Vous êtes sur la page 1sur 82

Institut Supérieur des Etudes Technologiques de RADES

Département Génie Mécanique

Cours
Conception et dimensionnement
des installations de climatisation
Classes : Deuxième année Licence appliquée en génie mécanique

Parcours : Climatisation industrielle

Ayadi Walid
ayadi.walid@gmail.com

Année universitaire : 2013-2014


Page vide
TABLE DES MATIERES
1. Introduction ................................................................................................... 9
1.1. La climatisation ............................................................................................................ 9

1.2. Le confort ..................................................................................................................... 9

1.3. Domaines de climatisation ........................................................................................ 11

1.4. Besoin en climatisation .............................................................................................. 12


1.4.1. Chauffage-rafraîchissement .......................................................................................... 12
1.4.2. Climatisation de confort ................................................................................................ 12
1.4.3. Conditionnement d’air .................................................................................................. 13

1.5. Respect de l’environnement ...................................................................................... 14


2. Généralités sur le traitement de l’air ........................................................ 17
2.1. Propriétés et grandeurs de l’air humide .................................................................... 17
2.1.1. Constituants de l’air ...................................................................................................... 17
2.1.2. Caractéristiques de l’air humide ................................................................................... 18
2.1.3. Diagramme de l’air humide ........................................................................................... 26
2.1.4. Exercices d’application .................................................................................................. 30

2.2. Les évolutions élémentaires de l’air .......................................................................... 39


2.2.1. Chauffage ...................................................................................................................... 39
2.2.2. Refroidissement ............................................................................................................ 40
2.2.3. Humidification ............................................................................................................... 42
2.2.4. Mélange de deux airs .................................................................................................... 45
2.2.5. Exercices d’application .................................................................................................. 46

3. Les charges thermo-hydriques .................................................................. 50


3.1.1. Les charges estivales : ................................................................................................... 50
3.1.2. Les charges hivernales :................................................................................................. 51

3.2. Bilan thermo-hydrique ............................................................................................... 51


3.2.1. Les facteurs influant sur la charge d’un Local: .............................................................. 53
3.2.2. Conditions de soufflage ................................................................................................. 53
3.2.3. Etude de cas : ................................................................................................................ 55
4. Les centrales de traitement d’air............................................................... 57
4.1. Introduction ............................................................................................................... 57

4.2. Constitution des centrales de traitement d’air ......................................................... 58


4.2.1. Caisson de mélange ....................................................................................................... 59
4.2.2. Caisson de filtration....................................................................................................... 60
4.2.3. Batterie chaude ............................................................................................................. 60
4.2.4. Batterie froide ............................................................................................................... 61
4.2.5. Caisson de bipasse......................................................................................................... 64
4.2.6. Humidificateur............................................................................................................... 64
4.2.7. Ventilateur..................................................................................................................... 65
4.2.8. Accessoires .................................................................................................................... 66

4.3. Type et position des caissons .................................................................................... 67


4.3.1. Exercices 1 ..................................................................................................................... 69

4.4. Caisson de mélange à 3 registres............................................................................... 71


4.4.1. Exercices 2 ..................................................................................................................... 71

4.5. Les caissons de mélange sur les caissons alignés ...................................................... 73


4.5.1. Exercices 3 ..................................................................................................................... 74

Références bibliographiques

Annexes
LISTE DES FIGURES
Figure 1. Facteurs influants sur la perception du confort chez l’être humain ......................... 11

Figure 2. Courbe de saturation de l’air humide dans le plan (Ps,T) ......................................... 21

Figure 3. Diagramme de l'air humide (source : Traitement de l’air et climatisation,


Techniques de l’Ingénieur, traité Génie énergétique) ............................................................. 29

Figure 4. Imprime écran de la calculatrice psychrométrique du logiciel « DimClim »............. 34

Figure 5. Opération de chauffage de l'air ................................................................................. 39

Figure 6. Représentation d’un échauffement à pression constante sur le diagramme de l’air


humide ...................................................................................................................................... 40

Figure 7. Opération de refroidissement avec déshumidification de l’air................................. 40

Figure 8. Représentation d’un refroidissement avec déshumidification à pression constante


sur le diagramme de l’air humide............................................................................................. 41

Figure 9. Opération d'humidification par injection de vapeur d'eau ....................................... 42

Figure 10. Représentation d’une humidification par injection de vapeur d’eau sur le
diagramme de l’air humide ...................................................................................................... 43

Figure 11. Opération d'humidification par pulvérisation d'eau ............................................... 43

Figure 12. Représentation d’une humidification adiabatique sur le diagramme de l’air


humide ...................................................................................................................................... 44

Figure 13. Opération de mélange de deux airs ........................................................................ 45

Figure 14. Représentation d’un mélange de deux airs à pression constante sur le diagramme
de l’air humide .......................................................................................................................... 46

Figure 15. Les apports des charges estivales dans l'habitacle ................................................. 50

Figure 16. Les déperditions des charges hivernales dans l'habitacle....................................... 51

Figure 17. Point de soufflage en saison estivale par rapport au point de l’intérieur .............. 52

Figure 18. Point de soufflage en saison hivernale par rapport au point de l’intérieur ............ 52

Figure 19. Droite de pente de soufflage ................................................................................... 54

Figure 20. Photo d'une CTA ...................................................................................................... 57

Figure 21. Exemple de composition d'une CTA ........................................................................ 58


Figure 22. Volets d'un caisson de mélange .............................................................................. 59

Figure 23. Exemple de montage d’un caisson de mélange ...................................................... 59

Figure 24. Batterie chaude ....................................................................................................... 62

Figure 25. Batterie froide ......................................................................................................... 63

Figure 26. Humidificateurs adiabatiques ................................................................................. 65

Figure 27. Ventilateur centrifuge ............................................................................................. 66


LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1. Exemple de recommandation des conditions de confort dans l'habitacle d’une
voiture relatives aux conditions de base d’été (NF ISO 7730) ................................................. 10

Tableau 2. Exemple de conditions climatiques extérieures de base en été ............................ 10

Tableau 3. Les unités des grandeurs de base dans le système international (SI) .................... 18

Tableau 4. Liste non exshaustive de logiciels de psychrométrie ............................................. 27

Tableau 5. Tableau comparatif des caractéristiques d’un point d'air humide obtenues par
trois méthodes.......................................................................................................................... 35

Tableau 6. Qualité des filtres .................................................................................................... 60


1
Introduction

Page 8 / 82
Chapitre 1 : Introduction

1. Introduction

1.1. La climatisation
La climatisation est une technique qui permet de maintenir l’ambiance d’un milieu dans les
conditions de confort de l’être humain quelques soient les conditions extérieures.

La climatisation ne se limite pas uniquement au refroidissement d’une ambiance. La


climatisation est un concept plus général qui permet d’apporter un chauffage et/ou un
refroidissement et/ou une déshumidification ou même un simple brassage et une ventilation
indispensables pour atteindre le confort optimal.

On peut dire que la climatisation est un ensemble de processus qui consiste à manipuler et
faire varier les caractéristiques aéro-thermo-physiques de l’air.

1.2. Le confort
Le confort est une sensation de bien être lorsqu'on est exposé à une ambiance où plusieurs
conditions doivent se rassembler. En effet, Le confort ne dépend pas exclusivement de la
température, mais également des conditions d'humidité de l'air intérieur, de la vitesse
d’écoulement de l’air, du niveau sonore dans le milieu climatisé et de la qualité d'air
intérieure (QAI). Pour un automobiliste, ces quatre aspects du confort sont indissociables car
le défaut de l’un portera tort aux autres.

La notion de confort reste toujours une notion subjective car sa perception est fortement
liée à l’état psychologique et physiologique de l’individu. Les valeurs « de confort »
proposées par les normes ou les recommandations sont des valeurs moyennes car il y a une
énorme variabilité intra et surtout interindividuelle de la sensation. La température à elle
seule dépend d'une température résultante sèche, sorte de moyenne des températures de
l’entourage intérieur et des flux rayonnés par les différents corps et parois.

La norme française NF ISO 7730 définit des exigences de confort recommandé. Le Tableau 1
montre l’ordre de grandeur des principaux facteurs de confort relatifs aux conditions de
base données au Tableau 2 en saison estivale.

Ayadi.walid@gmail.com Page 9 / 82
Chapitre 1 : Introduction

Paramètre Usuelles Optimales

Température sèche 20 à 30 °C 24 à 25 °C

Humidité relative 35 à 70 % 40 à 60 %

Vitesse d’écoulement d’air 0.1 à 0.15 m/s

Débit d’air 20 à 30 m3/h/personne

Filtration d’air 50 μm

Niveau sonore 58 à 65 dB (A)

Tableau 1. Exemple de recommandation des conditions de confort dans l'habitacle d’une


voiture relatives aux conditions de base d’été (NF ISO 7730)

Ensoleillement 700 à 1000 W/m2

Température sèche 35 à 45 °C

Humidité relative 40 à 85 %

Vitesse relative véhicule/air 35 à 90 Km/h

Tableau 2. Exemple de conditions climatiques extérieures de base en été

Ayadi.walid@gmail.com Page 10 / 82
Chapitre 1 : Introduction

Echange de chaleur

• Convection
• Rayonnement
• Conduction
• Evaporation
• Sudation

Facteurs psychologiques Facteurs physiologiques

• Tempérament • Activité
• Stress • Age
• Lumières et couleurs • Santé

Facteurs thermiques

• Température de l’air
• Température des parois
• Ecoulement d’air
• Humidités relatives

Figure 1. Facteurs influants sur la perception du confort chez l’être humain

1.3. Domaines de climatisation


On peut classer la climatisation dans trois grands domaines :

• Confort des êtres humains (résidentiel, tertiaire, transport des personnes, …)

Ayadi.walid@gmail.com Page 11 / 82
Chapitre 1 : Introduction

• Conditionnement industriel pour des processus de production ou des activités


sensibles (pharmaceutique, pâtisserie, micro-électronique, salle blanches, bloc
opératoire, …)
• Stockage et conservation des produits (stock, rayons de produits alimentaires et
laitiers dans les grandes surfaces, transport de produit alimentaires, …)

1.4. Besoin en climatisation


Selon le type de local, son utilisation, le confort désiré, les objectifs du traitement d’air sont
différents.

1.4.1. Chauffage-rafraîchissement
Le chauffage et le rafraîchissement sont les traitements simplifiés appliqués à l’air ambiant.
Le but est d’obtenir une température de confort en hiver et un abaissement de température
de quelques degrés par rapport à l’air extérieur en été (2 à 3 K). Le traitement d’été apporte
une impression de fraîcheur. Seule la température est prise en compte. L’humidité n’est pas
contrôlée. Il peut en résulter occasionnellement une sensation d’inconfort.

Le chauffage-rafraîchissement peut être utilisé dans tous les domaines (habitat, tertiaire,
industrie) dès lors que l’aspect financier prend le pas sur l’aspect technique.

1.4.2. Climatisation de confort


La climatisation de confort regroupe l’ensemble des traitements appliqués à l’air ambiant
pour obtenir une ambiance interne de confort définie en température et humidité. Son but
est d’obtenir toute l’année des conditions favorables à la vie des occupants, leur santé, leur
bien-être. Dans l’habitat, elle vise le bien-être. Dans le tertiaire ou l’industrie, elle vise :

• Une amélioration de productivité au niveau du personnel ;


• Un agrément supplémentaire au niveau de la clientèle.
• Le traitement d’air prend en compte :
o La température ;
o L’humidité ;
o La propreté de l’air (impuretés, odeurs) ;
o Le niveau sonore ;
o La qualité de la diffusion (mouvements d’air, vitesse).

Ayadi.walid@gmail.com Page 12 / 82
Chapitre 1 : Introduction

La climatisation de confort s’applique à l’habitat (individuel ou collectif), au tertiaire


(magasins, bureaux, bâtiments publics...) et à l’industrie (bureaux, ateliers...).

1.4.3. Conditionnement d’air


Le conditionnement d’air représente l’ensemble des traitements appliqués à l’air ambiant
pour obtenir des caractéristiques précises de température et d’hygrométrie liées :

• à l’activité ;
• à un process ;
• aux conditions de conservation des produits entreposés.

Son but est d’obtenir, toute l’année, des résultats précis, constants et fiables qui seront
garants du bon fonctionnement de l’activité ou du process généré dans le local.

• Les paramètres pris en compte varient avec le type d’activité :


• propreté de l’air (impuretés, odeurs) ;
• température ;
• humidité ;
• charges internes fortes (sensible, latente).

En général, le maintien de ces paramètres s’accompagne d’exigences plus ou moins


draconiennes sur :

• la précision du résultat ;
• la constance du résultat dans le temps et dans l’espace ou la constance dans la
variation du résultat (rampe) ;
• la qualité du résultat (notion de salle blanche ou de salle propre).

Les domaines d’application sont vastes. Le conditionnement d’air s’applique :

• à l’industrie de précision (microélectronique, avionique, optique, horlogerie,


automobile, peinture, chimie fine...) ;
• à la biologie (agroalimentaire, pharmacie, cosmétique, biotechnologie, domaine
hospitalier...) ;
• aux laboratoires (recherche, mesure...) ;
• aux process (séchage, déshumidification de piscine...) ;
• aux locaux particuliers (téléphonie, ordinateurs...).

Ayadi.walid@gmail.com Page 13 / 82
Chapitre 1 : Introduction

1.5. Respect de l’environnement


Bien que la climatisation s’avère indispensable, il faut que son utilisation soit avec prudence
et rationnelle afin de respecter l’environnement et entre autre l’économie de l’énergie.
L’effet de serre est un phénomène naturel nécessaire à la vie, il permet d’avoir un équilibre
écologique sur terre. Il est dû à la présence de gaz dits « à effet de serre » dans l’atmosphère
(GES), dont leur quantité doit être respectée. Malheureusement, cette quantité augmente
de façon énorme suite aux émissions excessives des GES, ce qui accroît l’effet de serre et
perturbe très gravement le climat de la planète. La climatisation automobile influe sur l’effet
de serre par les émissions en équivalent CO2 causées par deux sources :

• La première source est associée aux pertes des fluides frigorigènes. En effet, les
installations de climatisation les plus répandues de nos jours utilisent des fréons
(HFC) qui contribuent grandement à l’effet de serre sur notre planète (GES). Ces
fluides viennent remplacer les (CFC) comme le R12 qui a été interdit depuis 2007
à cause de son potentiel important de destruction de la couche d’ozone (ODP : Le
potentiel de déplétion ozonique, de l'anglais Ozone Depletion Potential) en plus
de son effet de serre (GWP : potentiel de réchauffement globale, de l’anglais
Global Warming Potential).
• La deuxième est la surconsommation de carburant qu'entraîne la production
d’électricité. En effet, pour pouvoir comprimer le réfrigérant, le compresseur du
circuit frigorifique tire son énergie du moteur électrique. Pour cette raison il faut
que l’utilisation de la climatisation soit avec modération et pour un fort besoin.

Malgré que les fluides frigorigènes utilisés aujourd’hui ne contribuent pas à la destruction de
la couche d’ozone, mais ont un impact sur l'effet de serre beaucoup plus important que la
masse équivalente de gaz carbonique (CO2) (exemple pour le R134a: GWP = 1300 fois). Les
experts admettent que système perd chaque année le tiers du contenu en gaz de la boucle
de réfrigération d’où il faut bien maintenir le circuit frigorifique pour ne pas dégager ces gaz
dans l’atmosphère ainsi des réglementations et des normes se disposent de plus en plus
dans ce contexte.

D’autres alternatives sont en cours de développement et en train d’être mis en place qui
présentent moins d’effets néfastes sur l’environnement tel que l’utilisation d’autres fréons
moins polluants comme le R-1234yf (GWP = 4). Il y a aussi des initiatives qui commencent à
apparaitre visant à utiliser le CO2 (GWP = 1) comme frigorigène naturel (R744). Cependant,
plusieurs initiatives sérieuses commencent à chercher des solutions de climatisation plus
économiques et moins polluantes telles que la relance de la technique de production du
froid par absorption utilisant la chaleur dégagée par le moteur du véhicule ou l’énergie
solaire surtout avec le départ des véhicules hybrides.

Ayadi.walid@gmail.com Page 14 / 82
Chapitre 1 : Introduction

En France, depuis le 4 juillet 2009, un décret relatif à la protection de l’environnement et à la


réglementation de l’usage des frigorigènes, impose aux professionnels intervenant sur la
climatisation d’être agréés. Seuls les ateliers disposant d’une attestation de capacité sont
habilités à intervenir sur la climatisation.

Ayadi.walid@gmail.com Page 15 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

2
Généralités sur le traitement de l’air

Ayadi.walid@gmail.com Page 16 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

2. Généralités sur le traitement de l’air

2.1. Propriétés et grandeurs de l’air humide

2.1.1. Constituants de l’air


L’air que nous respirons est un mélange d’air sec, de vapeur d’eau et des polluants : c’est
l’air humide pollué. On considère :

• L’air sec : air pur totalement dépourvu d’humidité et sein de tout polluant. Il est
composé d’un certain nombre de gaz dont l’azote et l’oxygène occupent la grande
partie (78% N2 et 21% O2) et moins de 1 % d'autres gaz comme l’argon et le
dioxyde de carbone.
• L’air humide : c’est un mélange d’air sec et de vapeur d’eau sans aucun polluant.
L’humidité de l’air se présente sous forme
• de vapeur d’eau,
• de gouttelettes d’eau en suspension dans l’air (brume, brouillard, pluie),
• de particules de glace (givre ou neige).
• L’air humide pollué : air humide contenant des polluants. Les polluants sont
divers, on gardera essentiellement la poussière, les micro- organismes (virus
quelques dixième de micromètre, les bactéries 0.2 à 2 μm, les acariens quelques
dizaines de micromètres,..), les allergènes (pollens 20 à 55 μm de diamètre, …),
fumées (tabac, …), les odeurs.

Remarques : Hypothèse simplificatrice pour les calculs en climatisation :

• On considère que l’humidité est essentiellement constituée par la vapeur d’eau ;


• L’air sec et la vapeur d’eau se comportent comme des gaz parfaits ;
• La capacité thermique massique de l’air varie peu dans la plage de température
en climatisation (10 30[°C]). On peut prendre Cpair=1000 [J/kgK]
• Les indices « as », « v », « s » symbolisent respectivement l’air sec, la vapeur
d’eau, la saturation ;
• Les grandeurs seront exprimées dans les unités du système international (SI), sauf
indication:

Ayadi.walid@gmail.com Page 17 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

Grandeur Unité Symbole

Pression Pascal [Pa]

Température Kelvin [°K]

Masse kilogramme [kg]

Volume Mètre cube [m3]

Tableau 3. Les unités des grandeurs de base dans le système international (SI)

2.1.2. Caractéristiques de l’air humide

a. Loi des gaz parfaits


Cette loi sert à relier la pression (P), la température (T) et le volume (V) d’un gaz à la quantité
de particules (n, le nombre de moles) qu’il contient par l’équation :

Avec est la constante universelle des gaz parfaits. = 8 314,32 [ / . ]

L’application de la loi des gaz parfaits à l’air sec et à la vapeur d’eau donne :

pour l’air sec : = (1)

pour la vapeur d’eau : = (2)

Avec

!" est la pression partielle de l. air sec [Pa]

0 est la pression partielle de la vapeur d′eau [Pa]

45 678 9 9776 :6 . 9;<76= [kg]

0 678 9 9776 :6 9 @9A6B< : . 69B [kg]

Ayadi.walid@gmail.com Page 18 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

C45 678 9 9776 9;<6 :6 . 9;< 76= (28,964 [kg/ kmol])

C0 678 9 9776 9;<6 :6 9 @9A6B< : . 69B (18,016 [kg/ kmol])

b. Pression et masse volumique


Loi de Dalton : la pression totale d’un mélange de gaz parfaits est égale à la somme des
pressions partielles des différents gaz, considérés chacun comme occupant le volume total
du mélange à la température considérée.

JKJ = L + N

L’application de la loi de Dalton à un volume V d’air humide supposé un mélange de deux


gaz parfaits : l’air sec et la vapeur d’eau à la température T, permet d’écrire :

JKJ = J = + (3)

Avec JKJ est la pression totale de l. air humide (égale à la pression atmosphérique)

La pression atmosphérique dépende de l’altitude z. La référence de l’altitude est au niveau


de la surface de la mer (z=0 [m]). La pression atmosphérique moyenne peut être approchée
par la formule suivante en fonction de l'altitude:

J = STSUVW − SV Y + W, V. STZ[ YV (4)

D’après les équations (1) et (2), on peut écrire :

= [ ]
V\],TW
(5)

= [ ]
[^S,WS
(6)

D’où, on obtient la masse volumique de l’air sec et de la vapeur d’eau :

_ = = V\],TW [`a / U
] (7)

_ = = [^S,WS [`ab c / U
] (8)

Ayadi.walid@gmail.com Page 19 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

c. La pression de vapeur saturante


À une température donnée et constante, si l’on augmente la quantité d’humidité 0 , la
pression partielle de vapeur d’eau 0 croît jusqu’à une valeur maximale 5 appelée pression
partielle de vapeur saturante. A cette valeur, l’air humide est saturé, c’est-à-dire qu’il est
impossible, à cette température, de vaporiser une quantité d’eau supplémentaire. En effet,
toute addition d’eau ou de vapeur conduirait à la condensation instantanée de cette vapeur.

À la saturation, la masse de la vapeur d’eau présente dans le volume d’air V est alors
maximale :

d = [^S,WS
d
[`ab c ] (9)

La pression de saturation " dépend de la température. On peut retrouver cette relation


dans des tableaux, des abaques ou des logiciels. On peut aussi calculer la pression de
saturation en fonction de la température à l’aide des équations empiriques. CADIERGUES a
proposé la relation empirique suivante pour des températures T positives en [°C]:

= 10 [ 9] A B< > 0°t


f.ghi j
e nN,opooq
hklmj
5 (10)

d. La courbe de saturation
La courbe de saturation permet de partager le plan (T,Ps) en deux domaines bien distincts :


vapeur est inférieur à la pression de vapeur saturante 0 < 5 à une température
Un domaine en dessous de la courbe de saturation, dans le quel la pression de

donnée. Dans ce cas, l’air peut encore absorber de l’eau sous forme de vapeur.
C’est le domaine de la vapeur d’eau non saturante. Le traitement de l’air en
climatisation s’effectue dans ce domaine.

partielle de vapeur est constante 0 = 5 à une température donnée. C’est le
Un domaine au-dessous de la courbe de saturation, dans le quel la pression

domaine de la vapeur d’eau sursaturée. Dans ce cas, l’air ne peut plus absorber
de l’eau sous forme de vapeur. Dans ce domaine, on se trouve en présence d’eau
liquide pour des températures positives : c’est la zone de brouillard. quand les
températures sont négatives l’eau se trouve en état solide : c’est la zone de
brouillard givrant ou neige.

Ayadi.walid@gmail.com Page 20 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

Ps [Pa]

Courbe de saturation
Brouillard
Brouillard
givrant ou neige

Air humide

0° T [°C]

Figure 2. Courbe de saturation de l’air humide dans le plan (Ps,T)

e. L’humidité absolue :
C’est la quantité d’eau contenu dans l’air sous forme de vapeur, d’eau ou de glace par
rapport à la masse de l’air sec. L’humidité absolue est une humidité spécifique à une unité
de masse d’air sec exprimée en [kgeau/kgair sec]

< = vw = [ ƒz4~ / ƒ45 ] (11)


v v455z {| }~v•{•€é
xy v455z {| 4••5z‚

En remplaçant les valeurs de 0 et 45 à partir des équations (7) et (8), on obtient :

< = 0,622
„w
„xy
(12)

A partir de l’équation (3), on peut exprimer < sous la forme suivante :

< = 0,622
„w
„x…† Z„w
(13)

À la saturation, l’humidité absolue de l’air saturé s’écrit :

Ayadi.walid@gmail.com Page 21 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

<5 = 0,622
„‡
„x…† Z„‡
(14)

Remarque : On remarque que la masse d’humidité contenue dans l’air humide a été
rapporté à la masse d’air sec plutôt qu’à la masse d’air humide. Ceci est recommandé pour
bien caractériser l’air au cours de son traitement et pour faciliter les calculs. En effet, au
cours des évolutions de l’air humide, la masse de l’air sec reste constante alors que la
quantité d’humidité peu varier.

f. L’humidité relative :
L’humidité relative ou le degré hygrométrique ˆ est le rapport entre la pression partielle de
la vapeur d’eau dans l’air 0 et la pression de saturation " de cette vapeur d’eau à la
température Τ :

ˆ=
„w (‰)
„‡ (‰)
(15)

Si l’on exprime en pourcentage, on doit écrire :

ˆ = 100 „w(‰) [%]


„ (‰)
(16)

En remplaçant les pressions à partir des équations (8) et (9), on peut exprimer l’humidité
relative par un rapport de masse de vapeur d’eau :

ˆ=
vw (‰)
vw‡ (‰)
(17)

Remarque : L’humidité relative est comprise entre 0 et 100% :

• Si (ˆ = 0%) , alors l’air est absolument sec ( 0 = 0).


• Si (ˆ = 100%) , alors l’air est saturé ( 0 = 0" ).
• L’humidité relative est un indicateur sur la position de la pression partielle de
vapeur par rapport à la saturation pour une température donnée. En effet, plus le
degré d’humidité est élevé, plus la pression partielle de vapeur est proche de la
pression de saturation à la même température.
• L’humidité absolue peut être exprimée en fonction de l’humidité relative par :
< = 0,622
‹„y
„x…† Z‹„y
• (18)

g. La masse volumique et le volume massique de l’air humide :


La masse volumique de l’air humide est la masse du mélange d’air sec et de l’humidité par
unité de volume d’air humide :

Ayadi.walid@gmail.com Page 22 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

Œ= + = Œ45 + Œ0 = + [ ƒ/ ]
vxy vw „xy „w ’
• • Npo,Ž• ‰ •‘L,•L ‰
• (19)

Or €“€ = 4€v = 45 + 0 , d’où

Œ= − (1,32 10Z’ ) [ ƒ/ ]
„x…† „w ’
Npo,Ž• ‰ ‰
(20)

Remarque : Cette relation montre que, plus l’air est humide (équivalent 0 est élevée), plus
la masse volumique diminue. Ainsi l’air humide à une masse volumique plus faible que celle
de l’air sec à la même température et la même pression atmosphérique.

Le volume massique est l’inverse de la masse volumique, ainsi

v=” [ / ƒ] (21)
L ’

h. Le volume spécifique
Le volume spécifique est le volume d’air humide qui contient l’unité de masse d’air sec,

v. = – = ˜ [ / ƒ45 ]
• L ’
(22)
—‡ —‡

D’après les équations (3) et (6), on peut exprimer le volume spécifique sous la forme :

v. = = = [ / ƒ45 ]
L Npo,Ž• ‰ Npo,Ž• ‰ ’
˜—‡ „xy „x…† Z„w
(23)

=
• „w
D’après l’équation (13), on peut écrire : 0 Ž,‘NN n •
d’où :

v . = 462 „ (0,622 + <) [ / ƒ45 ]


‰ ’
(24)
x…†

qui permettra de retrouver facilement le débit volumique d’air traité ™0 en fonction du débit
Remarque : encore cette relation est exprimée par rapport à une unité de masse d’air sec, ce

massique d’air sec ™vxy comme suit :

™0 = v . . ™vxy (25)

i. L’enthalpie spécifique
L’enthalpie de l’air humide est la somme des enthalpies de l’air sec et de la vapeur d’eau
qu’elle contient,

š = š45 + š0 [ ] (26)

Ayadi.walid@gmail.com Page 23 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

Soit un air humide contenant des masses !" d’air sec et 0 d’humidité à la température T,
L’enthalpie totale de d’air humide est :

š= 45 ℎ45 + 0 ℎ0 = 45 (ℎ45 + <ℎ0 ) (27)

une enthalpie négative). Donc ℎ0 représente l’enthalpie de 1kg de vapeur d’eau à la


Par convention, l'enthalpie de l'air sec à 0[°C] égale à zéro (de l'air à - 5°C peut donc avoir

température 0 [°C], évaporée à 0 [°C] et surchauffée jusqu’à la température T, on aura donc :

ℎ!" = C•xžŸ = 1,000 [ ]

ℎ0 = ( 0 + t•w ) = 2490 + 1,96 [ ]

Avec

: 86 Aé<98B<6 7è=ℎ6 :6 . 9;< ℎB ;:6 6 [°t]

C•xžŸ : t9A9=;8é =9 <;£;™B6 :6 ’9;< 76= (1 [ / ƒ45 ])

t•w : =9A9=;8é =9 <;£;™B6 :6 9 @9A6B< :’69B (1,96 [ / ƒz4~ )

0: =ℎ9 6B< 986 86 :6 @9A <;798; :6 ’69B (2490 [ / ƒz4~ ])

En reportant l’enthalpie à une unité de masse d’air sec, on obtient l’humidité spécifique :

ℎ. = 1,000 + <(2490 + 1,96 ) [ / ƒ45 ] (28)

j. La température sèche T[°C] :


C’est la température indiquée par un thermomètre ordinaire à l’abri du rayonnement solaire
C’est la température ambiante, elle est mesurée par un thermomètre à bulbe sèche agité
dans l’air;

k. La température humide Th[°C] :


C’est la température indiquée par un thermomètre à bulbe humide (entouré par un coton
mouillé) placé dans un courant d’air. Le passage d’air non saturé sur le coton mouillé du
thermomètre provoque une évaporation partielle de l’eau et, par conséquent, un
refroidissement du bulbe du thermomètre humide.

Ayadi.walid@gmail.com Page 24 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

Plus l’air est sec, plus l’évaporation est importante et plus l’écart entre la température sèche
et la température humide est grande. Ceci permet de déduire le degré d’hygrométrie de l’air
humide. Il est remarquable que la température humide soit inférieure ou égale à la
température sèche.

Un appareil appelé « psychromètre » permet de mesurer la température sèche et la


température humide grâce à deux thermomètres à bulbe sec et à bulbe humide.

Le Docteur Willis CARRIER a proposé en 1911 une formule permettant de calculer la


température humide. Malheureusement cette relation est implicite et ne peut se calculer
que par itération.

0( } ) = "( }) − ¥¦ − " ( } )§ L•’N,•ZL,’ ‰ © (29)


‰Z‰¨
4€v
¨

l. La température de rosée TR[°C] :


C’est la température à partir de la quelle la vapeur d’eau dans l’air commence à se

absolue restant constante, on arrive sur la courbe de saturation (ˆ = 100%) au point de


condenser. Quand on fait diminuer la température de l’air humide, pour une humidité

rosée où la température est de rosée.

Si la température est réduite au-dessous du point de rosée, l’évolution de l’air humide saturé
suit alors la courbe de saturation : la valeur de r diminue, il y a par conséquent condensation
de vapeur d’eau.

La connaissance de la température de rosée est très importante, car elle permet de prévoir
les risques de condensation au cours de l’évolution de l’air humide.

La température de rosée dépend de la pression partielle de vapeur d’eau, elle peut être
exprimée à l’aide de l’expression suivante :

N’o,•p«(¬-(‹.„y )Z‘,•L«)
ª = N’,‘®Z¬-(‹.„y )
[°t] (30)

Remarques : Pour un air non saturé : TR < Th < T

Pour un air saturé : T=Th=TR

Ayadi.walid@gmail.com Page 25 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

2.1.3. Diagramme de l’air humide


Pour retrouver facilement les différentes caractéristiques de l’air humide, on peut utiliser un
diagramme appelé diagramme de l’air humide ou diagramme psychrométrique. C’est un
outil indispensable pour le climaticien.

Ce diagramme permet de représenter graphiquement les différentes évolutions de l’air et de


faire des bilans d’enthalpie et d’humidité, sans faire recours aux équations et aux calculs
complexes.

Sur chaque point on peut déterminer rapidement les différentes grandeurs caractéristiques
de l’air humide en connaissant au moins deux d'entre elles.

Le diagramme psychrométrique est tracé sur la base de la pression atmosphérique. Or la


pression atmosphérique varie en fonction de l’altitude. Pour cela il faut bien choisir le
diagramme convenable en fonction de l’altitude.

Toute les valeurs sur le diagramme sont reportées à un kilogramme d’air sec ce qui
simplifiera les calculs en multipliant par le débit massique de l’air sec [kgair sec/s] qui reste
invariant au cours d’un traitement, c’est plutôt la masse d’humidité qui change.

a. Principaux diagramme de l’air humide


On trouve plusieurs variantes de diagrammes de l’air humide, qui diffèrent au niveau du
calcul de l’enthalpie spécifique et par l’angle α entre les axes de coordonnées, les principales
représentations sont :


ℎ′ = 1,0060 + <(2500 + 1,86 )
MOLLIER : coordonnées non rectangulaires (α =135°)


ℎ′ = 1,0060 + <(2501 + 1,83 )
C.O.S.T.I.C, A.I.C.V.F : coordonnées non rectangulaires (α =92°)


ℎ′ = 1,0000 + <(2490 + 1,96 )
PORCHER : coordonnées non rectangulaires (α =92,5°)


ℎ′ = 1,0045 + <(2498 + 1,88 )
CARRIER : coordonnées rectangulaires (α =90°)


ℎ′ = 1,0060 + <(2501 + 1,805 )
ASHRAE : coordonnées non rectangulaires (α =88°)

Remarque : les diagrammes psychrométriques peuvent être sur support papier ou sur un
document numérique. On trouve aussi des logiciels qui offrent une calculette
psychrométrique et un diagramme totalement paramétrable et interactif. Ces logiciels

Ayadi.walid@gmail.com Page 26 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

offrent la possibilité de faire des simulations psychrométriques et permettent de réaliser des


évolutions composées sur l'air humide. Ci-dessous une liste non exhaustive de quelques
logiciels de psychrométrie :

Nomination Auteur /Editeur

Clima-Win AIR HUMIDE BBS

U40Win - Diagramme de l’air humide Logiciels Perrenoud

Didaclim DIMCLIM

Psychrodream Van Eekhout Francis (vef@ais.gp)

PsychroGen Airquest

CYTSoft diagramme psychrométrique CYTSoft

Psychrométrie 5,7 Orcun

Psychrometric Chart + Duct Calculator 4.3 Yaode Yang

Tableau 4. Liste non exshaustive de logiciels de psychrométrie

b. Lecture du diagramme psychrométrique


Soit un point d’air (A) sur le diagramme de l’air humide de la Figure 3 :

• La température sèche : la projection du point A sur l’axe des températures selon


les isothermes (25[°C]).
• L’humidité absolue et la température de rosée : la ligne horizontale passant par le
point A, donne l’humidité absolue sur l’axe des humidités absolues (10 [g/kgas]).
L’intersection de cette ligne horizontale avec la courbe de saturation donne le
point de rosée correspondant au point A. La température de rosée est obtenue
par la projection du point de rosée sur l’axe des températures selon les
isothermes (14[°C]).

Ayadi.walid@gmail.com Page 27 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

• L’enthalpie spécifique et la température humide : l’enthalpie spécifique


correspondant au point d’air A est directement lisible à partir de la ligne des iso-
enthalpies passant par le point A (50,3[kJ/kgas]) ou (12[kcal/kgas])). Cette ligne
d’enthalpie coupe la courbe de saturation au point humide Ah relatif au point
d’air A. La projection du point humide sur l’axe des températures donne la
température humide du point A (17,7[°C]).
• L’humidité relative : la courbe d’égale humidité relative passant par le point A
donne (50[%]).
• Le volume spécifique : la ligne d’égal volume spécifique passant par le point A,
donne (0,859[m3/kgas]).

Remarque : l’humidité absolue sur le diagramme de l’air humide représente la pression


partielle de la vapeur d’eau selon la relation (13) où on peut écrire :

=
•„x…†
0 Ž,‘NNn•
(31)

Ainsi l’humidité absolue à la saturation donne la pression de la vapeur saturante :

=
•y „x…†
" Ž,‘NNn•y
(32)

La pression partielle de la vapeur d’eau et la pression de saturation du point A seront :

0,010 × 101325
= = 1603 [ 9]
0
0,622 + 0,010

0,020 × 101325
= = 3156 [ 9]
"
0,622 + 0,020

Ayadi.walid@gmail.com Page 28 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

Figure 3. Diagramme de l'air humide (source : Traitement de l’air et climatisation,


Techniques de l’Ingénieur, traité Génie énergétique)

Ayadi.walid@gmail.com Page 29 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

2.1.4. Exercices d’application


Exercice 1 :

On va essayer de retrouver les caractéristiques du point d’air (A) par différent moyens :
calcul par les équations, à l’aide d’un diagramme et à laide d’un logiciel. On donne deux
caractéristiques du point (A) dans une altitude de 0 [m]:


L’humidité relative ˆ(±) = 50[%]
La température sèche T(A)=25[°C]

• Altitude : 0 [m] (la pression atmosphérique =101325,00 [Pa])

Réponse :

Calcul par les équations :

Connaissant la température sèche, on peut calculer la pression de saturation à l’aide de


l’équation (10)

o.‘N• ‰
5 = 10e N•Ln‰ nN,opooq = 3194,00 [ 9]

Remarque : il existe une formule valable dans le domaine de climatisation plus précise,

Lo,No® × ‰
=6 [ 9]
(‘,•L•‘n )
N’o,•o‘•n‰
5

Lo,No® × N•
=6 = 3166,45 [ 9]
(‘,•L•‘n )
N’o,•o‘•nN•
5

Connaissant l’humidité relative, on peut calculer la pression partielle de la vapeur d’eau


d’après l’équation (16) :

ˆ "( ) 3166,45
0( )= = 50 × = 1583,23 [ 9]
100 100

Connaissant la pression partielle de la vapeur, on peut calculer l’humidité absolue d’après


l’équation (13)

1583,23
< = 0,622 = 0,622 = 0,009873 [ ƒz4~ / ƒ45 ]
0

4€v − 0 101325 − 1583,23

On a " = 1583,23 [ 9], d’où l’humidité absolue à la saturation à 25[°C], d’après l’équation
(13) est :

Ayadi.walid@gmail.com Page 30 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

3166,45
<5 = 0,622 = 0,622 = 0,0200 [ ƒz4~ / ƒ45 ]
"

4€v − " 101325 − 3166,45

D’après l’équation (28), l’enthalpie spécifique est :

ℎ. = 1,000 + <(2490 + 1,96 )

= 25 + 0.009873 × (2490 + 1,96 × 25)

= 50,067547 [ / ƒ45 ]

D’après l’équation (24), le volume spécifique est :

v . = 462 (0,622 + <)


4€v

298
= 462 × × (0.622 + 0.009873)
101325

= 0,858 [ ’
/ ƒ45 ]

D’après l’équation (30), la température de rosée est :

237,48 × [ln(1583,23) − 6,41]


= = 13,9266 [°t]
ª
[23,69 − ln(1583,23)]

On va essayer de vérifier l’égalité de l’équation (29) pour plusieurs valeurs de températures.

On va choisir une plage de cinq intervalles sachant que } < .


La valeur de la température qui vérifie cette égalité correspond à la température humide.

1ère itération

"( } )
− }
Erreur=
− ³¦ 4€v − " ( } )§ ´
1532,4 − 1,3
Th Pv(25°C) Ps(Th)
} Pv(25°C)- Ps(Th)

25 1583,23 3166,45 3166,45 -1583,2

20 1583,23 2337,37 2008,81 -425,6

Ayadi.walid@gmail.com Page 31 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

15 1583,23 1704,74 1046,27 537,0

10 1583,23 1227,59 239,40 1343,8

14 1583,23 1598,06 873,58 709,6

15 1583,23 1704,74 1046,27 537,0

La température humide est comprise entre 20 et 15

2ème itération

"( } )
− }
Erreur=
− ³¦ 4€v − " ( } )§ ´
1532,4 − 1,3
Th Pv(25°C) Ps(Th)
} Pv(25°C)- Ps(Th)

20 1583,23 2337,37 2008,81 -425,6

19 1583,23 2196,55 1802,06 -218,8

18 1583,23 2063,21 1602,75 -19,5

17 1583,23 1937,01 1410,56 172,7

16 1583,23 1817,63 1225,17 358,1

15 1583,23 1704,74 1046,27 537,0

La température humide est comprise entre 18 et 17

Ayadi.walid@gmail.com Page 32 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

3ème itération

"( })
− }
− ³¦ − " ( } )§ ´
4€v
1532,4 − 1,3
Th Pv(25°C) Ps(Th) Erreur
}

18,0 1583,23 2063,21 1602,75 -19,5

17,8 1583,23 2037,41 1563,76 19,5

17,6 1583,23 2011,89 1525,04 58,2

17,4 1583,23 1986,66 1486,60 96,6

17,2 1583,23 1961,70 1448,44 134,8

17,0 1583,23 1937,01 1410,56 172,7

La température est comprise entre 18 et 17,8. On va s’arrêter ici et on va prendre la


moyenne. Ainsi

} = 17,90 [°t]

Remarque : il existe des expressions qui permettent de calculer directement la température


humide. L’expression ci-dessous donne une approximation de la température humide en
fonction de la température sèche et l’humidité relative, dans la plage de température de 15
à 35 [°C] et d’humidité relative de 20 à 90 [%] :

} = 0,2831ˆ Ž,No’• + 0,0003018 ˆ N + 0.01289ˆ − 4,0962 [°t]

Avec

: 86 Aé<98B<6 7è=ℎ6 6 [°t]

ˆ: ℎB ;:;8é <6 98;@6 6 [%]

Ayadi.walid@gmail.com Page 33 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

Utilisation d’un diagramme d’air humide :

Puisqu’on connait deux caractéristiques de l’air humide : la température sèche et l’humidité


relative, on peut identifier le point A sur le diagramme. Le point A fait l’intersection entre la
ligne de la température 25[°C] et la courbe d’égale humidité relative 50[%]. Les autres
caractéristiques seront déduites comme détaillé dans le paragraphe précédent.

Utilisation d’un logiciel :

Voici un exemple de calcule effectué à l’aide d’une calculatrice psychrométrique du logiciel


« DimClim ». Dans un premier temps, Il faut choisir la référence des coefficients de
l'enthalpie spécifique, puis renseigner l’altitude et deux paramètres de l'air humide. L'appui
sur le bouton calculer permet de calculer les autres caractéristiques inconnues.

Figure 4. Imprime écran de la calculatrice psychrométrique du logiciel « DimClim »

Ayadi.walid@gmail.com Page 34 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

Caractéristiques Symbole Unité Calcul Diagramme Logiciel

Température sèche T [°C] 25 25 25

Température de rosée TR [°C] 13,9266 14 13,856

Température humide Th [°C] 17,7 17,91

Humidité relative ˆ [%] 50 50 50

Humidité absolue r [geau/kgas] 9,87 10 9,873

Humidité absolue à la rs [geau/kgas]


20 20
saturation

Enthalpie spécifique h' [kJ/kgas] 50,067 50,3 50,067

Volume spécifique v' [m3/kgas] 0,858 0,859 0,8581

Pression partielle de la Pv [Pa]


1583,23 A calculer 1583,22
vapeur d’eau

Pression de saturation Ps [Pa] 3166,45 A calculer 3166,45

Tableau 5. Tableau comparatif des caractéristiques d’un point d'air humide obtenues par
trois méthodes

Exercice 2 :

Retrouver les caractéristiques des différents points d’air du tableau ci-dessous (indiquer
l’unité et le symbole pour chaque valeur):

Ayadi.walid@gmail.com Page 35 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

Point d’air Symbole Unité A B C D E

Température sèche 30 26

Température de rosée 2,4

Température humide 23

Humidité relative 60

Humidité absolue 3,77 7,26

Humidité absolue à la saturation 14,7

Enthalpie spécifique 9,44

Volume spécifique 0,825

Pression partielle de la vapeur


d’eau

Pression de saturation

Pression atmosphérique 101325

Exercice 3 :

On considère un débit volumique d’air humide de 1000 m3/h à la température 16[°C] et un


degré d’hygrométrie 70 [%] à la pression atmosphérique 1,01325 [bar]

a) On demande de calculer ce débit pour différent états psychrométriques suivants :

A0 (10[°C]/70[%]), A1 (20[°C]/50[%]), A2 (30[°C]/60[%])

Ayadi.walid@gmail.com Page 36 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

b) Comparer la densité de l’air dans chaque état. Conclure.

Réponse :

a)D’après un diagramme ou une calculette psychrométrique, on peut déterminer


rapidement le volume spécifique pour chaque point d’air, sinon on le calcul à l’aide de
l’équation (24) qui nécessite elle-même plusieurs calculs préalables :

v . = 462 (0,622 + <) [ ’


/ ƒ45 ]
4€v

D’après le point d’air connu, on déduit le débit massique d’air sec en utilisant l’équation
(33):

™0 = v . . ™vxy ⇔ ™vxy = 0| ™0
L

™vxy = Ž,pŽ® 1000 [ vxy


¸ ][
]
L ¶· v¸
}

™vxy = 1236 [ ƒ45 /ℎ]

Maintenant on connaissant le débit massique de l’air sec, qui soit constant quelques soient
les changements appliqués sur l’air, on peut retrouver le débit volumique correspondant en
fonction du volume massique toujours par l’équation (34).

b) La densité de l’air humide est la somme de la densité de l’air sec et la densité de la vapeur
d’eau, elle peut être calculée par l’équation (35) si on a la pression partielle de la vapeur
d’eau Pv :

Œ= − (1,32 10Z’ ) [ ƒ/ ]
4€v 0 ’
287,05

On va calculer Pv en lisant l’humidité absolue depuis le diagramme psychrométrique à l’aide


de l’équation (36) :

= [ 9]
•„x…†
0 Ž,‘NNn•

Conclusions :

Le débit volumique d’un air humide peut changer suite à une transformation de l’air,
mais son débit massique de l’air sec reste constant.

Ayadi.walid@gmail.com Page 37 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

La densité de l’air humide diminue avec l’augmentation de sa température, ce qui


explique le déplacement naturel de l’air chaud vers le haut et l’air froid vers le bas.
En considérant une plage de température entre 10[°C] et 30 [°C] en climatisation, on
peut supposer que la densité de l’air humide est de 1,2 [kg/m3] pour un calcul rapide.
Il est remarquable aussi, dans cette plage de température et d’humidité relative, que
la densité de l’air sec est très proche de celle de l’air humide. Ceci est expliqué par la
faible masse de la vapeur d’eau (0,005 à 0,016) devant 1kg air sec.

Point d’air Symbole Unité A0 A1 A2

Température sèche T [°C] 10 20 30

Hygrométrie ˆ [%] 70 50 60

Volume spécifique v' [m3/kgas] 0,809 0,840 0,881

Débit massique d’air sec Qmas [Kgas/h] 1236,09

Débit volumique Qv [m3/h] 1000 1038 1089

Densité d’air sec Œ45 [kgas/m3] 1,236 1,19 1,135

Densité Œ [kg/m3] 1,24 1,19 1,16

Ayadi.walid@gmail.com Page 38 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

2.2. Les évolutions élémentaires de l’air

2.2.1. Chauffage
Le chauffage se fait par passage de l’air à travers une batterie chaude qui peut être :

• Un échangeur alimenté par de l’eau chaude,


• Une résistance électrique,
• Un condenseur d’une pompe à chaleur,
• Un capteur solaire.

‚[ »]

º z [ ƒ45 ⁄7] º 5 [ ƒ45 ⁄7]


¿ ¿
½ [°t] ½
z
« [°t]
5
«
¾ <z [ ƒz4~ ⁄ ƒ45 ] ¾ <5 [ ƒz4~ ⁄ ƒ45 ]
½ ½
¼ ℎz [ ⁄ ƒ45 ] ¼ ℎ5 [ ⁄ ƒ45 ]

Figure 5. Opération de chauffage de l'air

La Figure 5 représente schématiquement le système qui permet l’échauffement de l’air.


L’apport de la chaleur ‚ à l’air humide d’entrée se traduit par une augmentation de
température sans variation d’humidité (∆< = 0) à la sortie. Dans ce cas l’énergie échangée
est purement sensible avec :

‚ = 5

5= º t• ∆

« º5 = ºz = º«
• Bilan massique de l’air sec :

• Bilan massique de l’eau :

«<5 = <z = = 789 86 «

• Bilan enthalpique :

« ‚ = º (ℎ5 − ℎz ) = º t• ( 5 − z)
«

Ayadi.walid@gmail.com Page 39 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

Courbe de saturation

ℎ5

Ãℎ > 0
ℎz

Ã< = 0

z à >0 5

Figure 6. Représentation d’un échauffement à pression constante sur le diagramme de l’air


humide

2.2.2. Refroidissement
Le refroidissement se fait par passage de l’air à travers une batterie froide qui peut être :

• Un échangeur alimenté par de l’eau froide (batterie froide à eau glacée),


• Un échangeur alimenté par un fluide frigorigène en état d’évaporation (batterie
froide à détente directe). Il s’agit de l’évaporateur du circuit frigorifique.

Á[ »]

º z [ ƒ45 /7] º 5 [ ƒ45 /7]


 z [°t]
« Â 5 [°t]
«
<e [ ƒz4~ / ƒ45 ] <5 [ ƒz4~ / ƒ45 ]

Cº‚ [ ƒz4~ /7]

Figure 7. Opération de refroidissement avec déshumidification de l’air

Ayadi.walid@gmail.com Page 40 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

La Figure 7 représente schématiquement le système qui permet l’échauffement de l’air.


Quand la température de surface de la batterie est inférieure à la température de rosée il se
produit une condensation de la vapeur d'eau. C’est un refroidissement avec
déshumidification.

La transformation de refroidissement s’effectue généralement avec déshumidification et


systématiquement avec une diminution de température. Dans ce cas l’énergie échangée Á
est composée d’une partie sensible 5 qui a servi à l’abaissement de la température et une
partie latente Ä qui a servi à la condensation d’eau (Cº‚ ) avec :

« Á = 5 + Ä
«

5= º t• ∆ 68 Ä = Å C‚
º

• Bilan massique de l’air sec : « º 5 = º z = º «

• Bilan massique de l’eau : º «<5 = º <z − Cº‚ «


= −« º (ℎ7 − ℎ6 )«
Bilan enthalpique :
£
7 = º (ℎ7 − ℎÆ ) = − º tA ( 7
− 6)

= º (ℎÆ − ℎ6 )= Å C‚
º

ℎz

ℎÇ
Courbe de saturation

ℎ5 <z
5

Ã< < 0

<5

à <0
5 z

Figure 8. Représentation d’un refroidissement avec déshumidification à pression constante


sur le diagramme de l’air humide

Ayadi.walid@gmail.com Page 41 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

2.2.3. Humidification
L’humidification se fait par injection d’eau ou de vapeur dans l’air en circulation au moyen
d’un humidificateur. On distingue:

• Humidification par injection de vapeur d’eau : peut être réalisé par un générateur
de vapeur
• Humidification par pulvérisation d’eau ou adiabatique : peut être réalisé par les
laveurs à recirculation d’eau

a. Humidification par injection de vapeur d’eau

Å[ »]

º z [ ƒ45 /7] º 5 [ ƒ45 /7]


« Â 5 [°t]
«
 z [°t]
<z [ ƒz4~ / ƒ45 ] <5 [ ƒz4~ / ƒ45 ]

V
CºÅ [ ƒz4~ /7]

Figure 9. Opération d'humidification par injection de vapeur d'eau

La Figure 9 représente schématiquement le dispositif d’humidification par injection de


vapeur. Elle est réalisée par injection de vapeur produite par un générateur de vapeur à une
température de 100°C sous une pression de 1 bar. Dans ces conditions, on peut considérer
que l’évolution de l’air se fait à température constante (la chaleur sensible apportée est
largement négligeable devant la chaleur latente) ; on a :

@ = + 7

= Cº @ @ et 7 = º tA (( 6 + δT) − 6) ≈0

Bilan massique de l’air sec : « º 5 = º z = º «


º «<5 = º <z + CºÅ «


@ = º (ℎ7 − ℎ6 )
« «
Bilan massique de l’eau :
• Bilan enthalpique :

= º (ℎ7 − ℎ6 ) = Cº @ @

Ayadi.walid@gmail.com Page 42 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

ℎ5
Courbe de saturation

ℎz
Å

<5

Ã< > 0

<z

à =0

Figure 10. Représentation d’une humidification par injection de vapeur d’eau sur le
diagramme de l’air humide

b. Humidification adiabatique

Å[ »]

º z [ ƒ45 /7] º 5 [ ƒ45 /7]


« Â 5 [°t]
«
 z [°t]
<z [ ƒz4~ / ƒ45 ] <5 [ ƒz4~ / ƒ45 ]

Cºz4~ [ ƒz4~ /7]

Figure 11. Opération d'humidification par pulvérisation d'eau

Elle se fait au moyen d’un laveur d’air à recirculation d’eau, celle-ci n’étant ni chauffée ni
refroidie (Figure 11). On pulvérise de fine gouttelette d'eau dans l'air à humidifier. Une
partie de ces gouttelettes vont s'évaporer en empruntant de la chaleur à l'air, ainsi l'air va se

Ayadi.walid@gmail.com Page 43 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

refroidir et son humidité va augmenter. La chaleur sensible qu'il perd en se refroidissant est
compensée par la chaleur latente qu'il gagne en s'humidifiant.

Dans ce cas, on peut considérer que l’humidification s’effectue à enthalpie spécifique


constante et que la température de l’eau pulvérisée est sensiblement égale à la température
de bulbe humide de l’air traité; on a :

ℎ5 = ℎz

<7 > <6 (L′air s ′est bien humidifié)

7 < 6 (L′air s ′est refroidi)

@ = + 7 =0

= Cº @ @ et 7 = º tA ( 7 − 6)

Bilan massique de l’air sec : « º 5 = º z = º «


º «<5 = º <z + CºÅ «


Bilan enthalpique : @ = « º (ℎ7 − ℎ6 )« = + 7 = 0
Bilan massique de l’eau :

= º (ℎÆ − ℎ6 ) = Cº @ @

7 = º (ℎ7 − ℎÆ ) = º tA ( 7 − Æ)

Courbe de saturation
Ãℎ = 0 ℎÇ

Ä
P"

<5
Ã< > 0
<z

5 z
à <0

Figure 12. Représentation d’une humidification adiabatique sur le diagramme de l’air


humide

Ayadi.walid@gmail.com Page 44 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

2.2.4. Mélange de deux airs


On effectue ces mélanges au moyen de boîtes de mélange qui amènent plusieurs flux d’air
vers une seule chambre où se fait le mélange. Chaque voie d’entrée est équipées de
registres de réglage de débit.

º L [ ƒ45 /7]
 L [°t]
«
<L [ ƒz4~ / ƒ45 ]
º [ ƒ45 /7]
 v [°t]
«
<v [ ƒz4~ / ƒ45 ]
º N [ ƒ45 /7]
 N [°t]
«
<N [ ƒz4~ / ƒ45 ]

Figure 13. Opération de mélange de deux airs

Le mélange de deux airs de caractéristiques différentes donne un état intermédiaire en


température et en humidité : c’est une moyenne pondérée en fonction de la masse de
chaque partie.

Bilan massique : « º = º L + º N «
«<v = ( º L <L + º N <N )/ º «

Bilan enthalpique : «ℎv = ( º L ℎL + º N ℎN )/ º «


• Bilan de l’eau :

On peut retrouver le point de mélange graphiquement en utilisant l’équation algébrique

ÌÌÌÌÌÌÌ
fonction de la distance du segment ± L ±N .
suivante qui donne la distance du point de mélange par rapport aux points 1 ou 2 en

Noter bien que le point de mélange se situe à l’intérieur du segment de droite [±L ±N ] et
proche du point d’air qui possède la plus grande masse d’air.

ºN
ÌÌÌÌÌÌÌ
± L ±v =
ÌÌÌÌÌÌÌ
± ±
ºL+ ºN L N

Ou

ºL
ÌÌÌÌÌÌÌÌ
± N ±v =
ÌÌÌÌÌÌÌ
± ±
ºL+ ºN L N

Ayadi.walid@gmail.com Page 45 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

Courbe de saturation
ℎL

ℎv
A1
<L
ℎN <v
Am

A2 <N

N v L

Figure 14. Représentation d’un mélange de deux airs à pression constante sur le
diagramme de l’air humide

2.2.5. Exercices d’application


Exercice 1 : chauffage

a) Déterminer la quantité de chaleur nécessaire pour élever la température de l’air


humide de 10 [°C].
b) Déduire la puissance de la batterie chaude pour un débit massique d’air sec 1[kgas/s].

Exercice 2 : refroidissement

Soit un air humide passant à travers une batterie froide dont ses caractéristiques d’entrée et
de sortie sont données dans la figure ci-après :
Á[ »]

º z = 0,5[ ƒ45 /7]


« = 16[°t] «
 z = 26[°t] Í
5
},5 = 10[°t]
ˆz = 50[%]

Cº‚ [ ƒz4~ /7]

Ayadi.walid@gmail.com Page 46 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

On demande de :

Calculer la puissance de refroidissement ( Á )


a) Tracer l’évolution de l’air sur un diagramme d’air humide
b)
Calculer la puissance sensible et la puissance latente ( 5 ), ( Ä )
Calculer le débit des condensats (Cº‚ )
c)
d)
e) La droite représentant cette évolution est caractérisée par la pente ou encore le
facteur de chaleur sensible Î =
∆}
ƥ
. Retrouver cette caractéristique par calcul et
graphiquement.

Exercice 3 : humidification par injection de vapeur

Le schéma ci-dessous représente une opération d’humidification par injection de vapeur

º Å ) nécessaire pour ramener l’air à un degré d’hygrométrie de 50[%].


d’eau dont les caractéristiques d’air à l’entrée sont données. On souhaite déterminer le
débit de vapeur (C

Å[ »]

º z = 1[ ƒ45 /7]
« φ = 50[%]
 z = 22[°t]
<z = 8[ƒz4~ / ƒ45 ]

V
CºÅ [ ƒz4~ /7]

Exercice 4 : mélange

Soient 2 airs humides ayant les caractéristiques suivantes:

• A (26[°C], 50[%]), avec un débit volumique qv(A)=9000 [m3/h]


• B (32[°C], 60[%]), avec un débit volumique qv(B)=1000 [m3/h]

Déterminer les caractéristiques du mélange par le calcul et par la méthode graphique.

Ayadi.walid@gmail.com Page 47 / 82
Chapitre 2 : Généralités sur le traitement de l’air

Exercice 5 : évolution composée

Déterminer les caractéristiques de l’air (S) à la sortie de cette installation.

Á ‚

A
C D S
B

Cº‚

Données :

A (32[°C] ,60[%]), QA=100 [m3/h]

B (26[°C] ,50[%]), QB=1000 [m3/h]

Á =30 [kW]

Cº‚ =60 [litre/h]

‚ =10 [kW]

Ayadi.walid@gmail.com Page 48 / 82
Chapitre 3 : Les charges thermo-hydriques

3
Les charges thermo-hydriques

Ayadi.walid@gmail.com Page 49 / 82
Chapitre 3 : Les charges thermo-hydriques
thermo

3. Les charges thermo-hydriques


hydriques

On appelle "charges" les facteurs physiques intérieurs et extérieurs qui perturbent la


température et l’hygrométrie de l’habitacle. Les charges qui font varier la température sont
appelées charges thermiques ou sensibles et celles qui font varier l’hygrométrie sont
appelées charges hydriques ou latentes. La charge thermique peut être transmise par
rayonnement (ensoleillement à travers les vitres), par conduction (à travers les parois) et par
convection (flux de l’air extérieur).

3.1.1. Les charges estivales :


En été, les charges thermiques sont positives, elles augmentent la température de
l’habitacle. Il s’agit d’un apport de chaleur sensible qui provient en une grande partie de
l’extérieur par ensoleillement et de l’intérieur par les occupants
occupants (métabolisme), les
équipements, l’éclairage, …

Les charges hydriques sont généralement positives, elles augmentent l’humidité dans
l’habitacle. Il s’agit d’un apport de chaleur latente qui provient de l’extérieur (air neuf) par le
renouvellement ett les infiltrations d’air neuf, et de l’intérieur par les occupants (respiration,
sudation) ou équipements dégageant de l’humidité.

Les parois

Les vitres Eclairage Occupants

Equipements
+

Renouvellement d’air
Sol

Figure 15.. Les apports des charges estivales dans l'habitacle

Ayadi.walid@gmail.com Page 50 / 82
Chapitre 3 : Les charges thermo-hydriques
thermo

3.1.2. Les charges hivernales :


En hiver, les charges thermiques sont négatives, elles diminuent la température de
l’habitacle. Il s’agit d’une déperdition de chaleur sensible par transmission à travers les
parois ou par le renouvellement et l’infiltration d’air extérieur; les apports thermiques
internes provenant des occupants,
occupants, les équipements, l’éclairage, etc sont ignorés puisqu’ils
forment un apport de chaleur gratuit. Les charges hydriques restent toujours positives de
sources extérieures et intérieures.

Les parois

Occupants

Les vitres

Equipements -
Renouvellement d’air
Sol

Figure 16. Les déperditions des charges hivernales dans l'habitacle

3.2. Bilan thermo-hydrique


hydrique
L’air soufflé (AS) dans le local est le vecteur utilisé pour maintenir l’équilibre thermo-
thermo
hydrique de l’ambiance
mbiance intérieure.
intérieure. Le bilan enthalpique sera la somme de la puissance
sensible (thermique) et la puissance latente (hydrique) :

Љ = Ð5 + ÐÄ

En été, le local est soumis à une augmentation de température et une augmentation


d’humidité (provenant essentiellement des occupants), dans ce cas, l’air soufflé doit avoir
une enthalpie et une humidité absolue inférieure à celles dans le local.. Le point de soufflage
(As) est situé à droite, plus bas que celui du local (Ai) (Figure 17).

Ð5 > 0 DÃ r 0H 68 ÐÄ r 0 DÃ< r 0H

Ayadi.walid@gmail.com Page 51 / 82
Chapitre 3 : Les charges thermo-hydriques

En hiver, l’air soufflé doit avoir une enthalpie supérieure à celle dans l’habitacle et une
humidité absolue plus basse si on tient compte des apports hydriques. Le point de soufflage
(As) est situé à gauche, plus bas que celui de l’habitacle (Ai) (Figure 18).

Ð5 < 0 (Ã < 0) 68 ÐÄ > 0 (Ã< > 0)

Courbe de saturation

ÐÄ > 0

Ð5 > 0
Ai

Ã< > 0

As

à >0

Figure 17. Point de soufflage en saison estivale par rapport au point de l’intérieur

Courbe de saturation

Ð5 < 0

ÐÄ > 0
Ai

Ã< > 0

As

à <0

Figure 18. Point de soufflage en saison hivernale par rapport au point de l’intérieur

Ayadi.walid@gmail.com Page 52 / 82
Chapitre 3 : Les charges thermo-hydriques

3.2.1. Les facteurs influant sur la charge d’un Local:


Plusieurs facteurs contribuent à la charge dans local sous les mêmes conditions extérieures,
exemple:

• Surface des vitres, couleur des vitres (une vitre teintée offre un gain de 3°C et
plus)
• Couleur des murs et type de peinture (les couleurs sombres et mates absorbent
plus de chaleur)
• Rideaux et abris
• Isolant
• Volume du local
• Equipement électronique interne (lecteur CD/DVD, écran, PC, cafetière, …)
• Eclairage
• Nombre et métabolisme des occupants

3.2.2. Conditions de soufflage


Pour déterminer le point de soufflage, il faut au préalable:

• Calculer les charges thermiques et hydriques dans le lo&cal Ð5 68 ÐÄ en [kw]


• Fixer un écart de soufflage Δ 5 [°K] ou un taux de brassage. Dans le premier cas la

soufflage º 45 [kgas/s] sera imposé.


température de soufflage est donc connue, dans le deuxième cas le débit de

• Si l’écart de soufflage est donné, on passe au calcul du débit de soufflage ; sinon


(débit donné), l’écart de soufflage sera calculé à l’aide de la puissance sensible du
bilan thermique comme suit:

Ð5 = º 45 . t• . Δ 5

Δ 5 =| • − 5|

avec,

t• : =9A9=;8é =9 <;£;™B6 :6 . 9;< à A<677; = 789 86

º 45 : débit massique de l. air sec

• : température de l. intérieur(Ai)

5 : température de soufÖlage (±7)

Ayadi.walid@gmail.com Page 53 / 82
Chapitre 3 : Les charges thermo-hydriques

• Après avoir déterminé l’écart de soufflage, on peut tracer sur le diagramme de


l’air humide :

charge D • , HR%);
Le point (Ai) relative aux conditions intérieures imposées par le cahier de

• La verticale de la température sèche du point de soufflage ( 5 )


• La position du point de soufflage sur la verticale de la température ( 5 ) qui peut
être déterminée par l’intersection avec la droite de soufflage. La droite de
soufflage peut être tracée facilement sur un diagramme d’air humide doté d’une

de soufflage Ù est calculée à l’aide des équations suivantes :


échelle de référence de pentes de droite centré autour d’un point fixe. La pente

Љ
Ù= [ Î/ ƒz4~ ]
ºz

ÐÄ = º z Å [ »]

avec,

º z ∶ :éÛ;8 massique :6 ′ℎB ;:;8é [ ƒz4~ /7 ]

Å ∶ =ℎ9 6B< 986 86 :6 . 69B [ Î/ ƒz4~ ]

Ù Courbe de saturation

Droite de pente de Ai
soufflage
Ã<

As

à 5

Figure 19. Droite de pente de soufflage

Ayadi.walid@gmail.com Page 54 / 82
Chapitre 3 : Les charges thermo-hydriques

3.2.3. Etude de cas :


On souhaite climatiser un local dans la saison d’été. Le cahier de charge comporte :

• Les conditions climatiques de base :


• Ambiance intérieure : 26[°C], humidité relative non contrôlée
• Ambiance extérieure : 32 [°C], 60[%]

Température de soufflage 5 = 10[°t]
Conditions de soufflage :

• Taux d’air neuf ÜÝÞ = 25%
• Charges thermo-hydrique :
• Charge sensible : 5000 [W]
• Charge latente : 120 [geau/s]

La figure ci-dessous donne le schéma synoptique de l’installation :

E M
S
L
R
Local

Désignation des points d’air :

• E : air neuf ou air extérieur


• R : air recyclé
• M : air du mélange d’air neuf et d’air recyclé
• S : air de soufflage
• L : air du local

Travail demandé :

1) Déterminer les conditions de soufflage : (ß), ˆ(ß), º 45


2) Déterminer le point de mélange

que la puissance de la batterie froide Á = 5 [ à] et son facteur de chaleur


3) Déterminer les caractéristiques de l’air à la sortie de la batterie froide sachant

sensible Î = = 25000[kJ/kg â!ã ]


∆}
ƥ
4) Déterminer la puissance de chauffage ‚ nécessaire pour atteindre le point de
soufflage

Ayadi.walid@gmail.com Page 55 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

4
Les centrales de traitement d’air

Ayadi.walid@gmail.com Page 56 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

4. Les centrales de traitement d’air


Dans ce chapitre on va décrire les composants de la centrale de traitement d’air en
rappelant son rôle et son fonctionnement

4.1. Introduction
Les centrales de traitement d’air (CTA) permettent de maîtriser en température et parfois en
hygrométrie la qualité de l’air soufflé.

Les centrales sont constituées d’éléments préfabriqués et assemblés dans un caisson de


soufflage et éventuellement dans un caisson de reprise.

Figure 20. Photo d'une CTA

Les centrales de traitement d’air sont principalement utilisées :

• Pour traiter l’air neuf d’aération à introduire dans les bâtiments.

On parlera alors de centrale d’aération ou de centrale « tout air neuf ». Le débit soufflé pour
aérer les bâtiments est de l’ordre de 20 à 30 [m /h] et par personne.
3

Le plus souvent, une centrale d’aération ne participe pas au chauffage des locaux. Elle
n’assure que le réchauffage (et éventuellement le refroidissement) de l’air neuf, pour
l’amener de la température extérieure à la température ambiante. L’air neuf soufflé est alors
neutre d’un point de vue thermique (il n’apporte ni chaleur ni refroidissement) aux locaux
concernés.
Le chauffage et la climatisation des locaux sont alors assurés par un autre système à même
de traiter les déperditions (hors aération) et éventuellement les charges de climatisation. Il
peut s’agir par exemple d’un circuit de radiateurs ou de ventilo-convecteurs.

Page 57 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

• Pour assurer l’aération et le chauffage (et éventuellement le refroidissement)


des locaux.

Le seul débit nécessaire à l’aération des locaux (20 à 30 [m /h] et par personne) est en
3

général trop faible pour permettre le chauffage (et éventuellement la climatisation) des
locaux. En complément de l’air neuf, la centrale recycle alors de l’air repris dans les locaux
traités. La centrale n’est plus de type « tout air neuf ».

4.2. Constitution des centrales de traitement d’air


Les centrales de traitement d’air sont composées de plusieurs éléments qui varient selon la
conception. Le concepteur détermine la nature et l’ordre des composants de la centrale de
traitement d’air (CTA) en fonction des résultats désirés.

La Figure 21 montre un exemple de composition comprenant :

• un caisson de mélange (1) ;


• un caisson de filtration (2) ;
• une batterie chaude (préchauffage) (3) ;
• une batterie froide (4) ;
• une batterie chaude (réchauffage) (5) ;
• un humidificateur (6) ;
• un ventilateur (7).

Figure 21. Exemple de composition d'une CTA

Ayadi.walid@gmail.com Page 58 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

4.2.1. Caisson de mélange


Le caisson de mélange standard (2 voies) est généralement utilisé pour réaliser le mélange
de deux airs :

• l’air neuf ;
• l’air recyclé.

Il est parfois destiné uniquement à assurer une sélection de circuit.

Le caisson de mélange standard « 2 voies » comporte, à l’intérieur ou à l’extérieur, des


volets dont les lames peuvent être montées en parallèle (Figure 22 a) ou en opposition
(Figure 22 b).

Le caisson de mélange économiseur à 3 voies permet d’assurer :

• le dosage et l’extraction d’air vicié ;


• le dosage et l’introduction d’air neuf ;
• le passage de l’air recyclé.

Les 3 volets sont motorisés et solidaires. Il se monte sur une centrale de traitement d’air
double qui est dotée de deux ventilateurs destinés à assurer le soufflage et la reprise (Figure
23).

Figure 22. Volets d'un caisson


de mélange Figure 23. Exemple de montage d’un caisson de mélange

Ayadi.walid@gmail.com Page 59 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

4.2.2. Caisson de filtration


L’opération de filtration n’a aucune action sur les caractéristiques thermiques de l’air. Elle
n’apparaît pas sur le diagramme de l’air humide. Elle crée une chute de pression sur l’air. Elle
fait cependant partie intégrante d’une centrale de traitement d’air.

a. Définition
Filtrer consiste à éliminer d’un fluide gazeux tout ou partie des particules ou aérosols qu’il
contient, en les retenant sur une couche poreuse appelée « média filtrant ». Le tableau 1
donne les techniques de mesure de l’efficacité d’un filtre.

b. Classification
Le tableau ci-dessous décrit les différentes qualités des filtres couramment installés dans les
centrales de traitement d’air.

Tableau 6. Qualité des filtres

4.2.3. Batterie chaude

a. Rôle et fonctionnement
La batterie chaude (Figure 24 a) assure le préchauffage ou le chauffage de l’air à l’aide d’un
fluide chaud qui peut être de l’eau, de l’eau surchauffée, de la vapeur, la condensation d’un
fluide frigorigène.

Ayadi.walid@gmail.com Page 60 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

La batterie chaude peut être électrique. Elle est alors composée par des résistances
électriques en contact avec l’air.

Durant l’opération de chauffage, l’humidité absolue, ou teneur en humidité <, reste


constante. En revanche, l’humidité relative ˆ (en %) diminue.

b. Régulation
La régulation de la batterie à eau se fait :

• soit par variation du débit d’eau. C’est un fonctionnement en répartition ((Figure


24 b) :
• la température d’entrée d’eau dans la batterie est constante,
• le débit d’eau dans la batterie est variable et la pompe du circuit général assure la
circulation d’eau ;
• soit par variation de la température. C’est un fonctionnement en mélange ou
injection ((Figure 24 c) :
• la température d’entrée d’eau dans la batterie est variable,
• le débit d’eau dans la batterie est constant et assuré par une pompe secondaire.

La régulation de la batterie électrique peut être réalisée :

• en tout ou rien par action sur un ou plusieurs étages ;


• en progressif par variation de la tension effective.

4.2.4. Batterie froide

a. Rôle et fonctionnement
La batterie froide (Figure 25 a) assure le refroidissement de l’air, avec ou sans
déshumidification, à l’aide d’un fluide froid qui peut être de l’eau glacée ou glycolée ou par
évaporation d’un fluide frigorigène (batterie à détente directe).

en humidité < reste constante. En revanche, l’humidité relative ˆ (en %) augmente.


Durant l’opération de refroidissement sans déshumidification, l’humidité absolue ou teneur

Durant l’opération de refroidissement avec déshumidification, l’humidité absolue < diminue,


l’humidité relative ˆ (en %) augmente.

b. Régulation
La régulation de la batterie à eau se fait :

Ayadi.walid@gmail.com Page 61 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

• soit par variation du débit d’eau ; c’est un fonctionnement en répartition (Figure


25 b) :
• la température d’entrée d’eau dans la batterie est constante,
• le débit d’eau dans la batterie est variable et la pompe du circuit général assure la
circulation d’eau ;
• soit par variation de la température ; c’est un fonctionnement en mélange ou
injection (Figure 25 c) :
• la température d’entrée d’eau dans la batterie est variable,
• le débit d’eau dans la batterie est constant et assuré par la pompe secondaire.

La régulation des batteries à détente directe est assurée par un détendeur thermostatique.

Figure 24. Batterie chaude

Ayadi.walid@gmail.com Page 62 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

Figure 25. Batterie froide

c. Évacuation des condensats


Toutes les batteries froides, qu’elles soient à eau ou
à détente directe, sont équipées d’un bac de
récupération de condensats.

L’eau condensée sur la batterie est recueillie dans ce


bac de récupération. Celui-ci est raccordé par une
tubulure d’évacuation vers un siphon à l’air libre
dont la construction est à prévoir dès l’installation.

Ce siphon permet avant tout le bon écoulement de


l’eau et a, en outre, deux fonctions essentielles :

• dans le cas d’un système en dépression, il


empêche l’entrée de l’air extérieur ;
• dans le cas d’un système en surpression, il
évite une perte de l’air soufflé.

Ayadi.walid@gmail.com Page 63 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

4.2.5. Caisson de bipasse

a. Rôle et fonctionnement
Le caisson de bipasse permet de limiter ou de faire varier la quantité d’air admise sur
l’organe traitant. Il peut être monté sur une batterie chaude, une batterie froide ou un
humidificateur.

Pour influer sur la quantité d’air admise, le caisson de bipasse est doté d’un jeu de volets à
action opposée et peut avoir deux utilisations :

• moduler le débit d’air traité, donc assurer en quelque sorte une régulation ; la
Figure 26 d présente un bipasse monté sur un humidificateur ;
• permettre une économie énergétique dans certains cas de séchage ou de forte
déshumidification (piscines).

4.2.6. Humidificateur

a. Rôle et fonctionnement
L’humidificateur sert à augmenter la teneur en eau de l’air traité, c’est-à-dire à augmenter
l’humidité absolue. Pour qu’il y ait humidification, il faut un contact étroit et intensif entre
l’air et la source d’humidité. Cette source d’humidité peut être :

• de l’eau finement pulvérisée et projetée dans le flux d’air où elle se transforme en


vapeur. Le changement d’état nécessite un apport de chaleur qui sera fourni par
l’air traité (chaleur latente de vaporisation) ;
• de la vapeur produite :
• soit indépendamment dans un circuit de distribution alimenté par une chaudière
de production de vapeur,
• soit par un dispositif incorporé.

Ayadi.walid@gmail.com Page 64 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

Figure 26. Humidificateurs adiabatiques

4.2.7. Ventilateur

a. Rôle et fonctionnement
Le ventilateur, ou motoventilateur, permet d’assurer l’écoulement continu de l’air :

• dans la centrale de traitement d’air elle-même ;


• dans le réseau de distribution d’air, par les gaines de soufflage ;
• dans le réseau de reprise d’air, par les gaines d’aspiration.

Il se compose de deux éléments principaux (Figure 27) :

• une roue, qui porte les aubes ;


• une enveloppe, ou volute, qui canalise l’air déplacé par cette roue.

Le ventilateur est centrifuge et véhicule l’air comme suit :

• l’air est aspiré suivant une direction axiale, à travers une ouïe d’aspiration :

Ayadi.walid@gmail.com Page 65 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

• l’air est évacué suivant une direction perpendiculaire à l’axe de rotation, à travers
l’orifice de refoulement.

Figure 27. Ventilateur centrifuge

4.2.8. Accessoires
Composant Description Photo

Pre-goutelette Une pare-gouttelette parfois


constitué d’un simple grillage
qui évite l’entraînement de
l’eau de condensation sur la
batterie froide.

Les grilles de prise Elles protègent de la pluie et


d’air neuf et de rejet de l’entrée de rongeurs ou
d’oiseaux grâce à un grillage
métallique.

Ayadi.walid@gmail.com Page 66 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

Les registres Un ensemble de 2 ou 3


registres permettant le
réglage des débits d’air neuf,
d’air recyclé, d’air rejeté, ils se
trouvent dans le caisson de
mélange.

Les registres sont situés à


l’entrée de la centrale d’air.
Leur ouverture et leur
fermeture sont couplés au
fonctionnement des
ventilateurs.

Les registres sont pilotés par


des servomoteurs (rotatifs ou
linéaires).

Les registres du caisson de mélange permettent :

• L’isolement de la CTA lors de son arrêt.


• Le réglage du débit d’air neuf et du débit d’air recyclé
• La récupération d’énergie (« free cooling » ou rafraîchissement gratuit). Les registres
sont automatiquement commandés pour augmenter le débit d’air neuf lorsque la
température extérieure est favorable à la climatisation des locaux.
• La protection antigel de la batterie chaude en cas de problème (la fermeture des
registres est commandée par un thermostat antigel).
• La récupération d’énergie (« free cooling » ou rafraîchissement gratuit).
• Le free cooling consiste en l’introduction maximale du débit d’air neuf en mi-saison
lorsque la température extérieure est favorable au rafraîchissement de l’ambiance.
Pour cela, les registres sont automatiquement commandés pour augmenter le débit
d’air neuf puis le réduire lorsque la température extérieure augmentera ou sera trop
faible.

4.3. Type et position des caissons


La centrale de traitement d’air peut être constituée d’un unique caisson de soufflage :

• Caisson unique de soufflage sans reprise (caisson tout air neuf).

Ayadi.walid@gmail.com Page 67 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

Remarque : Si la centrale de traitement d’air introduit de l’air neuf, un même débit d’air est
rejeté à l’extérieur du bâtiment. Si ce n’était pas le cas, le bâtiment se gonflerait comme un
ballon… L’air rejeté est évacué soit par extraction (comme ci dessus), soit par des fuites dues
à la mise en surpression des locaux (voir ci-dessous).

Extraction et mise en surpression des locaux peuvent se combiner :

• Caisson unique de soufflage de reprise sans introduction d’air neuf (caisson de


recyclage).

Ayadi.walid@gmail.com Page 68 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

La CTA ci-dessus, n’assurait que l’introduction de l’air neuf. La CTA ci-dessous permet
l’introduction d’air neuf et lerecyclage d’air repris.

La centrale de traitement d’air peut également être constituée de 2 caissons de soufflage et


de reprise (alignés ou superposés).

4.3.1. Exercices 1
1) Dresser la nomenclature des composants présents sur la centrale d'air ci-
dessous :

2) Repérez et nommez les caissons constitutifs de la centrale tout air ci-dessous.


Précisez s'ils sont alignés ou superposés.

Ayadi.walid@gmail.com Page 69 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

3) Repérez et nommez les caissons constitutifs de la centrale tout air ci-dessous.


Précisez s'ils sont alignés ou superposés.

4) Indiquez la position des registres (ouvert O ou fermé F) dans la centrale ci-


dessous lorsqu’elle fonctionne en tout air neuf.
Indiquez par des flèches les sens de circulation de l’air dans les gaines irriguées, les
registres et les locaux.

5) Indiquez la position des registres (ouvert O ou fermé F) dans la centrale ci-


dessous lorsqu’elle fonctionne totalement en recyclage. L’extraction dans la
circulation est supposée à l’arrêt.
Indiquez par des flèches les sens de circulation de l’air dans l’installation.
Que se passe-t-il alors dans les sanitaires où l’extraction d’air est en général
maintenue ?

Après un fonctionnement de type "recyclage intégral", les registres de la CTA ci-dessus sont
positionnés pour permettre un soufflage de 10 000 [m3/h] dans le local, dont 7500 [m3/h]
d’air neuf et 2500 [m3/h] d’air recyclé.

Ayadi.walid@gmail.com Page 70 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

6) Indiquez ci-dessous les sens de circulation et les débits en circulation dans toutes
les gaines de l’installation
La situation initiale étant celle de l'exercice précédent (100% recyclage). Quels
mouvements ont respectivement effectué les registres du caisson de mélange ?
Quelle est alors grossièrement leur position?

4.4. Caisson de mélange à 3 registres


Lorsque la centrale assure l’introduction d’air neuf, le recyclage et le rejet de l’air repris, son
caisson de mélange comporte 3 registres :

• Registre sur l’air neuf


• Registre sur l’air recyclé
• Registre sur l’air rejeté

4.4.1. Exercices 2
1) Indiquez par des flèches les sens de circulation de l’air dans l’installation ci-
dessous lorsqu’elle fonctionne tout air neuf :
Indiquez la position des registres (ouvert O ou fermé F) dans la centrale

Ayadi.walid@gmail.com Page 71 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

2) Indiquez par des flèches les sens de circulation de l’air dans l’installation ci-
dessous lorsqu’elle fonctionne totalement en recyclage:
Indiquez la position des registres (ouvert O ou fermé F) dans la centrale.

Remarquez sur les schémas ci-dessous :

• Que les registres fermés en situation « Tout air neuf » sont ouverts en situation
« Tout recyclage »
• Que les registres ouverts en situation « Tout air neuf » sont fermés en situation
« Tout
recyclage »

Les registres fonctionnent en opposition

a. Fonctionnement « tout air neuf » :

Ayadi.walid@gmail.com Page 72 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

b. Fonctionnement « tout recyclage »

Remarquez sur les schémas ci-dessus :

• Que lorsque le registre de recyclage s’ouvre, les registres sur l’air neuf et l’air
rejeté se ferment (et inversement).
• Que les registres fonctionnent en opposition.

Tenez bien compte de ces remarques pour positionner et étudier les mouvements des
registres dans l’exercice suivant.

3) La CTA ci-dessous souffle 10 000 [m /h] dans le local, dont 5000 [m /h] d’air neuf.
3 3

Indiquez les débits en circulation dans toutes les gaines.


Quel est en [m3/h] le débit d’air recyclé ?
Si la situation initiale était celle du tout recyclage (exercice précédent), quels
mouvements ont respectivement effectués les registres du caisson de mélange?
Quelle est maintenant leur position?

4.5. Les caissons de mélange sur les caissons alignés


Lorsque les centrales d’air sont constituées de 2 caissons alignés, la vision extérieure du
caisson de mélange est moins simple, mais le fonctionnement est similaire.

Ayadi.walid@gmail.com Page 73 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

4.5.1. Exercices 3
1) Indiquez sur la centrale ci-dessous:

• Le registre sur l’air neuf


• Le registre sur l’air recyclé
• Le registre sur l’air rejeté

2) Indiquez ci-dessous :

• Le sens de circulation de l’air pour un fonctionnement en tout air neuf


• La position correspondante des registres (ouvert O ou fermé F).

3) Indiquez ci-dessous :

• Les sens de circulation de l’air pour un fonctionnement totalement en recyclage


• La position correspondante des registres (ouvert O ou fermé F).

Ayadi.walid@gmail.com Page 74 / 82
Chapitre 4 : Les centrales de traitement d’air

4) Indiquez ci-dessous :

• Les sens de circulation de l’air dans la centrale ci-dessous lorsqu’elle fonctionne


tout air neuf.
• Précisez la nature de l’air en circulation : Air neuf, air soufflé, air repris (ou
extrait), air rejeté.
• La position des registres (ouvert ou fermés)

Ayadi.walid@gmail.com Page 75 / 82
Références bibliographiques
Ergonomie des ambiances thermiques - Détermination analytique et interprétation
du confort thermique par le calcul des indices PMV et PPD et par des critères de
confort thermique local, NF EN ISO 7730 Mars 2006,
Traitement de l’air et climatisation, guide de l’ingénieur, BE 9 271
Bases du calcul des installations de climatisation, Gérard Porcher, Edition.
parisiennes-chaud-froid-plomberie, 1993
Conception et calcul des procédés de climatisation, M. Brun et G. Porcher, Paris :
E.D.I.P.A., 1979, 2ième édition
Mémotech - Génie énergétique, P. Dal Zotto , J.-M. Larre , A. Merlet , L. Picau, Edition
Casteilla Collection Mémotech
http://formation.xpair.com/voirCours/constitution_centrales.htm
http://www.dimclim.fr

Ayadi.walid@gmail.com Page 77 / 82
Annexes
Diagramme du R134a (D.P.Wilson & R.S.Basu, ASHRAE Transactions 1988, Vol. 94 part 2)
Diagramme de l’air humide (Traitement de l’air et climatisation, Techniques de l’Ingénieur, traité Génie énergétique)
Diagramme de l’air humide à coordonnés rectangulaires (PsychroDiag F P 2007)
Page vide

(Fin du document)