Vous êtes sur la page 1sur 7

L'AUDITEUR DE LA PAROLE

Thomas Alferi

Editions du Cerf | « Revue d'éthique et de théologie morale »

2014/5 n° 282 | pages 130 à 135


ISSN 1266-0078
ISBN 9772204352834
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-d-ethique-et-de-theologie-morale-2014-5-page-130.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 78.241.24.115 - 19/04/2019 15h23. © Editions du Cerf


Distribution électronique Cairn.info pour Editions du Cerf.
© Editions du Cerf. Tous droits réservés pour tous pays.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 78.241.24.115 - 19/04/2019 15h23. © Editions du Cerf

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


REVUE D’ÉTHIQUE ET DE THÉOLOGIE MORALE N° 282

Comptes rendus critiques

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 78.241.24.115 - 19/04/2019 15h23. © Editions du Cerf


L’auditeur de la parole
Karl Rahner
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 78.241.24.115 - 19/04/2019 15h23. © Editions du Cerf

•  Karl Rahner, Œuvres, tome 4  : ticulier le paradigme « thomiste » de


L’auditeur de la parole. Écrits sur son argumentation, ne nous est plus
la philosophie de la religion et sur les forcément familier. Mais les efforts
fondements de la théologie, texte éta- herméneutiques pour accéder à ce
bli sous la direction d’Olivier Riaudel
et Yves Trocheries, édition critique texte seront peut-être récompensés.
autorisée avec une préface de Jean Comme à cette période, celui-ci
Greisch, Éditions du Cerf, 2013, 46 €. pourrait inspirer la réflexion pré-
sente sur le statut et le potentiel
d’une discipline qui, ces dernières
« Provenance est toujours avenir »
années, paraît un peu déboussolée
disait Martin Heidegger en 1953 1.
en France, à savoir la théologie
Quiconque se préoccupe de l’ave-
fondamentale. Car, avec Hörer des
nir de la théologie fondamentale ne
Wortes, Rahner envisage – quasi-
pourra donc que saluer la parution
ment à l’instar de la célèbre Lettre de
du 4e  tome des Œuvres de Karl
Maurice Blondel écrite en 1896 – de
Rahner qui est principalement bâti
dépasser la stérilité d’une ancienne
autour des conférences de 1937
« théologie fondamentale classique »
intitulées L’auditeur de la parole.
(70) en vue d’une « anthropologie
Certes, le lecteur se rendra vite
théologique fondamentale » (404),
compte d’une distance temporelle.
voire d’une « théologie fondamen-
L’époque au cours de laquelle le
tale idéale » (70/436). Visiblement,
jésuite a réfléchi, de façon novatrice,
les termes pour désigner la nouvelle
à la philosophie de la religion et aux
discipline que le savant allemand
fondements de la théologie n’est plus
pense instaurer sont encore en cours
la nôtre. Le style de l’auteur, en par-
d’élaboration, comme le rappelle,
entre autres, la préface, fort utile,
signée par Jean Greisch.
1.  Heidegger, M.  D’un entretien de la Quant au texte rahnerien, il faut
parole. Entre un japonais et un qui
demande, dans  : id. Acheminement vers
d’abord honorer le fait que nous dis-
la Parole, Paris  : Gallimard 1976, 95. posons dorénavant – grâce à Olivier

130 R E V U E D ’ É T H I Q U E E T D E T H É O L O G I E M O R A L E | N °   2 8 2 | décem b re   2 0 1 4 | P . 1 3 0 - 1 3 5

retm282.indb 130 13/11/2014 10:02:14


C omptes rendus critiques

Riaudel et Yves Trocheris – d’une ses supérieurs pour se spécialiser


nouvelle traduction qui se distingue en philosophie 2, et qu’il occupe en
par une excellente lisibilité en fran- automne suivant une chaire de dog-
çais et une proximité remarquable matique à Innsbruck. Les conférences
avec son original. Par ailleurs, on données au public réuni dans la ville
suit avec justesse le choix des édi- de Mozart semblent bien s’inscrire
teurs allemands en charge des Sämt- dans ce changement de registre. En
liche Werke de Rahner d’offrir une effet, l’intervenant envisage de philo-
synopse qui juxtapose la première sopher avec un objectif théologique.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 78.241.24.115 - 19/04/2019 15h23. © Editions du Cerf


version de 1941 et son remaniement Mieux, il souhaite amorcer une étude
de 1963 par Jean Baptiste Metz. Le selon laquelle « une ouverture à une
travail en question constitue ainsi un possible révélation, venant de Dieu
outil précieux pour la recherche fran- appartient à la constitution essen-
cophone sur la pensée du théologien tielle de l’homme » (437), comme en
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 78.241.24.115 - 19/04/2019 15h23. © Editions du Cerf

et ses évolutions spécifiques 1. À ce témoigne son propre résumé repro-


propos, on pourrait, par exemple, duit au milieu du volume (435-445).
enquêter sur la question de savoir La démarche avec laquelle Rahner
comment le concept de l’« existential compte relever ce défi est exigeante.
surnaturel » (que Rahner développe Elle consiste à établir ce que potentia
explicitement dès les années 1950), obedientialis veut dire au sein de
les distinctions « transcendantal » l’épistémologie de St. Thomas dont
« catégoriel », « révélation générale » le jésuite souhaite démontrer, avec
« révélation particulière » etc., ont réo- discrétion et détermination, qu’elle
rienté les interrogations originaires. est à la hauteur des interrogations
Afin, justement, de les tirer au contemporaines en philosophie.
jour faisons le point sur L’auditeur On ne s’étonnera donc pas que les
de la parole. Invité, en 1937, par les spectres de Kant et Heidegger, en
Salzburger Hochschulwochen, une particulier, planent durablement sur
université d’été axée sur le dialo- cette étude.
gue entre la théologie et le monde Si l’auteur s’attelle, dans son pre-
de la culture, le jeune Rahner tient mier chapitre « Le problème (37-92) »,
15  leçons intitulées Philosophie de à déterminer le rapport entre phi-
la religion et théologie. Dans le titre losophie de la religion et théologie
s’exprime déjà le fait que, les années (38), c’est pour diriger la pensée à
précédentes, le jésuite fut envoyé par

2.  À propos de cette période plutôt phi-


1.  Notons que Joseph Hofbeck, en 1968, losophique de Rahner voir notamment le
a déjà fourni une traduction française  : 2e tome des Sämtliche Werke (Freiburg :
cf. Rahner K., Metz J.-B., Hofbeck  J. Herder 1996) qui reproduit principale-
L’homme à l’écoute du verbe  : fonde- ment le texte qui aurait dû devenir la
ments d’une philosophie de la religion, thèse du jésuite en philosophie intitulé
Tours  : Mame 1968. Ce texte avait le L’esprit dans le monde. Il s’y trouve aussi
grand mérite d’avoir présenté pour la d’autres écrits philosophiques remar-
première fois les deux éditions sous quables (sur St. Thomas, Maréchal, Hus-
forme synoptique alors que du côté serl, Heidegger etc.). Espérons qu’une
allemand, pendant plus de 40  ans, la traduction française de ce volume sera
seule version « metzienne » était rééditée. bientôt disponible.

131

retm282.indb 131 13/11/2014 10:02:14


REVUE D’ÉTHIQUE ET DE THÉOLOGIE MORALE N° 282

un niveau fondamental. Ce sur quoi d’autres termes, une réflexion pure-


il se focalise, c’est la métaphysique ment philosophique. Celle-ci vise
en tant que réflexion primordiale à préparer un terrain formel à la
dont émanent tous les autres savoirs. théologie, de sorte que Dieu reste
Poursuivant cette visée en théorie systématiquement reconnu dans son
de la connaissance, Rahner consi- caractère libre et inconnu et qu’en
dère que toute science repose, au face, l’homme se conçoive comme
moins tacitement, sur une décision celui qui, dans son historicité, est
métaphysique qui, pour lui, répond en attente d’une révélation ; et ce,

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 78.241.24.115 - 19/04/2019 15h23. © Editions du Cerf


à la question de savoir « pourquoi au sens strict. Effectivement, il est
et à quelle fin l’homme la pratique » tout aussi imaginable que cette
(40). Dès lors, on comprend que la attente humaine sera déçue et ne
métaphysique recherchée découle de trouvera pas son terme. En l’occur-
la pratique humaine (96 suiv.), ou rence, l’homme ne fera qu’écouter
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 78.241.24.115 - 19/04/2019 15h23. © Editions du Cerf

bien, inversement, que cette dernière « le silence de Dieu » (64) ce qui
devrait précisément comporter une n’invalidera aucunement l’argumenta-
métaphysique que la philosophie a tion, mais deviendra ailleurs – si l’on
la responsabilité de dégager (46). pense surtout au recueil de prière
Le chantier est alors ouvert : Rahner Worte ins Schweigen écrit en même
ne poursuit pas seulement la ligne temps – un véritable leitmotiv de
des essais en anthropologie philoso- la spiritualité du théologien. Situer
phique qui ont proliféré à l’époque donc, selon cette double articula-
(10), mais il tente la fondation d’une tion, l’homme devant le mystère qui
véritable philosophie première, ou, relève de la liberté, personnalité et
pour utiliser un terme heideggérien, historicité divine – voilà le projet
d’une « archi-science ». Ensuite, il se anthropologico-métaphysique de
tourne, bien sûr, vers le rapport Rahner. Du reste, le théologien pour-
entre ce type de questionnement suit son objectif dans un contexte
et la théologie qui, par tradition, marqué par des débats sur la phi-
a comme origine la seule parole losophie chrétienne, la théologie
de Dieu, la grâce, la vie croyante. dialectique et, en premier lieu, la
Comment éviter qu’un raisonnement théologie fondamentale.
conceptuel perde de vue l’idée selon Il n’est pas sans évoquer la pensée
laquelle Dieu dans sa liberté per- heideggérienne des années 1920, si
sonnelle se révèle, se donne par Rahner amorce le deuxième chapitre
amour quand et à qui il veut ? (182 « L’ouverture de l’être et de l’homme »
suiv.) Le jésuite est convaincu que (100-178) en reconduisant tout le
ce paradoxe qui reflète le rapport travail métaphysique à la question de
entre nature et grâce, tant discuté l’être. Il estime, lui aussi, que c’est
à l’époque, ne peut se surmonter effectivement celle-ci qui préoccupe
que si l’on s’en tient strictement à l’homme dans son for intérieur et à
« la possibilité a priori de la faculté laquelle il donne toujours au moins
d’écoute d’une révélation possible une réponse implicite. Évitant déci-
de Dieu » (50) au lieu de statuer dément le terme Dasein, la question
sur le contenu effectif d’une révé- de l’être traduit, sous sa plume, l’idée
lation historique. Est envisagée, en que l’être humain « veut savoir d’un

132

retm282.indb 132 13/11/2014 10:02:14


C omptes rendus critiques

seul coup ce qu’est le tout dans son entend-il parler de l’homme comme
unité » (104) et que toute la pratique esprit (174).
humaine s’en trouve dynamisée. Or, Au troisième chapitre « L’obscurité
c’est sous la conduite de St. Thomas de l’être » (182-264), Rahner revisite
que Rahner pense la déployer en cette approche transcendantale sous
analysant son caractère universel et l’angle de la dichotomie nature/
humain et en élucidant son statut grâce. Force est de dissocier l’in-
de question. Quels sont les résultats fini apriorique dans la connaissance
majeurs de cet examen ? À l’origine humaine de l’infinité divine effec-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 78.241.24.115 - 19/04/2019 15h23. © Editions du Cerf


de la question de l’être, l’auteur tive qui doit se penser comme une
repère une coïncidence entre être liberté personnelle et, sur le plan
et connaître, en d’autres termes : une philosophique, comme étant essen-
« luminosité de l’être » ou un « être- tiellement renfermée sur elle-même.
auprès-de-soi-même ». Parce que Un raisonnement philosophique ne
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 78.241.24.115 - 19/04/2019 15h23. © Editions du Cerf

l’homme, en posant la question de saurait aller plus loin. Au contraire.


l’être, admet la profonde cognoscibi- Si une réflexion transcendantale qui
lité de celui-ci et qu’il y a chez lui questionne la saisie des objets finis
toujours une compréhension de l’être par l’esprit humain présuppose l’idée
(238), il faut partir de cette réalité de l’infini, celle-ci ne se conçoit que
apriorique. En même temps, une gra- négativement. L’infinitude apriorique
dualité de la connaissance, chez tous ne se manifeste « que dans la remotio
les étants, se fait jour. Cela ne permet [action d’écarter] négatrice du fini »
pas seulement d’honorer la doctrine (194). Pour que la réflexion reste
de l’analogia entis, mais, en premier intrinsèquement philosophique et,
lieu, de spécifier l’être questionnant, de l’autre côté, que « l’acte gratuit
à savoir l’homme. En effet, Rahner de l’amour personnel de Dieu » (208)
conçoit celui-ci désormais comme un devienne concevable en théologie, il
« être-auprès-de-soi » quoiqu’à titre faut donc s’interdire de se pronon-
fini et il considérera cette propriété cer sur un éventuel contenu posi-
de l’homme comme un potentiel tif de l’infinitude en spéculant sur
canal de communication avec Dieu, un champ extérieur à la conditio
l’être absolu ou infini (144). Établir humana. Par conséquent, l’auteur
cette réalité demande toutefois de insiste tout au long de ce chapitre
traverser plusieurs étapes. Le risque sur la finitude de l’esprit humain
d’une réflexion court-circuitée n’est et souligne le fait que sa rencontre
pas minime. Après s’être démarqué avec Dieu se pense nécessairement
de l’idéalisme allemand qui favorise- comme l’histoire d’une relation entre
rait, à ses yeux, une vision panthéiste deux libertés personnelles.
(140), le jésuite doit donc développer En suivant St. Thomas, il est pos-
comment la caractéristique humaine sible de creuser encore davantage le
évoquée se décline dans tout acte fonctionnement de la connaissance
de connaissance. D’un point de vue humaine et en relever des compo-
transcendantal et postkantien, il met santes qui sont particulièrement en
en avant une anticipation vers l’in- affinité avec la philosophie contem-
fini (158) qui imprègne et oriente poraine. Le quatrième chapitre « Le
tout jugement d’objet. Ainsi l’auteur lieu du libre message » (266-397) se

133

retm282.indb 133 13/11/2014 10:02:14


REVUE D’ÉTHIQUE ET DE THÉOLOGIE MORALE N° 282

consacre à cet examen. Que l’être spatio-temporel » (320), elle est


infini ne se conçoive que sous une donc de fond en comble marquée
forme négative, permet à Rahner par l’historicité. Mais est-ce qu’une
d’approfondir au préalable la notion révélation de l’être infini et absolu
de la parole. Certes, à partir de la comme parole extra-mondaine peut
réflexion menée, on peut esquisser se faire entendre par l’esprit humain
une révélation immédiate de Dieu dans la configuration décrite ? L’au-
sous forme d’une quelconque visio teur répond par la positive pourvu
beata. Mais une figure médiatrice qu’elle s’inscrive aussi dans l’histo-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 78.241.24.115 - 19/04/2019 15h23. © Editions du Cerf


est tout aussi envisageable et se ricité humaine. C’est effectivement
prête beaucoup mieux à la for- dans l’horizon de l’histoire qu’un
malisation  : la révélation de l’in- espace peut s’établir qui permet
fini comme parole. En effet, une à Dieu de se manifester dans sa
parole constitue toujours un signe liberté propre afin de renouveler,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 78.241.24.115 - 19/04/2019 15h23. © Editions du Cerf

négateur en renvoyant à quelque voire achever sa création. Vue sous


chose d’autre qu’elle-même. D’où un cet angle, la révélation n’efface pas
premier bilan : l’homme est disposé les prédispositions de la créature
à « […] tendre l’oreille vers la parole humaine, mais les interpelle de façon
de Dieu et compter avec une révéla- inconditionnée dans l’histoire. Celui
tion possible » qui se rapporte « à un qui veut savoir davantage sur la
autre à ce qui est à révéler » (276). révélation chrétienne et son impact
Sur cette base, l’épistémologie de sur l’être humain s’adressera à la
St. Thomas va permettre au jésuite théologie elle-même. Il n’empêche
de découvrir, chose curieuse et pas- que, pour Rahner, la scientificité de
sionnante, l’historicité de la pensée celle-ci est désormais assurée (404).
humaine. Mais il faut procéder pas La conclusion (400-430) éclaire, une
à pas. Car le docteur angélique fois de plus, cet antagonisme épis-
considère, dans un premier temps, témologique.
que la connaissance finie est d’un Hormis ces leçons de 1937, le
caractère essentiellement réceptif et volume reproduit, sous une nouvelle
que la réflexivité en soi de l’homme forme, deux importants documents
est donc toujours véhiculée par « une de 1954. D’abord, « L’esquisse d’une
sortie vers un objet autre, différent dogmatique » (637-659) rédigé de
de lui » (286). Comme l’homme est concert avec Hans Urs von Baltha-
un « être dans la materia » (300), sar prend la forme d’une table de
inséré dans le champ sensible et matière stimulante. Elle est précédée
que sa connaissance doit nécessai- par un beau manifeste (613-635) où
rement effectuer une conversio ad les auteurs exigent que la théolo-
phantasmata, Rahner peut couron- gie, notamment l’histoire du dogme,
ner son interprétation de l’Aquinate adopte un caractère problématisant,
avec cette phrase emblématique  : qu’elle se fasse inspirer par la situa-
« il n’y a de sortie vers Dieu que tion kérygmatique et s’ouvre à une
dans une entrée dans le monde » véritable culture de débat. Pour les
(338), ou bien, avec moins d’em- lecteurs d’aujourd’hui, ce texte n’a
phase, l’ouverture à l’infini de l’esprit rien perdu de sa fraîcheur. Ensuite :
humain « est posée dans un monde la célèbre conférence intitulée « Dieu

134

retm282.indb 134 13/11/2014 10:02:14


C omptes rendus critiques

dans le Nouveau Testament ». Celle-ci logie mais aussi de sa perspicacité


fait d’ailleurs un bon écho à L’audi- face à l’idéologie nazie. Instruit par
teur de la parole parce que Rahner ce bel ensemble, le lecteur devient
démontre ici à plusieurs reprises témoin de ce que le renouvellement
combien une idée métaphysique théologique au xxe  siècle signifiait
de Dieu est incompatible avec le pour un de ses architectes. On peut
témoignage biblique selon lequel continuer à méditer sur l’adage hei-
Dieu ne se fait connaître qu’à tra- deggérien cité au début de la pré-
vers une « relation de l’histoire des sente recension.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 78.241.24.115 - 19/04/2019 15h23. © Editions du Cerf


expériences » (575).
Le livre réunit, en outre, des Thomas Alferi
bulletins et recensions rédigés pen-
Professeur de théologie
dant les années 1930 qui témoignent,
fondamentale
entre autres, de la familiarité du
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 78.241.24.115 - 19/04/2019 15h23. © Editions du Cerf

jeune Rahner avec la nouvelle théo- Université catholique de l’Ouest

135

retm282.indb 135 13/11/2014 10:02:14

Vous aimerez peut-être aussi