grenouille taureau. Quelles sont ces espèces ?

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Dossier 12
LE DODO , LÉ LA ?

Thème : extinction d’espèces due aux comportements


humains

Lien avec le film documentaire :


Chap. 2 : Une biodiversité à préserver : une biodiversité fragilisée...des ressources menacées à
long terme ?
Une espèce est déclarée éteinte lorsqu’il ne subsiste plus aucun individu* vivant sur Terre. (...)
On dit que le rythme d’extinction est 100 fois plus important que le rythme naturel.

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent
pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent ensuite
sur un cas particulier : ici, le dodo.

Les objectifs pédagogiques :


1/ Connaître l’impact des humains sur la fragilité des espèces animales et végétales
2/ Être conscient du rythme inquiétant de la disparition des espèces

Liens fiches :
✤ Dossiers : N° 1 (le panda) : utilité des espèces emblématiques pour sauver d’autres

espèces), N°7 (la mangrove) : la fragilité d’un écosystème

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents
DOC 1 : L’homme et les extinctions d’espèces
Le couagga, le tigre aux dents de sabre, le
mammouth laineux, le pigeon migrateur, le
l o u p d e Ta s m a n i e , l e m o a g é a n t , l e
dodo...Toutes ces espèces* ont un point
Nom espèce animale : dodo ou dronte
Origine présumée : Asie commun : elles ont toutes disparues
Lieu de vie : Archipel des Mascareignes définitivement. Sur les 500 dernières années,
(Ile Maurice et la Réunion) plus de 844 espèces recensées se sont
Alimentation : graines, fruits
éteintes, complètement ou à l’état sauvage, à
cause des activités humaines. Et selon l’UICN,
plus de 17 000 espèces* seraient actuellement
menacées d’extinction dans le monde.
(Rédaction e-graine)

d odo
DOC 2 : Le

XVIII s.
e

n e-graine
Réalisatio

Le dodo est aujourd’hui un peu comme l’un des symboles


des espèces* exterminées du fait de sa disparition récente
et directement reliée à l’homme* et ses animaux*
domestiques. Lewis Carroll l’a d’ailleurs immortalisé dans
le dessin animé «Alice aux Pays des Merveilles».
(Rédaction e-graine)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DOC 3 : En savoir plus sur ce drôle d’animal
Le dodo aurait été découvert par des Européens
en 1507 sur l’archipel des Mascareignes. C’était
un animal solitaire qui n’avait pas de prédateurs à
l’époque. Ils n’avait donc pas besoin de voler et
ses œufs n’étaient pas protégés, il pondait à
même le sol. Jusqu’à ce qu’arrivent les hommes*
et leurs animaux* domestiques importés (chiens,
La seconde pour épater... cochons, rats, singes…). En à peine 200 ans, le
dodo a disparu de la surface de la Terre.
Dodo : surnom venant des Pourtant, des récits sur le dodo racontent que sa
nausées qui apparaissaient chair était peu appétissante et coriace ...
après avoir goûté la chair de (Rédaction e-graine)
cet oiseau.

DOC 4 : Les prédateurs du dodo

(Réalisation e-graine)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Les questions en lien avec les documents
1/ Peux-tu donner des noms d’espèces disparues ? As-tu déjà entendu parler de certaines ? Si
oui, fais des recherches pour savoir à quoi est due cette disparition (doc 1)
2/ Combien d’espèces risquent de disparaître en ce moment? (doc 1)
3/ Avais-tu déja entendu parler du Dodo ?
4/ As-tu vu le film «Alice aux pays des merveilles» ? Avais-tu reconnu qu’il y a un Dodo dans une
des scènes du film ? (doc 2)
5/ Est-ce que les hommes sont directement liés à sa disparition ? (docs 3,4)
6/ En combien de temps cette espèce a-t-elle disparu ? Qu’est-ce qui, dans le comportement
du dodo, a provoqué une extinction si rapide ? (doc 3)

Les questions si tu veux aller plus loin

1/ Sais-tu à quelles grandes époques il y a eu des extinctions d’espèces ?


2/ Sommes-nous entrés, aujourd’hui, dans une crise d’extinction ? Si oui, laquelle ?
3/ Penses-tu que les extinctions d’espèces s’accélèrent aujourd’hui ? Si oui, quelles peuvent en
être les raisons ?
4/ Est-ce que tu crois qu’il est possible de ramener à la vie des espèces éteintes comme le
dodo ?

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Dossier 13
PETIT OURS BRUN : LE RETOUR

Thème : Réintroduction d’espèces


Lien avec le film documentaire :
Chap. 2 : Une biodiversité à préserver, les moyens d’agir
Chacun de nous peut participer, à sa mesure, à la préservation de la biodiversité*.
D’innombrables initiatives locales et nationales associent le grand public dans l’étude, la
découverte ou la restauration des écosystèmes*.

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent
pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent ensuite
sur un cas particulier : ici, l’ours brun.

Les objectifs pédagogiques :


1/ Montrer l’impact de l’homme sur les espèces
2/ Comprendre la différence entre introduction et réintroduction d’espèces
3 / Montrer les actions entreprises par l’homme pour rétablir l’équilibre d’un écosystème
4/ Connaître les raisons des réticences face aux réintroductions

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°8 (le corail), N°9 (la déforestation), N°12 (le dodo) : l’impact de l’homme sur les

espèces, N°19 (les continuités écologiques : des actions humaines pour rétablir l’équilibre
d’écosystèmes
✤ Animations : N°10 (le jeu de rôle adaptable au cas de la réintroduction d’espèces)

✤ Projets : N°1 (la campagne de sensibilisation adaptable au cas de la réintroduction d’espèces)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents

DOC 1 : La réintroduction
Nom commun : ours brun
La réintroduction* permet de Localisation en France : Pyrénées
repeupler un territoire avec des Habitat : montagnes
espèces qui avaient disparu de cet Alimentation : régime omnivore
Degré de fragilité : préoccupation
endroit. Mais la réintroduction* de
mineure (au niveau mondial)
certaines espèces* comme les lynx,
les loups ou les ours peut poser
problème à la population, en
particulier aux éleveurs, par les
dégâts qu’elles causent.
’ou rs
rodu ctions d
P h o to s de réint
DOC 2:

La seconde pour
épater...

Mystère à percer :
Quand il hiberne, l’ours
brun maigrit sans
perdre ses muscles !

CFS
-ADET, ETO-ON
: Pays d e l’Ours
Source

FS
l i / E T O-ONC
Tonel
r s -A D ET, M.
u
: Pay s de l’O
Source
Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DOC 3 : Sondage IFOP - «Les pyrénéens et la conservation de l’ours-février 2005» :

Question : Vous personnellement, êtes-vous favorable ou opposé au maintien d’une population d’ours dans les
Pyrénées ?

Source : Pays de l’Ours- ADET

Ariège Haute-Garonne Hautes-Pyrénées


Ensemble Zone
des 3 Ensemble Massif des
(%) Ensemble Ensemble
départe- du Zone Zone Zone Pyrénées
du départe- du départe-
ments départe- Massif Massif Massif Centrales
ment ment
ment
Favorable 84 74 69 86 79 79 67 71
Opposé 15 25 30 13 21 20 31 28
Ne se
1 1 1 1 - 1 2 1
prononce pas
Total 100 100 100 100 100 100 100 100

Question : La quinzaine d’ours actuellement présente dans les Pyrénées étant insuffisante pour assurer la
survie de l’espèce, vous personnellement, êtes-vous favorable ou opposé à l’introduction d’ours
supplémentaires dans les Pyrénées ?

Source : Pays de l’Ours- ADET

Ariège Haute-Garonne Hautes-Pyrénées


Ensemble Zone
des 3 Ensemble Ensemble Massif des
(%) Ensemble
départe- du Zone du Zone Zone Pyrénées
du départe-
ments départe- Massif départe- Massif Massif Centrales
ment
ment ment
Favorable 77 64 58 80 69 69 62 62

Opposé 22 36 41 19 31 30 38 38
Ne se
1 - 1 1 - 1 - -
prononce pas
Total 100 100 100 100 100 100 100 100

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Les questions en lien avec les documents
1/Quelle est la différence entre réintroduction et introduction ? (doc 1)
2/Que se passe-t-il sur ces deux photos ? (doc 2)
3/Penses-tu que l’ours soit menacé d’extinction ?
4/Dans quel milieu veut-on réintroduire cette espèce ? Et dans quelle zone géographique de
France ? (doc 3)
5/Est-ce que les Français sont favorables au maintien de la population des ours réintroduits ?
(doc 3)
6/Pour quelles raisons les Français, et en particulier les Pyrénéens, n’y sont pas tous favorables ?
(doc 3)

Les questions si tu veux aller plus loin


1/Quels ours connais-tu (dans les films, dessins animés…) ? Quelle image as-tu de l’ours ?
2/Selon toi, l’ours est-il emblématique ?
3/Connais tu d’autres exemples de réintroduction d’espèces ?

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Dossier 14
L’AMAP AU SECOURS DE LA BIODIVERSITÉ

Thème : une agriculture attentive à la biodiversité


Lien avec le film documentaire :
Chap. 2 : Une biodiversité à préserver, les moyens d’agir
Pour la survie de notre planète, il est urgent de retrouver un équilibre entre les activités
humaines et la biodiversité*. L’agriculture*, moteur de notre alimentation, est un exemple
représentatif d’une activité humaine qui peut bouleverser la biodiversité*. Pourquoi ? Quelles
alternatives possibles ? Pouvons-nous favoriser une agriculture* respectueuse de la
biodiversité* ?

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent pas
dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent ensuite
sur un cas particulier : ici, les AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne).

Objectifs pédagogiques :
1/ Prendre conscience des conséquences de certains de nos choix alimentaires sur la
biodiversité.
2/ Découvrir qu’une agriculture respectueuse de la biodiversité est possible (par le biais des
AMAP : Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne)
3/ Comprendre qu’il est possible à notre niveau de soutenir le développement de cette
agriculture raisonnée.

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°4 (le coton) et N°9 (la morue) sur les conséquences de nos achats sur la
biodiversité
✤ Animations : N°5 (le jardinage), N°13 (le jeu des fruits et légumes, lien biodiversité et choix

alimentaires)
✤ Projet : N°4 (le restaurant responsable, lien biodiversité et alimentation)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique «Le développement durable et moi : la biodiversité».
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents
DOC 1 : Calendrier des fruits et légumes de saison (région Ile-de-France)
(Réalisation : e-graine)

Fruits Fruits f r u i t s f ra i s fruits de garde


Abricot
Cerise
Châtaignes
Citron niççois
Fraise
Framboise
Groseille
Kiwi
Melon
Mirabelle
Mûre
Myrtille
Noix
Pêche
Poire
Pomme
Prune
Raisin
Rhubarbe
Tomate

Légumes l é g u m e s f ra i s légumes de garde


Artichaut
Asperge
Aubergine
Bette
Betterave
Brocoli
Carotte
Céleri branche
Céleri rave
Champignon
Chou de Bruxelles
Chou-fleur
Chou rouge
Concombre
Courgette
Endive
Epinard
Fenouil
Haricot vert
Laitue romaine
Mache
Maïs
Navet
Oignon
Oseille
Panais
Patisson
Petit pois
Poireau
Poivron
Pomme de terre
Potiron
Radis

Important : Les dates ci-dessus peuvent légèrement


varier en fonction de la variété des aliments et de
leur zone de production en France.

www.e-graine.org

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique «Le développement durable et moi : la biodiversité».
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DOC 2 : Quelques chiffres clés :
‣ La France est le 3ème consommateur de
pesticides* au monde.
‣ La France est le 1er consommateur de
pesticides* en Europe.
‣ 90% des cours d’eau en France et près de
La seconde
60% des eaux souterraines françaises pour épate
r...
contiennent des résidus de pesticides* 2000 : c’est
le nombre d
(Source : Inra, Cemagref, 2005) ’AMAP
en France

DOC 3 : Le Rendez-vous hebdomadaire des membres d’une AMAP


Il s’agit de la rencontre hebdomadaire lors de laquelle l’agriculteur livre aux consommateurs,
membres de l’AMAP*, leurs paniers de fruits* et légumes.
(Réalisation : e-graine)

Voici
pour vous, un panier
de fruits et légumes que j’ai
cultivés dans le respect de Voici le paiement pour
l’homme, de la biodiversité, l’achat de nos paniers de fruits
et du rythme de la et légumes de cet été.
nature.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique «Le développement durable et moi : la biodiversité».
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Les questions en lien avec les documents
1/Intéressons nous aux fruits et légumes frais que tu as consommés aujourd’hui (doc 1)
- Pour chacun des fruits et légumes frais que tu as mangés aujourd’hui, vérifie si c’est sa
saison de récolte ? Est-ce bien le moment de consommer ce que tu as mangé ?
- Est-ce un problème de manger un fruit ou un légume en dehors de sa saison de récolte ?
Pourquoi ? Comment as-tu obtenu ce fruit ou ce légume alors que ce n’est pas sa
période de culture en France.
2/ La culture de fruits et légumes en France consomme des pesticides. Lis les chiffres figurant
dans les documents (doc 2).
- Que penses-tu de ces chiffres ?
- L’usage de ces pesticides menace-t-il la biodiversité ?
3/ Découvre le fonctionnement d’une AMAP (Association pour le maintien de l’agriculture
paysanne). (Doc 3)
- Une AMAP est un accord entre deux groupes de personnes, qui sont-ces personnes ? (doc 3)
- Du côté du producteur :
- Que signifie «des fruits et légumes que j’ai cultivés dans le respect de la
biodiversité» ?
- Que signifie «des fruits et légumes que j’ai cultivés au rythme de la nature» ?
- Quels sont les avantages pour le producteur ?
- Du côté des consommateurs :
- Que demande-t-on aux consommateurs dans une AMAP ?
- Quels sont les avantages de l’AMAP pour les consommateurs ?

Les questions si tu veux aller plus loin


1/ Si certains fruits et légumes frais que tu as mangés ne sont pas de saison, cela signifie peut-
être qu’ils ont été produits ailleurs dans le monde.
Intéressons-nous à la provenance des fruits et légumes que tu as consommés aujourd’hui.
- Recherche l’origine des fruits et légumes que tu as mangés aujourd’hui. Accompagné
d’un adulte, retourne à l’endroit où ces fruits et légumes ont été achetés, regarde les
étiquettes ou adresse-toi au vendeur pour savoir où ils ont été produits.
- Compare les résultats de ton enquête avec tes camarades. Quels sont les pays
producteurs les plus fréquemment rencontrés ?
- Les fruits et légumes que tu as mangés aujourd’hui ont-ils parcouru beaucoup de
kilomètres avant d’arriver chez toi ?
2/ Les AMAP et toi :
- Si tu souhaites rejoindre une AMAP et donc acheter chaque mois ton panier de fruits et
légumes à un agriculteur de ta région, tu peux te rendre sur le site du réseau AMAP :
www.reseau-amap.org. Peut-être que tu en trouveras une près de chez toi !

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique «Le développement durable et moi : la biodiversité».
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Dossier
Dossiern°15
15
Sou-RIZ-ez
SOU-RIZ-EZ ! !

Thème : la biodiversité au service de notre


alimentation
Lien avec le film documentaire :
Chap. 3 : Biodiversité et développement, réconcilier environnement et développement
Attardons-nous quelques instants sur notre nourriture : à part les sels minéraux et l’eau, tout ce
que nous mangeons provient de la biodiversité*. Même si nous ne consommons, la plupart du
temps, que quelques plantes cultivées comme le blé, le maïs, le riz, le mil, ou le manioc, et
quelques espèces d’animaux domestiques comme le bœuf, le porc, ou le mouton, la
biodiversité* occupe aujourd’hui une place très importante : nous avons besoin de milliers
d’espèces* et de variétés pour conserver une alimentation saine et diversifiée.

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent
pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent ensuite
sur un cas particulier : ici, le riz.

Les objectifs pédagogiques :


1/ Comprendre l’utilité d’une biodiversité riche pour l’alimentation
2/ Comprendre l’utilité de la biodiversité dans l’agriculture
3/ Comprendre que les agriculteurs et les consommateurs ont une responsabilité dans la
protection de la biodiversité

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°15 (les AMAP) : lien entre la biodiversité et notre alimentation)

✤ Projets : N°4 (le restaurant responsable) : lien entre la biodiversité et notre alimentation)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents
DOC 1 : La biodiversité, un besoin pour nous nourrir
Nom : Riz
La biodiversité* nous aide à nous nourrir et nous développer. Origine : nombreuses régions
Pour nourrir l’humanité, quelques espèces* ne suffisent pas du monde
Taille : de 60 cm à 6 m !
contrairement à ce qu’on pourrait penser. Au Laos, par
Aspect : plante de grande taille
exemple, sur 6000 plantes*, 3000 ont été consommées ou avec des grains
sont consommées encore (mangées) ! La richesse de la Localisation : monde entier en
biodiversité* favorise une alimentation variée et une climat tempéré et climat
tropical
agriculture* diversifiée ! (rédaction : e-graine)

DOC 2 : L’un des aliments les plus mangés au monde


Le riz a au moins 7 millions d’années. Il y a différentes
espèces de riz cultivées : l’Oryza indica et l’Oryza
japonica en Asie, l’Oryza glaberrima en Afrique. Il est
l’aliment de base pour 60% de la population mondiale
soit 3,6 milliards d’habitants. S’il est consommé
essentiellement en Asie, on trouve le riz sur les
différents continents : Europe, Afrique, Amérique
Latine, Amérique du Nord et Océanie. Les espèces* du
riz ont été apportées soit par les animaux*, soit par
ion les humains. (rédaction : e-graine)
US A Ric e Federat
Source : ©

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DOC 3 : La nécessité d’obtenir des espèces
variées de riz

Pour pouvoir faire face aux maladies du riz, on a


procédé à des sélections d’espèces*. Un
exemple est la panachure jaune du riz qui est
une maladie du riz irrigué : les feuilles
deviennent jaune (perte de chlorophylle). Le riz
pluvial résiste à cette maladie. Des chercheurs
ont donc croisé les deux espèces* pour guérir le
riz irrigué.
(Rédaction : e-graine).

épater...
La seconde pour
ces de riz
Il y a 140 000 espè
cultivées !

(Source : ©
IR D -Auteur IL
TAB)

Un autre exemple : ce qu’on appelle la verse


du riz est le fait que la plante se couche au
sol. La récolte est alors perdue. Les plants de
riz plus petits résistent mieux.
(Rédaction e-graine)

(Réalisation e-graine)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Les questions en lien avec les documents

1/ Il y a sélection des espèces en agriculture, pourquoi ? (doc 3)


2/ Retrouve le chiffre qui indique le nombre de plantes utilisées pour la consommation au Laos
(doc 1). Et toi, penses-tu que tu manges beaucoup de plantes dans ton alimentation
quotidienne ? Tu peux donner des exemples ?
3/ Il y a différentes sortes de riz cultivés : peux-tu en citer ? (doc 2)
4/ Quelle est l’utilité d’avoir différentes espèces de riz ? (doc 3)

Les questions si tu veux aller plus loin

1/ La biodiversité doit aussi être préservée par les agriculteurs : pourquoi ?


2/ La biodiversité doit-elle aussi être préservée par les consommateurs ?
3/ Le riz est cultivé dans d’autres régions du monde comme l’Europe : peux-tu trouver
comment il est arrivé en France et en Italie ?
4/ On parle de légumes ou de fruits oubliés : trouve des fruits et des légumes qui sont peu
connus. Pour cela demande à ton entourage (famille, amis, connaissances...)
5/ Qu’est-ce que la sécurité alimentaire ?

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Dossier 16
LE FABULEUX DESTIN DU PETROLE

Thème : l’utilisation de la biodiversité dans la


production d’énergie

Lien avec le film documentaire :


Chap. 1 : La biodiversité au quotidien, la biodiversité que l’on consomme
Quant à l’énergie que nous consommons, elle est essentiellement produite grâce au pétrole, au
charbon, au bois, mais aussi parfois à la tourbe, voire même à la bouse de vache …

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent
pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent ensuite
sur un cas particulier : ici, le pétrole*.

Les objectifs pédagogiques :

1/ Comprendre l’utilité de la biodiversité passée comme énergie et moyen de développement


2/ Comprendre la nécessité des énergies renouvelables face à l'épuisement du pétrole

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°15 (le riz) et N°18 (les éleveurs nomades mongols) : utilisation de la biodiversité
dans notre développement

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents
DOC 1 : le pétrole*, une source d’énergie épuisable issue de la
biodiversité passée Nom : Pétrole
Localisation : nom
Le pétrole* est issu de la biodiversité passée*, ce dépôt de breuses
régions du monde
végétaux* qui s’est fait sur des millions d’années. Il fait partie de État : liquide
la famille des sources d'énergie* fossile. Etant non renouvelable, Énergie : fossile
Utilisé depuis : l’A
il s’épuisera un jour. Il est donc nécessaire de l’économiser. De ntiquité
plus, sa combustion rejette de nombreux polluants et augmente
l'effet de serre* (Rédaction e-graine)

DOC 2 : Les étapes de la formation du pétrole


(Réalisation : e-graine)

1 2

3 4

5 6

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DOC 3 : Les liens entre énergie, biodiversité et développement :
(Réalisation e-graine)
Mots pour compléter le schéma :
- biodiversité
- travail, alimentation, santé, éducation, logement, eau potable
- cuisson, éclairage, chauffage, transport

La biodiversité
fournit de l’énergie

L’énergie est
Le développement est utilisée pour :
amélioré grâce à
................................ ............. ..............
.............. ..............

Satisfaction des
besoins en :
............. ...............
............. ..............
............ ..............

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Les questions en lien avec les documents
1/ D’où vient le pétrole (docs 1 et 2) ?
2/ Regarde le document 2. Peux-tu replacer le numéro de l’image en face du texte
correspondant :
a) Cette terre mélangée aux fossiles devient du pétrole.
b) Des matériaux organiques ( poissons, algues, plancton...) s’accumulent au fond des océans
pendant des millions d’années
c) Le pétrole est pompé et exploité par des compagnies pétrolières
d) Les matériaux organiques se fossilisent c’est à dire qu’ils se transforment en restes.
e) Les fossiles se mélangent avec la terre des océans.
f) Le pétrole remonte
3/ Complète le schéma du doc 3.

Les questions si tu veux aller plus loin


1/ Trouve à quoi servent le pétrole et chaque carburant issu du pétrole : par exemple l’essence
sert à faire fonctionner des voitures.
2/ Quelles sont les énergies et les techniques qui peuvent remplacer le pétrole ?

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Dossier 17
QUI T’HAIE, TOI ?

Thème : Façonnement du paysage et biodiversité

Lien avec le film documentaire :


Chap. 3 : Biodiversité et développement, la biodiversité dans l’histoire du développement
Dans sa conquête du monde, l’homme* a beaucoup détruit, modifié, perturbé. Il a utilisé et
transformé les paysages* notamment par l’agriculture*. Cette activité a eu un profond impact
sur la biodiversité*.

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent
pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent ensuite
sur un cas particulier : ici, la haie.

Les objectifs pédagogiques :


1/ Montrer l’évolution des paysages agricoles
2/ Identifier le rôle de l’homme dans la transformation des paysages
3/ Faire le lien entre modification des paysages et perturbation de la biodiversité

Liens fiches :
✤ Dossier : N°19 (les continuités écologiques, lien entre la modification du paysage et la

biodiversité)
✤ Projet : N°3 (le comptage des papillons) : le papillon, un habitant des haies

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents
DOC 1 : Photo d’un paysage openfield

DOC 2 : Photo d’un paysage bocager


(avec haie)

DOC 3 : Openfield ou bocage ?

Les paysages agricoles sont souvent définis par des bocages* ou des openfields*. Les bocages
sont des terres agricoles entourées de haies* ou talus. On en trouve beaucoup en Angleterre et
en France (Massif Armoricain et Massif Central). Au contraire, les openfields sont des «terres
ouvertes», sans enclos. En France les bocages reviennent petit à petit alors qu’ils ont été
beaucoup détruits dès les années 1960. (Rédaction e-graine)

DOC 4 : Le paysage agricole au cours du temps

(Réalisation e-graine)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DOC 5 : Utilité de la haie
Les haies* ont plusieurs utilités : elles
sont un rempart contre le vent et les
inondations* et protègent le bétail de la
chaleur. Elles sont une source de bois de
c h a u ff a g e , d o n n e n t d e s f r u i t s *
comestibles, des plantes médicinales*,
etc.
L’eau parvient mieux à s’infiltrer sous les
haies*. La qualité de l’eau est meilleure,
l’érosion des sols* est diminuée.
Les haies abritent aussi de nombreuses
espèces* animales* et végétales*. Elles
sont un écosystème* à elles seules ! DOC 6 : La haie et sa diversité végétale et animale
Enfin, les haies* améliorent notre cadre Au mois de mai, la haie est peuplée d’un grand
de vie en protégeant les maisons. nombre d’espèces. Les chenilles mangent les
ronces, les pucerons prennent la sève des nouvelles
(Rédaction e-graine) feuilles de ronces. Les coccinelles se régalent de
pucerons. Les mésanges montrent le bout de leur
bec, etc. C’est aussi la saison des accouplements
(reproduction).
(Rédaction e-graine)

(Réalisation e-graine)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Les questions en lien avec les documents

1/Regarde dans le lexique ce qu’est un bocage et un openfield. A quel type de paysage la haie
appartient-elle ?
2/Compare les 2 photos (doc 1 et 2) :
- Quel type de paysage vois-tu sur la photo de gauche ? la photo de droite ?
- Lequel possède des haies ?
3/Qu’est-ce qu’une haie ? Qu’est-ce qui a poussé l’homme à arracher les haies (doc 4) ?
4/Comment la haie a évolué en France depuis la seconde guerre mondiale ? (doc 4)
5/Quel est son rôle dans la biodiversité (lexique et doc 5) ?
6/Quelle diversité végétale y a-t-il dans la haie (doc 6) ?

Les questions si tu veux aller plus loin

1/Prends une saison au hasard. Quelles sont les espèces abritées par la haie à cette période ?
2/En te promenant, amuse-toi à repérer les différentes espèces végétales qui composent une
haie !

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Dossier 18
UNE VIE DANS LE RESPECT DE LA
BIODIVERSITÉ

Thème : le développement des peuples et leur


relation à la biodiversité
Lien avec le film documentaire :
Chap. 3 : Biodiversité et développement, réconcilier environnement et développement
On l’a bien compris, il est aujourd’hui urgent de réconcilier développement* et préservation de
la biodiversité*.» À travers le monde, d’autres peuples ont des modes de vie différents du nôtre
et une relation privilégiée à la biodiversité*.

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent
pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent ensuite
sur un cas particulier : ici, les éleveurs nomades de Mongolie.

Les objectifs pédagogiques :


1/ Découvrir un mode de vie différent du nôtre
2/ Prendre conscience de la dépendance d’un peuple aux espèces animales et végétales qui
l’entourent
3/ Comprendre que le développement d’un peuple peut se faire dans le respect de la
biodiversité

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°4 (le coton ) et N°6 (la guimauve) sur l’utilité de la biodiversité, N°9 (la
déforestation, le peuple Penan), N°15 (le riz, le lien entre la biodiversité et notre
alimentation)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents

DOC 1 : Steppe et
yourtes (habitation
traditionnelle mongole)
d’éleveurs nomades
(province du Zavkhan)

Pays : Mongolie
Localisation : Asie
Superficie : 3 fois et
demi la France <H7D9;

Population : 3 millions
d’habitants (2008)
Densité : 1,9 hab /km2
(la plus faible au monde)
Climat : continental

DOC 2 : Yourte
d’éleveur nomade
mongol : pratique
elle se démonte en
1 heures et se
remonte en 2
heures !

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DOC 3 : À la traite
des yacks : le lait
est bu mais aussi
transformé en
fromage ou yaourt.
Les éleveurs
peuvent aussi en
savourer la viande.

La seconde pour épater...

Plus de 50 % des personnes


qui travaillent en Mongolie
sont éleveurs nomades !

DOC 4 : Troupeaux de chèvres


et moutons : leur laine sert à
la confection de vêtements
pour la famille et peut aussi
être revendue. Leur lait et
leur viande sont également
consommés.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
DOC 5 : toit de yourte
Les fromages y sèchent.
Le panneau solaire capte
les rayons du soleil pour
recharger une batterie qui
permet aux éleveurs
d’avoir un peu
d’électricité (télévision,
téléphone portable) .

DOC 6 : tout éleveur


mongol possède des
chevaux : transport, lait,
élevage et vente. Ici, ils
cherchent à attraper un
jeune cheval au lasso
mongol, urga.

DOC 7 : mode de vie et préservation de la biodiversité


«En favorisant la diversité des espèces* animales* locales, le pastoralisme nomade mongol
préserve la biodiversité* végétale. Contrairement aux élevages* intensifs qui nécessitent des
productions fourragères difficiles à mettre en place en Mongolie et qui requièrent une grande
quantité d’engrais chimiques*, le pastoralisme permet le maintien d’un équilibre entre monde
animal* et végétal*.»
Source : GARDELLE L., RUHLMANN S., La revalorisation du terroir en Mongolie, des logiques
économiques, écologiques et culturelles, 2009

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Les questions en lien avec les documents
1/ Découvre la Mongolie (carte d’identité)
- Sur quel continent se situe ce pays ?
- Est-il très peuplé ?
- Les éleveurs nomades sont ils nombreux parmi la population ?
2/ Qu’appelle t-on un éleveur nomade ? (docs 1 à 6)
3/ Comment vivent les éleveurs nomades mongols ? (doc 1 à 6)
- Dans quel type de logement vivent-ils ? Pourquoi ?
- Quels animaux élèvent-ils ?
- À quoi leur servent ces animaux ?
4/ Ces éleveurs peuvent-ils profiter d’équipements modernes ? (docs 2 et 5)
- Lesquels ?
- Pour quel usage ?
5/ Penses-tu que le mode de vie de ces éleveurs nomades mette en danger la biodiversité ? ou
préserve la biodiversité ? (doc 7)

Les questions si tu veux aller plus loin


1/ Que se passerait-il si une famille d’éleveur perdait ses troupeaux ?
2/ Pourquoi les éleveurs nomadisent (changent régulièrement de lieu d’habitation) ?
3 / Comment se soignent le plus souvent les éleveurs nomades mongols ?
4/ À ton avis, comment s’amusent les enfants mongols ?

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
5
Dossier 19
UN LABYRINTHE ECOLOGIQUE

Thème : Urbanisation et prise en compte de la


biodiversité

Lien avec le film documentaire :


Chap. 3 : Biodiversité et développement, réconcilier environnement et développement
Chacun de nous peut participer à sa mesure à la préservation de la biodiversité*.
D’innombrables initiatives locales et nationales associent le grand public dans l’étude, la
découverte ou la restauration des écosystèmes.

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent
pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent ensuite
sur un cas particulier : ici, les continuités écologiques.

Les objectifs pédagogiques :


1/Montrer la modification du paysage avec le développement des populations et l’urbanisation
massive.
2/Etre conscient de l’impact des aménagements de l’espace et des activités humaines sur les
écosystèmes.
3/Comprendre l’importance des continuités écologiques dans la nature et en ville.

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°17 (la haie) : lien entre la modification du paysage et la biodiversité, N°20 (les

réserves de biosphère) et N°21 (l’agroforesterie) : réconcilier le développement et la


biodiversité
✤ Animation : N°12 (le nichoir) : un aménagement en faveur de la biodiversité)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents

DOC 1 : Urbanisation dans le monde

% de la population Le phénomène d’urbanisation* s’est surtout étendu dans


Période/année mondiale habitant les années 1950, avec le début de la mondialisation*. Les
en ville populations ont commencé à se déplacer de la campagne
1800 3 vers la ville pour le travail : c’est ce qu’on appelle l’exode
1900 15 rural. L’extension des villes a formé des zones de
2000 50 périurbanisation, qui sont les habitats dispersés autour
2025 65 des villes.

Le périurbanisation entraîne une plus grande occupation


de l’espace et donc une fragmentation du paysage et de
l’habitat des espèces*. En effet, des obstacles (barrages,
routes, modes de culture...) empêche le déplacement en
toute sécurité des espèces.

(Source : Kidplanete)

La seconde pour épater...

45 258 km de voies navigables,


DOC 2 : La continuité écologique
de routes et voies ferrées
fragmentent le paysage
français

Les continuités écologiques


permettent de préserver la
biodiversité*, des activités
humaines. Le plus important
est de maintenir les liens
existants entre les espaces
naturels comme les haies*, les
cours d’eau, les arbres isolés...
Si ce lien n’existe plus, il faut
créer des passages artificiels.

(Réalisation e-graine, d’après le site du Ministère du


Développement Durable, de l’Environnement et des
Parcs du Québec)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DOC 3 : dessin d’un passage pour petits animaux
Les hommes tentent de maintenir, inventer ou recréer des aménagements pour que des espèces*
puissent surmonter les obstacles du paysage*. Ici, un passage souterrain pour la petite faune
(grenouilles, crapauds, petits mammifères, blaireaux, reptiles).

(Réalisation e-graine, d’après la FRAPNA)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Les questions en lien avec les documents
1/ À quel rythme augmente la population mondiale ? (doc 1)
2/ Depuis quelle époque l’urbanisation s’est-elle accélérée de façon importante ? (doc 1)
3/ Quelles sont les conséquences de l’urbanisation sur la biodiversité ? (doc 1)
4/ Quelle est l’utilité d’une continuité écologique ? (doc 2)
5/ Quel est cet aménagement ? Pour quelles espèces est-il prévu ? Connais-tu d’autres types
d’aménagement ? (doc 3)

Les questions si tu veux aller plus loin


1/ La pollution lumineuse des villes provoque des perturbations chez les espèces. Par exemple,
la cigogne, qui migre vers l’Afrique pour y passer l’hiver, se sert des étoiles comme guides. Mais
la pollution lumineuse modifie ses repères. Trouve des idées pour l’aider.
2/ Dans la cour de ton école, quelle espèce animale pourrais-tu trouver ? Pour chaque espèce
identifiée, définis son mode de déplacement et une solution pour l’aider à franchir les
obstacles.
3/ Comment les villes peuvent-elles introduire la biodiversité dans leur environnement ?

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Dossier 20
HIP, HIP, HIP...HIPPO !

Thème : Les espaces protégés, vecteur d’éducation


et de développement
Lien avec le film documentaire :
Chap. 3 : Biodiversité et développement, réconcilier environnement et développement
L’homme est aussi capable de mettre en place des politiques de préservation sur de grands
espaces. Pour cela, il faut inclure dans la préservation de la biodiversité* les populations
locales qui elles-mêmes doivent la protéger.

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent
pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent ensuite
sur un cas particulier : ici, la réserves de biosphère « La Mare aux hippopotames ».

Les objectifs pédagogiques :


1/ Mieux connaître les espaces protégés et leur répartition
2/ Comprendre le fonctionnement d’un type d’espace protégé
3/ Être conscient de l’utilité pédagogique des espaces protégés
4/ Comprendre le rôle de l’homme dans les espaces protégés

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°19 (les continuités écologiques), et N°21 (l’agroforesterie) sur des moyens

de réconcilier biodiversité et développement

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents
DOC 1 : carte de France des réserves de
1- Archipel de la Guadeloupe
biosphère en mai 2010
2 - Mer d'Iroise

3 - Fontainebleau - Gâtinais

4 - Vosges du Nord / Pfalzerwald

5- Commune de Fakarava (Polynésie française)

6 - Cévennes

7 - Mont Ventoux

8 - Luberon

(Réalisation e-graine, d’après MAB France) 9 - Camargue (Delta du Rhône)

10 - Vallée du Fango

DOC 2 : interview dans la réserve de la Mare aux hippopotames, émission «c’est pas du vent» de
RFI (aller en annexe de la fiche pour l’écouter)

Nom de la rése
rve : Mare aux
Date du classe Hippopotames
ment : 1977
Localisation :
Sud-ouest du
Type d’écosys Burkina Faso
tème : mangr <H7D9;

ove

...
La seconde pour épater

en 2010 : 10 réserves de
nt
biosphère en France do
an ce,
une en Région Ile-de-Fr
u
le Pays de Fontaineblea

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DOC 5 : fonctionnement des réserves de biosphère

Une réserve naturelle, une réserve de


biosphère*, un parc naturel régional, un parc
national, un espace naturel sensible...Tous sont
des espaces protégés. Que d’initiatives pour
protéger notre biodiversité* ! Et encore, tout
n’est pas cité...
DOC 4 : schéma des zones de biosphère
Les réserves de biosphère* sont apparues dans
les années 70 pour venir en appui à tous les
autres espaces protégés. Les grands
écosystèmes* de la planète y sont
représentés : forêts* très humides,
toundras, déserts... Ces réserves
sont basées sur la recherche, le 7_h[Y[djhWb[
lien entre l’utilisation des
ressources naturelles et leur Ped[jWcfed
?dijWbbWj_ediZ[h[Y^[hY^[
conservation ainsi que l’interaction ekZ[nf„h_c[djWj_ed
7_h[Z[jhWdi_j_ed
entre l’homme* et l’environnement* Ikhl[_bbWdY[Yedj_dk[
pour améliorer le bien-être humain.
;ZkYWj_ed[j\ehcWj_ed

Les réserves de biosphère* participent au Jekh_ic[[jbe_i_hi


développement* de la citoyenneté en répondant
aux besoins sociaux. Elle sont d’ailleurs
(Réalisation e-graine, d’après Futura
beaucoup plus étendues qu’à leur début et sont Sciences)
parfois très proches des villes. Rome pourrait
bien être la première ville inclue dans une
réserve de biosphère*.
Il existe aussi des réserves de biosphère*
transfrontalières (exemple : la réserve des
Carpathes entre la Pologne, la Slovaquie et
l’Ukraine).
(Rédaction e-graine)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Les questions en lien avec les documents

1/ Quels types d’espaces protégés connais-tu ?


2/ As-tu déjà participé à une animation dans un espace protégé ? Qu’en as-tu retenu ?
3/ Qu’est-ce qu’une réserve de biosphère ? (doc 5)
4/Regarde la carte de France des réserves de biosphère. Savais-tu qu’il y en avait en France ?
(doc 1)
5/ Dans quelles parties de la France y a-t-il le plus de réserves de biosphère ? Y en a-t-il près de
chez toi ? (doc 1)
6/ Écoute l’interview dans la réserve de biosphère la «Mare aux hippopotames» (émission «C’est
pas du vent» de la Radio RFI) : qu’est-ce qui fut interdit après le classement ? Pourquoi la
réserve porte-t-elle ce nom ? Quel est le lien avec les hippopotames ? (doc 2)
7/ Que représente ce schéma ? Combien de zones y a-t-il dans une réserve ? Quelle est la zone
la mieux protégée ? Que se passe-t-il dans cette zone ? (doc 4)

Les questions si tu veux aller plus loin


1/Contacte un espace protégé près de chez toi et/ou de ton école pour connaître et participer
à leurs initiatives et animations pour protéger la biodiversité (expositions photos, réalisation de
plantations, rallyes pédestres...).
2/Regarde l’interview, issue du documentaire, de Mr Dey, président de la réserve de
Fontainebleau-Gâtinais (lien vers le bonus) : quels sont les chiffres qu’il cite ? (doc 2)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi : la biodiversité”.
Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Dossier 21
UNE ALLIANCE POUR LE BIEN DE LA BIODIVERSITÉ

Thème : utilisation des terres et biodiversité

Lien avec le film documentaire :


Chap. 3 : Biodiversité et développement, réconcilier environnement et développement
«On l’a bien compris, il est aujourd’hui urgent de réconcilier le bien être de l’homme et la
préservation de la biodiversité.» Si l’agriculture peut dans ses excès mener à mal la
biodiversité, nous savons qu’elle peut aussi la respecter voire même la stimuler.

Découpage de la fiche :
Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties :
✴ première partie : documents (photos, schémas, textes...)
Objectif : appropriation et compréhension des documents
✴ deuxième partie : les questions
• dans un premier temps, les questions qui se rapportent aux documents
Objectif : analyse des documents
• dans un deuxième temps, les questions pour aller plus loin : les réponses ne figurent
pas dans les documents
Objectif : approfondissement des connaissances

Ces fiches «dossiers» partent d’un thème traité dans le documentaire et se focalisent ensuite
sur un cas particulier : ici, l’agroforesterie*.

Les objectifs pédagogiques :


1/ Découvrir un mode d’utilisation des terres différent de la monoculture.
2/ Comprendre les avantages de ce mode d’utilisation des terres pour la biodiversité.

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°14 (les AMAP, pour une agriculture en accord avec la biodiversité ), N°17 (la haie,
lien entre paysage et biodiversité)
✤ Animation : N°3 (comprendre la vie d’un arbre)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Les documents
DOC 1 : l’agroforesterie en quelques mots
L’agroforesterie est un système d’utilisation des terres.
Plusieurs possibilités :
- planter des arbres* dans des cultures
- faire des cultures dans des forêts*
- associer des arbres* à l’élevage* d’animaux*
Au lieu de produire seulement une céréale*, ou un fruit*, ou de se consacrer à l’élevage*
d’animaux*, l’agriculteur qui pratique l’agroforesterie* varie sa production. Par exemple, il
pourra produire une céréale* et du bois.
(Rédaction e-graine)

DOC 2 : Plantations
d’oliviers et de
lavande dans la
Drôme (France)
(Source : Agroof ©)

DOC 3 : Moisson du blé


entre des peupliers de
25 à 30 ans.
(Source : Agroof ©)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
our épater. ..
La seconde p
jets
Plusieurs pro DOC 4 : Plantation
rie o nt réussi à s d’oliviers et de
d’agroforeste 25 à Source : Agroof choux (Espagne)
ug m e nt e r le s récoltes de ©
a
100% !

er en Normandie
DOC 5 : Pré-verg
©
Source : Agroof

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
DOC 6 : Les avantages de l’agroforesterie
(Réalisation : e-graine)

Meilleure qualité
de la production de
bois Cultures plus
variées

Amélioration de la
qualité du sol,
Arbres espacés moins d’érosion

Agroforesterie Augmentation des


récoltes

Arbres abritent
plusieurs êtres
vivants qui peuvent Apport de matière
protéger les organique par les
plantations contre arbres: feuilles,
les maladies et les racines, branches
insectes ravageurs Paysage agricole mortes
plus beau et plus
varié

Utilisation moins
importante des
pesticides et
engrais chimiques

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Les questions en lien avec les documents
1/ Qu’est ce que l’agroforesterie ? (doc 1)
- décompose le mot : quels mots reconnais-tu ? Qu’en déduis-tu ?
- quels sont les différents types d’agroforesterie possibles ? (doc 1)
2/ Quelles sont les types d’agroforesterie présents sur chaque photo ? (docs 2 à 5)
3/ Quels sont les avantages de l’agroforesterie ? (doc 6)
- pour l’agriculteur ?
- pour la biodiversité ?
- pour les habitants de la région ou les touristes ?

Les questions si tu veux aller plus loin


1/ L’agroforesterie est-elle une nouvelle façon d’utiliser le sol ou était-elle pratiquée avant ?
2/ Si l’agroforesterie était utilisée à d’autres époques, pourquoi l’avons-nous abandonnée ?
3/ Te semble-il important de favoriser l’agroforesterie aujourd’hui ? Pourquoi ?
4/ Recherche s’il existe des zones d’agroforesterie dans ta région.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
5
Projet n°1
LA BIODIVERSITE EN CAMPAGNE

Objectif pédagogique : comprendre comment agir et se mobiliser en faveur de la


protection de la biodiversité

Objectif opérationnel : Organiser une campagne de sensibilisation dans l’école

Contenu réalisé par le Service Public


Fédéral de la Santé publique, Sécurité
de la chaîne alimentaire et
Environnement de Belgique

PUBLIC : à partir de 10 ans

MATERIEL :
- feuilles format poster
- ciseaux
- feutres
- magazines
- colle

DUREE : sur l’année

LIEU : en classe et dans la cour de l’école pour le rassemblement


de sensibilisation à la biodiversité, le jour de l’exposition

Liens fiches
✤ Dossier : N°2 (le panda)

✤ Projet : N°2 (l’organisation d’une friperie)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
Affiche de Surfrider Foundation

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
DEROULE :

Etape 1 :
Examinez attentivement cette affiche et analysez son message.
a. Quels sont les différents éléments de l’affiche ?
b. Où se passe la scène ?
c. Quel est le message diffusé ?
d. Quelle est l’organisation qui a fait cette publicité ? La connaissez-vous ?
e. Que symbolise l’image ?
f. Quelle est l’action proposée ?

Etape 2 :

✤ Organisez votre propre campagne de sensibilisation à la biodiversité. Les enfants peuvent


devenir des ambassadeurs de la biodiversité en réalisant une campagne d’affichage dans
l’école. Ils sont conscients qu’il faut la protéger, alors il faut le faire savoir à ceux qui vous
entourent
✤ Par groupe de deux, les enfants imaginent une affiche sur la protection de la biodiversité en

général ou sur un thème bien précis comme les espèces menacées (exemple : panda géant)
✤ Choisissez un geste, un conseil ou une action et illustrez-le sous forme d’une affiche (dessin,

photo, découpage, logo, slogan...)


✤ Vous pouvez utiliser des publicités de magazines qui parlent de biodiversité pour les coller sur

l’affiche
✤ Vous les placerez ensuite dans différents locaux comme les classes, le réfectoire ou la cour

de récréation.

Etape 3 :

✤ Rédigez une lettre avec toute la classe pour inviter les parents à cette exposition
✤ Donnez le choix sur plusieurs dates de samedi
✤ Cette exposition pourrait aussi avoir lieu le même jour que la fête de l’école pour faciliter

l’organisation
✤ Si vous choisissez de communiquer sur le panda géant, vous pourriez déguiser les enfants

pour le jour J

En résumé :
- Acquisitions : les enfants auront acquis des connaissances sur le décryptage d’une
publicité et la façon de monter une campagne de sensibilisation
- Réalisations : affiches sur un geste, un conseil, une action en faveur de la biodiversité
- Valorisation : les affiches sont placées dans la classe ou dans le hall de l’école. Les
parents sont invités à les découvrir un samedi

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Projet 2
UN ÉVÉNEMENT POUR SOULAGER LA BIODIVERSITÉ ?

Objectif pédagogique : comprendre que l’organisation d’un événement


peut permettre d’éviter de puiser dans nos ressources naturelles.

Objectif opérationnel : organiser une friperie ou un troc


de vêtements

C’est bien souvent la biodiversité qui nous habille ! Effectivement, elle nous fournit bon nombre
de fibres naturelles, la plus célèbre étant le coton. La culture de cette fibre n’est pas sans
conséquence pour la biodiversité qui l’entoure.
Laissons souffler la nature, évitons de racheter de nouveaux vêtements tout en restant coquet
et en renouvelant notre garde-robe : donnons une seconde vie à nos vêtements, organisons une
friperie (vêtements payants, argent récolté reversé pour un projet de protection de la
biodiversité) ou un troc de vêtements (échanges gratuits)

PUBLIC :
A partir de 10 ans

MATÉRIEL :
Pour l’événement :
- des portants pour accrocher les cintres ou des grands bacs ou cartons (pour disposer les
vêtements). Possible aussi de disposer simplement les vêtements sur des tables.
- des cintres si vous optez pour des portants
- des tables (pour poser les vêtements, pour le règlement)
- des feuilles de papier pour indiquer les prix (si vous optez pour une friperie)

DURÉE :
- Phase préparatoire : 2 mois
- Événement : une journée

LIEU : une salle de l’école ou la cour de récréation

Liens fiches :
✤ Dossier : N°4 (le coton, l’impact de nos choix vestimentaire sur la biodiversité)

✤ Animation : N°1 (l’organisation d’une campagne de sensibilisation)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
DÉROULÉ :

1ère partie : Choix du mode de fonctionnement de votre événement :

Deux variantes sont possibles :


Note : les 2 variantes ont un point commun. Elles commenceront toutes les deux par une phase
de récolte des dons de vêtements.
- le troc : tous les vêtements récoltés y sont gratuits, chacun repart avec les vêtements qu’il
souhaite. Les participants peuvent apporter les vêtements à donner jusqu’au jour de
l’événement.
- la friperie : les vêtements récoltés sont vendus à des prix très accessibles (maximum 5€). Les
bénéfices sont reversés à une association agissant dans le domaine de la protection de la
biodiversité.

2ème partie : Sensibilisation et mise en contexte du projet

+ Afin que les enfants prennent conscience du lien existant entre la biodiversité et leurs habits
et donc de leur utilisation quotidienne de la biodiversité, nous vous conseillons d’exploiter la
fiche pédagogique dossier n°4 «la biodiversité nous habille». Elle permettra également de
découvrir que nos achats de vêtements peuvent avoir un impact sur la biodiversité et donc de
comprendre l’utilité de l’organisation d’un événement tel une friperie ou un troc de vêtements
qui évitera le rachat de nouveaux vêtements.

3ème partie : Organisation de la braderie

+ L’enseignant élabore le planning des tâches à effectuer et l’explique à ses élèves. Voici les
tâches principales :
- création des supports de communication (interne et externe) pour lancer l’appel aux dons de
vêtements et communiquer la date de l’événement :
- quand réaliser cette tâche ? 2 mois avant l’événement
- durée de cette tâche ? 1 mois
- collecte et tri des vêtements (et des cintres si besoin)
- quand réaliser cette tâche ? 2 semaines avant l’événement
- durée de cette tâche? 1 semaine
- rassemblement du matériel nécessaire pour l’événement : tables, portants de vestiaire ou
bacs ou cartons.
- quand réaliser cette tâche ? 2 semaines avant l’événement
- durée de cette tâche ? une demi journée

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
Projet 3
OÙ EST LE PAPILLON PRESSÉ ?

Objectif pédagogique : découvrir l’Observatoire des papillons des jardins


Objectif opérationnel : reconnaître et compter les papillons

Contenu réalisé par l’Association :

Les papillons sont aujourd’hui en fort déclin : la moitié des papillons de plaine a disparu entre
1990 et 2005 en Europe ! De même, selon une étude scientifique de Thomas et al., l’Angleterre a
observé un déclin de 71% des populations de papillons sur 20 ans.
Cette baisse de populations de papillons n’est pas sans conséquences.
Ces insectes jouent d’abord le rôle de pollinisateur sauvage et assurent ainsi la reproduction
des plantes. Ils sont complémentaires des abeilles et autres pollinisateurs.
Dans les chaînes alimentaires, ils sont des maillons très importants. Ils servent de nourriture à
de nombreuses espèces comme les mésanges qui nourrissent leurs petits majoritairement
avec des chenilles de papillons.
C’est pourquoi, en 2006, est apparu l’Observatoire des papillons des jardins à l’initiative de
l’association Noé Conservation et du Muséum National d’Histoire Naturelle :
www.noeconservation.org

PUBLIC : A partir de 8 ans

MATÉRIEL :
- poster de l’observatoire (annexe 1) ou fiche d’identification (annexe 2)
- fiche de comptage (annexe 3)
- filet à papillon
- loupe d’observation
- ordinateur à disposition une fois/mois

DURÉE :
Phase de sensibilisation de la population des papillons en déclin : 30 minutes
1ère partie : 30 minutes
2ème partie : 45 minutes
Total : 1h45 (pour le premier comptage)

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°1 (classification des espèces), N°13 (l’ours brun), N°14 (les AMAP)

✤ Animation : N°2 (la chasse aux trésors)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
LIEU : jardin, parc

DÉROULÉ :

1ère partie : Apprendre à reconnaître les papillons de l’Observatoire : présenter le


poster de l’Observatoire (annexe 1) ou la fiche d’identification (annexe 2)

L’Observatoire des Papillons des Jardins a choisi de suivre 28 espèces de papillons.


✤ Interrogez les enfants et attirez leur attention sur les différentes espèces présentes sur le
poster ou la fiche :
- Ont-ils déjà vu ces papillons ? Reconnaissent-ils des papillons sur ce poster ? Savent-ils citer
leurs noms ?
✤ Attirez l’attention sur les noms évocateurs de certains papillons : le Citron et ses ailes jaune-
vert, le Vulcain, nom du dieu romain du feu et son cercle orangé, le Cuivré portant la couleur du
cuivre, ou encore le Robert le diable, dont les ailes découpées rappellent le profil d’un diable
cornu lorsqu’elles sont repliées.
✤ Jouez au ‘jeu de devinettes’ : lisez les descriptions ci-dessous présentant quelques papillons
de l’Observatoire. Les enfants doivent reconnaître le papillon et le citer en s’aidant du poster.

Conseil :

‣ Vous pouvez donner toute la description en une seule fois ou en plusieurs fois, afin de mettre
en évidence les espèces qui peuvent se ressembler, et en laissant les enfants éliminer les
espèces au fur et à mesure.

Devinettes :

• Je suis un papillon allant du vert au jaune. Mes ailes ressemblent étrangement à des
feuilles. Je porte le nom d’un fruit. Je suis ? (le Citron)

• Mes ailes sont orange, et arborent de nombreuses tâches brunes. On me reconnaît


facilement grâce à mes ailes comme découpées. Je suis ? (le Robert le diable)

• Je suis l’un des plus grands papillons. Mes ailes sont jaunes, avec un réseau de veines
noires bien marquées, et une ligne sombre parallèle au bord des ailes. Mes ailes arrière
portent une queue noire et jaune et des taches bleutées. Je suis ? (le Machaon, et non le
Flambé qui porte des zébrures noires caractéristiques, et est souvent plus pâle)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
• Mes ailes sont brunes, avec de nombreuses tâches orangées. Je porte des ocelles (tâches
rondes rappelant des yeux) : un ocelle sur les ailes avant, et trois ocelles sur les ailes
arrières. Je suis ? (le Tircis, et non la Mégère qui est plutôt orange avec des stries brunes
et porte une série de 4 petits ocelles noirs marqués de blanc, disposée en arc sur les ailes
arrière.)

• Je porte fièrement le rouge sur mes ailes, et 4 grands ocelles colorés. Je suis ? (le Paon du
jour)

• Je suis un papillon noir ou brun foncé et blanc, portant une large bande blanche parallèle
aux bord des ailes. Deux ocelles bruns sont présents sur mes ailes avant. Je suis ? (le
Silène)

• Je suis orange et noir, et le bout de mes ailes est noir avec plusieurs tâches blanches. Un
cercle orange sur mes ailes rappelle un cercle de feu. Je suis ? (le Vulcain, et non la Belle
Dame, qui a bien le bout des ailes noires avec des tâches blanches, mais dont les ailes sont
orangées ou rosées, et avec des tâches brunes).

• Je suis un papillon brun-orangé, portant deux ocelles noirs larges et ponctués de points
blancs. Une large bordure sombre est présente sur mes ailes. (l’Amaryllis, et non le Myrtil
ou le Procris, qui ne portent pas cette bande plus sombre, ni le Souci dont les ocelles ne
sont pas ponctués de points blancs)

• Je suis un papillon blanc, pouvant porter des tâches noires, souvent à l’extrémité des ailes.
Je suis ? (la Piéride, et non le Gazé, dont les nervures noires sont très marquées, mais ne
porte pas de tâches noires).

2ème partie : Mise en situation : participer à l’Observatoire des Papillons des Jardins

✤ Distribuez la fiche de comptage de


l’Observatoire (annexe 3) ou vos fiches
de comptage personnalisées
✤ Emmenez les enfants dans un jardin
ou un parc. Privilégiez un endroit
ensoleillé et fleuri (prairie, parterres
de fleurs, zones de friches), où les
papillons vont se poser sur les fleurs
pour butiner, afin que l’observation soit
plus facile (un papillon en vol est plus
difficile à identifier).

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
Conseil :

‣ Pensez à repérer les lieux avant pour ne pas décevoir les enfants. En cas de pluie ou de vent, la
sortie sera compromise, car les papillons ont besoin de soleil qui leur fournit de l’énergie pour
voler
‣ La période la plus favorable pour observer les papillons est de mai à août
‣ Si l’observation reste trop difficile, il est possible d’attraper le papillon avec le filet et de le
placer dans la « boîte loupe » d’observation
‣ Évitez cependant de trop manipuler ou de laisser trop longtemps dans la boîte le papillon
attrapé
‣ Remplissez avec les enfants les fiches de comptage selon les papillons observés

Le principe du comptage :

Il faut noter sur la fiche, pour chaque espèce, le nombre de papillons vus en même temps. Si on
observe plusieurs papillons de la même espèce à des moments différents de la journée ou du
mois, il ne faut pas les additionner, mais les noter en plusieurs observations.

✤ Inscrivez sur le site http://opj.mnhn.fr/ les données issues du comptage de papillons


✤ Chaque mois, on ne saisira sur Internet que le maximum de papillons vus en même temps pour
chaque espèce. Cela permet de ne pas compter deux fois le même papillon.
✤ Les enfants peuvent aussi faire du comptage chez eux, avec leurs parents, en inscrivant leur
jardin, balcon ou un jardin public

POUR PROLONGER L’ANIMATION :


✤ Participez à la préparation de la visite d’une serre aux papillons en élaborant un questionnaire
✤ Photographiez les différentes phases du cycle de vie du papillon ou les papillons dans leur
milieu puis réalisez une exposition dans l’école

En résumé :
- Acquisitions : les enfants auront appris à observer, identifier, compter les papillons de nos
jardins
- Réalisations : suivi de papillons sur plusieurs mois, enregistrement des données sur
Internet, exposition
- Valorisation : les données du comptage seront reprises par le Museum National d’Histoire
Naturelle, présentation de l’exposition aux parents...

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
- campagne de communication (interne et externe) :
- quand réaliser cette tâche ? 3 semaines avant l’événement
- durée de cette tâche ? 3 semaines
- préparation du lieu de l’événement (préparation de la salle, disposition et étiquetage (si option
friperie) des vêtements)
- quand réaliser cette tâche ? la veille de l’événement
- durée de cette tâche ? une journée

+ L’enseignant peut alors former 4 équipes :

- une équipe «création du support de communication interne» : l’idée est de réaliser une mini
exposition (par exemple 2 panneaux muraux) permettant d’expliquer le contexte et l’utilité de
l’événement. Dans le cas de l’organisation d’une friperie et non d’un troc, cette mini exposition
devra aussi de présenter l’association soutenue et ses actions. Cette mini exposition pourra
être utilisée lors du stand de récolte des vêtements mais aussi dans le hall de l’établissement.

- une équipe «création du support de communication externe» : chargée de la réalisation d’une


affiche qui pourra être mise sur les tableaux d’affichage de l’école, à la mairie, chez des
commerçants de la ville...

- une équipe «collecte» : responsable de la collecte et du tri des vêtements (et cintres si besoin).
Pour collecter les vêtements, il est possible de tenir un stand pendant une semaine tous les
matins avant le début des cours. Les parents et enfants peuvent alors y déposer aisément les
vêtements.

- une équipe «ambassadeurs» : ces élèves pourront se rendre dans les autres classes pour
présenter le projet aux autres élèves. Il est possible aussi d’envisager une brève présentation à
la cantine.

Conseils :
+ Il peut être utile d’organiser une réunion avec les parents afin d’expliquer l’utilité du projet.
+ En ce qui concerne le stand de collecte des vêtements, prévoyez qu’un employé de
l’établissement reste avec les enfants pendant toute la durée du stand. Il est aussi possible de
demander ce service à un parent.
+ Dans le cas de l’organisation d’une friperie, vous pouvez choisir de collecter les dons de
vêtements jusqu’au jour de l’événement.
+ Afin d’impliquer davantage les membres de l’équipe «collecte», ces derniers pourraient être
aussi chargés d’effectuer une opération de communication interne. Par exemple, lors d’un
déjeuner à la cantine.
+ Les équipes «collecte» et «ambassadeurs» ne doivent pas être mises à l’écart de la création
des supports de communication. Elles ne manqueront pas de donner leurs avis sur les
différentes propositions des équipes de communication.
+ Organisez bien l’espace de manière à ce que les visiteurs puissent bien circuler.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
+ N’oubliez pas de disposer le jour de l’événement la mini-exposition.
+ Après l’événement, il est important de tenir informé les participants des suites du bilan du
projet : combien de vêtements avaient été récoltés, combien ont trouvé un nouveau
propriétaire, quelle somme d’argent a été récoltée pour l’association soutenue (cas d’une
friperie).
+ En ce qui concerne les vêtements donnés mais qui n’ont pas trouvé de repreneurs, il est
possible d’en faire don à la Croix Rouge, ou au Secours Populaire, par exemple.

POUR PROLONGER L’ANIMATION :


+ Pourquoi ne pas organiser un troc ou une braderie plus généraliste, toujours basée sur le don,
et permettant d’acheter n’importe quel objet, au bénéfice d’une association agissant pour la
préservation de la biodiversité.

En résumé :
- Acquisitions : les enfants auront acquis des connaissances sur les thématiques liées à des
habitudes vestimentaires responsables, et développé des compétences en termes de
présentation et d’argumentation orales.
- Réalisations : des mini expositions,et des affiches auront été réalisées.
- Valorisation : les mini expositions et les affiches du projet peuvent être affichées dans la
classe et dans le hall de l’école. Chaque visiteur de l’événement participe à la valorisation
de votre initiative.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Observatoire
Les papillons
des
des
papillons
Jardins d e l ’ O b s e rva t o i r e
en partenariat
avec

Lycènes bleus ici, Polyommatus icarus Machaons ici, Papilio machaon


Taille 30-35 mm. Dessus des ailes bleu chez le mâle, et brun Taille 80-90 mm. Ailes jaunes avec des dessins noirs réguliers.
sombre bordé de points oranges chez la femelle. Dessous brun Ailes arrière prolongées par une queue et bordées de plusieurs
clair chez les deux, avec des points noirs cerclés de blanc, et taches bleues et d’une tache rouge orangé.
bordé de points noirs et orange. Chenille : trèfle, luzerne, etc. Chenille : carotte, fenouil.

Aurores ici, Anthocharis cardamines Cuivré Lycaena phlaeas


Taille 40-50 mm. Mâle blanc crème avec deux grosses taches Taille 25 mm. Ailes avant orange vif, avec des taches noires et
orange vif au bout des ailes avant. Femelle ressemblant aux une bordure brune, et ailes arrière marron, bordées d’orange vif.
Piérides mais avec le dessous des ailes blanc marbré de vert. Dessous identique mais en beaucoup plus pâle.
Chenille : crucifères sauvages (choux, carottes). Chenille : oseille, renouée.

Demi-deuils ici, Melanargia galathea Hespérides orangées ici, Thymelicus sylvestris


Taille 50-60 mm (femelle un peu plus grande). Les ailes ont le Taille 25-30 mm. Petit papillon au corps trapu et aux ailes
même aspect sur les deux faces : un fond blanc marqué de taches orange, avec une fine bordure noire sur le bord.
noires en aspect de damier. Chenille : graminées.
Chenille : graminées.

Gazé Aporia crataegi Procris Coenonympha pamphilus


Taille 60 mm. Les deux faces des ailes sont identiques : blanc Taille 28-30 mm. Ailes orange marquées d’un petit ocelle noir
presque translucide, avec des nervures noires très visibles. sur l’aile avant. Dessous orange sur les ailes avant, avec un ocelle
Chenille : aubépine, prunellier. noir, et gris sur les ailes arrière.
Chenille : graminées.

Piérides blanches ici, Pieris rapae Amaryllis ici, Pyronia tithonus


Taille 50-60 mm. Ailes blanches avec un ou deux points noirs Taille 35-45 mm (femelle plus grande). Dessus des ailes orangé

www.noeconservation.org
et une bordure sombre plus ou moins marquée au bout de l’aile avec une large bordure brune régulière sur le bord, se poursuivant
avant. Dessous blanc jaunâtre avec des nervures plus ou moins parfois le long du corps, et un ocelle noir avec deux points blancs
marquées. sur l’aile avant. Chenille : graminées.
Chenille : crucifères sauvages et cultivées (choux, colza).

Citrons ici, Gonepteryx rhamni Belle-dame Vanessa cardui


Taille 50-60 mm. Uniformément jaune vif chez le mâle et blanc Taille 60-65 mm. Dessus des ailes orange avec des taches
verdâtre chez la femelle, les ailes se terminant en pointe. Dans le noires. Bordure des ailes avant noire avec des taches blanches.
sud, le mâle du Citron de Provence porte une large tache orange Dessous des ailes arrière brun clair, avec des marbrures beiges
sur les ailes avant. Chenille : nerprun et bourdaine. et blanches. Ailes avant orange ponctuées de noir et de blanc,
comme sur le dessus. Chenille : chardon, ortie, etc.
Flambés ici, Iphiclides podalirius Petites tortues ici, Aglais urticae
Taille 70-90 mm. Ailes jaune pâle, avec zébrures noires. Ailes Taille 42-45 mm. Dessus des ailes orange avec des taches noires
arrière portant une longue queue noire terminée de blanc et des et jaunes caractéristiques sur l’aile avant, et une bordure noire
marques bleutées en forme de demi-lune. ornée de taches bleues. Dessous des ailes brun foncé.
Chenille : prunellier. Chenille : ortie.
Observatoire

des
des
papillons
Jardins
en partenariat
avec avec le soutien de :

Robert-le-diable ici, Polygonia c-album Hespérides tachetées ici, Pyrgus malvae


Taille 45-50 mm. Ailes orange parsemées de taches noires, au Taille 25 mm. Le dessus des ailes est brun-noir avec de petites
pourtour irrégulièrement découpé. Dessous des ailes de couleur taches blanches qui donnent à l’extrémité des ailes un aspect
chamois (1ère génération) ou bien franchement marron frangé. Son corps est « trapu » et son vol saccadé.
(2e génération). Chenille : ortie, houblon, saule, orme. Chenille : potentille, ronce, mauve, etc.

Souci Colias croceus Mégères ici, Lasiommata megera


Taille 50-55 mm. Dessus du mâle jaune orangé, et de la femelle Taille 45-50 mm. Le dessus des ailes est fauve avec des stries
orangé, blanchâtre ou grisâtre, toujours largement bordé de noir. brunes, avec sur les ailes avant un gros ocelle noir marqué d’une
Point orange sur les ailes arrière. Dessous jaunâtre avec un point seule tache blanche, et sur les ailes arrière un arc de petits ocelles
noir sur les ailes avant et un large point blanc bordé de roux chez noirs marqués de blanc.
le mâle sur les ailes arrière. Chenille : luzerne, trèfle. Chenille : graminées.
Tabac d’Espagne Argynnis paphia Moro-sphinx Macroglossum stellatarum
Taille 60-65 mm. Dessus des ailes orange vif, marqué de points Taille 55-80 mm. Corps très trapu et ailes brun gris et orange,
noirs, et de lignes noires chez le mâle uniquement. Dessous de mais presque invisibles à cause des battements très rapides.
l’aile avant orangé et celui de l’aile arrière verdâtre avec des Rarement posé, il butine en vol sur place grâce à sa longue
zébrures argentées. trompe, ce qui lui donne une allure d’oiseau-mouche.
Chenille : violettes. Chenille : gaillet, argousier, stellaires, aspérules, etc.
Paon du jour Inachis io Myrtil Maniola jurtina
Taille 55-65 mm. Dessus des ailes rouge, avec au bout de chaque Taille 50-55 mm (femelle un peu plus grande). Mâle brun foncé
aile un grand ocelle bleu, rouge et jaune. Dessous des ailes avec un petit ocelle sur l’aile avant. Femelle brun clair avec une
semblant l’inverse du dessus, sombre et marbré de brun. zone orangée marquée d’un ocelle noir bien visible. Dessous des
Chenille : ortie. ailes brun clair avec une zone orangée à ocelle noir à l’avant.
Chenille : graminées.
Vulcain Vanessa atalanta Tircis Pararge aegeria
Taille 60-65 mm. Dessus noir avec une large bande rouge orangé Taille 35-45 mm (femelle un peu plus grande). Dessus orangé

www.noeconservation.org
sur chaque aile, et des taches blanches au bout des ailes avant. à brun, marqué de multiples taches fauves formant comme un
Dessous marron marbré. vitrail, plus lumineux chez la femelle. Un ocelle noir marqué de
Chenille : ortie. blanc à l’extrémité de l’aile avant, et trois ocelles noirs placés en
arc sur l’aile arrière. Chenille : graminées.
Argus verts ici, Callophrys rubi Sylvains ici, Limenitis reducta
Taille 25-30 mm. Dessus des ailes brun mais dessous d’un vert Taille 45-50 mm. Dessus des ailes noirâtre, avec une épaisse
métallique caractéristique, avec une petite ligne blanche en bande de taches blanches sur les ailes arrière et des taches
pointillés, surtout visible sur l’aile arrière. blanches sur les ailes avant, avec parfois des reflets bleus chez
Chenille : ronce, ajonc, bruyère, houx, chêne, etc. le Sylvain azuré. Dessous des ailes blanc et brun orangé, orné de
taches blanches sur les ailes avant. Chenille : chèvrefeuille.

Brun des pélargoniums Cacyreus marshalli Silène Brintesia circe


Taille 18-27 mm. Dessus des ailes brun sombre avec une fine Taille 60-70 mm. Dessus noirâtre, avec une bande blanche sur
bordure noire piquetée de blanc, terminées par une fine queue sur les ailes arrière, discontinue sur les ailes avant, avec un petit
l’aile arrière avec un petit ocelle noir à la base. Dessous gris-brun ocelle noir sur la première tache blanche des ailes avant. Dessous
marbré de bandes sombres. des ailes marron marbré de gris-brun, avec bande blanche sur
Chenille : pélargonium. les ailes arrière et ocelle noir cerné de blanc sur les ailes avant.
Chenille : graminées.
9ZheVe^aadchYZidjiZhaZhXdjaZjgh
Observe et reconnais les papillons
(Sur ce poster ils sont représentés à taille réelle)

,E#ITRON

,E&LAMBm

,E3ILnNE ,E-ACHAON
,A"ELLE DAME
,E$EMI DEUIL

,E3YLVAIN
,§(ESPmRIEDELAMAUVE
GROUPEDES(ESPmRIDESTACHETmES

,E-YRTIL
,§!URORE ,E'AZm ,A0ImRIDEDELARAVE
,E2OBERT LE DIABLE
,E3OUCI GROUPEDES0ImRIDESBLANCHES

,§!MARYLLIS

,A-mGnRE
,E4IRCIS DESSUS DESSOUS
,E0ROCRIS
,§!RGUSVERT
,§(ESPmRIEDELAHOUQUE ,E#UIVRm
GROUPEDES(ESPmRIDESORANGmES
0HOTOSˆ9ANN"AILLET ˆ'RmGORY'UICHERD)LLUSTRATIONS2OBIN

,E4ABACD§%SPAGNE
,E-ORO SPHINX

,E6ULCAIN
DESSOUS DESSUS
,§!RGUSBLEU ,A0ETITETORTUE
GROUPEDES,YCnNESBLEUS ,E0AONDUJOUR
,E"RUNDESPmLARGONIUMS 93-PROMO-Q

.OUSIMAGINONSNOSPARCSDmPARTEMENTAUXPOURQUELESPAPILLONSAUSSISESENTENTBIENEN3EINE 3AINT $ENIS 5NEOPmRATIONDE ENPARTENARIATAVEC !VECLESOUTIENDE


8dbbZciVhZeVhhZ4

JchjeZgedhiZg
!VECL§AIDED§UNADULTE INSCRIS TOIGRATUITEMENT
SURLESITE7EBDE.Om#ONSERVATION
WWWNOECONSERVATIONORG
#HOISISUNJARDINOUUNPARCPRnSDECHEZTOI edjgegdi‚\ZgaZheVe^aadch
<g}XZ|XZedhiZg!
'RhCEgCEPOSTERETAUXPAGESD§IDENTIFICATION
QUETUPEUXTmLmCHARGERSURLESITE
IDENTIFIELESPAPILLONSETCOMPTE LES
.OTECEQUETUASVUETUNEFOISPARMOIS
RECOPIETESOBSERVATIONSSURLESITEDE.Om#ONSERVATION
VeegZcYh|gZXdccVˆigZ
-AINTENANT gTOIDEJOUER aZheVe^aadch#
:ieVgi^X^eZ|aÉDWhZgkVid^gZ
YZhEVe^aadchYZh?VgY^ch#

)LLUSTRATIONS9VES#ALARNOU

ENPARTENARIATAVEC
La FICHE D E CO M P TAG E
d e l ’ O B S E RVATO I R E d e s
PA P ILLO N S d e s JA R D I N S
en partenariat avec :

J ar din : ....................... Mois : ................... .


Fréquence d’observation : ts les jours ou presque • 1 ou qq fois / semaine • 1 ou qq fois / mois
Le tableau ci-dessous est un aide mémoire pour vos comptages. Notez pour chaque espèce le nombre de papillons vus en même temps.

Lycènes bleus Robert-le-diable

Aurores Souci

www.noeconservation.org
Demi-deuils Tabac d’Espagne

Gazé Paon du jour

Piérides blanches Vulcain


Les papillons de l’Observatoire

Bon comptage !
Citrons Argus verts

Flambés Brun des pélargoniums

Conservez cette fiche jusqu’à la saisie en ligne de vos données. À la fin du mois, ne saisissez
en ligne que le nombre maximum de papillons observés en même temps pour chaque espèce.
Machaons Hespérides tachetées

Cuivré Mégères

Hespérides orangées Moro-sphinx

Procris Myrtil

Amaryllis Tircis

Belle-dame Sylvains

Petites tortues Silène

Autres espèces de papillons observées

des
Observatoire
des
papillons avec le soutien de :
Jardins
Projet 4
UN REPAS RESPONSABLE

Objectif pédagogique : montrer que nous avons un impact sur la biodiversité


à travers notre alimentation.

Objectif opérationnel : organiser un repas responsable.

Contenu réalisé avec Alterre Bourgogne

Dans un repas tout ou presque provient de la biodiversité. Autant d’étapes sur lesquelles nous
pouvons intervenir si nous voulons limiter notre impact sur la biodiversité. Comment faire ?
Organisons un repas responsable !

PUBLIC : à partir de 10 ans

MATÉRIEL :

- un tableau «enquête sur le plat préparé» (annexe)


- grandes feuilles épaisses pour réaliser les mini exposés
- du papier recyclé (ou certifié FSC ou PEFC : issu de forêts gérées durablement) pour
l’impression des affiches et menus.
- les emballages des aliments consommés

DURÉE :
- La phase de sensibilisation : 3 ou 4 séances d’une heure
- L’organisation du repas : s’y prendre 4 mois à l’avance
- Le repas : le temps d’un midi + temps d’échanges

LIEU : une salle de classe (phase théorique), un espace de la cantine (pour le repas), ou des
locaux extérieurs à l’école (si partenariat avec un centre de loisir).

Liens fiches :
✤ Dossiers : N°14 (les AMAPs, l’importance de la consommation de fruits et de légumes

locaux et de saison grâce aux AMAP)


✤ Animations : N°13 (jeu sur la consommation de fruits et légumes locaux et de saison)

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
1
DÉROULÉ :

1ère partie : Séance de sensibilisation sur le lien entre la biodiversité et notre alimentation :
L’objectif de cette séance est de faire réaliser aux enfants à quel point notre alimentation est
liée à la biodiversité. Tout ce que nous mangeons, ou presque, provient de la biodiversité. Or,
cette séance permettra aux enfants de réaliser que leurs choix alimentaires ont des impacts
plus ou moins importants sur la biodiversité.

+ Répartissez les enfants en petits groupes, faites choisir une


question à chaque groupe (la recherche peut être effectuée à la
maison ou en classe). Les questions ci-dessous sont des propositions,
vous pouvez les préciser à votre guise, et demander aux enfants de
réaliser des mini exposés sous la forme de panneaux muraux :
ouard Pech et eau
Photo © Ed

- En général, où sont produits les aliments que nous mangeons ? S’ils viennent de loin,
comment sont-ils transportés ?
- Qu’est-ce-qu’un produit local ? (cf. fiches dossier 14
sur les AMAP et animation 13 sur le jeu des fruits et
des légumes).
- Qu’est-ce-qu’un produit de saison ? (cf. fiches
dossier 14 sur les AMAP et animation 13 sur le jeu
des fruits et des légumes).
- Qu’est-ce-qu’un produit issu de l’agriculture
biologique ?
- Penses-tu manger des espèces animales en Photo © Edouard
Pecheteau
danger ? (cf. fiche dossier 10 sur la morue et la
surpêche)
- Qu’est-ce qu’un produit issu de la pêche responsable ? (cf. fiche dossier 10 sur la morue
et la surpêche)
- Qu’est-ce-qu’un produit issu du commerce équitable ?
- Quel est le lien entre la consommation de viande et la biodiversité ?

+ Demandez à chaque groupe de présenter son mini exposé, puis recueillez les remarques des
autres enfants.
+ Demandez aux enfants comment réaliser un repas en limitant un maximum notre impact sur
l’environnement et donc la biodiversité.
+ Concevez avec les enfants le menu d’un repas complet (entrée, plat et dessert) qui respecte
le mieux possible la biodiversité.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
2
+ Organisez une séance en salle informatique pour taper et mettre en page sur ordinateur le
repas de votre menu responsable. Utilisez du papier recyclé ou certifié (FSC ou PEFC) afin
d’imprimer le menu.

+ Ce menu de «repas responsable» pourra être élaboré, à titre privé,


par chaque enfant avec ses parents ou alors dans le cadre de
l’établissement (cf. 2ème partie ci-dessous).

Pe cheteau
Photo © Edouard

+ Ce menu respectera les idées suivantes :


- Je privilégie des fruits et des légumes locaux et de saison, voire issus de l’agriculture
biologique.
- Si je mange du poisson, j’évite d’acheter des espèces en danger.
- J’évite une consommation excessive de viande.
- J’évite les emballages individuels, qui génèrent beaucoup de déchets.
- En ce qui concerne des produits qu’on ne cultive pas en France (ex. le cacao), je
privilégie des produits issus du commerce équitable.
+ Vous pouvez aussi réaliser avec les enfants une affiche afin de présenter votre initiative au
reste de l’établissement.

2ème partie : Organisation du repas responsable :


Selon votre établissement (public ou privé), et selon le
fonctionnement de votre commune, l’organisation de ce repas
va nécessiter la collaboration avec certains partenaires pour
l’approvisionnement des produits nécessaires à l’élaboration
de votre menu.
+ Choisissez le type de repas responsable que vous souhaitez
organiser :
Photo © Edouard
- un goûter responsable Pecheteau
- un repas complet responsable pour votre groupe
- un repas responsable pour l’ensemble des élèves du cycle de votre groupe (ex. tous les
cycles 2 de l’école).
- un repas responsable pour l’ensemble des élèves de l’établissement.
+ Fixer une date pour l’événement. Nous vous conseillons de fixer cette date 4 mois avant
l’événement.
+ Identifiez et prenez contact avec vos partenaires pour organiser votre repas :
- Contactez le service de restauration centrale de la ville, si votre établissement en
dépend. C’est avec eux que vous organiserez l’approvisionnement des produits dont
vous aurez besoin.

Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
3
- Contactez le personnel de cantine afin de leur proposer de participer à l’organisation
de ce repas responsable.
- Contactez votre mairie afin de lui présenter le projet, elle
pourrait vous faciliter la mise à disposition du personnel de
cantine nécessaire pour la préparation du repas.

3ème partie : Le jour de l’événement :


+ Les repas seront préparés par votre partenaire lié à la restauration
afin de respecter les normes d’hygiène et de sécurité requises.
+ Préparez avec le personnel de cantine, la salle où le repas sera
partagé.
Oxfam fairtrade
+ Régalez-vous ! ©
+ Remplissez avec votre groupe une fiche «enquête sur le repas
préparé», fournie en annexe. Cette fiche permettra de faire le bilan du repas et d’évaluer son
impact sur l’environnement et la biodiversité.

POUR PROLONGER L’ANIMATION :


+ L’organisation de ce repas responsable peut aussi être l’occasion d’aborder des questions de
nutrition et des AJR (Apports Journaliers Recommandés), eh oui, c’est bien la biodiversité qui
nous fournit l’énergie dont nous avons besoin pour vivre !
+ L’organisation de ce repas responsable permettra également d’aborder la question du
commerce équitable. L’homme fait partie de la biodiversité. Le commerce équitable, en
assurant une juste rémunération au producteur et en garantissant des conditions de travail
décentes aux travailleurs, va dans le sens de la préservation de la biodiversité !
+ À la découverte des dessous de la cantine : suite à votre prise de contact avec le service de
restauration, il sera peut être possible d’organiser une visite du service de restauration
centrale ou des cuisines de votre établissement.

En résumé :
- Acquisitions : les enfants auront acquis des connaissances sur les thématiques liées à une
alimentation responsable.
- Réalisations : des mini-expositions sur les thèmes de l’alimentation responsable, le menu
du repas responsable, une affiche de présentation de leur projet, des fiches «enquête»
pour faire le bilan sur le repas réalisé.
- Valorisation : les mini-expositions et l’affiche de présentation du projet peuvent être
placées dans la classe ou dans le hall de l’école. Les menus sont transmis aux parents et
affichés dans l’établissement.

Les photos sont des créations de Quinoé, un restaurant qui


tient à offrir une alimentation responsable à ses visiteurs
et qui est cohérent dans sa démarche jusqu'au savon bio
dans les WC et les factures imprimées sur du papier FSC !
Envie de découvrir leur démarche ? C’est au 59 rue des
Mathurins 75008 Paris, Métro Saint-Augustin (ligne 9)
http://www.quinoe.com
Document réalisé par l’association e-graine pour sa mallette pédagogique “Le développement durable et moi :
la biodiversité”. Reproduction et utilisation libres de droit. www.e-graine.org
4
Enquête sur le repas préparé n°
Nom du plat Ingrédients (sauf les Provenance Emballages
épices!)
Pays d’origine kilomètres Recyclables Non recyclables
parcourus

Entrée ......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................


......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................
......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................
......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................
......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................
......................................... ............................ .................................. .................................. ..................................

Plat de résistance ......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................


......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................
......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................
......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................
......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................
......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................

Fromage ......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................


......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................
......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................

Dessert ......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................


......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................
......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................
......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................
......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................
......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................
......................................... ............................ ................................... ................................... ...................................
............................ . . .
...................... ................................... ................................... ...................................
............................ ...... ...... ......
.............
Enquête sur le repas préparé n°
SYNTHESE Classement des 3 <100 km nombre d’emballages nombre d’emballages
pays les plus cités < 300 km recyclables non recyclables
(à remplir avec 1.............................. < 500 km
l’enseignant ou 2............................. < 1000 km
l’animateur) 3............................... > 1000 km

Mes commentaires ..............................................................................................................................................................................................


personnels ..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................