Vous êtes sur la page 1sur 4

LES MOYENS DE PAIEMENT

INTRODUCTION :

Les opérations commerciales traitées par l’entreprise avec d’autres agents économiques se
traduisent finalement, par des règlements financiers sous forme d’espèces, de chèques, de
virements et d’effets de commerce.

L’entreprise doit ainsi disposer de liquidités suffisantes pour pouvoir faire face à ses engagements et
effectuer les opérations liées à son activité.

Les moyens de paiement au comptant :


1- Le paiement en espèces :

Le moyen de paiement qui paraît le plus naturel et le plus simple est le règlement en espèces, c’est
à dire en pièces de monnaie et en billets de banque.

Le paiement en espèces donne lieu à la délivrance d’un reçu ou d’une quittance qui serviront
comme preuve du règlement. La quittance est délivrée pour le règlement d’un achat ou d’une dette
préalable, alors que le reçu ne suppose pas l’existence d’une dette ou d’un achat ; par exemple le
reçu est obtenu en cas de versement d’espèces en banque ou encore en cas de versement d’un don.

Par ailleurs, en dehors du commerce de détails, les règlements en espèces sont rares.

2- Le paiement par la banque (ou le centre de chèques postaux) :

Au lieu de régler directement en espèces, les entreprises peuvent effectuer ou recevoir des
paiements par l’intermédiaire de la banque : chèques, virements bancaires,……

En outre, la loi commerciale oblige tout commerçant et entreprise commerciale inscrits au registre
de commerce de se faire ouvrir un compte courant en banque ou au centre de chèques postaux.

a- Le paiement par chèques :

a1- Définition du chèque :

C’est un moyen de paiement au comptant par lequel une personne appelée tireur (client) donne
l’ordre à une autre personne appelée tiré (banque) de payer à vue une somme indiquée à une autre
personne (bénéficiaire).

Dans cette opération, on constate l’intervention de trois personnes :

- Le tireur : c’est la personne titulaire du compte en banque qui établit le chèque,


- Le tiré : c’est la banque qui tient le compte du tireur et qui doit payer le chèque,
- Le bénéficiaire : c’est la personne à laquelle le chèque est destiné.

1
La réglementation du chèque est prévue par les articles 346 à 412 du code de commerce tunisien.
a2- Les conditions d’émission du chèque :

Conditions de fond : pour effectuer des règlements par chèque, il faut :

- Etre titulaire d’un compte courant en banque ou au centre de chèques postaux,


- Disposer d’une provision satisfaisante les conditions suivantes :
 Suffisante : le montant du chèque doit être inférieur ou au plus égal à la provision.
 Préalable : la provision doit déjà exister avant l’émission du chèque.
 Disponible : il faut que les fonds déposés en banque et constituant la provision ne
soient bloquées pour une raison quelconque.
- Disposer d’un carnet de chèques délivré gratuitement et contre reçu par la banque.

Conditions de forme : au sujet des mentions obligatoires du chèque, il y a lieu de préciser :

- La dénomination de « Chèque », insérée dans le texte même du titre et exprimé dans la


langue employée pour la rédaction de ce titre,
- L’ordre de paiement « Payer contre ce chèque… »
- L’identité et la signature du tireur,
- L’identité du tiré : nom et adresse de la banque (lieu de paiement),
- Le montant indiqué en chiffres et en toutes lettres,
- L’identité du bénéficiaire,
- Le lieu et la date de création.

Remarque :
- Le chèque peut être au porteur, c’est à dire qu’on n’indique pas un bénéficiaire (déconseillé).
- La signature du tireur doit être conforme au spécimen de signature qu’il aurait déjà déposé
auprès de la banque lors de l’ouverture du compte.
- En cas de différence entre le montant indiqué en chiffres et celui exprimé en toutes lettres,
c’est ce dernier qui doit être pris en considération.
- L’indication sur le chèque d’une date postérieure à celle a laquelle il a été effectivement émis
est interdite par la loi et entraîne l’obligation de payer le chèque dès sa présentation et le
paiement d’amendes tant par le tireur du chèque que par son bénéficiaire.

Emission d’un chèque sans provision :

Il y’a délit d’émission de chèque sans provision dans les cas suivants :
- Absence de provision,
- Insuffisance de provision,
- Retrait de la provision avant encaissement du chèque,
- Blocage de la provision : le tireur interdit au tiré de payer un chèque (sauf pour un motif
valable : cas de vol et de perte du chèque).

a3- Les différents types de chèques :

- Le chèque ordinaire :

Il ne donne aucune garantie au bénéficiaire, mais lui offre deux possibilités :


2
 Soit l’encaissement du chèque au guichet de la banque sur lequel il est tiré,
 Soit le remettre pour encaissement à sa banque contre « bordereau de remise de
chèques à l’encaissement » et c’est sa banque qui règle l’opération par compensation
avec la banque tirée.
- Le chèque barré :

Il existe la faculté de barrer le chèque. La plupart des chèques portent, au recto au coin
gauche supérieur du chèque, deux barres obliques et parallèles. Ainsi, un chèque barré ne
pourra être payé par le banquier qu’à une banque ou au centre de chèques postaux où le
compte du bénéficiaire sera crédité.

Le barrement constitue une garantie contre les risques de perte ou de vol, mais il ne donne
aucune garantie au bénéficiaire quant à l’existence de la provision.

Le barrement du chèque est général ou spécial. Le barrement est dit spécial lorsqu’il est
indiqué, entre les deux barres parallèles, le nom d’une banque qui aura seule le droit de
présenter le chèque à l’encaissement auprès de la banque tirée.

- Le chèque certifié :

C’est un chèque qui donne une garantie au bénéficiaire. Sur demande du tireur qui rempli un
formulaire fourni par la banque (demande de certification), le tiré indique au verso du
chèque la mention « Certifié pour la somme de….. » suivi du cachet et de la signature. Ceci
signifie que le banquier témoigne de l’existence de la provision, et la bloque au profit du
bénéficiaire pendant huit jours.

Le chèque certifié est très peu utilisé en pratique puisqu’il suppose à chaque fois le
déplacement du tireur à la banque et le paiement de frais de certification. En général, il est
utilisé en cas des montants élevés ou dans certaines opérations particulières tel que le
paiement des impôts et taxes ou encore pour le règlement dans une vente aux enchères
publics.

- Le chèque visé ou déplacé :

C’est un chèque tiré sur une agence et domicilié dans une autre. Le tiré indique au verso du
chèque la mention « Visé payable à ………. ». Il donne ainsi l’autorisation de paiement à
l’agence domiciliatrice qui n’aura plus besoin de téléphoner pour vérifier l’existence de la
provision comme dans le cas d’un blocage.

b- Le paiement par virements bancaires :

b1- Définition du virement bancaire :

C’est un écrit par lequel une personne qui a des fonds déposés chez un banquier lui donne l’ordre
de prélever une somme déterminée sur son compte et de la transférer au compte d’une autre
personne «bénéficiaire» au profit de qui le virement est émis.

L’utilisation du virement est très répandue dans les entreprises. Elle présente en effet de nombreux
avantages : le virement évite le risque inhérent aux transferts de fonds et de plus, il limite au

3
maximum les manipulations de documents qu’implique l’émission d’un chèque et sa remise au
bénéficiaire.

Le virement sert à effectuer des paiements par l’intermédiaire du banquier qui opère un virement.
En effet, le banquier fait passer une somme du compte du débiteur à celui du créancier. Le
paiement est réalisé par un simple jeu d’écritures, sans aucun transfert physique de fonds. En ce
sens le virement constitue le règlement d’une dette par l’intermédiaire du banquier au moyen d’une
opération comptable.
c- Le paiement par carte bancaire :

Les particuliers et les entreprises qui sont titulaires d’un compte bancaire ou postal peuvent être
détenteur d’une carte bancaire. Cette dernière est utilisée comme un instrument de paiement chez
les commerçants qui sont affiliés aux réseaux cartes bancaires.

Le mécanisme est le suivant : lors du paiement d’un achat, le client présente sa carte bancaire. Le
commerçant en prend l’empreinte ou procède à une transmission électronique.

Les montants des divers encaissements par des cartes bancaires seront portés au compte bancaire
ou postal du vendeur dans les jours qui suivent les encaissements. De même, les montants des
divers paiements par le client avec sa carte bancaire seront prélevés sur son compte bancaire ou
postal dans les jours qui suivent les paiements.