Vous êtes sur la page 1sur 124

PFE ENIT 2008

Sommaire
INTRODUCTION..................................................................................................................................7
Chapitre 1 : Présentation du projet, conception et caractéristiques des matériaux........................8
I. Présentation du projet...................................................................................................................8
II. Conception de la structure............................................................................................................9
III. Problèmes rencontrés et solutions..........................................................................................11
1. Sous sol....................................................................................................................................11
2. RDC et Mezzanine....................................................................................................................11
3. Etages courants........................................................................................................................12
IV. Les caractéristiques des matériaux et les hypothèses de calcul.............................................12
1. Les caractéristiques fondamentales du béton........................................................................12
2. Les caractéristiques fondamentales de l’acier........................................................................13
3. Les hypothèses de calcul..........................................................................................................14
V. Les Planchers à corps creux.........................................................................................................15
1. Présentation............................................................................................................................15
2. Evaluation des charges..........................................................................................................15
Chapitre 2 :  Modélisation par ARCHE Ossature.............................................................................17
1. Présentation du logiciel utilisé................................................................................................17
2. Modélisation............................................................................................................................17
3. Calcul de la descente de charges.............................................................................................19
4. Principe de vérification des calculs..........................................................................................19
5. Module poutre.........................................................................................................................19
6. Module poteau........................................................................................................................19
7. Module semelle.......................................................................................................................20
8. Module Longrine......................................................................................................................20
Chapitre 3 :  Etude du contreventement.........................................................................................21
1. Introduction.............................................................................................................................21
2. Action du vent..........................................................................................................................21
3. Méthode du centre de torsion.................................................................................................26
4. Distribution des sollicitations d’ensemble par la méthode du centre de torsion..................30
5. Conclusion................................................................................................................................34

CHAIBI&JENZRI
1
PFE ENIT 2008

Chapitre 4 : Etude d’une dalle pleine................................................................................................35


I. Etude d’une dalle pleine..............................................................................................................35
II. Méthode de calcul......................................................................................................................35
1. Dimensionnement...................................................................................................................35
2. Sollicitations.............................................................................................................................36
3. Ferraillages...............................................................................................................................37
4. Effort tranchant........................................................................................................................38
III. Calcul d’un panneau de dalle...................................................................................................39
1. Dimensionnement de la dalle..................................................................................................39
2. Sollicitations.............................................................................................................................40
3. Armatures longitudinales........................................................................................................41
4. Effort tranchant........................................................................................................................44
5. Arrêt des barres.......................................................................................................................44
6. Plans de ferraillage..................................................................................................................45
Chapitre 5 : Etude des poutres et des nervures...............................................................................47
1. Méthode de calcul...................................................................................................................47
2. Moments maximaux sur appuis..............................................................................................48
3. Moments en travées................................................................................................................54
4. Détermination des efforts tranchants maximaux...................................................................58
5. Armatures longitudinales........................................................................................................59
6. Armatures transversales..........................................................................................................63
7. Plan de ferraillage....................................................................................................................65
Chapitre 6 : Etude des poteaux..........................................................................................................69
1. Introduction ...........................................................................................................................69
2. Hypothèses..............................................................................................................................69
3. Exemple de calcul d’un poteau rectangulaire.......................................................................69
4. Exemple détaillé de calcul d’un poteau circulaire P8..........................................................73
5. Ferraillage...............................................................................................................................76
Chapitre 7 : Etude des escaliers.........................................................................................................78
1. Terminologie...........................................................................................................................78
2. Vue en plan de l’escalier.........................................................................................................79
3. Prédimensionnement de l’épaisseur de la dalle....................................................................80

CHAIBI&JENZRI
2
PFE ENIT 2008

4. Détermination des charges.....................................................................................................80


5. Calcul des sollicitations..........................................................................................................82
6. Vérification et calcul des aciers.............................................................................................82
7. Ferraillage...............................................................................................................................83
Chapitre 8 : Etude des fondations.....................................................................................................84
1. Généralités ..............................................................................................................................84
2. Désignations.............................................................................................................................85
3. Exemple de calcul....................................................................................................................85
4. Semelle rigide sous mur soumise à une charge verticale centrée..........................................88
5. Les longrines............................................................................................................................91
Chapitre 9 : Etude des acrotères........................................................................................................94
1. Introduction ...........................................................................................................................94
2. Acrotère sur mur....................................................................................................................94
3. Acrotère sur joint...................................................................................................................94
4. Ferraillage...............................................................................................................................95
Chapitre 10 : Etude d’une poutre courbe..........................................................................................96
1. Présentation et modèle de calcul............................................................................................96
2. Chargement de la poutre........................................................................................................97
3. Méthode de calcul des poutres continues circulaires uniformément chargées [6]............97
4. Calcul du moment fléchissant en travée................................................................................98
5. Calcul de l’effort tranchant en travée...................................................................................98
6. Calcul du couple de torsion en travée...................................................................................98
7. Tableau de résultats................................................................................................................99
8. Travée P0-P1 ........................................................................................................................100
9. Travée P1-P2 ........................................................................................................................104
Chapitre 11 :  Etude d’un mur voile...............................................................................................109
1. Présentation et modèle de calcul..........................................................................................109
2. Les sollicitations.....................................................................................................................111
3. Le ferraillage..........................................................................................................................112
Chapitre 12 : Estimation du coût du lot structure..........................................................................117
CONCLUSION......................................................................................................................................118
Bibliographie......................................................................................................................................119

CHAIBI&JENZRI
3
PFE ENIT 2008

CHAIBI&JENZRI
4
PFE ENIT 2008

Liste des figures

Figure 1. Façade latérale de l’ouvrage......................................................................................................................9


Figure 2. Exemple d’utilisation d’une poutre plate.................................................................................................11
Figure 3. Modélisation 3D du bloc A......................................................................................................................18
Figure 4.Modélisation 3D du bloc B.......................................................................................................................18
Figure 5.Modélisation de l’immeuble.....................................................................................................................23
Figure 6.Diagrammes de Tn pour les vents 1 et 2...................................................................................................25
Figure 7.Eléments de définition d’un voile.............................................................................................................27
Figure 8.Résultantes P et Q.....................................................................................................................................28
Figure 9.Angle δ......................................................................................................................................................28
Figure 10. Résultante P...........................................................................................................................................29
Figure 11.Distances rxi et ryi.....................................................................................................................................29
Figure 12.Caractéristiques géométriques des voiles de contreventement...............................................................30
Figure 13.Caractéristiques de la dalle.....................................................................................................................35
Figure 14.Moments à prendre en compte................................................................................................................36
Figure 15.Moments pour une dalle continue...........................................................................................................37
Figure 16.Arrêt des barres.......................................................................................................................................39
Figure 17.Panneau de dalle.....................................................................................................................................39
Figure 18.Aciers de la nappe inférieure..................................................................................................................45
Figure 19.Aciers de la nappe supérieure.................................................................................................................46
Figure 20.Caractéristiques de la nervure.................................................................................................................47
Figure 22.Cas de chargement 1...............................................................................................................................49
Figure 23.Cas de chargement 1...............................................................................................................................50
Figure 24.Cas de chargement 2...............................................................................................................................50
Figure 25.Cas de chargement2................................................................................................................................51
Figure 26.Cas de chargement 3...............................................................................................................................51
Figure 27.Cas de chargement 4...............................................................................................................................52
Figure 28.Portées des travées..................................................................................................................................54
Figure 29.Efforts tranchants sur appuis..................................................................................................................58
Figure 30.Diagramme des efforts tranchants sur appuis.........................................................................................59
Figure 31.Ferraillage de la nervure hyperstatique...................................................................................................65
Figure 33.FerraillageT2...........................................................................................................................................67
Figure 34.FerraillageT3...........................................................................................................................................68
Figure 35.Caractéristiques de la section..................................................................................................................70
Figure 36.Ferraillage poteau...................................................................................................................................72
Figure 37.Détail de ferraillage d’un poteau type P6...............................................................................................73
Figure 38.Détail de ferraillage du poteau................................................................................................................75
Figure 39.Détail de ferraillage du poteau................................................................................................................76
Figure 40.Détail de ferraillage du poteau circulaire................................................................................................77
Figure 41.Coupe d’une volée escalier.....................................................................................................................78
Figure 42.Vue en plan de l’escalier.........................................................................................................................79
Figure 43.Coupe des volées d’escalier....................................................................................................................80
Figure 44.Charge sur escalier..................................................................................................................................81
Figure 45.Détail de ferraillage de l’escalier............................................................................................................83
Figure 46.Ferraillage de la semelle.........................................................................................................................88
Figure 48.Ferraillage de la semelle sous mur..........................................................................................................90
Figure 49.Ferraillage de la semelle sous mur voile.................................................................................................90
Figure 50.Caractéristiques de la longrine................................................................................................................91
Figure 51.Ferraillage manuel..................................................................................................................................92
Figure 52.Ferraillage ARCHE................................................................................................................................93
Figure 53.Détail acrotère sur mur...........................................................................................................................95
Figure 54.Détail acrotère sur joint..........................................................................................................................95
Figure 55.Caractéristiques de la poutre...................................................................................................................96
Figure 56.Modélisation de la poutre.......................................................................................................................97
Figure 57.Section équivalente...............................................................................................................................100
Figure 58.Ferraillage T1........................................................................................................................................104

CHAIBI&JENZRI
5
PFE ENIT 2008

Figure 59.Ferraillage T2........................................................................................................................................108


Figure 60.Dimensions du voile.............................................................................................................................109
Figure 61.Modèle de calcul...................................................................................................................................110
Figure 62.Moment fléchissant à l’ELS, Ms (kN.m/ml).....................................................................................111
Figure 63.Effort tranchant à l’ELS, Vs (KN/ml)................................................................................................111
Figure 64.Effort normal à l’ELS, Ns (kN)........................................................................................................112
Figure 65.Ferraillage d’un mètre linéaire de voile................................................................................................116

CHAIBI&JENZRI
6
PFE ENIT 2008

Liste des tableaux

Tableau 1.Charges permanentes pour planchers.....................................................................................................16


Tableau 2.Charges permanentes des murs..............................................................................................................16
Tableau 3.Détermination des coefficients pour le vent 1........................................................................................23
Tableau 4.Détermination de Tn pour le vent1........................................................................................................24
Tableau 5.Détermination des coefficients pour le vent 2........................................................................................24
Tableau 6.Détermination de Tn pour le vent2........................................................................................................25
Tableau 7.Détermination des moments...................................................................................................................26
Tableau 8.caractéristiques du voile.........................................................................................................................30
Tableau 9 .Détails de calcul....................................................................................................................................31
Tableau 10.Détermination du moment....................................................................................................................32
Tableau 11.Efforts dus à la translation....................................................................................................................33
Tableau 12.Efforts dans les voiles..........................................................................................................................34
Tableau 13.Récapitulatif des moments...................................................................................................................53
Tableau14.Moments en travées...............................................................................................................................58
Tableau 15. Comparaison entre calcul manuel et calcul ARCHE..........................................................................65
Tableau 16.Récapitulatif des résultats.....................................................................................................................99
Tableau 17.Coût unitaire et coût global................................................................................................................117

CHAIBI&JENZRI
7
PFE ENIT 2008

INTRODUCTION

Le présent travail s’inscrit dans le cadre du projet de fin d’études. Il est consacré à la
conception et au calcul des structures et des fondations en béton armé d’un immeuble (sous
sol+RDC + 5étages).
Un projet de conception et de calcul des structures en béton armé est indispensable afin
d’acquérir une méthode de travail et de confronter les difficultés qui peuvent rencontrer
l’ingénieur lors de l’étude d’un projet réel, aussi bien au niveau de la conception qu’au
niveau du calcul.
Le travail demandé consiste à étudier tous les éléments du bâtiment .En effet, on a
commencé par proposer une conception de l’ossature en béton armé (plans de coffrage) puis
étudier le contreventement du bâtiment et enfin calculer tous les éléments de l’ossature.
D’autre part nous avons tenu à respecter au maximum les aspects de sécurité et les
aspects économiques.
Pour le calcul du ferraillage des éléments de la structure, nous avons utilisé le logiciel
« ARCHE 14.1 » .Nous avons tenu à vérifier le calcul des ferraillages effectués manuellement
pour quelques exemples types.

Les parties principales du projet sont présentées ci-dessous:


 Le premier chapitre vise à donner une idée architecturale et structurale, Les
caractéristiques des matériaux et l’évaluation des charges.
 Les autres chapitres sont consacrés au calcul des éléments de la structure.

CHAIBI&JENZRI
8
PFE ENIT 2008

Chapitre 1 : Présentation du projet, conception et caractéristiques


des matériaux 

I. Présentation du projet 

Le projet concerne l’étude de la structure en béton armé d’un immeuble situé à Sousse ; zone
touristique. L’élévation de ce bâtiment est de 23.2 mètres et son emprise est de forme
rectangulaire. Il est composé de :

 Sous sol avec une hauteur sous plafond (HSP) de 3m.


 RDC avec une HSP de 3.2 m.
 Mezzanine avec une HSP de 3.2 m.
 Cinq étages courants avec une HSP de 2.8 m.

L’immeuble comporte un joint de dilatation de deux centimètres d’épaisseur, ce joint


débute à partir du RDC, jusqu’au Mezzanine. D’autre part, il comporte deux terrasses
couvertes au niveau du RDC et de la Mezzanine. Il comporte aussi un ascenseur qui relit
le sous-sol aux autres étages.
L’espace couvert du projet est marqué par des usages différents à dominance bureautique
(Voir plans d’architecture).
L’immeuble se compose de deux blocs : bloc A et bloc B séparés par un joint de
dilatation.
On présente ci-dessous la fonctionnalité des différents étages :
 Sous sol : composé d’un parking de 18 places, un vestiaire, un bureau et une salle
de préparation.

 RDC : comprend une cafeteria, un café maure, un dépôt, une pâtisserie glacerie et
un poste transformateur.

 Mezzanine : comporte une cafeteria, un dépôt, un café internet et un café.

 5 étages identiques : composés par des bureaux et des salles d’attentes

CHAIBI&JENZRI
9
PFE ENIT 2008

La figure ci-dessous, présente la façade latérale de l’immeuble :

Figure 1. Façade latérale de l’ouvrage

II. Conception de la structure 

La conception consiste à proposer une solution structurale adéquate afin de concrétiser les
contraintes architecturales ; elle détermine la nature et la disposition des éléments porteurs
verticaux et horizontaux et des fondations.
La conception met en épreuve le savoir-faire de l’ingénieur dans la mesure où elle varie d’un
édifice à l’autre et ne présente pas des règles absolues à suivre. L’expérience de l’ingénieur et
sa réflexion y sont déterminants.
Une bonne conception doit tenir compte, en outre des choix faits par l’architecte, de
l’économie, de la faisabilité et de la fonctionnalité du projet considéré. Pour cela,
l’élaboration de plusieurs variantes avec les études préliminaires correspondantes est
indispensable afin d’en adopter, lors d’une étude comparative, la plus adéquate.
Pour les grands projets l’enjeu économique est énorme. Un choix réfléchi de la conception
pourrait alors présenter des gains importants.

CHAIBI&JENZRI
10
PFE ENIT 2008

Les éléments porteurs à axes horizontaux sont les poutres et les nervures. Ceux à axes
verticaux étant les poteaux et les murs porteurs.
On a essayé de prendre en considération les conditions de conception suivantes :
- Éviter d’avoir des poutres traversant les pièces avec des retombées apparentes ce qui
serait esthétiquement inadmissible. Pour cela, on a essayé dans la mesure du possible de
choisir la disposition des poutres de telle façon que les éventuelles retombées soient cachées
dans les cloisons.
- Éviter d’adopter un sens unique pour toutes les nervures (à déconseiller en
prévention d’éventuelles actions sismiques).
- Minimiser les portées des poutres et des nervures.
- Minimiser le nombre des poutres et des poteaux.
- Se conformer aux choix de l’architecte et n’y porter pas de modifications.
Etant donné la bonne capacité portante du sol (la contrainte admissible est égale à 0.2 Mpa),
on a prévu une fondation superficielle sur des semelles isolées.
Les dalles pleines sont utilisées pour réaliser des planchers ayant des formes compliquées,
des planchers qui supportent des charges relativement importantes ou concentrées.
Dans notre projet, on n’a eu recours aux dalles pleines que quand il est difficile de choisir la
solution plancher traditionnel à corps creux.
Les cages d’ascenseurs ont été dimensionnées pour résister à l’action du vent. L’étude du
contreventement a pris en compte deux directions du vent. Le dimensionnement des refends a
été alors réalisé pour les cas les plus défavorables.

Les joints de la structure représentent une solution de continuité voulue c’est à dire une
rupture rectiligne ménagée dans un ouvrage pour absorber les différences de mouvement ou
de comportement. Ils sont, en fait, destinés à découper verticalement une construction de
grandes dimensions en plusieurs parties indépendantes en vue de parer d’une part aux retraits
et dilatations thermiques d’autre part aux tassements différentiels des infrastructures.

CHAIBI&JENZRI
11
PFE ENIT 2008

III. Problèmes rencontrés et solutions 


1. Sous sol 
Pour le sous-sol, on doit respecter le plan d’architecture lors de l’emplacement des poteaux
et de conserver le nombre de places des voitures (parking 18 places). On a évité de placer des
poteaux qui nuisent au déplacement ou à l’emplacement des voitures. Cette obligation mène à
l’emploi des poutres et des nervures de grandes portées.
Pour s’en sortir, on a utilisé des planchers à corps creux (19+6) et (25+5).
2. RDC et Mezzanine 
On a des formes particulières des planchers. Il est difficile d’utiliser des planchers à corps
creux. En outre, on a des zones où il faut éviter les retombées des poutres (par exemple
plancher du café maure). Dans ces niveaux, on évite d’ajouter des poteaux qui n’existent pas
au sous-sol pour ne pas obtenir des poteaux implantés sur des poutres.
On a utilisé des dalles pleines, des poutres plates et des planchers à corps creux (19+6) et
(25+5).
On peut citer l’exemple de la poutre plate A26 du plancher mezzanine représentée par la
figure 2. Nous avons utilisé ce type de poutres afin de réduire la retombée qui nuit à
l’esthétique du plafond du café maure.

Figure 2. Exemple d’utilisation d’une poutre plate

CHAIBI&JENZRI
12
PFE ENIT 2008

3. Etages courants 
Pour ne pas avoir des poteaux implantés sur des poutres, il faut éviter d’ajouter des poteaux à
part ceux provenant du RDC et de la mezzanine. En plus, il existe des zones où il faut éviter
les retombées des poutres. Les étages courants comportent des planchers avancés par rapport
aux ceux du RDC et de la mezzanine.
Pour remédier à ces problèmes, on a utilisé des poutres plates, des planchers à corps creux
(19+6) et (25+5) et des portes- à- faux.

IV. Les caractéristiques des matériaux et les hypothèses de calcul 


La référence de cette section est le règlement BAEL91 [1]. En effet nous avons tenu à
suivre les recommandations apportées par ce règlement que ce soit au niveau du
dimensionnement ou au moment du calcul de ferraillage des différents éléments de la
construction en béton armé.
1. Les caractéristiques fondamentales du béton
1.1 Béton pour éléments armés
Pour les éléments armés, le béton est le plus souvent dosé à 350kg / m 3 avec comme liant le
ciment Portland (C.P.A) à dominance de clinker .La résistance caractéristique à la
compression à 28 jours est de 20 Mpa. On retiendra un coefficient partiel de sécurité pour le
béton égal à  b  1.5 . Ainsi peut-on définir les paramètres suivants :
- La résistance caractéristique à la traction du béton à 28 jours :
f t 28  0, 6  0, 06  fc 28  1.8 MPa

- Le module de déformation longitudinale instantanée du béton à 28 jours valable


pour des charges dont la durée d’application est inférieure à 24h:

Ei 28  11000  3 f c 28  11000  3 20  29859 MPa

- Le module de déformation longitudinale différé du béton à 28 jours pour des


charges dont la durée d’application est supérieure à 24h:
E 28  3700  3 f c 28  3700  3 20  10043MPa

- Le coefficient de Poisson
Pour le calcul des sollicitations à l’état limite ultime ELU et à l’état limite de
service ELS, on prend   0 .Pour le calcul des déformations à l’état limite de
service ELS, on prend   0.2  

CHAIBI&JENZRI
13
PFE ENIT 2008

- Le retrait du béton (On supposera l’hypothèse de l’implantation de la


construction dans un climat chaud et sec)
l
 4.010  4
l
- Le coefficient prenant en compte la durée d’application des charges 
  1 si t  24 heures

- Le coefficient d’équivalence 
E
n  s  15
Eb
1.2 Béton pour les couches d’assise de l’infrastructure
1.2.1 Le béton de propreté
Pour ce genre de béton destiné à séparer la semelle du sol d’assise, le béton est le plus
souvent dosé à 200kg / m3 avec comme liant le ciment Portland (C.P.A).
1.2.2 Le gros béton
- Le ciment est dosé à :
250kg / m 3

- La capacité portante du gros béton est:


 gb  0,6 MPa

Avec gb=2300 daN/m3.


2. Les caractéristiques fondamentales de l’acier
2.1 Aciers destinés aux armatures longitudinales
Pour ce type, on prévoira des aciers haute adhérence à nuance FeE400
- La limite d’élasticité garantie :
f e  400 MPa

- Le module d’élasticité :
E s  2.10 5 MPa

- Le coefficient partiel de sécurité des aciers:


 s  1.15 (On ne tiendra pas compte des combinaisons accidentelles).

- Le coefficient de fissuration :
  1 .6

- Le coefficient de scellement :  s  1.5

CHAIBI&JENZRI
14
PFE ENIT 2008

2.2 Aciers destinés aux armatures transversales


Pour ce type, on prévoira des ronds lisses à nuance FeE235
- La limite d’élasticité garantie :
f et  235 MPa
- Le coefficient partiel de sécurité des aciers:
 s  1.15 (On ne tiendra pas compte des combinaisons accidentelles).
- Le coefficient de fissuration :
  1 .0
- Le coefficient de scellement :
 s  1.0

3. Les hypothèses de calcul


Les hypothèses de calcul sont les suivantes :

 Pour le dimensionnement et le ferraillage des éléments de la superstructure :


- L’enrobage des armatures sera égal à 2.5cm.
- La fissuration sera considérée comme peu préjudiciable.
 Pour le dimensionnement et le ferraillage des infrastructures :
- L’enrobage des armatures sera égal à 5cm.
- La fissuration sera considérée comme peu préjudiciable.
- La contrainte ultime du béton armé en compression :

0.85  f c 28 0.85  20
f bu    11.33MPa
b 1.50
- La contrainte ultime des aciers longitudinaux en traction :

f e 400
f ed    348MPa
 s 1.15
- La contrainte limite du béton en compression :

 bc  0.6  fc 28  0.6  20  12 MPa


- Les coefficients de pondération des charges :
 À l’ELU  G  1.35 et  Q  1.50

CHAIBI&JENZRI
15
PFE ENIT 2008

 À l’ELS  G  1.00 et  Q  1.00

V. Les Planchers à corps creux


Les planchers d’une construction doivent remplir différentes fonctions :
- Relatives à la stabilité de l’ouvrage tel que la reprise et la transmission des
charges aux porteurs verticaux.
- Relatives à la fonction entre deux nivaux selon le cas: isolation thermique ou
isolation acoustique (bruits aériens et bruits d’impact)
Pour notre projet nous avons utilisé des planchers en corps creux. En effet, il se distingue par
son prix abordable, par sa facilité d’exécution et sa bonne isolation thermique et acoustique. Il
existe 3 types de planchers à corps creux : 16+5 ; 19+6 et 25+5 et le choix entre ces types est
régi par l’importance des portées à envisager.

1. Présentation
Les planchers à corps creux sont le plus souvent constitués de :
- Une chape en béton coulée sur place qui est en fait une dalle de transmission et de
répartition des charges aux nervures
- Nervures coulées sur place : représentent les éléments porteurs du plancher
et reposent de part et d’autre sur les poutres. Les dimensions (hauteur et largeur) et
l’espacement entre les nervures dépendent uniquement des dimensions du corps creux utilisé
- Des corps creux : utilisés comme un coffrage perdu.

2. Evaluation des charges


La composition du plancher détermine la nature des charges permanentes appliquées au
plancher. En effet, elles sont fonction des masses volumiques ainsi que des épaisseurs de
chaque constituant. Quand aux charges d’exploitation, elles sont celles qui résultent de
l’usage des locaux par opposition aux poids des ouvrages constituant ces locaux, ou à celui
des équipements fixes. Toutefois, certains équipements fixes et légers peuvent être inclus dans
les valeurs fixées pour les charges d’exploitation. Les charges d’exploitation des éléments
constitutifs du bâtiment sont données par les plans du coffrage ainsi que les charges
permanentes sont données ci-dessous en fonction du type de chaque plancher.

CHAIBI&JENZRI
16
PFE ENIT 2008

2.1 Les Charges d’exploitation


Les charges d’exploitation sont variables en fonction de l’usage du local.
Les charges d’exploitation sont données (Voir plans de coffrage).

2.2 Charges permanentes pour planchers


Les charges permanentes des différents planchers sont présentées sur le tableau1.
Tableau 1.Charges permanentes pour planchers
planchers intermédiaire terrasse
16+5 630 kg/m² 650 kg/m²
19+6 670 kg/m² 690 kg/m²
25+5 710 kg/m² 730 kg/m²
30+5 750 kg/m² 780 kg/m²

2.3 Charges permanentes des murs


Les charges permanentes des différents types de murs sont présentées sur le tableau2.
Tableau 2.Charges permanentes des murs
Epaisseur (cm) charges
Cloison10 150 kg/m²
Cloison15 210 kg/m²
Cloison20 240 kg/m²
Cloison25 280 kg/m²
Double Cloison30 320 kg/m²
Double Cloison35 350 kg/m²

CHAIBI&JENZRI
17
PFE ENIT 2008

Chapitre 2 :  Modélisation par ARCHE Ossature

1. Présentation du logiciel utilisé


ARCHE Ossature est un logiciel de simulation de bâtiment qui, intégrant une CAO pour la
saisie, nous a permis de modéliser le bâtiment, le prédimensionner, d'en effectuer la descente
de charges puis de créer des métrés et des notes de calcul.
En phase d’exploitation des résultats, le calcul précis du ferraillage des éléments se fait par
appel aux modules de ferraillage correspondants.
Les modules poutre, poteau, voile, dalle, plaque, Semelle 3D et longrine servent à
dimensionner et réaliser les plans de ferraillage et les notes de calcul des différents éléments
conformément au règlement B.A.E.L.91.
2. Modélisation
La conception de la structure se traduit par l’élaboration des plans de coffrage en se basant
sur les plans d’architecture. La définition des emplacements et des dimensions des éléments
porteurs permet de modéliser la structure à l’aide du logiciel « ARCHE v 14.1 » dans son
module « ARCHE Ossature ». Vu la complexité géométrique de quelques éléments, cette
démarche offre un modèle simplifié de la structure.
La saisie de la structure se fait étage par étage. En premier lieu, on définit chaque type
d’élément (poteau, poutre, dalle, semelle ou voile) par un calque à partir du plan de coffrage.
ensuite on lance le module ossature et on importe ces calques sous format dxf. Ainsi obtient-
on le modèle. Une fois le modèle est introduit dans le logiciel et après vérification de sa
cohérence, le calcul pourra être lancé.

CHAIBI&JENZRI
18
PFE ENIT 2008

On présente par la suite les modèles obtenus des deux blocs A et B du bâtiment.

Figure 3. Modélisation 3D du bloc A

CHAIBI&JENZRI
19
PFE ENIT 2008

Figure 4.Modélisation 3D du bloc B

3. Calcul de la descente de charges


Dans cette étape, on doit définir les chargements, les caractéristiques des matériaux utilisés et
les familles des éléments. En outre, on doit simuler la présence des escaliers par rajouter des
charges réparties sur les poutres qui les supportent.
On a opté enfin pour la descente de charges traditionnelle qui fait le report de charges des
éléments les uns sur les autres, étage par étage, jusqu’aux fondations, en passant par les
poteaux, les poutres et les voiles.
4. Principe de vérification des calculs
Une fois la descente de charges est établie, on pourra lancer les calculs des éléments de la
structure.
Dans cette partie, on présentera les principaux modules de ferraillages intégrés dans le logiciel
« ARCHE » et utilisés dans notre projet.
5. Module poutre
C’est un module de calcul et de vérification des poutres isostatiques et continues soumises
à un ensemble de chargements. Il permet d’élaborer les plans de ferraillage détaillés des
poutres. Dans ce module on peut saisir les différentes formes de poutres.

CHAIBI&JENZRI
20
PFE ENIT 2008

La méthode de calcul utilisée est la méthode des foyers qui permet de lever l'hyperstaticité
de la poutre étudiée. Cette méthode présente l'avantage de la rapidité de calcul et permet de
traiter n'importe quel cas de charge.
Le module interactif donne la possibilité à l’utilisateur de choisir le nombre de barres, les
armatures et la forme des armatures transversales.
6. Module poteau
Ce module permet de calculer les poteaux sous l’effet des charges verticales ou des
moments. Le calcul est basé sur trois méthodes de calcul bien précises à savoir la méthode
simplifiée, la méthode forfaitaire et la méthode itérative ou méthode de FAESSEL.
Dans ce qui suit nous allons décrire la méthode que nous avons utilisée pour calculer les
poteaux de ce projet. C’est la méthode simplifiée. Elle permet un calcul en compression
centrée selon la méthode forfaitaire qui figure au B.A.E.L.91.
Dans cette méthode, on considère que le centre de gravité des aciers et celui du béton sont
confondus ce qui explique que le module fournit toujours un ferraillage symétrique.

7. Module semelle
Ce module traite des fondations superficielles en béton armé constituées par des semelles
isolées ou par des semelles filantes.
En plus du torseur transmis par l'élément porté et des charges sur le sol fini qui sont saisis
par l'utilisateur, le programme calcule les actions suivantes :
- celle due par le poids propre de l'élément porté
- celle due par le poids propre de la semelle,
- celle due par le poids propre des terres sur la semelle,
- celle due par la présence d'une nappe phréatique.
8. Module Longrine
La description des longrines est facilitée par une interface graphique qui prend en compte la
géométrie précise des longrines et les caractéristiques du sol sur lequel elles reposent.

CHAIBI&JENZRI
21
PFE ENIT 2008

Chapitre 3 :  Etude du contreventement

1. Introduction
Le contreventement consiste à rigidifier la structure contre les actions du vent. Pour ce
projet, il s’agit d’un contreventement interne assuré par la cage d’ascenseur.

Le contreventement du bâtiment peut être assuré par les voiles de la cage d’ascenseur.
Dans ce qui suit, nous vérifierons ce choix. [2] et [3].

2. Action du vent
2.1 Hypothèses et données 

- épaisseur des voiles 0.2m.


- hauteur du bâtiment exposé au vent 23.2m.
- hauteur totale du bâtiment 23.2m.
- site normal
- vent région II dont la direction moyenne est horizontale
- Les différents coefficients et les sollicitations d’ensemble sont déterminés à partir
des abaques et des tableaux proposés par les règles N.V 65.

CHAIBI&JENZRI
22
PFE ENIT 2008

2.2 Force de trainée


Pour un vent à vitesse normale, on définit la force de traînée (action dynamique) par :

Tn  ct      q n  De

2.3 Pression du vent normal 


qn  q H  K S
La pression dynamique doit être multipliée par un coefficient de site :
ks  : c’est un coefficient dépendant de l’emplacement de la structure et de la région
(Région II et site normal, donc ks =1).
qH : la pression dynamique normale à la hauteur H : fonction de la hauteur au-dessus du
sol : q  q .2,5. z  18
H 10
z  60

Avec :
q h : Pression dynamique agissant à une hauteur H au-dessus du sol.
q10 : Pression dynamique de base à 10 m de hauteur (la construction est
implantée dans la région II q10  70daN / m²  H 10m )

2.4 Coefficient de traînée 

Le coefficient de trainée est donné par la formule suivante :


Ct = cto . 0
Avec :
c to : coefficient global de trainée, or notre bâtiment est assimilé à un prisme de trois
ou quatre cotés (catégorie I), par suite cto = 1,3.
0 : c’est un coefficient déterminé à partir d’un d’abaque, qui dépend du rapport de
dimension  .
   : c’est le rapport de la hauteur H (toiture comprise) et la largeur d de maitre
couple.
H

d

2.5 Coefficient de majoration dynamique 


 = Ө x (1+)

CHAIBI&JENZRI
23
PFE ENIT 2008

Ө : coefficient global dépendant du type de construction, or pour les constructions à usage
d’habitation ou bureautique, Ө est pris égal à 1.

 : c’est un coefficient dépendant de la période propre de vibration et du niveau pris en


considération, il est lié aux effets de résonance.
Avec :
  f (H )  : coefficient de pulsation qui varie avec H.
    f (T ) : coefficient de réponse, il est fonction de la période propre de vibration T. 
H H
T  0,08. .
De De  H
De : diamètre équivalent à la côte considérée.

2.6 Coefficient de réduction


C’est un coefficient qui tient compte de l’effet des dimensions. Il est pris à partir d’un
abaque.
La hauteur de calcul H à prendre en compte pour la console est égale à: H = H0 +H1
Pour un bâtiment ayant une partie en sous-sol, la hauteur de la console à considérer dépend
de la nature du sol. H est prise selon la nature du sol sur lequel le bâtiment est fondé. Pour
notre cas H = H1 puisque le bâtiment est fondé sur rocher (substratum). (Voir figure5).

Figure 5.Modélisation de l’immeuble

On a =0,77 (puisque H<30m).


Pour un sol non rocheux, la construction est modélisée par une console de longueur H1+H0.

2.7 Calcul des forces de trainée

Tableau 3.Détermination des coefficients pour le vent 1


     
     

  qz 02
z(m)  (s)   (daN/m²)  
0 0.35 0.24 0.16 1.06 52.50 0.85
3.2 0.35 0.26 0.18 1.06 58.70 0.88

CHAIBI&JENZRI
24
PFE ENIT 2008

6.61 0.35 0.26 0.18 1.06 64.66 0.88


9.42 0.35 0.33 0.22 1.08 69.12 0.94
12.63 0.357 0.33 0.22 1.08 73.80 0.94
15.84 0.35 0.33 0.22 1.08 78.09 0.94
19.05 0.346 0.33 0.22 1.08 82.02 0.94
22.26 0.342 0.33 0.22 1.08 85.65 0.94
23.2 0.34 0.33 0.24 1.0816 86.66 0.94

D’où la force de trainée pour le vent1:

Tableau 4.Détermination de Tn pour le vent1

Vent1  
ct1 De1 Λ Tn1 daN/m
1.11 28 0.81 1,320.79
1.14 24.34 0.93 1,337.91
1.14 24.34 0.93 1,473.60
1.22 17.92 1.26 1,255.27
1.22 17.92 1.26 1,342.16
1.22 17.92 1.26 1,418.03
1.22 17.92 1.26 1,488.28
1.22 17.92 1.26 1,552.85
1.22 17.92 1.26 1,580.44

Et pour le vent 2 on a :

CHAIBI&JENZRI
25
PFE ENIT 2008

Tableau 5.Détermination des coefficients pour le vent 2


     
     

  qz 02
z(m)  (s)   (daN/m²)  
0 0.35 0.24 0.16 1.06 52.50 0.85
3.2 0.35 0.21 0.11 1.04 58.70 0.78
6.61 0.35 0.21 0.11 1.04 64.66 0.78
9.42 0.35 0.24 0.16 1.06 69.12 0.85
12.63 0.357 0.24 0.16 1.06 73.80 0.85
15.84 0.35 0.24 0.16 1.06 78.09 0.85
19.05 0.346 0.24 0.16 1.06 82.02 0.85
22.26 0.342 0.24 0.16 1.05 85.65 0.85
23.2 0.34 0.24 0.16 1.05 86.66 0.85

D’où la force de trainée pour le vent2:

Tableau 6.Détermination de Tn pour le vent2

Vent2  
ct2 De2 Λ Tn2 daN/m
1.11 28 0.81 1,320.79
1.01 33.38 0.68 1,588.83
1.01 33.38 0.68 1,749.97
1.11 28 0.81 1,738.99
1.11 28 0.81 1,858.68
1.11 28 0.81 1,964.47
1.11 28 0.81 2,062.23
1.11 28 0.81 2,152.14
1.11 28 0.81 2,176.85

Les résultats sont résumés sur la figure6.

CHAIBI&JENZRI
26
PFE ENIT 2008

Figure 6.Diagrammes de Tn pour les vents 1 et 2

2.8 Sollicitations d’ensemble 


Ayant Tn, on calcule l’effort tranchant et le moment par niveaux tout en considérant la
structure comme une console de longueur H chargée par Tn.
L’effort tranchant et le moment au niveau i sont calculés comme suit :
 
T T H  H i 1
H i  i i 1  h  H i 1 Mi  i  h  M i 1
2 , 2
h étant la différence de niveau entre i et i+1.

Tableau 7.Détermination des moments


           
vent1 VENT 2
  Mn1 Mn2
z(m) Tn1 daN/m Hn1 daN daN.m Tn2 daN/m Hn2 daN daN.m
0 1,320.79 32498.87 385738.42 1320.79 42422.10 524375.38
3.2 1,337.91 28244.95 288548.29 1588.83 37766.71 396073.29
6.61 1,473.60 23451.33 200406.13 1749.97 32074.05 276994.80
9.42 1,255.27 19617.27 139894.75 1738.99 27172.06 193754.01
12.63 1,342.16 15448.39 83614.36 1858.68 21397.80 115799.38
15.84 1,418.03 11018.29 41135.34 1964.47 15261.65 56960.96
19.05 1,488.28 6353.66 13253.37 2062.23 8798.79 18343.96

CHAIBI&JENZRI
27
PFE ENIT 2008

22.26 1,552.85 1472.65 692.14 2152.19 2034.65 956.28


23.2 1,580.44 0 0 2176.85 0 0

3. Méthode du centre de torsion


La méthode du centre de torsion consiste à décomposer l’action extérieure en :
- un effort H passant par le centre de torsion C de l’ensemble des éléments de
contreventement et provoquant une translation sans rotation.
- un moment M = H. e de l’effort extérieur H par rapport au centre de torsion et
provoquant une rotation sans translation.
3.1 Détermination du centre de torsion C 
Pour un voile ou un ensemble de voiles assurant le contreventement d’une structure et
liés par des planchers rigides, le centre de torsion C est un point tel que :
- toute force passant par ce point provoque une translation du plancher et donc de
l’ensemble des éléments de contreventement parallèlement à la force et sans
rotation.
- tout moment autour de ce point provoque une rotation du plancher dans le même
sens que le moment et ce sans translation.
Chaque voile i est défini par :
- son centre de torsion Oi.
- ses axes principaux d’inertie par rapport à son centre de gravité Gi : Oixi, et Oiyi.
- l’orientation өi avec le repère général : өi = angle de l’axe principal de l’inertie la plus
grande avec l’axe oyi.
Les éléments de définition d’un voile sont représentés par la figure7.

CHAIBI&JENZRI
28
PFE ENIT 2008

Figure 7.Eléments de définition d’un voile


Or, pour un voile en U symétrique, le centre de torsion est situé à l’extérieur de l’âme à une
h12 t h 2
distance   .
4I

3.2 Etude de la translation due à l’effort extérieur H 


a. hypothèses 
Nous supposerons que :
- les voiles sont de sections constantes sur toute la hauteur du bâtiment ou au moins les
inerties varient toutes dans les mêmes niveaux.
- pour les voiles avec ouvertures, on prendra leur inertie équivalente.
- les planchers sont infiniment rigides dans leur plan.
- les voiles ont les mêmes conditions d’encastrement en pied et ont le même module
d’élasticité.
- la répartition de l’effort H sera faite au prorata des rigidités donc des inerties des
voiles car le rapport rigidité / inertie est le même pour une même déformation à une
k f ( z) F
même altitude et que les déformées sont de la forme pour une force F
EI
appliquée à la côte z.

b. Action d’une translation sur un voile 


Pour toute translation unitaire du voile n°i parallèlement à ox, on obtient deux forces de
rappel :
- l’une parallèle à ox et proportionnelle à l’inertie Iyi par rapport à oiyi.
- l’autre perpendiculaire à ox et proportionnelle à l’inertie composée Ixyi.
De même, pour tout voile n°i parallèlement à oy, on obtient deux forces de rappel :
- l’une parallèle à oy et proportionnelle à l’inertie Ixi par rapport à oixi.
- l’autre perpendiculaire à oy et proportionnelle à l’inertie composée Ixyi.
Les inerties Ixi, Iyi et Ixyi sont obtenues à partir des inerties principales I’xi, I’yi.
On obtient ainsi :

CHAIBI&JENZRI
29
PFE ENIT 2008

I xi  I 'xi cos 2 i  I ' yi sin 2 i


I yi  I 'xi sin 2 i  I ' yi cos 2 i
I xyi  ( I 'xi  I ' yi ) cos i sin i
Comme toutes les forces de rappel sont proportionnelles aux rigidités donc aux inerties, avec
le même facteur de proportionnalité, nous pouvons remplacer ces forces de rappel par les
vecteurs-inerties.
Soient i et j les vecteurs unitaires du repère oxy. On obtient donc les résultantes P et Q
des forces (donc d’inerties) présentées sur la figure8.

Figure 8.Résultantes P et Q.
Le point d’intersection de ces résultantes définit le centre de torsion.
 Calcul de l’angle δ :

Figure 9.Angle δ
On doit avoir ∑ IXYi = 0 où IXYi est l’inertie composée du voile par rapport aux OiXiYi.
c. Détermination des résultantes P et Q 
La distance de la droite support de P au point O est déterminée en écrivant l’équilibre des
moments des forces (figure10) où xoi et yoi sont les coordonnées du centre de rotation Oi du
voile i.

CHAIBI&JENZRI
30
PFE ENIT 2008

Figure 10. Résultante P


On a donc :
Px   Iyi
Py   Ixyi

3.3 étude de la rotation due au moment M = H. e 


Les efforts Rxi et Ryi dus à la rotation et repris dans chaque voile sont proportionnels à (voir
figure11) :
- leurs inerties principales I’xi et I’yi.
- leur distance au centre de torsion C pour une même rotation d’angle α.
Rxi  K  rxi I ' yi
Ryi  K  ryi I 'xi
Avec rxi = distance de C à l’axe Oix’i et ryi = distance de C à l’axe Oiy’i.

Figure 11.Distances rxi et ryi


Le coefficient de proportionnalité K est obtenu en écrivant l’équilibre des moments des forces
par rapport au centre de torsion C, soit :

CHAIBI&JENZRI
31
PFE ENIT 2008

M rxi I ' yi
Rxi 
J
M ryi I 'xi
Ryi 
J
Avec J   (r 2 xi I ' yi  r 2 yi I 'xi )
3.4 Efforts finaux dans les voiles
Les efforts dans chaque voile i, dirigés suivant leurs axes principaux d’inerties Oix’iy’i,
valent :
H 'x  Fxi  Rxi
H ' y  Fyi  R yi
4. Distribution des sollicitations d’ensemble par la méthode du centre de torsion
On n’étudiera que le vent 2.
Le groupe de refend schématisé sur la figure12 est soumis à l’action de l’effort tranchant
agissant à la base du bâtiment et vaut: H  4.25MN .
La plupart des refends ayant des axes principaux d’inertie parallèles. On peut effectuer un
calcul simplifié.

Figure 12.Caractéristiques géométriques des voiles de contreventement

a. Caractéristiques du voile 
Les caractéristiques du voile sont représentés par le tableau8 suivant.

Tableau 8.caractéristiques du voile


Rectangles t h φ a b
1 0.2 2 -90° 16.55 23.1
2 0.2 2 0° 17.55 22
3 0.2 2 90° 16.55 19.9

CHAIBI&JENZRI
32
PFE ENIT 2008

Le calcul des inerties donne:


2.23 23
I x '  2.  1.8.  0.5746 m 4
12 12
3
2 0.23
I y '  2. 0.2  2.2 .  0.2681 m 4
12 12

Or, pour un voile en U symétrique, on a :


h 2 t h 2 22  0.2  22
 1   1.4 m
4I 4  0.5746
D’où les coordonnées du centre de torsion :
xc  17.65  1.4  18.05 m
yc  21 m

Les résultats de calcul sont représentés sur les tableaux suivants.

Tableau 9 .Détails de calcul


Notation Formule Unité Valeur Total
4
Inertie principale I'xi donnée m 0.575 0.575
4
I'yi donnée m 0.268 0.268
ti donnée m 0.15
angle ө donnée ° 0
2 2 4
Ixi Ixi=I'xicos θi+I'yicos θi m 0.575 0.575
2 2 4
inerties /Oixiyi Iyi Iyi=I'xisin θi+I'yicos θi m 0.268 0.268
4
Ixyi Ixyi=(I'xi-I'yi)cosθicosθ i m 0
centre de torsion xc donnée m 18.05
yc donnée m 21

CHAIBI&JENZRI
33
PFE ENIT 2008

Tableau 10.Détermination du moment


5 10.37
Ixi xc m
5
Iyi yc m 5.63
5
Ixyi xc m 0
5
Ixyi yc m 0
4
Ai=(I'xi-I'yi)sin2θi m 0
4
Bi=(I'xi-I'yi)cos2θi m 0.307
angle δ (artg(-∑Ai/∑Bi))/2 ° 0
4
Px ∑Iyi m 0.268
Composante de P
4
py ∑Ixyi m 0
4
Qx ∑Ixyi m 0
composante de Q 4
Qy ∑Ixi m 0.575
Hx donnée MN 0

force extèrieurr /OXY Hy donnée MN 4.25


XHy donnée m 14
YHx donnée m 0
Moment M (XHy-XC)Hy+(YHx+yC)Hx MN.m 29.75

CHAIBI&JENZRI
34
PFE ENIT 2008

Tableau 11.Efforts dus à la translation

HX
Hx cos  Hy sin MN 0

HY Hx sin  Hy cos MN 4.25


notation formule unité valeur total
angle φ ө+δ ° 0

inertie/CXY Ixi I 'xi cos2 i I 'yi sin2 i m


4
0.5746 0.575

Iyi
I 'xi sin2i I 'yi cos2i m
4
0.2681 0.268

IXYi (I 'xi  I 'yi )cosi sini m


4
0 0

I xi sin  i m
4
0 0

I xi cos  i m
4
0.5746 0.575
I yi sin  i m
4
0 0
I yi cos i m
4
0.2681 0.268

I xyi sin  i m
4
0 0

I xyi cos  i m
4
0 0
Fxi HX HY
Fxi   Yi
I cosI 
sin   IXYi cosMN
 IXisin 0
IYi IXi
XYi
effort dus
à la translation Fyi HY HX
Fyi   Xi
I cosI 
sin   IXYi cosMN
 IYisin 4.25
IXi IYi
XYi

CHAIBI&JENZRI
35
PFE ENIT 2008

Tableau 12.Efforts dans les voiles


distance de C à Oixi rxi -y’ic m 0
distance de C à Oiyi ryi -x’ic m 0

Rxi MN 0
efforts dus à la torsion
Ryi MN 0

H'xi Fxi+Rxi MN 0

H'yi Fyi+Ryi MN 4.25


Hxi H 'xi cos i  H 'yi sini MN 0
efforts dans les voiles
Hyi H'xi sin i H'yi cosi MN 4.25

Avec :
x 'ic    ( X c  X oi ) cos i  ( yc  yoi ) sin i 
y 'ic    ( X c  X oi )sin i  ( yc  yoi ) cos i 
De même on vérifie, pour le vent 1.

5. Conclusion

On a bien vérifié que la somme des composantes des efforts des voiles suivant les axes
d’origine est égale à celle des efforts extérieurs : 4.25 MN suivant Oy et 0 suivant Ox.
Parsuite, on peut conclure que le contreventement du bâtiment est assuré

CHAIBI&JENZRI
36
PFE ENIT 2008

Chapitre 4 : Etude d’une dalle pleine 

I. Etude d’une dalle pleine 

Une dalle est un élément, généralement rectangulaire, dont une dimension (épaisseur) est

faible vis-à-vis des deux autres (dimensions en plan).

Dans un plancher, on appelle panneaux de dalle les parties de dalle bordées par les poutres-

supports (poutrelles et poutres du plancher).

Dans cette section, on vise dimensionner et calculer une dalle pleine [4].
II. Méthode de calcul

1. Dimensionnement 
lx longueur du petit cot é de la dalle
On pose : α   1
l y longueur du grand cot é de la dalle
L’épaisseur h0 de la dalle est déterminée forfaitairement en fonction des conditions suivantes :
-Si α0,40  : La dalle porte dans un seul sens.
l
- h0  x : pour les panneaux isolés.
20
l
- h0  x : pour les panneaux de dalles continues.
25

- Si 0,40 : la dalle porte dans les deux sens.
l
- h0  x : pour les panneaux isolés.
30
l
- h0  x : pour les panneaux de dalles continues.
40

CHAIBI&JENZRI
37
PFE ENIT 2008

Figure 13.Caractéristiques de la dalle

2. Sollicitations 
Le calcul se fait à l’ELU avec Pu = 1,35G+1,50Q où G et Q sont respectivement les charges
surfaciques permanente et d’exploitation.
a) Moments dans les dalles articulées sur leurs contours (M0x/y)
1er cas

α0,40  

x  1
8(1 2.4 )
3  
et  y   2 1  0.951    
2 1
4
M 0x   x Pl x et M 0 y   y M 0 x
2

 2éme cas 
α0,40  
2
M 0y 0 et M 
Plx
0x
8

b) Moments dans les dalles partiellement encastrées 


Cas où <0.4 et la charge p est uniforme 

Les moments de flexion dans le sens lx évalués suivant la méthode forfaitaire de calcul des
poutres de planchers sont donnés par :
M  M ex
M tx  wx
2

 Max  1  0.3  M ox ; 1.05M ox 
QB
Avec 
G  QB

CHAIBI&JENZRI
38
PFE ENIT 2008

Les moments minimaux étant :

Figure 14.Moments à prendre en compte

Pour les autres cas


- Pour une bande de 1m de largeur parallèle à lx/y :

M tx / y 0.85M 0x / y Si le panneau est de rive et M ax / y  0.3M 0 x / y


M tx / y 0.75M 0x / y Si le panneau est intermédiaire et M ax / y  0.5M 0 x / y

Figure 15.Moments pour une dalle continue.

Ce qui réalise : Mw  Me
Mt   1.25M 0
2

CHAIBI&JENZRI
39
PFE ENIT 2008

c) Valeurs minimales à respecter 


M
En travée : M ty  tx
4
Sur appuis : May = Max
3. Ferraillages 
a) Section d’acier calculée 
En travée 

M ty M tx
- Sens lx : bu   ; zb  d (1  0.6  bu )  ; Atx 
b0 fbu d
2
zb fed
M ty M ty
- Sens ly : bu  2  ; zb  d (1  0.6  bu )  ; Aty 
b0d fbu zb f ed
Sur appui 

M ax M ax
bu  2  ;  z b  d (1  0.6  bu )  ; Aax 
b0 fbu d zb fed .

b) Diamètre des armatures 


h0

10

c) Section minimale d’acier 

12 h0 : Rond lisse 


 
AyMin (cm 2 / m)  Min  8 h0 :FeE 400 
 
 6 h0 :FeE 500 ou Ts 
(3   )
AxMin (cm 2 / m)  AyMin
2
d) Espacement des aciers 
Cas des charges réparties + fissuration préjudiciable :
En travée 

3 . h 
Sens lx : s  Min 
t 




33 cm 

0

4 . h 
Sens ly : s  Min 
t 
45 cm 
0

Sur appui  : s t  33cm


4. Effort tranchant 

CHAIBI&JENZRI
40
PFE ENIT 2008

a) sollicitations ultimes (Charges réparties)


1er cas 

  0,40  
Pu l x
Vux  Pl
  ; Vuy  u x .
2(1  ) 3
2
2éme cas 

 0,40  

Pulx V 0
Vux   ; uy
2

b) Vérification du béton

On n’a pas besoin d’armatures transversales si :


- La dalle est bétonnée sans reprise dans son épaisseur
- La contrainte tangente vérifie :

Vu f
u   0.07 c 28
d b

c) Arrêt des barres 


 ls   ls 
   
l1  Max  M1   l2  Max l1 
 0.25  0.3    l x   
  M 0    2 

Figure 16.Arrêt des barres

III. Calcul d’un panneau de dalle 


1. Dimensionnement de la dalle 
On se propose d’étudier la dalle pleine du plancher mezzanine modélisée par la figure17.

CHAIBI&JENZRI
41
PFE ENIT 2008

Figure 17.Panneau de dalle

On a :

lx 1.53
    0.43    0.4
ly 3.56
D’où il s’agit d’un panneau portant dans les deux sens.

Dalle continue :
l 153
h0  x  h0   3.82 cm  Soit h0 = 25 cm
40 40

2. Sollicitations 
a) Charges par m² de plancher 
Les charges permanentes appliquées sur le plancher sont calculées en fonction de
l’épaisseur de chaque constituant. Les charges permanentes de ce type de plancher sont les
suivantes :
- Plancher terrasse 
 Protection de l’étanchéité 30 daN /m²
 Enduit de planéité 30 daN / m²
 Asphalte coulé sablé 50 daN / m²
 Forme de pente 200 daN / m²
 Dalle pleine (d’épaisseur e) 25e daN / m²
 Enduit de plafond (1.5 cm) 30 daN / m²

- Plancher intermédiaire 
 3 cm de sable (17 daN / cm d’épaisseur) 51 daN / m²
 2 cm de mortier pour carrelage (20 daN / cm d’épaisseur) 40 daN / m²
 carrelage 25x25x2.5 45 daN / m²
 dalle pleine (d’épaisseur e) 25e daN / m²
 enduit de plafond (1.5 cm) 30 daN / m²
 cloison léger 75 daN / m²

CHAIBI&JENZRI
42
PFE ENIT 2008

Pour notre cas, il s’agit d’un plancher intermédiaire :

G = 866 daN/m²
Q = 400 daN/m²

Pu = 1.35 G + 1.5 Q = 17.7 kN/m²

b) Moments fléchissants pour le panneau de dalle articulé sur son contour 

On a :   0.43
1 1
x   x  et  y   2 [1  0.95(1   ) 2 ]   y  0.43 2 [1  0.95(1  0.43) 2 ]
8(1  2.4 3 ) 8(1  2.4  0.433 )
 x  0.105 et  y  0..127 0.25
  y  0.25
D’où les moments pour une bande de largeur 1m:
M 0 x   x pu lx2  M 0 x  0.105  17.7  1.532  4.35 kNm / m M ox  4.35kN .m / m

M 0 y   y M 0 x  M 0 y  0.25  4.35  1.08 kNm / m M oy  1.08kN .m / m

c) Moments dans la dalle partiellement encastrée 


- Bande de largeur 1 m parallèle à lx :
M tx  0.75. M 0 x donc M tx  0.75. 4.35  3.27kN .m / m

M ax  0.5. M 0 x donc M ax  0.5.4.35  2.175kN .m / m

- Bande de largeur 1 m parallèle à ly :


M ty  0.75. M 0 y  0.75 . 1.08  0.81kN .m / m
Valeurs minimales à respecter :
- En travée :
M
M ty  tx  0.81  ok
4
- Sur appuis :
M ay  M ax  2.175kN .m / m

Donc on a :

CHAIBI&JENZRI
43
PFE ENIT 2008

M ty  0.81kN .m / m
M ay  M ax  2.175kN .m / m

3. Armatures longitudinales 
Sachant que Mu est proportionnel à M0 qui est lui-même proportionnel à pu ,on a:
pu 17.7
    1.4
G  Q 8.66  4
En outre, pour FeE400 HA, fc28=20 < 30MPa et  =1, μlu est calculé par la formule
suivante :
3440  1.4  49  20  3050
10 4  lu  3440  49 f c 28  3050   lu   lu  0.276
10 4

a) Calcul des sections d’acier


 aciers en travée « sens lx » 

M tx 3.27.10 3
 bu     bu  0.005 Alors bu  lu  A’=0 (Pas d’aciers
b0 d 2 f bu 1  0.225 2  11.33
comprimés)
 bu  0.274  Nous utilisons les formules simplifiées pour déterminer la section des aciers
tendus.
z b  d 1  0.6  bu   0.225 1  0.6  0.005  z b  0.224m

Atx 
M tx

3.27.10 3 .10 4  A  0.41cm 2 / m
tx
z b f ed 0.224  348

 aciers en travée « sens ly » 

M ty 0.81.10 3
 bu     bu  0.0014 Alors bu  lu  A’=0 (Pas d’aciers
b0 d 2 f bu 1  0.225 2  11.33
comprimés)
 bu  0.274  Formules simplifiées
z b  d 1  0.6  bu   0.225 1  0.6  0.0014   z b  0.224 m

Aty 
M ty

 0.81  10 3 .10 4  A  0.104 cm 2 / m
ty
z b f ed 0.224  348

 aciers sur appuis (Chapeaux)

M ax 2.175  10 3
 bu     bu  0.0038 Alors bu  lu  A’=0 (Pas d’aciers
b0 d 2 f bu 1  0.225 2  11.33
comprimés)
 bu  0.274  Formules simplifiées
zb  d  1  0.6 u   0.225  1  0.6  0.0038   z b  0.224 m

CHAIBI&JENZRI
44
PFE ENIT 2008

Aa 
M ax

 2.175  10 3 .10 4  A  0.28 cm 2 / m
a
z b f ed 0.224  348
b) Sections minimales d’armatures 
 bande suivant « ly » 
12h0 : Rond 
 
 
A y min   lisse ;  ; FeE 400  A y min  8  0.25  2 cm 2 / m
 8h : FeE 400 ; 
 0
 6 h : FeE 500 

 0 

Aty  Ay min  Aty  2 cm 2 / m



Aay  Ay min Aay  2 cm 2 / m

 bande suivant « lx » 

3  3  0.43
Ax min   Ay min  Ax min  2   Ax min  2.57 cm 2 / m
2 2
Atx  Ax min Atx  2.57 cm / m
2


Aax  Ax min Aax  2.57 cm 2 / m

c) Choix des aciers et de l’espacement


h0 250
Dispositions constructives :       25 mm donc nous prenons au plus  20.
10 10
 en travée sens « lx » 

L’espacement entre les armatures est donné par la formule suivante :


st  min  3h0 ;33cm 
 st  min  3  25  75cm;33cm 
 st  33cm

On a : Atx  2.57 cm 2 / m


Alors nous prenons : 4 HA 10 /m 
100
st   20cm  : A=3.16 cm2/m
4

 en travée sens « ly » 

L’espacement entre les armatures est donné par la formule suivante :


st  min  4h0 ; 45cm 
 st  min  4  25  100 cm; 45cm   st  45cm
Or Aty  2 cm 2 / m
Alors nous avons : 4 HA 8 /m
100
  st   20cm  
4

 en chapeau 

CHAIBI&JENZRI
45
PFE ENIT 2008

Aa  2.57cm 2 / m
Alors nous avons : 4 HA 8 /m ; st  20cm  
et s t  33cm

4. Effort tranchant 
a) Sollicitations ultimes 
- Au milieu du grand côté (charge répartie) :
 
pu l x  1 
Vux   
2   
1 
 2 
 
17.7  1.53 
 1 

 Vux 
2  1  0.43 
 
 2 

Vux  11.14 kN / m
- Au milieu du petit côté (charge répartie) :
pl
Vuy  u x
3
17.7 1.53
 Vuy   9.03 kN / m Vux
3
b) Vérification 
Vu
u 
b0 d
11 .14.10 3
u 
1  0.225
 u  0.05 MPa
f c 28 20
Et  lim  0.07   lim  0.07   lim  0.933MPa
b 1.5
Alors  u  0.05   lim  0.933MPa
 On a pas besoin d’armatures transversales.
5. Arrêt des barres 
Les arrêts des barres dans le sens lx, ly et sur appuis sont les suivants :
 En travée sens « lx », on alterne : 2 HA 10 / m filants
2 HA 10 / m arrêté à 15 cm

CHAIBI&JENZRI
46
PFE ENIT 2008

 En travée sens « ly », on alterne :

2HA8 / m filants.
2HA8 / m arrêté à 15 cm.

 Sur appuis :
 1 M  
l1  Max l s ;  0.3  a .l x 
 4 M0  
 l1  Max 40  40  0.8  32cm;0.2  l x  0.2  153  30.6cm
 l1  32cm
 l   32 
l 2  Max l s ; 1   Max 32; cm
 2  2
 l 2  32cm

2HA8 / m l1 = 32 cm
2HA8 / m l2 = 32 cm

6. Plans de ferraillage 
Le ferraillage de la nappe inférieure, de la nappe supérieure et les arrêts des barres sont
représentés par les figures18 et 19.

Figure 18.Aciers de la nappe inférieure.

CHAIBI&JENZRI
47
PFE ENIT 2008

32 cm 2HA8pm
2 HA8pm

2HA8 pm

2HA8pm 30 cm Coupe A-A

Figure 19.Aciers de la nappe supérieure.

CHAIBI&JENZRI
48
PFE ENIT 2008

Chapitre 5 : Etude des poutres et des nervures 

On se propose d’étudier la nervure hyperstatique du plancher haut sous sol, représentée sur la
figure20. [4]
Un exemple de poutre est calculé dans l’annexe.
La charge permanente exercée sur la nervure est :

GN  Gtotal  0.33  6.3  0.33  2.08kN / ml.


La charge d’exploitation étant:
QN  Q  0.33  4  0.33  1.32kN / ml.

Figure 20.Caractéristiques de la nervure.

1. Méthode de calcul 

Q N 1.32
  0.63  2
1) GN 2.08 .
QN  4 KN / m 2  5kN / m 2 .

2) Etant donné que la fissuration est peu préjudiciable, elle ne compromet pas la tenue des
revêtements ni celle des cloisons.

3) Les trois travées ont une même inertie.

l 2 2.95 l
  0.6  i  1.25
4) l1 4.8 li 1
l 3 3.69 l
  1.25  0.8  i  1.25.
l 2 2.95 l i 1

CHAIBI&JENZRI
49
PFE ENIT 2008

D’après le règlement BAEL91, l’une des hypothèses de la méthode forfaitaire n’est pas
vérifiée et la charge d’exploitation n’est pas assez élevée pour pouvoir suivre la méthode de
Caquot.
Dans ces conditions, les règles BAEL91 recommandent l’utilisation de la méthode de
Caquot minorée applicable pour les planchers à charge d’exploitation élevée en multipliant la
part des moments sur appui provenant des seules charges permanentes par un coefficient
variant entre 1 et 2/3.
Pour cette étude, on le prendra égal à 2/3.

2. Moments maximaux sur appuis 

A B C D

4.8m 2.95m 3.69m


li
' 4.8m 2.36m 3.69m
li *m

Figure 21.Travées réelles est travées fictives

On note par M G les moments dus aux charges permanentes et par M Q les moments dus aux
charges d’exploitation :
2  G  l '3  G  l ' 3 
M G    w w ' e ' e .
3  8. 5   l w  l e  
 Q  l '3  Q  l '3 
M Q   w w ' e ' e .
 8.5   l w  l e  
- Appui A
M AG  M AQ  0KNm.

- Appui B
2  2.08   4.8   2.08   2.36  
3 3

M BG     2.92kNm
3 8.5   2.36  4.8  
 
 1.32   4.8  3  1.32   2.36  3 
M BQ     2.78kNm
 8.5   2.36  4.8  
 
- Appui C :
2  2.08   3.69   2.08   2.36  
3 3

M CG     1.71kNm
3 8.5   2.36  3.69  
 
 1.32   3.69   1.32   2.36  
3 3

M CQ     1.62kNm
 8.5   2.36  3.69  
 

CHAIBI&JENZRI
50
PFE ENIT 2008

- Appui D
M DG  M DQ  0kNm.
La pondération nous donne les résultats suivants :
 à l’ELU
M UA  0 kNm.
M UB  1.35  M BG  1.5  M BQ  1.35   2.92   1.5   2.78   8.11 kNm.
M UC  1.35  M CG  1.5  M CQ  1.35   1.71  1.5   1.62   4.73 kNm.
M UD  0 KNm.

 à l’ELS 
M SA  0 kNm.
M SB  M BG  M BQ  5.7 kNm.
M SC  M CG  M CQ  3.33kNm.
M SD  0 kNm.

a. Calcul des moments sur appuis pour les différents cas de charges 

1
 Calcul de M

Figure 22.Cas de chargement 1

 En B 
- à l’ELS :
G=2.08 kN/m et  G  1 , d’où :
2  4.83  2.363 
M BS1    2.08    2.82 kNm.
3  8.5   4.8  2.36  
 
- à l’ELU :
G=2.08 KN/m et  G  1.35 , d’où :  G  G  1.35  2.08  2.81kN / m.
1 2  4.83  2.363 
M BU    2.81    3.8kNm.
3  8.5   4.8  2.36 
 

 En C :

CHAIBI&JENZRI
51
PFE ENIT 2008

Figure 23.Cas de chargement 1

- à l’ELS 
1 2  2.363  3.693 
M CS    2.08     1.71kNm.
3  8.5   2.36  3.69 
 
- à l’ELU 
1 2  2.363  3.693 
M CU    2.81    2.3kNm.
3  8.5   2.36  3.69 
 
2
 Calcul de M

- à l’ELU 
 G  G  1.35  2.08  2.81 kN / m.  
 Q  Q  1.5 1.32  1.98 kN / m.
 En B 

Figure 24.Cas de chargement 2

- à l’ELS 
2  4.83  2.363 
M BG    2.08     2.82kNm.
3  8.5   4.8  2.36 
 

 4.83 
M BQ  1.32    2.4kNm.
 8.5   4.8  2.36  
 
2
Donc M BS  2.82  2.4  5.22kNm

- à l’ELU 

CHAIBI&JENZRI
52
PFE ENIT 2008

M BU2  1.35  2.82  1.5  2.4  7.4kNm

 En C 

Figure 25.Cas de chargement2

- à l’ELS 
2  2.363  3.693 
M CG    2.08     1.71kNm.
3  8.5   3.69  2.36 
 

 2.363 
M CQ  1.32    0.34kNm.
 8.5   3.69  3.68  
 
2
Donc M CS  1.71  0.34  2.05kN .m

- à l’ELU 

2
Donc M CU  1.35  1.71  1.5  0.34  2.82kN .m

 Calcul de M 3
Le schéma général de calcul de M 3
en B et en C (l’appui intermédiaire étant l’appui
B ou C) est le suivant :

Figure 26.Cas de chargement 3

CHAIBI&JENZRI
53
PFE ENIT 2008

 En B 
 
- à l’ELS :
M BG  2.82kN .m.

 2.363 
M BQ  1.32     0.28kN .m.
 8.5   4.8  2.36 
 
3
M BS  2.82  0.28  3.1kN .m

- à l’ELU :
3
M BU  1.35  2.82  1.5  0.28  4.22kN .m
 En C :

- à l’ELS :
M CG  1.71kN .m
 M CS3  1.71  1.29  3kN .m
 3.693 
M CQ  1.32     1.29kN .m
 8.5   3.69  2.36 
 

- à l’ELU :
3
M CU  1.35  1.71  1.5  1.29  4.25kN .m
4
 Calcul de M
Le schéma général de calcul de M 4
en B et en C est le suivant (l’appui intermédiaire
étant l’appui B ou C).

Figure 27.Cas de chargement 4

Ce cas de charge correspond aux moments maximaux sur appuis. Ce cas a été traité
précédemment.

CHAIBI&JENZRI
54
PFE ENIT 2008

On rappelle les résultats obtenus :

 à l’ELU 
M UA  0 kN .m
M UB  1.35  M BG  1.5  M BQ  1.35   2.92   1.5   2.78   8.11 kN .m
M UC  1.35  M CG  1.5  M CQ  1.35   1.71  1.5   1.62   4.73 kN .m
M UD  0 kN .m

 à l’ELS
M SA  0 kN .m.
M SB  M BG  M BQ  5.7 kN .m
M SC  M CG  M CQ  3.33kN .m
M SD  0 kN .m
Pour récapituler, on dresse le tableau13 suivant.

Tableau 13.Récapitulatif des moments

Appuis A B C D
l i (m) 4.8 2.95 3.69
l i' (m) 4.8 2.36 3.69
E.L.U. 0 -3.8 -2.3 0
M
1
 kN .m 
E.L.S. 0 -2.81 -1.71 0
E.L.U. 0 -7.44 -2.82 0
M 2
 kN .m 
E.L.S. 0 -5.22 -2.05 0
E.L.U. 0 -4.22 -4.25 0
M 3
 kN .m 
E.L.S. 0 -3.1 -3 0
E.L.U. 0 -8.11 -4.73 0
M 4
 kN .m 
E.L.S. 0 -5.7 -3.33 0

CHAIBI&JENZRI
55
PFE ENIT 2008

3. Moments en travées
a. Moments maximaux en travées 

Figure 28.Portées des travées

Le moment maximal en travée i est donné par :


 x  x 3  x
 1     4m 0  M i 1   M i  
t 2
M max
 li   li  li

Avec :
2 3
l i M i  M i 1
x   li   : Abscisse du moment maximal.
2 8  m0
 G  G   Q  Q   li
2

: Moment isostatique de la travée associée.


m0 
8
 Travée AB
l = 4.8 m
 À l’ELU 

4.79  4.82
m0   13.8 kN .m
8
4.8  7.44  0
x   4.8  2.07m.
2 8  13.8
 2.07   2.07  2
t
M max  1     4  13.8   0    7.44   10.44kN .m
 4.8   4.8  4.8

 À l’ELS 

3.4  4.82
m0   9.8kN .m
8
4.8  5.22  0
x   4.8  2.08m.
2 8  9.8
 2.08   2.08  2.08
t
M max  1     4  9.8   0    5.22   7.36kN .m
 4.8   4.8  4.8

CHAIBI&JENZRI
56
PFE ENIT 2008

 Travée BC
l = 2.95 m

 À l’ELS 
3.4  2.952
m0   3.7kN .m
8
2.95  2.05  3.1
x   2.95  1.58m.
2 8  3 .7
 1.58   1.58  1.58
t
M max  1     4  3.7   3.1    2.05   1.14kN .m
 2.95   2.95  2.95

 À l’ELU 

4.79  2.952
m0   5.21kN .m
8
2.95  2.82  4.22
x   2.95  1.57m.
2 8  5.21
 1.57   1.57  1.57
t
M max  1     4  5.21  4.22     2.82   1.71kN .m
 2.95   2.95  2.95
 Travée CD

l = 3.69 m

À l’ELS 

3.4  3.692
m0   5.78kN .m
8
3.69 3
x   3.69  2..08m.
2 8  5.78
 2.08   2.08  2.08
t
M max  1     4  5.78   3   0  4.38kN .m
 3.69   3.69  3.69

 à l’ELU 

4.79  3.692
m0   8.15kN .m
8
3.69 4.25
x   3.69  2.08m.
2 8  8.15

 2.08   2.08  2.08


t
M max  1     4  8.15   4.25    0  6.16kN .m
 3.69   3.69  3.69

CHAIBI&JENZRI
57
PFE ENIT 2008

b. Moments minimaux en travées 

L’intérêt de la détermination des valeurs des moments minimaux en travée est de vérifier que

ces moments sont positifs. Dans le cas contraire, on aura des aciers supérieurs à dimensionner

avec les valeurs négatives des moments trouvés.

 x  x  x
 1     4  m0   M i 1   Mi3
t 2
M min  l
 l i   l i  i

Avec :

3 2
l M  M i 1
x i  i  li   : abscisse du moment minimal
2 8  m0
 G  G   li 2
m0  : moment isostatique de la travée associée
8

 Travée AB
l = 4.8 m

 À l’ELS 
2.08  4.82
m0   6kN .m
8
4 .8  3 .1
x   4.8  2.09m.
2 8 6
 2.09   2.09  2.09
t
M min  1   4 6  0    3.1  4.55kN .m  0.
 4.8   4.8  4.8

 À l’ELU 
2.81 4.82
m0   8.1kN .m
8
4.8  4.22
x   4.8  2.09m.
2 8  8.1
 2.09   2.09  2.09
t
M min  1     4  8.1  0    4.22   6.12kN .m  0.
 4.8   4.8  4.8

 Travée BC
l = 2.95 m

 À l’ELS 

CHAIBI&JENZRI
58
PFE ENIT 2008

2.08  2.952
m0   2.26kN .m
8
2.95  3.1  5.22
x   2.95  1.82m.
2 8  2.26
 1.82   1.82  1.82
t
M min  1     4  2.26   5.22     3   1.71kN .m  0.
 2.95   2.95  2.95
 À l’ELU 

2.81 2.952
m0   3.05kN .m
8
2.95  4.25  7.44
x   2.95  1.86m.
2 8  3.05
 1.86   1.86  1.86
t
M min  1     4  3.05   7.44     4.25   2.58kN .m  0.
 2.95   2.95  2.95

 Travée CD
l = 3.69 m

 À l’ELS 
 2.08  3.692  3.54kN .m
m0 
8
3.69 2.05
x   3.69  2.11m.
2 8  3.54
 2.11   2.11  2.11
t
M min  1     4  3.54   2.05    0  2.59kN .m  0.
 3.69   3.69  3.69

 À l’ELU 

m0 
 2.81  3.692  4.78kN .m
8
3.69 2.82
x   3.69  2.11m.
2 8  4.78
 2.11   2.11  2.11
t
M min  1     4  4.78   2.82    0  3.47 kN .m  0.
 3.69   3.69  3.69

CHAIBI&JENZRI
59
PFE ENIT 2008

c. Récapitulatif 

Pour récapituler, on dresse le tableau14 suivant :

Tableau14.Moments en travées

A-B B-C C-D


Travées
4.8 2.95 3.69
Longueur(m)
Etat Limite ELU ELS ELU ELS ELU ELS

x max (m) 2.07 2.08 1.57 1.58 2.08 2.08


t
M max (kN.
10.44 7.36 1.71 1.14 6.16 4.38
m)
x min (m) 2.09 2.09 1.86 1.82 2.11 2.11
t
M min (kN.
6.12 4.55 -2.58 -1.71 3.47 2.59
m)

4. Détermination des efforts tranchants maximaux 

Le calcul des efforts tranchants est mené à l’ELU.


dM  x  M  Mi
T  x    t  x   i 1 .
dx li
3 4
1.35  G  1.5  Q M  Mi
T 
i
g
max

2
 l i  i 1
li
4 2
1.35  G  1.5  Q M  M i 1
T 
i
d
max

2
 l i 1  i
l i 1

Figure 29.Efforts tranchants sur appuis

On pose P  1.35  G  1.5  Q  4.79kN

 En A 

CHAIBI&JENZRI
60
PFE ENIT 2008

TAg  0kN
4 2
P  l AB M A  M B 4.79  4.8 3.8
TAd       10.7kN
2 l AB 2 4.8

 En B 
3 4
P  l AB M A  M B 4.79  4.8 8.11
TBg      13.18kN .
2 l AB 2 4.8
P  lBC M B4  M C2 4.79  2.95 8.11  2.82
TBd      8.26kN .
2 lBC 2 4.4

 En C 
3 4
P  lBC M B  M C 4.79  2.95 4.22  4.73
TCg      7.23kN .
2 lBC 2 2.95
P  lCD M C4  M D2 4.79  3.69 4.73
TCd      10.12kN .
2 lCD 2 3.69

 En D 
P  lCD M C3  M D4 4.79  3.69 4.25
TDg      7.68kN .
2 lcd 2 3.69
TDd  0kN .

Figure 30.Diagramme des efforts tranchants sur appuis

5. Armatures longitudinales
 En travée AB 

 h 
M Tu  b  h0  f bu   d  0   0.33  0.05  11.33   09  0.21  0.025   0.0306MN .m
 2
Or, M u  10.44 10 3 MNm.
M Tu  M u  Le dimensionnement se fait pour une section rectangulaire de dimensions 
(0.33 m x 0.21 m) :

CHAIBI&JENZRI
61
PFE ENIT 2008

Mu 10.44 10 3
u    0.078  lu  0.276
b  d 2  f bu 0.33   0.9  0.21 2 11.33

 Pas d ' aciers comprimés  Asc  0.


  1.25  1  1  2    0.1 
z  d (1  0.4 )  0.18 m.
Mu 10.44 10 3
A    1.66 cm 2 .
z  Fed 0.18  348
A  1.66 cm 2 .
On prend alors 1HA16  A  2.01 cm 2 .

 Vérification à l’ELS 

M ser  y1
 bc 
I SRH
b  y13
 15  Ast   d  y1 
2
orI SRH 
3
y1 est la solution de l’équation de second degré suivante :
b
 y12  15  Ast  y1  15  Ast  d  0.
2
 0.165  y12  0.003  y1  5.7  10  4  0.
La résolution de cette équation donne : y1 =0.015 m.
Ainsi, obtient-on :
0.33  0.0153
 15  2.0110 4   0.189  0.015   0.9110 4 m 4 .
2
ISRH 
3
10.44  103  0.015
 bc   1.72MPa.
0.91104

 bc  0.6  f c 28  12MPa.
Donc, on a bien  bc   bc  -OK-

 Condition de non-fragilité 
f
Amin  0.23  t 28  b0  d .
fe
or f t 28  0.06  fc 28  0.6  1.8MPa.
1.8
Amin  0.23   0.33  0.189  0.54  10  4 m 2  2.01  10  4 m 2 .  ok
400

 Sur appui B 

CHAIBI&JENZRI
62
PFE ENIT 2008

M u  8.11 kN .m.
M Tu  M u  Le dimensionnement se fait pour une section rectangulaire de dimensions 
(0.07 m x 0.21 m) :
Mu 8.11 103
bu    0.286  lu
b  d 2  f bu 0.07   0.189  2 11.33
 Asc  0.
  1.25  1  1  2  lu   1.25  (1  (1  2  0.276)  0.41
z  d (1  0.4 )  0.158 m.
M 1  lu  b  d 2  f bu  0.276  0.07  0.1892  11.33  0.0078 MN .m
M1 0.0078
A1    1.42 cm 2 .
z  Fed 0.158  348

M 2  0.4 M u  0.0032MN .m
M2 0.0032
A2    0.59 cm 2 .
Fed  (d  d ') 348(0.189  0.032)

Donc la section d’acier tendue est : A’u = A1 + A2 =2.01cm2  1 HA 16


et la section d’acier comprimé est égale à Au = 0.59 cm2  1HA10
 En travée BC 

Or, M u  1.71MN .m.


M Tu  M u  Le dimensionnement se fait pour une section rectangulaire de dimensions
(0.33 m x 0.21 m) :
Mu 1.71  10 3
 bu    0.012   lu
b  d 2  f bu 0.33   0.189  2  11 .33
 Asc  0.
  0.015
z  d (1  0.4 )  0.188 m.
Mu 1.71 10 3
A   0.26 cm 2 .
z  Fed 0.188  348
A  0.26 cm 2 .
On prend 1HA10  A  0.79cm 2 .

 Vérification à l’ELS 

CHAIBI&JENZRI
63
PFE ENIT 2008

M ser  y1
 bc 
I SRH
b  y13
 15  Ast   d  y1 
2
orI SRH 
3
y1 est la solution de l’équation de second degré suivante :
b
 y12  15  Ast  y1  15  Ast  d  0.
2
 0.165  y12  1.18  10 3  y1  2.24  10  4  0.
La résolution de cette équation donne : y1 =0.032m.
Ainsi, on obtient :
0.33  0.0323
 15  0.79  10  4   0.189  0.032  0.328  10  4 m 4 .
2
orI SRH 
3
3
1.14  10  0.032
 bc   1.11MPa.
0.328  10  4
Donc, on a bien  bc   bc  OK

 Condition de non-fragilité 

Amin  0.79  10 4 m 2 .
 Sur appui C 

M u  4.73 KNm.

M Tu  M u  Le dimensionnement se fait pour une section rectangulaire de dimensions


(0.07 m x 0.21 m) :
Mu 4.73 103
bu    0.166  lu
b  d 2  f bu 0.07   0.189  2 11.33
 Asc  0.

  0.228
z  d (1  0.4 )  0.171m.
Mu 4.73103
A   0.79cm 2 .
z  Fed 0.171 348

On prend alors 1HA10  A  0.79cm .


2

Ce résultat vérifie la condition  bc   bc à l’ELS

 En travée CD 
M u  6.16 kN .m
M Tu  M u  Le dimensionnement se fait pour une section rectangulaire de dimensions : (0.33
m x 0.21 m) :

CHAIBI&JENZRI
64
PFE ENIT 2008

Mu 6.16  10 3
 bu    0.046   lu
b  d 2  f bu 0.33   0.189  2  11 .33
 Asc  0.
  0.058
z  d (1  0.4 )  0.184m.
Mu 6.1610 3
A   0.96 cm 2 .
z  Fed 0.184  348

On prend alors 1HA12  A  1.13cm .


2

 Condition de non-fragilité 

Amin  1.13 m 2 .
Soit 1HA12 A  1.13 cm 2 .

 Vérification à l’ELS 

M ser  y1
 bc 
I SRH
b  y13
 15  Ast   d  y1 
2
orI SRH 
3
y1 étant la solution de l’équation de second degré suivante :
b
 y12  15  Ast  y1  15  Ast  d  0.
2
 0.165  y12  0.0017  y1  3.2  10  4  0.
La résolution de cette équation donne : y1 =0.037 m.
Ainsi, obtient-on :
0.33  0.0373
 15 1.13  104   0.189  0.037   0.447  10 4 m 4 .
2
ISRH 
3
3.33 10 3  0.037
bc   2.75MPa.
0.447 104
Donc, on a bien  bc   bc  OK

6. Armatures transversales 
La contrainte tangente ultime est donnée par :
V
u  u
b0  d

Or l’effort tranchant maximal est :


Vu max  13.18 kN

Donc

CHAIBI&JENZRI
65
PFE ENIT 2008

Vu max 13.18
 u max    0.21 MPa
b0  d 0.33  0.189
At 1.15  b0   u 1.15  0.33  0.21
   3.76 cm 2 / m
St 211,5 211.5
Soit 1 étrier  6
Soit At = 0.58 cm2.
Or l’espacement maximal est défini comme suit:
0,9  d

St  min 40 cm  17 .01 cm
15   ' si A '  0
 l min

Soit St = 15 cm
Le pourcentage minimal d’armatures est donné par la formule suivante:
At b
 0,4 0  5.61 10  4 m 2 / m
St f et
Donc soit St = 10 cm

 Vérification du béton 
 Dans l’âme :
 f 
 u  inf  0.2  c 28 ,5MPa   2.66MPa.
 b 
 
u max  0.21MPa  u  OK

 Jonction table-nervure 
Vu max  b1 13.18  0.13
utable    0.61MPa.
0.9  d  b  h 0 0.9  0.189  0.33  0.05
utable  u  OK

 Vérification des aciers de glissement 


 Appui de rive :
V max  1.15 13.18  10 3  1.15
Ag  u   0.64 cm 2 .
fe 235
Il suffit alors de prolonger la barre inférieure.

 Bielle d’about
a = 0.2 - 0.02 - 0.025 = 0.155 m ;
2  Vumax 2  13.18 10 3
 cbielle    0.515MPa.
a  b0 0.155  0.33
0.8  f c28
cbielle   10.66 MPa  OK
1.5

CHAIBI&JENZRI
66
PFE ENIT 2008

7. Plan de ferraillage 

Figure 31.Ferraillage de la nervure hyperstatique


7.1 Comparaison entre calcul manuel et calcul ARCHE 
Dans cette partie, on va comparer les sollicitations et les sections d’aciers données par le
calcul manuel et par le calcul d’ARCHE.

Tableau 15. Comparaison entre calcul manuel et calcul ARCHE 


Appuis A B C D
Calcul Mu 0 -8.11 -4.73 0
manuel
Calcul Mu 0 -8 -5 0
ARCHE
Calcul At 0 0.59 0 0
manuel Ac 0 2.01 0.79 0
Calcul At 0 2.02 0 0
ARCHE Ac 0 5.62 1.54 0

 Interprétations 

On peut conclure que les sollicitations et parsuite les sections d’armatures données par
ARCHE sont supérieures aux sollicitations calculées manuellement.

CHAIBI&JENZRI
67
PFE ENIT 2008

7.2 Plan de ferraillage


 Travée A-B 

Figure 32.Ferraillage T1

CHAIBI&JENZRI
68
PFE ENIT 2008

 Travée B-C 

Figure 33.FerraillageT2

CHAIBI&JENZRI
69
PFE ENIT 2008

 Travée C-D

Figure 34.FerraillageT3

CHAIBI&JENZRI
70
PFE ENIT 2008

Chapitre 6 : Etude des poteaux

1. Introduction [5]

Un poteau est une poutre droite verticale soumise uniquement à la compression centrée.
L’ensemble des forces extérieurs agissant à gauche d’une section se réduit à un effort normal
unique N de compression perpendiculaire à la section et appliquée au centre de gravité G.
Le béton résiste très bien à la compression ; les armatures sont donc inutiles, en effet, les
charges appliquées ne sont jamais parfaitement centrées (dissymétrie de chargement,
imperfections d’exécution, solidarité avec les poutres). Pour cette raison, on introduit des
armatures destinées à résister aux moments ainsi créés. Ces moments sont difficiles à évaluer.
Les armatures sont donc calculées forfaitairement dans le cas de bâtiments courants.
Le poteau ainsi constitué de béton et d’armatures longitudinales seules a une résistance
médiocre au flambement des armatures ; on introduit donc des armatures transversales pour y
remédier.

2. Hypothèses 
On considère conventionnellement comme soumis à une  compression centrée  pour faire
la distinction avec la flexion composée tout poteau sollicité par :
 Un effort normal de compression N.
 Des moments n’intervenant pas dans les calculs de stabilité et de résistance des
éléments qui lui sont liés lorsque les excentricités sont faibles (point d’application
de l’effort normal à l’intérieur d’une zone réduite du noyau central par une
homothétie de rapport 1/2. Dans un poteau en  compression centrée  le centre de
gravité du béton et celui des armatures sont confondus.

3. Exemple de calcul d’un poteau rectangulaire


3.1 Présentation
Nous détaillerons dans ce qui suit une étude complète du poteau P6 de sous-sol. Ce poteau est
soumis à une compression simple. [4]
Le poteau est soumis à :
 Un effort de compression permanent N G  1415.72 kN

 Un effort de compression d’exploitation N Q  573 kN


On adoptera l’hypothèse que plus de la moitié des charges est appliquées avant 90 jours. On
note que la durée d’application des charges est supérieure à 24 heures.
3.2 Sollicitation à l’état limite ultime
N u  1.35.N G  1.5.N Q  1.35  1415.72  1.5  573  2777.72kN  2.7777MN

3.3 Coffrage

CHAIBI&JENZRI
71
PFE ENIT 2008

a. Dimension imposée 
L’épaisseur de la poutre du plancher est b  0.4m
b. Dimensionnement
 La longueur de flambement :
Poteau de section rectangulaire :

Figure 35.Caractéristiques de la section

0.3   0.4 
3
I poutre
K poutre    4.14.10 4 m 3
l 12  3.86
l : étant la plus grande travée voisine au poteau
La raideur du poteau est égale à :
I poteau 0.6   0.4 
3
K poteau    10.66.10  4 m 3
l poteau 12  3

 K poutre  K poteau

lf  l 0  3 .3 m

 L’élancement 

a l f 12 3.3  12
Section rectangulaire  : i     28.57
12 a 0.4

 Le coefficient  
2 28.57 2
  50    1  0.2  1  0.2  1.13
35 2 35 2

 La section réelle calculée 


K ..N u
Br 
f bu f
  0.85. ed
0.9 100
k  1.10 car plus de la moitié des charges est appliquée à j  90 jours.

CHAIBI&JENZRI
72
PFE ENIT 2008

1.1  1.13  2.7777


Br   0.22 m 2
 1
11 .33
 0.85.
348
0.9 100

 a = 40cm et b = 60 cm.  Br = 0.2204 m2 > 0.22 m2  OK


3. 4 Armatures longitudinales
a. Effort normal ultime 
Charges sur plancher : 2777.7 kN
Poids propre du poteau : 26.73 kN
 Nu = 2804.43kN = 2.804MN.
b. La section résistante 

 L’effort équilibré par le béton 

Nb  .
B r . f bu
 1.
 0.4  0.02 . 0.6  0.02 .11 .33  2.77 MN
0.9 0.9
 L’effort équilibré par les aciers 

N s  k . .N u  N b  1.10  1.13  2.804  2.77  0.71MN

 La section des aciers longitudinaux 


Ns 0.71
A  10 4  24 cm 2
0.85. f ed 0.85  348

c. Les sections extrêmes 

4cm 2 / m de perimetre 
Amin

 max 
0.2

B
100





4  2. 0.6  0.4   8cm 2 
 
Amin  max   60  40   4.8 cm 2 
0.2 
 100 

B  60  40
Amax  5  Amax  5   120cm 2
100 100

d. La section retenue 
16HA 14 : 16  1.54  24.64 cm 2

CHAIBI&JENZRI
73
PFE ENIT 2008

3. 5 Armatures transversales
a. Choix des armatures transversales 
On prend 16 HA 16 et 2 cadres et 2 étriers RL de diamètre 6 mm comme suit :

Figure 36.Ferraillage poteau

1 1 
t  l  14  4.666mm 
3 3    t  6mm
t  12mm 

Suivant (b = 60) et avec un enrobage de 2.5 cm et 4  14 , l’espacement des armatures est :


60  5  (4  1.4)  (4  0.6)
c  15.66 cm  40cm  Ok
3
Suivant (a= 40) et avec un enrobage de 2.5 cm et 414 on aura
40  5  ( 4  0.6)  ( 4  1.4)
c'   9cm  40cm  Ok
3
b. Espacement en zone courante 
40 cm  40 cm 
   
St  Min a  10 cm  St  Min 40  10 cm   21 cm
15 pour A  A min  15 .1 .4  21 cm
 lmin   

 2 Cadre +2 épingle 6 St=20 cm


c. Zone de recouvrement 
La longueur de recouvrement pour les Barres HA Fe E 400 est donnée par la formule
suivante : l s  40  .
14  l s  40  1.4  56cm

Cas courants  l r  0.6.l s  14  l r  0.6  56  33.6  35cm


 Recouvrement des  14 :
3 (2cadre + 2 épingle)  6 :
35  3  0.6
St   16.6cm
2
Soit S t  16.6cm

CHAIBI&JENZRI
74
PFE ENIT 2008

Figure 37.Détail de ferraillage d’un poteau type P6

4. Exemple détaillé de calcul d’un poteau circulaire P8

On se propose d’étudier un poteau circulaire de type P8 de sous-sol.


 .a 4 
I  
64  a 4.l f
On a pour un poteau circulaire: i 
 .a 2  4
  
a
B  
4 

Ce poteau est soumis à une compression simple estimée à :


 N G  1200 kN Un effort de compression permanent.

 N Q  450 kN Un effort de compression d’exploitation.

4.1 Sollicitation à l’état limite ultime


N u  1.35.N G  1.5.N Q  1.35  1200  1.5  450  2295kN  2.295MN

4.2 Coffrage
a. Dimension imposée 
L’épaisseur de la poutre du plancher est b  0.4m

CHAIBI&JENZRI
75
PFE ENIT 2008

b. Dimensionnement
 La longueur de flambement 

0.3   0.4 
3
I poutre
K poutre    4.14.10 4 m 3
l 12  3.86
En estimant la longueur du poteau à 3 m, la raideur du poteau est égale à :
I poteau    0.5 3
K poteau    20.45.10  4 m 3
l poteau 64  3

 K poutre  K poteau
lf  l 0  3.3 m

 L’élancement 
a 4.l f 4  3.3
Section circulaire  : i     26.4
4 a 0.5
 Le coefficient  
2 26.4 2
  50    1  0.2  1  0.2  1.11
35 2 35 2

 La section réelle calculée 

k  1.10 car plus de la moitié des charges est appliquée à j  90 jours.

1.1  1.07  2.295


Br   0.168m 2
 1
11 .33
 0.85.
348
0.9 100

 ( a  2) 2  (0.48) 2
.  Or pour un cercle de diamètre a =0.5 m : Br    0.18 m 2  OK
4 4
4.3 Armatures longitudinales
a. Effort normal ultime 
Charges sur plancher : 2295 kN
Poids propre du poteau : 1.35 x 16.2 kN
Nu = 2316kN = 2.316MN
b. La section résistante 
 L’effort équilibré par le béton 

CHAIBI&JENZRI
76
PFE ENIT 2008

Br . f bu   0.48 2  11.33
Nb  .  1.  2.28MN
0.9 4  0.9
 L’effort équilibré par les aciers 

N s  k . .N u  N b  1.10  1.11  2.316  2.28  0.54 MN

 La section des aciers longitudinaux 


Ns 0.54
A  10 4  18.25 cm 2
0.85. f ed 0.85  348

c. Les sections extrêmes 

4cm 2 / m de perimetre 
Amin

 max 
0.2

B
100





4  . 2    0.25   6.2 8cm 2 
 
Amin  max  
  50 2 
 3.92 cm 2

0.2 
 4  100 

Amax  5
B
 Amax  5 
  50   98 cm
2
2
100 4  100
d. La section retenue 
12A 14 : 12  1.54  18.48cm 2
4.4 Armatures transversales
a. Choix des armatures transversales 
On adopte le ferraillage (12HA14+1cerce+4épinglesD6) représenté sur la
figure38.

Figure 38.Détail de ferraillage du poteau

1 1 
t  l  14  4.666mm 
3 3    t  6mm
t  12mm 

b. Espacement en zone courante 

CHAIBI&JENZRI
77
PFE ENIT 2008

40 cm  4 0 cm 
   
St  Min a  10 cm  S t  Min 50  1 0 cm  60cm 
   
15 lm in pour A  A m in  1 5.1.4  2 1cm 

 St=18cm

5. Ferraillage
a. Poteau rectangulaire 

Figure 39.Détail de ferraillage du poteau

b. Poteau circulaire

CHAIBI&JENZRI
78
PFE ENIT 2008

Figure 40.Détail de ferraillage du poteau circulaire

CHAIBI&JENZRI
79
PFE ENIT 2008

Chapitre 7 : Etude des escaliers

1. Terminologie

Un escalier se compose d’un certain nombre de marches. On définira dans ce qui suit la
terminologie spécifique aux escaliers :
L’emmarchement : largeur des marches perpendiculairement à la pente
-
g : Le giron (marche) : largeur d’une marche, variant de 0.26 à 0.36m
-
h : la hauteur d’une marche (contremarche), variant de 0.13 à 0.17m
-
Le mur d’échiffre : mur qui limite l’escalier
-
La paillasse : plafond qui monte sous les marches
-
Pente :  h
- g
 : inclinaison de la volée 
-

h
  arctg  
g
H : hauteur de la volée, égale à la hauteur libre sous plafond + épaisseur du plancher
-
fini.
L : longueur projetée de la volée.
-

e : épaisseur de dalle (paillasse ou palier).


-

La cage : volume circonscrit à l’escalier.


-
La volée : ensemble de marches (3 au minimum) entre deux parties horizontales.
-
Le palier : partie horizontale d’accès ou d’arrivée d’une volée.
-
Profondeur de marche = giron +débord de nez de marche.
-

CHAIBI&JENZRI
80
PFE ENIT 2008

palier

g(marche)

h(contre-marche) e
nez de la marche

paillasse

a
H

e L

Figure 41.Coupe d’une volée escalier

des escaliers:
On se propose dans cette partie de dimensionner et de déterminer le ferraillage de l’escalier
d’étage courant. [3]

La hauteur de ces escaliers est de 2.8 m, avec deux volées.

Pour le dimensionnement, on peut utiliser la règle suivante :


2  h  g  0.6 à 0.65
Soit par exemple h = 0.17 m et g = 0.24 m
Le nombre de contre marches étant égal à (pour un escalier à deux volée):
0.5  2.8
n  8.23  soit n  9
0.17

La hauteur de la contre marche est définie par :

H 1.4
h   h =15.55 cm.
n 9

Or on a la formule à vérifier, donnée par : 0.60  D  2h  0.64m


 G = 0.3 m  0.30 +2  0.1555 = 0.611 m  Vérifié
Soit alors g = 30 cm et h = 15.55 cm.
h  15.55 
  arctg    arctg   = 27.4°.
g
   30 

2. Vue en plan de l’escalier

L’escalier étudié est schématisé par les figures42 et 43.

CHAIBI&JENZRI
81
PFE ENIT 2008

1.95 m 1.95 m

3.7 m

6.3 m

Figure 42.Vue en plan de l’escalier

Figure 43.Coupe des volées d’escalier

3. Prédimensionnement de l’épaisseur de la dalle 

e  0.018  l  3 25  e  q .

Avec :

l  : La longueur projetée de l’escalier l  6.3 m


q : la charge d’exploitation q = 4 kN /m2

 e  0.018  6.3  3 25  e  4  e = 24 cm;

Soit e = 24 cm.
4. Détermination des charges 

CHAIBI&JENZRI
82
PFE ENIT 2008

a. Charges sur paillasses 


On dispose comme revêtement d’un carrelage de 25 mm sur 15 mm, de mortier sur marches et
contremarche et de 15 mm de plâtre en sous de paillasse.

Les charges par m2 à considérer sont :

Le poids propre g     e h
 
1 ba 
-  cos  2 

g2=le revêtement sur marche (p1 kN par m2 horizontal), contremarche (p2 kN par
-
m2 vertical) et en sous -face de la paillasse (p3 KN par m2 suivant la pente).

h p3
Donc g 2  p1  p 2  
g cos 

q = la charge d’exploitation par m2 horizontal.


-

b. Charges sur paliers 


Pour la zone de palier, le poids propre /m2 est : g 0   ba  e  g 2
-

q = la charge d’exploitation par m2 horizontal.


-

 évaluation des charges :

 0.24 0.3 
g1  25      10.51 kN / m
2
-  cos 27.4 2 

p1  19.6 KN / m3  (0.025  0.015)m  0.784 kN / m 2 .


-

p2  p1  0.784 kN / m2 .
-

p3  12.75 KN / m3  0.015 m  0.191 kN / m2 .


-

h p 0.1555 0.191
g 2  p1  p2   3  0.784  0.784    1.405 kN / m 2 . .
- g cos  0.3 0.887

CHAIBI&JENZRI
83
PFE ENIT 2008

.
g  g1  g 2  10.51  1.405  11.905 kN / m 2 .
-

g0   ba  e  g  25  0.24  1.405  7.405 kN / m2 .


-

q = 4 kN / m2.
-

Avec :
3
- 19.6 kN/m  : masse volumique du carrelage, mortier.

3
- 12.75kN/m  : masse volumique du plâtre.

- Le chargement est représenté sur la figure44.

Figure 44.Charge sur escalier

5. Calcul des sollicitations 

Vu que la charge est symétrique on a :


 Effort tranchant à l’ELU 

vu  1.35  ( g 0 L 1 0.5 gL 2)

vu  1.35  (7.405  1.95  0.5 11.905  2.4)  38.78 kN

 Moment fléchissant à l’ELU 

CHAIBI&JENZRI
84
PFE ENIT 2008

 g L 2 gL  2 L  L2   2
M u  1.35  0 1  2   1.5 qL

 2 8  8

 7.405 2.42 11.905 2.4  2  6.3  2.4   4 6.32


M u  1.35     1.5
 2 8  8
M u  107.73 kN.m
6. Vérification et calcul des aciers 

 Cisaillement :
v 38.78 0.07  20
u    103  0.184   0.933Mpa  ok
d 0.21 1.5

 Contrainte de compression du béton :

 7.405 2.42 11.905 2.4  2  6.3  2.4   4 6.32


M ELS    
 2 8  8
M ELS  77.6 kN .m

77.6 103
  1.76  2.66  ok
0.212
 Aciers :

Mu 107.73 103
 .   0.21  lu  0.274
d 2 bu 0.212 11.33
Donc :

fe 400
Fed    348 MPa
1.15 1.15

z  0.5 d (1  1  2  )  0.5  0.21 (1  1  2  0.21)  0.185 m

Donc on a :

M u 107.73 103
As    16.73 cm 2 / m
z  Fed 0.185  348
Soit 11 HA 14 espacées de 8 cm.
A
Aciers transversaux = s  4.16 cm 2 / m, Soit 4 HA 12 espacées de 24 cm
4
Acier en chapeau = 0.15  As  2.5 cm 2 / m, Soit 4 HA 10 espacées de 24 cm

CHAIBI&JENZRI
85
PFE ENIT 2008

7. Ferraillage 

Figure 45.Détail de ferraillage de l’escalier.

Chapitre 8 : Etude des fondations

1. Généralités [5]

Les fondations d’une construction sont constituées par les parties de l’ouvrage qui sont
en contact avec le sol auquel elles transmettent les charges de la superstructure. Elles
constituent donc la partie essentielle de l’ouvrage puisque de leur bonne conception et

CHAIBI&JENZRI
86
PFE ENIT 2008

réalisation découle la bonne tenue de l’ensemble .Les éléments de fondation transmettent les
charges au sol, soit directement (cas des semelles reposant sur le sol ou cas des radiers), soit
par l’intermédiaire d’autres organes (cas des semelles sur pieux par exemple).
Les massifs de fondations doivent être stables ; c’est à dire qu’ils ne doivent donner
lieu à des tassements que si ceux-ci permettent la tenue de l’ouvrage ; des tassements
uniformes sont admissibles dans certaines limites. Par contre, les tassements différentiels sont
rarement compatibles avec la tenue de l’ouvrage .Il est donc nécessaire d’adopter le type et la
structure des fondations à la nature du sol qui va supporter l’ouvrage. L’étude géologique et
géotechnique a pour but de préciser le type , le nombre et la dimension des fondations
nécessaires pour fonder un ouvrage sur un sol donné.
D’autre part, lorsque les couches de terrain susceptibles de supporter l’ouvrage (bon sol)
sont à faible profondeur, on réalise des fondations superficielles. Dans le cas où ces couches
sont à une grande profondeur, on réalise des fondations profondes.
Les fondations superficielles sont des fondations situées immédiatement sous la base de
l’ouvrage ; on distingue :
 Les fondations fonctionnelles, constituées par des semelles isolées sous poteau.
 Les fondations linéaires, constituées par des semelles continues sous poteaux ou murs.
 Les fondations surfaciques, constituées par des radiers et cuvelages sous poteaux ou
murs.
Or, pour notre cas les couches susceptibles de supporter l’ouvrage sont à faible profondeur,
par suite on réalise des fondations superficielles sur semelles isolées reposées sur du gros
béton.

2. Désignations 

 On désigne par :
- Pu  : charge à l’ELU
- Pser : charge à l’ELS
- a, b : dimensions du poteau.
- A, B : dimensions de la semelle.
- A’, B’ ; dimensions du gros béton.

CHAIBI&JENZRI
87
PFE ENIT 2008

- c : enrobage des armatures.


- h : hauteur ou épaisseur de la semelle.
- sol : la contrainte limite du sol.
- g : la contrainte limite du gros béton.

3. Exemple de calcul 
Comme exemple de calcul, on se propose d’étudier la semelle S13 reposant sur du gros béton.
Cette semelle supporte le poteau P6 (60 x 40).
- La semelle repose sur du gros béton de portance  g  0.6 MPa .
- La portance du sol d’assise sous le gros béton est limitée à  sol  0.2 MPa .
- La semelle est soumise à l’action d’un effort normal NG=1443 KN et NQ= 573 kN.
D’où:
- Pser = 2018 kN.
- P u =2807 kN.
3.1 Dimensions de la semelle 
3 a Pser 3 0.4 2.018
B   1.83 m , soit B = 2 m
2 b  GB 2 0.6 0.6
a A
Or, on a :  0.66   A  1.32 m
b B
Bb
La hauteur utile doit respecter :  da et db  A  a , 35 cm  da et db  92 cm
4
En prenant une semelle de 2 m sur 1.5 m, de hauteur 50 cm, le poids propre de la semelle est
égal à P = 25 x 1.5 x 2 x 0.5 =37.5 kN

Pu = 2.85 MN.et P ser =2.05 MN.


3 a Pser
B  1.84 m ,
2b 
On retient : A =1.5 m
B =2 m et h = 50 cm

3.2 Calcul des armatures 


L’enrobage est égal à c = 5 cm, on utilise des armatures HA 20.
p ( A  a)
Aa  u , avec da = h – c -  b- (  a/2) = 50 – 5 – 2 - 1 = 42cm.
8 d a f ed
p u ( B  b)
Ab  , avec db = h – c - (  b/2) = 50 – 5 – 1 = 44cm
8 d b f ed
2.85 (1.5  0.4)
Donc : Aa   26.8 cm 2
8  0.42  348

CHAIBI&JENZRI
88
PFE ENIT 2008

2.85 (2  0.6)
Ab   32.57cm 2
8  0.44  348
Pour une répartition bitriangulaire sous la semelle, on aura
9B
Aa bitr  Aa  rect   35.73 cm ²
8A
 9 A
Ab bitr  Ab rect  Max 1;   32.57cm ²
 8 B

Aa bitr  12 HA 20
Donc on choisit comme ferraillage
Ab bitr  11 HA 20

3.3 Dispositions constructives 


La longueur de scellement est donnée par :
 fe
ls 
4 0.6  s2 f tj

fc 28  20 MPa  ls
   61.72  ls  61.72  2  123.44cm
fe  400 MPa  
B 2
  50c m  ls  Toutes les barres doivent être prolongées jusqu'aux extrémités de la
4 4
semelle et comporter des ancrages courbes.

3.4 Vérification au poinçonnement 


 1.4 1.6  3  1.4  1.6 
P 'u  2.85 1    1.35  37.5 10    0.38 MN
 2.64   2.64 

20
Cette charge doit vérifier : P 'u  0.045  4  0.5   1.2 MN
1 .5

3.5 Dimensionnement du gros béton


La section du gros béton est déterminée par la relation suivante :
P'
S  A' B ' 
 sol

 B b Aa 
Hg = max  * tg  , * tg    0.7  soit H g 1.5 m
 2 2 

CHAIBI&JENZRI
89
PFE ENIT 2008

(gb,=2300 daN/m3), on aura :


On suppose que les dimensions de la semelle sont ( A’xB’) = (3 m x 4m), d’où:
P’ =2.05 + Pp =2.05 + 0.276 =2.326 MN.

P ' B 2.362  2
Il faut que :  B '    3.96m  Soit B '  4 m
 sol  A 0.2 1.5

Or, on a :

A' A
  A'  3m
B' B

3.6 Schéma de ferraillage 

Figure 46.Ferraillage de la semelle

CHAIBI&JENZRI
90
PFE ENIT 2008

3.7 Ferraillage par ARCHE 


 Semelle S13 :

Figure 47.Ferraillage de la semelle S13.

4. Semelle rigide sous mur soumise à une charge verticale centrée 

Comme exemple de calcul, on se propose d’étudier la semelle sous le mur voile


d’ascenseur.
Cette semelle supporte un voile de 20cm qui lui transmet un effort normal réparti par mètre
linéaire évalué à:
N g  0.3MN / ml Pser  0.38MN / ml
N q  0.08MN / ml Pu  1.35  0.3  1.5  0.08  0.525MN / ml

4.1 Calcul des dimensions de la semelle


La largeur de la semelle est donnée par la formule suivante :

4 Pser 4 0.38
B   0.84m  1.5 m
3  gb 3 0.6
B  b 1.5  0.2
La hauteur utile vaut : d    0.32m  soit h  50cm
4 4
En prenant une largeur de 1.5 m et une hauteur totale moyenne de 50 cm, le poids propre est :
pp  11.5  0.5  25  0.019MN / m
Les charges appliquées au gros béton valent :

CHAIBI&JENZRI
91
PFE ENIT 2008

Pser  0.38  0.019  0.4 MN / m


Pu  0.525  1.35  0.019  0.551MN / m
On a : B  4 Pser  4 0.4  0.66 m  ok
3  3 0.6
4.2 Calcul des armatures
a. Calcul des armatures transversales

4 Pu  B  b  4 0.551  1.5  0.2 


As    7.65 cm 2 / m
3 8  d  s 3 8  0.45  348
Soit 5 HA 14 / m.
ls
Pour fc28 = 20 MPa et Fe 400 : = 41.2

B
On a donc, ls >  25cm , parsuite toutes les barres doivent être prolongées jusqu’aux
4
extrémités de la semelle et comporter des ancrages courbes.
b. Armatures de répartition :
B 1
Ar  As   7.7   2 cm 2 / m  soit 3 HA 10 / m
4 4

c. dimensionnement du gros béton:


La section du gros béton est déterminée par la relation suivante :
P'
S  A' B ' 
 sol
 B b' A a' 
Hg = max  * tg  , * tg    0.65  soit H g  1 m
 2 2 

P’ =0.551 MN,
4 P ' B 4 0.5511.5
On vérifie la relation:  B '    2.35m  Soit B '  2.5 m
3  sol  A 3 0.2 1
d. ferraillage :

CHAIBI&JENZRI
92
PFE ENIT 2008

Figure 48.Ferraillage de la semelle sous mur

e. ferraillage ARCHE 

Figure 49.Ferraillage de la semelle sous mur voile

CHAIBI&JENZRI
93
PFE ENIT 2008

5. Les longrines 
Les longrines ont pour rôle d’assurer la rigidité et la résistante de la structure. Elles
supportent leur poids propre et le poids des murs et cloisons. Elles sont disposées dans deux
sens perpendiculaires, permettent de chaîner les poteaux et de palier les effets probables des
excentrements entre les poteaux et les semelles.
a. Exemple 
Dans ce paragraphe, on étudiera la longrine L1 (40 x 50) liant le poteau P3 et P6. [4]

Figure 50.Caractéristiques de la longrine

 Armatures longitudinales
Le chargement de la longrine est :
G = Gl + G mur =5 + 58.8 = 63.8 kN/m.
Donc on a:
1.35 Pl 2 63.8  4.57
Pu    0.11 MN .m
8 8
Mu 0.11
u    0.12  lu
b  d  f bu 0.4   0.45  2 11.33
2

 Asc  0.

  1.25  1  1  2  u   0.16

z  d (1  0.4 )  0.42 m.
Mu 0.11
A    7.55 cm 2 .
z  Fed 0.42  348
A  7.55 cm 2 .
On prend alors 5HA14  A  7.7 cm 2 .
 Armatures transversales 
La contrainte tangente ultime est donnée par :
V
u  u
b0  d

Or l’effort tranchant maximal est :

CHAIBI&JENZRI
94
PFE ENIT 2008

Vu max  145.7 kN

Donc
Vu max 145.7
 u max    0.81 MPa
b0  d 0.4  0.45
At 1.15  b0  u 1.15  0.4  0.81
   17.16 cm2 / m
St 211,5 211.5
Soit 1 cadre+3 étrier  6
Par suite : At = 2.24cm2
Or l’espacement maximal est défini comme suit:
0,9  d

St  min 40 cm  40 cm
15   '
l min si A  0
'

Soit St = 13 cm
Le pourcentage minimal d’armature est donné par la formule suivante:
At b
 0, 4 0  6.8 104 m 2 / m
St f et
Donc soit St = 13 cm

b. ferraillage:
Le ferraillage adopté est représenté par la figure suivante :

Figure 51.Ferraillage manuel

CHAIBI&JENZRI
95
PFE ENIT 2008

c. Ferraillage ARCHE 

Figure 52.Ferraillage ARCHE

CHAIBI&JENZRI
96
PFE ENIT 2008

Chapitre 9 : Etude des acrotères

1. Introduction [1]

Les acrotères sont des éléments de façade situés au dessus du niveau de la toiture ou de la
terrasse couronnant le bâtiment. Ils constituent des rebords ou des garde-corps.

Selon l’article B53.2 du BAEL 91, ces éléments prennent une section d’armature
longitudinale au moins égale à 0.5% de la section du béton/m. De plus, l’article B53.3 indique
que les barres de gros diamètres placées à l’extrémité d’un élément mince exposé aux
intempéries (cas des acrotères) sont à éviter vu le risque de corrosion de l’acier et
d’éclatement du béton. Le diamètre des armatures des éléments saillants ne doit pas dépasser
10 mm.

D’autre part, les joints de dilatation nécessitent un type spécial d’acrotère pour empêcher
l’infiltration de l’eau inter bloc. De ce fait, deux modèles d’acrotères sont à dimensionner.  

2. Acrotère sur mur 


Section de béton B  1200cm 2
Section d’acier As :
As  0, 005B  As  6cm 2
 Soit 8HA10
3. Acrotère sur joint 
Section de béton :
B 1 =1430 cm2 (petit acrotère).
B 2 = 750 cm2 (acrotère couvrant le joint).
Section d’acier As :
Asc1  7.2 cm2 (petit acrotère).
 Soit 10HA10
Asc 2  3.75 cm2 (acrotère couvrant le joint).
 Soit 5HA10

CHAIBI&JENZRI
97
PFE ENIT 2008

On présente ci-après les détails des deux modèles d’acrotère.

4. Ferraillage 

Figure 53.Détail acrotère sur mur

Figure 54.Détail acrotère sur joint

CHAIBI&JENZRI
98
PFE ENIT 2008

Chapitre 10 : Etude d’une poutre courbe

1. Présentation et modèle de calcul 


L’objet de cette section est l’étude d’une poutre continue circulaire située au niveau du
plancher haut rez-de-chaussée.
La figure 55 présente les caractéristiques de cette poutre.

Figure 55.Caractéristiques de la poutre.

La poutre en question est à une fibre moyenne circulaire de rayon r = 5m. En outre elle
comprend deux travées repérées par les angles au centre :
λ1=46°=0.803 rad
λ2=42°=0.733 rad
La section de la poutre étant carrée de côté a=30 cm, ce qui donne les caractéristiques
intrinsèques suivantes :
 E : module d’élasticité longitudinale (module d’Young)
E  11000 3 f c 28  29859 MPa
 G : module d’élasticité transversale
E 29859
G   12441 MPa
2(1  ) 2(1  0.2)
 I : moment d’inertie de la section [7]
a 4 304
I   67500 cm 4
12 12
 K : moment de rigidité à la torsion
a4
K  135000 cm 4
6

CHAIBI&JENZRI
99
PFE ENIT 2008

2. Chargement de la poutre 

En plus de son poids propre et la surcharge de mur, la poutre est soumise à une surcharge
permanente et à une surcharge d’exploitation transmises par le plancher.
D’après la visualisation des lignes de rupture et des zones de report de charge des dalles au
moyen du logiciel Arche ossature lors de la phase d’analyse, on supposera que la zone
d’influence des charges surfaciques est une bande de largeur 1m.
 Charge permanente 

g  25  0.32  2.3  7.3 1  11.85 kN m


 Charge d’exploitation 
q  1.5 1  1.5 kN m

pu  1.35 g  1.5q  18.25 kN / m


ps  g  q  13.35 kN / m
pu
   1.37
ps
3. Méthode de calcul des poutres continues circulaires uniformément chargées [6]

Figure 56.Modélisation de la poutre.


Une poutre continue à fibre moyenne circulaire comportant n travées et n+1 appuis Ai est
2(n+1)-3=2n-1 fois hyperstatique.
La connaissance des n-1 moments fléchissants Mi sur les appuis intermédiaires nous suffit
pour calculer les efforts dans chaque travée. Pour ce faire, on applique la relation des trois
moments :
bi M i 1  (ci  ai 1 ) M i  bi 1M i 1  i"  i'1
Avec :
ai, bi et ci sont les coefficients de souplesse de la ième travée Ai-1Ai .

CHAIBI&JENZRI
100
PFE ENIT 2008

Dans notre cas, le moment d’inertie I est constant le long d’une travée. Ce qui donne les
valeurs suivantes des coefficients de souplesse :
1 1 i  sin i cos i r 1 1
ai  ci  r (  )  (  )
EI GK 2 sin 2 i GK i tg i
1 1 sin i  i cos i r 1 1
bi  r (  )  (  )
EI GK 2 sin 2 i GK sin i i
i' , i" : Les rotations des extrémités de la ième travée Ai-1Ai supposée indépendante et
soumise à la charge répartie p :
pl 3 EI i 2
   
i
' "
i(1  (2  ) )
24 EI GK 10

4. Calcul du moment fléchissant en travée 


Le moment fléchissant dans une travée s’exprime en fonction du moment i ( ) dans la
travée supposée indépendante et des moments sur appuis :
sin( i   ) sin 
mi ( )  i ( )  M i 1  Mi
sin  i sin  i
 i Désignant la portée angulaire de la travée, et  l’abscisse angulaire d’une section comptée
à partir de l’appui de gauche Ai-1.
  
sin sin( i )
i ( )  2 pr 2 2 2
i
cos( )
2
5. Calcul de l’effort tranchant en travée 
On suppose que la rigidité de torsion est constante. Ce qui donne la formule simplifiée
suivante de calcul de l’effort tranchant en travée de la poutre continue :
M i  M i 1
Ti ( )   i ( ) 
ri
Avec :
i
 i ( )  pr (
  )  : L’effort tranchant dans la travée supposée indépendante.
2
6. Calcul du couple de torsion en travée 
De même, Le couple de torsion en travée de la poutre est calculé comme suit :
1 cos( i   ) 1 cos( )
Ci ( )   i ( )  M i 1 (  )  Mi (  )
i sin  i  i sin  i
Avec :

CHAIBI&JENZRI
101
PFE ENIT 2008

 i
sin(
)  
 i ( )   pr 2 ( 2  ( i ))  : Couple de torsion dans la travée isolée.
i 2
cos( )
2
7. Tableau de résultats 
L’application numérique des formules évoquées se récapitule dans le tableau16.

Tableau 16.Récapitulatif des résultats

Appuis A1 A2 A3
travée T1 T2
Portée angulaire λi (rad) 0,803 0,733
Portée l i(m) 4,015 3,665
a i=c i 7,65773E-08 6,82106E-08
bi 4,2204E-08 3,70159E-08
g:Charge perm (kN/m) 9,55 9,55
q:Charge d'exploit (kN/m) 1,5 1,5
pu:Charge ultime (kN/m) 15,14 15,14
rotations ω'i //ω"i 2,4442E-06 -2,444E-06 1,8061E-06 -1,806E-06
Moments sur app Mi (kNm) 0 -29,3550 0
μi(θmi) 30,86 24,32
travée supposée indép τi(θ=0)&τi(θ=λi) 30,40 -30,40 27,75 -27,75
χi(θ=0)&χi(θ=λi) -8,73 0 -6,57 0
m(θmi) 18,54 13,34
travée de la poutre continue Ti(θ=0)&Ti(θ=λi) 30,40 -59,75 -1,61 -27,75
Ci(θ=0)&Ci(θ=λi) -4,48 -8,22 0,88 -3,82

Avec :

θm1 (rad) 0,31


θm2 (rad) 0,48

Représentent les portées angulaires correspondant aux moments fléchissants maximaux dans
les deux travées de la poutre. 
Par ailleurs, l’effort tranchant et le couple de torsion atteignent leurs valeurs maximales sur
appuis.

CHAIBI&JENZRI
102
PFE ENIT 2008

8. Travée P0-P1 [4]

8.1 Contrainte tangente due à l’effort tranchant 

T1 T1 0.072
 uT 1     0.8 MPa
bd a 2 0.32

8.2 Contrainte tangente due au couple de torsion 


La figure56 présente la section équivalente.

Figure 57.Section équivalente.


C1u
 uC1 
2a0 
Avec :
a0 =5cm : épaisseur de la paroi de la section creuse équivalente
C1max=0,099 MNm : couple de torsion maximal
r = 30 cm : plus petit diamètre du cercle inscriptible dans le contour extérieur 
a 30
a0    5 cm
6 6
  = (30-5)2 =625 cm2 : aire grisée
0.0099
 uC1   1.584 MPa
2  0.05  0.0625

CHAIBI&JENZRI
103
PFE ENIT 2008

8.3 Vérification du béton 


On doit respecter, dans le cas d’une section pleine, la condition suivante :

 2u   2lim
Avec, pour une fissure peu préjudiciable :
f cj
 lim  min(0.2  ;5MPa)  2.67 MPa
b
 u   2uC1   2uT 1  1.5842  0.82  1.77 MPa
D ' où  u   lim O.K .

8.4 Armatures longitudinales 

 Armatures longitudinales pour la flexion 


Mu 0.0223
bu    0.09
ad 2 f bu 0.3  0.27 2  11.33
3440  49 f c 28  3050
lu   0.264
104
bu  lu  A '  0
bu  0.275  Méthode simplifiée
zb  d (1  0.6 bu )  0.255m
On calcule alors la section des aciers tendus pour la section la plus sollicitée en
moment fléchissant :
104 M u 0.0223
A  104  2.51 cm 2
zb f ed 0.255  348
ft 28 1.8
Amin  0.23 ad  0.23 30  27  0.84cm 2
fe 400
On retient A  2.51 cm 2
 Armatures longitudinales pour la torsion 

Le calcul est mené par l’application de la règle des coutures au plan de la section droite sur
appui et correspondant à la valeur du couple de torsion maximale :

CHAIBI&JENZRI
104
PFE ENIT 2008

A 1 C1u
f ed 
u 2
 A1  0.0099 106  1 cm 2 / cm
u 2  625  348 44
u 4  25
 A1  44  44  2.27 cm2
On vérifie ensuite la condition du pourcentage minimal de la quantité d’acier :
 A1 f  0.4 MPa
e
a0 .u
A 1

1
 0.4
5

1
cm 2 / cm O.K .
u 44 400 200

 Détermination des armatures longitudinales 

Le cumul des armatures longitudinales pour la flexion et pour la torsion donne :


A   A1  2.51  2.27  4.78 cm 2
Soit 4 HA14  Aréel  6.16 cm 2

8.5 Armatures transversales

 Armatures transversales pour l’effort tranchant 

L’application de la règle des coutures nous permet de calculer les armatures d’âme pour
l’effort tranchant :
At f et  u  0.3 k ftj
. 
a.st  s 0.9 (sin   cos  )

Avec :
k  1  : Cas de flexion simple
  90  : Les armatures transversales sont perpendiculaires aux armatures longitudinales
At a( u  0.3 f tj )  s

st 0.9 f et
30(0.8  0.3  1.8) 1.15

0.9 235
1
 cm 2 / cm
23.6
- Pourcentage minimal :

CHAIBI&JENZRI
105
PFE ENIT 2008

At
f et  0.4 MPa
a.st
At 0.3 2 1
  0.4 10  cm 2 / cm
st 235 19.6
 At  1
D’où :    cm 2 / cm
s
 t T 19.6

- Espacement maximal :

st  min(0.9d ; 40cm)  min(0.9  27; 40)


Soit : st  24cm

 Armatures transversales pour la torsion 


- Calcul:

At C
. f et  1u
st 2
At 0.0099 1
  102  cm 2 / cm
st 2  0.0625  235 29.7
- Pourcentage minimal :

At
f et  0.4 MPa
a0 .st
At 0.05 2 1
  0.4 10  cm 2 / cm
st 235 117.5
On retient :
 At  1
   cm 2 / cm
s
 t C 29.7
 Détermination des armatures transversales 

Le cumul des deux systèmes d’armatures transversales donne :


At  At   At  1 1 1
       cm2 / cm
st  st  T  st  C 19.6 29.7 11.8

CHAIBI&JENZRI
106
PFE ENIT 2008

 Répartition des armatures transversales 

Pour un st 0  10 cm , on a At  0.85 cm
2

Pour coudre les armatures longitudinales, on se dispose d’un cadre et de deux étriers de

diamètres   6 mm  At , réel  6  0.28  1.68 cm


2

Les espacements (en cm) à adopter en partant du nu d’appui et jusqu’à mi-portée sont les
suivants : [8]
10 + (2 × 20) + (3 × 20) + (2 × 25) + (2 × 35) + (4 × 40)
Le ferraillage est ensuite complété par symétrie jusqu’au nu d’appui.
En revanche, on doit tenir compte de l’espacement maximal : st  24cm
Ce croquis montre la répartition des armatures d’âme dans la travée T1 de la poutre
courbe. Il est à mentionner que le rayon de courbure est de 5m.

8.6 ferraillage T1 

Figure 58.Ferraillage T1

CHAIBI&JENZRI
107
PFE ENIT 2008

9. Travée P1-P2 [4]
9.1 Contrainte tangente due à l’effort tranchant 

T2 T2 0.0334
 uT 2     0.37 MPa
bd a 2 0.32

9.2 Contrainte tangente due au couple de torsion 


C2 u
 uC 2 
2a0 
Avec :
a0 =5cm : épaisseur de la paroi de la section creuse équivalente
C2max=0,0461 MNm : couple de torsion maximal
r= 30 cm : plus petit diamètre du cercle inscriptible dans le contour extérieur 
a 30
a0    5 cm
6 6
  = (30-5)2 =625 cm2
0.00461
 uC 2   0.74 MPa
2  0.05  0.0625

9.3 Vérification du béton 


On doit respecter, dans le cas d’une section pleine, la condition suivante :
 2u   2 lim
Avec, pour une fissure peu préjudiciable :
f
 lim  min(0.2  cj ;5MPa)  2.67 MPa
b
 u   2uC 2   2uT 2  0.74 2  0.37 2  0.83MPa
D ' où  u   lim O.K .
9.4 Armatures longitudinales 

 Armatures longitudinales pour la flexion 

CHAIBI&JENZRI
108
PFE ENIT 2008

Mu 0.0161
bu    0.065
ad 2 f bu 0.3  0.27 2 11.33
lu  0.264
bu  lu  A '  0
bu  0.275  Méthode simplifiée
zb  d (1  0.6 bu )  0.26m
On calcule alors la section des aciers tendus pour la section la plus sollicitée en
moment fléchissant :
104 M u 0.0161
A  104  1.78 cm 2
zb f ed 0.26  348
ft 28 1.8
Amin  0.23 ad  0.23 30  27  0.84cm 2
fe 400
On retient A  1.78 cm 2
 Armatures longitudinales pour la torsion 

Le calcul est mené par l’application de la règle des coutures au plan de la section droite sur
appui et correspondant à la valeur du couple de torsion maximale :
A 2 C2 u
f ed 
u 2
 A2  0.00461 106  1 cm2 / cm
u 2  625  348 94.4
u 4  25
 A2  94.4  94.4  0.94 cm2

On vérifie ensuite la condition du pourcentage minimal de la quantité d’acier :


 A1 f  0.4 MPa
e
a0 .u
A 1

1
 0.4
5

1
cm 2 / cm O.K .
u 94.4 400 200

 Détermination des armatures longitudinales 

Le cumul des armatures longitudinales pour la flexion et pour la torsion donne :

CHAIBI&JENZRI
109
PFE ENIT 2008

A   A1  1.78  0.94  2.72 cm 2


Soit 4 HA10  Aréel  3.14 cm 2
9.5 Armatures transversales 

 Armatures transversales pour l’effort tranchant 

L’application de la règle des coutures nous permet de calculer les armatures d’âme pour
l’effort tranchant :
At f et  u  0.3 k ftj
. 
a.st  s 0.9 (sin   cos  )

Avec :
k  1  : Cas de flexion simple
  90  : Les armatures transversales sont perpendiculaires aux armatures longitudinales
At a ( u  0.3 f tj )  s

st 0.9 f et
30(0.83  0.3  1.8) 1.15

0.9 235
1
 cm 2 / cm
21.1

- Pourcentage minimal :

At
f et  0.4 MPa
a.st
At 0.3 2 1
  0.4 10  cm 2 / cm
st 235 19.6
 At  1
D’où :   cm 2 / cm
s
 t T 19.6
- Espacement maximal :

st  min(0.9d ; 40cm)  min(0.9  27; 40)


Soit : st  24cm

 Armatures transversales pour la torsion 


- Calcul:

CHAIBI&JENZRI
110
PFE ENIT 2008

At C
. f et  2u
st 2
At 0.00461 1
  106  cm 2 / cm
st 2  625  235 63.7
- Pourcentage minimal :

At
f et  0.4 MPa
a0 .st
At 0.05 2 1
  0.4 10  cm 2 / cm
st 235 117.5

On retient :

 At  1
   cm 2 / cm
 st  C 63.7

 Détermination des armatures transversales 

Le cumul des deux systèmes d’armatures transversales donne :

At  At   At  1 1 1
       cm2 / cm
st  st T  st  C 19.6 63.7 15
 Répartition des armatures transversales 

Pour un st 0  10 cm , on a At  0.67 cm
2

Pour coudre les armatures longitudinales, on se dispose d’un cadre et deux étriers de
diamètres   6 mm  At ,réel  6  0.28  1.68 cm 2
Les espacements (en cm) à adopter en partant du nu d’appui et jusqu’à mi-portée sont les
suivants : [8]
10 + (2 × 20) + (3 × 20) + (2 × 25) + (2 × 35) + (4 × 40)
Le ferraillage est ensuite complété par symétrie jusqu’au nu d’appui.
En revanche, on doit tenir compte de l’espacement maximal : st  24cm

CHAIBI&JENZRI
111
PFE ENIT 2008

Ce croquis montre la répartition des armatures d’âme dans la travée T1 de la poutre


courbe. Il est à mentionner que le rayon de courbure est de 5m.

9.6 Ferraillage T2

Figure 59.Ferraillage T2

Chapitre 11 :  Etude d’un mur voile

1. Présentation et modèle de calcul


1.1 Dimensions

On se propose, dans cette section, de modéliser et calculer le voile porteur n°17 situé au
niveau du sous-sol. Les dimensions du voile sont, comme indiqué sur la figure 60 : [4]
Hauteur : h  3m
Longueur : l  4.96m
Epaisseur : e  0.2m

CHAIBI&JENZRI
112
PFE ENIT 2008

Figure 60.Dimensions du voile


1.2 chargement

Le mur-voile porte la dalle n°23 du plancher haut sous-sol et reçoit la poussée des terres.
 Charges réparties verticales

G0 : Poids propre du voile


G0  25  0.2  2,7  13.5 kN / m
G1, Q1 : charges issues de la dalle et sont données par le module Exploitation de Arche
Ossature
G1  15.45 kN / m
Q1  8.87 kN / m
Résumé :
G  G0  G1  28.95 kN / m 
 
Q  Q1  8.87 kN / m 
 Charges horizontales

Poussée de la terre g(z) : c’est une charge permanente qui dépend de la profondeur z :
g ( z)  K p  z
 0.5 18 z
 9 z (kN / m 2 )

CHAIBI&JENZRI
113
PFE ENIT 2008

Surcharge d’exploitation q : Elle est due à la présence d’un ouvrage avoisinant qui est le
bloc B.
q  K a  4  2 kN / m 2
1.3 Modèle de calcul

Le mur-voile est encastré par son extrémité inférieure à la longrine sur laquelle il repose.
Cet encastrement est assuré par des dispositions de ferraillage convenables. En plus, son
extrémité supérieure est considérée simplement appuyée sur le plancher haut sous-sol.
Le voile sera calculé comme une poutre encastrée d’un côté et simplement appuyée de l’autre.
La largeur de la poutre étant 1m et sa hauteur 0,2m.
Le modèle et les différents chargements sont représentés sur la figure61.

Figure 61.Modèle de calcul

2. Les sollicitations

On suppose que les fissurations sont préjudiciables, ce qui mène à calculer les sollicitations
à l’ELS. Pour ce faire, on exploitera le module Arche Poutre afin de déterminer les courbes
du moment fléchissant (Figure 62), de l’effort tranchant (Figure 63) et de l’effort normal
(Figure 64).

CHAIBI&JENZRI
114
PFE ENIT 2008

Figure 62.Moment fléchissant à l’ELS, Ms (kN.m/ml)

Figure 63.Effort tranchant à l’ELS, Vs (KN/ml)

CHAIBI&JENZRI
115
PFE ENIT 2008

Figure 64.Effort normal à l’ELS, Ns (kN)

3. Le ferraillage

On commence par présenter les sollicitations qu’on utilisera pour le calcul :


M st  8.5 kN .m / ml
M sa  18.5 kN .m / ml
N s  37.8 kN
Vs  36 kN / ml
La fissuration est préjudiciable, le calcul est mené à l’ELS :
2
 s  Min( f e ; Max(0.5 f e ;110  f tj )
3
2
 Min( 400; Max(0.5  400;110 1.6  1.8)
3
 267 MPa
 bc  0.6 f cj  0.6  20  12 MPa
 Moment résistant du béton réduit :

n  bc 15 12
1    0.403
n  bc   s 15 12  267
1   
rb  1 1  1   0.174
2  3

CHAIBI&JENZRI
116
PFE ENIT 2008

3.1 Armatures en travée

- Sollicitations de calcul en travée :

N s  37.8 kN
{ M s 8.5 kN . m
Ce qui donne l’excentricité par rapport au centre de gravité de la section du béton seul à
l’ELS :
Ms
e0 s   0.22m
Ns

- Sollicitations ramenées au centre de gravité des aciers tendus :


h
ea  e0 s  ( d  )
{ M s / A  N s .ea
2

h 0.2
ea  e0 s  ( d  )  0.22  (0.17  )  0.29 m
{ 2 2
M s / A  N s .ea 37.80.29 10.96 kN .m
- Type de calcul :
h
On a N s  0 : (Compression) et e0 s  0.29m   0.033  Section partiellement
6
tendue.
Dans une première partie, les calculs seront effectués en flexion simple. Les résultats seront
ensuite utilisés pour un calcul en flexion composée.

- Calcul des armatures en flexion simple :


Ms/ A 10.96 103
s    0.03
b0  d 2   bc 1 0.17 2 12
 s  0.03  rb  0.174  As'  0
 Méthode simplifiée :

CHAIBI&JENZRI
117
PFE ENIT 2008

  
zb  d  1  1   0.15m
 3
M s / A 10.96 10 3 4
As   10  2.74cm 2
zb  s 0.15  267

- Armatures en flexion composée :


A ' As' A '0
{ N
A As  s
{
A  2.74
37.8103 4
10 1.32 cm 2
s 267

- Condition de non fragilité :


ftj e0 s  0.45d
Amin  0.23 bd  1.45cm2
fe e0 s  0.185d
Amin  1.45cm 2  A  1.32cm 2  
 Il faut donc prévoir la section minimale, soit 4 HA8  Aréel  2cm 2

3.2 Armatures sur appuis

- Sollicitations de calcul sur appui :

N s  37.8 kN
{ M s 18.5 kN . m
Ce qui donne l’excentricité par rapport au centre de gravité de la section du béton seul à
l’ELS :
Ms
e0 s   0.49m
Ns

- Sollicitations ramenées au centre de gravité des aciers tendus :


h
ea  e0 s  ( d  )
{ M s / A  N s .ea
2

CHAIBI&JENZRI
118
PFE ENIT 2008

h 0.2
ea  e0 s  ( d  )  0.49  (0.17  )  0.56 m
{ 2 2
M s / A  N s .ea 37.80.56   21.17 kN .m
- Type de calcul :
h
On a N s  0 : (Compression) et e0 s  0.49m   0.033  Section partiellement
6
tendue.
Dans une première partie, les calculs seront effectués en flexion simple. Les résultats seront
ensuite utilisés pour un calcul en flexion composée.

- Calcul des armatures en flexion simple :


Ms/ A 21.17 103
s    0.06
b0  d 2   bc 1 0.17 12
2

 s  0.06  rb  0.174  As'  0


 Méthode simplifiée :
  
zb  d 1  1   0.15m
 3
M s / A 21.17  103 4
As   10  5.29cm 2
zb  s 0.15  267

- Armatures en flexion composée :


A ' As' A '0
{ N
A As  s
{
A 5.29
37.8103 4
10 3.87 cm 2
s 267

- Condition de non fragilité :


ftj e0 s  0.45d
Amin  0.23 bd  1.59 cm 2
fe e0 s  0.185d
Amin  1.59cm 2  A  3.87cm 2    OK
 On prévoit la section A, soit 4 HA12  Aréel  4.52 cm 2

3.3 Arrêt des barres

CHAIBI&JENZRI
119
PFE ENIT 2008

- Armatures sur appuis 


La longueur de recouvrement est égale à lr  40  48cm

- Armatures en travée
lr  40  32cm à partir de x0
avec M ( x0 )  0  x0  0.6m

3.4 Schéma de ferraillage

Figure 65.Ferraillage d’un mètre linéaire de voile

CHAIBI&JENZRI
120
PFE ENIT 2008

Chapitre 12 : Estimation du coût du lot structure

 
Les quantités estimatives du béton de propreté, du béton armé en fondation et en élévation, du

béton banché, des fouilles et des planchers sont données sur le tableau17 ci-dessous. Les

détails de calcul du métré lot structure sont présentés dans l’annexe.

Tableau 17.Coût unitaire et coût global


DÉSIGN
N° ATION       UNIT QUANTITE  
FOUILLES EN m3
1 PUITS       230,00
FOUILLES EN m3
2 RIGOLES       596,00
REMBLAI m3
PROVENANT
3 DE FOUILLES       74,00
BETON DE m3
4 PROPRETE       107,00
BETON m3
5 BANCHE       664,00
6 GROS BETON       m3 381,00
BETON ARME m3
7 EN FONDATION       464,00

CHAIBI&JENZRI
121
PFE ENIT 2008

BETON ARME m3
8 EN ELEVATION       355,00
PLANCHER
9 (16+5)       m2 1 034,00
PLANCHER m2
10 (19+6)       408,00
2
PLANCHER m
11 (25+5)       349,00
2
CHAPE ARME m
13 DE 8cm       1 790,00
2
HERISSON EN m
PIERRE SECHE 1790,0
14 DE 15 cm        
BETON m2
LEGEREMENT
15 ARME         102,0

CONCLUSION

Vu la diversité des éléments étudiés, ce projet nous a été l’occasion d’approfondir nos
connaissances et de les mettre en preuve en confrontant des problèmes réels et des
difficultés à les quelles nous aurons à faire face dans l’avenir.

De plus, nous avons pu noter l’importance de la conception qui représente une étape de
travail principale pour l’ingénieur et qui réside dans le choix judicieux des éléments de la
structure, la prise en compte des contraintes architecturales et les difficultés de réalisation
sur chantier et la réflexion à propos de l’économie de la structure conçue.

Enfin, il est à signaler que l’étude des différents éléments du projet nous a permis de
maîtriser et d’appliquer les connaissances théoriques acquises au cours de nos études et de

CHAIBI&JENZRI
122
PFE ENIT 2008

manipuler des logiciels de calcul et de conception indispensables à savoir Arche et


AUTOCAD.

Bibliographie

[1] Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé
suivant la méthode des états-limites (Règles BAEL 91 modifiées99), 2000, édition Eyrolles.

[2] Règles Neige et vent 65 et annexes, RèglesN84, édition Eyrolles

[3] Henry THONIER : conception et calcul des structures bâtiments (tomes 1et4),1999,
édition Presses de l’école nationale des ponts et chaussés.

[4] Jean PERCHAT, Jean ROUX : Pratique du BAEL91, 1995, édition Eyrolles

[5] Jean Pierre MOUGIN: Guide de calcul Béton armé, édition Eyrolles

[6] Jean COURBON: Techniques de l’Ingénieur, traité Construction, Structures élastiques


planes chargées normalement à leur plan [C2 020]

CHAIBI&JENZRI
123
PFE ENIT 2008

[7] Jean COURBON, Jean-Noël THEILLOUT: Techniques de l’Ingénieur, traité


Construction, Résistance des matériaux(Formulaire) [C2 060]

[8] Jean PERCHAT: Techniques de l’Ingénieur, traité Construction, Pièces soumises à des
sollicitations tangentes et Sollicitations d’adhérence [C2 308]

CHAIBI&JENZRI
124